Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 15:42
France

- Du neuf avec du vieux, Alain Korkos (Arrêt sur Images) - "Il est des discours que l'on ressasse, encore et encore. Des propagandes qui utilisent depuis des dizaines voire des centaines d'années les mêmes arguments nauséabonds, les mêmes images sordides. Ainsi, la haine du Juif en 2013 est la même que celle de 1893 ou des années 40. On fait du neuf avec du vieux. Démonstration par l'exemple".
http://www.arretsurimages.net/chroniques/2013-10-15/Du-neuf-avec-du-vieux-id6208


Gaza & Hamas

- For under-pressure Hamas, a new ‘Gilad Shalit’ is the best hope, Avi Issacharoff (Times of Israel) - "Motivation to kidnap an Israeli soldier grows, as funding for the Islamist group’s Gaza government evaporates, and it takes a pounding from the PA in the West Bank".
http://www.timesofisrael.com/hamas-is-on-the-rocks-hoping-for-a-new-gilad-shalit/

- Hamas accuses Egypt of firing at Gazans over the border (Elder of Ziyon) - "Hamas has been waging a rhetorical campaign against the Egyptian army, and according to the army, a military campaign as well, which Hamas strenuously denies. It is nearly impossible to find out the truth of what is really going on, except that the Egyptian military government really, really hates Hamas, and the feeling is mutual".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/10/hamas-accuses-egypt-of-firing-at-gazans.html


Judée-Samarie

- Suspected Palestinian terrorist shot dead trying to enter IDF base in West Bank, Yaakov Lappin (JP)
http://www.jpost.com/National-News/Palestinian-terrorist-shot-dead-trying-to-enter-IDF-base-in-West-Bank-329043
   "A Palestinian terrorist was shot dead after trying to enter an IDF base in the West Bank by breaching the base's fence with a tractor, the army said on Thursday evening. According to an initial report from the IDF, Younis Obaidi from Beit Hanina drove the tractor towards a base near Al-Ram, southeast of Ramallah, ramming the mechanical digger through a gate in the base's perimeter fence. "A Palestinian ... posed an immediate life threat to soldiers nearby. They opened fire towards the suspect and reported a direct hit," an IDF spokeswoman said. An IDF soldier was lightly injured by the tractor.
    Obaidi's brother, Mir'i Radeideh, also attempted to carry out a terrorist attack with a tractor, in March 2009. Radeideh attempted to run over two policemen in a police car in Jerusalem in March 2009. He was also shot to death. Obaidi arrived at the base and directed his vehicle towards the IDF soldier guarding its entrance, according to a Channel 2 report. The guard entered into the base to ask if the tractor had authorization to enter.
    At this point, Obaidi took advantage of the guard's absence and drove through the entrance barrier of the base and started driving quickly inside the base. The guard began to chase the tractor and yelled for him to stop but Obaidi continued, recklessly hitting vehicles parked inside the base. An officer joined the first soldier and the two fired at the tractor driver, seriously injuring him. Obaidi passed away from his wounds shortly thereafter. The IDF was investigating the circumstances of the attack."
- Bulldozer attack on Israeli base joins sequence of terror that can no longer be ignored, Amos Harel (Haaretz) - "Three Israelis were killed in five terror attacks over the course of a few weeks; for Israel, a threshold has been reached".
http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/.premium-1.553135

- Cette photo fera-t-elle la une des médias ? (JSS) - "Pour l’anecdote, la photo a été prise ce matin, dans une ville qualifiée d’« apartheid » par les médias occidentaux : Hébron".
http://jssnews.com/2013/10/16/cette-photo-fera-t-elle-la-une-des-medias-ou-meme-nimporte-quelle-autre-page/


"Processus de paix"

- Netanyahu: I need a partner to make peace, Tovah Lazaroff (JP)
http://www.jpost.com/Diplomacy-and-Politics/Netanyahu-I-need-a-partner-to-make-peace-328807
   "Prime Minister Binyamin Netanyahu called Palestinian Authority President Mahmoud Abbas on Tuesday with good wishes for Id al-Adha, even as he bemoaned the PA leader’s absence as a peace partner. “The other side is also needed,” Netanyahu said during a spontaneous speech he delivered at a ceremony in the Knesset marking the 40th anniversary of the Yom Kippur War.
    During the prepared address that opened the ceremony, Netanyahu mentioned briefly that Israel was working hard to come to an agreement with the Palestinians. But he took the podium again at the end of the ceremony to respond to charges by Meretz chairwoman Zehava Gal-On and Kadima chairman Shaul Mofaz that he was to blame for the absence of a peace deal. “I’ve been told, “It is all up to you, because you promised peace,’” Netanyahu said. “But we also need a partner.”
    As examples of such partnerships, he cited former prime minister Menachem Begin and former Egyptian president Anwar Sadat, as well as former prime minister Yitzhak Rabin and former Jordanian king Hussein. “I am not under the illusion that this will be easy. I am determined to do my best to succeed. But this is not just dependent on the Israeli side, just as it was not only up to the five prime ministers who preceded me since the start of the Oslo process.... The other side is also needed,” he said.
    Although the two leaders traditionally exchange holiday greetings over the telephone, Netanyahu and Abbas have not met face-to-face since 2010. [...]"

- Iran the main obstacle to peace with Palestinians, PM says, Haviv Rettig Gur (Times of Israel)
http://www.timesofisrael.com/iran-the-main-obstacle-to-peace-with-palestinians-pm-says/
   "[...] “Iran is a large empire,” Netanyahu explained to MKs assembled in the plenum for the Knesset’s 40-year commemoration of the Yom Kippur War. “Its offshoots are arrayed throughout the Middle East. It sends them against us. It is in de facto control of Syria, it controls Lebanon, it controls half the Palestinians through Hamas.” Iran’s leaders “have no interest in compromise or an agreement,” Netanyahu added. “They have the power to control any territory we withdraw from. Their goal is to remove us from here. That’s their publicly stated agenda.” When Israel “withdrew from Gaza, they took over. When we withdrew from Lebanon, they took over. They don’t want peace. They’re the dominant power” in the region.
    The consequences of Iranian expansionism for peace are profound, he said. “We can’t say that we will make an agreement alone, or that we’ll have an agreement” with Palestinian Authority President Mahmoud Abbas, Netanyahu said. “Iranian nuclear weapons will threaten the existing peace treaties with our neighbors and [any] peace [achieved] with the half of the Palestinian people who are led by a government that is not calling for our destruction.” [...]"

- Israël : Peres et Netanyahu divergent sur les négociations avec les Palestiniens (AFP) - Nétanyahou : "[Un accord de paix] nécessite que la future frontière de sécurité passe par la vallée du Jourdain comme l'avait demandé Yitzhak Rabin lors de son dernier discours au Parlement quelques semaines avant son assassinat".
http://fr.news.yahoo.com/isra%C3%ABl-peres-netanyahu-divergent-n%C3%A9gociations-palestiniens-161826336.html
   "[...] "Ceux qui se font des illusions sur le fait que le statu quo entre les Palestiniens et nous peut continuer seront victimes de leurs illusions", a prévenu le président Peres pendant la cérémonie annuelle organisée au cimetière du mont Herzl à Jérusalem, où repose M. Rabin, tué en 1995.
   "Les dirigeants politiques sont jugés par les objectifs qu'ils fixent à leur peuple et par la manière dont ils atteignent ces objectifs, même lorsque la réalité est difficile", a ajouté M. Peres en présence de M. Netanyahu, qui a récemment durci le ton envers les dirigeants palestiniens. "Rabin a été été assassiné mais la nécessité de prendre des décisions historiques persiste (...) La paix n'est pas un luxe", a insisté M. Peres, un des principaux artisans des accords d'Oslo conclus avec l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) en 1993 alors qu'il était ministre des Affaires étrangères du gouvernement dirigé par Yitzhak Rabin.
    M. Netanyahu, qui s'était opposé aux accords d'Oslo, a répliqué au président Peres : "Vous avez à juste titre affirmé que l'on fait la paix avec ses ennemis, mais l'on fait la paix avec des ennemis qui veulent la paix". "Des ennemis qui ne veulent pas la paix et veulent nous effacer de la carte ne sont pas des candidats à la paix", a affirmé M. Netanyahu, qui accuse régulièrement les dirigeants palestiniens de ne pas vraiment tenir à faire la paix.
   "Nous devons faire en sorte de ne pas céder à ces ennemis un pouce des terres qui se situent au coeur d'Israël", a-t-il insisté. "Nous ne voulons pas de satellites iraniens en Judée-Samarie (Cisjordanie) comme c'est déjà arrivé à nos frontières", a ajouté le Premier ministre lors d'un autre discours au Parlement réuni pour commémorer la mémoire d'Yitzhak Rabin. "Cela nécessite que la future frontière de sécurité passe par la vallée du Jourdain comme l'avait demandé Yitzhak Rabin lors de son dernier discours au Parlement quelques semaines avant son assassinat", a estimé M. Netanyahu, qui a exigé une présence militaire israélienne dans cette région dans le cadre de tout accord de paix, ce que les Palestiniens rejettent.
    Cette exigence est d'autant plus justifiée, selon lui, "avec la montée en force de l'islam extrémiste et les émissaires de l'Iran qui ont pris le contrôle de territoires que nous avons évacués à Gaza et au Liban". Il faisait notamment allusion aux islamistes du Hamas, qui contrôlent la bande de Gaza. [...]"

- PA rejects Israeli ‘leasing’ proposal for Jordan Valley (Times of Israel)
http://www.timesofisrael.com/pa-rejects-israeli-leasing-proposal-for-jordan-valley/
   "As part of ongoing peace talks, Israeli negotiators offered to transfer sovereignty of the Jordan Valley to the Palestinian Authority, which would in turn lease it back to Israel. Palestinian representatives rejected the idea out of hand, the Maariv daily reported. “No Israeli soldier will be there,” Palestinian National Council member Hanan Ashrawi told Maariv. “We will not agree [to let Israel] control or lease lands. We will not take part in redefining the Israeli occupation.”
    Israel signed a similar leasing agreement with Jordan as part of the 1994 peace accords, in which Israel acknowledged Jordanian sovereignty over 300 square kilometers along the border, and leased back 30 square kilometers in automatically renewed long-term leases. “Netanyahu wants to control the Palestinian state, its borders and its airspace and refuses to discuss the option of placing international forces in the Jordan Valley,” Ashrawi told Maariv Wednesday. “We cannot agree to that. From our view, it’s just the occupation by another name, which wants to rule over us again and control our lives. We won’t accept that in any form.”
    Israel insists on having an IDF presence on the Israeli-Jordanian border, which gives the narrow country some measure of strategic depth and early warning on its eastern border, and rejected an American proposal to place an international force there. In a reference to Israeli demands that Israel maintain a buffer zone in the Jordan Valley, Prime Minister Benjamin Netanyahu said during a Knesset address Tuesday that Israeli negotiators “will have to convince the Palestinians to adjust their demands to the circumstances around us.”
    Israel must maintain a security presence in the Jordan Valley “precisely as Yitzhak Rabin insisted,” said Netanyahu to the Knesset during a special session marking the 18th anniversary of prime minister Rabin’s assassination. “What was vital then is even more vital today, given the rise of Islamic extremism and Iran’s takeover of territory we relinquished in the [South Lebabon] security zone and Gaza.” “All the discussions focus on Israel’s security,” Ashrawi charged. “Israel is entrenched in its positions and continues to build in the settlements. Negotiations have not amounted to anything so far.” [...]"

- Where's the Coverage? Palestinian Incitement Violates Oslo Accords (CAMERA) - "Yes, the unceasing hatemongering sanctioned and promoted by the Palestinian Authority – not to mention Hamas, the terrorist group that runs Gaza – is not only immoral and counterproductive, it is a violation of the Oslo Accords. [...] But even as the popular press harp on every porch that gets a new roof in a Jewish neighborhood in a Jerusalem suburb, they rarely if ever report that the vicious propaganda issuing from the Palestinian Authority is a bona fide violation of the Oslo Accords".
http://blog.camera.org/archives/2013/10/wheres_the_coverage_palestinia_7.html

- Israël-Palestiniens : Kerry retourne au chevet du processus de paix (AFP) - ""Il y a une série d'informations de presse qui affirment que les négociations ne se tiennent plus ou sont bloquées. Nous sommes en désaccord avec cela", a dit la porte-parole du département d'Etat".
http://fr.news.yahoo.com/isra%C3%ABl-palestiniens-kerry-retourne-au-chevet-processus-paix-203509043.html


Monde arabe

- Tennis : l'histoire de Malek, "otage" de l'attitude de la Tunisie vis-à-vis d'Israël, Henri Seckel (Le Monde.fr) - "L'affaire Jaziri n'a pas provoqué de levée de boucliers en Tunisie, où une partie des médias s'est même montrée enthousiaste".
http://www.lemonde.fr/sport/article/2013/10/15/tennis-quand-la-tunisie-empeche-son-meilleur-joueur-d-affronter-un-israelien_3496062_3242.html
   "C'est le match qui aura fait couler le plus d'encre cette année, et pourtant, il n'a pas eu lieu. Il devait opposer, vendredi 11 octobre, le Tunisien Malek Jaziri à l'Israélien Amir Weintraub, en quarts de finale du tournoi de Tachkent, en Ouzbékistan, un tournoi de seconde zone, dit Challenger. Retour sur une affaire qui embarrasse tant la Fédération internationale de tennis (ITF) que l'Association des joueurs professionnels (ATP).
    Malek Jaziri, 29 ans, est le meilleur tennisman tunisien. Actuellement classé 165e mondial, il était parvenu à se hisser au 69e rang en juillet 2012, et n'a jamais fait mieux qu'un deuxième tour dans les tournois du Grand Chelem. Amir Weintraub, 27 ans, 188e mondial et numéro 2 israélien, s'était aussi arrêté au deuxième tour lors du dernier Open d'Australie, le seul tournoi du Grand Chelem qu'il ait disputé de sa carrière.
    Les deux joueurs se connaissent très bien, et s'apprécient beaucoup : ils sont tous deux licenciés à l'AAS Sarcelles (Val-d'Oise), club avec lequel ils jouent ensemble en double et disputent le championnat de France par équipes chaque année lorsque le circuit ATP fait relâche, au mois de novembre (Sarcelles affrontera Strasbourg le 16 novembre). Malek Jaziri y joue depuis sept ans, et c'est lui qui, en 2010, a fait venir Amir Weintraub dans ce club présidé par Jonathan Chaouat, un homme né en Israël et d'origine tunisienne. Weintraub a même invité Jaziri à son mariage, prévu pour février prochain, en Israël.
    Le 9 octobre, Malek Jaziri se qualifie pour les quarts de finale du tournoi de Tachkent, où il doit affronter, deux jours plus tard, Amir Weintraub. Le soir même, il reçoit un courrier électronique d'Adel Lahdhiri, le directeur technique national de la Fédération tunisienne de tennis (FTT), publié par L'Equipe : "Cher Malek, suite à la réunion cet après-midi au ministère de la jeunesse et de sport (sic) avec M. Riadh AZAEZ [directeur du sport d'élite au ministère], j'ai l'immense regret de t'informer que tu es tenu de ne pas jouer contre le joueur israélien. Cordialement, Adel."
   "Profondément embarrassé", "dégoûté", aux dires de Jonathan Chaouat, qui a pu lui parler, Malek Jaziri pèse le pour et le contre et, finalement, légèrement blessé à un genou, déclare forfait. "La seule certitude, c'est que ce n'est pas Malek qui a décidé de ne pas jouer", affirme le président de l'AAS Sarcelles, qui ajoute : "Malek est pris en otage." Le gouvernement tunisien a nié toute implication, par la voix d'Ahmed Gaaloul, conseiller chargé de la jeunesse et des sports du premier ministre tunisien : "Il n'y a aucune position officielle du gouvernement concernant cette affaire. Les autorités n'imposent rien à la fédération ni au joueur. Le ministère de la jeunesse et des sports et son ministre Tarek Dhiab n'ont pas interdit à Malek de jouer."
    La présidente de la FTT, Selma Mouelhi, avait pourtant, auparavant, avancé une autre version des faits : "Cette situation est très délicate et, en tant que Fédération, je me suis alignée sur la position du ministère." Il aurait été difficile pour le joueur de braver l'interdiction d'une fédération dont il dépend financièrement, comme l'a expliqué au Parisien Emir Jaziri, frère et agent du joueur : "[La FFT] paye ses hôtels, ses voyages et, en contrepartie, il est disponible pour l'équipe nationale. Pour 2013, il n'a pas encore récupéré tout l'argent qui lui est dû. On lui doit même encore une partie des sous de 2012."
    L'ITF et l'ATP sont sur le coup. La première institution pourrait prendre des sanctions contre la Fédération tunisienne de tennis, puisque "notre Constitution, à laquelle tous les membres, y compris la Fédération tunisienne, doivent adhérer, stipule clairement que la Fédération internationale de tennis accomplit ses objectifs sans discrimination liée à la couleur, la nationalité, l'origine ethnique, l'âge, le sexe, ou la religion", explique Ed Pearson, chargé de la communication de l'ITF. [...]
    L'affaire Jaziri n'a pas provoqué de levée de boucliers en Tunisie, où une partie des médias s'est même montrée enthousiaste, à l'image du quotidien La Presse : "Il a perdu des points ATP, mais il a gagné l'estime et préservé l'honneur. L'histoire ne retient que les décisions courageuses. Jaziri a fait le bon choix." [...]
    On recense plusieurs cas de sportifs arabes ayant boycotté – contraints ou non – des rencontres face à des sportifs israéliens, afin de signifier l'opposition de leur pays à l'Etat d'Israël. La Tunisie avait été impliquée dans une affaire similaire en juillet : prétextant une blessure à la cheville, la joueuse Ons Jabeur avait abandonné lors d'un quart de finale, alors qu'elle était sur le point de gagner (6-3, 4-1), ce qui l'aurait envoyée vers une joueuse israélienne en demi-finales.
    En 2003, aux championnats du monde de tennis de table de Paris, le Yéménite Hani Al-Hammadi et le Saoudien Nabeel Al-Magahwi avaient subitement déclaré forfait pour leurs matches de qualification en raison de la présence parmi leurs adversaires de l'Israélien Gay Elensky. Ils avaient tous deux été suspendus par leur Fédération internationale jusqu'à la fin de la saison.
    Lors des Jeux olympiques d'Athènes en 2004, le judoka iranien Arash Miresmaeili avait refusé de monter sur le tatami pour combattre face à un Israélien. De la même manière, aux Mondiaux de natation de Shanghaï en 2011, l'Iranien Mohammad Ali Rezaei avait refusé de prendre le départ de sa série du 100 m brasse, l'Israélien Gal Nevo nageant dans un couloir d'eau voisin.
    Cette année-là, aux Mondiaux d'escrime à Catane, la Tunisienne Sarra Besbes avait, quant à elle, décidé de rester passive lors de sa rencontre face à Noam Mills et avait expliqué son choix ainsi : "Quand j'ai vu mon tableau, je me suis rendu compte que j'avais une Israélienne pour adversaire. J'ai alors demandé l'avis de mon entraîneur, lequel a consulté le ministère de la jeunesse et des sports, car, comme vous le savez bien, nous relevons de ce ministère et nous avons toujours refusé de jouer face aux sportifs israéliens. Finalement, la réponse du ministère a été identique à notre volonté : on nous a demandé de ne pas jouer. Pour éviter la sanction [de la part de la Fédération internationale], j'ai demandé de jouer mais d'être passive. (...) Je ne vous raconte pas de quels noms on m'a traitée. Le regard des autres sportifs présents à Catane était devenu hostile, haineux même. Mais je pense qu'ils doivent aussi penser aux enfants palestiniens, innocentes victimes de la barbarie israélienne. Je m'en fiche de ce qu'ils vont dire de moi, car j'ai fait mon devoir. J'ai suivi la voix de ma conscience"."

- Israel, Arab states work together to battle Iran's nuclear plan, Attila Somfalvi (Ynet) - "Instability in Mideast, US conduct in region lead to secretive cooperation between Israel, Arab, Gulf states, against nuclear threat from Iran, spread of al-Qaeda".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4441518,00.html


Turquie

- Report: Turkey blows cover of Israeli spy network in Iran (JP) - "Turkey disclosed to Iranian intelligence the identity of up to ten Iranians who were allegedly spying on Tehran for Israel, journalist David Ignatius wrote in a column published in The Washington Post on Thursday".
http://www.jpost.com/Middle-East/Report-Turkey-blows-cover-of-Israeli-spy-network-in-Iran-328953
- Analysis: Turkey's unprecedented act of betrayal against Israel, Yossi Melman (JP) - "If Turkey did blow cover of Israeli spy ring in Iran, it would violate unwritten code of conduct that governs relations between allied intelligence agencies".
http://www.jpost.com/Diplomacy-and-Politics/Turkeys-unprecedented-act-of-betrayal-against-Israel-329014


Iran

- Nucléaire iranien : "Il ne se passe rien d'extraordinaire" aux négociations, Serge Michel & Yves-Michel Riols (Le Monde) - "la feuille de route dévoilée par Téhéran a été accueillie avec circonspection par les Six".
http://www.lemonde.fr/international/article/2013/10/16/pas-d-avancee-dans-les-negociations-sur-le-nucleaire-iranien_3496499_3210.html
   "Après les fortes attentes suscitées par les gestes d'ouverture du nouveau président iranien, Hassan Rohani, le début des discussions, mardi 15 octobre, à Genève entre l'Iran et les Six (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, plus l'Allemagne) n'a pas permis d'évaluer précisément les intentions de Téhéran, présentées le matin par Mohammad Javad Zarif, le ministre iranien des affaires étrangères. La première journée des négociations sur le nucléaire iranien s'est donc achevée sans avancée notoire [...]
    M. Zarif [ministre iranien des affaires étrangères] a [projeté] pendant une heure sa nouvelle proposition sous la forme d'un document PowerPoint. "Sa présentation détaillée montre que l'on n'est pas vraiment d'accord", confie un diplomate occidental. Celle-ci s'est faite en anglais, une première, et la discussion a été ouverte – "on parle de tout". "La forme et le climat étaient très différents, nous avons affaire à des gens très articulés, mais sur le fond il n'y a pas eu de surprises, il ne se passe rien d'extraordinaire", souligne cette source, sans préciser le contenu des débats.
    Le même scepticisme était perceptible chez Michael Mann, porte-parole de Catherine Ashton, la haute représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères, qui supervise les négociations. Il s'est contenté de déclarer, mardi soir, que la présentation iranienne avait été "utile". Il a toutefois relevé que "la balle était dans le camp iranien" pour "démontrer de façon vérifiable" que l'Iran "ne développe pas un programme nucléaire militaire". Des propos qui laissent entendre que la feuille de route dévoilée par Téhéran a été accueillie avec circonspection par les Six, même si plusieurs sources ont évoqué un processus long, avec une nouvelle rencontre probable d'ici à un mois.
    Les propos d'Abbas Araghchi, le numéro deux de la diplomatie iranienne, n'auront rien fait pour les rassurer. Lors d'une brève intervention devant des journalistes iraniens, il a affirmé que la proposition de Téhéran ne comprenait pas l'application du protocole additionnel au traité de non-prolifération (TNP), qui prévoit des inspections surprises des sites nucléaires, une mesure réclamée par les Occidentaux. Mercredi matin, M. Araghchi a toutefois estimé que ce volet du TNP, et donc des inspections inopinées, pourrait être accepté à terme, soit lors de la "dernière étape" des négociations. [...]"


Europe

- Fearful of anti-Semitism, 22% of European Jews hide identity (JTA) - "Major nine-country survey finds 40% of French Jews won’t wear Jewish symbols, 91% of Hungarian Jews see rise in anti-Semitism".
http://www.timesofisrael.com/fearful-of-anti-semitism-22-of-european-jews-hide-identity/


Monde

- Course à l'armement autour du Haut-Karabakh, Piotr Smolar (Le Monde) - "des signes de tension sans précédent sont relevés par les observateurs de la région, qui font craindre une reprise du conflit armé". Pour rappel, la guerre de 1992-1994 avait fait 22.000 morts dans cette petite région. Mais la communauté internationale et l'opinion mondiale préfèrent continuer de se focaliser obsessionnellement sur le conflit israélo-palestinien - causant pourtant trois fois moins de morts, en vingt ans, que lors de cette guerre de deux ans au Haut-Karabakh...
http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/10/15/course-a-l-armement-autour-du-haut-karabakh_3496094_3214.html
   "Le problème des conflits gelés, c'est qu'ils peuvent parfois se réveiller de la pire des façons. C'est la crainte que nourrissent nombre de spécialistes du Caucase au sujet du Haut-Karabakh. Ce territoire oppose l'Arménie et l'Azerbaïdjan depuis le cessez-le-feu de 1994. L'enclave séparatiste en territoire azéri, dont l'indépendance n'est pas reconnue sur le plan international, fait l'objet d'efforts diplomatiques vains au sein du "groupe de Minsk" (Etats-Unis, France, Russie). Le Haut-Karabakh ne figure pas parmi les priorités diplomatiques entre Washington et Moscou, comme si un règlement politique pouvait encore attendre.
    Pourtant, des signes de tension sans précédent sont relevés par les observateurs de la région, qui font craindre une reprise du conflit armé. Il ne s'agit pas là seulement des échanges de tirs régulièrement relevés aux "frontières" de l'enclave. L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'installer des réfugiés syriens au Haut-Karabakh, pour renforcer son poids démographique et entériner sa conquête. Selon les propres estimations d'Erevan, 10 000 Syriens d'origine arménienne sont arrivés dans le pays depuis deux ans, mais ils n'auraient pas été installés dans l'enclave, assurent les autorités. Les craintes d'une nouvelle crise sont surtout liées à la course à l'armement que se livrent les deux protagonistes. Avec un net avantage pour Bakou, en raison de ses ressources financières immenses, liées aux matières premières. [...]
    Dans un rapport publié le 26 septembre, l'International Crisis Group souligne que la situation régionale paraît "fluide et imprévisible", "fragile et potentiellement explosive". "Depuis que les efforts de médiation sont à l'arrêt, poursuit l'organisation non gouvernementale, Bakou a mis de plus en plus l'accent, en privé et en public, sur une solution militaire. Les responsables des plans stratégiques en discutent de façon beaucoup plus spécifique qu'il y a un an. Les frappes aériennes sont mentionnées comme étape préalable à toute offensive, ciblant les défenses aériennes, puis les infrastructures." L'objectif consisterait, dans un premier temps, à reprendre lors d'une opération éclair ce qu'on appelle la zone tampon, autour du Haut-Karabakh, soit sept districts occupés par les Arméniens après la guerre.
    C'est dans ce contexte qu'il faut analyser le retournement politique du président arménien, Serge Sarkissian. Celui-ci a provoqué la stupeur des dirigeants européens en annonçant, le 3 septembre, que son pays allait rejoindre l'Union douanière (Russie, Biélorussie, Kazakhstan). En 2015, celle-ci se transformera en Union eurasienne.
    Erevan a opéré un virage brusque, après des années de négociations avec l'Union européenne pour signer un accord d'association et de libre-échange. Les raisons n'en sont pas les pressions moscovites, ou des bénéfices économiques immédiats, mais le souci fondamental de ce petit pays enclavé : sa sécurité. La présence de milliers de militaires russes sur son sol, les livraisons d'armes à bon marché autorisées par Moscou, l'idée même d'avoir des relations politiques étroites et amicales avec la Russie : tous ces éléments représentent une assurance face aux visées de Bakou."

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam - dans Octobre 2013
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages