Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 22:56
France

- France : le prix des droits de l'homme remis à des ONG palestiniennes (Guysen) - le CRIF : "nous regrettons que la CNCDH nuise aux intérêts de la paix".
http://www.guysen.com/news_France-le-prix-des-droits-de-l-homme-remis-a-des-ONG-palestiniennes_255743.html
   "Jeudi dernier, 10 décembre, le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner a remis le prix des droits de l'homme au Réseau des organisations non gouvernementales palestiniennes (PNGO). Le PNGO est une plateforme qui regroupe 132 organisations palestiniennes réparties entre Jérusalem, la Judée Samarie et dans la Bande de Gaza. Le PNGO a été un participant actif à la conférence antisémite de Durban en 2001. Il soutient surtout le boycott et toutes formes de désinvestissement à l’égard d’Israël. Le PNGO a également exploité la terminologie de la Shoah, pour diaboliser Israël à l’étranger et mène de vastes campagnes de désinformation pour discréditer Israël. Il encourage ''la résistance'' du Hamas et ''la guerre des pierres''.
    Le CRIF avait fait part de sa stupéfaction en apprenant la remise du prix des droits de l'homme. ''Il eut été préférable également que la CNCDH (Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme) se garde d’honorer des associations qui diabolisent constamment Israël. Ce faisantnous regrettons que la CNCDH nuise aux intérêts de la paix ", avait écrit Richard Prasquier, président du Crif."

- Mireille Hadas-Lebel démonte les élucubrations de Shlomo Sand, Richard Prasquier (CRIF)
http://www.crif.org/?page=articles_display/detail&aid=17809&returnto=accueil/main&artyd=10
   "Tous ceux qui ont été choqués par le battage médiatique fait autour du livre de Shlomo Sand sur l'invention du peuple juif, comme tous ceux qui en ont été les thuriféraires devraient lire l'admirable article de Mireille Hadas Lebel dans la revue Commentaire. Elle y montre avec précision et érudition les approximations, les détournements sur lesquels Shlomo Sand, dont il faut rappeler continuellement qu'il n'a aucune compétence pour traiter de cette période, a bâti son ouvrage, porté par une maladive passion anti-sioniste. En fait deux points ressortent très clairement, outre le fait que le livre et son exploitation médiatique sont une machine de guerre contre Israël malheureusement très réussie au demeurant.
    La première est que les "révélations" contenues dans ce livre, notamment celles qui font état de la conversion au judaïsme de populations diverses, sans lien avec l'expulsion, et inversement de la conversion à l'Islam et au Christianisme de nombreuses populations juives, sont des thèses très largement traitées par tous les historiens depuis longtemps et très publiquement par des historiens juifs, israéliens ou non israéliens: aucune nouveauté, aucune rétention d'informations.
    La seconde est que Shlomo Sand parait se comporter en raciste véritable, lui dont le livre suggère a contrario que la notion de peuple juif ne pourrait avoir qu'une base génétique, et que ne l'ayant pas les Juifs ne peuvent prétendre constituer un peuple. Ce fut  la thèse des historiens allemands sur le Volk, avec les conséquences que l'on sait. Ce ne fut pas la thèse de ceux qui privilégient dans les constructions identitaires (à la mode aujourd'hui) l'imprégnation culturelle. Mireille Hadas Lebel argumente admirablement en historienne familière des textes et réduit à néant les élucubrations sandiennes.
    Son texte devrait être envoyé à tous ceux qui, cédant aux pressions, ont voté sans savoir, pour attribuer un prix prestigieux à un livre minable." Car le livre a reçu le Prix Aujourd'hui 2009.

********************************************************************************************************
Israël

- Epargné par les roquettes, le sud d'Israël revit, Aron Heller (AP) - "Autrefois, peu de jours s'écoulaient sans que les habitants n'aient à se précipiter dans les abris anti-aériens" ; "Avant la guerre, les nouveaux arrivants étaient rares" ; "A présent, les prix de l'immobilier grimpent, des centres commerciaux sortent de terre et la population augmente" ; "dans la ville de Sderot, qui était la principale cible des attaques, commerces et marchés sont bondés et les enfants, habitués à ne pas s'éloigner de chez eux, jouent librement dans les rues". Un article Associated Press, certainement pas AFP !
http://fr.news.yahoo.com/3/20091214/twl-israel-palestiniens-sud-951b410.html
   "Il y a moins d'un an, mieux valait éviter Nahal Oz, en permanence sous la menace des roquettes palestiniennes. Depuis, dix nouvelles familles sont venues grossir la population du village, aujourd'hui fort de 320 habitants. Cette soudaine poussée démographique symbolise la renaissance du sud d'Israël, qui s'épanouit à la faveur de la trêve observée par les militants palestiniens après l'offensive sur la Bande de Gaza. A présent, les prix de l'immobilier grimpent, des centres commerciaux sortent de terre et la population augmente.
    L'opération "Plomb durci", lancée par l'armée israélienne le 27 décembre 2008, a tué des centaines de civils palestiniens en trois semaines de combats, suscitant un déluge de condamnations internationales. Mais, pensent beaucoup d'Israéliens, c'était le seul moyen de mettre un terme à huit années de tirs de roquettes sur Nahal Oz et les villes et villages avoisinants.
    Quand le mari de Ronit Goldberg a perdu son emploi dans la haute-technologie, la vie dans le centre du pays est devenue trop chère pour la famille. Avec leurs deux enfants, le couple a voulu prendre un nouveau départ. Et c'est à Nahal Oz qu'il a en trouvé l'occasion l'été dernier. Autrefois, peu de jours s'écoulaient sans que les habitants n'aient à se précipiter dans les abris anti-aériens. Aujourd'hui, c'est un village tranquille avec des grands espaces et des logements abordables. Tout ce que Ronit entend en provenance du territoire palestinien, c'est l'appel du muezzin depuis les mosquées de Gaza.
    "Le centre d'Israël est devenu un endroit pour riches. Le sud, c'est une région où vous pouvez vous développer, un endroit qui a du potentiel", explique cette Israélienne de 39 ans, berçant son nouveau-né de deux mois, Noam, né à Nahal Oz. Depuis la fin de l'offensive sur Gaza, 105 familles se sont installées dans 11 communautés du sud d'Israël, selon Michal Shaban-Kotzer, porte-parole du conseil régional. Avant la guerre, les nouveaux arrivants étaient rares.
    Sarit Artzi, 34 ans, s'est installée en juillet dans le village de Kfar Aza avec son mari et ses trois enfants. D'après elle, beaucoup d'autres aimeraient suivre, mais n'arrivent plus à trouver de logement. "Il y a peu de place", dit-elle. "Nous avons été attirés ici par la qualité de vie, comme beaucoup de jeunes couples".
    Il y a un an, Oded Etinger, 46 ans, avait préféré emmener sa famille loin de Kfar Aza, se réfugiant six mois dans un autre village, hors de portée des roquettes. La goutte d'eau avait été une attaque au cours de laquelle il avait perdu son fils de dix ans, qui s'était en fait réfugié dans un abri. Aujourd'hui, la famille est revenue, et profite du calme. "On apprécie davantage maintenant ce que cet endroit peut offrir, le confort, le sentiment d'être chez soi", explique Oded.
    Non loin de là, dans la ville de Sderot, qui était la principale cible des attaques, commerces et marchés sont bondés et les enfants, habitués à ne pas s'éloigner de chez eux, jouent librement dans les rues. Une porte-parole de la ville, Sima Gal, fait état d'une hausse de 20 à 30% des prix de l'immobilier. Selon Yoav Lapidot, chargé de l'urbanisme, la construction de 1.400 nouveaux logements vient d'être approuvée, après des années sans chantiers. [...]
    "En ce moment, on se sent optimistes. Mais on sait très bien que cela pourrait ne pas durer longtemps", reconnaît Carolina Aram, habitante de longue date de Nahal Oz. D'ailleurs, des militants palestiniens ont tiré deux roquettes sur Israël tôt dimanche matin, sans faire de blessés. "La menace existe, mais c'est dangereux partout", juge-t-elle, fataliste. "Le pays tout en entier est une frontière géante"."

- Un terroriste stoppé à Ashkelon (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Un-terroriste-stoppe-a-Ashkelon_255740.html
   "Dimanche après-midi, la police israélienne a arrêté un palestinien qui essayait d’entrer illégalement sur le territoire hébreu. De sources policières, l’homme avait prévu de perpétrer un attentat-suicide."

- Steinitz : "Nous ne tendrons pas l'autre joue", Gil Hoffman (JP)
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1260447434691&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Le ministre des Finances, Youval Steinitz, qui avait voté en faveur du moratoire en Judée-Samarie le 25 novembre dernier, a déclaré dans la nuit de dimanche qu'il demanderait bientôt un second vote si l'Autorité palestinienne continuait à rejeter les négociations. S'exprimant lors d'un rassemblement de supporters à Or Yehouda, Steinitz a déclaré qu'il appuyait le gel des constructions dans les implantations parce qu'il désirait soutenir le Premier ministre Netanyahou et lui accorder une certaine flexibilité en ces temps mouvementés.
    "Si les Palestiniens, au lieu d'accepter notre main tendue, continuent de nous tourner le dos et de nous attaquer sur la scène internationale, nous convoquerons à nouveau une réunion du cabinet de sécurité et reconsidèreront le gel", a déclaré Steinitz à la foule des 500 supporters venus le soutenir. "Nous ne tendrons pas l'autre joue à la froideur et au dénigrement". [...]"

*********************************************************************************************************
Gaza & Hamas

- Des dizaines de milliers de partisans du Hamas récusent l'OLP, Nidal al Moughrabi (Reuters) - Haniyeh : "Nous ne reconnaîtrons pas Israël", nous poursuivrons "une Palestine allant de la mer au fleuve", "nous ne ferons jamais de concessions politiques".
http://fr.news.yahoo.com/4/20091214/twl-po-olp-hamas-38cfb6d.html
   "Le Hamas a transformé le 22e anniversaire de sa création, lors de la première intifada, en une immense démonstration de défi envers l'OLP, qui s'apprête à proroger ce mardi le mandat de Mahmoud Abbas à la présidence de l'Autorité palestinienne. Des dizaines de milliers de partisans du Hamas, qui contrôle Gaza après en avoir chassé en juin 2007 les forces rivales du Fatah d'Abbas, ont participé lundi à un rassemblement sans précédent depuis l'intervention israélienne d'il y a un an.
    Lors de ce meeting, Ismaïl Haniyeh, responsable du Hamas à Gaza, a réaffirmé les options stratégiques du mouvement: refus d'abandonner la lutte armée et création d'un Etat indépendant sur l'ensemble de la Palestine, de la Méditerranée au Jourdain. "Le Hamas ne renoncera pas au Djihad et à la résistance tant qu'il n'aura pas abouti à la liberté et à l'indépendance de notre peuple. Nous ne reconnaîtrons pas Israël", a martelé celui qui fut Premier ministre d'Abbas avant d'être accusé de putsch par celui-ci.
    Haniyeh a rejeté d'avance les décisions de l'OLP, dont le Conseil central, où le Hamas ne siège pas, s'apprête à proroger Abbas à la tête de l'Autorité palestinienne, faute d'un accord de réconciliation permettant des élections simultanées à Gaza et en Cisjordanie. "Nous disons aux membres du Conseil central de l'OLP qui se réuniront demain à Ramallah que toute décision contredisant la constitution et la volonté du peuple ne sera pas contraignante", a déclaré à la foule Haniyeh, qui récuse la légitimité d'Abbas. [...]
    Vingt-deux ans après sa création, plus de quatre ans après l'évacuation israélienne de Gaza et un an après l'intervention de Tsahal pour tenter d'y briser les reins du Hamas, Haniyeh a affirmé que les islamistes restaient inébranlables dans leur quête d'"une Palestine allant de la mer au fleuve".
    Haniyeh a assuré que l'offensive de Tsahal, du 27 décembre 2008 à janvier 2009, avait totalement échoué. "Ceux qui ont planifié cette guerre et l'ont conduite ne s'attendaient pas à ce que toute cette foule vienne aujourd'hui agiter cette forêt de drapeaux", a-t-il dit. "Le Hamas ne s'est pas écroulé après la guerre, ce sont les dirigeants ennemis qui se sont effondrés", a-t-il poursuivi, se référant au départ d'Ehud Olmert et à son remplacement en mars dernier par Benjamin Netanyahu. "Après quatre ans de blocus (israélien), nous disons que la forteresse ne s'effondrera jamais, qu'on n'en pénétrera jamais les fortifications et que nous ne ferons jamais de concessions politiques", a encore affirmé le chef du Hamas à Gaza.
    Dans un communiqué, le Fatah a estimé que le discours de Haniyeh trahissait sa volonté d'approfondir les divisions entre Hamas et Fatah et son rejet des efforts égyptiens pour parvenir à une réconciliation du mouvement national."

- 22e anniversaire du Hamas: incarner la lutte contre Israël (AFP) - "Le Hamas veut libérer la Palestine, toute la Palestine, et la libération de Gaza n'est qu'une étape vers la libération de toute la Palestine".
http://www.lesechos.fr/depeches/monde/afp_00212387-22e-anniversaire-du-hamas--incarner-la-lutte-contre-israel.htm
   "Le Hamas a promis lundi de poursuivre la lutte jusqu'à "la libération de toute la Palestine", réitérant son refus de reconnaître l'Etat d'Israël lors des célébrations à Gaza du 22e anniversaire de sa fondation. Le chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, a appelé à libérer "la Palestine, de la mer (Méditerranée) au fleuve (Jourdain)", dans un discours prononcé devant des dizaines de milliers de partisans. [...]
    Dans un discours de plus d'une heure, parfois enflammé, M. Haniyeh a assuré que "le Hamas ne va pas se satisfaire de la libération de Gaza ni de l'établissement d'un Etat indépendant à Gaza. Le Hamas veut libérer la Palestine, toute la Palestine, et la libération de Gaza n'est qu'une étape vers la libération de toute la Palestine". "Nous ne reconnaissons pas Israël et nous ne renonçons pas à notre droit à la résistance", a poursuivi le chef du gouvernement du Hamas, qui contrôle la bande de Gaza depuis juin 2007. [...]"

- Le Hamas peut-il triompher, vingt-deux ans après sa création?, Georges Malbrunot (Le Figaro) - « il y a une discussion interne entre ceux qui veulent faire de la politique et ceux qui ne veulent pas. Et ce conflit, n’est pas résolu » ; "« Ils mettent toujours le blâme sur Israël », regrette leur interlocuteur européen".
http://blog.lefigaro.fr/malbrunot/2009/12/le-hamas-peut-il-triompher-vin.html
   "[...] « Depuis sa fondation, le Hamas a été en mesure de réaliser une grande partie de ses objectifs et de surmonter toutes les épreuves : la prison, l’exil, les assassinats et les élections », claironne l’un de ses chefs, Mahmoud Zahar. Mais le mouvement islamiste peut-il réellement afficher un bilan aussi positif ? [...] « Le Hamas perd un peu de son soutien », estime au contraire un des rares diplomates européens à rencontrer les responsables intégristes. Selon lui, « les islamistes n’ont pas engrangé de dynamique. Ils n’ont pas obtenu grand-chose ces derniers mois ». [...]
    En interne, des divisions pèsent sur le Mouvement de la résistance islamique. Tout d’abord entre certains responsables de la branche militaire et des politiques. « Notre approche de la résistance (…) n’est pas limitée à la lutte armée », plaide Mahmoud Zahar. « Les brigades al-Qassam ont construit leurs armes à main nues, y compris les roquettes Qassam qui terrifient l’ennemi sioniste », semble lui répondre Abou Obeida, le porte-parole de la branche militaire. Pour le diplomate européen, « il y a une discussion interne entre ceux qui veulent faire de la politique et ceux qui ne veulent pas. Et ce conflit, n’est pas résolu. Les militaires veulent faire la guerre. Ils ont des armes. Et leur appareil a été restructuré après l’offensive de Tsahal au printemps », poursuit-il.
    Sur ses flancs, le Hamas est également confronté à la menace salafiste. Des ultras de sa branche armée, qui dénoncent la dérive politique du Mouvement, succombent aux sirènes du djihadisme. Pour de nombreux observateurs, « la tuerie de Rafah l'été dernier devait montrer les limites à ne pas dépasser pour les salafistes, mais c’était aussi un avertissement lancé à la branche armée » du Mouvement. En août, le Hamas avait écrasé dans le sang une révolte de militants salafistes retranchés dans une mosquée de Khan Younès au sud de la bande de Gaza.
    Enfin politiquement, le Hamas n’a pas réussi à briser l’isolement imposé par la communauté internationale à l’encontre d’une organisation toujours considérée comme terroriste par l’Union européenne et les Etats-Unis. « Ils mettent toujours le blâme sur Israël », regrette leur interlocuteur européen. Pour l’heure, le Hamas a choisi de rester inflexible, alors qu’en Occident de plus en plus de voix dénoncent la quarantaine qui lui est imposée. Pensant certainement que le temps travaille pour les islamistes. A voir."

- Le Hamas toujours aussi intransigeant, Claire Dana-Picard (Arouts 7) - "le président iranien aurait encouragé Khaled Mashaal à ne pas s’empresser de régler rapidement la transaction".
http://www.actu.co.il/2009/12/le-hamas-toujours-aussi-intransigeant/
   "Dans un communiqué publié à l’occasion du vingt deuxième anniversaire de sa fondation, le Hamas a indiqué que « Guilad Shalit ne verrait pas la lumière du jour » tant qu’Israël ne répondrait pas favorablement à ses revendications et ne libérerait pas les « détenus » que l’organisation terroriste réclame. Selon une agence de presse palestinienne, le président iranien aurait encouragé le chef du « bureau politique » du Hamas à Damas, Khaled Mashaal, qu’il a rencontré cette semaine, à ne pas s’empresser de régler rapidement la transaction pour Shalit tant que le Hamas n’aurait pas obtenu satisfaction. Mashaal aurait promis à Ahmadinejad de faire libérer également des prisonniers syriens dans le cadre de cette transaction."

- Bataille souterraine pour bloquer les tunnels de Gaza, Tangi Salaün (Le Figaro) - «S'ils font ce mur, à la profondeur dont on parle, ce sera la mort des tunnels.» «Les Égyptiens ont compris que c'est aussi leur intérêt de contrôler le trafic d'armes.»
http://www.lefigaro.fr/international/2009/12/14/01003-20091214ARTFIG00347-bataille-souterraine-pour-bloquer-les-tunnels-de-gaza-.php
   "À Rafah, elles sont dans toutes les conversations : les silhouettes de grues géantes et d'impressionnantes foreuses se détachent depuis quelques jours le long de la frontière entre l'Égypte et la bande de Gaza, au nord du terminal douanier - fermé quasiment en permanence depuis le coup de force du Hamas à Gaza, il y a deux ans et demi. «On ne sait pas exactement ce qu'ils font», glisse un habitant de la Rafah égyptienne, dont la maison se dresse à moins d'un kilomètre de la frontière, dans le secteur où l'activité des tunnels qui approvisionnent la bande de Gaza est la plus dense. «Certains disent que c'est un mur souterrain, d'autres un réseau de canalisations pour faire s'effondrer les tunnels en les inondant. Tout le monde est très inquiet.»
    Le Caire, qui parle de «travaux de fortification», n'a confirmé qu'à demi-mot les informations du journal israélien Haaretz, selon lequel l'Égypte construit, avec l'aide des Américains, une barrière métallique souterraine infranchissable afin d'assécher les trafics avec le territoire palestinien, déjà sous embargo israélien. L'édifice serait composé de plaques en acier «impossible à découper et à faire fondre» et équipé de capteurs électroniques. Il pourrait à terme courir sous 10 des 15 km de la frontière et s'enfoncer jusqu'à 30 mètres sous terre.
    «S'ils font ce mur, à la profondeur dont on parle, ce sera la mort des tunnels», affirme Abou Alaa, le gérant égyptien d'une galerie. Un contrebandier interrogé par l'AFP s'est montré moins pessimiste, les trafiquants ayant, selon lui, réussi à percer une plaque d'acier déjà installée. «On ne pourra pas contourner le mur par en dessous, assure en revanche Abou Alaa. Au-delà de 18 mètres, les tunnels s'effondrent car le sol est trop humide et sablonneux.» Les tunnels les plus profonds passeraient actuellement à 15 m sous la frontière.
    L'idée d'un mur souterrain date de la guerre à Gaza, il y a un an. La sécurisation de la frontière égyptienne était la principale condition posée par le gouvernement israélien pour mettre fin à son offensive, l'État hébreu craignant que le Hamas s'équipe en missiles iraniens. «La situation s'est beaucoup améliorée depuis la guerre», assure toutefois une source officielle israélienne au Caire. «Les Égyptiens ont compris que c'est aussi leur intérêt de contrôler le trafic d'armes.» [...]"

- L'Egypte découvre un tunnel de contrebande à Gaza (Guysen)
http://www.guysen.com/news_L-Egypte-decouvre-un-tunnel-de-contrebande-a-Gaza_255763.html
   "Les forces de sécurité égyptiennes ont découvert un tunnel servant à la contrebande de véhicules à Gaza, a rapporté lundi la radio de l'armée israélienne."

- Gaza : deux ONG dévalisées (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Gaza-deux-ONG-devalisees_255820.html
   "Des inconnus sont entrés par effraction dans la nuit de samedi à dimanche dans les locaux de deux ONG à Gaza, et ont dérobé un peu d'argent. Ils ont fait main basse dans les bureaux du Réseau des ONG palestiniennes (PNGO) et dans le même bâtiment ont trouvé le coffre-fort vide de la Cooperative Housing Foundation (CHF). A noter que ces derniers mois, ces vols se multiplient sans que le Hamas ne démasque les responsables."

- L’UNRWA construit des maisons en terre à Gaza (JSS) - Tsahal : contrairement aux dires de l'UNRWA, beaucoup de matériel de construction entre, “sinon, comment ils construiraient leur stade ou leur nouvel espace de production cinématographique ?” “L’UNRWA sait très bien que les matériaux entrent mais ils jouent trop souvent le jeu du Hamas.”
http://jssnews.com/2009/12/14/lunrwa-construit-des-maisons-en-terre-a-gaza/
   "L’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) a remis le 12 décembre une maison en terre à une famille palestinienne de Gaza dont le domicile a été détruit par une roquette du Hamas mal partie lors de l’opération Plomb Durci. Cette maison, la première achevée dans le cadre d’un programme de l’agence des Nations unies financé par les Émirats arabes unis, a été remise à la famille de Raed Abou-Athamna, 50 ans, dont l’habitation de Jabaliya (nord de la bande de Gaza). Son habitation avait été détruite par une roquette censée atterrir en Israël mais dont le décollage n’avait pas vraiment fonctionné (information de Reshet Bet). Il s’agit d’un “refuge temporaire” destiné aux familles qui ont perdu leur maison pendant la guerre, a expliqué Adnan Abou Hasna, le porte-parole de l’UNRWA dans la bande de Gaza.
    L’Agence affirme que toute reconstruction est toujours impossible à cause du “blocus” mais les israéliens ont fait savoir ce matin que depuis 11 mois, près d’un millier de camions contenant du matériel de construction est entré dans Gaza… “Sinon, comment ils construiraient leur stade ou leur nouvel espace de production cinématographique ?”, s’est exclamé ce matin le porte parole de Tsahal. “Voilà qui n’est, qu’une fois de plus, que pure désinformation. L’UNRWA sait très bien que les matériaux entrent mais ils jouent trop souvent le jeu du Hamas”.
    Ces maisons de terre à laquelle est ajouté 3% de ciment, font chacune environ 80 m² et coûtent de 8.200 à 10.000 euros. Au total, 120 maisons doivent être construites dans le cadre de ce programme. Jihad al-Chaer, 36 ans, a le premier eu l’idée d’utiliser des briques en terre crue pour construire une maison de 80 m² près de Rafah, dans la sud de la bande de Gaza. Faite de bois, de paille, d’eau et de terre, elle lui a coûté 3.000 dollars et a été achevée en quelques semaines."

- Selon une ONG, le Hamas exhume les Chrétiens enterrés à Gaza, Matthew Wagner (JP)
http://www.objectif-info.com/index.php?id=1297
   "Toutes les trois minutes un Chrétien est torturé dans le monde musulman. Selon une organisation de défense des droits de l'homme en visite en Israël à partir de dimanche, plus de 165.000 Chrétiens auront été tués en 2009 en raison de leur foi, pour la plupart dans les pays musulmans. "Le Hamas déterre des corps de cimetières chrétiens de la bande de Gaza au motif qu'ils polluent la terre," a déclaré le Révérend Majed El Shafie, président de One Free World International (OFWI), arrivé à la tête d’une délégation de militants des droits de l'homme, de parlementaires canadiens et de personnalités religieuses.
    Pendant sa visite en Israël la délégation tiendra une conférence à l'Institut Van Leer de Jérusalem sur les droits de l'homme et les minorités persécutées. La conférence révèlera des statistiques inédites sur la persécution des minorités dans les pays musulmans. Selon El Shafie, 200 à 300 millions de Chrétiens sont persécutés dans le monde, dont 80 pour cent vivent dans des pays musulmans et le reste dans des pays communistes ou autres. [...]
    OFWI est une organisation des droits de l'homme dont le siège est à Toronto au Canada. L'organisation regroupe environ 3.000 membres, répartis en 28 groupes affiliés, actifs un peu partout dans le monde, en particulier en Égypte, en Jordanie, en Syrie, en Afghanistan, au Pakistan et même en Iran. El Shafie, qui a 32 ans, est né au Caire dans une famille musulmane réputée comptant en son sein des avocats et des juges. [...]"

- Le Hamas raconte les méthodes de l’Autorité Palestinienne sur internet (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Le-Hamas-raconte-les-methodes-de-l-Autorite-Palestinienne-sur-internet_255732.html
   "Le site web du Hamas est formel. Dans un document de 61 pages qu’il diffuse sur le net et qui s’intitule «exclusifs et uniques de recherche: La philosophie de la détention de la rencontre Abbas-Dayton appareils de sécurité et méthodes pour traiter avec eux», le Hamas explique à ses militants comment fonctionne l’Autorité Palestinienne. En effet, les témoignages racontent les efforts déployés à grande de l'Autorité palestinienne pour arrêter des activistes du Hamas en Cisjordanie: la surveillance, les détentions, la guerre psychologique et les méthodes d'interrogatoire, y compris les tentations et de la torture. Ils racontent également les tentatives pour les faire changer de camp et les enrôler comme des agents de l'AP."

**********************************************************************************************************
Judée-Samarie & AP

- Jets de pierres près de Bethléhem (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Jets-de-pierres-pres-de-Bethlehem_255767.html
   "Des Palestiniens ont lancé des pierres sur un autobus et des véhicules israéliens circulant près de Bethléhem. On ne déplore pas de blessés mais les véhicules ont subi des dégâts."
- Jets de pierre près de la localité d'Itzhar (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Jets-de-pierre-pres-de-la-localite-d-Itzhar_255780.html
   "On signale des jets de pierres près de la localité d'Itzhar. On ne déplore pas de blessé, mais des dégâts."
- Samarie : jets de pierres sur des voitures israéliennes (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Samarie-jets-de-pierres-sur-des-voitures-israeliennes_255793.html
   "Des Palestiniens ont jeté des pierres lundi sur des véhicules israéliens roulant dans la région de Shekhem (Naplouse). On ne déplore pas de blessés mais des dégâts sont à constater. Des forces de Tsahal ratissent le secteur."
- Un autobus lapidé près de Bethléem (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Un-autobus-lapide-pres-de-Bethleem_255825.html
   "Les Palestiniens ont lancé des pierres sur un autobus israélien qui circulait près d'El-Aroub, au sud-ouest de Bethléem. Aucun passager n'a été blessé mais le véhicule a subi des dégâts."

- Visite d'apaisement d'un grand rabbin dans la mosquée palestinienne incendiée, Ben Hubbard (AP) - "Certains villageois n'interprétaient pas cette visite comme un signe d'apaisement".
http://fr.news.yahoo.com/3/20091214/twl-israel-palestiniens-mosquee-rabbin-951b410.html
   "Le grand rabbin ashkénaze d'Israël Yona Metzger a visité lundi la mosquée d'un village palestinien qui a été incendiée il y a quelques jours, condamnant fermement cet acte de vandalisme. Lors de sa visite à Yasuf, en Cisjordanie, il a rappelé que sous le IIIe Reich, les nazis avaient commis des actes similaires contre des lieux de culte juifs. "Il y avait des centaines de synagogues. Ils ont sorti les livres saints et les ont brûlés", a déclaré le rabbin Metzger. "Nous vivons toujours avec ce traumatisme. Et dans l'Etat d'Israël, nous ne permettrons pas qu'un juif fasse de même aux musulmans".
    Il est très rare qu'un dignitaire israélien se rende dans un village palestinien. Et d'habitude, les dirigeants israéliens se gardent de comparer des événements actuels à l'Holocauste. [...] Escorté par la police palestinienne à Yasuf, le rabbin Metzger a souhaité que tous les lieux de culte soient laissés en dehors des querelles politiques. Il a en charge les affaires religieuses pour la communauté ashkénaze, un autre grand rabbin s'occupant des sépharades. [...]
    Certains villageois n'interprétaient pas cette visite comme un signe d'apaisement. "Pourquoi est-il venu?" s'interroge Ahmed Juda, 20 ans. "Depuis quand est-ce que celui qui allume l'incendie vient éteindre les flammes?"
    Plus tard, dans un entretien accordé à la radio de l'armée israélienne, le rabbin Metzger a refusé d'imputer la responsabilité de cette attaque aux colons, soulignant que la police n'avait pas pu examiner les lieux de l'incendie. "Si un homme a un incendie qui prend chez lui, est-ce qu'il n'appellera pas la police pour qu'elle vienne enquêter?" s'est-il interrogé. "Qui sait? Je ne suis pas sûr que cela ait été fait par les éléments que l'on appelle actuellement extrémistes"."

- Le grand rabbin d’Israël Yona Metzger rend visite aux notables de Kfar Yassouf (Guysen) - "il a été hué par des dizaines d’habitants".
http://www.guysen.com/news_Le-grand-rabbin-d-Israel-Yona-Metzger-rend-visite-aux-notables-de-Kfar-Yassouf_255785.html
   "Entouré par des gardes du corps palestiniens, le grand rabbin ashkénaze d’Israël est arrivé à Kfar Yassouf afin de protester devant les notables du village contre l’incendie de la mosquée. A son arrivée, il a été hué par des dizaines d’habitants qui s’étaient rassemblés au centre du village, brandissant des drapeaux palestiniens et des banderoles dénonçant les implantations juives."

**************************************************************************************************************
Liban, Hezbollah & Syrie

- Obama reçoit son homologue libanais (Guysen) - ils n'ont pas la même idée de l'origine de la "menace".
http://www.guysen.com/news_Obama-recoit-son-homologue-libanais_255838.html
   "Le président américain Barack Obama a reçu lundi son homologue libanais Michel Sleimane. Il a exprimé son inquiétude concernant la contrebande d'armes dans le pays susceptibles de menacer Israël. "Nous avons discuté des menaces israéliennes contre le Liban, qui mettent en danger la croissance économique du pays", a déclaré le président libanais."

- Nasrallah va se rendre en Syrie après la mort du frère d'Assad (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Nasrallah-va-se-rendre-en-Syrie-apres-la-mort-du-frere-d-Assad_255771.html
   "Le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah est susceptible de se rendre en Syrie pour consoler le président syrien Bachar al-Assad de la mort de son frère cadet Majd, selon un rapport du journal al-Qods al-Arabi, publié à Londres."

- L’Albanie procure des armes à l’Iran et au Hezbollah (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/12/lalbanie-procure-des-armes-a-liran-et-au-hezbollah/
   "D’après le journal libanais An-Nahar, l’Albanie aurait acheté à l’Ukraine des armes pour le Hezbollah, l’Iran et le Djihad islamique mondial. Elle aurait en outre apporté son aide pour que ce matériel soit transféré clandestinement en Iran. D’après un rapport effectué en Albanie, il est question notamment de batteries de missiles antiaériens. L’affaire aurait été conclue par l’intermédiaire d’une compagnie libanaise qui aurait réussi à contourner  les services douaniers albanais."

*****************************************************************************************************************
Monde arabe

- Crise chez l'Internationale des Frères musulmans (TTU Online - Lettre d'informations stratégiques et de défense) - Khaled Meechal est candidat à la tête de la Confrérie, divisée entre pro-Iraniens et anti-chiites.
http://www.ttu.fr/francais/Articles/strategie%20%26%20politique/freresmuslmansen.html
   "Le successeur du guide des Frères musulmans, Mohamed Mehdi Akef, devrait, en principe, être désigné en janvier prochain. Mais les graves tensions au sein de l’organisation internationale de la confrérie entraîneront sans doute un report de l’élection, vraisemblablement à la fin de l’année prochaine. Pour la première fois dans l’histoire des Frères musulmans, le candidat égyptien à la fonction de guide, Ibrahim Mounir, a des concurrents sérieux en dehors de l’Egypte, notamment le Palestinien Khaled Mechaal, chef du bureau politique du Hamas, et Ali Sadreddine el-Baynouni, guide des Frères musulmans syriens.
    Le Conseil de Choura de l’organisation, qui comprend 35 membres de divers pays, élira le nouveau guide dans un contexte de dissensions entre un courant pro-iranien, représenté par les Frères musulmans égyptiens et le Hamas, et un courant indépendant, sous la houlette d’Ali Sadreddine el-Baynouni. Ce dernier bénéficie de soutiens dans les pays du Conseil de coopération du Golfe, hostiles à l’Iran et à “l’expansionnisme” chiite.
    L’organisation de la confrérie est régie par des principes édictés en 1948 par le bureau du guide, selon lesquels ses différentes branches dans le monde dépendent de l’Egypte. La première entorse à cette règle est venue de Khartoum, lorsque Hassan Tourabi a donné aux Frères soudanais leur autonomie, en 1980. La volonté des Egyptiens de garder le leadership de l’organisation suscite une opposition croissante en Algérie (MSP), en Palestine (Hamas) et en Tunisie (En-Nahda). La crise actuelle pourrait conduire à un éclatement de la confrérie, qui a déjà perdu beaucoup de son influence en Europe et aux Etat-Unis après les attentats du 11-Septembre. Notamment par l’assèchement de ses sources de financement."

- Le No2 d'Al-Qaïda fustige Obama et ses alliés arabes (AP) - La politique d'Obama au Proche-Orient est "un autre cycle de Croisades et de campagne sioniste pour nous réduire en esclavage et nous humilier".
http://fr.news.yahoo.com/3/20091214/twl-usa-al-qaida-zawahri-224d7fb.html
   "Le No2 d'Al-Qaïda Ayman al-Zawahri a accusé le président Barack Obama de mentir au monde arabe, pointant son échec dans l'avancée du processus de paix au Proche-Orient. Dans un message internet diffusé lundi, Al-Zawahri critique également deux alliés stratégiques de Washington dans la région, le président égyptien Hosni Moubarak et le roi de Jordanie Abdallah II pour avoir conclu un accord de paix avec Israël. Mais l'essentiel du message audio de 25 minutes concerne le président américain. La politique d'Obama au Proche-Orient est "un autre cycle de Croisades et de campagne sioniste pour nous réduire en esclavage et nous humilier", dénonce-t-il. Al-Zawahri exhorte également Musulmans et Palestiniens à mener la guerre sainte hors d'Israël et des territoires palestiniens, tout en saluant le combat des militants islamistes au Pakistan. L'authenticité du message n'a pas pu être confirmée indépendamment."

- Sheikh Mohamed Hassan : Jésus est insulté dans le Talmud (Vidéo 2mn55) - une prédication antijuive à la mosquée.
http://www.dailymotion.com/video/xbhhbc_jesus-insulte-dans-le-talmud-sheikh_webcam
    La légende de la vidéo est très éclairante, la haine du "sioniste" se confond totalement avec la haine du Juif : "Voici une vidéo où le sheikh dénonce cet ignoble livre écrit par les rabbins à partir du 12 ème siècle qui crache leurs haine du non juif , et qui est considéré comme sacré aujourd'hui par les Sionistes enragé du monde , bien plus que leurs thora que leurs ancêtres avaient déjà falsifié..."

- L'affaire de la Sahraouie ''est un complot de l'Algérie'', selon le Maroc (Guysen)
http://www.guysen.com/news_L-affaire-de-la-Sahraouie-est-un-complot-de-l-Algerie-selon-le-Maroc_255818.html
   "Le ministre marocain de la Communication, Khalid Naciri, a estimé ce lundi que l'affaire Aminatou Haidar, la militante sahraouie privée de son passeport marocain, est ''un complot systématique, méthodique, ourdi par l'Algérie'', qui serait ''en position de faiblesse par rapport au plan d'autonomie mis en oeuvre par le Maroc pour le Sahara occidental et qui est bien accueilli par la communauté internationale''. Mme Haidar a entamé une grève de la faim aux Canaries, depuis un mois, après avoir été expulsé par les autorités marocaines du Sahara occidental où elle comptait revenir chez elle. Elle affirme avoir été privée de son passeport marocain."

- Plus de 2.000 morts au Sud-Soudan en 2009, selon MSF (AP) - "les femmes et les enfants sont pris pour cibles".
http://fr.news.yahoo.com/3/20091214/twl-soudan-violences-1be00ca.html
   "Plus de 2.000 personnes ont été tuées et 250.000 ont fui leur foyer cette année à cause de combats dans le sud du Soudan, a annoncé lundi Médecins sans frontières (MSF). Selon l'organisation non gouvernementale, ces violences sont les pires dans la région depuis la conclusion d'un accord de paix en 2005 qui avait fin à deux décennies de guerre civile entre le nord et le sud du pays.
    Le directeur des opérations de MSF au Soudan, Stephan Goetebghebuer, précise que contrairement aux années précédentes, les affrontements sont plus fréquents et les femmes et les enfants sont pris pour cibles. Selon Karla Bila, coordinatrice de MSF au Soudan, 75% de la population dans le sud du pays n'a pas accès aux services de santé de base ce qui les rend vulnérables à des maladies mortelles."

*********************************************************************************************************************
Iran

- L'Iran accusé de finaliser sa bombe atomique (AFP, Reuters) - "Depuis quatre ans, la République islamique testerait un initiateur de neutrons, composant qui permet de déclencher l'explosion nucléaire".
http://lemonde.fr/proche-orient/article/2009/12/14/l-iran-accuse-de-finaliser-sa-bombe-atomique_1280456_3218.html
   "[...] Selon le Times, qui affirme avoir consulté des documents confidentiels, l'Iran serait en train de mettre au point les derniers composants lui permettant de mettre au point une arme nucléaire.
    Depuis quatre ans, la République islamique testerait un initiateur de neutrons, composant qui permet de déclencher l'explosion nucléaire. L'Iran aurait commencé ces recherches en 2007, quatre ans après les avoir officiellement suspendues. Les documents techniques décrivent l'utilisation du deutérium d'uranium, qui n'a qu'un seul usage : la fabrication des armes nucléaires. Le Pakistan a utilisé ce composant pour mettre au point sa bombe. David Albright, un physicien qui préside l'Institute for Science and International Security (ISIS) à Washington, confirme qu'il s'agit d'un "véritable indicateur du travail sur des armes atomiques". Ces documents seraient connus des agences de renseignement occidentales et de l'AIEA.
    Ces révélations coïncident avec l'annonce, par les autorités de Taïwan, d'une enquête sur des allégations de cession de technologie nucléaire à l'Iran qui visent des entreprises locales. L'enquête va être menée sur la base d'informations divulguées par le Daily Telegraph, selon lequel Téhéran a créé un réseau de trafic d'équipements nucléaires via des entreprises taïwanaises. [...]"

- La cerise sur le gâteau iranien (JP) - David Albright, physicien : "Bien que l'Iran affirme avec aplomb que l'uranium qu'elle souhaite enrichir a uniquement des fins civiles, force est de constater qu'aucune application civile ne peut en être faite". Mark Fitzpatrick : "Si l'Iran travaille à la création d'armement, cela signifie qu'il n'y a aucune place pour la diplomatie".
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1260447434294&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "[...] tout porte à penser que le Pakistan, instigateur du projet nucléaire iranien, utilise les mêmes procédés pour son nucléaire. "Bien que l'Iran affirme avec aplomb que l'uranium qu'elle souhaite enrichir a uniquement des fins civiles, force est de constater qu'aucune application civile ne peut en être faite", s'exprime David Albright, physicien et président de l'Institut pour la science et la sécurité mondiale, dans The Times. Un porte-parole du gouvernement israélien a déclaré qu'"Israël était de plus en plus inquiet face aux intentions réelles cachées" du programme iranien.
    Mark Fitzpatrick, membre de l'Institut international pour les études stratégiques à Londres, et partisan de la non-prolifération nucléaire est cité dans le journal The Times : "la conclusion la plus bouleversante est que si l'Iran travaille sur ce procédé depuis 2007, cela aurait pu être un casus belli. Si l'Iran travaille à la création d'armement, cela signifie qu'il n'y a aucune place pour la diplomatie", et ajoutant, "est-ce un pistolet fumant ? C'est la question que tout le monde devrait se poser. Au lieu d'être un pistolet encore fumant, c'est de l'uranium qui nous est proposé"."

- Nucléaire iranien: Israël favorable à des sanctions "dures" (AFP) - Barak : "L'heure est venue d'une diplomatie concluante, décisive et axée sur des sanctions dures".
http://www.lesechos.fr/depeches/monde/afp_00212445-nucleaire-iranien--israel-favorable-a-des-sanctions--dures-.htm
   "Le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, a réclamé lundi un durcissement des sanctions de la communauté internationale contre l'Iran, accusant Téhéran de chercher à gagner du temps pour développer l'arme atomique. "Il est encore temps pour la diplomatie, mais pour une diplomatie dure accompagnée de sanctions dures, de préférence sous l'article 7" de la charte des Nations unies permettant l'emploi de mesures coercitives en dernier recours, a-t-il déclaré devant la presse lors de sa visite à Vienne.
    M. Barak souhaite que ces sanctions recueillent un vaste appui international, à commencer par "les Américains, l'Union européenne, les Chinois, les Russes et les Indiens". "Plus le front auquel les Iraniens seront confrontés, sera large, le mieux cela sera", a-t-il estimé. "L'heure est venue d'une diplomatie concluante, décisive et axée sur des sanctions dures", selon lui. "Les Iraniens tentent de manoeuvrer, comme le Pakistan l'a fait il a des générations et comme la Corée du Nord ces dernières années", deux pays qui ont réussi à se doter de l'arme nucléaire malgré l'opposition de la communauté internationale, a ajouté M. Barak. [...]"

***********************************************************************************************************
Europe

- Moldavie: une hanoukkiya profanée (Arouts 7) - par un curé qui cherche à revenir aux sources...
http://www.actu.co.il/2009/12/moldavie-une-hanoukkiya-profanee/
   "Un curé, entraînant avec lui des dizaines d’émeutiers, a profané un candélabre de hanoukka dans la capitale moldave. La police locale a enquêté et découvert les responsables de ce vandalisme, qui ont employé des barres de fer et des marteaux. En raison de cette atteinte, une surveillance a été placée près de la hanoukkiya."

- Guttenberg éclaboussé par la bavure allemande en Afghanistan, Patrick Saint-Paul (Le Figaro) - à Kunduz, l'Allemagne a fait tuer "une quarantaine de civils" pour atteindre "deux importants chefs talibans". Y aura-t-il une enquête internationale ? Non, sans doute. Comparez alors avec l'affaire Salah Shehadeh : 14 civils tués collatéralement pour éliminer le chef militaire du Hamas, responsable d'attentats sanglants en Israël et de la production de roquettes Qassam pour viser des civils. Condamnation internationale, procédure judiciaire en Espagne, etc. Ici, à part la polémique interne allemande, rien. Et il faut bien noter qu'à la différence de Salah Shehadeh, les deux talibans n'avaient jamais attaqué l'Allemagne ni tué aucun Allemand.
http://blog.lefigaro.fr/berlin/2009/12/guttenberg-eclabousse-par-la-bavure-allemande-en-afghanistan.html
   "Le scandale entourant la bavure allemande dans la région de Kunduz en Afghanistan, le 4 septembre, éclabousse désormais l’étoile de l’actuel ministre de la Défense, Karl-Theodor zu Guttenberg. [...] Après des révélations du quotidien Bild, faisant état de dissimulations dans l'enquête sur la frappe meurtrière en Afghanistan, commandée par l’état major allemand de Kunduz et qui avait fait 142 morts, dont une quarantaine de civils, Guttenberg avait obtenu la démission du chef d’état major, Wolfgang Schneiderhan, et du secrétaire d’état à la Défense, Peter Wichert. [...]
    Le 4 septembre, les forces de l'Otan en Afghanistan avaient bombardé, à la demande du colonel allemand Georg Klein, deux camions-citernes préalablement volés par les talibans près de Kunduz, dans le nord du pays. L'officier allemand avait expliqué craindre que les insurgés n'utilisent les véhicules en tant que bombes roulantes, pour attaquer une base allemande. Les documents diffusés par Bild contredisaient la thèse officielle selon laquelle l’état major allemand n’avait pas eu connaissance de victimes civiles dans les premiers jours après la frappe. Guttenberg avait reproché à son état major de lui avoir caché la vérité.
    Mais selon de nouvelles révélations des médias allemands, l’actuel ministre de la Défense aurait eu connaissance d’un rapport interne de l’Isaf, la mission de l’Otan en Afghanistan daté du 5 septembre, selon lequel l’objectif des frappes consistait en réalité à « éliminer » deux importants chefs talibans. Selon la chaîne de télévision ARD, qui cite des extraits de ce document, les deux camions citernes n’auraient jamais présentés le moindre danger pour les forces allemandes et il ne s’agissait que d’un prétexte pour couvrir l’assassinat ciblé des commandants insurgés.
    A la suite de ces révélations, Sigmar Gabriel, patron du SPD, le principal parti d’opposition, a réclamé la démission de Guttenberg. Le ministre de la Défense « doit s’appliquer les mêmes règles que celles qu’il imposa à son chef d’état major à son secrétaire d’Etat et qu’il fît imposer à Jung. » [...]"

*************************************************************************************************************
Point de vue

- Les Juifs, les Palestiniens, les implantations et... Obama, Fabio Rafael Fiallo (JP) - "le président Obama invitait l'allié israélien à copier son goût pour les gestes unilatéraux en acceptant un arrêt total des implantations sans rien exiger, en échange, du côté palestinien" ; "trop souvent, au lieu de faciliter le dialogue, les concessions unilatérales ne font que prolonger les impasses : la partie envers laquelle on fait des gestes d'ouverture essaie de pousser son avantage et a tendance, non pas à lâcher du lest à son tour, mais à présenter de nouvelles exigences ou tout au moins à camper sur ses positions initiales".
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1260447435002&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Désormais, on ne pourra plus prétendre que c'est Israël qui empêche la reprise du dialogue israélo-palestinien. En effet, en réponse à l'appel formulé par le président Obama pour un gel total des implantations juives, Binyamin Netanyahou vient de proposer un moratoire, pour une période de dix mois, de toute nouvelle implantation juive en Judée-Samarie. Bien sûr, le moratoire ne va pas aussi loin que le gel total demandé par le président américain : ne sont pas concernés les projets déjà en cours en Judée-Samarie et, tout naturellement, les permis de construire à Jérusalem. Mais le pas est énorme ; aucun gouvernement israélien n'avait jamais pris un engagement aussi ferme dans ce sens.
    Pour les autorités israéliennes, prendre cette décision n'a pas été une tâche aisée, et cela pour une simple raison : le règlement du contentieux des implantations reste inextricablement lié à d'autres éléments du conflit israélo-palestinien, notamment la question du "droit au retour" et le statut de Jérusalem. Instaurer le moratoire proposé équivaut pour Israël à se priver d'entrée de jeu d'une des cartes, le gel des implantations, qu'il pourrait, lors d'une reprise des négociations, opposer aux revendications palestiniennes concernant le "droit au retour". Preuve s'il en faut que la concession israélienne est importante.
    En ce qui concerne Jérusalem, le gel demandé par le président Obama posait un problème d'une acuité insurmontable. Passons sur le fait qu'Israël ne considère pas Jérusalem comme faisant partie des territoires disputés mais comme la capitale indivisible de l'Etat hébreu. Vu sous cet angle, on ne peut parler d'implantations juives à Jérusalem, mais plutôt de permis de construire délivrés comme dans toute autre région d'Israël. Passons donc sur cela, et rappelons qu'en 1967, avant la guerre des Six-Jours, il y avait 3 Juifs pour 1 Arabe dans la ville sainte. Or, la population arabe de la ville s'étant accrue de manière significative, la proportion est à présent de 2 Juifs pour 1 Arabe. (1) Eu égard à cette évolution, et tenant compte que la question de Jérusalem sera soulevée par la partie palestinienne dans toute négociation future, on voit mal Israël cesser de délivrer à des Juifs des autorisations de construire avant la grande discussion qui s'annonce autour de cette ville.
    C'est en dépit de toutes ces difficultés qu'intervient la proposition d'un moratoire des nouvelles implantations en Judée-Samarie. Les dirigeants palestiniens ont-ils saisi l'occasion de faire redémarrer les négociations qu'offre la concession israélienne ? Eh bien, non : s'abritant toujours derrière la demande initiale du président Obama, l'Autorité palestinienne continue, du moins pour le moment, à refuser de s'asseoir à la table des négociations sans un arrêt total, non seulement des projets en cours en Judée-Samarie, mais aussi des constructions à Jérusalem. Alors que jamais, avant l'appel d'Obama, le leadership palestinien n'avait considéré un tel arrêt comme un préalable à des négociations. En fin de compte, la demande du président Obama d'un gel des implantations, au lieu d'aider à la relance du processus d'Oslo, a été transformée par la partie palestinienne en un obstacle supplémentaire à la reprise des pourparlers.
    Pour bien comprendre les problèmes soulevés par l'appel du président Obama, il faut placer cet appel dans le cadre de la stratégie globale adoptée par le nouveau chef de l'Etat américain dans le domaine des relations internationales. L'appel s'inscrivait dans le droit fil de la politique de la main tendue que l'actuel locataire de la Maison Blanche pratique envers les adversaires de son pays : le président Obama invitait l'allié israélien à copier son goût pour les gestes unilatéraux en acceptant un arrêt total des implantations sans rien exiger, en échange, du côté palestinien.
    Or, il s'avère que la politique de la main tendue tarde à enregistrer des succès dans d'autres dossiers importants, notamment celui du programme nucléaire iranien. Face aux gestes d'ouverture du président américain, l'Iran s'est amusé à tergiverser autour de la mise en applica
tion de l'accord sur l'enrichissement de son uranium, négocié au sein de l'AIEA, cela avant de le rejeter carrément pour proposer en échange... de nouvelles discussions. Pendant qu'il biaisait, Téhéran ne s'était pas même abstenu de procéder à de nouveaux tirs d'essai de son missile à moyenne portée.
    Pour ce qui est de la Russie, le président Obama a eu beau renoncer, comme le lui demandait le Kremlin, au déploiement d'un bouclier antimissile américain en Europe de l'Est... Moscou continue à souffler le chaud et le froid quant au degré de sa détermination de s'associer aux Etats-Unis pour empêcher l'Iran de se doter de la bombe atomique. Certes, la Russie a voté en faveur de la résolution de l'AIEA qui condamne l'Iran pour avoir caché l'existence d'un second site nucléaire, mais n'en laisse pas moins planer le doute sur sa position finale à propos d'un renforcement des sanctions contre Téhéran. On parle même de l'existence d'un plan russe destiné à fournir de l'essence à l'Iran, via l'Azerbaïdjan et le Turkménistan, en cas de renforcement des sanctions. (2) Puis, en ce qui concerne l'accord bilatéral souhaité par Washington sur les armes nucléaires, là encore la Russie traîne toujours les pieds. Autrement dit, Moscou a réussi à lever l'hypothèque d'un bouclier antimissile américain près de ses frontières sans rien céder en contrepartie.
    La main tendue d'Obama n'a pas été plus productive à l'égard de la Chine. Lors du récent voyage du président américain dans l'empire du Milieu, les hôtes chinois ont fait comprendre qu'ils n'étaient pas prêts à soutenir de nouvelles sanctions contre l'Iran. Aucun progrès n'a eu lieu non plus sur un autre sujet d'intérêt pour les Etats-Unis : la réévaluation du yuan par rapport au dollar. Il n'est donc pas surprenant qu'un éditorial du journal américain USA Today ait pour titre : "Obama va en Chine, et rapporte un T-shirt" (3).
    Un autre exemple éloquent de l'inefficacité des concessions unilatérales nous vient de la Suisse. Les excuses présentées en août dernier à Mouammar Kadhafi par le président de la Confédération helvétique, Hans-Rudolf Merz, dans l'espoir d'obtenir la libération des deux otages suisses retenus en Libye, n'ont strictement rien donné.
    Toutes ces expériences montrent que trop souvent, au lieu de faciliter le dialogue, les concessions unilatérales ne font que prolonger les impasses : la partie envers laquelle on fait des gestes d'ouverture (Iran, Russie, Libye, par exemple) essaie de pousser son avantage et a tendance, non pas à lâcher du lest à son tour, mais à présenter de nouvelles exigences ou tout au moins à camper sur ses positions initiales. Aussi bien les dirigeants suisses que le président Obama seront tôt ou tard amenés à revoir leur stratégie et à adopter une diplomatie plus réaliste et entraînante : celle du donnant-donnant.
    En attendant, après le geste de Netanyahou, il incombe à l'Autorité palestinienne d'indiquer si, effectivement, elle tient à s'asseoir à la table des négociations ou si, au contraire, pour des calculs tactiques ou des considérations de politique intra-palestinienne, elle préfère laisser passer l'occasion en se retranchant dans une position de refus. Si les dirigeants palestiniens choisissent la seconde option - comme ils semblent vouloir le faire malgré l'ampleur du moratoire décidé par Israël - ils apporteront la preuve concluante des limites des concessions unilatérales en tant que moyen de faire avancer les négociations diplomatiques.
Notes :
(1) "La bataille de Jérusalem-Est", Journal du dimanche, Paris, 17 octobre 2009.
(2) Voir article d'Alain Barluet sur le nucléaire iranien dans Le Figaro du 1er octobre 2009, p.5.
(3) "Obama goes to China, brings home a T-shirt", USA Today, 19 novembre 2009."

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam - dans Novembre 2009
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages