Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 14:27
SHABBAT SHALOM - שבת שלום

Sondage israélo-palestinien

- Sondage One Voice 2009* : la question de Jérusalem & le statut final, Jacques Tarnov (L'Arche n°617) - Un sondage fondamental pour mieux comprendre le conflit.
    50% des Palestiniens trouvent qu'obtenir Jérusalem-Est est insuffisant et s'opposent donc à la partition ; de même, 61% des Palestiniens s'opposent à une division de la Ville sainte selon les quartiers palestiniens et israéliens ; Par contre, 95% des Palestiniens demandent "tout Jérusalem".
    Concernant le satut final, une écrasante majorité des Palestiniens soutient un Etat palestinien "de la mer au Jourdain", à condition que les Juifs n'y soient pas des citoyens égaux aux musulmans ; de façon étonnante, 42% des Palestiniens soutiennent un statu quo politique avec développement économique des territoires (la méthode bottom-up de Nétanyahou) ; une forte majorité palestinienne considère pouvoir "vivre avec" une solution de deux Etats, mais il reste à savoir s'il s'agit pour autant de renoncer au rêve du Waqf islamique sur toute la Palestine (ce serait alors plutôt une "solution à deux étapes" !).

Jerusalem :
   "Commençons par faire un sort à une proposition qui a été avancée par quelques éminentes personnalités : "Jérusalem devrait être une "Ville internationale de la paix", sous l'autorité des Nations Unies". Peut-être est-ce la fin de cette phrase qui a déplu. Quoi qu'il en soit, seuls 12% des Palestiniens adhèrent à la proposition (69% la rejettent), et 9% des Israéliens y adhèrent (78% la rejettent).
    Une proposition qui ressemble à la précédente n'a pas non plus suscité l'enthousiasme. Formulée ainsi : "Jérusalem devrait être une "Ville internationale de la paix", sous l'autorité d'un pacte municipal interreligieux", elle est endossée par 19% des Palestiniens (contre 50%) et par 9% des Israéliens (contre 61%).
    Chez les Palestiniens, la formulation qui a rassemblé le plus de suffrages s'énonce ainsi : "Tout Jérusalem doit demeurer en Palestine". Au total, 95% des Palestiniens y adhèrent (dont 91% qui la jugent "essentielle"). La question n'a pas été posée aux Israéliens, mais on leur a présenté une autre question (qui n'a pas été posée aux Palestiniens) : "Tout Jérusalem doit demeurer en Israël". Une majorité des Israéliens (56%) approuvent, et 25% s'y opposent.
    Autre solution proposée par les auteurs de l'enquête : "Jérusalem doit être divisée entre sa partie orientale et sa partie occidentale, selon la frontière de 1967". Seuls 5% des Israéliens sont d'accord, et 77% s'y opposent. De manière plus surprenante, les Palestiniens y sont eux aussi majoritairement hostiles : seuls 24% font leur ce projet, contre 50% qui le rejettent.
    Une formulation alternative du principe de la partition, "Diviser la ville selon les quartiers palestiniens et israéliens", n'a pas davantage de succès. Seuls 15% des Palestiniens et 15% des Israéliens y adhèrent, mais les taux de rejet sont respectivement de 61% et 55%.
    On peut mettre en cause le manque de sophistication - ou la frilosité - des auteurs de l'enquête dans leur rédaction des solutions proposées pour Jérusalem [...]. On ne peut cependant se défaire du sentiment qu'il est impossible, au stade actuel, de parvenir à une solution sur Jérusalem qui fasse l'accord des Israéliens et des Palestiniens. Plus tard, peut-être, si des progrès sont réalisés dans d'autres domaines..."

Satut final :
   "Une perspective, d'emblée, est plébiscitée par les Palestiniens : "La Palestine historique, du Jourdain à la mer". Elle a les faveurs de 82% des Palestiniens (71% la jugent "essentielle"), tandis que seuls 7% la jugent "inacceptable".
    Si cette formulation ne précise pas le régime politique d'une telle entité, une seconde formulation vient compléter le tableau : "La Palestine historique, du Jourdain à la mer, en tant que Waqf islamique", c'est-à-dire en tant que bien appartenant de manière exclusive et inaliénable à la collectivité des musulmans. Celle-ci est approuvée par 71% des Palestiniens (59% la jugent "essentielle"), et jugée "inacceptable" par seulement 12% d'entre eux. Il n'y a donc aucun doute sur le fait que, pour une écrasante majorité des Palestiniens, le pays dans sa totalité, y compris le territoire actuel de l'Etat d'Israël, doit leur appartenir et à eux seuls, les non-musulmans étant privés de tout droit.
    Ce dernier point est encore souligné par la réponse à une troisième formulation proposée par les auteurs de l'enquête : "Un Etat commun - un Etat où les Israéliens et les Palestiniens sont citoyens à égalité". C'est une résurgence du mot d'ordre de la "Palestine laïque", qui fut jadis au centre du discours politique palestinien et est encore revendiquée par une certaine mouvance antisioniste. Or seuls 31% des Palestiniens adhèrent à cette formulation (18% la jugent "essentielle"), et 43% la jugent "innaceptable". La comparaison avec les deux réponses précédentes indique clairement que ce qui est jugé "inacceptable" dans cette formulation est non pas la négation de l'Etat d'Israël qu'elle implique, mais au contraire l'égalité concédée aux Juifs dans une Palestine dominée par les musulmans.
    Les trois options ci-dessus n'ont pas été proposées aux Israéliens, dont on peut deviner qu'ils ne les auraient pas accueillies avec enthousiasme. En revanche, il est une option qui a été proposée aux Israéliens, et à eux seuls : "Le Grand Israël - un Etat juif de la frontière jordanienne jusqu'à la mer". On pourrait observer que la version anglaise fournie par les auteurs de l'enquête est inexacte, car l'expression hébraïque "Eretz Israël Hashléma" devrait plutôt se traduire : "L'intégralité de la Terre d'Israël". Quoi qu'il en soit, cette option n'est endossée que par 27% des Israéliens (seuls 17% la jugent "essentielle"), et 47% la rejettent. Les premiers choix des Israéliens sont donc bien plus "modérés" que ceux des Palestiniens.
    Passons maintenant aux options qui ont été proposées parallèlement aux Palestiniens et aux Israéliens. L'une reprend la formulation classique favorisée tant par la communauté internationale que par l'organisation One Voice, commanditaire du sondage : "Une solution à deux Etats - deux Etats pour deux peuples : Israël et la Palestine". Du côté israélien, elle est endossée par une majorité relative mais très nette : 45% l'acceptent, contre 21% qui s'y opposent (le rapport de force est inverse de celui enregistré, au paragraphe précédent, pour le "Grand Israël"). Du côté palestinien, 53% acceptent la formule, et 24% la rejettent.
    La "solution à deux Etats" présente donc cette caractéristique intéressante d'être acceptable, dans des proportions quasiment identiques, par les Israéliens et les Palestiniens. Si l'on additionne les divers modes de non-rejet, depuis "essentiel" jusqu'à "supportable", on constate que 78% des Israéliens et 74% des Palestiniens déclarent qu'ils peuvent "vivre avec" une telle solution. Les auteurs du sondage sont donc en droit d'affirmer que cette solution, préférée par les Israéliens, est la seule sur laquelle un accord semble possible.
    On pourrait croire qu'il y a là une contradiction : comment les Palestiniens peuvent-ils à la fois soutenir des thèses extrémistes excluant toute coexistence avec les Israéliens ("La Palestine historique, du Jourdain à la mer, en tant que Waqf islamique") et une solution à deux Etats ? Ce serait oublier que les questions sont posées séparément. Quand on leur propose un scénario maximaliste, les Palestiniens l'acceptent avec enthousiasme. Quand on leur propose une solution qui correspond moins à leurs désirs profonds mais à plus de chances de se réaliser, ils sont prêts à y adhérer également, bien que dans une moindre proportion.
    Nous avons écrit que la solution des deux Etats est la préférée des Israéliens. En fait, il en est une autre qui, au sein de la population israélienne, vient presque à égalité avec elle. Elle repose sur un "statu quo politique" allant de pair avec un "développement économique" des territoires palestiniens. Celle-ci est entérinée, comme la précédente, par 45% des Israéliens (mais seuls 27% la déclarent "essentielle", contre 32% dans le cas de la solution à deux Etats), et rejetée par 24% (contre 21% pour les deux Etats).
    Du côté palestinien, contrairement à ce qu'on aurait pu supposer, la formulation privilégiant l'économique au détriment du politique est entérinée par une proportion significative de la population : 42%, soit presque autant que chez les Israéliens. Le taux de rejet, en revanche, est de 40%, de sorte que la solution à deux Etats demeure la plus stable. On ne saurait exclure, cependant, qu'en cas de blocage politique une telle solution de pis-aller ait des chances d'être acceptée. [...]"

* L'enquête a été effectuée par l'institut palestinien Awrad (Ramallah) et l'institut israélien Dahaf (Tel-Aviv), en collaboration avec Colin Irwin, de l'Université de Liverpool. Des questions identiques - à quelques exceptions près - ont été posées en février 2009, après les élections législatives israéliennes, à deux échantillons représentatifs des populations d'Israël d'une part, de la Cisjordanie et de Gaza d'autre part. Pour chacune des actions ou des situations qui étaient proposées à leur jugement, les sondés ont dû se déterminer sur une échelle de cinq réponses : "essentiel", "souhaitable", "acceptable", "supportable", "inacceptable".

------------------------------
------------------------------------------------------------------------------
France

- Les territoires perdus de la république - Antisémitisme, racisme et sexisme en milieu scolaire, Collectif sous la direction d'Emmanuel Brenner (Ed. Mille et une nuits) - "avec d'autres enseignants d'histoire, nous remarquons de vives réactions lorsque nous devons aborder la Shoah ou encore l'histoire des religions. Beaucoup montrent une hostilité pleine de préjugés dès que nous parlons des juifs".
http://www.amazon.fr/territoires-perdus-R%C3%A9publique-scolaire-antis%C3%A9mitisme/dp/2842056957/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=books&qid=1255680794&sr=8-1
Extrait :
http://www.crif.org/?page=articles_display/detail&aid=393&artyd=7
   "- Question : Audrey Lasry, vous êtes professeur d'histoire et de lettres en lycée professionnel, dans le sud de la France. Vous enseigniez l'année dernière dans l'Académie de Créteil, et vous avez supporté tout au long de l'année des insultes antisémites d'une rare violence. Pourriez-vous nous raconter ce qui s'est passé ?
    - Réponse : De septembre 1999 à juin 2002, j'ai exercé dans un établissement de la région parisienne. J'ai débuté ma carrière en rencontrant beaucoup de problèmes. En effet, dès mon arrivée dans le lycée, mon nom a éveillé la curiosité des élèves. J'ai très vite été surnommée la "prof Feuj", la "Feujette".
    J'ai du faire face à diverses provocations au moment de la reprise des affrontements qui opposèrent Israël et Palestiniens : "Nous, on va tous aller se battre avec les Palestiniens, et, vous Madame ?" ; mais aussi au salut hitlérien proféré dans la classe. Mais je n'étais pas au bout de mes peines. L'année suivante, alors que je renvoyais de classe un élève, les autres, furieux, et par solidarité, m'agressèrent verbalement, jusqu'à ce qu'un élève cri "Sale Juive !". Je quittais la salle en pleurant, ne pouvant faire cours à de tels élèves. Pourtant je fus contrainte de retourner en classe avec eux. Les choses se passèrent à peu près "correctement", jusqu'au jour, où, en rapport à une autre décision disciplinaire, ils décidèrent de réitérer leur haine. Ils avaient bien remarqué que cela m'avait touché, alors ils en profitèrent. Ce fameux jour, je découvrais en faisant l'appel quotidien, le cahier d'appel entièrement rempli de croix gammées accompagnées d'insultes: "Audrey Lasry, sale juive, meure sale juif, vive Hitler, les nazis en forces..." J'ai tenté de garder mon sang froid, et je suis restée en classe, faisant cours dans un silence implacable. Ils pensaient que je repartirais en pleurant. Ce ne fut pas le cas. Ce fut très difficile de retourner en classe avec eux.
    - Question : Votre hiérarchie vous a-t-elle soutenue ? Quelles ont été les réactions des enseignants ?
    - Réponse : Ce fut une grande déception de voir que mes supérieurs ne m'apportaient aucun soutien. Dès le début, le proviseur de mon établissement me fit comprendre qu'il fallait minimiser les propos des élèves, les remettre dans un contexte... Mais surtout il me fit comprendre que j'étais débutante et que je faisais des erreurs. En bref, j'étais fautive, surtout que d'après lui j'ai "affirmé haut et fort, dés mon arrivée dans l'établissement, mes convictions religieuses". En bref, il me laissa complètement seule.
    Seul, le proviseur adjoint vint parler aux élèves et les reçut en entretien. Mais aucune sanction ne fut prise, nous n'avions pas l'identité du ou des fautifs. Il me fallait donc retourner en classe, face à eux, si je ne m'en sentais pas capable je n'avais qu'à me mettre en maladie. Voilà ce que l'on me proposa comme solution. Il était hors de question que je m'arrête. Il fallait que je leur prouve qu'ils n'avaient pas gagné. J'y suis donc retourné, mais en parallèle, j'ai cherché du soutien auprès de mon inspecteur pédagogique et du recteur de l'Académie. Tous mes appels restèrent sans suite. Aucune lettre de soutien, aucun coup de fil, aucune visite dans mon établissement... Mes collègues enseignants, par contre, observèrent une journée de grève et envoyèrent un courrier aux parents d'élèves; mais très vite chacun retourna à ses propres soucis, et, hélas, je me retrouvais absolument toute seule face à toutes mes appréhensions.
    - Question : Comment expliquez-vous que des adolescents puissent exprimer une telle violence et un tel rejet des Juifs ? D'ailleurs, quel était le profil des agresseurs ?
    - Réponse : Il s'agit de jeunes typiques d'un milieu urbain. Des jeunes des banlieues. Une population melting-pot. Des élèves en échec scolaire, qui manifestent une violence extrême face à toute forme d'autorité. Je suis prof, femme et de surcroît je suis juive. Autant de choses que des jeunes adolescents qui se cherchent ont du mal à supporter. D'autant plus, qu'ils affirment leur culture. Ils ne cessaient de me faire remarquer qu'ils étaient différents de moi. Je ne peux pas dire que ces jeunes étaient antisémites, je ne suis pas sûre qu'ils en mesurent la signification exacte. Cependant, ils se plaisent à se montrer agressifs envers ce qui leur est différent.
    - Question : Des enseignants de confession juive ou des élèves d'autres établissements de la région parisienne ou de province, rencontrent-ils les mêmes problèmes ?
    - Réponse : Je n'ai pas d'autres exemples de ce type. Cependant avec d'autres enseignants d'histoire, nous remarquons de vives réactions lorsque nous devons aborder la Shoah ou encore l'histoire des religions. Beaucoup montrent une hostilité pleine de préjugés dès que nous parlons des juifs. Souvent nous ne savons que répondre à cela. Les enseignants n'ont pas - je dirai même jamais - été préparés à faire cours dans un climat de violence.
    - Question : Cette année, vous enseignez en province, les choses se sont-elles arrangées ?
    - Réponse : Les choses sont beaucoup plus sereines. D'autant plus que j'exerce dans un milieu rural, loin de cette haine et de cette violence que nous retrouvons en milieu urbain (notamment en région parisienne). Quelques élèves cherchent toujours à savoir de quelles origines je suis, mais c'est la curiosité des adolescents... Cependant, j'avoue, et c'est malheureux, que je fais tout pour éviter de laisser paraître ma confession. J'ai trop peur – je l’avoue - de devoir revivre ce genre d'histoire, tant mon histoire fut traumatisante..."

- Israël : Halte à l’impunité ! (Communiqué des Verts du 15 octobre 2009) - cette fois c'est bien officiel, les Verts s'engagent dans le boycott d'Israël :
http://lesverts.fr/article.php3?id_article=4871
   "Les conclusions de la mission d’enquête mandatée par le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies, sur l’intervention militaire israélienne à Gaza, dit « rapport Goldstone » sont un grand pas en avant pour la recherche de la vérité sur l’offensive israélienne contre le territoire de Gaza, en janvier 2008. Le chemin reste encore long pour que la justice internationale mette fin aux crimes de guerre et à l’impunité d’Israël, ce qu’attendent depuis des décennies les palestiniens et tous les démocrates, y compris israéliens, qui se battent pour une paix juste et durable au Moyen-Orient. [...]
    Les Verts sont décidés à soutenir jusqu’au bout cette importante bataille juridique et appellent l’opinion publique à se battre pour que le gouvernement israélien soit enfin jugé pour sa politique et sa pratique permanente de non-respect des droits de l’homme en Palestine. Ce nouveau déni de justice conforte les Verts, membres du Collectif national pour une paix juste et durable au Moyen orient à s’engager dans la campagne BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions) jusqu’à ce qu’Israël se conforme au droit international."

- "La Frime à l'Alyah", par KhoutspaTV (Vidéo clip 3mn43) - une parodie israélienne de "l'hymne à l'Alyah" :
http://www.dailymotion.com/search/israel/video/xatb1s_la-frime-a-lalyah-par-khoutspatv_fun

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Israël

- Un atelier d’explosifs découvert près de Jérusalem (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/10/un-atelier-dexplosifs-decouvert-pres-de-jerusalem/
   "La police vient d’autoriser la publication de la nouvelle: il y a un mois, une unité de gardes-frontières a fait irruption dans un local situé à Abou Dis, quartier arabe jouxtant la Vieille Ville de Jérusalem, et y a découvert un atelier d’explosifs destinés à la fabrication de ceintures ou d’engins piégés. Les trois Arabes palestiniens qui se trouvaient sur place ont été arrêtés et emmenés pour interrogatoire. [...]"

- Deux ados Arabes israéliens agressent un vigile à Jérusalem :
Deux adolescents Arabes Israéliens ont attaqué un gardien de sécurité de maternelle dans le quartier de Gilo à Jérusalem. Le gardien a été légèrement blessé et transféré à l'hôpital Hadassah Ein Kerem.
(Guysen.International.News / 2009-10-16 10:47:00 ISRAEL)

- De retour au pays, Ilan Greilsammer (politologue, universitaire franco-israélien ; L'Arche n°617) - c'est toujours aussi agréable de lire Greilsammer. "Alors qu'à Paris il me fallait passer mon temps à défendre Israël et à justifier nos besoins de défense, à peine rentré je dois critiquer Nétanyahou et refroidir les ardeurs de mes voisins..."
   "Nous voici rentrés en Eretz Israël, le pays merveilleux où coulent le lait et le miel. Après une année passée dans le Xe arrondissement de Paris, entre le Centre communautaire et la Gare de l'Est, entre la rue La Fayette et la rue d'Hauteville, nous avons retrouvé les petites ruelles de Baka aux senteurs de jasmin, les cafés et les restos branchés d'Emek Refaïm, les marchands de fruits beaucoup trop chers de la rue de Bethléem, bref tout ce petit coin de paradis au coeur même de la Ville sainte. [...]
    Quand on lit dans le journal du matin que deux personnalités de premier plan, Hirschson (ex-ministre des finances) et Benizri (ex-ministre de la santé) passent leurs premiers jours en prison pour faits de corruption, on sait qu'on est rentré à la maison. Et quand on lit que des directeurs d'écoles religieuses privées de Petah-Tikva continuent à refuser d'accepter des élèves éthiopiens, on s'aperçoit, malheureusement, qu'Israël souffre des mêmes maux qu'à notre départ pour la France.
    L'ex-président Katzav est finalement jugé pour ses débordements sexuels, le Hamas a envoyé quelques Kassam sur Sdérot, on parle toujours d'un système sophistiqué qui interceptera un jour lesdits Kassam, l'Autorité Palestinienne louvoie et ne parle pas franchement, Avigdor Lieberman dit n'importe quoi, l'équipe de foot d'Israël a (encore) perdu contre Saint-Marin et la Micronésie, les ultra-orthodoxes manifestent contre un parc de stationnement, et l'immense show de Madonna au parc Hayarkon est le sujet de toutes les conversations (mais s'y connaît-elle vraiment en Kabbale, et a-t-elle vraiment lu et compris tout le Zohar ?). Ce qui est formidable en Israël, c'est qu'on peut quitter le pays aussi longtemps qu'on veut, on est sûr de le retrouver inchangé à son retour. Rien ne bouge ! [...]
    Un autre changement concerne l'environnement politique. A Paris, les collègues universitaires non-juifs me faisaient souvent des remarques peu amènes sur Israël et sa politique à l'égard des Palestiniens. Avec le temps, on s'y habitue. Combien d'amis français m'ont dit que nous affamions les habitants de Gaza, que nous écrasions les habitants de Cisjordanie, que nous violions les droits de l'homme, que nous faisions des fouilles archéologiques interdites par l'Unesco, que notre rampe des "Moughrabim" déstabilisait l'esplanade des Mosquées, etc.
    Or, à peine arrivé en Israël, l'environnement politique change du tout au tout. Mes voisins, des Américains religieux très excités, m'ont déjà dit que Nétanyahou n'était pas assez dur, que Liberman était trop modéré, qu'il ne fallait absolument pas céder à Obama, et qu'il fallait continuer à construire des milliers de nouvelles maisons dans les implantations. Alors qu'à Paris il me fallait passer mon temps à défendre Israël et à justifier nos besoins de défense, à peine rentré je dois critiquer Nétanyahou et refroidir les ardeurs de mes voisins... [...]"

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
ONU & Goldstone

- Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU approuve le rapport Goldstone (AFP, Reuters) - "Cinq Etats dont la France et le Royaume-Uni ont refusé de participer", quel courage... Autres pays européens qui ont refusé de voter contre : Norvège, Belgique (ces deux-là ont s'en doutait) et Slovénie.
http://lemonde.fr/proche-orient/article/2009/10/16/le-conseil-des-droits-de-l-homme-de-l-onu-approuve-le-rapport-goldstone_1254926_3218.html#ens_id=1228030
   "[...] Le vote a été approuvé par 25 voix pour, 6 contre et 11 abstentions. Les Etats-Unis, l'Italie, la Hollande, la Hongrie, la Slovaquie et l'Ukraine ont voté contre ; se sont abstenus la Bosnie, le Burkina-Faso, le Cameroun, le Gabon, le Japon, le Mexique, la Norvège, la Belgique, la Corée du Sud, la Slovénie et l'Uruguay. Cinq Etats dont la France et le Royaume-Uni ont refusé de participer.
    Le ministre de l'intérieur israélien et vice-premier ministre, Eli Yishai, a fustigé "une décision anti-israélienne qui couronne un rapport anti-israélien". Il a estimé, dans un communiqué, que "l'armée israélienne a agi avec des gants de velours envers les civils innocents. La décision du Conseil est une farce diplomatique". Le ministère des affaires étrangères israélien a, lui, affirmé que l'adoption de ce rapport était un obstacle au processus de paix au Proche-Orient.
    De leur côté, les mouvements palestiniens n'ont pas caché leur satisfaction. L'Autorité palestinienne "se félicite" de la décision du Conseil des droits de l'homme. "Nous espérons maintenant que le rapport [Goldstone] sera porté devant le Conseil de sécurité de l'ONU", a déclaré à l'AFP le négociateur palestinien Saëb Erakat. De son côté, le mouvement islamiste Hamas, rival de l'Autorité palestinienne et qui contrôle la bande de Gaza, s'est aussi réjoui de l'adoption du rapport Goldstone en "remerciant tous les pays qui ont voté en sa faveur". "Nous espérons que ce vote va conduire à un procès des chefs de l'occupation [israélienne]", a commenté un porte-parole du Hamas, Taher Al-Nounou. Le Hamas est également accusé de "crimes de guerre" par le rapport Goldstone. [...]"

- Londres de son côté soutient avoir voté contre le rapport Goldstone, comprend qui peut :
Grande-Bretagne : un représentant du gouvernement britannique a soutenu vendredi que le pays avait voté contre le rapport Goldstone, en accord avec la position du Premier ministre Binyamin Netanyahou.
(Guysen.International.News / 2009-10-16 15:42:00 ISRAEL)

- Le Conseil des droits de l'homme de l'Onu condamne Israël (Reuters) - prochaine étape : l'Assemblée générale.
http://fr.news.yahoo.com/4/20091016/twl-po-gaza-israel-onu-38cfb6d.html
   "[...] la résolution adoptée vendredi par le CDH, contre l'avis des Etats-Unis et cinq autres de ses membres, se borne à demander à l'Assemblée générale de l'ONU d'examiner le rapport et au secrétaire général de l'organisation, Ban Ki-moon, de lui rendre compte de la mise en oeuvre de ses recommandations. [...]"

- British Hero Tells U.N. Council: 'IDF Most Moral Army in History of Warfare' (UN Watch) - Col. Richard Kemp: "During Operation Cast Lead, the Israeli Defence Forces did more to safeguard the rights of civilians in a combat zone than any other army in the history of warfare." On peut écouter son discours en entier (c'est assez court) grâce à la vidéo. Qui est Richard Kemp : http://en.wikipedia.org/wiki/Richard_Kemp
   "Today's emergency UN Human Rights Council debate on the Goldstone Report predictably saw a line-up of the world's worst abusers condemn democratic Israel for human rights violations. In a heated lynch mob atmosphere, Kuwait slammed Israel for “intentional killing, intentional destruction of civilian objects, intentional scorched-earth policy,” saying Israel “embodied the Agatha Christie novel, 'Escaped with Murder'.” Pakistan said the “horrors of Israeli occupation continue to haunt the international community’s conscience.” The Arab League said, “We must condemn Israel and force Israel to accept international legitimacy." Ahmadinejad’s Iran said “the atrocities committed against Palestinians during the aggressions on Gaza should be taken seriously” and followed up by the international community “to put an end to absolute impunity and defiance of the law.”
    What the world's assembled representatives did not expect, however, was the speech that followed (see video and text below), organized by UN Watch. [...] Judge Goldstone, author of the biased report that prompted today's one-sided condemnation, had refused to hear Col. Kemp's testimony during his "fact-finding" hearings. But UN Watch made sure today that this hero's voice would be heard -- at the U.N., and around the world. Col. Richard Kemp : "During Operation Cast Lead, the Israeli Defence Forces did more to safeguard the rights of civilians in a combat zone than any other army in the history of warfare." (http://www.unwatch.org/site/apps/nlnet/content2.aspx?c=bdKKISNqEmG&b=1313923&ct=7536409)"

- Paris et Londres demandent à Israël sa propre enquête sur Gaza (Reuters) - Jérusalem devrait à son tour demander une enquête sur les dégâts de leur guerre en Afghanistan.
http://fr.news.yahoo.com/4/20091016/twl-po-france-gb-lettre-bd5ae06.html
   "La Grande-Bretagne et la France demandent à Israël, accusé par le rapport Goldstone de crimes de guerre lors de la bataille de Gaza, l'hiver dernier, de faire sa propre enquête "indépendante et transparente" sur ces événements. Le Premier ministre Gordon Brown et le président Nicolas Sarkozy ont envoyé une lettre en ce sens au chef du gouvernement israélien, Benjamin Netanyahu, dont la présidence française à rendu publics certains extraits. [...]
    "Nous sommes conscients que le rapport Goldstone est une question sensible pour Israël et pour les Palestiniens", écrivent Nicolas Sarkozy et Gordon Brown dans leur lettre au Premier ministre israélien. Pour surmonter ce blocage, qui menace d'enrayer toute reprise du processus de paix israélo-palestinien, ils souhaitent que les discussions internationales sur le rapport Goldstone soient organisées pour "encourager une amélioration de la situation sur le terrain". Ils demandent à Israël de faire mener de son côté une enquête "indépendante et transparente" sur les événements de Gaza, "dont les résultats seraient partagés avec nous".
    Parallèlement, ils souhaitent qu'Israël facilite un accès accru à Gaza, notamment par l'ouverture des points de passage aux convois humanitaires. Ils réitèrent leur demande d'un arrêt de la colonisation israélienne en territoire palestinien et appellent de leurs voeux une reprise des négociations de paix. [...]"

- Florilège nauséeux des commentaires du Monde.fr :
http://lemonde.fr/proche-orient/reactions/2009/10/16/le-conseil-des-droits-de-l-homme-de-l-onu-approuve-le-rapport-goldstone_1254926_3218.html
ML. (16.10.09 | 15h19)
"C'est le commencement de la fin pour Israël. Bientôt les criminels de guerre israéliens seront contraints de se terrer, ils ne pourront plus quitter leur pays sans risque d'être arrêtés, comme Pinochet, comme Milosevic, leurs compères en crimes de guerre."
Loukoum Amer (16.10.09 | 15h33)
"Quels sont les 6 pays ayant voté contre, afin que l'on connaisse les complices objectifs des crimes de guerre israéliens? Sans doute des donneurs de leçons aux autres peuples de la terre.... Combien de temps encore, les états européens, continueront-ils de croire que le martyre des palestiniens pourra payer la dette immense contractée à l'égard des juifs? C'est d'autant plus abject que les agissements d'Israël démontrent que cet état ne peut s'ériger en légataire des victimes de la Shoah."
JEAN PIERRE T. (16.10.09 | 17h52)
"Comme d'habitude la France a manquée de courage pour condamner Israël. Il faut dire que Kouchner avait reçu des ordres de Lewit de l'Elysée qui lui même avait reçu des ordre de Sarkozy. Même devant l'innommable la France soutient Israël par crainte des représailles. Devant Israël on est mort de trouille car on sait jamais ils peuvent envoyer leur aviation en représailles..."
Christian E. (16.10.09 | 18h32) - "c'est l'esprit de Munich", donc Israël = Hitler.
"Quelle farce, les pays qui avait là l'occasion de dire le droit on fait preuve de lâcheté, la France, les USA, la grande Bretagne se sont abstenu d'avoir du courage. C'est l'esprit de Munich"
Lili (16.10.09 | 20h37)
"J'ai honte,mais ce n'est pas la France réelle qui a voté.Un premier pas est tout de même franchi,pour en faire rabattre à Israël,au suivant maintenant!!!"

- D'un autre côté, grâce aux internautes israélophobes, on a la liste des pour. Elle comprend le Sénégal (pays musulman) et le Brésil :
madjid.org (16.10.09 | 17h37)
"les 18 états membres qui ont appuyé cette session et qui dont ont vraisemblablement voté pour sont : Bahreïn, Bangladesh, Bolivie, Chine, Cuba, Djibouti, Égypte, Gabon, Indonésie, Jordanie, Maurice, Nicaragua, Nigéria, Pakistan, Philippines, Qatar, Arabie saoudite et Sénégal. Vive la France lâche et complice d'Israël."
Antoine L. (16.10.09 | 18h00)
"China, Russia, Egypt, India, Jordan, Pakistan, South Africa, Argentina, Bahrain, Bangladesh, Bolivia, Ghana, Indonesia, Djibouti, Liberia, Qatar, Senegal, Brazil, Mauritius, Nicaragua and Nigeria ont voté pour. Selon Haaretz, journal israëlien, la France s'est joint à Netanyahu pour faire rejeter par les pays européens les révélations du rapport et cela jusuq'au dernier moment."

- Mechaal y va de son petit commentaire :
Le chef du bureau politique du Hamas Khaled Mechaal a soutenu ce vendredi que le rapport Goldstone dévoilait ''la face hideuse d'Israël'', rapporte Channel 10.
(Guysen.International.News / 2009-10-16 18:43:00 ISRAEL)

- Les députés arabes israéliens ne sont pas en reste :
Le député Mohammed Barakei a salué ce vendredi l'adoption du rapport Goldstone par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU.
"Il y a des criminels de guerre en Israël qui doivent être poursuivis en justice".

(Guysen.International.News / 2009-10-16 19:37:00 ISRAEL)

- Qui commet des "crimes de guerre" ?, Ari Shavit (Haaretz, 20 septembre ; cité in L'Arche n°617) - Shavit représente la gauche de la gauche, proche de Shalom Arshav ; cela ne l'empêche heureusement pas de s'en prendre à Goldstone, lequel "n'est pas une référence morale".
   "Il y a deux semaines environ, des avions américains ont tiré sur deux camions-citernes d'essence, dans le nord de l'Afghanistan. C'est un officier allemand qui a demandé à l'aviation américaine d'attaquer les camions-citernes au milieu de la nuit, dans une région habitée. L'attaque fut couronnée de succès. Les deux camions ont été touchés, ont pris feu et ont été détruits. Mais l'attaque aérienne massive a tué quelque 70 personnes. Certains de ceux qui ont été transportés dans des hôpitaux étaient gravement blessés, avec des visages mutilés, des mains brûlées et des corps carbonisés.
    On ne sait pas, à ce jour, si la plupart des personnes qui ont été brûlées à mort étaient des combattants talibans, ainsi que l'OTAN l'a d'abord affirmé, ou des civils innocents qui tentaient de prendre un peu d'essence pour la rapporter chez eux. Quoi qu'il en soit, il est clair que les Etats-Unis et l'Allemagne sont responsables d'une action extrêmement brutale. La Grande-Bretagne, la France, l'Espagne, les Pays-Bas, la Belgique et la Norvège portent également une part de responsabilité dans ce massacre, en tant que membres de l'OTAN.
    Si la communauté internationale est engagée à faire respecter le droit international et l'éthique universelle, qui ne font pas de différence entre les massacres, elle doit conduire une enquête sur cette action ignoble. Si les Etats-Unis, l'Allemagne et l'OTAN refusent de coopérer avec les enquêteurs, l'ONU doit envisager le transfert du dossier à la Cour internationale de justice de La Haye.
    Il est possible qu'au terme de ce processus il sera nécessaire de faire passer en jugement le président américain Barack Obama, la chancelière allemande Angela Merkel, et les dirigeants britannique, français, espagnol, néerlandais, belge et norvégien, pour leur participation à un grave crime de guerre où la distinction n'a pas été faite entre civils et combattants.
    Obama sera probablement le principal accusé dans cette affaire. C'est lui qui a cru dans la guerre en Afghanistan et qui l'a intensifiée. En tant que commandant suprême des forces américaines, il a une responsabilité directe non seulement dans la mort des victimes de l'attaque sur les camions-citernes, mais aussi dans la mort de centaines de civils innocents.
    Si la communauté internationale, le droit international et l'éthique universelle existent, on doit sérieusement envisager de traduire Obama devant un tribunal pour sa responsabilité dans de graves crimes de guerre.
    Absurde ? Oui, c'est absurde. Aucune personne sensée au monde ne croit que les Etats-Unis, la Russie et la Chine pourraient être soumis à la loi internationale dans toute sa force. Les Etats-Unis ont tué des milliers de civils innocents en Irak et en Afghanistan, et au cours des derniers mois ils ont encouragé le Pakistan à entreprendre des actions extrêmement brutales dans la vallée de Swat. Les Etats-Unis n'ont pas eu à en rendre compte, parce que tout le monde comprend que c'est le prix de la terrible guerre contre le terrorisme.
    La Russie a commis en Tchétchénie des crimes à vous glacer le sang ; la Chine a privé ses citoyens de leurs droits fondamentaux, et poursuit au Tibet une occupation criminelle. On ne leur demande pas d'en payer le prix, parce que tout le monde comprend qu'il ne faut pas s'en prendre aux superpuissances.
    Mais les superpuissances ne sont pas les seules à être épargnées. L'Arabie saoudite pratique une politique déclarée de discrimination contre les femmes, et la communauté internationale ne voit rien. Le Sri Lanka écrase le mouvement national tamoul, en causant un épouvantable désastre humanitaire, et la communauté internationale n'entend rien. La Turquie opprime brutalement la minorité kurde, et la communauté internationale ne dit rien.
    Ce n'est que lorsqu'il est question d'Israël que le droit international et la justice internationale découvrent subitement qu'ils disposent de moyens. Ce n'est que dans le cas d'Israël que le jugement est exercé sans tenir compte du contexte. Seul Israël doit respecter des règles morales qu'on n'exige d'aucune superpuissance ni d'aucun Etat moyen-oriental.
    Au cours de l'offensive militaire à Gaza, Israël a fait usage d'une force excessive, et cela ne doit pas se reproduire. De graves incidents ont eu lieu durant l'opération, et ils doivent faire l'objet d'enquêtes. Mais c'est nous qui devons mener ces enquêtes, en notre sein. Aussi longtemps que le juge Goldstone n'enquête pas sur les Etats-Unis, la Russie, la Chine, l'Arabie saoudite, le Sri Lanka ou la Turquie, de la même manière qu'il enquête sur Israël, il n'est pas une référence morale. Une loi est une loi si elle s'applique à tous, et si elle ne souffre pas le genre de discrimination que pratique Goldstone."

- Richard Landes (prof. université Boston), auteur du très bon site "http://www.goldstonereport.org", est interrogé par GuysenTV sur le contenu, les méthodes, la partialité du rapport Goldstone (de 11mn08 à 22mn)
http://www.guysen.com/tv/index_flash.php?vida=3860

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Réconciliation" palestinienne

- Accord de réconciliation: le Fatah a signé, le Hamas réclame plus de temps (AFP) - si les deux parties ne parvenaient pas à un accord, Abbas convoquera des élections pour le 24 janvier plutôt que le 28 juin.
http://www.lesechos.fr/depeches/monde/afp_00192400-accord-de-reconciliation--le-fatah-a-signe--le-hamas-reclame-plus-de-temps.htm
   "Le parti Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas a annoncé jeudi avoir remis aux médiateurs égyptiens l'accord de réconciliation interpalestinien signé, alors que les rivaux du mouvement islamiste Hamas réclament plus de temps pour examiner le texte. "J'ai remis l'accord signé, et dit ce que j'avais à dire", a indiqué à l'AFP Azzam al-Ahmad, le négociateur du Fatah. "Maintenant, nous attendons la réponse du Hamas. C'était aujourd'hui la date limite pour signer l'accord. Il y aura une autre réunion cette nuit pour étudier quelles doivent être les prochaines étapes", a-t-il déclaré, à l'issue de son entretien avec les médiateurs égyptiens. Il a en outre demandé au Hamas d'arrêter de servir "les intérêts de la droite israélienne et de l'administration américaine". "Israël et l'administration américaine ne veulent pas la fin des divisions", a-t-il dit à la presse.
    De son côté, le Hamas a demandé davantage de temps pour examiner l'accord et exigé l'inclusion d'une clause reconnaissant le "droit de résister" à Israël. "Le Hamas a officiellement demandé à l'Egypte de lui donner deux à trois jours pour achever ses consultations internes", a déclaré à Gaza Taher al-Nounou, porte-parole du gouvernement du Hamas à Gaza, sans autre détail.
    Auparavant, une coalition d'organisations palestiniennes basées à Damas, dont fait partie le Hamas, avait fait savoir dans un communiqué qu'elle refusait de signer l'accord en l'état. "Les factions palestiniennes ne signeront l'accord (proposé) par l'Egypte que si le texte inclut les principes et les droits palestiniens, notamment le droit à la lutte contre l'occupation sioniste", a indiqué leur porte-parole Khaled Abdel Majid. [...]
    [Mahmoud Abbas] a répété que si les deux parties ne parvenaient pas à un accord, il convoquerait des élections pour le 24 janvier plutôt que le 28 juin, une date proposée par l'Egypte. "La Loi fondamentale (qui fait office de Constitution) stipule que des élections doivent se tenir le 24 janvier 2010. S'il y a accord, ça peut-être reporté au 28 juin 2010. S'il y a accord, nous le respecterons. S'il n'y en a pas, nous nous conformerons à la Loi fondamentale"."

- L'accord de réconciliation entre Palestiniens reporté, annonce l'Egypte (AP)
http://fr.news.yahoo.com/3/20091016/twl-israel-palestiniens-egypte-reconcili-951b410.html
   "Les médiateurs égyptiens ont déclaré vendredi que l'accord de réconciliation entre le Hamas et le Fatah du président Abbas a été reporté en raison de nouvelles discordes entre les deux mouvements palestiniens, au sujet du rapport de l'ONU sur la guerre à Gaza. [...]"

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Judée-Samarie & AP

- Un membre du Fatah appelle à la reprise des attentats (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/10/un-membre-du-fatah-appelle-a-la-reprise-des-attentats/
   "[...] Sultan Abou Al-Aïnin, haut responsable au sein du Fatah d’Abou Mazen, a prononcé devant une foule nombreuse un discours sans ambiguïté à Ramallah, dans lequel il appelle les mouvements affiliés au Fatah « à reprendre les attentats en Israël en réponse à la poursuite de la construction juive, à la ‘judaïsation’ de Jérusalem et à l’échec des négociations »."

- Encore bien des pierres (un blessé) :
La radio de l'armée rapporte qu'un Israélien a été légèrement blessé par des pierres lancées sur son véhicule près de Harbata au nord de Ramallah. Il est arrivé par ses propres moyens au poste de l'armée, où il a reçu des soins. Dans un autre incident, des jets de pierres ont été signalés sur un véhicule israélien circulant au sud-est de Kalkilya. Il n'y a pas eu de victimes, mais la voiture a été endommagée.
(Guysen.International.News / 2009-10-15 23:54:00 ISRAEL)
Des Palestiniens ont jeté des pierres contre un véhicule israélien au nord-est de Ramallah. Il y a des dégâts mais pas de blessés.
(Guysen.International.News / 2009-10-16 09:09:00 ISRAEL)
Des Palestiniens ont lancé des pierres sur des véhicules israéliens circulant près de Sinjil, en Judée-Samarie. On ne déplore pas de blessés.
(Guysen.International.News / 2009-10-16 12:37:00 ISRAEL)

- Toujours la manifestation "pacifique" hebdomadaire de Na'alin :
Un garde-frontière a été légèrement blessé ce vendredi au cours d'une manifestation contre la barrière de sécurité à Naalin.
(Guysen.International.News / 2009-10-16 18:53:00 ISRAEL)

- Les policiers palestiniens remettent des explosifs à Tsahal :
Les forces de sécurité palestiniennes ont remis à Tsahal 20 bombes artisanales confisquées à Bethléhem.
(Guysen.International.News / 2009-10-15 22:57:00 ISRAEL)

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Egypte

- Le Caire boycotte toujours Lieberman :
« Je refuse d'être dans la même pièce que Lieberman ». Le Premier ministre égyptien, Ahmed Aboul Gheit a averti qu'il ne participerait pas à la réunion de l'« Union Méditerranéenne » si le ministre israélien des Affaires étrangères y assistait.
(Guysen.International.News / 2009-10-16 06:17:00 ISRAEL)

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Liban, Syrie & Hezbollah

- Liban : Nous protègerons les Arabes contre Israël (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/10/le-president-libanais-omar-sleimane-a-declare-mercredi-que-son-pays-defendrait-au-conseil-de-securite-de-lonu-ses-interets-et-ceux-des-autres-pays-arabes-le-liban-represente-un-reseau-securitaire/
   "Le président libanais Michel Sleimane a déclaré mercredi que son pays défendrait au Conseil de sécurité de l’ONU ses intérêts et ceux des autres pays arabes. « Le Liban représente un réseau sécuritaire contre les tentatives d’Israël de déstabiliser le secteur », a déclaré Sleimane."

- Hezbollah Removes Weaponry from Explosion Site on 12 Oct 2009 (Vidéo Tsahal 1mn42)
http://www.youtube.com/watch?v=4TRcgjU-JAA

- De nouveaux missiles pour l’armée syrienne (Arouts 7), grâce à Moscou :
http://www.actu.co.il/2009/10/de-nouveaux-missiles-pour-larmee-syrienne/
   "Les services de sécurité israéliens ne cachent pas leur inquiétude face au réarmement de la Syrie qui se serait tournée, depuis 2007, vers la Russie en vue de moderniser les équipements militaires de son armée de l’Air. Dernièrement, les autorités syriennes auraient obtenu l’accord des Russes qui ont accepté de leur vendre des nouveaux missiles mer-mer supersoniques, de fabrication russe et indienne. Cette nouvelle acquisition permet à la Syrie et à la Russie de resserrer leurs liens et a également justifié la construction d’un nouveau port sur les côtes syriennes."

- Veillée funèbre pour le Liban, Michaël Béhé à Beyrouth (Mena) - "les Iraniens confectionnent et achètent des armes et les transportent en Syrie, principalement par la mer ; et les Syriens les livrent au Hezbollah". "Par leur présence, les Casques Bleus dérangent les activités de surveillance entreprises par Tsahal. Et lorsque la guerre éclatera, les "soldats de la paix" serviront de boucliers humains aux terroristes". "La question n’est pas de savoir "si" les miliciens vont attaquer l’Etat hébreu mais "quand" vont-ils le faire. La réponse la plus plausible est "lorsque les avions frappés de l’étoile de David s’en prendront au nucléaire iranien"."
http://www.menapress.com/
   "Pour le moment, le Liban n’existe plus que virtuellement, mais cela ne va pas tarder à empirer. Virtuellement, car l’opposition armée, cristallisée autour du Hezbollah, qui contrôle le pays de fait, n’a aucun intérêt à permettre la formation d’un gouvernement. Ainsi, quatre mois après les élections, personne ne dirige le pays aux cèdres. Mais le plus inquiétant, c’est que le Liban peut désormais se passer d’un gouvernement, qui, de toute façon, ne possède plus la moindre autorité. Ceux qui le remplacent sont, le Président Suleiman et l’armée, dans une moindre mesure, et le Hezb, sa milice et les officiers en uniforme de leurs commanditaires, l’Iran et la Syrie.
    Côté de la présidence, au château de Baabda, on aimerait probablement un retour à la démocratie, mais on ne possède aucun argument sérieux pour le hâter. Idem en ce qui concerne l’armée nationale, dans sa portion non chiite s’entend, soit 80% des effectifs (les chiites y sont sous représentés, la milice du Hezb ayant un grand besoin d’effectifs), qui joue les inspecteurs de sinistres.
    Peut-on jeter la pierre à Michel Suleiman, à l’armée et aux gouvernements précédents ? Oui et non. Oui, en cela qu’ils s’accommodent sans broncher de ce que notre pays a été transformé en territoire occupé, et qu’ils feignent tous d’exercer encore quelque influence sur ses destinées. Non, parce qu’ils ne peuvent rien faire seuls face à la milice chiite, et surtout, face aux véritables ennemis du Liban, distillant leurs ordres loin au-delà des montagnes.
    Or, chaque fois que Suleiman, Hariri ou l’armée ont demandé aux Européens – en commençant toujours par nos "protecteurs" français -, et aux Américains s’ils étaient prêts à les soutenir dans une tentative de reprise en main, suivant en cela précisément la Résolution 1701 qu’ils ont adoptée au Conseil de Sécurité, ils ont reçu la même réponse : surtout pas, vous devez vous entendre avec les chiites, nous ne sommes pas prêts à intervenir. C’est cela qui sonne le glas de l’existence du Liban. Ses "alliés" sont encore plus lâches et irresponsables que ses dirigeants. Quant à ces derniers, même sans pouvoirs réels, on peut considérer que leur fidélité aux postes fictifs d’exercice du pouvoir représente le dernier rempart contre l’iranisation totale du pays. Vu sous cet angle, on pourrait même envisager que ces mangeurs de couleuvres à la tonne se "sacrifient" afin d’assurer un semblant de protection aux quelques 65% de nos compatriotes qui ne sont pas chiites et qui n’ont pas plus que vous envie de le devenir.
    Quant au rapport de force militaire, il ne cesse de se dégrader au bénéfice des séides de Khamenei et d’Al-Assad. La Force Intérimaire de l’ONU pour le Liban "(...) participe ces jours-ci à la cueillette des olives (...)", comme l’a écrit cette semaine mon valeureux confrère de l’Orient-le-Jour, Elie Fayad. Ce, en dépit de son unique mandat, la 1701, qui stipule qu’elle a l’obligation d’assister le gouvernement légitime pour faire respecter ses prérogatives, l’aider à contrôler efficacement ses frontières et à désarmer tous ceux qui portent une arme sans appartenir ni à la police ni à l’armée.
    Au Liban, c’est les paperasseries onusiennes d’un côté et la dramatique réalité de l’autre. Ainsi, les convois d’armes empruntent sans se cacher l’autoroute Damas-Beyrouth. Au début, c’était à raison d’un convoi par mois d’armes sorties de la casse, désormais, c’est une fois par semaine, avec des camions chargés de matériel de guerre sophistiqué. C’est que la stratégie de l’ennemi a changé : pourquoi faire risquer à la dictature syrienne une nouvelle déculottée sur le Golan ? Pourquoi amasser des surplus d’armes modernes dans les entrepôts de Damas, alors qu’elles n’y sont d’aucune utilité ?
    Forts de ces constatations, Perses et Alaouites ont décidé de fournir le nec plus ultra de leur arsenal à Nasrallah. Cela se passe ainsi : les Iraniens confectionnent et achètent des armes et les transportent en Syrie, principalement par la mer ; et les Syriens les livrent au Hezbollah. Un porte-parole de l’armée israélienne a résumé la situation par cette formule : "L’Iran prie, la Syrie s’adonne à la contrebande et le la Hezbollah reçoit les armes". [...]
    Au sud de mon pays coule un fleuve, le Litani. Dans la portion de 15 kilomètres en moyenne sur 70 se trouvant entre ce cours d’eau et la frontière israélienne, la FINUL a, très arbitrairement, décidé de faire respecter la Résolution 1701. Ces Casques Bleus, qui ne sont pas ici des observateur mais des militaires chargés du maintien de la paix, ont décidé, qu’au moins sur cette bande de terre poudrière, ils empêcheraient la milice d’entreposer des armes. Or, au sud du Litani, on ne compte pas moins de trois cents dépôts d’armes et de munitions, installés dans les 165 villages chiites de la région.
    Lorsqu’un peloton formé de quelques uns des 12 235 soldats que compte l’ONU au Liban avait tenté, il y a deux mois et demi, d’enquêter après l’explosion de l’un de ces dépôts, dans le village de Khirbet Salim, les soldats avaient pris des baffes de la part des militants et des miliciens. Ils avaient effectué un repli honteux, sans faire usage des leurs fusils ni de leurs dizaines de blindés. Depuis, ils se tiennent à l’écart des villages, se contentant de patrouiller sur les routes - sous les effigies de Nasrallah, Ahmadinejad, Khamenei et Khomeiny, signes de leur soumission - où ils ne servent strictement à rien.
    Lundi dernier, lorsqu’un autre de ces dépôts a explosé, dans un autre village chiite au sud du Litani, Tayr Filsay, tuant cinq miliciens et en blessant quatre, les combattants du Hezb, vêtus et cagoulés de noir, ont tenu l’armée à distance, qui elle a prévenu l’ONU de ne pas s’approcher. Les Casques Bleus ne se le sont pas fait dire deux fois. Toute la scène a été filmée par un drone israélien (http://dover.idf.il/NR/exeres/482EE249-D9EA-41CF-B357-4B0EDA8FB1DA.htm). On y voit les miliciens en train d’évacuer un missile de 4 mètres des décombres [probablement un Fajr iranien, d’une portée de 70km. Note de Jean Tsadik], de le placer sur un camion, le couvrir d’une bâche et de le transférer vers un autre dépôt.
    Le Hezbollah nie tout en bloc, ça n’est pas un entrepôt d’armes, l’explosion est celle d’un ancien obus israélien, et le missile est une porte de garage – de quatre mètres de haut ! Cerise sur le gâteau empoisonné, le député du Hezbollah Hussein Hajj-Hassan, s’exprimant sur la chaîne de télévision LBC (Lebanese Broadcasting Corporation) n’a pas hésité à "déplacer" Tayr Filsay sur la berge nord du Litani. Le nord du Litani, région que l’armée et la FINUL ont décidé d’exclure de la 1701, et dans laquelle elles autorisent (aussi) les concentrations de miliciens avec armes et bagages. Je rassure les habitants de Tayr Filsay, leur hameau se trouve toujours sur une colline baignée de soleil, située sur la rive nord du fleuve. Cet incident ne fait que démontrer le mépris que l’organisation terroriste chiite entretient à l’encontre du public et de la vérité. [...]
    Dire que l’ONU ne sert "à rien" n’est pas exact. Par leur présence, les Casques Bleus dérangent les activités de surveillance entreprises par Tsahal. Et lorsque la guerre éclatera, les "soldats de la paix" serviront de boucliers humains aux terroristes. [...] Ce qui se déroule ces mois autour du Litani entre dans la dramatique tradition des contingents des Nations Unies, qui n’ont jamais et en rien contribué à préserver la paix. [...]
    Des politiciens libanais, plaidaient encore, au lendemain de l’explosion à Tayr Filsay, pour un Liban neutre, maître de son territoire et se gardant de provoquer ses voisins. Ils comprennent que si l’arsenal du Hezbollah est passé de 12 à 40 000 roquettes et missiles, entre juin 2006 et maintenant, et si cette organisation a construit 300 bases rien que le long de la frontière avec Israël, ça n’est pas uniquement afin d’empêcher toute forme de coexistence avec nos voisins du Sud, c’est également pour préparer la guerre. Et un dicton de la région met en garde qui l’entend : "Celui qui cherche de l’or en trouve rarement, tandis que celui qui cherche la m... la trouve toujours".
    La question n’est pas de savoir "si" les miliciens vont attaquer l’Etat hébreu mais "quand" vont-ils le faire. La réponse la plus plausible est "lorsque les avions frappés de l’étoile de David s’en prendront au nucléaire iranien".
    Il est vrai que le Hezb n
’était pas intervenu lors de la Guerre de Gaza, mais le Hamas est sunnite, tout allié qu’il soit, et l’ouverture d’un second front, amenant inévitablement l’anéantissement de la milice chiite, était un prix trop cher à verser pour les parrains iraniens. Ca n’est pas pour cela qu’ils ont conçu et armé les Fous d’Allah, c’est pour s’emparer du Liban et protéger LEURS intérêts.
    Si Israël attaque les installations nucléaires perses, ce que tous les observateurs, au Liban aussi, sont persuadés qu’il devra faire, se posera pour le Hezb une toute autre équation que celle qu’il eut à gérer lors de Plomb Fondu. Même si cela ne changera rien à ce qui se passera sur les bords du Golfe, les patrons de Nasrallah lui intimeront de déverser tout ce qu’ils lui ont livré sur l’ennemi sioniste, ne serait-ce que pour le "punir"." (suite payante)

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Turquie

- L'amélioration des relations Turquie-Israël liée à la fin de la "tragédie" à Gaza (AFP) - selon Ankara, "pas un seul missile (palestinien) n'ait été tiré de Gaza sur Israël depuis huit mois". Ils devraient s'informer autrement que par Al Jazeera...
http://www.lesechos.fr/depeches/monde/afp_00192502-l-amelioration-des-relations-turquie-israel-liee-a-la-fin-de-la--tragedie--a-gaza.htm
   "L'amélioration des relations entre la Turquie et Israël est liée à la fin de la "tragédie humanitaire" à Gaza et à la relance des efforts de paix dans la région, a déclaré vendredi le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, en pleine crise entre les deux alliés. "Malheureusement, l'offensive sur Gaza a porté un grand coup aux efforts de paix", a déclaré le ministre à la presse. "Lorsqu'on retournera sur la voie de la paix, ces relations de confiance (avec Israël) seront rétablies au niveau où elles étaient auparavant", a-t-il ajouté. "Ce que nous voulons, c'est qu'on mette fin à la tragédie humanitaire à Gaza, qu'on relance les efforts de paix - aussi bien au niveau des Palestiniens que de la Syrie - et surtout, qu'on redonne la priorité à la paix dans la région", a-t-il ajouté. [...]
    "Bien que pas un seul missile (palestinien) n'ait été tiré de Gaza sur Israël depuis huit mois, les enfants de Gaza n'ont pas d'écoles, les gens n'ont pas de maisons pour s'abriter... Comment un pays tel que la Turquie resterait silencieux sur ce sujet ?", a-t-il dit. [...]"

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Iran

- L'Iran joue la montre face aux Six sur le nucléaire, Marc Heinrich (Reuters) - ""Le temps joue en notre faveur", souligne un responsable iranien".
http://fr.news.yahoo.com/4/20091016/twl-iran-nucleaire-bd5ae06.html
   "L'Iran paraît jouer la montre face aux six grandes puissances qui négocient avec lui sur son programme nucléaire, à quatre jours de leur nouvelle rencontre, lundi à Vienne, siège de l'Agence internationale de l'énergie atomique. Les Six - Etats-Unis, Russie, Grande-Bretagne, France, Chine et Allemagne - espéraient finaliser un accord de principe conclu au début du mois à Vienne sur un retraitement à l'étranger de l'uranium faiblement enrichi en Iran pour s'assurer qu'il ne servira pas à des fins militaires. Mais Téhéran a douché ces espoirs d'un arrangement rapide.
    "Le temps joue en notre faveur", souligne un responsable iranien. La République islamique n'enverra d'ailleurs pas à Vienne son principal négociateur, mais des représentants de moindre rang. [...] Téhéran a laissé entendre qu'il n'était pas prêt à arrêter de position définitive dès lundi et, contrairement à ce qu'il avait lui-même annoncé, le responsable de son programme nucléaire, Ali Saheli, ne viendra pas à Genève. "Nous avons des conditions et des propositions qui ont besoin d'être discutées", a souligné un responsable du programme nucléaire iranien."

- La Chine "fermement opposée" à une arme nucléaire iranienne, Yaakov Lappin (JP)
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1255547733922&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   ""La Chine est fermement opposée à un programme iranien d'armes nucléaires", a assuré au Jerusalem Post, l'ambassadeur de Pékin en Israël, Zhao Jun. "La position de la Chine sur la question nucléaire iranienne a été cohérente et claire: nous soutenons le maintien du régime de non-prolifération international. En ce sens, nous sommes résolument contre l'idée que les Iraniens développent des armes nucléaires", a affirmé l'ambassadeur. "Dans le même temps, nous pensons que chaque pays, selon le Traité de non-prolifération des armes nucléaires, a le droit d'utiliser l'énergie nucléaire dans un but pacifique", ajoute-t-il. "La diplomatie est le meilleur moyen de résoudre cette crise". [...] La Chine est le deuxième plus grand importateur de pétrole brut au monde, tandis que l'Iran possède la deuxième plus grande réserve de pétrole brut. [...]"

- Iran: le Congrès américain envoie à Obama un texte de sanctions (AFP) - "Cette mesure envoie un message aux compagnies qui mettent le profit au-dessus de la sécurité".
http://www.lesechos.fr/depeches/monde/afp_00192404-iran--le-congres-americain-envoie-a-obama-un-texte-de-sanctions.htm
   "Le Congrès américain va envoyer au président Barack Obama pour promulgation, après un vote au Sénat jeudi, un texte visant à sanctionner les compagnies étrangères qui vendent de l'essence à l'Iran, dans le cadre du projet de loi de budget de l'Energie pour 2010. [...] Selon le texte, aucune compagnie ne pourra bénéficier de contrats avec le département de l'Energie dans le cadre de l'approvisionnement de la réserve stratégique si elle vend des produits pétroliers à l'Iran pour plus d'un million de dollars. [...]
    La même disposition a été approuvée par la Chambre le 1er octobre dernier. Les sénateurs républicains Jon Kyl et Susan Collins, auteurs du texte, s'étaient alors félicités dans un communiqué du vote de la Chambre. "Il est opportun qu'aujourd'hui, alors que le président entame sa stratégie de discussion avec les Iraniens, un texte de loi lui soit destiné (...) pour interdire au gouvernement américain d'acheter du pétrole aux compagnies qui vendent ou expédient de l'essence en Iran", avaient-ils écrit. "Cette mesure envoie un message aux compagnies qui mettent le profit au-dessus de la sécurité", avaient-ils ajouté. [...]
    Toutefois, Howard Berman le président de la commission des Affaires étrangères, a indiqué jeudi dans un communiqué qu'il préférait, avant d'en venir aux sanctions, "résoudre la question nucléaire par des moyens diplomatiques". [...]"

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Europe

- Les syndicats chrétiens belges soutiennent une conférence pour le boycott d'Israël (Philosémitisme)
http://philosemitismeblog.blogspot.com/2009/10/les-syndicats-chretiens-belges.html
   "On nous signale cette conférence qui est malheureusement est soutenue (partner) par les syndicats chrétiens belges ACV-CSC (Confédération des syndicats chrétiens de Belgique). (http://2.bp.blogspot.com/_JgqUG3QeK8g/StdKOKNUlvI/AAAAAAAACr8/PJyW2cXeKCE/s1600-h/conference_boycott_israel.jpg) On relève la présence de l'Association Belgo-Palestinnienne (ABP), dirigée par... le président du Centre d'Action laïque Pierre Galand."

- Renaissance de synagogues en Pologne :
Pologne : pour la première fois depuis l'Holocauste, les services de shabbat, vendredi soir et samedi matin, seront tenus dans la synagogue de la ville de Kielce. La synagogue a été reconstruite après la deuxième guerre mondial et était utilisée comme archive régionale. Près de 20.000 juifs vivaient à Kielce avant la guerre.
(Guysen.International.News / 2009-10-15 23:24:00 ISRAEL)

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Monde

- La vie selon la charia en Somalie : le fouet contre le soutien-gorge.
Des islamistes somaliens ont fouetté en public plusieurs femmes pour avoir porté des soutiens-gorges, ont rapporté vendredi des habitants du nord de la capitale Mogadiscio.
"Les islamistes disent que la poitrine d'une femme doit être ferme naturellement, ou bien plate", a expliqué une habitante de Mogadiscio, Halima, dont les filles ont été fouettées jeudi.

(Guysen.International.News / 2009-10-16 13:25:00 ISRAEL)

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam - dans Novembre 2009
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages