Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2015 7 29 /11 /novembre /2015 11:57

Intifada al-Aqsa


- 6 soldats blessés dans une attaque à la voiture bélier [vendredi] en Cisjordanie (Times of Israel)
http://fr.timesofisrael.com/cinq-soldats-blesses-dans-une-attaque-a-la-voiture-belier-en-cisjordanie/
"Six soldats ont été blessés dans la deuxième attaque à la voiture bélier vendredi. L’attaque a eu lieu pendant une altercation entre les forces de Tsahal et des manifestants palestiniens à l’entrée du village de Beit Ummar, dans le sud de la Cisjordanie, au nord de hébron. Alors que l’armée retenait les manifestants hors de la Route 60, la principale route nord-sud qui passe à l’extérieur du village, un véhicule palestinien les a surpris en accélérant et en percutant un groupe de soldats.
Selon les services de secours Magen David Adom, quatre personnes ont été légèrement blessées. L’un des soldats a été modérément blessé. Un sixième a été très légèrement blessé, et a refusé d’être transporté à l’hôpital, en demandant à rester avec les troupes sur le terrain. Deux des blessés étaient des officiers. Les soldats ont tiré et tué le terroriste, a indiqué l’armée israélienne. Le terroriste a été identifié comme étant Omar Zaaqiq, 19 ans, de Beit Ummar. Des photos de lui ont été publiées dans les médias sociaux peu après l’attaque. [...]"
- Cisjordanie : deux Palestiniens tués [vendredi] après avoir blessé sept soldats israéliens (AFP) - "Chaque vendredi désormais, les mouvements palestiniens, les islamistes du Hamas islamiste en tête, appellent à une "journée de la colère" qui dégénèrent en batailles rangées entre jeunes lanceurs de pierres et soldats israéliens qui répondent aux pierres et aux bouteilles incendiaires par des tirs à balles réelles ou caoutchoutées et des grenades de gaz lacrymogène".
https://fr.news.yahoo.com/cisjordanie-5-isra%C3%A9liens-bless%C3%A9s-attaque-%C3%A0-voiture-b%C3%A9lier-120403966.html
- Attaques à la voiture bélier en Cisjordanie [vendredi], leurs auteurs tués (Reuters) - "Deux Palestiniens ont précipité leurs voitures sur des soldats israéliens vendredi lors de deux attaques distinctes en Cisjordanie".
https://fr.news.yahoo.com/attaque-%C3%A0-la-voiture-b%C3%A9lier-en-cisjordanie-lagresseur-064247208.html

- Israël : un garde-frontière blessé au couteau [vendredi] (AFP)
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/11/27/97001-20151127FILWWW00295-israel-un-garde-frontiere-blesse-au-couteau.php
"Un garde-frontière israélien a été grièvement blessé aujourd'hui près de la gare d'autobus de Nahariya, dans le nord d'Israël, dans une attaque au couteau par un inconnu qui a pris la fuite, a annoncé la police israélienne. La porte-parole de la police n'a pas été en mesure de préciser formellement les motivations de cette agression. "Il s'agit apparemment d'une attaque menée pour des raisons nationalistes", a-t-elle indiqué laissant ainsi entendre que cette agression s'inscrit dans la vague de violences entre Israéliens et Palestiniens qui a débuté au début octobre."

- Un policier et une touriste blessés [dimanche] dans deux attaques au couteau à Jérusalem (i24)
http://www.i24news.tv/fr/actu/israel/diplomatie-defense/93922-151129-cisjordanie-une-troisieme-station-de-radio-a-hebron-fermee-par-l-armee-israelienne
"Une femme, identifiée par les médias israéliens comme étant une touriste philippine, a été blessée à coups de couteau dans un bus ce matin à Jérusalem. Le terroriste a pris la fuite et est actuellement recherché par la police. Plus tôt, un policier israélien a été grièvement blessé dimanche matin à coups de couteau à la porte de Damas dans la vieille ville de Jérusalem et son agresseur a été tué, a annoncé la police. [...]"
- Nouvelle attaque au couteau à Jérusalem [dimanche], fermeture d'une radio palestinienne à Hébron (AFP)
https://fr.news.yahoo.com/j%C3%A9rusalem-attaque-au-couteau-policier-isra%C3%A9lien-bless%C3%A9-lassaillant-071309503.html
"Un garde-frontière israélien a été grièvement blessé dimanche à coups de couteau à Jérusalem et son agresseur tué [...]. Un Palestinien de 38 ans originaire de Naplouse dans le nord de la Cisjordanie a blessé au cou un garde-frontière en criant "Allah Akbar" (Dieu est le plus grand) à la porte de Damas dans la vieille ville de Jérusalem. D'autres garde-frontières ont alors ouvert le feu dans la direction de l'agresseur, a indiqué la police en précisant qu'un deuxième couteau a été retrouvé sur le Palestinien tué. [...]
Peu auparavant, l'armée israélienne a fermé dans la nuit de samedi à dimanche une troisième station de radio palestinienne en un mois à Hébron, ville du sud de la Cisjordanie au centre des violences qui frappent Israël et les Territoires palestiniens depuis le 1er octobre. Les forces militaires "ont confisqué le matériel de diffusion de la station radio surnommée "Dream" qui a diffusé des programmes en vue de promouvoir et d'encourager le terrorisme contre des civils et les forces de sécurité israéliennes", a précisé une porte-parole militaire. [...]"

- Palestinian women are unique, make "cries of joy" upon son's death, says PA minister (PMW)
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=16411
"The Palestinian Authority Minister of Women's Affairs, Haifa Al-Agha, who is herself a woman, recently praised Palestinian women pointing out their "uniqueness" compared to all the other women of the world because they rejoice upon the news of the death of their sons: "[PA] Minister of Women's Affairs Haifa Al-Agha... noted the Palestinian woman's uniqueness, which differentiates her from the women of the world, as [only] she receives the news of her son's Martyrdom with cries of joy." [Al-Hayat Al-Jadida, Nov. 7, 2015]
This official PA promotion of Martyrdom (Shahada - Death for Allah) as an ideal and the praise of mothers who do not show sorrow but make "cries of joy" when their sons die, was voiced by the PA minister during the current wave of terror attacks. Many young Palestinians have been killed as they stabbed or attempted to stab Israelis. By praising mothers for their "cries of joy," Minister Al-Agha is sending a message to PA society to attack Israelis without fear of death because Martyrdom for Allah is said to be the highest value and highest achievable status.
The minister also added that Palestinian women are noteworthy not only because they celebrate death but because they fight as well: "The Palestinian girls and women have proven their ability to contribute to their homeland, and that they have a significant presence in the field and battle arenas." [...]"

- Israël/Palestine : John Kerry s’emballe-t-il en disant que le conflit est "hors de contrôle" ? (Atlantico) - "Je ne vois pas d'intifada. Néanmoins cela risque de continuer, de se multiplier notamment à cause de l'incitation à la violence dans les médias palestiniens".
http://www.atlantico.fr/decryptage/israelpalestine-john-kerry-emballe-t-en-disant-que-conflit-est-hors-controle-michael-blum-2465706.html
"- Atlantico : Selon le journal britannique The Guardian, des officiers de l'armée israélienne craignent une escalade des violences pouvant tourner en soulèvement généralisé. Dans quelle mesure est-ce une hypothèse probable ?
- Michael Blum (journaliste franco-israélien. Il travaille notamment pour l'AFP à Jérusalem et IsraPresse) : Je tiens à préciser que je suis journaliste, je ne sais ce qu'il se passe au sein de l'Autorité palestinienne, ni ce que le Shin Beth ou l'armée peuvent savoir. De mon point de vue après un mois de violences, il n'y a pas de soulèvement populaire que l'on nomme "intifada". Ces agressions ne sont pas organisées. Malgré la répétition quotidienne de tentatives d'attaques à l'arme blanche – la plupart des attaques sont à l'arme blanche depuis le début du mois d'octobre – ne sont pas soutenues par la population palestinienne de manière concrète, organisée. Je ne vois pas d'intifada.
Néanmoins cela risque de continuer, de se multiplier notamment à cause de l'incitation à la violence dans les médias palestiniens. On a vu des enfants de 13 ans par exemple poignarder des Israéliens, et récemment deux jeunes filles de 15 ans, et être qualifiés de martyrs et de héros pour ce genre de crimes. Je ne vois donc pas pourquoi cela s'arrêterait même si aucun réel soulèvement n'apparait au sein de la population. La coopération sécuritaire entre Israël et l'Autorité palestinienne fonctionne. Par ailleurs, quand des affrontements violents ont lieu près de Jérusalem ou à Hebron, quelques centaines de jeunes palestiniens sont impliqués et non des milliers. Rien n'est comparable avec la première intifada, celle des pierres, ou la seconde intifada, caractérisée par les attentats-suicides. Le Hamas et le Djihad islamique ne semblent pas chercher à commettre des attentats comparables à la précédente intifada. Il y a eu quelques attentats à l'arme automatique commis par des cellules organisées comme le couple Henkin tué au début de cette vague de violences mais ce genre de crime n'est pas caractéristique de la période actuelle, il y en avait auparavant.
- Revenant d'une visite à Jérusalem, le chef de la diplomatie américaine John Kerry a déclaré : "Nous sommes très préoccupés par la violence et le risque de voir la situation échapper à tout contrôle." Quelle lecture faire de ces propos ? Y a-t-il des enjeux politiques derrière cet alarmisme ?
- Je ne crois pas qu'il y ait d'enjeux américains en ce moment dans le cadre du conflit israélo-palestinien. En effet, les Etats-Unis ont pris du recul sur ce sujet comme l'a dit Ben Rodhes, conseiller adjoint à la sécurité nationale, avant la rencontre entre Barack Obama et Benjamin Netanyahu et la récente visite de John Kerry. Les déclarations de ce dernier sont surtout un moyen de pouvoir dire que les choses ont été remarquées alors que le regard de l'administration américaine est davantage tourné en direction de Daesh et de l'Iran plutôt que vers l'absence de processus de paix ou la poursuite d'attaques sporadiques de Palestiniens contre des Israéliens.
L'inquiétude manifestée par le chef de la diplomatie américaine est compréhensible. Les sociétés israéliennes et palestiniennes sentent que la situation leur échappe. Les attaques sont commises par des personnes détachées de toute organisation. En cas de poursuite de ces actes, il est possible qu'Israël augmente les sanctions sécuritaires, ce qui pourrait entraîner davantage de tentatives d'attentats. Et si le Hamas ou une autre organisation palestinienne arrive à canaliser la colère de la rue palestinienne et organiser des attentats avec des véritables armes, la situation peut rapidement dégénérer.
- Les mêmes sources estiment que la vague de violence n'est pas prête de faiblir. Comment l'expliquer ?
- L'incitation à la violence est la principale cause de cette vague de violence d'après moi. Si la voix palestinienne officielle parle de paix, de négociation et d'état palestinien, leurs médias continuent de diffuser des mensonges contre l'Etat hébreu notamment la prétendue volonté d'Israël de construire un 3ème temple. Des médias palestiniens ont même laissé entendre qu'Israël était derrière les attentats de Paris du 13 novembre dernier. Dans les esprits faibles, cette haine antisémite peut amener des individus à sortir avec un couteau pour s'en prendre à des Juifs.
Une autre raison est d'ordre économique. En effet, la reprise des négociations si elle devait arriver un jour, même si le sujet n'est pas d'actualité, amènerait forcément à isoler la société palestinienne de celle israélienne – le but des négociations étant de créer un état d'une manière ou d'une autre. La population palestinienne aujourd'hui côtoie plus que jamais la société israélienne, y compris en Cisjordanie. Or, cette situation ne plait pas aux dirigeants palestiniens. Si tout va bien, si la coopération économique fonctionne, comment justifier un état ? De plus en plus de voix en Israël et chez les Palestiniens parlent d'un état binational, de droits civils donnés aux Palestiniens… Que cela ait lieu ou non, pour les dirigeants palestiniens, toute tentative de se tourner vers un état binational met fin à un rêve auquel ils ne peuvent renoncer. La plupart des attentats commis ces deux dernières semaines se sont déroulés dans la région de Cisjordanie ou colons et palestiniens se côtoient le plus à travers des commerces mixtes par exemple, le Goush Etzion. Et l'immense majorité des auteurs des attentats ces dernières semaines viennent de Hebron, la ville la plus radicale. Dans les autres villes, mis à part des affrontements sporadiques avec l'armée, le calme est là. On ne peut donc affirmer aujourd'hui que la société palestinienne se révolte.
- Cette vague de violence est-elle aujourd'hui spontanée ou observe-t-on une quelconque organisation d'ordre religieux, politique… ?
- Je crois que l'Autorité palestinienne salue ces héros mais je ne crois pas qu'elle organise dans les faits ces agressions. Si le Hamas tente de commettre des attentats en Cisjordanie à travers notamment une forte propagande, ce n'est pas uniquement contre Israël mais beaucoup contre l'Autorité palestinienne afin de prendre le pouvoir ensuite en Cisjordanie. La première intifada était menée par des Palestiniens laïcs qui voulaient se révolter contre l'occupation. Il s'agit là d'une situation différente. Les récents attentats qui ont eu lieu dans une dizaine de villes israéliennes ont été commis par des djihadistes pour frapper Israël comme symbole, celui d'une puissance étrangère à leurs yeux sur une terre musulmane.
- Le point commun des 2 premières intifadas était l'absence d'espoir, de solution durable pour les Palestiniens. L'armée israélienne a récemment proposé des mesures pour apaiser les tensions, comme la délivrance de permis de travail pour les Palestiniens, la libération des prisonniers et la fourniture d'armes supplémentaires pour les forces de sécurité palestiniennes – mesures rejetées par le gouvernement de Netanyahu. Quelle sortie de crise dans ce contexte ?
- Plusieurs options existent. D'abord Israël doit renforcer la sécurité sur les routes, aux barrages et dans les villes. Il s'agit d'une urgence afin d'éviter que d'autres innocents meurent. A long terme pour sortir de la crise - et on peut reprocher au gouvernement israélien de ne pas avoir traité cette question - à mon sens, même si cela est une idée peu populaire, il faut donner plus de droits aux Palestiniens avant d'arriver à une solution future quel qu'elle soit.
Donner davantage de permis de travail est une manière de vaincre le terrorisme sur le plan économique. Il s'agit donc de donner aux Palestiniens des options de vies meilleures, de leur offrir plus de chances de s'intégrer à la société israélienne, des permis de travail, la possibilité de circuler plus librement, de gagner leur vie plus décemment. N'oublions pas que le niveau de vie des Palestiniens de Cisjordanie est 4 fois plus élevé que celui des habitants de Gaza, et celui des Arabes israéliens est bien plus important que celui des Palestiniens de Cisjordanie ! C'est le même peuple. Quand on aura fait tomber les murs, cela sera plus facile pour tout le monde."

********************************************

Gaza & Hamas

- Report: Hamas prefers "siege," nixes plan that would open Rafah crossing (Elder of Ziyon) - "Egypt has long said that it would re-open the crossings if the PA controlled them, rather than Hamas. This plan was for an independent Arab security firm, not affiliated with either Hamas or Fatah, to manage the crossing. [...] Then Hamas quashed the plan. Hamas leaders were upset that they were not part of the negotiations, while Egypt refuses to talk with Hamas. Hamas also insists that some 60 Hamas employees work at the crossing in any plan. Hamas is said to use the few times that the crossing is open to send their own loyalists through and to extort thousands of dollars in bribes to allow other Gazans to pass through the border".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/11/report-hamas-prefers-siege-nixes-plan.html

- Egypt discovers iron tunnel network under Gaza border (Ynet) - "Massive network of 'extremely expensive' tunnels with 40cm-thick iron walls discovered on Egyptian side of the border, which Cairo claims was built by Hamas and funded by Qatar".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4731773,00.html

- Gaza's luxury restaurants. Just like Buchenwald (Elder of Ziyon) - de nombreuses photos des restaurants destinés à la classe aisée de Gaza.
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/11/gazas-luxury-restaurants-just-like.html

********************************************

Iran

- Un officiel iranien de haut rang : ‘Fabriquer une bombe est maintenant plus facile pour nous que mettre une lentille de contact’ (Times of Israel)
http://fr.timesofisrael.com/fabriquer-une-bombe-est-maintenant-plus-facile-pour-nous-que-mettre-une-lentille-de-contact/
"L’Iran est « plus proche de la bombe que jamais », et l’obtenir serait « plus simple que mettre des lentilles de contact », a déclaré mardi un officiel iranien de haut rang. La déclaration d’Hassan Karimpour, un conseiller du commandant Qassem Suleimani de la Force Quds, a été publiée dans un média iranien jeudi et citée par le site web en persan de la BBC et la Deuxième chaîne en hébreu d’Israël. Obtenir une bombe nucléaire serait « facile à faire, dès que l’interdit spirituel sur les armes nucléaires serait levé », a été cité Karimpour par la Deuxième chaîne. [...]
Selon l’argence de presse Fars, Karimpour a également dit que l’Iran dispose de 14 dépôts de missiles enterrés entre 30 et 500 mètres sous terre, équipés avec de lanceurs automatiques, et que n’importe quel pays qui oserait attaquer l’Iran serait frappé par de très nombreux missiles tirés depuis ces dépôts. [...]"

********************************************

France

- ‘Le chef du réseau terroriste de Paris prévoyait d’attaquer des cibles juives’ (Times of Israel)
http://fr.timesofisrael.com/le-chef-du-reseau-terroriste-de-paris-prevoyait-dattaquer-de-cibles-juives/
"Le chef du groupe de terroristes, qui a mené les attaques ayant tué 130 personnes dans Paris il y a deux semaines, avait aussi prévu de frapper la communauté juive française, a annoncé Reuters vendredi citant la déclaration d’un témoin lié à l’enquête sur les attaques terroristes deu 13 novembre. L’article ne précise pas quelles cibles juives devaient être frappées. Les terroristes prévoyaient de perturber les systèmes de transport et d’éducation dans la capitale française, a annoncé Reuters. Abdelhamid Abaaoud, âgé de 27 ans, a été tué le 18 novembre lors de l’assaut de la police contre son appartement dans la banlieue de Paris, à Saint-Denis. [...]
Deux jours après le bain de sang de Paris, Abaaoud a demandé à sa cousine Hasna Ait Boulahcen de le cacher alors qu’il préparait plus d’attaques, aurait déclaré le témoin, que la police cherche à protéger, selon Le Monde. Il lui a dit qu’« ils feraient de pires dégâts dans les districts proches des Juifs et dérangerait les transports et les écoles », a déclaré le témoin. « Abaaoud a déclaré qu’il donnerait à Boulahcen 5 000 euros pour acheter deux costumes et deux paires de chaussures pour lui et le complice non identifié ‘pour correspondre au rôle’ dans une attaque prévue contre le quartier d’affaires de la Défense ». Boulahcen a été tuée en même temps que son cousin. [...]"

- Attentats de Paris : "Le gouvernement confond fondamentalisme et terrorisme" (France TV info) - "Le 11 septembre 2001, les terroristes d'Al-Qaïda étaient tous des intellectuels qui étaient passés par un processus lent que l'on pouvait repérer. Aujourd'hui, ce n'est plus du tout cela".
http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/terrorisme/attaques-du-13-novembre-a-paris/attentats-de-paris-le-gouvernement-confond-fondamentalisme-et-terrorisme_1193443.html
"- Francetv info : Pourquoi estimez-vous que le gouvernement se trompe en liant fondamentalisme et terrorisme ?
- Raphaël Liogier (sociologue spécialiste du fait religieux, professeur des universités à l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence) : Il y a deux phénomènes différents. D'un côté, nous avons un nouveau fondamentalisme, réactionnaire, essentiellement axé sur la morale et les mœurs (il n'est par exemple pas vraiment glorieux sur les rapports hommes-femmes...). Mais ce néofondamentalisme est axé sur un mode de vie, un ensemble de règles, et se détourne de la lutte armée contrairement au fondamentalisme des années 1980 ou 1990. Il est d'ailleurs ciblé par Daech [acronyme arabe de l'Etat islamique] comme étant dépolitisé.
D'un autre côté, il y a 'nos' jihadistes. Ce sont tous des petits délinquants dont le point commun est de vouloir être des caïds, des héros... Ils ont un certain rapport complexe à la virilité. Pour être des héros, ils ont pu passer par la délinquance, la drogue, ils ont pu être chefs de bande. Mohamed Merah a voulu être légionnaire, il n'a pas pu, cela l'a complexé de ne pas réussir. Il a aussi été indic' de la police... A un moment donné, la frustration et le désir de vengeance sont tellement forts qu'ils se font embrigader par ce terrorisme qui ne fonctionne plus par endoctrinement.
- S'agit-il donc d'une nouvelle forme de terrorisme ?
- Le 11 septembre 2001, les terroristes d'Al-Qaïda étaient tous des intellectuels qui étaient passés par un processus lent que l'on pouvait repérer. Aujourd'hui, ce n'est plus du tout cela. Il faut avoir conscience que ces nouveaux terroristes ne se radicalisent pas. Se radicaliser veut dire aller à la racine, mais eux n'ont pas accès au Coran. Ils sont recrutés car ils ont des profils particuliers.
L'embrigadement est un processus très puissant qui fonctionne comme dans les sectes. Cela fonctionne sur le désir d'être choisi. Dans ce cas, c'est choisi par Allah. L'idée, c'est que l'individu est passé par une multitude de phases au cours desquelles il n'est pas parvenu à se construire une personnalité stable. On lui dit alors "Même si c'est mal ce que tu as fait, tu as volé, tu as bu de l'alcool, tu as vendu de la drogue, ce n'est pas grave car tu l'as fait dans une société pourrie et tu es appelé à des destinées plus élevées, tu es choisi par Allah." Une fois qu'on en arrive là, ils passent par la Syrie. Leur discours se teinte alors d'idéologie islamique. Seulement à ce stade-là. Ils se mettent à faire la prière, à changer leur vie. Et il est déjà trop tard, ils sont déjà dans l'idée d'avoir une activité extrême.
- Y a-t-il un profil particulier pour ces nouveaux terroristes ?
- On constate des vies dérégulées, désintégrées, un désir de vengeance... Il y a également une frustration extrêmement profonde. Ces individus sont psychologiquement et sociologiquement fragiles. Quand on regarde les profils de Mohamed Merah jusqu'aux auteurs des attentats du 13 novembre, pas un seul n'est passé par une formation théologique de fond. Ils n'ont pas accès à l'arabe. Et pas un seul qui est passé par une intensification progressive de la pratique religieuse. Et ils ne sont pas allés vers une quête de sens réfléchie contrairement aux kamikazes du 11-Septembre. Ce sont des "ninjas de l'islam", ils sont habités par l'idée d'aventures, ils se voient comme des guerriers...
- Pour autant, il existe des liens avec le fondamentalisme...
- L'islam est souvent présenté comme antisocial dans notre société. Une force attrayante de plus pour ces jeunes qui se sentent stigmatisés, en situation d'échec, au chômage... Ils ont tous un problème lié à l'absence des parents, qui ne sont pas en général des musulmans pratiquants au sens religieux du terme. Mais, comme on les désigne comme musulmans et que l'islam c'est l'"ennemi", à un moment donné, cela devient désirable pour eux. Dans les années 1980-1990, ils auraient peut-être été des militants d'extrême gauche d'Action directe.
Et, à un moment, Daech leur dit "Tout ça, c'est ce qui te désigne aux yeux de dieu comme quelqu'un de supérieur". Ils ont l'opportunité de renverser le sens du stigmate. C'est un phénomène complexe à analyser parce qu'une fois que les individus sont passés par le désir de jihad, qu'ils ont été embrigadés sans être endoctrinés, là, ils se donnent une posture musulmane et une posture de fondamentaliste. Et c'est trop tard.
Pour autant, on peut les repérer : ils ne sont pas ceux qui prient le plus parce qu'ils ont autre chose à faire, ils s'agitent dans leurs réseaux, ils vont en Syrie, ils reviennent... Ils peuvent aller à la mosquée ou écouter des prêches fondamentalistes, mais, en réalité, ils ne font que passer. Ils ne sont pas habillés comme les autres. Les néofondamentalistes aujourd'hui sont habillés en blanc, ils ont un côté amish, ils veulent sortir de la société. Alors que les jihadistes seront plus habillés en néo-afghan, en kaki ou en noir...
- En ciblant le fondamentalisme, Manuel Valls a-t-il totalement tort ?
- Le néofondamentalisme dépolitisé est un problème, il n'est pas propre à construire des citoyens, c'est donc malsain pour la démocratie. Mais, en raison de cette dépolitisation, il est contre l'action armée et il ne forme pas des gens qui se font sauter. Nous ne sommes pas face à un problème de sécurité nationale.
De son côté, le nouveau terrorisme islamiste est un problème de sécurité nationale, il est autonome par rapport à l'islam. C'est une erreur de se focaliser sur les mosquées, sur les prêches... Quand le gouvernement dit qu'il veut interdire les prêches en arabe, c'est ridicule. Je le répète, parmi 'nos' jihadistes, aucun n'a accès à l'arabe. [...]"

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages