Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 10:27

France

- Pour Jean-Luc Mélenchon, Pierre Moscovici "ne pense plus en français" (AFP)
http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/03/24/le-derapage-de-melenchon-sur-moscovici_1853400_823448.html
   ""Qu'ils dégagent tous", "salopards", "échec du gouvernement"... le vocabulaire utilisé samedi, à Bordeaux, lors du 3e Congrès du Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon traduit une certaine radicalisation. Durant ces assises qui s'achèvent dimanche, et qui ont été largement dirigées contre les "politiques d'austérité" du gouvernement et de l'Europe, les dirigeants du PG s'en sont en particulier pris au ministre de l'économie Pierre Moscovici.
    François Delapierre, secrétaire national, a dénoncé "les 17 salopards de l'Europe" faisant référence à l'attitude des 17 gouvernements de la zone euro à l'égard de Chypre. "Dans ces 17 salopards, il y a un Français, il a un nom, il a une adresse, il s'appelle Pierre Moscovici et il est membre du Parti socialiste", a-t-il dit vivement applaudi par les 800 délégués.
   "Une très belle expression", dit en souriant aux journalistes Jean-Luc Mélenchon, en qualifiant le ministre de "petit intelligent qui a fait l'ENA" et qui a "un comportement de quelqu'un qui ne pense plus en français, qui pense dans la langue de la finance internationale", selon la bande son de ses propos diffusée dimanche soir sur le site de l'hebdomadaire Politis.
    Un débat a parcouru durant toute la journée de dimanche les réseaux sociaux sur la teneur précise des déclarations de M. Mélenchon, des internautes et des journalistes estimant que la version initialement diffusée par l'AFP [et publiée sur Le Monde.fr]  - "un comportement de quelqu'un qui ne pense pas français, qui pense finance internationale" - prêtait plus le flanc à l'accusation d'antisémitisme.
   "C'est un vocabulaire des années 1930 que l'on ne pensait plus entendre de la bouche d'un républicain et encore moins d'un dirigeant de gauche", a ainsi réagi dimanche le premier secrétaire du PS, Harlem Désir, qui a demandé à M. Mélenchon de les "retirer". "Cette attaque sur l'identité française de Pierre Moscovici donne le haut le cœur", a-t-il ajouté. "Elle signe une dérive dangereuse qui doit cesser dans l'injure et la mise en cause personnelle. Elle franchit les limites de l'acceptable et ne peut être tolérée par aucun républicain". [...]"

- Le CRIF choqué par les déclarations de Jean Luc Mélenchon (CRIF)
http://www.crif.org/fr/communiquedepresse/le-crif-choqu%C3%A9-par-les-d%C3%A9clarations-de-jean-luc-m%C3%A9lenchon/35983
   "Le CRIF est choqué par les déclarations de Jean Luc Mélenchon sur le ministre des Finances, Pierre Moscovici, qui selon lui "ne pense pas français". Ces déclarations au sujet d'un homme dont M. Melenchon ne pouvait pas ne pas savoir qu'il est d'origine juive, rappellent les  insinuations antisémites de l'extrême droite des années 30.
    Le CRIF n'avait jamais accusé M. Melenchon d'être antisémite et ne pense pas qu'il le soit. Mais plus que personne, il aurait dû être vigilant sur les effets catastrophiques de telles allégations sur ses auditeurs. Le CRIF rappelle à M. Melenchon, qui le sait d'ailleurs, qu'il y a eu dans l'histoire de France un antisémitisme d'extrême gauche, et que l'insinuation de cosmopolitisme  financier en a été le vecteur privilégié. M. Mélenchon, dont la maitrise du verbe est connue, a commis un dérapage inacceptable dont il doit s'excuser publiquement."

- Il y a le feu dans la maison Europe, Gérard Grunberg (Directeur de recherche au CNRS / Sciences Po) - "La dérive mélenchoniste ne peut donc que renforcer le Front national comme en Allemagne, dans les années Trente, l’hystérie stalinienne contre les « sociaux-traîtres » contribua fortement à amener les nazis au pouvoir".
http://www.telos-eu.com/fr/europe/europe-politique/il-y-a-le-feu-dans-la-maison-europe.html
   " Le Front national a manqué de peu de remporter l’élection législative partielle de la deuxième circonscription de l’Oise. Avec 48,6% des suffrages exprimés au second tour contre 26,6% au premier tour, sa candidate a presque doublé ses voix face à un candidat UMP sortant, passant de 7249 à 13190. Il s’agit là d’un phénomène électoral inédit et de première importance, même si certains voudront se rassurer en constatant que l’abstention a été de près des deux tiers des inscrits et que la personnalité du député sortant était très controversée. Au même moment, le co-président du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon, soutenant l’un de ses proches, François Delapierre, qui avait traité « les 17 de l’Eurogroupe » de « salopards », précisant qu’il incluait bien le ministre de l’Economie et des Finances français dans ce nombre, estimait qu’il fallait appeler « un chat un chat et un salopard un salopard ». Surtout il accusait Pierre Moscovici d’avoir « un comportement de quelqu'un qui ne pense plus en français, qui pense dans la langue de la finance internationale ». Un relent des années Trente a alors empuanti notre atmosphère politique.
    Jean-Luc Mélenchon prend résolument la relève aujourd’hui, attaquant « l'infecte propagande du parti solférinien » et reprenant à son compte, mais en se plaçant sous l’ombrelle des saintes écritures, la détestation des staliniens de jadis pour la mollesse social-démocrate : « Dans la Bible, il est écrit que Dieu vomit les tièdes », rappelle-t-il ainsi. Madame Duflot tente de se rassurer en estimant qu’accuser Moscovici de ne « plus penser en français », mais « dans la langue de la finance internationale», ne suffit pas à taxer le leader du Parti de gauche d’antisémitisme. Pour elle, il ne fait que « flirter avec le dérapage à chaque instant, notamment sur les questions de nationalisme ». Elle devrait sans doute reconsidérer son interprétation. Quant au Parti communiste, c’est le moment pour lui de donner une preuve tangible de son rejet, maintes fois réaffirmé, de son passé stalinien.
    Ainsi, tandis que la droite modérée doit faire face à une menace électorale croissante du Front national, le Parti de gauche tente d’entraîner l’ensemble du Front de gauche dans une stratégie de démolition de la social-démocratie française. Les deux fronts mettent ainsi en commun leur détestation de « l’Europe libérale ». La dérive mélenchoniste ne peut donc que renforcer le Front national comme en Allemagne, dans les années Trente, l’hystérie stalinienne contre les « sociaux-traîtres » contribua fortement à amener les nazis au pouvoir. Les communistes français auraient grand tort de penser que les électeurs préfèreront le populisme de gauche au populisme de droite. Ils ne seront jamais assez xénophobes ni assez anti-européens face à l’autre Front. [...]"

- A propos de la visite d'Obama au Proche-Orient, Gilles William Goldnadel (avocat pénaliste, président fondateur d'Avocats sans frontières)
http://www.atlantico.fr/decryptage/justice-francaise-est-elle-capable-extraire-ideologie-gilles-william-goldnadel-679967.html?page=0,2
   "Est-ce que Le Monde est sérieux lorsqu'il taxe, dans un éditorial dépité, de « renoncements » la politique menée par Obama au Proche-Orient ? Certes, le quotidien est au moins cohérent avec lui-même. Il peut donc être nostalgique du premier mandat du président américain, quand, au Caire, il comparait la Nakba et la Shoah, laissait penser que seule cette dernière était à l'origine de la création d'Israël et donnait à entendre que pour arriver à la conclusion du conflit entre les Israéliens et les Arabes, il suffisait de tordre les bras des premiers et de caresser ceux des seconds dans le sens de leur système pileux. Si effectivement, le renoncement d’Obama est celui d'avoir renoncé à réciter le seul récitatif palestinien, Le Monde a fait une excellente analyse de ses propres conceptions.
    Il n'est pas interdit de préférer, en matière de sérieux, le point de vue de Pierre Rousselin, intitulé « le nouveau réalisme du président américain » (Le Figaro du 23 mars). Si l'on veut vraiment obliger les adversaires à s'entendre, il ne suffit certainement pas de dire à M. Netanyahou, qui a fini par s’y faire, qu'un compromis territorial est nécessaire non seulement pour les Arabes mais aussi pour les Juifs, pour autant qu'ils souhaitent demeurer majoritaires sur une partie du territoire contesté. Il faut encore faire comprendre à leurs adversaires que s'ils sont sincèrement intéressés par la création d'une structure étatique indépendante et viable à côté et non à la place d'Israël, ils se doivent de renoncer à éduquer leurs enfants dans la haine et l’irrédentisme et reconnaître Israël en tant qu'État du peuple juif.
    Barak Obama a su dire, enfin, les deux choses aux deux peuples. Puisse la nouvelle directrice du Monde, femme de qualité, l'expliquer gentiment à ses collaborateurs, apparemment plus butés que le président américain."


Israël

- Jérusalem : plus de 20 000 personnes au Kotel pour la bénédiction des Cohanim (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/jerusalem-plus-de-20-000-personnes-au-kotel-pour-la-benediction-des-cohanim/
   "Plus de 20.000 personnes sont actuellement réunies devant le Mur occidental (Kotel) de Jérusalem pour la traditionnelle prière des Cohanim (Birkat HaCohanim). L’accès à la Vieille Ville et au Kotel ne peut se faire que par les transports en commun ou à pieds, la circulation de voitures privées étant interdite, précise la police."

- Des groupes de hackers menacent "d'effacer Israël d’Internet" (France 24) - il s'agit encore des ahuris d'Anonymous.
http://www.france24.com/fr/20130327-israel-opisrael-groupes-hackers-pirates-piratage-internet-anonymous-menace-attaque-cyber
   ""Effacer Israël d’Internet". C’est le mot d’ordre de plusieurs groupes de pirates informatiques qui ont annoncé leur intention de lancer une vague de cyberattaques coordonnées contre des sites israéliens, précisément le 7 avril 2013. Et ce, "par solidarité avec les Palestiniens". "Il s’agira de la plus grande opération jamais lancée contre un pays, cela va être énorme !", explique, au site spécialisé The Hackers Post, le pirate informatique AnonGhost. Ce dernier, présenté comme étant à l’origine du projet, est crédité de plusieurs centaines d’attaques informatiques contre des sites web du monde entier et plus particulièrement israéliens.
    Cette nouvelle menace est visiblement prise au sérieux par l’État hébreu. Ofir Ben Avi, directeur des services et systèmes "online" du gouvernement israélien, a affirmé au quotidien "Haaretz" suivre cette affaire de près. "Ce qui différencie ce plan des attaques précédentes c’est le fait qu’il soit préparé par plusieurs groupes affiliés au réseau Anonymous à travers le monde", explique-t-il au journal israélien, non sans affirmer que son service se "prépare pour le 7 avril". [...]"

- L'histoire de la fondation d'Israël (Emission "Maison d'étude", France Culture, Audio 32mn) - Nathan Weinstock s'attaque au mythe de l'histoire d'une "invasion coloniale" en Palestine.
http://www.franceculture.fr/emission-maison-d-etudes-maison-d-etude-2013-03-24


Judée-Samarie

- Monument with ‘Palestine’ replacing Israel was hidden from Obama, Elhanan Miller (Times of Israel) - "Palestinian authorities in Bethlehem removed ‘State Monument,’ put peace dove in its stead, three days before president came to pray at Church of the Nativity".
http://www.timesofisrael.com/monument-with-palestine-replacing-israel-was-hidden-from-obama/

- 'Palestinian violence in West Bank has increased', Tovah Lazaroff (JP)
http://www.jpost.com/Defense/Palestinian-violence-in-West-Bank-has-increased-307813
   "Palestinian violence in the West Bank has increased, OC Central Command Maj.-Gen Nitzan Alon told Channel 2 in an interview that was aired Tuesday night. He did not speak of a third intifada, but he said, “for months we have identified trends of a potential escalation.”
    On Tuesday, the IDF stopped a Palestinian in the Jordan Valley who carried four improvised explosives. Near Bethlehem, Palestinians threw stones at soldiers, lightly wounding one. They also threw stones at soldiers near Ramallah. Separately, in a raid on a Palestinian home in Hebron, the IDF found a cache of weapons, including bullets and night vision equipment.
   “Our forces are working day and night,” Alon told Channel 2. The IDF has arrested Palestinians who have harmed Israelis such as those who threw stones at cars on Route 5 earlier this month, he said. But he added that still, “there are scores of intelligence reports of attempts to execute terror attacks. I am happy that we ended 2012 and the last few months without fatalities [from terror attacks] in the region of Judea and Samaria.” [...]"

- Settlers give pre-Passover bread to nearby Palestinians (Times of Israel) - "3rd year of symbolic goodwill program; ‘why burn good bread when you can distribute it to your neighbors?’ asks Yaki Fried from the settlement of Ofra".
http://www.timesofisrael.com/settlers-give-pre-passover-bread-to-nearby-palestinians/

- Palestinians Impose Severe Restrictions on Foreign Media, Khaled Abu Toameh (Gatestone Institute) - "It's official: the Palestinian Authority does not want foreign journalists to work in territories under its control in the West Bank unless they receive permission in advance from the Palestinian Ministry of Information. The decision was taken earlier this week by the Palestinian Ministry of Information and the Palestinian Journalist's Syndicate -- a body controlled by Fatah-affiliated journalists."
http://www.gatestoneinstitute.org/3645/palestinians-impose-severe-restrictions-on


Monde arabe

- Qatar : 1 milliard pour les Palestiniens (Reuters)
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/03/26/97002-20130326FILWWW00322-qatar-1-milliard-d-aide-pour-jerusalem.php
   "L'émir du Qatar a proposé aujourd'hui à l'ouverture du sommet arabe de Doha la mise en place d'un fonds d'un milliard de dollars (777 millions d'euros) pour aider les Palestiniens de Jérusalem-est, et offert de contribuer à celui-ci à hauteur de 250 millions de dollars. Cheikh Hamad bin Khalifa al Thani n'a pas fourni de précisions sur les attributions de ce fonds. [...]"
- Qatar : un milliard de dollars pour Jérusalem et rien pour l'Autorité palestinienne, Georges Malbrunot (Le Figaro) - "Comme si le Qatar prenait un malin plaisir à marginaliser l'Autorité palestinienne (...) au profit de ses amis islamistes liés aux Frères musulmans".
http://blog.lefigaro.fr/malbrunot/2013/03/qatar-un-milliard-de-dollars-p.html
- Vers un fonds arabe de 1 milliard de dollars pour Jérusalem-Est, Sami Aboudi (Reuters)
http://fr.news.yahoo.com/vers-un-fonds-arabe-1-milliard-dollars-pour-210522601.html
   "La Ligue arabe a approuvé mardi une proposition du Qatar visant à créer un fonds d'un milliard de dollars (777 millions d'euros) pour aider les Palestiniens de Jérusalem-Est. Le Qatar a lui-même offert de contribuer à hauteur de 250 millions de dollars. [...]
    Le président palestinien Mahmoud Abbas a salué cette initiative et a appelé les pays arabes à contribuer à ce fonds. "L'occupation israélienne constitue un moyen systématique et accéléré pour judaïser Jérusalem-Est, pour changer sa nature et déraciner ses habitants palestiniens", a commenté Abbas. L'initiative arabe a été qualifiée de "honte insigne" par un porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères. "Rejeter la judaïsation de Jérusalem, pour reprendre l'expression, est absurde et équivaut à rejeter la nature catholique de Rome ou l'islamisation de La Mecque. C'est naturellement impensable", a dit Yigal Palmor. [...]"


USA

- Etats-Unis : 64% en faveur d’une intervention militaire contre l’Iran (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/etats-unis-64-en-faveur-dune-intervention-militaire-contre-liran-sondage/
   "Le public américain souhaite que l’administration Obama envisage une solution militaire afin d’empêcher l’Iran d’acquérir la bombe nucléaire, selon un sondage de l’Institut Pew effectué entre le 13 et le 17 mars, avant la visite du président Obama en Israël. Selon cette enquête, 64% des Américains sont d’accord qu’« il est essentiel d’empêcher l’Iran d’accéder à l’arme nucléaire même si cela doit conduire à une opération militaire ». 24% estiment qu’il faut éviter toute intervention militaire, « même si l’Iran acquiert la bombe nucléaire »."


Europe

- Belgique : plus de 50% des jeunes musulmans adeptes de thèses antisémites (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/belgique-plus-de-50-des-jeunes-musulmans-adeptes-de-theses-antisemites-enquete-gouvernement-flamand/
   "Selon une grande enquête effectuée en février dernier par 3 universités pour le compte du gouvernement flamand, les thèses antisémites seraient 7 fois plus fréquentes  chez les jeunes musulmans belges que chez les non-musulmans de ce pays. L’étude a été effectuée au moyen d’un questionnaire auquel ont répondu 3.867 lycéens d’Anvers et Gand (deux villes de la région flamande, ndlr) y-compris 1.068 musulmans. Parmi les musulmans, 50,9% sont d’accord avec l’affirmation selon laquelle « les Juifs provoquent les guerres et blâment ensuite les autres d’en être à l’origine », 24,5% sont partiellement d’accord tout comme 20,6% des non-musulmans. « Les Juifs contrôlent tout », une affirmation approuvée par 45,1% des musulmans et 10,8% des non-musulmans. 35% des musulmans estiment que « les Juifs sont trop puissants en Belgique », alors que 11,8% des non-musulmans sont de cet avis."


Point de vue

- Israeli-Palestinian dispute is an inescapably local matter — not some master-key to world peace, David Frum (National Post) - "As for the problem that truly threatens regional security — the security of Israelis and Arabs alike — that is the Iranian nuclear threat".
http://fullcomment.nationalpost.com/2013/03/23/david-frum-israeli-palestinian-dispute-is-an-inescapably-local-matter-not-some-master-key-to-world-peace/
   "Nearly four years ago, U.S. President Barack Obama travelled to Cairo to deliver a message to the Muslim world: “I have come here to seek a new beginning between the United States and Muslims around the world; one based upon mutual interest and mutual respect.” President Obama has now returned from a trip to Israel, where he delivered a bookend to that 2009 message: “So long as there is a United States of America, Israel is not alone.”
    In between those two messages, the Middle East has lived through a violent upheaval. The rulers of Libya, Egypt and Tunisia were overthrown. Syria has collapsed into civil war. As David Hazony observes in TheTower.org, Israel is “the last country standing … the only one that can be relied upon even to exist a decade from now, much less to maintain both the will and the means to protect American interests.”
    Egypt is adding one million people to its population every year. Once one of the world’s great food-exporting societies, Egypt is now the world’s leading importer of wheat. Which would be fine if Egypt exported other goods or services to pay for its food. But depending on how you do the math, Egypt ranks now as either the 126th or the 148th poorest country in the world. Half the population lives on less than $2 per day. And its single largest source of foreign currency is earned by sending its people out of the country to work in the Persian Gulf.
    How would an Israeli-Palestinian peace contribute to redressing any of those problems? How would such a peace end the violence in Syria or stabilize the new government of Libya? The most sophisticated version of the argument about the importance of the Israeli-Palestinian dispute goes something like this: “Obviously, this local dispute is not the cause of, say, the militant discontent of poor young Algerian males in the suburbs of Paris. But demagogues use the dispute to inflame that anger. If we could settle the dispute, we’d allay anger and thereby prevent terrorism.”
    But this argument assumes that the local demagogues who today exploit images of Palestinian suffering could not tomorrow do the same with images of Kashmiri suffering at the hands of India. It’s a big world full of video cameras, and people looking for reasons to justify their rage will always find it. If rage is what worries you, you had better go to work on the sources of that rage — which usually turn out to be related to under-development, poverty and oppression by local power holders.
    On his visit to Israel, President Obama showed a new appreciation for this line of thought. “Arab states must adapt to a world that has changed,” he said. “The days when they could condemn Israel to distract their people from a lack of opportunity or government corruption or mismanagement — those days need to be over. Now’s the time for the Arab world to take steps towards normalizing relations with Israel.”
    And in Israel, he spoke of the Israeli-Palestinian matter as an inescapably local matter, rather than as some master-key to world peace: “Now, only you can determine what kind of democracy you will have. But remember that as you make these decisions, you will define not simply the future of your relationship with the Palestinians; you will — you will define the future of Israel, as well. As Ariel Sharon said … ‘It is impossible to have a Jewish, democratic state, at the same time to control all of Eretz Israel [the land of Israel]. If we insist on fulfilling the dream in its entirety, we are liable to lose it all.’”
    Here’s the problem in its truest form. The Palestinian problem is not a problem about the region or about coexistence between Muslims and the West. It’s a problem that raises the question of the kind of country Israel will be in future — and about the security and prosperity of the people who live in Israel’s immediate vicinity.
    As for the problem that truly threatens regional security — the security of Israelis and Arabs alike — that is the Iranian nuclear threat. About that, President Obama again spoke unambiguously: “I do believe that all of us have an interest in resolving this issue peacefully. [But] I’ve made the position of the United States of America clear. Iran must not get a nuclear weapon. … America will do what we must to prevent a nuclear-armed Iran.” That’s the sound bite to remember from this visit. It’s the pledge by which President Obama’s Middle East policy will ultimately be judged."

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam - dans Mars 2013
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages