Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 21:23
France

- Dieudonné: le tribunal administratif de Grenoble autorise le spectacle de l'humoriste (AFP)
http://www.lesechos.fr/depeches/france/afp_00195317-dieudonne--le-tribunal-administratif-de-grenoble-autorise-le-spectacle-de-l-humoriste.htm
   "Le tribunal administratif de Grenoble a suspendu dimanche l'arrêté préfectoral interdisant le spectacle de l'humoriste controversé Dieudonné M'Bala M'Bala, autorisant ainsi ce dernier à se produire ce même jour en soirée à Grenoble, a-t-on appris de source judiciaire. Dieudonné M'Bala M'Bala avait assigné en référé le préfet de l'Isère pour "atteinte à la liberté d'expression" après que ce dernier eut annulé par arrêté préfectoral son spectacle, craignant "des troubles à l'ordre public".
    "L'appel à se mobiliser de la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme), du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) et SOS-racisme Grenoble-Isère ne caractérise pas en lui-même un risque de trouble sérieux à l'ordre public", a justifié dans son ordonnance le tribunal. Le juge des référés a par ailleurs retenu que l'arrêté préfectoral constituait une "atteinte grave et illégale à une liberté fondamentale". [...]"


******************************************************************************
Jérusalem

- Nouvelles tensions sur le Mont du Temple, Claire Dana-Picard (Arouts 7) - nouvelles émeutes arabes pour « protéger le site de la mainmise juive » :
http://www.actu.co.il/2009/10/nouvelles-tensions-sur-le-mont-du-temple/
   "[...] Dimanche matin, les affrontements ont repris et les manifestants ont lancé, une fois de plus, des pierres sur les policiers, déployés en grand nombre dans le secteur. Ces derniers ont précisé que les manifestants arabes, résolus à faire de la provocation, les attendaient avec l’intention de jeter sur le sol de l’huile pour les faire glisser. Toutefois, grâce aux caméras, la police a vu les préparatifs des émeutiers et a pu réagir en conséquence.
    Finalement, douze jeunes Arabes ont été arrêtés et la plupart des fidèles musulmans ont été évacués de l’esplanade. Seules quelques dizaines de personnes sont restées dans les mosquées. Un peu plus tard, de nouvelles violences suscitées par des agitateurs musulmans ont eu lieu, contraignant la police à utiliser les grands moyens et à procéder à de nouvelles arrestations pour rétablir le calme. Parmi les personnes interpellées se trouve le responsable du dossier de Jérusalem au sein de l’Autorité palestinienne, Khatem Abed El Khader. Il aurait notamment attaqué des policiers et appelé les fidèles à sortir en procession. Suite à ces nouvelles tensions, l’accès du site sera interdit jusqu’à nouvel ordre aux visiteurs et aux touristes, y compris les Chrétiens venus de l’étranger.
    Ces nouveaux affrontements sont dus aux appels lancés ces derniers par les leaders arabes, qui ont exhorté les fidèles musulmans de venir en masse sur le Mont du Temple pour « protéger le site de la mainmise juive ». Le commandant en chef de la police nationale, Doudy Cohen, s’est rendu sur les lieux. Interviewé par la presse, il a accusé les leaders musulmans d’attiser les tensions. Il doit tenir dans la journée une conférence de presse pour mettre les choses au point.
    Le député arabe Taleb A-Sana a commenté ces dernières en déclarant qu’Israël « provoquait un milliard de musulmans qui n’hésiteraient pas à venir défendre de leur corps la mosquée d’El Aksa ». Et d’ajouter: « La police nationale permet à des éléments extrémistes de profaner la mosquée d’El Aksa et encourage des émeutes qui se terminent par des blessés et des effusions de sang ». [...]"

- Attentat à l’arme blanche à Jérusalem (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/10/attentat-a-larme-blanche-a-jerusalem/
   "Une Palestinienne a poignardé un Israélien au poste de contrôle de Kalandia dans le nord de Jérusalem. Le vigile a été assez sérieusement blessé. La terroriste a été capturée et son arme confisquée. Des équipes du Maguen David Adom sont en route vers le lieu de l’attentat. L’Arabe a été confiée aux forces de sécurité pour interrogatoire."

- Israël accuse le Mouvement islamique, Abe Selig (JP) - "aucun policier n'est rentré dans la mosquée d'Al-Aksa".
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1256150044882&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Trois policiers ont été légèrement blessés dimanche matin et 15 émeutiers arrêtés dimanche matin dans la Vieille Ville de Jérusalem. Les forces de sécurité tentaient d'encadrer le mont du Temple où une douzaine de jeunes musulmans ont commencé à jeter des pierres, tôt dimanche matin. Deux des policiers ont été soignés sur place ; le troisième a été évacué à l'hôpital Hadassah d'Ein Kerem. Les incidents sont survenus alors que les officiers de police tentaient de parler au responsable musulman des lieux (également baptisés Esplanade des mosquées) afin de faire évacuer une centaine d'émeutiers de l'enceinte de la mosquée d'Al-Aksa où ils s'étaient enfermés.
    Le porte-parole de la police, Mickey Rosenfeld, a affirmé que les officiers avaient promis de ne pas procéder à des arrestations si les émeutiers évacuaient immédiatement les lieux. Il tient tout particulièrement à insister sur le fait qu'au cours des incidents, aucun policier n'est rentré dans la mosquée d'Al-Aksa, contrairement à ce qu'affirment certains Musulmans priant sur les lieux.
    La police rappelle que les perturbations ont commencé alors que les policiers accompagnaient un groupe de touristes sur le Mont et qu'une poignée de musulmans a été vue sur une vidéo en train de répandre des barils d'huile sur le sol pour empêcher les forces de sécurité et les visiteurs de pénétrer sur le site. Les forces de sécurité avaient alors dû intervenir. Les policiers ont alors dispersé les émeutiers par tous les moyens dont ils disposaient et le calme est provisoirement revenu sur le site. Quinze personnes, au total, ont été arrêtées sur le site et ses alentours. L'accès au mont du Temple a été limité aux musulmans de plus de 50 ans détenant des cartes israéliennes (dites cartes d'identité "bleues"). Les prières au Mur occidental ne se sont pas interrompues.
    Pourtant les rumeurs de nouveaux affrontements à Jérusalem-Est ne cessent de se répandre depuis un nouvel appel à "défendre le Mont" a été lancé. Rosenfeld affirme que les forces de police ont usé d'une force minimale pour se défendre contre le groupe de 50 à 80 émeutiers de ce matin. Les unités de police continuent de patrouiller dans la Vieille Ville."

- Le Hamas accusé d'être derrière les émeutes de Jérusalem (JP) - pour les islamistes, "la véritable bataille reprend".
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1256150047579&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "[...] la police a accusé le Hamas et le Mouvement islamique d'inciter une nouvelle fois la population arabe d'Israël à la violence dans la capitale. "Toute la journée, d'importants groupes d'habitants arabes de Jérusalem-Est et d'autres Arabes israéliens sont venus ici, encouragés par le Mouvement islamique", a expliqué l'inspecteur général de police David Cohen. "Je les exhorte [le Mouvement islamique] à faire preuve de retenue et à ne pas inciter à la violence.""une main forte" des émeutiers du mont du Temple et de tous ceux qui poussent aux affrontements.
    De son côté, le Hamas a condamné Israël pour s'être "infiltré dans la mosquée d'Al-Aksa" et l'avoir "désacralisée". Le groupe a également appelé les Palestiniens à s'élever contre Israël et le monde musulman à punir l'Etat hébreu. "La véritable bataille reprend", a déclaré le porte-parole Fawzi Barhoum. En Judée-Samarie, l'Autorité palestinienne (AP) a condamné l'opération israélienne. "Jérusalem est la ligne rouge qu'Israël ne doit pas dépasser", a prévenu Nabil Abou Rdeneh, porte-parole du chef de l'AP, Mahmoud Abbas.
    Les députés arabes israéliens ont également blâmé Israël pour l'escalade des tensions, comme ils l'avaient fait lors des émeutes précédentes. Le député Ahmed Tibi (Liste arabe unie) a ajouté qu'Israël avait "enfreint la loi", et s'est plaint d'avoir attendu 50 minutes avant de pouvoir accéder au mont du Temple. De son côté, le député Michael Ben-Ari (Union nationale) a suggéré qu'une "autonomie musulmane" était en train de se former dans la capitale."

- Selon Mechaal, Jérusalem appartient à tout le monde sauf aux Juifs :
''Le sort de Jérusalem sera tranché par le djihad et la résistance, et non par les pourparlers'', affirme Khaled Mechaal. Selon le chef du bureau politique du Hamas à Damas, ''Israël n'a aucun droit sur Jérusalem, qui appartient aux Arabes, aux chrétiens et aux musulmans''.
Il a fait le voeu que les Arabes israéliens se joignent aux Palestiniens de Judée-Samarie et de Gaza pour un défilé de protestation contre la situation à Jérusalem.

(Guysen.International.News / 2009-10-25 19:36:00 ISRAEL)
Cohen a ajouté que la police se chargerait d'

- L'OCI dénonce une violation par Israël d'Al-Aqsa, convoque une réunion (AFP)
http://lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-40722476@7-60,0.html
   "L'Organisation de la conférence islamique (OCI) a dénoncé dimanche la "violation" par la police israélienne de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem et appelé à une réunion extraordinaire de son Comité exécutif pour examiner les moyens de riposter à cette violation. "C'est une violation de tous les sanctuaires musulmans", déclare le secrétaire général de l'OCI, le Turc Ekmeleddin Ihsanoglu, dans un communiqué. [...]"


******************************************************************************
Goldstone

- Goldstone : Netanyahou se défend, Herb Keinon (JP) -
"Je croyais qu'il y avait des limites à l'hypocrisie, j'avais visiblement tort".
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1256150044087&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Israël a déjà enquêté sur 26 des 36 allégations de mauvaise conduite durant l'opération Plomb durci, a affirmé le Premier ministre Binyamin Netanyahou dans une interview au Washington Post publiée samedi. A la question de savoir s'il penchait pour une enquête indépendante à la lumière du rapport de la commission Goldstone, qui accuse Israël de crimes de guerre, Netanyahou a répondu : "Nous vérifions [ces allégations] non pas à cause du rapport Goldstone mais pour nos propres besoins personnels." Le meilleur moyen de diffuser l'information est de "dire la vérité, de prendre position, parce Israël s'est défendu par de justes moyens contre une attaque injuste", ajoute-t-il.
    Interviewé sur l'initiative israélienne de changer les lois internationales de la guerre pour les rendre compatibles à la lutte contre le terrorisme, Netanyahou a expliqué que les "pays sérieux devaient envisager d'adapter les lois de la guerre. Il ne s'agit pas de les changer mais de les adapter à l'ère du terrorisme et de la guérilla". "Je croyais qu'il y avait des limites à l'hypocrisie, j'avais visiblement tort", a-t-il déclaré. "La prétendue commission des droits de l'Homme accuse un Etat qui se défend légitimement contre les crimes de guerre du Hamas. Ne vous déplaise, le Hamas en a commis quatre."
    "Premièrement, il appelle à la destruction d'Israël, ce qui, d'après la charte de l'ONU, est considéré comme un crime de guerre, une incitation au génocide ; deuxièmement, il tire délibérément sur des civils ; troisièmement, il s'abrite derrière les civils ; et quatrièmement, il retient notre soldat captif, Guilad Shalit, sans aucun accès à la Croix-Rouge depuis trois ans", a poursuivi le Premier ministre. "Et qui se fait accuser de comportement criminel en fin de compte ?", a-t-il demandé. "Israël a envoyé de messages et passé des appels téléphoniques à des milliers de Palestiniens [pour leur demander d'évacuer les lieux sur le point d'être bombardés]"."


- Barak toujours opposé à une nouvelle commission d'enquête en plus des enquêtes de Tsahal déjà en cours :
Ehoud Barak s'oppose toujours à une commission d'enquête sur le rapport Goldstone. Le ministre de la Défense a une fois de plus souligné qu'il n'y aura pas de telle commission. ''Nous avons envoyé nos soldats au combat, ils ont droit à un soutien absolu'', a-t-il ajouté.
Israël va continuer à se battre contre la légitimité du rapport Goldstone et oeuvrera à l'amendement des lois de la guerre.

(Guysen.International.News / 2009-10-25 21:10:00 ISRAEL)


******************************************************************************
Monde arabe

- Le "Made in Israël" boycotté, Michael Freund (JP) - "l'Arabie Saoudite, le Liban, la Syrie et l'Irak continuent de refuser l'entrée de tout produit fabriqué en Israël".
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1256150045525&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Les représentants de 16 États arabes se sont réunis à Damas la semaine dernière pour une conférence dont le but est de renforcer le boycott économique envers Israël qui dure depuis des décennies. L'événement, qui a rassemblé des agents de liaisons de la Ligue arabe boycottant Israël, se tient une fois par an. La liste des participants : dirigeants de pays arabes, représentants des Palestiniens, multiples organisations de conférences islamistes... Bien que le Quartier général de la Ligue arabe soit basé au Caire, le bureau de l'organisation en charge du boycott d'Israël se trouve en Syrie depuis sa création en 1951. Les conférenciers ont insisté sur l'importance du renforcement de l'embargo parmi les moyens de pression sur l'État Juif.
    Mohammed Subaih, assistant du Secrétaire Général de la Ligue Arabe en charge des Affaires Palestiniennes, a affirmé que le boycott était nécessaire « pour combattre les crimes et agressions d'Israël » et a remercié chaleureusement les hôtes syriens pour leur soutien. Muhammad al-Tayyeb Busala, ancien responsable de la Commission de la Ligue Arabe pour le boycott d'Israël, a quant à lui dénoncé ce qu'il nomme "l'agression sioniste persistante" et a expliqué que l'État Juif devait assumer la responsabilité de ses "crimes de guerres".
    Depuis quelques années le boycott s'était affaibli et quelques pays de la Ligue Arabe tels que l'Egypte et la Jordanie l'avaient même cessé totalement après la signature de traités de paix avec Israël. D'autres pays comme la Mauritanie, le Maroc et la Tunisie s'étaient contentés de ne pas l'amplifier. A noter que d'autres États arabes, comme l'Arabie Saoudite, le Liban, la Syrie et l'Irak continuent de refuser l'entrée de tout produit fabriqué en Israël ou contenant des composants en provenance de l'État hébreu."


******************************************************************************
Points de vue

- Rights Watchdog, Lost in the Mideast, Robert L. Bernstein (fondateur de Human Rights Watch, président de Human Rights Watch de 1978 à 1998) - "Human Rights Watch a perdu son point de vue critique" ; "il y a une différence entre les fautes commises en situation d'auto-défense et les torts perpétrés de propos délibéré" ; "C'est seulement en retournant à sa mission d'origine et à l'esprit d'humilité qui l'animait initialement qu' Human Rights Watch peut se ressusciter comme une force morale au Moyen-Orient et partout dans le monde".
http://www.nytimes.com/2009/10/20/opinion/20bernstein.html?_r=3&ref=global
Traduction française :
http://philosemitismeblog.blogspot.com/2009/10/le-fondateur-de-human-rights-watch.html
   "En tant que fondateur de Human Rights Watch, son président actif pendant 20 ans et maintenant président honoraire fondateur, je suis amené à faire quelque chose que je n'aurais jamais cru devoir faire: rejoindre publiquement les critiques du groupe. Human Rights Watch avait pour mission initiale de de forcer l'ouverture des sociétés fermées, de défendre les libertés fondamentales et de soutenir les dissidents. Mais récemment HRW a émis des rapports sur le conflit israélo-arabe qui aident ceux qui veulent faire d'Israël un Etat paria.
    A Human Rights Watch, nous avons toujours reconnu que les sociétés ouvertes, démocratiques ont des défauts et commettent des exactions. Mais nous savions qu'elles ont la capacité de les corriger - à travers un débat public vigoureux, une presse contradictoire et de nombreux autres mécanismes qui facilitent les réformes. C'est pourquoi nous avons toujours tracé une ligne nette entre les sociétés démocratique et non démocratique, dans le but d'assurer la clarté en matière de droits de l'homme. Nous voulions éviter que l'Union soviétique et ses satellites jouent à un jeu de fausses équivalences morales avec l'Occident et nous voulions encourager la libéralisation (de ces sociétés) en attirant l'attention sur le sort des dissidents comme Andreï Sakharov, Natan Sharansky et ceux du goulag soviétique - et les millions des Laogai, les camps de travail en Chine.
    Quand en 1998 j'ai quitté mon poste à Human Rights Watch , celle-ci était active dans 70 pays, la plupart étant des sociétés fermées. Maintenant, l'organisation, avec une fréquence croissante, se dépouille de cette distinction importante entre les sociétés ouvertes et fermées. Nulle part, cela n'est aussi évidente que dans son travail au Moyen-Orient. La région est remplie de régimes autoritaires avec des pratiques épouvantables en matière des droits de l'homme. Pourtant, ces dernières années, Human Rights Watch a écrit beaucoup plus de condamnations d'Israël pour les violations du droit international que de tout autre pays dans la région.
    Israël, avec une population de 7,4 millions d'habitants est le siège d'au moins 80 organisations des droits de l'homme, connaît une presse libre vibrante, un gouvernement démocratiquement élu, un pouvoir judiciaire qui, souvent intervient contre le gouvernement, un monde universitaire politiquement actif, plusieurs partis politiques et, à en juger par le montant de la couverture des nouvelles, sans doute plus de journalistes par habitant que tout autre pays dans le monde - nombre d'entre eux sont d'ailleurs expressément là pour couvrir le conflit israélo-palestinien.
    Pendant ce temps, les régimes arabes et iraniens contrôlent quelque 350 millions de personnes, et la plupart sont brutaux, fermés et autocratiques, permettant peu ou pas de dissensions internes. Pourtant le sort de leurs ressortissants aurait tout à gagner de l'attention d'une grande organisation internationale des droits de l'homme bien financée. Mais ces populations sont ignorées par Human Rights Watch Moyen-Orient qui au contraire prépare rapport après rapport sur Israël.
    Human Rights Watch a perdu son point de vue critique sur un conflit dans lequel Israël a été attaqué à plusieurs reprises par le Hamas et le Hezbollah, des organisations qui attaquent délibérément les citoyens israéliens et utilisent leur propre peuple comme boucliers humains. Ces groupes sont pris en charge par le gouvernement de l'Iran, qui a ouvertement déclaré son intention non seulement de détruire Israël, mais aussi d'assassiner des Juifs partout dans le monde. Cette incitation au génocide est une violation de la Convention sur la prévention et la répression du Crime de Génocide.
    Les dirigeants de Human Rights Watch savent que le Hamas et le Hezbollah ont choisi de faire la guerre à partir de zones densément peuplées, et de transformer délibérément les quartiers d'habitation en champs de bataille. Ils savent que des armes plus nombreuses et meilleures arrivent dans la bande de Gaza et au Liban et sont prêtes à frapper à nouveau. Et ils savent que ce militantisme continue de priver les Palestiniens de toute chance de la vie paisible et productive à laquelle ils ont droit. Pourtant, Israël, la victime d'agressions répétées, supporte tout le poids des critiques de Human Rights Watch. L'ONG s'exprime essentiellement sur la façon dont les guerres sont menées, et non quant à leurs motifs. Bien sûr, même les victimes d'agressions doivent respecter les lois de la guerre et faire tout leur possible pour minimiser les pertes civiles. Néanmoins, il y a une différence entre les fautes commises en situation d'auto-défense et les torts perpétrés de propos délibéré.
    Mais comment Human Rights Watch sait que ces lois ont été violées? À Gaza et ailleurs, où il n'y a pas d'accès au champ de bataille pas plus qu'aux dirigeants militaires et politiques qui prennent les décisions stratégiques, il est extrêmement difficile de prononcer des jugements définitifs sur des crimes de guerre. Les rapports s'appuient souvent sur des témoins dont les récits ne peuvent être vérifiées et qui peuvent témoigner contre l'obtention d'avantages politiques ou parce qu'ils craignent les représailles de leurs propres dirigeants. Il est significatif que le colonel Richard Kemp, ancien commandant des forces britanniques en Afghanistan et expert sur la guerre, a déclaré que les Forces de Défense Israéliennes à Gaza "ont fait plus pour sauvegarder les droits des civils dans une zone de combat que n'importe quelle autre armée dans l'histoire de la guerre."
    C'est seulement en retournant à sa mission d'origine et à l'esprit d'humilité qui l'animait initialement qu' Human Rights Watch peut se ressusciter comme une force morale au Moyen-Orient et partout dans le monde. Si elle ne le fait pas, sa crédibilité sera sérieusement compromise et le rôle important qu'elle doit jouer dans le monde, significativement diminué."

- « Reporters sans frontières » ? Vous voulez dire plutôt « sans vergogne ! », Ugo Volli (Informazione Corretta) - le « Classement mondial 2009 » masque mal son crible idéologique anti-Bush et anti-Plomb fondu :
http://www.informazionecorretta.it/main.php?mediaId=115&sez=120&id=31683
Traduction :
http://lessakele.over-blog.fr/article--reporters-sans-frontieres-vous-voulez-dire-plutot-sans-vergogne--38155248.html
   "[...] Le problème de ce classement, c’est avant tout le classement. Qui le fait ? Avec quels critères ? Si vous ouvrez le site de « Reporters sans frontières » (http://www.rsf.org/-francais-.html) vous trouvez seulement des déclarations vagues, des revendications pour l’extension de l’organisation du réseau, des bonnes intentions. Mais si vous essayez de savoir comment le classement a été fait, vous trouverez seulement un étrange questionnaire qui commence avec le nombre de journalistes morts et finit avec le nombre de journaux d’opposition, mais on ne comprend pas bien par quels critères ces données sont appliquées aux pays jugés. [...]
    Vraiment, la Guyane, le Surinam et les iles du Cap-vert sont-ils plus libres que l’Italie ? Ont-ils une presse organisée et combative comme la notre ? Cela ne vous semble-t-il pas un peu ridicule ? Et Haïti, un des endroits les plus dangereux du monde, où dans les dernières années les dictatures se sont succédées et qui survit seulement grâce à l’intervention de l’ONU, est-ce un pays vraiment presque aussi libre que le notre (15 points, 57ème place) ? [L'Italie est à la 49e place] Juste après Haïti,  vient Taïwan avec 15,25 points, le Liban avec 15,42 points, le Botswana avec 15,50 points… Mais quelle est la signification de ces décimales ? Et le Liban, est-ce un bon endroit pour être journaliste sous la surveillance du Hezbollah ? Vous iriez y travailler, vous, à Beyrouth au lieu de vous occuper de ce qui se passe à Rome ? Moi, non. Franchement…
    Mon impression est que toute cette histoire n’est rien d’autre qu’un hybride entre un concours de Miss Italie, pas crédible par définition et un truc d’intimidation, essentiellement une opération spectacle, un jeu de propagande. Vous en voulez la preuve ? Les Etats-Unis ont fait un bond en avant de 20 positions cette année en passant de la 40ème place à la 20ème place. Vous voulez savoir pourquoi ?  Mais vous l’avez déjà deviné… En voici la raison : ils ont élu un président qui se nomme Obama. (« L’arrivée du nouveau président Barack Obama et son attitude moins belliqueuse que celle de son prédécesseur à l’égard de la presse y est pour beaucoup »). [...]
    Le cas d’Israël est similaire : confiné à la 83ème place  (après la Mongolie et la Guinée Bissau !) avec 23,75 points (presque dix fois moins libre que la Lituanie), perd 47 places en un an. Et vous savez pourquoi ? Mais c’est clair : parce qu’Israël s’est défendu à Gaza, naturellement. « L’opération militaire "Plomb durci" menée par Israël contre la bande de Gaza a eu également des répercussions sur la presse ».
    Parlons clairement : ces journalistes ne sont pas sans frontières, ils sont sans vergogne. S'ils récompensent ou punissent c'est, de manière flagrante,  en fonction de leurs sympathies politiques.  Puis ils arrangent tout par des chiffres avec la même rigueur scientifique qu’une grimace : Obama, 20 points en plus, Berlusconi, 10 points en moins.
    J’accepte très bien qu’ils aient leurs opinions mais beaucoup moins qu’ils la travestissent en une apparence pseudo-quantitative. Peut-être sont-ils tout simplement de mauvais journalistes, de ceux qui racontent les choses comme ça les arrange, sans vérification et sans explication."

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam - dans Novembre 2009
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages