Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 21:39

Intifada ?


- Cisjordanie : un Palestinien poignarde un Israélien avant d'être abattu (AFP) - "Un Palestinien a grièvement blessé un Israélien en le poignardant dans le cou avant d'être abattu lundi dans le sud de la Cisjordanie", au nord d'Hébron ; "L'Israélien visé, un jeune homme de 19 ans, a été évacué dans un état grave".
https://fr.news.yahoo.com/cisjordanie-palestinien-abattu-apr%C3%A8s-avoir-poignard%C3%A9-isra%C3%A9lien-083909348.html

- Un Palestinien tente de poignarder un Israélien et est abattu (AFP) - "Un Palestinien a tenté de poignarder un soldat israélien lundi à Hébron, dans le sud de la Cisjordanie".
https://fr.news.yahoo.com/palestinien-tente-poignarder-isra%C3%A9lien-touch%C3%A9-balles-133035356.html

- Mufti de Jérusalem : "Il n'y a jamais eu de temple juif sur le Mont du Temple" (i24)
http://www.i24news.tv/fr/actu/israel/90318-151026-mufti-de-jerusalem-il-n-y-a-jamais-eu-de-temple-juif-sur-le-mont-du-temple
"Le Grand Mufti de Jérusalem, la figure musulmane en charge de la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem, a déclaré dimanche qu'il n'y avait jamais eu de temple juif au sommet du Mont du Temple, et que le site est le foyer de la mosquée "depuis la création du monde". Dans une interview en arabe accordée à la chaîne israélienne Arutz 2, Sheikh Muhammad Ahmad Hussein a déclaré que le site, considéré comme le troisième lieu saint de l'Islam et premier lieu saint du Judaïsme, était une mosquée "il y a 3.000 ans, et il y a 30.000 ans (...) et depuis la création de le monde". "C'est la mosquée Al-Aqsa que les anges ont construit", a déclaré le mufti de cet édifice datant du 8ème siècle après JC, commandé par le calife Abd al-Malik ibn Marwan.
Hussein a été nommé au poste de Mufti en 2006 par le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Il a, par le passé, approuvé les attentats suicide contre des Israéliens. Il a également nié avec véhémence l'existence de pèlerinages juifs au sommet du Mont du Temple, malgré les nombreuses preuves archéologiques et textuelles, y compris musulmanes, les certifiant. [...]"

- Caught Between Protesters and Israel, Palestinian Security Forces Shift Tactics (New York Times) - "Palestinian forces no longer try to prevent protesters from heading toward Israeli checkpoints and watchtowers. Instead, plainclothes officers just watch for instigators and weapons beyond stones and firebombs"; "forces were under orders to ensure that protesters did not open fire at soldiers, because it would prompt a harsher response".
http://www.nytimes.com/2015/10/26/world/middleeast/caught-between-protesters-and-israel-palestinian-security-forces-shift-tactics.html
- PA security forces explicitly allow firebombing, stoning and stabbing Jews (Elder of Ziyon) - "When they allow people to approach checkpoints, that means that they know that stabbings will occur. In fact, one reason that the stabbings at checkpoints has increased seems to be this decision. Which means that the PA made a decision to allow their own people to be killed, to stoke more rage".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/10/pa-security-forces-explicitly-allow.html

- Fatah group celebrates every stabbing (Elder of Ziyon) - "They especially like to find photos of Jewish blood". Ils aiment notamment publier les photos de traces de sang sur leur compte Facebook.
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/10/fatah-group-celebrates-every-stabbing.html

- PA street named after murderer who stabbed 2 Israeli civilians to death (PMW) - non non c'est sérieux.
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=16013
"Terrorist Muhannad Halabi stabbed and murdered 2 Israelis, Rabbi Nehemiah Lavi and Aharon Bennett, and injured Bennett's wife, Adele, and their 2-year-old son in the Old City of Jerusalem on Oct. 3, 2015. Palestinian Media Watch has reported that Abbas' advisor honored him for these murders, that Abbas' Fatah movement even brought holy soil from the Al-Aqsa Mosque to his grave and that the PA Bar Association chose to honor Halabi by posthumously awarding him an honorary law degree.
As an additional honor, the municipality where the murderer lived has decided to name a street after him. "This is in order to honor Halabi, who carried out a stabbing and shooting operation (i.e., terror attack) against settlers in the Old City of occupied Jerusalem," the independent Palestinian news agency Donia Al-Watan reported. [Oct. 14, 2015] "This is the least we can do for Martyr Halabi," Mayor Muhammad Hussein stated about the glorification of the killer, and went on to say that naming the street after him is "intended to emphasize the national role played by municipalities."
Wanting to honor the murderer further, the municipality of Surda-Abu Qash suggested that the mourning "take place in a municipality building, as Halabi is a pride and badge of honor for the whole village." [...]"

********************************************

Gaza & Hamas

- Une roquette tirée depuis Gaza explose dans le sud d'Israël (i24) - "Une roquette tirée depuis la bande de Gaza a explosé lundi soir en territoire israélien dans le sud du pays, sans faire de blessés".
http://www.i24news.tv/fr/actu/international/90379-151026-deux-attaques-au-couteau-pres-de-hebron-un-soldat-gravement-blesse


********************************************

"Processus de paix"

- Netanyahou ne “souhaite pas d’un Etat binational” mais veut “contrôler les territoires dans le futur proche" (i24)
http://www.i24news.tv/fr/actu/international/90379-151026-deux-attaques-au-couteau-pres-de-hebron-un-soldat-gravement-blesse
"Le Premier ministre israélien Netanyahou a déclaré lundi lors d’une réunion du cabinet des Affaires étrangères qu’il ne souhaitait pas d’un Etat binational mais que “nous devons contrôler tous les territoires dans le future proche”, rapporte le journal israélien Haaretz. "On me demande si nous vivrons par le glaive ? Oui", a déclaré le Premier ministre s'adressant à des députés de l'opposition.
Contrairement à ses collègues au sein de la droite, le Premier ministre a déclaré qu’il était prêt à faire des concessions territoriales. Selon lui, le problème est que l’autre camp n’est pas prêt à prendre cette voie. “La moitié des Palestiniens vivent [dans la Bande de Gaza] sous un régime islamique et extrémiste qui veut nous détruire”, a-t-il indiqué. “Si il y avait des élections demain, le Hamas gagnerait”."

********************************************

France

- Raphaël Enthoven : « Ce n’est pas parce qu’on est fou, qu’on n’est pas antisémite » (Europe 1, Vidéo 2mn42) - « Ce qui est fou dans cette histoire [d'agression samedi à Marseille], c’est qu’il soit nécéssaire de rappeler que le fait d’agresser au couteau trois juifs dans la rue est d’abord, avant tout, et sinon uniquement, un acte antisémite ».
http://www.europe1.fr/emissions/la-morale-de-linfo/ce-nest-pas-parce-quon-est-fou-quon-nest-pas-antisemite-2535649

- « L'AFP a écouté nos plaintes et reconnaît pour certaines dépêches des erreurs sémantiques », Yaël Scemama (Actualité Juive) - "Une après une, dépêches après dépêches, nous avons dénoncé et contredit l'angle choisi par les journalistes".
http://www.actuj.com/2015-10/france/2480-l-afp-a-ecoute-nos-plaintes-et-reconnait-pour-certaines-depeches-des-erreurs-semantiques
"C’est une victoire pour la nouvelle association IMPACT qui organisait jeudi soir sa première sortie publique devant les bureaux de l’Agence France Presse. Deux cents cinquante personnes se sont réunies Place de la Bourse à Paris pour dénoncer le traitement partial des événements en Israël par la presse française et la responsabilité de l’AFP dans celui-ci. L’Agence France Presse n’ayant pas donné suite depuis des semaines aux sollicitations d’IMPACT pour la rencontrer, le rassemblement avait été décidé en signe de protestation.
A la tribune jeudi soir, Alexandra Glanz a rappelé qu’au départ, son association avait été créée pour « parler d'Israël au travers d'événements positifs. Malheureusement, l’actualité ne nous en a pas donné le droit. IMPACT est une association française composée de juifs et non juifs, étudiants ou jeunes travailleurs. Comme vous, nous ouvrons nos journaux chaque matin, allumons notre télévision ou surfons sur les réseaux sociaux. Nous sommes des français qui en avons marre d’assister passivement à un traitement médiatique partisan lorsqu'il s'agit d'Israël ».
Finalement, elle et son vice-président Raphael Hassine ont été reçu jeudi soir par deux responsables de l’AFP : Mélanie Leridon, directrice de l'Information et son adjoint Christophe Schmidt. Face à eux, expliquent les militants d’IMPACT, « nous avons assumé nos convictions et expliqué que le choix des mots utilisés dans les dépêches AFP reprises par la presse française dans son ensemble est l'un des éléments déclencheurs de la haine anti israélienne entraînant l'antisémitisme. Une après une, dépêches après dépêches, nous avons dénoncé et contredit l'angle choisi par les journalistes : pourquoi plus insister sur la mort de terroristes que sur celle de civil israélien ? Pourquoi préciser « père de deux enfants » en évoquant la mort d'un terroriste ayant poignardé des Israéliens ? Pourquoi réduire les victimes à des « colons » méritant presque la mort car « colons ? »
« L'AFP a écouté nos plaintes et reconnaît pour certaines dépêches des erreurs sémantiques »,
affirme Raphael Hassine, en particulier celle reprise par Le Figaro le 4 octobre qui titrait « Jérusalem : un Palestinien tué après avoir abattu un Israélien ». Pour Impact, « le débat a été constructif, instructif et déterminant dans la suite de nos combats. Nous espérons un traitement plus positif d'Israël en période de conflit et sans conflit. Israël ce n'est pas que le conflit, et il faut que cela se sache. Nous espérons désormais des dépêches qui exposent les faits et seulement les faits »."

- « La politique antisémite a été mise en place par Vichy » (Dernières Nouvelles d'Alsace) - Paxton : "laissés à eux-mêmes les Allemands auraient fait beaucoup de dégâts mais les déportations auraient été moins nombreuses. La moitié des victimes sont parties en 1942 avec la participation de l’État français. Les Allemands n’avaient jamais assez de forces".
http://www.dna.fr/culture/2015/10/25/la-politique-antisemite-a-ete-mise-en-place-par-vichy
"En démontrant comment le régime de Vichy avait activement collaboré avec les nazis, jusqu’à devancer leurs demandes, Robert Paxton avait brisé le mythe encore vivace dans les années 70 d’une administration française engagée contre son gré dans la déportation. L’historien américain réédite aujourd’hui son second essai sur cette période trouble : Vichy et les juifs."
"[...] - DNA : Vichy et les Juifs est votre second livre sur cette période, publié pour la première fois en 1981. Pourquoi cette réédition ?
- Robert Paxton : Car la question n’a pas disparu du débat public. J’ai d’ailleurs eu un débat avec Jacques Semelin (ndlr : historien français, auteur de Persécutions et entraides dans la France occupée ) qui arrivait à des conclusions un peu moins négatives sur l’attitude des Français. Je me suis rendu compte qu’énormément de travaux sur cette période ont été réalisés ces dernières années. Mais nous n’avons pas renié nos conclusions : Vichy a agi en toute indépendance, du moins au début, et sa politique de discrimination contre les juifs découle du choc de la défaite et des crises des années 30. Nous avons nuancé notre propos et analysé plus clairement le rôle de l’administration.
- C’était une convergence d’intérêts.
- On a tendance à croire que ce sont les idéologues des années 30 qui ont créé cette politique antisémite. Mais c’est l’administration française qui l’a mise en place. Le tort de Vichy a été de vouloir préserver sa souveraineté en faisant le travail des Allemands. Ça arrangeait Hitler qui voulait que la France soit gérée par les Français afin d’économiser ses forces pour envahir l’Angleterre. C’était une convergence d’intérêts.
- Donc la théorie selon laquelle Pétain collaborait a minima afin de limiter les dégâts et protéger les juifs de nationalité française ne tient pas ?
- On ne voit rien de tel dans les premières années de l’Occupation. Au contraire : les premières mesures de discrimination adoptées par Vichy sont dirigées contre tous les juifs, français comme étrangers. L’idée de Vichy est de se faire une place dans l’ordre nouveau. Le premier train de déportés part de France en mars 1942. Vichy est ravi car depuis 1940 il essayait de persuader Berlin de reprendre les juifs étrangers réfugiés en zone non-occupée. Vichy a livré aux Allemands des juifs de cette zone où il n’y avait aucun soldat allemand ! En Hongrie ou Roumanie où l’antisémitisme était beaucoup plus virulent, on n’a pas vu de telles actions.
- En 2010, la découverte d’un document annoté par Pétain avait prouvé qu’il a activement participé au processus.
- Dans la 1re édition nous relevions que Pétain n’avait jamais rien dit publiquement contre les juifs car ce n’était pas son genre : le maréchal était quelqu’un de très discret. L’existence de ce document est étrange. Mais même sans lui nous avons dû constater que Pétain voulait réduire le rôle joué en France par les juifs. Son objectif principal était de maintenir l’action de l’État français, à n’importe quel prix.
- Comment la population française réagit-elle ?
- Au début il y avait beaucoup d’indifférence aux mesures de discrimination promulguées par Vichy. Fin 1941-début 1942, il y a même eu une résurgence d’antisémitisme avec la fuite des réfugiés en zone non-occupée. Les rapports des préfets font état d’une désapprobation quasi-générale. Et puis en juillet-août 1942 il y a les déportations - en zone sud aussi : il se produit alors un retournement de l’opinion attesté par les rapports des préfets. Il ne faut pas croire que ça date du début : ça remonte à l’été 42. Cela n’a pas suffi pour freiner le processus.
- C’est le tournant de 1942 auquel vous consacrez un long chapitre.
- La première politique menée par les nazis était d’expulser les juifs — y compris vers la France. Mais en 1942 la logique change et la politique d’expulsion est remplacée par une politique d’extermination.
- Les autorités françaises le savaient-elles ?
- À partir de l’été 42 on a des gens qui s’échappent des camps, des Allemands qui viennent témoigner à l’Ouest. Ils ne sont pas crus, ou partiellement. Ce n’est qu’avec l’ouverture des camps en 1945 qu’on a compris. Laval, avec les Allemands, avait établi une version officielle : les juifs étaient emmenés dans des camps de travail en Silésie. Mais les conditions de départ et le fait qu’ils emmenaient enfants et vieillards montraient que ce n’était pas pour travailler. Personne au pouvoir ne voulait savoir.
- Laisser les clés aux Allemands, comme le gouvernement belge qui s’était exilé, aurait-il freiné les persécutions ?
- Je suis convaincu que laissés à eux-mêmes les Allemands auraient fait beaucoup de dégâts mais les déportations auraient été moins nombreuses. La moitié des victimes sont parties en 1942 avec la participation de l’État français. Les Allemands n’avaient jamais assez de forces. En 43-44, il y avait 30 à 40 000 soldats dévoués à la chasse à la Résistance mais ils devaient laisser la plupart des autres tâches aux Français.
- L’antisémitisme était-il une constante de l’époque ou s’est-il nourri des circonstances ?
- J’ai tendance à croire qu’il a toujours été présent, avec des hauts et des bas. Il y a eu les années 20, quand l’affaire Dreyfus était close et que même des auteurs comme Barrès semblaient accepter certains juifs comme une composante de la société française. C’est un peu provocateur à l’encontre de mes compatriotes mais à l’époque la France était probablement moins antisémite que les États-Unis, où aucun grand professeur d’université n’était juif ! Mais en France, la décennie 1930 a été décisive avec l’arrivée au pouvoir d’Hitler, la peur de la guerre, le Front populaire, l’impression d’un déclin national, l’idée d’une culture française menacée par les étrangers… Beaucoup de gens ont alors accepté des discours antisémites. [...]"

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages