Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 23:42
France

- Entretien avec Christophe Bigot (ambassadeur de France en Israël) et Frédéric Desagneaux (consul général de France à Jérusalem) (L'Arche n°619, décembre 2009) - pour Bigot, "aucun arrangement ne peut se faire si l'on ne tient pas compte de l'environnement international - qui n'était pas propice" quand Abbas a refusé la proposition d'Olmert.
   "[...] Mais pourquoi, dis-je, alors que les relations de France et d'Israël sont au beau fixe, pourquoi faut-il que, quand Israël est confronté aux fameuses majorités automatiques, le veto vienne toujours des Etats-Unis et jamais de la France ? Christophe Bigot : "Il est important de rappeler où nous en sommes dans nos relations avec Israël. Le président Pérès m'a dit que l'amitié entre la France et Israël a atteint, aujourd'hui, la même intensité que dans les années 50-60 ! Ce qui ne signifie pas que nous devons être d'accord sur tout."
    Pour mes interlocuteurs, "la France n'est jamais neutre". Si le veto vient des Etats-Unis, c'est parce que les consultations sont constantes entre tous les partenaires. La France, pas plus que les autres démocraties, ne veut que le rapport Goldstone arrive au Conseil de Sécurité, et il n'y sera pas présenté. A l'Assemblée générale des Nations Unies, il n'y a pas de veto, et ce qui compte ce n'est pas le vote final mais bien celui des pays de l'Union européenne et des démocraties. [...]
    Je demande : Que veut, que peut Mahmoud Abbas ? N'a-t-il pas, comme à l'accoutumée chez les Palestiniens, raté avec Ehoud Olmert l'occasion d'un arrangement ? Son refus face à M. Nétanyahou vient-il de la crise avec le Hamas à l'approche des élections qu'il a fixées en janvier ou bien, semblable à Arafat, veut-il éviter de figuer dans l'Histoire comme l'homme qui a renoncé à une partie de la Palestine ? [...]
    Christophe Bigot : "Il y a la question de fond et le contexte des négociations passées. Sur le fond, le maximum de ce que les Israéliens sont prêts à concéder est encore très loin du minimum que les Palestiniens sont prêts à accepter. Quant au contexte, il faut se rappeler le degré de popularité (20 à 25%) donc d'impopularité qu'avaient atteint aussi bien Ehoud Barak qu'Ehoud Olmert. Cela posait évidemment problème, alors que la majorité de la Knesset n'avait pas l'air disposée à entériner l'accord qu'ils proposaient."
    Mais, remarqué-je, M. Mahmoud Abbas aurait eu le beau rôle, la balle aurait été dans le camp des Israéliens... "Il doit tenir compte de l'opinion dans les territoires, intervient Frédéric Desagneaux, de la démocratie qui s'y exerce. L'accord avec les Israéliens devra y être approuvé. Mahmoud Abbas ne pourrait aller contre." "Et puis, continue l'ambassadeur Bigot, aucun arrangement ne peut se faire si l'on ne tient pas compte de l'environnement international - qui n'était pas propice. Il faut y associer les pays de la région ; il faut encore que tous se mettent d'accord"."

- Tracts antisionistes : le parquet de Nanterre fait appel de la relaxe (Guysen 18:16)
   "De source judiciaire on apprend que le parquet de Nanterre a fait appel le 2 décembre du jugement de relaxe de Thomas Werlet, fondateur du groupuscule "la droite socialiste", devenu "Parti solidaire français", qui avait assimilé le sionisme "à la gangrène" et appelé à l'intifada "à Paris comme à Gaza". Le parquet de Nanterre avait requis six mois de prison avec sursis et une privation de cinq ans des droits civiques et il avait été relaxé le 1er décembre."

- L'Islam est la religion la moins acceptée par les Français selon un sondage (Guysen)
http://www.guysen.com/news_L-Islam-est-la-religion-la-moins-acceptee-par-les-Francais-selon-un-sondage_255256.html
   "D'après une étude CSA pour "Le Parisien/Aujourd'hui en France" à paraître le jeudi 10 décembre, la religion musulmane est jugée compatible avec la vie quotidienne des Français par 54% des sondés contre 72% pour la religion juive et 82% pour la religion catholique. 40% des personnes interrogées affirment que l'Islam n'est pas compatible avec leur quotidien. Par ailleurs il apparaît que les électeurs du Modem sont les plus ouverts à toutes les religions."

- « Il faut agir pour changer le regard de nos concitoyens », entretien avec Gilles Bernheim (Le Parisien) - "Il peut se faire qu’une personne soit française ou juive au sens légal mais pas au sens du vécu".
http://www.leparisien.fr/societe/il-faut-agir-pour-changer-le-regard-de-nos-concitoyens-10-12-2009-739101.php
   "« Que seulement 54 % des Français estiment que la pratique de l’islam est compatible avec la vie en société en France pose indéniablement la question de la place de cette religion dans notre pays. D’autant que nombre de nos concitoyens se montrent réservés quant à la construction de nouvelles mosquées » : commentant notre sondage, Gilles Bernheim, grand rabbin de France, est formel : « Les autorités publiques et religieuses, et en particulier les autorités musulmanes, ont l’obligation d’agir pour changer le regard de nos concitoyens sur l’islam. » Lui-même entend assumer pleinement ses responsabilités : « Je veux aller à la rencontre des musulmans qui souhaitent m’accueillir dans leurs mosquées et qui partagent avec moi le cadre républicain. Il appartient en revanche à la République de se prononcer avec fermeté sur ceux qui rejettent son cadre. »
    Le grand débat sur l’identité nationale ne risque-t-il pas de raviver les tensions entre les religions ? Non, répond le grand rabbin. Et d’expliquer : « Les juifs ont pour principe qu’il vaut toujours mieux débattre que de garder ses opinions secrètes. Un commentaire traditionnel affirme que si Caïn a tué son frère Abel, c’est parce qu’ils n’ont pas réussi à se parler, fût-ce pour se disputer. Mais encore faut-il que le débat soit cadré et que toutes les parties concernées aient voix au chapitre et soient respectueuses les unes des autres. »
    A la question qui apparaît en filigrane du débat actuel, à savoir « que signifie être Français aujourd’hui ? », Gilles Bernheim, agrégé de philosophie, répond en faisant le parallèle avec la question « qui est juif ? » : « Dans les deux cas, il y a une première réponse qui renvoie à la loi. Est français celui qui est né ainsi ou qui a été naturalisé. De la même manière, un juif est le fils d’une juive ou quelqu’un de légalement converti. A travers ces définitions, on voit bien que les identités se croisent et ne sont pas exclusives l’une de l’autre. Il y a dans les deux cas une deuxième réponse, qui est de l’ordre du vécu, des convictions, des affinités culturelles. Il peut se faire qu’une personne soit française ou juive au sens légal mais pas au sens du vécu. Pour moi, être français, c’est associer l’identité légale et l’identité vécue. »"

****************************************************************************************************************
Israël

- Jérusalem : attentat évité par les forces de sécurité (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Jerusalem-attentat-evite-par-les-forces-de-securite_255250.html
   "Les forces de police et l'armée ont arrêté un Palestinien de 20 ans au point de passage de Kalandiya et qui avait en sa possession un sac contenant plusieurs bombes. Il a avoué lors de son interrogatoire son intention de les faire exploser à l'intérieur de la capitale israélienne. Les engins ont été détruits par les artificiers."

- Manifestation haute en couleurs à Jérusalem, Tovah Lazaroff (JP) - "Stoppez les bombes iraniennes, pas nos maisons !"
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1260439873010&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Quelque 30.000 manifestants se sont rassemblés sur la place de France à Jérusalem, mercredi soir. Le message : s'opposer au moratoire du Premier ministre sur le gel des constructions dans les implantations de Judée-Samarie. Cette manifestation intervient après deux semaines de réunions d'urgence entre les dirigeants des localités, et d'affrontements quasi quotidiens avec les inspecteurs de l'administration civile. Il s'agissait du plus grand rassemblement de résidents des implantations depuis le début du mandat du Premier ministre Binyamin Netanyahou. [...]
    Les slogans chantés par les participants - des adolescents et de jeunes adultes pour la plupart - annonçaient qu'ils mettraient un terme au gel et poursuivraient la construction. "Bibi tu es Israélien, prends position avec ton peuple !" ou "Stoppez les bombes iraniennes, pas nos maisons !", pouvait-on lire sur les pancartes des manifestants. [...] "Quand Bibi parle de gel, il entend désengagement", a pour sa part expliqué le député Arié Eldad (Union nationale). "Netanyahou a l'intention de se retirer de toute la Judée-Samarie et de créer un Etat palestinien au cœur d'Israël. Ne le croyez pas quand il parle d'un gel temporaire. Vous avez confiance en lui ?", a lancé Eldad à la foule. "Nous construirons partout", a-t-il prévenu à son tour. [...]"

- Pas de colère, de la crainte, Shalom Yerushalmi (Maariv) - "le souvenir de l’évacuation des implantations de Gaza était bien présent".
http://www.ambafrance-il.org/spip.php?article7393
   "[...] ce n’était pas hier une manifestation de colère comme aux temps d’Oslo ou du désengagement qui avaient vu des centaines de milliers de manifestants envahir les places. C’était plutôt une manifestation de crainte, et le souvenir de l’évacuation des implantations de Gaza était bien présent. [...]"

- D’une main on gèle, de l’autre on investit, Itamar Eichner (Yediot Aharonot) - "si par le passé seuls 8 % des habitants des zones préférentielles étaient arabes, ils constituent 40 % des habitants des nouvelles zones" ; "le principal critère qui a été pris en compte dans le choix des localités de Cisjordanie sont les besoins en matière de sécurité".
http://www.ambafrance-il.org/spip.php?article7393
   "A l’heure même où des milliers de mitnahalim [habitants de Judée-Samarie] manifestaient devant la résidence du Premier ministre contre le gel de la construction, le cabinet de Binyamin Netanyahu a publié hier soir la nouvelle carte des « zones préférentielles » qui accorde des budgets supplémentaires à 110 000 mitnahalim.
    Le Premier ministre Netanyahu, inquiet de la profonde crise de confiance avec les mitnahalim, a demandé au directeur général de son cabinet, Eyal Gabay, d’actualiser la carte des zones préférentielle pour y inclure plusieurs dizaines de localités de Cisjordanie, pour la plupart des implantations isolées situées à l’extérieur des grands blocs. Ces localités auront droit à un budget supplémentaire de 110 millions de shekels, soit 1000 shekels par habitant.
    M. Gabay a annoncé hier que l’ensemble des zones préférentielles comptent 1,9 millions d’habitants, soit 26 % de la population israélienne. Cette nouvelle carte est aussi un changement important pour la population arabe d’Israël. En effet, si par le passé seuls 8 % des habitants des zones préférentielles étaient arabes, ils constituent 40 % des habitants des nouvelles zones, soit deux fois leur proportion dans la population générale.
    La déclaration de zone préférentielle signifie que chaque ministre, dans son domaine de compétence, doit octroyer des budgets plus importants aux localités incluses dans ces zones qu’à celles qui n’y sont pas. A titre d’exemple, le ministère de l’Education doit allouer à ces localités plus d’heures de cours et le ministère des Infrastructures doit y construire plus de routes.
    Selon le directeur général du bureau du Premier ministre, la nouvelle carte n’est pas liée au gel de la construction dans les implantations et elle a été élaborée il y a plusieurs mois. Selon M. Gabay, le principal critère qui a été pris en compte dans le choix des localités de Cisjordanie sont les besoins en matière de sécurité et ce, sur la base d’avis rédigés par les autorités militaires."

- Pour ou contre une carte des "zones prioritaires" ?, Herb Keinon (JP) - "l'objectif de cette carte consiste à relier les zones périphériques du pays à son centre ainsi que garantir aux Arabes israéliens les mêmes droits qu'aux Juifs".
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1260447407753&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Plusieurs ministres travaillistes ont vivement critiqué le Premier ministre Binyamin Netanyahou, jeudi. Ils lui reprochent d'avoir tracé une nouvelle carte des "zones prioritaires" en Israël, composée de dizaines d'implantations, soit quelque 110 000 Israéliens. Binyamin Ben-Eliezer, ministre de l'Industrie, du Commerce et du Travail, ainsi que Avishaï Braverman (Minorités) et Isaac Herzog (Affaires sociales) ont tour à tour fustigé l'initiative du Premier ministre, tout en lui demandant d'attribuer davantage de fonds au développement du Néguev et de la Galilée.
    Le bureau du Premier ministre a expliqué le nouveau plan aux journalistes, mercredi soir, et transmis une copie de la nouvelle "carte des zones prioritaires" aux membres du gouvernement, en amont d'un vote prévu lors du prochain conseil des ministres, dimanche. Les habitants concernés recevront un traitement préférentiel de la part du gouvernement, notamment en matière d'éducation, de logement et d'emploi.
    Le directeur général du bureau du Premier ministre, Eyal Gabaï, a précisé, jeudi, que l'objectif de cette carte consiste à relier les zones périphériques du pays à son centre ainsi que garantir aux Arabes israéliens les mêmes droits qu'aux Juifs. Sont concernés par l'initiative du gouvernement : 25 % de la population israélienne, dont 40 % de la communauté arabe israélienne.
    Gabaï indique, par ailleurs, que les incitations à la construction - prévues par ce plan - ne seront en aucun cas entreprises pendant la durée du moratoire (10 mois). Les implantations qui figurent parmi les "zones prioritaires" - Ariel, Nili, Betar Illit, Itamar, entre autres - ont été sélectionnées pour des raisons sécuritaires. Beaucoup de ces communautés sont situées juste en-dehors de quelques gros blocs d'implantations. D'autres critères de sélection pour la composition de la carte sont : la puissance économique des communautés, la qualité de leurs services municipaux, la distance qui les sépare du centre du pays et la quantité de nouveaux immigrants intégrés par ces localités. [...]"

- Implantations : Kadima dépose une motion de censure à la Knesset (Guysen 15:44)
   "Le groupe parlementaire Kadima a déposé jeudi à la Knesset une motion de censure contre la décision du gouvernement d’inclure des implantations isolées dans les « secteurs bénéficiant de la priorité nationale ». Mû par des motivations politiques, Binyamin Netanyahou, transfert les fonds publics vers des localités isolées, annulant ainsi ses déclarations sur « deux Etats pour deux peuples », affirme-t-on à Kadima."

- Une université arabe en Israël ? (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/12/une-universite-arabe-en-israel/
   "Lors d’un colloque sur « l’enseignement supérieur dans la société arabe d’Israël », qui se tient ce jeudi à Nazareth sous l’égide d’une fondation israélo-américaine pour l’éducation et du ministère des Sciences et de la Technologie, les participants ont envisagé la création d’une université arabe en Israël. L’une des études réalisées pour ce colloque indique qu’un grand nombre d’étudiants arabes du pays se rendent en Jordanie pour acquérir leur formation universitaire."

**********************************************************************************************************************
Gaza & Hamas

- Coups de feu à la frontière de la Bande de Gaza (Guysen 14:28)
   "Des Palestiniens ont ouvert le feu sur des ouvriers israéliens qui effectuaient des travaux d’ingénierie, près de la barrière de sécurité, au niveau du kibboutz Ein Hashlosha. On ne signale pas de blessés."

- Le Hamas prêt à une offensive, Yaakov Katz (JP) - "On soupçonne que 80 % des lieux de prières sont d'ores et déjà sous le contrôle du Hamas".
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1260181037731&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Des armes iraniennes de pointe, des missiles à longue portée, des silos de missiles, des dizaines de kilomètres de tunnels souterrains. Voilà, à peu près, ce à quoi sera confronté Israël en cas de conflit avec le Hamas dans la bande de Gaza.
    Depuis la fin de l'opération Plomb durci, il y a près d'un an, l'organisation terroriste a développé sa contrebande d'arme et exploite aujourd'hui des centaines de tunnels le long du couloir de Philadelphie. Elle s'est clandestinement dotée de dizaines de roquettes longue portée qui peuvent atteindre Tel-Aviv et de missiles antiaériens. Le Hamas est considéré comme ayant un nombre important de missiles anti-char et "Konkurs 9M113", qui ont une portée de quatre kilomètres et sont capables de percer les armures lourdes.
    En outre, le Hamas semble avoir aujourd'hui quelques milliers de roquettes, dont plusieurs centaines d'une portée de 40 kilomètres et plusieurs dizaines avec une fourchette comprise entre 60 et 80 km. Les évaluations du renseignement que le Hamas entrepose cet arsenal dans les tunnels de la bande de Gaza, éventuellement en plusieurs composants. L'Iran fournit déjà le Hamas en roquettes Katioucha que les ingénieurs du Hamas assemblent. [...]
    Le Hamas a en outre développé ses infrastructures civiles, notamment les mosquées. que le groupe terroriste a déjà largement utilisées pour stocker, voire lancer, des roquettes sur Israël. On soupçonne que 80 % des lieux de prières sont d'ores et déjà sous le contrôle du Hamas."

- Shimon Pérès : "le Hamas se prépare à la prochaine guerre" (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Shimon-Peres-le-Hamas-se-prepare-a-la-prochaine-guerre-_255262.html
   "A l'occasion d'un rencontre avec le nouvel ambassadeur turc en Israël, le chef de l'Etat juif en a profité pour prévenir l'émissaire d'Ankara que la priorité actuelle du Hamas était de se préparer à la prochaine guerre."

- L'Egypte dément la construction d'un mur en acier pour stopper les tunnels (Guysen) - Le Caire pourrait souhaiter rester discret pour parer l'accusation de "trahison".
http://www.guysen.com/news_L-Egypte-dement-la-construction-d-un-mur-en-acier-pour-stopper-les-tunnels_255358.html
   "Selon des articles parus jeudi dans les journaux Al Masri Al Yom et El Shorouk, la police a démenti les nouvelles selon lesquelles elle se préparait à construire une barrière en acier à sa frontière avec Israël. Les experts sécuritaires interrogés ont répondu que le Caire voulait supprimer le blocus de Gaza et ouvrir les points de passage. Ils ont de plus souligné que l'Egypte s'employait à arrêter la contrebande et que le pays était capable d'y arriver sans construire de barrière."

- 30 000 vaccins contre la grippe A transférés à Gaza (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/12/30-000-vaccins-contre-la-grippe-a-transferes-a-gaza/
   "Les autorités israéliennes ont décidé de transférer à Gaza plus de 30 000 vaccins contre la grippe A envoyés par l’OMS (Organisation mondiale de la Santé). Ces doses s’ajoutent à 10 000 autres qui ont déjà été données aux Palestiniens ces derniers jours suite à la propagation de la maladie qui a fait quatre morts dans cette région."

- Dossier Shalit : les tractations butent sur 24 détenus (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Dossier-Shalit-les-tractations-butent-sur-24-detenus-journal-_255292.html
   "Selon un journal koweïtien, les dissensions autour du dossier Shalit ne porteraient plus que sur 24 détenus palestiniens, dont 8 ''qu'Israël ne peut absolument pas libérer'' : Marwan Barghouti (chef des Tanzim), Ahmed Saadat (chef du FPLP), les cadres du Hamas Abdallah Barghouti, Abbas a-Sayid, et Ibrahim Hamed, ainsi que les terroristes féminines Amana Mouna, Ahlam Tamimi, et Kahara Saadi."
- Le Fatah pessimiste quant à l'issue prochaine du dossier Shalit (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Le-Fatah-pessimiste-quant-a-l-issue-prochaine-du-dossier-Shalit_255293.html
   "''Je ne vois pas comment un accord sera conclu entre Israël et le Hamas car je ne vois pas comment le Hamas renoncera aux détenus 'lourds' et comment Netanyahou acceptera de les libérer'', a déclaré un cadre du Fatah, sur fond de rumeurs de progrès dans le dossier Shalit. Selon lui, le Hamas est très influencé par l'Iran et la Syrie qui ne jouent pas la carte de l'apaisement."
- Mecha’al accuse Israël (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/12/mechaal-accuse-israel/
   "Le chef terroriste du Hamas « en exil » à Damas Khaled Mecha’al a déclaré jeudi qu’Israël torpillait l’accord devant mener à la libération du soldat Guilad Shalit. Le terroriste de Damas a déclaré que la transaction ne serait possible que si Israël acceptait toutes les exigences du Hamas."

*********************************************************************************************************************
Judée-Samarie & AP

- Prostitution forcée dans les Territoires ?, Rachelle Kliger (Media Line) - "La plupart de ces femmes ont subi des sévices sexuels par les membres de leur famille, par leurs pères en particulier" ; "Elles expliquent avoir recours à la prostitution pour échapper à la violence et aux abus sexuels".
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1260447409642&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "D'après un rapport publié mercredi, de plus en plus de femmes se voient obligées de se livrer à la prostitution dans la bande de Gaza et les territoires palestiniens de Judée-Samarie. Intitulé "Trafic et prostitution forcée des femmes et jeunes filles palestiniennes : formes d'esclavage des temps modernes", le rapport est soutenu par le Fonds de développement des Nations unies pour la femme (UNIFEM). Les recherches ont été menées par l'ONG palestinienne SAWA-AII au premier semestre 2008.
    "La situation économique, la pauvreté et la violence domestique les y conduisent", explique Jalal Khadr, représentant de SAWA-AII, à Media Line. "Cette question touche les droits de l'Homme et doit faire partie des négociations entre les Palestiniens et Israël (…). Il est important de créer une coopération entre les ONG et l'Autorité palestinienne (AP) pour combattre ce phénomène."
    Le rapport a été publié dans le cadre de la campagne mondiale destinée à combattre la violence envers les femmes. A partir de témoignages de propriétaires d'hôtels, de policiers, de chauffeurs de taxi, d'avocats et des victimes elles-mêmes, il constitue un document rare sur le trafic de femmes et la prostitution forcée dans les territoires palestiniens. Il évoque même un trafic possible entre Israël, la Judée-Samarie et la bande de Gaza. "Quatorze femmes et jeunes filles, âgées de 14 à 28 ans, ont été amenées de force dans les Territoires", affirme le rapport. "Elles mendient le jour et se prostituent la nuit."
    La plupart de ces femmes ont subi des sévices sexuels par les membres de leur famille, par leurs pères en particulier, d'après le rapport. Elles expliquent avoir recours à la prostitution pour échapper à la violence et aux abus sexuels. Si elles retournent chez elles, elles sont la plupart du temps obligées de cacher leurs activités à leurs familles pour ne pas être frappées d'ostracisme. Le rapport révèle plusieurs cas précis où le trafic de femmes a été utilisé pour faire face aux difficultés économiques."

***********************************************************************************************************************
Liban, Hezbollah & Syrie

- Israël pourrait se retirer de Ghajar à la frontière libanaise (AP) - "Israël demande des garanties de sécurité avant tout retrait".
http://fr.news.yahoo.com/3/20091210/twl-israel-liban-ghajar-retrait-951b410.html
   "Le ministre israélien des Affaires étrangères a déclaré qu'Israël pourrait se retirer bientôt de la partie nord du village de Ghajar, à la frontière libanaise, mais que cela dépendrait du gouvernement libanais. Avigdor Lieberman a fait cette annonce lors d'une rencontre avec son homologue italien mercredi soir, selon ses services.
    Le village de Ghajar est séparé en deux par une frontière délimitée en 2000 par les Nations unies, entre le Liban et le plateau du Golan, capturé par Israël à la Syrie lors de la guerre des Six-Jours en 1967 et annexé ensuite. L'Etat hébreu occupe cependant la totalité du village depuis la guerre de l'été 2006 contre la guérilla libanaise du Hezbollah. Il a laissé entendre qu'il était prêt à se retirer après la défaite du Parti de Dieu aux élections libanaises cet été, mais le mouvement chiite pro-iranien possède encore quelques ministres au gouvernement et Israël demande des garanties de sécurité avant tout retrait."

- Un nouveau commandant pour la Finul (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Un-nouveau-commandant-pour-la-Finul_255350.html
   "Le secrétaire-général des Nations Unies, Ban Ki-Moon a annoncé jeudi la nomination du général espagnol Alberto Asarta Cuevas à la tête des forces de maintien de la paix au Liban. Il succède au général italien Claudio Graziano, dont le service se terminera le 28 janvier 2010."

- Loi sur le Golan : Ehud Barak est rentré dans le rang, la balle est dans le camp du peuple, Arik Bender (Maariv) - Même Dan Meridor l'a votée.
http://www.ambafrance-il.org/spip.php?article7393
   "Toute décision concernant une restitution de territoires dans le Golan et à Jérusalem-est dans le cadre de futurs accords de paix devra être approuvée par le vote populaire. C’est ce qu’a approuvé hier la Knesset à une large majorité de 68 députés contre 22.
    Peu avant le vote, le président du parti travailliste et ministre de la Défense, Ehud Barak, a publié un communiqué dans lequel il se disait opposé à cette proposition de loi qui prévoit que tout retrait d’un territoire sous pleine souveraineté israélienne devra être approuvé par la Knesset puis par référendum. Cette loi, affirmait Barak, « fait apparaître Israël aux yeux du monde comme un pays qui refuse la paix. Elle imposera des impératifs inutiles au Premier ministre lorsqu’il voudra entamer des négociations avec la Syrie, si importantes pour Israël ».
    Toutefois, une heure plus tard, M. Barak a fait savoir qu’il n’a d’autre choix que de voter en faveur de la loi, le parti Meretz menaçant de faire du vote une motion de censure. Cette menace n’a finalement pas été mise à exécution, mais Ehud Barak a malgré tout choisi de soutenir la proposition de loi. Le ministre des Infrastructures, Binyamin Ben Eliezer, a fait de même. Les autres députés travaillistes présents, Daniel Bensimon, Eitan Kabel et Shelly Yahimovitz, ont voté contre.
    Tous les ministres du Likoud se sont joints au Premier ministre Netanyahu et ont voté pour l’instauration d’un référendum, y compris Dan Meridor, qui s’y était opposé et avait même fait appel de la décision du gouvernement de soutenir la proposition de loi. Une commission spéciale dirigée pas le député Yariv Levin du Likoud doit à présent préparer le texte en vue de son vote en deuxième et troisième lectures."

- Syrie: pas de négociations avec Israël sans engagement de retrait du Golan (AFP)
http://lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-41135900@7-60,0.html
   "La Syrie a écarté jeudi une reprise des négociations de paix avec Israël sans un engagement israélien d'un retrait total du Golan, et dénoncé le vote en première lecture à la Knesset d'un projet de loi imposant un référendum préalable à tout éventuel retrait du Golan. "Le gouvernement israélien actuel de (Benjamin) Netanyahu est conscient que la Syrie ne reprendra pas les négociations indirectes par l'entremise de la Turquie si ce Premier ministre ne s'engage pas à un retrait total du Golan", a affirmé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué à Damas. [...]"

**************************************************************************************************************************
Egypte

- Le hijab sur la tête, les "ladyguards" d'Egypte veillent (AFP) - "Les Egyptiennes sont nombreuses à se plaindre du harcèlement endémique qu'elles subissent dans les rues".
http://www.lesechos.fr/depeches/monde/afp_00210813-le-hijab-sur-la-tete--les--ladyguards--d-egypte-veillent.htm
   "Hijab sur la tête, elles s'entraînent à l'aïkido dans une salle de sports de la banlieue du Caire: Dawlat et ses collègues figurent parmi les toutes premières Egyptiennes à exercer un métier rare dans cette société conservatrice, celui de garde du corps. [...] c'est le caractère encore traditionnel de la société égyptienne qui a créé le besoin d'un service spécifique de gardes du corps féminins, même si l'idée s'est au départ heurtée à un certain scepticisme. "Au bout du compte, nous sommes une société moyen-orientale", reconnaît-il. "Lorsqu'une femme franchit un contrôle de sécurité, elle préfère être fouillée par une femme plutôt que par un homme". [...]
    Alors que la situation des femmes laisse à désirer en Egypte, où le conservatisme religieux a gagné du terrain ces dernières années, les "ladyguards" voient dans leur profession l'occasion de prouver leur valeur. [...] "J'aime l'idée de protéger des personnalités importantes et de me défendre partout et n'importe quand", raconte Dawlat Al-Amine, 20 ans, à qui un instructeur d'aïkido enseigne des gestes de défense dans un club de gymnastique d'Héliopolis, dans la banlieue est du Caire. "Il est important pour moi d'être capable de protéger mon intégrité", poursuit-elle. Les Egyptiennes sont nombreuses à se plaindre du harcèlement endémique qu'elles subissent dans les rues. [...]"

******************************************************************************************************************************
Monde arabe

- Processus de paix : les Etats-Unis veulent une implication saoudienne (Guysen) - "Nous sommes persuadés que les Saoudiens peuvent aider la partie palestinienne à retourner à la table des négociations". Bon courage.
http://www.guysen.com/news_Processus-de-paix-les-Etats-Unis-veulent-une-implication-saoudienne_255265.html
   "Des officiels américains ont exhorté le ministre des Affaires étrangères saoudien Saud al-Faisa de s'impliquer dans les négociations de paix israélo-palestiniennes. La demande a été effectuée au cours de la visite du ministre au Département d'État américain lundi 8 décembre. "Nous sommes persuadés que les Saoudiens peuvent aider la partie palestinienne à retourner à la table des négociations", a ainsi affirmé un responsable américain au Jerusalem Post."

- L'Arabie saoudite a déjoué des attentats des rebelles chiites (Guysen)
http://www.guysen.com/news_L-Arabie-saoudite-a-dejoue-des-attentats-des-rebelles-chiites_255282.html
   "Ryad a déjoué dernièrement des attentats préparés par des rebelles chiites déguisés en soldats yéménites. Des sources militaires saoudiennes ont confié au journal Asharq al-Awsat, que les soldats saoudiens ont désormais pour instruction de ne plus faire confiance aux rebelles chiites affirmant vouloir se rendre, car il pourrait s'agir de terroristes-suicides."

- Les pays islamiques demandent l'annulation du référendum suisse (Guysen)
   "L'Organisation de la conférence islamique a demandé jeudi aux autorités suisses d'"invalider le vote" anti-minarets, de crainte d'interdictions similaires en Europe. "Les autorités suisses doivent considérer les moyens constitutionnels ou légaux pour invalider ce vote", a indiqué l'ambassadeur pakistanais auprès de l'Onu Zamir Akram."

****************************************************************************************************************
Turquie

- Erdogan met en garde Israël (JP) - ce dernier "recevra une réponse égale à celle d'un tremblement de terre" s'il survole l'Anatolie.
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1260181038159&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdog a prévenu Israël. Si l'Etat juif venait à violer son espace aérien pour mener des opérations de reconnaissance en Iran, la réaction d'Ankara sera telle un "tremblement de terre". Le dirigeant turc a été très clair lors d'une interview accordée au journaliste égyptien Fahmi Huwaidi et publiée jeudi matin.
    Répondant à une question sur les rumeurs qu'Israël serait entré dans l'espace aérien dans le but d'espionner, Erdogan a affirmé qu'une telle chose ne s'était pas produite. Les conséquences seraient terribles dans le cas contraire. "[Israël] recevra une réponse égale à celle d'un tremblement de terre", a-t-il menacé, exhortant les dirigeants d'Israël à "ne pas utiliser leurs relations [avec la Turquie] comme une carte pour agresser une tierce partie". Ankara ne sera pas neutre et ne restera pas de côté les bras croisés, a-t-il enchéri.
    Evoquant l'opération Plomb durci à Gaza, Erdogan a déclaré qu'Israël ne pouvait pas raisonnablement espérer participer à un exercice militaire joint avec la Turquie après avoir "balayé" le peuple de Gaza. Il a soutenu que la politique du gouvernement turc envers Israël était non seulement inspirée, mais aussi soutenue, par le scrutin du public. "Nous ne pouvons pas défier les sentiments du peuple turc qui a été énormément affecté par ce qui s'est passé lors de l'agression à Gaza", a affirmé le Premier ministre Erdogan."

********************************************************************************************************************
Iran

- L'Iran soutient la résistance jusqu'à la libération de Jérusalem (Guysen 13:54)
   "Le ministre iranien de la Défense Ahmad Vahidi s'est entretenu à Damas avec les leaders des organisations terroristes palestiniennes et a fait part de son soutien à la ''lutte armée contre Israël''. ''L'Iran soutiendra la résistance au Liban et à Gaza jusqu'à la libération de Jérusalem'', a-t-il affirmé."

- Un officiel iranien accuse ''des pays arabes de se liguer contre l'Iran'' (Guysen 13:45)
   "Le général iranien Yahya Rahim-Safavi, conseiller des affaires militaires de l'ayatollah Ali Khamenei, a accusé mercredi ''certains pays arabes de comploter contre l'Iran''. S'exprimant sur l'attentat du Sistan-Balouchistan où une quinzaine d'officiers des Gardiens de la révolution ont trouvé la mort il y a quelques mois, il a déclaré que l'attaque est le résultat d'un ''complot des agences de renseignement des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, du Pakistan et d'autres pays riches sur la rive sud du golfe Persique''."

- L'Iran cherche à se procurer de l'équipement nucléaire par Taiwan (Guysen)
http://www.guysen.com/news_L-Iran-cherche-a-se-procurer-de-l-equipement-nucleaire-par-Taiwan_255352.html
   "Selon un article publié jeudi dans le Telegraph britannique, des responsables des l'Onu enquêtent sur des allégations selon lesquelles Téhéran cherche à se procurer de l'équipement nucléaire par l'intermédiaire de sociétés taïwanaises. Certaines pièces auraient déjà atteint l'Iran par des voies de contrebande."

- Les Occidentaux menacent l'Iran de nouvelles sanctions (Reuters) - Moscou reste réticente.
http://fr.news.yahoo.com/4/20091210/twl-iran-nucleaire-onu-bd5ae06.html
   "Les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne ont menacé jeudi l'Iran de nouvelles sanctions s'il persiste à ignorer les résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu réclamant le gel de ses activités nucléaires sensibles.
    "S'il persiste à refuser les mesures de confiance les plus minimes, le dialogue et la transparence (...), nous devons en tirer toutes les conclusions et cela suppose une nouvelle résolution porteuse de sanctions. Il n'y a plus de raison d'attendre", a déclaré Gérard Araud, ambassadeur de France auprès des Nations unies, s'adressant aux membres du Conseil de sécurité. "Nous lançons un dernier appel à la République islamique d'Iran pour l'inviter à répondre à notre offre de négociation. Si l'Iran ne le fait pas à court terme, la France proposera une nouvelle résolution assortie de sanctions", a-t-il ajouté par la suite, interrogé par la presse.
    Son homologue américaine, Susan Rice, a rappelé que Washington était favorable à l'adoption d'un quatrième train de sanctions, sans en préciser le calendrier. "Si l'Iran continue à ignorer ses obligations, la communauté internationale devra envisager de nouvelles sanctions", a-t-elle répété devant le Conseil de sécurité. [...]
    Un peu plus tôt à Moscou, un représentant du ministère des Affaires étrangères avait exprimé l'hostilité de la Russie à de nouvelles mesures de représailles. "Les sanctions ne sont pas notre langage. Cela a été dit à de nombreuses reprises", a expliqué Andreï Nesterenko. "Avec nos partenaires du groupe des Six, nous sommes partisans des méthodes politiques et diplomatiques pour résoudre tous les problèmes qui surgissent", a-t-il ajouté. [...]"

- Nouvelles menaces des Occidentaux contre l'Iran (AFP) - Tokyo "relève avec préoccupation des violations systématiques sous la forme d'exportations illégales d'armes par l'Iran".
http://lemonde.fr/proche-orient/article/2009/12/10/nouvelles-menaces-des-occidentaux-contre-l-iran_1279012_3218.html#ens_id=677013
   "Les Occidentaux ont menacé l'Iran, jeudi 10 décembre, de nouvelles sanctions au Conseil de sécurité si Téhéran continue de violer ses obligations internationales. "L'heure tourne. Nous lançons un dernier appel à l'Iran pour qu'il réponde aux offres de la communauté internationale", a déclaré l'ambassadeur de France, Gérard Araud. [...]
    Les deux diplomates s'exprimaient à l'issue d'une réunion du Conseil de sécurité lors de laquelle le président du comité chargé du suivi des résolutions sanctionnant l'Iran pour ses activités nucléaires sensibles, l'ambassadeur du Japon Yukio Takasu, a accusé Téhéran de violations graves et répétées de ces résolutions. "Le comité relève avec préoccupation des violations systématiques sous la forme d'exportations illégales d'armes par l'Iran", a notamment dit M. Takasu.
    Il a rappelé les récents arraisonnements par des pays tiers de deux navires transportant des armes en provenance d'Iran et destinées à un autre Etat. Des commandos de l'armée israélienne avaient arraisonné le 4 novembre un cargo allemand battant pavillon d'Antigua, le Francop, près des côtes chypriotes, qui transportait 500 tonnes d'armes. Selon Israël, la cargaison était originaire d'Iran et destinée au mouvement chiite libanais Hezbollah via la Syrie."

- Amnesty : le rapport sur l'Iran est le pire en 20 ans, Tali Minsberg (JP) - "Les autorités iraniennes empêchent Amnesty International de se rendre en Iran pour enquêter sur les violations des droits de l'Homme depuis trente ans".
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1260439873793&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Le nouveau rapport d'Amnesty International est affligeant. Il concerne les nombreuses violations des droits de l'Homme commises par l'Iran. Les conclusions : il s'agit du "pire rapport en 20 ans". Le document cite les abus constatés avant, durant, et après les élections présidentielles de juin dernier, divers témoignages et cas d'études à l'appui. Il exhorte la direction iranienne à permettre aux experts des droits de l'Homme de l'ONU de se rendre en Iran et de les aider à enquêter d'une manière indépendante.
    Les témoignages proviennent d'individus qui, comme l'ancien détenu Ali Kheradnejad, ont fui l'Iran et dénoncé les exactions menées dans leur pays. Kheradnejad a notamment cité l'exemple de deux étudiants : l'un d'eux, Amir Javadifar, est mort en détention suite à de mauvais traitements. L'autre, dont le nom n'a pas été cité, est arrivé à la prison Evin dans un état critique. "Son nez était cassé et ses vêtements couverts de sang, mais personne n'est venu à son aide", rapporte Kheradnejad.
    Le rapport de 80 pages d'Amnesty cite également le cas d'un détenu qui relate la manière dont il a été traité au centre de détention de Kahrizak, où il a été retenu environ 58 jours dans un container. "Pendant une séance d'interrogatoire ils m'ont montré les images de mon fils dans les rues de Téhéran", raconte le détenu. "On m'a dit qu'il était en détention et qu'il serait violé si je n'avouais pas. Après avoir vu les images, j'ai perdu le contrôle et commencé à pleurer. Je leur ai supplié de ne pas faire de mal à mon fils. J'ai été battu avec un bâton jusqu'à perdre connaissance et ai été ramené dans le container."
    Le gouvernement iranien a créé deux organismes chargés d'enquêter sur la crise qui a suivi les élections. Or, le rapport d'Amnesty International note : "Le niveau d'investigations du gouvernement semble davantage destiné à cacher qu'à exposer la vérité." Les autorités iraniennes empêchent Amnesty International de se rendre en Iran pour enquêter sur les violations des droits de l'Homme depuis trente ans."

********************************************************************************************************************
USA

- Barack Obama : «La guerre est parfois justifiée», Constance Jamet (Le Figaro) - «Dire vouloir la paix ne suffit pas à l'obtenir» : à ressortir aux anti-israéliens dont les prétendues "solutions pour la paix" enfanteraient la guerre.
http://www.lefigaro.fr/international/2009/12/10/01003-20091210ARTFIG00723-prix-nobel-la-gratitude-et-l-humilite-d-obama-.php
   "Le président américain a reçu, jeudi à Oslo, son prix Nobel de la Paix «avec humilité et gratitude», quelques jours seulement après avoir décidé d'intensifier l'effort de guerre en Afghanistan. [...] «Dire vouloir la paix ne suffit pas à l'obtenir», a asséné le président américain, ancien professeur de droit. «Si la paix est l'objectif, la guerre est parfois justifiée», a-t-il insisté. «Un mouvement non violent n'aurait pu stopper Hitler ou persuader al-Qaida de déposer les armes», a-t-il cité en exemple. «Dire que la violence est nécessaire n'est pas cynique mais une reconnaissance de l'histoire et des imperfections de l'homme». «Avec le sang de nos citoyens nous avons œuvré à un monde plus juste de l'Allemagne à la Corée. Nous avons amené la démocratie dans les Balkans. Nous n'agissons pas par intérêt mais nous voulons un avenir meilleur pour nos enfants». [...]"

**********************************************************************************************************************
Europe

- L'UE accuse Israël de jouer la division sur la question de Jérusalem-Est (AP) - Pour Stockholm, l'Etat juif est un "diviseur". C'est aussi ce que dit Dieudonné à propos du "sioniste". NB : la Suède n'a jamais visité Israël pendant sa présidence de l'UE, une première.
http://fr.news.yahoo.com/3/20091210/twl-ue-israel-palestiniens-jerusalem-951b410.html
   "L'Union européenne a accusé jeudi Israël d'essayer de diviser ses 27 membres pour revenir sur une résolution adoptée mardi appelant à faire de Jérusalem la capitale partagée d'Israël et d'un futur Etat palestinien. [...] Jeudi, le ministre suédois des Affaires étrangères Carl Bildt, dont le pays préside actuellement l'UE, a appelé Israël à arrêter ses tentatives de division. Il a estimé que le vote de mardi montrait que l'UE était "une force cohésive et claire" sur les affaires mondiales, dont le Proche-Orient. L'Etat hébreu "ne devrait pas penser que la relation avec l'Europe est 'diviser pour mieux régner'", a ajouté M. Bildt. [...]"

- Danemark : l’antisémitisme est répandu chez les immigrés musulmans (Bivouac) - Pour 65,8% des 5 groupes d’immigrés, on « n’est jamais assez méfiant concernant les Juifs au Danemark », et pour 31,9% d’entre eux, « il y a trop de Juifs au Danemark » ; "les sentiments anti-juifs sont remarquablement plus répandus chez les immigrés qui se définissent comme musulmans que chez les immigrés chrétiens".
http://www.bivouac-id.com/2009/12/10/danemark-lantisemitisme-est-repandu-chez-les-immigres-musulmans/
   "Source : Islam in Europe (source originelle en danois : Kristeligt Dagblad)
    La méfiance et les préjugés envers les Juifs au Danemark ne prospèrent pas seulement dans les milieux extrémistes. Jusqu’à 75% des immigrés de 5 pays différents, et 20% des Danois de souche ont des sentiments anti-Juifs. Ces chiffres proviennent d’une nouvelle étude parue dans le livre “Danmark og de fremmede: Om mødet med den arabisk-muslimske verden” (Le Danemark et les étrangers : de la rencontre avec le monde arabo-musulman) qui sera publié vendredi. Cette étude est basée sur des entretiens avec 1503 immigrés de 5 groupes différents : Turcs, Pakistanais, Somaliens, Palestiniens et ex-Yougoslaves, ainsi que 300 Danois de souche.
    Tous se sont vu poser trois questions ayant trait à leurs sentiments envers différentes communautés de la société, pas seulement les Juifs. mais c’est envers les Juifs que les cinq groupes sont manifestement les plus méfiants et ont le plus de préjugés. Pour 65,8% des 5 groupes d’immigrés, on « n’est jamais assez méfiant concernant les Juifs au Danemark ». 75,2% d’entre eux ne veulent pas qu’un membre de leur famille épouse un Juif danois. Et pour 31,9% d’entre eux, « il y a trop de Juifs au Danemark ». « Cette étude montre que les manifestations de sentiments anti-juifs ne sont certainement pas réservées aux seuls milieux extrémistes. Elles sont de très loin plus répandues chez les immigrés que nous ne l’imaginons habituellement », explique le Professeur Peter Nannestad de l’Institut de science politique de l’université de Aarhus, qui a réalisé l’étude.
    Mais les Danois de souche ne sont pas pour autant exempts de sentiments anti-juifs. Par exemple, 18,2% d’entre eux pensent qu”on « n’est jamais assez méfiant concernant les Juifs au Danemark », et 14,7% d’entre eux ne veulent pas voir un membre de leur famille épouser un Juif danois. Selon Peter Nannestad, ces chiffres ne sont pas surprenants, ils correspondent grosso modo à ceux qu’on retrouve dans d’autres études. Il fait référence à une étude américaine sur l’antisémitisme en Europe qui avait dressé un portrait similaire des sentiments des Danois à l’égard des Juifs.
    L’étude montre par ailleurs que les sentiments anti-juifs sont remarquablement plus répandus chez les immigrés qui se définissent comme musulmans que chez les immigrés chrétiens."

- Presse espagnole: les Juifs dominent le Honduras (Philosémitisme) - El Mundo : "ils sont l'oligarchie", "ce sont les élus d'un pays qui compte 70% de pauvres", "sans admettre qui que ce soit dans leur club de "puissants"."
http://philosemitismeblog.blogspot.com/2009/12/presse-espagnole-les-juifs-dominent-le.html
   "Quiconque a un minimum de connaissances sur la situation politique actuelle au Honduras trouvera ce titre absurde ... tous sauf Jacobo G. García, correspondant de El Mundo [La ligne éditoriale de El Mundo se situe à droite - le quotidien est proche du Partido Popular] à Tegucigalpa. Pour García les vrais coupables de ce qui se passe dans ce pays d'Amérique centrale sont cinq familles juives. Voici ce qu'il écrit [Son la oligarquía - Honduras, un país de cinco familias]:
    "[...] ils sont l'oligarchie. Un terme tombé en désuétude dans le monde développé, mais, dans le troisième pays le plus pauvre d'Amérique, il signifie une poignée de familles qui se sont coordonnées avant et après le coup d'état qui renversa le président qui flirtait avec le chavisme. [...]
    Bien qu'on les appelle "les Turcs" ce sont en réalité des familles d'origine juive originaires de pays arabes qui se sont installées au Honduras dans les années 40 et 50 loin du désert et des conflits. Ce sont les Rosenthal, les Facussé, les Larach, les Nasser, les Kafie et les Goldstein. Cinq [j'en compte six ...] patronymes qui contrôlent des usines (d'assemblage), l'énergie thermique, les télécommunications, le tourisme, la banque, les finances, les moyens de communication, les cimenteries et le commerce, les aéroports et le Sénat. Pratiquement tout. C'est ce noyau dur de 3% d'Honduriens qui contrôle 40% de la production nationale. Ce sont les élus d'un pays qui compte 70% de pauvres."

    Je ne conteste pas que les Juifs occupent une place importante dans la société hondurienne et, le signaler, n'a rien de tendancieux. Mais la donne change lorsque le correspondant utilise des termes très proches de ceux utilisés par le régime de la Russie tsariste dans Les Protocoles des Sages de Sion : "oligarchie", "noyau dur", "les élus". Sans fournir la moindre preuve, Garcia les accuse de s'être "coordonnés" pour renverser Zelaya et les décrit comme des membres d'on ne sait quel club de "puissants" (ah oui, le lobby !):
    "A leur arrivée, la plupart ne savaient ni lire ni écrire ni parler l'espagnol, mais ils ont prospéré derrière un comptoir, en fondant des journaux, en exploitant des mines ou en apportant l'électricité et le téléphone dans le pays. Ils se marièrent entre eux, envoyèrent leurs enfants dans des universités américaines, prirent la place de la bourgeoise traditionnelle (d'origine espagnole et allemande) et trois générations plus tard ils continuent à contrôler le pays sans admettre qui que ce soit dans leur club de "puissants"."
    Comme on peut le constater nous sommes en présence d'une version actualisée de la rancie théorie antisémite de la conspiration juive."

- La GB marque les produits de Judée Samarie, Yael Ancri (Arouts 7) - "A Jérusalem, on se rappelle tous les boycotts britanniques que ce soit sur le plan universitaire ou économique".
http://www.actu.co.il/2009/12/la-gb-marque-les-produits-de-judee-samarie/
   "[...] D’après Ynet, le site Internet du journal Yédiot Aharonot, le gouvernement britannique a recommandé aux magasins du Royaume Uni de marquer de façon claire les produits en provenance des « colonies » de Judée Samarie et du plateau du Golan. D’après les informations arrivées jeudi à ce sujet au ministère des Affaires étrangères, le gouvernement britannique a conseillé à tous les supermarchés, épiceries et autres magasins vendant des produits importés de localités juives de ces régions d’Israël d’y coller une étiquette bien visible afin d’informer les clients.
    Jérusalem a dénoncé cette décision, mais les Anglais ont expliqué qu’il ne s’agissait pas d’un boycott, mais seulement d’une recommandation visant à aider les consommateurs qui ne sont pas intéressés à acheter ces produits. La nouvelle mesure part donc d’un bon sentiment puisqu’il s’agit, selon la Grande Bretagne, de ne pas induire les clients en erreur.
    Au ministère israélien des Affaires étrangères on a quelques difficultés à comprendre cette décision, car c’est bien de boycott qu’il s’agit : les dits clients à ne pas tromper doivent bien avoir une raison pour ne pas vouloir acheter des produits en provenance des « colonies ». Aussi, le ministère envisage-t-il de réagir fermement face à cette décision discriminatoire. A Jérusalem, on se rappelle en effet tous les boycotts britanniques que ce soit sur le plan universitaire ou économique.
    Des diplomates israéliens ont confié au site Ynet qu’il s’agissait à leur avis d’une « démarche inquiétante. » Et d’ajouter : « Une telle mesure n’a jamais été prise contre un autre pays. S’il s’agit seulement d’un souci de transparence à l’égard du consommateur britannique, pourquoi cette mesure n’est pas prise contre les produits venant d’Etats pouvant être cause d’une inquiétude beaucoup plus sérieuse pour les consommateurs. Ceci prouve qu’il s’agit bien d’une mesure visant volontairement Israël. »"

- "Ô Belgique chérie !", Sara Brajbart (L'Arche n°619, décembre 2009) - "La figure christ
ique du Palestinien émeut ce pays plus catholique que d'autres" ; "Des signaux de danger qui s'allument ici et là, surtout en Flandre où l'antisémitisme s'affiche sans complexes et où le rejet d'Israël est le plus virulent" ; "La Belgique n'a toujours pas payé sa dette envers le Congo, son ancienne colonie. Ni jugé les assassins - et leurs complices - de Patrice Lumumba, un leader congolais qui ne plaisait pas à son colonisateur. Par contre, on vient d'annoncer à Bruxelles la mise en place d'un Tribunal Russell sur la Palestine".
   "[...] Rompant avec la discrétion bonhomme qu'ils avaient adoptée jusque-là, les Marocains, principale communauté suite à l'accord belgo-marocain de 1964, ont réclamé davantage de droits : à une éducation de qualité, à des logements salubres et à être mieux considérés sur le marché du travail. Des revendications qui commencent à être entendues.
    Pas autant, cependant, que l'appel à soutenir la cause palestinienne. Ainsi, le nationaliste Anciaux (un député de l'ex-Volksunie, parti flamingant disparu, devenu élu socialiste flamand) clamait récemment que tous les députés devraient porter un keffieh. Des ONG, des leaders d'opinion, des membres de la classe politique instrumentalisent comme ailleurs la cause palestinienne, inconscients des retombées dramatiques d'une telle promotion d'un camp contre un autre. La figure christique du Palestinien émeut ce pays plus catholique que d'autres. Du coup, l'éveil de cette compassion nous statufie dans le même rôle depuis 2000 ans : celui du peuple déicide. Un univers symbolique qui est fortement présent.
    Même si les réactions sont sincèrement indignées dès qu'on touche aux Juifs, lorsqu'il s'agit des "sionistes" il n'y a de limites ni à l'insulte ni au mensonge. Pas plus qu'aux mascarades. André Nayer, vice-recteur de l'Université libre de Bruxelles jusqu'à l'automne dernier, en démasqua plus d'une. Par exemple, des photomontages de soldats israéliens mettant en joue, avec un plaisir hilare, des enfants palestiniens décoraient des tentes de solidarité avec la Palestine sur le campus universitaire. Une autre fois, ce furent des simulacres de checkpoints aux sorties du campus, que les membres de la communauté universitaire ne pouvaient quitter qu'après avoir subi des méthodes intimidantes de la part de militants pro-palestiniens usurpant l'étiquette d'étudiants et déguisés en soldats israéliens.
    Les Juifs encaissent et souffrent. Même s'ils se rappellent que nombre de leurs concitoyens ont sauvé les leurs pendant la guerre, ils sont nombreux à distinguer trop souvent dans la parole de l'autre ce qui constitue leur inacceptable différence. L'Europe aurait-elle renoué avec ses vieux réflexes ?
    Les Juifs ne sont ni discriminés ni persécutés. Mais il arrive qu'ils soient la cible d'agressions physiques, comme récemment à Anvers où le même jour, dans des endroits différents, quatre Juifs orthodoxes furent attaqués. Peu avant, c'était la maison d'une famille du quartier juif qui faisait l'objet d'une tentative d'incendie. Des délits qui, jusqu'ici, semblent le fait d'individus isolés.
    Pour nos détracteurs, être juif, ce n'est pas seulement commettre le péché de sionisme et porter un soutien sans bornes à l'Etat d'Israël et à son gouvernement : c'est surtout une religion, et basta. Quand on tente de faire comprendre qu'être juif c'est surtout l'appartenance à un peuple ayant une histoire commune, on s'expose à l'accusation de "double allégeance".
    Des signaux de danger qui s'allument ici et là, surtout en Flandre où l'antisémitisme s'affiche sans complexes et où le rejet d'Israël est le plus virulent. En Belgique francophone, on observe une vigilance plus grande sur le chapitre de l'antisémitisme : mais le lobby pro-palestinien y est aussi très actif, aux dépens d'Israël bien sûr et certainement pas dans une perspective qui encourage la paix entre les deux peuples.
    La Belgique n'a toujours pas payé sa dette envers le Congo, son ancienne colonie. Ni jugé les assassins - et leurs complices - de Patrice Lumumba, un leader congolais qui ne plaisait pas à son colonisateur. Par contre, on vient d'annoncer à Bruxelles la mise en place d'un Tribunal Russell sur la Palestine, session de rattrapage à l'épisode burlesque de la loi de compétence universelle contre Ariel Sharon. [...]"

- L'Allemagne appelée à durcir ses positions à l'égard d'Israël (Guysen) - le "conflit permanent au Proche-Orient" est insupportable car "dangereux pour le monde". On se demande par quel pouvoir magique les Juifs parviennent à demeurer, envers et contre tout, le centre du monde !
http://www.guysen.com/news_L-Allemagne-appelee-a-durcir-ses-positions-a-l-egard-d-Israel_255288.html
   "Vingt-quatre anciens ambassadeurs ont écrit une lettre à la chancelière allemande Angela Merkel et à son ministre des Affaires étrangères Guido Westerwelle, les appelant à durcir le ton à l'égard d'Israël. Ils demandent également à inclure le Hamas dans le processus de paix. L'initiateur de cette missive, l'ex-ambassadeur allemand en Jordanie, Martin Schneller, a écrit dans le Suddeutsche Zeitung qu'Israël ''ne peut espérer parvenir à la paix alors qu'il occupe des territoires palestiniens'' et soutient que ''le conflit permanent au Proche-Orient est plus dangereux pour le monde que la création d'un Etat palestinien ne menace l'existence Israël''."

- Un "tribunal" islamique aurait jugé une femme pour adultère en Catalogne, Jean-Jacques Bozonnet (Le Monde) - "Selon de nombreux témoignages, des groupes de fondamentalistes s'en prendraient aux femmes ne portant pas le voile ou fréquentant les cafés".
http://lemonde.fr/europe/article/2009/12/10/un-tribunal-islamique-aurait-juge-une-femme-pour-adultere-en-catalogne_1278734_3214.html
   "Un "tribunal islamique" a-t-il siégé à Valls, localité catalane proche de Tarragone, et condamné à mort une femme accusée d'adultère en application de la charia ? Les Mossos (la police autonome catalane) ont, en tout cas, accordé du crédit au récit d'une jeune femme prétendant avoir été enlevée, en mars, pendant qu'elle faisait ses courses, séquestrée pendant deux jours dans une bâtisse abandonnée, puis jugée par un aréopage de "vingt hommes en turban" et condamnée à la peine capitale. Agée de 30 ans, enceinte de quelques semaines à l'époque des faits, la jeune Maghrébine aurait profité d'un moment de confusion pour fausser compagnie à ses geôliers et se réfugier dans un bar voisin.
    Au terme de huit mois d'enquête, de filatures et d'écoutes téléphoniques, la police a arrêté, le 14 novembre, dix personnes d'origine maghrébine soupçonnées d'avoir participé à ce que les enquêteurs qualifient de "tribunal d'honneur islamique". Sept hommes sont sous les verrous, deux autres et une femme ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire début décembre. Mis en examen pour "séquestration, association de malfaiteurs et tentative de meurtre", tous clament leur innocence, mais ils risquent jusqu'à vingt-trois ans de prison. Selon des sources policières citées par la presse, ils appartiendraient à la mouvance salafiste, de plus en plus influente dans les mosquées de cette région où est installée une importante communauté musulmane.
    La révélation de l'affaire du "tribunal de Valls" a suscité la réprobation unanime des responsables d'associations musulmanes : "Il ne s'agit pas d'une application de la charia, mais de pratiques moyenâgeuses qui ne sont plus en vigueur nulle part et qui s'apparentent davantage à un crime d'honneur", a réagi Abdennur Prado, de la Junta islamica de Catalogne, ajoutant qu'"aucun groupe salafiste n'a pour l'instant revendiqué ces tribunaux dans notre pays".
    Selon de nombreux témoignages, des groupes de fondamentalistes s'en prendraient aux femmes ne portant pas le voile ou fréquentant les cafés. Ils feraient pression sur leurs parents ou leur mari. Récemment, un adolescent marocain a été agressé parce qu'il avait joué au football avec des jeunes non musulmans de son village. "Bien que beaucoup de victimes hésitent à porter plainte, les incidents impliquant ces "brigades de la morale" se multiplient", a expliqué un responsable de la lutte antiterroriste au quotidien El Periodico. [...]"

*************************************************************************************************************************
Histoire

- Le post-sionisme démoli par ses concepteurs, Avi Beker (Haaretz, cité dans L'Arche n°619, décembre 2009) - "au bout de vingt ans, Morris découvre que dès 1948 les Arabes avaient proclamé le Djihad contre le sionisme".
   "Sans faire de bruit, à l'opposé absolu des sons de trompettes annonçant ses débuts, voilà que finit le temps des nouveaux historiens, qu'on a encore appelé le "post-sionisme". Le débat historique entre sionistes et antisionistes demeure, mais on ne peut plus faire état d'une conspiration sioniste qui aurait eu pour objet de chasser les Arabes d'Eretz-Israël, ni d'une purification ethnique dans la région située à l'ouest du Jourdain.
    Il s'avère que ce groupe d'historiens qui, en fait, n'a rien innové dans l'historiographie sioniste, s'est abrité derrière une construction fictive du post-sionisme, devenu un système de falsification de preuves et de remaniement des faits. L'homme qui avait posé la pierre angulaire de l'architecture post-sioniste en histoire, Benny Morris, est celui-là même qui de ses propres mains l'a sapée et démolie. (...)
    Ses deux derniers livres, 1948 (qui va sortir prochainement en hébreu après sa parution anglaise l'an dernier) et Un pays, deux Etats (qui va paraître cette année), contredisent totalement ses argumentations et l'ensemble des preuves sur lesquelles il avait fondé son approche historique révolutionnaire. (...)
    Tout d'un coup, au bout de vingt ans, Morris découvre que dès 1948 les Arabes avaient proclamé le Djihad contre le sionisme. Il justifie sa nouvelle approche par l'ouverture des archives, et en particulier celles de Tsahal qui étaient jusqu'alors fermées aux chercheurs."

- Yad Vashem commémore le 67e anniversaire de la rafle des Juifs à Tunis (Guysen 11:58)
   "A Yad Vashem, près de 500 personnes se sont réunies à l’initiative de Claude Sitbon, de la GHRIPA et de A .M.I.T pour commémorer le 67e anniversaire de la rafle des Juifs à Tunis. Le directeur de Yad Vashem a rappelé qu’il fallait insérer cette histoire dans l’histoire de la Shoah car pour les Nazis, il n’y avait ni ashkénazes ni sépharades mais uniquement des juifs. Cet épisode peu connu de l’histoire juive est inscrit aujourd’hui dans l’histoire du peuple juif."

- Le territoire des Hasmonéens comprenait aussi le Néguev (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Le-territoire-des-Hasmoneens-comprenait-aussi-le-Neguev_255348.html
   "Des sites archéologiques situés sur la route de l'encens dans le Néguev ont révélé qu'après la conquête de Gaza en 99 avant l'ère commune, le roi Alexandre Jannée avait bâti à l'intérieur d'un caravansérail nabatéen une forteresse dotée de quatre tours. Longtemps considéré comme une forteresse romaine, le site a été définitivement classé comme hasmonéen après les nouvelles découvertes et l'analyse des éléments architectoniques du bâtiment."

- Léon Degrelle par lui même (Vidéo 3mn17) - ce nazi belge est à mi-chemin entre le clown et le monstre, mais tout de même plus effrayant que drôle.
http://www.dailymotion.com/video/xbg0c5_leon-degrelle-par-lui-meme_news

***********************************************************************************************************************
Points de vue

- La proportionnalité dans les guerres modernes asymétriques, Amichai Cohen (JCPA) - l'exemple somalien est frappant : en 1993, 18 soldats américains tués ont entraîné des tirs causant la mort de plus d'un millier de civils. Nulle enquête ne fut diligentée. Nulle indignation de l'opinion mondiale. Le sophisme classique ("si on s'énerve contre Israël c'est parce que c'est une démocratie proche de nous") s'effondre. Pour ne rien dire de l'exemple du bombardement du Kosovo par l'OTAN.
http://jcpa-lecape.org/ViewArticle.aspx?ArticleId=248
   "[...] La notion de la proportionnalité permet aux militaires de tuer des civils innocents – pourvu que les cibles visées pendant l’opération soient des forces ennemis et non des civils.
    En octobre 1993, une unité des troupes américaines a été attaquée dans les rues de Mogadiscio, Somalie. 18 soldats américains ont été tués dans les combats dont des femmes et des enfants qui ont été utilisés comme boucliers humains. En Somalie, plus d’un millier de civils ont été tués par des tirs des forces américaines.
    En 1999, lors de l'attaque aérienne de l’OTAN contre la Serbie, l'Alliance atlantique a adopté pour ses soldats une politique de risque zéro. Cela signifiait que les pilotes volaient à une altitude relativement haute ce qui a augmenté considérablement le risque des pertes civiles. On comptera sous les décombres plus de 500 civils tués.
    En avril 2004, les forces américaines ont tenté de reprendre la ville de Falloujah, l’un des centres de l’insurrection irakienne. L’opération n'a pas été achevée  en raison du grand nombre de victimes civiles.
    En Novembre 2004, les Etats-Unis avec l'appui des forces irakiennes ont lancé une nouvelle opération à Falloujah. Résultat: quelques centaines de tués et plusieurs milliers de blessés. Les tactiques utilisées par les forces américaines comprenaient entre autres, l’utilisation de phosphore blanc.
    Tel le recours à la force en Somalie, au Kosovo ou en Irak, les armées occidentales sont très préoccupées par la protection de la vie de leurs propres soldats, et à cette fin, sont prêtes à risquer la vie de nombreux civils. Elles trouvent également acceptable l’idée que la vie des civils peut être confisquée en vue d’atteindre d’importants objectifs militaires.
    L'utilisation de boucliers humains a été utilisée précisément par le Hamas et le Hezbollah. L’opération israélienne "Plomb durci" dans la bande de Gaza, montre clairement que l'état-major israélien a appliqué à la lettre les exigences du modèle administratif du principe de la proportionnalité. Tsahal a exigé des commandants de prendre en compte le droit humanitaire dans les phases de planification de l’opération. En outre, des conseillers juridiques étaient sur place et ont fourni des conseils concernant des cibles spécifiques. Les bonnes questions ont été posées, des vérifications ont été effectuées, et les dommages collatéraux aux civils étaient relativement très limités."

- Europe Seeks to Divide Jerusalem, Dore Gold (Israel's ambassador to the UN in 1997-99, President of the Jerusalem Center for Public Affairs) - Europeans "appear to be oblivious to what would happen to their churches were the Old City of Jerusalem to be given to a Palestinian regime under the influence of Hamas". En 1999, l'UE (sous présidence allemande) avait déjà réussi à creuser le fossé entre Israéliens et Palestiniens en prenant position sur Jérusalem, avec des dégâts diplomatiques durables : "rather than make negotiations easier, here a European initiative only makes them harder and encourages Palestinian unilateralism". Depuis 2002, l'UE fait partie du Quartet, lequel a bien établi : "third parties should not intervene in bilateral negotiations." Résultat de la violation de cet engagement : "the Swedish initiative will only reinforce Abbas' demand that any settlement freeze also apply to eastern Jerusalem, thereby reducing the chances that negotiations will be restarted". "Indeed, prior to the EU decision on the Swedish draft, prominent former European officials like Chris Patten, Romano Prodi, Hubert Vedrine, and Lionel Jospin lobbied on behalf of the Swedish draft and the adoption of a more pro-Palestinian EU position on Jerusalem".
http://www.jcpa.org/JCPA/Templates/ShowPage.asp?DRIT=1&DBID=1&LNGID=1&TMID=111&FID=442&PID=0&IID=3220&TTL=Europe_Seeks_to_Divide_Jerusalem
Résumé :
   "- According to the 1993 Oslo Agreements, Jerusalem is one of the issues to be discussed in future permanent status negotiations. The Swedish move to have the European foreign ministers back a declaration recognizing eastern Jerusalem as the capital of a future Palestinian state clearly pre-judges the outcome of those talks.
    - When the EU foreign ministers met on December 8, they issued a statement that only partly softened the Swedish draft. It dropped the reference to the Palestinian state being comprised of "the West Bank and Gaza with East Jerusalem as its capital," but still retained a proposal that envisions "Jerusalem as the future capital of two states."
    - The EU statement insisted that the EU "will not recognize any changes in the pre-1967 borders" without the agreement of the parties. Yet by enshrining the 1967 lines as a previous political border, the EU was ignoring that these were only armistice lines and not a recognized international boundary. In fact, it was UN Security Council Resolution 242 which acknowledged that the pre-1967 lines might change.
    - By waving the carrot of a statement of support for eastern Jerusalem to be part of a Palestinian state, the Swedes are causing Mahmoud Abbas' advisors to believe that if they avoid bilateral negotiations with Israel, they can create the political environment for third party intervention to their advantage.
    - What is needed is an ongoing Israeli diplomatic effort for Jerusalem, underlining Israel's legal rights and its role as the protector of the holy sites. Unfortunately, European states, which once sought to protect the holy sites of Christianity in Jerusalem, today appear to be oblivious to what would happen to their churches were the Old City of Jerusalem to be given to a Palestinian regime under the influence of Hamas."

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam - dans Novembre 2009
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages