Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 11:11
Belgique

- Bruxelles : Le choc après la fusillade dans l'attaque d'un musée juif (AFP)
http://www.20minutes.fr/monde/1384457-bruxelles-trois-morts-et-un-blesse-grave-dans-l-attaque-d-un-musee-juif
   "Deux femmes et un homme ont été tués par balles et un homme grièvement blessé samedi après-midi dans une attaque contre le Musée Juif de Belgique, dans le centre historique de Bruxelles, suscitant un choc immense dans le pays ainsi qu'en Europe et en Israël.
   «Toute porte à croire qu'il s'agit d'un attentat antisémite», a indiqué la ministre belge de l'Intérieur Joëlle Milquet, qui s'est rendue très vite sur les lieux du drame, au coeur du quartier touristique des Sablons, connu pour ses antiquaires et ses chocolatiers. Aucun attentat à caractère antisémite n'a été recensé en Belgique depuis les années 1980, même si les associations juives dénoncent régulièrement la montée des discours antisémites. La communauté juive de Belgique compte environ 40.000 personnes, dont la moitié dans la région de Bruxelles et l'autre moitié à Anvers (nord).
    L'attaque s'est produite peu avant 16h (15h, heure française) dans une petite rue, à une cinquantaine de mètres de la place du Sablon, où le Brussels Jazz Marathon, un festival de jazz très animé, battait son plein. Selon des témoins, un homme qui portait «un sac noir» a ouvert le feu dans le hall d'entrée du musée. Touchées «au visage ou au niveau de la gorge», deux femmes et un homme sont morts sur le coup ou peu après l'arrivée des secours, tandis qu'un homme était grièvement blessé. Emmené à l'hôpital, ses jours sont «en danger» [il est mort désormais].
    La fusillade de Bruxelles est le résultat de «l'incitation à la haine permanente» contre les Juifs et Israël, a estimé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. «On continue d'entendre des calomnies et des mensonges contre l'Etat d'Israël sur le sol européen, alors même que les crimes contre l'humanité et les actes meurtriers commis dans notre région sont systématiquement ignorés», a-t-il accusé. [...]
    Le président du Congrès juif mondial, Ronald S. Lauder, a dénoncé un «acte haineux et terroriste». «Deux ans après les meurtres sauvages de Toulouse (France), il s'agit à nouveau d'un exemple de ce à quoi la haine et l'antisémitisme mènent», a estimé de son côté le Congrès juif européen. «C'est évident qu'on pense à ça», expliqué le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, en évoquant l'affaire «Merah», du nom du Franco-Algérien qui avait tué quatre Juifs, dont trois enfants, et trois militaires à Toulouse, dans le sud-ouest de la France en 2012.
    Le Musée juif est un lieu culturel qui entend faire découvrir les visages multiples du monde juif. Une exposition consacrée aux Juifs d'Anvers s'y tient en ce moment.Cet attentat intervient quinze jours après la tenue avortée dans une commune déshéritée de l'agglomération bruxelloise d'un «Congrès européen antisioniste», dont les orateurs invités étaient des antisémites notoires."
- Fusillade au Musée juif de Bruxelles : le bilan porté à quatre morts (France TV Info)
http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/tueries/fusillade-au-musee-juif-de-bruxelles/fusillade-au-musee-juif-de-bruxelles-une-francaise-parmi-les-trois-victimes_608945.html

- La Belgique, sous le choc, craint une réplique de l'affaire Merah (Le Figaro)
http://www.lefigaro.fr/international/2014/05/24/01003-20140524ARTFIG00180-la-belgique-sous-le-choc-craint-une-replique-de-l-affaire-merah.php
   "[...] La nature antisémite de l'attaque, rapidement évoquée par les responsables politiques et religieux, semble la plus plausible. Les coups de feu, en rafales espacées, ont été tirés à l'intérieur du musée, dont les riches collections sont la fierté des Juifs de Bruxelles. L'attaque semble aussi avoir été soigneusement préparée: elle a duré quelques minutes au plus et visé un établissement peu protégé par la police, à la différence de la grande synagogue voisine.
    L'attentat de la rue des Minimes est troublant, dans un double contexte: d'abord la montée d'un islam intégriste et militant au sein de la communauté musulmane, ensuite un antisémitisme ravivé dans les mouvances populistes et d'extrême-droite. «Cela devait arriver, il y a eu une libération de la parole antisémite, estime Joël Rubinfeld, président de la Ligue belge contre l'antisémitisme. C'est le résultat inévitable d'un climat qui distille la haine».
    Côté musulman, les autorités s'inquiètent du retour de 200 ressortissants belges qui combattent dans les rangs djihadistes en Syrie. Plusieurs ministres de l'Intérieur européens, dont le français Bernard Cazeneuve, étaient précisément à Bruxelles il y a deux semaines pour coordonner leurs politiques et leurs renseignements. Mercredi, c'est le tribunal correctionnel de la capitale qui a condamné à des peines allant jusqu'à 20 ans de prison 19 Belges pour participation à une filière de recrutement à destination de la Syrie et de la Somalie.
    Côté extrême-droite, c'est plutôt la virulence du discours qui inquiète. Au début mois, la ville d'Anderlecht, à la périphérie de la capitale, avait du interdire un soi-disant «Congrès antisémite» auquel était invité Dieudonné, en compagnie de l'essayiste Alain Soral et de Kemi Seba, figure de l'organisation noire radicale Tribu Ka. La manifestation était organisée par un député belge d'extrême droite, Laurent Louis, connu pour ses tirades contre les Roms, les Juifs, les francs-maçons et les médias."

- En Europe, diversification des racines idéologiques de l'antisémitisme, Michel Wieviorka (sociologue)
http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/05/26/en-europe-diversification-des-racines-ideologiques-de-l-antisemitisme_4426343_3232.html
   "[...] L'antisémitisme en Europe, depuis une vingtaine d'années, se rencontre au sein de populations issues de l'immigration récente. Les orientations idéologiques sont ici relativement diversifiées. Il peut s'agir de références à la politique israélienne vis-à-vis des Palestiniens, ou d'une modalité du « choc des civilisations » dont parlait le politologue américain Samuel Huntington, entre l'islam et l'occident dont Israël serait la pointe avancée en terre musulmane.
    Les deux thématiques ne sont pas contradictoires, et relèvent d'un antisionisme radical et sans limites. Mais si cette piste ne doit pas être écartée, il faut noter qu'il n'y a ici [dans la fusillade en Belgique] aucune revendication et que le crime semble avoir été méticuleusement organisé, ce qui ne semble pas conformer à ce que l'on a connu jusqu'ici en Europe, en tous cas de la part d'acteurs vivant au sein même de la société concernée.
    Par contre, le terrorisme venu d'ailleurs, et tout d'abord du Proche-Orient, a pu dans le passé agir de façon organisée et froide et ne rien revendiquer, et cette hypothèse ne doit pas être rejetée. Récemment, des accusations ont imputé aux juifs la responsabilité de la traite négrière, et leur ont reproché simultanément de prétendre au monopole de la souffrance historique, et de refuser qu'on parle d'autres crimes collectifs. Des migrants venus d'Afrique sub-saharienne, et leurs enfants, mais aussi des Antillais sont sensibles à ces accusations, malgré les prises de position claires et sans ambiguïté des meilleurs historiens noirs américains.
    Cette thématique n'a jamais jusqu'ici été aussi aigüe que d'autres, ni aussi violemment développée pour qu'on puisse penser qu'elle anime des acteurs criminels. De même, il ne faudrait pas incriminer ces jeunes qui n'étaient pas spécialement prédisposés à haïr les juifs et qui glissent vers l'antisémitisme en se reconnaissant dans la culture contemporaine de la communication instantanée et sans frontières morales ou politiques.
    L'affaire Dieudonné a récemment fait apparaître l'existence de cette population: les juifs ne veulent-ils pas criminaliser tout ce qui touche à la Shoah, de façon à ce qu'on ne puisse en parler que de façon convenue, sans la moindre place pour l'« humour » ? De là à passer à l'acte, la distance me semble considérable.
    Ainsi, deux hypothèses principales surnagent-elles : celle d'un ou deux criminels isolés portés par une idéologie d'extrême droite, ou bien par l'islamisme radical. Une troisième hypothèse renvoie à l'idée d'un acte davantage organisé, mais venu d'ailleurs que de Belgique, et peut-être même d'Europe. [...]"

- Brussels museum shooter likely followed Toulouse pattern, Anshel Pfeffer (Haaretz) - "For now, the scenario of radical Muslim attackers - rather than neo-Nazis ones - is the most likely".
http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/.premium-1.592595


France

- Créteil : Deux juifs roués de coups à la sortie d'une synagogue (AFP)
http://www.20minutes.fr/societe/1384545-creteil-deux-hommes-agresses-samedi-a-la-sortie-de-la-synagogue
- Deux frères juifs « roués de coups » à Créteil (Le Monde.fr)
http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/05/25/deux-hommes-juifs-agresses-a-creteil_4425364_3224.html
   "Deux hommes « de confession israélite » ont été agressés samedi 24 mai au soir près la synagogue de Créteil (Val-de-Marne). Ces frères, âgés de 18 et 23 ans, se rendaient à l'office du soir, quand ils ont été roués de coups par deux hommes. Les agresseurs ont pris la fuite, l'un à pied, l'autre à vélo.
    Le plus jeune a témoigné anonymement sur BFM TV. « On était en train de marcher dans la rue avec nos kippot [pluriel de kippa]. Deux maghrébins sont arrivés et nous ont frappés. Ils ont commencé par mon frère avec un poing américain, lui ont balafré tout le visage et m'ont roué de coups. » Les agresseurs sont activement recherchés. Une enquête a été confiée à la sûreté territoriale, selon le parquet de Créteil. [...]"
- Agression antisémite à Créteil : "Colère" et "émotion" (AFP) - "Seule la haine anime ces gestes d'une violence inouïe. (Ces deux jeunes) ont été agressés pour la seule raison qu'ils portaient une kippa".
https://fr.news.yahoo.com/agression-antis%C3%A9mite-%C3%A0-cr%C3%A9teil-col%C3%A8re-%C3%A9motion-053644136.html

- Badinter : "Une renaissance de l'antisémitisme" (Le Figaro.fr)
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/05/26/97001-20140526FILWWW00055-une-renaissance-de-l-antisemitismebadinter.php
   "Invité ce matin à Europe 1, l'ancien garde des Sceaux, Robert Badinter, est revenu sur le crime commis dans le musée juif de Bruxelles hier. "Il est évident que c'est un crime d'inspiration antisémite", a-t-il déclaré. "C'est vrai que nous assistons à une renaissance de l'antisémitisme, le nombre de violences et d'insultes antisémites n'a cessé de croitre dans les dernières années, alors c'est d'abord l'éducation, l'école, ne rien laisser passer, ne rien tolérer dans les classes dans lesquelles on refuse d'écouter l'enseignement de la Shoah. Et dans les familles, j'insiste sur ce point : rien ne doit être complaisance, ricanement, on raconte une bonne blague entre guillemets antisémite : jamais on ne doit passer cela ! On sait où cela mène ! C'est le devoir à la fois des familles, de l'Enseignement, et des autorités républicaines"."


Visite du Pape

- Les Palestiniens saisissent les ouvertures du pape sur « la Palestine », Elhanan Miller (Times of Israel) - "L’Autorité Palestinienne ravie par l’arrêt imprévu de François à la barrière de sécurité".
http://fr.timesofisrael.com/les-palestiniens-saisissent-les-ouvertures-du-pape-sur-la-palestine/
   "La référence du pape François à « l’Etat de la Palestine » dans son discours dimanche matin à Bethléem, et sa pause improvisée à la barrière de sécurité, ont laissé les autorités israéliennes de marbre, et ont été saisies par les dirigeants palestiniens comme étant profondément symbolique dans la reconnaissance de leurs droits nationaux.
    Dimanche matin, François est devenu le premier pape à visiter le territoire palestinien sans entrer d’abord en Israël. François a également fait un arrêt imprévu à la barrière de sécurité à Bethléem, en touchant le mur en béton – sur une section, par ailleurs, où un graffiti fait une comparaison avec le ghetto de Varsovie – et inclinant la tête pour une prière apparente. Plus tard, lors de son discours à la place de la Mangeoire, le pape a déclaré que le conflit israélo-palestinien était devenu « de plus en plus inacceptable ». [...]
    Si dimanche était un jour qui a enchanté les Palestiniens avec tout son symbolisme, lundi, cependant, sera le jour d’Israël du pape, avec des visites au Mur occidental, le mémorial de Yad Vashem, et des réunions avec le Premier ministre et le président d’Israël. Les Palestiniens auront peut être à avaler des ouvertures non moins significatives envers le peuple juif et leur Etat, car le premier pape à parler de l‘« État de Palestine » sera le premier pape à honorer le fondateur du sionisme moderne, déposant une gerbe sur la tombe de Theodor Herzl à Jérusalem."

- Halte surprise du pape au mémorial des victimes israéliennes d'attentats (AFP)
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/05/26/97001-20140526FILWWW00087-halte-surprise-du-pape-au-memorial-des-victimes-israeliennes-d-attentats.php
   "Le pape François a fait aujourd'hui une halte surprise au mémorial des victimes israéliennes d'attentats accompagné par le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans le cadre de son voyage en Terre Sainte. Le pape, qui était se rendait de la Vieille ville de Jérusalem vers Yad Vashem, le Mémorial des victimes de la Shoah, a effectué ce détour imprévu au lendemain d'une halte impromptue devant la barrière de séparation israélienne en Cisjordanie.
    Selon la radio militaire israélienne, le pape a fait cet arrêt au "Mémorial des victime d'actions hostiles" à la demande de M. Netanyahu. Selon des responsables israéliens cités par le quotidien Yédiot Aharonot, Israël avait exprimé son mécontentement au Vatican au sujet du geste du pape devant le "mur" à Bethléem, déplorant que les photos distribuées par son service de presse n'aient pas expliqué les raisons de sa construction."
- Le pape François prié de rendre hommage aux victimes israéliennes d'attentats, Cyrille Louis (Le Figaro) - «Nous espérons que l'image du pape saluant ces victimes innocentes refermera la parenthèse malencontreuse ouverte dimanche».
http://www.lefigaro.fr/international/2014/05/26/01003-20140526ARTFIG00126-le-pape-francois-prie-de-rendre-hommage-aux-victimes-israeliennes-d-attentats.php
   "Au troisième jour de son voyage au Proche-Orient, le pape François a effectué lundi matin une visite imprévue au mémorial des victimes d'attentats à Jérusalem. Selon un officiel israélien, cette étape a été suggérée au pape dimanche soir par le bureau du premier ministre dans l'espoir de «corriger» l'impression laissée par le long arrêt pratiqué, quelques heures plus tôt, devant le mur de séparation à l'entrée de Bethléem. «Si on veut parler du mur, alors il faut parler des causes qui ont conduit à son édification et donc des ravages du terrorisme», décrypte le responsable israélien.
    L'image du pape se recueillant devant le haut mur de béton qui sépare Bethléem de Jérusalem a laissé un goût particulièrement désagréable aux dirigeants Israéliens. «Il s'agit clairement d'une tentative d'instrumentaliser la venue du pape à des fins politiques», dénonce le même officiel, qui accuse l'Autorité palestinienne d'avoir incité François à ce geste fort. «Cet arrêt a donné très une mauvaise image de cette visite, que nous avons pour notre part choisi de placer sur le strict terrain spirituel», s'agace-t-il encore. Selon des responsables israéliens cités par le quotidien Yediot Ahronot, le bureau du premier ministre a exprimé son mécontentement au Vatican, déplorant que les légendes des photos distribuées par son service de presse n'aient pas précisé les raisons pour lesquelles le mur a été construit.
    L'édification de la «barrière de séparation», selon la terminologie israélienne, a débuté en 2002 à l'initiative d'Ariel Sharon. Conçu pour mettre fin à la vague d'attentats qui frappait alors l'Etat hébreu, et qui ont causé plusieurs centaines de morts côté israélien, l'édifice symbolise pour ses détracteurs les entraves imposées à la liberté de mouvement des Palestiniens. Il empêche en effet les habitants de Cisjordanie de se rendre à Jérusalem-Est. [...]
    Etabli en 1998 sur le Mont Herzl, le Mémorial pour les victimes d'actes terroristes rend hommage aux Juifs tués par des attentats de 1851 à nos jours. «Nous espérons que l'image du pape saluant ces victimes innocentes refermera la parenthèse malencontreuse ouverte dimanche», confie le responsable israélien, tout en concédant que les photographies de Bethléem demeureront sans doute parmi les plus marquantes du voyage."

- Netanyahu: Security barrier saves lives, anti-Israel incitement makes it necessary, Tovah Lazaroff (JP)
http://www.jpost.com/Diplomacy-and-Politics/Netanyahu-Security-barrier-saves-lives-anti-Israeli-incitement-makes-it-necessary-354388
   "Israel wouldn’t need the security barrier, if acts of incitement and terrorism against it stopped, Prime Minister Binyamin Netanyahu told Pope Francis on Monday at the start of their meeting at the Notre Dame Center in Jerusalem. “The security barrier has saved thousands of lives,” Netanyahu said, as he spoke of the structure, partially made of concrete and partially from steel wire fences, that Israel began to build a decade ago in response to suicide bombings.
    He made sure to speak with the pontiff about the barrier, after Pope Francis briefly prayed there during his trip to the West Bank Palestinian city of Bethlehem. The pontiff's motorcade’s route passed by the barrier. Pope Francis spontaneously stopped and stood by a steel gate in the barrier. The graffiti below where he stood said “free Palestine.” The graffiti above said, “Bethlehem look like Warsaw Ghetto.” It immediately became one of the iconic shots of the day and for Palestinians, of the visit as a whole.
    To help Pope Francis understand why Israel built the barrier, Netanyahu brought the pontiff to the memorial for terror victims at the Mt. Herzl Military cemetery in Jerusalem. Here, the pontiff struck almost the same pose, that he had at the security barrier in Bethlehem. His head bowed, his hand on the memorial.
    Netanyahu also brought the matter up in their brief public conversation. “If incitement and terrorism against Israel would stop, Israel would not need the measures it has taken, such as [building] the security barrier,” Netanyahu said. “I long for the day when your call to recognize the state of Israel and the right of Jews to a state of their own, so they can live in peace and security, will be accepted by our neighbors,” Netanyahu said. “If this doesn’t bring peace on earth, it will at least bring peace to a portion of it,” he said.
    Netanyahu also told the pontiff that Israel was home to many churches in places like Jerusalem and Nazareth. “We preserve all of them. Not even one stone has been moved,” he said. “The rights of Christians in this state are protected. To my sorrow, that doesn’t happen in other places in the Middle East. We respect the call your Holiness made for religious tolerance. In Israel, we maintain that tolerance,” he said. He told Pope Francis that under the Palestinian Authority, the Christian population in Bethlehem has dropped. [...]"

- Visite/pape : pas de politique mais des "gestes" (AFP) - "Le pape n'était pas informé que le mémorial (aux victimes d'attentats) existait. Puisque c'était possible dans le programme, il a rajouté cette étape".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/05/26/97001-20140526FILWWW00213-visitepape-pas-de-politique-mais-des-gestes.php
   "Le pape François "n'a pas d'agenda politique" mais il a décidé de rajouter plusieurs "gestes" à sa visite au Proche-Orient, a affirmé aujourd'hui son porte-parole, le père Federico Lombardi. Interrogé sur la tournure "politique" du voyage papal, bien qu'il ait annoncé à l'avance un "pèlerinage strictement religieux", le père Lombardi a déclaré lors d'un point presse que les deux visites imprévues dans son programme "étaient significatifs et permettaient de le compléter". [...]
    En s'arrêtant dimanche devant la barrière de sécurité israélienne en Cisjordanie et en ajoutant au pied levé lundi matin, sur suggestion israélienne, une étape au mémorial des victimes d'attentats à Jérusalem, le pape a raisonné comme un "prophète" qui "voit au-delà" des blocages actuels afin d'indiquer des "voies", des "ponts" possibles, a ajouté le porte-parole. "Ils n'ont pas été des gestes contre (quelqu'un). Il est toujours difficile d'interpréter les signes positifs", a-t-il plaidé. Le pape François a voulu faire un geste d'une part contre un mur qui ne conduit pas à la paix et, d'autre part, contre le terrorisme qui tue les innocents et détruit la paix, a-t-il expliqué.
   "Le pape se sent libre de décider ce qu'il veut faire", a observé le prêtre jésuite, précisant que la décision de s'arrêter au mémorial des victimes d'attentats anti-israéliens avait été prise ce matin, à la requête de responsables israéliens, alors que le pape se rendait au mémorial de la Shoah de Yad Vashem tout proche. Le premier ministre Benjamin Netanyahu a personnellement souhaité cette halte surprise pour "rééquilibrer" celle au pied du mur de séparation à Bethléem qui, selon les médias israéliens, l'a rendu furieux.
    Après l'étape devant la barrière à Bethléem, "quand j'ai entendu des réactions de mécontentement côté israélien, je n'ai pas été surpris", a reconnu le père Lombardi. "Le pape n'était pas informé que le mémorial (aux victimes d'attentats) existait. Puisque c'était possible dans le programme, il a rajouté cette étape", a-t-il expliqué. [...]"

- Did the Pope call for Jews to be able to worship on the Temple Mount? (Elder of Ziyon) - "This sure sounds like Francis is solidly on the side of Jewish worship on the Temple Mount".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/05/did-pope-call-for-jews-to-be-able-to.html


Judée-Samarie

- Les résidents du camp de Jénine montrent leur soutien au Hamas (Times of Israel) - "Au rassemblement à la mémoire des opératifs tués, les militants s’engagent à continuer la lutte armée contre Israël".
http://fr.timesofisrael.com/les-residents-du-camp-de-jenine-montrent-leur-soutien-au-hamas/

- Nadim Nawarah was shot in the leg by a rubber bullet (Elder of Ziyon) - "Once you realize that he was not shot in the chest, all the other questions people are raising about this video are answered. He wasn't faking falling - he was really shot, but not by live fire"; "As I've said before, I dislike conspiracy theories. However, to believe that Israeli troops disobeyed orders and shot with live fire is a conspiracy theory as well".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/05/nadim-nawarah-was-shot-in-leg-by-rubber.html

- Documentary about workers at Sodastream (Elder of Ziyon) - "This interesting film follows Abdallah Hany Abu Zayad, a Palestinian Arab who works at the Sodastream factory in the Mishor Adumim industrial park".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/05/documentary-about-workers-at-sodastream.html


Point de vue

- Pourquoi il est légitime que l’État d’Israël se définisse comme juif (et ce que cela signifie), Claude Klein (professeur à la faculté de droit de Tel Aviv, spécialiste de l'histoire du sionisme) - "Extrait de "Peut-on cesser d'être juif ?", de Claude Klein, publié chez Grasset, 2014".
http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-est-legitime-que-etat-israel-se-definisse-comme-juif-et-que-cela-signifie-peut-on-cesser-etre-juif-claude-klein-1574995.html
   "Aux premières pages du dernier livre de sa « trilogie », Comment j’ai cessé d’être juif, Shlomo Sand commence par discuter et critiquer longuement le fait que l’État d’Israël (lui) impose de se recenser comme « juif » de nationalité, tout en soulignant que cet État « s’auto- désigne comme l’État du “peuplejuif” », choisissant soigneusement une terminologie à résonance clairement péjorative (cet État s’auto- désigne… Quelle prétention !). Le ton est donc donné dès l’abord.
    De fait, la critique de Sand est double : d’une part sur le plan collectif (l’État s’autoaffirme…), d’autre part sur le plan individuel (l’État veut m’obliger à me reconnaître comme juif). La présente partie porte sur le premier point, c’est- à- dire sur la prétention de cet État à se définir comme « juif » et sur la signification de cette attitude.
    Par auto- désignation, il faut, selon Sand, entendre l’affirmation de l’État d’Israël à constituer un État juif ou, plus précisément, l’État des Juifs. Dans la formulation de Sand, « [ses] fondateurs et législateurs ont considéré cet État comme étant la propriété collective des “juifs du monde”, qu’ils soient ou non croyants, et non pas comme l’expression organique de la souveraineté démocratique du corps citoyen qui y réside. »
    Oui, l’État d’Israël se présente bien comme l’État des Juifs, ce qui revient à dire qu’il se définit comme l’État- nation du peuple juif. Une affirmation qui se traduit par une longue série de mesures constitutionnelles et législatives. Soulignons cependant que celle- ci trouve d’abord sa source dans la reconnaissance internationale qui a conduit à la création de l’État en 1948 et qu’il n’est sans doute pas inutile de rappeler dans ses grandes lignes pour en dégager la signification précise.
    Le 2 novembre 1917, le gouvernement britannique publie le document désormais connu sous le nom de Déclaration Balfour : "Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif, et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte ni aux droits civiques et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont les Juifs jouissent dans tout autre pays."
    La dernière partie de la Déclaration introduit ce que l’on appelle les « réserves », bien moins connues que le corps même de la Déclaration. Celles- ci sont de deux ordres et concernent d’une part les Juifs dans le monde et d’autre part les communautés « non juives » de Palestine (cela vise bien entendu les Arabes). Pour calmer l’appréhension des Juifs qui, dans leurs pays d’établissement, ne se reconnaîtraient pas dans le projet sioniste, c’est- à- dire des Juifs parfaitement intégrés dans leurs différents pays, la Déclaration précise qu’il ne sera pas porté atteinte à leurs droits (des droits chèrement acquis, au prix d’un combat séculaire). On voit donc, dès 1917, poindre ici la future polémique sur la volonté qu’aurait Israël de représenter tous les Juifs et de leur accorder ou octroyer la nationalité israélienne alors même qu’ils n’en voudraient nullement. De même, ce passage relève expressément les droits des Arabes, qui ne devraient pas être lésés par la création du Foyer national juif.
    Pour les puristes, il faut aussi indiquer que la nature juridique contraignante de cet engagement ne saurait provenir de son édiction unilatérale par le gouvernement anglais en 1917 (à un moment où la Grande- Bretagne n’a encore aucun titre sur la Palestine, elle n’est alors que puissance occupante), mais de son inclusion dans l’accord de mandat signé en 1922 entre la Grande- Bretagne et la SDN, conférant officiellement à Londres le mandat sur la Palestine, à charge, pour la puissance mandataire, de « mettre en oeuvre la Déclaration du 2 novembre 1917 » et de « favoriser l’immigration juive ». Par ailleurs, n’en déplaise à Shlomo Sand, on trouve, dans le Préambule du texte, la formule suivante, dépourvue de la moindre ambiguïté : « Considérant que cette déclaration comporte la reconnaissance des liens historiques du peuple juif avec la Palestine et des raisons de la reconstitution de son foyer national en ce pays. » Le sionisme n’acquiert-il pas ainsi une pleine reconnaissance de la communauté des nations ?
    Certains ne manqueront pas de rappeler que cet accord entre la SDN et le Royaume-Uni traduit une vision politique et diplomatique d’un autre âge, c’est- à- dire d’une période dominée par le colonialisme. Cela est indéniable. Telle est cependant la légalité internationale, renforcée par les décisions de l’ONU en 1947-48. Il n’y en a pas d’autre. Or c’est cette légalité- là qui est à l’origine de l’État d’Israël tel qu’il est conçu aujourd’hui et qui forme donc sa personnalité internationale."

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam - dans Mai 2014
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages