Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2016 4 28 /01 /janvier /2016 10:37

Intifada ?


- Une femme de 24 ans poignardée à Beit Horon a succombé à ses blessures (Times of Israel)
http://fr.timesofisrael.com/une-femme-de-24-ans-poignardee-a-beit-horon-a-succombe-a-ses-blessures/
"Une jeune femme de 24 ans qui avait été blessée lundi dans une attaque terroriste a succombé à ses blessures, ont annoncé mardi matin les responsables de l’hôpital. Shlomit Krigman avait subi de graves blessures lors d’une attaque au couteau dans l’implantation de Beit Horon en Cisjordanie. [...]
Une autre femme, âgée de 58 ans, a été légèrement blessée dans l’attaque, qui a eu lieu devant une superette dans l’implantation. Les deux terroristes, l’un originaire du village Beit Ur al-Tahta qui se trouve à proximité et l’autre de la région de Ramallah, ont été abattus par un garde de sécurité.
Krigman, qui avait précédemment travaillé comme animatrice du mouvement de jeunesse Bnei Akiva à Beit Horon, était venue rendre visite à ses grands-parents dans l’implantation quand elle a été attaquée, selon un message de la localité publié mardi matin. [...]"
- Décès d'une Israélienne après une attaque, surcroît de pression sur Netanyahu (AFP) - "Cette attaque était la troisième en huit jours à l'intérieur de [localités juives] en Cisjordanie".
https://fr.news.yahoo.com/d%C3%A9c%C3%A8s-dune-isra%C3%A9lienne-apr%C3%A8s-attaque-surcro%C3%AEt-pression-netanyahu-132134428.html
- Where's the Coverage? Israeli Women Being Murdered by Terrorists (CAMERA)
http://blog.camera.org/archives/2016/01/wheres_the_coverage_israeli_wo_1.html
"[...] precious little attention has been paid to a series of violent attacks on Israeli women by knife-wielding Palestinian terrorists. Twenty-three year-old Shlomit Krigman is the most recent victim to succumb to her wounds. She was buried a week shy of her 24th birthday.
Ms. Krigman and another woman, Adina Cohen, were stabbed by two attackers outside a market in Beit Horon, near Jerusalem. The murderers also tried to bomb the market but the devices failed to explode. The carnage could have been much greater had a quick-thinking store clerk not used a grocery cart to keep the terrorists from entering the market. The killers were eventually shot by a Druze security guard. [...]
Virtually only the Israeli, Jewish, and some specialty media like CBN, above, reported on this event. [...]"

- Cisjordanie : nouveau blessé dans une attaque [jeudi] (AFP) - "Le Palestinien, âgé de 17 ans, a poignardé dans le dos à deux reprises un Israélien qui se trouvait dans l'épicerie de la station d'essence de la [localité juive], située au nord-ouest de Jérusalem" ; "La victime âgée de 35 ans a été grièvement blessé".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/01/28/97001-20160128FILWWW00046-cisjordanie-nouveau-blesse-dans-une-attaque.php

- Fatah says Mahmoud Abbas inspired Palestinians to start their murder spree (Elder of Ziyon) - "The official Fatah Facebook page published "an important announcement" heaping praise on the current wave of attacks on Jews. It is couched in religious terms, starting off with "In the name of Allah the Merciful: The Almighty said: 'And We desired to show favor unto those who were oppressed in the earth, and to make them examples and to make them the inheritors.'" The article then went on to praise Mahmoud Abbas for his speech on September 30 at the UN General Assembly, which was, in their words, "the launch of a new phase is in the development of the decisions of the [Fatah] Central Council into action, activating the popular resistance on the ground, in conjunction with the diplomatic offensive and political fights in all arenas of the United Nations and international organizations"."
http://elderofziyon.blogspot.fr/2016/01/fatah-says-mahmoud-abbas-inspired.html

- Stop the incitement, stop the killing, David Horovitz (Times of Israel) - "Palestinian words and deeds have persuaded mainstream Israelis — those who don’t want to rule the Palestinians, don’t want to expand settlements in areas we do not envisage retaining under any permanent accord, don’t want to have to live by the sword forever — that no partnership is viable at present. They’ve even managed to kill off the optimism of the leader of the Israeli opposition, Isaac Herzog, who sadly concluded last week that a two-state solution is simply unrealistic: He “yearns” for it, said Herzog in a radio interview. But it’s “not possible” right now".
http://www.timesofisrael.com/stop-the-incitement-stop-the-killing/
"[...] About to turn 81, Abbas may not be in politics that much longer, and there are plenty of Israelis who argue that we are missing an opportunity to make progress with him when it is clear that any successor is likely to be still more impossible to deal with.
His successor may indeed well be worse, but Abbas is impossible. His duplicitous terrorism-fostering predecessor Yasser Arafat assured the Palestinians that they had no reason or need to compromise with the Jews because we were colonial invaders, an unrooted and temporary presence that his people’s stubbornness and terrorism would eventually see off. Abbas chose not to counter that narrative, not to acknowledge to his people the Jews’ history of sovereignty in the Holy Land, and more recently intensified the strategic campaign of misrepresentation — telling Palestinians that the Jews have no business at the Temple Mount.
Meanwhile, the Fatah hierarchy he heads has been openly encouraging attacks on Israelis, and the Hamas terror group with which he seeks to partner in government is again plotting suicide bombings, developing more sophisticated rockets, and digging tunnels under the Gaza-Israel border ahead of its next planned war.
Abbas may well be deploying his forces to keep a lid on clashes in the West Bank, but he’s presiding over an ongoing, strategic demonizing of Israel and Israelis — via his education system, political and spiritual leadership and mainstream and social media — that positively guarantees Palestinian violence and terrorism. So effective is this process that, nowadays, when a young Palestinian has a row at home, feels depressed, or wants to make a name for him or herself, the default response is to grab a knife and go kill the nearest vulnerable Jew.
And so, last week, we buried Dafna Meir.
And today, we buried Shlomit Krigman.
Israel paid for Abbas’s last ostensible readiness for peace talks, in 2013-14, with the release of dozens of killers and other Palestinian terrorists from our jails. Prior to that, in 2008, Abbas spurned Ehud Olmert’s extraordinary readiness to give him everything he purportedly sought: We were gone from Gaza, and Olmert offered to leave the West Bank — with one-for-one land swaps — and to divide Jerusalem, including relinquishing sovereignty in the Old City. If that wasn’t good enough for Abbas, then obviously nothing we can offer will be.
While the United States and much of the international community refuse to internalize this, the simple, bleak fact is that everything Arafat, Abbas and Hamas have done since the collapse of the Bill Clinton-hosted Camp David 2000 attempt at forging a deal has persuaded Israelis that they dare not relinquish territory to the Palestinians, despite the imperative to separate in order to maintain a Jewish, democratic Israel.
Arafat returned from the United States and fostered the Second Intifada’s onslaught of suicide bombings — attacks throughout Israel that murderously demonstrated that it was not merely the territories that the Palestinians sought. That it’s not just the settlements, it’s all of Israel that is rejected.
In the years after Israel withdrew from Gaza in 2005, the rocket fire intensified, the Palestinians gave Hamas a parliamentary majority in elections, and Hamas ousted Abbas’s forces from the Strip in hours — underlining to Israelis the dangers of leaving adjacent territory, and the ease with which Islamist forces could seize power in any vacuum. The latest Israel-Hamas conflict, in 2014, only re-emphasized the danger: If a single rocket fired by Hamas that got through the Iron Dome defenses and landed a mile from Ben-Gurion Airport could send two-thirds of foreign airlines fleeing from Israel, including all the American carriers, how could Israel possibly entertain the idea of leaving the West Bank? Hamas would be running the show within days, and our entire country would be paralyzed and isolated.
The irony, of course, is that if the Palestinians had been capable of hiding their hatred for just a short period after we left Gaza, if they had managed to pretend for even a brief time that their hearts were set on peaceful coexistence, we probably would have withdrawn unilaterally from much of the West Bank as well.
Instead, Palestinian words and deeds have persuaded mainstream Israelis — those who don’t want to rule the Palestinians, don’t want to expand settlements in areas we do not envisage retaining under any permanent accord, don’t want to have to live by the sword forever — that no partnership is viable at present. They’ve even managed to kill off the optimism of the leader of the Israeli opposition, Isaac Herzog, who sadly concluded last week that a two-state solution is simply unrealistic: He “yearns” for it, said Herzog in a radio interview. But it’s “not possible” right now. [...]
What’s needed, what has always been needed, to solve the Israeli-Palestinian conflict, is a grassroots approach to peacemaking. An approach focused on education. An approach under which international resources and leverage are utilized to rewrite educational curricula, to marginalize extremist political and spiritual leaders, to promote moderation and peaceful interaction.
The Arafat-Abbas-Hamas strategy of hostility to Israel achieves the precise opposite of what the Palestinians purport to seek — independent statehood. It has now even managed to persuade the center-left opposition, the peacemaking Labor Party, that Israeli readiness for compromise is insufficient. [...]"

- Hamas: ‘Despair’ Is Not the Reason for Palestinian Violence (CAMERA)
http://blog.camera.org/archives/2016/01/hamas_despair_is_not_reason_fo.html
"Murderous attacks against Israelis by Palestinian Arabs are not the result of despair, according to Ismail Haniyeh, the leader of Hamas, the U.S.-designated terror group that rules the Gaza Strip. According to Israel Hayom, Haniyeh declared in a speech at a rally on Jan. 19, 2016: “This intifada is not the result of despair. This intifada is a jihad, a holy war fought by the Palestinian people against the Zionist occupation. Only a holy war will drive the occupier out of Palestine.” Haniyeh’s statement contradicts a common news media assertion that is frequently embraced also by politicians, policymakers and activists. [...]"

***********************************************

ONU

- Ban Ki-moon justifie le meurtre de Juifs : « C’est humain de se révolter contre l’occupation » (Le Monde Juif) - le titre est outrancier, mais le propos de Ban Ki-moon ne l'est pas moins.
http://www.lemondejuif.info/2016/01/ban-ki-moon-justifie-le-meurtre-de-juifs-cest-humain-de-se-revolter-contre-loccupation/
"Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a justifié mardi les attaques terroristes palestiniennes contre les Israéliens au nom de « la lutte contre l’occupation ». « C’est humaine de se révolter contre l’occupation qui sert d’incubateur à la haine et à l’extrémisme », a déclaré le dirigeant onusien qui s’adressait au Conseil de sécurité lors d’un débat sur le Proche-Orient.
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a accusé le secrétaire général de l’ONU d'« encourager le terrorisme ». « Les commentaires du secrétaire général de l’ONU encouragent le terrorisme », a dit M. Netanyahu dans un communiqué. « Il n’y a aucune justification du terrorisme. Les assassins palestiniens ne veulent pas bâtir un Etat, ils veulent détruire un Etat ». [...]"

- The really insane thing about Ban Ki Moon's speech (Elder of Ziyon) - "The word "obsession" hardly does justice to the single-minded Israel fetish at the UN".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2016/01/the-really-insane-thing-about-ban-ki.html
"Yes, it is outrageous that Ban Ki Moon essentially called terror attacks a natural result of "occupation," and Netanyahu was right in slamming him for it. But that wasn't the strangest part of the speech.
The title of Ban Ki-Moon's talk was "Secretary-General's remarks to the Security Council on the Situation in the Middle East." There were 52 paragraphs in the speech according to the official UN record. Of those 52, three were about Lebanon. Two referred to Syria - one about refugees and one about the Golan. The entire rest of the speech was about Israel and the Palestinians.
The Secretary General of the UN gives an overview of the Middle East without mentioning Syrian atrocities, without mentioning Iraqi instability, without even mentioning ISIS. Nothing about Iran. Nothing about Saudi Arabia, which is killing more civilians in Yemen than Israel did in Gaza. Nothing about Egypt or Libya. Not a word about Kurds.
On the contrary - Ban Ki Moon implied that if only Israel would just give some more concessions, then the rest of the region would be inspired to make peace. "As the wider Middle East continues to be gripped by a relentless wave of extremist terror, Israelis and Palestinians have an opportunity to restore hope to a region torn apart by intolerance and cruelty." The word "obsession" hardly does justice to the single-minded Israel fetish at the UN.
But, yes, we must also be angry at the Secretary General's justification for terror."

- Lapid critique également Ban (Times of Israel) - "Quelques minutes seulement après que Netanyahu ait critiqué Ban Ki-moon, le chef du parti Yesh Atid, Yaïr Lapid, a également fustigé le Secrétaire général de l’ONU : « Pour une raison quelconque, ces gens [les Israéliens ?] ne pensent pas qu’il y ait une raison quelconque, une seule raison, qui donne une autorisation de prendre un couteau et de poignarder une mère de six enfants. De prendre un couteau et poignarder une femme qui est enceinte de cinq mois. De prendre un couteau et poignarder une magnifique jeune femme de 23 ans qui n’avait jamais fait de mal à personne. Le terrorisme contre des civils innocents ne peut être justifié. Nul ne devrait fournir des excuses pour cela, et surtout pas le Secrétaire général de l’ONU. Le terrorisme contre des civils innocents est le résultat de rien, sauf de la folie meurtrière des auteurs »."
http://fr.timesofisrael.com/lapid-critique-egalement-ban/

- Polémique Israël-ONU : Ban Ki-moon persiste et signe (i24) - ""Après presque cinquante ans d'occupation et des décennies à attendre que se concrétisent les promesses des accords d'Oslo, les Palestiniens perdent espoir", a-t-il déclaré devant un comité de l'ONU sur les droits des Palestiniens. "Les jeunes en particulier perdent espoir, ils sont exaspérés par une occupation étouffante, a-t-il ajouté".
http://www.i24news.tv/fr/actu/israel/diplomatie-defense/100780-160128-polemique-israel-onu-ban-ki-moon-persiste-et-signe

***********************************************

Gaza & Hamas

- Au moins 6 Palestiniens tués à Gaza dans l’effondrement d’un tunnel (Times of Israel) - "le tunnel s’est effondré en raison des conditions météorologiques, notamment des fortes précipitations".
http://fr.timesofisrael.com/au-moins-6-palestiniens-tues-a-gaza-dans-leffondrement-dun-tunnel/
"Au moins six Palestiniens ont été tués mardi soir dans l’effondrement d’un tunnel creusé sous la bande de Gaza dirigée par le Hamas. L’incident est survenu dans le quartier Al-Touffah de la ville de Gaza. Selon la Dixième chaîne de la télévision israélienne, les six morts étaient tous des membres du groupe terroriste Hamas, tout comme les cinq autres personnes blessées dans l’incident. Le site Walla News en hébreu a indiqué que sept personnes avaient été tuées, et leurs corps transportés à l’hôpital Shifa dans la ville de Gaza. Selon Walla, le tunnel s’est effondré en raison des conditions météorologiques, notamment des fortes précipitations.
La nature du tunnel en question n’était pas claire pour le moment. Le Hamas a dans le passé creusé des tunnels transfrontaliers vers Israël, afin de lancer des attaques contre des civils et des soldats. D’autres tunnels sont utilisés par le groupe terroriste dans le cadre de son infrastructure défensive. [...]"
- Hamas keeps media away from tunnel collapse that may have killed 8 (Elder of Ziyon) - "Al Hadath reports that the tunnel was in the north of Gaza, meaning that it was not a smuggling tunnel"; "If it wasn't a smuggling tunnel, what kind of tunnel was it? This might be the answer: "Residents of various Israeli communities along the southern border of the Gaza Strip have renewed complaints of reverberating, underground drilling sounds possibly linked to the construction of infiltration tunnels by Palestinian terrorists"."
http://elderofziyon.blogspot.fr/2016/01/hamas-keeps-media-away-from-tunnel.html

- Sure as rain: Gazans accuse Israel of opening nonexistent dams to flood them (Elder of Ziyon) - "It happens every year, and sure enough this year is no exception. Whenever there are heavy rains and snow that flood Gaza, the Palestinians blame Israel for "opening dams" that don't exist".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2016/01/sure-as-rain-gazans-accuse-israel-of.html

***********************************************

Judée-Samarie

- L’affaiblissement de Mahmoud Abbas aiguise les ambitions palestiniennes, Piotr Smolar (Le Monde) - "Au Fatah, certains cadres craignent une rupture avec la rue palestinienne" ; "deux tiers des Palestiniens souhaitent la démission de M. Abbas. La même proportion soutient les attaques au couteau" ; "L’agitation dans les cercles politiques est due à la fois à la gouvernance opaque et solitaire de M. Abbas et aux appétits suscités par sa succession".
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2016/01/27/l-affaiblissement-de-mahmoud-abbas-aiguise-les-ambitions-palestiniennes_4854459_3218.html
"L’air se raréfie autour de Mahmoud Abbas. Agé de 80 ans, le président de l’Autorité palestinienne (AP) est confronté à une contestation intérieure sans précédent et à de sombres perspectives sur le plan international. En septembre 2015, il avait pour projet de remodeler à sa main l’espace politique. Le vieux dirigeant promettait un renouvellement des cadres, une revitalisation des institutions. Rien n’est venu, à l’image du Conseil national (Parlement), toujours pas réuni. Mais la parole s’est libérée. « On assiste à un pourrissement accéléré », souligne un diplomate occidental.
« Abou Mazen [nom de guerre de M. Abbas] s’est affaibli, il ne peut plus mettre en œuvre tout ce qu’il veut, confirme Hani Al-Masri, directeur du centre d’études Masarat. Les divisions au sein du Fatah s’approfondissent, autour de sa succession. » L’AP surveille et réprime toujours les foyers de contestation trop intenses, dans les médias comme dans les universités. Surtout, éviter d’être débordé.
Par deux fois, fin décembre, la police a empêché, de façon virile, la tenue de manifestations au nord de Ramallah, en face de la [localité juive] de Beit El, lieu d’affrontements habituel avec les soldats israéliens. « En réponse, la majorité des membres du comité central du Fatah ont boycotté la cérémonie du 1er janvier à la Mouqata’a [siège de la présidence] », souligne Hani Al-Masri.
La ligne de crête sur laquelle avance Abou Mazen consiste à poursuivre la coopération sécuritaire avec les Israéliens, seule garantie d’un calme relatif en Cisjordanie, tout en dénonçant l’occupation. Selon Majid Faraj, puissant chef du renseignement palestinien, ses services ont empêché 200 attaques contre les Israéliens en quatre mois. Mais cette dichotomie est devenue inadmissible pour la population, en particulier la jeunesse. Face à la vague de violences qui a commencé le 1er octobre 2015, faisant près de 160 morts du côté palestinien (en comptant les agresseurs) et 25 du côté israélien, l’AP a successivement laissé faire, tenté d’épouser la colère populaire, puis de la maîtriser, en veillant à ce qu’elle ne se retourne pas contre elle.
L’AP a aussi multiplié les arrestations d’activistes du Hamas. Les Israéliens sont ravis. Pour leur part, ils ont annoncé le démantèlement de trois cellules du mouvement islamiste : deux à Hébron et une à Abou Dis, à Jérusalem-Est, qui aurait planifié des attaques-suicides, avec des explosifs. Selon l’armée, le Hamas souhaiterait une escalade spectaculaire. « Le Hamas veut une résistance violente, explique Adnan Damiri, porte-parole des forces de sécurité palestiniennes. On est là pour les en empêcher dans la zone sous notre contrôle. Mais comment voulez-vous qu’on agisse là où les Israéliens ne nous laissent pas aller, en zone C [qui couvre 60 % de la Cisjordanie] ? » [...]
Au Fatah, certains cadres craignent une rupture avec la rue palestinienne. « Il y a une grande tourmente dans le parti, confirme l’opposant Moustafa Barghouti, ancien candidat à la présidence. Beaucoup soutiennent notre idée que nous sommes face à une Intifada qui va durer, sans alternative, malgré des phases de calme. » Selon la dernière étude du Palestinian Center for Policy and Survey Research, publiée en décembre, deux tiers des Palestiniens souhaitent la démission de M. Abbas. La même proportion soutient les attaques au couteau. Pourtant, les militaires israéliens notent que le calme règne dans les grands camps de réfugiés, chaudrons des soulèvements passés.
L’agitation dans les cercles politiques est due à la fois à la gouvernance opaque et solitaire de M. Abbas et aux appétits suscités par sa succession. Mohammed Dahlan, opposant numéro un en exil, étoffe ses réseaux à distance. A Ramallah, Jibril Rajoub, président de la Fédération palestinienne de football et membre du comité central du Fatah, a lancé les hostilités. Dans une interview à la télévision palestinienne, il a exprimé un sentiment généralisé. « Le processus de paix s’est effondré, et quel est le substitut ? On ne fait que rester assis et débattre : faut-il convoquer le Conseil national, nos relations avec le Hamas, la mise en œuvre des décisions du comité central… ? », s’est-il lamenté. Et, pendant ce temps, la réconciliation promise avec le Hamas reste lettre morte. Le Qatar entreprend actuellement une nouvelle médiation, pour que les deux camps acceptent de former un gouvernement d’union nationale.
Confronté à de nouvelles rumeurs sur sa santé défaillante, Mahmoud Abbas a voulu reprendre la main. Le 6 janvier, pour la première fois depuis septembre 2015, il a clairement exclu un effondrement de l’AP, une hypothèse évoquée récemment en conseil de sécurité israélien et redoutée par l’armée. L’idée de rendre les clés de toute la Cisjordanie à Israël est ancienne. Elle serait un suicide politique pour ceux qui, comme le président, ont consacré leur carrière à l’établissement d’un Etat palestinien. [...]"


***********************************************

Egypte

- Egypte : quatre militaires tués dans une attaque à la bombe dans le Sinaï (AFP) - "des centaines de policiers et de soldats ont été tués dans les attaques jihadistes, essentiellement dans le Nord-Sinaï, depuis 2013".
https://fr.news.yahoo.com/egypte-quatre-militaires-tu%C3%A9s-attaque-%C3%A0-bombe-sina%C3%AF-180725185.html

***********************************************

Jordanie

- Jordanian Cleric Abu Qatada Al-Filistini Discusses The Protocols of the Elders of Zion, States: Jews Use Blood for Passover Matzos (9-18 janvier, Vidéo 7mn24) - "This is the 24th installment of Abu Qatada project "1,000 Books before Death." While discussing the Protocols, Sheik Abu Qatada went off on a tangent to deny the Holocaust and affirm the blood libel".
http://www.memritv.org/clip/en/5284.htm

***********************************************

Syrie

- Syrie : une ONG dénonce les "insupportables" bombardements des hôpitaux (AFP) - "177 hôpitaux ont été détruits et près de 700 membres du personnel de santé tués depuis le début de la guerre en 2011" ; "Depuis le début des frappes russes il y a quatre mois (en soutien au régime de Bachar al-Assad), ce sont 29 hôpitaux qui ont été détruits, et 20 membres du personnel médical qui ont été tués" ; ""Alors qu'auparavant les hôpitaux étaient généralement partiellement touchés, ils sont désormais détruits en totalité dans ces frappes", a-t-il expliqué, faisant clairement allusion aux frappes russes" ; ""90% des attaques sur les hôpitaux sont le fait de l'armée syrienne et de ses alliés", ceci dans une "impunité totale", a rappelé la présidente Amnesty France". Entendez-vous souvent parler de ces frappes d'hôpitaux, hors de ces quelques maigres dépêches AFP ?
https://fr.news.yahoo.com/syrie-ong-d%C3%A9nonce-insupportables-bombardements-h%C3%B4pitaux-211436878.html

- Syrie : 44 civils tués par des raids russes (AFP) - "Au moins 44 civils ont péri hier [mercredi] dans des frappes russes sur des zones tenues par le groupe Etat islamique (EI) dans le nord et l'est de la Syrie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH)".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/01/28/97001-20160128FILWWW00085-syrie-44-civils-tues-par-des-raids-russes.php

***********************************************

Iran

- Khamenei Releases Holocaust Denial Video on International Holocaust Remembrance Day (27 janvier, Vidéo 3mn11) - "A video titled “Are The Dark Ages Over?” was posted on the official website of Iranian Supreme Leader Ali Khamenei on January 27, 2016. As emphasized on the Facebook page of Iran's military, which ran the story, the video was released on International Holocaust Remembrance Day. Against the backdrop of images of the Auschwitz death camp, the English subtitles of the Farsi video state that “speaking about the Holocaust and expressing doubts about it is considered to be a great sin,” but that “it is not clear whether the core of this matter is a reality or not”."
http://www.memritv.org/clip/en/5285.htm

- Caricatures sur la Shoah : l'Iran persiste, dessine et signe, Pascale Zonszain (Actualité Juive)
http://www.actuj.com/2016-01/israel/2913-caricatures-sur-la-shoah-l-iran-persiste-dessine-et-signe
"Le monde se congratule d'avoir ramené l'Iran dans le concert des nations et tente de se persuader que l'accord sur son programme d'armement nucléaire en a fait un partenaire fréquentable. Depuis que l'AIEA a établi que l'Iran avait rempli sa première part du contrat en désactivant une partie de ses centrifugeuses et en expédiant en Russie son uranium enrichi, la communauté internationale, à l'exception notable d'Israël et des monarchies du Golfe, nage dans la félicité et lorgne vers l'eldorado du marché iranien.
Les diplomates et chefs d'entreprise qui se presseront dans les rues de Téhéran à la fin du printemps, apprécieront peut-être son programme "culturel". La capitale iranienne hébergera en effet dans quelques mois une nouvelle édition de la Biennale internationale du dessin politique, un nom pompeux pour une manifestation sponsorisée par le régime chiite et dont l'objet principal est d'encourager la négation de la Shoah.
Cette année, un prix de 50 000 dollars sera décerné au dessinateur qui aura le mieux tourné en dérision l'extermination de 6 millions de Juifs par les nazis. « Notre propos n'est pas d'approuver ou de nier l'Holocauste. La vraie question est de savoir pourquoi il n'est pas permis de discuter de la Shoah, alors que l'Occident défend la liberté d'expression » assure Massoud Shojai-Tabatabai l'organisateur de la manifestation. Une pirouette intéressante pour un régime qui avait condamné les "provocations" de Charlie Hebdo et qui avait d'ailleurs organisé un concours de caricatures sur la Shoah en réponse aux attentats de Paris de janvier 2015. [...]
« Tout le monde est content aujourd'hui, sauf les sionistes » a ironisé le président Hassan Rohani après l'entrée en vigueur de l'accord, précisant pourtant qu'il n'était « pas question de faire confiance aux Etats-Unis », tandis que Barack Obama avertissait que de « profondes différences » subsistaient entre les deux pays, dénonçant notamment les violations des droits de l'homme par la république islamique.
Il est hautement improbable que des caricatures négationnistes suffisent à convaincre les grandes puissances de la duplicité de l'Iran. Il n'est pas non plus certain que la traque israélienne du moindre écart de Téhéran dans ses engagements remette en cause la suite de la levée des sanctions ou permette leur rétablissement. La menace nucléaire iranienne va s'éloigner pour quelques années, mais elle ne disparaîtra pas."

- Amnesty International : L’Iran est le pays qui exécute le plus de mineurs (AFP) - "L’Iran est le pays qui exécute le plus de mineurs dans le monde, a indiqué mardi Amnesty International, accusant la République islamique d’utiliser la torture et la maltraitance pour forcer les jeunes personnes à parler".
http://fr.timesofisrael.com/amnesty-international-liran-est-le-pays-qui-execute-le-plus-de-mineurs/

- No, Iran is not ‘opening up’, Anne Applebaum (Washington Post) - "President Hassan Rouhani is not Mikhail Gorbachev, and this is not a perestroika moment. Iran is not “opening up” or becoming “more Western” or somehow more liberal. Maybe Iran’s foreign minister will now pick up the phone when John Kerry calls. But other than that, the nature of the Iranian regime has not altered at all. On the contrary, the level of repression inside the country has grown since the “moderate” Rouhani was elected in 2013".
https://www.washingtonpost.com/opinions/no-iran-is-not-opening-up/2016/01/22/9cef46ec-c11a-11e5-bcda-62a36b394160_story.html

***********************************************

Europe

- Israël mobilise la Grèce et le sud de l'Europe face aux critiques de Bruxelles, Cyrille Louis (Le Figaro) - un article très biaisé, mais néanmoins intéressant.
http://www.lefigaro.fr/international/2016/01/28/01003-20160128ARTFIG00064-israel-mobilise-la-grece-et-le-sud-de-l-europe-face-aux-critiques-de-bruxelles.php
"Les dirigeants israéliens, confrontés aux critiques récurrentes de Bruxelles, [...] s'emploient à constituer une sorte de ligne défensive sur le rivage sud du continent. La Grèce, dont le premier ministre et une partie du gouvernement ont effectué mercredi une visite à Jérusalem, s'est dévouée pour en établir les contreforts. La perspective d'être associée à la commercialisation des gigantesques réserves gazières découvertes au fond de la Méditerranée semble avoir convaincu cet Etat traditionnellement favorable aux Palestiniens d'infléchir sa politique au bénéfice de l'Etat hébreu.
Symbole d'un rapprochement amorcé dès la fin des années 2000, Benyamin Nétanyahou et Alexis Tsipras doivent se rendre ce jeudi à Nicosie afin d'y évoquer avec le président chypriote leurs projets de coopération énergétique. Ils prévoient également d'intensifier leur partenariat en matière de renseignement et de lutte antiterroriste, ainsi que dans le domaine militaire. Depuis la brusque détérioration de ses relations diplomatiques avec la Turquie en 2010, l'Etat hébreu partage avec la Grèce et Chypre une vive défiance envers Ankara. «Leurs intérêts sont liés dans bien des domaines, souligne Oded Eran, ancien ambassadeur d'Israël auprès de l'UE et chercheur à l'Institut d'études pour la sécurité nationale, si bien qu'Israël cherche à en tirer profit pour défendre ses intérêts».
Cette convergence de vues s'est matérialisée de façon spectaculaire, lundi 18 janvier, lors du Conseil européen des Affaires étrangères. Les ministres des 27, réunis pour l'occasion à Bruxelles, s'apprêtaient à adopter une déclaration commune sur le conflit israélo-palestinien lorsqu'Athènes a brusquement fait voler le consensus en éclat. «A la surprise générale, le ministre grec s'est mis à réclamer la suppression de tous les passages susceptibles d'embarrasser Israël» [en réalité, uniquement les passages les plus outranciers et radicaux], relate un diplomate européen informé de ces débats. Selon le quotidien israélien Haaretz, ce travail de sape [traduction : tout point de vue moins anti-israélien que la moyenne européenne est forcément hypocrite et relève du sabotage de la morale et de la justice] a été conduit à la demande de Benyamin Nétanyahou, qui aurait par ailleurs prié Chypre, la Roumanie, la Bulgarie et la Hongrie de s'y associer. «Pour la première fois, nous avons clairement vu un front totalement aligné sur les positions israéliennes se constituer en notre sein», poursuit le diplomate, qui déplore la «fadeur» du texte finalement adopté par les ministres [traduction : le texte était bien anti-israélien, mais pas autant qu'il l'aurait souhaité].
Les dirigeants palestiniens, qui voyaient encore récemment Athènes et Nicosie comme deux alliés indéfectibles, peinent à masquer leur consternation - et la gratitude exprimée après que le parlement grec a reconnu l'Etat de Palestine ne semble plus qu'un lointain souvenir. «La perspective de gains économiques à court terme ne devrait pas conduire à mettre en péril l'amitié profonde et précieuse qui unit ces deux pays à la Palestine», estime Nabil Shaath, en charge des questions de politique étrangère au sein du parti du président Mahmoud Abbas. Sous couvert de l'anonymat, un autre responsable palestinien rappelle que l'OLP s'est toujours opposée à la reconnaissance, par les organisations arabes et islamiques, de la souveraineté turque sur la partie nord de Chypre. «Nous le ferons peut-être, désormais, avec un peu moins d'enthousiasme», grince-t-il.
Le ministère grec des Affaires étrangères, à l'évidence embarrassé, affirme pour sa part que la position de son pays sur le conflit palestinien demeure «inchangée» et se dit «disposé à fournir ses bons office en tant que médiateur honnête, à la fois partenaire d'Israël et ami de longue date du peuple palestinien», pour un règlement du conflit."

***********************************************

France

- Arthur : Victime d’antisémitisme, il raconte son calvaire (radio LGJ) - « Je dois faire partie de ceux qui sont les plus insultés. Mais on ne s'habitue pas par contre, je ne m'y habituerai jamais. Qui sont ces gars ? Maintenant on voit leurs visages, ce n'est plus anonyme. Et moi ce n'est pas de l'insulte, c'est de l'antisémitisme. Mais bon voilà, plus on a de monde qui vous suit, plus le nombre de ceux qui vous insultent augmente aussi. »
http://www.non-stop-people.com/actu/tv/lgj-arthur-victime-dantisemitisme-il-raconte-son-calvaire-video-96962

- Rony Brauman et l'intolérance au signe juif, Joëlle Allouche-Benayoun (Chercheure au CNRS), Günther Jikeli Headshot (Chercheur au CNRS), Claudine Attias-Donfut (Sociologue) - "Brauman n'hésite pas non plus à suggérer un parallèle choquant et inattendu, lorsqu'il se demande si on accepterait ceux qui font allégeance à l'état islamique".
http://www.huffingtonpost.fr/joelle-allouchebenayoun/rony-brauman-kippa_b_9076100.html
"Imputer la responsabilité d'une agression à la victime n'est pas un phénomène nouveau, mais venant du directeur de recherches de la Fondation Médecins sans Frontières, c'est d'autant plus inacceptable
Rony Brauman déclare, dans une interview sur Europe 1, cinq jours après l'attaque avec une machette contre un homme qui portait la kippa devant une école juive à Marseille, qu'il fallait s'interroger, par rapport à cet acte (où l'agresseur avait l'intention de tuer), sur la signification du port de la kippa : pour lui, cela ne signifie pas le respect envers Dieu d'un Juif croyant, mais ce serait un "signe d'allégeance à l'état d'Israël". Cette interprétation politique d'une tradition religieuse millénaire, bien antérieure à la naissance de l'état d'Israël, est tout simplement stupide et ne repose sur rien. Elle n'a en réalité qu'un seul but : excuser la haine anti-juive voire l'alimenter en désignant les vrais coupables : le Juif... et Israël.
Brauman n'hésite pas à faire l'amalgame entre des Français juifs qui osent se montrer juifs en portant une kippa dans la rue et le soutien aux gouvernements de l'état d'Israël. Or jusqu'à preuve du contraire, les Juifs en France aujourd'hui ne demandent rien d'autre que le respect de la loi républicaine, à laquelle le port de la kippa ne contrevient en rien. La discussion devrait s'arrêter ici. Mais Brauman confond, comme beaucoup d'autres, l'espace public avec l'espace de la rue qui est l'espace de la société civile au même titre qu'une plage, un café ou un square. Si les bistrots devaient se soumettre aux normes de la neutralité, on serait dans une société totalitaire. Et il est évident qu'une femme voilée qui se ferait agresser pour cette raison devrait être défendue par tous les démocrates, que l'on apprécie ou non le port du foulard. Sous-entendre que les Juifs en usant de leurs libertés garanties par la loi sont des privilégiés, réitère la structure même de l'antisémitisme anti-républicain de la IIIe République, suivant laquelle la République elle-même, en instituant l'égalité citoyenne, était juive. Evoquer à ce sujet l'histoire de deux poids deux mesures n'est qu'une reformulation du thème antisémite des privilèges juifs.
Brauman n'hésite pas non plus à suggérer un parallèle choquant et inattendu, lorsqu'il se demande si on accepterait ceux qui font allégeance à l'état islamique ! Autrement dit, pour notre Médecin sans Fontières, Israël et tous ceux qui s'identifient comme Juifs, seraient comparables à l'état islamique (Daesh) et aux islamistes qui le soutiennent.
Ainsi on voit tomber le masque de l'antisionisme : toute solidarité avec les Juifs, comme celle qu'ont exprimée les hommes politiques non-juifs qui ont porté la kippa pendant quelques heures, est interprétée comme un acte répréhensible car signe d'allégeance avec l'état d'Israël, un état diabolisé, objet de la détestation de Rony Brauman.
Face à un tel discours de haine ouverte à l'égard des Français Juifs et face à la passivité du journaliste qui mène l'entretien, on reste sidéré.
Comment une radio de grande écoute peut-elle diffuser, sans les critiquer ou au moins les discuter, des idées qu'il faut bien appeler antisémites ? Car c'est bien d'antisémitisme dont il s'agit, cette idéologie qui arme le bras des jeunes qui passent à l'acte, et accomplissent des crimes racistes et antisémites. Les responsables de ces crimes sont à la fois ceux qui les perpétuent et ceux qui diffusent une telle haine ciblant des individus en raison de leur religion, ainsi que les journalistes complaisants ou passifs qui en sont les relais. Les 'élites' ou considérées comme telles ont leur part de responsabilité dans la vague menaçante d'antisémitisme qui s'accroit dangereusement en France depuis plus de 10 ans. [...]
Certains pourraient nous opposer le fait que Rony Brauman aurait des origines juives. Peu nous chaut, nous n'en savons rien ; mais même si cela était vrai, avoir une ascendance juive n'immunise pas contre la haine à l'égard des Juifs. Il y a ceux qui jouent le jeu des "antisémites modérés", en divisant les Juifs en 'bons' et 'mauvais' et en espérant en vain apaiser les antisémites avec leur condamnation d'Israël. Mais il y a aussi le rejet et la haine de ses propres origines qui peut générer un sentiment antisémite, dans un mécanisme d'intériorisation de l'hostilité du milieu à l'égard de cette filiation.
L'exemple fameux du grand inquisiteur espagnol Torquemada en témoigne. "Nouveau chrétien", le Grand Inquisiteur était le descendant d'une lignée de Juifs. Il avait épousé la haine de son pays contre sa propre lignée et poussé cette haine à son paroxysme, en menant une guerre sans merci aux Juifs d'Espagne jusqu'à leur destruction totale ou leur expulsion du pays où ils étaient installés depuis des siècles. On peut imaginer que ses origines ont représenté une contradiction interne qui lui était insupportable, et qu'en combattant les Juifs, il combattait ce qui restait de juif en lui ; en s'acharnant à supprimer toute existence juive en Espagne, il supprimait aussi sa propre origine, devenue intolérable à ses yeux. Rony Brauman serait-il un petit Torquemada en devenir ?
Mais quelle que soit l'appartenance dont on se revendique ou non, il y a des idéologies criminelles que rien, ni aucun malaise identitaire, ne peut excuser ni servir d'alibi. En ce domaine, seul compte le discours public, et ses effets incontrôlables sur des individus enclins au crime, des individus qui malheureusement existent dans toute société et sont probablement plus nombreux dans nos sociétés en mutation accélérée."

***********************************************

Monde

- 200 universitaires du Brésil se joignent au boycott anti-Israël (JTA) - "Un groupe de 200 professeurs et de chercheurs d’université brésiliens de gauche ont signé une lettre de soutien aux lignes du boycott universitaire d’Israël".
http://fr.timesofisrael.com/200-universitaires-du-bresil-se-joignent-au-boycott-anti-israel/

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages