Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 août 2015 5 14 /08 /août /2015 08:36

France


- Tel-Aviv sur Seine : des policiers, des militants... et quelques visiteurs (Le Parisien)
http://www.leparisien.fr/paris-75/tel-aviv-sur-seine-des-policiers-des-militants-et-quelques-visiteurs-13-08-2015-5008247.php
"[...] Seuls de petits drapeaux portant en français et en hébreu le nom de Tel Aviv et une photo de la plage de Tel Aviv distinguent ce modeste espace de 200 m² du reste de «Paris Plage». Au milieu des journalistes et policiers, quelques dizaines de personnes sont venues profiter de l'événement, malgré la polémique... et la grisaille. Avec en plus la menace d'orages en fin d'après midi, il faut être motivé pour passer l'impressionnant déploiement de sécurité prévu pour l'occasion. [...]
Répondant à l'appel [d'Europalestine], cinq jeunes venus jouer au foot affublés de maillots «Gaza Soccer Beach» se sont vu refuser l'entrée au site. Après une conversation plutôt tendue avec les forces de l'ordre, les jeunes activistes sont finalement repartis dans le calme. Les maillots, portant le numéro 10, ont été confectionné par Street Artist Combo, un taggeur parisien propalestinien.
Les associations propalestiniennes ont elles aussi répondu à l'appel. En bas des marches, Bertrand Heilbronn de France Palestine Solidarité distribue des tracts dénonçant l'événement. La sécurité lui a demandé à son tour de s'éloigner un peu plus loin."
- Paris : «L'entrée d'Israël c'est à gauche. Pour Gaza c'est à droite» (20 minutes) - "Barrières de sécurité, fouille des sacs, passage de détecteurs à métaux. « Niveau sécurité, il y a le 14 Juillet, l’arrivée du Tour de France et des événements comme Tel Aviv sur seine », souffle un gendarme" ; "« Je ne reconnaîtrai jamais Israël. Quelle démocratie tue des bébés ? » lance un homme dans une foule condensée".
http://www.20minutes.fr/paris/1666287-20150813-paris-entree-israel-gauche-gaza-droite
"[...] Pour Saad, l’opération de la mairie de Paris est « scandaleuse ». « Je suis choqué de voir la promotion ici d’Israël alors qu’il massacre », affirme ce jeune nîmois. Non loin, un débat public s’improvise. « Je ne reconnaîtrai jamais Israël. Quelle démocratie tue des bébés ? » lance un homme dans une foule condensée.
Saad, lui, rembobine. « Cet événement n’a rien de culturel. Il est politique. Et c’est très mal venu de la part d’Anne Hidalgo d’organiser ça un an après les massacres à Gaza et le meurtre d’un bébé ». Les membres de l’association Europalestine à la tête de cet événement parallèle accrochent des drapeaux palestiniens et des banderoles. On peut y lire : « Hidalgo célèbre l’occupation israélienne » « Gaza : Laissez passer les bateaux ». [...]"
- 500 policiers mobilisés pour "Tel-Aviv sur Seine" (France TV info) - ""Personne n'imaginait que ça allait prendre une telle ampleur", reconnaît auprès de France 3 Jean-Louis Missika, adjoint à la mairie de Paris".
http://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/israel-palestine/500-policiers-mobilises-pour-tel-aviv-sur-seine_1040675.html
- «Tel-Aviv sur Seine» : surtout des policiers et des journalistes..., Alix Van Pée (Le Figaro) - "Sous le pont Notre-Dame, une vingtaine de gendarmes sont pris entre deux feux. D'un côté, les youyous séfarades et la musique électronique israélienne. De l'autre, les slogans «Israël assassin». Certains vacanciers, déconnectés de l'actualité, avouent avoir été pris de court par l'événement. «Ça gâche un peu notre pique-nique», regrette Stéphane, venu de Lyon avec sa famille".
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/08/13/01016-20150813ARTFIG00280-tel-aviv-sur-seine-surtout-des-policiers-et-des-journalistes.php
- "Tel Aviv sur Seine" et "Gaza Plage" cohabitent sous haute surveillance (AFP)
https://fr.news.yahoo.com/tel-aviv-seine-parti-gauche-craint-provocations-073932246.html
"[...] Tête nue ou bien portant la kippa ou un chapeau "Israel" offert par les organisateurs, beaucoup affirment leur sympathie pour Israël. "C'est un acte de solidarité avec le peuple juif d'être venue aujourd'hui", explique Cécilia, une Italienne allongée sur un transat, qui avoue avoir "un peu peur que cela dégénère" avec la manifestation propalestinienne adjacente.
Mais la quiétude du lieu est à peine troublée par les "Palestine vivra ! Palestine vaincra !", provenant de l'autre côté du Pont Notre-Dame, où se tient la concurrente et officieuse "Gaza Plage". Une cinquantaine de militants ont déployé un drapeau palestinien géant et installé des stands d'information sur la chaussée. Certains portaient des t-shirt "Boycott Israël". "La Mairie de Paris voudrait faire de Tel Aviv une ville comme les autres, alors qu'elle est capitale d'un État colonialiste qui bombarde des populations civiles", dénonce Serge Bonal, membre de l'association EuroPalestine, qui avait lancé avec une dizaine d'organisations un appel à "informer la population de la réalité de la situation" en Palestine. [...]"

- « Tel-Aviv sur Seine » sous haute protection, Elise Vincent (Le Monde) - "La journée de jeudi devrait faire office de test pour son successeur Michel Cadot, en poste depuis fin juillet, alors que le maintien de l’ordre est traditionnellement considéré comme un marqueur de l’autorité préfectorale. Les manifestations de l’été 2014 avaient vu par ailleurs l’émergence d’une nouvelle génération de militants pro-palestiniens. Des jeunes gens notamment issus de l’immigration maghrébine, « antisionistes » revendiqués, très imprégnés de débats plus larges sur le racisme ou la décolonisation. Ce sont eux, essentiellement, qui appellent au rassemblement de jeudi, sans qu’il soit toutefois possible d’évaluer, en amont, l’ampleur de leur mobilisation"
http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/08/13/tel-aviv-sur-seine-sous-haute-protection_4723722_3224.html

- « Tel-Aviv sur Seine » : plus de journalistes et de policiers que de vacanciers, Amélie Petitdemange (Le Monde.fr) - "Du côté de « Gaza Plage », l’ambiance est bien plus militante que du côté israélien : distribution de tracts, de photos du bébé palestinien brûlé vif et de corps ensanglantés" ; une militante : « On aurait fait “Berlin beach” en 1944 ? »
http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/08/13/tel-aviv-sur-seine-plus-de-journalistes-et-de-policiers-que-de-plagistes_4723900_3224.html
"[...] Entre les forces de l’ordre, les politiques et les journalistes, on trouve malgré tout quelques vacanciers. « Je pensais retrouver l’ambiance de Tel-Aviv, la plage, la musique ; mais tout ce que je vois, ce sont des policiers et des barrières sur plusieurs mètres », regrette Michelle Alia, retraitée depuis trois mois. Elle reconnaît toutefois la nécessité du dispositif : « Après avoir entendu “mort aux juifs” quand j’habitais Sarcelles, je trouve ça normal qu’il y ait un tel dispositif de sécurité. Mais nous n’aurions pas eu besoin de ça s’il n’y avait pas eu une telle polémique. »
Les juifs militants [?] présents s’accordent sur un point : la vision française de Tel-Aviv et d’Israël en général est injuste. « Il y a une distorsion entre ce qui se passe là-bas et ce qu’on raconte ici. On parle d’apartheid, c’est complètement faux », insiste Mme Alia. Une vieille femme, qui quitte l’événement, atterrée, lance : « C’est aberrant d’avoir besoin d’un tel sentiment de sécurité dès qu’on parle d’Israël. »
Pourtant, vers midi, la musique démarre et la joie de vivre commence doucement à prendre le dessus. Des visiteurs dansent et chantent en brandissant un drapeau israélien. La queue s’allonge devant le « food truck » pour déguster deux spécialités de galettes israéliennes baptisés « peace » et « love ». Une journée tout en ambivalence s’annonce.
A quelques mètres de « Tel-Aviv sur Seine », une autre opération apparaît. Baptisée « Gaza Plage », elle rassemble plusieurs dizaines de personnes venues manifester, après l’appel lancé par l’association Euro-Palestine, qui milite pour un boycottage économique et culturel d’Israël.
« Vous ne pouvez pas torturer et tuer puis venir faire la fête comme si de rien n’était, s’offusque Olivia Zémor, présidente de l’association, présente dans la foule. Après l’assassinat de quatre enfants sur la plage de Gaza l’année dernière, c’est une honte d’organiser [“Tel-Aviv sur Seine”] ! Puisque nous n’avons pas réussi à l’interdire, nous venons nous exprimer à côté. » [...]
Du côté de « Gaza Plage », l’ambiance est bien plus militante que du côté israélien : distribution de tracts, de photos du bébé palestinien brûlé vif et de corps ensanglantés, panneau « Hidalgo sponsor de la colonisation »…
Fatima Zhora hèle les passants pour leur offrir des falafels faits maison. Retraitée, elle a prévu de rester toute la journée pour soutenir l’initiative. « On veut montrer qu’on existe, la Palestine est complètement oubliée », regrette-t-elle. « C’est un choix de mettre Tel-Aviv à l’honneur tout en occultant la partie symbolique qu’elle a dans un pays qui se fait déchirer », dénonce avec véhémence Fatima, jeune Palestinienne de 30 ans. Elle fait mine de s’interroger : « On aurait fait “Berlin beach” en 1944 ? »"

- Tel-Aviv sur Seine : «Je suis venu pour soutenir mon pays» (Libération) - "à 15 heures, le calme relatif qui régnait jusque-là est brisé par des militants propalestiniens venus protester contre cet événement. Aux abords de la place de l’Hôtel de Ville, des membres du mouvement Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS), et de l’Association France Palestine Solidarité surgissent et brandissent une banderole «#Apartheid sur Seine», aux cris de «Israël apartheid, Hidalgo complice !»"
http://www.liberation.fr/societe/2015/08/13/tel-aviv-sur-seine-je-suis-venu-pour-soutenir-mon-pays_1362933
"[...] Quelques dizaines de badauds sont tout de même venus profiter du soleil et jouer aux raquettes au son de la musique israélienne, sans se préoccuper de la polémique qui se joue sous leurs yeux. Assis sur le sable, Frédéric est ainsi venu pour «manger un falafel». Il salue l’initiative de la maire de Paris : «Il fallait être là. C’est un événement pour la paix et la tolérance, au-delà de tous les conflits. Je regrette vraiment l’instrumentalisation qui en a été faite. Il faut laisser la politique de côté».
Georgio, artiste peintre de 77 ans, est accompagné de son épouse. D’origine israélienne, il félicite la maire de Paris, Anne Hidalgo, d’avoir soutenu cet événement : «Je suis venu pour soutenir mon pays, Israël.» Mais devant les critiques qui ont enflé ces derniers jours, il ressent une certaine gêne : «On se sent malmenés depuis quelques années, on devient des boucs émissaires, ça me touche…» [...]
Vers midi, un contre-événement s’organise à quelques mètres de là, soutenu par une dizaine d’associations propalestiniennes. Il faut passer devant une compagnie de CRS stationnée sous le pont Notre-Dame pour sortir de «Tel-Aviv-sur-Seine» et rentrer sur «Gaza plage». Une centaine de bénévoles, munis de drapeaux palestiniens, accrochent des banderoles dénonçant la politique colonialiste d’Israël. Benoit, un militant, n’a pas souhaité aller du côté israélien. Il est venu «pour marquer le coup» : «Je viens protester contre Israël et leur politique d’Apartheid. C’est très maladroit de la part d’Anne Hidalgo d’avoir imaginé cet événement.» Habillé d’un tee-shirt vert floqué «Boycott Israël», Nicolas Shahshahani est animateur à CAPJPO EuroPalestine, l’un des collectifs organisateurs. Lui non plus n’a pas souhaité se rendre à «Tel-Aviv-sur-Seine». «Nous sommes là pour répliquer à un événement unilatéral, à une provocation de la part de la mairie.»
Dans l’après-midi, la file d’attente pour entrer dans «Tel-Aviv sur Seine» s’agrandit à vue d’œil, atteignant plusieurs dizaines de mètres. Mais à 15 heures, le calme relatif qui régnait jusque-là est brisé par des militants propalestiniens venus protester contre cet événement. Aux abords de la place de l’Hôtel de Ville, des membres du mouvement Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS), et de l’Association France Palestine Solidarité surgissent et brandissent une banderole «#Apartheid sur Seine», aux cris de «Israël apartheid, Hidalgo complice !»
Au bout d’une dizaine de minutes, les forces de l’ordre entourent les propalestiniens. Quelques coups sont échangés, certains militants se plaignent d’avoir été «frappés». Après un sit-in, les propalestiniens sont ramenés vers l’Hôtel de ville. Les policiers encerclent et bloquent les derniers manifestants et les journalistes. Au centre, Imen Habib, une des animatrices de la campagne BDS France, justifie leur action : «Nous avons voulu marquer le coup avec cette action visuelle. Il fallait protester contre la provocation de la mairie de Paris, c’est un scandale.»
Alors que l’action se termine devant la mairie de Paris, une vingtaine de militants BDS partent vers l’entrée de «Gaza Plage» pour poursuivre la manifestation. Les forces de l’ordre entourent une nouvelle fois les propalestiniens, sans heurts. Aux alentours de 17 heures, les manifestants finissent par se disperser. Côté Tel Aviv Sur Seine, un DJ était attendu dans la soirée."

- Un député PS juge le gouvernement israélien «plus dur» que l'apartheid (Le Figaro - Le Scan)
http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2015/08/11/25002-20150811ARTFIG00181-un-depute-ps-juge-le-gouvernement-israelien-plus-dur-que-l-apartheid.php
"C'est un projet qui déchaîne les passions. La journée «Tel-Aviv sur Seine», prévue jeudi prochain à Paris Plages, suscite une vive polémique qui ne désenfle pas sur les réseaux sociaux et indigne certains élus jusque dans les rangs de la majorité municipale d'Anne Hidalgo. Mais pas seulement. Ainsi le député PS des Hauts-de-Seine, Alexis Bachelay, en a-t-il notamment profité ce mardi pour critiquer vertement la politique conservatrice menée par l'État hébreu.
«Aurions-nous eu l'idée d'un Pretoria-sur-Seine avec l'Afrique du Sud avant la libération de Mandela et la fin de l'apartheid ?», s'est-il ainsi interrogé sur Twitter, avant de répondre lui-même : «Je dis non». Une comparaison pour le moins osée de la part du co-fondateur et porte-parole de la «Gauche forte» qui, interpellé par un internaute, est finalement allé encore plus loin. «Au vu de ce qui se passe en Palestine, le régime de Pretoria était peut-être plus doux que l'extrême-droite qui gouverne en Israël», a-t-il estimé.
Joint par le Scan, le parlementaire avoue avoir «vraiment hésité avant de s'exprimer sur le sujet» et se demande s'il «n'aurait d'ailleurs pas mieux fait de fermer (sa) gueule» (sic). Sans toutefois regretter un seul mot pour autant : «Le développement séparé est une notion qui se trouvait au cœur même du système d'apartheid. Or c'est très exactement ce qu'Israël, via sa barrière de séparation et ses colonies, est en train de mettre en place en Palestine», détaille-t-il d'abord.
Et Alexis Bachelay, qui se dit «aussi choqué par la politique israélienne que par celle de Pretoria», de justifier ce qui l'a conduit à juger cette dernière «plus douce» que la première. «C'est au conflit survenu l'été dernier à Gaza que je me référais dans mon tweet. La militarisation de l'apartheid n'a jamais atteint un tel niveau et servi un tel usage de la force que ce que l'on contaste aujourd'hui», explique-t-il finalement. [...]"

- Tel-Aviv sur Seine : le deux poids-deux mesures des droits-de-l'hommistes, Maxime Tandonnet (Le Figaro) - "Le même raisonnement tirant d'une légitime et compréhensible émotion des décisions de boycott, pourrait conduire par exemple à interdire le tourisme et les échanges commerciaux avec les Etats-Unis en raison des accusation de meurtres racistes d'adolescents qui pèsent sur certains policiers".
http://www.lefigaro.fr/vox/culture/2015/08/11/31006-20150811ARTFIG00121-tel-aviv-sur-seine-le-deux-poids-deux-mesures-des-droit.php
"La nouvelle polémique française de l'été semble particulièrement déplacée. Nous assistons à une mobilisation de divers groupuscules de plusieurs tendances idéologiques, soutenus par une frange de l'opinion publique, contre la manifestation «Tel Aviv sur Seine». Celle-ci, organisée par la mairie de Paris, est destinée à valoriser la gastronomie, le mode de vie et la culture de cette ville. L'émotion légitime causée par la mort d'un bébé palestinien, tué dans des conditions atroces par des colons extrémistes, paraît être à l'origine de ces réactions.
L'appel à l'annulation de cette rencontre tend à importer sur le territoire français un conflit extérieur et il est en cela incompatible avec le principe d'indivisibilité de la République.
Mais surtout, il est de la même nature que les tentatives de boycott des produits israéliens qui furent lancées il y a quelques années. Il procède de la confusion entre la réalité historique et géopolitique d'un Etat et les sentiments d'horreur, encore une fois parfaitement légitimes et compréhensibles, suscités par un événement. Que des actes insupportables soient commis par des barbares est une chose. Mais on n'a pas le droit d'en tenir pour responsable un Etat dont l'existence remonte à 1948, et qui plus est, une ville, ses traditions, ses habitants. Le gouvernement israélien a d'ailleurs été clair sur la condamnation de ces faits immondes et s'est prononcé en faveur des sanctions les plus sévères pour leurs auteurs. [...]
Le même raisonnement tirant d'une légitime et compréhensible émotion des décisions de boycott, pourrait conduire par exemple à interdire le tourisme et les échanges commerciaux avec les Etats-Unis en raison des accusation de meurtres racistes d'adolescents qui pèsent sur certains policiers, à rompre avec la Chine qui applique à tour de bras la peine de mort, à interdire tout échange avec le Pakistan où un jeune couple a été brûlé vif l'an dernier pour un supposé blasphème, avec le Nigéria, où des milliers de jeunes filles ont été enlevées, arrachées à leurs familles et ont disparu, avec l'Inde où des femmes sont brûlées par rituel, avec les pays qui pratiquent la lapidation des femmes adultère, avec le Soudan du Sud où dans l'indifférence général de la communauté internationale, un effroyable génocide, marqué par des tortures et des massacres, dont sont principalement victimes les enfants, se déroule en ce moment même dans l'indifférence générale. [...]
Bien sûr, les atrocités commises quelque part n'excusent en rien ou ne diminuent en aucune façon les crimes perpétrés ailleurs. Cependant, l'honnêteté intellectuelle et le principe d'unité de la nature humaine, d'universalité et d'égale valeur de tous les hommes, sur lesquels repose toute civilisation digne de ce nom, devraient conduire à dénoncer avec autant de vigueur et de détermination toutes les formes de barbarie. Nous en sommes bien loin."

- « Danette » Simonnet, fidèle de Mélenchon et reine de l’agit-prop, Raphaëlle Besse Desmoulières (Le Monde) - " Elle est accro à l’action, note Sylvie Aebischer, une élue du 20e arrondissement qui vient de quitter le PG. Le bon côté, c’est qu’elle ne va pas s’éterniser dans les palabres. Le mauvais, c’est qu’elle ne prend pas le temps de se poser pour réfléchir. »"
http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/08/13/danette-simonnet-fidele-de-melenchon-et-reine-de-l-agit-prop_4723772_823448.html

***********************************************

Judée-Samarie

- Shin Bet : Israël a contrecarré 17 attaques suicides cette année, Avi Issacharoff (Times of Israel) - "le Hamas n’utilise plus les mêmes méthodes que celles qu’il employait entre 2000 et 2006 en Cisjordanie".
http://fr.timesofisrael.com/shin-bet-israel-a-contrecarre-17-attaques-suicides-cette-annee/
"Le terrorisme palestinien de 2015 est très différent de celui auquel Israël a fait face pendant les premières années de la seconde Intifada. [...]
Selon les statistiques du Shin Bet, les forces de sécurité israéliennes ont empêché 17 attaques suicides jusqu’à présent cette année – ce qui signifie 17 attaques en seulement sept mois. Ce chiffre ne comprend pas les attaques empêchées par l’Autorité palestinienne, qui a démantelé plusieurs cellules qui projetaient des attaques.
Cinq des 17 attaques contrées par Israël avaient été planifiées par des membres du Hamas, cinq étaient prévues par d’autres groupes, et les sept autres restantes n’étaient associées à aucune organisation. En d’autres termes, les cellules terroristes sont maintenant souvent établies sans affiliation à un groupe palestinien, mais plutôt sur la base des présentations entre amis, étudiants à l’université et/ou les liens établis par l’intermédiaire des réseaux sociaux. Ces cellules sont exceptionnellement difficiles pour les services de sécurité à pénétrer. Cette forme de terrorisme est censée être un type de terrorisme « amateur ».
Mais jusqu’à présent cette année, Israël a également empêché huit enlèvements planifiés par ces amateurs – et, là encore, ce chiffre ne comprend pas les enlèvements empêchés par l’Autorité palestinienne. Parmi ces huit tentatives, quatre ont été planifiées par des membres du Hamas et le reste par le Jihad islamique et d’autres groupes. En tout, au cours des sept premiers mois de 2015, l’establishment de la défense et de la sécurité d’Israël a empêché 111 tentatives d’attaques terroristes, y compris les attaques avec des armes et des attentats à la bombe ainsi que les enlèvements et les attentats suicides.
Le Hamas est le premier contrevenant, révèle les chiffres du Shin Bet, qui est responsable de plus de la moitié de ces tentatives (62, pour être précis, soit 55 %). Mais même le Hamas n’utilise plus les mêmes méthodes que celles qu’il employait entre 2000 et 2006 en Cisjordanie. Ses membres opèrent la plupart du temps sur une base locale – les membre du Hamas qui se connaissent depuis l’enfance, sont voisins dans la même ville palestinienne ou viennent du même village. Une telle cellule est connue pour avoir existé à Beit Lakiya, pas à Modiin, sans aucune aide extérieure et sans financement de Gaza ou de l’étranger. [...]"

***********************************************

"Processus de paix"

- After Abbas (Jerusalem Post Editorial) - "the fact is that with or without Abbas, the Palestinian leadership in the PA has a vested interest in maintaining its control".
http://www.jpost.com/Opinion/Jerusalem-Post-Editorial-After-Abbas-411943
"Palestinian Authority President Mahmoud Abbas will visit Tehran in the coming months in a bid to boost ties with Iran, a PLO official told the Ma’an news agency this week. As he court’s Israel’s primary enemy, the 80-year-old Abbas, who assumed office on May 8, 2005, does not seem to be planning to retire anytime soon.
Abbas has threatened to resign on numerous occasions. On the eve of the last election to be held by the PA – back in January 2006 – Abbas warned he would step down if he was unable to pursue his policy of peace negotiations with Israel. But when Hamas – a terrorist organization bent on destroying Israel – won the parliamentary election, Abbas stayed in office.
In October 2010, Abbas warned US envoy George Mitchell that should Israel continue to build in the West Bank, he would resign. Israel continued to build and Abbas reneged on his promise. In September 2012, he was at it again, threatening through a spokesman to quit his position “within 10 days.” Once again he remained in power.
Judging from this incomplete compilation of empty threats that span Abbas’s career, his latest resignation threat – reported late last month by Channel 1’s Oded Granot – should not be taken terribly seriously. This is particularly true considering that Abbas has invested much in securing his position in Fatah by eliminating potential competition.
Nevertheless, Abbas, who is said to be in poor health, might soon be unable to continue to lead the Palestinian people – at least those living in the West Bank who remain under the governance of the PA.
Doomsayers claim – and have claimed in the past when Abbas has issued resignation threats – that without him the PA would cease to function. Security coordination between the PA and Israel would stop, and basic functions such as garbage collection, law enforcement, education, and local government services would gradually break down, forcing Israel to resume its pre-Oslo Accords involvement in the day-to-day lives of Palestinians.
But the fact is that with or without Abbas, the Palestinian leadership in the PA has a vested interest in maintaining its control. Donor countries funnel millions of dollars into the PA that provide salaries for hundreds of thousands of Palestinians. Anyone who controls the PA controls a large amount of money and the resulting political clout. Fatah will not quickly relinquish all this, with or without Abbas.
But while Abbas’s disappearance from the political stage will not necessary lead to a collapse of the PA , nor will it lead to a bright new era for Israeli-Palestinian relations. No Palestinian leader, Abbas included, has a mandate to reach an everlasting peace agreement with Israel. That is because no leader in Ramallah or the Gaza Strip is authorized to end the conflict with Israel.
Yasser Arafat was not able to accept the generous offer made by then-prime minister Ehud Barak at the 2000 Camp David summit. Similarly, Abbas has failed on a number of occasions to make any form of concession to Israel. And Abbas can only blame himself for the situation he faces today. He has done next to nothing during his long term as president to prepare his people for peace.
If anything he has been counterproductive. Official PA media outlets regularly refer to parts of Israel inside the Green Line as “occupied territories.” Palestinian officials – and many Arab MKs – reject the Jewish ties to sites resonating with Jewish history such as the Temple Mount, Hebron and Rachel’s Tomb. [...]
Palestinian violence directed at Israelis is practically a daily phenomenon in the form of stone-throwing, firebombs and other deadly attacks – David Bar-Kappara, Danny Gonen and Malachi Rosenfeld were murdered by Palestinians in the last two months. Yet precious little is heard from Palestinian leaders denouncing this violence. The incitement continues and streets and squares are named after terrorists.
There is little reason to expect this to change when Abbas finally fulfills his often repeated threat to resign. This sad reality may be the real obstacle to any chance of a resumption of the Israeli-Palestinian peace process."

***********************************************

Monde arabe

- "Jews played badminton in Al Aqsa Mosque" (Elder of Ziyon) - "This may be the nuttiest rumor yet about Jews on the Temple Mount. (...) The Jews not only broke into the third holiest mosque but they defiled it by playing badminton! How low can you get? This rumor has been around for at least a year, mostly on Twitter and message boards". La photo rend la chose encore plus amusante (ou ridicule) s'il était possible.
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/08/jews-played-badminton-in-al-aqsa-mosque.html

- Jordan declares any Jews on the Temple Mount "illegal and hostile" (Elder of Ziyon) - "The official position of the Jordanian government is that Jews visiting their holiest site, no matter how respectfully, is inherently a hostile action against Muslims".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/08/jordan-declares-any-jews-on-temple.html

***********************************************

Turquie

- La Turquie construit un « mur d’apartheid » avec la Syrie (JSS) - "Encore un mur en Turquie. Après celui qui sépare les territoires volés à Chypre du sud par Ankara, voici qu’Erdogan a lancé la construction d’un mur en béton sur une partie de la frontière syrienne. Le mur de plusieurs mètres de haut est construit des blocs de béton pesant plus de 7 tonnes".
http://jssnews.com/2015/08/13/la-turquie-construit-un-mur-dapartheid-avec-la-syrie/

***********************************************

Europe

- Grande-Bretagne : Qui est Jeremy Corbyn, la nouvelle coqueluche des anti-austérité ?, Céline Boff (20 minutes) - "Corbyn crée parfois le scandale, comme lorsqu’il affirme, en pleine réunion parlementaire, que le Hamas et le Hezbollah sont des « amis »."
http://www.20minutes.fr/monde/1666371-20150813-grande-bretagne-jeremy-corbyn-nouvelle-coqueluche-anti-austerite
- Notorious conspiracy theorist who believes the 'world is controlled by Jewish elders' spoke at Westminster event hosted by Jeremy Corbyn (Daily Mail) - "The hard-left favourite to become the party's leader unwittingly gave a platform to James Thring, who has previously made bizarre claims that 'Jewish elders' control financial markets".
http://www.dailymail.co.uk/news/article-3191508/Jeremy-Corbyn-hosts-event-anti-Semitic-conspiracy-theorist-gives-speech.html
- Labor Party hopeful in Britain defended 9/11 anti-Israel conspiracy theorist (JP) - "Jeremy Corbyn, a Parliament member who is on track to become the head of Britain’s Labor Party, wrote a letter in support of a priest who claimed that Israel and wealthy Jews were behind the 9/11 attack on the World Trade Center"; "Corbyn wrote in February that Sizer was unfairly “under attack by certain individuals intent on discrediting the excellent work [he] does in highlighting the injustices of the Palestinian Israeli situation”."
http://www.jpost.com/Diaspora/Labor-Party-hopeful-in-Britain-defended-911-anti-Israel-conspiracy-theorist-411969

***********************************************

Monde

- Les Tamouls encore victimes de tortures au Sri Lanka (Reuters) - pour rappel, l'offensive contre les Tamouls de 2009 (en même temps que l'opération Plomb fondu, qui attirait alors tous les regards de l'opinion internationale) avait fait 40.000 morts dans leurs rang, principalement des civils. Les médias n'en avaient presque pas parlé, tout comme ils ne parlent jamais (ou presque) de l'oppression de la minorité tamoule qui perdure dans ce pays.
https://fr.news.yahoo.com/les-tamouls-encore-victimes-tortures-au-sri-lanka-155338012.html
"Six ans après la fin de la guerre civile au Sri Lanka, la police et l'armée continuent de soumettre à des actes de torture des membres de la minorité tamoule du pays, dit une organisation humanitaire britannique spécialisée dans l'aide aux victimes de la torture. Dans un rapport publié jeudi, Freedom from Torture précise qu'en 2014, pour la troisième année consécutive, le Sri Lanka a été le premier pays d'origine des personnes auxquelles elle est venue en aide. [...]"

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages