Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 22:16
Protective Edge

- Kerry: Netanyahu agreed to 12-hour pause in fighting (Haaretz) - "Kerry added that the Israeli cabinet "may have rejected some language on a potential truce," yet Israel never formally rejected the proposal since it was never officially offered". Mais bien sûr les médias français ont sauté sur l'occasion pour répéter partout que "Israël rejette le cessez-le-feu proposé par Kerry"...
http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/1.607184
- Gaza : une trêve en discussion après 18 jours de combats et plus de 850 morts, Adel Zaanoun & Hossam Ezzedine (AFP)
https://fr.news.yahoo.com/gaza-15-tu%C3%A9s-%C3%A9cole-lonu-800-morts-palestiniens-044051783.html
   "[...] M. Kerry a transmis aux Israéliens une proposition de cessez-le-feu examinée par le cabinet de sécurité réuni autour du Premier ministre Benjamin Netanyahu. Le cabinet s'est interrompu en début de soirée pour demander des aménagements sur certains aspects, selon la radio publique israélienne.
    La réponse du mouvement islamiste Hamas, qui avait rejeté la semaine passée un premier projet égyptien de trêve, n'est pas garantie même si les discussions progressent "dans la bonne direction", selon un responsable gouvernement turc qui s'exprimait après une rencontre à Doha entre le ministre turc des Affaires étrangères et le chef du Hamas Khaled Mechaal à Doha. [...]
    Autre pomme de discorde: le maintien du déploiement de l'armée israélienne durant cette trêve dans la bande de Gaza, où ses soldats sont entrés le 17 juillet avec l'objectif de détruire le potentiel militaire du Hamas.
    Il est peu probable que le Hamas accepte que des soldats restent sur place pendant que s'ouvrent des négociations sur les questions de fond, tandis que les dirigeants israéliens ont répété à l'envi qu'ils entendaient réduire à néant la puissance de feu du Hamas et détruire les "tunnels offensifs" qui menacent la population israélienne. [...]"
- Israël rejette un projet de trêve, le bilan s'alourdit, Nidal al-Mughrabi (Reuters)
https://fr.news.yahoo.com/le-bilan-d%C3%A9passe-les-800-morts-dans-la-115608543.html
   "Le cabinet de sécurité israélien a rejeté vendredi soir une proposition de cessez-le-feu dans la bande de Gaza, a-t-on appris de source gouvernementale israélienne. Réuni autour du Premier ministre Benjamin Netanyahu, le cabinet a réclamé des modifications à ce projet, dont les détails n'ont pas été rendus publics, et des discussions sont en cours avec le chef de la diplomatie américaine John Kerry, actuellement au Caire, a-t-on précisé.
    Israël a repoussé la proposition de trêve car elle l'aurait empêché de poursuivre ses opérations contre les tunnels transfrontaliers du Hamas, a-t-on dit de même source. "La proposition de Kerry penchait trop du côté des exigences du Hamas." Le Hamas palestinien n'a pas répondu pour l'instant à cette proposition de trêve mais il a fait savoir ces derniers jours qu'il refuserait tout cessez-le-feu durable tant que [entre autres demandes] le blocus de Gaza par Israël [et l'Egypte] ne serait pas levé. [...]"

- Israël : Le Hamas revendique trois tirs de roquettes vers l'aéroport de Tel-Aviv (AFP) - "Le Hamas a revendiqué vendredi le tir de trois roquettes à longue portée vers l’aéroport international Ben Gourion de Tel-Aviv, en Israël, où le trafic aérien international reste perturbé après la chute d’une roquette à proximité mardi dernier. [...] Les roquettes de longue portée M75 sont une adaptation locale de la Fajr-5, de fabrication iranienne. Leur portée de 80 km place Tel-Aviv et Jérusalem sous la menace de tirs depuis la bande de Gaza".
http://www.20minutes.fr/monde/1422251-israel-hamas-revendique-trois-tirs-roquettes-vers-aeroport-tel-aviv
- Heavy barrage fired at Israel on Friday night (Ynet) - "Code Red sirens wail in southern, central Israeli cities including Tel Aviv; Iron Dome intercepts at least 9 rockets".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4549766,00.html

- Israël, le Hamas et l’attaque de l’abri des Nations unies (Times of Israel) - "La Deuxième chaîne israélienne, citant des sources de l’armée, a annoncé que neufs tirs de mortier ont été tirés par l’armée dans la zone de l’école UNRWA à Beit Hanoun, et qu’un tir perdu « a pu frapper l’école ». La chaîne annonce que l’armée était sous le feu du Hamas dans cette zone et qu’une roquette du Hamas pourrait également être en cause. Le feu aurait pu venir « des deux côtés », a spéculé le journaliste spécialiste de l’armée".
http://fr.timesofisrael.com/israel-le-hamas-et-lattaque-de-labri-des-nations-unies/
- Despite Murkiness, AFP Blames Israel for Attack on UNRWA School (CAMERA) - "Despite the unclear circumstances surrounding the attack on an UNRWA-run school in northern Gaza yesterday, the Agence France Press reports as fact that Israel is responsible. The French wire agencies repeated definitive pronouncements, in both news articles and photo captions, stand in stark contrast to the majority of American media outlets".
http://www.camera.org/index.asp?x_context=9999&x_article=2779
- IDF: Hamas Prevented Civilians From Evacuating UNRWA Shelter in Gaza (Algemeiner) - "“Hamas prevented civilians from evacuating the area during the window that the IDF gave them,” the IDF Spokesperson’s Unit said in a statement".
http://www.algemeiner.com/2014/07/24/idf-hamas-prevented-civilians-from-evacuating-unrwa-shelter-in-gaza/
- Un soldat israélien tué par des tirs depuis un bâtiment proche d’une école de l’ONU (AFP)
http://fr.timesofisrael.com/un-soldat-israelien-tue-par-des-tirs-depuis-un-batiment-proche-dune-ecole-de-lonu/
   "Un soldat israélien a été tué vendredi par des tirs effectués depuis un bâtiment situé près d’une école de l’ONU dans le centre de la bande de Gaza, a affirmé l’armée israélienne. Ce décès porte à 35 le nombre des militaires israéliens tués depuis le début le 8 juillet de l’opération militaire israélienne contre l’enclave palestinienne, étendue au sol le 17 juillet. [...]"

- Report: Hamas Beats Gazans Seeking to Heed Israeli Calls to Leave Targeted Area (VIDEO) (Algemeiner) - "Israeli news website, Kooker, on Thursday posted undated German footage, apparently shot in Gaza, and possibly in recent days, of what it said were Hamas enforcers violently beating and coercing residents to remain in their homes and the vicinity, despite their pleading that the IDF called on them to evacuate the area".
http://www.algemeiner.com/2014/07/24/report-hamas-beats-gazans-seeking-to-heed-israeli-calls-to-leave-targeted-area-video/

- Gaza : le Hamas se sert-il des Palestiniens comme "boucliers humains" ?, Louis Boy (FranceTV Info) - "le Hamas tire bien des roquettes "près des maisons, ou dans des terrains vagues adjacents", témoigne Samah Soula, envoyée spéciale de France 2 à Gaza. D'ailleurs, selon elle, "le Hamas ne s'en cache pas". [...] Les Gazaouis qu'elle a rencontrés ne semblent ni gênés, ni inquiets de voir ces roquettes tirées depuis chez eux ou presque. "Le Hamas est notre résistance, ils nous protègent, donc on l’accepte", explique une habitante. "Quand les tirs de roquettes ont commencé, il y a eu des critiques à propos de cette stratégie du Hamas", raconte la journaliste de France 2. "Mais dès qu'il y a eu des morts à Gaza, on ne les a plus entendues." Cette proximité entre le Hamas et les habitants, aussi risquée soit-elle, est de toute façon inévitable : le mouvement est aussi un parti politique, une composante essentielle de la société à Gaza".
http://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/israel-palestine/gaza-le-hamas-se-sert-il-des-palestiniens-comme-boucliers-humains_654731.html

- Caught In The Act! Gaza Health Ministry Inflating Number of Gazans Killed (Isreallycool) - "Following our previous Gazan casualties analysis - which was deliberately based on the Al Jazeera list (itself based on data from the Gaza Health Ministry) to prove a point – our reader noticed that the list itself is replete with duplicate names".
http://www.israellycool.com/2014/07/24/caught-in-the-act-gaza-health-ministry-inflating-number-of-gazans-killed/
- Poor Yaseen Al Kilani. Hamas says he was killed three times (Elder of Ziyon) - "This means 7% of the names being solemnly offered to the world media are double or triple counted. By contrast, I only counted 5 duplicates in the PCHR list of the over 1400 names listed  after Cast Lead".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/07/poor-yaseen-al-kilani-hamas-says-he-was.html

- This war may have prevented a huge planned terror attack (Elder of Ziyon) - "Benjamin Netanyahu revealed yesterday (Thursday) that the intent of the organization (Hamas) was to use dozens of tunnels simultaneously".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/07/this-war-may-have-prevented-huge.html
- Hamas Mega-Attack Planned through Gaza Terror Tunnels (Gatestone Institute) - "Hamas had apparently been preparing a murderous assault on Israeli civilian targets for the coming Jewish New Year Holiday, Rosh Hashanah, which begins on September 24, according anonymous sources in the Israeli security services, as reported today by the Israeli daily Maariv. The Hamas plan consisted of what was to be a surprise attack in which 200 fighters would be dispatched through each of dozens of tunnels dug by Hamas under the border from Gaza to Israel, and seize kibbutzim and other communities while killing and kidnapping Israeli civilians".
http://www.gatestoneinstitute.org/4516/hamas-mega-attack

- Le Souterrain de Gaza, la menace qu’Israël a choisi d’ignorer, Avi Issacharoff (Times of Israel) - "A la veille de l’opération, l’armée israélienne avait calculé que le Hamas avait environ 15 tunnels d’attaque – une sous-estimation importante. Est-ce un échec majeur des renseignements ? Je ne le vois pas de cette façon. Il n’existe aucun moyen fiable pour que les renseignements puissent prendre connaissance de chaque tunnel qui existe. L’échec vient plutôt du niveau politique qui a préféré ignorer la menace croissante sous la frontière au sud d’Israël pendant cinq ans. Les responsables avaient connaissance des tunnels, et savaient aussi pour les 9 000 – 10 000 roquettes du Hamas. Il était plus facile pour eux de fermer les yeux sur ce sujet par commodité et par amour du calme".
http://fr.timesofisrael.com/le-souterrain-de-gaza-la-menace-quisrael-a-choisi-dignorer/

- Removing tunnel threat not a matter of days (Ynet) - "IDF commanders returning from Gaza's underground front believe it could take forces two more weeks to complete their mission".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4549256,00.html

- Pourquoi 35 soldats sont morts à Gaza ?, Mitch Ginsburg (Times of Israel) - "Contrairement aux campagnes précédentes, l’armée dispose d’objectifs concrets : trouver les tunnels. Le Hamas sait donc précisément où frapper".
http://fr.timesofisrael.com/pourquoi-33-soldats-sont-morts-a-gaza/


Europe

- À Berlin, la montée d'un nouvel antisémitisme inquiète, Nicolas Barotte (Le Figaro) - "La semaine dernière, lors de manifestations propalestiniennes, des slogans antisémites, traitant par exemple les juifs de «porcs», ont été entendus. Choquée, toute l'Allemagne s'est indignée contre la montée d'un «nouvel antisémitisme»".
http://www.lefigaro.fr/international/2014/07/25/01003-20140725ARTFIG00312--berlin-la-montee-d-un-nouvel-antisemitisme-inquiete.php


ONU

- The UN Human Wrongs Council, Elliott Abrams (senior fellow for Middle East Studies at the Council on Foreign Relations) - "Western democracies should not have abstained. They should have called this resolution the offensive and useless piece of work that it is".
http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=9305
   "In the course of the Gaza war, several key European leaders have made tough, sensible statements supporting Israel's right to defend itself and demanding a cease-fire that does not give in to Hamas demands. German Chancellor Angela Merkel said, Germany stands "by the side of Israel" and noted that the weapons used by Hamas were of "a completely new quality." French President Francois Hollande said Israel had the right to use "all the necessary measures" to protect itself from rockets and missiles. Britain's new Foreign Secretary Philip Hammond said, "Everybody in the U.K. and the West is appalled by the scenes coming out of Gaza, but every country has the right to defend itself against attack."
    But that is only half the story. Not one of those three countries could bring itself to vote against a foul and vicious resolution in the U.N. Human Rights Council this week. Every single European country that is a council member abstained: Austria, the Czech Republic, France, Germany, Ireland, Italy, Romania and the United Kingdom.
    The resolution included this language:
   "Noting the systematic failure by Israel to carry out genuine investigations in an impartial, independent, prompt and effective way, as required by international law, on violence and offences carried out against Palestinians by the occupying forces and settlers and to establish judicial accountability over its military actions in the Occupied Palestinian Territory, including East Jerusalem.
   "Deploring the massive Israeli military operations in the Occupied Palestinian Territory, including East Jerusalem, since 13 June 2014, which have involved disproportionate and indiscriminate attacks and resulted in grave violations of the human rights of the Palestinian civilian population, including through the most recent Israeli military assault on the occupied Gaza Strip, the latest in a series of military aggressions by Israel.
   "Condemns in the strongest terms the widespread, systematic and gross violations of international human rights and fundamental freedoms arising from the Israeli military operations carried out in the Occupied Palestinian Territory since 13 June 2014, particularly the latest Israeli military assault in the occupied Gaza Strip, by air, land and sea, which has involved disproportionate and indiscriminate attacks.
   "Calls for an immediate cessation of Israeli military assaults throughout the Occupied Palestinian Territory, including East Jerusalem, and an end to attacks against all civilians, including Israeli civilians.
   "Decides to urgently dispatch an independent, international commission of inquiry, to be appointed by the president of the Human Rights Council, to investigate all violations of international humanitarian law and international human rights law in the Occupied Palestinian Territory, including East Jerusalem, particularly in the occupied Gaza Strip, in the context of the military operations conducted since 13 June 2014."

    Well, you get the idea: This is a biased, one-sided, mendacious resolution. The word "Hamas" is not mentioned. The firing of thousands of rockets into Israel is not mentioned. The massive system of attack tunnels through which Hamas terrorists have entered Israel is not mentioned. The fact that Hamas hides weapons in U.N. schools is not mentioned.
    Western democracies should not have abstained. They should have called this resolution the offensive and useless piece of work that it is. They apparently tried to "improve" the text so that they could vote for it, but when that failed they chickened out. Having worked in those U.N. precincts for many years, it seems obvious to me that one reason the EU can so rarely persuade the Arab group to amend its drafts enough to be acceptable is that the Arabs know the EU will never oppose them. It should be obvious that only a series of "no" votes will move the Arabs, but the EU does not dare. Instead it takes a position where moral clarity is absent and the U.N. Human Rights Council becomes as biased and as worthless as its predecessor, the U.N. Human Rights Commission, which was finally shut down in 2006.
    It should be clear that the council is no better. In 2008, the Bush administration abandoned observer status at the council, with the State Department spokesman accurately calling it "pathetic" and "almost solely focused on bashing Israel." Unfortunately the Obama administration quickly joined up again in 2009, with the excuse that American participation would so obviously change things. Call it an experiment.
    Has it worked? In this vote on the Gaza resolution, the United States was again completely isolated in voting "no." The council has since its creation in 2007 passed 50 resolutions against Israel, almost exactly the same number it has passed about every other human rights issue in every other country in the entire world, so it is no improvement on its predecessor.
    The United States erred in joining up in 2009, and the returns are in. The experiment failed. Until the council stops its biased and one-sided actions, and stops throwing fuel on the flames in the Middle East, we should disengage. Council members such as China, Cuba, and Russia (yes, all three are, amazingly enough, members) will not recognize moral clarity, but very many Americans will."

- UN probe of Israel will only encourage Hamas war crimes, Alan M. Dershowitz (Felix Frankfurter Professor of Law at Harvard Law School) - "This Hamas-inspired investigation is an important part of Hamas's double war crime strategy: By firing its rockets from civilian areas and buildings – even Ban Ki-moon acknowledges that it does – Hamas seeks to have Israel kill as many Palestinian civilians as possible. This Hamas-designed body count, and the accompanying photographs, inevitably leads to the kind of one-sided investigation in which the UNHRC specializes. The resulting one-sided condemnation, which Hamas can always count on, then helps it win support in Europe, South America and other parts of the world, as well as in the media and universities".
http://www.gatestoneinstitute.org/4512/un-war-crimes-hamas-israel

- Where’s the Outrage at the U.N. Hamas Rockets Fiasco? (Algemeiner) - "Strangely, outrage over these incidents around the world seems to be muted. If it wants, the world can forever argue about which side is to blame for the current conflict between Israel and Hamas, and for the Israeli-Palestinian conflict as whole. However, everyone should be outraged that a U.N. agency committed to helping the citizens of Gaza in a time of crisis is perpetuating the same people’s misery by storing rockets, and then either returning rockets directly to Hamas or losing track of the rockets, which makes the rockets just as likely to end up in the hands of Hamas".
http://www.algemeiner.com/2014/07/24/where%E2%80%99s-the-outrage-at-the-u-n-hamas-rockets-fiasco/


Points de vue

- Être solidaires des Palestiniens sans céder au réflexe tribal, Mohamed Kacimi (Ecrivain, dramaturge) - "Loin d'être une cause politique, la Palestine est devenue un défouloir collectif, on arbore son nom, on le crie dans les rues arabes et dans les mosquées quand on sent que la virilité arabe est en cause. Car dans cet imaginaire collectif, gangrené par le religieux, le mot Palestine ne renvoie ni à une géographie ni à une histoire, mais à une frustration collective".
http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/07/24/etre-solidaires-des-palestiniens-sans-ceder-au-reflexe-tribal_4462458_3232.html
   "« Collabo, harki, sioniste, sale juif, kafir, mécréant, apostat, vendu, youpin, traître, salaud, r'khis, lâche, sale rabbin, merdeux, valet de BHL, suppôt d'Israël… » Voilà les qualificatifs dont on affuble Kamel Daoud, chroniqueur et romancier algérien, sur les forums. Quel crime a commis l'auteur pour être ainsi traîné dans la boue ? Les premiers jours de l'attaque de Gaza, il a écrit une chronique où il annonce qu'il n'est pas solidaire de la Palestine : « Non, donc, le chroniqueur n'est pas solidaire de cette “solidarité” qui vous vend la fin du monde et pas le début d'un monde, qui voit la solution dans l'extermination et pas dans l'humanité, qui vous parle de religion, pas de dignité, et de royaume céleste, pas de terre vivante ensemencée. »
    N'est-ce pas le droit de chacun de se sentir concerné ou pas par une cause ? N'est-on pas libre d'être indignés ou pas, concernés ou pas ? La cause palestinienne serait-elle devenue le sixième pilier de l'islam ? Sommes-nous libres de fermer les yeux sur les massacres de Syrie et d'Irak, mais contraints d'afficher urbi et orbi notre solidarité avec le peuple palestinien, sous peine d'être jetés en pâture à la foule ?
    Ces derniers jours, tous les esprits sont chauffés à blanc par Al-Jazira. Cette chaîne vit du commerce des cadavres. Elle a une passion pour les morgues, ses caméras ne sortent jamais des ambulances et des tombes. Elle vend la mort à des foules arabes dont le futur se résume au « châtiment de la tombe ». Depuis le début de la guerre de Gaza, la rue arabe se range comme un seul homme derrière le Hamas, et le mouvement islamiste est devenu aux yeux des intellectuels arabes de gauche un mouvement de libération.
    On compte désormais les roquettes qui partent de Gaza en se disant que Jérusalem va tomber dans les prochains jours ! Bien entendu, Al-Jazira, la chaîne de production d'islamistes en continu, sort l'artillerie lourde. Elle diffuse en boucle l'image des enfants victimes des explosions dans les hôpitaux de la ville et fait intervenir des experts miliaires, qui jurent que les Brigades Al-Kassam sont en train de dépasser en technologie l'armement israélien.
    Et dans les foyers de Ramallah, de Beyrouth ou de Rabat, les familles exultent. Al-Jazira ment vingt-quatre heures sur vingt-quatre, car la chaîne qatarie sait que les Arabes sont de grands rêveurs. En 1990, ils rêvaient de voir les missiles de Saddam Hussein raser New York. En 2006, ils baptisaient « Saladin » l'ennemi chiite Nasrallah, car il leur avait promis de raser Tel-Aviv, alors qu'en fait il participait à la vitrification du Liban. Et les revoilà portant leurs espoirs sur les pétards d'un mouvement intégriste qui a plongé Gaza dans le Moyen Age.
    Plutôt que d'annoncer à ses millions d'âmes qu'ils vivent dans des pays soumis à des régimes totalitaires, religieux, obscurantistes, sans libertés, parqués jour et nuit dans des mosquées, où on leur apprend à haïr la liberté, les femmes, la vie, les autres, la chaîne qatarie préfère crier haro sur Israël, sur l'ennemi sioniste, c'est plus facile, c'est à la fois un antalgique et un antidépresseur. Du paysan du Rif aux « cailleras » du « 9-3 », tout le monde en reprend. Il faut être franc. Israël a parfois bon dos ! Depuis 1948, s'il n'existait pas, les régimes arabes l'auraient inventé pour justifier la faillite de ce monde qui, de Rabat à Bagdad, n'est qu'un vaste goulag avec les mosquées pour miradors et les barbus à la place des kapos.
    Contrairement à Al-Jazira, qui parle d'effusion du sang arabe et musulman à Gaza, je ne pense pas avoir de sang musulman et arabe dans mes veines, mais du sang humain tout court. Je ne partage pas l'opinion de Kamel Daoud, mais je dis qu'il a raison, qu'il a parfaitement raison de ne pas se sentir concerné par la situation du peuple palestinien. Je dis cela, alors que cela fait plus de vingt ans que je travaille dans les territoires palestiniens, vingt ans que je parcours les camps de réfugiés du Yarmouk de Damas à ceux d'Alep, de Bordj Al-Barajneh de Beyrouth à Mieh de Saïda, de Balata à Naplouse à celui de Jénine.
    J'étais en mai à Gaza et je retournerai à Gaza dès que ses portes s'ouvriront. Mais la solidarité avec les Palestiniens ne relève pas de la solidarité tribale. Elle doit être un acte réfléchi, responsable, fait en connaissance de cause et non un réflexe identitaire et religieux, comme c'est le cas aujourd'hui.
    Comme le dit Kamel Daoud, la cause palestinienne a été tellement dévoyée par les régimes arabes et par les partis islamistes qu'elle a perdu sa valeur aux yeux des jeunes générations. Loin d'être une cause politique, la Palestine est devenue un défouloir collectif, on arbore son nom, on le crie dans les rues arabes et dans les mosquées quand on sent que la virilité arabe est en cause. Car dans cet imaginaire collectif, gangrené par le religieux, le mot Palestine ne renvoie ni à une géographie ni à une histoire, mais à une frustration collective.
    Et qu'on arrête aussi avec la solidarité arabe, et là je rejoins Kamel Daoud. Il faut de temps à autre balayer devant sa propre porte. Depuis 1970, il y a cent fois plus de cadavres palestiniens dans les placards des royaumes et républiques arabes que dans les caves de l'armée israélienne.
    Mais poussons les choses plus loin, certes, Israël est une démocratie pour les siens, les juifs, et un régime ségrégationniste pour les Arabes, qui applique une politique coloniale, barbare, criminelle et absurde. [?!]
    Cependant, et pour être honnête, il convient de dire qu'il vaut mieux être, aujourd'hui, palestinien dans un camp de Khan Younès ou de Balata, où l'on a une identité, un ennemi, un bout de terre que l'on estime à soi et pour lequel on est prêt à mourir, que d'être palestinien dans un camp à Beyrouth ou à Damas, où, là, on n'est pas censé ne pas exister depuis 1948.
    Les lois libanaises interdisent l'achat de propriétés immobilières à « tous les étrangers originaires de pays non reconnus par le Liban ». Une formule tarabiscotée pour désigner les Palestiniens. D'autres lois interdisent aux Palestiniens d'exercer quelque 73 métiers, certaines empêchent un Palestinien de détenir un passeport, de voyager, d'essayer d'oublier la terre promise en échange d'une vie normale. Comme quoi la « fraternité arabe » a ses limites.
    Etre solidaire de la Palestine aujourd'hui, c'est oublier le réflexe atavique et grégaire, la solidarité du sang. Aimer la Palestine, c'est s'abstenir à jamais de crier « Mort à Israël ! » ou « A mort les juifs ! » Ni la haine ni la mort de l'autre ne peuvent faire vivre la Palestine.
    C'est faire l'effort non pas de nier, mais de comprendre Israël dans ses réalités, ses contradictions et son histoire. Plutôt que d'exclure l'autre, il convient de l'apprendre par coeur. C'est aussi tenter de comprendre le judaïsme, avec ses fulgurances, ses joies et son questionnement perpétuel et qui, loin d'être l'antithèse de l'islam, n'en est que l'enfance, au bout du compte.
    Enfin, je reviens à Kamel Daoud qui, depuis un moment, fait cavalier seul et c'est en cela qu'il dérange, qu'il se fait traîner dans la boue : il ne pense pas comme les autres ! Il pense contre les autres, contre les siens, contre lui-même. Enfin, un auteur ! Aux yeux des Arabes, le poète est celui qui parle au nom des siens, au nom de la tribu. Kamel Daoud ouvre une voie nouvelle dans la littérature algérienne, il parle en son nom propre, il ne parle pas au nom des autres, des Algériens, et encore moins des Arabes et des musulmans. Enfin, c'est un individu, un intellectuel, un romancier échappé aux griffes de la tribu, qui se fiche des mots de la tribu parce qu'il a les siens et qu'il peut dire merde ! à la tribu. Il peut prendre la route à contresens, penser à rebrousse-poil. Tout le monde le hait. Tant mieux, c'est la preuve qu'il a raison. Qu'il est sur la bonne voie. Il est libre, Kamel, et nous qui le lisons le sommes avec lui."

- L'antisémitisme contre la République, Robert Badinter (Ancien garde des sceaux (1981-1986), ancien président du Conseil constitutionnel (1986-1995)) - "Les agressions contre des synagogues jalonnent l'histoire de l'antisémitisme. Voici qu'elles se renouvellent au motif de solidarité avec les Palestiniens de Gaza. Mais les cris de « Mort aux juifs », c'est à Paris qu'ils résonnent, et aux juifs de France qu'ils s'adressent. Et, au-delà d'eux, c'est la République tout entière qu'ils défient".
http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/07/24/l-antisemitisme-contre-la-republique_4462457_3232.html
   "Français juif ou juif français, comme on voudra, ces deux qualités étant indissociablement liées en moi, j'assiste avec stupeur et colère à la renaissance d'un antisémitisme proclamé en France.
    C'est sur ce sujet-là que j'entends ici m'exprimer. Non sur le conflit au Proche-Orient qui oppose Palestiniens et Israéliens, depuis la création de l'Etat d'Israël par décision de l'ONU en 1948. Dans ce conflit, qui se déroule à des milliers de kilomètres de la France, notre destin national n'est pas en jeu. Mais une certaine idée de la République se trouve menacée à présent en France par les passions qu'il suscite.
    La République française repose sur des principes qui fondent notre pacte national. La République est une, indivisible et laïque. Elle est composée de tous les citoyens français, égaux en droits et devoirs, quels que soient leur sexe, leur origine, leurs convictions religieuses, philosophiques, politiques. Elle n'est pas une juxtaposition, une mosaïque de communautés vivant côte à côte. Elle rassemble en une même unité la totalité de ses citoyens, sans distinction aucune. La laïcité garantit à cet égard la liberté religieuse de chaque Français, dans le respect de celle des autres.
    Sur ces quatre piliers, liberté, égalité, fraternité, laïcité, repose la République française. Et chacun sait qu'il suffit qu'un des piliers cède pour que l'édifice entier puisse s'écrouler.
    Or la menace est là, présente dans les cris et les violences qui ont accompagné certains défilés organisés par des associations de soutien au peuple palestinien et hostiles à Israël. Face à l'interdiction de certaines manifestations, suscitée par la menace de troubles graves à l'ordre public, on a invoqué le droit à manifester garanti par la Constitution.
    Il s'agit là d'une liberté fondamentale dont l'importance n'est pas discutable. Encore faut-il rappeler que, comme toute liberté, celle de manifester doit s'exercer dans le cadre de l'Etat de droit. Or, en matière de liberté de manifestation, la loi prévoit que le gouvernement, dont le devoir est de garantir la paix civile, peut prendre des mesures d'interdiction si la sûreté des personnes et des biens lui paraît menacée.
    Il ne s'agit pas là d'un pouvoir régalien qui s'exercerait sans limites ni contrôle. La loi donne aux organisateurs de la manifestation le droit de saisir la justice administrative statuant en référé, c'est-à-dire sans délai, d'une demande d'annulation de la mesure d'interdiction décidée par le gouvernement. L'audience est publique et contradictoire. Et la décision rendue est immédiatement exécutoire.
    Les organisateurs de toute manifestation doivent se conformer aux décisions de justice. Ils ne peuvent se prévaloir d'un droit absolu et discrétionnaire à manifester. Le gouvernement, et particulièrement le ministre de l'intérieur, a à cet égard scrupuleusement observé les règles de l'Etat de droit. [...]
    Ce qui s'exprimait à nouveau à Paris dans ces manifestations, c'était, au-delà de l'antisionisme, l'antisémitisme, la haine des juifs. Déjà, nous avions entendu des néonazis défiler à Paris en février en criant « Les juifs dehors » dans une indifférence quasi générale. Je m'étais indigné du silence devant ces clameurs antisémites qui n'avaient pas retenti depuis l'Occupation nazie. Et voici que, à l'occasion du conflit au Proche-Orient, des voyous masqués se dirigent vers des synagogues, mus par le désir de frapper, de casser, de brûler.
    Les agressions contre des synagogues jalonnent l'histoire de l'antisémitisme. Voici qu'elles se renouvellent au motif de solidarité avec les Palestiniens de Gaza. Mais les cris de « Mort aux juifs », c'est à Paris qu'ils résonnent, et aux juifs de France qu'ils s'adressent. Et, au-delà d'eux, c'est la République tout entière qu'ils défient. Au soir de ma vie, je retrouve, hurlés par des fanatiques, les mêmes mots que je voyais, enfant, inscrits à la craie sur les murs de mon lycée parisien, avant la guerre : « Mort aux juifs », avec alors l'adjonction de « Mort à Blum ».
    Lors de la commémoration annuelle de la grande rafle du Vél' d'Hiv, à Paris ce 20 juillet, le premier ministre prononça des paroles fortes et simples contre l'antisémitisme. Il dénonça sa renaissance et la menace qu'il impliquait pour la France. C'était un beau discours, consolateur et rassurant à la fois.
    Mais je m'interrogeais : soixante-dix ans se sont écoulés depuis la nuit de l'Occupation, les crimes des nazis et de leurs complices de Vichy. Le temps de l'Histoire a succédé au temps de la Mémoire. Les derniers témoins vont disparaître à leur tour. Et l'antisémitisme est toujours vivant.
    Certes, les protagonistes et les circonstances ont radicalement changé. Mais la haine des juifs, elle, n'a pas disparu. Je la revois à l'oeuvre chez ces jeunes gens masqués, l'invective à la bouche et la pierre à la main, animés par les mêmes passions antisémites que leurs prédécesseurs des temps passés pourtant si différents.
    Comment éradiquer cette violence, dissiper leur ignorance, les ramener à la République ? La tâche est immense et l'enjeu considérable. Car il en va de l'antisémitisme comme du racisme. Ce sont des poisons de la République. A une certaine dose, elle en meurt."

- Terror tunnels, embargoes and human rights, Josh Bacon (NGO Monitor) - "Hundreds of rockets fired into Israel and discovery of dozens of underground Gaza tunnels have completely undercut NGOs' narrative, yet they continue to ignore these inconvenient facts".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4549358,00.html
   "Since the beginning of Operation Protective Edge, initiated in early July in response to massive rocket fire from Gaza against Israeli civilians, a number of major attempted terrorist attacks have been launched through tunnels dug under the Gaza-Israel border. Most of these have been successfully thwarted by IDF forces, although Israeli soldiers have been killed.
    In addition to machine guns and antitank missiles, the terrorists were armed with syringes and handcuffs, apparently in an attempt to abduct Israeli soldiers or civilians. The IDF also prevented what could have been a murderous rampage in an Israeli kibbutz near the Gaza border. Luckily in that incident, 13 terrorists were detected immediately and neutralized as they emerged from a tunnel.
    With the commencement of the ground incursion by IDF land forces, dozens of tunnels have been discovered leading into Israel. Many were dug in preparation for an anticipated Israeli attack in order to ambush Israeli soldiers from beneath. The discovery of a terror tunnel network running from Gaza into Israel and under Gaza itself should cause NGOs (non-governmental organizations) and their European government funders to rethink their ongoing campaigns against Israel’s policies towards Gaza.
    For years, Gisha (funded by the UK, Ireland, the EU, Norway and other governments), Oxfam (funded by the UK, EU and other governments), Amnesty International, Human Rights Watch (HRW) and many other political advocacy NGOs have conducted an ongoing campaign condemning Israel for maintaining restrictions on construction materials and other goods entering Gaza. These NGOs falsely assert that the restriction constitutes "collective punishment" and claim that any security rationale is merely a pretext.
    Amnesty, for instance, said in 2013 that the "blockade" of Gaza caused a "massive denial of rights," while Oxfam asserted that it causes "a protracted human tragedy" and is "in violation of international law." HRW and Gisha both claimed in 2013 and 2014 that the closure is "punitive" in nature. At the same time, any condemnation of rocket fire into Israel is minimal to non-existent.
    These NGOs have also repeatedly dismissed Israel’s security concerns about "dual-use" goods (materials that could be used for either civilian purposes or terror, i.e. cement for tunnels and metal pipes for rockets). Their claims were quickly adopted by European governments, which in turn have been pressuring Israel to change its policy and ease the closure of Gaza.
    Now, the hundreds of rockets fired into Israel, as well as the discovery of tunnels under Gaza and into Israel, have completely undercut the NGO narrative. Despite security concerns, Israel had eased most restrictions on imports into Gaza, and allowed limited exports through Israel as well. [...] the construction materials were diverted toward attempted terror attacks against Israel and to prepare for an Israeli ground incursion, which Hamas inevitably provoked through incessant rocket fire.
    The network of intensely ideological NGOs, though, ignores these inconvenient facts. Instead they have escalated their anti-Israel campaigns. Amnesty International has reinitiated its call for an arms embargo against Israel, with special attention paid to weapons that Israel receives from the United States.
    To be sure, Amnesty also calls for an arms embargo against "Hamas and Palestinian armed groups." However, as noted above, Amnesty has been actively frustrating such an embargo for years, condemning Israel’s attempt to do just that through the closure of Gaza. Furthermore, Amnesty was silent about Hamas’ illicit weapons pipeline as long as Israel did not respond militarily, reflecting the NGO’s real agenda and the illusion of balance.
    When NGOs pressured Israel to ease its blockade, they falsely claimed that a legitimate defensive, less invasive measure constitutes "collective punishment." In ignoring Hamas’ misuse of materials and exploitation of the eased blockade, these groups were extremely naïve. But, when coupled with antagonistic rhetoric toward Israel, it was more likely is an expression of a malicious anti-Israel agenda."

- The “Israel Can Defend Itself in Theory but Not in Practice” Crowd, Tom Wilson (Commentary) - "They maintain that of course the Jewish state should be entitled to the same right to self-defense that all other nations enjoy, provided that when the Jewish state defends itself, no one on the other side is harmed".
http://www.commentarymagazine.com/2014/07/24/the-israel-can-defend-itself-in-theory-but-not-in-practice-crowd/

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam - dans Juillet 2014
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages