Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 10:41
France

- Les écoles privées juives sous tension, Mattea Battaglia (Le Monde) - "« L’antisémitisme en milieu scolaire a longtemps été un tabou », estime l’inspecteur général honoraire Jean-Pierre Obin, qui raconte avoir pris la mesure de ce qu’il nomme la « déscolarisation des enfants juifs de l’enseignement public » dans les années 1990. Son rapport sur les signes religieux, en 2004, avait nourri les polémiques. « Si le racisme le plus développé dans la société reste le racisme anti-maghrébin, ce n’est plus le cas dans les établissements scolaires, écrivait-il. En France, les enfants juifs – et ils sont les seuls dans ce cas – ne peuvent plus de nos jours être scolarisés dans n’importe quel établissement. » Dix ans plus tard, on en est encore à tenter de cerner le phénomène".
http://www.lemonde.fr/education/article/2015/02/20/les-ecoles-privees-juives-sous-tension_4580422_1473685.html

- L’antisémitisme impulsif de cinq gars « sans problème », Marion Van Renterghem (Le Monde) - avec un intéressant rappel historique sur les cimetières juifs alsaciens.
http://www.lemonde.fr/religions/article/2015/02/19/l-antisemitisme-impulsif-de-cinq-gars-sans-probleme_4579692_1653130.html
   "[...] Dans les villages d’Alsace, les cimetières juifs présentent il est vrai un avantage pour les profanateurs : ils sont toujours situés un peu à l’écart du village. Un double effet de l’existence d’un « judaïsme rural », spécifique en France à l’Alsace, et de la Révolution française, qui donna aux juifs le statut de citoyens français et leur permit enfin de bénéficier d’un cimetière de proximité. A une condition toutefois : que celui-ci se situe à la marge du bourg, et à un endroit que personne n’aurait envie de leurs disputes : là où l’équarrisseur enterrait ses bêtes crevées, ou sur ce terrain en pente près d’une rivière, donc humide et difficilement constructible, comme à Sarre-Union.
    Si l’on est vandale et antisémite, il y a ici un autre avantage : les cimetières juifs ruraux d’Alsace sont peu fréquentés. La Shoah et, pour les survivants, l’exode vers les villes, ont fait disparaître des villages la population juive. Il reste trois juifs à Sarre-Union, dont le « représentant de la communauté juive de Sarre-Union », Jacques Wolff. Ils étaient 400 familles au XVIIIe siècle.
    Les cimetières juifs ont toujours l’air vieux. Il n’y a plus de descendants pour entretenir les tombes et contrairement aux cimetières chrétiens, les concessions sont perpétuelles. Les morts ne s’en vont pas. « Cela joue dans l’inconscient collectif », souligne Claude Heymann, adjoint au grand rabbin de Strasbourg. Le cimetière se dit en hébreu « la maison des vivants » (Beth Ha’Haym). C’est l’image du juif qui est toujours là, qui aurait dû disparaître et qui revient. Encore de l’eau au moulin des antisémites : « Le juif est toujours celui qui s’en sort. » [...]"

- Le FN exclut un candidat pour antisémitisme (AFP) - "Sur son compte Facebook - regorgeant de fautes d'orthographe - [un de ses candidats aux élections départementales] avait multiplié en août 2014 les propos injurieux envers les juifs et avait même appelé au meurtre en souhaitant leur destruction "une fois et pour toujours"."
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/02/20/97001-20150220FILWWW00136-le-fn-exclut-un-candidat-pour-antisemitisme.php

- Alya : Pourquoi les juifs quittent la France (Paris Match) - « Y aurait-il eu cette marche républicaine s’il n’y avait eu que l’attentat de l’Hyper casher, la mort de quatre juifs aurait-elle suffi ? J'ai été très touché par le discours du premier ministre, Manuel Valls, à l'Assemblée Nationale. Jamais auparavant, un politique n'avait parlé comme cela sur la communauté juive. Hélas, en ce qui me concerne c'est trop tard. »
http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Alya-Pourquoi-les-Juifs-quittent-la-France-712798

- Poussée radicale dans les mosquées françaises, Christophe Cornevin (Le Figaro) - "Même si les salafistes se déclarent hostiles au djihad, les lieux de culte qu'ils noyautent représentent de véritables viviers, pour ne pas dire des «couveuses» pour les futurs combattants volontaires vers les zones de combat".
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/02/20/01016-20150220ARTFIG00038-poussee-radicale-dans-les-mosquees-francaises.php
   "Aiguillonnés par une profonde abhorration de l'islam institutionnel volontiers qualifié comme la «religion des judéo-croisés» et vomissant les imams des mosquées qu'ils désignent comme des traîtres et des «impies» dès lors qu'ils prônent une pratique modérée de l'islam, des groupes salafistes ont lancé une vaste offensive souterraine pour tenter d'étendre leur emprise sur les lieux de culte les plus fragiles. Selon un dernier état des lieux, le nombre des mosquées et salles de prière passés aux mains des fondamentalistes a plus que doublé en quatre ans, passant de 44 à 89 entre 2010 et l'année dernière. Si ce bilan semble s'être stabilisé, du moins en apparence et de manière provisoire, les analystes ne cachent guère leur inquiétude. [...]
    Même si les salafistes se déclarent hostiles au djihad, les lieux de culte qu'ils noyautent représentent de véritables viviers, pour ne pas dire des «couveuses» pour les futurs combattants volontaires vers les zones de combat. [...] Par ailleurs, son discours, qualifié de même source comme «victimaire et complotiste sur les événements touchant les musulmans en France et dans le monde», fait mouche auprès des esprits les plus faibles et des jeunes de banlieue en perte de repères. L'embrigadement de type sectaire est d'autant plus efficace qu'il cherche à codifier les comportements du quotidien pour trier ce qui est «licite», le «halal», de ce qui ne l'est pas, c'est-à-dire le «haram». [...]"


Europe

- Au Danemark, des musulmans rendent hommage au tueur (Le Petit Journal, Vidéo 6mn54) - voir surtout à partir de 5mn.
http://www.lesinrocks.com/inrocks.tv/au-danemark-des-musulmans-rendent-hommage-au-tueur/
   "C’est une séquence hallucinante qui a été diffusée hier dans le Petit Journal. Alors qu’il était à Copenhague pour assister au cérémonie d’hommage aux victimes des attentats, Martin Weil, le reporter du Petit Journal, a également assisté à des dépôts de gerbe de fleurs devant l’endroit où le tueur a été abattu. Plusieurs personnes se présentant comme des musulmans ont même défendu son geste devant la caméra du Petit Journal. L’un deux dit ainsi : “Cet homme a un cœur en or. On le soutient en tant que musulman. Ce sont les dessinateurs danois qui sont responsables de l’arrivée du terrorisme”. [...]"
- Cinq cents personnes aux obsèques de l'auteur présumé des attentats de Copenhague (AFP)
http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/02/20/cinq-cents-personnes-aux-obseques-de-l-auteur-presume-des-attentats-de-copenhague_4580803_3214.html
   "Près de cinq cents personnes, selon la police, ont assisté, vendredi 20 février, à l'enterrement d'Omar El-Hussein, l'auteur présumé des fusillades qui ont fait deux morts à Copenhague le 14 février. Le jeune homme de 22 ans, né au Danemark et d'origine palestinienne, a été inhumé dans l'après-midi en dehors de la capitale danoise, dans le cimetière musulman de Brondby, près d'une bretelle d'autoroute. [...]
    La communauté musulmane était partagée sur l'organisation des obsèques. « Je suis inquiet des attitudes extrémistes et des actions, de chaque côté », a déclaré le président de la communauté, Ahmet Deniz, au quotidien Jyllands-Posten. « Je ne pense pas que ceux qui viendront le feront pour lui rendre hommage », avait expliqué au même journal un responsable des services funéraires de la communauté musulmane danoise, Kasem Said Ahmad. « C'est pour soutenir sa famille, pas lui. » [...]"

- The Terror in Our Cities, Jan Fleischhauer (Der Spiegel) - "Israel is the first democracy to have extensive experience with Islamist terrorism. Before recent attacks on our own soil, Europeans loved nothing better than scorning the Jewish state's efforts to address terror. In the future, we may need to turn to the Israelis for advice".
http://www.spiegel.de/international/europe/editorial-on-the-need-in-europe-to-address-threat-of-islamist-terror-a-1019395.html
   "The new Greek finance minister once called the West Bank security fence, built by Israel to protect its people from terrorist attacks, a "concrete monster." The barrier is always a key issue when critics of the Jewish state launch into their tirades.
    But the jump from outrage over the wall to sympathy for terrorism is a small one. In comments made on radio in 2005, left-wing superstar Giannis Varoufakis said we shouldn't be surprised when Palestinians strap on explosives belts. It's the kind of thing people say whose only experience with terror are occasional blowups with the spouse at home.
    But perhaps we will soon be viewing things differently in Europe. Thus far, we have told ourselves that jihad is only a problem for countries that are less thoughtful or accommodating in their treatment of their Muslim minorities. Now, though, the war has irrevocably arrived in our cities.
    The shots fired in Copenhagen provide sad confirmation that the attacks in Paris were only the beginning. We will soon come to recognize that there is a major difference between reading about a religious attack in the news or having to assume that you are at risk of becoming a victim yourself just because you attend the wrong event or visit the wrong café.
    It has always been an open question how European democracies would defend themselves if the kind of Islamist terror Israeli society faces becomes part of everyday life.
    In the two years prior to the erection of the controversial border installations, Israeli authorities counted 89 attacks, with 305 deaths and 4,942 injuries -- a significant number for a country with a population of just over 8 million. The number of casualties only began to fall after the construction of the wall. It's a success story that has never been viewed as such outside of the embattled country itself. [...]"

- L’Italie va voter la reconnaissance de l’État palestinien (Times of Israel) - "Les parlementaires italiens pourront voter jeudi sur la motion présentée par les députés du parti Gauche, écologie et liberté et du parti socialiste".
http://fr.timesofisrael.com/litalie-va-voter-la-reconnaissance-de-letat-palestinien/
   "Le Parlement italien s’apprête à statuer sur une proposition de loi non contraignante appelant à la reconnaissance d’un État palestinien, à la suite d’initiatives similaires l’an dernier en France, en Grande-Bretagne, en Irlande, au Portugal et en Espagne. Le gouvernement suédois a officiellement reconnu un État palestinien en octobre. Les parlementaires italiens pourront voter jeudi sur la motion présentée par les députés du parti Gauche, écologie et liberté et du parti socialiste. Le parti démocrate du Premier ministre Matteo Renzi pourrait soutenir l’initiative, selon l’International Business Times. La proposition de loi exhorte le gouvernement « à reconnaître l’État de Palestine de sorte que les négociations pour parvenir à une solution à deux Etats soient renouvelées. » [...]"

- Stephen Hawking, BDS, and Why Geniuses Can Be Dumb (Algemeiner) - "That’s what makes Hawking’s stand on BDS so interesting. It is not just an example of an ordinary person acting dumb. It is an example of a genius acting dumb – a phenomenon that turns out to be surprisingly common".
http://www.algemeiner.com/2015/02/19/stephen-hawking-bds-and-why-geniuses-can-be-dumb/


Gaza & Hamas

- Gaza/CPI : Tsahal fait état de ses 15 enquêtes criminelles (AFP & Times of Israel)
http://fr.timesofisrael.com/gazacpi-tsahal-fait-etat-de-ses-15-enquetes-criminelles/
   "Le responsable juridique militaire israélien, Dan Efrony, a fait état jeudi de quinze enquêtes criminelles de l’armée liées à la guerre de Gaza, qui seraient selon lui à même de contrer les possibles investigations de la Cour pénale internationale (CPI). « Notre qualité et notre professionnalisme devraient suffire, et si (les enquêtes) sont à la hauteur de nos critères, alors cela devrait satisfaire n’importe qui », a déclaré le général Dan Efrony à des journalistes.
    Le général israélien, qui s’exprimait au dernier jour d’une conférence sur la justice militaire à Tel-Aviv, a évoqué à ce stade 15 enquêtes menées par l’armée, dont l’une sur le bombardement d’une école de l’ONU à Beit Hanoun le 24 juillet (15 morts) et le bombardement, le 16 juillet, d’une plage de Gaza qui a tué 4 enfants. Dix-sept Palestiniens de Gaza ont été entendus par les services de M. Efrony dans le cadre de ces investigations.
    Après l’échec d’un projet de résolution prévoyant le retrait israélien des Territoires palestiniens sous trois ans, l’Autorité palestinienne a adhéré à la CPI dans le but avoué de poursuivre les dirigeants israéliens pour « crimes de guerre » notamment à Gaza. En janvier, le procureur de la CPI a annoncé avoir ouvert un examen préliminaire pour savoir s’il existait une « base raisonnable » pour ouvrir une enquête sur des crimes de guerre présumés commis depuis juin 2014 dans les Territoires palestiniens.
    Efrony a nié que la démarche palestinienne auprès de la CPI ait d’une quelconque façon poussé Israël à ouvrir ses propres enquêtes. « Aucune de mes décisions n’est en lien avec la CPI (…) Cela n’a rien changé, parce que nous sommes des professionnels ». « Quand nous décidons d’ouvrir une enquête criminelle, c’est une vraie investigation criminelle, pas juste pour contrer la CPI. Jamais », a-t-il ajouté. « Quand je me lève le matin, je peux me regarder dans le miroir sans aucun scrupule », a poursuivi M. Efrony. « Nous sommes un Etat qui a la volonté et la capacité d’enquêter sur toute personne qui a fait quelque chose de mal ». [...]"


Judée-Samarie

- L'ombre de l'Etat islamique plane sur Hébron, Piotr Smolar (Le Monde)
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/02/19/l-ombre-de-l-etat-islamique-plane-sur-hebron_4579815_3218.html
   "[...] L'Autorité palestinienne et les services israéliens le désignent [Ahmed Shihadeh] comme un membre de la première cellule affiliée à l'organisation Etat islamique, démantelée en Cisjordanie. Jusqu'à présent, la quarantaine de djihadistes partis combattre avec l'EI, qu'Israël avait identifiés, étaient des Arabes israéliens. Un chiffre faible, pour cette minorité de 1,7 million de personnes ; mais chaque cas réveille la peur d'un ennemi de l'intérieur.
    [...] l'EI poindrait timidement en Cisjordanie, à en croire le Shin Bet (service de renseignement intérieur israélien), qui a révélé l'existence de la cellule d'Hébron début janvier. Les arrestations avaient eu lieu à la mi-novembre. Ahmed Shihadeh serait entré en contact avec des militants de l'Etat islamique par les réseaux sociaux. Son objectif premier avait été de combattre le régime syrien, mais il aurait finalement décidé d'agir à Hébron, ville de 200 000 habitants, foyer de la contestation palestinienne. Avec plusieurs jeunes de son âge, il aurait planifié d'enlever un soldat israélien, de le tuer et d'user de son arme contre d'autres militaires. Le groupe aurait aussi fabriqué des engins explosifs et envisageait de viser des policiers palestiniens, considérés comme des collaborateurs avec l'occupant. [...]
    Difficile de saisir le potentiel réel de l'Etat islamique auprès des jeunes Palestiniens. Aucun acte terroriste n'a été commis en son nom en Cisjordanie. Les services de sécurité, adeptes des arrestations préventives, veillent à juguler toute contestation non autorisée. "Il n'y a pas de groupe armé affilié à l'Etat islamique en Cisjordanie", assure le porte-parole des services, le général Adnan Damiri. [...]
    Très critiquée pour sa coopération sécuritaire avec le Shin Bet, l'Autorité ne veut pas que la marque infamante de l'Etat islamique soit apposée sur les territoires qu'elle contrôle. Le gouverneur d'Hébron, Kamel Khmeid, assure également que l'EI "n'a pas de racines" en ville. A l'écouter, les personnes arrêtées "étaient dans le fantasme de la planification". "Cette cellule est un groupe salafiste, reconnaît-il pourtant. Ils avaient déjà été arrêtés par nos services de sécurité, l'été dernier." Admettant un "très haut niveau de coordination" avec les services israéliens, le gouverneur comprend la mauvaise pente d'une partie de la jeunesse. "Ils voient la continuité de l'occupation, cette présence insupportable des colons [i.e. la "présence insupportable" de Juifs] à Hébron, les fouilles quotidiennes. Je serais surpris s'ils ne se radicalisaient pas"."

- Sans eau, la première ville planifiée palestinienne [Rawabi] reste vide, Avi Issacharoff (Times of Israel) - "L’AP refuse de convoquer la commission mixte des Eaux, arguant que cela bénéficierait aussi aux implantations".
http://fr.timesofisrael.com/sans-eau-la-premiere-ville-planifiee-palestinienne-reste-vide/


"Processus de paix"

- Fatah glorifies Japanese and Palestinian terrorists (PMW)
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=14040
   "It is not only Palestinian terrorist killers who are praised as heroes by Fatah, the party headed by Palestinian Authority Chairman Mahmoud Abbas. Fatah recently posted on its official Facebook page a tribute to the Japanese terrorists who participated in a terror attack in Israel in 1972 in which 24 people were killed. “They were neither Arab nor Muslim, yet they sacrificed their lives for Palestine,” Fatah stated, posting a photo of a monument for the terrorists in Beirut, Lebanon. [Facebook, “Fatah - The Main Page,” Feb. 3, 2015]
    On May 30, 1972, three members of the Japanese Red Army, Takeshi Okudaira, Yasuyuki Yasuda and Kozo Okamoto, who had been recruited by the Palestinian terror organization Popular Front for the Liberation of Palestine (PFLP), attacked passengers at Israel’s Lod (Tel Aviv) airport, killing 8 Israelis and 16 foreign tourists and wounding over 70. Okudaira and Yasuda were killed during the attack, while Okamoto was arrested. [...]"

- Those calling for a boycott of Israel are ignoring some painful truths, Yair Lapid (chairman of the Yesh Atid Party, served as the Israeli Minister of Finance between 2013 and 2014) - "It only takes one “useful idiot” like Roger Waters [...] to call Israel an apartheid state and the liberal choir will immediately stand to attention and sing the chorus with him. Why? Because everyone wants to be like Nelson Mandela but no one has the patience to learn the details".
http://www.theguardian.com/commentisfree/2015/feb/19/israel-boycott-painful-truths-middle-east
   "This past weekend, 700 British artists had a letter published in the Guardian in which they called on others to boycott Israel until what they term the “colonial occupation” ends. As an Israeli politician who supports the creation of a Palestinian state, it has been a long time since I saw a letter so shallow and lacking in coherence.
    The fact that, as is common with petitions like this, the majority of the signatories are unaware of the reality here in the Middle East, doesn’t reassure me. It only takes one “useful idiot” like Roger Waters (the expression is not an insult but a phrase attributed to Lenin to describe weak liberals used by cynical regimes for their own ends) to call Israel an apartheid state and the liberal choir will immediately stand to attention and sing the chorus with him. Why? Because everyone wants to be like Nelson Mandela but no one has the patience to learn the details.
    I wonder if, before they put their names to the letter, anyone told the 700 signatories that twice already – once in 2000 and once in 2008 – Israel offered the Palestinians the chance to build an independent state on over 90% of the territories, and on both occasions the Palestinians refused? [...]
    To end the conflict Israel only has one demand: security for our citizens. We don’t believe that’s unreasonable. In 2005, as part of the disengagement from Gaza, Israel pulled out without any demands from Gaza, took down the settlements and removed the army from the area.
    We expected the Palestinians would take the opportunity to build schools, hospitals and factories but instead they kicked out the Palestinian Authority from Gaza and brought in Hamas – a fundamentalist Islamist terror group of the worst kind. And after a few months they began building terror tunnels into Israeli territory and started massive rocket and mortar fire upon the innocent civilian population.
    Not long ago I visited my friend Gila Tregerman who lives in southern Israel. Her son, Daniel, was killed a few months ago by a mortar shell the Palestinians fired on his house. He was four years old. A little young to be a colonial occupier.
    I am not a British artist. I guess I’ll never be as complex as Ken Loach or as grandiose as Richard Ashcroft. What I want is far more modest: for people not to try to kill me just because I’m a Jew. For Jews in Europe to be able to stand safely outside synagogues and do their shopping in a kosher supermarket and for Jews in Israel to be safe from the threat of rockets and mortars."


Hezbollah

- En Irak, le Hezbollah ouvre un nouveau front, Benjamin Barthe (Le Monde) - "Signe révélateur, dans son discours de lundi, Hassan Nasrallah a mis la lutte contre les mouvements extrémistes sunnites comme l’EI, au même plan ou presque que la confrontation avec Israël, pourtant l’ennemi désigné, contre lequel son mouvement a été fondé".
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/02/20/en-irak-le-hezbollah-ouvre-un-nouveau-front_4580516_3218.html


Egypte

- Égypte : nouvelle condamnation d’un étudiant pour athéisme (AFP) - "Un tribunal égyptien a condamné un étudiant à un an de prison pour avoir «dénigré» l’islam et «prôné» l’athéisme sur Facebook. Il avait été arrêté en octobre 2013, à la suite d’une plainte du directeur de son université".
http://etudiant.lefigaro.fr/international/actu/detail/article/egypte-nouvelle-condamnation-d-un-etudiant-pour-atheisme-11327


Iran

- Selon l'AIEA, l'Iran n'a pas permis de lever tous les soupçons (Reuters)
https://fr.news.yahoo.com/selon-laiea-liran-na-pas-permis-lever-tous-143247463.html
   "L'Iran n'a pas permis de lever la totalité des soupçons qui pèsent sur ses éventuelles recherches sur la bombe atomique, indique l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) dans un rapport publié jeudi, ce qui est susceptible de compliquer la recherche d'un accord sur le nucléaire entre Téhéran et les six grandes puissances pour la fin juin. L'Iran, indique l'AIEA dans ce document confidentiel, n'a toujours pas fourni d'information sur deux domaines d'investigation de l'agence, qui devaient en principe être données fin août. [...]"


USA

- USA : l’AP et l’OLP en procès pour des attentats commis en Israël (AFP) - "après six attentats commis entre 2001 et 2004 en Israël, qui ont fait au total 33 morts et 390 blessés", "les plaignants veulent que l’Autorité palestinienne et l’OLP soient condamnées pour avoir soutenu des attentats commis par des islamistes du Hamas ou des Brigades des martyrs d’Al-Aqsa".
http://fr.timesofisrael.com/usa-lap-et-lolp-en-proces-pour-des-attentats-commis-en-israel/
   "Les avocats de l’Autorité palestinienne ont affirmé jeudi qu’elle ne devait pas être tenue responsable d’attaques « folles et terribles » commises en Israël entre 2001 et 2004, pour lesquelles des victimes cherchent à obtenir des milliards de dollars de réparations devant un tribunal new-yorkais. Les victimes américaines et leurs familles poursuivent l’Autorité palestinienne et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) devant un tribunal fédéral pour obtenir réparation après six attentats commis entre 2001 et 2004 en Israël, qui ont fait au total 33 morts et 390 blessés.
   « Ce n’est pas une bonne chose de tenir le gouvernement pour responsable quand certaines personnes font des choses folles et terribles », a déclaré l’avocat de la défense Mark Rochon. « Il n’y a pas de preuve concluante que les dirigeants de l’Autorité palestinienne ou de l’OLP aient été impliqués dans la préparation de certains actes de violence spécifiques ou qu’ils les aient approuvés », a-t-il ajouté. Les assaillants ont tué des gens « pour leurs propres raisons », a-t-il encore noté, regrettant des « témoignages exagérés » des plaignants, effectués « au détriment de l’Autorité palestinienne » sur la base d’éléments recueillis par les agences de renseignement israéliennes.
    Les plaignants veulent que l’Autorité palestinienne et l’OLP soient condamnées pour avoir soutenu des attentats commis par des islamistes du Hamas ou des Brigades des martyrs d’Al-Aqsa. [...]"
- PLO terror trial wraps up (Elder of Ziyon) - "The Palestinian Authority and the Palestine Liberation Organization should pay a group of terrorism victims more than $350 million in damages, an amount that would be tripled to more than $1 billion, their lawyer told a U.S. jury at the end of a five-week trial".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/02/plo-terror-trial-wraps-up.html

- L’antisémitisme est aujourd’hui « à la mode » aux États-Unis, selon des experts (Times of Israel) - "Sur les 5 928 incidents de crimes haineux signalés au FBI en 2013, les crimes motivés par la religion représentaient 1 166 des infractions signalées, avec 56,7 % identifiés comme des cas anti-juifs. (Ce sont les statistiques les plus à jour fournies par le FBI.)"
http://fr.timesofisrael.com/lantisemitisme-aujourdhui-a-la-mode-aux-etats-unis-selon-des-experts/


Points de vue

- Un antisémitisme "justicialiste", Renée Fregosi (Philosophe et directrice de recherche en science politique à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) - "l'antisionisme met aujourd'hui un coup de projecteur sur une autre dimension de l'antisémitisme : celle de l'islamisme radical mais hélas également celle de certains "intellectuels de gauche" en défense des opprimés et des exclus" ; "Et toujours cette évocation récurrente d'un État d'Israël dont on remet en cause le droit à l'existence parce que présenté exclusivement comme colonisateur" ; "L'antisémitisme antisioniste entre en effet en congruence particulière avec le populisme justicialiste : réclamation de la justice tous azimuts pour "les petits, les dominés, les discriminés, les exclus" contre "l'impunité des privilégiés, des élites, des dominants, des bénéficiaires de la mondialisation"."
http://www.huffingtonpost.fr/renee-fregosi/antisemitisme-justicialiste-Juifs-shoah_b_6711184.html
   "Les assassins islamistes s'érigent en justiciers vengeurs de leur prophète caricaturé et de l'ensemble des musulmans supposés insultés par la libre expression et la libre pensée. Mais plus largement, ils se fantasment comme le bras d'une justice divine et guerrière luttant contre tous les "infidèles" et les tenants d'un Occident "impie". Les juifs du monde entier sont alors aujourd'hui les victimes à la fois d'une haine anti-judaïque ancestrale, d'un antisionisme soi-disant solidaire des "frères palestiniens" et d'un anti-occidentalisme délirant.
    L'antisémitisme prend en effet différentes formes et peut être développé par différents acteurs: de l'antijudaïsme religieux à l'anticapitalisme, et comme le rappelait récemment Robert Badinter, après l'antisémitisme nationaliste et l'antisémitisme racial, s'y ajoute aujourd'hui un nouvel avatar "dissimulé sous le terme d'antisionisme" (voir son article dans Le Monde du 13 février 2015). L'antisémitisme politique a toujours consisté en une instrumentalisation et une exacerbation de sentiments anti-juifs diffus au sein des sociétés en les combinant avec des problèmes politiques d'identité nationale et/ou culturelle (immigration massive, menace de guerre extérieure, risque de perte de la souveraineté nationale), et/ou de justice sociale (intégration, redistribution, participation).
    Ainsi, l'antisionisme met aujourd'hui un coup de projecteur sur une autre dimension de l'antisémitisme: celle de l'islamisme radical mais hélas également celle de certains "intellectuels de gauche" en défense des opprimés et des exclus, et de populations qui se déclarent musulmanes ou qui se sentent obligées d'être solidaires avec les musulmans (notamment parmi les immigrés et surtout les Français de première ou seconde génération issus de l'immigration maghrébine et africaine). Conflit des mémoires et des discriminations, perception distordue du racisme par rapport au nombre réel bien supérieur des insultes et des agressions antisémites (augmentation de 91% des actes antisémites en France en 2014 par rapport à l'année antérieure). Ressentiment et sentiment d'une injustice faite aux Français musulmans par rapport aux Français juifs qui seraient prétendument privilégiés, avec en filigrane ce vieux mythe tenace du lien entre "le" juif et l'argent. Et toujours cette évocation récurrente d'un État d'Israël dont on remet en cause le droit à l'existence parce que présenté exclusivement comme colonisateur.
    L'antisémitisme antisioniste entre en effet en congruence particulière avec le populisme justicialiste : réclamation de la justice tous azimuts pour "les petits, les dominés, les discriminés, les exclus" contre "l'impunité des privilégiés, des élites, des dominants, des bénéficiaires de la mondialisation". Grâce à la figure victimaire du Palestinien, la chaîne de causalité diabolique (selon l'expression de Léon Poliakoff) va se tisser des banlieues françaises peuplées "d'Indigènes de la République" aux pays latino-américains "dominés par l'impérialisme des Etats-Unis" et plus généralement à tous ceux qui accusent les "Occidentaux" de tous les maux. La figure honnie du juif redevient alors "l'ennemi du peuple", de tous les peuples en lutte pour leur libération de la "domination".
    Cette notion "d'impunité" s'est diffusée à partir de l'Argentine notamment, au départ à propos de la question de la justice pour les crimes des dictatures, s'étendant dans les années 2000 aux "crimes économiques". Populithème puissant, il promeut la "justice populaire" et incite à l'émergence de "justiciers". C'est dans cette logique que les attentats du 11 septembre 2001 ont pu donner lieu à des sentiments de revanche, voire à des expressions de joie dont les moins virulentes se présentaient comme de la "compréhension" à l'égard de l'humiliation prétendument subie par les populations musulmanes à travers le monde et tout particulièrement dans les territoires occupés par Israël. Ce sont des expressions de solidarité de même type que l'on a vu chez ces enfants et ces jeunes refusant ou sifflant la minute de silence dans les écoles après les attentats à Charlie et à l'Hyper Cacher. Et on a vu se reproduire des phénomènes similaires à Copenhague avec les signes de respect, voire d'admiration exprimés à l'égard de l'assassin.
    La mouvance contestataire et conflictuelle, qui s'est cristallisée notamment à travers le mouvement des Indignés, a ainsi mis au centre de son indignation la question palestinienne, comme l'a exposé Stéphane Hessel dans son opuscule Indignez-vous ! en 2011 : "aujourd'hui, ma principale indignation concerne la Palestine, la bande de Gaza, la Cisjordanie. Le conflit est la source même d'une indignation." Et l'on avait vu en janvier 2009 après l'offensive israélienne sur la bande de Gaza et l'interview donnée par Chavez à la chaîne Al Jazeera, d'une part, des portraits de Chavez brandis à Gaza comme le symbole du combat antisioniste contre l'impérialisme, et d'autre part, des slogans en faveur du Hamas et du Hezbollah lancés à Caracas à la même époque en symbole de la résistance à cet ennemi commun. La stigmatisation des juifs se banalise, d'abord à travers un antisémitisme "soft" : allusions à une prétendue "influence juive" ou "à ceux qui ont tué le Christ" comme a pu le faire Chavez dans des shows télévisés, jeux de mots nostalgiques de la Shoah, blagues anti-juives relevant de la haine d'individus formant une prétendue race et non de l'humour sur une religion ou une culture.
    D'autre part, des "incivilités" anti-juives se multiplient: insultes et molestations dans les écoles, slogan "mort aux juifs" lancé dans des manifestations, profanations de tombes. Et puis des "justiciers" anonymes radicalisés, plus ou moins solitaires, passent à la célébrité médiatique par une action d'éclat meurtrière qui se veut héroïque. Ces dérives assassines doivent bien sûr être combattues par des politiques résolues de sécurité et de répression mais c'est toute cette mentalité justicialiste revancharde et fascinée par la violence "révolutionnaire" qu'il faut contrer politiquement, socialement, culturellement. Ce qui n'est pas une mince affaire non plus."

- Celle qui voulait être cool, Carine Hazan (JewPop) - "Le problème, c’est qu’avec les gens cool, à un moment ou à un autre, ça finissait par déraper. Et sans prévenir, au détour d’un air de Zebda, ça blâmait les « sionistes » de tous les maux de la terre, ça postait des photos de terroristes à keffieh sur son profil Facebook" ; "Dès lors, puisque les gens cool ne veulent pas de moi, me voici malgré moi projetée du côté des crispés, des rigides, des tendus".
http://www.jewpop.com/religion-et-politique/celle-qui-voulait-etre-cool/
   "Pendant des années, j’ai voulu être cool. Je rêvais de participer aux forums altermondialistes, que j’imaginais comme les nouveaux Woodstock. Je me voyais enturbannée d’un boubou, sirotant du mauvais punch tout en m’enflammant pour le sort des paysans d’Amazonie. J’achetais crânement des chips « faucheurs d’OGM » au supermarché bio du coin. Je fumais des joints en fustigeant l’ultra-libéralisme tout en dansant sur Bella Ciao dans des squats branchés du 20ème arrondissement. Je me rêvais en citoyenne du monde, signant les yeux fermés toutes les pétitions Avaaz et trouvant, je l’avoue, que Finkie, l’idole de mon adolescence, vieillissait mal. Je me berçais d’illusions de ce vivre ensemble que je ne voulais pas voir finissant, perchée dans mon 11ème arrondissement métissé où je pouvais m’acheter, pas cher, une bonne conscience de bobo bien peinarde.
    J’étais cool. Ou plutôt je désirais l’être de toute mon âme. C’était comme le label ultime de ma moralité d’adulte régressive post -11 septembre qui, index et majeur en V, aimait tous ses frères et sœurs pareil, et aussi leurs voisins, et aussi le bon son, et même ces horribles punch au rhum Lidl.
    Le problème, c’est qu’avec les gens cool, à un moment ou à un autre, ça finissait par déraper. Et sans prévenir, au détour d’un air de Zebda, ça blâmait les « sionistes » de tous les maux de la terre, ça postait des photos de terroristes à keffieh sur son profil Facebook, et ça commentait avec fautes d’orthographe « encore cé juifs qui nous emmerde, il faut leur fer payé » (et là, je suis super méga soft, et pas juste question orthographe).
    Bref, ça déconnait alter, ça fumait alter, ça baisait alter, ça défendait alter la veuve et l’orphelin, le paysan péruvien, le sans-abri roumain, le sans-papier malien, les femmes afghanes, les ouvriers bengalis et tous les malheureux de la terre. Mais le juif ou le sioniste, attention, j’ai ma moralité, la mondialisation, c’est eux, et regarde le carnage à Gaza, ça se passe de commentaires, et si tu y réfléchis bien, frère, toute la merde dans le monde en ce moment, c’est à cause d’eux. Même Ebola. Ah. Ok.
    Grâce aux gens cool, je découvrais avec stupeur que j’appartenais au peuple le plus répréhensible et amoral de l’époque, qui présentait tout de même un avantage certain : celui de fédérer très largement toutes les haines. Sans doute une seconde nature après deux mille ans d’entraînement.
    Le problème, et j’en avais plusieurs, c’est que pour moi, sionisme n’avait jamais rimé avec fascisme, ou une quelconque insulte relevant des pires complots, mais avec un idéal. Certes l’idéal s’était terni ces dernières années [...]
    Ces gens-là sont tout sauf « cool ». Ce sont des simplistes, des paresseux, des adeptes du slogan, qui ne prennent pas la peine de considérer les choses dans leur singularité et qui, sous couvert de compassion, sont au contraire condescendants pour leurs soi-disant « frères musulmans » et tout autre ressortissant du Tiers-Monde. Une grande partie d’entre eux s’insurgeront qu’on les taxe d’antisémites, mais la plupart ne rechigneront pas à l’adjectif sulfureux, mais pas inélégant au fond quand on y songe, d’antisioniste. Après tout, des centaines d’artistes britanniques viennent de rejoindre le boycott culturel d’Israël, transformant du même coup l’antisionisme en cause cool et chic. Sans doute parce que souhaiter la destruction pure et simple d’un État a quelque chose de festif et de pailleté. Ah. Ok.
    Dès lors, puisque les gens cool ne veulent pas de moi, me voici malgré moi projetée du côté des crispés, des rigides, des tendus. Sur le coup, ça m’embête, mais à y regarder de plus près, je me dis que ça tombe bien. Oui, ça tombe bien, j’ai envie de relire Finkie. Et si je ne suis pas d’accord avec sa frayeur d’Internet, je m’aperçois que cet esprit exceptionnellement brillant a été, pour tout le reste, lu sans nuance par des paresseux en quête de pseudo-débats sensationnalistes.
    Ça tombe bien, j’ai envie de défendre Israël, état paria qui ne fouette pas ses journalistes, ne lapide pas ses femmes, ne pend pas ses traîtres, mais qui a l’outrecuidance de se défendre contre des gens qui veulent l’anéantir. Certes il se défend de plus en plus brutalement, et c’est là tout le nœud tragique qui me fend le cœur et mine de l’intérieur la société israélienne. Quand l’ennemi devient barbare, on est contraint de le devenir un peu aussi, au risque de mourir le premier. Quelle démocratie occidentale badigeonnée de morale droit-de-l’hommiste l’en blâmerait ?
    Ça tombe bien, j’ai envie de relire l’histoire de France, sa politique pro-arabe cynique de droite comme de gauche (dont un de ses ex-représentants, Roland Dumas, s’est récemment illustré en tenant des propos que n’aurait pas renié Laval), et son violent retour du refoulé de la guerre d’Algérie où, faut-il le rappeler, la France, flamboyante terre des droits de l’homme et du citoyen, n’a pas démérité question tortures et crimes de guerre. Et ferait passer Netanyahou pour le schtroumpf rasta.
    Ça tombe bien, ça va m’obliger à ouvrir l’œil car, à défaut d’être aimée (ça, j’en ai fait définitivement mon deuil), je vais dorénavant simplement essayer d’éviter d’être tuée. Et ça, c’est vraiment pas cool."

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages