Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2013 1 19 /08 /août /2013 22:11
France

- Une conspi (encore ?) chez EELV (L'Armurerie) - "ma nouvelle amie est un peu obsédée par Israël, peut-être une amie de Ginette [Skandrani]"...
http://larmurerie.antifa-net.fr/une-conspi-encore-chez-eelv/


Israël

- Tom Jones under pressure to cancel Israel performance (JP) - "Pop icon to hold concert in Tel Aviv on October 26 despite demands from boycott Israel groups to drop concert".
http://www.jpost.com/Arts-and-Culture/Music/Tom-Jones-under-pressure-to-cancel-Israel-performance-323471

- Jerusalem - IMAX Trailer (2013) Daniel Ferguson Movie [HD] (Vidéo 1mn52) - assez impressionnant.
http://www.youtube.com/watch?v=tejeDb_5WWs

- Israel faces bias at UN, Ban acknowledges, Michal Shmulovich (Times of Israel)
http://www.timesofisrael.com/israel-faces-bias-at-un-ban-says/
   "United Nations Secretary General Ban Ki-moon admitted on Friday that Israel suffers from prejudice and even discrimination at his international organization. Speaking to students participating in Rishon Lezion College of Management’s Model UN program at the UN Headquarters in Jerusalem, Ban spoke candidly about the world body’s attitude toward Israel.
   “Unfortunately, because of the [Israeli-Palestinian] conflict, Israel’s been weighed down by criticism and suffered from bias — and sometimes even discrimination,” Ban told the group, YNet reported. He was responding to a student who claimed Israelis felt their country was discriminated against at the UN. “It’s an unfortunate situation,” Ban said, adding that Israel should be treated equal to all the other 192 member states. [...]"
- Ban Ki-moon: 'I don't think there is discrimination against Israel at UN', Maya Shwayder (JP)
http://www.jpost.com/Diplomacy-and-Politics/Ban-Ki-moon-I-dont-think-there-is-discrimination-against-Israel-at-UN-323597
   "UN Secretary-General Ban Ki-Moon denied on Wednesday there is any bias in the UN against Israel. At a press "encounter" at the UN Headquarters in New York on Wednesday, a reporter for Israel Radio pressed Ban about his comments last Friday while meeting with students at the UN headquarters in Jerusalem. Ban simply said, "I don't think there is discrimination against Israel at the United Nations."
    He continued, "The Israeli government maybe raised this issue that there's some bias against Israel, but Israel is one of the 193 member states. Thus, Israel should have equal rights and opportunities without having any bias, any discrimination. That's a fundamental principle of the United Nations charter. And thus, Israel should be fully given such rights." [...]"


Gaza & Hamas

- Hamas: "Hitler killed Jews for his people; Sisi killed his people for Jews" (Elder of Ziyon) - "in one tiny slice of time, we have Arab justification of the Holocaust, antisemitic conspiracy theories, and a desecration of the Jews' holiest place with people who want to ethnically cleanse all Jews from the region".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/08/hamas-hitler-killed-jews-for-his-people.html
- Cautiously, Hamas speaks out against Egyptian bloodshed, Elhanan Miller (Times of Israel) - "Gazans fear renewed political isolation following the ouster of their main regional ally".
http://www.timesofisrael.com/cautiously-hamas-speaks-up-on-egyptian-bloodshed/

- Des islamistes tuent 24 policiers dans le Sinaï égyptien, Asma AlSharif (Reuters)
http://fr.news.yahoo.com/des-islamistes-tuent-24-policiers-dans-le-sina%C3%AF-084603498.html
   "Une attaque menée par des militants islamistes a tué lundi au moins 24 policiers égyptiens et en a blessé trois autres dans le nord de la péninsule du Sinaï, près de la ville de Rafah, ont annoncé des sources issus des services médicaux et de sécurité. Les policiers se rendaient dans leur caserne à Rafah, près de la frontière avec Israël, lorsque les assaillants les ont attaqués à l'aide de mitrailleuses et de roquettes. Dans un premier temps, les morts avaient été attribuées à une explosion.
    Des groupes djihadistes ont multiplié les attaques contre les forces de sécurité et d'autres cibles dans le Sinaï depuis que le président islamiste Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, a été renversé par l'armée le 3 juillet. [...] Plusieurs observateurs estiment que la répression visant les Frères musulmans assure au réseau Al Qaïda un terreau à faire fructifier en Egypte, et que les images de manifestants tués diffusées dans le monde entier risquent de nourrir la rhétorique de victimisation prisée des djihadistes du monde entier."
- L'Egypte ferme son principal point de passage avec Gaza après la mort de 25 policiers (AFP)
http://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/egypte-au-moins-24-policiers-tues-dans-une-attaque-au-sinai_392865.html
   "[...] Les assaillants sont soupçonnés d'appartenir à la mouvance radicale islamiste. Ils ont attaqué deux minibus de la police qui se dirigeaient vers la ville de Rafah, où se trouve le point de passage vers la bande de Gaza. L'Egypte a décidé de fermer ce dernier après l'attaque. [...]"

- ‘Palestinian smugglers fire on Egyptian soldiers’ (Times of Israel) - "An Egyptian military intelligence official told Palestinian news agency Ma’an that the troops came under heavy fire from the Palestinian enclave, but that no one was injured".
http://www.timesofisrael.com/palestinian-smugglers-fire-on-egyptian-soldiers/


Judée-Samarie

- Settlers defy stereotypes amid peace talks, Aron Heller (Times of Israel) - "Belying their prevailing image as gun-toting zealots, the majority of West Bank Jews are pragmatists seeking a better quality of life".
http://www.timesofisrael.com/israeli-settlers-defy-stereotypes-amid-peace-talks/


"Processus de paix"

- PA TV praises translator of the "Protocols" (Elder of Ziyon) - "The PA is praising, and claiming as one of their own, a full blown Jew-hater and inciter". Voir la vidéo ici.
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/08/pa-tv-praises-translator-of-protocols.html

- PA radio: "One day" there will be no Israel (Audio 43 secondes)
http://www.youtube.com/watch?v=mH4w6G5wNyk
    - Radio announcer: "Greetings to all our listeners and happy holiday to you, our people in occupied Palestine (i.e., Israel), 1948 Palestine, the 1948 territories (i.e., Israel, created in 1948)... Greetings to our people in Acre, Nazareth, Tiberias, Haifa and Jaffa (all Israeli cities)... May your Palestinian identity be rooted in your hearts and minds. Allah willing, one day Palestine will be Palestine again!" [Voice of Palestine (official PA radio), Aug. 8, 2013]

- PLO charges Israel with ‘war crimes, anti-human, racist acts’, Khaled Abu Toameh (JP) - "The PLO accused Israel of employing a policy of “ethnic cleansing” against Palestinians".
http://www.jpost.com/Middle-East/PLO-charges-Israel-with-war-crimes-anti-human-racist-acts-323504
   "The PLO leadership on Sunday launched a scathing attack on Israel and threatened to go to international agencies to punish it for its “war crimes, anti-human, racist acts and violations of international laws.” The attack came during a meeting in Ramallah of the PLO Executive Committee under the chairmanship of Palestinian Authority President Mahmoud Abbas.
    The PLO leaders said they would not accept a situation where the peace talks with Israel, which resumed recently, would become a “political cover for the implementation of the largest settlement project.” They accused the government of working toward undermining “all prospects for peace.”
    Referring to recent Israeli plans to build housing units in settlements and east Jerusalem neighborhoods, the PLO leaders said: “The PLO Executive Committee considers the unprecedented settler decisions which were announced by the occupation government as conclusive proof that Israel’s first and last option remains expansionism, Judaization and theft of Palestinian land, and not ending occupation and implementing the two-state solution on the basis of the 1967 borders.” The committee warned that Israel’s actions would prompt the PA leadership to reassess its position toward the peace talks.
    The PLO leaders criticized the US administration for failing to exert pressure on Israel to halt settlement construction. “We hold the US administration responsible for stopping these Israeli war crimes and attempts to foil the peace process,” the leaders said in a statement. “The last settlement steps contradict assurances that the Palestinian Authority received during preparatory talks for launching the negotiations.”
    The PLO accused Israel of employing a policy of “ethnic cleansing” against Palestinians in Jerusalem. “Israel’s practices will prompt the Palestinian leadership to demand the intervention of international courts and institutions against these war crimes, racist acts and violations of all international laws and conventions,” the statement cautioned. [...]
    US Secretary of State John Kerry acknowledged last week in Brazil that there was no Israeli commitment to a settlement freeze, and that Israel’s announcement of plans to build in Jerusalem and the settlement blocs took neither the US nor the Palestinians by surprise. “The Palestinians know that Israel refused to accept their demand that a settlement freeze be a precondition for peace talks, they know that better than anyone else,” [an Israeli] official added. “The construction the government has authorized is all in Jerusalem and the large blocs, and in no way changes the final map of peace.”
    The official took sharp issue with the Palestinian use of the term “Judaization of Jerusalem.” “This term is offensive, based on a historical un-truth, and shows a Palestinian unwillingness to acknowledge Jewish rights in this land and in the city of Jerusalem,” he said. “This unwillingness is very troubling and does not send a good signal concerning these peace talks”."

- Myths and Facts 34: "If Israel Ends the Occupation There Will Be Peace" (Vidéo 3mn18)
http://www.youtube.com/watch?v=-VneDiU2HW4


Egypte

- Egypte : l'armée doit être soutenue, estime Israël (Reuters)
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient/egypte-l-armee-doit-etre-soutenue-estime-israel_1274226.html
   "Il faut soutenir l'armée égyptienne dans son épreuve de force avec les Frères musulmans, a affirmé un responsable israélien cité par le quotidien Jerusalem Post, "pour leur permettre de remettre leur pays en marche". Son identité et ses fonctions n'ont été précisées. Selon le responsable cité par le Jerusalem Post, il ne faut "rien retirer (aux militaires), ne pas leur nuire, ni les menacer". Il faisait ainsi allusion à l'annulation récente par des Etats-Unis de manoeuvres militaires avec l'Egypte et à un éventuel gel de l'aide américaine annuelle de 1,5 milliard de dollars (dont 1,3 milliard d'aide militaire) à l'Egypte. [...]
    Le Jerusalem Post ajoute que les dirigeants israéliens estiment dans leurs messages adressés à Washington et aux principaux pays européens qu'il faut agir de telle sorte que l'Egypte ne s'effondre pas. "La priorité actuellement ce n'est pas la démocratie mais la nécessité que l'Etat (Egyptien) fonctionne. Une fois l'Egypte remise sur les rails, on pourra parler d'un redémarrage du processus démocratique", a affirmé ce responsable. "Si vous écartez ce facteur (l'armée), l'Egypte prendra le chemin de la Syrie, de la Tunisie et de la Libye", a-t-il poursuivi."

- Israël redoute les conséquences de la crise égyptienne, Marc Henry (Le Figaro) - "Pour les commentateurs israéliens, tout affaiblissement du poids politique de l'armée égyptienne ne peut que renforcer les Frères musulmans et contraindre à terme les militaires à donner «un os à ronger» aux manifestants, qui pourrait se traduire par une remise en cause du traité de paix conclu en 1979 entre Israël et l'Égypte".
http://www.lefigaro.fr/international/2013/08/18/01003-20130818ARTFIG00137-israel-fait-discretement-campagnea-washington-en-faveur-du-general-al-sissi.php
   "L'État hébreu redoute de devenir une «victime collatérale» de la crise en Égypte. Par précaution, Benyamin Nétanyahou a ordonné à ses ministres et aux porte-parole officiels d'observer un mutisme total sur les violences en Égypte, à l'issue d'une réunion d'urgence du cabinet de sécurité vendredi, dont les délibérations ont été tenues secrètes. Il s'agit de ne pas prêter le flanc aux arguments des Frères musulmans, qui dénoncent «l'alliance» du régime des généraux au Caire avec les États-Unis et Israël.
    Le deuxième motif d'inquiétude porte sur l'attitude des Américains. Les dirigeants israéliens redoutent que Barack Obama sanctionne le général Abdel Fattah al-Sissi en gelant l'aide militaire annuelle de 1,3 milliard de dollars versée par Washington au Caire. Un pactole vital pour les militaires égyptiens. «Il n'est pas de l'intérêt des États-Unis de tout casser dans la boutique et de prendre des initiatives qui pourraient créer une situation irréversible», prévient Tzahi Hanegbi, un député proche de Benyamin Nétanyahou.
    Alex Fishman, commentateur militaire du quotidien Yediot Aharonot, affirme pour sa part qu'un «état d'urgence diplomatique» a été déclaré en Israël. «Du premier ministre aux échelons politiques inférieurs, tout le monde a été mobilisé pour agir auprès de la Maison-Blanche, du département d'État, du Pentagone et surtout du Congrès, afin d'éviter une attaque frontale des Américains contre les généraux égyptiens», affirme Alex Fishman qui estime que «cette bataille apparaît actuellement comme une cause perdue».
    L'Aipac (American Israel Public Affairs Committee), le très influent lobby pro-israélien à Washington, participe à cette campagne. Dans un récent message adressé aux sénateurs, cette organisation affirme que le gel des subsides américains «pourrait aggraver l'instabilité en Égypte, affecter les intérêts américains et avoir un impact négatif sur Israël notre allié».
    En Israël, des diplomates et militaires, sous le couvert de l'anonymat, ne se privent pas de critiquer la «série d'erreurs historiques à répétition» qu'auraient commises les États-Unis «qui ne comprennent décidément rien à la région». En termes plus nuancés, Giora Eiland, un ancien directeur du Conseil de sécurité nationale israélien, reconnaît qu'Israël et les États-Unis «voient très différemment la situation en Égypte. Mais le premier ministre veut à juste titre éviter que des membres de son gouvernement critiquent publiquement la politique des États-Unis».
    Israël redoute en fait d'avoir à payer le prix fort pour toute sanction américaine contre les généraux égyptiens. Une telle politique pourrait remettre en cause une étroite coopération entre militaires israéliens et égyptiens contre la guérilla des groupes djihadistes dans la péninsule du Sinaï, près de la frontière israélienne et contre les islamistes palestiniens du Hamas qui contrôlent la bande de Gaza.
    Pour les commentateurs israéliens, tout affaiblissement du poids politique de l'armée égyptienne ne peut que renforcer les Frères musulmans et contraindre à terme les militaires à donner «un os à ronger» aux manifestants, qui pourrait se traduire par une remise en cause du traité de paix conclu en 1979 entre Israël et l'Égypte."

- Silence bienveillant envers les militaires égyptiens en Israël (Le Monde) - "Israël ne veut pas affaiblir davantage le général Abdel Fattah Al-Sissi, son "allié de circonstance" face à des ennemis communs : le Hamas à Gaza et les mouvements djihadistes dans le Sinaï".
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2013/08/19/silence-bienveillant-envers-les-militaires-egyptiens-en-israel_3463157_3218.html
   "Face au brasier égyptien, Israël a opté pour le silence. L'Etat juif n'a fait aucune déclaration, à part le constat d'une "crise exclusivement interne" qui "ne concerne en rien" Israël.
    Derrière cette discrétion officielle, qui avait également prévalu lors de la chute de Mohamed Morsi, le 3 juillet, les autorités israéliennes cherchent avant tout à ne pas amplifier "l'affaire du drone", qui alimente depuis une semaine les reproches des islamistes contre le pouvoir militaire égyptien, traité d'"allié des sionistes". Le 9 août, une attaque contre une base djihadiste dans le Sinaï, qui avait tué cinq combattants, a été attribuée à un drone israélien par les Frères musulmans. L'armée égyptienne avait aussitôt démenti, mais les experts israéliens ont, à mots couverts, confirmé l'attaque. Il s'agirait, dans ce cas, de la première opération militaire israélienne menée sur le sol égyptien depuis les accords de paix de Camp David en 1979.
    Dans ce contexte tendu, Israël ne veut pas affaiblir davantage le général Abdel Fattah Al-Sissi, son "allié de circonstance" face à des ennemis communs : le Hamas à Gaza et les mouvements djihadistes dans le Sinaï. De source américaine, les relations israélo-égyptiennes n'ont "jamais été aussi bonnes" que depuis le retour des militaires au pouvoir. "Je pense que la communauté internationale devrait soutenir Sissi", avait déclaré l'ex-ministre de la défense Ehoud Barak à CNN, le 12 août.
    Depuis les journées sanglantes du Caire, les autorités israéliennes cherchent à limiter l'onde de choc diplomatique. L'analyste militaire israélien Yossi Melman évoque un "lobbying " auprès des alliés, en particulier américains, pour "adoucir" les condamnations des militaires égyptiens. L'enjeu est de taille pour Israël : assurer la poursuite de l'aide militaire américaine à l'Egypte (1,3 milliard de dollars par an), garante de la stabilité des accords israélo-égyptiens signés en 1979. "En cas d'arrêt, Israël sera la victime collatérale", poursuit M. Melman.
    Si les observateurs israéliens regrettent "le ton sévère" des condamnations américaines, l'administration Obama a limité la rétorsion à un arrêt temporaire des manoeuvres militaires avec l'Egypte. Mais l'inquiétude perdure, car ce rôle de "modérateur de sanctions" devient plus délicat à assurer, à mesure que le nombre des morts en Egypte s'accroît.
    Autre source d'inquiétude : la montée des opérations djihadistes dans le Sinaï, où au moins 24 policiers égyptiens ont été tués, lundi, dans l'attaque à la roquette de leurs minibus. Les commentateurs israéliens sont convaincus que le regain de violence dans la péninsule n'a qu'un seul objectif : attirer Israël dans le conflit égyptien. La veille de l'opération du 9 août, les autorités israéliennes avaient décidé de fermer provisoirement l'aéroport d'Eilat, à l'extrême sud d'Israël. Et le 13 août, le dispositif israélien de défense aérienne "Dôme de fer" a intercepté une roquette tirée vers la station balnéaire.
    Le chaos persistant au Caire pourrait avoir une influence majeure sur la situation sécuritaire dans le Sinaï. L'armée israélienne s'inquiète déjà d'un possible désengagement des militaires égyptiens : "Dans ce cas, Israël pourrait devoir se charger de nouvelles actions ciblées contre les djihadistes, de l'autre côté de la frontière égyptienne", explique Yaacov Lappin, journaliste spécialiste des questions de sécurité au Jerusalem Post. Un dilemme majeur pour Israël, car un tel choix viendrait menacer le traité de paix avec son voisin, alors qu'il est de plus en plus contesté au Caire par le camp ultranationaliste proche du pouvoir. Le mouvement Tamarod, à l'origine de la chute de Mohamed Morsi, vient en effet de lancer une pétition pour demander son abrogation."

- La crise égyptienne rebat les cartes diplomatiques dans la région, Christophe Ayad (Le Monde) - "Le Hamas palestinien, qui a perdu un allié de poids, est particulièrement isolé aujourd'hui" ; "La volte-face égyptienne est symbolisée par la virulente campagne contre les réfugiés syriens et palestiniens dans les médias proches du pouvoir".
http://www.lemonde.fr/international/article/2013/08/19/la-crise-egyptienne-rebat-les-cartes-diplomatiques-dans-la-region_3463232_3210.html
   "[...] Le coup d'Etat du 3 juillet en Egypte et, plus encore, la sanglante répression des rassemblements pro-Morsi ont entraîné une vaste reconfiguration diplomatique au Proche-Orient, dont le principal perdant est le Qatar, qui a hébergé, encouragé et financé les différentes branches des Frères musulmans, de l'Egypte à la Tunisie, en passant par la Libye, le Hamas dans la bande de Gaza et en Syrie, où la confrérie a dominé jusqu'à récemment les instances de représentation de l'opposition. Critiqué de toutes parts pour son agressivité et pour la couverture biaisée de sa chaîne de télévision Al-Jazira, le Qatar, qui se voyait-il y a un an en nouveau phare du monde arabe sunnite, est en recul partout. Pressentant peut-être ces revers, l'émir Hamad Ben Khalifa Al-Thani a passé la main à son fils Tamim, réputé plus prudent, le 25 juin. Depuis, le Qatar a mis en sourdine son soutien à la confrérie.
    Le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, qui se présente comme un modèle de réussite de l'islam politique au pouvoir, est l'autre grand perdant des événements en cours. Lui-même en butte à une contestation intérieure et toujours méfiant envers l'armée, il a été le plus virulent dans sa dénonciation de la répression en Egypte, allant jusqu'à rappeler son ambassadeur. Le Hamas palestinien, qui a perdu un allié de poids, est particulièrement isolé aujourd'hui. Le Soudan, dirigé par une junte islamiste, est aussi à ranger dans le camp des pro-Morsi.
    A l'inverse, l'Arabie saoudite, qui voyait dans l'arrivée au pouvoir des Frères musulmans un défi sérieux à sa suprématie dans le monde sunnite, se réjouit ouvertement. Après avoir été longtemps son protecteur, Riyad a rompu avec la confrérie lorsqu'elle a pris le parti de Saddam Hussein au moment de l'invasion du Koweït en 1990. Le roi Abdallah a apporté, vendredi, son soutien au peuple égyptien dans "sa courageuse lutte contre le terrorisme". Le royaume saoudien, tout comme la Jordanie du roi Abdallah, n'a jamais vu d'un bon oeil les révolutions arabes, ni les processus démocratiques en cours.
    Appuyant partout ou ils le peuvent les militaires et les salafistes, ennemis et concurrents des Frères, les dirigeants saoudiens ont promis 5 milliards de dollars au gouvernement égyptien (12 milliards au total avec les apports des Emirats arabes unis et du Koweït). Parallèlement, Riyad est en train de faire main basse sur la Coalition nationale syrienne, la principale plate-forme de l'opposition, au détriment du Qatar.
    De manière plus inattendue, le régime syrien, ennemi de l'Arabie saoudite et du Qatar, se félicite de voir le gouvernement égyptien user de la même rhétorique "antiterroriste" envers les Frères musulmans que la sienne, depuis le début du soulèvement en mars 2011. Surtout, la tardive rupture des relations diplomatiques avec Damas et l'appel au djihad contre le régime Assad lancé par Mohamed Morsi ont braqué ses successeurs contre la rébellion syrienne. La volte-face égyptienne est symbolisée par la virulente campagne contre les réfugiés syriens et palestiniens dans les médias proches du pouvoir.
    Alors qu'en toute logique, l'Iran, principal parrain régional de la Syrie, devrait se réjouir d'une telle évolution, il a réprouvé le massacre de la mosquée Rabiya Al-Adawiya, au nom de la solidarité entre "régimes islamiques". Mohamed Morsi avait en effet été le premier dirigeant égyptien à se rendre à Téhéran depuis 1979.
    Au Maghreb enfin, le parti islamiste tunisien Ennahda, au pouvoir, est gagné par la peur de voir le scénario égyptien se répéter alors que la crise ouverte par l'assassinat du député Mohamed Brahmi, le 25 juillet, perdure. Les islamistes tunisiens ont accepté dimanche soir un dialogue avec leurs opposants. A l'inverse, l'Algérie, qui avait mis fin à un processus électoral remporté par les islamistes du FIS en janvier 1992 au prix d'une décennie de guerre civile, se réjouit de voir l'Egypte mettre un coup d'arrêt au printemps arabe, assimilé à une déferlante islamiste. [...]"

- Al-Jazeera Commentator, Former MB Official, Gamal Nassar: Al-Sisi Is Jewish, Implementing Protocols of Elders of Zion in Egypt (Al-Jazeera TV, 17 août, Vidéo 1mn50) - "This is a Zionist plot, and I am willing to be held responsible for what I say".
http://www.memritv.org/clip/en/3948.htm
    - Gamal Nassar (former media secretary to the General Guide of the Muslim Brotherhood) : "I was trying to figure out Al-Sisi's origins. I wanted to know more about him. I was surprised to learn, from the Algerian Al-Watan newspaper, that Al-Sisi is of Jewish origin. His mother is called Mulaika Titani, and her brother was a member of the Jewish Haganah organization. Thus, we see that this man, by any standard, is implementing a Zionist plan to divide Egypt. […]
    This man, who heads the armed forces today, is committing a crime, in the full sense of the word. Many massacres have taken place. In my opinion, if decisive measures are not taken, the massacres will continue. Al-Sisi has come to destroy everything. […]
    Within the framework of his plot, he wants to ignite civil war, in order to portray himself as trying to protect state institutions, while he, in fact, is the one who is burning them down. He portrays himself as trying to defend national security, while he, in fact, is undermining it. In short, he wants to set the state of Egypt ablaze.
    This is a Zionist plot, and I am willing to be held responsible for what I say. Whoever reads The Protocols of the Elders of Zion and the writings of [the Jews], including those who were writing in the U.S., realizes that this plot was premeditated."


- The crucial necessity of the Egyptian army's presence in Sinai, Yaakov Lappin (JP) - "Although the majority of terrorist attacks are being directed at the Egyptian army and police, future attempts to launch cross-border attacks on Israel appear to be inevitable".
http://www.jpost.com/Defense/Analysis-The-crucial-necessity-of-Egypts-army-maintaining-a-presence-in-Sinai-323546


Syrie

- Golan : Israël réplique après des tirs d'obus syriens (AFP)
http://fr.news.yahoo.com/golan-isra%C3%ABl-r%C3%A9plique-apr%C3%A8s-tirs-dobus-syriens-194741357.html
   "L'armée israélienne a procédé à des tirs de représailles samedi après des tirs d'obus syriens sur la partie du plateau du Golan occupée par l'Etat hébreu, a annoncé un porte-parole de l'armée à l'AFP. Dans la journée, trois obus syriens sont tombés du côté israélien de la ligne de démarcation. Les militaires israéliens ont alors "mené une frappe localisée, ciblant l'origine des tirs (syriens). Un impact a été confirmé", a expliqué ce porte-parole. Selon la radio militaire, l'attaque israélienne a détruit une base militaire syrienne.
    Selon une source au ministère de la Défense, ces représailles interviennent après qu'Israël a porté plainte auprès de la Force des nations unies chargée d'observer le désengagement (FNUOD), qui surveille le respect du cessez-le-feu entre Israël et la Syrie depuis 1974. La situation sur le plateau du Golan est tendue depuis l'éruption du conflit en Syrie il y a plus de deux ans, mais les incidents sont restés mineurs, avec quelques tirs à l'arme légère ou au mortier ayant atteint Israël, que a souvent répliqué. [...]"


Iran

- L'Iran confirme posséder environ 18 000 centrifugeuses (AFP) - "En mai, le rapport de l'AIEA évoquait 17 600 centrifugeuses installées, dont 16 590 de première génération et 1 000 de seconde génération".
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2013/08/17/l-iran-confirme-posseder-environ-18-000-centrifugeuses_3462892_3218.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam - dans Août 2013
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages