Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 15:43

Intifada ?


- Israël autorise le bouclage de Jérusalem-Est, Piotr Smolar (Le Monde) - "Selon les statistiques des services israéliens, 80 % des assaillants impliqués dans 23 attaques à l’arme blanche depuis le 2 octobre sont originaires de Jérusalem-Est, et non de Cisjordanie. Ils détiennent une carte d’identité israélienne et peuvent circuler librement dans le pays. La fermeture pure et simple des quartiers arabes a donc été réclamée. Le chef des travaillistes, Isaac Herzog, s’y est dit favorable, ainsi que le maire de Jérusalem, Nir Barkat".
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/10/14/israel-autorise-le-bouclage-de-jerusalem-est_478

- Jérusalem : nouvelle attaque au couteau, le terroriste neutralisé (Times of Israel) - "Le terroriste a attaqué une femme septuagénaire qui souffre de blessures graves ; deuxième attaque à l’arme blanche mercredi à Jérusalem".
http://fr.timesofisrael.com/jerusalem-nouvelle-attaque-au-couteau-le-terroriste-neutralise-par-balles/

- Palestinian Incitement to Murder (Vidéo 40 secondes) - une "bonne" sélection des pires vidéos palestiniennes incitant à la haine et au meurtre.
https://www.youtube.com/watch?v=9rY-1YGAk2Q

- Gaza Imam: Jews Are Brothers of Apes and Pigs, We Will Pray in Tel Aviv (Vidéo 1mn50, 3 octobre)
http://www.memritv.org/clip/en/5106.htm
"- Muhammad Abu Sa'da: The Al-Aqsa Mosque is expecting our mujahideen and martyrdom-seekers. The Al-Aqsa Mosque is waiting. Know that even thought the occupiers have defiled the Al-Aqsa Mosque, the heroes of Gaza are making preparations, and they are digging tunnels that will enable them to reach Al-Aqsa. One day, they will emerge in the courtyards, the squares, the streets, and alleys [of Jerusalem], proclaiming "Allah Akbar," and they will issue a call to arms against the brothers of apes and pigs [...]"

- Abbas accuse Israël « d’exécuter » les enfants palestiniens (AFP)
http://fr.timesofisrael.com/abbas-dit-soutenir-un-mouvement-pacifique/
"Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a affirmé mercredi soir soutenir « une résistance populaire pacifique », alors que Palestiniens et Israéliens sont engagés depuis deux semaines dans un nouvel affrontement. Au cours de ce discours enregistré et diffusé sur la télévision officielle, sa première allocution aux Palestiniens depuis le début des dernières violences, Abbas a dit vouloir « poursuivre notre lutte nationale » et réaffirmé le « droit à nous défendre ».
« Nous ne cèderons pas à la logique de la tyrannie, aux politiques de l’occupation et à l’agression que mènent le gouvernement israélien et des bandes de colons qui agissent en terroristes contre notre peuple, ses lieux saints, ses maisons et exécutent nos enfants de sang-froid », a-t-il ajouté.
A aucun moment de ce discours, Abbas –grand artisan des Accords d’Oslo sur l’autonomie signés en 1993 avec les Israéliens– n’a évoqué les négociations de paix et il a une nouvelle fois assuré refuser d’être « l’otage d’accords qu’Israël ne respecte pas ». Il a récemment dit à l’ONU qu’il pourrait ne plus se sentir lié par les accords signés depuis 20 ans. [...]"
- Les politiciens israéliens dénoncent les mensonges d’Abbas sur « l’exécution » d’un garçon (Times of Israel)
http://fr.timesofisrael.com/les-politiciens-israeliens-denoncent-les-mensonges-dabbas-sur-lexecution-dun-garcon/
"Les responsables israéliens ont rejeté mercredi soir les allégations du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas selon lesquelles Israël avait exécuté un jeune Palestinien de 13 ans, Ahmed Manasra, précisant que l’enfant n’était pas mort et fustigeant le chef de l’AP pour ne pas avoir dit que le garçon avait poignardé et blessé un jeune Israélien dans une attaque terroriste avant que des tirs ne l’atteignent.
Le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu a accusé Abbas d’avoir propagé « mensonges et incitation à la haine » dans son discours. « Le garçon auquel il se réfère est vivant et hospitalisé à (l’hôpital israélien) Hadassah après avoir poignardé un enfant israélien qui était sur son vélo », a déclaré le bureau du Premier ministre dans un communiqué. [...]"
- Des images montrent le Palestinien "exécuté", bien vivant et en bonne santé (i24) - "Le site israélien "Room 404" a obtenu des extraits de vidéo montrant Ahmad Mansara, qui a poignardé un juif de 13 ans dans une attaque terroriste à Jérusalem lundi, à l'hôpital et gardé par un policier" ; "Le président de l'Autorité palestinienne avait qualifié l'élimination du jeune terroriste palestinien qui a poignardé deux personnes dont un enfant, de "meurtre de sang froid", et annoncé que l'OLP comptait se tourner vers la Cour pénale internationale pour faire condamner Israël d'avoir tué des "innocents palestiniens"."
http://www.i24news.tv/fr/actu/israel/diplomatie-defense/88168-151007-violences-a-jaffa-un-bus-attaque
- Lies, damned lies and stabbings, Adiv Sterman (Times of Israel)
http://www.timesofisrael.com/lies-damned-lies-and-stabbings/
"As the ongoing wave of violence, fear, and murder refuses to subside, Israel’s leading papers finally lose patience with Palestinian Authority President Mahmoud Abbas, pointing an accusatory finger at him for utterly failing to make any constructive comments aimed at calming tensions in the region. The main headlines fume and rage at Abbas’s less than accurate accusations against Israel, according to which security authorities “executed” a 13-year-old Palestinian who earlier this week stabbed an Israeli boy in Jerusalem, although by all accounts, the Palestinian child is demonstrably alive.
Yedioth Ahronoth leads with the word “liar” plastered in big, bold letters alongside a not-so-flattering image of the PA leader, and highlights the inaccurate account offered by Abbas in his speech yesterday. “While Abu Mazen waves a picture of “a killed Palestinian child,” the 13-year-old kid, who stabbed and critically injured a Jewish boy his age, is hospitalized, fully conscious, in moderate condition".
Israel Hayom is even more critical of Abbas, mounting a direct, personal attack at the PA president rather than just at his comments. “Liar,” reads the daily’s main headline in letters even larger than the ones printed in Yedioth. The right-leaning paper further shows a still image from security footage of the 13-year-old Palestinian stabber and his accomplice cousin, 15, holding knives as they run in Pisgat Zeev, moments before stabbing the Jewish victim. “Outrage across the board after another delusional speech of the [PA] chairman,” reads the daily’s subhead. The paper goes on to quote a statement by the Prime Minister’s Office, according to which Abbas is “cynically using religion and is inciting terror,” as well as a statement by the Zionist Union which claims the Palestinian leader’s comments “distorted reality.” [...]"
- A toothless speech from a defanged Abbas, Avi Issacharoff (Times of Israel)
http://www.timesofisrael.com/a-toothless-speech-from-a-defanged-abbas/
"Palestinian Authority President Mahmoud Abbas’s speech Wednesday night was delivered not by a leader but by a man being led. The words were those of a man who has little hope and understands that his influence over what is happening these days is limited, a politician who realizes that he is losing the public’s support and may be reaching the end of his political life.
The speech may well come to mark the end of an era in the Palestinian territories. The Palestinian public, watching on TV at home, heard words that were uninspired and devoid of real content — as if for some reason the chieftain felt obliged to address his nation but had done so unwillingly, with nothing really to say. Besides more accusations against Israel and another lie – a big fat one, at that – there was nothing of note for either Palestinian or Israeli ears.
[...] as he did at the UN General Assembly, Abbas chose to continue his incitement against Israel, including resorting to telling a blatant lie. According to him, Israel is executing Palestinian children, like Ahmed Manasra, 13. But Abbas knew himself that Manasra, whose picture he showed, is being treated at Israel’s Hadassah Ein Kerem Hospital, and is not even in life-threatening condition, after being injured while carrying out a stabbing attack in Pisgat Ze’ev on Monday.
Amid the colorless desperation evident in the comments by Abbas, he did not quite sink to out-and-out incitement, like his predecessor Yasser Arafat used to do. He did not make a statement like “a million martyrs are marching on Jerusalem.” Mostly, though, he made accusations against Israel. [...]"

- Justifying terror, Saeb Erekat says that stabbing random Jews is considered "self defense" (Elder of Ziyon) - "He cannot deny that there have been many stabbings, car rammings, shootings and stonings against innocent Israelis. So he needs to cast the terror spree as "self defense." Because self defense is justifiable".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/10/justifying-terror-saeb-erekat-says-that.html

********************************************

Couverture médiatique

- La désinformation dans la couverture médiatique européenne d’Israël, Cnaan Liphshiz (JTA) - « Les Palestiniens qui mènent des attaques sont présentés comme des victimes poussées à des actions désespérées par les politiques israéliennes ».
http://fr.timesofisrael.com/la-desinformation-dans-la-couverture-mediatique-europeenne-disrael/
"Voilà comment le diffuseur public NOS a présenté l’incident du 9 octobre dans la ville du nord, où des officiers israéliens ont tiré sur et arrêté Asraa Zidan Tawfik Abed, une Arabe israélienne de Nazareth qui a essayé de poignarder un policier au principal arrêt de bus de la ville. NOS a seulement utilisé 13 secondes d’une vidéo de portable de 52 secondes, sautant l’image qui montrait Abed tenir le couteau en l’air et essayer de les poignarder alors que les officiers lui hurlent de lâcher l’arme. La vidéo complète montrait Abed vivante malgré qu’on lui ait tiré dessus. [...]
« Aucun média en Europe a clairement présenté qui attaque qui, à ma connaissance », a déclaré Simon Plosker, le rédacteur en chef d’HonestReporting.com basé en Israël, qui surveille la couverture médiatique internationale d’Israël. « Les Palestiniens qui mènent des attaques sont présentés comme des victimes poussées à des actions désespérées par les politiques israéliennes ».
Sur le site internet du Daily Mail de Londres, un tabloïd de droite, l’image d’Afula a été présentée avec le titre « Vidéo amateur montre une femme palestinienne exécutée à Afula », a ensuite été changé par « blessée ». Le journal a mis en ligne 39 secondes de la vidéo, assez pour montrer la confrontation avec Abed, mais pas assez pour voir qu’Abed était encore en vie après le tir.
La BBC a également changé un titre sur la couverture des violences récentes. L’article traitait d’un terroriste palestinien qui avait été tué par les forces de sécurité israéliennes après avoir poignardé deux Israéliens à mort. Au début, on pouvait lire le titre : « Un Palestinien tué après une attaque à Jérusalem qui tue deux personnes ». A la suite de plaintes, la BBC a changé cela en : « Jérusalem : Un Palestinien tue deux Israéliens dans la Vieille Ville ».
[...] dans la couverture des récentes attaques, dont une bonne partie a été menée par des Palestiniens armés avec des coureaux plutôt que des groupes terroristes organisés, « les agresseurs ne sont pas vus comme étant associés ni au Fatah ni au Hamas, mais simplement des personnes désespérées qui sont montrées comme faisant des actions désespérées avec les seules armes auxquelles ils ont accès », a déclaré Plosker. Comparé à la couverture européenne, la couverture américaine des nouvelles a été plus mitigée, a continué Plosker. [...]
En Norvège, l’édition en ligne de deuxième plus grand journal du pays, Verdens Gang, a informé ses lecteurs le 10 octobre qu’un « Palestinien avait été tué à Jérusalem Est », dans le titre d’un article qui a également noté que le Palestinien avait été tué alors qu’il poignardait un Juif. D’autres titres récents des principaux médias norvégiens incluaient « 2 adolescents tués par les forces israéliennes », « 20 Palestiniens sont morts en octobre » et « Deux attaques au couteau perpétrées vendredi ». [...]"

- Petit guide de désinformation pour écrire un article sur Israël - Analyse rhétorique des médias français, Jean Szlamowicz (linguiste, Professeur des Universités, Université de Bourgogne) - le ton est parfois excessif mais l'analyse souvent pertinente.
http://jforum.fr/2015/10/petit-guide-de-desinformation-pour-ecrire-sur-israel/
"Tandis que des Arabes assassinent des civils juifs au couteau, par voiture-bélier, lapidation ou à l’arme à feu, Mahmoud Abbas félicite ces meurtriers, encourage ses partisans à créer des troubles sur le Mont du Temple, trouve que « les Juifs ont les pieds sales » et reçoit une médaille de la ville de Paris au nom de la paix. Comme un salut solennel aux attentats des derniers jours, le député-maire de Tremblay en France hisse le drapeau « palestinien » (« Cet acte s’inscrira dans le cadre de la journée nationale de mobilisation pour la reconnaissance de l’Etat palestinien »). On pourrait penser qu’une telle réalité serait de nature à scandaliser. C’est sans compter le travail de travestissement effectué par les journalistes français.
On présente souvent la mission journalistique comme une quête éperdue d’objectivité afin d’informer un public sans repères : il s’agit plutôt de construire l’opinion publique en fonction de préjugés idéologiques et d’un militantisme larvé. Le systématisme des orientations de l’information en faveur du Fatah, de l’OLP et du Hamas se fonde sur un récit des faits selon une stratégie particulière. La rhétorique de diabolisation d’Israël repose sur des moyens stylistiques dont nous allons tenter de donner un très bref aperçu, même si la matière de ces dernières semaines suggère plutôt d’y consacrer un ouvrage entier.
La stratégie rhétorique générale qui est mise en œuvre repose sur l’atténuation de la violence arabo-musulmane et la maximisation de la violence israélienne. Ce principe stratégique, augmenté d’un renversement du rapport d’agression, se déploie à travers divers moyens tactiques.
- Arsenal lexical
La répétition systématique de mots comme « colon », « occupation », « Cisjordanie » ou même « palestinien » met en place un récit orienté qui consiste à délégitimer la présence juive sur un territoire présenté comme « appartenant » aux Arabes.
Le terme « colon » n’est pas employé au sens de « Celui qui a quitté son pays pour aller occuper, défricher, cultiver une terre de colonisation », mais au sens de « colonisateur », « envahisseur », « conquérant » avec toutes les connotations de violence et d’exploitation qui s’y rattachent (et dont, étrangement, le monde musulman, colonisateur international s’il en est, est exempté). Les victimes ne sont jamais présentées comme des parents, des enfants ou des agriculteurs mais comme des colonisateurs exerçant une domination. A chaque assassinat, le mot « colon » agit comme un verrou émotionnel, bloquant toute possibilité d’empathie chez le lecteur puisqu’il propose en somme une excuse au meurtre : ces Juifs n’avaient rien à faire là. C’est une façon d’adopter le point de vue arabe définissant la terre arabe comme devant être judenrein.
J’ai déjà rappelé (dans "Détrompez-vous ! Les étranges indignations de Stéphane Hessel décryptées") qu’il ne s’agissait en aucune manière de terres conquises illégitimement et elles ne sont occupées que dans un sens légal parfaitement défini et reconnu comme tel par le droit international, qui plus est à la suite de guerre d’agressions visant à éliminer Israël.[1] N’oublions pas que le plan de partage de 1947 ayant été rejeté par les parties arabes qui se sont livrées à une invasion armée, ce sont toujours les dispositions du Traité de San Rémo de 1923 qui ont force de loi.
« Cisjordanie » est un terme utilisé à partir de 1948 pour désigner les terres conquises par la Jordanie lors de l’invasion d’Israël. La Jordanie a renoncé en 1988 à toute prétention sur ces terres par elle-même volées, et récupérées par Israël en 1967. Il s’agit de la région des Monts de Judée, appelée Judée-Samarie depuis des millénaires. Utiliser ce terme, c’est donc lui refuser son appellation juive pour lui préférer, de manière singulièrement anachronique, une souveraineté transitoire, illégitime et caduque — et arabo-islamique.
Quant à l’appellation « Esplanade des Mosquées », elle constitue un mensonge historique puisque cette plateforme fut construite en 19 av JC par le roi Hérode pour la reconstruction du Temple de Jérusalem. Lui donner un nom qui fasse référence à l’islam représente une substitution historique qui prolonge la délégitimation de la présence juive à Jérusalem.
Le terme même de « palestinien » a toujours désigné les habitants de Palestine, c’est-à-dire essentiellement les Juifs (le nom « Palestine » ayant été imposé par les colonisateurs romains dans le cadre de la conquête du royaume d’Israël). La population arabe, peu nombreuse, est surtout d’origine égyptienne, syrienne, jordanienne. Son développement est d’implantation récente et lié à la mise en valeur du territoire par les Juifs à partir de la fin du XIXe siècle. Même sous domination ottomane, les musulmans étaient démographiquement minoritaires à Jérusalem.[2] Dans toute l’histoire, il n’y a jamais eu de nation ou de peuple « palestiniens ». Ce n’est qu’en 1964 qu’une stratégie de communication soviétique a eu recours à une dénomination (« peuple palestinien ») permettant de revendiquer un combat de libération nationale.[3]
L’utilisation de ce vocabulaire est une façon délibérée de condamner la présence d’Israël sur ces territoires.
- Retournement et effacement causal
Parmi les clichés journalistiques, le fameux « cycle de la violence » est une expression qui dépolitise le conflit en effaçant toute causalité et en faisant de la violence une entité similaire à une catastrophe naturelle qu’il s’agirait de ne pas provoquer. Implicitement, cela met sur le même plan l’agresseur et l’agressé.
C’est la même logique qui est à l’œuvre dans le stéréotype « des appels au calme face au risque d’embrasement », comme s’il s’agissait, là encore, d’une force naturelle à combustion spontanée et pas de décisions coordonnées par les différentes entités politiques et militaires palestiniennes (qui revendiquent pourtant haut et fort les attentats). C’est évidemment toujours Israël qui doit ne pas réagir aux agressions pour ne pas « enflammer la rue arabe ».
Les attaques organisées par les Brigades Al-Aqsa et autres militants jihadistes sont couramment présentées comme des « heurts » ou des « affrontements » : non seulement il s’agit d’une euphémisation qui ne disent pas la nature des agressions, mais ces termes impliquent une réciprocité, qui plus est dénuée de causalité.
Les actions de l’armée israélienne ou du gouvernement sont systématiquement présentées en premier, la raison de leur action étant éventuellement signalée ensuite. Par exemple, Le Point (2 octobre) titre « Chasse à l’homme après le meurtre de deux colons ». Le terme de « chasse à l’homme » (également utilisé par d’autres médias, décidément peu enclins aux efforts d’écriture) suggère une animalisation de la proie, un plaisir sadique à pourchasser un homme, ce qui renverse la hiérarchie morale, faisant du meurtrier une victime.
De même, Le Figaro titre « Jérusalem : fermeture de la Vieille ville après une attaque au couteau » (4 octobre). On met ainsi en avant l’action israélienne présentée comme une sanction, une privation de liberté, plutôt que l’acte terroriste qui l’a déclenchée.
C’est également la grille de lecture à laquelle incitent les titres comme « Le gouvernement israélien autorise la police à boucler les quartiers arabes de Jérusalem » (Le Monde.fr avec AFP, 14.10.2015) qui suggère une forme de ségrégation et non une mesure de sécurité face aux attaques incessantes.
Le retournement chronologique permet ainsi de focaliser la violence israélienne (récurrence des mots « raids », « chasse à l’homme », « sanctions », etc.) dont la cause n’est évoquée que sous la forme d’un prétexte.
- Pathos et univocité
Dans la continuité du retournement faisant de l’agresseur une victime, le journal 20 Minutes évoque les assassinats et tentatives d’assassinats qui se sont multipliés ces derniers jours avec ce titre « ‘‘Intifada des couteaux’’ : des attaques qui cachent le désespoir de la jeunesse palestinienne ». Le retournement moral est spectaculaire : les meurtres de Juifs sont désormais le fruit du désespoir de la jeunesse ! Le mot « jeunesse » permet de construire une image d’innocence et le mot « désespoir » de les transformer en victimes de la situation.
On remarque le déplacement consistant à caractériser les acteurs de ces attentats non par la nature de leurs actes mais en parlant uniquement de leur âge, sans autre contexte politique qu’une pure victimisation (ils subissent « l’humiliation »). Le récit des événements est ouvertement écrit selon un point de vue compassionnel et strictement palestinien : il n’est nulle part question du ressenti israélien face à ces meurtres de civils. Ce point de vue univoque équivaut à une reconnaissance de leur action et exprime une empathie meurtrière.
L’article est rédigé grâce à l’avis expert fourni par… « un doctorant en sciences politiques » dont les écrits sont toujours pro-palestiniens. La violence israélienne est chiffrée (avec des chiffres venant de l’OLP !) et présentée comme implacable tandis que « les jeunes » (le terme permet aussi de dépolitiser leurs actions, alors qu’on aurait aussi pu dire « les jihadistes ») en seraient réduits à des expédients : « Ces jeunes ont pris ce qu’ils avaient sous la main : des couteaux de cuisine. En réponse, les autorités israéliennes ont renforcé les mesures sécuritaires, l’augmentation de la présence militaire, une répression accrue. »
Il s’agit du procédé typique d’atténuation / maximisation : les pauvres palestiniens miséreux jusque dans leurs moyens de lutte face aux Israéliens qui en profitent pour exercer leur puissance militaire (comme si un gouvernement pouvait laisser se développer une vague d’assassinats !). L’accumulation de termes exprimant la force dominatrice des autorités correspond à la description d’un état policier (« sécuritaire », « militaire », « répression »). De manière intéressante, ces termes possèdent des connotations négatives dans l’idéologie post-moderniste alors qu’il est bel et bien du devoir de l’état d’assurer la sécurité des citoyens, que l’armée sert à faire face à des agressions et que réprimer des crimes semble tout de même la moindre des choses. Il faudrait peut-être qu’Israël se laisse égorger passivement ? Rappelons à titre d’exemple que ces « jeunes » ont tenté récemment d’assassiner au couteau un enfant juif de 13 ans qui faisait du vélo. Sans doute un acte de désespoir.[4]
Le parti pris émotionnel repose sur l’incantation du mot « jeune » et sur l’atténuation de tout ce qui pourrait heurter le lecteur occidental : « Jeunes, très informés et loin d’être des extrémistes religieux, ils agissent seuls, sans coordination, de leur propre chef. »
Ils sont donc volontaires, intelligents, indépendants et n’ont rien à voir avec le jihadisme. Ce portrait est en soi une justification de leurs assassinats et tentatives d’assassinat, présentés comme des actions mûrement réfléchies auxquelles ils seraient acculés par les Israéliens. Il s’agit d’un pur mensonge politique : les enfants musulmans sont incités dès le berceau à tuer des Juifs et l’Autorité Palestinienne ne cesse d’encourager les mourabitoun (« les sentinelles », c’est-à-dire les miliciens envoyés sur le mont du Temple) à verser le sang Juif. Mahmoud Abbas a trouvé l’assassinat des époux Henkin devant leurs enfants héroïque et ne cesse de le signaler dans ses déclarations officielles à la tonalité radicalement islamique :
« Nous vous bénissons, nous bénissons les Mourabitoun (hommes) et les Mourabitat (femmes). Nous saluons toutes gouttes de sang versées à Jérusalem. C’est du sang pur, du sang propre, du sang qui mène à Allah. Avec l’aide d’Allah, chaque martyr (shaheed) sera au paradis, et chaque blessé sera récompensé. Nous ne leur permettrons aucune avancée. Dans toutes ses divisions, Al-Aqsa est à nous et l’église du Saint Sépulcre est notre, tout est à nous. Ils n’ont pas le droit de les profaner avec leurs pieds sales, et on ne leur permettra pas non plus. » (Official PA daily, Al-Hayat Al-Jadida, Sept. 17, 2015).[5]
Quand 20 Minutes conclue l’article, c’est par une ultime justification : "« Les jeunes Palestiniens se disent "si on ne fait rien, ils vont venir nous brûler les uns après les autres" », confirme Xavier Guignard."
Le verbe « confirmer » est ici ambigu car tout en portant sur les motivations des « jeunes palestiniens », il tend à accréditer l’idée que les Israéliens vont effectivement venir les brûler. De fait, cette crainte (présentée comme une citation mais qui provient du discours du consultant lui-même) n’est pas assortie de la moindre nuance. Elle n’est pas présentée par le journaliste ni par « l’étudiant-expert » comme un fantasme, une excuse, une exagération mais comme une réalité. Cela a pour effet d’entériner dans les esprits l’idée, grotesque, qu’Israël pratiquerait le supplice du bûcher pour ses opposants (avec au passage une évocation subliminale de la Shoah). Une nouvelle fois, la violence israélienne est présentée comme maximale et l’intifada comme une réaction normale, voire politiquement saine ! Le journal et son expert-militant présentent donc une légitimation des « jeunes palestiniens » qui ressemble énormément à un appel au meurtre de Juifs.
- Effacement de l’agentivité
Le traitement du meurtre d’Alexander Levlovitz le 13 septembre a été emblématique de l’atténuation des actes anti-juifs. L’événement a été systématiquement présenté par la formule suivante « Alexander Levlovitz, s’est tué en perdant le contrôle de son véhicule dans la nuit de dimanche à lundi, apparemment à la suite de jets de pierres ». C’est ce qu’on trouve dans La Dépêche (15 septembre 2015), dans un article illustré par une photo montrant des militaires « escortant un Juif ultra-orthodoxe ».
La forme verbale avec pronom réfléchi indique carrément une maladresse du conducteur ! L’intentionnalité du meurtre est gommée par cette formule où l’on parle de « jets de pierre », c’est-à-dire d’actions et d’objets dénués d’agents. Il y a un mort mais pas de meurtriers, ou alors, il faudrait sans doute inculper les pierres… Il n’y a donc pas d’agresseurs et toute réaction israélienne passe par conséquent pour « disproportionnée ». On trouve exactement la même phrase dans Libération et L’Express avec la même photo : le pluralisme du journalisme français fait plaisir à voir !
Le Monde (« Israël durcit son arsenal législatif à l’encontre des lanceurs de pierres », 25 septembre) va jusqu’à illustrer l’article sur le sujet par une image de Benyamin Nétanyahou souriant malicieusement, comme s’il trouvait que ce meurtre était une aubaine ![6]
Il y a des variantes comme « Il aurait perdu le contrôle de sa voiture après qu’elle a été touchée par des jets de pierre » ou la mention d’un « accident de voiture ». Le Monde écrit avec des circonvolutions stylistiques remarquables : « A ces affrontements s’ajoute une recrudescence des jets de pierre sur les routes empruntées par les colons ». Le substantif abstrait « recrudescence » et son complément « des jets de pierre » font l’économie d’une forme verbale qui ferait apparaître un sujet précis. Dans tous les cas, la responsabilité et l’intentionnalité des jeteurs de pierre est contournée par des formulations qui font de l’événement un fait divers de nature accidentelle.
On note au passage les modulations épistémiques récurrentes (« apparemment », emploi du conditionnel) qui permettent en plus de présenter les faits comme non établis.
- Assertion et désassertion
Dans le même ordre de procédé, la remise en cause des sources et des faits appartient aux techniques permettant de mettre en doute la réalité. Les guillemets, le conditionnel, ou la mention d’une source (« selon des sources israéliennes », « d’après le gouvernement israélien », « la police israélienne considère que », « selon les enquêteurs », « Tsahal affirme que ») servent aux journalistes à se distancier et à présenter une information comme non certaine. Cette désassertion permet de mettre en doute le récit en en faisant une pure création des autorités israéliennes. Inversement, l’assertion de faits sans guillemets ni mention d’une source indique la vérité factuelle.
Ainsi Le Monde écrit : « Les brigades Abdel Kader Al-Husseini, affiliées aux brigades des Martyrs d’Al-Aqsa, une faction armée proche du Fatah, ont revendiqué l’attaque meurtrière de jeudi, sans que cela puisse être vérifié. » La réserve « sans que cela puisse être vérifié » vaut pour une sorte d’innocentement de meurtriers qui ne cessent pourtant de revendiquer leurs agissements. Cela revient à systématiquement considérer les attentats comme étant le fait « d’éléments incontrôlés » dont les actions ne seraient du coup jamais imputables aux dirigeants palestiniens.
A contrario, on trouve des assertions établissant le caractère « extrémiste » des Juifs présentés comme des hors-la-loi : « [les jeunes émeutiers palestiniens] veulent empêcher les extrémistes juifs de visiter le lieu saint et d’y prier, ce qui leur est interdit. » Les émeutiers, des morabitoun antisémites, passent ainsi pour les gardiens de la loi… Dans cette situation, la libre circulation des Juifs sur le Mont du Temple est présentée comme le fait d’extrémistes et comme une exigence juive : « Comme le rapporte la presse israélienne, la ministre [adjointe des affaires étrangères, Tzipi Hotovely] réclame par ailleurs la « liberté de culte » sur l’esplanade des Mosquées. » Non seulement les guillemets et la mention d’une source soulignent le point de vue juif dans sa spécificité, ce qui revient à insister sur son caractère partisan, mais la revendication est assortie d’un lexique qui fait l’effet d’un d’oxymore à la limite de l’absurdité : pourquoi des Juifs voudraient-ils donc la liberté de culte sur « esplanade des Mosquées » ? Le fait que des Juifs puissent se rendre où ils veulent est ainsi présenté comme une volonté d’hégémonie territoriale.
- Hypotypose
Ce procédé consiste à peindre de manière vivante une situation de manière à générer de l’empathie. On ne compte plus les articles se délectant d’épisodes où « les enfants palestiniens » avec leurs petites pierres font face au tanks israéliens ni les nombreuses mises en scène de violence provoquées (on envoie des enfants agresser des soldats, escortés par des familles en larmes et des nuées de photographes en espérant un cliché montrant de monstrueux militaires brutalisant des gamins…). Outre l’opposition enfance / armée, les vieilles femmes en pleurs et les maisons détruites font aussi partie des clichés permettant de générer un pathos anti-israélien.
Il faut ajouter la mise en scène idéologique de l’élément religieux : la violence musulmane n’est jamais décrite comme musulmane ou arabe mais comme « palestinienne », ce qui induit une lecture de type « libération nationale » plutôt que comme une vindicte jihadiste anti-juive. Les Israéliens sont volontiers décrits comme « juifs » ou « juifs orthodoxes » ou « ultra-orthodoxe » alors que les Arabes sont plutôt décrits par leur profession (« cultivateur », « enseignant »).
- Voix active, voix passive
L’utilisation de la voix passive permet différentes focalisations. En masquant l’agent d’une action, le passif permet de ne pas pointer cet acteur directement. C’est le cas dans « Deux colons tués » qui fait l’économie d’une mention des meurtriers et permet ainsi de ne pas incriminer ces derniers.
Inversement, le passif peut aussi créer une victimisation. C’est le cas quand Le Figaro titre « Un Palestinien abattu »[7] où le passif suggère très nettement l’assassinat d’un civil. Le titre du Figaro omet de préciser que l’individu en question venait de poignarder un juif de quinze ans — on peut à bon droit s’étonner d’un tel masquage de l’agentivité jihadiste…
L’utilisation de la voix passive pour parler des musulmans victimes va de pair avec l’utilisation de la voix active pour les actions israéliennes. L’acclimatation à des représentations manichéennes (innocence palestinienne en lutte pour sa survie vs violence policières israéliennes) cultive une lecture systématique qui permet l’implicite : quand on lit systématiquement des titres de type « Deux Palestiniens tués », on devine la responsabilité israélienne. Cela bloque tout autre récit potentiel (les exécutions par le Hamas et par le Fatah ; les accidents de manipulation d’explosifs par les terroristes ; le sacrifice, parfois volontaire, des civils comme boucliers humains, etc.), et cela oblitère également toute causalité (les actions meurtrières de Palestiniens qui conduisent à leur élimination).
Quand on mentionne parfois la causalité, c’est de manière oblique : « Vaste opération israélienne dans le nord de la Cisjordanie après le meurtre de deux colons ».[8] En effet, les auteurs du meurtre ne sont pas mentionnés. C’est l’action israélienne qui est mise en avant et, bien sûr, le mot « colon » sonne comme une justification du meurtre tandis que le mot Cisjordanie suggère une incursion illégitime voire fait paraître le meurtre comme un prétexte à l’action militaire.
- Décontextualisation
Il faudrait évoquer beaucoup d’autres procédés, en particulier la décontextualisation. Le conflit est en général envisagé sans en rappeler les racines historiques et religieuses (agressions musulmanes depuis 1948 ; nature jihadiste et anti-juive de ces agressions). Cela passe aussi par l’omission du contexte culturel jihadiste (éducation à la mort donnée dans les écoles arabes ; sacrifice des enfants que leurs parents veulent voir finir en martyr (shaheed) ; diffusion de clips avec des caricatures de Juifs qu’il faut égorger ; les discours de Mahmmoud Abbas parlant des « pieds sales des Juifs » et encourageant les martyrs, les récompenses pour ceux qui se livrent à des meurtres de civils ; les scènes de liesse populaires avec distribution de friandises à chaque meurtre de Juifs, etc.).[9] Le site Palestinian Media Watch donne un aperçu documenté du lavage de cerveau subi par la population musulmane et son incitation antisémite au meurtre et au martyr.
Le « deux-poids, deux mesures » est également une donnée narrative lancinante : on trouve anormale la présence juive sur un territoire que l’on accepte de considérer comme arabe (la Judée-Samarie) et normale la présence arabe en Israël. [...]
Notes :
[1] On peut ajouter la décision de la cour d’appel de Versailles qui a jugé que l’occupation était légale. On trouve facilement le rendu de jugement
[2] Menashe Harrel, The Jewish Presence in Jerusalem through the Ages, John Day,‎ 1974, d’après les archives ottomanes.
[3] Léon Poliakov en fait le récit dans De Moscou à Beyrouth, essai sur la désinformation (Paris, Calmann-Lévy, 1983) : « … la graine était semée et les campagnes anti-israéliennes de Moscou allaient bientôt reprendre (..) Faisant le tour du globe, les germes s’implantaient à l’Est comme à l’Ouest (..) Cette assimilation devait aboutir une vingtaine d’années plus tard à une coalition anti-israélienne mondiale », p. 50.
[4] Jérusalem, Quartier de Pisgat Zeev, 12 octobre.
[5] http://palwatch.org/main.aspx?fi=708
[6] Le New York Times n’est pas en reste puisqu’il a titré « Jewish Man Dies as Rocks Pelt His Car in East Jerusalem », c’est-à-dire « Un Juif meurt sous les pierres qui ont bombardé sa voiture à Jérusalem Est ». L’effacement de l’agentivité est à son comble : il s’agit donc d’une région où les pierres sont douées de mouvement autonome — comme quoi, même les pierres sont antisémites par là-bas !
[7] Le 4 octobre
[8] Le Monde.fr, 02.10.2015, par Piotr Smolar.
[9] « Le porte-parole de Mahmoud Abbas, Nabil Abou Rudeineh a loué et glorifié un terroriste de 13 ans qui était sorti de chez lui avec un couteau de boucher pour assassiner des enfants israéliens dans un magasin de bonbons. Une affiche du jeune terroriste abattu hier par les forces de Police a été remise à la famille accompagnée des traditionnels 30 000 dollars destinés à chaque famille dont l’un des membres et terroriste. Une rente à vie a été octroyée à la gloire du terroriste au père de l’enfant jihadiste. » (source) [...]"


********************************************

Analyses

- No, It’s Not The Occupation, Stupid (Israellycool) - "To say that the violence is caused by the “occupation,” or by the checkpoints or by the “Apartheid wall,” is to invert cause and effect. Israel’s military presence in the West Bank is the result of Arab violence against Israel, and not vice versa".
http://www.israellycool.com/2015/10/14/no-its-not-the-occupation-stupid/
"The entire history of the Arab-Israeli conflict is a history of Arabs putting Israel in a position from which it must defend itself, and then blaming Israel for the way it defends itself. This is true of the 1948 war, in which the armies of Egypt, Syria, Transjordan, Lebanon and Iraq invaded the newly reconstituted state of Israel, and which is now commemorated as the “Nakba.” This was true of the 2014 Gaza war known as Operation Protective Edge, during which most of Israel was under relentless rocket attack, and its attempts to defend itself from those attacks were widely condemned as “disproportionate,” or as “murder” and “war crimes.”
This is true, as well, of the violence that is being directed at Israel today. The violence is being blamed by some on the so-called “occupation,” but this ignores that Israel’s military presence in the West Bank is itself a defensive measure. During the 1967 war, Jordan, which then occupied east Jerusalem and the West Bank, attacked the Israeli section of Jerusalem after Israel’s preemptive strike against Egypt. Israel recaptured the eastern part of the city, as well as the West Bank, only after that attack.
The much-maligned checkpoints and separation barrier, the embodiments of the “occupation” to the anti-Israel crowd, are defensive measures as well. They were put in place in response to the Second Intifada that Arafat intentionally started, and have saved many lives.
To say that the violence is caused by the “occupation,” or by the checkpoints or by the “Apartheid wall,” therefore, is to invert cause and effect. Israel’s military presence in the West Bank is the result of Arab violence against Israel, and not vice versa.
Let’s bear in mind as well that Palestinian Arabs have already had three opportunities in this century alone — in 2000, in 2008, and in 2014 — to end what they call the occupation. In truth, they could probably end it at any time. If Abbas would credibly announce tomorrow that he was ready to accept the independence-for-peace offer made to him in 2008 and able to enforce its terms (credibly being a key component), I’d bet an awful lot that one of two things would happen: either Netanyahu would agree as well, or he’d be voted out and replaced with someone who would.
So let’s get real, it’s not the so-called occupation. [...]"

- Jews are being killed simply for being Jews, Eitan Na’eh (Israel’s Acting Ambassador to Great Britain) - "The excuse may change with the passing years. But the reality is that, be it 1921, 1929, 1936 or 2015, Jews are being murdered simply for being Jews".
http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/middleeast/israel/11929445/Jews-are-being-killed-simply-for-being-Jews.html
"On Tuesday, several Israelis were shot and stabbed on a bus in Jerusalem, with three confirmed dead. Many others were left in a critical condition. When such horrific events occur, it is natural to try to make sense of them, and to ask: “Why did this happen?”
My family has been asking this question for generations. I think back to the burning of my great-great grandparents’ house in 1929, during anti-Jewish riots in Hebron: 133 Jews were killed in one week by Arab rioters, as students were massacred in a yeshiva. These attacks did not take place in a vacuum. Local Arab media at the time published inflammatory articles, raging against the rights of Jews to pray at the site of the Western Wall in Jerusalem. A flier by the “Committee of Holy Warriors in Palestine” was distributed, claiming that Jews had violated the honour of Islam. The British government-backed Palestine Inquiry Commission concluded that there was “no excuse” for the spate of murders.
I think back to 1936, when the house of my great-grandparents in Jaffa was burned down by Arab rioters, forcing them to flee to Tel Aviv. I think back to 1939, when my father’s cousin was murdered, when he was aged just eight. Zalman Naeh was shot in his stomach by Arab terrorists while travelling on a bus from Tel Aviv to Jerusalem: he was the last Jewish victim of terror in British Mandate Palestine before the outbreak of the Second World War.
Why was he shot? What prompted all these acts of terror? Was it the Israeli “occupation” – which did not exist at the time? Was it the policies of Prime Minister Benjamin Netanyahu, even though he was not yet born? Was it frustration about the peace process?
Or was it because little Zalman was a Jew, and how dare he sit on a bus? So tell me again, why were the people on the bus murdered yesterday morning?
The common factor in all these attacks down the decades is the presence of Jews in the land of Israel and their right of self-determination. That is at the root of the killings. Yet through all the years, this simple reason has been curiously overlooked. Even on November 29 1947, the very day that the United Nations voted in favour of the Partition Plan to create neighbouring Jewish and Arab states in British Mandate Palestine, shots were fired at an ambulance carrying my aunt – a Holocaust survivor – on her way to give birth to my cousin. Then, as now, the very presence of Jews in the land of Israel appeared to be the root cause of terrorist violence against them.
One myth in particular has shown itself evergreen: the idea that Jews are trying to undermine Islam and its holy sites in Jerusalem. We have heard the lie that “Al Aqsa is in danger” since the 1920s, when the Palestinian leader Haj Amin Al-Husseini tried to stir up local rioters against Jews, inciting them to murder. Husseini would distribute pamphlets saying: “O Arabs! Do not forget that the Jew is your worst enemy and has been the enemy of your forefathers.”
Last month, President Abbas called on Jews not to put their “filthy feet” on the Temple Mount, again inciting anti-Jewish violence. Yet when Palestinian activists use this revered holy site as a temporary base from which to attack Israelis – piling up rocks, fireworks and explosives – it is they who desecrate the place.
Those making libellous claims about Israel and Al Aqsa today ignore the fact that 3.5 million Muslims visited the site last year, compared to 200,000 Christians and just 12,500 Jews. Indeed, Israel has maintained a delicate status quo since 1967, when it regained control of the Old City of Jerusalem, and handed back the administration of the Muslim holy sites to Islamic administrators known as the Waqf. Israel is determined not to let the status quo change, and has recently banned politicians from any visits to the site, in order to calm tensions.
But ultimately, what we are seeing is not about religious rights or land. It is about the same old issue. This is the issue that people least want to discuss but which most needs to be discussed. The excuse may change with the passing years. But the reality is that, be it 1921, 1929, 1936 or 2015, Jews are being murdered simply for being Jews."

********************************************

Dieudonné

- Belgique: six mois de prison requis contre le polémiste français Dieudonné (AFP) - "Le parquet de Liège avait pris l'initiative d'ouvrir une enquête en mars 2012, quelques jours après un spectacle donné devant un millier de spectateurs à Herstal, dans la banlieue de la ville wallonne, et qui avait été enregistré par la police à titre de précaution. A l'issue de l'enquête, la justice avait retenu plusieurs préventions à son encontre : "incitation à la haine", "tenue de propos antisémites et discriminatoires", "diffusion d'idées à caractère raciste", "négationnisme" et "révisionnisme"."
https://fr.news.yahoo.com/belgique-six-mois-prison-requis-contre-pol%C3%A9miste-fran%C3%A7ais-135624508.html
"Le procureur du tribunal correctionnel de Liège (Belgique), a requis mercredi une peine de six mois de prison ferme à l'encontre du polémiste français controversé Dieudonné, accusé d'avoir tenu des propos discriminatoires et antisémites lors d'un spectacle donné en mars 2012 en région liégeoise, selon l'agence Belga. "Le spectacle qu'il donne est rempli de propos diffamants et insultants qui donnent envie de vomir", a déclaré dans son réquisitoire le procureur Damien Leboutte, cité par l'agence de presse belge. Le polémiste français de 49 ans, Dieudonné Mbala Mbala de son vrai nom, ne s'est pas présenté à son procès à Liège, dont le jugement est attendu le 25 novembre.
Le parquet de Liège avait pris l'initiative d'ouvrir une enquête en mars 2012, quelques jours après un spectacle donné devant un millier de spectateurs à Herstal, dans la banlieue de la ville wallonne, et qui avait été enregistré par la police à titre de précaution. A l'issue de l'enquête, la justice avait retenu plusieurs préventions à son encontre : "incitation à la haine", "tenue de propos antisémites et discriminatoires", "diffusion d'idées à caractère raciste", "négationnisme" et "révisionnisme", a précisé l'agence de presse belge. Selon le quotidien Le Soir, le Français avait entre autres qualifié Adolf Hitler de "joyeux fanfaron".
Outre une peine de prison ferme de six mois --soit la moitié de la peine maximale prévue par la loi belge--, le procureur a requis contre Dieudonné une amende de 5.000 euros et une interdiction d'exercer ses droits civils et politiques sur le territoire belge, pour le cas où l'humoriste déciderait de se domicilier en Belgique. [...]"

********************************************

Iran

- Test de missile iranien : Paris dénonce "une claire violation" d'une résolution de l'ONU (AFP) - ""Le programme balistique iranien est visé notamment par la résolution 1929 de 2010 (...) Le tir survenu le 11 octobre constitue une claire violation de cette résolution. Il s'agit d'un message préoccupant envoyé par l'Iran à la communauté internationale", a déclaré lors d'un point-presse le porte-parole du Quai d'Orsay".
https://fr.news.yahoo.com/test-missile-iranien-paris-d%C3%A9nonce-claire-violation-dune-122143958.html

********************************************

Histoire

- Vichy et les Juifs, Jean Lebrun (Emission "La marche de l'Histoire" sur France Inter, Audio 30mn) - un entretien avec l'historien américain Robert Paxton.
http://www.franceinter.fr/emission-la-marche-de-lhistoire-vichy-et-les-juifs
"C’est la coutume et la vérité de dire que la parution, en 1981, du livre « Vichy et les juifs », signé par deux nord-américains, Michael Marrus et Robert Paxton, constitua un tournant dans l’historiographie du régime de Pétain. Depuis, de nouvelles générations de chercheurs ont enrichi – et amendé parfois - ce travail pionnier. Les archives se sont assez largement ouvertes. Là où, par exemple, vous vous préoccupiez de l’aryanisation des biens, vous vous entendiez répondre qu’il était délicat de révéler « l’ampleur des fortunes juives ». Dorénavant, l’application minutieuse des mesures anti-juives a pu être largement documentée, administration par administration, secteur par secteur. Qui plus est, il est possible de croiser les sources françaises avec les étrangères.
Cependant, on sait d’expérience que, dans tous les secteurs du savoir, il est intellectuellement divertissant et commercialement payant de dénoncer le savoir tel qu’il se construit. Face à l’histoire, par exemple, de faire de la contre-histoire. Des publicistes qui aiment être traités d’intellectuels, des professeurs sur Youtube qui passent pour des savants gagnent leur vie à railler les chercheurs et les universitaires. Paxton est une figure idéale pour ce jeu de massacre. Il prendrait Pétain pour le mal absolu, ce qu’il n’a jamais dit. Il se prendrait pour Dieu, ce à quoi il n’a jamais songé.
Et, devant un vaste public qui n’attendait que de revenir, enfin « décomplexé », à une couche profonde de sa conscience, s’ opère ainsi un grand bond en arrière. Il faudrait faire comme si un demi-siècle de recherches n’avait pas existé et revenir aux fables d’après Libération. Pétain sauveteur des juifs de France en échange du sacrifice des juifs étrangers. Sacrifice fâcheux évidemment mais on a tout le même le droit de faire la distinction entre les français et les étrangers, sans être traités de pourvoyeurs d’Auschwitz !
C’est dans ce contexte qui nécessite une ferme contre-offensive que Robert Paxton publie une version très enrichie du livre de 1981."

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages