Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 21:49

France

- Khaled Mechaal, un pragmatique ?, Richard Prasquier (Président du CRIF) - "pour le journaliste [Benjamin Barthe du Monde], il ne faut pas insister sur ces points qui fâchent, car l’important est de faire passer Mechaal pour un modéré".
http://www.crif.org/fr/leditorialdupresident/khaled-mechaal-un-pragmatique/33876
   "Le grand article sur Khaled Mechaal signé par Benjamin Barthe dans l’édition du dimanche 9/ lundi 10 décembre 2012 du Monde est un superbe exemple de ce que j’appellerais, avec beaucoup d’optimisme pour les intentions de l’auteur, un exercice d’aveuglement volontaire. Tout l’article en effet présente Khaled Mechaal, chef du bureau politique du Hamas venu pour la première fois dans la Bande de Gaza, comme un pragmatique, un homme qui « s’est rangé depuis quelques années déjà à  l’idée d’un Etat palestinien sur les frontières de 1967 ». Comme tel, il intéresserait beaucoup les chancelleries occidentales, même si celles-ci persistent à « boycotter ce qu’elles considèrent comme un mouvement terroriste ».
    De fait on trouve dans les déclarations récentes de Mechaal, plusieurs allusions au fait que les Palestiniens pourraient pendant une trêve transitoire limiter leurs ambitions au contrôle des territoires palestiniens d'« avant 1967 » (époque où, rappelons-le, ces territoires étaient entre les mains de la Jordanie, sans entrainer de réaction quelconque….). Ce qui signifie, bien sûr, qu'après la trêve le combat reprendrait.
    De quoi faire de lui un « modéré » ? Mais alors pourquoi ne pas analyser le discours de Mechaal prononcé à son arrivée à Gaza et relaté par tous les journaux de la planète ? Discours qui était connu au moment où B. Barthe a écrit son article et auquel il n’a pas accordé la moindre attention. Une seule référence indirecte, dans un petit encart dont le titre, venant probablement de la rédaction, signale « la Libération de la Palestine, toute la Palestine ».
    Mais Khaled Mechaal a été bien plus disert que cela, et son discours a été d’une clarté extrême : la libération par les armes de la Palestine, c’est la libération de la Palestine du Liban à l’Egypte, et du Jourdain à la mer. Les Israéliens n’ont aucun droit à aucun centimètre carré de ces terres, qu’il s’agisse de Jérusalem ou de Haïfa. Ces mots n’ont rien d’étonnant : ils sont dans la droite ligne des déclarations du Hamas, de sa charte jamais abrogée et si rarement lue. Comment permettraient-ils une quelconque négociation avec tout autre interlocuteur israélien qu’un candidat décidé au suicide ?
    Mais pour le journaliste, il ne faut pas insister sur ces points qui fâchent, car l’important est de faire passer Mechaal pour un modéré. Dans ce but, les faits ne doivent surtout pas obstruer l’objectif. On décide donc que les paroles qui comptent sont celles que l’opinion internationale a cru entendre un jour de façon allusive, et pas celles qui sont clamées devant les foules palestiniennes transportées dans un tourbillon de haine. Nous connaissons cette propension à s’aveugler en euphémisant, dont une forme est l’acharnement à comprendre et à justifier : ce fut celle des optimistes qui pensaient qu’il y avait moyen de s’entendre avec Hitler. Des optimistes, et des sympathisants…
    La vérité terrible du Hamas, c’est celle des attentats suicides, celle de la prise en otage des populations civiles pendant que les chefs se terrent, celle des opposants précipités des immeubles les mains bandées, celle des suspects déchiquetés en public, celle d’un Dar el Islam étendu aux limites du monde, celle d’un pouvoir totalitaire interdisant toute critique et inculquant aux enfants la vénération de la mort qu’on donne et de la mort qu’on reçoit. La vérité du Hamas, c’est la vérité de l’article 7 de sa charte qui voue les Juifs à l’extermination, celle des autres articles qui promettent le djihad à tous les mécréants, chrétiens, agnostiques, francs-maçons, musulmans non conformes ou autres.
    Et malheureusement, ce fanatisme obscène trouve des admirateurs, et encore plus des esprits compréhensifs : ceux qui pensent que la tâche originelle « coloniale » d’Israël est plus grave que tout le reste et qui cherchent à promouvoir leur vision du monde binaire et borgne."


Israël

- Jérusalem-est : violente manifestation, 2 Palestiniens arrêtés (AFP)
http://fr.news.yahoo.com/j%C3%A9rusalem-violente-manifestation-2-palestiniens-arr%C3%AAt%C3%A9s-215224227.html
   "Deux Palestiniens ont été arrêtés dimanche soir lors d'une manifestation violente à Jérusalem-est qui n'a pas fait de blessés, a indiqué une porte-parole de la police israélienne. "Des dizaines de manifestants se sont rassemblés ce soir dans le quartier de Issawiya et ont lancé des pierres contre des policiers qui les ont dispersés en faisant usage de grenades assourdissantes et ont arrêté deux d'entre eux", a déclaré cette porte-parole, Louba Samri.
   "Il n'y a pas eu de blessé. Les manifestants exprimaient leur soutien à un détenu palestinien qui observe une grève de la faim", a-t-elle ajouté. Issawiya est un quartier arabe situé dans la partie orientale de la Ville sainte [...]. Les manifestants se sont mobilisés à la suite d'une rumeur qui a fait état de la mort d'un Palestinien qui observe depuis plusieurs mois une grève de la faim pour protester contre sa détention dans une prison israélienne, a constaté un journaliste de l'AFP."

- Soldiers filmed in rout say commanders tied hands because of press presence, Stuart Winer (Times of Israel) - la vidéo est surprenante et vaut le coup d'oeil.
http://www.timesofisrael.com/soldiers-filmed-in-rout-say-commanders-tied-hands-because-of-press-presence/
   "A group of soldiers filmed last week being forced to retreat under a hail of Palestinian rocks say they were told not to use tear gas and other non-lethal means of crowd dispersion, possibly because the incident was being filmed.
    The video was released to the Internet over the weekend, leading to much hand wringing in the IDF, which promised to review its procedures. The film shows what appears to be a humiliating defeat by fully armed IDF soldiers at the hands of a crowd of rock-slinging Palestinians.
    The troops, from a company of combat engineers, told Maariv that their hands were tied by superiors, leading to the muddled effort to contain the rioting crowd without provoking further violence. The film showed soldiers first charging toward dozens of Palestinians but then abruptly turning and fleeing under a hail of hurled stones. Three soldiers were injured, with one suffering a broken hand.
    The soldiers speculated that the presence of a large number of press photographers in the area persuaded commanding officers to deny permission. “There are always a lot of photographers there, but this time there were even more and apparently in order to prevent certain images they decided to endanger us instead,”  a solider said of his commanders in the Maariv report.
    The clash happened in a Palestinian town that has gained a reputation in recent months for being a hotbed of protest and violence, over a closed road that forces local residents to make a significant detour when travelling to Nablus. IDF soldiers and border police are routinely pelted with stones and face burning tires and molotov cokctails. [...]"


Gaza & Hamas

- Le chef en exil du Hamas Khaled Mechaal a quitté la bande de Gaza (AFP)
http://fr.news.yahoo.com/chef-exil-hamas-khaled-mechaal-quitt%C3%A9-bande-gaza-143127512.html
   "Le chef en exil du Hamas, Khaled Mechaal, a quitté lundi la bande de Gaza, au terme de sa toute première visite dans le territoire palestinien, a annoncé le ministère de l'Intérieur du gouvernement du mouvement islamiste. "Abou al-Walid (Khaled Mechaal) a quitté la bande de Gaza par le terminal de Rafah (à la frontière avec l'Egypte, NDLR) cet après-midi après sa visite historique", a déclaré à l'AFP Islam Chahwane, un porte-parole du ministère. [...] Arrivé vendredi à Gaza, M. Mechaal avait appelé le lendemain, dans un discours à l'occasion des 25 ans du Hamas, à "libérer toute la Palestine", excluant toute reconnaissance de l'Etat d'Israël et prônant l'unité palestinienne sur ce programme."
- Fin de la visite historique du chef du Hamas Khaled Mechaal à Gaza (AFP) - "Ce week-end, les dirigeants du Hamas ont ouvertement appelé à la destruction d'Israël. Mais où sont les protestations ? Où sont les résolutions de l'ONU ? Où est Abbas ?"
http://fr.news.yahoo.com/fin-visite-historique-chef-hamas-khaled-mechaal-%C3%A0-185623466.html
   "[...] Interrogé à Jérusalem lors de ses voeux annuels à la presse étrangère, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'est étonné du "silence assourdissant" du président palestinien Mahmoud Abbas et de la communauté internationale à la suite du discours du chef du Hamas à Gaza. "Ce week-end, les dirigeants du Hamas ont ouvertement appelé à la destruction d'Israël. Mais où sont les protestations ? Où sont les résolutions de l'ONU ? Où est Abbas ?", a demandé M. Netanyahu, en accusant ce dernier "non seulement de refuser de condamner (les déclarations de M. Mechaal) mais encore de déclarer son intention de s'unir avec le Hamas".
    Le mouvement nationaliste Fatah de Mahmoud Abbas et le Hamas islamiste ont échangé des déclarations conciliantes après l'appel de Khaled Mechaal à mettre fin à la division entre la Cisjordanie et la bande de Gaza. La Cisjordanie et Gaza sont gouvernées respectivement par l'Autorité palestinienne du président Abbas et par le Hamas. Le responsable du dossier de la réconciliation interpalestinienne au sein du Fatah, Azzam al-Ahmad, a salué "le discours de Khaled Mechaal, qui a été très positif sur la question des divisions interpalestiniennes"."
- Benjamin Netanyahu répond au discours de Khaled Méchaal, Dan Williams (Reuters)
http://fr.news.yahoo.com/benjamin-netanyahu-r%C3%A9pond-au-discours-khaled-m%C3%A9chaal-144350840.html
   "[...] "Lors de la journée d'hier, nous avons pu voir à nouveau le vrai visage de nos ennemis. Ils n'ont aucune intention de parvenir au moindre compromis avec nous. Ils veulent détruire notre pays", a réagi Benjamin Netanyahu au cours du conseil des ministres hebdomadaire. [...] "Nous voulons une paix véritable avec nos voisins mais nous ne nous voilerons pas la face et nous ne nous enfouirons pas la tête dans le sable", a-t-il poursuivi, en soulignant qu'Israël devait pour cette raison "résister aux pressions internationales". [...]
    "Ce qui est intéressant, c'est qu'Abou Mazen (Mahmoud Abbas, ndlr) n'a pas condamné les propos (du Hamas) appelant à la destruction d'Israël, tout comme précédemment il n'a pas condamné les tirs de roquettes sur Israël (en provenance de la bande de Gaza)", a jugé Benjamin Netanyahu. "Et à mon grand regret, il oeuvre à la réconciliation avec ce même Hamas, qui est soutenu par l'Iran." [...]"

- Meshal's speech - the one that the media wouldn't quote (Elder of Ziyon) - "Some media outlets selectively quoted Khaled Meshal's speech on Saturday. However, their quotes don't even hint at  the amount of fanaticism from Hamas' supposedly "moderate" leader". Un discours pas très long mais éloquent ; à lire.
http://elderofziyon.blogspot.fr/2012/12/meshals-speech-one-that-media-wouldnt.html

- Palestine : Hamas et Fatah multiplient les appels à l'unité (AFP)
http://fr.news.yahoo.com/palestine-hamas-fatah-multiplient-appels-%C3%A0-lunit%C3%A9-152938523.html
   "Les mouvements palestiniens rivaux Hamas et Fatah ont échangé dimanche des déclarations conciliantes, au lendemain de l'appel du chef en exil du Hamas, Khaled Mechaal, à mettre fin à la division entre la Cisjordanie et la bande de Gaza. [...] Khaled Mechaal avait plaidé pour l'unité nationale autour de toutes les formes de "résistance" face à Israël, dans un discours à l'Université islamique de Gaza dimanche. "Nous voulons l'unité nationale sur la résistance armée et la résistance populaire. Je vous exhorte à la réconciliation, à l'unité nationale et des rangs palestiniens", a déclaré le chef du Hamas. [...]"
- In new boost to unity, Hamas and Fatah allow rallies in one another’s territories, Elhanan Miller (Times of Israel)
http://www.timesofisrael.com/in-new-boost-to-unity-hamas-and-fatah-allow-rallies-in-one-anothers-territories/
   "Rapprochement between rival Palestinian factions Hamas and Fatah received a new boost on Monday, after each of the movements said it would allow the other to hold rallies in their respective territories for the first time since the groups violently broke in 2007. Observers say that Hamas’s perceived victory over Israel in operation Pillar of Defense and the Palestinian Authority’s successful bid to receive recognition as a nonmember state at the UN have allowed the two organizations to perform political overtures that were not possible before. National reconciliation remains a central demand for average Palestinians and PA President Mahmoud Abbas promised to give it priority upon his return from New York last week. [...]"


Judée-Samarie

- La Ligue arabe va verser des millions de dollars par mois aux Palestiniens (Guysen)
http://www.guysen.com/news_La-Ligue-arabe-va-verser-des-millions-de-dollars-par-mois-aux-Palestiniens_370175.html
   "Les ministres des Affaires étrangères des pays membres de la Ligue arabe, réunis dimanche à Doha (Qatar), ont approuvé l'octroi d'une aide financière d'un montant de 100 millions de dollars par mois à l'Autorité palestinienne, indiquait dimanche la chaîne qatarie Al Jazeera, précisant que cette mesure est une réponse à la décision israélienne de geler [pour un mois] le versement des taxes recueillies pour le compte de l'AP [en raison de la dette énergétique non payée des Palestiniens envers Israël]."

- Territoires disputés : l'Autorité palestinienne autorise la tenue d'un meeting du Hamas (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Territoires-disputes-l-Autorite-palestinienne-autorise-la-tenue-d-un-meeting-du-_370238.html
   "L'Autorité palestinienne a autorisé le Hamas à organiser un meeting dans les Territoires disputés pour fêter les 25 ans du mouvement terroriste, pour la première fois depuis la prise de pouvoir du Hamas à Gaza. Ce meeting est prévu jeudi à Shehem (Naplouse)."

- Un cocktail Molotov sur une voiture israélienne en Samarie (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Un-cocktail-Molotov-sur-une-voiture-israelienne-en-Samarie_370172.html
   "Des Palestiniens ont jeté un cocktail Molotov en direction d'un véhicule israélien roulant près du village de Hawara, en Samarie. Par ailleurs, des pierres ont été lancées sur un autre véhicule roulant sur la route Jérusalem-Goush Etsion. Dans les deux cas, on ne signale pas de blessés mais les voitures ont été endommagées."

- Justice : prolongation de l'arrestation des trois suspects dans l'affaire de l'incendie du véhicule palestinien à Hébron (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Justice-prolongation-de-l-arrestation-des-trois-suspects-dans-l-affaire-de-l-inc_370186.html
   "La Cour de Jérusalem a décidé de prolonger de cinq jours l'arrestation de trois suspects concernant l'incendie d'une voiture palestinienne il y a une semaine dans le sud de Hébron. La police a trouvé des empreintes qui semblent impliquer les suspects."


"Processus de paix"

- PM: E-1 plans don't preclude emergence of Palestinian state, Tovah Lazaroff (JP)
http://www.jpost.com/DiplomacyAndPolitics/Article.aspx?id=295338
   "The suggestion that Israeli construction plans for the E-1 area of Jerusalem preclude the eventual emergence of a Palestinian state is "simply false," Prime Minister Netanyahu asserted on Monday. Netanyahu's comments came in the wake of widespread international condemnation of preliminary plans to build 3,000 new housing units in the corridor connecting Jerusalem with Ma'aleh Adumim. Netanyahu reiterated that for four years his government has called for direct negotiations with the Palestinians; however, PA President Mahmoud Abbas has refused.
    The prime minister said that the government had taken many steps to advance the prospects for talks with the PA, including enhancing economic and security cooperation with Ramallah, removing road blocks, and implementing a 10-month moratorium on building in Israeli settlements. With respect to the latter, Netanyahu restated that the Palestinians refused to negotiate even during the construction freeze, and that following its expiration the PA engaged Israel for a few hours only to demand a new moratorium.
    Additionally, he said, the PA had piled up other preconditions to negotiations, including Israel's acceptance of the 1967 borders as a baseline for talks and the release of Palestinians jailed in Israel. He also named as obstacles to peace the PA's unwillingness to recognize Israel as the Jewish state or agree to end conflict. In this respect, Netanyahu denounced the world's complacency, saying the international community had exacted no price from the Palestinians for their refusal to negotiate. The prime minister pointed to the PA's recent UN statehood bid as a prime example, saying that despite the Palestinians' unilateralism, which he described as a breach of the Oslo Accords, they were not penalized. [...]"


Syrie

- La diplomatie américaine s'emploie à rassurer la Russie et Israël, Natalie Nougayrède (Le Monde) - "les Israéliens ont depuis quelque temps basculé dans leurs analyses. Tout en se gardant de beaucoup s'exprimer sur la Syrie, ils ont cessé de considérer que le maintien de Bachar Al-Assad, y compris dans un contexte de guerre civile, représentait un moindre mal".
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/12/10/syrie-washington-s-emploie-a-rassurer-la-russie-et-israel_1803146_3218.html
   "Les spéculations vont bon train, en Europe, sur les possibles motivations tactiques qui animeraient l'équipe Obama quand elle agite la peur d'un usage des armes non conventionnelles syriennes. Deux facteurs sont mentionnés. D'abord, Washington enverrait un message de réassurance à Israël, qui craint plus que tout le détournement d'engins chimiques au profit de groupes extrémistes ou terroristes ayant partie liée ou non avec la rébellion syrienne. Ensuite, la thématique des armes chimiques viserait à peser sur l'approche russe du dossier syrien, qui serait en cours d'évolution. [...]
    Personne ne peut totalement écarter la possibilité que le régime Assad, ou bien un haut responsable sentant venir la "fin" de ce qui reste du pouvoir, se livre à un acte d'une extrémité inouïe, qui serait le premier emploi d'armes chimiques au Proche-Orient depuis la guerre Iran-Irak.
    Mais l'hypothèse la plus redoutée – car jugée plus probable – est que, dans le chaos syrien, des agents chimiques puissent être saisis par des groupes radicaux hostiles aux intérêts occidentaux. Ce qui renvoie à l'aspect israélien. Selon un diplomate occidental de haut rang, les Israéliens ont depuis quelque temps basculé dans leurs analyses. Tout en se gardant de beaucoup s'exprimer sur la Syrie, ils ont cessé de considérer que le maintien de Bachar Al-Assad, y compris dans un contexte de guerre civile, représentait un moindre mal.
    Certaines sources officielles européennes pensent d'ailleurs que "la" source des récentes informations relayées par Washington sur des cas d'assemblage de précurseurs chimiques est israélienne. L'idée s'est, en outre, répandue que l'accélération d'une issue en Syrie rendrait l'environnement stratégique plus favorable pour le "traitement" du dossier nucléaire iranien.
    Barack Obama reste, fondamentalement, hostile à tout nouvel engagement militaire américain, a fortiori dans le monde musulman, ce qui devrait relativiser certaines craintes européennes de le voir s'appuyer sur des renseignements parcellaires pour lancer une opération de sécurisation des stocks chimiques syriens. L'idée américaine de mobiliser l'OTAN s'inscrit dans une volonté d'afficher une politique plus robuste face à Bachar Al-Assad, chose plus facile depuis que l'élection présidentielle américaine est passée.
    Si Washington pense à l'OTAN, estiment certains diplomates, c'est avant tout pour poser des jalons pour l'après-Assad, quand le contexte en Syrie sera plus "permissif", sans nécessairement avoir cessé d'être violent. Les contributions des alliés pourraient alors servir à un rôle de "gardiennage" des sites syriens, évitant ainsi une présence américaine trop visible au sol.
    En fonction des tractations russo-américaines actuelles, un mandat de l'ONU pourrait, peut-être, se négocier avec Vladimir Poutine. La Syrie est le seul pays arabe où un scénario de renversement de régime se produit dans un contexte de présence d'armes de destruction massive. La sécurisation de ces stocks peut être érigée en affaire de tous."

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam - dans Décembre 2012
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages