Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 18:31
France
 
- Des juifs, de Fillon, et de l'inculture historique de nos politiques, Claude Askolovitch (Slate) - "Fillon n’est pas antisémite, pas plus que Juppé n’est islamiste. Mais l’histoire n’est pas moins horrible, concernant nos dirigeants. Elle atteste l’inculture historique et la désinvolture afférente d’un homme d’Etat ; mais pas seulement la sienne : si l’on cherche des éléments de déclin, en voilà un. Nos Princes sont pathétiques, quand ils vont chercher dans jadis ou naguère de quoi adosser leurs vérités du moment".
http://www.slate.fr/story/129452/juifs-fillon-inculture-historique
   "François Fillon a eu son scandale juif. C’est arrivé ce mercredi 23 novembre sur Europe 1, quand il évoquait les musulmans, ce grand souci, et ce qu’il convenait de faire pour les ramener à la Nation. Citons : «Les intégristes sont en train de prendre en otage la communauté musulmane, il faut combattre cet intégrisme. Comme d'ailleurs dans le passé on a combattu une forme d'intégrisme catholique. Comme on a combattu la volonté des juifs de vivre dans une communauté qui ne respectait pas toutes les règles de la République française.»
    Donc, les juifs voulaient vivre ensemble contre la République ? La phrase a tourné aigre, et a beaucoup tourné. L’internet a vibré. [...]
    Haïm Korsia, qui est grand rabbin de France, et s’il n’en reste qu’un sera le dernier des républicains, a expliqué à Fillon —navré — à quel point il s’était trompé. Non, les juifs, dans ce pays, n’ont pas souhaité le ghetto; du jour où l’assemblée constituante les a émancipés, en septembre 1791, ils se sont précipités dans la France comme des assoiffés. Leur imputer un retrait volontaire de la collectivité était une injustice.
    Fillon n’est pas antisémite, pas plus que Juppé n’est islamiste. Mais l’histoire n’est pas moins horrible, concernant nos dirigeants. Elle atteste l’inculture historique et la désinvolture afférente d’un homme d’Etat ; mais pas seulement la sienne : si l’on cherche des éléments de déclin, en voilà un. Nos Princes sont pathétiques, quand ils vont chercher dans jadis ou naguère de quoi adosser leurs vérités du moment. Ils mélangent l’histoire avec une narration ampoulée du roman national, où l’État majestueux brimerait à bon droit les minorités qui se révèlent à ses yeux.
    Fillon ne pensait pas à mal. Il voulait dire au contraire qu’avec les musulmans, ça pourrait s’arranger, puisque les juifs eux-mêmes, et les catholiques… Il n’a fait que reprendre un cliché coutumier du débat français, qui traîne depuis que la question musulmane occupe nos dirigeants. Il faudrait tordre le bras aux musulmans, pour qu’ils se plient à l’Etat, comme on a tordu le bras à l’Eglise catholique et aux juifs.
    A la fin du mois d’août, à Chatou, Alain Juppé avait dit exactement la même chose — il se voyait alors Président et un peu mieux encore — dans son discours d’entrée en campagne. Lui aussi voulait s’occuper des musulmans. Prônant la convocation d’une assemblée de notables mahométans, pour que soit signé «un accord solennel entre la République et les représentants de leur culte», Juppé affirmait :  «Le moment est venu d’apporter des réponses précises aux questions que se posent beaucoup de Français. Nous l’avons fait avec les juifs au début du XIXe siècle à l’initiative de Napoléon. La IIIe République l’a fait avec l’Église catholique au début du XXe siècle, non sans violence parfois. Nous devons le faire aujourd’hui avec les Français musulmans.»
    Juppé était à peu près aussi inconséquent que Fillon. Les événements auxquels se réfèrent nos deux conquérants de la droite se situent, concernant les juifs, en 1806. Revenant de sa victoire d’Austerlitz, Napoléon passe par Strasbourg où un préfet et des notables viennent se plaindre des juifs, réputés usuriers, et qui prendraient le contrôle du département. L’Empereur adhère à l’opinion antisémite, qui s'exprime aussi à Paris. Il revient sur l’acquis de 1791 : «Les juifs ne sont pas dans la même catégorie que les protestants et les catholiques, dit-il devant le Conseil d’État. Il faut les juger d'après le droit politique, et non d'après le droit civil, puisqu'ils ne sont pas citoyens.»
    Il décide de les réformer. Annulant leurs créances, il les convoque en «assemblée des notables» puis en «grand Sanhédrin», à vocation religieuse, pour les soumettre à sa volonté. Pris dans ce chantage, conscients qu’ils peuvent perdre l’égalité qu’on leur accordait quinze ans plus tôt, les notables israélites répondent à des questions baroques : «Est-il licite aux juifs d'épouser plusieurs femmes ? Aux yeux des juifs, les Français sont-ils leurs frères ou sont-ils des étrangers ?»
    L’affaire se termine le moins mal possible. On applique aux juifs quelques lois d’exceptions — leur interdisant notamment d’échapper à la conscription, contrairement à leurs compatriotes— mais on les confirme français. La brutalité de l’épisode sera oubliée, d’un commun accord, la France célébrant le Grand Empereur, et les juifs de France ne voulant pas paraître mauvais coucheurs : ils acceptent, pour l’éternité, cette narration blessante d’un souverain juste et d’un Etat ferme qui les auraient arrachés à leur obscurantisme. C’est une infamie. Mais la France vaut bien un Sanhédrin.
    Evidemment, Juppé, avec ses «questions que les Français se posent», et Fillon, avec ses juifs qui voulaient vivre contre la République, n’y connaissent rien. Ils adhèrent paresseusement à une fable nationale. Ils mélangent un peu tout. Fillon doit avoir des réminiscences gaulliennes, du temps où l’on reprochait aux juifs une possible «double allégeance», entre la France et Israël. Tout ceci n’a plus grand sens aujourd’hui, quand les allers-retours entre Paris et Tel-Aviv sont une habitude, et quand les victimes juives du terrorisme, ici, sont enterrées à Jérusalem. Nos politiques évoquent, dans un pas fluide et contradictoire, le mythe d’une France tenue qui a cessé d’être, si elle a jamais existé.
    Mais ça pique. C’est méchant. Sauf dans les discours antisémites, il n’y a jamais eu de séparatisme communautaire juif que la République ait eu à combattre. Et au demeurant, la volonté de juifs, aujourd’hui, de vivre selon des règles religieuses strictes et précises, voire excluantes, n’est pas anti-républicaine. Il n’y a rien, dans nos lois, qui s’oppose à ce que l’on porte la barbe, que l’on ne mange que casher et que l’on enseigne à ses enfants qu’il vaut mieux se marier dans sa foi, et que dans les fêtes de ces mariages, garçons et filles dansent séparément ; le rabbin Sandler, assassiné à Toulouse, aurait peut-être élevé en ce sens ses garçons assassinés avec lui. Les enfants de Ozar Atorah étaient des juifs communautaires et des martyrs de France à la fois. [...]"

- Israël : la France accusée de de favoriser les boycotts anti-israéliens (AFP) - ""Le gouvernement israélien condamne la décision" française [d'étiqueter "colonie israélienne" ou une mention équivalente sur les produits alimentaires fabriqués en dehors de la ligne d'armistice de 1949], a réagi jeudi soir tard le ministère israélien des Affaires étrangères dans un communiqué. "Il est regrettable de voir la France prendre des mesures susceptibles d'être interprétées comme encourageant les extrémistes et le mouvement de boycott contre Israël", poursuit-il. Le ministère juge encore "incompréhensible et même inquiétant que la France ait décidé de pratiquer deux poids, deux mesures aux dépens d'Israël" alors qu'il y a 200 querelles territoriales dans le monde".
https://fr.news.yahoo.com/isra%C3%ABl-france-accus%C3%A9e-favoriser-boycotts-anti-isra%C3%A9liens-130757978.html
- Israël dénonce une décision de la France sur les produits des implantations (i24) - "Le ministère français est l'un des tout premiers, sinon le premier, à mettre en oeuvre les consignes passées en novembre 2015 par l'Union européenne. Celle-ci avait alors approuvé la mesure imposant à tous les pays membres d'étiqueter les marchandises venant des implantations israéliennes qui, pour l'UE comme la communauté internationale, ne font pas partie du territoire israélien".
http://www.i24news.tv/fr/actu/israel/131026-161125-israel-denonce-la-france-apres-une-decision-sur-les-produits-des-implantations

*******************************************
Israël

- As Wildfires Rage, Israel Suggests Arson and Asks for Foreign Help (New York Times) - "Prime Minister Benjamin Netanyahu attributed the fires to “natural and unnatural” causes and said that “any fire caused by arson or incitement to arson is terrorism in every sense of the word, and we will treat it as such.”"; "The first major fire began in the forest surrounding Neve Shalom, known in Arabic as Wahat al-Salam, or Oasis of Peace, a small cooperative community about halfway between Tel Aviv and Jerusalem where Israeli Jews and Arabs live together. Despite the suspicion of arson in many cases, the Israeli authorities were cautious in assigning blame. But some Israeli news organizations were labeling the wave of fires an “arson intifada,” alluding to a Palestinian uprising".
http://www.nytimes.com/2016/11/24/world/middleeast/israel-fires.html?_r=0
- Treize suspects arrêtés après les feux en Israël (Reuters) - "Le porte-parole de la police, Micky Rosenfeld, a déclaré que douze suspects avaient été appréhendés alors qu'ils tentaient d'allumer un feu ou de fuir une zone incendiée. Il n'a pas fourni d'autres détails. Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan a fait état de treize arrestations. Il a déclaré qu'ils appartenaient aux "minorités", par allusion aux Arabes israéliens ou aux Palestiniens. "La plus grande probabilité est que leur mobile soit nationaliste", a-t-il dit à la radio de l'armée".
https://fr.news.yahoo.com/douze-suspects-arr%C3%AAt%C3%A9s-apr%C3%A8s-les-feux-en-isra%C3%ABl-121139832.html
- Israël face aux flammes, Marc Knobel (CRIF) - "Il faut penser aussi aux quelques réactions de joie que ce feu suscite, ici ou là. Ce n’est pas une nouveauté".
http://www.crif.org/fr/blog/israel-face-aux-flammes-par-marc-knobel
   "Jeudi 24 novembre, des incendies se sont déclarés autour de Jérusalem, à Modiin (centre), dans certaines régions du nord, à Rishon Letzion (banlieue de Tel Aviv), dans le village de Nirit (centre) ou encore dans l'implantation de Talmon (Cisjordanie). Il y a dans ces feux une véritable tragédie, politique, écologique et humaine.
    Politique, parce que l‘on parlerait déjà d’intifada du feu, après celles des pierres qui tuent, des couteaux qui éventrent, le feu qui lamine, le feu qui ravage.
    La police israélienne a arrêté douze personnes soupçonnées d'être à l'origine de certains des incendies qui ravagent le pays depuis quatre jours, ou d'avoir incité à les provoquer. Selon I24 news, vendredi matin, c'est un Palestinien clandestin soupçonné d'être à l'origine de l'incendie qui s'est déclaré dans le village de Beit Meïr, près de Jérusalem et duquel des centaines de personnes ont été évacuées qui a été arrêté. Les forces de police recherchent d'autres suspects, alors que le feu a brûlé au moins quatre maisons. Et, même si la prudence, à cette heure est de mise, peut-être y a-t-il derrière ces incendies éparpillés sur le territoire israélien non pas seulement des pyromanes fous, mais des terroristes endoctrinés, fanatisés, prêt à tout, jusqu’à l’indicible ? Quoiqu’il en soit, les services de sécurité israéliens privilégient fortement la piste criminelle.
    Il faut penser aussi aux quelques réactions de joie que ce feu suscite, ici ou là. Ce n’est pas une nouveauté. On se souvient, par exemple, qu’à Gaza, les faiseurs de mort et les fanatiques endoctrinés distribuaient dans les rues des bonbons et d’autres douceurs et/ou friandises aux enfants, à des gamins, à des jeunes, lorsque des israéliens sont assassinés. C’est ainsi que le Hamas célébrait (par exemple) l'attentat sacrilège qui avait été commis au matin du 18 novembre 2014 à coup de hache et d’armes blanches contre des fidèles qui priaient avec ferveur à l’intérieur d’une Synagogue, à Jérusalem. Fort heureusement, ailleurs, les druzes de Galilée, par exemple et/ou les arabes israéliens ouvrent leurs portes aux sinistrés.
    A ce sujet, la députée  la députée du Likoud Sharren Haskel a déclaré  i24news (25 novembre 2016) : « La coopération avec les Palestiniens, qui se sont mobilisés pour nous prêter assistance, et les Arabes-israéliens qui proposent d'héberger des Juifs qui ne peuvent pas rentrer chez eux, c'est ce qui rend ce pays merveilleux ». Ajoutons que, de leur côté, les autorités palestiniennes ont offert, Jeudi 24 Novembre 2016, leur aide à Israël, une offre qui a été accueillie positivement par le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu. Il est attendu que 4 camions pompiers palestiniens soient envoyés en Israël.
    Ce sinistre est aussi un drame Ecologique, parce que des terres généralement arides brûlent (Israël connaît une sécheresse persistante) et que les plantations forestières brûlent. Lorsque les forêts partent en fumée, c’est un désastre écologique. Et, pour un aussi petit pays qu’Israël, qui investit durablement dans le reboisement, c’est dramatique.
    Humaine, parce que les flammes ravagent tout, hôpitaux, maisons, écoles, immeubles et quelque 80.000 personnes ont dû être évacuées dans la région d'Haïfa, troisième ville d'Israël. Des centaines de personnes ont été évacuées dans le village de Beit Meir. Les habitants des quartiers sinistrés voient s’envoler en fumée leur vie, toute leur vie. Et c’est là aussi une tragédie humaine. Il faudra reconstruire ce qui aura été détruit, cela prendra du temps cela aura un coût. Cela engendrera du stress,  de la peine, de la douleur. Il faudra aussi que les israéliens s’adaptent à ce type de situation et développent les/des moyens adéquats pour lutter contre ces feux, surtout lorsqu’ils ravagent une partie substantielle du pays."

- Des Arabes célèbrent les incendies en Israël sur les réseaux sociaux (Times of Israel) - "« Oh Allah brûle tout Israël comme ils brûlent nos mosquées », implore une personne sous le pseudo @AMY_Go1 sur Twitter".
http://fr.timesofisrael.com/le-monde-arabe-celebre-les-incendies-en-israel-sur-les-medias-sociaux/
- Fatah realizes that celebrating fires looks really bad (Elder of Ziyon) - "Fatah issued a statement yesterday warning Palestinians not to celebrate the fires on social media. Munir Aljagub, head of Fatah's media committee, says that it is irresponsible to give the impression that Palestinians are "dancing on the flames." Which is of course exactly what they are doing".
http://elderofziyon.blogspot.com/2016/11/fatah-realizes-that-celebrating-fires.html

- Un religieux palestinien à la mosquée Al-Aqsa : utilisons le nucléaire pakistanais pour éliminer Israël (Times of Israel) - "Le Sheikh Abd Al-Salam Abu Al-Iz encourage les musulmans à prendre les armes pour « emmener l’islam à travers le monde »".
http://fr.timesofisrael.com/un-religieux-palestinien-utilisons-le-nucleaire-pakistanais-pour-eliminer-israel/
- Cleric at Al Aqsa says Muslims should take Pakistani nukes and destroy Israel (Elder of Ziyon) - "At least he recognizes Israel as the "State of the Jews."  Which makes him more liberal in that respect than Mahmoud Abbas". Voir vidéo ici.
http://elderofziyon.blogspot.com/2016/11/cleric-at-al-aqsa-says-muslims-should.html

*******************************************
"Processus de paix"

- PA TV repeats libel to kids: Israel killed Arafat (11 novembre 2016, Vidéo 1mn29) - terrifiante émission "éducative" pour enfants palestiniens.
https://www.youtube.com/watch?v=6aZEKiGJK-4

- Erekat compares Israel to ISIS (Elder of Ziyon) - "At the Doha World Policy Forum, today, Saeb Erekat was up to his usual lies, pretending that the Palestinians don't treat this like a religious conflict and that Jews are just like ISIS".
http://elderofziyon.blogspot.com/2016/11/erekat-compares-israel-to-isis.html

*******************************************
Autorité palestinienne

- Règlements de comptes au sein du Fatah, Piotr Smolar (Le Monde) - "Ce qui se dessine, pour l’heure, est un nettoyage de l’opposition interne, tandis que les partisans de M. Dahlan font planer une menace de scission".
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2016/11/25/reglements-de-comptes-au-sein-du-fatah_5037880_3218.html
   "[...] De nombreux cadres du Fatah, la formation du président Mahmoud Abbas étaient rassemblés pour l’occasion. A l’ordre du jour, un appel irrévérencieux à l’unité au sein du parti, alors que son chef est engagé dans une chasse aux sorcières contre les partisans d’un rival en exil, Mohammed Dahlan. La police a été dépêchée sur place pour disperser les supposés comploteurs. Agé de 81 ans, achevant la onzième année de son quinquennat, Mahmoud Abbas essaie de tenir entre ses mains ridées un système politique à bout de souffle.
   « J’ai adhéré au Fatah il y a trente ans, j’ai passé onze ans dans les prisons israéliennes, et j’ai été expulsé du parti une heure après la réunion, souligne Jihad Tummaleh, très amer. Abou Mazen [le surnom de M. Abbas] réprime la liberté d’expression. Il ne veut entendre qu’une voix, la sienne. Ceux qui le critiquent sont accusés d’être des agents de Dahlan, c’est l’excuse toute prête. »
    Mohammed Dahlan a été expulsé du Fatah en 2011. Des poursuites judiciaires ont été lancées contre lui à Ramallah, pour le dissuader de revenir. Depuis, un pied dans les affaires et l’autre en politique, il a consolidé ses réseaux à l’étranger. « Abbas ne veut pas de réconciliation avec Dahlan pour des raisons personnelles, et pas nationales, souligne un proche de l’entrepreneur exilé, Soufiane Abou Zaideh. Il pensait qu’en le virant du Fatah, il l’éliminerait de la carte politique. Ce fut son erreur, et celle de son entourage, au prix de la destruction de ses relations dans le monde arabe. »
    Ces derniers mois, les pays du « quartet arabe » (Arabie saoudite, Egypte, Jordanie et Emirats arabes unis) ont exercé une pression sans précédent sur M. Abbas afin qu’il organise la réconciliation au sein du Fatah, en attendant celle, très hypothétique, avec le Hamas, maître de la bande de Gaza. Mais cette ingérence exaspère le vieux chef palestinien. Il voit la main armée de Dahlan derrière les affrontements qui se multiplient, dans les camps de réfugiés, avec les forces de sécurité. Dans ces camps, la colère contre l’Autorité palestinienne bout. Anecdote significative : au printemps 2015, l’un des fils du président, le fortuné Tarek, a présenté une liste de candidats au conseil d’administration du club d’Al-Amari. Aucun n’a été élu.
    Mahmoud Abbas s’emploie donc à policer les instances dirigeantes. Un an après une tentative infructueuse, le raïs a décidé de convoquer, le 29 novembre, la 7e conférence du Fatah. Près de 1 300 délégués sont attendus, un chiffre faible qui montre sa volonté de tenir l’assemblée chargée de désigner les 22 autres membres du comité exécutif, qui eux-mêmes désigneront le successeur de M. Abbas à la tête du parti. [...]
    Ce qui se dessine, pour l’heure, est un nettoyage de l’opposition interne, tandis que les partisans de M. Dahlan font planer une menace de scission. « Celui qui est soutenu de l’étranger perd toujours, dans la politique palestinienne », souligne le politologue Jihad Harb.
    Jihad Tummaleh, le président du club d’Al-Amari, réclame la réintégration de « plus de 40 membres du Fatah expulsés depuis cinq ans ». Reconnaissant des « relations fortes et de l’amitié » avec M. Dahlan, il met en garde contre la tentation d’une purge du Fatah. « Il y aura une escalade dans les camps de réfugiés et en dehors, prévient-il. Le désespoir et la frustration populaires peuvent ouvrir toutes les portes. Il peut y avoir un soulèvement, un printemps palestinien, contre les Israéliens ou contre l’Autorité palestinienne. » [...]"

- Les leaders palestiniens pourraient choisir le successeur d’Abbas et se déchirer, Avi Issacharoff (Times of Israel) - Extraits : "le camp de Dahlane, et Dahlane lui-même, seront conservés à l’écart de l’assemblée et à l’écart du cercle des décisionnaires du Fatah. Dahlane, qu’Abbas avait fait expulser des Territoires palestiniens au début de l’année 2011, réfléchit à une réponse à apporter. D’une certaine façon, ses partisans à Gaza ont menacé d’organiser leur propre conférence dans la Bande en parallèle à la conférence générale de Ramallah. Mais dorénavant, les associés de Dahlane indiquent sereinement qu’ils étudient l’option de la création d’un nouveau mouvement d’importance. Refusant de le qualifier de scission au sein du Fatah, ils débattent de l’idée de l’appeler le « Fatah original ». Si cette menace devait aller jusqu’au bout, cela constituerait une déchirure historique au sein du Fatah" ; "Comment l’opinion publique palestinienne considère-t-elle ce Congrès ? Avec beaucoup d’indifférence et, dans certains cas, une hostilité affirmée. Le Fatah n’a pas réussi à améliorer son statut ou son image aux yeux de l’opinion publique au cours de ces dernières années" ; "Une grave crise, sans précédent, a explosé entre l’Autorité palestinienne et le monde arabe modéré. Abbas est sur le point de couper ses relations avec les états arabes sunnites, l’Egypte et l’Arabie Saoudite en premier lieu. Le Caire appuie Dahlane et encourage ses activités variées. L’Arabie Saoudite a suspendu son aide financière à l’AP. Les Emirats arabes unis offrent une protection offficielle à Dahlane, et la Jordanie semble d’être désintéressée de ce qui arrive à Ramallah".
http://fr.timesofisrael.com/les-leaders-palestiniens-pourraient-choisir-le-successeur-dabbas-et-se-dechirer/

- Mohammed Dahlan : « Mahmoud Abbas terrorise tous ses opposants », Benjamin Barthe (Le Monde) - "L’Autorité palestinienne, aujourd’hui, c’est l’Afrique : zéro démocratie ! Imaginez que des gens sont recrutés pour traquer les internautes qui critiquent Abbas sur Facebook ! Tout l’argent est accaparé par ses fils. Pour nous, Palestiniens, c’est quelque chose d’inconcevable".
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2016/11/25/mahmoud-abbas-terrorise-tous-ses-opposants_5037839_3218.html
   "- Benjamin Barthe : Qu’attendez-vous du congrès du Fatah, qui se tiendra à la fin du mois pour renouveler les instances dirigeantes ?
    - Mohammed Dahlan (ancien chef de l’antiterrorisme palestinien) : Abou Mazen [le nom de guerre de Mahmoud Abbas] veut se débarrasser de toutes les voix dissidentes. Il veut détruire le Fatah comme il a détruit les institutions de l’Autorité palestinienne. Pour moi, le Fatah est plus important que l’Autorité. C’est une cause à laquelle on adhère par volonté, parce que l’on est prêt à devenir martyr ou prisonnier, et non pour toucher un salaire. Personne ne peut être exclu de ce parti, sauf sur une base légale, et celle-ci, quoi qu’en dise Abbas, n’existe pas. Du temps d’Arafat, les congrès du Fatah servaient à apaiser les tensions internes. On en sortait avec des solutions. Abou Mazen fait le contraire. Il terrorise tous ses opposants. Plus personne n’ose le contredire au sein du comité central. Comment reconstruire le Fatah dans des conditions pareilles ?
    - Sur quoi repose votre conflit avec Mahmoud Abbas ?
    - Mon conflit avec lui est politique et non personnel. L’Autorité palestinienne, aujourd’hui, c’est l’Afrique : zéro démocratie ! Imaginez que des gens sont recrutés pour traquer les internautes qui critiquent Abbas sur Facebook ! Tout l’argent est accaparé par ses fils. Pour nous, Palestiniens, c’est quelque chose d’inconcevable. [...]
    - Etes-vous candidat à la succession de Mahmoud Abbas ?
    - Je ne veux pas de ce poste. Je soutiendrai toute personne capable d’assumer cette fonction et de répondre aux besoins des Palestiniens. Comme par exemple Marouane Barghouti [ancien héraut de la seconde Intifada, emprisonné à vie en Israël]. Mais je ne commettrai pas la bêtise d’élire un second Abou Mazen. Je veux une direction collégiale, qui, au lieu de brandir des slogans, offre des solutions. [...]"

*******************************************
Liban, Syrie & Hezbollah

- L'Iran livre des armes au Hezbollah avec des avions civils (Reuters) - "Selon Danny Danon, des officiers de la force d'élite Al Qods, une composante du Corps des gardiens de la révolution islamique, placent des armes et du matériel militaire dans des valises qui sont livrées au Hezbollah par des vols commerciaux en direction de Damas, en Syrie, et de Beyrouth ou au Liban par voie terrestre. "Il est clair que l'Iran reste le premier fournisseur d'armes et de matériel au Hezbollah, en violation flagrante d'un grand nombre de résolutions des Nations unies", écrit-il. "Le Conseil de sécurité doit condamner l'Iran et le Hezbollah pour la violation de ses résolutions"."
https://fr.news.yahoo.com/liran-livre-des-armes-au-hezbollah-avec-des-204853330.html

- La Russie et le Hezbollah travaillent « officiellement » ensemble en Syrie (Times of Israel) - "La coopération militaire opérait jusque là discrètement, mais le groupe terroriste chiite libanais veut désormais être une armée conventionnelle".
http://fr.timesofisrael.com/la-russie-et-le-hezbollah-travaillent-officiellement-ensemble-en-syrie/

*******************************************
Egypte

- Egyptian news site investigates Protocols of Elders of Zion, finds them to be true (Elder of Ziyon) - "I've discussed this before, but I am still amazed at how many Arabs so eagerly seek out conspiracy theories that give them less responsibility for their actions. Blaming, of course, the Jews". Les extraits de l'article égyptien sont très drôles.
http://elderofziyon.blogspot.com/2016/11/egyptian-news-site-investigates.html

- 8 soldats égyptiens tués par l’explosion d’une voiture piégée dans le Sinaï (AFP) - "Trois jihadistes ont également été tués dans les combats qui ont suivi ; le nord de la péninsule du Sinaï est un repaire des djihadistes de l’EI".
http://fr.timesofisrael.com/8-soldats-egyptiens-tues-par-lexplosion-dune-voiture-piegee-dans-le-sinai/

*******************************************
Monde arabe

- Yémen : 12 civils tués dans un raid de la coalition arabe (Euronews) - "La coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite est régulièrement accusée de commettre des erreurs de frappes".
https://fr.news.yahoo.com/y%C3%A9men-12-civils-tu%C3%A9s-dans-175147727.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages