Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2015 1 25 /05 /mai /2015 10:09

France


- Nouvelle convocation en justice pour Dieudonné (AFP) - "Dieudonné avait discouru sur le rôle qu'il attribue aux juifs dans la traite des noirs et ironisé sur le génocide commis par les nazis, selon une source proche de l'enquête. Il avait également parlé des "juifs, éternelles victimes en pyjamas à qui on a piqué un Picasso"."
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/05/22/97001-20150522FILWWW00305-nouvelle-convocation-en-justice-pour-dieudonne.php

- L’AFP nie tout parti pris dans son traitement de l’actualité sur Israël, Yves Mamou (journaliste)
http://frblogs.timesofisrael.com/lafp-nie-tout-parti-pris-dans-son-traitement-de-lactualite-sur-israel/
"L’affaire al Durah – Enderlin, démarrée en septembre 2000, a été un cas d’école. Un reportage de France 2 a présenté la mort d’un enfant palestinien comme un meurtre délibéré commis par l’armée israélienne. Ces images ont fait le tour du monde, enflammant le monde arabe, et ont instillé l’idée dans l’opinion publique que les militaires israéliens prenaient plaisir à tuer des enfants palestiniens.
Philippe Karsenty en France, Stéphane Juffa en Israël ont bataillé des années durant pour démontrer, jusque devant la justice, que le reportage était une mise en scène. Ils n’ont pas eu gain de cause définitivement, mais ont au moins réussi à jeter un doute sur la véracité d’un reportage effectué par un caméraman palestinien et commenté de son bureau par Charles Enderlin qui n’était pas présent sur les lieux.
Le rapport intitulé « L’AFP face à la propagande palestinienne Octobre – Novembre 2014 » que le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) a remis à la direction de l’AFP dans le courant du mois de mars 2015 est un autre épisode d’une contestation du bien fondé de l’information sur Israël. Réalisé par une équipe de journalistes, ce rapport met en évidence divers « biais ».
- Des abus de langage
Moshé Feiglin est qualifié de « sulfureux député du Likoud » (AFP du 13 octobre, 12 h 22), le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman de « faucon ultra-nationaliste » (AFP du 18 octobre 21 h 52). En revanche, Ismaïl Radwan, est simplement qualifié de « dirigeant du Hamas » et son organisation (qui figure sur la liste des organisations terroristes de l’Union Européenne) est pudiquement qualifiée d’« organisation islamiste radicale ». Le terme « extrémistes » est réservé aux seuls Juifs et aux colons. Les « musulmans » et les « jeunes palestiniens » ne sont jamais qualifiés d’extrémistes, même lorsqu’ils sont à l’origine de violences à l’égard de pèlerins ou de visiteurs juifs.
- Un déni de la violence islamiste
Le 22 octobre 2014, l’Agence France Presse a systématiquement mis en doute le caractère terroriste d’une attaque à la voiture bélier, qui a eu lieu à Jérusalem. Chaque dépêche faisait état d’une « probable attaque terroriste » (20 h 53), d’« un bébé tué dans une attaque qualifiée de terroriste à la voiture bélier » etc. Les jours suivant, l’expression « attaque qualifiée de terroriste », sera constamment répétée par l’AFP instillant un doute sur la nature de l’attentat.
Qu’il s’agisse de l’attentat contre le rabbin Yehuda Glick le mercredi 29 octobre 2014, de la fermeture de l’esplanade des Mosquées du jeudi 30 octobre 2014, ou de nouvelles attaques à la voiture bélier, le rapport dénonce les mêmes biais : les Israéliens apparaissent comme des « extrémistes » quand ils annoncent la construction de nouveaux logements à Jérusalem-Est, tandis que le caractère terroriste d’un attentat palestinien est toujours relativisé, voire nié.
Comment l’AFP se défend-elle ?
- Argument 1. Les autres médias aussi le font
L’AFP reconnait qu’elle parle des juifs religieux comme étant des « extrémistes » des « sulfureux » etc. Mais tous les autres médias font comme nous répliquent-ils en substance. Ce qui est parfaitement exact. « Extrême droite », « ultra nationaliste », « ultra religieux » sont couramment utilisés par tous les médias pour colorer le gouvernement israélien d’une aura fanatique. Mais une agence de presse, chargée de rapporter les faits et uniquement les faits, ne devrait-elle pas s’interdire des qualificatifs qui sont des jugements de valeur ?
- Argument 2. Nous n’acceptons le mot terrorisme qu’entre guillemets
L’AFP précise qu’elle ne qualifie jamais les actes de terreur de « terrorisme » ni leurs auteurs de « terroristes ». Le mot « terroriste » n’est repris que s’il fait l’objet d’une citation. Exemple : un ministre ou un officier de police qui parle d’« une attaque terroriste ». L’AFP présente ce parti pris éditorial comme une évidence de son traitement neutre de l’actualité en Israël.
Cette réponse rapide ne répond pas à l’accusation qui lui est faite. Les formulations épinglées par le rapport – « probable attaque terroriste » (20 h 53), ou « attaques qualifiée de terroriste à la voiture bélier » etc. et leur répétition servent à jeter le doute sur les intentions de l’auteur et à disqualifier le discours de la police ou du ministre de l’intérieur israélien.
Là encore, l’AFP peut dire « mais les autres médias aussi le font ». Et là encore, elle aura entièrement raison. Exemple : le 20 mai 2015, Le Figaro titre sur la base d’une dépêche Reuters « Un automobiliste palestinien abattu à Jérusalem ». L’article met en doute qu’un attentat à la voiture bélier ait été perpétré contre deux policières qui ont été blessées. L’article privilégie la thèse de la famille du conducteur qui plaide l’« accident de la circulation ». Résultat : le titre centré sur la mort violente du conducteur laisse entendre qu’un assassinat a été commis froidement sur un automobiliste arabe simplement maladroit. Nier continûment le terrorisme palestinien aboutit à priver la cible de tout moyen de défense. S’il se défend, il est un assassin.
- Argument 3. La méthodologie utilisée ne correspond pas à un suivi de l’actualité à chaud
La remise en question méthodologique du rapport remis par le CRIF ne tient pas non plus. Il est parfaitement valide de sélectionner des faits sur une période donnée et d’étudier le traitement qui en est fait par l’agence de presse. L’argument : à chaud, des erreurs peuvent être commises sur lesquelles nous revenons ensuite n’est pas valide non plus. Ce qui est en cause, c’est la mise en évidence d’un parti pris éditorial. Un prisme qui structure toute la production de dépêches et qui privilégie le discours de la « victime » sur celui du « bourreau ».
Conclusion : l’AFP peut contester chaque point du rapport, il demeure parfaitement valide de s’interroger sur la grille idéologique et politique qui structure l’ensemble de sa production. [...]"

**************************************************

Israël

- Jérusalem : Un palestinien blesse deux juifs (AFP) - il "a attaqué par derrière les deux hommes âgés de 17 ans, alors que les juifs célèbrent jusqu'à dimanche soir la fête du Shavuot, la Pentecôte juive".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/05/24/97001-20150524FILWWW00043-jerusalem-un-palestinien-blesse-deux-juifs.php
"Un Palestinien a poignardé dimanche deux jeunes juifs israéliens se rendant au Mur des Lamentations dans la vieille ville de Jérusalem, les blessant légèrement avant d'être interpellé, a annoncé la police. L'assaillant est un Palestinien de 19 ans qui a attaqué par derrière les deux hommes âgés de 17 ans, alors que les juifs célèbrent jusqu'à dimanche soir la fête du Shavuot, la Pentecôte juive, selon la police. Les deux victimes ont été conduites à l'hôpital, a précisé le service d'urgence Magen David Adom. [...]"

**************************************************

Judée-Samarie

- Bus segregation decision isn't racist, Yifat Erlich (Ynet) - "beyond the practical need, we must also deal with a fundamental question: Is the bus segregation really a racist decision?"
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4659950,00.html
"I only passed by it on Wednesday evening. The excluding sign, white writing on a red background, forbade me to continue to Ramallah. Officially, the sign bans Israelis from entering. In practice, Israelis of Arab descent can move on freely. Only Jews are barred entry.
No one is crying about this racism, or about the fact that there is no chance I will ever be able to get on a Palestinian transportation company's bus. But suddenly, when there is an attempt to separate between Israelis and Palestinians on the Israeli public transportation, cries of apartheid drown out the public discourse.
The truth is that I am not keen on the idea of bus segregation. It's appropriate locally for the bus lines connecting the city of Ariel to central Israel, due to the large number of laborers who need transportation services on their way to work and back. The reality in which the residents of Ariel and Samaria prefer to hitchhike instead of getting on buses filled with laborers is intolerable. Jews are also entitled to come home from work without feeling threatened, and therefore they should have their own bus lines or be offered another solution which will guarantee their safe return.
But beyond the practical need, we must also deal with a fundamental question: Is the bus segregation really a racist decision? In order to examine this question, we should conduct a simple test: Will an Israeli Arab, carrying a blue identity card, be able to get on the bus designated for Israelis? Of course he will. In other words, we are not talking about racial segregation but about security segregation on the backdrop of a 100-year conflict. This bleeding conflict can only be solved by making peace on the ground itself, not through documents detached from reality.
It's already happening. At another place I only passed by on Wednesday evening. Sha'ar Binyamin, an industrial zone and shopping center, is an island of coexistence, half a kilometer away from the Mukataa compound in Ramallah. Settlers and Palestinians work side by side there. The customers too, residents of Ramallah and Ofra, fill up their shopping carts at the Rami Levy supermarket and then sit together in the pizzeria. If there is ever peace in the Middle East, it will start from the economic cooperation developing on the ground, not from Geneva conventions.
Instead of refuting the false claims about racism, Prime Minister Benjamin Netanyahu immediately capitulated and canceled the pilot which would have allowed Samaria's residents to return home safely. As others have said before, the most stable thing in Netanyahu's government is the zigzag."


**************************************************

"Processus de paix"


- Abbas' Fatah wants to destroy Israel: "What was taken by force can only be regained by force" (PMW)
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=14904
"On the occasion of Palestinian Nakba day - the day Palestinians commemorate "the catastrophe" of the establishment of the State of Israel - Mahmoud Abbas' Fatah movement posted a drawing on Facebook [voir sur le site] that encouraged the use of violence to destroy Israel. "What was taken by force can only be regained by force, the 67th anniversary of the Nakba" [Facebook, "Fatah - The Main Page," May 14, 2015]. This statement appeared on an image showing the number 67 in Arabic numerals with the digit 7 made of a key, a rifle, and a map that includes the PA areas as well as all of Israel. [...]"

- In visit with EU foreign minister, Abbas repeats demand for settlement freeze, release of prisoners (JP) - "Following the meeting between Abbas and Moherini in Ramallah, Chief PLO Negotiator Saeb Erekat reiterated the PA’s demand for a freeze of settlement construction and the release of Palestinian prisoners incarcerated before the signing of the Oslo Accords".
http://www.jpost.com/Arab-Israeli-Conflict/In-visit-with-EU-foreign-minister-Abbas-repeats-demand-for-settlement-freeze-release-of-prisoners-403683

- Jibril Rajoub keeps playing FIFA like a fiddle (Elder of Ziyon) - "Rajoub deliberately sent someone with known terror ties through without clearing it with Israel as per their agreement, knowing that Israel would detain him and therefore using it as a pretext for a new complaint against Israel. But the headlines say "Israel detains travelling Palestine player" rather than "Palestinians engineer an incident to demonize Israel"."
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/05/jibril-rajoub-keeps-playing-fifa-like.html

**************************************************

Egypte

- Egyptian dresses up as a Jew and gets harassed, pushed, slapped (Elder of Ziyon) - "In this video an Egyptian dresses up as a Hasidic Jew and asks Egyptians how to get to the synagogue. At another point, without the costume, he shows Hebrew writing to people and says he is Israeli".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/05/egyptian-dresses-up-as-jew-and-gets.html
- A Jew in Egypt (Ynet) - "Egyptian journalist harassed after dressing as a religious Jew, asking strangers for directions to the synagogue".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4660886,00.html

**************************************************

Syrie

- L'armée américaine reconnaît avoir tué deux enfants dans un bombardement en Syrie (Agences) - "L'armée américaine n'avait encore jamais reconnu de victimes civiles pour les quelques 2937 frappes aériennes menées depuis le 8 août dernier en Irak, et depuis septembre en Syrie, contre le groupe Etat Islamique et d'autres groupes extrémistes". Il faut dire que la couverture médiatique de ces victimes civiles collatérales est complètement inexistante... en comparaison de l'obsession journalistique dès que les frappes aériennes sont israéliennes.
http://www.lefigaro.fr/international/2015/05/22/01003-20150522ARTFIG00044-l-armee-americaine-reconnait-avoir-tue-deux-enfants-dans-un-bombardement-en-syrie.php


**************************************************

Monde arabe


- Much Loved de Nabil Ayouch : une mise à nu qui provoque la haine au Maroc, Ruth Grosrichard (Le Monde.fr) - "Le thème complotiste est repris à l’unisson par une meute d’internautes dont les mots élégamment choisis ne sont pas assez violents pour insulter Nabil Ayouch : « fils de pute » quand ça n’est pas « fils de pédé », « fils de juive » ou encore « sioniste »."
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/05/25/much-loved-de-nabil-ayouch-une-mise-a-nu-qui-provoque-la-haine-au-maroc_4639787_3212.html

- Saudi airstrike kills 5 in humanitarian aid office. You must have missed the headlines (Elder of Ziyon) - "The double standards are clear to anyone who cares to look. Which doesn't, of course, include the media".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/05/saudi-airstrike-kills-5-in-humanitarian.html
"From IBTimes: "Shelling from Saudi Arabia-led coalition forces hit an international humanitarian aid office in Yemen on Thursday, killing five Ethiopian refugees and wounding 10, a local official said. The news comes amid growing concern about the Saudi-led military offensive's impact on Yemen’s civilians and infrastructure."
If you want to know the up-to-date statistics of how many civilians were killed since Saudi Arabia started their airstrikes, good luck. You won't find a scorecard attached to every story about the fighting the way that reporters in Gaza loved to include in their stories.
Also unlike Gaza, when civilians are killed it is assumed that not all of them were killed by the Saudis, while in Gaza all of the people killed were assumed to be from Israeli fire, even though well over a thousand Hamas rockets fell in civilian areas. In fact, while reporters flocked to cover the Gaza war, secure in the knowledge that Israel wouldn't bomb the areas where they stayed, no reporters are trying to sneak into Yemen to file first-person reports. With rare exceptions, reporters aren't even trying to do anything original in their reporting. The Gaza reporters happily accepted the Hamas talking points as fact, but no one (outside of Iranian media) is viewing the Houthi version of the story from Yemen as having any legitimacy.
Another point that is roundly ignored by the media is that the Saudis are relying on US intelligence when they choose their targets. NGOs that eagerly asserted with no evidence that Israel was engaging in indiscriminate bombing in Gaza based on civilians being killed are not pointing their fingers at any failure of US intel.
The double standards are clear to anyone who cares to look. Which doesn't, of course, include the media."

**************************************************

Iran

- Iran threatens to kill 600,000 Jews (Elder of Ziyon) - "Tel Aviv has 404,000 people, Haifa another 267,000. The vast majority are Jewish. He isn't talking about targeting military facilities, he is threatening the murder of two thirds of a million people. Last I checked, that was a war crime".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/05/iran-threatens-to-kill-670000-jews.html

**************************************************

Europe

- Partir ou rester, le dilemme des juifs de Belgique, Jean-Pierre Stroobants (Le Monde) - "Le médecin se souvient également avec émotion de ce jour où il s’est rendu chez le premier ministre pour lui demander une meilleure protection des lieux fréquentés par la communauté : des journalistes ont immédiatement tweeté « Les Juifs veulent de l’argent ». « J’en ai pleuré », affirme le médecin".
http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/05/25/partir-ou-rester-le-dilemme-des-juifs-de-belgique_4639717_3214.html
"[...] On évoque quelque 500 personnes seulement qui auraient quitté le royaume, vers Israël ou ailleurs, sur une communauté de 35 000 membres. « Je ne connais toutefois pas une seule famille qui ne s’interroge pas », explique Joël Rubinfeld, le président de la Ligue contre l’antisémitisme (LBCA).
Les récits inquiets abondent. Une étudiante de l’Université libre de Bruxelles demandant à prendre le nom de sa mère, celui de son père, « trop juif », lui valant d’être harcelée. Une lycéenne qui a dû quitter un établissement du quartier populaire de Laeken, elle aussi victime d’attaques diverses : elle y était la dernière élève juive. Les W. d’Uccle, banlieue aisée de la capitale, ont enlevé leur nom de la porte d’entrée, ne veulent plus aller au magasin casher et ont placé leur cadet dans une école catholique. « Pour qu’il ne soit pas une cible, pour qu’il n’ait plus à passer entre quatre soldats armés surveillant l’école juive », dit Claire V., sa maman. [...]
En 2009, une manifestation contre la répression israélienne à Gaza a été émaillée de nombreux « Mort aux Juifs ! ». Des slogans condamnés trop mollement par une classe politique soupçonnée de faiblesse ou de compromission parce qu’elle serait contrainte, à Bruxelles surtout, de ménager l’importante communauté musulmane. Et après l’attentat de mai 2014, déplore M. Sosnowski, il a fallu attendre trop longtemps aussi pour que les autorités décrètent la tolérance zéro à l’égard des actes antisémites. Le médecin se souvient également avec émotion de ce jour où il s’est rendu chez le premier ministre pour lui demander une meilleure protection des lieux fréquentés par la communauté : des journalistes ont immédiatement tweeté « Les Juifs veulent de l’argent ». « J’en ai pleuré », affirme le médecin. [...]
Entre-temps, le Centre pour l’égalité, un organisme para-étatique, a reçu 160 plaintes pour actes antisémites en 2014. Une augmentation de 60 %. Un bar a affiché : « Interdit aux chiens et aux sionistes ». « Je ne peux plus aller dans le centre de Bruxelles sans cacher l’étoile de David que je porte au cou, dit Jenny. Et je revis quelque chose… » [...]"


**************************************************

ONU

- UN: Israel is worst violator of health rights in the world (UN Watch) - "The resolution, which adopted two reports heaping blame upon Israel for allegedly violating the health rights of both the Palestinians and Druze residents of the Golan, was the 2015 assembly’s only treatment of a specific country situation".
http://blog.unwatch.org/index.php/2015/05/21/un-israel-is-worst-violator-of-health-rights-in-the-world/
"As Israeli hospitals continue their life-saving treatment for escalating numbers of wounded Syrians fleeing to the Golan from the Assad regime’s barbaric attacks, the U.N. reached new heights of absurdity today by accusing Israel of violating the health rights of Syrians in the Golan.
By a vote of 104 to 4, with 6 abstentions and 65 absent, the Jewish state was singled out as the world’s top violator of health rights by the annual assembly of the U.N.’s World Health Organization. The resolution, which adopted two reports heaping blame upon Israel for allegedly violating the health rights of both the Palestinians and Druze residents of the Golan, was the 2015 assembly’s only treatment of a specific country situation.
There was no debate on the health of the Yemeni people now under indiscriminate Saudi bombardment, no mention at all of the 1,850 Yemenis killed, the 7,394 wounded, and the 545,000 displaced, many of whom are desperate to find food. On the contrary, the representative of Saudi Arabia’s theocracy took the floor today, without any sense of shame, to denounce “Israeli intransigence,” and to beseech “all peace loving states” to adopt the distorted and politicized resolution.
The despotic regime must have felt especially emboldened as the gathering took place adjacent to the Human Rights Council, where Saudi Arabia is not only a full member—elected in 2013 by more than two-thirds of the UN General Assembly—but, according to the Tribune de Genève, is actively lobbying to become president next year. If Qaddafi’s Libya won the post in 2003, why shouldn’t King Salman bin Abdulaziz Al Saud get his turn? [...]
Most absurd of all, though, was that today’s text falsely claimed a dire need for “health-related technical assistance” for “the Syrian population in the occupied Syrian Golan” — who in fact have excellent treatment — and said nothing about the Syrian population being slaughtered in Syria. Instead, the scapegoating of Israel—in the form of a special debate, two lopsided reports, the resolution, and the publication of country submissions—provided a UN platform for Assad’s murderous regime.
“The Israeli occupation authorities continue to experiment on Syrian and Arab prisoners with medicines and drugs and to inject them with pathogenic viruses,” wrote Syria, in a submission laced with anti-Semitic conspiracy tropes, yet circulated as an official UN document on today’s agenda. Unable to deny Israel’s medical treatment of wounded Syrians, the regime concocted another plot: Israel deliberately heals regime opponents so that they can “resume their subversive terrorist activities directed against the country’s peaceful citizens and its infrastructure.”
If the European Union—all of whose member states disgracefully joined the jackals by voting for today’s resolution—had wanted, they could have set the record straight, and taken a stand against such base demonization of the Jewish state. The EU states could have introduced their own resolution about how Syria has killed more than 200,000 of their own people, including 20,000 children, caused three million to flee as refugees, and displaced another six million within Syria itself, amounting to the utter destruction of the health rights of the Syrian people.
Yet the EU was silent. Instead, it justified its vote by claiming that the resolution was “technical.” It’s the old Brussels-Ramallah wink-and-nod game : the PLO drafts a harsher text at the beginning, knowing it will revise it later to allow the Europeans to pretend that they achieved a “balanced” text. Israel is then expected to celebrate that it has been lynched with a lighter rope. [...]"

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages