Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 10:25

France


- Netanyahu expose à Fabius sa vision du processus de paix (Times of Israel) - « Monsieur le ministre des Affaires étrangères, la paix ne viendra que des négociations directes entre les parties, sans conditions préalables. Il ne viendra pas de résolutions de l’ONU qui cherchent à être imposées de l’extérieur. Le président Abbas croit qu’il peut éviter de telles négociations directes. Il veut éviter les négociations. Et pourquoi suit-il cette voie ? Parce que même si les Palestiniens ont fui les négociations en permanence, c’est Israël qui est blâmé. »
http://fr.timesofisrael.com/netanyahu-expose-a-fabius-sa-vision-du-processus-de-paix/
"Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rencontré dimanche le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius et lui a dit au début de leur rencontre :
« Monsieur le ministre des Affaires étrangères, l’histoire du peuple français et celle des juifs sont longues et liées. Ce fut la Révolution française qui a conduit à l’émancipation des Juifs de France, et qui leur a accordé les droits civiques. Et les Juifs ont commencé à participer à la vie française dans tous les domaines : Dans la culture et en littérature, en économie, en politique, nous avons été inspirés à bien des égards par les principes de ‘liberté, égalité, fraternité’. Theodor Herzl et les pères fondateurs du sionisme ont puisé beaucoup d’inspiration de l’expérience de la France. »
« La France a aussi été notre allié le plus proche dans les années de formation de l’Etat. Nous ne pourrons jamais oublier le soutien crucial qui nous a été offert quand nous en avons eu besoin. Et je crois qu’aujourd’hui la France a également un rôle crucial à jouer. Nous demandons instamment à la France de rester ferme et de prévenir d’un mauvais accord qui risque de paver le chemin de l’Iran vers la bombe. »
« Le nouveau rapport du Département d’Etat américain sur l’implication iranienne dans le terrorisme est un autre signal. »
« La subversion et l’agression de l’Iran sont endémiques, tant au Moyen-Orient qu’au-delà. Son réseau terroriste englobe désormais plus de 30 pays sur plusieurs continents. Et en vertu de l’accord nucléaire imminent, l’Iran ne recevra pas seulement une voie claire vers l’arme nucléaire, il recevra également beaucoup, beaucoup de milliards de dollars, ce qui lui permetta d’accentuer [son soutien au] terrorisme dans le monde entier et bien sûr son agression dans la région. »
« Monsieur le ministre, aujourd’hui à Jérusalem un terroriste palestinien a brutalement poignardé un policier. Vendredi un terroriste palestinien a assassiné un citoyen israélien. Non seulement, l’Autorité palestinienne a refusé de condamner ces actes de violence, mais elle continue sans vergogne avec sa campagne d’incitation contre Israël et les citoyens israéliens. »
« La propagation palestinienne officielle de la violence et de la haine est quotidienne. Elle doit être condamnée sans équivoque par tous ceux qui cherchent à faire progresser la paix. »
« Il y a six ans à l’Université Bar-Ilan j’ai exposé ma vision de la paix fondée sur deux Etats pour deux peuples. Dans cette vision, un Etat palestinien démilitarisé reconnaît l’Etat juif. Et tandis que je ne mets pas de conditions à entrer dans des pourparlers, je sais que les deux fondements de la paix sont la sécurité et la reconnaissance mutuelle. La reconnaissance mutuelle signifie que les Palestiniens doivent enfin reconnaître Israël comme l’État-nation du peuple juif. Je trouve franchement inconcevable que tandis que les Palestiniens attendent de nous que nous reconnaissions un État-nation palestinien, ils refusent de nous accorder le même privilège, la reconnaissance d’un Etat-nation juif. Et s’ils continuent à refuser de reconnaître la légitimité de l’Etat juif, quel genre de paix nous offrent-ils
?, » s’est demandé le Premier ministre.
« Je pense que l’autre pilier, le besoin de sécurité, est évident pour toute personne qui suit les développements dans cette région. Le Moyen-Orient connaît une période d’instabilité et de violences sans précédent. Des Etats qui ont existé pendant presque un siècle se désagrègent sous nos yeux. Et les extrémistes islamistes se précipitent pour combler le vide. L’Etat islamique dirige les radicaux sunnites. L’Iran dirige les militants chiites. Et Israël est confronté à des armées terroristes amassées à nos frontières du nord et dans le sud. »
« Une paix qui ne soit pas ancrée dans de solides arrangements de sécurité sur le terrain, sans lesquels Israël ne pourra pas se défendre, une telle paix ne pourra tout simplement pas survivre et nous ne l’accepterons pas. Nos préoccupations ne sont pas des prétextes ou des excuses. Elles sont authentiques. Un accord de paix qui ignore ces réalités, sera balayé par les vents de l’extrémisme et de la violence qui soufflent à travers le Moyen-Orient. »
« Monsieur le ministre des Affaires étrangères, la paix ne viendra que des négociations directes entre les parties, sans conditions préalables. Il ne viendra pas de résolutions de l’ONU qui cherchent à être imposées de l’extérieur. Le président Abbas croit qu’il peut éviter de telles négociations directes. Il veut éviter les négociations. Et pourquoi suit-il cette voie ? Parce que même si les Palestiniens ont fui les négociations en permanence, c’est Israël qui est blâmé. »
« L’année dernière, les Palestiniens ont claqué la porte au cadre du Secrétaire d’Etat Kerry pour les négociations. Ils ont claqué la porte au Premier ministre Barak. Ils ont claqué la porte au Premier ministre Sharon. Ils ont claqué la porte au Premier ministre Olmert. Ils m’ont claqué la porte. »
« Ils tentent d’imposer des conditions à Israël, mais ils échoueront. Et cette tentative non seulement échouera, elle eloignera la paix. D’abord, Israël va résister à l’imposition de conditions de l’extérieur. Et en second lieu, les Palestiniens ne seront jamais d’accord pour négocier s’ils pensent que la communauté internationale va leur donner ce qu’ils veulent sans négociations. Je pense qu’il n’y a pas de raccourci magique. La paix exige un engagement à des négociations directes sans conditions préalables. La paix exige un effort soutenu pour surmonter les obstacles. Je suis prêt à un tel effor
t. »"

- Attentat de la rue des Rosiers : Fabius demande la collaboration de la Jordanie (AFP) - "Paris réclame à Amman l'extradition du cerveau présumé de l'attentat contre un restaurant juif de la rue des Rosiers à Paris en 1982" ; "Le 9 août 1982 à la mi-journée, une grenade avait été jetée dans le restaurant de Jo Goldenberg, situé dans le quartier juif du Marais, dans le centre de Paris. L'engin avait explosé au milieu d'une cinquantaine de clients. Composé de trois à cinq hommes armés, selon une source proche du dossier, un commando avait ensuite remonté la rue, vidant en direction des passants les chargeurs de leurs pistolets-mitrailleurs, faisant six morts et 22 blessés. L'opération a été attribuée à un groupe palestinien dissident de l'OLP, le Fatah-Conseil révolutionnaire (Fatah-CR) d'Abou Nidal".
https://fr.news.yahoo.com/attentat-rue-rosiers-fabius-demande-collaboration-jordanie-122742926.html

- Une enquête ouverte après des soupçons de discrimination envers des étudiants israéliens (AFP)
http://www.20minutes.fr/societe/1636867-20150622-enquete-ouverte-apres-soupcons-discrimination-envers-etudiants-israeliens
"Vrai racisme ou simple problème administratif ? Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris après un signalement du préfet d’Ile-de-France relatif à des soupçons de discrimination à l’égard d’étudiants israéliens souhaitant visiter le musée du Louvre et la Sainte-Chapelle. [...]"
- Réflexions sur la discrimination qui vient, François Heilbronn (Président des Amis de l’Université de Tel Aviv) - "Nos principes légaux ont été probablement bafoués par des fonctionnaires peu scrupuleux. Si nos amis se sont vus refuser l’entrée de nos plus beaux musées et monuments nationaux au seul titre de leur nationalité israélienne, c’est pour tous les Français une blessure profonde à nos valeurs universelles".
http://larchemag.fr/2015/06/21/1712/reflexions-sur-la-discrimination-qui-vient/
"Le discriminé est celui à qui on refuse un droit pour ce qu’il est et non pour ce qu’il a fait. Le discriminé reste à la porte après avoir frappé et regarde l’autre entrer.
Il y a un mois, le discriminé a eu le visage d’un ami : Sefy Hendler, Professeur d’Histoire de l’Art à l’université de Tel-Aviv. Sefy est un spécialiste reconnu de la Renaissance. Sefy a tant de qualités ; intelligent, cultivé, drôle, polyglotte, brillant Docteur de la Sorbonne, amoureux de la France, de l’Italie, de leurs patrimoines, de leurs messages et valeurs universelles. Oui, mais, il y a toujours un mais, Sefy est israélien.
Depuis deux ans, Sefy enseigne à ses étudiants la richesse exceptionnelle des musées français et parisiens. Il partage avec eux sa passion. Il leur montre des photos, des textes. Mais il a un rêve, il veut faire découvrir à ses meilleurs étudiants, la beauté extraordinaire de notre patrimoine. Il me convainc de l’aider avec les amis français de l’université de Tel-Aviv à financer ce voyage de découverte. Grâce à la générosité de nos amis, le voyage se prépare enfin, après deux ans de travail et d’effort.
Nous sommes le 11 mai 2015. Ce jour là, j’accompagne Anne Hidalgo et le Conseil de Paris dans leur visite du campus de l’université de Tel-Aviv. Ils s’émerveillent de cette université pluridisciplinaire, de la vitalité de cette jeunesse ouverte sur le monde et se réjouissent des coopérations nombreuses avec les universités parisiennes. Au même moment, non loin de nous, Sefy dans son bureau de la faculté des Arts, envoie six demandes de réservation pour son groupe de 16 personnes auprès de musées et de monuments nationaux parisiens.
A des milliers de kilomètres de là, dans les méandres de systèmes informatiques obscurs ou de planogrammes tenus par des fonctionnaires mal intentionnés, le couperet tombe. Le Louvre répond le jour même par un mail anonyme : « Nous ne pouvons donner suite à votre demande de réservation. Nous n’avons pas de disponibilité pour le créneau demandé ». Sefy aime la France, il y a vécu huit ans comme journaliste et étudiant. Mais il connaît aussi cette France où certains poisons mortifères gagnent depuis le début des années 2000. Intrigué par cette réponse fermée qui ne laisse aucun autre choix et connaissant bien le Louvre, il décide alors de réaliser un « testing ».
Le lendemain, il envoie une demande au nom d’un collège « imaginaire » le « Abhu Dabi Art History College », pour les mêmes jours mais à des heures différentes. Cette demande est immédiatement acceptée. Pour s’assurer de la différence de traitement, il réitère sa demande aux mêmes créneaux que Tel-Aviv au nom d’un faux « Instituto Storia del Arte » de Florence. Celle-ci est aussi immédiatement acceptée. Il refait alors une demande pour Tel-Aviv à d’autres créneaux qui elle sera acceptée, non pas immédiatement, mais 35 heures plus tard.
Le 15 mai, après 4 jours, il reçoit enfin la réponse de la Sainte-Chapelle. Cette réponse est négative « Désolé nous n’avons aucune disponibilité pour le jour demandé », celle-ci n’est pas anonyme, elle est signée d’un responsable des visites de groupe. Blessé, Le Docteur Hendler envoie un mail nominatif aux deux responsables des réservations pour leur demander la possibilité de visiter le lundi et non le dimanche, jour qui lui a été refusé. Ce mail restera sans réponse. Il essaie alors, pour le dimanche refusé un nouveau « testing » au nom de Marwan Al-Abdul du faux collège d’Abou Dabi. Cette demande est immédiatement acceptée et signée de la même personne qui avait dit non à l’université de Tel-Aviv.
La voici : « CONFIRMATION DE RESERVATION ART HISTORY COLLEGE / ABU DHABI / EMIRATS ARABES UNIS - Madame, Monsieur, Nous vous remercions de l’intérêt que vous portez à nos monuments. Vous trouverez ci-dessous le détail de votre visite dans l’un ou plusieurs de nos monuments. »
Au même moment à l’université de Tel-Aviv, nous venons avec les amis français de clôturer un colloque de littérature, sur « Ecrire la guerre » avec les grands écrivains français et italiens, Erri de Luca, Ariane Bois et Valérie Zenatti. Nous sommes encore dans « la beauté des choses ». Sefy m’alerte alors de ces incidents.
J’écris alors aux Présidents de ces deux institutions, ainsi qu’à Fleur Pellerin, ministre de la Culture qui avait visité avec François Hollande l’université de Tel-Aviv. Je leur décris les faits douloureux et je leur fournis pour preuve tous les mails reçus par le Professeur Hendler.
Le Président du Louvre réagit immédiatement. Il est choqué et diligente une enquête. Après trois jours, il me fait part des résultats, qui semblent s’orienter vers un défaut des systèmes informatiques automatiques de réponse. Je le remercie pour sa réactivité, et accepte ses explications, à condition toutefois que toute intervention humaine soit impossible.
Du côté de la Sainte-Chapelle qui dépend des Monuments Nationaux, la discrimination est patente. C’est la même personne qui dit froidement non aux Israéliens, ne répond pas au mail poli de relance du Professeur Hendler et s’empresse de répondre positivement à la demande du faux Abou Dabi. Le Président des Monuments Nationaux me contacte le jour de la réception de ma lettre et m’assure que la délégation du Professeur Hendler pourra visiter la Sainte-Chapelle en m’expliquant « qu’un créneau vient de se libérer pour le dimanche initialement demandé », ce à quoi je lui fais remarquer que « c’est évident puisque il s’agit du créneau du faux Abou Dabi ». Je lui demande fermement de diligenter une enquête interne.
Je recevrai le résultat de cette enquête, un mois plus tard le 15 juin, le jour de la parution de l’article de Libération qui révèle cette affaire au grand public. Les résultats de son enquête ont conclu à une succession d’erreurs et le Président Bélaval a écrit : « Si le CMN (Centre des Monuments Nationaux) reconnaît l’existence d’un dysfonctionnement dans le traitement de demandes successives effectuées auprès du service de la Sainte Chapelle, rien ne confirme à ce stade qu’il y ait eu une intention de discrimination envers les étudiants de l’université de Tel-Aviv, qui, comme tous les visiteurs israéliens, sont naturellement les bienvenus à la Sainte-Chapelle ainsi que dans l’ensemble des monuments nationaux. »
Peu importe le résultat de ces enquêtes internes, Jean-François Carenco, le Préfet de la Région Ile de France après étude des différents éléments matériels a jugé les faits suffisamment graves pour saisir le Parquet. Car cette affaire relève de la Justice. La discrimination est un délit pénal :
Article 225-1 du Code Pénal : « Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques à raison de leur origine…de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée. »
Article 225-2 du Code Pénal : « La discrimination définie à l’article 225-1 commise à l’égard d’une personne physique ou morale, est punie de trois ans d’emprisonnement et de 45.000 € d’amende lorsqu’elle consiste : 1° A refuser la fourniture d’un bien ou d’un service, 2° A entraver l’exercice normal d’une activité économique quelconque… Lorsque le refus discriminatoire prévu au 1° est commis dans un lieu accueillant du public ou aux fins d’en interdire l’accès, les peines sont portées à cinq ans d’emprisonnement et à 75.000 € d’amende ».
Nos principes légaux ont donc été probablement bafoués par des fonctionnaires peu scrupuleux. Si nos amis se sont vus refuser l’entrée de nos plus beaux musées et monuments nationaux au seul titre de leur nationalité israélienne, c’est pour tous les Français une blessure profonde à nos valeurs universelles.
Les Professeurs Hendler, Pinkus et leurs étudiants en histoire de l’Art de l’université de Tel-Aviv vont enfin découvrir dans les prochains jours, les vitraux restaurés de la Sainte-Chapelle et cette lumière d’un bleu si profond. Ils arpenteront cet immense et bouleversant Musée du Louvre. Les amis de l’université de Tel-Aviv les accueilleront avec toute l’amitié et l’affection que nous leur portons.
La France fut le premier pays au monde à ne plus discriminer les Juifs. La France, la première les émancipa et leur donna la nationalité. La France, la première aussi leur permis l’accès à tous les corps de métiers, à toutes les fonctions publiques. La France fut la première en 1848, à avoir un ministre juif, Adolphe Crémieux, presque 100 ans avant les Etats-Unis. La France fut le seul pays à compter dans ses rangs 7 généraux pendant la première guerre mondiale. Dans cet esprit de Lumières, ma Patrie, la France doit accueillir les Israéliens avec tout le respect que nous devons à TOUS les étrangers. Et comme il est écrit dans le Lévitique, le 3ème livre de la Torah : « Si un étranger vient séjourner chez toi, dans ton pays, ne le moleste point. Il sera pour toi comme un de tes compatriotes, l’étranger qui séjourne avec vous, et tu l’aimeras comme toi-même, car vous avez été étrangers dans le Pays d’Egypte, je suis l’Eternel votre Dieu. »
Les pouvoirs publics, les responsables médiatiques et politiques doivent rappeler ou peut-être tout simplement apprendre à TOUS nos concitoyens que la discrimination, qu’elle soit ethnique, nationale, raciale ou religieuse est un délit et une offense à nos valeurs et nos principes les plus sacrés. Je ne veux plus jamais rencontrer un Israélien au regard blessé me déclarant qu’il a trouvé porte close en France. Plus jamais."

************************************************

Gaza & Hamas


- L’armée israélienne se prépare à bloquer la flottille de Gaza (Times of Israel)
http://fr.timesofisrael.com/larmee-israelienne-se-prepare-a-bloquer-la-flottille-de-gaza/
"L’armée israélienne surveille la flottille en chemin vers la bande de Gaza pour briser le blocus [maritime] et se prépare à la bloquer le cas échéant, a rapporté dimanche soir le journal de la Deuxième chaîne. La flottille, composée de plusieurs petits navires, devrait partir les prochains jours depuis la Grèce vers Gaza, transportant des fournitures humanitaires pour l’enclave contrôlée par le groupe terroriste du Hamas.
Le chef de file du parti HaBayit HaYehudi et ministre de l’Éducation Naftali Bennett a déclaré dimanche soir que la flottille était une autre preuve de l’échec du retrait israélien de la bande de Gaza en 2015, affirmant dans un communiqué : « Dix ans après, les roquettes du désengagement sont tirées sur nos enfants depuis [les implantations évacuées] du Gush Katif, les tunnels sont creusés en direction de nos communautés autour de Gaza et des flottilles terroristes sont envoyées vers nos côtes depuis la Turquie … nous avons évacué les Juifs et obtenu des flottilles en retour ». [...]
Les activistes prétendent que les navires transportent une cargaison de panneaux solaires et des fournitures médicales pour les habitants de Gaza, qui se remettent encore de conflit de l’été dernier, et espèrent atteindre l’enclave à la fin du mois, sauf si elles sont interceptées. [...]"
- Israël : un député sur une flotille pour Gaza (AFP)
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/06/22/97001-20150622FILWWW00229-israel-un-depute-sur-une-flotille-pour-gaza.php
"La classe politique israélienne fulminait aujourd'hui contre un député arabe israélien ayant annoncé son intention de rejoindre une nouvelle flottille qui compte défier le blocus imposé à la bande de Gaza, cinq ans après l'affaire du navire Mavi Marmara. Bassel Ghattas fait scandale depuis qu'il a dit qu'il se joindrait à d'autres personnalités du monde entier censées participer à une flottille dont l'objectif est d'arriver à Gaza d'ici la fin du mois. [...]"

************************************************

Judée-Samarie

- Not exactly a 'lone wolf' attack, Ron Ben-Yishai (Ynet) - "The recent series of sporadic terror attacks are taking place for reasons that are more or less always the same. While Hamas and Islamic Jihad don't necessarily sanction the attacks, they provide the inspiration behind them".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4670966,00.html
"The stabbing attack at the Damascus Gate on Sunday morning has the makings of another one of those "lone wolf attacks" - an incident that is seemingly unpredictable and for which Israeli security forces cannot be prepared on the intelligence and operational fronts. An incident that appears to derive of a sudden urgent. But it is in fact not the case.
Even these sporadic attacks are taking place on a similar backdrop and for reasons that are more or less always the same. In this case, as in the murder of student Danny Gonen on Friday, there are three reasons motivating the Palestinian attackers.
The main reason is the religious fervor among the Muslims on the holy month of Ramadan. It is not just a matter of the sermons they hear, or of their religious inclinations, but also the lengthy fast, the extreme changes to daily lives and maintaining their day-to-day routine while not sleeping at night - all of these create a situation in which the Muslim street all over the world, including in the Palestinian Authority, sensitivity and anger run high. This psychological analysis is important because it explains a significant amount of attacks that seemingly reveal no rational reason for the murderer to choose to risk his life and his surroundings.
The second reason is that an act of murder like the one on Friday near the Dolev settlement instantly brings about copycat attempts, mostly among those who were already feeling anger or religious fervor, or wanted to prove something to those around them.
The third reason is inspiration drawn from Islamist terror organizations, particularly Hamas and Islamic Jihad. Most of the attackers are linked in one way or another to one of the external circles affected by Hamas media and sermons from radical imams. Even though the attack was not directly sanctioned by one of the Islamist groups preaching for such actions, the guidance or inspiration came from them. In this manner, one could say that Hamas, which claimed responsibility for the shooting attack that killed Danny Gonen on Friday, prepared the ground for Sunday's stabbing attack.
There is also a fourth reason worth mentioning - the wave of Islamist zeal currently spreading over the entire Middle East, which also serves as inspiration for such attacks. The lion's share of recent attacks targeted Israeli security forces personnel and this happens for two reasons: Primarily, it is easy to identity Israeli security forces in a crowd, and there is no need to follow them or wait for a particular moment to strike.
Secondly, terror organizations are making great efforts, at least at present, to only target security forces, and Hamas is very particular about that. It would be no surprise if during the investigation, the Shin Bet discovers the stabber at the Damascus Gate was a zealot Muslim with some ties to Hamas or its terror infrastructure.
The Palestinian Authority, meanwhile, has recently been working to calm tensions and focus on a "diplomatic intifada" instead, and terror attacks do little to aid its effort.
There is also no sign on the Palestinian street or in social media that a new Palestinian uprising is in the works, but the unrest in the West Bank continues and rises and falls in waves. The current wave is the "Ramadan wave," which Israel tried to ameliorate by increasing Palestinians' freedom of movement and removing some of the restrictions imposed on them, but it turns out these moves do not impress the lone wolf terrorists.
Police is already taking whatever measures it can, primarily flooding the targeted areas (mostly in East Jerusalem) with thousands of policemen whose very presence deters and prevents attacks. Unfortunately, not all of these police officers are patrolling the streets with bullet-proof vests and vigilance, and so on occasion a Border Police officer or a soldier falls prey to a lone terrorist."

- Abbas Silent on Palestinian Authority Terrorist’s Murder of Soldier (Jewish Press) - "The US expressed its condolences, which is more than the UN did, but Abbas said nothing".
http://www.jewishpress.com/news/breaking-news/abbas-silent-on-palestinian-authority-terrorists-murder-of-soldier/2015/06/20/

************************************************

Rapport de l'ONU

- Les enquêteurs de l'ONU dénoncent de possibles crimes de guerre des Israéliens et des Palestiniens à Gaza (Reuters)
http://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/israel-palestine/les-enqueteurs-de-l-onu-denoncent-de-possibles-crimes-de-guerre-des-israeliens-et-des-palestiniens-a-gaza_963985.html
"[...] Dans leur rapport publié à Genève (Suisse), les enquêteurs jugent notamment que l'incapacité d'Israël à modifier le cours de son opération Bordure protectrice en dépit des pertes humaines et des destructions matérielles massives soulève la question de violations potentielles dont se serait rendue coupable la direction politique et militaire du pays. Ils condamnent aussi les exécutions de Palestiniens accusés par les groupes palestiniens de collaborer avec les autorités israéliennes, et demandent que les responsabilités soient établies. [...]"
- Une commission de l’ONU soupçonne Israël et le Hamas de « crimes de guerre » à Gaza, Piotr Smolar (Le Monde)
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/06/22/l-onu-parle-de-possibles-crimes-de-guerre-par-israel-et-les-palestiniens-a-gaza-en-2014_4659311_3218.html
"[...] La commission reconnaît que sa méthodologie a été très limitée par l’impossibilité de se rendre physiquement dans les territoires. Israël a opposé une fin de non-recevoir. L’Egypte a prétexté des soucis sécuritaires pour ne pas permettre l’entrée des enquêteurs dans la bande de Gaza par Rafah. La commission explique qu’elle a tout de même recueilli plus de 280 témoignages avec des victimes et des témoins, essentiellement par Skype ou par téléphone. Ils se révèlent accablants pour les deux parties.
La majorité des 4 881 roquettes tirées par les islamistes du Hamas et du Djihad islamique ne permettaient aucune précision. Elles ont été déclenchées dans la direction de villes, de zones d’habitation civiles israéliennes. Ces violations répétées du principe de distinction entre combattants et non combattants peuvent être assimilées à des crimes de guerre, dit le rapport. Il souligne le traumatisme psychologique chez les civils israéliens, accentué par la découverte de 14 tunnels d’attaque achevés entre la bande de Gaza et les habitations périphériques. Il dénonce aussi la pratique d’exécutions extrajudicaires, 21 prétendus « collaborateurs » palestiniens ayant été tués en août 2014.
Côté israélien, l’aviation a conduit plus de 6 000 bombardements, dont « de nombreux ont frappé des bâtiments résidentiels ». « Le Bureau pour la coordination des affaires humanitaires [OCHA] a établi qu’au moins 142 familles palestiniennes ont compté trois membres morts ou plus dans le même incident, pour un total de 742 victimes », dit le rapport. Selon les enquêteurs, le fait d’avoir poursuivi les bombardements malgré l’importance des dommages humains et matériels pose la question d’une stratégie, d’une politique, au moins tacitement approuvée au sommet du gouvernement.
La commission s’est notamment penchée sur 15 attaques. Dans six cas, rien ne permet de justifier la conduite de raids sur la cible, non militaire. « Beaucoup des incidents ont eu lieu dans la soirée ou à l’aube, lorsque les familles se réunissent pour l’iftar et le suhhur, les repas du ramadan, ou la nuit, lorsque les gens dorment. » Selon le rapport, l’avantage militaire clair que devaient procurer les bombardements n’était pas établi, la plupart du temps. « Il existe de fortes indications que ces attaques ont pu être disproportionnées, et qu’elles relèvent donc de crimes de guerre », tranche le rapport.
La commission s’est aussi étendue sur trois attaques au sol, dans les quartiers de Shejayia, Khuzaa et Rafah. Elle souligne que les forces armées israéliennes ont utilisé des armes explosives en nombre impressionnant, au rayon d’impact considérable, dans des zones très fortement peuplées. L’armée s’est ainsi exposée à l’accusation de conduire « des attaques indiscriminées », qui « dans certaines circonstances peuvent être assimilées à des attaques directes contre des civils, donc à des crimes de guerre ». [...]"
- Guerre à Gaza : la commission d'enquête de l'ONU accuse Israël et le Hamas, Cyrille Louis (Le Figaro) - "c'est incontestablement à l'armée et aux dirigeants israéliens que la commission d'enquête réserve ses flèches les plus acérées".
http://www.lefigaro.fr/international/2015/06/22/01003-20150622ARTFIG00213-guerre-a-gaza-la-commission-d-enquete-de-l-onu-accuse-israel-et-le-hamas.php
"[...] Le ministère israélien des Affaires étrangères a d'emblée rejeté leur rapport, jugeant qu'«il a été commandé par une institution notoirement partiale». «Il est regrettable que ce document ne tienne pas compte de la différence profonde entre le comportement moral d'Israël durant l'opération Bordure protectrice, et celui des organisations terroristes auquel nous avons été confrontées», dénonce un communiqué officiel du gouvernement.
Les auteurs du rapport d'enquête rappellent que les factions armées palestiniennes ont tiré de manière indiscriminée 4881 roquettes et 1753 obus de mortier en direction d'Israël durant les 51 jours de guerre, terrorisant la population, tuant six civils et en blessant plus de 1600. Ils dénoncent aussi l'utilisation de 14 tunnels offensifs creusés pour permettre des incursions militaires sur le sol israélien. «La présence de ces infrastructures a traumatisé les civils israéliens, qui ont eu peur de pouvoir être attaqués à tout moment par des hommes armés venus du sous-sol», précisent-ils.
Mais c'est incontestablement à l'armée et aux dirigeants israéliens que la commission d'enquête réserve ses flèches les plus acérées. Elle condamne notamment l'«usage intensif d'armes conçues pour tuer et blesser sur un large périmètre». «Bien qu'elles ne soient pas illégales, leur utilisation dans des zones densément peuplées a rendu hautement probable la mort indiscriminée de civils et de combattants», écrivent les auteurs. [...]"

************************************************

Rapport de l'ONU - analyses

- "Goldstone II" released, bad but not nearly as bad as Goldstone I (Elder of Ziyon) - "Altogether, the report is no Goldstone but it is hardly as objective as it pretends to be".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/06/goldstone-ii-released-bad-but-not.html
"An advance version of the UNHRC report on last summer's war (and surrounding events) has been published.
On first glance, the (formerly Schabas) commission has done a far better job than the Goldstone commission, which was provably biased throughout its investigation from evidence gathering through report completion, only accepting facts that supported its foregone conclusion and consciously ignoring everything else. This commission is clearly cognizant of Goldstone's critics and has done much more to show that it understands Israel's position.
So for example, after printing a chart of buildings attacked by Israel and saying that some of the buildings did not appear to have a valid military objective, it adds this paragraph:
"In many of the cases examined by the commission, as well as in incidents reported by local and international organizations, there is little or no information as to how residential buildings, which are prima facie civilian objects immune from attack, came to be regarded as legitimate military objectives. The commission recognizes the dilemma Israel faces in releasing information that would disclose the precise target of military strikes, as this information might be classified and jeopardize intelligence sources. In relation to “evidence of military use”, official Israeli sources indicated that: “In the context of wide-scale military operations, it is often extremely difficult to provide evidence demonstrating exactly why certain structures were damaged. While the IDF targets only military objectives, forensic evidence that a particular site was used for military purposes is rarely available after an attack. Such evidence is usually destroyed in the attack or, if time allows, removed by the terrorist organisations who exploited the site in the first place. It is therefore unsurprising that forensic evidence of military use cannot usually be traced following attacks. As is the case with most militaries, the IDF unfortunately cannot publicize detailed reasoning behind every attack without endangering intelligence sources and methods. The Law of Armed Conflict does not include any requirement or obligation to publicize such information.” However, in the commission’s view, accepting that logic would undermine any efforts to ensure accountability. The key concept of international humanitarian law is the principle of distinction. Only once it has been established whether a specific attack distinguished between legitimate military objectives on the one hand, and civilians and civilian objects on the other hand, can compliance with the other principles, of proportionality and of precautions, be considered."
While I disagree with the commission's conclusion - the tension between security and accountability does not always have to favor the latter - it is to the commission's credit that they went out of their way to quote the Israeli side of the story even when Isrsel didn't cooperate with the commission.
Indeed, the report quotes from the Meir Amit Intelligence and Terrorism Information Center liberally in attempting to determine that the objects of attack may have been terrorists.
Another difference between Goldstone and this report are that this report mentions Hamas rockets and tunnels before going into the details of Israel's response.
This is not to say that the report was good. It isn't. For example, it parrots the absurd story of Ahmed Abu Reda, the 16 year old who claimed that the IDF forced him to look for tunnels, digging with his bare hands, for five days. This is the boy for whom the family "forgot" to take photos of his injuries and "disposed" of the evidence that would corroborate this completely fictional accusation. This was only one unverified report where the commission accused Israel of using human shields.
It did mention at least one case of potential Hamas use of human shields as well.
The conclusions, of course, slam Israel. The UNHRC cannot be expected to act in any other way. But at least they take into account Israel's position, again a far cry from Goldstone. They do not make sweeping judgments as to IDF intent as Goldstone did.
"669. With regard to Israel, the commission examined carefully the circumstances of each case, including the account given by the State, where available. Israel has, however, released insufficient information regarding the specific military objectives of its attacks. The commission recognizes the dilemma that Israel faces in releasing information that would disclose in detail the targets of military strikes, given that such information may be classified and jeopardize intelligence sources. Be that as it may, security considerations do not relieve the authorities of their obligations under international law. The onus remains on Israel to provide sufficient details on its targeting decisions to allow an independent assessment of the legality of the attacks conducted by the Israel Defense Forces and to assist victims in their quest for the truth.
670. The commission is concerned that impunity prevails across the board for violations of international humanitarian law and international human rights law allegedly committed by Israeli forces, whether it be in the context of active hostilities in Gaza or killings, torture and ill-treatment in the West Bank. Israel must break with its recent lamentable track record in holding wrongdoers accountable, not only as a means to secure justice for victims but also to ensure the necessary guarantees for non-repetition.
671. Questions arise regarding the role of senior officials who set military policy in several areas examined by the commission, such as in the attacks of the Israel Defense Forces on residential buildings; the use of artillery and other explosive weapons with wide-area effects in densely populated areas; the destruction of entire neighbourhoods in Gaza; and the regular resort to live ammunition by the Israel Defense Forces, notably in crowd-control situations, in the West Bank. In many cases, individual soldiers may have been following agreed military policy, but it may be that the policy itself violates the laws of war.
672. The commission’s investigations also raise the issue of why the Israeli authorities failed to revise their policies in Gaza and the West Bank during the period under review by the commission. Indeed, the fact that the political and military leadership did not change its course of action, despite considerable information regarding the massive degree of death and destruction in Gaza, raises questions about potential violations of international humanitarian law by these officials, which may amount to war crimes. Current accountability mechanisms may not be adequate to address this issue."
Thes
e conclusions simply ignore the fact that the determination of whether an army violates the principles of proportionality (too much firepower) and distinction (not distinguishing between military and civilian targets) rely in the end on how a reasonable military commander can act given the information available at the time on the battlefield, not with the luxury of hindsight.
The report slams Hamas and the PA as well, but is also reluctant to make too many categorical statements against them. For example:
"673. With regard to Palestinian armed groups, the commission has serious concerns with regard to the inherently indiscriminate nature of most of the projectiles directed towards Israel by these groups and to the targeting of Israeli civilians, which violate international humanitarian law and may amount to a war crime. The increased level of fear among Israeli civilians resulting from the use of tunnels was palpable. The commission also condemns the extrajudicial executions of alleged “collaborators”, which amount to a war crime."
There are more recommendations for Israel than for its enemies, again to be expected. Many of them are for Israel to improve its own internal mechanisms for investigations, which isn't a bad thing and something that Israel generally does anyway. It also recommends that Israel accept the Rome Statute which was deliberately written to be anti-Israel.
Altogether, the report is no Goldstone but it is hardly as objective as it pretends to be."

- UN Report on Gaza: Improvement over Goldstone, but NGO Reliance Hurts Credibility (NGO Monitor) - "By repeating the unverified and non-expert factual and legal allegations of groups such as Amnesty International, B’Tselem, Palestinian Center for Human Rights, and Al Mezan, the UN investigation is irrevocably tarnished"; "NGOs were also inexplicably sourced for factual claims beyond their capabilities"; "NGO Monitor also notes that the Commission acknowledged that it could not properly investigate a number of central dimensions of the conflict".
http://www.ngo-monitor.org/article/un_report_on_gaza_improvement_over_goldstone_but_ngo_reliance_hurts_credibility

- UNHRC explicitly lies on legal basis for calling Gaza "occupied" (Elder of Ziyon) - "The UNHRC didn't bother to actually read the source material"; "Once again, international law is applied to Israel differently than everywhere else".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/06/unhrc-explicitly-lies-on-legal-basis.html

- U.N. beats familiar anti-Israel drum, Jeff Robbins (former U.S. delegate to the United Nations Human Rights Council, attorney in Boston) - "Condemnations of Israel that are nonsense are the U.N.’s specialty, and the forthcoming report is unlikely to be any different".
http://www.bostonherald.com/news_opinion/opinion/op_ed/2015/06/robbins_un_beats_familiar_anti_israel_drum
"In an isolated trail along the Cliffs of Moher on Ireland’s west coast a sign has been posted with the following warning to hikers: “Beware of the bull.” This is a warning that could be helpfully printed on the cover of every publication relating to Israel issued by any United Nations agency, as the U.N. prepares to remind us yet again.
[...] the U.N. Human Rights Council, which includes such human rights luminaries as Qatar, Saudi Arabia, the United Arab Emirates and Pakistan, is expected to release its “report” on last summer’s war in Gaza between Hamas and Israel. This was a conflict not only initiated by Hamas, but perpetuated by it for 50 days, in violation of innumerable truces to which it first agreed, and on which it then reneged.
The conflict was the third separate time in six years that Israeli civilians were subjected to some 5,000 rockets fired by Hamas, rockets both intended to harm Israelis and calculated to bring about the deaths of Palestinian civilians used by Hamas as human shields. It differed from similar conflicts in 2008 and 2012 in two respects. By last summer, Hamas could — and did — reach 80 percent of Israel’s population with its rockets. And Hamas added an elaborate system of tunnels built under Palestinians’ homes extending into Israel, for the purpose of staging raids that Hamas hoped would kill hundreds of Israelis.
Naturally, the U.N., owned for all practical purposes by the powerful Organization of Islamic Conference and the enviable petrodollars that Arab states bring to bear, is expected to issue another report condemning Israel. Its report, originally set to be released in March, was delayed after its lead investigator, William Schabas, was forced to resign amidst disclosures that not only had he declared Israeli leaders “criminals” before he asked to be hired to investigate them, but that he had recently been paid by the PLO for advocating on its behalf. After denying for months that there was anything about any of this that faintly resembled a conflict of interest, he stepped down just before the report was to be released, announcing that his work had been completed anyway.
The predictable chorus of those signed up to blame Israel regardless of the circumstances charges Israel, which struggled to stop the rockets and prevent the tunnel attacks, with deliberately killing Palestinian civilians. Streams of military experts who examined the evidence have pronounced these charges utter nonsense.
One recent study, authored by a team that included the former chief of staff of the U.S. Central Command and the former deputy commander of the U.S. European Command, found that the Israel Defense Forces “executed a number of extraordinary methods to mitigate civilian risks.” It concluded: “It is our assessment as military professionals that IDF operations in Gaza exercised considerable restraint and exceeded the requirements of [international law].”
Another group of experts that included the former chiefs of staff of the German, Spanish and Italian militaries found: “Each of our own armies is of course committed to protecting civilian life during combat. But none of us is aware of an army that takes such extensive measures as did the IDF last summer to protect the lives of the civilian populations.”
And the chairman of the U.S. Joint Chiefs of Staff, Gen. Martin Dempsey, concluded that “Israel went to extraordinary lengths to limit civilian casualties” during the Gaza war, and sent American officers to Israel to learn from its example.
Condemnations of Israel that are nonsense are the U.N.’s specialty, and the forthcoming report is unlikely to be any different. The experts who have debunked these condemnations are military professionals who deal in facts, not in agendas. When it comes to Israel, the U.N. carries on imitating Alice-in-Wonderland, devoid of any credibility and displaying no sign of caring."
- International High Level Military Group Commends Israel Defense Force's "Scrupulous Adherence to Laws" (CAMERA) - "In sharp contrast to the UNHRC inquiry, the HLIMG group found that "The measures taken [by the Israel Defense Forces] were often far in excess of the requirements of the Geneva Conventions. They sometimes placed Israeli lives at risk"."
http://blog.camera.org/archives/2015/06/post_151.html

************************************************

Rapport de l'ONU - réactions politiques

- Le Premier ministre réagit au rapport de l’ONU sur Gaza (Times of Israel)
http://fr.timesofisrael.com/le-premier-ministre-reagit-au-rapport-de-lonu-sur-gaza/
"Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, a réagi le 22 Juin depuis la Knesset, au rapport sur l’opération Bordure protectrice émis par le Conseil de Droits de l’Homme de l’ONU :
« Le rapport sur l’opération Bordure protectrice présenté par la commission nommée par le Conseil des droits de l’Homme des Nations unies est biaisé. La commission qui a rédigé ce rapport a été nommé par un conseil qui se nomme le ‘Conseil des droits des Hommes’. En effet, il fait tout sauf s’occuper des droits de l’Homme. C’est un organisme qui condamne Israël plus que l’Iran, la Syrie et la Corée du Nord réunis. Il a d’abord nommé à la tête de la commission un homme qui a été pris en train de faire des incitations contre l’Etat d’Israël et qui a également pris de l’argent aux Palestiniens. Il a commencé à enquêter sur les événements dans la région à partir du lendemain – le lendemain – de l’enlèvement des trois jeunes gens, qui ont été assassinés. C’est sur cette base que l’on doit tenir compte de ses constatations, ses conclusions et ses recommandations, » peut-on lire dans un communiqué du bureau du Premier ministre.
« Israël se défend et le fait en conformité avec le droit international. Nous ne sommes pas les seuls qui disent cela. La semaine dernière, nous avons publié un rapport détaillé et professionnel qui évaluait nos actions, en conformité avec le droit international, contre les terroristes qui tirent sur des civils et se cachent derrière des civils. »
« Ceci est également soutenu par le rapport publié par les généraux américains et européens qui ont affirmé et sont arrivés à la conclusion qu’Israël se défendait en conformité aux normes du droit international. Mais ils disent, ‘au-dessus et au-delà’ ». Un des généraux de haut rang a dit qu’il n’y a pas de pays qui a agi comme l’Etat d’Israël et est allé au-delà du respect du droit international, » poursuit le communiqué.
« Israël ne commet pas de crimes de guerre. Israël se défend contre une organisation terroriste meurtrière qui appelle à sa destruction et qui a commis de nombreux crimes de guerre. Tout pays qui veut vivre, aurait agi de cette façon. Mais la commission attend d’un pays, dont les citoyens ont été attaqués par des milliers de missiles, qu’il reste les bras croisés. Nous ne resterons pas les bras croisés, et nous ne l’avons jamais fait. Nous allons continuer à prendre des mesures énergiques et déterminées contre tous ceux qui tentent de nous attaquer nous et nos citoyens, et nous allons le faire en conformité avec le droit international, » con
clut la déclaration officielle."

- Israël rejette le rapport de l’ONU l’accusant de possibles crimes de guerre, Mitch Ginsburg (Times of Israel)
http://fr.timesofisrael.com/israel-rejette-le-rapport-de-lonu-laccusant-de-possibles-crimes-de-guerre/
"[...] Dans une première réponse au rapport, le ministère des Affaires étrangères a déclaré que le gouvernement israélien est en train d’examiner les conclusions, mais a rejeté le mandat « moralement vicié » donné à l’UNHRC pour enquêter sur la guerre dans la bande de Gaza.
« Il est regrettable que le rapport ne reconnaisse pas la différence profonde qu’il y a entre le comportement moral d’Israël pendant l’opération Bordure protectrice et les organisations terroristes qu’il a affrontées », a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. « Ce rapport a été commandé par une institution notoirement partiale (et) a reçu un mandat ouvertement partial, et initialement dirigé par un président grossièrement partial, William Schabas », a indiqué le communiqué, notant le traitement démesuré du CDH – par rapport aux principaux pays violant les droits de l’Homme comme l’Iran, la Corée du Nord et d’autres – des infractions alléguées sur le compte d’Israël.
« Tout le monde sait bien que les motivations politiques et les failles morales ont entaché dès le départ l’intégralité du processus qui a conduit à la production de ce rapport », a ajouté le porte-parole des Affaires étrangères Emmanuel Nahshon. Le mandat confié à la commission d’enquête « présumait Israël coupable dès le départ et (le) président initial (de la commission) William Schabas a été contraint de démissionner à cause d’un conflit d’intérêts criant qu’il avait tu aux Nations unies », a affirmé le porte-parole. Le conflit d’intérêts porte sur un avis juridique que Schabas avait rédigé en 2012 pour l’Organisation de libération de la Palestine (OLP). Il avait été été rétribué 1 300 dollars.
« Israël est une démocratie attachée à la primauté du droit, forcée de se défendre contre les terroristes palestiniens qui commettent un double crime de guerre : ils ciblent aveuglément des civils israéliens tout en mettant en danger de manière délibérée des civils palestiniens, dont des enfants, en les utilisant comme des boucliers humains », a dénoncé le communiqué israélien. [...]"

- Les réactions des politiques au rapport de l’ONU sur Gaza (Times of Israel) - la réaction du leader de l'opposition de gauche.
http://fr.timesofisrael.com/les-reactions-des-politiques-au-rapport-de-lonu-sur-gaza/
"[...] « L’armée israélienne est une armée morale et je n’ai pas besoin d’un rapport ou d’une commission internationale pour savoir cela », a expliqué le chef Union sioniste, Isaac Herzog, en faisant référence au rapport de l’ONU sur le conflit de l’été dernier.
« Alors que pour le Hamas, tuer des innocents est l’objectif principal, je peux dire que d’après ma propre expérience de nombreuses réunions du Cabinet que la question des non-combattants blessés est toujours sur la table et est une considération très importante dans les décisions opérationnelles ». « La seule chose que nous devons faire quand il s’agit de Gaza est de prévenir le prochain cycle [de la violence]. Pour cela, nous devons soutenir une initiative qui apportera la démilitarisation et la restauration de la bande de Gaza », a-t-il ajouté. [...]"

- Le Hamas rejette les critiques de l’ONU et salue la condamnation d’Israël (Times of Israel) - "« Le Hamas se félicite de la condamnation dans le rapport de l’occupant sioniste pour ses crimes de guerre pendant la dernière guerre contre Gaza », a déclaré Barhoum".
http://fr.timesofisrael.com/le-hamas-rejette-les-critiques-de-lonu-et-salue-la-condamnation-disrael/

************************************************

Egypte

- L'Egypte nomme un ambassadeur en Israël (Reuters) - "L'Égypte a désigné dimanche un ambassadeur en Israël, le premier depuis 2012, témoignant du réchauffement des relations entre deux pays qui perçoivent le Hamas comme une menace pour leur sécurité".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/06/21/97001-20150621FILWWW00179-l-egypte-nomme-un-ambassadeur-en-israel.php

- Egypt army digs trench along Gaza border to prevent smuggling (Reuters) - "After destroying areas of Egyptian Rafah to widen buffer zone, army digs trench to bolster security in Sinai against Islamist militant attacks, which Cairo says are backed by Hamas".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4671510,00.html


************************************************

Monde arabe

- Jordanian Actor Jamil Awad: The Jews Are a Disease on a Global Scale (Mayadeen TV (Lebanon), 26 mai, Vidéo 2mn13) - cet acteur explique pourquoi il a accepté de jouer un Juif dans une série (ce que sa famille et son entourage lui reprochaient) : révéler au monde à quel point les Juifs sont une engeance répugnante et maléfique.
http://www.memritv.org/clip/en/4969.htm

- Syrie : 10 civils tués par un raid du régime sur une mosquée à Alep, selon une ONG (AFP) - "Au moins dix civils, dont deux enfants, ont péri lundi lorsque l'armée de l'air syrienne a largué un baril d'explosifs sur une mosquée d'Alep, dans le nord de la Syrie".
https://fr.news.yahoo.com/syrie-10-civils-tu%C3%A9s-raid-r%C3%A9gime-mosqu%C3%A9e-%C3%A0-222223057.html

************************************************

USA

- Book review: Michael Oren's "Ally" (Elder of Ziyon) - "Oren describes an Obama who didn't hesitate to help his idealized Israel in danger - from the raging Carmel forest fire or the crisis in the Egyptian embassy. But Obama would not show interest in the real Israel - the Israel that voted for Netanyahu so many times".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/06/book-review-michael-orens-ally.html
"[...] Oren mentions plenty of events that showed that President Obama wanted to kowtow to the Muslim world. He mentions that Obama chose to call Mahmoud Abbas before then prime minister Ehud Olmert upon entering office. He talked about how Obama's much heralded speech in Cairo tied Israel to the Holocaust rather than thousands of years of history in the land, and then chose not to visit Israel but went to Buchenwald instead as if to underscore the point. He talks about how Obama ignored the Bush/Sharon letter of understanding that Israel would hold onto major settlement blocs and instead steamrolled his way to declaring that the "1967 lines" were the basis for negotiations - and how that emboldened the Palestinian negotiators to be more intransigent and less likely to seek a negotiated agreement. But none of this is a smoking gun. On the contrary, Oren describes Obama's later speeches to AIPAC and his later visit to Israel in glowing terms, filled with optimism that Obama had finally understood what had eluded him about Israel in his early years in office - and that he had something to do with it.
Then, in the last chapter, with Oren leaving his position, things turn for the worse again. Netanyahu speaks in front of Congress and Iran fools American negotiators. Without Oren, we are led to believe, things are going to pot again.
In fact, and I hate to say this, "Ally" is not so much a description of how Obama betrayed the US-Israel relationship as much as how Michael Oren has transformed from an esteemed historian who is scrupulous in his dedication to truth...to a diplomat who reluctantly understands that he sometimes has to bend the truth...to a politician who disregards the truth to reach his goals...to a salesman trying to pump up his book to a potential audience by deceiving the public as to what the book is about. I am profoundly disappointed. [...]
What about his insights into Obama? He certainly believes that Obama is naive about the Middle East. He even quotes, ironically, three separate Obama speeches where the president said "I'm not naive."
In fact, the best way to describe the impression that Oren has of President Obama's views of Israel comes from a more recent statement of Obama himself, speaking to Jeffrey Goldberg: "And I care deeply about preserving that Jewish democracy, because when I think about how I came to know Israel, it was based on images of … kibbutzim, and Moshe Dayan, and Golda Meir, and the sense that not only are we creating a safe Jewish homeland, but also we are remaking the world. We’re repairing it. We are going to do it the right way."
This is like saying that Americans are nostalgic for the version of America shown on Ozzie and Harriet. An idealized world where black people could only hope to get jobs as Pullman porters, where women who went to work were considered a little abnormal, where mental health issues were causes of great shame. Wasn't that great?
Israel in the 1950s and 1960s is no less idealized, and was no less flawed. It was a nation with a second class Sephardic community. It was also a time when Israel's Arab population were indeed discriminated against by law (until 1966, they were under martial law.) Moshe Dayan happily stole priceless archaeological treasures. And, of course, Israel was under constant threat to its very existence. Nostalgia for the Israel of yesteryear reflects nothing less than sheer naivete - a naivete that much of the liberal Jewish population in America seems to share today. [...]
The book most emphatically says that Obama is not anti-Israel, especially the Obama towards the end of Oren's time as ambassador. Oren describes an Obama who didn't hesitate to help his idealized Israel in danger - from the raging Carmel forest fire or the crisis in the Egyptian embassy. But Obama would not show interest in the real Israel - the Israel that voted for Netanyahu so many times. [...]
Oren's book does have value. Although he is more centrist than Netanyahu he offers a pretty good defense for Israel keeping settlement blocs, and he describes countless examples of how he defended Israel from clueless media and other diplomats. He offers a rare glimpse into the world of diplomacy which is certainly valuable. But it is still a disappointment to me."

************************************************

Europe

- The EU doesn't like when foreign governments fund their NGOs. Really (Elder of Ziyon) - "It sounds like the EU is concerned that Russia may be funding pro-Russian organizations in the EU. This "transparency" would then turn into bans. What is the difference, exactly, between the EU's resolution and what Shaked wants to do [by restricting donations from foreign governments to non-governmental organizations in Israel]?"
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/06/the-eu-doesnt-like-when-foreign.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages