Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 10:47

France

- Affaire Al-Doura : Israël conteste la version de France 2 (AFP)
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2013/05/19/affaire-al-doura-israel-conteste-la-version-de-france-2_3360083_3218.html
   "Le gouvernement israélien a affirmé, dimanche 19 mai, dans un rapport qu'un reportage de France 2 sur la mort d'un enfant palestinien dans les bras de son père en 2000 était "infondé", affirmant s'appuyer sur des images non montées du reportage. Ce rapport, qui réitère des positions de dirigeants politiques et militaires israéliens, est publié à quelques jours d'une décision de justice à Paris sur une affaire de diffamation entre l'auteur du reportage, le journaliste Charles Enderlin, contre Philippe Karsenty, directeur d'une agence de notation des médias.
    Le premier ministre Benyamin Nétanyahou a lui-même salué la conclusion du document, d'une quarantaine de pages. "Il n'y a qu'une seule façon de contrer les mensonges, c'est par la vérité", a insisté M. Nétanyahou, cité dans un communiqué accompagnant la publication du rapport.
   "Les accusations et affirmations centrales du reportage de France 2 sont infondées dans le matériau que la chaîne de télévision avait en sa possession au moment du reportage", assure ce rapport commandité en septembre 2012 par M. Nétanyahou. "Contrairement à l'affirmation du reportage selon lequel l'enfant est tué, le visionnage des images non montées par la commission (gouvernementale) montre que dans les scènes finales, qui n'ont pas été diffusées par France 2, on voit l'enfant vivant", souligne le texte.
    La chaîne a refusé de fournir les images non montées du reportage aux autorités israéliennes, a indiqué l'auteur du rapport, Yossi Kuperwasser, directeur général du ministère des relations internationales, sans préciser comment la commission israélienne s'était néanmoins procuré les images sur lesquelles elle fonde ses conclusions.
    Le reportage de M. Enderlin, correspondant à Jérusalem de France 2, montrait un Palestinien de 12 ans, Mohammad, protégé par son père, Jamal Al-Doura, pris sous les tirs croisés entre l'armée israélienne et des activistes palestiniens, au tout début de la deuxième intifada.
    Selon le rapport israélien, il n'y a pas de "preuve que Jamal ou l'enfant aient été blessés de la manière présentée par le reportage (...). Au contraire, il y a de nombreuses indications selon lesquelles aucun des deux n'a été touché". Selon le document, l'examen balistique des impacts de balles à proximité du père et de l'enfant "montre qu'il est extrêmement douteux que les balles puissent avoir été tirées depuis la position israélienne comme l'implique le reportage de France 2". [...]"

- Un rapport israélien sur l'affaire Al-Doura appuie la thèse d'une manipulation, Laurent Zecchini (Le Monde)
http://www.lemonde.fr/international/article/2013/05/20/un-rapport-israelien-sur-l-affaire-al-doura-appuie-la-these-d-une-manipulation_3379961_3210.html
   "Ce qu'il est convenu d'appeler l'"affaire Al-Doura" a connu un rebondissement spectaculaire, dimanche 19 mai, avec la publication d'un rapport du gouvernement israélien dont les conclusions ont reçu le plein soutien du premier ministre, Benyamin Nétanyahou. Celles-ci démentent la thèse défendue depuis plus d'une décennie par la chaîne France 2 et son correspondant à Jérusalem, Charles Enderlin, selon laquelle le petit Mohammed Al-Doura, âgé de 12 ans, a été tué par les tirs de soldats israéliens, le 30 septembre 2000, au carrefour de Netzarim, au centre de la bande de Gaza, au début de la seconde Intifada.
    Les images de cet enfant palestinien, apparemment mourant dans les bras de son père, Jamal Al-Doura, lui-même atteint de plusieurs balles, avaient fait le tour du monde. Elles étaient devenues le symbole de la seconde Intifada. Ce rapport est le résultat d'une commission d'enquête créée en septembre 2012, à la demande de M. Nétanyahou, et confiée au ministre des affaires stratégiques de l'époque, Moshé Yaalon, aujourd'hui ministre de la défense, sous la direction du général Yossi Kuperwasser, directeur du ministère des affaires internationales et stratégiques. La commission conclut que "les accusations et allégations centrales du reportage de France 2 ne sont pas soutenues par les éléments que la chaîne avait en sa possession au moment du reportage".
    Elle souligne que, dans les rushes de ce reportage (non diffusés à l'antenne), "l'enfant apparaît en vie". Il n'y a donc pas de preuve que Jamal Al-Doura ou son fils ont été gravement blessés et, au contraire, "de nombreuses indications qu'ils n'ont pas du tout été atteints par des balles".
    La commission assure que le reportage a été "monté et commenté de façon à créer l'impression trompeuse qu'il conforte ces accusations". Elle relève enfin que le reportage repose sur le correspondant local de France 2 – le cameraman Talal Abou Rahmeh, qui travaillait pour Charles Enderlin, lequel n'était pas présent sur les lieux du tournage –, et met en garde contre une couverture médiatique "mensongère" des conflits.
    Après la diffusion du reportage, en 2000, le général israélien Giora Eiland, chef des opérations de l'armée, admettra que les tirs sont venus d'une position israélienne – et non palestinienne –, avant de se rétracter. M. Nétanyahou a estimé, dimanche soir, qu'il est important de "se concentrer sur cet incident, qui a entaché la réputation d'Israël. C'est une manifestation de la campagne ininterrompue et mensongère pour délégitimer Israël", insiste-t-il. Le bureau du premier ministre assure que le reportage a eu pour effet immédiat d'"attiser les flammes de la terreur et de la haine", et que depuis cette époque, "il a servi d'inspiration et de justification au terrorisme et à l'antisémitisme". [...]"

- Affaire Al-Dura : Israël parle enfin, Gil Mihaely (historien et directeur de la publication de Causeur) - "Avant la décision de la cour d’appel dans le procès en diffamation engagé par France 2 contre Philippe Karsenty, attendue le 22 mai, c’est peut être un premier signe que les arguments avancés depuis si longtemps tombent enfin sur des oreilles attentives".
http://www.causeur.fr/israel-al-dura-enderlin,22567
   "Le gouvernement israélien vient de publier un rapport officiel (http://www.pmo.gov.il/MediaCenter/Spokesman/Pages/spokeadora190513.aspx) commandé par le premier ministre Netanyahou pour mettre fin à la controverse autour du reportage de Charles Enderlin, que France 2 avait diffusé le 30 septembre 2000, montrant un enfant palestinien – Mohamed Al-Dura – touché par balles dans les bras de son père Jamal Al-Dura. Cette enquête conclut que l’absence de preuves permettant d’appuyer les propos du journaliste était manifeste avant même la diffusion du reportage. Autrement dit, il s’agit dans le meilleur des cas d’une faute professionnelle grave de la part des responsables de la télévision publique française qui ont décidé de diffuser les images et le commentaire qui les accompagne.
    Malheureusement, les conséquences de ces erreurs sont terribles. Rapidement diffusé dans le monde entier, ce reportage erroné a gravé dans la mémoire collective l’image choquante d’un enfant mourant dans les bras de son père sous une pluie d’acier. Les dégâts se sont révélés particulièrement dévastateurs dans le monde musulman où elles ont encouragé la haine et la violence.
    Pour Israël, il s’agit d’un véritable revirement car dans les jours suivant la diffusion du reportage, les officiers de l’état-major et du commandement du Front Sud avaient accepté la possibilité que des balles israéliennes aient pu accidentellement atteindre le garçon. À l’époque, alors que la deuxième intifada faisait rage dans la bande de Gaza (où les images ont été filmées) mais aussi en Cisjordanie et dans certaines zones à l’intérieur des frontières internationalement reconnues d’Israël, le haut commandement de l’armée, tenant en estime Charles Enderlin et la télévision publique française, n’avait pas imaginé que de telles erreurs étaient possibles. Les propos d’Enderlin étaient donc pris pour argent comptant. Mais très rapidement, dès novembre 2000, des sources officielles israéliennes ont commencé à émettre des doutes quant à l’authenticité du reportage de France 2.
    Pendant plus d’une décennie, l’attitude générale du gouvernement israélien a été de ne pas s’impliquer dans une affaire où il n’avait que des coups à prendre. Certains officiels ont espéré qu’en mettant de côté ces images, le reportage sur Mohamed al-Dura serait oublié et qu’il ne causerait plus de dégâts. Du coup, des particuliers comme Philippe Karsenty ont mené un combat quasi-solitaire, affrontant l’indifférence israélienne voire parfois une franche hostilité.
    Aujourd’hui, après avoir examiné de façon exhaustive les éléments liés à l’affaire al Dura, la commission constate que les faits rapportés dans le reportage de France 2 sont sans fondements. C’est désormais la position officielle du gouvernement israélien. Contrairement à ce qui est affirmé dans le commentaire du reportage, les images montrent clairement qu’à la fin des rushes de France 2, le garçon est vivant et qu’il bouge de façon délibérée. Il n’y a aucune preuve que Jamal et son fils aient été blessés. En revanche, de nombreux indices amènent à penser qu’ils n’ont reçu aucune balle. De plus, l’analyse balistique montre que les impacts de balles sur le mur, retrouvées autour des al-Dura, ne pouvaient venir de la position israélienne.
    Quant aux déclarations du caméraman de France 2, Talal Abu Rahma (qui a filmé la scène, Charles Enderlin étant resté à Jérusalem), elles se sont révélées souvent contradictoires et mensongères. En dépit de tout cela, France 2 et Charles Enderlin, qui a commenté le reportage, ont refusé de reconnaître leurs erreurs. Ils ont même réaffirmé leurs accusations initiales.
    Bien que tardive, l’adoption de ce rapport par le gouvernement israélien est néanmoins important. Depuis l’automne 2000, comme me l’avait objecté un ancien garde des sceaux, ceux qui se battaient pour rétablir la vérité dans cette affaire étaient obligés d’expliquer pourquoi le gouvernement israélien ne soutenait pas leur combat. Avant la décision de la cour d’appel dans le procès en diffamation engagé par France 2 contre Philippe Karsenty, attendue le 22 mai, c’est peut être un premier signe que les arguments avancés depuis si longtemps tombent enfin sur des oreilles attentives."

- Après Jérôme Cahuzac et Gilles Bernheim, Charles Enderlin ?, Luc Rosenzweig (ancien journaliste au Monde) - "Depuis douze ans, Charles Enderlin s’est enfermé dans un déni le contraignant à enchaîner mensonges sur mensonges pour sauver sa peau de journaliste vedette de la chaîne publique française. Depuis douze ans tous les moyens ont été mis en œuvre pour faire obstacle au surgissement de cette vérité maintenant admise presque partout, sauf en France".
http://www.atlantico.fr/decryptage/apres-jerome-cahuzac-et-gilles-bernheim-charles-enderlin-luc-rosenzweig-731779.html

- Affaire Enderlin - Commentaires sur Le Monde.fr : "Le peuple Israélien devrait commencer à comprendre qu'il est de plus en plus haï"...
http://www.lemonde.fr/proche-orient/reactions/2013/05/19/affaire-al-doura-israel-conteste-la-version-de-france-2_3360083_3218.html
- Sadi Carnot (19/05/2013 - 21h04)
   "Les autorités israéliennes n'en sont plus depuis longtemps à un mensonge près. Et ici, il ne s'agit que d'un mensonge! Assassinats, spoliations, emprisonnements, violences, dénis des droits humains les plus élémentaires et humiliations ont été le lot commun d'une politique impérialiste et colonisatrice au nom d'un "messianisme" millénaire qui leur autoriserait tout. [...]"
- Daffodil (19/05/2013 - 21h16)
   "Le mensonge, encore et toujours... Israël s'enfonce dans la manipulation de la vérité (il y en a eu tant d'autres depuis pour justifier l'injustifiable) et ne convainc plus qu'une petite partie de la communauté et quelques illuminés américains. [...]"
- PIERRE PINTA (19/05/2013 - 21h33)
   "Voilà (entre autres) ce qui rend Israël si détestable. Cette manière de vouloir absolument contredire la vérité, pas seulement celle de cette journée de l'année 2000, mais plus généralement la réalité d'une occupation, qui a fait perdre à cet État tout crédit, toute justification. [...]"
- Gérard (19/05/2013 - 22h44)
   "Soutenons Charles Enderlin autant que nous le pouvons,c'est un journaliste sérieux et honnête les dirigeants d'Israël ont pour pratique de nier tout en tout chaque fois que leurs responsabilités sont engagées [...]"
- piglet (19/05/2013 - 23h28)
   "Cet acharnement à mentir se retourne contre l'Etat hébreu."
- jean François (20/05/2013 - 00h38)
   "L'état israélien n'est pas à un mensonge près.Pour lui la fin justifie les moyens:les pires..."
- CChiarra (20/05/2013 - 01h04)
   "Mieux vaut faire confiance à un journaliste français citoyen de notre pays démocratique, qu'au gouvernement israélien dont aucune déclaration n'est crédible [...]"
- JR (20/05/2013 - 02h39)
   "Le peuple Israélien devrait commencer à comprendre qu'il est de plus en plus haï, et que cette nouvelle mascarade de "justice" va se retourner contre lui. Pour ma part, je refuse totalement de travailler avec et pour eux, et je m'y tiendrai. Je préfère perdre mon boulot que collaborer."


Gaza & Hamas

- Des policiers égyptiens bloquent la frontière avec Gaza, Yousri Mohamed (Reuters)
http://fr.news.yahoo.com/des-policiers-%C3%A9gyptiens-bloquent-la-fronti%C3%A8re-avec-gaza-113655928.html
   "Des policiers égyptiens bloquent depuis vendredi le terminal frontalier de Rafah, seul accès international à la bande de Gaza, pour dénoncer l'enlèvement de sept des leurs par des islamistes armés dans le Sinaï, rapportent samedi des témoins. Les policiers ont tiré des fils barbelés à travers la route et cadenassé les grilles d'accès du terminal, bloquant des centaines de Palestiniens. Des hommes armés ont enlevé jeudi sept policiers et soldats sur une route reliant Rafah à Al Arich, la principale ville du Nord-Sinaï. Ils réclament la libération de militants islamistes emprisonnés en Egypte.
   "Nous n'ouvriront pas le poste-frontière tant que les soldats enlevés ne seront pas libres et que le ministère de l'Intérieur n'aura pas répondu à nos demandes pour que de telles attaques ne se reproduisent pas", a déclaré un policier. Les sept policiers sont toujours détenus, ont indiqué des sources sécuritaires samedi, revenant sur l'annonce de la libération de l'un d'entre eux faite la veille.
    Un porte-parole du Hamas a critiqué la décision de la police égyptienne, ajoutant que des prises de contact étaient en cours pour sortir de l'impasse. "Nous avons eu la promesse que cette question serait suivie de près, mais malgré ces promesses, les souffrances augmentent encore. Nous considérons que la fermeture permanente du point de passage est injustifiée et incompréhensible", a déclaré Sami Abou Zouhri à la chaîne de télévision qatarie Al Djazira."

- "Siege" news: Cement prices in Gaza plummet (Elder of Ziyon)
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/05/siege-news-cement-prices-in-gaza-plummet.html
   "Gaza tunnel owners are complaining that the price of cement has plummeted, because of Israel allowing far more construction materials into Gaza in recent months. The price per ton of cement has gone down to 370 shekels (roughly $103.) This is about the same price that cement costs in the US.
    Israel has allowed organizations like UNRWA to import construction materials for projects in Gaza, in an attempt to ensure that Hamas doesn't use it to build weapons bunkers and tunnels to kidnap Israelis. As a result, there are more apartments available and the demand for homes and cement has gone down. A tunnel owner said that the amount of cement he was smuggling dropped from 1500 tons a day to 500 tons  a day over the past several weeks. He said that tunnel jobs were disappearing.
    Meanwhile, Egyptian police continue their very real siege of Gaza [...]"

- Poor Gazans suffering from a glut of consumer goods (photos) (Elder of Ziyon) - "Goods that are selling at a discount in Gaza now include chocolate, nuts, beans, meat and both Feta and Bulgarian(!) cheeses. The reason seems to be because the Egyptian pound has lost so much value so smuggled goods have become cheaper. [...] Here are recent photos, all from this year, of the Saka supermarket in Gaza".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/05/poor-gazans-suffering-from-glut-of.html


Judée-Samarie

- PA continues crackdown on journalists in W. Bank, Khaled Abu Toameh (JP) - "In past week PA security forces interrogated, detained two journalists, despite promises to honor freedom of media".
http://www.jpost.com/Middle-East/PA-continues-crackdown-on-Palestinian-journalists-in-WBank-313542
- 'Palestinian lost speech ability after PA torture', Khaled Abu Toameh (JP) - "Man hospitalized after detention, according to report; human rights group cites over twenty cases of torture".
http://www.jpost.com/Middle-East/Report-Palestinian-lost-speech-ability-after-PA-torture-313660


"Processus de paix"

- PA daily: "Palestinians [are] Jesus' descendants" (PMW) - "According to this op-ed in the official PA daily, Jesus the Palestinian was oppressed and persecuted by the Jews, similar to today's Palestinians, who are likewise oppressed and persecuted by the Jews".
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=8979

- Palestinian History of Violence (Stand With Us, Vidéo 2mn15) - "Palestinian terrorism, for over 90 years the obstacle to peace".
http://www.youtube.com/watch?v=NHl7mF8IrHA&feature=player_embedded


Monde

- Canada and Israel — best friends forever?, Raphael Ahren (Times of Israel) - "Why is Ottawa so extraordinarily supportive of the Jewish state? Has the Harper administration gone too far, and cost itself influence in the Arab world? And would a change of government see an altered stance?"
http://www.timesofisrael.com/canada-and-israel-best-friends-forever/


Histoire

- The Farhud – the riots against the Jews of Iraq, Zvi Gabay (former ambassador and deputy director-general of the Foreign Ministry) - "What happened in the Arab countries was in effect ethnic cleansing. While the Nakba is marked every year with demonstrations and wide media coverage, the Jewish disaster does not merit any public or media notice".
http://www.jpost.com/Opinion/Op-Ed-Contributors/The-Farhud-the-riots-against-the-Jews-of-Iraq-313251
   "During Shavuot, Iraqi Jews will commemorate the 72nd anniversary of the “Farhud” – the riots that took place on Shavuot, June 1-2, 1941. In the riots reminiscent of Kristallnacht in Germany, 179 Jews were murdered, hundreds more wounded and much Jewish property looted. The memory of the riots remains fresh in the minds of Iraqi Jews.
    Similar attacks occurred against almost all Jewish communities in Arab countries, for thousands of years. The Jews did not declare war on their hosts. They never fought against them, as the Arabs in mandatory Palestine fought against the Jewish settlements and afterwards against the nascent Jewish State of Israel. The world has heard a great deal about the injustice that happened to the Palestinians, under the code-name “Nakba,” or catastrophe, but knows almost nothing about the wrongs committed against Jews in Arab countries. What happened in the Arab countries was in effect ethnic cleansing.
    While the Nakba is marked every year with demonstrations and wide media coverage, the Jewish disaster does not merit any public or media notice. This despite the fact that its human and physical dimensions were larger than the Nakba (the number of Jewish refugees forced out of their homes was about 856,000, while the Arabs who left Mandatory Palestine numbered about 650,000 according to UNRWA statistics).
    Only as late as February 22, 2010, was the issue was placed on the Israeli agenda with the enactment of the “The Law of Preservation of the Rights to Compensation of Jewish Refugees from Arab Countries and Iran,” which states that any negotiations for the achievement of peace in the Middle East must include the subject of compensation for said Jews.
    The attacks against the Jews in Arab lands occurred even before the establishment of the State of Israel. In Iraq they began with discrimination in the areas of the economy, education and public life. Afterwards, Arab nationalism ignited the fires of rioting against the Jews, which came to a peak in the farhud of 1941. Similar tragedies befell the Jews of Libya, Aden and other Arab countries. In Egypt, a mass expulsion took place in the dead of night. The Jews were forced to leave behind their property, including schools, hospitals, ancient synagogues, cemeteries and prophets’ graves. The Arab governments confiscated it all.
    The combination of xenophobic Sunni nationalism and anti-Semitism produced a powerful hatred of the Jews. This hatred, according to the American historian Edwin Black, was abetted by Nazis such as German envoy to Baghdad Dr. Fritz Grobba, and pseudo-religious leaders such as Haj Amin al-Husseini, who fled from Mandatory Palestine and found in Iraq a convenient venue for his anti-Jewish activities. The Jews were left with no choice but to flee from the Arab countries that they had helped to found and bring into the modern era with their contributions to government, economy, medicine, education, literature, poetry and music.
    The threatening anti-Jewish climate that prevailed in every Arab land was accompanied by inflamed anti-Jewish declarations broadcasted on radio, and even from the podium of the United Nations. Government harassment and popular attacks drove the Jews of the Arab world to migrate en masse to Israel.
    There were certainly Muslims in the Arab countries who did not support the attacks on the Jews, but their voices were not heard. The Jews were the scapegoats in internecine power struggles between the Sunnis and the Shi’ites, just as today Israel is at the center of the struggle between the Shi’ite Iran and the Sunni states.
    In recent years, a process of awakening can be discerned in the Arab world, especially among intellectuals, who recognize that it was not only the Palestinians Arabs who suffered a nakba, but that the Jews of the Arab world had their own catastrophe.
    For sake of history and educating future generations, a proper commemoration of the plight and the heritage of Jews from Arab countries should take place in Israel. Arab leaders – Palestinians and others – would do well to stop parroting the slogan “the right of return” and deluding their people, because there is no turning back the wheel of history."

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam - dans Mai 2013
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages