Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 14:58
France

- Dieudonné donne une « quenelle en or » à Ahmadinejad (JTA) - "Dieudonné a remis un certain nombre de « quenelles d’or » à des personnalités qu’il définit comme antisionistes. Ahmadinejad est un négationniste qui a souhaité pendant sa présidence la disparition d’Israël".
http://fr.timesofisrael.com/dieudonne-donne-une-quenelle-en-or-a-ahmadinejad/

- Attentats de Paris : le scénario bien préparé des frères Kouachi et d'Amedy Coulibaly, Christophe Cornevin (Le Figaro) - "Pas convaincu que les attentats du 11 septembre soient l'œuvre de terroristes, [Saïd Kouachi] était notamment ulcéré par des caricatures de Cabu".
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/03/01/01016-20150301ARTFIG00151-attentats-de-paris-le-scenario-bien-prepare-des-freres-kouachi-et-d-amedy-coulibaly.php
   "[...] Les attentats ont été le fruit d'une longue maturation. Avant de «venger le Prophète», les Kouachi sont partis se «former» à l'étranger. Selon nos informations, Saïd avait pris dès le 25 juillet 2001 un vol de la compagnie Oman Air pour se rendre à Mascate, capitale du sultanat d'Oman. Les services de renseignements ont établi qu'il avait fait à l'époque le voyage avec Salim Benghalem, à l'origine petit voyou de Cachan, aujourd'hui désigné comme l'un des présumés bourreaux de Daech et épinglé sur la liste des djihadistes les plus recherchés par les États-Unis. Benghalem et Saïd Kouachi, soupçonnés d'être en lien avec les Yéménites d'al-Qaida dans la péninsule arabique (Aqpa), ont de nouveau été détectés par la police aux frontières voyageant le 15 août 2011 sur un vol d'Oman Air entre Mascate et Paris. Chérif se serait quant à lui rendu en Arabie saoudite en 2008, puis en Turquie et à Oman en 2011.
    Unis dans une relation qualifiée de «fusionnelle» et allant ensemble à la mosquée, les Kouachi ne sont pas tombés dans la marmite radicale au même moment. Chérif a été endoctriné entre 2004 et 2005, notamment au contact de Farid Benyettou, sergent recruteur de la filière des Buttes-Chaumont, ainsi que d'un dénommé Mohammed, fanatique ayant perdu un bras et un œil en Irak. Son aîné Saïd, asthmatique et myope comme une taupe, s'est complètement fondamentalisé en 2013. Pas convaincu que les attentats du 11 septembre soient l'œuvre de terroristes, il était notamment ulcéré par des caricatures de Cabu… [...]"

- La France post-« Charlie » : les mille et un visages du djihadiste (Le Monde) - "l’apparition récente de candidats au djihad issus des classes moyennes bouscule les stéréotypes. C’est dans ces rangs-là, et non plus chez les plus pauvres, que se trouvent désormais la plupart des convertis. Chez eux, les spécialistes diagnostiquent, au choix, un « malaise » ou une « crise identitaire »."
http://www.lemonde.fr/enquetes/article/2015/02/28/la-france-post-charlie-les-mille-et-un-visages-du-djihadiste_4585165_1653553.html


Israël

- Des milliers de manifestants contre la diffusion de Charlie Hebdo à Nazareth (i24) - "esclandre dans les villes arabes israéliennes, où près de 5000 personnes brandissaient des affiches rouges et noires au slogan "Nous sommes avec toi, messager de dieu"."
http://www.i24news.tv/fr/actu/israel/societe/62776-150301-des-milliers-de-manifestants-contre-la-diffusion-de-charlie-hebdo-a-nazareth
   "Des milliers de personnes ont participé à une manifestation à Nazareth contre la distribution de l'exemplaire des survivants de Charlie Hebdo samedi, rapporte le quotidien israélien Haaretz.
    La décision d'une haute Cour de Justice qui a autorisé la diffusion gratuite du journal satirique montrant Mahomet déclarer "Je suis Charlie", a rapidement créé un esclandre dans les villes arabes israéliennes, où près de 5000 personnes brandissaient des affiches rouges et noires au slogan "Nous sommes avec toi, messager de dieu". Sous l'impulsion de la branche du secteur nord du Mouvement islamique, et son leader le Sheikh Ra'ad Salah, la protestation a rassemblé le président du comité des maires arabes, Mazin G'Nayem, et le maire de Nazareth Ali Salam. Le Mouvement islamique a accusé Israël de "tenter de se cacher derrière une soi-disant liberté d'expression" afin d'"insulter les symboles religieux, particulièrement l'image du prophète". [...]
    Le chef de la diplomatie israélienne et candidat aux législatives Avigdor Lieberman et ses partisans ont contourné le 5 février une interdiction officielle en mettant à disposition du public à Tel Aviv le dernier numéro de Charlie Hebdo avec le prophète Mahomet en couverture. M. Lieberman et les militants de son parti "Israel Beitenou" (droite ultra-nationaliste laïque) ont contourné l’interdiction en ne distribuant pas à proprement parler le journal ; la bouche symboliquement bâillonnée, ses sympatisants ont installé un stand permettant aux passants de consulter le journal satirique sur le boulevard Rothschild, l’un des axes les plus fréquentés de Tel Aviv."


Egypte

- Egypte : la justice déclare le mouvement palestinien Hamas "terroriste" (AFP) - "Le tribunal des référés a rendu son verdict samedi après deux plaintes accusant le Hamas d'être directement impliqué dans des attaques jihadistes meurtrières contre les forces de sécurité dans la péninsule du Sinaï".
https://fr.news.yahoo.com/egypte-justice-d%C3%A9clare-mouvement-palestinien-hamas-terroriste-121643889.html
   "Un tribunal égyptien a jugé samedi que le Hamas était une organisation "terroriste", nouveau coup dur porté au mouvement palestinien dont les relations sont au plus bas avec Le Caire qui l'accuse de soutenir l'opposition islamiste. Le Hamas islamiste, qui contrôle de facto la bande de Gaza voisine, a aussitôt dénoncé ce jugement, rendu près d'un mois après une décision similaire frappant sa branche armée, le qualifiant de "grande honte qui souille la réputation de l'Egypte".
    Les relations entre le Hamas et l'Egypte sont très tendues depuis la destitution en juillet 2013 du président islamiste Mohamed Morsi par l'ex-chef de l'armée et actuel président, Abdel Fattah al-Sissi. Le Hamas est issu, comme M. Morsi, de la confrérie des Frères musulmans, déclarée elle aussi "terroriste" en décembre 2013 par Le Caire et dont les partisans sont la cible d'une sanglante répression dans laquelle plus de 1.400 manifestants ont été tués, sans compter quelque 15.000 personnes emprisonnées et des centaines condamnées à mort.
    Le tribunal des référés a rendu son verdict samedi après deux plaintes accusant le Hamas d'être directement impliqué dans des attaques jihadistes meurtrières contre les forces de sécurité dans la péninsule du Sinaï (nord-est), voisine de la bande de Gaza. "Il a été prouvé que le mouvement avait commis sur le territoire égyptien des actes de sabotage et assassiné des innocents, des civils et des membres de la police et de l'armée", a indiqué la cour dans ses attendus, déclarant le Hamas "organisation terroriste". Elle évoque notamment des attentats coordonnés fin janvier dans le nord du Sinaï et dans lesquels au moins 25 soldats avaient été tués, précisant que "les roquettes utilisées dans cette opération ne se trouvent que dans la bande de Gaza". [...]
    Fin janvier, la justice avait classé comme mouvement "terroriste" la branche militaire du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam, et en mars 2014 un tribunal avait déjà proscrit les activités du mouvement palestinien sur le sol égyptien. Le Hamas est considéré comme "organisation terroriste" par Israël et les Etats-Unis, et l'Union européenne a décidé en janvier de faire appel d'une récente décision de la justice européenne ordonnant le retrait du mouvement palestinien de la liste terroriste de l'UE [pour vice de procédure].
    Le verdict de samedi intervient quelques jours après l'adoption d'une nouvelle loi antiterroriste qui permet aux autorités de fermer les locaux de toute organisation déclarée "terroriste", de geler ses avoirs et de ceux de ses membres, et d'empêcher ces derniers de quitter l'Egypte ou d'y entrer. Mais avant de pouvoir appliquer cette loi au Hamas, les plaignants doivent demander à l'exécutif ou au parquet d'ajouter officiellement le Hamas à la liste des organisations "terroristes" du pays, a indiqué à l'AFP un haut responsable judiciaire.
    Le politologue gazaoui Moukhaimer Abou Saada a qualifié cette décision judiciaire d'"escalade dangereuse", estimant que "l'Egypte pourrait geler les avoirs et les investissements en Egypte d'individus appartenant au Hamas"."
- Le Hamas sur la liste égyptienne des organisations terroristes (Reuters) - "Le Caire accuse [le Hamas] de partager la même idéologie qu'Ansar Baït al Makdis, groupe armé du Sinaï qui s'est rallié à l'Etat islamique et multiplie les attentats contre les symboles du pouvoir. "La cour a jugé que le Hamas devait être inscrit (sur la liste des) organisations terroristes", a déclaré à Reuters Samir Sabry, un des avocats à l'origine de la plainte contre le mouvement palestinien".
https://fr.news.yahoo.com/le-hamas-sur-la-liste-%C3%A9gyptienne-des-organisations-124815299.html
- After Egypt calls Hamas 'terrorist' group, Gaza braces for isolation (Associated Press) - "Some in Gaza blamed Hamas, saying it's time the militant group to moderate or hand over control to the Western-backed Palestinian President Mahmoud Abbas, from whom it seized Gaza. "Hamas is taking us hostage for the sake of its own interest," university graduate Ahmed Tiri said. Hamas rules Gaza with an iron grip, and such open criticism is relatively rare".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4632224,00.html
- Hamas shaken by Egyptian terror decision, so it celebrates terror (Elder of Ziyon) - "Hamas media started its counteroffensive, insulting Egypt and also celebrating Hamas terrorism". Voir par exemple ce petit dessin animé du Hamas.
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/03/hamas-shaken-by-egyptian-terror.html
- The unlikely broker between Hamas and Egypt: Islamic Jihad (Haaretz) - "Delegation of senior Islamic Jihad officials arrives in Cairo in an attempt to reduce tensions between the sides and reach a compromise that would allow the opening of Rafah Crossing".
http://www.haaretz.com/news/middle-east/.premium-1.644825

- Al-Sissi mène un combat churchillien contre le Hamas, Avi Issacharoff (Times of Israel) - "La décision du tribunal souligne l’approche de Sissi : il n’y a aucune distinction entre l’aile militaire et l’aile politique. Il laisse ces nuances à divers responsables internationaux, principalement européens, qui ont récemment essayé de créer un dialogue avec le Hamas".
http://fr.timesofisrael.com/al-sissi-mene-un-combat-churchillien-contre-le-hamas/
   "Les conséquences de la décision par le tribunal égyptien samedi de définir le du Hamas, dans son intégralité, comme un groupe terroriste ne sont pas encore claires. Jusqu’à présent, seule l’aile militaire de l’organisation, les Brigades Ezzedin al-Qassam, était classée terroriste. La nouvelle décision inclut désormais sa branche politique. Est-ce à dire qu’à partir de maintenant, l’Egypte bannira totalement le Hamas, coupera tout lien avec le groupe, et cela concerne-t-il aussi les services de renseignements du Caire ?
    Ce qu’on peut dire assez certainement, surtout à la lumière de la réaction quasi-hystérique à la décision à Gaza, c’est que sur un plan symbolique, Le Caire a déclaré la guerre contre le Hamas. Le président égyptien Abdel-Fattah al-Sissi prouve qu’il y a un unique chef au Moyen-Orient, de l’acabit de Winston Churchill, et qu’il siège au Caire.
    Sissi ne fait pas que parler. Il agit aussi. Il a prononcé une série de discours mémorables appelant à une révolution de la pensée islamique, loin de la violence, et génératrice d’un islam plus humain. Il a déclaré la guerre à l’Islam radical où qu’il soit – à l’État islamique et ses acolytes, qui attaquent les Egyptiens en Libye et dans leur pays, mais aussi aux Frères musulmans et à leurs alliés. Il y a plusieurs mois, le président a déclenché une opération militaire d’envergure dans la péninsule du Sinaï, qui selon ses collaborateurs durera deux à trois ans. Pendant cette période, dit Sissi, l’Égypte devra payer le prix, peut-être lourd, mais elle n’a pas de choix, ni d’échappatoire. Quand des combattants de l’EI en Libye ont enlevé et exécuté des coptes égyptiens, Sissi n’a de nouveau pas hésité : il a envoyé des avions de l’armée de l’air égyptienne bombarder des dizaines de cibles de l’EI sur le sol libyen.
    La décision du tribunal souligne l’approche de Sissi : il n’y a aucune distinction entre l’aile militaire et l’aile politique. Il laisse ces nuances à divers responsables internationaux, principalement européens, qui ont récemment essayé de créer un dialogue avec le Hamas. [...]
    Nous attendons maintenant les conséquences de la décision de la cour égyptienne. Les quelques responsables du Hamas actifs en Egypte seront-ils expulsés ? L’intelligence égyptienne coupera-t-elle ses liens étroits avec la direction du Hamas, mettant ainsi fin à sa capacité de médiation entre le groupe et Israël ?
    Très probablement. L’intelligence égyptienne a plus d’une fois exigé que le Hamas lui livre les suspects terroristes, mette fin à la contrebande via les tunnels souterrains, et cesse de fournir un refuge aux terroristes du Sinaï. Le Hamas ne s’est pas exécuté. En outre, l’intelligence égyptienne a connaissance de liens entre des agents clés de l’aile militaire du Hamas, tels que Ayman Nofal, et des cellules de l’État islamique dans le Sinaï (anciennement Ansar Bayt al-Maqdis) qui attaquent les soldats égyptiens. [...]"

- Egypte : perpétuité pour le chef des Frères musulmans (Le Figaro.fr) - "Un tribunal égyptien a condamné samedi le guide suprême des Frères musulmans, Mohamed Badie, à la prison à perpétuité, et confirmé la peine de mort pour quatre de ses co-accusés dans un procès pour meurtre de manifestants".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/02/28/97001-20150228FILWWW00079-egypte-perpetuite-pour-le-chef-des-freres-musulmans.php

- Egyptian TV Host Gaber Al-Karmoty: The Jews Are Using the Holocaust to Suck the Blood of the Germans (January 15 2015, Vidéo 2mn) - hallucinant de haine, à voir (en plus il parle de la France et du "courageux" négationniste Garaudy).
http://www.memritv.org/clip/en/4805.htm


Gaza & Hamas

- Chirurgie esthétique et injections de Botox en plein boom à Gaza, Aurélie Wehrlin (Le Vif Weekend) - "ces interventions étant menées dans le respect du cadre religieux et des convenances sociales ayant cours à Gaza".
http://weekend.levif.be/lifestyle/beaute/chirurgie-esthetique-et-injections-de-botox-en-plein-boom-a-gaza/article-normal-368999.html
   "Les opérations les plus courantes dans ce nouveau fief de la chirurgie esthétique sont la liposuccion, l'augmentation mammaire et l'abdominoplastie, mais le lifting des paupières et suppression des poches sous les yeux y sont aussi très populaires. Le Dr Salah Zaanin, - qui a lui-même ouvert sa propre clinique il y a deux ans pour répondre à la demande - annonce au quotidien Al Monitor, le chiffre faramineux de +300% pour les opérations visant à gonfler et embellir les lèvres sur le seul mois de janvier 2015. Mais encore plus impressionnante, l'augmentation de 600% des injections de Botox - pour combler et éliminer les rides - sur la même période. Et dans la mesure où une femme souhaitant avoir recours à ce type d'opération doit venir consulter accompagner d'un tuteur masculin (père, mari, frère), de plus en plus nombreux sont les hommes à passer le pas du bistouri, notamment dans l'espoir que cet acte les conduira sur le chemin du mariage.
    Selon le Dr Zaanin, plusieurs facteurs peuvent expliquer ce boom de la consommation chirurgicale. D'abord, les progrès techniques qui auraient été accomplis sur le territoire depuis quelques années. "Nous sommes un peuple qui aime la beauté comme tous les autres (...) Beaucoup de femmes ont commencé à s'occuper de leur bien-être émotionnel et physique, surtout après avoir pris connaissance des progrès accomplis dans le domaine de la chirurgie esthétique et la présence d'un équipement moderne à Gaza".
    Ensuite, le coût. Il varie selon le type d'intervention entre 1000 et 2000 dollars, tandis que les injections de silicium peuvent coûter jusqu'à 300 dollars. Des prix très bas selon Zaanin, qui dépendent aussi beaucoup du matériel utilisé. "Par conséquent, toutes les classes sociales ont recours à la chirurgie esthétique. Par exemple, les pauvres optent pour des opérations à bas prix." Ce chirurgien, qui évidemment prêche pour sa paroisse, poursuit "tout le monde devrait avoir le droit de jouir de la vie et de se sentir bien dans sa peau."
    Enfin, le changement de mentalité. En effet, les femmes travaillent de plus en plus, accédant ainsi à une plus grande indépendance financière. L'importance accordée à l'apparence s'accroît, sous l'effet d'Internet et des chaînes de télévision par satellite, selon le Dr Nafez Abu Shaaban, chef du Service de chirurgie plastique et de traitement des brûlés à l'hôpital Shifa de Gaza. Enfin, ces interventions étant menées dans le respect du cadre religieux et des convenances sociales ayant cours à Gaza et conformément aux normes médicales, rien ne contrevient à y avoir recours. "Les femmes sont accompagnées de leur tuteur, de leur père ou de leur mari, lors des consultations, et nous ne procédons pas à des opérations sans eux". [...]
    (Source Al-Monitor)"
- Botox treatments, cosmetic surgeries surge in Gaza (Elder of Ziyon) - "But from the media I thought that all Gazans were homeless, jobless and starving!"
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/02/botox-treatments-cosmetic-surgeries.html

- After Egyptian refusals, French aid convoy to Gaza goes through Israel (Elder of Ziyon) - "After waiting for months to enter Gaza with a convoy of humanitarian items through Egypt, a French charity ended up going through - Israel"; "The convoy contains medical equipment, medicines, food parcels, heaters, solar chargers and clothing, according to the foundation. The items will be delivered to the Palestinian Ministry of Health in Gaza, which is known to take donated aid and then sell them to gain more cash for Hamas".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/03/after-egyptian-refusals-french-aid.html

- "Gaza Man" video game shows Gazans shooting rockets, RPGs at Israelis (Elder of Ziyon) - un jeu anti-israélien bientôt sur Android et IoS. Voir la bande-annonce ici.
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/03/gaza-man-video-game-shows-gazans.html
   "[...] I wonder if the game shows "the resistance" shooting people who want to leave their homes, building terror tunnels instead of building houses, kidnapping and murdering Israeli teens, shooting rockets that fall on their own people, aiming rockets at Jewish communities, executing alleged "collaborators" on the street to the enthusiasm of children watching, instructing Gazans to lie to Westerners and say that everyone who is killed is a civilian, attacking during humanitarian truces meant to help Gazans get food and shelter, threatening reporters who mention what they are doing, and using hospitals to protect their brave leaders. Or are they not quite as proud of those real achievements?"


"Processus de paix"

- Kerry demande à Abbas d’interdire les mesures anti-Israël (Times of Israel)
http://fr.timesofisrael.com/kerry-demande-a-abbas-dinterdire-les-mesures-anti-israel/
   "Selon un quotidien arabe, le secrétaire d’Etat américain John Kerry a demandé au président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, de bloquer l’adoption de décisions anti-israéliennes à la conférence nationale de son parti, le Fatah, prévue cette semaine.
    Selon le quotidien A-Sharq Al-Awsat, basé à Londres, le Comité central du Fatah pourrait voter un tournant dans les relations palestiniennes avec Israël au cours de sa 27e conférence ce mercredi. Cet amendement serait une réponse à la décision israélienne de bloquer les recettes fiscales palestiniennes [notamment en raison de la dette énergétique palestinienne] qui s’élèvent à des centaines de millions de dollars.
    Des sources palestiniennes bien informées ont affirmé au quotidien que, au cours d’une conversation téléphonique, Kerry a instamment demandé Abbas de s’abstenir d’annuler des accords politiques et économiques déjà signés avec Israël ; et ce, pour permettre la reprise de pourparlers de paix dans le cadre des élections nationales du 17 mars. [...]
    S’exprimant à la télévision palestinienne la semaine dernière, le membre du Comité central du Fatah Jamal Muheissen a appelé le Hamas à rejoindre le Fatah afin d’élaborer une stratégie nationale pour faire face à Israël. « Les Etats-Unis ont un parti-pris complet en faveur d’Israël » a-t-il également affirmé. « Netanyahu va s’exprimer au Congrès américain, malgré la position de l’administration américaine. Cela nous montre que le peuple palestinien n’est pas le seul à vivre sous occupation ; les Américains sont également soumis aux mêmes forces d’occupation »."


USA/Iran

- Manœuvres finales en vue d’un accord sur le nucléaire iranien, Yves-Michel Riols (Le Monde) - "selon un influent diplomate occidental, « on ne peut pas avoir un accord, nous sommes trop éloignés sur des sujets essentiels ». L’optimisme est en effet encore plus mesuré en Europe qu’aux Etats-Unis".
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/03/02/man-uvres-finales-en-vue-d-un-accord-sur-le-nucleaire-iranien_4585719_3218.html
   "Les négociations sur le nucléaire iranien sont entrées dans une phase cruciale : il reste moins d’un mois pour parvenir à un compromis. La date butoir a déjà été repoussée à deux reprises depuis la conclusion d’un accord intérimaire, en novembre 2013, entre l’Iran et les grandes puissances. Mais le président américain Barack Obama a indiqué qu’il ne soutiendrait pas une nouvelle prolongation si l’Iran et les pays du « P5 + 1 », regroupant les cinq membres permanents du Conseil de sécurité et l’Allemagne, ne parviennent pas à un accord politique d’ici à la fin mars. Les négociateurs auraient ensuite jusqu’au 30 juin pour régler les paramètres techniques. [...]
    Tout en faisant assaut de prudence (selon le président, la probabilité d’un succès est de 50 %), l’administration Obama ne cesse pourtant de fourbir les armes pour défendre un accord. Elle martèle ainsi l’argument du réalisme en faisant valoir qu’un tel compromis constituerait la moins pire des solutions pour continuer de surveiller efficacement les activités nucléaires de l’Iran. Et ne masque pas son peu d’entrain pour toute perspective autre que diplomatique.
    Ces précautions ne sont sans doute pas seulement tactiques car à ce stade, selon un influent diplomate occidental, « on ne peut pas avoir un accord, nous sommes trop éloignés sur des sujets essentiels ». L’optimisme est en effet encore plus mesuré en Europe qu’aux Etats-Unis. « Des solutions peuvent être discutées en bilatéral, entre Américains et Iraniens, mais elles ne sont pas encore suffisantes », tranche un proche du dossier. Cette mise en garde rappelle les profondes divergences qui avaient éclaté, à la fin 2013, lorsque Laurent Fabius, le chef de la diplomatie française, avait rompu l’unité du P5 + 1 en faisant capoter un compromis irano-américain, jugé insuffisamment ferme vis-à-vis de Téhéran.
    Le scénario peut-il se répéter ? A Paris, on se défend de telles intentions, en soulignant que les négociations sont trop ouvertes pour se prononcer de façon définitive. Mais pour l’heure, les tractations n’ont pas encore abouti sur cet enjeu diplomatique majeur qui pourrait potentiellement ouvrir la voie à une normalisation avec l’Iran, un acteur incontournable des crises au Moyen-Orient. Il y a eu des « progrès » ces dernières semaines, selon un expert, mais ils sont « insuffisants sur l’enrichissement d’uranium », combustible indispensable à la fabrication d’une bombe atomique, « incomplets sur la recherche et développement » et il demeure « de gros obstacles sur la levée des sanctions » réclamée par l’Iran.
    Autrement dit, les principaux termes d’un accord ne sont pas encore sur la table. Un blocage apparu ces dernières semaines porte sur le programme de recherche et développement iranien. « C’est un point fondamental, insiste un diplomate européen. Si on lâche là-dessus, c’est comme si on ne faisait rien. » Les Occidentaux estiment en effet que des concessions iraniennes sur le nombre de centrifugeuses, qui servent à enrichir l’uranium, ne seraient pas crédibles si, en parallèle, l’Iran est autorisé à développer la recherche sur des centrifugeuses plus puissantes, sans contrôle contraignant.
    Autre point d’achoppement : les Iraniens réclament la levée de toutes les sanctions internationales qui frappent le pays depuis 2006, et pas seulement leur suspension progressive. Une demande jugée irrecevable par les Occidentaux. « On ne va pas lever l’arsenal des sanctions sur la seule base de promesses », insiste un diplomate. Et faute de progrès d’ici à fin mars, dit-il, « l’ensemble de la négociation pourrait s’arrêter là »…"

- Mission risquée pour Benyamin Nétanyahou à Washington, Cyrille Louis (Le Figaro)
http://www.lefigaro.fr/international/2015/03/01/01003-20150301ARTFIG00129-mission-risquee-pour-benyamin-netanyahou-a-washington.php
   "Une mission «cruciale, voire historique». Avant de s'envoler pour Washington, où il doit prononcer, mardi, un discours sur le programme nucléaire iranien devant le Congrès des États-Unis, Benyamin Nétanyahou n'a reculé devant aucun effet pour dramatiser l'événement. Samedi soir, il s'est rendu au mur des Lamentations afin de mieux souligner la menace existentielle qui plane, à ses yeux, sur l'État d'Israël.
    Le premier ministre israélien soupçonne Barack Obama et les grandes puissances du groupe P5 + 1 de préparer un accord qui, en autorisant le régime iranien à conserver une partie de ses capacités d'enrichissement, lui permettra de poursuivre sa marche vers la bombe atomique. Dimanche, à l'aéroport Ben Gourion, il a indiqué ressentir «une inquiétude profonde et sincère pour la sécurité de tous les citoyens d'Israël, ainsi que pour le destin de notre pays et de notre peuple». [...]
    En acceptant, sans en référer à la Maison-Blanche, l'invitation lancée par le chef de file des républicains au Congrès, le premier ministre a donné le sentiment de prendre ouvertement position contre Barack Obama. Il est désormais accusé d'offrir des munitions aux élus républicains, qui rêvent de torpiller les négociations menées par le groupe P5 + 1 en imposant de nouvelles sanctions au régime iranien. [...]
    Refusant de se laisser démonter par ces critiques, celui-ci relativise le différend avec Washington et rappelle que d'autres premiers ministres ont, avant lui, su s'opposer à la Maison-Blanche. Ce fut le cas de David Ben Gourion lorsqu'il signa la déclaration d'indépendance (1948), de Levi Eshkol lorsqu'il engagea son pays dans la guerre des Six-Jours (1967) ou de Menahem Begin lorsqu'il ordonna la destruction du réacteur nucléaire irakien (1981). [...]"
- Nétanyahou en « mission » au Congrès américain, Piotr Smolar & Gilles Paris (Le Monde)
http://www.lemonde.fr/international/article/2015/03/02/netanyahou-en-mission-au-congres-americain_4585569_3210.html
   "[...] « Je me sens l’émissaire de tout le peuple d’Israël », a expliqué le chef du gouvernement. M. Nétanyahou se dit en « mission historique ». Il se voit comme l’ultime pourfendeur du « mauvais accord » avec l’Iran sur ses capacités nucléaires qui pourrait émerger d’ici à la fin mars.
    Mais le prix de cette « mission » est une dégradation sans précédent de la relation avec le grand allié américain, la puissance protectrice qui n’a jamais fait défaut à Israël. Un paradoxe pour celui qui a longtemps fait de sa parfaite connaissance de la société américaine un atout politique. Dore Gold, président du Centre de Jérusalem pour les affaires publiques, est l’une des rares voix à défendre la démarche du premier ministre, dont il a été jusqu’en décembre le conseiller pour la politique étrangère. Selon lui, les analyses sur la crise israélo-américaine seraient trop catastrophistes. « Il s’agit d’un désaccord au sein d’une famille, et non pas d’un débat sur la pertinence de l’existence de cette famille », assure-t-il. [...]
    Autre signe des tensions en cours, la presse israélienne a rapporté que Washington avait cessé de partager le détail des négociations conduites avec les Iraniens, lassé par leur exploitation politique par M. Nétanyahou. « Notre niveau de connaissance est d’une assez haute résolution », assure une source haut placée dans l’administration israélienne, selon laquelle les « écarts ont tendance à se réduire » entre les parties. D’où l’inquiétude croissante de M. Nétanyahou, qui compte informer les élus américains des derniers détails des négociations, selon son entourage. Mais les soutiens du premier ministre se font rares, y compris dans l’appareil sécuritaire. [...]"

- Without Netanyahu, Iran would have gotten a much better deal – or nuclear weapons, Israel's intelligence minister tells Haaretz (Haaretz) - "Yuval Steinitz says military option is still on table: When it comes to Israel's national security, nobody can tie our hands – not even the U.S".
http://www.haaretz.com/video/.premium-1.644937

- More [Americans] Have Favorable Opinion of Netanyahu than Unfavorable Opinion (Washington Free Beacon) - "Thirty-eight percent of Americans have a favorable opinion of Netanyahu. This is in contrast to just 27 percent who have an unfavorable opinion of Netanyahu. Thirty-five percent have no opinion of the Israeli leader".
http://freebeacon.com/national-security/more-have-favorable-opinion-of-netanyahu-than-unfavorable/


ONU

- John Kerry défend Israël devant le Conseil des droits de l'Homme de l'Onu (Reuters) - "Nul dans cette pièce ne peut nier qu'un accent déséquilibré est mis sur un pays démocratique. Il doit être dit que l'obsession du CDH à l'égard d'Israël risque véritablement de nuire à la crédibilité de l'organisation tout entière".
https://fr.news.yahoo.com/john-kerry-d%C3%A9fend-isra%C3%ABl-devant-le-cdh-lonu-122845448.html
   "Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a déploré lundi "l'obsession" du Conseil des droits de l'homme de l'Onu pour Israël, l'accusant de se focaliser de manière disproportionnée sur les allégations d'atteintes aux droits de l'homme imputées à l'Etat hébreu. Dans un discours devant le conseil, à Genève, le chef de la diplomatie américaine a évoqué "le passé profondément préoccupant" de l'institution onusienne à l'égard d'Israël.
   "Nul dans cette pièce ne peut nier qu'un accent déséquilibré est mis sur un pays démocratique", a-t-il poursuivi. "Il doit être dit que l'obsession du CDH à l'égard d'Israël risque véritablement de nuire à la crédibilité de l'organisation tout entière", a-t-il dit. "Nul ne doit douter une seconde que les Etats-Unis évalueront équitablement et objectivement ces choses, mais nous nous opposerons à toute initiative émanant d'un groupe ou d'un participant du système de l'Onu visant à délégitimer ou isoler Israël"."

- Why the Schabas Report Will Be Every Bit as Biased as the Goldstone Report, Hillel Neuer (Executive Director of UN Watch) - "Something that is vital to understand about UN commissions of inquiry is that, in practice, their commissioners don’t write the resulting report. The secretariat does"; "there is every reason to suspect that OHCHR has manipulated the staffing for Goldstone II just as it did in 2009".
http://www.thetower.org/article/why-the-schabas-report-will-be-every-bit-as-biased-as-the-goldstone-report/
Extraits :
   "[...] Something that is vital to understand about UN commissions of inquiry is that, in practice, their commissioners don’t write the resulting report. The secretariat does. To be sure, some commissioners may provide directions and revisions—and it is clear that Schabas would have been more hands-on than others—but the bulk of the work is performed by a professional staff that can be comprised of human rights officers, forensics experts, and lawyers. As a result of this, chief-of-staff Marotta had the power to oversee the entire [Goldstone] project. [...]
   There seems no question that Goldstone was duped. He never suspected that OHCHR, the UN agency in charge of providing him with professional staff support, had quietly embedded one of the world’s top anti-Israel lawfare strategists into the team. After all, only four years before, Goldstone had worked on another UN inquiry on the oil-for-food program. In that case, he was supported by a highly professional staff based in New York, with most if not all of them lawyers and experts hired from the outside. Goldstone assumed the Gaza inquiry would be the same.
    But it was not the same. The culture of the Geneva-based OHCHR secretariat is known to be far more anti-American, anti-colonial, and anti-Israel than the one in New York. In his naiveté, Goldstone was blind to the prejudice and political agenda of his own bureaucracy. Indeed, there is not the slightest indication that Goldstone had any knowledge of Baars’ extremist activism. But OHCHR knew—and that is why they hired her.the latest campaign by HRC backers and activist groups to salvage the reputation and legitimacy of the Goldstone II commission of inquiry into alleged Israeli war crimes.
    What do we know so far about the actual staff members of Goldstone II? As in 2009, OHCHR refuses to respect the principle of transparency by revealing who is on the staff, even though this is common practice elsewhere, such as in the UN’s 2005 oil-for-food report.
    I have seen this bias with my own eyes. When I met with the Schabas Commission on September 17, 2014 to personally hand them a written demand for Schabas’ recusal, there were only two staff members in the room, both of them from OHCHR’s Arab section, known as Middle East and North Africa: One was Frej Fenniche, a Tunisian who was a spokesman for the UN’s notoriously anti-Semitic Durban conference on racism in 2001. The other was Sara Hammood, a former spokesperson for the UN’s most anti-Israel committee. Hamood also worked as a “policy advisor on Israel and the occupied Palestinian territory” for Oxfam Novib, where she wrote one-sided reports and joined others in critical statements against Israel. This was the initial staff of OHCHR, who were presumably involved in hiring the others.
    The current staff—Schabas has mentioned that it is composed of “a dozen specialists”—includes Karin Lucke, OHCHR’s former coordinator of the Arab region team, and now listed as working for the UN in New York. Amnesty notes that the current team includes the OHCHR staff from “Geneva, Ramallah, and the Gaza Strip.” According to Geneva sources familiar with the probe, a number of the staff members are from the Arab world. In summary, there is every reason to suspect that OHCHR has manipulated the staffing for Goldstone II just as it did in 2009."


Europe

- Ukraine : plus de 6.000 tués depuis avril 2014 (AFP) - "Un rapport de la Commission d'enquête de l'ONU sur les droits de l'Homme en Ukraine relève des "dévastations impitoyables concernant les civils et les infrastructures", note Zeid. "Les femmes, les enfants, les vieux et les groupes vulnérables sont particulièrement affectés", ajoute-t-il. "Il est impératif que toutes les parties respectent les décisions des accords de Minsk et cessent les bombardements sans discrimination et les autres hostilités qui ont créé une situation catastrophique pour les civils, en violation flagrante des lois internationales humanitaires et des droits de l'Homme", indique le haut-commissaire". Mais à la différence de Gaza, aucun média (ou presque) ne condamne l'armée ukrainienne (pourtant une armée d'une démocratie européenne) lorsqu'on peut la soupçonner de bombarder des civils "sans discrimination". Pourtant, le bilan est déjà trois fois plus lourd que le dernier conflit à Gaza, et il est à parier que l'armée ukrainienne prend bien moins de précautions (c'est un euphémisme) dans ses frappes.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/03/02/97001-20150302FILWWW00049-ukraine-plus-de-6000-tues-depuis-avril-2014.php

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages