Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 21:47
France

- Colmar : 4 mois avec sursis en appel pour négationnisme et haine raciale sur internet (L'Alsace.fr) - Licra : «la cour de Colmar a stigmatisé l'attitude de certains qui, sous couvert d'un prétendu antisionisme, n'ont comme seul but que de diffuser des messages haineux et antisémites.»
http://www.lalsace.fr/fr/article/2485434,1202/Colmar-4-mois-avec-sursis-en-appel-pour-negationnisme-et-haine-raciale-sur-internet.html
   "La cour d'appel de Colmar a confirmé ce vendredi la peine de quatre mois de prison avec sursis infligée en première instance au responsable du site internet alterinfo.net pour provocation à la haine raciale et contestation de crimes contre l'humanité, a-t-on appris de source judiciaire.
    Comme dans le jugement du tribunal de Mulhouse (Haut-Rhin), le responsable du site Zeynel Cekici a été reconnu coupable de diffamation raciale et religieuse. Il a été de plus condamné en appel à verser conjointement 600 euros de dommages et intérêts aux trois associations qui s'étaient portées parties civiles, l'Union des Etudiants juifs de France (UEJF), à l'origine de la plainte, la Ligue contre le Racisme et l'Antisémitisme (Licra) et J'accuse-Action internationale pour la Justice.
    La Licra s'est aussitôt félicitée de cet arrêt, estimant que «la cour de Colmar a stigmatisé l'attitude de certains qui, sous couvert d'un prétendu antisionisme, n'ont comme seul but que de diffuser des messages haineux et antisémites, en diffusant sur le net des textes que l'on croyait ne plus devoir lire».
    Lors de l'audience à Mulhouse, M. Cekici s'était défendu en affirmant: «On veut nous faire passer pour des antisémites alors que nous sommes simplement antisionistes». Il avait également souligné n'avoir fait que reprendre des articles d'autrui sur son site, qui se présente comme une «agence de presse associative», basée à Mulhouse, avec pour mission «de promouvoir une information alternative aux antipodes des versions officielles». Dans l'un de ces articles, il était affirmé que «l'Holocauste peut avoir été un habillage du vrai caractère de la Seconde guerre mondiale, qui était une attaque par une secte satanique hérétique juive (les banquiers) contre les chrétiens blancs en général»."

- Paris critique l'encerclement du Centre culturel français à Jérusalem (AFP)
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jUjUw_FXz5qgcrl59h4b5PJaFaAw
   "Le déploiement policier israélien jeudi autour du Centre culturel français à Jérusalem-Est était "excessif", a jugé vendredi le ministère français des Affaires étrangères, en indiquant que cet incident ne s'était pas traduit par une convocation à Paris de l'ambassadeur israélien. C'était "un déploiement policier excessif, et doublement excessif", a souligné lors d'un point-presse le porte-parole du Quai d'Orsay, Bernard Valero, en évoquant la nature du lieu encerclé, "un centre ouvert et de partage", et de la manifestation culturelle, un festival consacré à Jérusalem. Interrogé pour savoir si la France avait émis une protestation officielle auprès de l'ambassadeur israélien à Paris, en le convoquant au Quai d'Orsay, le porte-parole a répondu: "Non, notre consul général à Jérusalem a dit ce qu'il devait dire à qui de droit".

- Caroline Fourest rencontre Hani Ramadan (Audio 5mn47 --> aller directement à 47 secondes) - une "discussion" passionnante (quoique peu productive !) devant le Centre Islamique de Genève sur : Hassan Al-Bana (fondateur des Frères musulmans et grand-père de Tariq et Hani Ramadan), la Palestine, le Hamas (et le rôle du père des frères Ramadan dans sa création), le totalitarisme dans l'islam.
http://www.dailymotion.com/video/xbj8gq_caroline-fourest-rencontre-hani-ram_news

******************************************************************************************************************************
Israël

- Lieberman : "La balle est dans le camp des Palestiniens" (JP) - "Il n'y aura pas d'autre main tendue".
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1260930897057&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   ""Israël souhaite s'asseoir à la table de négociations avec les Palestiniens, mais sans qu'aucune précondition ne soit requise", c'est ce qu'a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, jeudi soir, insistant sur le fait que l'ouverture la plus récente consistait en un geste temporaire et tactique. "Dans les faits, cela fait déjà un an et demi que nous ne construisons pas dans les implantations, alors pourquoi prétendre le contraire", s'est exprimé le ministre lors d'une conférence au centre universitaire d'Ariel. "C'est comme en football. Vous faites des gestes stratégiques parfois. Il est clair pour tout le monde que dans dix mois, nous reprendrons les constructions. Quiconque qui comprend un minimum la situation le sait".
    Lieberman a maintenu qu'Israël avait déjà mis en place suffisamment de mesures pour promouvoir une reprise des négociations avec l'Autorité palestinienne, et a appelé à un changement de mentalités. "Le gouvernement actuel a tendu la main aux Palestiniens à plusieurs reprises, notamment lorsqu'il a décidé de retirer les barrages routiers, ou également lors du discours du Premier ministre à Bar Ilan, ou de la décision de geler pendant dix mois les constructions dans les implantations en Judée-Samarie. Nous ne pouvons pas accepter la réalité constante de Mahmoud Abbas, menaçant de démissionner", a déclaré Lieberman. "Il n'y aura pas d'autre main tendue, et nous ne ferons plus aucun geste. Assez des médiateurs et des intermédiaires ! Nous sommes prêts pour un dialogue direct sans conditions préalables. La balle est dans le camp des Palestiniens, nous devons changer de ton", a-t-il insisté.
    Le ministre des Affaires étrangères a souhaité minimiser l'importance du conflit : "cela ne doit pas être le principal sujet, ni en Israël, ni sur la scène internationale. Tout le monde n'est pas préoccupé par ce problème, et notre devoir est de le minimiser, non pas d'en faire un sujet central". "Après tout, il faut apprendre à relativiser : le monde est bien plus préoccupé par les centaines de vies qui s'éteignent dans les attentats-suicides qui tuent des innocents en Irak ou au Soudan", a remarqué Lieberman."

- Jérusalem : manifestation à Sheikh Jarrah (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Jerusalem-manifestation-a-Sheikh-Jarrah_256316.html
   "Près de 150 personnes se sont rassemblées à Sheikh Jarrah afin de dénoncer l’entrée de résidents juifs dans ce quartier."
- Jérusalem : 21 manifestants arrêtés (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Jerusalem-21-manifestants-arretes_256329.html
   "21 manifestants de gauche ont été arrêtés ce vendredi alors qu’ils participaient à un rassemblement à Sheikh Jarah."

*******************************************************************************************************************************
Gaza & Hamas

- Bande de Gaza : des Palestiniens ouvrent le feu à la frontière avec l’Egypte (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Bande-de-Gaza-des-Palestiniens-ouvrent-le-feu-a-la-frontiere-avec-l-Egypte_256339.html
   "Des Palestiniens ont ouvert le feu vendredi sur des employés du bâtiment chargés de construire une barrière entre l’Egypte et la Bande de Gaza."

********************************************************************************************************************************
Judée-Samarie & AP

- Hébron : des terroristes ont ouvert le feu sur des soldats de Tsahal (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Hebron-des-terroristes-ont-ouvert-le-feu-sur-des-soldats-de-Tsahal_256278.html
   "A Hébron, des terroristes ont tiré sur des soldats de Tsahal postés à proximité du Caveau des patriarches. Il n'y a pas de blessés."

- Judée Samarie : arrestation d’un Palestinien (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Judee-Samarie-arrestation-d-un-Palestinien_256345.html
   "Tsahal a arrêté vendredi un Palestinien en possession de trois bombes et d’un couteau à un check-point près du village de Taisir."

- Manifestation à Naalin (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Manifestation-a-Naalin_256306.html
   "Quelques 60 activistes palestiniens, et militants israéliens de gauche manifestent contre la barrière de sécurité à Naalin. Ils lancent des pierres sur les forces de sécurité israéliennes."

- Marwan Barghouti, l'homme providentiel des Palestiniens?, Benjamin Barthe (L'Express) - "Il y a davantage de partisans de la libération de Marwan dans les rangs de la Knesset que parmi les dirigeants du Fatah".
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient/marwan-barghouti-l-homme-providentiel-des-palestiniens_837096.html#xtor=AL-447
   "[...] Homme providentiel, Barghouti? La thèse ne convainc pas toujours. Au Fatah, de nombreux cadres jugent sa gouaille démagogique. "Il y a davantage de partisans de la libération de Marwan dans les rangs de la Knesset que parmi les dirigeants du Fatah", s'amuse Qadoura Fares, l'un de ses lieutenants. "Dans l'hypothèse de primaires, des candidats plus consensuels, comme Nasser al-Qidwa, neveu de Yasser Arafat et ex-ministre des Affaires étrangères, pourraient lui faire de l'ombre", convient l'analyste politique Hani al-Masri.
    Pour cela, encore faudrait-il que Barghouti sorte de la prison de Hadarim, dans le nord d'Israël. S'il compte quelques soutiens au sein du gouvernement de Benyamin Netanyahu, les ministres de droite et d'extrême droite, en majorité, ne semblent guère enclins au pardon. Dans l'attente du dénouement de l'affaire Shalit, l'intéressé dévore des livres. Au pied de son lit, paraît-il, la biographie de l'ex-Premier ministre israélien Ariel Sharon. Celui-là même qui le fit arrêter, un matin pluvieux d'avril 2002."

- Hébron : interdiction de diffuser des chants et prières juives près du Caveau des Patriarches (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Hebron-interdiction-de-diffuser-des-chants-et-prieres-juives-pres-du-Caveau-des-_256283.html
   "Les autorités ont interdit la diffusion par haut-parleur des chants et prières juives sur l'esplande près du Caveau des Patriarches à Hébron."

*************************************************************************************************************************
Egypte

- Al-Ahram : L'escalade des tensions au Moyen-Orient prouve la véracité du Protocole des Sages de Sion (MEMRI) - "Depuis des siècles, les sionistes ont un plan secret pour renverser les régimes de tous les pays" ; "Ils luttent contre l'émergence de toute excellence ou distinction parmi les ignorants, en se servant de femmes, d'argent, d'intrigues et de complots, toujours dans le cadre d'une sombre machination juive". Et il s'agit du premier quotidien égyptien !
http://www2.memri.org/bin/french/latestnews.cgi?ID=SD270209
   "Le 1er octobre 2009 paraît dans le quotidien gouvernemental égyptien Al-Ahram un article d'Ilham Sharshar, selon qui l'escalade des tensions au Moyen-Orient, et en particulier ce qu'elle appelle l' "inévitable confrontation entre l'Iran et Israël", font partie d'un plan sioniste visant à établir un royaume juif sur le monde, conformément au Protocole des Sages de Sion. Extraits:
    "[...] Ce conflit [entre l'Iran et Israël] a vu le jour ces dernières années, mais s'est propagé dernièrement à une vitesse effrayante. La tension entre ces deux pays s'est accrue, et la pression pour que l'Etat d'Israël soit reconnu comme Etat juif d'une part, et les réprimandes adressées à l'Iran en réaction à ses tentatives pour entrer dans le club nucléaire de l'autre, rendent l'affrontement inévitable, et peut-être même fatal pour les deux parties et pour toute la région.
    Israël tient à demeurer le seul Etat détenant des armes nucléaires, afin de pouvoir contrôler la région et d'utiliser [ces armes] pour extorquer tous ses autres pays. Il est regrettable qu'Israël bénéficie du soutien déclaré et véhément des Etats-Unis, ainsi que du soutien discret et masqué du Conseil de sécurité des Nations unies et de la communauté internationale.
    Bien que nous refusions de reconnaître [la véracité] des Protocoles au moyen desquels les sionistes cherchent à nous duper... et bien que nous refusions d'admettre qu'Herzl fut le Moïse des temps modernes, quiconque suit les tristes événements dans la région ne peut que se référer à ces Protocoles. Chacune des escalades [des tensions dans la région] prouve [la véracité] de chaque lettre et de chaque sous-entendu de ces Protocoles."
    "Depuis des siècles, les sionistes ont un plan secret pour renverser les régimes de tous les pays et les remplacer par [leur propre] régime tyrannique. Ils utilisent tous les moyens pour renverser ces régimes - notamment les monarchies. Ils invitent les monarques à se montrer tyranniques envers leurs peuples, puis poussent les peuples à se révolter contre leurs rois, au prétexte de propager la liberté et l'égalité..."
    "Les sionistes essaient de maintenir une peur et une terreur constantes entre les régimes et leurs peuples et de corrompre les dirigeants. Ils luttent contre l'émergence de toute excellence ou distinction parmi les ignorants, en se servant de femmes, d'argent, d'intrigues et de complots, toujours dans le cadre d'une sombre machination juive. Leurs tentatives sont toujours sournoises ; ils occultent les faits en prétendant à la pureté. Ils considèrent que tous les moyens par lesquels le monde est gouverné aujourd'hui sont corrompus, et qu'il faut les corrompre toujours plus, jusqu'à ce que le moment vienne d'établir le royaume juif [qui règnera sur] le monde entier...
    Les sionistes considèrent comme divine, élevée et secrète l'œuvre des dirigeants, estimant que seule une poignée d'individus qualifiés et expérimentés, qui en ont découvert ses secrets, sont aptes à [diriger]. Ces secrets auraient été déchiffrés par les Sages de Sion, sur la base d'une expérience historique de plusieurs siècles. [Les Juifs] estiment que la politique n'est pas pour les peuples, qui ne sont pas faits pour elle."
    "Même si nous ne croyons pas à ces Protocoles et en leurs objectifs, nous devons essayer de les contrecarrer - non seulement dans le monde arabe et islamique, ou au Moyen-Orient, mais dans tous les coins du globe. Si l'on observe les sombres activités [sionistes] partout dans le monde, on constate, par exemple, que les sionistes détiennent le monopole de l'or, [et que c'est l'or], plutôt que la main-d'œuvre ou les autres ressources, qui [reste] à la base de l'économie mondiale, malgré les crises économiques mondiales qui s'enchaînent... Peut-être que tous ces [événements] … sont la preuve de la véracité des Protocoles et de leur application. En outre, le résultat est conforme à ce qui avait été prévu par [les sionistes], pour que le monde ne trouve jamais le repos"."

****************************************************************************************************************************
Iran

- Nouvelle génération de centrifugeuses en production en Iran, Parisa Hafezi (Reuters) - "le nouveau modèle de centrifugeuses peut doubler, voire tripler la capacité de production".
http://fr.news.yahoo.com/4/20091218/twl-iran-nucleaire-centrifugeuses-38cfb6d.html
   "L'Iran s'est lancé dans la production d'une nouvelle génération de centrifugeuses dont l'entrée en service est prévue d'ici mars 2011, annonce le directeur de l'agence iranienne de l'énergie atomique. "Nous produisons une nouvelle génération de centrifugeuses baptisées IR3 et IR4 (...) Nous prévoyons de les utiliser d'ici 2011 après résolution des problèmes et des défauts", a déclaré Ali Akbar Salehi, cité par l'agence de presse officieuse Fars. "Nous avons plus de 6.000 centrifugeuses actives", a-t-il ajouté. [...]
    D'après des spécialistes du nucléaire, le nouveau modèle de centrifugeuses peut doubler, voire tripler la capacité de production du modèle P-1, modèle peu fiable datant des années 1970 utilisé jusqu'ici. Suivant son degré d'enrichissement, l'uranium peut servir de combustible pour des centrales nucléaires où à la fabrication de bombes atomiques. [...]"

- L'Irak proteste contre l'occupation d'un puits pétrolier par l'Iran (AFP) - tous les 3 ou 4 mois, les Irakiens et les Iraniens s'approprient symboliquement et alternativement le puits !
http://www.lesechos.fr/depeches/monde/afp_00214886-l-irak-proteste-contre-l-occupation-d-un-puits-petrolier-par-l-iran.htm
   "L'Irak a vivement protesté contre l'occupation vendredi par onze soldats iraniens d'un puits pétrolier dans le sud du pays, dans un secteur disputé de la frontière irako-iranienne, a indiqué à l'AFP le porte-parole du gouvernement. "L'Irak demande à Téhéran de retirer le groupe armé qui a occupé le puits numéro 4, qui a été foré en 1979, et d'ôter immédiatement le drapeau que ces hommes ont hissé car ce qui s'est produit aujourd'hui est une violation de sa souveraineté", a affirmé Ali al-Dabbagh. [...]
    Aucune réaction officielle iranienne n'a été obtenue dans l'immédiat, mais l'agence semi-officielle Mehr a relayé un démenti du secteur pétrolier. "La Compagnie nationale iranienne du pétrole a démenti la prise de contrôle d'un puits de pétrole du champs irakien" de Fauqa, rapporte l'agence.
    Un officier américain a indiqué à l'AFP que l'incident s'était déroulé "sans violence" et a dit espérer qu'il soit résolu "de manière pacifique". "Tous les trois ou quatre mois, des employés du ministère irakien du Pétrole se rendent sur ce puits pour réparer une pompe ou s'occuper de la maintenance. Ils le peignent aux couleurs irakiennes et déploient un drapeau. Ils y passent quelques temps et (...) ils s'en vont", a expliqué le colonel Peter Newell, commandant de la 4ème brigade, de la 1ère division blindée, basée à Camp Adder (300 km au sud de Bagdad). "Dès qu'ils s'en vont, les Iraniens descendent de la colline et repeignent aux couleurs iraniennes et lèvent le drapeau de leur pays. Cela s'est passé il y a trois mois et cela recommencera", a-t-il dit. Selon lui, ce champ se trouve à 500 mètres de la frontière et à un kilomètre d'un fort irakien. [...]"

******************************************************************************************************************************
Europe

- Auschwitz : la plaque « Arbeit macht frei » volée, Yael Ancri (Arouts 7) - "La direction du musée a remplacé la plaque par une copie préparée à l’avance au cas où une telle éventualité arriverait".
http://www.actu.co.il/2009/12/auschwitz-la-plaque-arbeit-macht-frei-volee/
   "Des inconnus se sont introduits dans la nuit de jeudi à vendredi dans le camp d’extermination d’Auschwitz en Pologne et ont volé la grande plaque placée à l’entrée, portant la sinistre inscription : « Arbeit macht Frei » (le travail rend libre). La police polonaise, qui a ouvert une enquête et utilise des chiens pour essayer de retrouver les voleurs, a précisé que le forfait avait été commis entre 3:00 et 5:00 du matin. La porte-parole de la police a déclaré que les vigiles du musée avaient remarqué vendredi matin la disparition de la plaque et avaient alerté la police.
    Les voleurs ont apparemment dévissé la plaque d’un côté tout en l’attrapant de l’autre pour la décrocher, ils l’ont ensuite traînée jusqu’à un camion qui les attendait et ont pris la fuite, le tout pendant les 6 minutes de changement de garde, lorsque les caméras de sécurité sont éteintes. L’ambassadrice de Pologne en Israël a déclaré qu’il ne s’agissait pas d’un simple acte de vandalisme, mais d’un acte bien préparé perpétré par des gens qui cherchent à éliminer les témoignages de la Shoah. La direction du musée a remplacé la plaque par une copie préparée à l’avance au cas où une telle éventualité arriverait. Pour l’instant la police n’a aucun indice.
    Le président du mémorial de la Shoah à Jérusalem Yad Vashem, Avner Shalev, s’est dit choqué par cet acte. « C’est impensable. Il s’agit d’une escalade du combat de ceux qui veulent ramener l’Europe 70 ans en arrière, à cette époque de destruction et d’assassinat. Je suis convaincu que le gouvernement polonais fera le maximum pour trouver les criminels et les faire juger. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour les aider », a déclaré Shalev. Et d’ajouter : « Il s’agit d’une déclaration de guerre de la part d’éléments que nous ne connaissons pas, mais je suppose qu’il s’agit de néo-nazis qui expriment leur haine des étrangers. Nous appelons tous les éléments éclairés du monde à lutter ensemble contre l’antisémitisme, le racisme et toutes les formes de xénophobie. »
    Le président du Conseil de Yad Vashem, le grand rabbin de Tel Aviv Yaffo, le Rav Israël Meïr Lau, a déclaré que le vol de la plaque « était une démarche de plus de la part des négationnistes qui ne supportaient pas de voir cette plaque. Il s’agit de l’un des symboles restants de la Shoah. » Et d’ajouter : « Tant que la plaque Arbeit macht Frei était placée devant les yeux du million de visiteurs qui viennent chaque année au musée d’Auschwitz, il était plus difficile pour les négationnistes de nier un tel témoignage. »"

- Vol à Auschwitz: Israël se dit "choqué" et dénonce un "acte abominable" (AFP) - la police polonaise privilégie la piste "de vol sur commande d'un collectionneur privé ou d'un groupe de gens".
http://www.romandie.com/ats/news/091218154104.m0aa1d7h.asp
   "Israël s'est dit "profondément choqué" en dénonçant vendredi le vol "abominable" de l'inscription en allemand "Arbeit macht frei" (Le travail rend libre) à l'entrée de l'ancien camp de la mort nazi d'Auschwitz-Birkenau. "L'inscription possède une profonde signification pour les Juifs comme pour les non Juifs en tant que symbole de plus d'un million de vies qui ont péri à Auschwitz", a déclaré le président israélien Shimon Peres lors d'une rencontre spéciale avec le Premier ministre polonais Donald Tusk en marge du sommet sur le climat à Copenhague. "L'Etat d'Israël et la communauté juive internationale vous demandent de tout faire pour retrouver les criminels (responsables) et remettre l'inscription à sa place", a ajouté M. Peres qui s'est dit "profondément choqué", selon un communiqué publié par son bureau à Jérusalem. [...]
    La police polonaise a ouvert une enquête et le voïvode (le préfet) a promis son soutien. Plusieurs dizaines de policiers, accompagnés de chiens, sont sur les lieux. Des barrages de police ont été posés sur les routes de la ville d'Oswiecim. "Toutes les pistes sont possibles, mais nous privilégions celle de vol sur commande d'un collectionneur privé ou d'un groupe de gens", a déclaré à l'AFP Malgorzata Jurecka, porte-parole de la police d'Oswiecim (Auschwitz en polonais). L'Allemagne nazie a exterminé de 1940 à 1945 à Auschwitz-Birkenau environ 1,1 million de personnes, dont un million de juifs."

- L'homme juif écrasé par John Demjanjuk en 1947 a été identifié (Guysen)
http://www.guysen.com/news_L-homme-juif-ecrase-par-John-Demjanjuk-en-1947-a-ete-identifie_256280.html
   "L'homme juif écrasé par John Demjanjuk, qui est actuellement jugé à Munich pour des milliers de meurtres commis à Sobibor, a été identifié. Alors qu'il était chauffeur de camion pour l'armée américaine à Ulm en Allemagne, Demjanjuk a écrasé intentionnellement Moshe Lisogorski. Son fils Shaul a réalisé que l'ancien collaborateurs des Nazis était l'assassin de son père en lisant un article du Jerusalem Post paru la semaine dernière sur ce sujet."

***********************************************************************************************************************
Histoire

- Le IIIe Reich et les Arabes, Samuel Blumenfeld (Le Monde) - "A partir de 1938, plusieurs articles parus en Egypte, en Syrie ou en Libye comparent le Führer au prophète Mahomet" ; "l'ouvrage offre un éclairage bienvenu sur les racines de l'actuel conflit israélo-arabe et la persistance de la propagande nazie dans certains mouvements islamistes".
http://lemonde.fr/livres/article/2009/12/17/croissant-fertile-et-croix-gammee-le-iiie-reich-les-arabes-et-la-palestine-de-martin-cuppers-et-klaus-michael-mallmann_1282097_3260.html
   "Il n'existait à ce jour aucune étude globale retraçant l'évolution des relations germano-arabes entre 1933 et 1945, et portant un regard critique sur des positions idéologiques communes et des actions stratégiques concertées durant le deuxième conflit mondial au Proche-Orient. Le travail accompli [dans l'ouvrage Croissant Fertile et Croix Gammée] par deux historiens allemands, Martin Cüppers et Klaus-Michael Mallmann, comble un vide historiographique.
    Leur thèse est simple. Loin d'être un lieu de coexistence entre Juifs et Arabes, la Palestine devient, à partir de 1929, le théâtre d'affrontements sanglants. Une haine commune vis-à-vis du "Yichouv", la minorité juive qui habite la Palestine, fonde une affinité croissante. La politique étrangère allemande soutient indirectement les nationalistes arabes, qui découvrent chez les nazis des alliés susceptibles de les soutenir dans leur combat d'émancipation. Cette alliance stratégique passe par des connivences idéologiques. A partir de 1938, plusieurs articles parus en Egypte, en Syrie ou en Libye comparent le Führer au prophète Mahomet. Al-Husseini, le mufti de Jérusalem, leader des Arabes de Palestine, soutien indéfectible des nazis durant toute la guerre, fait, dès le début des années 1930, référence aux Protocoles des Sages de Sion - un faux document forgé en Russie par la police du tsar.
    Le débarquement de l'Afrikakorps en Libye, en 1941, marque le début de l'intervention directe de l'Allemagne au Proche-Orient. L'objectif est de chasser les Britanniques. Il s'agit aussi - c'est l'un des apports majeurs de cet ouvrage - d'étendre au Yichouv, avec l'aide de collaborateurs arabes, l'extermination commencée en Europe. Les plans sont déjà dessinés. Les nazis ne pourront donner suite à ce projet à cause de l'échec de la bataille d'El-Alamein.
    S'appuyant sur des archives allemandes, Cüppers et Mallmann montrent comment plusieurs des leaders de la population arabe de Palestine, à commencer par le mufti de Jérusalem, furent des protagonistes de ce conflit. Il reste à écrire la version arabe de cet épisode, à partir d'autres archives, mais ce n'est pas l'objet de ce livre passionnant.
    Enfin, l'ouvrage offre un éclairage bienvenu sur les racines de l'actuel conflit israélo-arabe et la persistance de la propagande nazie dans certains mouvements islamistes. Là aussi, le passé permet plus que jamais d'éclairer le présent."

- "Un regard froid sur un système d'une perversité inouïe", entretien avec Laurent Joly (historien) - "au printemps 1942, même un policier allemand de rang subalterne était au courant de la "solution finale"."
http://lemonde.fr/livres/article/2009/12/17/laurent-joly-un-regard-froid-sur-un-systeme-d-une-perversite-inouie_1281804_3260.html
   "Paris, 2 avril 1942. L'inspecteur Louis Sadosky, 42 ans, chef du "rayon juif" à la direction des renseignements généraux (RG) de la préfecture de police de Paris, est arrêté par des SS. Soupçonné d'avoir participé à la surveillance des milieux nazis à la fin des années 1930, il est envoyé à Berlin pour être interrogé par la Gestapo. Relâché au bout de cinq semaines, il rédige pour ses supérieurs un rapport manuscrit de 140 pages, dans lequel il raconte sa détention au jour le jour. Ce témoignage hallucinant vient d'être publié par l'historien Laurent Joly, chercheur au CNRS (Centre de recherche d'histoire quantitative-Caen) et auteur d'une histoire du Commissariat général aux questions juives (Vichy dans la "solution finale", Grasset, 2006). Entretien.
    - Comment avez-vous découvert ce document ?
    - Je suis tombé dessus en épluchant le dossier judiciaire de Sadosky aux Archives nationales, qui fait partie des sources sur lesquelles je travaille dans le cadre de mes recherches actuelles sur le rôle de la préfecture de police de Paris dans les persécutions de juifs pendant la guerre. Il m'est tout de suite apparu que c'était un document exceptionnel.
    - Pourquoi ? Sadosky n'est pourtant pas le seul témoin à avoir évoqué la vie quotidienne dans les geôles de la Gestapo...
    - Certes, mais il se distingue des autres pour une raison fondamentale. La plupart de ceux qui ont témoigné étaient des opposants politiques. C'est donc en tant que victimes qu'ils ont témoigné - comme le communiste Jan Valtin dans Sans patrie ni frontières. Sadosky, lui, n'est pas une victime. Très vite, en effet, les Allemands ont vu qu'ils avaient affaire à quelqu'un de coopératif. Passés les premiers jours, il a été bien traité. D'où la singularité de son regard, celui d'un témoin qui se contente de décrire ce qu'il voit, sans la moindre réflexivité et avec une empathie totale. C'est très rare d'avoir un tel point de vue, aussi froid, sur ce système qui pratiquait la torture, notamment psychologique, avec un degré de perversité inouï.
    - Il y a dans le rapport un passage stupéfiant : la description d'une visite du quartier juif...
    - Pendant cette promenade, le policier qui accompagne Sadosky lui explique qu'Hitler, contrairement à ce qui se dit, ne déporte pas les juifs pour les parquer dans une sorte d'immense ghetto, mais que son intention est de procéder à "la destruction complète et à jamais de la race". Cela confirme qu'au printemps 1942, même un policier allemand de rang subalterne était au courant de la "solution finale".
    - Le fait de le savoir n'a pas empêché Sadosky, de retour à Paris, de continuer à traquer les juifs...
    - Il est même revenu encore plus violent et plus impitoyable vis-à-vis des juifs. Comme si la peur, réelle, qu'il a éprouvée lors de son arrestation par la Gestapo l'avait poussé, ensuite, à se montrer d'autant plus "exemplaire"... On a ici l'exemple type du fonctionnaire devenu "collabo" par obéissance et non par idéologie. Sadosky était quelqu'un à qui ses supérieurs pouvaient tout demander. Sous l'Occupation, il a arrêté des centaines de juifs avec le même empressement que celui qui l'animait dans les années 1930 quand on lui demandait d'accueillir des réfugiés antifascistes susceptibles de donner des informations aux RG. Il le dira d'ailleurs après la guerre : "Le désir d'être bien noté m'a toujours animé"."

**************************************************************************************************************************
Points de vue

- Finkielkraut-Badiou: le face-à-face, Aude Lancelin (Nouvel Observateur) - Finkielkraut : "il y a, à mon avis, un même aveuglement devant la montée d'une certaine francophobie et devant la montée d'une nouvelle judéophobie. Pour les mêmes raisons : ceux qui ont l'étiquette de dominés sont nécessairement innocents. Quand on s'en prend aux Juifs et qu'on n'est pas un franchouillard, c'est qu'on est victime de la misère sociale ou solidaire des Palestiniens. Nous sommes mis en demeure de ne pas appeler cet antisémitisme par son nom". Badiou : "je me demande simplement si le maintien de cette assignation identitaire [d'Israël] n'est pas plus périlleux aujourd'hui pour les Juifs que la création de cette Palestine binationale pour laquelle je milite depuis longtemps".
http://bibliobs.nouvelobs.com/20091217/16522/finkielkraut-badiou-le-face-a-face
   "Réunis pour la première fois dans la presse, l'auteur d'«Eloge de l'amour» et celui d'«Un coeur intelligent», débattent de l'identité nationale, de la politique sarkozyste et d'Israël. Un affrontement idéologique d'une rare violence, qui a été arbitré au «Nouvel Observateur» par Aude Lancelin, et dont voici le verbatim intégral."
Extrait sur l'islamisme, l'antisémitisme, Israël :
   "Nouvel Observateur - Votre position, Alain Badiou, se caractérise par un universalisme radical, un refus argumenté de faire jouer à toute assignation communautaire un rôle déterminant en matière politique. C'est l'un des points qui vous éloignent le plus d'Alain Finkielkraut, qui au demeurant semble faire une distinction entre la vague d'immigration actuelle et celles qui lui sont antérieures... Pouvez-vous préciser ce différend qui vous oppose tous deux?
    A. Finkielkraut. - Je crois en effet, à la différence d'Alain Badiou, qu'il y a une différence profonde entre les vagues d'immigration antérieures et l'actuelle. Je n'en reste pas moins sensible au risque de stigmatisation. Il faut être attentif à ne jamais généraliser. Un militant d'AC le feu, organisation créée après les émeutes de 2005 a dit : « Je ne suis pas un Français issu de l'immigration, je suis un Français faisant partie de la diversité française. » Cela m'a renvoyé à ma propre situation, puisque je suis à ma manière un Français issu de l'immigration. Mon père est arrivé en France à la fin des années 1920, ma mère en 1948, ce sont deux survivants, mes grands-parents on été déportés de Bordeaux, après avoir été dénoncés par un passeur. Mon père a été déporté aussi. Le contentieux avec la France dans ma famille était lourd. Bien sûr. Il y avait chez mes parents une certaine distance. Et en même temps jamais je ne pourrai reprendre à mon compte une phrase pareille. Car c'est une manière de dire : la France en moi, c'est moi. Non. La France c'est quelque chose qui m'est donné en partage. Elle s'est proposée à moi, et c'est sa grandeur, comme une patrie adoptive. La France c'est une langue dans laquelle j'ai grandi. Une culture que j'ai faite mienne. L'école ne m'a rien proposé d'autre et je ne lui demandais rien d'autre.
    Aujourd'hui, le concept de diversité change complètement la donne. Tout se passe comme si la seule communauté qui n'avait pas sa place dans notre monde, c'était la communauté nationale : celle-ci devrait se dissoudre au profit des groupes, des minorités, des communautés qui aujourd'hui vivent en France. Si l'identité d'une nation c'est la diversité de ses composantes, alors il n'y a plus d'identité et la France n'est plus un sujet historique, mais un objet sociologique, et c'est une grave inconséquence, de la part du gouvernement, de jouer, comme il le fait, sur les deux tableaux. Je pense profondément que la France ne doit pas être une auberge espagnole où chacun apporte son manger. Le sentiment que j'éprouve c'est un patriotisme de compassion. La tendresse, comme disait Simone Weil, pour une chose belle, précieuse et périssable. Et j'aimerais que ce sentiment soit un peu plus partagé. [...]
    Un article du « Monde », journal soucieux s'il en est d'éviter les stigmatisations, citait récemment les propos du maire de Cavaillon, ville où règne une violence endémique. Les employés municipaux ont reçu des déchets venus d'une tour. On leur a crié : « Putains de Français, continuez à nettoyer notre merde ! ».
    A. Badiou. - Mais bien sûr ! Des histoires de ce genre,  les bons blancs français bien intégrés en ont à la tonne sur les Africains ou les Algériens comme autrefois ils en avaient sur les Juifs ou les « levantins ». Quelle vérité ? Quelle importance ?  Les Suisses qui votent contre les minarets n'ont jamais vu un Arabe de leur vie. C'est une construction idéologique cette affaire-là. Vous êtes en train de construire idéologiquement les musulmans comme ont été construits les Juifs dans les années 1930. C'est ça que vous êtes en train de faire, avec les mêmes épithètes : des gens qui ne sont pas vraiment de chez nous, qui nous haïssent secrètement ou publiquement, qui constituent une communauté fermée, qui refusent de s'intégrer dans l'Etat français, etc. etc. Et vous croyez que vous allez faire ça innocemment ? Eh bien vous vous trompez. Il y aura des gens pour se servir de cette pseudo construction intellectuelle. Car la situation est grave. Mais elle n'est pas grave comme vous pensez.
    Ce n'est pas l'identité française qui est menacée, elle en a vu d'autres l'identité française. Ce qui est menacé c'est le minimum de cohésion interne et populaire qui évitera que tout cela se termine un jour ou l'autre par la domination sans partage de forces sinistres. Je sais très bien, Alain Finkielkraut, que vous ne rallierez pas ces forces, mais vous serez en coresponsable. On ne peut pas introduire en politique des désignations identitaires de ce type sans que cela ait des conséquences gravissimes. Vous le savez parfaitement. Il n'y a pas de « problème immigré » en France, il n'y a pas de « problème musulman », pas plus qu'il n'y avait de « problème juif » dans les années 1930. Pourquoi utilisez-vous votre intelligence et votre talent à participer à la construction absolument fantasmatique de ce genre de « problème » à partir d'incidents qu'on peut toujours découvrir, si on ne les invente pas ? Les antisémites aussi  trouvaient des « incidents », il y avait toujours un Juif qui avait dit ou fait ci ou çà.
    On ne peut pas jouer avec ce genre de chose. Le capitalisme est un système précaire, on va être dans des contextes de crise, de guerre, et la tentation du bouc émissaire va ressurgir avec force. Et quel sera le bouc émissaire dans l'Europe d'aujourd'hui ? Quel sera-t-il ? Sinon ceux qu'on appelle les musulmans, les gens du Maghreb, les Africains ? Ce sera eux. C'est inévitable, c'est gros comme une maison. Et vous serez coresponsable de cela. Je le regrette vivement pour vous, parce que cet avenir n'est pas très loin. Quand on commence à « vérifier » l'identité française, tout devient possible.
    N. O. - Alain Badiou porte à votre égard une accusation pour le moins grave... Qu'avez-vous envie de lui répondre ?
    A. Finkielkraut. - L'accusation formulée à mon endroit est scandaleuse, mais je vais essayer de ne pas m'énerver. Je vais simplement dire que nous ne tenons pas pour réelles les mêmes choses, Alain Badiou et moi. Nous ne nous faisons pas la même idée du réel. Je me suis très récemment affronté avec l'extrême-droite et j'étais assez seul car toute une partie de la gauche a rejoint sur ce point Marine Le Pen. C'est l'affaire Polanski, bien sûr. On a vu le fascisme procéder comme à l'habitude, en désignant une cible à la vindicte populaire, en créant une victime sacrificielle, accusée de viol de petite fille. Et la gauche n'y trouvait rien à redire. Pourquoi ? Parce que cet homme faisait partie à ses yeux de la caste dominante. Et que donc il devait payer. « Ceux qui s'en prennent aux tournantes dans les banlieues ne devraient pas plaider l'indulgence pour la jet set », a-t-il été dit, et peu importe les faits. Peu importe que l'acharnement de la justice américaine contre ce petit « polak » n'ait rien à voir avec son délit et tout avec sa notoriété.
    La comparaison que vous faites entre les Juifs et les Musulmans pourrait aussi me faire sortir de mes gonds. Je vous répondrai simplement ceci : il y a, à mon avis, un même aveuglement devant la montée d'une certaine francophobie et devant la montée d'une nouvelle judéophobie. Pour les mêmes raisons : ceux qui ont l'étiquette de dominés sont nécessairement innocents. Quand on s'en prend aux Juifs et qu'on n'est pas un franchouillard, c'est qu'on est victime de la misère sociale ou solidaire des Palestiniens. Nous sommes mis en demeure de ne pas appeler cet antisémitisme par son nom.
    A. Badiou - Ca n'a jamais été mon cas. Dès les premières pages de « Circonstances III », j'ai dit qu'il existait un antisémitisme arabe, qu'il fallait y prêter la plus grande attention, et qu'en aucun cas je ne pactiserai ni de près ni de loin avec ça. Donc je me sens tout à fait extérieur à ce procès. Ce que je dis est d'une autre nature. L'extrême droite européenne s'est construite depuis maintenant des décennies sur l'hostilité par rapport aux musulmans, à ce qu'elle nomme l'islamisme. Vous contribuez à alimenter cette hostilité en disant que ces « musulmans », ces africains,  ne sont pas, du  point de vue de la « civilisation », exactement comme nous. Ils ne sont pas intégrables. Ils nous haïssent. Le fait que les Juifs faisaient partie de « l'anti-France » était un argument fondamental de l'extrême droite dans les années 1930. Je ne vois pas pour le moment de différence de principe entre les mécanismes intellectuels au nom desquels vous êtes en train de vous inquiéter de cette présence de masses populaires pauvres islamisées dans notre pays et la manière dont a été construite de toute pièce la stigmatisation des Juifs, lesquels constituaient aussi, massivement dans les pays de l'Est, mais ici même dans les ateliers de confection, des gens pauvres exposés à la stigmatisation.
    A. Finkielkraut. - Le racisme anti-arabe me paraît évidemment inqualifiable, comme toutes les autres formes de racisme. Mais l'antiracisme d'aujourd'hui est comme le communisme d'autrefois : un système d'explication du monde, inoxydable et indéfiniment reconductible. Quand Diam's chante :
« Ma France à moi,
elle parle fort,
Elle vit à bout de rêve.
Elle vit en groupe, parle de bled.
Elle déteste les règles.
Elle sèche les cours, le plus souvent pour ne rien foutre.
Le BEP ne permettant pas d'être patron, alors elle se démène et vend de la merde à des bourges »
, l'idéologie antiraciste voit dans cet hymne à l'incivilité et à la bêtise une réponse à la xénophobie ambiante. Or la France profonde et prétendument raciste porte aux nues Rama Yade, Yannick Noah et Zidane ! Nous ne vivons pas dans une période raciste de l'histoire de France, ce n'est pas vrai.
    A. Badiou. - Mais quand le gouvernement est une saloperie, vous devenez francophobe à la fin des fins... C'est bien normal ! Les Communards se reconnaissaient dans le drapeau rouge, pas dans le drapeau tricolore, qui était celui des Versaillais, des gens qui ont laissé 20.000 morts ouvriers sur le carreau. Vous ne voulez pas employer le vocabulaire de la guerre mais ces gens-là nous font la guerre. Ce sont eux les ennemis, et pas les ouvriers, qui sont les principales victimes de ces gens-là. Sarkozy c'est tout de même pire qu'un ouvrier malien balayeur ! Si quelqu'un est en rupture avec tout ce que ce pays peut avoir d'estimable, c'est le premier, et pas le second. Quelle pensée pauvre, faite pour les journaux réactionnaires à sensation, que de faire croire que l'islamisme est  notre adversaire capital. Encore une fois vous vous laissez prendre dans la fausse contradiction : capitalisme mondialisé ou islamisme. Ce n'est pas du tout le monde réel, ça. Pour moi l'islamisme, ce sont des groupuscules fascistes, je ne vois aucun inconvénient à dire ça. Je n'ai aucune espèce de complaisance pour ces gens-là et je les tiens pour absolument nuisibles.
    A. Finkielkraut. - Il faut écouter Lévi-Strauss : « En dépit de son urgente nécessité pratique et des fins morales élevées qu'elle s'assigne, la lutte contre toutes les formes de discrimination participe de ce mouvement vers une civilisation mondiale destructrice de ces vieux particularismes auxquels revient l'honneur d'avoir créé les valeurs esthétiques et spirituelles qui donnent son prix à la vie.» Je pense qu'il y a une dimension d'universalité dans la civilisation française, mais il y a aussi un particularisme qui mérite d'être préservé. Et en effet, je rejoins Alain Badiou sur ce point, l'islamisme est loin d'être la seule force dissolvante.
    A. Badiou. - Ma théorie générale des vérités c'est justement ce point-là : que toute vérité se construit dans la particularité.
    N. O. - Alain Badiou, vous avez affirmé avoir publié « Circonstances 3 » car vous étiez, je cite, « consterné de voir le mot " juif " mêlé par des intellectuels au soutien qu'une large partie de l'opinion accorde désormais à des politiques fondées sur un nationalisme étriqué , voire un racialisme... ». Alain Finkielkraut, niez-vous qu'il y ait bel et bien pu y avoir une instrumentalisation de ce type au profit de politiques réactionnaires ?
    A. Badiou. - Je faisais allusion à l'enchaînement qui a conduit à dire qu'anticapitalisme et antiaméricanisme participaient nécessairement de l'antisémitisme...
    A. Finkielkraut. - Il ne me semble pas que la politique française actuelle soit racialiste. C'est ce que je disais tout à l'heure au sujet de René Char et Camus. Le modèle de la résistance ne vaut pas pour la situation que nous vivons. D'ailleurs le Président tire toutes ses références de la Résistance...
    N. O. - Et au même moment il a pour proche conseiller politique l'ancien rédacteur en chef de « Minute », intellectuel d'extrême-droite notoire, auquel il affirme lui-même devoir une large partie de sa victoire présidentielle en 2007...
    A. Finkielkraut. - Je fais partie de ceux qui ont été heurtés par la lecture de « Circonstances III » et en même temps je ne veux pas faire de procès en antisémitisme à Alain Badiou, car je sais ce que c'est qu'être victime de l'accusation de racisme. Parlant de l'horreur nazie, vous écrivez : « On devrait plutôt tirer de ces massacres illimités la conclusion que toute introduction emphatique de prédicats communautaires dans le champ idéologique politique ou étatique qu'elle soit de criminalisation ou de sanctification expose au pire. » Et voilà ce que j'aimerais répondre. J'ai pensé à une phrase de Wladimir Rabbi écrite en 1945 : « Nous avons été réintégrés dans notre condition d'hommes libres mais nous ne pouvons pas oublier que nous avons été la balayure du monde : contre nous, chacun avait licence. » Eh bien la majorité des survivants en ont tiré la conclusion suivante : « Plus jamais ça, plus jamais nous ne serons la balayure du monde ; nous allons quelque part sur la terre retrouver toutes nos prérogatives de peuple. » Ce quelque part, c'est Israël.
    Vous entendez le ça du « Plus jamais ça » d'une tout autre oreille, Alain Badiou. Pour vous, c'est la division du même et de l'autre qui expose au pire. C'est l'affirmation de l'identité qui conduit à l'exclusion et à son paroxysme exterminateur. Vous plaidez donc pour une humanité que ne romprait aucune séparation intérieure, et vous ne reconnaissez de légitimité qu'aux Etats cosmopolites « parfaitement indistincts dans leur configuration identitaire ». La conclusion implicite, c'est que les sionistes sont les mauvais élèves d'Auschwitz, voire les perpétuateurs de la politique hitlérienne. Cette insinuation est très douloureuse, et d'autant plus injuste que ceux qui en Israël militent pour l'émancipation des Palestiniens sont des patriotes sionistes attachés au maintien du caractère juif et démocratique de leur Etat.
    A. Badiou. - Ma position ne remet aucunement en question l'existence de l'Etat d'Israël - bien au contraire. Deux éléments ont conduit à cette situation de Guerre de Cent Ans à laquelle on assiste.  L'« exportation » de cette question par les Européens après la guerre, façon commode de s'en laver les mains, combinée à la tension que devait fatalement produire l'introduction du prédicat identitaire juif dans la constitution même de cet Etat. Comment s'en sortir désormais ? Eh bien je me demande simplement si le maintien de cette assignation identitaire n'est pas plus périlleux aujourd'hui pour les Juifs que la création de cette Palestine binationale pour laquelle je milite depuis longtemps, et qu'Hannah Arendt appelait déjà de ses vœux."
[...]"

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam - dans Novembre 2009
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages