Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 11:12
France

- Hollande assure Netanyahou de "toute sa fermeté" à l'égard de l'Iran (AFP)
http://www.lepoint.fr/monde/hollande-assure-netanyahou-de-toute-sa-fermete-a-l-egard-de-l-iran-11-10-2013-1743146_24.php
   "François Hollande a assuré vendredi le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou "de toute sa fermeté" à l'égard de l'Iran, concernant notamment le programme nucléaire de ce pays, a indiqué l'Élysée. Lors d'un entretien téléphonique avec Benyamin Netanyahou, le président de la République a souligné que la France attendait que la ligne modérée du nouveau président Hassan Rohani se traduise "dans les actes", a-t-on ajouté de même source. [...]"


Israël

- Tiny Israel a Nobel heavyweight, especially in chemistry, Haviv Rettig Gur (Times of Israel) - "Latest Israeli laureates, Arieh Warshel and Michael Levitt, are the fifth and sixth winners of the chemistry prize in under a decade".
http://www.timesofisrael.com/tiny-israel-a-nobel-heavyweight-especially-in-chemistry/


Gaza & Hamas

- Two rockets shot from Gaza last [tuesday] night (Elder of Ziyon) - "Even though there is a "cease fire," rocket attacks like this are barely reported even in Israeli media, and certainly not noticed by the international media".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/10/two-rockets-shot-from-gaza-last-night.html

- In Gaza, Hamas feels the squeeze, Avi Issacharoff (Times of Israel) - "Although Israel has boosted supplies, Egypt’s crackdown on smuggling tunnels has raised prices in the Strip, angered residents, and cost the Islamist government a fortune. It’s still training terrorists, though".
http://www.timesofisrael.com/in-gaza-hamas-feels-the-squeeze/


Judée-Samarie

- Cisjordanie : un Israélien tué et sa femme blessée dans une attaque (AFP) - "le couple était seul chez lui, aux environs de 01H00 locales (22H00 GMT) lorsqu'il a entendu un bruit à l'extérieur, ainsi des aboiements. L'homme, un colonel de l'armée à la retraite, est alors sorti pour voir ce qui se passait et a été attaqué avec des barres de fer. Sa femme a également été frappée, mais a pu s'échapper et donner l'alarme".
http://fr.news.yahoo.com/cisjordanie-isra%C3%A9lien-tu%C3%A9-femme-bless%C3%A9e-attaque-070813374.html
   "[...] "C'était un crime violent", a déclaré à la radio publique un élu local, David Elheini, venu sur place peu après l'attaque. "Pour l'instant, la théorie admise est qu'il s'agit d'une attaque nationaliste (palestinienne), dont le but était le meurtre", a-t-il dit, ajoutant que les assaillants "ont pourchassé la femme en criant 'où est-elle' en arabe".
    Il y a moins d'une semaine, une fillette de neuf ans a été légèrement blessée alors qu'elle jouait dans son jardin [légèrement blessée ?? Comme d'habitude, la version de Reuters est nettement plus proche des faits : "Une fillette israélienne âgée de neuf ans a été grièvement blessée par balle la semaine dernière lors d'une attaque attribuée par la police à des militants palestiniens"] [...] Le 22 septembre, un soldat israélien a été tué à Hébron, dans le sud de la Cisjordanie, dans ce que l'armée a présenté comme une attaque de snipers palestiniens. Un jour auparavant, le corps d'un soldat a été retrouvé près de la ville de Qalqiliya, en Cisjordanie. Un Palestinien aurait reconnu les faits, mais ses motifs et les circonstances du meurtre restent flous.
    Le vice-ministre de la Défense, Danny Danon, a estimé que ces actes résultaient de qu'il considère comme des "incitations" des responsables palestiniens à la violence contre les Israéliens. Il a remis en question la poursuite des négociations de paix en cours entre Israéliens et Palestiniens, et la libération de prisonniers palestiniens, dans le cadre de ces pourparlers. "Je crois qu'on peut s'interroger sur la poursuite des négociations, et la poursuite des libérations de prisonniers", a-t-il déclaré à la radio. "S"il faut les suspendre pour quelques mois, pour combattre le terrorisme et arrêter les incitations, alors c'est ce que nous devons faire", a-t-il ajouté."
- Terror in the West Bank: Israeli reserves colonel murdered outside his Jordan Valley home, Chaim Levinson (Haaretz) - "The woman said they were woken by strange noises from outside. Upon leaving the house to investigate, they were attacked by Palestinians wielding iron rods and an ax. [...] The IDF, Police and Magen David Adom scrambled to the scene and pronounced the man, in his fifties, dead. [...] Preliminary investigation indicates that the crime was a terror attack".
http://www.haaretz.com/news/middle-east/1.551845
- Security forces arrest 5 Palestinians in murder of Israeli in West Bank (JP)
http://www.jpost.com/Defense/Security-forces-arrest-5-Palestinians-in-murder-of-Israeli-in-West-Bank-328492
- Minister Ariel calls for halt of peace talks after West Bank attack (JP) - "Ariel reportedly viewed the killing of Sariya Ofer as a terrorist attack, saying "This murder requires a diplomatic response that includes the suspension of talks [with the Palestinians], halting the release of terrorists and [changing] attitudes toward settlements". In light of Ofer's murder, the minister vowed to "populate the area and turn it into a flourishing settlement in the Jordan Valley"."
http://www.jpost.com/Diplomacy-and-Politics/Housing-minister-Ariel-vows-Jordan-Valley-settlement-will-flourish-after-murder-of-Israeli-328498

- A new kind of terrorism, Avi Issacharoff (Times of Israel) - "The killing of Seraiah Ofer marks the fourth time in a month that Israelis have been targeted by alleged Palestinian terrorists in apparent sporadic, improvised attacks".
http://www.timesofisrael.com/a-new-kind-of-terrorism/
- Dangerous slope in West Bank, Ron Ben-Yishai (Ynet) - "Terrorist attacks, murder prove that conditions on ground can lead to major eruption of popular terrorism, yet this is not a ‘lite intifada’."
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4439443,00.html
- Attacks in the West Bank: Signs of a brewing intifada?, Amos Harel (Haaretz) - "The deadly incidents of the past month may not share the same characteristics that defined past violent flare-ups, but Israel and the Palestinian Authority have to make parallel efforts to contain the unrest or risk a broader conflagration".
http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/.premium-1.551954

- Palestinian cars torched, mosque vandalized in West Bank, Adiv Sterman (Times of Israel) - "Police suspect Jewish extremists may have carried out ‘price tag’ attack in response to outpost evacuation".
http://www.timesofisrael.com/palestinian-cars-torched-mosque-vandalized-in-west-bank/


"Processus de paix"

- PLO official: Palestinians 'seriously considering' declaring failure of peace talks, Khaled Abu Toameh (JP)
http://www.jpost.com/Middle-East/PLO-official-Palestinians-seriously-considering-to-declare-failure-of-peace-talks-328273
   "The Palestinians are seriously considering declaring the failure of the peace talks with Israel, a senior PLO official said Wednesday. Hanna Amireh, a member of the PLO Executive Committee, said that this was one of the scenarios that were discussed during the last meeting of the Palestinian leadership. Amireh accused Israel of seeking to “win time” and blame the Palestinians for the failure of the US-sponsored talks. Israel, he said, is benefiting from the prolonged negotiations in order to “impose more facts on the ground and dictate the outcome of the talks.” [...]"

- Fatah Spokesman Reiterates Refusal to Recognize Israel as Jewish State, Zach Pontz (Algemeiner) - "“This is the language of acquiescence and we won’t recognize Israel as a Jewish state,” Fatah spokesman Ahmed Assaf was quoted as saying".
http://www.algemeiner.com/2013/10/09/fatah-spokesman-reiterates-refusal-to-recognize-israel-as-jewish-state/

- Fatah Official: Israel Should be ‘Removed’ From Region if Peace Agreement Not Reached, Zach Pontz (Algemeiner)
http://www.algemeiner.com/2013/10/10/fatah-official-israel-should-be-removed-from-region-if-peace-agreement-not-reached/
   "In an interview with i24 News, Fatah official Jibril Rajoub said that if Israel doesn’t reach a  peace agreement with the Palestinians it should be “removed” from the region. “Peace is not a Palestinian interest, it’s an international interest, and the interest of the world is to put an end to this struggle. I think it’s also an Israeli interest – Israelis should decide whether they are part of the Middle East or an alien body. If Israel is an alien body it should be removed,” he said. [...]"

- Abbas says "No peace without Jerusalem as capital of Palestine" (Elder of Ziyon) - "I have yet to see a single journalist, columnist or politician ask him the simple question, "Why?""
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/10/abbas-says-no-peace-without-jerusalem.html
   "The PA's official WAFA news agency writes that Mahmoud Abbas has stated "I will not compromise on the 1967 borders as the border for our Palestinian state, there is no peace without Jerusalem as its capital."
    I have yet to see a single journalist, columnist or politician ask him the simple question, "Why?" Why is this a pre-requisite for peace? Why is a city that was ignored by Arabs for centuries suddenly so critical that peace is held hostage to it? Why, practically, can Ramallah not serve as a capital of a state, which it is effectively doing now?
    The Jews accepted, reluctantly, the 1947 partition plan where Jerusalem was to be an international city. They didn't want to lose Jerusalem, but it was more important to have a land that Jews could flee to when they are persecuted, and it was promised (ha!) that Jerusalem would still have open access to all. They were people who were desperate to achieve their national aspirations and were willing to sacrifice, very dearly, their very souls for the chance.
    Palestinian Arabs, on the other hand, don't seem to be very desperate. There is no sense of urgency for their supposed aspirations for a state. Instead of reluctantly accepting compromises that would lead to a state, they pile on ultimatum after ultimatum, threat after threat, if their maximal demands aren't met. [...]"

- Palestinians mull appeal to UNSC over 'serious Israeli violations in Temple Mount', Jack Khoury (Haaretz) - "President Mahmoud Abbas claimed Netanyahu's insistence that Palestinians recognize Israel as a Jewish state indicated that the Israeli PM wasn't interested in reaching a peace treaty".
http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/.premium-1.551935


Egypte

- Egyptian TV Host: Our Enemy Is Israel for All Eternity (Channel 1, 5 octobre, Vidéo 1mn23) - "This is what I teach my son and what he will teach his son".
http://www.memritv.org/clip/en/4006.htm
    - Khaled Al-Abraq: "[In the 1973 war], the Israeli Jews slashed open our soldiers' bellies, chopped them to pieces, and ran them over with tanks. Gentlemen, our external enemy will forever be Israel, and our internal enemy will be ignorance. They may try to invent other enemies for us, but the real enemy will remain [Israel]. Never will they approve of you…
    They always taught us at school that our enemy is Israel. I don't know who they say is our enemy in today's schools. They pick a different enemy every couple of days. I am astonished to hear people say that we will not allow anyone to attack Egypt… I thought that they were talking about Israel, but they were talking about Hamas!
    Gentlemen, your enemy is Israel. Your enemy is Israel. Your enemy is Israel for all eternity. That's what it is. [Israel] is an enemy. This is what I teach my son and what he will teach his son."


- Israël s'inquiète de la suspension de l'aide militaire américaine à l'Egypte (Le Monde.fr) - "le ministre de la défense intérieure du territoire, Gilad Erdan, a indiqué qu'Israël était "troublé" par cette décision et espéré qu'elle n'aurait pas d'incidence sur l'accord de paix et les relations entre les deux pays".
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2013/10/10/israel-s-inquiete-de-la-suspension-de-l-aide-militaire-americaine-a-l-egypte_3493466_3212.html
   "La menace d'une suspension de l'aide américaine à l'Egypte était agitée par Washington depuis le 3 juillet. L'éviction par l'armée de Mohamed Morsi, premier président démocratiquement élu et issu des Frères musulmans, avait mis les Etats-Unis face à un dilemme. Pressée depuis plusieurs mois par certains membres du Congrès, l'administration Obama a finalement annoncé, jeudi 10 octobre, un "recalibrage" de son aide. Jouant l'apaisement, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a toutefois nié toute rupture avec Le Caire, promettant que les Etats-Unis reprendront leur aide lorsque les droits de l'homme et les règles démocratiques seraient mieux respectés. Cette mesure de rétorsion intervient au lendemain de l'annonce de l'ouverture, le 4 novembre, du procès de Mohamed Morsi et de plusieurs autres responsables de la confrérie.
    Jusqu'à présent, l'administration Obama s'était bien gardée de mesures d'envergure contre l'un de ses alliés stratégiques au Moyen-Orient. Elle n'a ainsi jamais qualifié le renversement de M. Morsi de "coup d'Etat" — ce qui les aurait légalement contraint à mettre fin à leur aide—, et s'en était tenue à condamner une répression "lamentable", à réclamer la levée de l'état d'urgence et des élections démocratiques en 2014. A la mi-août, Washington avait toutefois annulé des exercices militaires conjoints avec l'Egypte et reporté la livraison de quatre avions de combat F-16 à l'armée égyptienne.
    Depuis la signature du traité de paix entre l'Egypte et Israël en mars 1979, les Etats-Unis versent aux deux pays une aide militaire conséquente pour soutenir la stabilité régionale. L'Egypte est ainsi le deuxième bénéficiaire de l'aide américaine après Israël. Depuis 1985, l'aide versée au Caire s'établit aux environs de 1,3 milliard de dollars (974 millions d'euros) par an, auxquels s'ajoutent une aide économique. L'enveloppe américaine couvre près de 80 % des dépenses d'équipement de l'armée égyptienne, selon le Service de recherche du Congrès américain (CRS). L'aide économique s'établit désormais à 250 millions de dollars.
    Washington a ainsi décidé de geler sa fourniture de gros matériels "militaires et son assistance financière au gouvernement en attendant des progrès crédibles vers un gouvernement civil démocratiquement élu", a indiqué la porte-parole du département d'Etat, Jennifer Psaki, dans un communiqué. Ce gel se traduira par la suspension de la livraison d'hélicoptères Apache, de missiles Harpoon et de pièces pour des chars d'assaut A1/M1, ont précisé des responsables américains. Ce gel n'a pas vocation a être permanent, ont-ils ajouté, sans donner de chiffres précis sur le montant de l'aide gelée, se contentant de souligner que ces armements valaient "des centaines de millions de dollars". "Cela fait des mois que rien n'a été livré", a précisé un responsable.
    Le soutien aux activités antiterroristes du Caire est en revanche maintenu, tout comme l'aide à la lutte contre la prolifération des armes non conventionnelles et à la sécurité du Sinaï. La formation d'officiers égyptiens aux Etats-Unis se poursuivra également.
    Au Caire, l'annonce a été pointée comme une "mauvaise décision" par Badr Abdelatty, le porte-parole du ministère des affaires étrangères. "L'Egypte ne cédera pas à la pression américaine, et continuera son chemin vers la démocratie, tel qu'il est prévu par la feuille de route", a-t-il assuré. Dans un autre communiqué, il ajoute que l'attitude des Etats-Unis "pose de graves questions sur (leur) volonté d'apporter une aide stratégique stable à la sécurité de l'Egypte".
    L'inquiétude est tout aussi grande chez le voisin israélien. S'exprimant sur la radio de l'armée israélienne, le ministre de la défense intérieure du territoire, Gilad Erdan, a indiqué qu'Israël était "troublé" par cette décision et espéré qu'elle n'aurait pas d'incidence sur l'accord de paix et les relations entre les deux pays. "J'espère que cette décision des Etats-Unis sera sans effet et ne sera pas interprétée comme quelque chose qui devrait avoir un effet", a-t-il déclaré. Cette aide est considérée par Israël comme une partie intégrante de l'accord de paix de 1979.
    La coopération militaire et politique bilatérale est au beau fixe, a assuré le ministre, affirmant qu'"un contact constant" était maintenu. Depuis la chute du président Hosni Moubarak, en février 2011 et avec la détérioration de la situation sécuritaire en Egypte, cette coopération militaire entre Israël et le Caire s'est renforcée. Ce, notamment, dans la lutte que mènent les deux pays contre les groupes djihadistes actifs dans la péninsule du Sinaï, près de la frontière israélienne."


Syrie

- IDF destroys Syrian cannon that fired mortars on Golan, Yoav Zitun (Ynet) - "Tamuz missile hits cannon which fired two mortars at Golan Heights earlier in the day".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4438774,00.html

- Where Is the Flotilla for Syria?, Ron Prosor (Israel's ambassador to the United Nations) - "Assad's war has claimed four times as many victims in 20 months as have been killed in the Israel-Palestine conflict in the last 20 years".
http://online.wsj.com/article/SB10000872396390443759504577631070927821022.html
   "Last month, a group of Scandinavians pulled up anchor from a Swedish port and set off toward the Middle East under the pretense of delivering humanitarian aid. The Nordic fog may have clouded their choice of destination. The moral compass of these self-proclaimed human-rights activists steered them to the Gaza Strip, not Syria.
    The fleets of flotillas, ferries, yachts, sailboats, canoes and catamarans and that have set sail for Gaza in recent years rival the size of the Spanish Armada. Yet one might argue that humanitarian flotillas are needed just a bit more urgently in Syria, where more civilians have been murdered by the Assad regime than those killed during Japan's 2011 earthquake and tsunami, Hurricane Katrina, and 9/11 combined.
    The conflict in Syria has also claimed roughly four times as many victims in the past 20 months as were killed in the Israeli-Palestinian conflict over the past 20 years. The residents of Gaza continue to enjoy more international assistance than virtually any other population on the planet, but almost no aid is reaching the two million people displaced within Syria—roughly 10% of the country's population.
    The flotilla crowd has different priorities. They prefer to work around the clock to protest Israel's legitimate defense against the terrorists who target its citizens and fire thousands of rockets into its cities. Perhaps we shouldn't be surprised: It's much easier to face news cameras in Tel Aviv than bullets in Damascus.
    Indeed, Israel is the luxury destination of choice for this type of "human-rights activist." In Israel, these weekend revolutionaries are free from the dangers of arbitrary arrest, imprisonment and execution that abound in the totalitarian states that make up the rest of the region. Instead of trying to dig into the dark abyss of abuses in neighboring states, they prefer to lounge in the comfort of Israel's democratic institutions, civil society and independent media, which offer a wealth of easily accessible information that they use to attack Israel.
    The burden of democracy is always heavy, and Israel is proud to carry it. With more reporters and human-rights activists per capita than anywhere else on the planet, we understand deeply the invaluable role of civil society, even though its institutions can sometimes be used and abused by those with the most radical of agendas.
    Today much of the international human-rights arena resembles a masquerade ball, where the most extreme views can be easily masked beneath the empty utterance of words like "democracy" and "human rights." Norwegian scholar Johan Galtung, the leader of the Scandinavian ship to Gaza, was recently suspended from the Swiss World Peace Academy for a series of anti-Semitic rants. He recommended that all university students read "The Protocols of the Elders of Zion," the infamous piece of 19th-century propaganda used in Nazi classrooms.
    Far from criticizing the tyrants of the Middle East, the flotilla crowd often joins hands with them. Just this May, the British activist group Viva Palestina enjoyed the hospitality of Bashar Assad, making a pit stop in Syria on its way to trying to enter Gaza. Around the same time that Assad's thugs were gearing up for their massacre of children in Houla, members of Viva Palestina were proudly tweeting their whereabouts and posting photos on Facebook of themselves next to the regime's representatives.
    Instead of dancing with dictators and tangoing with tyrants, what if the flotilla crowd actually set sail in the direction where aid is so desperately needed?"


Iran

- Despite Rouhani's diplomacy, chants of 'Death to America' continue in Iran (Reuters) - "conservative hardliners in the Islamic Republic's complex political establishment have picked up on reservations expressed by Khamenei and begun a rearguard campaign to put the brakes on Rouhani's diplomatic opening".
http://www.jpost.com/Iranian-Threat/News/Despite-Rouhanis-diplomacy-chants-of-Death-to-America-continue-in-Iran-328510
- 'Death to America' chants challenge Iran president's diplomacy (Reuters) - "Rohani calls for dialogue with West face staunch opposition from hardliners back home. 'America is the great Satan,' insists Tehran Friday prayer leader".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4439471,00.html

- Entretien avec Benyamin Nétanyahou, par Laurent Zecchini (Le Monde) - "L'Iran est le pays qui arme le Hezbollah et le Hamas, lesquels ont lancé des milliers de roquettes contre Israël. C'est l'Iran qui doit changer ses relations avec Israël. Nous en serions ravis, parce que, historiquement, les peuples perse et juif ont eu d'excellentes relations".
http://www.lemonde.fr/international/article/2013/10/11/l-iran-veut-developper-200-bombes-nucleaires_3493982_3210.html
   "- Laurent Zecchini : Alors qu'Américains et Européens semblent prêts à des concessions, Israël veut le démantèlement complet du programme nucléaire iranien. Êtes-vous préoccupé par un accroissement des divergences sur cette question ?
    - Benyamin Nétanyahou : J'espère que les Américains et les Européens vont s'en tenir aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, qu'ils ont eux-mêmes approuvées, lesquelles disent "pas de capacité d'enrichissement pour l'Iran". Pourquoi l'Iran aurait-il besoin d'enrichir de l'uranium ? Les Iraniens disent qu'ils veulent un programme nucléaire civil. En soi, c'est déjà une demande bizarre, parce qu'ils ont suffisamment de gaz et de pétrole pour plusieurs générations, mais admettons : pourquoi veulent-ils ajouter à cette demande d'un programme civil, une capacité d'enrichissement ? Il y a 17 pays à travers le monde qui ont un programme nucléaire civil, dont la Suisse, la Suède, l'Espagne, la Hongrie et la République tchèque, et aucun n'a de capacité d'enrichissement. La seule raison pour laquelle l'Iran insiste pour avoir cette capacité, ainsi qu'un réacteur au plutonium, c'est pour produire des armes nucléaires. Donc je crois que la position de départ du groupe P5 + 1 qui est de dire que l'Iran ne doit plus avoir cette capacité d'enrichissement, est exacte : sans celle-ci, Téhéran n'aura plus la capacité de produire des armes nucléaires.
    - Vous craignez qu'Israël soit la cible de telles armes ?
    - Nous sommes la première cible, mais pas la seule. Ils n'essaient pas de développer une ou deux bombes nucléaires dont ils pensent que ce serait suffisant pour Israël, leur programme et leurs infrastructures sont conçus pour développer 200 bombes nucléaires en une décennie ! Sans compter qu'ils n'ont pas seulement des missiles pour atteindre Israël, mais pour vous atteindre vous, les Européens ! Aujourd'hui, l'Iran développe des missiles balistiques intercontinentaux qui peuvent atteindre toute l'Europe et les Etats-Unis, et dont l'objectif est de transporter des charges nucléaires. Si on laisse aux Iraniens la capacité d'enrichir à un faible degré , ils seront capables d'enrichir rapidement l'uranium à haute dose, c'est une question de semaines.
    L'Iran possède un millier de nouvelles centrifugeuses avec lesquelles il peut réduire considérablement le temps nécessaire pour passer d'un enrichissement à 3,5 % à un enrichissement à 90 %, de qualité militaire. Si vous réduisez les sanctions, il sera bien plus difficile de les remettre en place. Or aujourd'hui, l'Iran est pris à la gorge, vous l'avez eu ! Les sanctions ont presque atteint leur but.
    Aujourd'hui, on est très proche d'assister à l'effondrement de l'économie iranienne : donc au moment où ces sanctions commencent à avoir de l'effet, les Iraniens veulent changer de tactique par rapport à celle d'Ahmadinejad. Maintenant nous avons les sourires de Rohani ! En échange de ces sourires, ils demandent à poursuivre et achever leur programme nucléaire...
    - Mais vous n'êtes pas contre le principe de négociations avec l'Iran ?
    - Je n'ai jamais été contre les négociations, mais tout dépend de leur résultat. Un mauvais accord, qui serait un accord partiel permettant à l'Iran de conserver l'essentiel de sa capacité d'enrichissement et son réacteur au plutonium, serait pire que pas d'accord du tout.
    - Qu'est-ce qu'Israël a à offrir à l'Iran ?
    - Nous n'avons pas déclaré que notre objectif était de détruire l'Iran, comme l'Iran a déclaré que le sien était de détruire Israël ! Nous n'avons pas lancé des attaques terroristes contre l'Iran. L'Iran est le pays qui arme le Hezbollah et le Hamas, lesquels ont lancé des milliers de roquettes contre Israël. C'est l'Iran qui doit changer ses relations avec Israël. Nous en serions ravis, parce que, historiquement, les peuples perse et juif ont eu d'excellentes relations. Nous n'avons rien contre le peuple iranien, mais tout contre le régime iranien, qui appelle à notre liquidation et veut se doter pour cela d'armes nucléaires. Nous, en Israël, ne sommes que la première cible, au-delà, il y a les Etats-Unis, qui représentent la civilisation occidentale, et l'Europe. Toute la question est de savoir si les Occidentaux comprennent cela.
    Vous avez été dupés, dans le passé, par la Corée du Nord. Nous ne pouvons pas nous permettre que ceci se répète avec l'Iran. Une fois doté d'armes nucléaires, l'Iran provoquerait une terrible course aux armements au Proche-Orient, une terrible prolifération d'armes nucléaires, avec au moins trois ou quatre pays voulant se doter très vite d'armes nucléaires.
    - Vous dites souvent que "toutes les options sont sur la table" , mais tant que dureront les négociations entre les Américains et les Iraniens, il sera très difficile à Israël d'attaquer l'Iran, n'est-ce pas ?
    - Tout ce que je dis, c'est qu'Israël ne permettra pas à l'Iran d'obtenir une capacité nucléaire militaire, point. [...]"

- Nucléaire iranien : Netanyahu préfère pas d'accord à un mauvais accord (AFP) - "L'Iran est dans les cordes économiquement en raison des sanctions. Nous sommes maintenant au douzième round de ce combat de boxe et nous pouvons mettre le programme nucléaire iranien KO par un moyen pacifique, en conservant les sanctions et en les renforçant encore".
http://fr.news.yahoo.com/nucl%C3%A9aire-iranien-netanyahu-pr%C3%A9f%C3%A8re-daccord-%C3%A0-mauvais-accord-171826714.html
   "Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a affirmé qu'une absence d'accord serait préférable à un mauvais accord lors des prochaines négociations entre Téhéran et les grandes puissances sur le programme nucléaire iranien, dans le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung de vendredi. "Un mauvais accord serait pire que pas d'accord du tout", a déclaré M. Netanyahu, dans une interview au journal allemand, selon des extraits diffusés jeudi soir. Selon lui, les négociateurs iraniens, qui rencontreront ceux du groupe dit "5+1" (États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne), les 15 et 16 octobre à Genève, ne proposeront que "des concessions cosmétiques" au programme nucléaire de leur pays, soupçonné d'avoir des visées militaires et de permettre à l'Iran de se doter de l'arme nucléaire.
    M. Netanyahu a réitéré sa demande que les sanctions contre Téhéran soient maintenues et même renforcées. "L'Iran est dans les cordes économiquement en raison des sanctions. Nous sommes maintenant au douzième round de ce combat de boxe et nous pouvons mettre le programme nucléaire iranien KO par un moyen pacifique, en conservant les sanctions et en les renforçant encore", a-t-il estimé.
    Le responsable israélien a rappelé la façon dont un accord sur le même sujet avec la Corée du nord n'avait finalement servi à rien. "A l'époque, tout le monde disait que cet accord était le début d'une nouvelle ère. Un an plus tard, la Corée du nord faisait son premier essai nucléaire", a-t-il précisé, ajoutant que ce genre de déconvenue ne devait pas se répéter avec l'Iran. "L'Iran, c'est comme 50 fois la Corée du nord. Un régime agressif, qui répand la terreur dans le monde entier", a-t-il poursuivi. [...]"

- Tout ou rien, Ari Shavit (Haaretz, 2 octobre) - "Pour Netanyahu, c’est tout ou rien. Soit un véritable accord avec les Iraniens, soit une action de la part d’Israël. Il n’y aura pas d’accord partiel, a précisé le Premier ministre d’Israël. Soit la communauté internationale met l’Iran au pied du mur, soit Israël frappera".
http://www.ambafrance-il.org/IMG/pdf/131004.pdf
   "Le discours du Premier Ministre Benjamin Netanyahu hier soir [mardi 1er octobre] à l’Assemblée Générale des Nations Unies a été très différent des discours précédents. Il manquait de sens critique, de stratégie et d’élan. L’argumentation était pertinente et factuelle. Toute passion a été tenue à l’écart. Il était clair que le chef d’état israélien s’adressant à une assemblée éparse, et à une opinion américaine déchue, était un homme triste. Une fois de plus, Bibi disait la vérité. Une fois de plus, Bibi analysait la situation stratégique de façon précise. Mais cette fois il n’avait même pas l’espoir qu’on l’écoutait. Il n’a même pas tenté d’émouvoir l’audience ni de la conquérir. D’un ton presque sombre il a dit ce qu’il avait à dire à un monde qui refusait de l’entendre.
    Netanyahu est arrivé très tard aux Nations Unies – après que le Président Iranien Hassan Rohani a pris ses marques, après que la communauté internationale ait choisi de le croire, après que les Etats-Unis ont plongé dans une crise nationale. Et c’est ainsi que Netanyahu apparut sous un jour si différent du Netanyahu d’avant.
    Alors que la polémique du « attaquera-t-il/n’attaquera-t-il pas » semble s’être dissipée, il n’est désormais plus pris au sérieux. Alors que le sourire de Rohani lui a volé la vedette, Netanyahu est devenu la nouvelle cible de l’Assemblée. Même ses amis républicains sont préoccupés par des questions décidément non-Churchilliennes. C’est sans parler de ses adversaires démocrates. Et sans parler des Européens, des Russes et des Chinois. Seuls les Arabes sunnites restent du côté du Premier Ministre Israélien. Seuls ses voisins pro-Américains consternés par les Etats-Unis comprennent l’angoisse existentielle de Bibi causée par l’Iran.
    Ne vous y perdez pas : le discours sans surprise de Netanyahu cache de grandes tensions. L’intrigue ne faiblit pas, elle se complique. Pour Netanyahu, c’est tout ou rien. Soit un véritable accord avec les Iraniens, soit une action de la part d’Israël. Il n’y aura pas d’accord partiel, a précisé le Premier ministre d’Israël. Soit la communauté internationale met l’Iran au pied du mur, soit Israël frappera. Crédible ou pas, la menace de l’armée israélienne a fait son retour à New York hier. La saga iranienne recommence.
    Un des moments forts du discours de Netanyahu fut une citation du prophète Amos qui vivait jadis à Zion : « Et je les implanterai sur leurs terres afin qu’ils n’en soient plus jamais déracinés ». Le peuple d’Israël est rentré chez lui pour ne jamais en ressortir, répéta Netanyahu et il pesait bien chaque mot. Tout ou rien, dit-il. Tout ou rien."


Europe

- Quand l'Europe des bons sentiments fait fausse route, Roger-Pol Droit (Les Echos) - "Interdire la circoncision reviendrait, en fin de compte, à déclarer le judaïsme hors la loi. Décidément, l'Europe n'apprend rien de son histoire".
http://www.lesechos.fr/opinions/chroniques/0203059421199-quand-l-europe-des-bons-sentiments-fait-fausse-route-616238.php
   "Marasme politico-économique aux Etats-Unis, ras-le-bol fiscal dans l'Hexagone, envolée du Front national… A côté de ces sujets qui accaparent l'attention, on a trop peu remarqué la récente résolution adoptée par le Conseil de l'Europe sur « le droit des enfants à l'intégrité physique » (« Children's right to physical integrity », rapport de Mme Marlene Rupprecht, Document 13297). Il s'agit pourtant d'une bombe à retardement : en mettant en cause la circoncision, elle prépare en effet une discrimination européenne envers juifs et musulmans… au nom des droits humains ! Les uns et les autres ont déjà protesté, mais le problème mérite qu'on s'y arrête, car il est exemplaire des mauvais effets qu'engendrent de bons principes.
    A l'évidence, les meilleures intentions du monde animent cette résolution : préserver les droits de l'enfant, veiller à son « intérêt supérieur », protéger son intégrité corporelle, défendre son libre choix, donc son consentement éclairé. On voit mal qui serait opposé à ces règles de base. Les résultats de leur application se révèlent pourtant aberrants : l'excision et les mutilations rituelles des femmes sont rapprochées de la circoncision, la singularité de celle-ci n'est pas comprise, ni dans le judaïsme, où elle est essentielle, ni dans la tradition musulmane, où elle est seulement recommandée. Refusant toute légitimité religieuse et symbolique à cette pratique, le rapport mélange des considérations médicales, hygiénistes, psychologiques, juridiques, morales - au lieu de distinguer ces différents registres.
    En fin de compte, si l'on suivait vraiment la démarche proposée jusqu'à son terme, il faudrait brusquement déclarer hors la loi, au nom des droits de l'homme, une pratique religieuse multimillénaire, dont personne ne se plaint parmi les 660 millions d'hommes circoncis, soit 30 % de la population masculine, selon les chiffres de l'OMS pour 2008. Les femmes se battent, à juste titre, contre les ravages de l'excision et ses terribles répercussions sur leur vie sexuelle, mais on ne recense aucun mouvement masculin luttant contre la circoncision. Considérer l'ablation de la peau du prépuce comme une mutilation contraire à l'intégrité physique ressemble fort à un préjugé.
    Il en va de même de l'argument du « libre choix » des enfants, qui se trouverait bafoué puisque leurs parents décident à leur place. Mais aucun être humain fut-il jamais consulté pour venir au monde ? A qui a-t-on demandé dans quel pays, quelle langue ou quelle communauté il souhaitait naître ? Les parents décident toujours, inéluctablement, du sort de leur progéniture. En ce cas, au nom de quoi peut-on leur imposer un « intérêt supérieur de l'enfant » qui soit radicalement contraire à leurs propres convictions ? On entre évidemment ici dans un conflit entre des droits fondamentaux : d'un côté, le droit de l'individu à décider de ce qui le concerne ; de l'autre côté, le droit de chacun de pratiquer sa religion. Dans pareil dilemme, appartient-il à la Commission européenne de trancher, en se parant de sa bonne conscience ?
    Force est de constater qu'en lisant attentivement le rapport de Marlene Rupprecht, membre du Parti socialiste allemand, on doit aussi s'interroger sur les ressorts cachés de ce curieux débat, si politiquement correct en apparence. Comment comprendre que la question de la circoncision, qui ne préoccupait personne depuis des siècles, déboule soudain dans notre actualité ?
    Il se pourrait qu'elle entre curieusement en résonance avec les populismes qui gangrènent à présent l'Europe. De fait, ceux que vise cette résolution, ce sont bien avant tout les musulmans et les juifs. Et plus radicalement les juifs, car on peut être musulman sans être circoncis, mais en aucun cas juif sans l'être - et cela n'a pas cessé depuis Abraham. Interdire la circoncision reviendrait, en fin de compte, à déclarer le judaïsme hors la loi. Décidément, l'Europe n'apprend rien de son histoire."

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam - dans Octobre 2013
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages