Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 22:52

Opération Pilier de Défense

- Gaza : le conflit touche Jérusalem (AFP) - "Jamais un projectile tiré depuis Gaza n'était tombé aussi profondément en territoire israélien".
http://www.lepoint.fr/monde/en-direct-alerte-a-jerusalem-16-11-2012-1529909_24.php
   "[...] C'est la première fois dans l'histoire du conflit israélo-palestinien qu'une roquette tirée de Gaza tombe près de la Ville sainte, coeur politique d'Israël à environ 65 kilomètres de l'enclave palestinienne. À Gaza, la branche armée du Hamas, les Brigades Ezzedine al-Qassam, a revendiqué le tir sur Jérusalem. "Nous avons bombardé Jérusalem occupée avec une roquette M75 mise au point par Al-Qassam", a-t-elle écrit dans un communiqué. Ce tir est survenu après ceux jeudi et vendredi de trois roquettes contre Tel-Aviv, la ville économique du pays plus au nord, dont deux sont tombées en mer. Jamais un projectile tiré depuis Gaza n'était tombé aussi profondément en territoire israélien. [...]"
- Une roquette réveille les inquiétudes des habitants de Jérusalem, Céline Lussato (Nouvel Observateur)
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20121116.OBS9710/une-roquette-reveille-les-inquietudes-des-habitants-de-jerusalem.html
   "Une longue minute de sirène, des tirs de l'autre côte de la rue de Yaffo, à Jérusalem. Quand la sirène de la ville a retenti, tout le monde s'est mis à courir. Inédit. Quelques heures encore avant, l'inquiétude des habitants était palpable mais discrète. Dans cette ville religieuse, vendredi 16 novembre, chacun vaquait à ses occupations à quelques heures de chabbat. Les gens faisaient leurs courses, les étudiants, les jeunes militaires qui rentrent dans leurs familles se pressaient à la station centrale des bus où les contrôles de sécurité ne semblaient pas renforcés.
    Les recommandations se font plus pressantes pourtant : "Sois prudent ", "Evite le bus" ou encore "Tu laisses tes enfants prendre encore le bus ?" La ville devait être intouchable par les missiles de Gaza. A Jérusalem, la hantise ce sont les attentats-suicide. Le souvenir de ces attaques qui ont secoué la ville il y a quelques années n'a pas disparu. Les attaques à Tel-Aviv désorientent des habitants inquiets. C'est la première fois depuis la guerre du Golfe en 1991 que cette ville côtière est ainsi touchée par un missile lancé depuis Gaza. "Cette sirène à Tel Aviv c'est du jamais vu", assure le député travailliste Daniel Ben Simon. "Même si le missile n'a pas touché à proprement parlé les zones peuplées, le Hamas a franchi le seuil de la peur. C'est une nouvelle étape dans le conflit entre Israël et le Hamas".
    Alors, dans les conversations entendues dans les cafés de Jérusalem, les gens s'interrogent : "Quelle sera la prochaine étape ?""

- La population israélienne descend dans ses abris (BFMTV, Vidéo 1mn20)
http://www.dailymotion.com/video/xv57db_la-population-israelienne-descend-dans-ses-abris
- Pilier de défense : selon Tsahal, 510 roquettes ont été tirées depuis le début de l'opération, seuls 26 ont touché des localités (Guysen)
http://www.guysen.com/news_-Pilier-de-defense-selon-Tsahal-510-roquettes-ont-ete-tirees-depuis-le-debut-de-_367262.html

- Pilier de défense : la branche armée du Hamas revendique le tir de missile antitank contre le véhicule des journalistes (Guysen)
http://www.guysen.com/news_-Pilier-de-defense-la-branche-armee-du-Hamas-revendique-le-tir-de-missile-antita_367213.html
   "La branche armée du Hamas a revendiqué, il y a quelques instants, le tir d'un missile antitank contre un véhicule de l'agence de presse REUTERS qui était stationné du côté israélien de la frontière avec Gaza. Les journalistes sont sortis indemnes, mais le véhicule a été détruit."

- Israël intensifie ses préparatifs pour une opération terrestre à Gaza, Shatha Yaïsh (AFP) - "Depuis mercredi, 357 roquettes ont été tirées de Gaza sur Israël".
http://fr.news.yahoo.com/sir%C3%A8ne-dalerte-retentit-%C3%A0-j%C3%A9rusalem-explosions-selon-m%C3%A9dias-150846212.html
   "Des combattants palestiniens à Gaza ont tiré vendredi des roquettes en direction de Jérusalem et Tel-Aviv, poussant Israël à mobiliser des dizaines de milliers de réservistes en prévision d'une éventuelle offensive terrestre contre l'enclave palestinienne. Au troisième jour de l'offensive "Pilier de défense", l'armée israélienne a poursuivi ses raids aériens sur Gaza mais a aussi bloqué toutes les routes principales autour de l'enclave palestinienne près de laquelle se massaient des transports de troupes blindés et des bulldozers.
    Au total, 28 Palestiniens ont péri dans quelque 500 raids israéliens, alors que trois Israéliens ont été tués par une roquette palestinienne dans le sud d'Israël, près de la bande de Gaza. [...] Face à la persistance des tirs de roquettes, le secrétaire du cabinet israélien Zvi Hauser a entamé des consultations téléphoniques avec les principaux ministres pour obtenir leur feu vert en vue de mobiliser jusqu'à 75.000 réservistes, selon un communiqué officiel. [...] Depuis mercredi, 357 roquettes ont été tirées de Gaza sur Israël, dont 197 ont été interceptées par le système anti-missile "Iron Dome", selon un nouveau bilan de l'armée. [...]"

- Gaza : Israël accepte une courte trêve pendant la visite du PM égyptien (AFP)
http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___Gaza_Israel_accepte_une_courte_treve_pendant_la_visite_du_PM_egyptien_43161120120702.asp
   "Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a accepté de suspendre une intense offensive aérienne contre la bande de Gaza pendant la visite vendredi du Premier ministre égyptien Hisham Qandil, a annoncé à l'AFP un haut responsable israélien. Le Premier ministre Netanyahu a répondu favorablement à une demande égyptienne de cesser le feu pendant la visite à Gaza ce (vendredi) matin du Premier ministre égyptien, une visite censée durer environ trois heures, a-t-il précisé."
- Tirs de roquettes pendant la visite du Premier ministre égyptien à Gaza (Reuters)
http://www.lepoint.fr/monde/tirs-de-roquettes-pendant-la-visite-du-premier-ministre-egyptien-a-gaza-16-11-2012-1529777_24.php
   "Les tirs de roquettes palestiniens vers Israël se sont poursuivis pour la troisième journée consécutive vendredi à Gaza malgré la visite sur place du Premier ministre égyptien venu étudier la possibilité d'un cessez-le-feu. Le Hamas a accusé l'aviation israélienne d'avoir visé la demeure du chef du Hamas pour le sud du territoire, mais l'armée israélienne a affirmé n'avoir procédé vendredi matin à aucune opération à Gaza. [...]
    Une cinquantaine de roquettes tirées de Gaza sont tombées vendredi matin sur le sud du territoire israélien peu après l'arrivée du chef du gouvernement égyptien, a indiqué une porte-parole de l'armée israélienne. Les télévisions israéliennes ont montré les dégâts provoqués par l'un des tirs dans la ville d'Ashkelon. "Le Hamas ne respecte pas la visite à Gaza du Premier ministre égyptien et viole le cessez-le-feu provisoire accepté par Israël", a déclaré sur Twitter Ofir Gendelman, porte-parole du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou. [...]"

- PM slams Hamas for ‘hiding behind civilians’, Yoel Goldman (Times of Israel) - “Hamas and other terror organizations are guilty of committing two crimes: hiding behind civilians [in Gaza] while firing on civilians in Israel. Hamas deliberately targets our children and then places their rockets next to their children.”
http://www.timesofisrael.com/netanyahu-slams-hamas-for-hiding-behind-civilians/

- Israël redoute les tirs de missiles Fajr iraniens à partir de Gaza, Georges Malbrunot (Le Figaro.fr) - « Nous avons peur de deux choses, tout d’abord de la réaction de l’Egypte, et ensuite des tirs de missiles Fajr depuis Gaza ».
http://blog.lefigaro.fr/malbrunot/2012/11/israel-redoute-les-tirs-de-mis.html
   "Confidence d’un responsable israélien ce jeudi matin, après l’escalade de la violence à Gaza : « Nous avons peur de deux choses, tout d’abord de la réaction de l’Egypte, et ensuite des tirs de missiles Fajr depuis Gaza ».
    Les craintes de ce diplomate proche de la communauté du renseignement israélien n’étaient pas infondées. Quelques heures après, le président égyptien Mohammed Morsi (issu des Frères musulmans comme le Hamas) annonçait que son Premier ministre, Hicham Qandil, serait dépêché vendredi à Gaza. « Nous redoutons les réactions dans les mosquées en ce jour de prière », ajoutait la source israélienne.
    Le Caire est dans l’embarras : la rue islamiste attend une réponse qui aille au-delà du rappel de l’ambassadeur israélien. L’Egypte peut-elle aller plus loin, sans perdre le soutien américain dont elle a besoin pour relancer son économie ? Cette crise est un test de la capacité de l’Egypte dirigé par les Frères musulmans à faire autre chose que l’Egypte d’Hosni Moubarak qui avait l’habitude de dépêcher à Gaza, en période de crise, son chef des services de renseignements Omar Souleiman.
    En fin de journée, ce jeudi, le Djihad islamique a revendiqué un tir de missile Fajr 5, qui est tombé dans la mer à hauteur de Jaffa, la banlieue sud de Tel Aviv, soit à plus de cinquante kilomètres du nord de la bande de Gaza. Ce tir témoigne de l’accroissement de la portée des missiles dont disposent désormais les factions palestiniennes dans la bande de Gaza.
    Ce renforcement de leur capacité de nuisance a deux origines : l’aide apportée par l’Iran et son allié Hezbollah auprès des factions islamistes de Gaza, depuis 2007 ; d’autre part, l’arrivée dans le territoire palestinien de missiles dérobées dans les stocks libyens, à la faveur de la guerre, qui bouta l'an dernier le colonel Mouamar Kadhafi du pouvoir à Tripoli.
    Ce n’est pas un hasard si ce tir à la portée exceptionnellement longue a été revendiqué par le Djihad islamique. Ce dernier est traditionnellement proche de l’Iran. Ce faisant, le Djihad cherche à pousser son rival, Hamas, à laisser les ultras « venger » la mort d’Ahmed Jaabari, le patron de sa branche militaire. Précision : les relations entre le Hamas et le Djihad se sont détériorées avec la crise syrienne. Le premier a pris ses distances avec Damas, tandis que le second est resté dans l’orbite irano-syrienne. Enfin, le Fajr 5 est une roquette d’artillerie d’une portée de 75 km, développée par l’Iran depuis une dizaine d’années. Téhéran en a livrées au Hezbollah et très probablement au Djihad islamique à Gaza."

- Entre 15% et 30% des roquettes de Gaza s’abattent à… Gaza (JSS) - "De nombreux habitants de Gaza ont été tués ou blessés à la suite de ces ratés. Comme récemment, avec la mort de Hadeel Haddad, un bébé palestinien de 18 mois ‘en juin) et un autre enfant en août). Et dans ces deux cas, le gouvernement de Gaza a affirmé que les décès étaient dus à des frappes aériennes israéliennes."
http://jssnews.com/2012/11/16/selfdesctruction/

- Décryptage : Gaza - l'envers du décor (Vidéo 2mn09) - "Décryptage analyse les prises de vues des caméramans du Hamas et de la mise en scène de cette propagande."
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=dGDdHuaLDLc

- Video: Iron Dome taking out 12 rockets at once... (Elder of Ziyon) - "It might not be perfect, but it has already saved a lot of lives."
http://elderofziyon.blogspot.fr/2012/11/video-iron-dome-taking-out-12-rockets.html

- Hamas war crimes, illustrated (Elder of Ziyon)
http://elderofziyon.blogspot.fr/2012/11/hamas-war-crimes-illustrated.html

- Israël a le droit de se défendre (Tsahal, Vidéo 40 secondes)
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=byXuBNpbubg


Réactions arabes

- Ismaïl Haniyeh : "Grâce à Allah, nous serons victorieux et l'agression cessera" (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Ismail-Haniyeh-Grace-a-Allah-nous-serons-victorieux-et-l-agression-cessera-_367214.html
   "En présence du Premier ministre égyptien Hicham Kandil, Ismaïl Haniyeh, le Premier ministre du Hamas à Gaza a déclaré : "Cette visite est historique et est un message pour l'ennemi, mais aussi pour l'Occident : il faut cesser ce bain de sang. Nous nous félicitons de la position du président Morsi face à l'agression israélienne. Si Allah le veut, nous serons victorieux et l'agression cessera"."
- Gaza : le Hamas exécute un ''collaborateur d'Israël'' présumé (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Gaza-le-Hamas-execute-un-collaborateur-d-Israel-presume_367238.html
   "Selon des sources palestiniennes, les services de sécurité du Hamas ont exécuté en public un Palestinien soupçonné de collaborer avec Israël. Selon les Palestiniens, l'homme aurait avoué ''son crime'' avant d'être abattu par balles à bout portant. Il aurait reconnu avoir renseigné Tsahal sur la localisation des aires de lancement de roquettes à Gaza, ainsi que sur les mouvements de cadres d'organisations terroristes palestiniennes."

- Mahmoud Abbas accuse Israël "d'agresser le peuple palestinien" (Euronews, Vidéo 1mn) - il appelle à "l'unité conte l'ennemi".
http://www.dailymotion.com/video/xv5hc5_mahmoud-abbas-accuse-israel-d-agresser-le-peuple
- Abbas : l'offensive d'Israël n'arrêtera pas la démarche palestinienne à l'ONU (AFP)
http://www.romandie.com/news/n/_Abbas_l_offensive_d_Israel_n_arretera_pas_la_demarche_palestinienne_a_l_ONU45161120122044.asp
   "[...] "Ce qu'il se passe à Gaza vise à faire obstacle à notre demande d'Etat de Palestine non membre de l'ONU, mais nous ferons voter la résolution le 29 novembre. Personne ne peut nous arrêter", a dit M. Abbas, qui a écourté une tournée à l'étranger en raison de l'opération israélienne lancée mercredi contre les groupes armés à Gaza. [...] "Cette agression est contre nous, contre le peuple palestinien, personne n'a le droit de dire qu'elle est contre le Hamas ou le Jihad islamique ou autre. L'agression vise tout le peuple palestinien", a affirmé M. Abbas, y voyant une occasion d'avancer vers la réconciliation nationale. [...]"

- Cisjordanie : manifestation en soutien à Gaza et au Hamas (AFP, Vidéo 1mn15)
http://www.dailymotion.com/video/xv5db8_cisjordanie-manifestation-en-soutien-a-gaza-et-au-hamas
- Cisjordanie : des milliers de manifestants appellent à "frapper Tel-Aviv" (AFP) - "ils brandissaient le drapeau vert [du Hamas], scène rarissime en Cisjordanie gouvernée par l'Autorité palestinienne".
http://www.lepoint.fr/monde/cisjordanie-des-milliers-de-manifestants-appellent-a-frapper-tel-aviv-16-11-2012-1529899_24.php
   "Des milliers de Palestiniens ont manifesté vendredi en Cisjordanie leur soutien aux tirs de roquettes de Gaza, sur Israël, appelant le Hamas, au pouvoir à Gaza, à "frapper Tel-Aviv". Trois roquettes tirées de la Bande de Gaza sont tombées près de Tel-Aviv depuis jeudi. Selon les médias israéliens, c'est la première fois que l'agglomération de Tel-Aviv est touchée par des projectiles depuis les missiles Scud tirés par l'Irak en 1991.
    À Naplouse (nord) près de 3 000 personnes ont manifesté, scandant "ô Qassam, frappe Tel-Aviv !", en référence aux Brigades Ezzedine al-Qassam, branche armée du mouvement islamiste, dont ils brandissaient le drapeau vert, scène rarissime en Cisjordanie gouvernée par l'Autorité palestinienne, chassée par le Hamas de la Bande de Gaza en 2007. Des participants ont brûlé un drapeau israélien et crié "mort à Israël", a constaté un correspondant de l'AFP.
    À Jénine, dans la même région, près de 800 personnes ont défilé en faveur de "l'arrêt de l'agression israélienne" et de l'unité palestinienne, arborant des drapeaux palestiniens et du Hamas. À Ramallah, des centaines de Palestiniens ont manifesté, encourageant également les Brigades Ezzedine al-Qassam à tirer sur Tel-Aviv et brandissant de grands portraits de leur chef des opérations Ahmad Jaabari, assassiné mercredi à Gaza dans un raid israélien. À Hébron (sud), quelques centaines de Palestiniens ont manifesté leur appui aux tirs du Hamas sur Israël. [...]"
- At Ramallah protest, Hamas’ green overcomes Fatah's yellow, Amira Hass (Haaretz) - "Rallies marked by Hamas flags have been something of a rarity in the West Bank, but they could augur the future."
http://www.haaretz.com/news/middle-east/at-ramallah-protest-hamas-green-overcomes-fatah-s-yellow.premium-1.478486

- Des centaines d'Arabes israéliens manifestent contre l'opération de Tsahal à Gaza (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Des-centaines-d-Arabes-israeliens-manifestent-contre-l-operation-de-Tsahal-a-Gaz_367239.html
   "Des centaines d'Arabes israéliens ont manifesté ce vendredi à Oum el-Fahem et Kalansouwa  (nord) contre l'opération Pilier de défense lancée à Gaza par Tsahal. Brandissant des drapeaux palestiniens et noirs, ils exigeaient l'arrêt des combats. Les députés arabes étaient notamment présents ainsi que le chef de la branche nord du Mouvement islamique israélien, le cheikh Raëd Salah. D'autres manifestations sont attendues dans l'après-midi."

- Le Caire soutient Gaza (AFP)
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/11/16/97001-20121116FILWWW00454-le-caire-soutient-gaza.php
   "Le président égyptien, Mohammed Morsi, a qualifié l'offensive israélienne d'"agression contre l'humanité". "Le Caire ne laissera pas Gaza livré à lui-même", a-t-il ajouté selon l'agence de presse nationale MENA. "L'Egypte d'aujourd'hui n'est pas l'Egypte d'hier, et les arabes d'aujourd'hui ne sont pas les arabes d"hier", a-t-il également dit."
- Morsi warns Israel will pay heavy price, Roi Kais (Ynet) - 'If I see the homeland in danger, I won't hesitate to take unusual steps.'
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4306732,00.html

- Israël-Gaza : au Caire, faible mobilisation, grande colère, Samuel Forey (Le Point) - "La colère générale se transforme parfois en véritable haine".
http://www.lepoint.fr/monde/israel-gaza-au-caire-faible-mobilisation-grande-colere-16-11-2012-1530051_24.php
   "Les manifestants sont si peu nombreux que les groupes se resserrent pour donner l'illusion du nombre. Mohamed promet une arrivée massive de gars de son quartier, Imbaba. Mais dix minutes après, ils ne sont que quelques dizaines à débarquer, s'ajoutant aux quelques centaines de manifestants présents sur Tahrir. La place a connu des mobilisations plus intenses - et plus festives.
    On y trouve toutes sortes de colère. La nonchalante, incarnée par Mohamed. C'est peut-être son côté Imbaba. Dans ce quartier du Caire s'entassent un million d'habitants accablés par la pauvreté. Alors, s'il dit "Je déteste Israël", c'est avec une certaine morgue. Et quand il développe, il livre l'un des avis les plus mesurés parmi les manifestants : "On demande l'arrêt des combats. Israël n'a pas besoin de faire la guerre. En attaquant les Palestiniens, il se fabrique de nouveaux ennemis."
    Mais la colère la plus courante est plus radicale. Tous dénoncent une guerre "lâche", des attaques "disproportionnées et indiscriminées". [...] Ibrahim Mohammed, militant dans un tout petit parti ouvrier, réclame benoîtement au président égyptien Mohamed Morsi d'"ouvrir les portes du djihad". Comment ça ? "L'armée égyptienne doit aller faire la guerre à Israël." Son entourage le soutient, l'encourage. Le petit militant, la quarantaine et la carrure d'un adolescent, connaît bien son discours. "Les Américains doivent faire un choix et retirer leur soutien à Israël. Ou sinon Morsi doit refuser l'aide militaire américaine à l'Égypte." Une réclamation ancienne de certains partis pour s'émanciper de la tutelle de Washington. L'Amérique verse plus d'un milliard par an aux Égyptiens - ce qui en fait les deuxièmes bénéficiaires de l'aide militaire dans la région, après les Israéliens.
    La colère générale se transforme parfois en véritable haine, comme chez cet ingénieur qui refuse de dire son nom et hurle plus qu'il n'affirme qu'Israël est égal à zéro. "Ce pays n'est rien, il n'existe que depuis 50 ans et nous, les Égyptiens, sommes là depuis toujours. Depuis toujours", braille-t-il. Ses lunettes peinent à tenir sur son nez tellement il frémit de rage.
    Mais autour de lui, on cherche à le calmer - il parle vraiment très fort, même pour un Cairote. Un petit gars passe en riant : "C'est quoi, son problème ?" L'ingénieur continue à tempêter, tout seul. Il ressemble à la manifestation. Beaucoup de conviction, mais peu de mobilisation ; elle promettait d'être importante, mais au Caire la lassitude l'emporte. "C'est toujours la même histoire. Israël attaque, on parle beaucoup, on ne fait rien", bâille un spectateur de la manifestation. Les voitures continuent de circuler sur la place. Les manifestants promettent déjà de revenir demain."
- Egyptian terrorists joining in? (Elder of Ziyon) - "As far as I can tell, Egyptian security did little or nothing after the last round of fire on Israel. Even if this report doesn't pan out, there is a good chance that Sinai groups will be firing towards Jewish communities."
http://elderofziyon.blogspot.fr/2012/11/egyptian-terrorists-joining-in.html

- Gaza : soutien de la Tunisie (AFP)
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/11/16/97001-20121116FILWWW00406-gaza-soutien-de-la-tunisie.php
   "Le ministre tunisien des Affaires étrangères Rafik Abdessalem se rendra samedi à Gaza, a annoncé aujourd'hui la présidence dans un communiqué qui dénonce "totalement l'agression" israélienne contre le territoire palestinien. [...] Il a exprimé la "solidarité de la Tunisie avec la lutte du peuple palestinien" avant de dénoncer "une agression barbare de l'aviation israélienne" et "le silence international qui encourage cette injustice". Marzouki a aussi appelé à une "réunion d'urgence du Conseil de sécurité" de l'ONU et à adopter "les sanctions nécessaires contre Israël"."


Réactions françaises

- Gaza : le PCF et EELV vont manifester (AFP) - petit jeu : entre le Hamas et Israël, devinez où va leur soutien.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/11/16/97001-20121116FILWWW00513-gaza-le-pcf-et-eelv-vont-manifester.php
   "Le Parti communiste français (PCF) a réclamé aujourd'hui "des sanctions contre Israël", appelant à des rassemblements et des "initiatives de protestation" en France, notamment samedi à Paris, "contre cette nouvelle guerre contre le peuple palestinien". "Le PCF appelle à des sanctions françaises et européennes contre Israël jusqu'à ce que cet État accepte de respecter les résolutions de l'ONU", écrit le PCF dans un communiqué, exprimant "son émotion et sa totale condamnation devant l'agression israélienne à Gaza". [...]
    Dans un communiqué distinct, Europe Ecologie-Les Verts estime que "les attaques aériennes israéliennes doivent cesser". "La société civile de Gaza a été et demeure la première victime des conflits", souligne-t-il. Selon le parti, "la communauté internationale ne peut plus se contenter d'appeler à la "retenue" et ou de "déplorer" les affrontements et attaques. Pour EELV, il faut coûte que coûte éviter une nouvelle opération Plomb durci comme en 2008/2009".
   "Les Nations Unies et l'Union Européenne doivent exiger la fin des bombardements et des assassinats ciblés", dit-il, de même qu'"il est crucial de se prononcer favorablement pour que la Palestine soit reconnue comme Etat non membre au sein des Nations Unies le 29 novembre". "EELV appelle à joindre le rassemblement du "Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens" [NB : il s'agit des antisionistes radicaux d'Europalestine] à Paris et dans d'autres villes de France"."

- Gaza. Quelques reflexions, Richard Prasquier (Président du CRIF)
http://www.crif.org/fr/leditorialdupresident/gaza-quelques-reflexions/33471
   "En 2008, près de 1600 missiles et roquettes ainsi que près de 1700 tirs de mortier ont été envoyés de la bande de Gaza sur le territoire d'Israël. Après une très nette diminution à la suite de l'opération Plomb Durci, les tirs ont recommencé d'augmenter.
    De janvier à fin octobre 2012, on décompte près de 600 missiles et roquettes, et plus de 200 tirs de mortier. Du 10 au 14 novembre 2012, sur 5 jours seulement, 191 tirs de roquettes ou missiles, c'est-a-dire plus que sur l'ensemble des années 2010 et 2011 réunies, ont été tirés depuis Gaza. Ceux qui prétendent qu'Israël a déclenché les opérations actuelles pour des raisons purement électorales devraient méditer ces chiffres et devraient se demander comment la France aurait réagi si un tel nombre de roquettes avait été envoyé sur notre pays par delà ses frontières; oui, je sais, ce cas de figure parait aujourd'hui loufoque, mais il y eut un temps où l'Europe n'était pas ce qu'elle est aujourd’hui. Ce qui nous semble aller tellement de soi qu'on n'y pense plus est l'obligation qui incombe à tout État, d’assurer la sécurité de ses citoyens. Israël qui a quitté la bande de Gaza il y a sept ans, en est là.
    Hier, je suis entré au mamad (pièce protégée) au cours d'une alerte une heure après être arrivé chez ma famille dans le sud. Pas d'angoisse, les petits enfants savent ce qu'ils doivent faire et ne pas faire. Non loin de là trois Israéliens ont été tués: les roquettes ne sont pas des jeux d'enfants ou des signaux de détresse envoyés au monde en raison d'une situation intolérable. Ce sont des armes de mort, doublement; qui veulent apporter la mort a l'ennemi israélien, mais aussi apporter la mort en retour, celle du Shahid en cherchant a provoquer des représailles qui vont cimenter des haines, faire oublier les énormes conflits internes, déclencher la commisération générale et renforcer les plus extrémistes. Rien à voir avec la misère ou l'injustice, uniquement la manipulation politico-religieuse, quel qu'en soit son prix humain.
    Hier soir aussi, en allant à Jaffa rencontrer les imams français, j'ai entendu le bruit de la fusée qui s'est abimée en mer à quelques centaines de mètres pour la première fois dans la zone de Tel-Aviv. D'un côté ce voyage, beau message de paix et d'espoir, de l'autre la haine inexpiable et la volonté de tuer à tout prix. Qu'on ne s'y trompe pas et qu'on ne joue pas a Ponce Pilate; tout n'est peut-être pas parfait dans la société israélienne, mais rien n'est acceptable dans la société que veut promouvoir le Hamas."

- Le Monde dépasse les bornes, David Ruzié (professeur émérite des universités, spécialiste de droit international) - "Il s’agit bien, contrairement à ce que soutiennent les adversaires d’Israël, d’une réaction proportionnée aux actions terroristes dirigées contre la population civile".
http://www.desinfos.com/spip.php?page=article&id_article=33580
   "Certains me diront qu’on le savait déjà, mais je pense que l’éditorial du numéro daté du 16 novembre est allé trop loin dans la mauvaise foi. Certes le titre de cet éditorial n’a rien de particulièrement choquant (« Tragique scénario à Gaza »), encore qu’il eut été plus exact de dire « Tragique scénario dans le sud d’Israël et à Gaza ». Mais il est vrai que l’équipe éditoriale du journal n’a cherché dans les faits que ce qui confortait sa position partisane, pourtant déjà très connue.
    Première malhonnêteté du journal du soir - nous renonçons à le qualifier de « grand », si ce n’est pour qualifier sa bassesse : Israël est accusé d’avoir, comme il l’aurait fait dans le passé, tant en 1996 (opération « Raisins de la colère ») qu’en 2008-2009 (opération « Plomb durci ») d’avoir, à nouveau, cette année, une « saison électorale » pour se livrer à une « escalade militaire ». Cette présentation de l’actuelle opération dont les journalistes de ce quotidien n’éprouvent même pas le besoin d’évoquer le nom choisi, pourtant révélateur du but poursuivi par Israël (opération « Pilier de défense »), est parfaitement malhonnête.
    C’est oublier que si, à chaque fois, des « bonnes âmes » ont critiqué la disproportion de l’action de l’armée israélienne, Israël n’a jamais été accusé d’avoir eu recours à la force en premier. Autrement dit si les adversaires d’Israël ne recouraient pas, eux, systématiquement à la force, Israël n’aurait pas à réagir. Cela a été le cas, dans le passé, et c’est, malheureusement, à nouveau le cas ces jours-ci.
    La deuxième malhonnêteté c’est de se demander « jusqu’où ira la campagne lancée le 14 novembre », avec l’assassinat du chef militaire du Hamas, sur laquelle nous reviendrons. En effet, c’est oublier que depuis le début de l’année 800 roquettes avaient été lancés sur Israël et ce n’est pas parce que les réactions israéliennes ont été limitées jusqu’à ces derniers jours qu’Israël devait continuer à voir se développer ces actions terroristes sporadiques. Samedi, un tir de missile antichar avait atteint une jeep, en lisière de la frontière de Gaza et dans la nuit de samedi à dimanche pas moins de 90 roquettes ont été lancés.
    D’ailleurs, nous nous refusons à parler de « représailles » de la part d’Israël, car le droit international qualifie de « représailles » des actions illégales, qui répondent à des actes illégaux. Or, en l’espèce, le recours d’Israël à la force n’a rien d’illégal, s’agissant d’une action de légitime défense. Et les pertes palestiniennes (parmi lesquelles il n’est pas évident de pouvoir faire le décompte exact des civils innocents) sont – heureusement – limitées. Il s’agit bien, contrairement à ce que soutiennent les adversaires d’Israël, d’une réaction proportionnée aux actions terroristes dirigées contre la population civile. [...]
    Pour en revenir à l’éditorial venimeux du journal, nous relèverons une dernière contre-vérité, quand est évoquée « la disparition progressive de la génération fondatrice du mouvement national palestinien, convertie au partage de la Palestine historique ». Rappelons que ce mouvement n’a été lancé qu’au début des années 60, par des hommes qui avaient largement atteint l’âge adulte et, qui, par conséquent, avaient manqué l’occasion d’accepter ledit partage moins de 15 ans auparavant. Décidément Le Monde, qui a certes traditionnellement, privilégié l’opinion – la sienne – à l’information ne devrait pas pour autant travestir aussi grossièrement la réalité."


Réactions internationales

- A. Merkel impute au Hamas l'escalade à Gaza (Guysen)
http://www.guysen.com/news_A_367233.html
   "La chancelière allemande Angela Merkel a imputé au Hamas l'escalade dans la bande de Gaza. ''Il n'y a aucune justification aux tirs de roquettes sur Israël, qui causent de grandes souffrances à la population civile'', déclaré un porte-parole de la chancelière. ''C'est le droit et le devoir d'Israël de défendre ses civils'', a-t-il ajouté. Berlin appelle la direction du Hamas à Gaza à cesser ses tirs sur Israël et prie le gouvernement égyptien d'user de son influence sur le Hamas pour mettre fin à l'actuel cycle de violences."

- Who started it?, Douglas Murray (The Spectator) - "there has been barely any previous mention in the British papers of the massive escalation in rocket fire into Israel in the last month or the even swifter escalation this week. Certainly no British paper or broadcaster has come close to giving these attacks the front-page publicity they grant to Israel’s response today."
http://blogs.spectator.co.uk/douglas-murray/2012/11/who-started-it/

- Anonymous s'invite dans le conflit israélo-palestinien (Le Monde.fr) - "Des dizaines d'attaques ont été lancées jeudi contre des sites officiels israéliens appartenant aux forces de défense israéliennes, au bureau du premier ministre, à des banques israéliennes ou des compagnies aériennes".
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/11/16/anonymous-s-invite-dans-le-conflit-israelo-palestinien_1792141_3218.html
- ‘Anonymous’ escalates cyber-war against Israel and pro-Israel groups, Haviv Rettig Gur (Times of Israel) - "In a widespread effort called #OpIsrael, hackers promised to take down over 40 Israeli government and military websites; AIPAC website briefly downed on Friday afternoon".
http://www.timesofisrael.com/anonymous-escalates-cyber-war-against-israel-and-pro-israel-groups/


Analyses

- Escalade à Gaza : le Hamas suicide les palestiniens, Martine Gozlan (Marianne) - "le Hamas avait tout intérêt à reprendre les tirs. Le mouvement est socialement en perte de vitesse au cœur du peuple qu’il contrôle, et détesté par une grande partie de la jeunesse palestinienne gazaoui non intégriste".
http://nosnondits.wordpress.com/2012/11/16/escalade-a-gaza-le-hamas-suicide-les-palestiniens/
   "Désespoir sans fin, sans guérison. Eternel recommencement des orages désirés par tous les nihilistes. Nuée de roquettes du Hamas : inévitable riposte israélienne. Ahmed Jabari, chef djihadiste, commandant de l’aile militaire du parti, liquidé à Gaza : maison déchiquetée en territoire israélien à Kiriat Malachi, la « ville des anges » qui s’ensanglante de 3 morts. Tel-Aviv retient son souffle : les nouveaux missiles iraniens à longue portée Fajr5 obtenus par le Hamas risquent d’atteindre le cœur de l’Etat hébreu.
    Communiqué de Tsahal : « Nous avons très sérieusement touché cette nuit les sites des Fajr5 ». C’est capital : le lancement des Fajr5 est plus complexe que celui des missiles Qassam et Grad qui tombent depuis longtemps  sur les villes israéliennes. Pourtant un Fajr5 a atteint Rishon Letzion ce jeudi à 16heures 37. C’est une grande ville israélienne située à 15 kilomètres de Tel-Aviv. Une première absolue ! Communiqué triomphal des Brigades Ezzedine al-Qassam…
    Communiqué du chef du Hamas, Khaled Meschaal, en colloque au Soudan : « L’ennemi est faible et ne l’emportera pas à Gaza ! ». Les dépêches mitraillent le décompte familier : « 7 Palestiniens, 3 Israéliens tués ». Les Frères musulmans tonnent à la sortie des mosquées du Caire : « Président Morsi, déchire le traité de paix avec l’entité sioniste ! » Les journalistes, pourtant historiens de l’instant, sont déjà tant happés par le nouveau feu qu’ils remettent à plus tard l’examen des responsabilités de l’escalade. La plupart font  néanmoins remarquer la concomitance de cette nouvelle aube de guerre avec la campagne électorale israélienne  qui s’achèvera le 22 janvier sur une possible victoire du camp de Benyamin Netanyahu.
    Ce n’est pas faux mais incomplet. De l’autre côté, le Hamas avait tout intérêt à reprendre les tirs. Le mouvement est socialement en perte de vitesse au cœur du peuple qu’il contrôle, et détesté par une grande partie de la jeunesse palestinienne gazaoui non intégriste : elle considère que l’obscurantisme lui vole sa vie. Ses tentatives de manifestation, en écho aux révoltes arabes, avaient été il y a quelques mois, farouchement interdites et réprimées. Des SOS avaient fusé sur les réseaux sociaux et bouleversé l’autre jeunesse palestinienne, celle de Ramallah.
    Le Hamas a donc joué sciemment la meilleure carte dont il dispose : celle du martyr. Il est en cela fidèle à ses textes fondateurs qui martèlent : « Nous aimons la mort autant que les juifs aiment la vie… ». Un autre choix s’offrait pourtant après la visite à Gaza, le 23 octobre, de l’émir du Qatar, venu donner 400 millions de dollars pour la reconstruction. Or c’est précisément au soir de cette escale mémorable que les tirs sur le sud d’Israël ont repris ! D’enchainement en enchainement, les attaques se sont tant multipliées que la riposte de Tsahal « Piliers de la Défense » était quasiment appelée de ses vœux par son propre ennemi : le Hamas, en effet, connait aussi bien les réflexes d’Israël qu’Israël connait les siens.
    Toute offensive persistante, dans un contexte encore aggravé aujourd’hui par les nouvelles livraisons d’armes au Hamas, sur la toile de fond des instabilités de la frontière entre Gaza et l’Egypte islamiste, induit automatiquement une riposte de Tsahal. Voici quelques jours, une trêve était négociée : elle a été immédiatement pulvérisée par de nouveaux tirs en provenance de Gaza.
    Le Hamas continue donc à suicider méthodiquement les Palestiniens. L’assassinat ciblé d’Ahmed Jabari, et, demain, d’un autre, était prévisible. Si cette liquidation ne change pas la donne sur le plan militaire – comme le fait amèrement remarquer le journal israélien de gauche Haaretz, qui a toujours été hostile à cette stratégie – elle permet au Hamas de transformer symboliquement sa défaite sanglante en victoire. Chaque nouveau mort palestinien conforte l’aura du Hamas contre celle, si fragile, du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Lui qui tentait de la restaurer en prévoyant une nouvelle demande solennelle à l’ONU d’accepter la Palestine  comme Etat non membre. La semaine passée, Abbas, sans doute sensible aux pressions de Paris qui souhaitait dans la coulisse préparer une rencontre entre lui et Netanyahu, avait fait un pas en reconnaissant implicitement l’impossibilité du droit au retour des réfugiés dans leurs anciens foyers israéliens. Aujourd’hui, tout cela est pulvérisé.
    Israël déclenchera-t-il une offensive terrestre ? Pour l’instant, le chef d’Etat-major de l’opération « Piliers de la Défense » ne la souhaite pas. Les conséquences seraient sans doute très lourdes du côté égyptien où le président islamiste ne pourrait plus faire l’économie d’une dénonciation du traité de paix. A Washington, Obama supplie chaque camp de faire preuve de « mesure ». Un mot pour l’instant intraduisible en arabe comme en hébreu."

- War of attrition in Gaza, Ron Ben-Yishai (Ynet) - "All signs suggest that Israel has set a relatively modest goal: A long-term truce, not just in terms of rocket and missile fire, but also in terms of the terrorist activity against the IDF along the Gaza border fence".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4306195,00.html
   "Operation Pillar of Defense is in the mutual attrition stage. The surprise element has already been utilized to the fullest and the IDF is attempting to crush additional targets on Palestinian territory in an effort to reduce the Palestinians' high-trajectory fire abilities, to ensure that they won't be able to launch massive long-range Fajr missiles, and to significantly reduce the number of Grad rockets with a range of up to 42 kilometers (26 miles). Another goal is targeting the rocket-launching cells, before or after the launch.
    The Gaza Strip's terror organizations, mainly Hamas and the Islamic Jihad, have learned their lesson from Operation Cast Lead and from the lessons learned by Hezbollah during the Second Lebanon War and have implemented them. As a result, even now they are succeeding in firing dozens of Grad rockets (122-millimeter Katyusha rockets) although dozens of manned and unmanned IAF aerial vehicles, as well as sophisticated observations means from the ground and sea, are watching and following them in a bid to foil the launches.
    The Hamas and Islamic Jihad's rocket-launching cells, which are likely operating according to a preplanned program, manage static launchers installed under or above the ground. The operators are not required to be near launcher when firing a rocket, which they can do from a remote place as well. In addition, they are concealed in a way that allows them to reload the launcher quickly and secretly and escape before the IDF can "come full circle" and hit them.
    For the sake of comparison, the last round of fighting – in March – saw 22 Palestinian rocket operators killed in the middle of a launch, as a result of the activity of the Canopy of Fire thwarting system. In the current operation, only one cell has been hit so far.
    In addition, as a result of the lessons learned from Operation Cast Lead and the Second Lebanon War (which were conveyed to Hamas and the Islamic Jihad from Iran), Hamas set up a control and communication system which is harder to disrupt. Thereby, members of the major Palestinian organizations can act according to an operational plan which changes constantly in accordance with instructions issued by the command centers.
    The IDF is studying the operation patterns and new means used by the large Palestinian organizations, and the Canopy of Fire system – which coordinates the targeting of rocket-launching cells – will likely be more successful in the coming days.
    Another system which has proved successful is Iron Dome. One of the reasons for the decision to postpone the operation was that the IDF wanted to make the fourth battery operational. However, we must acknowledge the fact that the batteries do not guarantee that 100% of the rockets fired into communities will be thwarted. The rocket interception system gives the political echelon a free hand and the IDF a more efficient strike, but the result will eventually be determined by the IDF's assault means.
    The operation's success will be examined not according to the military achievements on the ground, but according to the strategic and political result. All signs suggest that Israel has set a relatively modest goal: A long-term truce, not just in terms of rocket and missile fire, but also in terms of the terrorist activity against the IDF along the Gaza border fence.
    Another expectation from the operation's finale is that all guerilla and terror organizations in Gaza will commit to the truce and that Egypt will guarantee it. If Hamas turns down such an agreement, the IDF will likely consider launching a ground offensive in Gaza.
    This operation will also test the response of the region's countries, led by Egypt. At the moment, it appears that the Muslim Brotherhood regime is attempting to kick the ball away into the international arena, thus keeping the Egyptian public opinion happy while avoiding a heated conflict with Israel. This issue was most probably affected by US President Barack Obama's telephone conversation with Egyptian President Mohamed Morsi on Wednesday evening."

- Restoring Israeli deterrence, Gerald Steinberg (professor of political science at Bar Ilan University) - "If the IDF has learned the lessons of the previous efforts, including 2006 and 2008/9, this operation may lead to a significant restoration of deterrence".
http://blogs.timesofisrael.com/restoring-israeli-deterrence/
   "Israel owes its survival to effective and continuous deterrence. Confronted with uniquely narrow borders and destructive threats from all directions, the threat of large-scale response has been Israel’s most effective insurance policy. When the IDF has acted effectively to deter the threats of conventional attacks from large armies, mass terror campaigns and missiles aimed at cities, Israeli citizens have been protected.
    This deterrence did not come easily, but was gradually built in the wars from 1948 through 1973. Although the Yom Kippur war resulted in unprecedented Israeli casualties, largely due to the surprise attack and failure to pre-empt due to American pressure, the successful counterattacks that reached the outskirts of both Cairo and Damascus also created an unprecedented level of deterrence. Egyptian and Syrian leaders realized that any further full scale wars against Israel would be disastrous. As a result, the era of conventional warfare that began in the 1948 invasion reached an end, and Egypt’s military government began the negotiations that led to the 1979 peace treaty. Without deterrence, Sadat and Begin would not have signed that agreement, which has been essential for both countries during more than three decades.
    But when the deterrence image has faded, and Israel was seen as unable to use its military force, partly due to international political restraints, attacks resumed. In Lebanon, which became the launching ground for PLO terror after 1973, Israel was perceived as unable to effectively counterattack against guerrillas hidden in civilian neighborhoods. In 1982, a large Israeli operation in Lebanon and including Beirut sought to create deterrence against terrorism, but failed in this central objective. Operational failures, political incompetence, and damage caused by images of Israel air attacks on civilians led to immense pressure from Europe and also the US to halt operations before the military objectives were accomplished.
    After 1982, Israel’s ability to project deterrence against terror in different forms continued to decline. Unilateral military withdrawals in 2000 from the buffer zone in Lebanon, and from Gaza in 2005, gave further impetus to Palestinian, Hezbollah and other groups to view Israel as a fading power. They increased and expanded the scope of attacks against Israel. The effort to restore deterrence in the 2006 Lebanon war also ended without clear military accomplishments and a premature cease-fire forced by international pressure.
    In December 2008, a major round of rocket attacks from Gaza triggered a large scale counterattack against Hamas. This operation was more successful, in terms of military successes, but at the cost of greater political isolation, resulting from a campaign using alleged “human rights violations” led by powerful political NGOs, magnified in the media, and repeated in the infamous Goldstone report. Overall, Israel’s deterrence image was only marginally restored, and the rocket attacks and assaults on Israeli soldiers near the Gaza border resumed steadily and became more deadly.
    This is the essential background to the current Israeli operation targeting Hamas terror leaders and their deadly missile infrastructure. If the IDF has learned the lessons of the previous efforts, including 2006 and 2008/9, this operation may lead to a significant restoration of deterrence. On the political front of this war, the briefing for foreign ambassadors, held by Prime Minister Netanyahu in Ashkelon, was an effort to prevent repetition of the premature intervention, particularly from Europe, that was very damaging in the previous Israeli responses. In the long term, strategic deterrence remains essential for stability and perhaps, eventually, for peace."


"Processus de paix"

- L'initiative palestinienne à l'ONU contrariée, Alexandra Geneste (Le Monde) - "Si les Palestiniens sont assurés du soutien d'au moins 120 des 193 pays membres de l'ONU, ils n'ont l'appui que de 12 des 27 pays de l'Union européenne".
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/11/16/l-initiative-palestinienne-a-l-onu-contrariee_1791868_3218.html
   "[...] "La démarche palestinienne est inutilement risquée", affirme un diplomate européen, dont le pays tente en coulisses de convaincre les Palestiniens de reporter le vote à un moment "plus propice", une fois la nouvelle administration Obama nommée et les élections israéliennes de janvier passées. "Ce ne sera jamais le bon moment", se plaint une source arabe [...] Si les Palestiniens sont assurés du soutien d'au moins 120 des 193 pays membres de l'ONU, ils n'ont l'appui que de 12 des 27 pays de l'Union européenne. [...]"

- How "Moderate" Palestinians Succumb to Threats, Khaled Abu Toameh (Gatestone Institute) - "This radicalization is the direct result of decades of anti-Israel incitement and indoctrination in the Palestinian territories".
http://www.gatestoneinstitute.org/3451/moderate-palestinians-threats
   "Today there is almost no room for moderates among the Palestinians. Any Palestinian who dares to talk about compromise and peace with Israel, or even meet with Israelis, is immediately denounced as a "traitor" and "defeatist."
    Take, for example, the most recent case of Munib al-Masri, a wealthy Palestinian businessman from Nablus, the largest city in the West Bank. Known as the "Palestinian Rothschild," al-Masri has drawn strong condemnations from many Palestinians for hosting Israeli businessman Rami Levy at his home. Even Palestinian journalists have joined the campaign against al-Masri. Some 70 journalists signed a petition calling on the Palestinian media to stop calling calling al-Masri's palace by its name "The House of Palestine."
    Inspired by Andrea Palladio, the most influential individual in the history of Western architecture, The "House of Palestine" is the most expensive palace in the West Bank. It was in this palace that al-Masri met with Levy and Palestinian, Arab, Islamic, UN and EU representatives to find ways to "break the stalemate" in the Middle East peace process. The main purpose of the gathering was to "create an Arab-Islamic-Jewish alliance to impact decision-makers by launching an initiative to break the stalemate," according to a statement issued by al-Masri.
    Palestinians representing various political groups have since condemned al-Masri for promoting "normalization" with Israel by inviting an Israeli businessman to the meeting in his palace. The widespread condemnations forced al-Masri to issue a "clarification" in which he reassured Palestinians that he was "totally opposed to any economic relations with Israeli businessmen as long as Israel continued to occupy the 1967 territories." The "clarification" is yet another sign of how moderate Palestinians succumb to threats and calls for boycott.
    A few days later, Palestinian Authority President Mahmoud Abbas underwent the same experience. In an interview with Israel's Channel 2 TV station, Abbas stated that he did not want to return to his birthplace of Safed [in northern Israel], triggering an unprecedented wave of denunciations from many Palestinians who accused him of relinquishing the Palestinian refugees' "right of return" to their former villages inside Israel. Like al-Masri, Abbas later reassured Palestinians that he remained "committed to the right of return" and that he would never compromise on the rights of the refugees.
    Obviously, the Palestinians have been radicalized to a point where they are not ready to hear about any concessions to Israel or tolerate the presence of an Israeli businessman in a Palestinian city. This radicalization is the direct result of decades of anti-Israel incitement and indoctrination in the Palestinian territories -- a campaign that has been spearheaded, ironically, by the "moderate" Palestinian Authority leadership that is publicly talking about making peace with Israel."


Turquie

- Illuminating news story from last week (Elder of Ziyon) - pour rappel : la semaine dernière, la Turquie a mené une opération tuant 42 militants kurdes, soit le double de l'opération israélienne actuelle. Mais personne, ou presque, n'en a parlé.
http://elderofziyon.blogspot.fr/2012/11/illuminating-news-story-from-last-week.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam - dans Novembre 2012
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages