Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 22:57

France


- À Genève, Hani Ramadan s'en prend aux "héros" du Thalys, Ian Hamel (Le Point) - "Pour le directeur du Centre islamique de Genève, il ne s'agit que d'une manipulation tentant de rehausser le prestige de l'armée américaine".
http://www.lepoint.fr/monde/a-geneve-hani-ramadan-s-en-prend-aux-heros-du-thalys-30-08-2015-1960369_24.php
"Hani Ramadan, 56 ans, le frère aîné de Tariq, n'est plus à une provocation près. En 2002, il publiait une tribune dans Le Monde intitulée « La Charia incomprise », dans laquelle il affirmait que la lapidation constituait, certes, « une punition, mais aussi une forme de purification ». Et que le sida était, lui aussi, une « punition divine à l'encontre des comportements déviants ». Des écrits qui lui ont valu de sérieux ennuis avec le Département de l'éducation publique du canton de Genève. Hani Ramadan a depuis quitté son poste d'enseignant pour consacrer tout son temps à la prédication.
Cette fois, le directeur du Centre islamique de Genève s'en prend aux décorés du Thalys dans La Tribune de Genève du 25 août. Il s'indigne du fait que ces Américains soient présentés comme des « héros » et qu'ils aient pu recevoir la Légion d'honneur « avant la fin de l'enquête ». Hani Ramadan en profite pour donner une leçon de déontologie aux médias. Selon lui, certaines publications auraient présenté le Marocain Ayoub El Khazzani comme un terroriste « avéré, avant même qu'on songe à le taxer de terroriste présumé ». « Cet événement va rehausser le prestige des militaires américains, passablement amoindri par les agissements d'une armée qui sème la mort à grande échelle depuis des décennies partout où elle se rend », écrit-il.
Comme à son habitude, Hani Ramadan ne fait pas dans la dentelle. Évoquant une « mise en scène », il lâche : « De qui se moque-t-on ? Pourquoi [l'actualité] nous oriente-t-elle à considérer désormais que tout Maghrébin, en apparence innocent et gentil garçon, peut cacher un monstrueux terroriste ? » s'interroge-t-il dans La Tribune de Genève, le plus important quotidien du canton. En clair, la description journalistique des événements qui se sont déroulés dans ce TGV ne servirait qu'à diaboliser les musulmans et à cacher « des crimes odieux qui se comptent par centaines de milliers ». En effet, selon le directeur du Centre islamique de Genève, « les grandes chaînes officielles ont renoncé à nous informer sur les drames quotidiens que subit le peuple syrien. Pourquoi ? »
Hani et Tariq Ramadan sont les petits-fils d'Hassan al-Banna, le fondateur en Égypte en 1928 des Frères musulmans. Leur père, Saïd Ramadan, qui a épousé l'une des filles d'Hassan al-Banna, arrivé en 1958 à Genève, se présentait comme le leader de la confrérie en Europe. Après sa disparition en 1995, Hani a été préféré à Tariq Ramadan pour diriger le Centre islamique de Genève. Les frères Ramadan n'ont jamais reconnu officiellement leur appartenance à la confrérie. Toutefois, ils en sont très proches, Tariq Ramadan étant l'orateur vedette de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), la branche tricolore des Frères musulmans.
Commentant la tribune libre de Hani Ramadan, le quotidien suisse Le Temps, de Lausanne, écrit samedi sur son site que l'on aura reconnu là « le mouvement argumentatif privilégié des frères Ramadan, Tariq aussi bien que Hani. Il consiste à reprocher aux médias occidentaux de décontextualiser les faits et de ne pas en interroger la chaîne des causes »."
- « De qui se moque-t-on ? » : le frère de Tariq Ramadan critique les héros du Thalys, Eugénie Bastié (Le Figaro) - "Sur son blog «Islam et engagement», hébergé par la Tribune de Genève, il n'hésite pas à faire montre d'un antisionisme et d'un anti-américanisme virulents, dénonçant «l'impérialisme américano-sioniste» à longueur de billets".
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/08/30/01016-20150830ARTFIG00130-de-qui-se-moque-t-on-le-frere-de-tariq-ramadan-critique-les-heros-du-thalys.php
"[...] Après l'attaque du Thalys, les théories du complot se sont multipliées sur Internet, dans la nébuleuse islamo-soralienne notamment. Les sites Egalité et réconciliation et Panamza, connus pour être adeptes de la théorie du complot, reprenaient ainsi l'idée que la patronne de Thalys aurait travaillé pour le renseignement américain. Ceci expliquant bien sûr cela. L'attaque du Thalys aurait «redoré l'image des Etats-Unis auprès de l'opinion publique française». Ce qui rejoint l'argumentaire d'Hani Ramadan expliquant sur son blog que cet «événement va rehausser le prestige des militaires américains».
Hani Ramadan, petit-fils du fondateur des Frères musulmans Hassan al-Banna, n'en est pas à son premier coup d'essai. Sur son blog «Islam et engagement», hébergé par la Tribune de Genève, il n'hésite pas à faire montre d'un antisionisme et d'un anti-américanisme virulents, dénonçant «l'impérialisme américano-sioniste» à longueur de billets. En juin dernier il voyait dans les trois attentats simultanés en France, au Koweït et en Tunisie la marque de la «volonté des sionistes de provoquer des soulèvements contre les musulmans». Au moment de l'attaque de Charlie Hebdo, il écrivait qu'il voyait dans cet attentat un «vaste processus de diabolisation de l'islam, savamment programmé au cours des années».
En 2005, le prédicateur avait publié dans Le Monde une tribune intitulée «La charia incomprise», où il expliquait que la lapidation était une punition, mais aussi «une forme de purification». «Ceux qui nient qu'un Dieu d'amour ait ordonné ou maintenu la lapidation de l'homme et de la femme adultères se souviennent que le virus du sida n'est pas issu du néant» écrivait-il également. Des propos qui avaient déclenché un tollé, et lui avaient valu d'être licencié de son poste de professeur de français."

- Livres, boutiques, vidéos... Enquête sur le business Alain Soral (L'Obs) - "Dans le catalogue de Kontre Kulture [sa propre maison d’édition et librairie en ligne], les juifs sont évidemment étudiés sous toutes les coutures : vingt et un ouvrages, pas moins, leur sont consacrés. Quelques classiques de la littérature antisémite sont réédités comme "La France juive", d’Edouard Drumont, ou "Les Juifs, rois de l’époque. Histoire de la féodalité financière", d’Alphonse Toussenel. […] Hors du papier, sur la boutique Kontre Kulture, on trouve aussi les tee-shirts préférés d’Alain Soral, floqués "Goy" ou "Français sans peur, chrétien sans reproche", et une poignée de DVD. Aux côtés des spectacles de Dieudonné et du film d’Alain Soral, quelques documentaires de réalisateurs "dissidents", comme "L’Oligarchie et le Sionisme", de Béatrice Pignède".
http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20150826.OBS4801/livres-boutiques-videos-enquete-sur-le-business-alain-soral.html

- L’ex-terroriste Anis Naccache, bénéficiaire de l’accord iranien, Yves-Michel Riols (Le Monde) - "La détention de M. Naccache a été au cœur des fortes tensions entre la France et l’Iran dans les années 1980, marquées par le soutien de Paris à Bagdad dans la guerre Iran-Irak, par une série d’attentats en France, attribués à l’Iran, et par l’enlèvement de Français au Liban par des milices alliées de Téhéran".
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/08/29/l-ex-terroriste-anis-naccache-beneficiaire-de-l-accord-iranien_4739918_3218.html
"C’est l’un des aspects les moins connus de l’accord sur le nucléaire iranien : l’ancien terroriste libanais Anis Naccache, qui avait tenté d’assassiner en France, en 1980, l’ex-premier ministre iranien Chapour Bakhtiar, figure parmi les individus qui bénéficieront d’une levée des sanctions à leur égard, au terme du compromis approuvé à Vienne, le 14 juillet, entre Téhéran et les grandes puissances.
Cette disposition est largement passée inaperçue dans la foulée de la conclusion de ces négociations après douze ans de pourparlers laborieux. Mais, en épluchant l’accord, un document très technique d’une centaine de pages, on découvre en effet le nom d’Anis Naccache. Il est mentionné dans la deuxième annexe, dans laquelle est dressée une longue liste d’environ 150 personnes et 800 entreprises et organisations étatiques qui ne seront plus, à terme, visées par les sanctions internationales adoptées contre l’Iran à partir de 2006.
Le Quai d’Orsay a confirmé au Monde qu’il ne s’agit pas d’un homonyme, mais bien de l’homme qui a été emprisonné pendant dix ans en France après l’assassinat raté contre M. Bakhtiar, à Neuilly-sur-Seine, le 18 juillet 1980, qui a coûté la vie à un policier et à une voisine de M. Bakhtiar.
La détention de M. Naccache a ensuite été au cœur des fortes tensions entre la France et l’Iran dans les années 1980, marquées par le soutien de Paris à Bagdad dans la guerre Iran-Irak, par une série d’attentats en France, attribués à l’Iran, et par l’enlèvement de Français au Liban par des milices alliées de Téhéran. Ce n’est qu’à la suite de la libération des derniers otages français que le président François Mitterrand avait accepté de gracier Anis Naccache, le 27 juillet 1990, expulsé le jour même vers Téhéran, où il réside toujours. [...]"

*************************************************

Judée-Samarie

- Un soldat blessé dans un attentat présumé à la voiture bélier (Times of Israel) - "Les troupes ont ouvert le feu sur un véhicule près de Hébron, mais l’attaquant a réussi à s’échapper".
http://fr.timesofisrael.com/un-soldat-blesse-dans-un-attentat-presume-a-la-voiture-belier/

- Un blessé dans une fusillade en Cisjordanie (Times of Israel)
http://fr.timesofisrael.com/un-blesse-dans-une-fusillade-en-cisjordanie/
"Un homme a été légèrement blessé après que sa voiture a essuyé des tirs par des assaillants inconnus dans le nord de la Cisjordanie ce dimanche. La victime, un résident israélien de Cisjordanie, a été dépassée par une voiture à proximité de l’intersection de Jit par des hommes armés qui ont tiré sur lui, le blessant à la main.
Il a réussi à échapper vers l’implantation juive voisine de Kedumim, où il a reçu un traitement médical. Il a été évacué à l’hôpital Meir à Kfar Saba pour un examen approfondi. La voiture suspecte a continué sa route vers des zones sous le contrôle de l’Autorité palestinienne, comme l’a rapporté la radio israélienne. Les assaillants sont toujours en fuite, et Tsahal a ouvert une enquête. [...]"

*************************************************

"Processus de paix"

- A Solution for the Middle East, Fernando Teson (Bleeding Heart Libertarians) - "liberal reforms within Arab nations and Iran would dramatically reduce the chances of war in the region". L'argumentation se veut plus rigoureuse que ce qu'on peut lire habituellement sur le sujet, et plus intéressante.
http://bleedingheartlibertarians.com/2015/08/a-solution-for-the-middle-east/

- The disgraceful link drawn between the Holocaust and the Nakba, Ben-Dror Yemini (Ynet) - "The Nakba is a fact. We can and should share in the pain of those who are suffering. The thing is, that unlike the tens of millions who have also experienced expulsion, the Arabs used the Nakba for only one purpose: Fighting against Israel".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4695275,00.html
"[...] For many years now that there are those among us who try to minimize the Holocaust. One professor even sought to erase it from memory. The idea is that a conversation based on victimhood leads to hatred between the nations, chauvinism, nationalism and even fascism. But the Nakba? These same people claim that the Nakba, precisely the Nakba, needs to be fostered and elevate. They want there to be more and more focus on the Nakba, so we could understand the catastrophe experienced by the other side. Those who opposed conversations based on victimhood are suddenly the greatest supporters of such a point of view. [...]
The Nakba is a fact. We can and should share in the pain of those who are suffering. The thing is, that unlike the tens of millions who have also experienced expulsion, the Arabs used the Nakba for only one purpose: Fighting against Israel.
In 1949, Egyptian foreign minister Muhammad Salah al-Din Bey clarified that: "It is well-known and understood that the Arabs, in demanding the return of the refugees to Palestine, mean their return as masters of the Homeland… they mean the liquidation of the State of Israel." In 1959, the Arab League clarified that "The Arab countries will not grant citizenship to applicants of Palestinian origin in order to prevent their assimilation into the host countries." In 1960, Egyptian president Gamal Abdel Nasser clarified that "If the refugees return to Israel – Israel will cease to exist." And Arafat's aide, Sakher Habash, clarified to Palestinian youth that "to us, the refugees issue is the winning card which means the end of the Israeli state." And nowadays, the "right of return" is the banner of the BDS movement, which rejects any agreement with Israel.
We could go on. There's more. The glorification of the Nakba in a book that ties it together with the Holocaust is enough to demonstrate that point.
Every now and again, the representatives of the Nakba school of thought try to market the claim that there is a need to recognize the Nakba in order to achieve reconciliation and understanding. Reconciliation is important, but the consciousness of the Nakba does the exact opposite of that. Peace can only be achieved when the Arab side as a whole, and the Palestinians specifically, recognize their responsibility, their intransigence, the fact their leadership declared war and talked about eradication. No change can come without them looking inwards at the fact they rejected any partition plan, and the fact they could have formed a state between the years 1949-1967, before there was an occupation.
But they didn't want a state. They didn't want to do anything for themselves. They wanted to perpetuate the problem. But that isn't happening. Both because the Nakba school of thought encourages victimization, legitimizes any lie under the auspices of the "Palestinian narrative," and promotes the "right of return" fantasy. [...]
The Holocaust and the Nakba played a part, for both nations, in creating the collective national memory. Except there is an unfathomable difference: For the Jews, this collective memory was used to build. For the Arabs, this collective memory was used, and is still being used, to intensify hatred and resentment. The Jews didn't form dozens of terror organizations to eradicate the German entity, and there was no justification of terrorism. For the Arabs, the Nakba was and remains the main engine of the terror industry and serves to perpetuate the refugee problem. The Arab world has an immense fortune. Not one dollar was used for rehabilitation. Tens of millions of dollars were used to fund the terror and destruction industry. [...]"

*************************************************

Iran

- Un responsable iranien : nous ne cesserons jamais la lutte contre Israël (Times of Israel)
http://fr.timesofisrael.com/un-responsable-iranien-nous-ne-cesserons-jamais-la-lutte-contre-israel/
"Un collaborateur du Guide suprême iranien l’ayatollah Ali Khamenei a rejeté samedi les déclarations du secrétaire britannique des Affaires étrangères Phillip Hammond selon lesquelles Téhéran aurait modifié sa position à propos d’Israël, insistant sur le fait que la lutte contre le « régime sioniste illégal » est une politique définitive de la République islamique, selon l’agence de presse semi-officielle Fars. « La lutte contre le régime sioniste illégal est l’une des politiques immuables iraniennes, et a toujours été maintenue », a déclaré Seyed Mahmoud Nabavi. [...]"

- L’Iran interdit à Barenboïm de diriger un concert à Téhéran (Times of Israel) - "le ministre de la Culture iranien aurait annulé le concert philharmonique de Berlin parce que Barenboim est un citoyen israélien. Un porte-parole du ministère aurait déclaré : « l’Iran ne reconnaît pas le régime sioniste et ne coopérera pas avec les artistes de ce régime. »"
http://fr.timesofisrael.com/liran-aurait-interdit-a-barenboim-de-diriger-un-concert-a-teheran/

*************************************************

Yémen

- Raid de la coalition dans le nord du Yémen, 36 civils tués (Reuters) - "Une frappe aérienne de la coalition formée par l'Arabie saoudite pour combattre les rebelles yéménites a tué dimanche 36 civils qui travaillaient dans une usine d'embouteillage dans la province d'Hadjah, dans le nord du Yémen". Aura-t-on droit à un rapport retentissant de l'ONU, à des dénonciations médiatiques d'Amnesty, ou du moins à de nombreux reportages scandalisés, après tant de raids d'une coalition soutenue par l'Occident et qui font majoritairement des victimes civiles ?
https://fr.news.yahoo.com/raid-la-coalition-dans-le-nord-du-y%C3%A9men-135822211.html

*************************************************

USA

- Watch How Anti-Israel Protest Leader Responds When We Ask Her if Hamas Is a Terrorist Organization (The Blaze) - "The comments were made as dozens of activists marched down Central Park calling for a boycott of Israel". Voir la (courte) vidéo ici.
http://www.theblaze.com/stories/2015/08/27/watch-how-anti-israel-protest-leader-responds-when-we-ask-her-if-hamas-is-a-terrorist-organization/

*************************************************

Europe

- Les délires conspirationnistes de Giulietto Chiesa applaudis au festival Rototom 2015, Carla Parisi (Conspiracy Watch) - "L’attentat contre Charlie Hebdo ? L’œuvre du Mossad".
http://www.conspiracywatch.info/Les-delires-conspirationnistes-de-Giulietto-Chiesa-applaudis-au-festival-Rototom-2015_a1447.html
"L’attentat contre Charlie Hebdo ? L’œuvre du Mossad. L’organisation «Etat islamique» ? Une création des Etats-Unis. L'invasion de l'Ukraine par la Russie ? Une invention montée de toutes pièces par la CIA. L’attentat de Madrid, en 2004 ? Toujours un coup de la CIA. Les attentats du 11-Septembre ? Encore un complot américain. Quant à Ben Laden, sommes-nous bien sûrs qu’il ait seulement existé ?... Non, vous n’assistez pas à un spectacle de Dieudonné. Vous êtes à une conférence intitulée « L’Europe et l’islamophobie, une vision depuis la paix » organisée dans le cadre du forum social du plus gros festival de reggae en Europe, le Rototom Sunsplash 2015.
L’orateur s’appelle Giulietto Chiesa. Il est qualifié de « prestigieux invité » sur le site du festival. Ancien membre du parti communiste italien, député européen et partie prenante de la mouvance conspirationniste qui, de Thierry Meyssan à Alex Jones, fournit ses «experts» aux chaînes de télévision russes ou iraniennes, Chiesa intervient, ce vendredi 21 août, aux côtés d’Esteban Ibarra et de Rosa Maria Calaf. [...]
Le festival Rototom Sunsplash a fait parler de lui au cours du mois d’août en déprogrammant puis en reprogrammant le chanteur juif américain Matisyahu, suite à « une campagne de pressions, de menaces et de contraintes » orchestrée par le mouvement de boycott BDS. Ce dernier exigeait de l’artiste une vidéo condamnant publiquement « le sionisme » et exprimant « ses positions sur le conflit israëlo-palestinien »."

- Has Jewish Music Star Matisyahu Got a Middle East Problem?, Emily Shire (The Daily Beast) - “People were standing on each other’s shoulders with flags giving me the middle finger. It was intense. It was not peaceful. It was like ‘Fuck you, Matisyahu.’ I’ve never had the experience of anything like that, as a Jew or anything in my life.”
http://www.thedailybeast.com/articles/2015/08/30/has-jewish-music-star-matisyahu-got-a-middle-east-problem.html
"It’s hard to imagine what it’s like to be a reggae artist, accustomed to festivals filled with marijuana-induced serene audiences, facing a crowd of raised middle fingers along with chants to get out—and feeling physically threatened for the first time in one’s life as a performer.
That’s the exact scenario American Jewish reggae rapper Matisyahu found himself in when he took the stage August 23 at the Rototom Sunsplash festival in Benicassim, a town near Valencia, Spain.
While standing back stage, Matisyahu noticed a Palestinian flag in the audience, but when he stepped on to set up “about 20 flags came out,” he told The Daily Beast in a phone interview. “People were standing on each other’s shoulders with flags giving me the middle finger. It was intense. It was not peaceful. It was like ‘Fuck you, Matisyahu.’ I’ve never had the experience of anything like that, as a Jew or anything in my life.”
Matisyahu said that the Rototom performance marked one of the only times he’s ever felt unsafe taking the stage. “I just assumed everyone in the festival was going to be regular reggae festival-goers, so I got really nervous. I felt totally open and that anyone could do whatever they want,” he said. [...]"

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages