Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 10:35
France

- Que nous apprennent les recherches Google sur les préoccupations politiques des Français ?, Morgane Tual (Le Monde.fr) - "L'humoriste polémique Dieudonné occupe la cinquième place des recherches sur Google France, toutes catégories confondues".
http://www.lemonde.fr/pixels/article/2014/12/16/que-nous-apprennent-les-recherches-google-sur-les-preoccupations-politiques-des-francais_4541314_4408996.html

- L'avocat de Dieudonné radié du barreau (AFP) - "Il était accompagné de plusieurs personnes, dont Dieudonné, qui l'avaient bruyamment soutenu à l'audience, certains s'en prenant verbalement aux membres du conseil régional de discipline".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/12/17/97001-20141217FILWWW00024-l-ex-avocat-de-dieudonne-radie-du-barreau.php

- Les leçons du massacre de Peshawar (Le Monde éditorial) - Le Monde reproche au Pakistan de faire le tri entre "bons" et "mauvais" talibans, alors que "la lutte doit s'exercer contre l'ensemble de la mouvance" et doit viser l'éradication d'une "culture radicale dont les civils sont les victimes en fin de course". De l'autre côté, le quotidien français reproche fréquemment à Israël de mettre tous les islamistes radicaux dans le même sac et d'engager une lutte contre tous les organisations dont l'idéologie justifie le terrorisme contre les civils, et encourage au contraire de distinguer entre les "bons" islamistes (les prétendus "modérés" du Hamas) et les "mauvais" (comme le Djihad islamique par exemple). Contradiction ? Double standard ?
http://www.lemonde.fr/international/article/2014/12/17/les-lecons-du-massacre-de-peshawar_4541950_3210.html
   "[...] Face à l'impensable de Peshawar, les réactions d'horreur et d'indignation au Pakistan comme à travers le monde sonnent juste. Mais elles seraient plus convaincantes encore si les leçons du drame pouvaient en être tirées. L'armée pakistanaise, pourtant frappée en son cœur, pourra-t-elle longtemps faire l'économie d'une douloureuse mais salutaire introspection ? La guerre qu'elle mène aujourd'hui contre le TTP est sans équivoque, mais ses connexions avec d'autres groupes djihadistes soulèvent de troublantes questions. Parce que ces groupes-là frappent l'Afghanistan ou l'Inde, l'armée d'Islamabad les tolère, voire les instrumentalise pour servir ses intérêts stratégiques en Asie du Sud.
    Les prétoriens du Pakistan jouent un jeu éminemment dangereux à vouloir distinguer entre les "bons" et les "mauvais" talibans, sans voir que la lutte doit s'exercer contre l'ensemble de la mouvance. Ils laissent ainsi fleurir une culture radicale dont les civils sont les victimes en fin de course. Il faut espérer que la tragédie de Peshawar ouvre les yeux sur la nécessité de repenser le puzzle stratégique de la région. [...]"


Israël

- 2014 at the UN: 21 resolutions against Israel, 4 on rest of the world (UN Watch) - si, si... vérifiez par vous-même.
http://blog.unwatch.org/index.php/2014/12/17/2014-at-the-un-21-resolutions-against-israel-4-on-rest-of-the-world/

- French and Ukrainian immigrants to Israel outnumber Americans (Haaretz) - "Immigration from France to Israel this year will be more than double that from the United States, according to preliminary Jewish Agency figures. Based on the current pace, the number of French Jews making aliyah could top 7,000 this year".
http://www.haaretz.com/jewish-world/jewish-world-news/.premium-1.632427

- Coup de filet dans l'extrême-droite israélienne, Cyrille Louis (Le Figaro) - "Les forces de l'ordre israéliennes, souvent accusées de rester les bras croisés face aux exactions de certains groupuscules nationalistes, ont lancé mardi matin un vaste coup de filet contre l'organisation d'extrême-droite Lehava".
http://www.lefigaro.fr/international/2014/12/16/01003-20141216ARTFIG00337-coup-de-filet-dans-l-extreme-droite-israelienne.php


Gaza & Hamas

- Hamas : « Arafat nous a donné des armes pour des attaques de la Seconde Intifada », Elhanan Miller (Times of Israel) - "Les commentaires d’Al-Zahar donnent plus de crédit encore à l’affirmation que la Seconde Intifada, qui a commencé en septembre 2000 à la suite d’une visite controversée par le chef de l’opposition d’alors Ariel Sharon au mont du Temple, était moins un soulèvement spontané qu’une volonté d’Arafat de mettre le feu à la rue".
http://fr.timesofisrael.com/arafat-nous-a-donne-des-armes-pour-des-attaques-de-la-seconde-intifada/
   "Le dirigeant palestinien Yasser Arafat a permis au Hamas de perpétrer des attaques terroristes contre Israël à la suite de l’échec de négociations de paix de Camp David en juillet 2000, et a transféré des armes au groupe terroriste islamiste à travers une organisation auparavant inconnue à Gaza, a déclaré un haut responsable du Hamas. Mahmoud al-Zahar, l’un des sept fondateurs du Hamas et son ancien ministre des Affaires étrangères, a expliqué le contexte historique des négociations de réconciliation avec le Fatah dans un entretien de dimanche avec Al-Aqsa, la chaîne télévisée de son mouvement.
    A la suite de six années de persécution politique par l’Autorité palestinienne commencée en 1994, a-t-il déclaré, Yasser Arafat est venu à la conclusion que les négociations de paix avec Israël étaient futiles, alors que les négociations pilotées par le président américain Bill Clinton étaient rompues. Israël et Clinton ont ensuite critiqué Arafat pour l’échec des négociations, qui ont été suivies par le début de la Seconde Intifada et une violente série d’attaques à la bombe sur Israël. « [Arafat] a envoyé quelqu’un à l’Agence de Sécurité Préventive au Sheikh Salah Shehadah qui lui a dit : "Je n’ai pas de problèmes pour que le Hamas mène des opérations" », al-Zahar a déclaré. Shehadah était un chef terroriste du Hamas tué en 2002 en Israël.
    Plus tard, un groupe armé auparavant inconnu a fait son apparition à Gaza, se faisant appeler les Forces Omar Al-Mukhtar. Les dirigeants du Hamas étaient partagés quant à savoir comment traiter le nouveau groupe, a-t-il continué. Certains croyaient qu’Omar Al-Mukhtar était lié à Israël, tandis que d’autres préconisaient de profiter du moment pour mener des attaques conjointes avec le groupe ou en utilisant ses armes pour les attaques du Hamas.
    Le Hamas a finalement décidé de prendre les armes, y compris des lance grenades anti-tanks RPG, d’Omar Al-Mukhtar qui ont fini par être une arme de l’Autorité palestinienne et du Fatah à Gaza, a déclaré al-Zahar. « [Israël] a dit à Abu-Ammar (Arafat) : ‘Ecoute, nous ne t’avons pas ramené pour faire ce genre de choses’, puis ensuite il y a eu le siège [du bâtiment d’Arafat à Ramallah], la Cisjordanie a été réoccupée et on s’est débarrassé de lui ».
    Les commentaires d’Al-Zahar donnent plus de crédit encore à l’affirmation que la Seconde Intifada, qui a commencé en septembre 2000 à la suite d’une visite controversée par le chef de l’opposition d’alors Ariel Sharon au mont du Temple, était moins un soulèvement spontané qu’une volonté d’Arafat de mettre le feu à la rue. De nombreux officiers israéliens ont affirmé qu’Arafat avait été l’instigateur de la Seconde Intifada, en partie pour faire oublier les critiques sur son refus de progresser vers un accord de paix total dans les négociations de Camp David.
   « Si ce [changement de politique par Arafat] devait améliorer sa position dans les négociations ou si cela constituait un changement réel, Dieu seul le sait, mais il n’y a plus eu de persécution du [Hamas par l’Autorité palestinienne], » a conclu al-Zahar. [...]"
- Hamas admits Arafat told them to bomb Jews (Elder of Ziyon) - "Hamas leader Mahmoud Zahar admits that Hamas' role in the second intifada of suicide bombings and other terror attacks was done with the blessings of Nobel Peace Prize winner Yasser Arafat".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/12/hamas-admits-arafat-told-them-to-bomb.html
   "Hamas leader Mahmoud Zahar admits that Hamas' role in the second intifada of suicide bombings and other terror attacks was done with the blessings of Nobel Peace Prize winner Yasser Arafat. In a video interview, Zahar says that Arafat gave Hamas the green light to launch terror attacks after the failure of the Camp David summit in 2000 - not after Sharon's visit to the Temple Mount. Some Hamas leaders thought that this was one of Arafat's tricks to entrap Hamas and give information to Israel about them, but others were convinced when Arafat transferred RPGs to them. The cooperation was given the code name "Ammar al-Mukhtar."
   (Zahar also claims to have met Yitzchak Rabin along with a Fatah official during the Oslo process, and that it was a awkward meeting because it was about security cooperation with Israel which Hamas had no interest in.)"


Judée-Samarie

- Poll: Under Abbas, most Palestinians say they can't speak freely (Haaretz) - "Critics say that after a decade in power, President Mahmoud Abbas is overseeing a largely authoritarian system with shrinking room for dissent".
http://www.haaretz.com/news/middle-east/1.632304

- Kerry Recycles Discredited Claim That West Bank Mosque Fire Was ‘Indefensible Price Tag Attack’ (Algemeiner) - "US Secretary of State John Kerry has described a fire that broke out in a mosque in the West Bank village of Mughayer, near Ramallah, on November 12 as an “indefensible price tag attack” carried out by Jewish settlers, despite the conclusion reached by an Israeli firefighters investigation that the cause of the blaze was an electrical fault".
http://www.algemeiner.com/2014/12/16/kerry-recycles-discredited-claim-that-west-bank-mosque-fire-was-indefensible-price-tag-attack/

- Five puzzles about occupation and settlements: questions for Geneva, Eugene Kontorovich (professor at Northwestern University School of Law and expert on constitutional and international law) - Extrait : "The prohibition on “settlers” applies to the entire “civilian population” of the occupier, and makes no exceptions based ethnicity. Yet in the context of Israel, “settlement activity” by Israelis of non-Jewish ethnicity does not meet with international condemnation. Conversely, the movement of new immigrants from third-countries does meet with accusations of illegality in the Israeli context, even though they do not seem to be part of the relevant “civilian population.” A further clarification of this issue would be very helpful to understand a variety of settlement related questions that no one is asking, from Russian liability for settlements in Georgia, to whether British and other European residents of Northern Cyprus can be considered “illegal settlers”."
http://www.washingtonpost.com/news/volokh-conspiracy/wp/2014/12/17/five-puzzles-about-occupation-and-settlements-questions-for-geneva/


"Processus de paix"

- Les Palestiniens vont présenter à l’ONU un texte inspiré par la France (AFP) - "Le ministre n’a pas indiqué si le projet de résolution inclura une clause sur une date butoir pour le retrait israélien, que les Palestiniens réclament d’ici deux ans. Riyad al-Malki a en revanche indiqué que la France avait retiré la clause controversée portant sur une reconnaissance par les Palestiniens d’Israël comme Etat juif. Selon lui, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius « a confirmé que cette question ne serait pas incluse dans le projet de résolution »."
http://fr.timesofisrael.com/onu-les-palestiniens-disent-quils-soumettent-leur-texte-mercredi/
- Israël s'alarme de l'offensive diplomatique palestinienne, Cyrille Louis (Le Figaro) - «Nous jugeons cette initiative dangereuse car elle offre aux Palestiniens la garantie d'obtenir leur État au terme de cette période, sans avoir à faire la moindre concession».
http://www.lefigaro.fr/international/2014/12/17/01003-20141217ARTFIG00414-israel-s-alarme-de-l-offensive-diplomatique-palestinienne.php
   "[...] Si le projet de texte diffusé par Ramallah, qui somme Israël d'évacuer ce territoire d'ici à novembre 2016, n'a aucune chance d'être adopté, le département d'État indique «ne pas avoir pris de décision» s'agissant de la version plus «équilibrée» rédigée par la France. «L'époque du veto automatique brandi par les États-Unis touche progressivement à sa fin», observe Alon Pinkas, ancien consul général d'Israël à New York, dans le quotidien Yedioth Ahronot.
    Aux yeux des dirigeants israéliens, la proposition française n'est pourtant guère plus acceptable que le texte initialement avancé par les Palestiniens. [...] Le texte invite à conclure les négociations dans une période de deux ans. «Nous jugeons cette initiative dangereuse car elle offre aux Palestiniens la garantie d'obtenir leur État au terme de cette période, sans avoir à faire la moindre concession», estime un diplomate israélien. [...]"

- Why Do 80% of Palestinians Support Murder?, Moshe Phillips & Benyamin Korn (JNS) - "The constant incitement by Palestinian Authority President Mahmoud Abbas and other Palestinian leaders, including declarations praising terrorists as heroes and accusing Israel of desecrating Muslim religious sites, have created an atmosphere in which support for murdering Jews has become the norm".
http://www.jns.org/latest-articles/2014/12/11/why-do-80-of-palestinians-support-murder
   "In most parts of the world, it’s not easy to find a major issue on which 80 percent of the population agrees. An election victory in the United States is considered a “landslide” if the winner receives more than 60 percent of the vote, such as Richard Nixon winning 65 percent of the vote against George McGovern in the 1972 presidential race. But among Palestinian Arabs in Judea and Samaria (the West Bank) and Gaza, it turns out there is one issue on which there is more support than any other: randomly murdering Israeli Jews.
    The Palestinian Center for Policy and Survey Research last week asked a sample of 1,270 Palestinian Arab adults in the territories what they thought of the recent wave of attacks in which Palestinians stabbed Israelis or ran them over with their cars. Eighty percent responded that they support such attacks. Note that the respondents weren’t talking about theoretical future attacks. They were commenting on recent attacks which they know all about. Here is what they are endorsing:
    —Ramming a car into a crowd at a train station in Jerusalem. The fatalities included a 3-month old infant.
    —Stabbing an unarmed young woman standing at a bus stop in Gush Etzion.
    —Axing and machine-gunning four rabbis at prayer in a Jerusalem synagogue.
    Could the 80 percent endorsement be a fluke? A one-time aberration? A momentary lapse in good judgment, spurred by recent tensions? Hardly. There is a remarkable consistency in Palestinian public opinion. The same polling institution surveyed 1,200 Palestinians in the territories in late September and found that 80 percent support resuming the firing of rockets from Gaza into Israel.
    Why is it that 80 percent of Palestinians embrace the brutal murder and terrorization of Israeli civilians? Three reasons stand out. First, there is the general brutality of Palestinian Arab society. Violence by relatives against women suspected of immorality, violence by Muslim extremists against Christian Arabs, violence by the Palestinian Authority regime against dissidents—it’s all commonplace in the territories. That makes it easier for the average citizen to see violence as acceptable.
    Second, there is a sense that violence works. Kidnapping Israelis led to the release of thousands of Palestinian terrorists from prison. Decades of bombings and hijackings led to widespread international support for Palestinian statehood. The recent attacks in Jerusalem have led to calls to redivide the city (including, most recently, by U.S. Mideast envoy Martin Indyk).
    Third, and perhaps most important, is the influence of anti-Israel and anti-Jewish incitement by the Palestinian leadership. U.S. Secretary of State John Kerry correctly pointed out that the Jerusalem synagogue slaughter was “a pure result of incitement.” The constant incitement by Palestinian Authority President Mahmoud Abbas and other Palestinian leaders, including declarations praising terrorists as heroes and accusing Israel of desecrating Muslim religious sites, have created an atmosphere in which support for murdering Jews has become the norm.
    The normally alleged justification for Palestinian violence—a reaction to “the occupation”—does not stand up. Since 1995, more than 95 percent of Judea and Samaria-based Palestinians have lived under the administration of the Palestinian Authority, which controls all aspects of Palestinian life except for visas and external security. And since 2005, Palestinians in Gaza have controlled even those aspects.
    The Oslo Accords were supposed to have put an end to all that. Palestinian leaders were supposed to educate the public to embrace peace. They promised to change the hearts and minds of average Palestinians, to raise a generation ready to live in peace with Israel. Instead, they decided to do exactly the opposite. And as the new poll demonstrates, they succeeded."


Jordanie

- Jordanian antisemitic "flash mob" (Elder of Ziyon) - la vidéo illustre parfaitement le fait que l'obsession paranoïaque contre la "corruption" d'Al-Aqsa par les Juifs a cours jusque sur les campus étudiants en Jordanie, et est disponible ici.
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/12/now-even-elderly-jews-are-storming-al.html
   "Students at the University of Jordan show us, in an antisemitic street theater they call a "flash mob." It shows a "Jewish" person attacking a model of the Dome of the Rock and being stopped by valiant Arabs with sticks and rocks. Then, most tellingly, it shows a "Jew" taking selfies of himself in front of the Dome and then being attacked by incensed Muslims as well.
    Women sweep up the area, presumably to cleanse it of the Jewish filth that desecrated it. A young man with a slingshot gets shot by "Israeli police." A stereotypical "religious Jew" holds up a  sign that seems to say that the Temple Mount is Jewish, while Muslims hold up their own signs. Just another day of antisemitic incitement at a "moderate" Arab university."

- Jordanian paranoia over "Jewish state" bill (Elder of Ziyon) - "When Jordanian politicians say they are against the proposed "Jewish state" law in Israel, they aren't saying that because they love Palestinian Arabs. They are saying it because they hate them". Un article assez marrant sur le délire des Jordaniens... et l'absence totale d'unité d'intérêts entre les "Palestiniens" de Jordanie et les autres.
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/12/jordanian-paranoia-over-jewish-state.html


Monde arabe

- Les dernières juives d’Egypte, des dinosaures malgré elles, Nadéra Bouazza (Slate.fr) - "La création de l’Etat d’Israël conjuguée à la montée du nationalisme, incarnée par la figure de Gamal Abdel Nasser, a poussé de nombreux juifs arabes à quitter leur terre natale. Aux premières loges du conflit, les juifs d’Egypte, dont la présence était plurimillénaire, se trouvaient en porte-à-faux entre l’anti-impérialisme de Nasser et l’accusation tacite de soutenir l’ennemi hébreu" ; "le 23 novembre 1956 est publiée une proclamation mentionnant que tous les Juifs sont des sionistes et des ennemis de l'Etat, et qu'ils seront bientôt expulsés".
http://www.slate.fr/story/94553/dernieres-juives-egypte
   "[...] La communauté juive, telle une famille de diplodocus, s’est réduite progressivement comme peau de chagrin, jusqu’à la guerre des Six jours. Moins d’une semaine de manœuvres militaires, opposant une coalition arabe à Israël, qui allait sceller le sort des juifs de la région. «Jusqu’à la guerre de 1967, mes copines partaient, on ne savait pas pourquoi. Je sentais que la famille se réduisait de jours en jours. J’étais petite, je ne posais pas de question. Une histoire sans paroles. J’ai commencé à prendre conscience de ce qu’il se passait lorsque mes cousins sont partis. Mes grands-parents pleuraient alors. Je ne comprenais pas pourquoi.»
    La mère de Magda, elle, a décidé de rester. Son mari, comme tous les hommes de la communauté âgés de 18 à 60 ans, avait été interné pendant la guerre israélo-arabe de 1967. Sans lui, elle se refusait de quitter le pays. «Ma mère avait la carte d’identité française en poche, elle aurait pu fuir. Elle n’a pas fait ce choix.»
    La création de l’Etat d’Israël conjuguée à la montée du nationalisme, incarnée par la figure de Gamal Abdel Nasser, a poussé de nombreux juifs arabes à quitter leur terre natale. Aux premières loges du conflit, les juifs d’Egypte, dont la présence était plurimillénaire, se trouvaient en porte-à-faux entre l’anti-impérialisme de Nasser et l’accusation tacite de soutenir l’ennemi hébreu. Leur apport intellectuel avait été majeur pour le pays tant au Moyen Age qu’à l’époque contemporaine. Comme ailleurs dans le monde arabe, ces juifs que la tradition biblique associe au passé pharaonique ont connu, au siècle dernier, le temps du déchirement.
    Gudrun Kramer et Alfred Morabia l’expliquent dans l’ouvrage collectif Les Juifs du Nil : «L’anticolonialisme nationaliste vit dans les juifs des bénéficiaires de la domination étrangère et de l’ingérence du capitalisme européen dans le pays ; (…) le conflit palestinien servait de catalyseur, puisqu’il ramenait les différentes optiques sur un dénominateur commun. (…)» [...]
    Sous la monarchie, la communauté juive jouissait d’une place confortable dans la société égyptienne. Estimés à plus de 60.000 en 1920, ses membres étaient pour la plupart issus de la classe moyenne du Caire et d’Alexandrie : ils occupaient des postes dans la culture, l’enseignement, des ministères, des banques. On les trouvait tout autant au sein des couches populaires. Beaucoup se remémorent ces années, le sourire triste. Avec le temps leurs souvenirs deviennent plus impénétrables. La nostalgie de l’Egypte du roi Farouk ne s’observe d'ailleurs pas seulement dans la communauté juive: elle habite de nombreux Egyptiens qui regrettent ce temps où Le Caire «cosmopolite» était une ville à taille humaine, bordée d’arbres à fleurs et où les femmes, dit-on, avaient la liberté de s’habiller en mini-jupe.
    Comme sur un graphique, l’histoire contemporaine des juifs se découpe en trois temps, selon l’historien Gudrun Kramer : «Une courbe montante durant la seconde partie du XIXe siècle, avec pour point culminant les années 1920-1930; puis commençant à décliner lentement à partir des années 1940 ; pour ensuite retomber en pente raide au milieu de la décennie suivante.» Le milieu de la décennie suivante, c'est 1956 : quand le 23 novembre 1956 est publiée une proclamation mentionnant que tous les Juifs sont des sionistes et des ennemis de l'Etat, et qu'ils seront bientôt expulsés. [...]
    Contentes de célébrer Rosh Ha-Shanna, Vicky, Magda et toutes les autres se définissent comme Egyptiennes. Une identité mise à l’épreuve durant la deuxième moitié du XXe siècle: les Egyptiens juifs sont progressivement devenu des juifs d’Egypte. Magda espère que le film corrigera l’image de «cinquième colonne» qui leur a été accolée par la propagande nationale : «Les personnes qui ne nous connaissent pas ne peuvent pas imaginer que nous sommes juives. Pendant des années on nous a présentés comme des sorcières, des espionnes. Je veux que les Egyptiens redécouvrent leur histoire, se réconcilient avec le passé, et leurs minorités.» Mais comment transmettre une mémoire alors que la communauté se réduit d’année en année ? [...]"


Europe

- Etat palestinien : pas de vote à Strasbourg (Reuters) - "Le Parti populaire européen (PPE) de centre droit, le groupe le plus important au Parlement, et l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe (Alde) ont estimé qu'une telle reconnaissance ne pouvait se concevoir que dans le cadre d'un accord négocié avec Israël".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/12/16/97001-20141216FILWWW00295-etat-palestinien-pas-de-vote-a-strasbourg.php
   "Les députés européens ne se prononceront pas demain sur la reconnaissance d'un Etat palestinien mais voteront une motion de compromis sur la poursuite des négociations israélo-palestiniennes.
    Les élus sociaux-démocrates, Verts et de gauche souhaitaient à l'origine un vote symbolique sur une reconnaissance par les 28 d'un Etat de Palestine, à la suite d'initiatives similaires en Grande-Bretagne, en France, en Irlande et en Espagne. Le Parti populaire européen (PPE) de centre droit, le groupe le plus important au Parlement, et l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe (Alde) ont cependant estimé qu'une telle reconnaissance ne pouvait se concevoir que dans le cadre d'un accord négocié avec Israël.
    A la suite de consultations aujourd'hui, un accord a été trouvé sur un texte de compromis qui appuie une solution négociée à deux Etats (Israël et Etat palestinien) et préconise la poursuite des négociations de paix. Le vote sur cette résolution non contraignante sera organisé demain à Strasbourg, peu après midi."

- Le Parlement luxembourgeois demande au gouvernement de reconnaître l’État palestinien (AFP)
http://fr.timesofisrael.com/le-parlement-luxembourgeois-demande-au-gouvernement-de-reconnaitre-letat-palestinien/
   "Le Parlement luxembourgeois a voté mercredi une motion demandant au gouvernement de Xavier Bettel de reconnaître « formellement » l’État palestinien, suivant l’exemple dans l’UE des parlements français, britannique, espagnol, irlandais et portugais. La motion invite le gouvernement à « reconnaître formellement l’État de Palestine dans les frontières de 1967 uniquement modifiées moyennant accord des deux parties, au moment qui sera jugé le plus opportun ».
    Elle a été adoptée par les trois partis de la majorité, libéral, socialiste et les verts, et les voix des deux députés d’extrême gauche. Lors des débats, Jean Asselborn, le ministre socialiste des Affaires étrangères a salué cette initiative. Le parti chrétien social s’est abstenu et trois députés de la droite populiste, l’ADR, ont voté contre le texte, proposé par le député socialiste Marc Angel, qui préside la commission parlementaire des affaires étrangères. [...]"

- Le Hamas sort de la liste des organisations terroristes de l'UE, pour « vice de procédure » (AFP & Reuters) - "Le tribunal avait été saisi par le Hamas".
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2014/12/17/la-justice-europeenne-fait-retirer-le-hamas-de-la-liste-des-organisations-terroristes-de-l-ue_4541819_3218.html
   "La justice européenne a annulé mercredi 17 décembre, pour « vice de procédure », les décisions du Conseil européen maintenant le Hamas sur la liste des organisations terroristes de l'Union européenne. Le Tribunal de l'Union européenne, la deuxième juridiction des Vingt-Huit, a néanmoins maintenu temporairement les mesures à l'encontre du mouvement palestinien, dont le gel de ses fonds, pour une période de trois mois ou le temps que les possibilités d'appel soient épuisées.
    Dans un communiqué, le tribunal explique son jugement par le fait que les décisions du Conseil étaient fondées « non pas sur des faits examinés et retenus dans des décisions d'autorités nationales compétentes, mais sur des imputations factuelles tirées de la presse et d'Internet ». Le tribunal avait été saisi par le Hamas. La justice européenne précise que cette annulation « n'implique aucune appréciation de fond sur la question de la qualification du mouvement Hamas de groupe terroriste ».
    Le Conseil a trois mois pour prendre une nouvelle décision de gel des fonds, ou deux mois pour se pourvoir en appel auprès de la Cour de justice de l'Union contre cette décision, ajoute le Tribunal dans un communiqué.
    Le tribunal ne retient pas, cependant, l'argument du Hamas. Celui-ci soutenait, selon la juridiction européenne, qu'il ne pouvait pas être inscrit sur une liste d'organisations terroristes, « car il était un gouvernement légitimement élu ». [...]"
- Le Hamas, "toujours une organisation terroriste" pour l'UE (AFP) - "le Tribunal a ordonné le maintien temporaire du gel des avoirs du Hamas dans l'UE".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/12/17/97001-20141217FILWWW00191-le-hamas-toujours-une-organisation-terroriste-pour-l-ue.php
   "L'Union européenne "considère toujours le Hamas comme une organisation terroriste", et envisage de faire appel de la décision de la Cour de justice de le retirer de sa liste noire, a indiqué aujourd'hui la Commission. Ce retrait "est une décision légale et non une décision politique prise par les gouvernements de l'UE", qui "prendra en temps voulu les actions correctives appropriées, y compris un appel éventuel", a déclaré la Commission dans un communiqué.
   "L'Union européenne considère toujours le Hamas comme une organisation terroriste", a souligné lors d'un point de presse Maja Kocijancic, porte-parole de la Commission en charge des Affaires étrangères. "La décision légale est clairement fondée sur des questions de procédure et n'implique aucune évaluation par le Tribunal des raisons de fond de la désignation du Hamas comme organisation terroriste", a-t-elle insisté.
    Elle a rappelé que le Tribunal avait ordonné le maintien temporaire du gel des avoirs du Hamas dans l'UE découlant de son inscription depuis 2011 sur la liste terroriste de l'UE. "Dans le cas d'un appel", que l'UE a deux mois pour interjeter, ces "mesures restrictives restent en place" jusqu'à la décision de la Cour, a-t-elle rappelé. [...]"
- Le Hamas se félicite de son retrait de la liste des organisations terroristes de l'UE (AFP)
http://www.lepoint.fr/monde/le-hamas-se-felicite-de-son-retrait-de-la-liste-des-organisations-terroristes-de-l-ue-17-12-2014-1890424_24.php
   "[...] "C'est une victoire pour la question palestinienne et les droits de notre peuple", a affirmé un porte-parole du Hamas à Gaza, Fawzi Barhoum. "Nous remercions le tribunal de l'Union européenne pour cette décision positive qui doit être suivie par des mesures internationales pour mettre fin à l'oppression du peuple palestinien", a ajouté le porte-parole. [...]"
- Israël exige que l'UE replace le Hamas sur sa liste des organisations terroristes (AFP)
http://www.lepoint.fr/monde/israel-exige-que-l-ue-replace-le-hamas-sur-sa-liste-des-organisations-terroristes-17-12-2014-1890463_24.php
   "[...] "Nous ne nous satisfaisons pas de l'explication européenne selon laquelle le retrait du Hamas de cette liste des organisations terroristes relève d'une question technique. Nous voulons que les Européens remettent immédiatement le Hamas sur cette liste", a affirmé Benyamin Netanyahou dans un communiqué de son bureau. "Le Hamas est une organisation terroriste meurtrière dont le programme prévoit la destruction d'Israël comme objectif", a ajouté le Premier ministre. [...]
    Du côté israélien, un haut responsable du ministère des Affaires étrangères, Aviv Shiron, a prévu que "le Hamas restera en fin de compte sur la liste des organisations terroristes". "Il y a déjà des pays européens qui se préparent à présenter des appels" à la décision du tribunal, a-t-il dit à la radio publique. [...]"


Monde

- La femme du terroriste islamiste et antisémite de Sydney approuve la Shoah et le terrorisme (Philosémitisme) - Amirah Droudis [d'origine grecque et convertie à l'islam] : "Yes, we are happy about the punishment of September 11. Yes, we are happy about the punishment in Bali. Yes, we are happy about the punishment of the Holocaust and any other punishment that God sends to us."
http://philosemitismeblog.blogspot.fr/2014/12/la-femme-du-terroriste-islamiste-et.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages