Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 10:14
France

- Le rire et l’outrance caractérisent la tradition française de l’antisémitisme, Michaël Prazan (Journaliste et documentariste) - "la particularité de l'antisémitisme à la française, a contrario par exemple de l'antisémitisme nazi, très premier degré, c'est de mêler à son discours un mode humoristique, parodique, bouffon, d'être toujours accompagné d'une forme de moquerie, de dérision et d'outrance".
http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/01/22/le-rire-et-l-outrance-caracterisent-la-tradition-francaise-de-l-antisemitisme_4352256_3232.html
   "Après des semaines d'agitation et d'évidents « troubles à l'ordre public », le Conseil d'Etat a statué : interdiction des spectacles de Dieudonné. Cris d'orfraie de son public, mais aussi sur les plateaux de télé, dans les tribunes de nos médias, parmi nos plus belles âmes qui n'ont toujours pas compris ou refusent de comprendre que Dieudonné n'est pas un humoriste et que ses meetings ne sont pas des spectacles.
    Toujours la même rengaine, toujours la même antienne : « C'est la liberté d'expression qu'on assassine ! » Comme en 1980 lors de l'affaire Faurisson, comme en 1990 lors du vote de la loi Gayssot, comme en 1996 lors de l'affaire Garaudy et de la condamnation de son pamphlet négationniste. Liberté d'expression de quoi ? D'injure raciale ? De contestation ou d'apologie de crime contre l'humanité ? D'incitation à la haine raciale ?
    Que les fans de Dieudonné se rassurent, il est des pays où ce type de liberté d'expression existe, où elle est respectée et même encouragée. Entre autres, la Syrie et l'Iran, où l'on peut voir Dieudonné, dans ses petits souliers, pas drôle du tout, obséquieux et déférent, déclarer dans les médias locaux que « le sionisme a tué le Christ » (il faut évidemment remplacer « sionisme » par « judaïsme » pour comprendre l'anachronisme), manifester son admiration pour la révolution islamique, ou doctement affirmer que le sionisme est « une science du mensonge et une haine profonde de l'humanité ».
    Puisque son public crève de ne pouvoir exprimer cette dimension si particulière de la liberté d'expression, je l'encourage à s'installer en Iran, en Syrie, ou dans d'autres pays dont la liste est très facile à constituer. Rien de nouveau sous le soleil donc, ni du point de vue de l'antisémitisme ni de celui du droit. D'abord, c'est le propre de l'antisémitisme que d'être un instrument privilégié à même de défier le pouvoir et les institutions. D'autres que Dieudonné l'ont fait avant lui, et il s'inscrit clairement dans cette démarche, il en poursuit la posture et en reprend l'héritage.
    Une seconde caractéristique de l'antisémitisme, c'est de toujours trouver le moyen de sa reformulation, afin de contourner le barrage juridique dressé devant son expression. Il était peu acceptable, après la guerre, de reprendre les mots de l'antisémitisme d'avant-guerre ou de la collaboration. On a donc contourné le problème en inventant les théories fumeuses du négationnisme qui permettait d'avancer masqué, de contourner les lois contre la discrimination raciale pour ainsi combler la frustration de ne plus pouvoir utiliser le mot « youtre ».
    Las ! Le vote de la loi Gayssot ne permet plus, à partir de 1990, de jouer à ce jeu de dupes. La dimension antisémite du négationnisme est mise au jour et réprimée, y compris à l'échelon européen. Il faut donc trouver autre chose. Le mot « sionisme » a un temps constitué une opportunité, un substitut au mot « juif », un second souffle. Mais Dieudonné en a fait un tel usage qu'on a fini par entrevoir le subterfuge, et les instruments juridiques ont dû s'adapter, notamment par la nouvelle jurisprudence impulsée par le Conseil d'Etat, comme naguère ils s'étaient adaptés pour réprimer le discours négationniste.
    Quant à Dieudonné, là encore, rien de nouveau. Ce n'est pas un humoriste, c'est un tribun antisémite qui s'inscrit ouvertement dans une tradition, celle d'un antisémitisme spécifiquement français. Car la particularité de l'antisémitisme à la française, a contrario par exemple de l'antisémitisme nazi, très premier degré, c'est de mêler à son discours un mode humoristique, parodique, bouffon, d'être toujours accompagné d'une forme de moquerie, de dérision et d'outrance. Je ne crois pas qu'il y ait d'autres pays que la France qui, de ce point de vue, ait façonné un tel marquage identitaire à l'expression de son antisémitisme. A telle enseigne que tous les journaux ayant pour fonds de commerce la haine du juif sont des publications systématiquement satiriques.
    C'était vrai pendant la Belle Epoque (Les Grimaces), c'était vrai durant la collaboration (Je suis partout), c'était également vrai dans les décennies d'après-guerre (Minute, Présent, L'Idiot international, etc.). Les écrivains antisémites, de Céline à Marc-Edouard Nabe, n'échappent pas à cette règle, de même que les tribuns politiques, de Doriot à Jean-Marie Le Pen, dont les meetings, du point de vue de la verve gouailleuse, de l'outrance et de la moquerie, étaient peu ou prou du même tonneau que les spectacles de Dieudonné – quoique de meilleure tenue, tant du point de vue de la langue que de ce qu'on désigne communément sous le terme de « dérapages ».
    En conséquence, le rire n'est ni un blanc-seing, ni un bouclier, ni une excuse. Dans ce contexte, au contraire, c'est un identifiant, un signe de ralliement. Reste que les dommages infligés à la société française sont considérables. Car si l'on arrive à faire taire Dieudonné – rien n'est moins sûr –, il aura tout de même, pendant dix ans de prosélytisme actif et souterrain, réussi à embrigader une frange non négligeable de la jeunesse française, une jeunesse qui constitue pour partie la France de demain.
    C'est à ce défi, celui-ci, franchement inédit, que nous contraint le phénomène Dieudonné. Après avoir vaillamment remporté la bataille dans le bras de fer que lui imposait l'ancien humoriste, c'est à cette question ardue et pour le moins inquiétante que doit maintenant s'attaquer le gouvernement."


Israël

- Une cellule liée à al-Qaida démantelée à Jérusalem, Cyrille Louis (Le Figaro) - "ces arrestations constituent une nouvelle preuve qu'al-Qaida, longtemps tenu à l'écart du conflit palestinien, cherche désormais à s'implanter en Cisjordanie".
http://www.lefigaro.fr/international/2014/01/22/01003-20140122ARTFIG00534-une-cellule-liee-a-al-qaida-demantelee-a-jerusalem.php
   "Les services de sécurité israéliens ont annoncé mercredi avoir démantelé une cellule terroriste liée à al-Qaida qui, selon les indications livrées par trois suspects, envisageait de commettre des attentats à Tel-Aviv et Jérusalem. Selon le Shin Beth, ces hommes âgés de 22 à 31 ans auraient été recrutés sur Internet par un cadre de la nébuleuse djihadiste opérant depuis la bande de Gaza. Ces révélations interviennent alors que Benyamin Nétanyahou a menacé mardi de frapper militairement l'enclave palestinienne, afin de mettre un terme aux tirs de roquette qui se multiplient depuis quelques semaines contre le sud d'Israël.
    Selon les informations communiquées par le Shin Beth, le «donneur d'ordres» Arib al-Sham aurait approché les trois suspects sur ordre direct du numéro un d'al-Qaida, Ayman al-Zawahiri. Deux d'entre eux, Iyad Abu Saara et Roubeen al-Najama, vivaient à Jérusalem-Est et disposaient d'un permis de résidence leur permettant de se déplacer librement en Israël. Le troisième, Alaa Ranem, résidait dans les environs de Jénine (Cisjordanie). Leur recrutement se serait fait via Skype et Facebook, ainsi qu'au moyen d'un logiciel permettant de crypter les communications.
    Un porte-parole du premier ministre israélien a précisé que cette cellule «planifiait notamment un attentat à la bombe contre l'ambassade des États-Unis». Selon l'agence israélienne de contre-espionnage, ils auraient aussi envisagé de mener des attentats suicides contre un centre de conférence à Tel-Aviv. Iyad Abu Saara aurait notamment été chargé de convoyer sur le sol israélien cinq terroristes munis de faux papiers russes, ainsi que de leur fournir des ceintures d'explosifs. Il aurait aussi été envisagé de kidnapper un soldat israélien, d'attaquer un bus reliant le centre de Jérusalem à la colonie de Maale Adumim ou encore de faire exploser un immeuble dans le quartier résidentiel d'Abou Tor, non loin de la vieille ville.
    Les autorités israéliennes, qui ont lancé leur coup de filet le 25 décembre et ont ensuite attendu près d'un mois avant de le rendre public, n'ont pas précisé si une procédure judiciaire avait d'ores et déjà été engagée contre les suspects. On ne sait pas davantage sur quels éléments de preuve repose leur mise en cause, ni s'ils ont reçu l'assistance d'un avocat. Certaines associations de défense des libertés civiles dénoncent régulièrement les conditions dans lesquelles sont recueillis les aveux en matière de lutte antiterroriste.
    Selon le Shin Beth, quoi qu'il en soit, ces arrestations constituent une nouvelle preuve qu'al-Qaida, longtemps tenu à l'écart du conflit palestinien, cherche désormais à s'implanter en Cisjordanie. Au printemps 2013, un appel au djihad contre Israël a été lancé par Ayman al-Zawahiri. En novembre, l'Etat hébreu a annoncé avoir abattu trois combattants liés à l'organisation Majlis al-Choura al-Mudjahideen, proche d'al-Qaida.
    Mercredi, un porte-parole du Hamas, la formation islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, a accusé le gouvernement israélien d'avoir «fabriqué» les dernières arrestations pour mieux justifier une opération militaire contre Gaza. Ces dernières semaines, la situation n'a cessé de se tendre aux abords d'enclave palestinienne. Un ouvrier israélien y a été tué par un sniper à la veille de Noël et les tirs de roquettes, souvent suivis de raids israéliens, se sont depuis lors multipliés. [...]"


Gaza & Hamas

- Un Palestinien tué par l'armée israélienne à Gaza, Nidal al Mughrabi (Reuters)
http://fr.news.yahoo.com/un-palestinien-tu%C3%A9-par-l-39-arm%C3%A9e-isra%C3%A9lienne-165406497.html
   "Un Palestinien de 20 ans a été tué et un autre homme a été blessé vendredi par l'armée israélienne dans un accrochage à la frontière avec la bande de Gaza, a-t-on appris de source militaire israélienne et de source médicale palestinienne. L'armée a fait savoir qu'elle avait tiré pour disperser des Palestiniens qui, selon elle, jetaient des pierres et faisaient rouler des pneus enflammés dans sa direction. [...]"
- 1 Palestinian dead in clash with IDF on Gaza border, Yaakov Lappin (JP) - "The soldiers fired at the legs of the suspects, striking and injuring two men".
http://www.jpost.com/Defense/1-Palestinian-dead-in-clash-with-IDF-on-Gaza-border-339295
   "Israeli troops killed a Palestinian man on Friday and wounded others in a cross-border confrontation with protesters in the Gaza Strip, Palestinian hospital officials said. The Israeli army could not confirm that a Palestinian had been killed in the confrontation. [...] An IDF spokeswoman said that dozens of Palestinians entered a closed security zone on the border between northern Gaza and Israel and rioted in the area. IDF soldiers who arrived at the scene called on the rioters to disperse, but were ignored, the spokeswoman said. The soldiers fired at the legs of the suspects, striking and injuring two men."

- Hamas placing rockets near water reservoirs, digging dozens of ‘terror tunnels’, Elhanan Miller (Times of Israel) - "Hamas is increasingly using sensitive civilian facilities in Gaza to protect its military assets from being targeted by Israel, ahead of a further round of conflict. It is also digging dozens of “terror tunnels” into Israel, The Times of Israel has learned".
http://www.timesofisrael.com/hamas-places-rockets-near-water-reservoirs-to-elude-iaf/

- Hamas may be fighting a losing battle to stop Gaza rocket fire, Avi Issacharoff (Times of Israel) - "Rival groups are defying the Islamist government’s efforts to maintain calm, precisely as Hamas itself once defied the PA".
http://www.timesofisrael.com/hamas-may-be-fighting-a-losing-battle-to-stop-gaza-rocket-fire/

- If there is an escalation in Gaza, terrorists plan to kill "spies" (Elder of Ziyon) - "Remember that the Gazans gruesomely executed during Pillar of Defense were already in jail when they were taken out and one was dragged in the street behind motorcycles. And at least one of them was not a spy at all but a political rival of Hamas. This article essentially is announcing that Gaza groups are planning to kill a bunch of Arabs, using any Israeli action as an excuse, thinking that this will deter Israel from defending itself from rockets".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/01/if-there-is-escalation-in-gaza.html


Judée-Samarie

- IDF finds gun in girl's "princess" backpack at checkpoint (Elder of Ziyon) - la photo est assez bluffante.
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/01/idf-finds-gun-in-girls-princess.html

- Evidence: Arabs Staging 'Price Tag' Attacks, Blaming Jews, Gil Ronen (Arutz 7) - "Pictures taken by K. show Arabs chopping down their own trees. Then, they painted 'Price Tag' in Hebrew".
http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/176599

- Palestinians in Hebron, Nablus protest Kerry's peace proposals, Khaled Abu Toameh (JP) - "The participants called on PA President Mahmoud Abbas to reject Kerry’s proposals and also urged Palestinians to resort to “all forms of resistance” against Israel".
http://www.jpost.com/Middle-East/Palestinians-in-Hebron-Nablus-protest-Kerrys-peace-proposals-339339
   "Palestinians demonstrated on Saturday in Hebron and Nablus against US Secretary of State John Kerry’s proposals for peace between Israel and the Palestinian Authority. The protests were organized by the radical groups Popular Front for the Liberation of Palestine, Democratic Front for the Liberation of Palestine and the People’s (Communist) Party. The demonstrators shouted slogans denouncing Kerry’s proposals and warned the PA leadership against accepting them. The participants called on PA President Mahmoud Abbas to reject Kerry’s proposals and also urged Palestinians to resort to “all forms of resistance” against Israel.
    Mohamed Dweikat, a senior official with the DFLP, said Kerry’s proposals are aimed at “liquidating” the Palestinian issue, especially the “right of return” for Palestinian refugees. He also claimed that the proposals would “consolidate settlement in the West Bank.” Badran Jaber, one of the organizers of the Hebron protest, said, “We reject the Kerry plan because it is designed to liquidate the Palestinian cause. It is also aimed at Judaizing Jerusalem, increasing settlement in the Jordan Valley and denying the right of return for refugees.” [...]"


"Processus de paix"

- Peace Of Cake (Vidéo 2mn26) - une petite animation parodiant (mais malheureusement pas tant que ça) les impasses du "processus de paix".
http://www.youtube.com/watch?v=bbaG3M2KXlM

- Livni lambastes Abbas’s ‘unacceptable positions’, Ilan Ben Zion (Times of Israel) - "Livni’s highly unusual warning — she has long publicly endorsed Abbas as a partner for viable peace terms — echoed statements made by US Secretary of State John Kerry".
http://www.timesofisrael.com/palestinians-to-pay-for-abbass-unacceptable-positions-livni-says/
   "Israel’s chief negotiator with the Palestinians, Justice Minister Tzipi Livni, on Saturday lashed out at Palestinian Authority President Mahmoud Abbas, saying in an uncharacteristic critique that if he stuck to his “unacceptable positions” the Palestinians would suffer the consequences. Speaking in an interview with Channel 2, Livni said Abbas’s positions were “not only unacceptable to us but to the whole world, and if he continues to stick to them, then the Palestinians will be the ones to pay the price.”
    Abbas has recently stated that no peace agreement would be possible without all of East Jerusalem [including the Old City] as the Palestinian capital, has staunchly refused to recognize Israel’s self-definition as the state of the Jewish people, and has demanded the right of return for Palestinian refugees and their descendants to Israel proper, saying nobody but the refugees themselves could negotiate away that right.
    Livni’s highly unusual warning — she has long publicly endorsed Abbas as a partner for viable peace terms — echoed statements made by US Secretary of State John Kerry on Friday. Speaking in Davos, Kerry said that “If [the Palestinians] fail to achieve statehood now, there’s no guarantee another opportunity will follow anytime soon.” He also emphasized that in order for the talks to yield results, leaders on both sides would have to make “courageous decisions necessary to embrace what would be fair and what would work.”
    Despite her grim assessment of the Palestinian Authority president’s negotiation stance, Livni said she hoped Israel and the Palestinians would be able to reach an agreement in the three remaining months of talks, which began in July 2013. Kerry and the two sides had agreed on a nine-month negotiating period, which ends in May, though the US secretary is now trying to finalize a new “framework” agreement to serve as the basis for talks extending beyond that deadline. [...]"

- Fatah publicizes threats to bomb Tel Aviv on its official Facebook page (PMW)
http://palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=10529
   "Once again Fatah has chosen to post threats of terror against Israel on its official Facebook page. Yesterday, the movement posted a video in which Fatah's military wing, the Al-Aqsa Martyrs' Brigades, threatens to turn Tel Aviv into a "ball of fire": "We swear to you that we will turn the beloved [Gaza] Strip into a graveyard for your soldiers, and we will turn Tel Aviv into a ball of fire." Click to view [...]"

- The PLO still insists on the Jewish Quarter and the Kotel being in "Palestine" (Elder of Ziyon) - "We already know that the PLO says that no Jews can live in "Palestine" so the Jewish Quarter would have to be ethnically cleansed, not to mention dozens of Jewish neighborhoods. The chances of Jews being allowed to visit the Temple Mount would become exactly zero. The chances that Jews could visit the Kotel would slowly drop to zero within a couple of years - for "security" reasons. The best that Jews could hope for would be the way they can visit the Tomb of Joseph in Nablus today - once or twice a month in heavily armored buses in the middle of the night".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/01/the-plo-still-insists-on-jewish-quarter.html

- PLO looking forward to failure of talks to get the next phase going (Elder of Ziyon) - "Shtayyeh said that the Palestinian leadership will go to the United Nations to prosecute Israel for its crimes after the talks and called for the establishment of an international conference similar to the Geneva conference with Syria and Iran on the Palestinian issue. [...] He wants to internationalize the Palestinian issue so that bodies like the UN will impose a solution that would be better than anything the PLO can negotiate. In other words, the current negotiations were never serious. The PLO used them to force Israel to release over 100 terrorists but had no intention to give anything up".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/01/plo-looking-forward-to-failure-of-talks.html

- Did Netanyahu Invent the Demand that Israel Be Recognized as a Jewish State?, Yair Rosenberg (Tablet Mag) - "A new report in Haaretz by Amira Hass–in which she speaks with former Palestinian negotiator Nabil Shaath, who says Netanyahu invented the controversial demand out of whole cloth in 2010–would seem to bolster this claim. The only problem is, it doesn’t stand up to historical scrutiny".
http://www.tabletmag.com/scroll/160131/did-netanyahu-invent-the-demand-that-israel-be-recognized-as-a-jewish-state

- Mabrouk to Abbas on Tenth Year of His Four Year Term!, Khaled Abu Toameh (Gatestone Institute) - "The fact that Abbas has is now in his tenth year of his four-year term in office should also serve as a reminder to Kerry that the PA president does not really have a mandate from his people to sign any agreement with Israel".
http://www.gatestoneinstitute.org/4141/abbas-term-of-office

- Le temps joue en faveur d'Israël, Emmanuel Navon (dirige le département de science politique et de communication au Collège universitaire orthodoxe de Jérusalem et enseigne les relations internationales à l'Université de Tel Aviv et au Centre interdisciplinaire d’Herzliya) - "il n'y a aucune raison de paniquer à propos des conséquences démographiques de l'impasse actuelle".
http://www.i24news.tv/fr/opinions/140122-le-temps-joue-pour-israel
   "Dans son dernier numéro, The Economist affirme qu’Israël ne restera pas juif s'il n'évacue pas la Judée-Samarie (la «démographie», peut-on lire, mène à une «majorité palestinienne»). Il est intéressant de constater que l'argument de The Economist n'est plus à propos de la paix, mais à propos de la démographie. [...] Mais si The Economist et autres partisans de la théorie des deux Etats ont eu tellement tort à propos de la paix, pourquoi penser qu’ils ont tellement raison à propos de la démographie ?
    D’abord, la bande de Gaza est maintenant hors de l'équation, et donc les calculs ne s'appliquent qu'à l'Israël d’avant 1967 et à la Judée-Samarie. La hantise de l’État binational est fondée sur un recensement effectué en 1997 par le "Bureau central palestinien des statistiques" (BCSP). Selon ce recensement, il y avait 2,78 millions d'Arabes en Judée-Samarie en 1997. Ce chiffre en a surpris plusieurs à l'époque car un recensement similaire réalisé par le Bureau central israélien des statistiques (BCIS) en 1996 avait révélé que le nombre d'Arabes en Judée-Samarie était de 2,11 millions. Comment la population arabe avait-elle pu augmenter si rapidement en un an ?
    La raison est que le BCSP avait inclus les 325 000 Palestiniens vivant à l'étranger et avait compté deux fois les 210 000 résidents arabes de Jérusalem. En 2011, il y avait environ 400 000 Arabes de Judée-Samarie vivant à l'étranger. Ils sont toujours inclus dans le décompte démographique du BCSP. Or selon les normes démographiques internationalement acceptées, les résidents qui sont à l'étranger pour plus d'un an ne sont pas comptabilisés démographiquement. Le PCBS ne respecte pas cette norme internationale (contrairement à Israël). Le PCBS a également supposé en 1997 qu'il y aurait une immigration arabe annuelle nette vers la Judée-Samarie et Gaza de 45 000 personnes. En réalité, il y a eu une émigration arabe annuelle nette depuis la Judée-Samarie et Gaza.
    Selon le démographe israélien Sergio della Pergola, les Juifs constituent une majorité de 62 % entre le Jourdain et la mer Méditerranée, à l'exclusion de la bande de Gaza. Quand Israël déclara son indépendance en 1947, il y avait une minorité juive d’un tiers. En 1947, Roberto Bachi (professeur de statistiques et fondateur du Bureau central des statistiques d'Israël) implora Ben Gourion de ne pas déclarer l'indépendance. Bachi soutenait à l'époque que, avec une population de 600 000 âmes, les Juifs deviendraient une minorité d’ici 1967. Bachi ne prit pas en compte les vagues massives d’"Aliya" (l'immigration juive), et c’est pourquoi ses prédictions se sont révélées erronées.
    La population juive a augmenté jusqu'à présent principalement grâce à l’Aliya. Mais à quoi faut-il s’attendre pour les années à venir ?
    Depuis 1992, le taux de fécondité arabe en Judée-Samarie a diminué de façon significative et constante (il est maintenant de 3,2 naissances par femme). Dans l’Israël d'avant 1967, le taux de fécondité arabe a diminué, passant de 9,23 en 1964 à 3,5 aujourd'hui. Cette diminution a été constante. Le taux de fécondité juif a également diminué depuis 1964, mais très légèrement : passant de 3,39 en 1964 à 3,0 aujourd'hui. Mais, ce qui n’est pas moins important, le taux de fécondité juif a commencé à augmenter à la fin des années 1990 (il était de 2,62 en 1999, 2,71 en 2004, et 3,0 en 2011). L’écart de fécondité entre Juifs et Arabes, qui est passé de 5,84 en 1964 à 0,5 aujourd'hui, n’existe quasiment plus. Et le taux de fécondité juif augmente depuis la fin des années 1990 pas seulement en raison des taux traditionnellement élevés chez les Juifs orthodoxes, mais aussi chez les Israéliens laïcs.
    Viennent ensuite l'immigration et l'émigration. Bien qu'il y ait eu des vagues constantes d’Aliya depuis l'indépendance d'Israël (assurant ainsi la croissance de la population juive), il y a eu une émigration arabe annuelle nette.
    Donc affirmer, comme le fait The Economist, que la «démographie» entraîne "une majorité palestinienne" est faux. Cela ne signifie pas, bien sûr, qu'une minorité arabe de 38% (contre 20% pour le pourcentage actuel de la minorité arabe d'Israël) est une bonne idée (ça ne l’est pas). Mais compte tenu des dangers d’un État-raté et hostile entourant Jérusalem et surplombant Tel-Aviv, et compte tenu des tendances démographiques réelles entre le Jourdain et la mer Méditerranée, il n'y a aucune raison de paniquer à propos des conséquences démographiques de l'impasse actuelle. Les Palestiniens ont leur propre gouvernement [...]"

- Most Israelis think peace talks will fail, poll finds (AFP) - "87 percent of respondents don’t think negotiations will result in an accord, 77% back PM’s demand for recognition as Jewish state".
http://www.timesofisrael.com/most-israelis-think-peace-talks-will-fail-poll-finds/


Syrie

- Lapid: Press the world to recognize the Golan Heights as part of Israel, Gil Hoffman (JP)
http://www.jpost.com/National-News/Lapid-Press-the-world-to-recognize-the-Golan-Heights-as-part-of-Israel-339087
   "Israel should take advantage of Syria’s poor image in the world to ask the international community to recognize Israeli sovereignty over the Golan Heights, Finance Minister Yair Lapid suggested in a recent meeting of the security cabinet. Lapid’s office would not confirm or deny his statement, which was first reported by Army Radio. But a source present at the meeting confirmed the report.
    The report said that when the security cabinet met three weeks ago, Lapid said the world did not trust Syrian leader Bashar Assad and observed that US Secretary of State John Kerry was pushing for Israel to make concessions to the Palestinians. He said those factors could make it a good time to push to keep the Golan.
    Deputy Foreign Minister Ze’ev Elkin responded that it was always a good time to campaign for maintaining Israeli control over the Golan. But Deputy Defense Minister Danny Danon said he was against the idea. “It is wrong to remind the international community about our control over the Golan,” Danon said. “It is better to let sleeping dogs lie”."

- Between a ruthless dictator and global jihad, Israel, U.S. prefer Assad, Amos Harel (Haaretz) - "Even if Israel is not saying so explicitly, if forced to choose, it would probably prefer Assad to the arrival of tens of thousands of Global Jihad fighters on the Syrian side of the border".
http://www.haaretz.com/weekend/week-s-end/.premium-1.570231


Europe

- EU envoy: Naturally, Israel will be blamed if settlements wreck the peace process, Raphael Ahren (Times of Israel) - "Ambassador Lars Faaborg-Andersen also says Europe doesn’t understand PM’s demand for recognition of Israel as a Jewish state". Bref, cet ambassadeur représente très bien l'Europe.
http://www.timesofisrael.com/eu-envoy-we-doesnt-understand-israels-jewish-state-demand/

- EU envoy denies European bias toward Palestinians, Herb Keinon (JP) - non ce n'est même pas une blague.
http://www.jpost.com/Diplomacy-and-Politics/EU-envoy-rejects-Netanyahus-claim-that-Europe-unfairly-critical-of-Israel-339014


ONU

- L’Unesco et les juifs : ignominie, Bernard-Henri Lévy (Le Point) - "Le plus dramatique dans cette affaire, c’est l’image pitoyable que donne d’elle-même une agence des Nations unies se couchant – il n’y a pas d’autre mot – devant le diktat. C’est le sentiment d’être revenu aux temps, il y a presque quarante ans, où la même agence voyait dans le sionisme une forme de racisme".
http://www.lepoint.fr/editos-du-point/bernard-henri-levy/l-unesco-et-les-juifs-ignominie-23-01-2014-1783455_69.php
   "C’est le scandale de la semaine. Et, étrangement, personne n’en parle. L’Unesco avait programmé, à Paris, de longue date, une exposition intitulée "Les gens, le Livre, la Terre : la relation de 3 500 ans du peuple juif avec la Terre sainte". Cette exposition était parrainée par le Centre Simon-Wiesenthal ainsi que par un certain nombre d’États, au nombre desquels le Canada. Elle avait reçu l’appui de sommités archéologiques et se conformait à toutes les règles scientifiques requises.
    Or voici qu’à moins d’une semaine de son inauguration elle est brutalement suspendue, pour ne pas dire annulée, par simple communiqué de la direction de l’agence obtempérant à une lettre de 22 pays arabes "préoccupés"sic – par le "possible impact négatif" de l’événement sur "le processus de paix et les négociations en cours au Proche-Orient".
    Passons sur l’insulte faite au prestigieux Centre Simon-Wiesenthal, qui se voit transformé en repaire de boutefeux et de saboteurs de paix. Passons sur le raisonnement grotesque selon lequel une exposition savante, mobilisant des érudits venus du monde entier, serait, dès lors qu’il y est question d’Israël, un obstacle à la "négociation" et à la "paix".
    Et ne nous attardons pas non plus sur l’aveuglement d’une Ligue arabe qui, confrontée à la menace nucléaire iranienne, à la glaciation peu négociée de la révolution égyptienne, à l’écrasement guère pacifique des velléités démocratiques à Bahreïn ou dans les Émirats et, last but not least, au massacre de 130 000 Syriens par l’aimable Bachar el-Assad, ne voit qu’une menace sérieuse planer sur la région : Israël, toujours Israël, le tout petit Israël, dès lors qu’il a la prétention de se pencher, comme tous les peuples du monde, sur son histoire, ses récits fondateurs ou l’ancienneté de sa présence sur la terre où il est établi.
    Le plus dramatique dans cette affaire, c’est l’image pitoyable que donne d’elle-même une agence des Nations unies se couchant – il n’y a pas d’autre mot – devant le diktat. C’est le sentiment d’être revenu aux temps, il y a presque quarante ans, où la même agence voyait dans le sionisme une forme de racisme – et encore ! au moins les grandes consciences de l’époque, Sartre et Foucault en tête, s’élevèrent-elles contre cette "ignominie" ! alors que personne, encore une fois, ne paraît, aujourd’hui, s’en inquiéter ni presque s’en aviser !
    C’est la façon dont un vrai débat, qui a l’âge de la philosophie et dont les anciens Grecs faisaient de beaux "paradoxes" (paradoxe d’Épicharme, puis d’Aristote : qu’est-ce qui reste d’une "identité", qu’est-ce qui fait que l’on peut continuer de dire "les" Grecs", ou "les" juifs, lors même que le passage du temps, la succession des générations, la disparition des premiers porteurs du nom rendent les ensembles d’aujourd’hui et d’hier radicalement différents), est en train d’être détourné par un quarteron de faux historiens que vient aujourd’hui conforter, avec sa honteuse palinodie, cette grande institution qu’est, en principe, l’Unesco ("il n’y a jamais eu de Temple à Jérusalem", disait l’un… "le peuple juif est une invention récente", écrivait l’autre… "peut-être existe-t-il, assénait le troisième, mais comme un peuple violent, originairement cruel, pour ne pas dire génocidaire…" – eh bien, ce torrent d’imbécillités négationnistes qu’il nous était donné de subir, depuis un certain nombre d’années, à longueur de colonnes et de programmes, c’est dans son sillage que s’inscrit, qu’elle le veuille ou non, cette décision de l’Unesco).
    Ce qui est dramatique encore, c’est la quasi-certitude, en écrivant ces lignes, de provoquer un déferlement de commentaires où l’on verra, comme à l’accoutumée, se renverser les rôles de l’insulteur et de l’insulté et celui-ci payer pour les provocations incendiaires de celui-là : "marre d’Israël ! marre du sionisme ! on se fiche de savoir qui, dans cette querelle, a tort ou raison – nous en avons juste assez, et de la querelle, et des juifs qui en sont l’objet".
    Et puis ce qui est dramatique, enfin, c’est la conviction que la paix, la vraie, c’est-à-dire la réconciliation tant attendue entre les deux peuples frères qui se disputent la même terre, passe par une double reconnaissance, une double entrée dans les raisons de l’autre et de ses narrations constitutives – pas par cette intolérance, ce refus, cette diabolisation, cette négation historique et métaphysique à quoi encourage aujourd’hui une Unesco durbanisée. [...]"

- Polémique à l'Unesco après le report d'une exposition sur Israël, Alain Barluet (Le Figaro) - "l'écrivain algérien Boualem Sansal déplore pour sa part, dans une lettre ouverte à Irina Bokova, une décision qui «peut être perçue comme un boycott et donc comme une prise de position politique»."
http://www.lefigaro.fr/international/2014/01/23/01003-20140123ARTFIG00325-polemique-a-l-unesco-apres-le-report-d-une-exposition-sur-israel.php
   "C'est une polémique de plus dans l'histoire de l'Unesco qui en a déjà connu beaucoup. Une exposition baptisée «Les gens, le Livre, la Terre: la relation de 3500 ans du peuple juif avec la Terre sainte» qui devait s'ouvrir lundi 20 janvier au siège de l'Organisation, à Paris, a été reportée in extremis par sa directrice générale, la Bulgare Irina Bokova. Celle-ci a expliqué que «des points restent encore à finaliser» concernant cette manifestation conçue par le Centre Simon-Wiesenthal et qui «sera inaugurée au mois de juin». Mme Bokova a également motivé sa décision, annoncée la semaine dernière, par la protestation des 22 membres du groupe des pays arabes de l'Unesco exprimant leur crainte que l'exposition «puisse avoir un impact potentiel» sur le processus de paix au Proche-Orient.
    Ce report a suscité immédiatement des critiques du premier ministre israélien Benyamin Netanyahou et de l'ambassadrice des États-Unis aux Nations-Unies, Samantha Powers, même si Washington s'était refusé à parrainer l'exposition. L'un des membres de son comité d'honneur, l'écrivain algérien Boualem Sansal déplore pour sa part, dans une lettre ouverte à Irina Bokova, une décision qui «peut être perçue comme un boycott et donc comme une prise de position politique».
    Dans sa chronique au magazine Le Point, à paraître jeudi, Bernard-Henri Lévy s'en prend à Irina Bokova et dénonce «l'image pitoyable que donne d'elle-même une agence des Nations unies se couchant - il n'y a pas d'autre mot - devant le diktat». Une prise de position qui «occulte la réalité du travail et de l'engagement de notre Organisation dans la lutte contre le racisme, l'antisémitisme, et toutes les formes de négationnisme», répond la directrice générale dans une lettre qu'elle a adressée mercredi à l'écrivain. [...]"

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam - dans Janvier 2014
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages