Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2015 4 28 /05 /mai /2015 13:58

France


- Un spectacle de Dieudonné interdit à Limoges (AFP) - "[le maire] juge nécessaire pour la ville de Limoges, "au regard de son passé marqué par les massacres perpétrés par les nazis en Limousin (...), comme de son attachement aux valeurs républicaines, de se garantir contre toute atteinte à ces valeurs"."
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/05/27/97001-20150527FILWWW00167-un-spectacle-de-dieudonne-interdit-a-limoges.php

- Flottille de la Liberté III, un bateau pour Gaza à BREST le 26 mai (Europalestine) - "La MARIANNE, bateau affrété par les campagnes norvégienne et suédoise, approche des côtes de Bretagne ! Parti de Suède, après un tour en mer baltique et des ennuis techniques qui l’ont retardé de plusieurs jours, il va faire escale ici où nous lui préparons un accueil solidaire".
http://www.france-palestine.org/Flottille-de-la-Liberte-III-un-bateau-pour-Gaza-a-BREST-le-26-mai

****************************************

Israël

- Some Straight Talk About the BDS, Alex Margolin (Honest Reporting) - "The BDS won’t say it supports two states because it doesn’t. The problem is not that the BDS is wishy-washy about its goals. It’s that peace is not one of them".
http://honestreporting.com/some-straight-talk-about-the-bds/
"How clear does the BDS have to be about it’s true intentions before seemingly well-meaning people stop giving it the benefit of the doubt? A case in point is the recent article from Haaretz columnist Bradley Burston, who seems to genuinely want the BDS to come clean about its goals:
"What does BDS really want from Israel? I’m not asking for much. And I am certainly not asking out of antagonism. I’m just asking for clear goals. And straight talk. I want to know if BDS wants to encourage two states – for example, by concentrating on supporting labeling of products from the West Bank and East Jerusalem – or if the goal is a one-state Palestine."
One state or two? That’s the essence of Burston’s question. Very reasonable. Burston seems to answer this question a few paragraphs later when he relates comments from a pro-BDS activist in a motion to boycott SodaStream at the Park Slope Co-Op. Burston notes that SodaStream is in the process of moving its factory from an area over the Green Line to the Negev, well within Israel proper.
"“SodaStream is now moving onto land stolen from Palestinian Bedouins, who are also human beings,” said Anna Baltzer, national organizer of the U.S. Campaign to End the Israeli Occupation. Baltzer, a California-born Jewish woman who has said her grandparents narrowly escaped the Holocaust, and who was rather unfortunately described by the far-left Mondoweiss website as “The It-Girl of Anti-Zionism” continued, “We support the rights of indigenous Palestinians inside Israel, including the Bedouins. We can’t end our boycott when SodaStream is simply occupying new land of Palestinians.”"
Occupying new land of the Palestinians? Inside the Negev? Sounds like some straight talk on the issue, right Mr. Burston? Doesn’t sound like it’s concentrating on product labeling, does it? Well, Burston’s still not sure: "Is BDS then saying that all of Israel is occupied land? That the events of 1967 are, in fact, irrelevant, and that the events of 1948 are all that matters? It is certainly their every right to believe that and say so. I just want to hear the answer. Clear. Straight." If that’s not clear and straight, then nothing will be.
Burston ends with the claim that the co-op was unresolved on the issue of SodaStream, and “within the BDS movement, the issue stands no less unresolved.” But if SodaStream’s “crime” was to have a factory in the West Bank, and it is now moving to Israel proper, the issue would be resolved. The fact that it is not is a bold red flag for anyone seeking a two-state solution. So here is some straight talk to help you out, Mr. Burston:
1- The BDS won’t say it supports two states because it doesn’t. The problem is not that the BDS is wishy-washy about its goals. It’s that peace is not one of them.
2- BDS does not distinguish between Israel and the West Bank. Its website states: “Anyone can boycott Israeli goods, simply by making sure that they don’t buy produce made in Israel or by Israeli companies. Campaigners and groups call on consumers not to buy Israeli goods and on businesses not to buy or sell them.” All of Israel is in its crosshairs.
3- The claim that BDS is “agnostic” about the conflict is a tactic to co-opt supporters of the two-state solution. The rhetoric speaks loudly and clearly. The term “occupied Palestinian land” in reference to pre-1967 is not the expression of an agnostic mindset.
Burston claims he supports a two state solution. It’s time for people like him to recognize that the biggest threat to that solution is coming from BDS."

- Israeli Arabs in Nazareth erase Israel in racist Guinness bid (Elder of Ziyon) - "The project, which was launched on May 2, has the slogan "one nation... one blood ...one people", to address the basic idea that "the Arabs in the occupied territories of 1948 are part of this [Arab] nation from the Atlantic Ocean to the Gulf and are still clinging to their land and defending their Arab identity"."
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/05/israeli-arabs-in-nazareth-erase-israel.html

***************************************

Gaza & Hamas

- Après le divorce, la difficile émancipation des femmes palestiniennes, Piotr Smolar (Le Monde) - "Il faudra un an et demi à Ola pour obtenir les papiers du divorce. Son propre avocat, puis le cheikh magistrat, ont tous deux essayé d’avoir une relation sexuelle avec elle".
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/05/25/apres-le-divorce-la-difficile-emancipation-des-femmes-palestiniennes_4640048_3218.html
"[...] Elle a un regard plein d’intelligence et d’espièglerie, souligné par un fard élégant et un voile qu’elle porte sans conviction, pour échapper à la pression environnante. Elle a été mariée. Son mari n’est pas mort. C’est bien pire que cela. Elle en a divorcé. Dans une société aussi conservatrice, dirigée par le Hamas depuis sa prise de pouvoir en 2007, l’idée d’une émancipation des femmes, d’une maîtrise de leur corps et de leurs désirs, ressemble à une grenade dégoupillée sur la place du marché. [...] A 28 ans, une femme est dépréciée si elle n’a pas époux et descendance. Les enfants, c’est la seule richesse que produit Gaza.
Ola et son mari ont été présentés de façon traditionnelle : sans se connaître au préalable. « La première fois que je l’ai vu, j’ai fait la grimace, dit-elle. Il a dit oui, je ne sais même pas pourquoi. » Les deux familles ont décidé de s’unir pour une raison géographique : leurs racines communes se trouvent à Jaffa, près de Tel-Aviv. Un destin de réfugiés en partage. Ola a 22 ans. Elle découvre rapidement que son mari se drogue. « Il hurlait et me frappait. Je l’ai emmené chez un thérapeute, j’ai fait de mon mieux. Puis je suis allé voir mon père, j’ai dit stop. Il a répondu : tu as peut-être besoin de réfléchir. C’était tout réfléchi. J’ai dit à mon mari : “Si tu acceptes le divorce, je ne te demanderai pas l’argent que j’ai amené dans notre couple, soit près de 25 000 dollars en bijoux et en salaires.” » Il accepte. Mais l’étape la plus dure commence : le tribunal religieux.
« On s’est présentés devant le juge, qui voulait nous réconcilier. Allah n’aime pas le divorce, disait-il. On a refusé. Il était très en colère. » Il faudra un an et demi à Ola pour obtenir les papiers du divorce. Son propre avocat, puis le cheikh magistrat, ont tous deux essayé d’avoir une relation sexuelle avec elle. « Ils se disaient forcément : elle est jeune, éduquée sexuellement, elle a déjà tout tenté pendant dix mois de mariage, son corps doit s’exprimer. Mais j’ai été forte. » [...]
Dans son bureau au Centre pour la consultation et la recherche juridique des femmes (CWLRC), la directrice, Zeinab Al-Ghounimi, soupire à l’évocation du sort des divorcées. Elle énumère dans quels cas elles peuvent prétendre à la séparation, selon la charia. « Si elle est victime de violences, si un homme ne peut avoir de relation sexuelle, si le mari est condamné à plus de trois ans de prison ou bien a déserté le foyer conjugal depuis plus d’un an… à chaque fois, la difficulté est d’apporter la preuve, explique-t-elle. Une femme qui divorce est vue comme la responsable de l’échec, parce qu’elle ne respectait pas son mari ou bien avait des désirs secrets. L’homme, lui, est forcément un sage, qui a le droit de donner des ordres. » [...]"

- Rocket fire challenging Israeli and Hamas leaderships (Ynet) - "The Grad rocket fired into Israel on Tuesday night may have been a message from Hamas' military wing to the organization's political leadership, but it was also a reminder that Israel's new government must adopt a strategy against the occasional rocket fire as soon as possible".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4661766,00.html

- Egypt opens Rafah - one way into Gaza (Elder of Ziyon) - "Given that on the average day Israel allows some 800 people to leave Gaza and hundreds more to enter through the Erez crossing, not to mention over 500 truckloads of goods every day into Gaza, it sounds like Egypt is the country that is blockading Gaza, not Israel".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/05/egypt-opens-rafah-one-way-into-gaza.html

- Amnesty using Hamas crimes as another excuse to attack Israel (Elder of Ziyon) - "Some people were surprised that Amnesty International issued a report actually condemning Hamas for brutally killing "collaborators" during last summer's Gaza war", but "it is interesting to see how Amnesty talks about Israel in this report".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/05/amnesty-using-hamas-crimes-as-another.html
"Some people were surprised that Amnesty International issued a report actually condemning Hamas for brutally killing "collaborators" during last summer's Gaza war.
"Hamas forces carried out a brutal campaign of abductions, torture and unlawful killings against Palestinians accused of “collaborating” with Israel and others during Israel’s military offensive against Gaza in July and August 2014, according to a new report by Amnesty International. ‘Strangling Necks’: Abduction, torture and summary killings of Palestinians by Hamas forces during the 2014 Gaza/Israel conflict highlights a series of abuses, such as the extrajudicial execution of at least 23 Palestinians and the arrest and torture of dozens of others, including members and supporters of Hamas’s political rivals, Fatah.
“It is absolutely appalling that, while Israeli forces were inflicting massive death and destruction upon the people in Gaza, Hamas forces took the opportunity to ruthlessly settle scores, carrying out a series of unlawful killings and other grave abuses,” said Philip Luther, Director of the Middle East and North Africa Programme at Amnesty International."
However, it is interesting to see how Amnesty talks about Israel in this report.
For starters, Amnesty must hang onto the illusion that Israel still occupies Gaza, even though they know very well that under international law, occupiers are responsible for maintaining the legal system of the occupied and Israel cannot do that. So it writes nonsensical passages like this:
"The legal situation in Gaza is complex due to the applicability of several distinct and overlapping bodies of international law, which provide the framework for examining the duties and obligations of various authorities with regard to the abuses described in this report. Those parties include Israel as the overall occupying power, the Hamas de facto administration in Gaza, the Palestinian authorities based in Ramallah in the West Bank, and the unity administration agreed between all Palestinian factions to which president Abbas appointed ministers in June 2014. ...In legal terms, Gaza has remained under Israeli occupation since June 1967 and Israel’s actions as the occupying power are regulated by the law of occupation, notably the Fourth Geneva Convention.(26)"
Footnote 26:
"The nature of that occupation of the West Bank and Gaza has shifted over the years, but Israel has maintained overall effective control – the sine qua non of belligerent occupation. Israel remains the occupying power in Gaza and continues to be bound by the law of occupation, particularly as regards the powers it continues to exercise over the population of Gaza. This does not negate the responsibilities of the Hamas authorities, who have had de facto administration over internal affairs in the Gaza Strip since June 2007, or those of the Palestinian authorities, which have jurisdiction over internal affairs in parts of the Occupied Palestinian Territories under the Oslo Accords."
Amnesty is creating a legal framework that simply doesn't exist to ensure that Israel is considered an "occupier" of territory that Amnesty knows Israel doesn't have effective control over. If Israel cannot dismiss a Gaza judge or a Gaza policeman, it is not the occupier. From the ICRC: "As legitimate State authority has now passed into the hands of the occupying power, the latter must take all measures in its power to restore and ensure, as far as possible, law and order and public safety."
This is expanded here:
"One of the most pressing tasks faced by any military government is the maintenance of law and order. With government buildings, stores, hospitals, and cultural facilities being looted, revenge killings taking place, and general lawlessness preventing the delivery of humanitarian aid, this has become an omnipresent concern for the coalition forces in Iraq. Their responsibility in this regard is unambiguously set forth in the U.S. Army's Field Manual 27-10: "The authority of the legitimate power having in fact passed into the hands of the occupant, the latter shall take all the measures in his power to restore, and ensure, as far as possible, public order and safety…." Thus, although there have been assertions that the coalition forces are not police, in fact occupation law imposes policing responsibilities on them during an occupation.
Although occupation forces must maintain law and order, pre-existing civil and criminal laws of the occupied territory remain in effect to the extent they are apolitical, consistent with the maintenance of public order, and otherwise appropriate (e.g., discriminatory or inhumane laws are void); understandably, members of the occupying forces are immune from the jurisdiction of local law enforcement and judicial authorities. The Occupying Power may issue regulations, including penal regulations, necessary to meet its obligations under occupation law. ...Common examples include censorship of the media, limitations on public gatherings, and control over travel and means of transportation (whether private or public). Penal provisions cannot be retroactive and do not come into effect until published in the inhabitants' language. Overall, occupation law seeks a balance between the maintenance of order and the preservation of the pre-existing legal order."
Obviously all of these are impossible for Israel, meaning Israel isn't occupying Gaza. But Amnesty clings onto their absurd definition. (It does fall short of directly blaming Israel for not creating a judicial system that could prosecute Hamas war criminals, knowing that such a call would open it up to ridicule.)
At the end of the report, though, Amnesty reveals a possible reason why it issued this report ostensibly against Hamas - in order to pressure Israel to do what Amnesty wants!
"TO THE ISRAELI AUTHORITIES
The Israeli authorities should co-operate with any independent and impartial international investigation, judicial or non-judicial, including the work of the Commission of Inquiry set up by the UN Human Rights Council in July 2014 and any follow-up mechanisms established by the Council, by offering complete access to relevant personnel, documents, and other material. They should seek to ensure that the cases documented in this report, among others, are investigated impartially and independently and that, wherever there is sufficient admissible evidence, any alleged perpetrator is brought to justice in proceedings that fully respect international fair trial standards.
They should also:
- Allow Amnesty International and other human rights organizations, as well as UN appointed investigators, including any follow-up mechanisms to the Commission of Inquiry and UN special rapporteurs, unrestricted access to Israel and the Occupied Palestinian Territories, including the Gaza Strip, to investigate these and other suspected violations of international law by all parties to the conflict;" Becaus
e of Hamas crimes?
"- Co-operate with any investigation of the International Criminal Court, or national courts undertaking investigations under domestic universal jurisdiction laws;" Is the ICC interested in prosecuting Hamas?
"- Rescind any punitive measures taken following Palestine’s signature of the Rome Statute and refrain from imposing any additional punitive measures if the Palestinian authorities take further steps to pursue international justice for crimes under international law;" What does this have to do with the subject of the report?
"- Completely lift the blockade on the Gaza Strip, including by permitting the unrestricted transfer of construction materials into the Gaza Strip and the transfer of goods from Gaza to Israel and the West Bank, subject only to necessary and proportionate security checks, as an essential step towards addressing the shelter and protection needs of Gaza’s 1.8 million civilians;" What does this have to do with the subject of the report?
"- Accede to the Rome Statute of the International Criminal Court and issue a declaration accepting the International Criminal Court’s jurisdiction since 1 July 2002." What does this have to do with the subject of the report?
Under the excuse of allowing any UN or international investigation into Hamas activity - investigations that simply will never happen - Amnesty is demanding that Israel open itself up to biased prosecutions, for example under the Rome Statute that includes text written specifically to damn Israel and no other country. [...]"

***************************************

"Processus de paix"


- Netanyahu ambigu sur la solution à deux Etats ? Peut-être pas, Raphael Ahren (Times of Israel) - "il interprète le refus des Palestiniens de reconnaître Israël comme un Etat juif comme une indication que le leadership palestinien n’est pas prêt à abandonner toutes ses démarches contre Israël une fois pour toutes et à une coexistence pacifique".
http://fr.timesofisrael.com/netanyahu-ambigu-sur-la-solution-a-deux-etats-peut-etre-pas/
"Aux États-Unis, ils appellent cela un « flipflop ». En Israël, un zigzag et en France, une volte-face, mais peu importe le nom que vous lui donnez, le Premier ministre Benjamin Netanyahu devient apparemment maître du changement d’avis, au moins sur la question de l’Etat palestinien. Ou alors ce n’est qu’une apparence. Observez tout cela d’un peu plus près, et vous verrez que la position du Premier ministre est demeurée constante – la solution à deux Etats comme un idéal, qui ne peut être réalisé aujourd’hui. [...]
Il a d’abord exprimé la volonté d’accepter un Etat palestinien démilitarisé reconnaissant Israël comme la patrie juive dans un discours historique à l’université Bar-Ilan en 2009. Et malgré des déclarations orientées vers un électorat de droite avant les dernières élections, Netanyahu n’a jamais vraiment renié son engagement envers le principe de deux Etats pour deux peuples.
Dans le même temps, cependant, il est convaincu que la conjoncture géopolitique actuelle transformerait une future Palestine en un repaire de terroristes qui mettrait en péril la survie d’Israël. En outre, il interprète le refus des Palestiniens de reconnaître Israël comme un Etat juif comme une indication que le leadership palestinien n’est pas prêt à abandonner toutes ses démarches contre Israël une fois pour toutes et à une coexistence pacifique. Enfin, sa base politique peut absorber un engagement rhétorique à la solution à deux Etats, mais craint une révolte en cas de gestes concrets pour diviser la terre d’Israël.
C’est l’affrontement entre ce que Netanyahou considère comme un idéal rêveur et la dure réalité qui condamne sa position sur un Etat palestinien à une impasse débilitante. Par conséquent, sa volonté déclarée de délimiter les zones qu’Israël garderait sous un futur accord mardi ne devrait pas être considérée comme l’indication d’une nouvelle flexibilité. Mais probablement comme un peu plus qu’une manœuvre pour apaiser le monde et garantir la légitimité internationale des blocs d’implantations, afin de pouvoir continuer à y construire sans être martelé par la scène internationale à chaque fois qu’un nouvel appel d’offres est émis. [...]"

- Campaign to quash Palestinian bid to suspend Israel from FIFA (Ynet) - "Following series of arrests in FIFA corruption scandal, Israeli diplomats call into question organization's credibility, saying Qatar could have paid countries to vote in favor of Palestinians as it may have done with World Cup".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4662441,00.html

***************************************

Monde arabe

- Les judokas israéliens, loin d’être les bienvenus au Maroc (Times of Israel) - "Les spectateurs brandissaient des drapeaux palestiniens, en criant « Nous allons vous tuer », tout en huant chaque fois qu’un membre de l’équipe israélienne apparaissait".
http://fr.timesofisrael.com/les-judokas-israeliens-loin-detre-les-bienvenus-au-maroc/
"L’équipe de judo israélienne qui s’est rendu au Tournoi de judo World Masters, le week-end dernier à Rabat, au Maroc, a été pratiquement interdite d’entrer dans le pays. L’équipe israélienne a participé à la compétition devant une foule hostile.
Les difficultés des sept membres de l’équipe ont commencé avant même leur arrivée à l’aéroport Ben Gurion, selon Walla. Lorsque les responsables du Shin Bet ont refusé de sécuriser leur voyage, l’équipe a dû avoir recours à des gardes de sécurité du secteur privé pour se rendre à Rabat. Les passeports des Israéliens ont été confisqués à leur atterrissage au Maroc. Là, ils n’ont pas été autorisés à entrer dans le pays, ont été consignés dans une chambre sans chaises, sans nourriture ni eau pendant près de neuf heures.
L’équipe avait tenu à se rendre au tournoi malgré les difficultés car la compétition pouvait leur fournir suffisamment de points pour se qualifier aux Jeux olympiques de 2016 qui se tiendront à Rio de Janeiro, selon Ynet.
Les autorités marocaines ont d’abord évoqué l’absence de visas de l’équipe israélienne pour expliquer l’incident à l’aéroport, puis ont modifié leurs motifs, disant qu’une arme avait été trouvée dans les bagages d’un membre de l’équipe, selon Ynet. Le président de l’Association de judo israélienne, Moshe Ponti, a contacté Marius Vizer, président du comité exécutif de la Fédération internationale de judo, pour de l’aide. A l’intervention de Vizer, dont une menace d’annuler le concours si toute l’équipe israélienne n’était pas relâchée, les autorités marocaines ont permis aux Israéliens de rejoindre leur hôtel, sous la protection d’une unité des gardes de sécurité du roi.
Les choses n’ont fait qu’empirer pendant le week-end. Le drapeau israélien était absent du lieu de l’événement sportif, ce qui a incité un représentant de la Fédération internationale de judo à exiger que tous les drapeaux des pays participants soient retirés. Par ailleurs, l’équipe israélienne n’était pas mentionnée sur le site web officiel du tournoi. Les spectateurs brandissaient des drapeaux palestiniens, en criant « Nous allons vous tuer », tout en huant chaque fois qu’un membre de l’équipe israélienne apparaissait.
« Ce qui est arrivé au Maroc est une honte, » a écrit la judoka Yarden Gerbi sur sa page Facebook. « En tant qu’Israélienne, je me suis sentie honteuse d’attendre 8 heures à l’aéroport, d’entendre la foule me huer, moi et mes coéquipiers, et nous souhaiter la défaite – et pourquoi ? Parce que nous sommes Israéliens. Nous sommes venus pour le sport, rien que le sport, et non pour de la politique. C’est une source d’embarras pour le Maroc et l’organisation. J’espère que nous, Israéliens, et personne d’autre, d’ailleurs, ne fera jamais l’expérience à nouveau d’un tel comportement. C’est contre le sport en général, et le judo en particulier. »
L’équipe israélienne n’a remporté aucune médaille dans la compétition. « Je suis très déçu – pas des résultats, mais du comportement des spectateurs », a déclaré Ponti."

- Jordanian MP says the conflict isn't Pal/Israeli but Arab/Zionist (Elder of Ziyon) - "On Sunday, Al Quds University hosted something called "The Islamic Jerusalem Conference." One of the sponsors for this conference with the strangely exclusionary title was none other than Mahmoud Abbas. During the conference, Jordanian MP Al-Battoush admitted that the conflict in Palestine is not an Israeli-Palestinian conflict but a Zionist-Arab conflict. Other speakers echoed the theme. Jordan’s Chief of Justice, Sheikh Ahmad Halil, said that that "Jordanian leadership supports Palestine and that the Palestinian cause is the cause of all Arabs"."
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/05/jordanian-mp-says-conflict-isnt.html

***************************************

Iran

- Téhéran refuse d’ouvrir ses bases militaires, Yves-Michel Riols (Le Monde) - "Au cours des derniers jours, les divergences sont devenues de plus en plus perceptibles sur l’un des points-clés d’un éventuel accord : les mesures d’inspections pour vérifier que Téhéran tient ses promesses".
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/05/28/teheran-refuse-d-ouvrir-ses-bases-militaires_4642416_3218.html
"C’est un signe des tensions à venir. Alors qu’un nouveau cycle de négociations sur le nucléaire iranien a repris, mercredi 27 mai, à Vienne, l’un des chefs de file de la délégation iranienne, Abbas Araghchi, a averti que les pourparlers, qui ont déjà été prolongés à deux reprises, pourraient « continuer au-delà » de la date butoir du 30 juin. Une hypothèse aussitôt rejetée par les Etats-Unis.
Quoi qu’il en soit, cet avertissement iranien illustre à quel point les tractations se tendent à l’approche de l’échéance finale. Au cours des derniers jours, les divergences sont devenues de plus en plus perceptibles sur l’un des points-clés d’un éventuel accord : les mesures d’inspections pour vérifier que Téhéran tient ses promesses. Le sujet a été au cœur des discussions, à Vienne, entre les experts iraniens et ceux du groupe dit « P5 + 1 », qui comprend les Etats-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne.
Le dispositif concernant les mécanismes de surveillance fait partie d’un vaste paquet de clauses adoptées entre l’Iran et les pays du « P5 + 1 », le 2 avril à Lausanne (Suisse), dont les contours précis doivent être finalisés dans les prochaines semaines. Or, sans consensus sur ce volet, c’est l’ensemble de la négociation qui est fragilisé. Avant de lever les sanctions internationales contre l’Iran, les Occidentaux veulent s’assurer que l’accord final grave dans le marbre des garanties sur les inspections pour empêcher toute course clandestine vers la bombe atomique par Téhéran. [...]
Lors de la conclusion de l’accord-cadre de Lausanne, dont le contenu n’a pas été rendu public, John Kerry, le secrétaire d’Etat américain, a assuré que des inspections seraient possibles « partout et à tout moment », faisant ainsi référence aux sites militaires dont Téhéran refuse l’accès aux observateurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), l’instance de l’ONU chargée de veiller à la non-prolifération nucléaire. M. Kerry avait également affirmé que certaines mesures de surveillance resteraient en vigueur « indéfiniment », soit au-delà de la période de dix ans pendant laquelle l’Iran s’engagerait à limiter son programme nucléaire.
Dans le cadre d’un accord, il reviendra à l’AIEA de vérifier que l’Iran tient ses engagements, une procédure qui pourrait prendre plusieurs mois. Si l’agence donne ensuite son feu vert, les pays du « P5 + 1 » devraient alors accepter de lever progressivement les sanctions internationales qui frappent durement l’économie iranienne.
Pour mener correctement ses inspections, l’AIEA, qui dispose d’une dizaine d’observateurs en permanence en Iran, « a le droit de réclamer l’accès à tous les sites, y compris militaires », a souligné son directeur général, Yukiya Amano, dans un entretien au Monde et à l’AFP à l’occasion de son déplacement en France, les 26 et 27 mai. Cette disposition, a-t-il rappelé, est prévue par le protocole additionnel de l’AIEA, que l’Iran s’est engagé à appliquer en cas d’accord, et qui permet des inspections renforcées.
En guise de bonne foi, l’Iran avait signé ce protocole en 2003 lors des premières négociations avec les Occidentaux qui ont échoué en 2005. Mais le texte n’a jamais été ratifié par le Parlement iranien. Or, comme son contenu n’a pas été divulgué, on ignore s’il contient des clauses restrictives concernant certains sites. « Le protocole additionnel est un document standard, il n’y a pas de mesures spécifiques pour l’Iran », affirme M. Amano.
Mais cette interprétation est contestée par Téhéran. Le Guide suprême, Ali Khamenei, a édicté, le 20 mai, ce qui ressemble à une « ligne rouge » pour les négociateurs iraniens. « Nous avons déjà dit que nous ne permettrons aucune inspection des sites militaires de la part des étrangers », a-t-il insisté. Il a également précisé qu’il n’autoriserait pas de contacts avec les chercheurs du programme atomique, alors que les Occidentaux réclament depuis des années la possibilité d’interroger l’ingénieur Mohsen Fakhrizadeh Mahabadi, considéré comme le principal architecte du programme nucléaire iranien. Ils demandent aussi de pouvoir se rendre sur la base militaire de Parchin, près de Téhéran, sur laquelle l’Iran est soupçonné d’avoir conduit des recherches sur des détonateurs pouvant servir à une bombe atomique. Les inspecteurs de l’AIEA n’ont plus accès à Parchin depuis 2005.
Laurent Fabius a dévoilé une autre zone d’ombre en révélant, le 20 mai, que l’Iran réclame un délai de 24 jours avant d’autoriser des inspections de l’AIEA en cas de présomption d’infraction par les pays du « P5 + 1 ». Or, a-t-il souligné, « en 24 jours, il y a beaucoup de choses qui peuvent disparaître ». M. Fabius a aussi clairement laissé entendre qu’il y avait encore de nombreux obstacles à surmonter avant de parvenir à un accord définitif : « Il faut entrer, de façon très précise, dans les annexes, ce n’est pas le cas encore », a-t-il déclaré."

- Paris s’opposera à un accord si l’Iran refuse l’inspection de ses sites militaires (AFP)
fr.timesofisrael.com/paris-sopposera-a-un-accord-si-liran-refuse-linspection-de-ses-sites-militaires/
"[...] « Il n’y aura pas d’acceptation (de l’accord) de la France s’il n’est pas clair qu’une vérification pourra être faite auprès de toutes les installations iraniennes, y compris les sites militaires », a déclaré M. Fabius devant les députés, en souhaitant que toutes les grandes puissances engagées dans les négociations « adoptent la position française ». « Sur ce point, j’aimerais que la totalité des grands pays qui discutent avec nous adoptent la position française », a poursuivi le ministre. « Oui à un accord, mais non à accord qui permettrait à l’Iran d’avoir la bombe atomique : c’est la position de la France, puissance indépendante et puissance de paix », a-t-il dit. [...]
Plusieurs points sensibles de cet accord global font l’objet de discussions intenses. L’Iran exclut ainsi toute inspection de ses sites militaires au nom de la protection de ses intérêts nationaux mais accepterait un « accès réglementé » à ces sites pour les experts étrangers dans le cadre du protocole additionnel au Traité de non prolifération nucléaire. Yukiya Amano, le directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), qui sera chargée de mettre en oeuvre un éventuel accord nucléaire, a souligné mercredi que l’agence onusienne devrait pouvoir avoir accès à tous les sites, y compris militaires. [...]"

***************************************

USA

- Israël et les quatre vérités d’Obama, Alain Frachon (Le Monde) - "Il concède que « les Palestiniens ne sont pas toujours les partenaires les plus faciles ». Il comprend que l’environnement moyen-oriental actuel, violent et chaotique, n’est guère propice et « effraie nombre de familles juives ». A quoi il faut ajouter ce qui se passe en Europe, poursuit-il, « l’émergence d’un antisémitisme ouvert, (…) d’une rhétorique antisémite et anti-Israël (…) alors que la génération de l’Holocauste a à peine disparu »."
http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2015/05/28/israel-et-les-quatre-verites-d-obama_4642019_3222.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages