Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2015 6 14 /03 /mars /2015 11:28
France

- Agression antisémite à Marseille (AFP) - "Les deux victimes sortaient apparemment d'une synagogue en début de soirée mardi pour rentrer chez elles quand elles ont été agressées" ; "les deux adolescents âgés de 16 ans "portaient la kippa sur la tête" au moment des faits. Leurs agresseurs les ont alors "menacé de mort" et leur ont lancé des insultes antisémites".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/03/12/97001-20150312FILWWW00221-agression-antisemite-a-marseille.php

- Six mois de sursis pour avoir menacé de mort la mère d'une victime de Merah (Le Figaro) - "Adoratrice du terroriste, une jeune Montpelliéraine, mineure au moment des faits, a comparu jeudi devant le tribunal pour enfants ce jeudi" ; "Durant son procès, la prévenue a conservé un hijab cachant jusqu'à ses cils alors que le port d'une casquette est rarement toléré dans une salle d'audience".
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/03/12/01016-20150312ARTFIG00272-six-mois-de-sursis-pour-avoir-menace-de-mort-la-mere-d-une-victime-de-merah.php

- "Quenelle" à Berlin : Soral plaide la manipulation et la méprise, d'anciens déportés s'indignent (AFP)
https://fr.news.yahoo.com/quenelle-%C3%A0-berlin-soral-plaide-manipulation-m%C3%A9prise-175149983.html
   "[...] Jeudi, à l'audience, M. Soral a affirmé que ce n'était pas lui mais un ami qui avait posté le cliché sur la page Facebook privée de l'essayiste. Il ne voulait pas "que cette photo circule au-delà d'un cercle d'amis", a-t-il assuré. Selon lui, elle a été récupérée par un pirate informatique pour être ensuite diffusée sur le site d'opinion israélien en français JSS News, puis par d'autres médias. Des arguments nuancés par le parquet, qui a souligné qu'Alain Soral avait reproduit, par la suite, la photo à plusieurs reprises sur son site.
    Quant au geste, il a soutenu l'avoir d'abord fait en signe de ralliement au "fist-fucking", pratique homosexuelle, car le Mémorial serait, selon lui, un lieu de rendez-vous homosexuel. Au-delà de cette interprétation "privée", une interprétation "publique" de cette "quenelle" est également possible, toujours selon lui : celle d'"un geste d'insoumission envers les manipulateurs sionistes de la Shoah". Pour son créateur, le polémiste Dieudonné, qui s'était constitué partie civile en début d'audience, la "quenelle" est "un geste d'émancipation", celui "de l'esclave des champs qui dit : "je m'en vais"". [...]
    Trois anciens déportés, cités par l'une des parties civiles, l'association Mémoire 2000, lui ont opposé leur indignation. "Je n'aurais jamais pensé (que) quelqu'un dans ce lieu puisse faire autre chose que de penser, de se recueillir", a dit d'une voix forte Isabelle Choko (86 ans), déportée au camp d'Auschwitz-Birkenau. "Choisir un endroit pareil, qui caractérise tant de malheur, c'est quelque chose que je peux pas admettre", avait dit avant elle Nicolas Roth (86 ans), qui a perdu sa soeur et ses parents, séparés de lui à Auschwitz. "Ça heurte la sensibilité de milliers de gens", a-t-il estimé.
   "Nous avons affaire à un nazi et je pèse mes mots", a plaidé le conseil de l'UEJF, Stéphane Lilti. "Il y a un moment où il faut s'extraire de ce geste et se pencher sur le propos habituel de son auteur", a estimé le procureur, Annabelle Philippe, rappelant qu'Alain Soral avait été condamné à deux reprises pour des propos visant la communauté juive. [...]"

- DVD/vente interdite : Dieudonné fait appel (AFP) - "le tribunal de grande instance de Paris a jugé certains passages du DVD constitutifs de provocation à la haine et à la violence raciale ou religieuse, d'apologie et contestation de crimes contre l'Humanité, d'apologie des délits de crimes de collaboration avec l'ennemi".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/03/13/97001-20150313FILWWW00342-dvdvente-interdite-dieudonne-fait-appel.php

- Nucléaire iranien : la France, faucon des négociations internationales (AFP) - "C'est en arguant de son expertise - reconnue - sur ces questions que Paris réclame un accord "solide" avec l'Iran... et soupçonne parfois son meilleur allié américain d'être prêt à trop de concessions pour arracher un compromis historique".
https://fr.news.yahoo.com/nucl%C3%A9aire-iranien-france-faucon-n%C3%A9gociations-internationales-095129828.html
   "Dans les négociations sur le nucléaire iranien qui reprennent ces jours prochains, où entrent en jeu des considérations politiques, géostratégiques mais aussi personnelles, la France joue le rôle de faucon, jusqu'à irriter ses alliés, mais ne devrait pas aller jusqu'à bloquer un accord, selon analystes et diplomates.
    La ligne dure française dans ce dossier a été officialisée par le président de droite Nicolas Sarkozy après son élection en 2007. Puis poursuivie et assumée par son successeur socialiste François Hollande depuis 2012. "Dans cette affaire, la France a fait le chemin inverse des Etats-Unis, qui ont changé de stratégie avec l'arrivée de Barack Obama" et sa volonté de parvenir à un accord historique avec Téhéran sur le dossier nucléaire, résume Bernard Hourcade, spécialiste de l'Iran au Centre national de la recherche scientifique (CNRS).
    Plusieurs raisons expliquent la fermeté française sur le programme nucléaire de l'Iran, soupçonné par les Occidentaux d'être à vocation militaire, et qui empoisonne les relations internationales depuis plus d'une décennie.
    Raisons historiques et politiques : les diplomates français qui ont suivi et négocié le dossier depuis le début sont des personnalités classées comme "néoconservatrices", aux positions particulièrement fermes sur l'Iran. Et l'actuel chef de la diplomatie, Laurent Fabius, fut Premier ministre entre 1984 et 1986, à l'époque la pire des relations entre Paris et Téhéran. Attentats en France, prises d'otages français au Liban attribuées au Hezbollah chiite allié de Téhéran, contentieux sur le contrat nucléaire Eurodif, soutien de la France à l'Irak alors en guerre contre l'Iran... "Fabius a gardé une impression désastreuse des Iraniens et ne leur fait absolument pas confiance", se souvient un diplomate.
    Mais selon M. Hourcade, l'élément essentiel dans cette stratégie française, "c'est que Paris a clairement fait le choix des monarchies pétrolières du Golfe et de la stabilité conservatrice" qu'elles représentent face à un Iran dont la France n'a de cesse de rappeler "le rôle déstabilisateur" en Syrie, au Liban ou en Irak.
    S'ajoutent d'autres raisons comme la volonté française d'apparaître, selon un expert occidental, comme le "gardien du temple de la non-prolifération" nucléaire. C'est en arguant de son expertise - reconnue - sur ces questions que Paris réclame un accord "solide" avec l'Iran... et soupçonne parfois son meilleur allié américain d'être prêt à trop de concessions pour arracher un compromis historique. Lequel allié, en retour, surveille son partenaire français comme le lait sur le feu pour éviter, dans la dernière ligne droite des négociations, une réédition du "psychodrame" de Genève en novembre 2013. A l'époque, Paris s'opposa in extremis à la première mouture d'un accord provisoire concocté entre Washington et Téhéran. Un texte amélioré avait été signé 15 jours plus tard.
    Aujourd'hui, alors que l'épilogue se rapproche et que la tension monte chez des négociateurs soumis à forte pression, Paris a-t-il pour autant la capacité ou la volonté de bloquer un accord ? "Les Français ne prendront pas le risque de faire capoter la négociation", estime l'ancien diplomate François Nicoullaud, en poste à Téhéran dans les années 2000 et spécialiste des questions de non-prolifération. "Sur les lignes générales, les grandes puissances (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Chine, Russie et Allemagne) sont d'accord. Après, c'est une question de curseur, que Paris cherche à pousser le plus loin possible", sur le nombre de centrifugeuses accordé à l'Iran, sur la durée de l'accord...
    Une source proche du dossier qui n'a jamais caché son scepticisme et parlait volontiers de "mettre l'Iran à genoux" économiquement, juge aujourd'hui que "ça peut marcher s'il y a une volonté politique", qu'"on a fait du chemin" et qu'"un accord est faisable". [...]"


Israël

- La gauche israélienne est en tête dans les sondages, Piotr Smolar (Le Monde) - "Pour la première fois depuis 1999 et la victoire d’Ehoud Barak, un possible retour de la gauche se dessine. Personne ne l’envisageait sérieusement à l’annonce d’élections anticipées".
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/03/14/la-gauche-israelienne-est-en-tete-dans-les-sondages_4593607_3218.html
   "Le 9 mars, Benyamin Nétanyahou a fait une visite impromptue au marché central de Mahane Yehuda, à Jérusalem. Le chef du gouvernement israélien s’est arrêté dans un bistrot pour boire un café. Le maître des lieux l’a servi, avant de faire un geste de défi facétieux : il lui a rendu 87 shekels (20 euros) en petite monnaie. Interrogé à la télévision, le patron de l’établissement a expliqué que les entrepreneurs connaissaient intimement les difficultés de la vie quotidienne, tandis que M. Nétanyahou ne se préoccupait que du nucléaire iranien.
    Anecdotique ? Non, symptomatique. La fin de la campagne électorale a été marquée par une succession de désagréments pour le premier ministre, qui brigue un quatrième mandat. Le scrutin du 17 mars demeure indécis. L’émiettement du champ politique rend toute prédiction hasardeuse, d’autant qu’une autre phase commencera après le dépouillement : la quête pénible d’une coalition composée d’au moins 61 députés de la Knesset sur 120. Mais la dynamique est claire. « On assiste à un effondrement du Likoud, tranche le conseiller Motti Morell, vétéran des campagnes électorales en Israël. Tous les ingrédients du mécontentement étaient là depuis longtemps. »
    Les sondages indiquent effectivement une érosion du parti de M. Nétanyahou. La presse regorge de propos de cadres anonymes, témoignant du pessimisme et des divisions en interne. Le centre gauche, l’Union sioniste, se maintient en tête à un niveau constant, autour de 24 sièges. Pour la première fois depuis 1999 et la victoire d’Ehoud Barak, un possible retour de la gauche se dessine. Personne ne l’envisageait sérieusement à l’annonce d’élections anticipées.
    Le duo constitué par Isaac Herzog, le chef du Parti travailliste, et Tzipi Livni, qui a souvent changé d’adresse dans sa carrière, mise sur l’envie de changement. Le ressentiment et la lassitude envers M. Nétanyahou forment le meilleur carburant de l’Union sioniste, qui appelle au vote utile pour l’évincer. « Bibi » est aux abois. Il a improvisé une tournée des chaînes de télévision, jeudi, afin de dramatiser la perspective d’une alternance. [...]
    Plus grave encore pour le premier ministre, la sécurité n’est pas la préoccupation du moment. Un calme précaire règne dans les territoires [palestiniens], Jérusalem-Est s’est apaisée après les émeutes et les attaques de l’automne 2014. Le nucléaire iranien semble beaucoup plus abstrait que le coût exorbitant du panier de la ménagère. Depuis le gigantesque mouvement social contre la vie chère à l’été 2011, il y a eu peu de changement. La crise du logement et les écarts de revenus dessinent une société libérale précarisée. En négligeant ces thématiques, le Likoud a laissé le champ libre à la gauche et à deux formations centristes : Yesh Atid et la dernière venue, Koulanou, dirigée par Moshe Kahlon, que le premier ministre avait poussé hors du Likoud.
    L’image de Yaïr Lapid, ancien journaliste devenu chef de file de Yesh Atid, avait beaucoup souffert de son passage au gouvernement. Mais les commentateurs lui reconnaissent une campagne de terrain réussie. Il espère ainsi limiter les pertes à la Knesset, après avoir été la grande surprise du scrutin précédent, en janvier 2013 (19 sièges). Moshe Kahlon, lui, pourrait siphonner une partie de l’électorat du Likoud. Il prétend faire baisser le coût de la vie en s’attaquant aux monopoles, comme il l’avait fait au gouvernement dans le secteur de la téléphonie mobile. Sa référence est Menahem Begin, qui avait conduit le Likoud à la victoire en 1977.
    Ces deux formations centristes risquent de jouer un rôle majeur dans la phase post-électorale. Quel sera le prix de leur ralliement ? Chaque coalition est la somme douloureuse de tractations, de promesses, de compromis et de renoncements. Il faut réunir autour d’une table des forces situées aux deux bouts de l’échiquier. En 2009, le parti centriste Kadima, bien qu’arrivé en tête, n’avait pu constituer une majorité, s’effaçant devant le Likoud. Si l’Union sioniste échouait également, malgré une victoire dans les urnes, le président Reuven Rivlin pourrait proposer un gouvernement d’union nationale avec le parti de M. Nétanyahou, qui a rejeté cette idée.
    Mais il existe des inconnues avant cette phase future. D’abord, l’ampleur d’une éventuelle victoire du centre gauche, et la dynamique qu’elle créerait. Ensuite, il y a la donne psychologique entre les leaders politiques. A droite, tous les chefs de parti ont des rapports exécrables avec le premier ministre actuel. A la fois par esprit de vengeance et par calcul, en pensant à la lutte pour sa succession, ils pourraient être tentés de le bloquer."
- En Israël, la crise du logement préoccupe autant que la sécurité (Le Figaro) - "Sur le front immobilier, M. Netanyahu est sur la défensive. Depuis sa prise de fonctions en 2009, il a échoué à juguler la flambée des prix qui ont augmenté de 55% entre 2008 et 2013".
http://immobilier.lefigaro.fr/article/en-israel-la-crise-du-logement-preoccupe-autant-que-la-securite_198efdb2-c96b-11e4-9124-e05441fc38a9/

- Détrompez-vous, l'Europe est aussi hostile à Tzipi Livni (Philosémitisme) - "Ceux qui pensent que les Européens porteront un regard plus bienveillant sur Israël au cas où le tandem Isaac Herzog-Tzipi Livni remplacerait Benjamin Netanyahou se trompent". Petit rappel utile de la haine anti-israélienne en Europe quand Tzipi Livni était au pouvoir.
http://philosemitismeblog.blogspot.fr/2015/03/detrompez-vous-leurope-est-aussi.html

- Et si les partis arabes d’Israël bousculaient le jeu politique, Marie de Vergès (Slate.fr) - "l’un des reproches adressé régulièrement par la rue arabe à ses élus : ceux-ci passeraient plus de temps à s’occuper de la cause palestinienne qu’à tenter de résoudre leurs problèmes quotidiens" ; "D’après les sondages, la participation de l’électorat arabe devrait monter à 63% environ contre seulement 56% aux précédentes législatives de 2013".
http://www.slate.fr/story/98917/israel-partis-arabes-elections
- Why I’m voting Meretz and not for the Arab ticket, Salman Masalha (Haaretz) - "The Joint List includes not only the equivalent of Yisrael Beiteinu of the Arab street, in the form of the Arab nationalism of Balad; but also the racist parallel of Habayit Hayehudi in the shape of the Islamic Movement".
http://www.haaretz.com/opinion/.premium-1.646640

- The BBC, ‘settlements’ and cognitive dissonance (BBC Watch) - "The Musallam actually family lives in Neve Ya’akov: a neighbourhood of Jerusalem usually described by the BBC as a ‘Jewish settlement’ despite the fact that it was established in 1924 on land purchased by Jews, evacuated during the War of Independence and reconstructed after the Six Day War. But the prospect of explaining to audiences why an Israeli Arab Muslim family lives in a ‘Jewish settlement’ obviously generated too much cognitive dissonance and so Neve Ya’akov became “East Jerusalem”."
http://bbcwatch.org/2015/03/13/the-bbc-settlements-and-cognitive-dissonance/


Gaza & Hamas

- "Not a single house has been rebuilt in Gaza" (Elder of Ziyon) - "Gisha, of course, blames Israel alone for the slowness (or absence!) of reconstruction. They are willingly ignoring the facts. It appears that Gaza residents who lost their homes are preferring to resell their construction materials to rebuilding their homes. And you can be certain that much of that material is being used to rebuild terrorist tunnels - something Hamas and Islamic Jihad are bragging about".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/03/not-single-house-has-been-rebuilt-in.html
- Turns out some Gazans are rebuilding houses: friends of Hamas (Elder of Ziyon) - "Since Hamas controls the money, they can largely control who gets the cement".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/03/turns-out-some-gazans-are-rebuilding.html
   "Yesterday I quoted far-left NGO Gisha as saying that not a single destroyed house had been rebuilt in Gaza, despite over 50,000 tons of construction material (now known to be actually 88,000 tons.) A Danish journalist visited Gaza last week and he did see that some homes were being rebuilt - but not for just anybody.
   "Gaza 2015 is anything but uplifting. There is sluggish renovation work. In the northern city of Beit Hanoun families started to quarrel, because Hamas has provided money to those who support the movement. Their houses destroyed by the war are soon completed. Other families who do not openly support Hamas have not received a penny, and their houses are just as flat and bombed as when Israeli missiles hit them for more than six months ago. The families feel both failure and anger, but most of them do not dare stand up and criticize Hamas publicly for fear of ending up on the movement's blacklist.
    ..."Anything is better than war and the time that has passed since. It has been the longest six months in Gaza's history, "said one of the residents of Beit Hanoun who is not a Hamas supporter. His house, a pile of rubble, remains the first sight that meets him every morning."

    Since Hamas controls the money, they can largely control who gets the cement! Perhaps this is something people should #AskHamas?"

- Blaming Israel for Gaza’s reconstruction delays is wilful ignorance, Daniel Taub (Israeli ambassador to the UK) - "By masking the true causes of paralysis in Gaza, individuals and organisations claiming to be committed to the wellbeing of Palestinian civilians have instead become accessories to the perpetuation of their suffering".
http://www.theguardian.com/commentisfree/2015/mar/06/blaming-israel-gaza-reconstruction-ignorance-palestinian
   "Golda Meir, the former Israeli prime minister, said: “We will only have peace when our enemies love their children more than they hate ours.” I could not help being reminded of this bitter truism this week when I read a chorus of “pro-Palestinian” voices squarely blaming Israel for the repeated delays to reconstruction in Gaza.
    While both the UN and the Arab League have identified the real obstacle to reconstruction as intra-Palestinian violence and intimidation, these voices choose to remain in their traditional comfort zone of pointing at Israel, and Israel alone, as the culpable party. By electing to obscure the real challenges to reconstruction, these voices are not addressing the problems of Gaza, but instead helping to perpetuate them.
    The simplistic narrative presented by numerous NGOs and observers from afar is that Israel is refusing to allow building materials to be imported into the Gaza Strip, and as such is the main barrier to reconstruction in Gaza. Thirty international agencies, in a joint statement issued last week, identified Israel as “the main duty bearer”. In a separate statement, Catherine Essoyan, Oxfam’s regional director, said: “Only an end to the blockade of Gaza will ensure that people can rebuild their lives.” Speaking in a debate in the House of Commons on the reconstruction of Gaza last week, one MP went further, stating: “Members on either side saying that Israel has kept Gaza supplied, I think people must be living in a parallel world.”
    In fact, while Israel has good reason to have concerns about the end use of construction materials in Gaza – vast quantities of imported aid were diverted by Hamas to construct miles of terror attack-tunnels – Israel has cooperated fully with the trilateral Gaza reconstruction mechanism (GRM) established by the UN. To date under this arrangement it has facilitated the entry of over 62,000 tonnes of construction supplies to Gaza. This is corroborated by the Palestinian Authority’s own figures, which confirm that reconstruction is not being constrained by any lack of supply, and that stocks of all key materials, including cement, aggregate, and re-bar (steel), remain in surplus.
    If import restrictions aren’t the problem, what is? At the Cairo conference in October, donors pledged $5.4bn in aid, but the bulk of this commitment remains undelivered, as donors remain unconvinced that Hamas genuinely wants to rebuild Gaza’s homes, and not Gaza’s tunnels. In his briefing to the security council earlier this month, the UN’s under-secretary general, Jeffrey Feltman, cited the delay in the disbursement of international aid as a major obstacle to reconstruction, stating: “Despite the GRM’s continued expansion, four months after the Cairo conference donors have yet to fulfil the vast majority of their pledges. This is frankly unacceptable, and cannot continue if we hope to avoid another escalation in Gaza.”
    The second impediment to reconstruction is the failure of Palestinian governance in Gaza. Under the GRM, agreed between the Palestinian Authority, the UN and Israel, the PA bears primary responsibility for coordinating reconstruction, leading both private sector and public sector works. A power struggle for control of the Gaza Strip between Hamas and the PA has degenerated into violence and recriminations, and taken precedence over the rebuilding effort.
    The secretary general of the Arab League, Nabil Elaraby, was in no doubt about the cost of this political dispute, telling the London-based Al-Hayat newspaper: “The internal differences and the absence of cooperation between the PA and Hamas are behind the delay in reconstructing the Gaza Strip.” Likewise, Feltman told the security council: “The combination of the failure to rectify the persistent governance and security issues and the slow pace of reconstruction has created an increasingly toxic environment.”
    Yet the true obstacles in Gaza – clear to Elaraby and Feltman – are wilfully ignored in the disingenuous comments by foreign aid agencies and legislators. By masking the true causes of paralysis in Gaza, individuals and organisations claiming to be committed to the wellbeing of Palestinian civilians have instead become accessories to the perpetuation of their suffering."

- Rencontre entre responsables israéliens et qataris sur la reconstruction de Gaza (i24) - "Le général Yoav (Poli) Mordehai, coordinateur du gouvernement israélien pour les activités civiles dans les Territoires a rencontré l'émissaire qatari pour la reconstruction de la bande de Gaza, Mohamed al-Amadi" ; ""La partie israélienne s'était engagée à coordonner avec la partie palestinienne l'entrée de matériaux de construction pour ces projets (de reconstruction) et, aujourd'hui, quatre camions de ciment sont entrés pour la première fois (pour un projet qatari), nous en remercions les deux parties", a dit Al-Amadi".
http://www.i24news.tv/fr/actu/israel/diplomatie-defense/64165-150313-rencontre-entre-responsables-israeliens-et-qataris-sur-la-reconstruction-de-gaza

- Les tomates et les aubergines de Gaza arrivent en Israël (AFP) - "Une plus grande variété de fruits et légumes de Gaza est appelée dans l’avenir à être vendue sur les marchés israéliens".
http://fr.timesofisrael.com/les-tomates-et-les-aubergines-de-gaza-arrivent-en-israel/

- Israel offered to ease Gaza blockade for long-term calm, Hamas says (Times of Israel) - "A proposal to end the military blockade on Gaza in return for a long-term ceasefire with Hamas was initiated by Israel and rejected by the Islamic movement over concerns that it would effectively detach the Gaza Strip from the West Bank, a senior Hamas official claimed"; "Hamas’s deputy political chief Moussa Abu Marzouk wrote Wednesday on his Facebook page that it was Israel — not Hamas — which proposed the establishment of air and sea ports in Gaza in return for calm".
http://www.timesofisrael.com/israel-offered-to-ease-gaza-blockade-for-long-term-calm-hamas-says/

- Twitter : le Hamas lance une campagne pour redorer son image... mais s'attire les moqueries (AFP) - "Le groupe islamiste palestinien Hamas a lancé vendredi 13 mars une campagne sur Twitter visant à améliorer son image mais l'initiative a été vite accueillie par une vague de critiques et de moqueries".
http://www.huffingtonpost.fr/2015/03/13/twitter-hamas-campagne-image-moqueries_n_6866410.html
- Social media hashtag #AskHamas off to a hilarious start (Elder of Ziyon) - "It's just starting, and it's going all week!" Quelques exemples de tweets amusants.
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/03/social-media-hashtag-askhamas-off-to.html

- Un rapport salue les efforts de Tsahal pour éviter les pertes civiles à Gaza (JTA)
http://fr.timesofisrael.com/un-rapport-salue-les-efforts-de-tsahal-pour-eviter-les-pertes-civiles-a-gaza/
   "L’armée israélienne est allée bien au-delà de son obligation légale lors de son opération l’été dernier à Gaza dans le but d’éviter les pertes civiles, selon le rapport d’un groupe d’anciens responsables militaires américains et d’experts juridiques. Le rapport de Gaza Conflict Task Force, qui a été rendu public mercredi, a été commandé par le Jewish Institute for National Security Affairs (Institut Juif pour les Affaires de sécurité nationale), ou JINSA. [...]
    Le rapport fait l’éloge de l’armée israélienne pour ses efforts visant à limiter les pertes civiles, tels que : alerter la population dans une zone ciblée par des appels téléphoniques, des tracts et des explosions à faible impact, mais a également souligné que les Etats-Unis et Israël devraient étudier le conflit afin de trouver un équilibre entre la protection des victimes civiles et la réalisation des objectifs de la mission. [...]"


Judée-Samarie

- IDF wounds Palestinian hurling Molotov cocktail in West Bank (Ynet) - "Security forces open fire after Palestinian rioters hurl stones at them near Ramallah; 17-year-old wounded in ankle".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4636732,00.html


"Processus de paix"

- Fatah Central Committee Member to PA TV: Dalal Mughrabi, Female Suicide Bombers, Are Our Role Models (Vidéo 1mn37)
https://www.youtube.com/watch?v=hrpD-mGA7fw
   "In an interview on the official Palestinian Authority TV channel to mark International Women's Day, Fatah Central Committee member Amal Hamad said that Dalal Mughrabi, who led the 1978 Coastal Road terrorist attack in Israel, and female suicide bombers Wafa Idris and Rim Al-Riyashi were "role models." The interview aired on March 8, 2015."
- Fatah to Israelis: ‎“Collect your body parts and leave!”‎ (PMW)
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=14322
   "Celebrating the anniversary of the most lethal terror attack against Israel, Abbas’ Fatah party addressed Israelis on its Facebook page, telling them to collect the body parts of murdered Israelis and leave Israel: “Collect your body parts and leave!” [Fatah’s Facebook page, “Fatah - The Main Page,” March 11, 2015]. Fatah took pride in the terror attack, calling the terrorists “heroes,” and posting a photo of the destroyed bus in which terrorist Dalal Mughrabi and other terrorists killed 37 civilians and wounded over 70 in 1978. [...]"
- 37 ans et le Fatah salue toujours l’attaque terroriste la plus meurtrière (Times of Israel)
http://fr.timesofisrael.com/37-ans-et-le-fatah-salue-toujours-lattaque-terroriste-la-plus-meurtriere/
   "Célébrant l’anniversaire de l’attaque terroriste la plus meurtrière contre Israël, le parti palestinien du Fatah, dirigé par le président de l’AP Mahmoud Abbas, s’est adressé aux Israéliens à travers sa page Facebook, en leur conseillant de rassembler les morceaux des dépouilles des Israéliens assassinés et de quitter Israël. Le groupe a même posté une photo du bus détruit dans lequel le terroriste Dalal Mughrabi et d’autres terroristes ont tué 37 civils et en ont blessé plus de 70 en 1978.
    Prétendant que l’attaque était encore plus meurtrière, rapporte Palestinian Media Watch, le Fatah a exagéré le nombre des victimes israéliennes qui ont été assassinées en écrivant qu’elles « dépassaient les 80 victimes ». « Récupérer vos morceaux de corps et partez ! », a exhorté le Fatah sur sa page Facebook aujourd’hui, qualifiant les terroristes de « héros ». [...] L’Autorité palestinienne et le Fatah ont transformé Dalal Mughrabi en un modèle pour les Palestiniens. [...]"

- Burning Israeli ice cream in Ramallah (Elder of Ziyon) - voir les photos sur le site.
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/03/burning-israeli-ice-cream-in-ramallah.html


Liban, Syrie & Hezbollah

- As Israel lets the Syrians battle it out, Iran deters Israel from next door, Amos Harel (Haaretz) - "Hezbollah is clearly determined to establish a new status quo along the Syrian and Lebanese border, which it sees as a single front with Israel".
http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/.premium-1.646702


Europe

- Ukraine : à Nikichiné, les habitants reviennent vivre dans les ruines (AFP) - "Dans ce village de 700 habitants avant la guerre, aucun bâtiment n'a été épargné par les bombardements". Mais à la différence de Gaza (pourtant proportionnellement bien moins touchée que l'est de l'Ukraine), vous n'entendrez guère les médias insister sur ces destructions massives des habitations civiles, ni sur l'urgente nécessité de participer financièrement à leur reconstruction.
https://fr.news.yahoo.com/nikichin%C3%A9-lest-lukraine-habitants-reviennent-vivre-ruines-110432563.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages