Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 21:52
France

- Tracts antisionistes: le tribunal relaxe (AFP) - en première instance, la substitution de "Juif" par "sioniste" a suffit à échapper à la condamnation. La technique antisionémite garde sa longueur d'avance sur la justice.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/12/01/01011-20091201FILWWW00500-tracts-antisionistes-le-tribunal-relaxe.php
   "Le tribunal de Nanterre a relaxé aujourd'hui le fondateur d'un groupuscule antisioniste et ultranationaliste, Thomas Werlet, qui avait comparu pour des tracts assimilant le sionisme "à la gangrène" et appelant à l'Intifada, "à Paris comme à Gaza". Le jeune homme de 26 ans, fondateur de "La droite socialiste" aujourd'hui dissoute, puis du mouvement "Parti solidaire français", avait comparu le 3 novembre sur citation directe du parquet de Nanterre pour "provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence nationale, raciale ou religieuse".
    Concernant l'expression "le sionisme, c'est la gangrène", la 14e chambre correctionnelle du tribunal a considéré que le sionisme est "une doctrine politique" et que si les termes peuvent choquer, la liberté d'expression "doit être préservée autant qu'il est possible dans une société démocratique". De même, s'agissant des mots "à Paris comme à Gaza Intifada", le tribunal y a vu l'expression d'une "opinion à caractère politique", pas une provocation à la discrimination ou à la haine. A l'audience, le parquet avait requis six mois de prison avec sursis et une privation de cinq ans des droits civiques, estimant que les slogans pouvaient être assimilés à une "incitation à la violence contre le peuple juif"."

- Dieudonné, Rencontre avec le président Iranien (Vidéo 19mn19) - je plains les journalistes qui étaient présents, la tension est palpable rien qu'en vidéo. "Arrêtez, moi je dis, chers internautes, de regarder la télévision, arrêtez de lire les journaux de la presse sioniste, et puis rejoignez la résistance. Nous sommes en guerre".
http://www.dailymotion.com/video/xbbtuh_dieudonne-rencontre-avec-le-preysid_news
    Dieudonné (à 5mn25) : "Moi sur le volet culturel, je m'apprête donc à développer deux films. Le premier sera un film intitulé "Le Code Noir", et qui traite évidemment de cette période difficile de l'esclavagisme. Et puis dans un second temps un film sur la guerre d'Algérie, parce que c'est un sujet qui est très intéressant. Nous le tournerons certainement en Iran, on n'aura certainement pas l'occasion de le tourner en France, ou même en Algérie quoique on va voir... En tout cas, le fait de pouvoir compter sur une production aujourd'hui, ça nous permet vraiment d'avoir des perspectives importantes. Donc ce film de Code Noir, une partie sera tournée certainement en Iran, et l'autre partie, on est en train de le voir, soit à Cuba, soit peut-être au Venezuela. J'attends un voyage pour voir effectivement, là c'est juste une question de décors. Et le public, enfin, aura la possibilité de choisir son cinéma : un cinéma aux ordre d'Israël ou un cinéma, eh bien, qui vient d'ailleurs, un cinéma qui se mélange entre un scénario français, un décor vénézuélien, et puis une production iranienne... C'est une autre façon d'envisager le monde, je crois qu'on est nombreux, aujourd'hui, à attendre avec beaucoup d'impatience ce genre de projet."
    Dieudonné à propos d'Ahmadinejad : "Je crois que le combat contre le sionisme dans le monde par l'intermédiaire de la politique mais aussi du culturel, ça lui paraît être un combat essentiel, et ses motivations, sa détermination ont été impressionnantes, elles m'ont impressionné. C'est un homme qui a des objectifs aujourd'hui, qui est harcelé de manière permanente par le sionisme, son pays tout entier, le peuple iranien tout entier vit un blocus difficile, économique, culturel et politique, et c'est vrai qu'ils résistent, ils sont patients, et leur patience, leur résistance est aujourd'hui vraiment le symbole de la résistance internationale. [...] Le discours de novembre 42 du général de Gaulle correspond tout à fait à la situation dans laquelle on se trouve : la France est occupée, occupée par le sionisme, et il nous faut aujourd'hui nous battre. Qui va relever le drapeau français ? Eh bien je pense que l'Iran peut en tout cas nous aider, nous résistants, et là c'est un appel à tous les résistants [...] dans toutes les couches sociales, réveillez-vous, ne subissez plus, réveillez-vous, battez-vous, battez-vous évidemment dans le champ légal, battez-vous contre le malin, contre le mensonge, contre la haine, contre le CRIF, cet organe raciste qui organise la censure, battez-vous, relevez-vous, il y a en chacun d'entre vous un combattant donc réveillez-vous. C'est maintenant, il y a des hommes et des femmes qui résistent sur cette planète, ne vous laissez plus abuser, l'heure est venue de combattre et de ne plus attendre, donc redressez-vous et combattez. [...]
    Comme Hollywood nous combat nous, les peuples opprimés du monde, comme Hollywood se rit de notre misère, Hollywood hiérarchise les souffrances, organise la compétition victimaire. Comme Hollywood a osé faire un film sur la traite négrière [allusion probable à Amistad, de Spielberg] sans aborder la véritable question. Comme Hollywood continue à tenter de nous faire culpabiliser sur les drames de la Seconde Guerre mondiale, nous qui n'y avons pas pris part, qui n'avons aucune espèce de responsabilité, même pas l'ombre d'une culpabilité à avoir. Arrêtez, moi je dis, chers internautes, de regarder la télévision, arrêtez de lire les journaux de la presse sioniste, et puis rejoignez la résistance. Nous sommes en guerre, ne rêvez pas, ce n'est pas parce que vous dormez et que vous êtes assistés et avez un certain confort - on peut encore manger, jusqu'à quand ? On vous force maintenant à vous vacciner, à manger de la merde, à regarder des programmes de merde... Eh bien il ne tient qu'à vous, à un moment donné, de vous réveiller, de sortir de cela, demain vous serez responsables si vous vous noyez, si vous mourez dans votre vomi, parce que c'est ce qui est en train de se passer. Voilà." Applaudissements nourris des supporters de Dieudonné.
    Ensuite, réponse tendue aux questions des journalistes présents, qu'il traite de représentants du sionisme. "Les gens qui vous écoutent ne sont plus dupes, vos questions ils n'en ont plus rien à foutre".

- Dossier conspirationnisme : Que répondre à un ami en train de basculer ?, Vincent Nakash (Alternative Libertaire) - comme quoi l'extrême gauche prend au sérieux le danger de la tendance conspi en son sein :
http://www.alternativelibertaire.org/spip.php?article3234
   "Les conspirationnistes recrutent partout. Vous n’êtes donc pas à l’abri de voir une ou un ami en train de s’interroger : ne sommes-nous pas tous manipulés ? Une fastidieuse discussion vous attend ! Quelques conseils… Essayer de démontrer le caractère charlatanesque d’un quelconque théorie du complot est toujours une position inconfortable. Si vous prenez, en apparence, la défense de vos ennemis de classe, n’est-ce pas parce que, vous-mêmes, faites partie – même inconsciemment – du complot ? À tout le moins, n’êtes-vous pas trop naïf pour percevoir « l’effroyable imposture » sous-tendant les agissements des puissants ? Prenons le cas le plus courant : le 11 septembre 2001. Voici quelques billes pour retourner à votre ami quelques questions dérangeantes.
    - Refuser le débat d’expert bidon.
    « Les tours ne pouvaient pas s’écrouler le 11 Septembre, elles étaient conçues pour résister à tout, elles ont en fait été dynamitées, etc. » N’essayez pas de contester la litanie de chiffres, de données physiques, mécaniques, architecturales ou autres glanées sur internet. Vous n’êtes pas ingénieur, votre ami non plus. Le Titanic « ne pouvait pas » couler, il était réputé insubmersible. Pourtant il a coulé. Alors quoi ? Le complot sioniste ?
    - Opposer les centaines de témoignages.
    Pour le pape du conspirationnisme, Thierry Meyssan, ce n’est pas un avion mais un missile qui s’est abattu sur le Pentagone. Pourtant des centaines de témoins ont vu un avion de ligne leur passer au-dessus de la tête et se crasher sur le bâtiment. Alors ? Ils ont tous été payés par la CIA pour mentir ?
    - S’inquiéter de la simple faisabilité d’une telle opération.
    Imaginons un instant l’énorme logistique qu’il aurait été nécessaire de déployer pour une opération top secrète combinant le recrutement d’islamistes prêts au suicide, manipulés par la CIA, puis leur formation au pilotage pendant des mois, puis le détournement simultané de plusieurs avions de ligne, venant exploser dans deux tours en même qu’on déclenche des explosifs dont on aurait au préalable truffé la structure… Une opération qui aurait nécessité la mobilisation de plusieurs centaines d’agents secrets pendant des années, qui seraient bien sûr tous restés bouche cousue pendant huit ans… Est-ce que vraiment les États-Unis avaient besoin d’un scénario aussi abracadabrant, et surtout aussi compromettant… pour attaquer l’Afghanistan ?
    - Demander quel était le mobile.
    Sans mobile, pas de crime. Les États-Unis sont une superpuissance qui a des dizaines d’interventions militaires à son actif depuis bientôt deux cents ans. Des prétextes montés en épingle lui suffisent d’ordinaire. Les droits des femmes en Afghanistan, la persécution de quelque minorité en Irak… [eh eh, n'oublions pas qu'on est dans un journal d'extrême gauche] Votre ami est-il assez naïf pour imaginer que la Maison-Blanche avait besoin de la destruction des tours jumelles pour déclencher une guerre de plus ou de moins ? Évidemment, non. Imaginer les dirigeants américains s’ingéniant à échafauder une telle machination pour déclencher une « simple » guerre c’est, au contraire de l’intention des conspirationnistes, les dépeindre meilleurs, ou moins cyniques, qu’ils ne sont…"

*****************************************************************************************************************
Localités juives

- L’administration civile indésirable en Judée-Samarie (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/12/ladministration-civile-mal-accueillie-en-judee-samarie/
   "Des échauffourées ont éclaté mardi matin entre des résidents de localités juives et des inspecteurs de l’administration civile venus distribuer des ordres interdisant la poursuite de la construction en Judée-Samarie. Des jeunes de Karnei Shomron, Shavei Shomron, Revava et Kiriat Arba tentent d’empêcher les fonctionnaires de remettre leur document. Le ministre de la Défense Ehoud Barak, en tournée dans la région, a tenu à préciser que « malgré les oppositions, la décision (de gel) du cabinet serait pleinement appliquée »."

- Dany Dayan prêt à lutter contre le décret de gel (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/12/dany-dayan-pret-a-lutter-contre-le-decret-de-gel/
   "Le chef du conseil de Judée-Samarie Dany Dayan a dénoncé la décision du gouvernement concernant le gel de la construction dans les localités juives. Il a estimé que « toutes les lignes rouges avaient été franchies » et qu’il fallait mener une lutte plus agressive contre ce décret. Et de préciser : « Non seulement nous ne collaborerons pas, mais nous déploierons tous nos efforts pour gêner ce gel en interdisant notamment l’entrée de nos villages aux inspecteurs de l’administration civile, bien entendu sans violences ». Il a en outre dénoncé l’utilisation de réservistes contre les jeunes couples qui construisent leur maison, qualifiant cette méthode de « honteuse »."

- Dédommager les victimes du gel (Arouts 7) - "Beaucoup de particuliers peuvent crouler sous les charges, puisqu’ils devront continuer à payer leur loyer en plus des traites bancaires".
http://www.actu.co.il/2009/12/dedommager-les-victimes-du-gel/
   "Le chef de la Commission des plaintes du public, le député Ouri Maklev (Judaïsme de la Thora), a déposé mardi un projet de loi obligeant le gouvernement à dédommager les victimes du décret d’interdiction de construire. Dans les explications qu’il a fournies, le député prend en considération les citoyens qui ont emprunté d’importants prêts-logements et qui se sont engagés dans de nombreuses dépenses, certains ayant déjà commencé à rembourser. Beaucoup de particuliers peuvent crouler sous les charges, puisqu’ils devront continuer à payer leur loyer en plus des traites bancaires."

- Gel de la construction à Ariel en Samarie, Yéochoua Sultan (Arouts 7) - "Certains ont vendu leur ancien appartement et devaient bientôt emménager. Ils vont se retrouver à la rue".
http://www.actu.co.il/2009/12/gel-de-la-construction-a-ariel-en-samarie/
   "La ville d’Ariel, capitale juive de la Samarie, qui compte près de 30 000 habitants, une zone industrielle florissante, Barkan, et qui ne se trouve qu’à un quart d’heure environ de Tel-Aviv, a elle aussi fait l’objet des visites des inspecteurs de l’Administration civile, envoyés par Ehoud Barak, ministre de la Défense.
    Avi Benayoun, promoteur d’une société immobilière, a déclaré : « Nous dirigeons un projet de construction que nous avons obtenu du ministère du Logement au mois de mars. Nous avons effectué toutes les démarches, retiré toutes les autorisations et passé l’étape des fondations. Tous les appartements sont vendus. Les acquéreurs ont payé. Or, ne voilà-t-il pas que des inspecteurs s’adressent à nous et exigent que nous arrêtions les travaux. » Et d’ajouter: « Les inspecteurs ont confisqué du matériel sans nous présenter le moindre document écrit. Ils se sont mis à rédiger des mandats de perquisition sur place et nous les ont remis en nous indiquant que nous allons être convoqués d’ici une semaine pour interrogatoire. »
    Désemparé par cette mesure qu’il ressent comme une vive injustice, il a expliqué au micro d’Aroutz 7 que le préjudice s’élevait à des millions de shekels. Se trouvant d’un seul coup en porte-à-faux avec l’administration, l’entrepreneur est décontenancé: « Je me suis engagé auprès de 38 acquéreurs. Ce sont 38 appartements qui se trouvent au cœur de la ville d’Ariel. Les gens ont payé pour leurs appartements. Je ne peux plus les regarder en face. Certains ont vendu leur ancien appartement et devaient bientôt emménager. Ils vont se retrouver à la rue. Il est impensable que l’on commence par me donner des permis de construire, que l’on me vende un terrain et que l’on finisse par venir comme ça me remettre un décret m’intimant l’arrêt des travaux. Qu’est ce que je dois faire ? Mettre au chômage mes employés ? Qu’est-ce que je vais dire aux clients ? »
    Benayoun s’est adressé au maire, espérant qu’il pourrait sauver la situation: « Le maire doit rencontrer le Premier ministre et j’espère que nous pourrons poursuivre les travaux. Je déplore que la police et les garde-frontières se soient mêlés de cette affaire pour venir faire une démonstration de force. Toute la ville était présente lundi, y compris le maire et les membres du conseil municipal. » Benayoun avoue ne pas comprendre: « Je n’en reviens pas. Netanyahou a déclaré en personne que les maisons dont les fondations sont déjà en place pourront être achevées sans problèmes. » Le promoteur ne compte pas attendre les bras croisés:« J’ai la ferme intention de poursuivre en justice ceux qui m’ont causé ce préjudice et j’ai déjà mis des avocats sur l’affaire. »"

- Les habitants des implantations craignent une prolongation du gel (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Les-habitants-des-implantations-craignent-une-prolongation-du-gel_254171.html
   "De hauts représentants du bureau du Premier ministre ont rencontré mardi les dirigeants des implantations de Judée-Samarie. Ces derniers ont ainsi pu exprimer leurs craintes quant à une prolongation du moratoire annoncé, officiellement pour 10 mois. Le Premier ministre Binyamin Netanyahou s’est employé à les rassurer sur la question."

- Un Moratoire à contre-sens ou à sens unique ?, Herb Keinon (JP) - avec son annonce, Bibi a voulu "donner au moratoire une forme de légitimité diplomatique puisqu'il est en réalité - mis à part les quelques constructions approuvées en septembre dernier - en application depuis août 2008" ; "Mais, compte tenu du passé, cette grâce pourrait être rapidement oubliée" par la communauté internationale.
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1259243052577&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "[...] Lorsque le président américain, Barack Obama, a pris ses fonctions en janvier dernier, il avait appelé l'Etat hébreu à cesser l'ensemble de ses constructions, les Palestiniens à reprendre les négociations - en plus de mettre un terme aux violences et incitations à la haine - et les pays arabes à normaliser leurs relations avec Israël. Or, mercredi 25 novembre au soir, Israël a fait le premier pas. Par ce geste, Netanyahou est allé bien plus loin que ce qu'il avait annoncé quelques mois plus tôt. Début septembre, le bureau du Premier ministre avait en effet approuvé la construction de 500 unités de logement au-delà de la Ligne verte (ligne d'armistice de 1949). Décision qui devait être suivie d'un moratoire, "si les conditions sont réunies". Autrement dit : si l'AP avait mis un terme aux incitations à la haine d'Israël dans le système d'éducation et les médias palestiniens, et si les pays arabes avaient entrepris une normalisation de leurs relations avec l'Etat hébreu. Des mesures qui ne se sont pourtant jamais matérialisées.
    Netanyahou a donc choisi d'agir de manière unilatérale, selon son entourage, pour placer la responsabilité sur les épaules des Palestiniens. Le moratoire ne devait pas être prononcé de manière unilatérale, mais il a fini par le devenir en l'absence de gestes significatifs de la part de ses interlocuteurs. Et Netanyahou espère, plus que tout, que la situation sera désormais constatée comme telle par les Etats-Unis.
    Autre objectif de cette décision, selon des sources officielles : donner au moratoire une forme de légitimité diplomatique puisqu'il est en réalité - mis à part les quelques constructions approuvées en septembre dernier - en application depuis août 2008. Depuis cette date, ni le gouvernement Olmert ni celui de Netanyahou - entré en fonctions en mars 2009 - n'ont approuvé de projets de construction supplémentaires au-delà de la Ligne verte (sauf les 500 validés en septembre). L'annonce de la semaine dernière devait donc valoriser une initiative qui, de facto, est appliquée sur le terrain depuis des mois. Malgré les efforts de "mise en scène" - via la convocation d'une conférence de presse - les détails du moratoire sont donc connus, en réalité, depuis un certain temps. Seules pièces qui manquaient au puzzle : la date et la durée. Voilà qui est fait. [...]
    Reste désormais à savoir si le monde fera pression sur les Palestiniens pour qu'ils acceptent son offre. S'ils refusent, nous saurons à qui reviendra la faute, estime Netanyahou. Pourtant, l'Histoire fait planer quelques doutes. En 2000, à Camp David puis à Taba, le Premier ministre de l'époque, Ehoud Barak, avait justifié sa grande générosité envers l'AP en estimant que, si elle la refusait, le monde entier le lui reprocherait. Mais les Palestiniens ont bel et bien rejeté ses offres, la seconde Intifada a éclaté et Israël a été considéré par la communauté internationale comme l'unique responsable. Idem en 2005 : avec le retrait unilatéral du Goush Katif, le Premier ministre Ariel Sharon pensait que les ripostes israéliennes aux tirs de roquettes palestiniennes obtiendraient enfin une légitimité internationale. Mais les relations d'Israël avec la communauté internationale ont rarement été aussi compliquées.
    Par ce moratoire, Netanyahou espère apaiser les tensions avec les Etats-Unis. "La position américaine sur les implantations n'a pas changé, mais ne sera plus une source constante de tensions", estime une personnalité du gouvernement. "Maintenant, nous pouvons réfléchir à d'autres choses. Cette mesure est la plus importante que peut prendre l'Etat d'Israël en faveur de la paix. Si les négociations reprennent, tant mieux. Sinon, Israël aura vraiment fait tout ce qui était en son pouvoir et il sera difficile de lui reprocher l'échec du processus de paix." Difficile, mais pas impossible... [...] La décision du 25 novembre aura peut-être accordé une grâce temporaire au gouvernement israélien à Washington. Mais, compte tenu du passé, cette grâce pourrait être rapidement oubliée."

*******************************************************************************************************************
Israël

- Affrontements entre Juifs et Arabes à Cheikh Jerah (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/12/affrontements-entre-juifs-et-arabes-a-cheikh-jerah/
   "De nouveaux affrontements ont éclaté mardi après-midi entre un groupe de Juifs qui sont entrés dans une maison dont ils sont propriétaires dans le quartier de Cheikh Jérah, à Jérusalem, et des Arabes venus soutenir la famille qui en a été expulsée récemment. Un Juif a été blessé à la tête par une pierre que lui a lancée un Arabe et a dû être hospitalisé. La police de la capitale est intervenue sur les lieux et a arrêté cinq personnes, deux étrangers, deux Juifs et un Arabe."

- Dan Meridor : "Les Palestiniens n'ont pas la volonté de reprendre les négociations", Laurent Zecchini (Le Monde) - "Peut-être les Palestiniens avancent-ils ces pré-conditions parce qu'ils ont peur de signer un accord" ; "si les Palestiniens ne veulent pas reconnaître Israël comme l'Etat du peuple juif, alors nous n'aurons pas d'accord".
http://lemonde.fr/proche-orient/article/2009/12/01/dan-meridor-les-palestiniens-n-ont-pas-la-volonte-de-reprendre-les-negociations_1274493_3218.html#ens_id=1228030
   "- Les Palestiniens ont répondu par la négative à M. Nétanyahou, qui a proposé un moratoire partiel de la colonisation juive en Cisjordanie. Quelle est votre réaction ?
    - Ce moratoire est une seconde étape importante. La première était la déclaration du premier ministre par laquelle il a accepté le principe de "deux Etats pour deux peuples". C'était une décision difficile. Le moratoire a pour objet de faciliter la reprise des négociations avec les Palestiniens, et c'est également une décision difficile. Mais c'est notre intérêt, comme celui des Palestiniens. J'espère qu'ils le comprendront ainsi même si je constate qu'ils ne montrent aucune volonté de reprendre les négociations. Je rappelle que celles qui se sont déroulées avec Ehoud Olmert lors de nombreuses réunions, au cours desquelles il a offert des concessions sans précédent sur tous les sujets, n'ont reçu aucune réponse positive.
    - M. Olmert s'est contenté de propositions verbales, qui ne figuraient sur aucun document...
    - Mais pourquoi Mahmoud Abbas n'a-t-il pas dit, verbalement, "Oui, j'accepte" ? C'est quand la réponse est favorable, que l'on peut ensuite traduire cet accord par écrit. Olmert avait tout accordé : un Etat palestinien, des frontières acceptables, des concessions sur Jérusalem et sur la question des réfugiés... Les Palestiniens ont attendu des décennies, ils ont combattu, pour se voir offrir de telles concessions, et Mahmoud Abbas n'a même pas répondu ! Or il n'y a pas de chances que nous revenions aujourd'hui sur ce que Olmert a offert à l'époque.
    Après les élections, une nouvelle condition a été avancée par Abou Mazen, celle d'un gel total de la colonisation, qui n'avait jamais été formulée auparavant. Au cours des six années qui se sont écoulées depuis la signature de la "feuille de route", en 2003, les constructions n'ont pas cessé, et cela n'a pas empêché Abou Mazen de négocier avec Olmert ! Peut-être les Palestiniens avancent-ils ces pré-conditions parce qu'ils ont peur de signer un accord...
    - Les Américains, au moins jusqu'à une date récente, ont également exigé un gel total de la colonisation...
    - C'est vrai, mais l'administration Obama parle désormais d'une simple limitation. Nous sommes maintenant très proches de ce que les Américains voulaient. Nous sommes prêts à accepter beaucoup de choses dans des négociations avec les Palestiniens, mais encore faut-il qu'ils acceptent de négocier. Les choses peuvent paraître acceptables aujourd'hui, en Cisjordanie, parce qu'il n'y a pas de problème de terrorisme, que la situation économique s'améliore pour les Palestiniens. Mais à long terme, ce ne sera pas durable sans un accord.
    - Les Palestiniens peuvent opter pour une dissolution de l'Autorité palestinienne. Israël, dans ce cas, n'aurait-il pas beaucoup à perdre ?
    - Les deux parties auraient beaucoup à perdre. Je pense que 80 % des Israéliens sont en faveur de la solution de deux Etats, même s'il y a de nombreuses questions à régler, comme les frontières, Jérusalem, la sécurité, les réfugiés. La question de l'occupation est solvable, mais si les Palestiniens ne veulent pas reconnaître Israël comme l'Etat du peuple juif, alors nous n'aurons pas d'accord. Cette terre, que nous appelons la Judée-Samarie, est notre terre historique, où la Bible a été écrite, où les rois juifs ont régné. Pourtant, nous sommes d'accord pour la partager.
    La question est de savoir comment : s'il s'agit de partir de 1967, notamment s'agissant des frontières, nous pouvons trouver un accord ; s'il s'agit de revenir à 1948, il n'y aura pas d'accord. Si Abou Mazen déclare qu'il accepte que le droit au retour des réfugiés s'applique dans un futur Etat palestinien, mais en aucun cas en Israël, il aura passé le test du leadership. [...]"

**********************************************************************************************************
Gaza & Hamas

- Mohamed Obeid, alias Abou Khamis détenu à Gaza par le Hamas (Guysen) - Hamas VS Brigades des martyrs d'Al Aqsa.
http://www.guysen.com/news_Mohamed-Obeid-alias-Abou-Khamis-detenu-a-Gaza-par-le-Hamas_254141.html
   "La branche armée du Fatah, le mouvement des martyrs des brigades d'el-Aqsa a accusé mardi les forces de sécurité du Hamas d'avoir arrêté le commandant Obeid et de le détenir dans un endroit inconnu pour interrogatoire."

- Shalit libre avant 2010 ?, Khaled Abu Toameh (JP)
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1259243054115&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Selon le Hamas, l'échange de prisonniers serait une question de semaines. L'annonce a été rapportée mardi par le négociateur allemand à Gaza. Le responsable des affaires intérieures dans la bande de Gaza, Fathi Hammad, a laissé entendre qu'un accord pourrait être conclu avec Jérusalem d'ici le 14 décembre, soit le jour du 21ème anniversaire de la création de ce groupe islamique. D'autre part, il n'exclut pas une autre date symbolique : le 27 décembre, soit un an après le lancement de l'opération Plomb durci à Gaza. "Nous voulons marquer d'une croix rouge le jour où des centaines de prisonniers palestiniens seront relâchés des geôles d'Israël", explique Hammad aux familles des détenus terroristes retenus par l'Etat hébreu.
    Pourtant, la liste des prisonniers concernés par l'échange est loin de faire l'unanimité dans la classe politique israélienne. En tête : l'activiste du Fatah Marwan Barghouti, emprisonné à perpétuité en Israël. Le médiateur allemand, basé à Jérusalem depuis trois mois, se rend régulièrement à Gaza pour affiner les conditions de l'échange. Selon lui, plus que la polémique autour des noms, une autre disposition suscite la colère du côté des Gazaouites : l'expulsion à l'étranger de 130 des prisonniers concernés par l'échange."

- Samir Kuntar : ''Israël cèdera au Hamas'' dans le dossier Shalit (Guysen) - ce personnage a vraiment tout pour plaire...
http://www.guysen.com/news_Samir-Kuntar-Israel-cedera-au-Hamas-dans-le-dossier-Shalit_254127.html
   "Samir Kuntar, l'assassin libanais de la famille Haran en 1979 à Nahariya, libéré par Israël en échange des dépouilles d'Ehoud Goldwasser et Eldad Réguev, est parti pèleriner à La Mecque. Il a promis aux Palestiniens que ''le gouvernement ennemi (ndlr-israélien) cèdera sur les noms et le nombre de détenus que les mouvements de résistance revendiquent'' en échange de Guilad Shalit."

*****************************************************************************************************************
Judée-Samarie & AP

- Violence : jets de pierres sur des voitures israéliennes (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Violence-jets-de-pierres-sur-des-voitures-israeliennes_254158.html
   "Des Palestiniens ont jeté des pierres sur des véhicules israéliens roulant sur une route située au Nord-Est de Ramallah. On ne déplore pas de blessé mais des dégâts sont à signaler."

- Les angoisses d'Abbas, Khaled Abu Toameh (JP) - "Chaque victoire remportée par le Hamas creuse un peu plus sa tombe".
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1259243052528&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Les négociations Israël/ Hamas sur un échange de prisonniers progressent. Du côté palestinien, cette perspective ne fait pas que des heureux. Face à son rival de Gaza, le Fatah entend aussi avoir sa part. [...] Ramallah a de bonnes raisons d'être inquiète. Un accord signé entre Israël et le Hamas renforcerait sans aucun doute le prestige du mouvement islamique auprès des Palestiniens. Ce dernier sera parvenu à remplir un objectif jamais atteint par le Fatah : obliger Israël à libérer des centaines de prisonniers palestiniens, y compris ceux qui ont du sang sur les mains. [...]
    Le leader de l'Autorité palestinienne s'inquiète non seulement d'un renforcement du mouvement de résistance islamique dans les Territoires, mais également d'une forme de reconnaissance internationale. Depuis trois ans, Abbas et le Fatah ont travaillé d'arrache-pied pour décrédibiliser le Hamas aux yeux du monde. Leur discours : leur rival de Gaza est un groupe armé meurtrier et fondamentaliste coupable d'un coup d'Etat contre l'autorité légitime dans la bande Gaza en 2007.
    Aujourd'hui, Abbas n'a d'autre choix que de voir ses ennemis du Hamas s'entretenir avec des représentants allemands et égyptiens au Caire et à Damas. [...] De récentes entrevues secrètes entre des membres du mouvement terroriste et des représentants de l'Union européenne ont également provoqué la colère d'Abbas et de son entourage. Selon Ramallah, son rival participe aussi secrètement à des rencontres avec des membres de la sécurité israélienne. "Le Hamas ment lorsqu'il rejette ces informations", entend-on à Ramallah. Pour le mouvement islamique, les "révélations" d'Abbas n'ont qu'un seul objectif : entamer la crédibilité du Hamas aux yeux du monde arabo-musulman.
    Pour l'Autorité palestinienne, l'annonce mi-novembre d'une pause dans les attaques aux roquettes en accord avec les autres factions de Gaza est aussi révélatrice : le Hamas a entamé des tractations brumeuses avec l'Etat juif. [...] Si un échange de prisonniers est scellé rapidement, Abbas sera condamné à contempler depuis sa fenêtre la liesse de la foule palestinienne. Chaque victoire remportée par le Hamas creuse un peu plus sa tombe. [...]"

**********************************************************************************************************************
Egypte

- Egyptian doctors join PA hate libel (PMW) - la haine se joue des frontières dans le monde arabe.
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=1473
   "The Palestinian Authority libel that Israel deliberately harvests organs from dead Palestinians has caught on in the Arab world. Last month Egyptian authorities temporarily denied Israeli doctors entry into Egypt to participate in a medical conference. The head of the Egyptian Medical Syndicate explained that this was because they "participated in torture" of Palestinians and because they "are also guilty of stealing the organs of Palestinian prisoners." [...] The Egyptian doctors are the latest in a line of Arab officials to publicly accept as fact the PA libel that Israel steals Palestinian body parts. [...]
    Meanwhile, the Palestinian Authority continues to reinforce the libel. PA Minister of Prisoners' Affairs Issa Karake described last week how Israel "punishes" the dead by "disfiguring" the "Martyrs" and stealing their organs: "Would you believe that Israel punishes not only those who are alive, but also the dead, by holding their corpses in secret military cemeteries inside Israel for many years, and when it returns some of the Shahids (Martyrs) to their families, they come back disfigured after organs have been stolen from them." [PA TV (Fatah), Nov. 24, 2009]"

- Egypte : la police abat un migrant clandestin à la frontière israélienne (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Egypte-la-police-abat-un-migrant-clandestin-a-la-frontiere-israelienne_254112.html
   "Les policiers égyptiens ont abattu un migrant africain qui tentait de s'introduire en Israël. Au moins 17 migrants clandestins ont été tués par les forces égyptiennes dans les mêmes circonstances depuis mai dernier."

***************************************************************************************************************
Turquie

- Interdiction des minarets : Erdogan appelle la Suisse à ''réparer l'erreur'' (Guysen) - "l'islamophobie est un crime contre l'humanité", si si !
http://www.guysen.com/news_Interdiction-des-minarets-Erdogan-appelle-la-Suisse-a-reparer-l-erreur-_254131.html
   "Le Premier ministre turc appelle la Suisse à ''réparer l'erreur'' après l'interdiction de construction des minarets décidée par référendum dimanche, ''reflet de la montée d'une vague de racisme et de l'extrême droite en Europe''. Il a précisé que ''l'islamophobie est un crime contre l'humanité''."

- Syria and Turkey: Walking Arm in Arm Down the Same Road?, David Schenker (Director of the Program on Arab Politics at the Washington Institute for Near East Policy) - "Perhaps more worrisome is the prospect that Ankara may over time pursue a closer foreign policy alignment with Iran".
http://jcpa.org/JCPA/Templates/ShowPage.asp?DRIT=1&DBID=1&LNGID=1&TMID=111&FID=442&PID=0&IID=3205&TTL=Syria_and_Turkey:_Walking_Arm_in_Arm_Down_the_Same_Road?
Résumé :
   "- The rapprochement between Ankara and Damascus is only the culmination of the increasingly problematic policies pursued by the Islamist Justice and Development Party (AKP).
    - Two factors in particular seem to have led to Turkey's shift away from Israel and toward Syria. First, Turkey no longer needed Israeli assistance to pressure the Syrian government to change its policy of providing safe-haven to the terrorist Kurdish Worker's Organization (PKK). Second, in the past seven years, once secular Turkish politics have undergone a profound Islamist transformation.
    - At the same time, the dynamic between the Turkish military and the state's civilian leadership has changed. No longer does the military have the upper hand. Today, the Turkish military can do little to impact the policies of the Islamist AKP, which promote solidarity with Islamist, anti-Western regimes while dismissing secular, pro-Western Muslim governments.
    - As Ankara's politics under the AKP have shifted and Turkey has become seemingly less committed to Europe, the state has seen its star rise in the Middle East. Syria's Assad regime likely sees its bourgeoning relations with Turkey as an opportunity to shuffle the existing architecture of regional alliances.
    - Perhaps more worrisome is the prospect that Ankara may over time pursue a closer foreign policy alignment with Iran that would undermine U.S. and Israeli regional interests. Ankara's shift toward Damascus and Tehran makes it even more unlikely that Turkey will participate in "crippling sanctions" to help prevent Iran from attaining a nuclear weapon."

********************************************************************************************************************************
Iran

- Iran : notre présence en Amérique du sud est une défaite pour Israël (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Iran-notre-presence-en-Amerique-du-sud-est-une-defaite-pour-Israel_254154.html
   "Le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki a déclaré mardi que la présence iranienne en Amérique latine représentait une sérieuse défaite pour la diplomatie israélienne, selon l'agence de presse iranienne IRNA."

- Ahmadinejad : "La question du nucléaire iranien est réglée" (Reuters) - "Il n'y a pas besoin de négociations".
http://lemonde.fr/asie-pacifique/article/2009/12/01/ahmadinejad-la-question-du-nucleaire-iranien-est-reglee_1274758_3216.html#ens_id=677013
   "Pour le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, le dossier du nucléaire iranien est clos. Il l'a fait savoir, mardi 1er décembre, lors d'une intervention sur une chaîne de télévision publique iranienne. Il en a réaffirmé la détermination de son pays à se doter de l'énergie nucléaire en défiant les menaces de l'Occident.  "La question du nucléaire iranien est réglée (...) Nous ne mènerons aucune discussion [avec les grandes puissances] sur ce point. Il n'y a pas besoin de négociations", a-t-il expliqué.
    M. Ahmadinejad a également balayé d'un revers de mains les sanctions internationales contre l'Iran qui seraient sans "aucun effet". Sur le même ton, il a mis en garde quiconque oserait attaquer la République islamique. "Les agresseurs regretteront leur acte dès qu'ils auront appuyé sur la gâchette", a-t-il prévenu. Il  a également confirmé ses propos tenus dimanche, où il faisait état de l'intention iranienne de contruire dix nouvelles usines d'enrichissement d'uranium. "Il n'y a pas de place pour le bluff dans ce domaine", a-t-il prévenu.
    La Russie et les Etats-Unis ont été vivement critiquées par M. Ahmadinejed. Selon lui, la Russie a commis une "erreur" en votant en faveur d'une résolution de l'Agence internationale de l'énergie atomique défavorable à l'Iran. Quant au président des Etats-Unis, Barack Obama, son comportement est jugé "préoccupant" par Téhéran. "Nous attendions qu'il apporte des changements, mais nous sommes préoccupés par le fait qu'il n'y parvient pas", a-t-il déclaré. "Il a notamment beaucoup parlé de l'Iran, et nous avons toujours favorablement accueilli ses initiatives, et nous lui avons envoyé des messages. Si des occasions se présentent et s'il est honnête, nous ferons nous aussi un geste", a-t-il ajouté sans donner davantage de précisions."

- L'Iran brandit la menace de sanction contre les marins britanniques (AP)
http://fr.news.yahoo.com/3/20091201/twl-gb-iran-voilier-ba66223.html
   "L'Iran a prévenu mardi que des actions fermes seraient prises contre les cinq marins britanniques détenus par la marine iranienne, qui a intercepté leur voilier dans le Golfe, s'il s'avérait qu'ils avaient de "mauvaise intention". Le gouvernement britannique a expliqué que le voilier "avait dû s'égarer par mégarde dans les eaux iraniennes" alors qu'il devait participer à une course de 360 miles (580 kilomètres), la "Dubai-Muscat Offshore Sailing Race", qui a commencé le 26 novembre.
    Le chef du cabinet du président iranien, Esfandiar Rahim Mashai, a déclaré que si les marins avaient "la mauvaise intention" de violer la sécurité de l'Iran, "il y aurait des actions fermes et graves contre eux", selon des propos rapportés par l'agence de presse Fars. Le ministre des Affaires étrangères britannique David Miliband a assuré que les cinq marins n'avaient pas de "mauvaises intentions".  [...]"

***************************************************************************************************************************
Europe

- L’Union européenne s’apprête à déclarer : Jérusalem est aussi la capitale de la Palestine, Barak Ravid (Haaretz) - "l’Union européenne pourrait reconnaître une déclaration d’indépendance palestinienne unilatérale" ; "la résolution sera certainement modifiée en faveur d’Israël mais il sera pratiquement impossible d’empêcher l’adoption d’une décision appelant au partage de Jérusalem".
http://www.ambafrance-il.org/spip.php?article7326
   "La semaine prochaine, les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne devraient appeler, pour la première fois de manière officielle, au partage de Jérusalem afin que la ville soit la capitale d’Israël et de la Palestine. Le Haaretz a obtenu le projet de résolution rédigé par la Suède, qui exerce la présidence de l’UE. Celui-ci laisse aussi entendre que le moment venu, l’UE reconnaîtra une déclaration palestinienne unilatérale d’indépendance. Ces derniers jours, Israël mène une campagne diplomatique pour freiner cette résolution, mais ses chances de réussite sont faibles.
    Le 7 décembre prochain, les ministres des Affaires étrangères de l’UE se réuniront à Bruxelles pour débattre du processus de paix. Au terme de ces débats, qui dureront deux jours, sera publiée une résolution détaillant la politique de l’Union. En vue de cette réunion, la Suède a pris l’initiative d’une résolution appelant au partage de Jérusalem et la définissant comme capitale d’Israël et de la Palestine. Ce sera la première fois que l’Union européenne proposera officiellement une solution possible à l’une des questions fondamentales de tout accord définitif avec les Palestiniens.
    Dans cette proposition de résolution L’UE fait part de son inquiétude face au blocage du processus de paix et appelle à reprendre immédiatement les négociations entre Israël et l’Autorité palestinienne. L’objectif de ces négociations, affirme la proposition, est « un Etat palestinien indépendant, démocratique, viable et possédant une continuité territoriale incluant la Cisjordanie, la bande de Gaza et Jérusalem-est pour capitale ».
    L’UE exprime également sa profonde inquiétude face à la situation à Jérusalem-est : « L’Union européenne demande à toutes les parties d’éviter les provocations. Nous n’avons jamais reconnu l’annexion de Jérusalem-est. Pour parvenir à une paix véritable, il faut résoudre le problème du statut de Jérusalem comme capitale des deux Etats », est-il dit dans la proposition de résolution. La résolution appelle également à la réouverture des institutions palestiniennes à Jérusalem-est et affirme que « le gouvernement israélien doit cesser toute attitude discriminatoire vis-à-vis des Palestiniens de Jérusalem-est ».
    La décision du cabinet restreint de sécurité de geler la construction dans les implantations pendant dix mois est mentionnée sommairement dans la proposition de résolution : « Le conseil des ministres des Affaires étrangères prend note de la décision du gouvernement israélien de geler partiellement et temporairement la construction dans les implantations et espère que cela constituera un pas vers la reprise des négociations ». De même, la levée des barrages en Cisjordanie ne suscite que peu de louanges : « De nombreux barrages restent en place pour protéger les implantations », y est-il dit.
    Sur la question des frontières, l’UE souligne qu’elle n’acceptera aucune modification israélienne des lignes de 1967, à moins que ce changement soit accepté par les Palestiniens. L’UE se félicite aussi du plan proposé par le Premier ministre palestinien, Salam Fayyad, « et pourra, le moment venu, reconnaître un Etat palestinien ». Au ministère israélien des Affaires étrangères on considère cette phrase comme une indication selon laquelle l’Union européenne pourrait reconnaître une déclaration d’indépendance palestinienne unilatérale.
    L’ambassadeur d’Israël auprès de l’Union européenne, Dan Curiel, a adressé la semaine dernière à Jérusalem plusieurs télégrammes dans lesquels il accuse la Suède de « placer l’Union européenne sur une trajectoire de collision avec Israël ». Dans un autre télégramme, l’ambassadeur estime que la France et la Grande-Bretagne soutiennent l’initiative suédoise. Selon lui, l’Espagne, l’Allemagne et l’Italie ne sont pas non plus aux côtés d’Israël. M. Curiel a indiqué que pour empêcher que la résolution soit adoptée, il faudrait qu’au moins deux de ces cinq pays soutiennent Israël. Le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Liberman, doit rencontrer aujourd’hui à Athènes son homologue espagnol, Miguel Moratinos, à qui il demandera que la décision de l’UE ne porte pas sur Jérusalem.
    Des diplomates européens au fait des débats affirment que la résolution sera certainement modifiée en faveur d’Israël mais qu’il sera pratiquement impossible d’empêcher l’adoption d’une décision appelant au partage de Jérusalem. En effet, même les pays les plus proches d’Israël ne pourront le soutenir sur ce point car Jérusalem n’est pas concernée par la décision de geler la construction dans les implantations. A cela il faut ajouter la construction à Guilo et la démolition de maisons palestiniennes à Jérusalem-est. « Nous estimons que cette décision aidera les Palestiniens à reprendre les négociations et leur offrira une garantie européenne concernant l’établissement de la capitale palestinienne à Jérusalem », affirment ces diplomates européens."

- Jérusalem-Est : la Suède fait pression, Herb Keinon (JP) - "le plus affolant d'un point de vue israélien est le déni de la reconnaissance de Jérusalem-Ouest en tant que capitale de l'Etat d'Israël".
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1259243051593&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Alors qu'Israël fait de visibles efforts pour reprendre les pourparlers de paix avec les Palestiniens, la Suède appelle à reconnaître Jérusalem-Est comme capitale d'un futur Etat palestinien. Cette volonté, d'après le ministère des Affaires étrangères, entrave la médiation européenne entre Israël et les Palestiniens. [...] Mais, comme le souligne un haut responsable de la diplomatie israélienne, le plus affolant d'un point de vue israélien est le déni de la reconnaissance de Jérusalem-Ouest en tant que capitale de l'Etat d'Israël. "Cela perturbe l'équilibre", ajoute l'officiel. [...]
    Le ministre suédois des Affaires Etrangères, Carl Blidt, ne s'est pas rendu une seule fois sur le territoire israélien depuis sa prise de fonctions en juillet. Sa visite prévue en septembre avait été annulée suite à l'article publié dans le quotidien Aftonbladet, qui accusait les soldats israéliens de trafic d'organes palestiniens.
    De son côté, Avigdor Lieberman perd patience. D'après lui, après les efforts significatifs réalisés par Israël, les "Européens devraient plutôt faire pression sur les Palestiniens pour un retour à la table des négociations. Ce genre de geste mené par la Suède ne fait que mener à une situation opposée"."

- Proche-Orient : La France s’oppose à la position suédoise, Shraga Blum (Arouts 7) - "Les réserves françaises se manifestent également sur le ton général du texte, que Paris estime « déséquilibré et trop négatif envers Israël »."
http://www.actu.co.il/2009/12/proche-orient-la-france-s%E2%80%99oppose-a-la-position-suedoise/
   "Le ministère israélien des Affaires Etrangères a commencé à déployer tous ses efforts afin de convaincre les amis d’Israël en Europe que le texte de résolution proposé par la Suède, et qui doit être soumis le 7 décembre prochain au vote des membres de l’UE à Bruxelles, est « inacceptable et dangereux ». Certains résultats se sont déjà fait ressentir. La représentation française à Bruxelles a fait savoir qu’elle « émettait de nombreuses réticences par rapport au projet de résolution élaboré par la présidence suédoise concernant le Proche-Orient ».
    Les Français ont introduit pas moins de cinquante propositions d’amendements au texte, notamment sur la question de Jérusalem et de l’intention affichée par Stockholm de faire reconnaître unilatéralement Jérusalem-Est comme « capitale de la Palestine » par l’Union Européenne. Non pas que la France ne soit pas d’accord sur le fond, précise-t-on au Quai d’Orsay, mais on estime « que le tracé des frontières doit se définir par la négociation entre les deux parties et non de manière unilatérale par des pays tiers ». Les réserves françaises se manifestent également sur le ton général du texte, que Paris estime « déséquilibré et trop négatif envers Israël ». [...]
    A Jérusalem, on pense que les Italiens, les Allemands et les Britanniques suivront la France et pousseront la Suède a proposer un texte beaucoup plus équilibré, tout en étant conscient qu’il ne s’agit finalement que d’un texte de plus qui n’aura aucune valeur juridique ni même politique."

- Le statut de Jérusalem-Est suscite la polémique entre l'UE et Israël (AFP) - "une moitié d'Etats européens ne sont pas d'accord avec cette formulation" suédoise.
http://lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-41052265@7-60,0.html
   "[...] A l'origine de la discorde, une proposition de la présidence suédoise de l'Union européenne d'évoquer Jérusalem-Est "comme capitale d'un futur Etat palestinien" dans un texte soumis la semaine prochaine à l'approbation des ministres européens des Affaires étrangères, a-t-on appris mardi de sources diplomatiques. Les Européens sont eux mêmes divisés sur cette proposition, a précisé un diplomate européen. [...] une moitié d'Etats européens ne sont pas d'accord avec cette formulation, a précisé une source diplomatique. "Trois options sont sur la table: soit le texte reste en l'état, soit il est entièrement supprimé, ou alors il est modifié", ajoute cette source, selon laquelle la première option est la moins vraisemblable. [...]"

- Livni à la Suède : ne prenez pas position au sujet de Jérusalem (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/12/livni-a-la-suede-ne-prenez-pas-position-au-sujet-de-jerusalem/
   "La cheffe de l’opposition Tsippi Livni a exprimé mardi son soutien au Premier ministre Binyamin Netanyahou et au ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman au sujet de Jérusalem. Livni s’est plainte au ministre suédois des Affaires étrangères de l’intention de l’Union européenne de proclamer Jérusalem capitale de la Palestine. « Je vous fais part de mon inquiétude au sujet de ces tentatives de fixer à l’avance les résultats des négociations sur cette question si sensible de l’accord. Je vous demande de ne pas adopter de position au sujet de Jérusalem », a ajouté la présidente du parti Kadima."

- Demjanjuk, un bourreau volontaire (AP) - "Il a peu réagi mais sa main gauche couvrait son front lors des macabres descriptions sur la façon dont les Juifs étaient conduits nus vers la chambre à gaz de Sobibor".
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1259243053353&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Un disciple volontaire de l'idéologie raciste d'Hitler. L'accusation a frappé fort mardi lors du procès du mécanicien retraité d'Ohio, John Demjanjuk, ancien gardien du camp de la mort Sobibor. [...] Arrivé au tribunal de Munich en fauteuil roulant avec une couverture sur les jambes, il a fermé les yeux pendant la lecture des 10 pages d'accusation. Il a peu réagi mais sa main gauche couvrait son front lors des macabres descriptions sur la façon dont les Juifs étaient conduits nus vers la chambre à gaz de Sobibor.
    Né en Ukraine, Demjanjuk maintient avoir été un soldat soviétique capturé par les Allemands et avoir passé le reste de la guerre en prison. Hans-Joachim Lutz, qui a lu l'acte d'accusation, est affirmatif face aux cinq juges : il prouvera que Demjanjuk s'est porté volontaire pour travailler dans les camps de la mort. "En tant que garde, il a pris part à toutes les phases du processus d'extermination après l'arrivée des trains de déportation", a poursuivi Lutz. Il a estimé que Demjanjuk aurait pu déserter mais qu'il a, au contraire, choisi de rester dans le camp. "Il a participé de son plein gré à l'assassinat des Juifs", a affirmé Lutz. [...]"

- Des rescapés de l'Holocauste accusent Demjanjuk d'exagérer ses ennuis santé (AFP)
http://www.lesechos.fr/depeches/monde/afp_00206144-des-rescapes-de-l-holocauste-accusent-demjanjuk-d-exagerer-ses-ennuis-sante.htm
   "Des survivants de l'Holocauste ont accusé mardi John Demjanjuk, 89 ans, d'exagérer ses ennuis de santé pour tenter de paralyser son procès pour complicité du meurtre de 27.900 juifs dans un camp d'extermination nazi. [...] "Je suis sûr qu'il fait semblant d'être malade", a déclaré à l'AFP Thomas Blatt, un survivant de ce camp âgé de 82 ans, venu de Californie. David van Huiden, 78 ans, dont toute la famille a disparu à Sobibor comme environ 250.000 juifs, s'est dit furieux de voir Demjanjuk allongé sans faire face à ses accusateurs. "C'est dur d'accepter qu'il ne soit face
à personne", a-t-il déclaré.
    La famille de Demjanjuk, qui nie avoir été à Sobibor, assure qu'il est notamment atteint d'une leucémie et ne survivra pas à un procès. Sa défense a réclamé une nouvelle fois la suspension du procès, en invoquant de nombreuses irrégularités. [...]"

- Un Néerlandais livre un témoignage poignant au procès Demjanjuk en Allemagne (AFP) - "Demjanjuk avait déjà passé lundi une partie de la première audience couché sur un brancard [...] mais on avait pu le voir ensuite discuter avec animation avec son défenseur" ; "Un professeur d'hématologie a démenti qu'il souffre d'une leucémie".
http://www.lesechos.fr/depeches/monde/afp_00206144-un-neerlandais-livre-un-temoignage-poignant-au-proces-demjanjuk-en-allemagne.htm
   "Un rescapé néerlandais des camps nazis a livré mardi en Allemagne un témoignage émouvant au deuxième jour du procès de John Demjanjuk, accusé de complicité dans le meurtre de 27.900 juifs. Rudolf Salomon Cortissos, 70 ans, a fondu en larmes en racontant comment sa mère avait été déportée puis gazée par les nazis au camp d'extermination de Sobibor, où Demjanjuk est accusé d'avoir été garde pendant six mois en 1943.
    La cour a fini par éloigner ce témoin submergé par l'émotion, qui avait apporté avec lui à Munich (sud) la dernière lettre de sa mère, écrite à la hâte peu avant de partir vers la mort. "C'est la seule chose qui me reste d'elle", a dit le retraité en luttant contre les larmes. La missive disait: "Nous sommes lundi soir et prêts à partir. Je te promets que je serai forte et que je survivrai sans aucun doute (...). On ne peut rien y faire, c'est comme ça". Et à la fin: "J'espère vous revoir tous bientôt". "Trois jours plus tard, elle était morte", a raconté son fils. Pendant ce témoignage, l'accusé d'origine ukrainienne est resté couché sur un brancard, sans quitter sa veste en cuir, une casquette bleue baissée sur les yeux. Il n'a pas dit mot. La défense a annoncé qu'il userait de son droit à ne pas s'exprimer.
    Un autre survivant a témoigné. "Je pensais qu'à la fin de la guerre, toute ma famille reviendrait. Personne n'avait dit que c'était un aller sans retour", a dit un autre Néerlandais David van Huiden, 78 ans, dont toute la famille est morte à Sobibor. Comme d'autres rescapés, il a accusé Demjanjuk d'exagérer ses ennuis de santé pour tenter de paralyser le procès, alors que l'accusé âgé de 89 ans s'est pris la tête entre les mains à plusieurs reprises en gémissant, les yeux fermés mais clairement conscient.
    Demjanjuk avait déjà passé lundi une partie de la première audience couché sur un brancard, entièrement recouvert d'une couverture, mais on avait pu le voir ensuite discuter avec animation avec son défenseur. Ce qui avait provoqué l'ire de nombreuses parties civiles, dont certaines venues de loin. [...] Un professeur d'hématologie a démenti qu'il souffre d'une leucémie, comme l'affirme la famille. [...]"

- Merkel s'excuse pour la mort de civils afghans à Kunduz (Reuters)
http://fr.news.yahoo.com/4/20091201/twl-allemagne-afghanistan-kunduz-41953f5.html
   "La chancelière allemande Angela Merkel a exprimé ses regrets après le raid aérien lancé sur ordre allemand qui a fait une trentaine de victimes civiles le 4 septembre à Kunduz, en Afghanistan. Ces déclarations coïncident avec la multiplication des appels en faveur d'une enquête sur les informations dont disposait le gouvernement à propos de cette opération présentée comme une "bavure". [...] "Premièrement, tout doit être totalement éclairci. Deuxièmement, nous devons faire savoir de façon très claire, et je le fais, que nous regrettons cela (...) et que l'Allemagne assume ses responsabilités", a dit Angela Merkel. [...]"

****************************************************************************************************************************
ONU

- Le nouveau directeur de l'AIEA prend ses fonctions (AP) - "impartial, fiable et professionnel" ? ça nous changerait.
http://fr.news.yahoo.com/3/20091201/twl-aiea-baradei-amano-1be00ca.html
   "Le nouveau directeur de l'Agence internationale à l'énergie atomique (AIEA) Yukiya Amano a déclaré mardi vouloir de son mieux pour affronter les défis posés à l'AIEA. Lire la suite l'article Le successeur de Mohamed ElBaradei a l'intention d'être un directeur général "impartial, fiable, et professionnel", a-t-il assuré lors de sa prise de fonction. "Nous avons beaucoup de défis difficiles, mais je ferai de mon mieux", a-t-il déclaré devant la presse.
    Au cours des douze années de mandat de Mohamed ElBaradei,l'Iran a développé son programme nucléaire, la Syrie est soupçonnée d'avoir tenté d'en développer un jusqu'à ce qu'Israël détruise un réacteur. Et la Corée du Nord a fait exploser deux bombes nucléaires."

- Shalev : « L’ONU est obsédée par Israël » (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Shalev-L-ONU-est-obsedee-par-Israel-_254179.html
   "L'ambassadrice d'Israël à l'ONU, Gabriela Shalev, a accusé l'organisation mondiale de partialité, voire « d’être obsédée par Israël ». Dans un discours qu'elle a prononcé devant l'Assemblée générale en l’honneur des « Journées de solidarité avec le peuple palestinien »."

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam - dans Novembre 2009
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages