Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2014 6 27 /12 /décembre /2014 11:37
France

- Antisémitisme - entretien avec Michel Wieviorka (directeur d'études à l'EHESS), pour Télérama (n°3388, décembre 2014) - "Aujourd'hui, l'antisémitisme semble redevenir une opinion que l'on a le droit d'exprimer, alors qu'en son nom des gens volent, menacent, assassinent".
   "- Télérama : En 2012, après les attentats commis par Mohamed Merah à Toulouse, vous disiez dans Le Monde : "L'antisémitisme est moins présent aujourd'hui en France." Le pensez-vous toujours ?
    - Michel Wieviorka : L'antisémitisme classique, catholique, a régressé. La France de droite est beaucoup moins antisémite qu'il y a cinquante ans. Et l'Etat français condamne tout acte qui s'en réclame, sans hésitation ni faiblesse. Je ne crois pas que nous assistions à une vague généralisée d'antisémitisme, mais il ne faut pas minimiser son expansion dans certains secteurs de la société.
    - Lesquels ?
    - D'abord au sein du monde issu de l'immigration arabo-musulmane. Certains membres s'identifient à la cause palestinienne, avec le raccourci : les Palestiniens sont opprimés par Israël, et Israël c'est les Juifs. Une frange minoritaire verse dans l'islamisme radical, obsessionnellement antisémite. Il existe aussi, marginal, un antisémitisme de gauche qui s'appuie sur deux simplifications : les Juifs, c'est l'argent, et nous sommes anticapitalistes ; Israël est colonisateur et nous sommes anticolonialistes. On rencontre enfin des antisémites dans la population noire, reprenant la thèse de l'universitaire new-yorkais Leonard Jeffries, démentie par les grands intellectuels noires américains, selon laquelle les Juifs auraient organisé la traite négrière. Ils leur reprochent aussi de s'arroger le monopole de la souffrance historique sans laisser d'espace à l'esclavage. Passée par les Antilles, cette thèse alimente le discours de Dieudonné, dont l'impact a révélé un aspect essentiel de l'antisémitisme contemporain : le rôle d'Internet.
    - Pourquoi essentiel ?
    - On trouve tout sur Internet, par exemple les Protocoles des sages de Sion (célèbre faux fabriqué par les services secrets russes en 1901, établissant un prétendu plan juif de domination du monde), ainsi que des contenus antisémites violents. Surtout, ces discours s'appuient sur la revendication d'une liberté absolue d'opinion et d'expression. Sur Internet, on réclame le droit de tout dire, sans la moindre censure. Cette culture participative est sympathique, mais elle aboutit à la circulation d'idées qui, dans les médias classiques, tombent sous le coup de la loi ! Quand des Juifs s'en offusquent à juste titre, on les accuse de faire obstacle à la liberté d'expression, et donc à une forme de modernité. C'est aussi cela, l'antisémitisme aujourd'hui, et ce mouvement est d'autant plus inquiétant qu'il peut traverser toute la société.
    - "Mort aux Juifs", "Juif, casse-toi, la France n'est pas à toi" sont des slogans entendus cette année lors de manifestation [de soutien à Gaza]. Il y a deux ans, Mohamed Merah a tué des enfants juifs dans leur école. Un niveau de violence inédit !
    - De la compréhension de la Shoah et de la honte de la collaboration était né un tabou sur l'antisémitisme : Jean-Paul Sartre, dans ses Réflexions sur la question juive (1946) pouvait dire qu'il était passé du statut d'opinion à celui de "passion criminelle". Aujourd'hui, l'antisémitisme semble redevenir une opinion que l'on a le droit d'exprimer, alors qu'en son nom des gens volent, menacent, assassinent. Cela a démarré dans les années 1970 avec le négationnisme de Robert Faurisson, puis les accusations de "Shoah business" (le reproche fait aux Juifs d'exploiter la mémoire du génocide), les saillies de Jean-Marie Le Pen. Le bouclier qui protégeait les Juifs s'est fissuré. Bien sûr, agresser quelqu'un pour son argent ou placer une bombe devant une synagogue relèvent de logiques différentes - l'une est crapuleuse ; l'autre, politique et terroriste -, mais tout appartient au même système. D'ailleurs, Youssouf Fofana, qui a enlevé et assassiné Ilan Halimi en 2006, s'est mis lors de son procès à tenir des propos politiquement antisémites, comme si l'idéologie pouvait légitimer son crime.
    - Les actes et les menaces antisémites explosent, et les départs de Juifs français vers Israël ont doublé cette année (sept mille attendus pour 2014). Que vous inspirent ces statistiques ?
    - Même si elles sont à prendre avec prudence, elles traduisent une nette montée de la peur. Les Juifs qui affirment leur appartenance culturelle ou religieuse de manière visible sont les plus menacés. Bien d'autres, pas ou peu religieux, ni communautaires ni candidats au départ en Israël, se sentent, sinon menacés dans leur existence, du moins atteints dans leur être personnel et culturel. Mais un point est essentiel : aujourd'hui, l'antisémitisme ne s'incarne pas dans une force politique. Des acteurs marginaux comme Alain Soral ou Dieudonné ont un certain poids dans la société, mais la République résiste. [...]
    - Le gouvernement parle aujourd'hui de "cause nationale" pour la lutte à la fois contre le racisme et l'antisémitisme. Cette association est-elle pertinente ?
    - Historiquement, non : la haine des Juifs est un phénomène vieux de deux mille ans, et aucune autre forme de haine raciste ne lui est comparable. Mais politiquement, associer les deux est pertinent, et même indispensable, car en s'attaquant seulement à l'antisémitisme, on laisserait de côté toutes les victimes des autres racismes. Ce serait injuste, et dangereux : on risquerait d'entendre à nouveau que les Juifs monopolisent l'attention générale. [...]"

- Sur le Web, on se lâche, Olivier Tesquet (Télérama n°3388, décembre 2014)
   "[...] présenté comme une zone de non-droit, stigmatisé comme un défouloir sans foi ni loi (Nicolas Sarkozy voulait déjà le "civiliser"), le Web est devenu une plaie à cautériser. "Une malédiction", pour paraphraser le très technophobe Alain Finkielkraut. De fait, la parole y est libérée, répliquée, médiatisée. #UnBonJuif ? La version indélébile du "Durafour crématoire" de Jean-Marie Le Pen. Dieudonné ? Ses vidéos, que Manuel Valls a tenté de faire interdire, cumulent des millions de vues, et ses partisans, grisés par l'effet de masse, se lâchent sans crainte : l'antisémitisme est une opinion comme une autre, pensent-ils.
    Mais la haine est bien là. Tenue à l'écart des sites d'information généralistes par des modérateurs vigilants, elle s'épanouit librement sur des sites militants, gravitant par exemple dans la mouvance d'Egalité et réconciliation, le "média" de l'essayiste d'extrême droite Alain Soral. Mais elle prospère aussi, débarrassée de son discours théorique et réduite à une hystérie souvent conspirationniste, dans les commentaires des vidéos YouTube : quand un contributeur s'interroge, sous le pseudonyme "Révolte victorieuse" et drapeau bleu-blanc-rouge en bandoulière, sur "la proportion de Juifs dans les médias français", un internaute réclame "la déportation des juif (sic) pour une plus belle France". Ici, plus rien ne fait barrage, le défouloir se transforme en déchetterie antisémite et raciste. [...]"


Israël

- Deux policiers israéliens poignardés par un Palestinien (Times of Israel) - "Deux policiers israéliens ont été légèrement blessés à coups de couteau vendredi matin par un Palestinien dans la Vieille Ville de Jérusalem, a indiqué la porte-parole de la police. Un policier a été blessé au cou et l’autre à la main, tandis que leur agresseur est parvenu à s’enfuir, a ajouté la porte-parole". Vidéo ici.
http://fr.timesofisrael.com/deux-policiers-israeliens-poignardes-par-un-palestinien/

- La construction de 243 logements dans un quartier juif de Jérusalem-Est est autorisée (Times of Israel) - "La municipalité de Ramot dit que des dizaines de milliers de maisons seront construites dans toute la ville pour les Juifs et les Arabes dans les prochaines années".
http://fr.timesofisrael.com/autorisation-pour-243-logements-dans-un-quartier-juif-de-jerusalem-est/
   "Les autorités israéliennes ont approuvé, mercredi, la construction de 243 nouvelles maisons à Ramot, un quartier juif de Jérusalem-Est. Les autorités de Jérusalem ont également approuvé des amendements à des projets existants pour 270 unités de logements dans les quartiers de Ramot et de Har Homa.
    Dans un communiqué, la municipalité a souligné que ces 270 logements n’étaient pas des nouvelles constructions. Elle a également déclaré que la ville n’avait pas changé sa politique en matière de construction dans la capitale, « et nous continuons à construire dans tous les quartiers de la ville selon les mêmes critères pour les Juifs et les Arabes. Des dizaines de milliers de maisons seront construites pour les résidents juifs et arabes à travers la ville dans les prochaines années ». [...]"


Gaza & Hamas

- Corruption hampers effort to rebuild Gaza after summer conflict, Peter Beaumont (The Guardian) - Un économiste : "most of the cement that is coming in is being sold on the black market. [...] The mechanism was a licence for corruption. It is a licence to prolong the siege. It is a licence for big salaries for the UN officials running it. What is absurd is that none of it is preventing Hamas rebuilding".
http://www.theguardian.com/world/2014/dec/25/corruption-hampers-effort-to-rebuild-gaza
   "[...] Amid mounting criticism of the pace of the rebuilding effort, the Guardian has established that a controversial UN-designed mechanism to control the supply of building materials – and prevent them falling into the hands of the militant group Hamas – has been widely corrupted.
    The mechanism for allowing the entry of materials into Gaza – including the monitoring of the distribution and use of concrete – was designed by the UN special envoy Robert Serry to satisfy Israeli government concerns that cement should not be diverted to Hamas for military purposes, including tunnel building. But some within the UN and international aid groups had privately expressed fears that the mechanism – which involves inspection, registration and monitoring – was vulnerable to corruption.
    Under the scheme householders are assessed to see if they qualify for rebuilding materials, then registered and issued with a coupon allowing them to buy a specified amount of materials from warehouses monitored by a UN-administered inspection regime. During a recent visit to cement warehouses in Gaza, however, the Guardian [saw] cement being resold a few feet outside the warehouse doors at up to four times the cost within minutes of being handed over to householders with coupons. Elsewhere, the Guardian heard allegations of officials taking bribes to produce coupons for more concrete than was needed by householders, so the excess could be resold on the black market, with licensed dealers either turning a blind eye to fraud or participating in it.
    At his warehouse, one of the biggest in Gaza City, manager Maher Khalil complained about the complexity of the system. “We do what we are supposed to do,” he told the Guardian. “There is a list published with people’s names which we post outside. They check their name and come with their coupon. We check the ID and then give them the cement. We told the UN inspectors who came to see us we can only check what is going on inside the warehouse, not what is happening outside. Inside we sell the concrete for 500 shekels [£81] a tonne. Outside they sell it for 1,600.”
    Walking out of the warehouse the Guardian immediately encountered men with horse carts loaded with cement who offered to both buy and sell concrete. One man offered to buy a bag – usually costing 27 shekels – for 70 shekels, saying he would sell it for 90. Another street trader with a laden cart offered to sell concrete by the tonne. At the bottom of this food chain was Adham, a scrawny boy of nine who was collecting the concrete dust off the carts to put into a bag that he planned to sell for 5 shekels to buy snacks for himself and his brothers.
   “It is a disgrace what is happening,” said economist Omar Shaaban. “The new reconstruction mechanism has reproduced the Israeli siege of Gaza, only this time it is the UN that is regulating it. The UN is trading stability for cement – and not very much of it. And most of the cement that is coming in is being sold on the black market. Israel knows it. Serry knows it. The mechanism was a licence for corruption. It is a licence to prolong the siege. It is a licence for big salaries for the UN officials running it. What is absurd is that none of it is preventing Hamas rebuilding.” In Shujaiya, one of the areas most heavily hit during the war, the rubble had been cleared from the streets but there was little evidence of anyone rebuilding. [...]"
- Corruption ensures that Gazans don't get cement, but Hamas does (Elder of Ziyon) - "The homeowners prefer the black-market money to the concrete. Hamas gets money from its friends in Qatar and Turkey and buys what it needs for tunnels as families prefer to use free shelters from UNRWA or from families to rebuilding on their own. UN officials are getting rich from the bribes. Israel is selling all the cement that people are willing to pay for under this mechanism but the money isn't there despite the pledges".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/12/corruption-ensures-that-gazans-dont-get.html


Judée-Samarie

- Cisjordanie : une fillette israélienne blessée [par un cocktail Molotov] (AFP) - "La voiture a pris feu et la petite fille de 11 ans a été grièvement blessée, et son père légèrement".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/12/25/97001-20141225FILWWW00109-cisjordanie-une-fillette-israelienne-blessee.php
   "Une fillette israélienne a été grièvement blessée aujourd'hui par un cocktail Molotov lancé contre la voiture dans laquelle elle se trouvait avec son père, dans le nord de la Cisjordanie [...], a annoncé l'armée. La voiture a pris feu et la petite fille de 11 ans a été grièvement blessée, et son père légèrement, a précisé une porte-parole de l'armée à l'AFP. L'attaque a été menée près de la [localité juive] de Maale Shomron, a-t-elle ajouté. [...]"
- Attaque à la bombe incendiaire : une enfant de 11 ans grièvement blessée (Times of Israel) - "La jeune fille a subi des brûlures au troisième degré sur la majorité de son corps" ; "Les attaques aux cocktails Molotov par des Palestiniens contre des civils ou des soldats israéliens se produisent régulièrement en Cisjordanie".
http://fr.timesofisrael.com/attaque-a-la-bombe-incendiaire-une-enfant-de-11-ans-grievement-blessee/
   "[...] La jeune fille a subi des brûlures au troisième degré sur la majorité de son corps, ont indiqué les ambulanciers. Le père a subi des brûlures mineures. Les médecins ont dit que la jeune fille a subi des brûlures très graves et qu’elles étaient mortelles. Le père aurait sauvé sa fille de la voiture en flammes, et l’a portée sur plus d’un kilomètre de la ville la plus proche pour appeler au secours, a rapporté la deuxième chaîne.
    Selon l’armée, l’attaque s’est produite sur la route 55 près de Maale Shomron à environ 18h30. Leur véhicule a été complètement consumé par les flammes, selon Ynet. [...] Les attaques aux cocktails Molotov par des Palestiniens contre des civils ou des soldats israéliens se produisent régulièrement en Cisjordanie. Selon l’armée, dans les 9 premiers jours de décembre, pas moins de 24 attaques ont été menées, dont 5 visaient des voitures de civils."
- Cisjordanie : une fillette de 11 ans gravement blessée par un cocktail Molotov (i24) - "Avner raconte qu'ils étaient en chemin pour rentrer à la maison sur une route entre Maale Shomron et l'implantation d'El Matan où ils habitent. Il ajoute que son épouse a été victime d'une attaque similaire sur la même route le mois dernier lorsqu'un cocktail Molotov a été lancé sur son véhicule". On peut voir la vidéo (assez impressionnante) de la voiture incendiée sur le site.
http://www.i24news.tv/fr/actu/israel/diplomatie-defense/55619-141225-cisjordanie-une-fillette-11-ans-gravement-blessee-par-un-cocktail-molotov
- 11-year-old victim faces 'long, complicated' rehabilitation (Ynet) - "A day after a Molotov cocktail thrown at Ayala Shapira and her father, she remains in serious condition and will undergo surgery; doctors say they will have to eventually reconstruct her face".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4608122,00.html

- Tsahal trouve une cache d’armes en Cisjordanie du nord (Times of Israel) - "Dans une opération conjointe des parachutistes et des brigades Kfir, rejointes par les forces spéciales, dans la région de Naplouse, des soldats ont trouvé deux pistolets, un fusil d’assaut M-16, une mitraillette Uzi, une Kalachnikov, un pistolet improvisé et huit bombes".
http://fr.timesofisrael.com/tsahal-trouve-une-cache-darmes-en-cisjordanie-du-nord/

- Israël : la Haute Cour ordonne à l'Etat de procéder à l'évacuation de l'avant-poste d'Amona (i24) - "Situé sur une colline près de l'implantation d'Ofra au nord de Jérusalem, Amona a été établi en 1995 et est l'un des plus anciens avant-postes de Cisjordanie habité par une cinquantaine de familles majoritairement ultra-orthodoxes".
http://www.i24news.tv/fr/actu/israel/politique/55658-141226-israel-la-haute-cour-ordonne-a-l-etat-de-proceder-a-l-evacuation-de-l-avant-poste-d-amona
   "La Cour suprême israélienne a ordonné jeudi à l'Etat de procéder à l'évacuation et au démantèlement d'ici 2 ans de l'implantation d'Amona, le plus grand avant-poste illégal de Cisjordanie dans le Conseil régional Benyamin de la région Samarie. Cette décision fait suite aux nombreuses requêtes auprès de la Haute Cour et aux non moins nombreuses demandes de l'Etat de reporter son exécution.
    Les résidents de l'implantation ont dénoncé cette décision. L'un d'entre eux a déclaré au site Ynet : "Nous pensons que la Cour a commis une sérieuse erreur, mais plus encore, cela prouve à quel point elle est déconnectée du public et de la vision sioniste soutenue par la majorité des Israéliens". Des activistes des droits civiques et des organisations opposées aux implantations mènent depuis de nombreuses années une lutte sans merci contre les avant-postes au-delà de la Ligne verte (ligne d'armistice du 4 Juin 1967), estimant qu'ils ont été construits sur des terres prises illégalement aux Palestiniens.
    Situé sur une colline près de l'implantation d'Ofra au nord de Jérusalem, Amona a été établi en 1995 et est l'un des plus anciens avant-postes de Cisjordanie habité par une cinquantaine de familles majoritairement ultra-orthodoxes, soit 300 personnes dont 200 sont des enfants. Les propriétaires fonciers palestiniens de Silwad et des villages environnants ont lancé des procédures judiciaires contre ces avant-postes depuis 8 ans et quelques bâtiments provisoires ont été détruits par décision du Tribunal ces dernières années provoquant de violents incidents entre la police israélienne et les résidents d'Amona.
    En 2006, la Cour suprême a rendu un arrêt déclarant l'avant-poste d'Amona illégal et ordonné la destruction de 9 bâtiments ce qui eut pour conséquence des affrontements entre des milliers d'habitants des implantations et les forces de police. En 2008, les propriétaires palestiniens, assistés par l'organisation Yesh Din, ont soumis une requête auprès de la juridiction suprême lui demandant de trancher sur la propriété des terres sur lesquelles a été érigé l'avant-poste d'Amona. La Haute Cour s'est prononcée en faveur des Palestiniens et émis un ordre d'évacuation qui a été reporté à plusieurs reprises après les recours des habitants juifs faisant état d'actes de propriété.
    L'Etat aurait dû procéder à l'évacuation d'Amona, construit sur des propriétés privées à la fin du mois de l'année 2012, mais en novembre 2012 le président de la Cour suprême, Asher Grunis, assisté de 2 juges accédait à la demande de l'Etat de reporter l'exécution du jugement et donnait un nouveau délai jusqu'au 30 avril 2013. Cependant, en mars 2013, l'Etat sollicitait un nouveau report, accordé par la Haute Cour, spécifiant qu'il s'agissait du dernier report dans le cas de l'avant-poste d'Amona."
- La cour suprême ordonne le retrait de l’implantation d’Amona (Times of Israel) - "« Puisque les structures ont été construires sur des terres privées, il est impossible de les autoriser, même rétroactivement », a déclaré [Asher] Grunis [président de la cour suprême d’Israël] dans sa décision. Amona a été établie en 1997 sur une terre propriété privée d’un Palestinien dans la région de Binyamin au nord de Jérusalem. Près de 50 familles habitent actuellement dans l’implantation".
http://fr.timesofisrael.com/la-cour-supreme-ordonne-le-retrait-de-limplantation-damona/
   "[...] Expliquant sa décision d’accorder à l’État deux ans pour effectuer l’évacuation, Grunis a déclaré que cette longue période permettra de trouver des options alternatives de logement pour les habitants des implantations évacués. « Il ne fait aucun doute que les conséquences des ordres de démolition seront difficiles et douloureuses pour les résidents et leurs familles qui se sont installés et ont créé une communauté dans l’implantation », a déclaré Grunis. « Pourtant, cette difficulté n’est pas suffisante pour autoriser une construction illégale sur une terre privée, et cela ne justifie pas un manquement au respect de la loi », a-t-il précisé. [...]"

- The LEGAL Israeli Settlements, Paul Gherkin (Jewish Press) - "The only possibility that Jews moving to and living in the West Bank could be considered illegal, was if Jordanian law was to be maintained in the area. However, even if one were to assume that despite the Jordanian’s forcible seizure and illegal annexation of the area, that their laws should still be maintained, could any law possibly suggest that it be a requirement to maintain particular laws that were flagrant violations of the Geneva Convention such as the racist Jordanian laws that evicted and barred Jews from living in the land?"
http://www.jewishpress.com/indepth/columns/firstonethrough/the-legal-israeli-settlements/2014/12/24/0/
   "Many people have argued that it is illegal for Israelis to live beyond the 1949 Armistice Lines (east of the Green Line, EGL/Judea and Samaria/West Bank). The question of “legitimacy” (not legality) has been repeated often by the USA’s Obama Administration. Those comments are more harsh towards Israel than prior American administrations that simply viewed new settlements as “unhelpful” to a peace agreement between Israel and the Arab states. Jimmy Carter was the only US president that actually called the settlements “illegal”. Below is a review of the international laws that apply towards the settlements. [...]"


"Processus de paix"

- Erekat: UN vote on Palestinian statehood by Monday (Times of Israel) - "Top PA official, in interview with Arab media, makes extreme comparison between Islamic State’s al-Baghdadi and Netanyahu".
http://www.timesofisrael.com/abbas-ill-cut-ties-with-israel-if-un-move-fails-2/
   "Senior Palestinian official Saeb Erekat said Friday that the Palestinian Authority will push the United Nations Security Council for a vote on the Palestinians’ statehood bid later Friday or by Monday next week at the latest. The bid calls for the recognition of a Palestinian state and an Israeli withdrawal to the pre-1967 lines by 2017. The draft resolution sets a 12-month deadline for wrapping up negotiations on a final settlement. A final peace deal would pave the way to the creation of a Palestinian state with Jerusalem as a shared capital, according to the text.
    [...] during an interview with al-Arabiya on Friday, Erekat made a fantastical comparison between Prime Minister Benjamin Netanyahu and the leader of the brutal jihadist group the Islamic State which conquered large swaths of territory in Iraq and Syria — by pillaging villages, killing, raping and enslaving thousands of people and imposing a radical version of Islam on its subjects.
   “We are witnessing a war against Daesh,” said Erekat, using the Arab acronym of the group’s name, “and this is a just war. But just like Abu Bakr al Baghdadi considers himself the leader of the ‘Islamic State,’ Benjamin Netanyahu heads the ‘Jewish State,'” he charged during the interview, a portion of which was aired on Channel 2 Friday evening.
   “There is no difference between the crime of laying an American or Western journalist on the ground and beheading him [as IS has done with several journalists and aid workers since September] and between a criminal who lays Muhammad Abu Khdeir on the ground and burns him alive,” he said in reference to the murder of a Palestinian teenager from east Jerusalem this summer at the hands of Jewish terrorists who carried out the killing as an act of revenge for the kidnapping and murder of three Israeli teenagers in June. [...]"

- Tzipi Livni: Abbas Sabotaged Peace Process (Truth Revolt) - "According to Livni, the U.S. presented its own framework for a peace plan, Netanyahu agreed to work with it despite his objections but Abbas never gave the U.S. an answer. Things went downhill from there".
http://www.truthrevolt.org/news/tzipi-livni-abbas-sabotaged-peace-process
   "In an interview with Roger Cohen of the NY Times, Tzipi Livni, Israel's chief negotiator with the Palestinians, detailed the events which led to the failure of the most recent talks. Despite the fact that Livni is not a supporter of Prime Minister Netanyahu and felt he was difficult to deal with during the negotiations,  she placed the failure of the talks firmly at the feed of Palestinian President Abbas.
    According to Livni, the U.S. presented its own framework for a peace plan, Netanyahu agreed to work with it despite his objections but Abbas never gave the U.S. an answer. Things went downhill from there.
   "On March 17, in a meeting in Washington, President Obama presented Mahmoud Abbas, the Palestinian leader, with a long-awaited American framework for an agreement that set out the administration’s views on major issues, including borders, security, settlements, Palestinian refugees and Jerusalem.
    Livni considered it a fair framework, and Netanyahu had indicated willingness to proceed on the basis of it while saying he had reservations. But Abbas declined to give an answer in what his senior negotiator, Saeb Erekat, later described as a “difficult” meeting with Obama. Abbas remained evasive on the framework, which was never made public.
    This, in Livni’s view, amounted to an important opportunity missed by the Palestinians, not least because to get Netanyahu’s acceptance of a negotiation on the basis of the 1967 borders with agreed-upon swaps — an idea Obama embraced in 2011 — would have indicated a major shift."

    Livni also indicated that the rumored deal to release Jonathan Pollard was real:
   "Still, prodded by Secretary of State John Kerry, talks went on. On April 1, things had advanced far enough for the Israeli government to prepare a draft statement saying that a last tranche of several hundred Palestinian prisoners would be released; the United States would free Jonathan Pollard, an American convicted of spying for Israel more than 25 years ago; and the negotiations would continue beyond the April 29 deadline with a slowdown or freeze of Jewish settlements in the West Bank.
     Then, Livni said, she looked up at a television as she awaited a cabinet meeting and saw Abbas signing letters as part of a process to join 15 international agencies — something he had said he would not do before the deadline.
    She called Erekat and told him to stop the Palestinian move. He texted her the next day to say he couldn’t. They met on April 3. Livni asked why Abbas had done it. Erekat said the Palestinians thought Israel was stalling. A top Livni aide, Tal Becker, wrote a single word on a piece of paper and pushed it across the table to her: “Tragedy.”
    Talks limped on around the idea of a settlement freeze and other confidence-building measures. Then, on April 23, a reconciliation was announced between Hamas and Abbas’s Fatah — something since proved empty. That, for Netanyahu and Livni, was the end: They were not prepared to engage, even indirectly, with Hamas. A long season of negotiation gave way to recrimination and, soon enough, the Gaza war, with nearly 2,200 Palestinians dead and about 70 Israelis."

    It seems as if the famous quote made in December of 1973 by the late Israeli Foreign Minister Abba Eban still applies: "The Arabs never miss an opportunity to miss an opportunity"."

- Palestinian elections (Jerusalem Post editorial) - "Failure to hold elections undermines Palestinians’ faith in their political leadership. For Israel, PA elections are important because without them any agreement signed with the PA lacks legitimacy"; "As long as elections are delayed, Palestinians will lack a legitimate political leadership that can be said to faithfully represent them. The leadership that is eventually elected might end up being Hamas, which would be a tragedy for the Palestinians as it would mean the end of hopes for self-determination through a negotiated agreement with Israel. But at least Israel and the world would be confronted with the Palestinian reality, not a convenient delusion".
http://www.jpost.com/Opinion/Palestinian-elections-385652
   "It has been seven months since Hamas and Fatah formed a unity government made up of technocrats. This purportedly conciliatory move, coming seven years after Hamas ousted Fatah from the Gaza Strip in a bloody revolt and Palestinian leadership was split between Gaza and the West Bank, was supposed to set the stage for, among other things, presidential and legislative elections in the Palestinian Authority.
    But while Israel is in the midst of election season, Hamas and Fatah have failed to settle their differences and embark on the democratic process of choosing a political leadership. The presidential elections that brought Mahmoud Abbas to power took place in 2005. Abbas’s four-year term ended in 2009. He has been serving ever since without a democratic mandate from the Palestinian people. The parliamentary elections, which were won by Hamas, took place in 2006. This was also for a four-year mandate.
    In short, parliamentary and presidential elections are long overdue. Failure to hold elections undermines Palestinians’ faith in their political leadership. For Israel, PA elections are important because without them any agreement signed with the PA lacks legitimacy.
    In principle, Abbas could issue a presidential decree that would set in motion a three-month preparatory period, after which elections could take place at any time. If he were to issue that decree now, Palestinian elections could follow Israel’s March 17 elections by less than a month.
    But this is unlikely to happen for a number of reasons, says Dr. Khalil Shikaki, head of the Palestinian Center for Policy and Survey Research. And this is true even though 71 percent of Palestinians want elections to take place in less than six months, according to a poll the PCPSR conducted at the beginning of the month. Fatah and Abbas rightly believe they would lose if elections were held now. Therefore, they are in no hurry. The PCPSR poll found that Hamas leader Ismail Haniyeh would receive 53% of the vote while Abbas would receive just 42%. Similarly, Hamas would beat Fatah in parliamentary elections, according to the poll.
    Hamas’s popularity has risen sharply in the wake of last summer’s Operation Protective Edge. Before the fighting, Fatah has a slight advantage in popularity. Now a majority of Palestinians favor Hamas’s tactics against Israel to Fatah’s and want to see the “armed struggle” à la Gaza replicated in the West Bank.
    Another obstacle is that Hamas and Fatah have yet to agree on the electoral system to be used. In the 2006 elections, Hamas won in part because system – a mixture of proportional representation and a first past the post system – favored the unified Hamas over a more fractured Fatah. This time Fatah demands that the system be based solely on proportional representation, like the Israeli system, while Hamas says at least 25% of the seats must be based on winner-take-all districts.
    Meanwhile, as elections are postponed, Abbas seems to be betting on improving his popularity among Palestinians by internationalizing the struggle, particularly by pushing for a UN Security Council vote calling for the creation of a Palestinian state by 2017.
    But even this campaign, strongly opposed by Israel because it is an attempt to bypass direct negotiations, lacks backing among most if not all Palestinian political parties outside of Fatah. This is because the proposed UN motion does not go far enough in defending Palestinians’ conditions, especially regarding Jerusalem – which Palestinians refuse to share with Israel as a capital – and Palestinians held in Israeli prisons – whom Palestinians demand be released.
    As long as elections are delayed, Palestinians will lack a legitimate political leadership that can be said to faithfully represent them. The leadership that is eventually elected might end up being Hamas, which would be a tragedy for the Palestinians as it would mean the end of hopes for self-determination through a negotiated agreement with Israel. But at least Israel and the world would be confronted with the Palestinian reality, not a convenient delusion."

- Fatah celebrates 50th anniversary with anger, bitterness and antisemitism (Elder of Ziyon) - "January 1 will be the 50th anniversary of Fatah. Well, that's not true. Fatah was founded several years beforehand. It is the 50th anniversary of Fatah's first terror attack (a failed attack against Israel's water carrier,) so for Fatah, that's the same thing. The organization released a statement for the occasion on its official website. But this statement is not self-congratulatory or celebratory. Instead, it is a wildly angry missive against all of Fatah's enemies, internal and external, especially against the Mahmoud Dahlan faction of Fatah in Gaza".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/12/fatah-celebrates-50th-anniversary-with.html


Monde arabe

- Le film "Exodus" retiré des salles au Maroc (AFP) - "Une des raisons à l'origine de cette interdiction pourrait être la polémique suscitée dans le monde arabe par la production américaine, qui remet en cause "le miracle de Moïse, qui a séparé la mer en deux avec un bâton", selon le site du quotidien Akhbar al-Yaoum. La fresque de Ridley Scott a d'ailleurs été interdite de diffusion en Egypte, à cause "d'imprécisions historiques et religieuses"."
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/12/25/97001-20141225FILWWW00129-le-film-exodus-retire-des-salles-au-maroc.php
- « Exodus » interdit en Egypte (Reuters) - "Le studio, propriété du groupe Twenty-First Century Fox a refusé d'indiquer les motifs de cette interdiction, mais c'est n'est pas la première fois qu'un film représentant des figures bibliques est interdit en Egypte".
http://abonnes.lemonde.fr/culture/article/2014/12/27/exodus-interdit-en-egypte_4546545_3246.html
- Morocco and Egypt ban "Exodus: Gods and Kings" Here's why (Elder of Ziyon) - "the film apparently implies that the Jews built the Pyramids, a very touchy subject in Egypt".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/12/morocco-and-egypt-ban-exodus-gods-and.html
   "Egyptian censors have decided to ban the Ridley Scott Biblical epic "Exodus: Gods and Kings." Two reasons were given. One is that the film apparently implies that the Jews built the Pyramids, a very touchy subject in Egypt. The second is that the film characterizes the splitting of the "Red Sea" as the result of an earthquake, not as a direct miracle from Allah. The Koran does discuss the Exodus story, including the splitting of the sea, in chapter 26.
    Morocco censors also banned the film, but they did it after some theaters started the first showing, causing much confusion. No official reason was given, but Morocco had also banned the biblical film Noah."

- Egyptians curse the Jews in mosques, too (Elder of Ziyon) - "Recently I noted an article that said that in every single mosque in Jordan, every week, the preacher says "Oh Allah, destroy the Jews and those who are associated with them." I just saw an article by an Egyptian (who is trying to distinguish between good Jews and evil Zionists) that he heard a sermon where the preacher, convulsing with hate, shouted, "Oh Allah, plague the damned Jews sleep. Send an earthquake underneath their feet. Cut off their children and their wives, and sand(?) their wives"."
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/12/egyptians-curse-jews-in-mosques-too.html

- Deux militaires égyptiens tués dans le Sinaï (AFP) - "Depuis que l'armée a destitué le président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013, les attentats visant les forces de l'ordre se sont multipliés, notamment dans le nord du Sinaï où les attaques sont quasi-quotidiennes. Ces attentats sont principalement revendiqués par des groupes jihadistes qui disent agir en représailles à la sanglante répression qui s'est abattue sur les pro-Morsi".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/12/25/97001-20141225FILWWW00133-deux-militaires-egyptiens-tues-dans-le-sinai.php

- Syrie : 45 civils tués par des frappes aériennes (Reuters) - "Au moins 45 civils ont été tués et 175 blessés dans des bombardements gouvernementaux sur des territoires du nord de la Syrie contrôlés par le groupe Etat islamique".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/12/26/97001-20141226FILWWW00099-syrie-45-civils-tues-par-des-frappes-aeriennes.php


Monde

- Afghanistan : l'OTAN tue par erreur 3 nomades (Reuters) - cette information n'est disponible quasiment nulle part, aux antipodes de ce qui arrive quand des civils palestiniens sont tués. Notez aussi que l'agence précise dès la première phrase qu'il s'agit forcément d'une "erreur" involontaire de la part de l'OTAN, ce qu'elle ne fait jamais quand il s'agit de frappes israéliennes (ou alors en utilisant des guillements montrant qu'elle ne reprend pas à son compte la version israélienne).
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/12/27/97001-20141227FILWWW00020-afghanistan-l-otan-tue-par-erreur-3-nomades.php
   "La force internationale menée par l'Otan en Afghanistan a tué par erreur trois civils dans un raid aérien, ont annoncé des responsables afghans samedi, moins d'une semaine avant le départ prévu de la plupart des troupes étrangères après 13 ans de présence. L'incident s'est déroulé vendredi dans la province de Logar, au sud de Kaboul, lorsque des nomades ont été impliqués dans un différend concernant des terres, selon les responsables régionaux, qui ont précisé que les nomades étaient souvent bien armés et que les conflits fonciers étaient fréquents.
    L'Otan n'a pas souhaité réagir dans l'immédiat. Au moins 3.188 civils ont été tués en Afghanistan en 2014, selon les Nations unies, soit le bilan le plus lourd depuis que l'Onu a commencé à enregistrer ces données en 2009."

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages