Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2015 4 07 /05 /mai /2015 15:37

France


- Mort de Yasser Arafat : les juges français ont terminé leur enquête (AFP) - "Les experts mandatés par la justice française ont une nouvelle fois écarté en début d'année la thèse d'un empoisonnement".
https://fr.news.yahoo.com/mort-yasser-arafat-juges-fran%C3%A7ais-termin%C3%A9-enqu%C3%AAte-192028155.html
"Les juges français saisis de l'enquête sur la mort en 2004 de Yasser Arafat ont clos fin avril leur information judiciaire ouverte pour "assassinat", a annoncé mardi à l'AFP le parquet de Nanterre, près de Paris. "Les juges d'instruction ont clôturé leur information et le dossier a été transmis le 30 avril au parquet", qui a trois mois pour présenter ses réquisitions, a indiqué le parquet. Les experts mandatés par la justice française ont une nouvelle fois écarté en début d'année la thèse d'un empoisonnement au polonium 210 du chef historique des Palestiniens, mort dans un hôpital près de Paris le 11 novembre 2004. [...]"
- PA to appeal closing of French probe into Arafat’s death (Times of Israel) - "Tirawi, a member of Fatah’s Central Committee who heads the official Palestinian investigation commission into Arafat’s death, claimed that the French request “indicated that the there is a secret the French want to cover up,” Israel Radio reported".
http://www.timesofisrael.com/pa-to-appeal-closing-of-french-probe-into-arafats-death/
- Another day, another PA conspiracy theory (Elder of Ziyon) - "If the French - who seem to have been handpicked by the PLO to investigate, along with Russia and the Swiss - don't corroborate the PLO's official line that Arafat was murdered, then they must be in on the conspiracy! The Russian scientists came to the same conclusion as the French".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/05/another-day-another-pa-conspiracy-theory.html

- Dieudonné, le fond Dutroux (Memorial 98) - "Depuis le lundi 4 mai , sur le site "Quenel Plus" de Dieudonné, s'affiche ce qui est présenté comme un entretien avec Patrice Alègre, actuellement détenu à la centrale de Poissy pour cinq meurtres, une tentative de meurtre et six viols qu'il a reconnus" ; "Apocryphe ou non, le contenu de cet « entretien » est difficilement soutenable à la lecture" ; "Une partie des antisémites qui commentent ce texte sur le site de Dieudonné, se déclarent choqués. Bien évidemment, quand ceux là disaient qu'on pouvait rire de tout, ils pensaient surtout qu'on pouvait rire des victimes juives du génocide perpétré par les nazis".
http://www.memorial98.org/2015/05/dieudonne-le-fond-dutroux.html

- Commentaires du jour sur Le Monde.fr - dernière fournée, l'écume haineuse créée par le journal en début de semaine finit enfin par se tarir...
http://www.lemonde.fr/proche-orient/reactions/2015/05/04/les-derives-de-l-armee-israelienne-a-gaza_4626902_3218.html
- Opinions dissidentes (Hier)
"Le Hamas création des services israéliens pour diviser les palestiniens et nuire à Arafat signataire des accords d’Oslo. L’extrême droite fanatique tient en lisière Nétanyahou et imagine de recréer le royaume de Salomon [...]"
- les correcteurs du Monde !!! (05/05/2015 - 13h32)
"[...] la mort des 4 enfants qui jouaient au ballon , des enfants, pas des hommes, pas des soldats, pas d'armes, seulement 4 enfants dont un officier juif a ordonné qu'on leur tire dessus, celui-ci mérite la pendaison pour crime de guerre, et vous en parlez pas"
- Kevin S. (06/05/2015 - 15h31)
"Rien de nouveau dans ce rapport. Israël est une puissance coloniale dont la population sombre chaque jour un peu plus dans l'extrémisme, sous l’œil mi-complice mi-impuissant des occidentaux (Munich ?). Comme pour l'Apartheid Sud-Africain, seules des sanctions économiques feront plier Israël et permettront une solution juste à 2 Etats pour 2 peuples. Il faut boycotter l'Etat Israélien (www.bdsfrance.org)"
http://www.lemonde.fr/proche-orient/reactions/2015/05/04/j-ai-vise-des-cibles-civiles-parfois-juste-pour-le-plaisir_4626922_3218.html
- C. 05/05/2015 - 18h50
"[Ce sont] des attaques délibérées, répétées incessamment, organisées et politiquement assumées dans le cadre d'une entreprise de terrorisme d'Etat contre une population civile [...]. Le problème avec Israël, c'est sa relation à la nécessité militaire et à la proportionnalité et j'ai bien peur que ça continue."
- C. S. (05/05/2015 - 19h40)
"Le témoignage est, pour moi, à la limite du supportable. Comment l'armée "la plus morale du monde" peut-elle être fière de tirer sur des civils ? Comment les dirigeants de ce pays peuvent-ils laisser leur armée s'amuser à viser des civils et ensuite s'amuser de leur malheur ? [...]"
- Allo (05/05/2015 - 23h04)
"[...] Les soldats israéliens jouissent d'une impunité écœurante. La politique criminelle et honteuse d'Israel aussi. Ca cessera un jour."
- Christian Eypper (06/05/2015 - 16h54)
"C'est monstrueux bien sur. Le plus inquiétant est la tentative de légitimer les crimes de guerre ( ici omniprésente). [...]"
http://www.lemonde.fr/proche-orient/reactions/2015/05/04/israel-a-une-vision-singuliere-du-droit-de-la-guerre_4626912_3218.html
- Allo (05/05/2015 - 16h03)
"[...] Pendant des décennies personnes ne savait ce qui se passait dans les Territoires. Les palestiniens étaient tués, déportés, emprisonnés, torturés. [...] Personne n'était au courant. Internet a tout changé. [...] lorsque l'on se déclare "armée la + morale" ou que l'on prétend défendre des "valeurs", que l'on assimile Israel à la tragédie de la Shoah et que tout à coup le monde découvre ce qui se passe. [...]"

*****************************************************

Rapport Breaking the Silence

- Matti Friedman (ex-reporter for Associated Press) on the Breaking the Silence report (Facebook) - "Infantrymen at the bottom of the hierarchy often don’t understand what they’re seeing, or the reasons for what they’re doing, and I’m speaking from experience. Things that make no sense to a private, sergeant, or lieutenant sometimes (but by no means always) make more sense if you go a few notches up the command chain".
https://www.facebook.com/matti.friedman.1/posts/10155504193730416?pnref=story
"I’ve been asked a few times about the “Breaking the Silence” report that is currently being played up by the international press, as is any report that fits the narrative of Israelis as war criminals. (Contradictory reports, like the recent one I posted here from two US military experts, are not considered news.) I hope that most intelligent people have stopped taking international press coverage of Israel too seriously. But there are a few things that are important to understand.
1. War is awful and people come back feeling upset about things they’ve seen and done. Some observers are reliable, and others aren’t. Some of the things described in the report no doubt happened as they were described. Others didn’t. Infantrymen at the bottom of the hierarchy often don’t understand what they’re seeing, or the reasons for what they’re doing, and I’m speaking from experience. Things that make no sense to a private, sergeant, or lieutenant sometimes (but by no means always) make more sense if you go a few notches up the command chain. Young soldiers tend not to understand this, certainly not at the time and not immediately afterward. For example, open-fire regulations at a particular time could seem too aggressive given your limited understanding of where you are. If you have all of the information at your disposal – and no soldier does – you might understand why. A target shelled for reasons unknown to you might have been shelled for good reason after all. Or not. You don’t know, and in many cases (but not all) it’s a mistake to think you do. Drawing broad conclusions about Israeli military practice from “testimonies” of this kind is irresponsible.
2. Professional journalists looking at this report, and at similar reports, should be asking (but aren't, of course): Compared to what? IDF open-fire regulations are lax – compared to what? Civilian casualty rates are high – compared to what? Compared to the U.S. in Fallujah? The British in Northern Ireland? The Canadians in Helmand Province? “Lax” and “high” are relative terms. If Israel is being compared to other countries in similar situations, we need to know what the comparison is. Otherwise, beyond the details of individual instances the broad criticism is meaningless.
3. Breaking the Silence is described as an organization of Israeli veterans trying to expose Israelis to the nature of service in the occupied territories, in order to have a political impact on Israeli society. That's what it was a long time ago, and it once had an important role to play. But now it's something else. Today, like B’Tselem and others, it's a group funded in large part by European money which serves mainly to provide international reporters with the lurid examples of Israeli malfeasance that they crave. They are not speaking to Israelis, but are rather exploiting Israelis' uniquely talkative and transparent nature in order to defame them.
There is actually a fairly straightforward solution to this problem. Any group genuinely fighting for the character of Israeli society should do so in Hebrew, which is the language that Israelis speak. If you're expending a great deal of energy and money translating your materials into English and speaking to foreign reporters, as we’re seeing Breaking the Silence do right now, I think it's fair to ask what, exactly, you're up to. How is speaking to the international press supposed to swing Israelis in your direction? Of course it has the opposite effect.
As long as this state of affairs continues, Israelis will be correct in identifying this group and its sister organizations as people paid by foreigners to say things that a lot of foreigners want to hear Israelis say. And Israelis will continue to live without the strong left that we need – one that comes from Israel, is part of Israel, and is concerned with bettering our society, not with posturing for an audience abroad whose hostile obsession with us has nothing to do with us at all."

- Breaking the Silence: A Middleman For Anonymous Sources, Simon Plosker (Honest Reporting) - "In essence, the media are using Breaking the Silence as a middleman to avoid due diligence on the sources. Breaking the Silence’s report doesn’t meet the accepted standards that journalists themselves apply to their own reports".
http://honestreporting.com/breaking-the-silence-a-middleman-for-anonymous-sources/
"Too often, when it comes to reporting on Israel and the Palestinians, unverified “eyewitnesses” or unnamed sources are a feature of media stories, especially those that impact negatively on Israel.
And so it is with a story concerning the Breaking the Silence organization, which has published a collection of soldiers’ testimonies about last year’s Gaza war. It is covered widely by international media outlets, including CNN, BBC, NPR, The Guardian, Daily Telegraph, Sydney Morning Herald, The Independen, Financial Times, and the London Review of Books (by radical left-wing Israeli Professor Neve Gordon). [...]
But what about the warped journalistic ethics behind the reporting of this story? Clearly the Breaking the Silence story is based entirely on anonymous testimonies. In essence, the media are using Breaking the Silence as a middleman to avoid due diligence on the sources. Breaking the Silence’s report doesn’t meet the accepted standards that journalists themselves apply to their own reports.
And what about questioning the motivations behind Breaking the Silence? As journalist Jake Wallis Simons recounted back in 2013 when he conducted interviews with BtS staff:
"It was only a hunch at first. But later, the bias of the organisation became clearer. During a break between interviews, I asked Yehuda Shaul, one of the founders of the organisation, how the group is funded. It was with some surprise that I learned that 45 per cent of it is donated by European countries, including Norway and Spain, and the European Union. Other donors include UNICEF, Christian Aid and Oxfam GB. To me this seemed potentially problematic.
As is the case in all democracies, the IDF is an organ of the state, not a political decision-maker. If the goal of Breaking the Silence was simply to clean up the Israeli military, it wouldn’t be such a problem. Instead, the aim is to “end the occupation”, and on this basis it secured its funding.
It appeared, therefore, that these former soldiers, some of whom draw salaries from Breaking the Silence, were motivated by financial and political concerns to further a pro-Palestinian agenda. They weren’t merely telling the truth about their experiences. They were under pressure to perform.
Indeed, I later discovered that there have been many allegations in the past that members of the organisation either fabricated or exaggerated their testimonies."
NGO
Monitor also notes the foreign government and NGO donations that funded Breaking the Silence’s latest publication and exposes:
"Contrary to BtS’ claim that “the contents and opinions in this booklet do not express the position of the funders,” NGO Monitor research reveals that a number of funders made their grants conditional on the NGO obtaining a minimum number of negative “testimonies.” This contradicts BtS’ declarations and thus turns it into an organization that represents its foreign donors’ interest, severely damaging the NGO’s reliability and its ability to analyze complicated combat situations."
You can read NGO Monitor’s initial analysis of the Breaking the Silence publication here, which highlights some serious flaws.
But this hasn’t stopped the media from relying on anonymous testimonies to affirm Israeli guilt. As HonestReporting has previously noted concerning anonymous sources, a lack of transparency raises doubts about the quality of the journalism and trust in the reporter. It’s a leap of faith. In this latest case, journalistic ethics appear to be secondary."

- New “Breaking the Silence” Report Maliciously Defames Israel, Dore Gold (former Israeli ambassador to the UN, president of the Jerusalem Center for Public Affairs) - "As in previous cases, Breaking the Silence refuses to provide the names of these witnesses or to make them available to IDF investigators who are charged with investigating all accusations of army wrong-doing".
http://jcpa.org/new-breaking-the-silence-report-maliciously-defames-israel/
"The Jerusalem Center recently published an extensive study of Operation Protective Edge entitled The Gaza War 2014: The War Israel Did Not Want and the Disaster It Averted. The book includes a chapter by Lt. Col. (res.) David Benjamin, who served in the IDF Military Advocate General’s Corps (MAG) as Chief Legal Advisor for the Gaza Strip. That chapter, along with other research in the book, shows how the IDF goes to great lengths to avoid civilian casualties and to comply with international law. The IDF investigates any incident that may involve violation of those rules.
An IDF Fact Finding Assessment Mechanism (FFAM) was set up and activated during Operation Protective Edge. The FFAM, headed by a major-general and composed of operational and legal experts, mostly reservists, began its work about two weeks into the operation. To date, around 100 incidents have been referred by the MAG for examination by the FFAM.
The organization Breaking the Silence recently alleged that testimonies it collected from anonymous Israeli soldiers showed that the IDF employed indiscriminate fire in Gaza that resulted in many Palestinian civilian casualties and widespread destruction.
As in previous cases, Breaking the Silence refuses to provide the names of these witnesses or to make them available to IDF investigators who are charged with investigating all accusations of army wrong-doing. Other NGOs often provide details of their cases, usually from the Palestinian perspective, so that the IDF Military Advocate General’s Corps (MAG) can investigate such incidents. It is clear that Breaking the Silence is less interested in uncovering the facts and instead seeks to defame the State of Israel."

- Guardian amplifies Breaking the Silence’s baseless allegation of Israeli racism (UK Media Watch) - "In summary, a predictable charge of racism against the IDF cited by the NGO Breaking the Silence, cited uncritically by the Guardian, is levelled without any serious evidence".
http://ukmediawatch.org/2015/05/04/guardian-amplifies-breaking-the-silences-baseless-allegation-of-israeli-racism-during-protective-edge/

- BBC editorial guidelines flouted in promotion of ‘Breaking the Silence’ booklet (BBC Watch) - "How did the BBC News website describe the foreign funded Israeli NGO ‘Breaking the Silence’ – described by Amos Harel in Ha’aretz in 2009 as an organization which “has a clear political agenda, and can no longer be classed as a human rights organization” – when it published an article on May 4th titled “Israeli military ‘fired indiscriminately’ in Gaza” which is based entirely on a report put out by that NGO on the same day?"
http://bbcwatch.org/2015/05/05/bbc-editorial-guidelines-flouted-in-promotion-of-breaking-the-silence-booklet/

*****************************************************

Israël

- Israël : Netanyahu arrache au forceps une coalition précaire, Laurent Lozano (AFP) - "la majorité qu'il s'est assurée au prix de concessions considérables est tellement ténue qu'elle est soumise au caprice, à la défection voire à l'absence du premier parlementaire venu".
https://fr.news.yahoo.com/isra%C3%ABl-netanyahu-conclut-accord-gouvernement-in-extremis-200901241.html
"Le Premier ministre israélien sortant Benjamin Netanyahu est parvenu mercredi soir in extremis à former dans la douleur une coalition de gouvernement dont les commentateurs se demandent combien de temps elle va durer.
M. Netanyahu a conclu juste avant l'échéance de minuit un accord avec le parti nationaliste religieux Foyer juif, lui assurant dans le parlement issu des récentes législatives une majorité minimale de 61 sièges sur 120. "Je vais de ce pas sortir d'ici pour appeler le président et le président de la Knesset pour leur dire que j'ai réussi à former un gouvernement", devait déclarer M. Netanyahu au Parlement selon des propos diffusés en avance par son parti du Likoud (droite).
M. Netanyahu avait jusqu'à minuit pour réunir une majorité de gouvernement. Sans l'accord de dernière minute avec le Foyer juif, qui a chèrement vendu son soutien, M. Netanyahu aurait essuyé l'affront de voir le président Reuven Rivlin confier à un autre - probablement le leader travailliste Isaac Herzog - la charge d'essayer à son tour de former un gouvernement.
Malgré plus de quarante jours de marchandages et de surenchères, il a fallu à M. Netanyahu et ses collaborateurs négocier jusqu'aux derniers instants avec le Foyer juif pour arracher aux forceps une coalition de droite qui fait une place de choix aux nationalistes religieux et aux ultra-orthodoxes. M. Netanyahu doit présenter son gouvernement à la Knesset pour recueillir sa confiance "le plus tôt possible la semaine prochaine", a-t-il dit à M. Rivlin selon la présidence.
Mais la majorité qu'il s'est assurée au prix de concessions considérables est tellement ténue qu'elle est soumise au caprice, à la défection voire à l'absence du premier parlementaire venu. M. Netanyahu est un "général sans soldats", a écrit le quotidien Maariv. Le quadrige constitué par le Likoud de M. Netanyahu, le Foyer juif, les partis ultra-orthodoxes Judaïsme unifié de la Torah et Shass et le parti de centre-droit Koulanou menace d'être incontrôlable. S'il durait, de grandes réformes promises comme celles du logement ou de la banque paraissent bien compromises. Certains commentateurs ne lui donnent même pas jusqu'à la fin de l'année. Ils spéculent déjà autour de l'idée, dans l'air depuis un moment, d'un gouvernement d'union nationale entre le Likoud et la gauche.
Le quatrième gouvernement de M. Netanyahu est confronté à des défis majeurs: les menaces sécuritaires à toutes les frontières d'Israël, la possibilité d'un accord nucléaire international avec l'Iran, le grand ennemi d'Israël, la restauration des liens détériorés avec les Etats-Unis, l'offensive diplomatique et judiciaire des Palestiniens, le coût de la vie et les inégalités sociales. Le grand allié américain a clairement signifié combien il observait avec attention la formation du gouvernement israélien.
Au moment d'affronter ces défis, "Netanyahu se retrouve avec une situation ingérable. La première chose qu'il va faire demain (jeudi) à 8H00, c'est prendre son téléphone et commencer à travailler à une coalition avec le Parti travailliste", dit à l'AFP le politologue Emmanuel Navon. M. Netanyahu a lui-même sous entendu qu'il chercherait à élargir sa coalition. "J'ai déjà dit que 61 (sièges), c'était un bon chiffre. Mais plus de 61, c'est encore mieux", a-t-il dit.
Ce ne sont pas forcément les partis ultra-orthodoxes qui risquent le plus de rendre la vie impossible à M. Netanyahu, pour autant que le gouvernement satisfasse les attentes religieuses et sociales de leurs électeurs. Au contraire, M. Netanyahu "fera tout pour se débarrasser de (Naftali) Bennett", le chef du Foyer juif, dit M. Navon. La réussite ou l'échec de M. Netanyahu a été soumis jusqu'au bout au bon vouloir de M. Bennett qui a continué mercredi à faire monter les enchères en réclamant, en échange du soutien de ses huit députés, l'important portefeuille de la Justice, en plus de ceux déjà consentis de l'Education et de l'Agriculture.
L'accord conclu entre le Likoud et le Foyer juif (qui doit encore être formalisé malgré son annonce) concède en plus au parti nationaliste la présidence de la commission parlementaire des lois, parachevant une emprise inédite sur l'appareil judiciaire, selon le quotidien Haaretz. Le Foyer juif obtiendrait aussi un poste de ministre adjoint de la Défense. "Les négociations sont terminées, la campagne est finie, maintenant nous nous mettons au travail", a dit M. Bennett sur Twitter après l'annonce de l'accord.
Mais il y a loin entre le Netanyahu grand vainqueur des législatives du 17 mars et le Netanyahu soumis aux exigences d'un homme avec lequel les relations sont notoirement détestables. "Que va-t-il rester de tout cela au bout du compte", éditorialisait Maariv mercredi, "un gouvernement qu'il (M. Netanyahu) ne souhaiterait pas à ses ennemis"."
- Sur le fil, Nétanyahou forme son gouvernement, Cyrille Louis (Le Figaro) - « D'empereur, Benyamin Nétanyahou s'est subitement transformé en canard boiteux ».
http://www.lefigaro.fr/international/2015/05/06/01003-20150506ARTFIG00486-sur-le-fil-netanyahou-forme-son-gouvernement.php
"Tout ça pour ça… Benyamin Nétanyahou, qui a provoqué les élections anticipées du 17 mars en espérant se débarrasser d'alliés encombrants et accroître ainsi sa marge de manœuvre, devra se contenter d'une fragile majorité. [...]
Son conte de fées électoral, terni par de fastidieuses négociations avec ses partenaires centristes et ultra-orthodoxes, a viré au cauchemar, mardi, lorsque Avigdor Lieberman a, contre toute attente, renoncé à intégrer la coalition. « D'empereur, Benyamin Nétanyahou s'est subitement transformé en canard boiteux », s'amuse Ben Caspit, l'éditorialiste du quotidien Maariv. Privé des six députés élus dans le sillage de son vieil allié ultranationaliste, «Bibi» s'est en effet retrouvé à la merci du Foyer juif. Une divine surprise pour cette formation qui a obtenu un résultat électoral décevant et dont le chef, Naftali Bennett, a été traité comme quantité négligeable tout au long des négociations.
«Le retrait de Lieberman l'a miraculeusement remis en selle, remarque Tamar Hermann, professeur de science politique à l'Université ouverte d'Israël, et son pouvoir de négociation s'est, l'espace de vingt-quatre heures, trouvé démultiplié.» Dopé par ce coup de théâtre, Naftali Bennett a obtenu mercredi le portefeuille de la Justice pour la jeune députée Ayelet Shaked, qui milite pour la limitation des pouvoirs de la Cour suprême et veut s'attaquer au financement d'ONG jugées anti-israéliennes. [...]
En dépit des 30 sièges remportés le 17 mars, qui consacrent la domination du Likoud sur la Knesset, Benyamin Nétanyahou avait déjà dû céder beaucoup à ses autres partenaires pour les convaincre de rejoindre sa coalition. Le centriste Moshe Kahlon, dont le parti, Koulanu («tous ensemble » en hébreu), s'est rendu indispensable en empochant 10 mandats, devrait contrôler les ministères des Finances, de l'Environnement et de la Construction ainsi que l'Autorité foncière israélienne. Il espère ainsi être en mesure de mener à bien la vaste réforme de l'immobilier promise à ses électeurs.
Les deux formations ultra-orthodoxes, tenues à l'écart du précédent gouvernement, ont également su monnayer leur soutien. Judaïsme unifié de la Torah, qui représente les religieux ashkénazes, a obtenu l'enterrement des réformes portées par Yaïr Lapid durant la dernière législature. Les étudiants de séminaire talmudique, qui refusent d'effectuer leur service militaire, ne feront pas l'objet de poursuites. Benyamin Nétanyahou s'est par ailleurs engagé à rétablir les allocations familiales supprimées depuis 2013 ainsi que les subventions versées aux yeshivas qui refusent d'enseigner les matières générales. Le parti Shass, qui représente les ultra-orthodoxes séfarades, a pour sa part décroché le ministère des Affaires religieuses. «Nétanyahou est en train de vendre le pays aux haredim », s'est insurgé Yaïr Lapid, dont la croisade contre les privilèges des religieux se trouve réduite à néant. [...]"
- Israeli society isn’t extreme, so the center can still prevail, Ari Shavit (Haaretz) - "Our political culture is sick and incapable of translating the popular will into a functioning rule of the people. So we must define a new center now".
http://www.haaretz.com/opinion/.premium-1.655262

- Mount of Olives graves routinely desecrated, and Jews attacked, by Arabs in Jerusalem (Elder of Ziyon) - "Maariv has a very disturbing story about how Israel has abandoned the historic Mount of Olives cemetery, the largest and most important Jewish cemetery in the world".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/05/mount-of-olives-graves-routinely.html

- The cowardice of Lauryn Hill (Elder of Ziyon) - "What Hill didn't say was that she was subject to a huge campaign to bully her into canceling the concert from the BDS crowd"; "Lauryn Hill didn't have the honesty to say, like Salif Kelta did, that she was threatened by hundreds of haters".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/05/the-cowardice-of-lauryn-hill.html

*****************************************************

Judée-Samarie

- Palestinians’ Unpaid Electric Bills in the West Bank Thicken Tension With Israel, Diaa Hadid (New York Times) - "Ms. Zeidan and her neighbors face neither fines nor service cutoffs, creating the widespread impression that there are no consequences for ignoring the bills"; "The World Bank estimated in November that Palestinians had failed to pay for 58 percent of the power they used in 2013, up from 37 percent in 2010".
http://www.nytimes.com/2015/05/06/world/middleeast/palestinians-unpaid-electric-bills-in-the-west-bank-thicken-tension-with-israel.html
"TULKARM REFUGEE CAMP, West Bank — Like many Palestinians in this forlorn jumble of concrete buildings, Fakhriya Zeidan labored to recall when she last paid her power bill: maybe in 2001? “A chicken costs $6. I can’t afford it,” Ms. Zeidan, 59, said defensively as she rattled a bag of vegetables she had just purchased. “You think I can afford electricity?”
Collectively, the 22,000 residents of the Tulkarm camp in the northern West Bank have amassed $15.2 million in unpaid electric bills over at least 10 years, part of a yawning Palestinian power debt of $430 million that is at the core of the latest breakdown in relations between Israel and the Palestinian Authority.
The system, in which an Israeli company provides electricity and Palestinian officials are supposed to guarantee payments from the West Bank, East Jerusalem and the Gaza Strip, is a problem in itself but also emblematic of a broader dysfunction: the Palestinian Authority’s struggle to govern under Israel’s continued occupation and amid deep internal divisions.
The Israelis and the Palestinian Authority cannot agree on the amount of energy consumed, how bills should be calculated or how payments should be collected. Ms. Zeidan and her neighbors face neither fines nor service cutoffs, creating the widespread impression that there are no consequences for ignoring the bills. Israel briefly cut power to two Palestinian districts in February, but a large-scale blackout in Palestinian communities would most likely set off a diplomatic crisis.
“The current system doesn’t make sense, especially if we want to build a functioning Palestinian state,” said Steen Lau Jorgensen of the World Bank, which has extensively studied the issue of electricity in the region. While Israel tries to offset the mounting power debt by siphoning millions of dollars each month from the taxes it collects on behalf of the Palestinian Authority, Palestinian officials complain of invoices from the Israelis that arrive late or not at all, something Mr. Jorgensen described as “a huge issue.” “Imagine,” he said, “every month, your grocery store deducts huge amounts from your salary and you are not shown the receipts.”
More than two decades after the signing of the Oslo peace accords, which created the Palestinian Authority with the goal of building the backbone of an independent state, the Palestinians continue to rely on Israel for critical utilities, including more than 170 lines that power the West Bank. Palestinian officials say that long-term plans to build two West Bank power stations have been held up but that the first of four high-voltage substations — through which they would at least be able to control the flow of power and easily check how much is being consumed — will be operational by year’s end.
The tussle over electricity recently exploded into an international incident. When Israel announced in late March that, to pay its electric company, it would divert a larger portion of Palestinian tax revenue that it had been withholding since January, President Mahmoud Abbas of the Palestinian Authority refused to accept the remaining money, despite his government’s financial crisis. The two sides brokered a compromise, but the larger issue remains.
The World Bank estimated in November that Palestinians had failed to pay for 58 percent of the power they used in 2013, up from 37 percent in 2010. About 40 percent of the power debt is from Gaza, where Hamas, the militant Islamist Palestinian political faction, has ruled since 2007. The World Bank says that Hamas collects payments from Gaza’s 1.8 million residents but refuses to hand the money over to the Palestinian Authority because of its rivalry with Mr. Abbas and his Fatah party. [...]
The greatest scofflaws are the residents of refugee camps like Tulkarm, where Fisal Sallameh, a local leader, said a 2012 effort to settle the debts failed. Residents of the camp are too poor to pay, Mr. Sallameh said, and they see electricity as the responsibility of the Palestinian Authority, which the refugees widely despise. “Let those dirt bags pay for us” is a common refrain, he said. [...]
“Somebody has to pay for the electricity,” [the Israeli lawyer of the company] said. “We are an electricity company. We sell electricity, and we don’t receive the money. And it’s a lot of money”."

*****************************************************

Egypte

- Egypte : trois Palestiniens « armés » tués dans le Sinaï (AFP) - "Les trois Palestiniens « armés » ont été tués dans « des échanges de tir » avec des militaires égyptiens qui les ont repérés près de la frontière avec Gaza, dans un secteur où les autorités ont établi une zone-tampon, selon les responsables. Les trois hommes pourraient s’être infiltrés sur le territoire égyptien par l’un des nombreux tunnels clandestins reliant le Sinaï à l’enclave palestinienne, d’après les mêmes sources".
http://fr.timesofisrael.com/egypte-trois-palestiniens-armes-tues-dans-le-sinai/

*****************************************************

Monde arabe

- Le Moyen-Orient, terre d'asile pour nazis, Christine Rousseau (Le Monde Télévision) - "Géraldine Schwarz rappelle utilement les liens entretenus, notamment par l'entremise du grand mufti de Jérusalem, entre les pays arabes et le régime hitlérien durant la seconde guerre mondiale, ainsi que les opérations de propagande menées par les Allemands, propagande sur le terreau de laquelle fleurira l'antisémitisme" ; "cela contribuera à accentuer l'antagonisme entre Juifs et Arabes, au sein d'une région qui, par ailleurs, saura offrir de larges espaces de parole aux négationnistes".
http://www.lemonde.fr/televisions-radio/article/2015/05/07/le-moyen-orient-terre-d-asile-pour-nazis_4629254_1655027.html
"En décembre 2014, un fonctionnaire allemand révélait que l'ancien officier SS Alois Brunner, condamné par contumace pour crimes contre l'humanité par la France, était mort à Damas en 2010. Cette révélation a mis en lumière les complicités dont bénéficia le bras droit d'Adolf Eichmann. Qu'il s'agisse de la Syrie, qui s'offrit dès 1948 comme une terre d'asile pour de nombreux criminels nazis [...]
Géraldine Schwarz rappelle utilement les liens entretenus, notamment par l'entremise du grand mufti de Jérusalem, entre les pays arabes et le régime hitlérien durant la seconde guerre mondiale, ainsi que les opérations de propagande menées par les Allemands, propagande sur le terreau de laquelle fleurira l'antisémitisme.
Après le revers qu'inflige en 1948 le jeune Etat israélien aux troupes arabes (un agent du Mossad révélera que les divisions syriennes étaient commandées par des officiers allemands), la Ligue arabe et l'Egypte font à leur tour appel au "savoir-faire" allemand. Parmi la soixantaine d'anciens nazis qui débarquent au Caire figure Gerhard Mertins. Cet ex-officier de la Waffen-SS va s'attacher à former des parachutistes et enseigner les techniques de guérilla. Ce qui n'est pas du goût de la Grande-Bretagne, toujours présente dans la région. [...]
De cette image du Caire, "nid d'espions", on pourrait sourire, si l'on ne connaissait les effroyables états de service de ces "agents" ménagés par le gouvernement allemand mais aussi par Interpol, qui refuse de se lancer dans la chasse aux nazis, au prétexte que leurs crimes sont politiques.
Des criminels que Nasser, après la crise de Suez en 1956, va également utiliser. Moins dans un but militaire (le rapprochement avec l'URSS ne le lui permettant pas) que dans un objectif de propagande antisioniste qui, sous leur action, va prendre une forte teneur antisémite. Sans évaluer son poids, il est certain, comme le souligne Géraldine Schwarz, que cela contribuera à accentuer l'antagonisme entre Juifs et Arabes, au sein d'une région qui, par ailleurs, saura offrir de larges espaces de parole aux négationnistes."

- Yémen : appel pressant de 22 organisations (AFP) - "Cet avertissement a été lancé alors que le secrétaire d'Etat américain John Kerry est attendu dans la soirée à Ryad pour discuter d'une "pause" dans les raids aériens au Yémen de la coalition menée par l'Arabie saoudite qui a par ailleurs imposé un blocus pour empêcher des rebelles qu'elle combat de se réapprovisionner".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/05/06/97001-20150506FILWWW00266-yemen-appel-pressant-de-22-organisations.php
- Yémen : 32 civils tués par des obus (AFP) - "des tirs d'obus contre des civils fuyant par la mer les combats".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/05/06/97001-20150506FILWWW00225-yemen-32-civils-tues-par-des-obus.php
- De possibles crimes de guerre au Yémen (AFP) - mais HRW n'accuse que les Houthis, et non les violentes frappes saoudiennes...
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/05/07/97001-20150507FILWWW00030-de-possibles-crimes-de-guerre-au-yemen.php
- CNN Fails Again, This Time With Yemen Reporting (Israellycool) - "By featuring such images with such relentless prominence when Israel is involved, and by omitting them totally or nearly totally in other cases, CNN is adding to the misperception that Israel acts with disproportionate force, and the misperception that only Israeli wars produce widespread civilian casualties".
http://www.israellycool.com/2015/05/05/cnn-fails-again-this-time-with-yemen-reporting/
"Last Thursday the online version of the New York Times, reporting on the fighting in Yemen, noted that “Most of the more than 1,000 people who have died since the bombing began have been noncombatants.” (It might seem shocking that the Times would acknowledge that casualties in a war zone outside of Gaza are mostly civilians, but, not to worry, the editors got to the story and removed that line from the final version.) With so many casualties, again, mostly civilians, over the past five weeks in Yemen, someone who remembers last summer’s near constant montages from Gaza might think that that turning on CNN would yield some pretty grim images right now. Anyone who thought so, however, would be wrong.
Since I saw that report in the Times, I have not seen one single photo illustrating the civilian casualties from Yemen televised on CNN in the US. As I’ve said before, I’m not a professional media watchdog, and I can’t watch CNN 24/7. I’m just one person who watches television news as often as any reasonably informed person does. So it’s possible, of course, that I missed one or two. Even if that’s true though, last summer, it was impossible to miss the images from Gaza. They were televised on CNN constantly, for weeks. Here’s a clip from last summer, in which Erin Burnett self-righteously proclaims that “the reason we are showing these pictures, because these are dead children.” I think it’s pretty indisputable that there are a number — probably a large number — of dead children right now in Yemen. CNN’s US television viewers, however, wouldn’t know it.
It’s true, of course, that the nation’s attention is rightly focused on Baltimore now. Last summer, however, CNN somehow managed to cover the Ferguson protests, which began with the August 9 shooting of Michael Brown, and Gaza at the same time. While CNN’s website did report on Friday that “Saudi airstrikes hit a hospital and medical camp in southwestern Yemen . . . killing at least 58 civilians and injuring at least 67,” the television coverage, if there was any, did not compare at all to Gaza. It’s not as though they don’t have pictures; online readers can see them here. They just don’t seem to feel that these are important enough to show on television. [...]
Civilians dying in Yemen, like civilians dying in Iraq or civilians dying in Syria, just don’t merit the same level of attention from CNN as civilians dying in Gaza. By featuring such images with such relentless prominence when Israel is involved, and by omitting them totally or nearly totally in other cases, CNN is adding to the misperception that Israel acts with disproportionate force, and the misperception that only Israeli wars produce widespread civilian casualties. Rather than informing its viewers, CNN is just adding to the misinformation."

*****************************************************

Europe

- L’anthropologue et les mots tueurs, Nicolas Weill (Le Monde des Livres) - "l’antédiluvienne « légende du sang », consistant à croire que les juifs tuent et torturent les enfants chrétiens pour mêler leur sang au pain azyme, continue d’avoir cours [en Pologne], non seulement dans les couches populaires mais également parmi les « élites » (professeurs, ­ecclésiastique, guides, etc.)" ; "L’antisémitisme religieux le plus traditionnel, le plus médiéval, aurait donc continué à exister sous forme de « spores », pour jouer un rôle-clé dans l’antisémitisme le plus contemporain, avec ses prolongements dans le monde musulman" ; "La légende a par exemple, après la Shoah, servi d’aliment à la fièvre de pogroms qui a ravagé la Pologne dans l’immédiat après-guerre contre les survivants juifs de retour d’exil ou de déportation".
http://www.lemonde.fr/livres/article/2015/05/07/histoire-d-un-livre-l-anthropologue-et-les-mots-tueurs_4629165_3260.html
"La réconciliation entre une Pologne soupçonnée d’anti­sémitisme atavique et sa population juive réduite à néant pendant la seconde guerre mondiale, puis sous le communisme, semblait une messe dite. Comme dans une belle histoire hollywoodienne, l’histoire ­finissait « bien » depuis 1989 : la vogue de la musique klezmer, l’amitié et la coopération de Varsovie et de Tel-Aviv, et l’inauguration d’un musée monumental (Polin) au cœur de la ­capitale polonaise, en octobre 2014, devaient prouver que la page de ­l’antisémitisme était définitivement tournée.
C’était compter sans l’acribie de toute une nouvelle génération d’historiens et de spécialistes des sciences sociales polonais pour qui la vérité, aussi désagréable soit-elle, est le seul ferment d’une réconciliation. Depuis deux décennies ils battent ainsi en brèche l’image traditionnelle du peuple polonais éternelle victime ou simple témoin de la Shoah, par exemple en enquêtant sur les massacres et les spoliations des juifs commis spontanément par leurs « voisins ».
L’anthropologue Joanna Tokarska-­Bakir appartient, elle aussi à ce courant. Surtout depuis qu’elle a constaté, à l’occasion d’une enquête menée en 2005 et 2006 avec ses étudiants dans la région de Sandomierz, au sud-est de la Pologne, que l’antédiluvienne « légende du sang », consistant à croire que les juifs tuent et torturent les enfants chrétiens pour mêler leur sang au pain azyme, continuait d’avoir cours, non seulement dans les couches populaires mais également parmi les « élites » (professeurs, ­ecclésiastique, guides, etc.).
« Les opinions de la population locale sur les juifs se reflètent dans la ­langue. Nous avons partout retrouvé des sentiments antijuifs relativement forts, se manifestant dans la figure du suceur de sang, tantôt ramené à sa forme religieuse (assassin et démoralisateur d’enfants chrétiens), tantôt nationaliste (communiste juif et traître à la Pologne), tantôt gauchiste (celui qui exploite les démunis) », dit-elle. L’antisémitisme religieux le plus traditionnel, le plus médiéval, aurait donc continué à exister sous forme de « spores », pour jouer un rôle-clé dans l’antisémitisme le plus contemporain, avec ses prolongements dans le monde musulman. Il y a deux ans, rappelle-t-elle, une enquête aboutissait à la conclusion que 20 % des Polonais croyaient que les juifs enlevaient des enfants chrétiens « pour en faire du pain azyme » et, pis peut-être, 30 % refusaient de se prononcer sur le caractère fabuleux de ces prétendus sacri­fices humains…
Tout a commencé lorsque, au début des années 2000, un jésuite, Stanislaw Musial, chercha à faire retirer de la cathédrale de Sandomierz un grand tableau du peintre Charles de Prevôt, montrant des juifs recueillant le sang d’un enfant roulé dans un tonneau à clou, ses membres ensuite déchi­quetés par des chiens. A la suite de la polémique, le tableau fut voilé et recouvert d’un portrait de Jean Paul II. En 2014, il fut à nouveau montré au public, assorti d’une plaque signalant que « cet événement ne correspond pas à la vérité historique, et par ailleurs un tel fait ne s’est jamais produit dans la mesure où les lois hébraïques interdisent la consommation de sang ».
Ethnographe des religions, Joanna Tokarska-Bakir, travaillant sur la « religiosité du peuple polonais », avait déjà constaté à quel point la figure du juif y occupait une place essentielle. Alertée par la controverse de Sandomierz, elle décide d’y entreprendre une vaste enquête, « persuadée » de ne « trouver aucune trace de légende du sang ». « Afin de ne pas nous déplacer pour rien, nous avions tous préparé des questionnaires de secours, concernant d’autres sujets ethnographiques », ajoute-t-elle. Mais les réponses de près de quatre cents « informateurs », dont de nombreux ­extraits sont reproduits dans la deuxième partie de l’ouvrage, ont rendu la précaution inutile. A la stupeur des étudiants venus de Varsovie, les sociologues vont constater une étonnante adhésion à la fable monstrueuse – les sceptiques représentant l’exception.
De retour de ce travail de terrain, Joanna Tokarska-Bakir élabore une vaste étude qui paraît en 2009, relevant selon elle de la « deep history », c’est-à-dire d’une histoire qui s’arc-boute sur les structures et la psychologie sociales, afin d’établir que la rhétorique des légendes du sang, loin d’être ancrée dans un contexte particulier, ne cesse de se recomposer jusqu’à aujourd’hui.
La légende a par exemple, après la Shoah, servi d’aliment à la fièvre de pogroms qui a ravagé la Pologne dans l’immédiat après-guerre contre les survivants juifs de retour d’exil ou de déportation. Ainsi, non loin de Sandomierz, la disparition d’un jeune garçon déclencha-t-elle à Kielce, en 1946, le massacre de plusieurs dizaines de réfugiés juifs. A partir d’un corpus textuel de cent légendes du sang, l’anthropologue établit une « morphologie » en recourant à la caractérisation des structures du conte due au Russe Vladimir Propp (1895-1970). « Ce schéma correspond bien à la nature d’une matière mythologique, du récit de quelque chose qui n’a jamais eu lieu, tout en faisant des victimes [juives] réelles », commente-t-elle. Le résultat est une étude magistrale des légendes et des mots tueurs, désormais en français, appelée à devenir un classique."

*****************************************************

Point de vue

- Une France antijuive ?, Marc Knobel (historien, directeur des études du CRIF) - "Pour Taguieff, depuis la fin des années 1960, la haine des Juifs est portée par « l’antisionisme radical ou absolu, mélange d’hostilité systématique à l’égard d’Israël, quelle que soit la politique du gouvernement en place, et de compassion exclusive pour les Palestiniens, quoi qu’ils puissent faire, actions terroristes comprises ». Le propalestinisme inconditionnel, ajoute-t-il, est désormais le « principal vecteur de la haine des Juifs dans le monde ». C’est pourquoi il n’y a pas à s’étonner devant les récentes manifestations dites « propalestiniennes » qui réveillent et révèlent les passions judéophobes".
http://www.crif.org/fr/blog/une-france-antijuive/55529
""Une France antijuive ?" est le dernier livre de Pierre-André Taguieff. [...] C’est ainsi qu’en quelques 323 pages, Taguieff se lance dans la bataille des idées. Le voici qui, comme à son habitude, décortique scrupuleusement, analyse méticuleusement, pointe du doigt et accuse lorsqu’il le faut, prévient lorsqu’il le doit, dit et observe fréquemment et avec si grande éloquence, dans un livre dont le titre ne manquera pas de surprendre : « Une France antijuive ? Regards sur la nouvelle configuration judéophobe. »
Si, en 1886, Edouard Drumont dénonçait une « France juive » qui n’existait que dans ses fantasmes, peut-on aujourd’hui, en 2015, dénoncer une « France antijuive » dont « la réalité semble être attestée par un grand nombre d’indices de diverses catégories, allant des rumeurs, des accusations mensongères, des injures et des menaces antijuives à des agressions physiques et des attentats meurtriers visant des Juifs en tant que tels ? » La réponse qui lui semble la plus adéquate est la suivante : « La France n’est pas devenue ou redevenue antijuive, mais il y a une France antijuive dans la France contemporaine. Une nouvelle France antijuive, qui ne doit pas être confondue avec celle dont la publication de La France juive de Drumont manifestait naguère l’existence. »
Il ne s’agit pas d’une renaissance, explique le philosophe, ni d’une résurgence, « mais d’une réinvention, explique-t-il, d’une nouvelle naissance, offrant au regard socio-historiques plus de discontinuités que de continuités, plus de différences que de ressemblances. » Car, « la vision naïvement continuiste de « l’histoire de l’antisémitisme » nous empêche d’analyser correctement, dans leurs spécificités respectives, les multiples configurations judéophobes observables à diverses époques et dans différentes régions du monde. »
Taguieff est catégorique : la nouvelle vulgate antijuive qui s’est installée durablement en France et dans d’autres pays européens peut se résumer par l’articulation de trois caractéristiques négatives attribuées aux "Juifs" ou aux "sionistes" :
- Premièrement, ils sont "dominateurs" en Occident ;
- Deuxièmement, ils sont "racistes", en particulier au Proche-Orient, où ils se comportent "comme des nazis" avec les Palestiniens, victimes d’un "génocide" en cours de réalisation ;
- Troisièmement, ils exercent une puissante influence occulte et complotent partout dans le monde.
Cet ensemble de thèmes d’accusation et de stéréotypes négatifs s’inscrit dans une vision du monde structurée par la concurrence des victimes, qui permettent d’identifier "le Juif" ou "le sioniste" comme le rival, l’imposteur et l’ennemi.
Pour Taguieff, depuis la fin des années 1960, la haine des Juifs est portée par « l’antisionisme radical ou absolu, mélange d’hostilité systématique à l’égard d’Israël, quelle que soit la politique du gouvernement en place, et de compassion exclusive pour les Palestiniens, quoi qu’ils puissent faire, actions terroristes comprises ». Le propalestinisme inconditionnel, ajoute-t-il, est désormais le « principal vecteur de la haine des Juifs dans le monde ». C’est pourquoi il n’y a pas à s’étonner devant les récentes manifestations dites « propalestiniennes » qui réveillent et révèlent les passions judéophobes.
Justement, dans le second chapitre, Pierre-André Taguieff s’interroge. Doit-on parler de manifestations propalestiniennes ou pro-islamiques ? Pour le politologue, « l’orchestration croissante par des groupes islamiques de la plupart des manifestations dites « propalestiniennes » ou « antisionistes » a eu pour effet de donner à ces dernières une tonalité antijuive de plus en plus explicite et virulente ». Pour appuyer ses observations, Taguieff décrit quelques-unes de ces manifestations. Selon lui, elles oscillaient « entre une position pro-Gaza (ou pro-Gazaouis) et une position pro-Hamas ». Là, il décortique les slogans, scrute les banderoles et s’intéresse aux différentes passerelles. Il révèle l’engouement qu’il pense être de plus en plus fort au « programme national-islamique d’éradication de l’Etat Juif » ou d’allégeance « à la dictature islamo-terroriste du Hamas (p.42) » Ce qui ne veut pas dire que tous les manifestants soient motivés par la haine des Juifs, précise-t-il aussitôt. « Mais le simple fait d’affirmer sa solidarité avec une douteuse « résistance » incarnée par le Hamas, organisation antijuive de combat, exprime pour le moins une complaisance à l’égard des propalestiniens antijuifs (p. 43). » Taguieff remarque au passage qu’aucun conflit, en Syrie, en Algérie, en Tunisie, en Irak, en Lybie ou en Egypte, aussi sanglant soit-il, n’a été importé en France sous la forme de manifestations violentes s’accompagnant d’une « propagande mensongère massive ».
Bien plus loin, Taguieff avance que « la cause palestinienne a cessé d’être une cause nationaliste (ou arabo-nationaliste), parmi d’autres pour devenir une cause islamique, voire islamiste, jusqu’à prendre le statut de la grande cause rassemblant tous les musulmans par-delà les différences et leurs oppositions ». L’auteur soutient également que tous ceux qui, « musulmans ou non-musulmans, prétendent lutter contre l’« islamophobie » sont voués à faire de la cause palestinienne leur cause principale. Impliquant la désignation d’Israël comme ennemi absolu (p. 233) ».
C’est ainsi que Pierre-André Taguieff s’emploie à dénoncer les « entrepreneurs idéologiques » qui mettent « en mots et en spectacle la haine et l’esprit de vengeance contre les Juifs, désignés en tant que « sionistes » et supposés être « les maîtres du monde » ». Pour Taguieff, ces « entrepreneurs » sont à la tête de véritables « officines de propagande antijuive. »
Plus particulièrement, le sixième chapitre de ce livre est consacré au couple Dieudonné M’Bala M’Bala et Alain Soral, dont le philosophe indique qu’ils ont déclaré « publiquement » leur « engagement aux côtés de certains milieux islamistes (p. 71) ». Dans ce chapitre, le philosophe décortique ce qu’il appelle le « commerce contemporain de la haine », constitutif selon lui d’un nouveau front forcément « antisioniste ». C’est ainsi, qu’en plus d’être un commerce juteux, c’est bel et bien l’antisionisme radical qui est mis en spectacle par Dieudonné, un Dieudonné qui sait tirer parti du libéralisme cognitif d’Internet (p. 129). Pour Pierre-André Taguieff, comme la plupart des « antijuifs conspirationnistes, Dieudonné imagine l’ennemi chimérique sur le modèle d’un animal fantastique, surpuissant, celui d’une bête de proie monstrueuse ressemblant à une pieuvre géante aux multiples tentacules capables d’étouffer tous les hommes (autres que Juifs), soit à une araignée suceuse de sang tenant entre ses pattes tous les peuples de la terre (p. 104). »
Dans ce chapitre, Taguieff décrypte également ce qu’il en est de cette fumeuse « quenelle », dont la dimension pro palestinienne est assumée dans l’espace public. C’est ainsi, au final, Dieudonné et Soral « ont stylisé la judéophobie pour la rendre culturellement acceptable, en l’adaptant à l’air du temps, c’est-à-dire aux opinions majoritaires et aux croyances dominantes au début du XXIe siècle (pp. 121-122). » [...]
Taguieff précise aussitôt sa pensée. Pour lui, les « antisionistes éliminationnistes ne parlent pas du sionisme réel. Ils parlent d’une entité répulsive chimérique qu’ils chargent de tous les traits négatifs imaginables. Ils ne procèdent donc pas à une critique du sionisme tel qu’il a été défini par les fondateurs (Léo Pinsker, Théodor Herzl, Asher Ginsberg, Max Nordau, etc…), ils ne critiquent pas non plus la politique de tel ou tel gouvernement d’Israël (même s’ils font semblant de le faire, en dénonçant par exemple « l’apartheid » ou « le racisme » formules creuses de propagande), ils se battent contre une puissance démoniaque qu’ils ont inventée sur la base de diverses traditions antijuives (p.229). » [...]"

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages