Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 09:42
France

- Dieudonné à Lyon 20/10/09 et le 24/10/09 (Vidéo 15mn53) - un public jeune et survolté ; interviewé à la sortie (vers 11mn de la vidéo), Dieudonné pointe la "démonstration de force du lobby sioniste français" derrière la décision de la préfecture de lui interdire une représentation à Grenoble, ce qui révélerait que "la France est un territoire occupé" ; "le CRIF, la LICRA, ces associations racistes [...] n'apprécient peut-être pas les Noirs aussi" et "ont le pouvoir de faire pression sur le préfet" ; Pour Dieudonné, le CRIF et la LICRA sont des "associations israéliennes", qui doivent "retourner dans leur pays", car "c'est de l'ingérence d'association étrangères dans la vie culturelle française".
http://www.dailymotion.com/video/xay07c_dieudonne-a-lyon-201009_news

- Le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur : ''trop tard'' pour lutter contre la burqa (Guysen.International.News / 2009-10-29 03:04:00 ISRAEL)
   "Le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, a déclaré, ce mercredi, qu'il était "trop tard" pour lutter contre la burqa, lors de son audition devant une mission parlementaire. "C'est trop tard parce qu'on a laissé beaucoup filer le problème du fondamentalisme, il y a longtemps qu'on aurait dû y être sensible", a-t-il dit."

******************************************************************************************
Lawfare, ONU, Amnesty & Goldstone

- Gaza: l'Assemblée générale de l'ONU devrait examiner le rapport Goldstone le 4 novembre (AP)
http://fr.news.yahoo.com/3/20091029/twl-onu-israel-palestiniens-gaza-951b410.html
   "[...] Le président de l'Assemblée générale Ali Treki a reçu une lettre de son homologue du Conseil des droits de l'Homme transmettant le rapport et des demandes de pays arabes et du mouvement des non-alignés composé de 118 membres d'examiner ses conclusions et ses recommandations au cours de la première semaine de novembre, selon Jean Victor Nkolo, porte-parole de l'Assemblée. Il a précisé que M. Treki avait "l'intention de convoquer une réunion plénière de l'Assemblée générale le 4 novembre"."

- Une commission spéciale pour affronter Goldstone, Herb Keinon (JP)
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1256557983554&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Le bureau du Premier ministre a officiellement annoncé, mardi, son intention de créer une commission spéciale chargée de trouver divers moyens d'affronter les conséquences du rapport Goldstone. Il précise toutefois que les soldats et officiers israéliens ne seront pas interrogés au cours de ce processus. Parmi les membres de cette commission figureront : le procureur général Menahem Mazouz, l'avocat général de Tsahal Avihaï Mandelblit, le conseiller juridique de ministère des Affaires étrangères Ehoud Kenan ainsi que celui du ministère de la Défense Ahaz Ben-Ari, et le secrétaire de cabinet du Premier ministre Zvi Hauser.
    Le groupe soumettra ses recommandations au Premier ministre, Binyamin Netanyahou, ainsi qu'au ministre de la Défense, Ehoud Barak, d'ici "peu de temps". Et, si nécessaire, ces recommandations seront portées devant les membres du gouvernement pour recevoir leur approbation. Il y de fortes chances que cette commission choisisse également de désigner une figure juridique à la tête du panel de discussion chargé de revoir les enquêtes internes de l'armée israélienne (concernant les supposés crimes commis pendant Plomb durci). Le panel devra également déterminer si ces enquêtes ont été menées de manière suffisamment approfondies - en sachant que certaines sont toujours en cours. L'un des candidats potentiels à la tête du panel est Aharon Barak, ancien président de la Cour suprême.
    Peu de temps après l'annonce du bureau du Premier ministre, l'entourage de Netanyahou a pris l'initiative de contacter les médias israéliens. Et ce, afin de réitérer l'intention israélienne de tenir les responsables militaires à l'écart des travaux de la nouvelle commission. Le ministère de la Défense a, à son tour, publié un communiqué reprenant les récents propos de Barak à ce sujet : "Aucune commission ne sera créée pour interroger les soldats et les officiers israéliens. Un point c'est tout."
    Alors que plusieurs ministres ont encouragé à plusieurs reprises le Premier ministre à créer une commission d'enquête pour répondre aux conclusions du rapport Goldstone, Barak et le chef d'état-major, Gabi Ashkénazi, restent fermement opposés à une telle initiative. Tsahal a les moyens d'évaluer ses propres actions, estiment-ils."

- Un avocat britannique veut poursuivre Yaalon, Claire Dana-Picard (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/10/un-avocat-britannique-veut-poursuivre-yaalon/
   "L’avocat britannique Daniel Makover, qui défend des activistes prétendant œuvrer pour les « droits de l’homme » et soutient leurs actions contre des dirigeants et des officiers israéliens, a appelé à arrêter sans délai le ministre Moshé Yaalon dès qu’il atterrira en Europe. Makover a déclaré que Yaalon avait commis des « crimes de guerre » très graves en tant qu’ancien chef d’état-major de Tsahal, lors de l’élimination du chef terroriste Salah Shehadeh, il y a sept ans. Makover prétend ainsi vouloir faire appliquer le droit international."

- NGO Monitor : Amnesty International est systématiquement contre Israël (Guysen.International.News / 2009-10-29 00:35:00 ISRAEL)
   "L'ONG israélien "NGO Monitor" dénonce le parti pris d'Amnesty International et la stigmatisation systématique d'Israël dans les rapports de l'ONG. Depuis l'opération Plomb durci, Amnesty International a publié 20 rapports, tous anti-israéliens. Le dernier en date (Israël priveraient les Palestiniens d'eau) coïncide avec une série de conférences organisées aux Etats-Unis, au mois de novembre, par des groupes de boycott anti-israéliens sur le thème "Israël : contrôle de l'eau comme outil d'apartheid et moyen de nettoyage ethnique"."

- ''Diamants de sang'' : Israël rejette les accusations (Guysen.International.News / 2009-10-29 00:27:00 ISRAEL) - de quoi Israël n'a-t-il pas encore été accusé par l'ONU ?
   "Israël a rejeté, ce mercredi, les accusations d'un groupe d'experts des Nations unies selon lesquels le pays serait impliqué dans l'exportation et la vente illégale des "diamants du sang" de Côte d'Ivoire. Le contrôleur de l'Israel's Diamond, Shmouel Mordekhaï s'est dit choqué par ce qu'il appelle les "fausses accusations" des experts. Les "diamants de sang" sont des diamants africains dont la vente illégale et clandestine alimente financièrement des groupes en rébellion contre les pouvoirs centraux."

- Ban Ki-moon : ''Jérusalem sera la capitale de deux Etats'' (Guysen.International.News / 2009-10-29 07:54:00 ISRAEL) - l'ONU adopte des positions politiques (palestiniennes) qui préjugent du résultat de négociations :
   "Le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, a déclaré mercredi soir que ''Jérusalem doit être la capitale de deux Etats -Israël et la Palestine- qui coexisteront dans la paix et la sécurité''. Il a souligné que l'accès aux lieux saints doit être autorisé à tous."

*********************************************************************************************
Israël

- Population de Jérusalem : les jeunes palestiniens sont plus nombreux que les jeunes israéliens (Guysen.International.News / 2009-10-29 04:26:00 ISRAEL)
   "Un nouveau rapport présenté aux parlementaires israéliens montre que malgré des décennies de tentatives du gouvernement d'assurer une majorité juive à Jérusalem, les Palestiniens représentent la majorité de la population de la ville des moins de 20 ans. Le rapport, publié par le Centre israélien pour la macro économie politique en partenariat avec la Fondation Friedrich Ebert, a constaté que la population palestinienne est passée de 25,5% en 1967 à 35% aujourd'hui. "Le nombre de Palestiniens vivant dans la ville n'a cessé de croître et les Palestiniens vont bientôt constituer la majorité des habitants de Jérusalem." a déclaré le Dr Nathanson, auteur du rapport."

- La grande solitude, Stéphane Juffa (Mena) - "Il existe aujourd’hui, au sommet des pyramides décisionnelles des démocraties, une façon de traiter les relations avec tous les Etats, et une autre, spécifique, de régenter les relations avec l’Etat d’Israël".
http://www.menapress.com/
   "[...] force est de constater qu’Israël traverse une période de solitude dans ses relations internationales, tant au niveau des gouvernements que des peuples, dont on n’a pas souvenir depuis la création de l’Etat. Parmi les nations civilisées, il n’y a guère que la Tchéquie qui fait exception à la pandémie de rejet qui nous frappe, et où l’on peut être à peu près certain de trouver un jugement équilibré relativement à la considération des questions nous concernant.
    Il est vrai que l’amitié entre les Juifs et les Tchèques ne date pas d’hier, puisqu’à Prague, on trouve presque autant de musées consacrés au judaïsme, que de musées de toutes les autres sortes réunis. Ca n’est pas très étonnant, lorsque l’on constate que c’est la statue d’un rabbin qui trône sur la place centrale de cette ville. Pas étonnant non plus, quand on fait l’effort de se rappeler que la majorité des dirigeants jugés lors des fameux procès de l’époque communiste étaient israélites. Et que la plupart d’entre eux avaient fait avancer la Tchécoslovaquie d’alors, en dépit de l’occupation soviétique.
    Ici, en Israël, on n’oublie pas non plus que les premiers avions de chasses qui équipèrent notre armée de l’air, et participèrent à nous permettre de gagner notre indépendance, furent des Messerschmitt, fabriqués dans ce pays d’Europe centrale après la Seconde Guerre mondiale. Beaucoup de bonnes volontés et de sympathies pour notre cause furent nécessaires pour nous livrer ces appareils. [...]
    Reste, qu’à l’exception de la Tchéquie et de la portion majoritaire de sa population, l’Etat hébreu cherche ses amis à la longue vue et au microscope. Et des relations décentes avec un pays de dix millions d’habitants ne suffisent certes pas à développer une stratégie diplomatique globale.
    On pourrait assurément se dire que nous sommes (presque) les seuls justes sur Terre, mais cela ne participe pas d’une réflexion stratégique. Ce genre de repli autarcique et narcissique mène au désastre, car plus aucun pays ne peut s’exclure totalement de la communauté des nations. Chacune est tributaire des autres pour ce qu’elle ne produit pas, tributaire des autres pour les relations commerciales et l’apport de devises, indissociable de la capacité à se défendre. Au reste, les boîtes de vitesses de nos chars sont anglaises et tous nos avions sont américains. Sans eux et les pièces détachées qui les maintiennent en service, il nous faudrait affronter les Iraniens avec des arcs et des flèches. Ce, pour autant, encore, que l’on trouve sur place suffisamment de bois pour en faire.
    Dans cet article, je ne me demande pas "pourquoi les autres ne nous aiment pas ?", question que les rédacteurs de notre agence traitent en abondance, mais "quelles sont les conséquences de ce désamour ?" En vérité, elles sont terribles !
    Essayez donc de prendre la parole devant un parterre de syndicalistes européens modérés – ce que je tente de faire au moins une fois l’an – qui n’ont pas lu la moindre ligne de ce que vous écrivez, qui ne connaissent rien de vos idées et de vos préférences, mais se contentent de réagir en ne considérant que le fait que vous êtes un intellectuel israélien. Vous saisirez alors immédiatement ce qu’est la haine, à quel point elle peut être profonde, et le peu qui lui est nécessaire pour qu’elle se déclenche.
    Cette posture, aussi désagréable que représentative d’un état d’esprit largement répandu, traduit en fait une situation qui dépasse de très loin le seul isolement diplomatique. Aujourd’hui, n’en déplaise à M. Attali, qui me semble débarquer d’une planète étrangère au système solaire, l’Etat hébreu doit faire face à un antagonisme quasi général, qui atteint également, et de plein fouet, les Israélites qui refusent la dénonciation automatique d’Israël.
    Ceci suffit-il à décrire la pandémie actuelle comme une crise aigue d’antisémitisme ? Absolument. D’une part, parce qu’il suffit de se promener en Europe pour s’apercevoir que toutes les institutions appartenant à la communauté israélite sont transformées en camps retranchés, et qu’elles sont gardées en permanence par des hommes en armes. [...]
    Mais la situation est autrement plus sérieuse, car l’épidémie a déjà gagné les responsables politiques des grandes démocraties. Ce, de la manière la plus préjudiciable et incontestable que l’on puisse imaginer : l’acceptation d’une attitude d’exception à l’encontre d’Israël. La plus grave des formes de ségrégation. Il existe aujourd’hui, au sommet des pyramides décisionnelles des démocraties, une façon de traiter les relations avec tous les Etats, et une autre, spécifique, de régenter les relations avec l’Etat d’Israël. Une double mesure qui, disons-le une fois pour toutes, à haute et intelligible voix, n’a strictement rien à faire avec les actions de l’Etat hébreu.
    Exemple, le traitement du rapport Goldstone au Conseil onusien des droits de l’Homme : le Conseil en question ne s’est penché, le plus arbitrairement du monde, que sur les allégations de crimes de guerre qu’aurait commis Tsahal à Gaza. Avoir appliqué à Israël ce traitement unique, en l’épargnant au Sri-Lanka, au Soudan, à la Russie, aux Etats-Unis et ses alliés en Irak et en Afghanistan, à la France pour son rôle dans le génocide des Tutsis porte un nom, toujours le même : ségrégation.
    Pour que le Théâtre-Guignol autour du rapport Goldstone ait un sens, il aurait fallu que l’examen des "actions" de l’armée française au Rwanda en 1994, ait également lieu, avec audition des témoins, à Genève et non à Kigali. Il faudrait, de même, que les instances internationales définissent ce qu’est une riposte militaire disproportionnée, avant qu’elles ne l’appliquent à un seul Etat. L’invasion de la Géorgie par les chars de Poutine, après l’intervention de Tbilissi afin de rétablir l’ordre dans sa province d’Ossétie du Sud, était-elle proportionnée ? A partir de combien de bombes que des terroristes tirent intentionnellement sur vos civils, après combien de morts au sein de ceux-ci, est-il "proportionné" de réagir militairement ? Dans le cas d’Israël, huit mille roquettes tirées sur ses villes ont été considérées insuffisantes par l’ONU. [...]
    L’existence de cette autre ségrégation anti-israélienne, qui ne provoque aucun tollé parmi les nations dites démocratiques, démontre à elle seule à quel point la planète se moque toujours de la question des droits de l’homme, les démocraties n’ont aucune intention de lui apporter des solutions. Tant pis pour ceux qui souffrent d’en être privés, la majorité des êtres humains, la priorité appelle à participer à la stigmatisation d’Israël. Tant pis pour les Tamouls, les Tibétains, la population Nord-coréenne, les femmes qu’on excise toujours à tours de bras, les homosexuels qu’on pend au bout des grues en Iran, et qu’on décapite à la Mecque, les condamnées chinois, qu’on exécute d’une balle dans la nuque à l’issue de procès sommaires. Tant pis pour ces milliards d’individus privés de Goldstones ; il faut condamner Israël." (suite payante)

****************************************************************************************************
Gaza & Hamas

- Un obus kassam tiré depuis Gaza (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/10/un-obus-kassam-tire-depuis-gaza/
   "Une roquette kassam vient de s’abattre dans la région d’Eshkol. Elle a été lancé du nord de la bande de Gaza. On ne déplore ni victimes ni dégâts."

- Sources palestiniennes : deux obus de mortier tirés sur des véhicules de Tsahal à l'est de Gaza, ce mercredi (Guysen.International.News / 2009-10-29 02:00:00 ISRAEL)
   "Selon des sources palestiniennes, le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) a revendiqué les tirs de deux obus de mortier sur des véhicules militaires de Tsahal, ce mercredi, à proximité du cimetière à l'est de Gaza ville. Tsahal n'a pas confirmé l'attaque."

- Le Hamas interdit la participation au scrutin de janvier (Reuters) - "ce différend sur les élections pourrait être tactique et laisser aux deux parties une marge de manoeuvres suffisante pour permettre un apaisement".
http://fr.news.yahoo.com/4/20091028/twl-palestiniens-election-hamas-38cfb6d.html
   "Le Hamas a interdit aux Palestiniens de la bande de Gaza de participer aux élections présidentielle et législatives de janvier convoquées par le président Mahmoud Abbas, chef du Fatah. Le ministère de l'Intérieur du gouvernement dirigé par le Hamas dans la bande de Gaza a déclaré que la convocation aux élections du 24 janvier avait été émise sans l'accord du Hamas et d'autres factions et était illégale. "Tous préparatifs, toute commission, tout recensement de noms seront considérés comme des actes illégaux et donneront lieu à des poursuites", a déclaré Ehab Al-Ghsain, porte-parole du ministère.
    Il a ajouté que le ministère avait ordonné aux responsables locaux de ne pas coopérer avec Mahmoud Abbas dont le parti laïc domine la vie politique en Cisjordanie mais a été chassé de la bande de Gaza. Le Hamas a précisé que sa décision impliquait une interdiction faite à la Commission électorale centrale (CEC), qui dispose de cinq bureaux dans la bande de Gaza, d'obéir aux ordres de Mahmoud Abbas. L'actuelle CEC n'est plus habilitée à préparer des élections car les factions palestiniennes sont convenues lors de discussions de réconciliation menées sous médiation égyptienne de la nécessité de former une nouvelle instance, a déclaré Ghsain. [...]
    Des politologues estiment que ce différend sur les élections pourrait être tactique et laisser aux deux parties une marge de manoeuvres suffisante pour permettre un apaisement. Abbas a déclaré qu'il pourrait reporter le scrutin si le Hamas accepte la réconciliation et le Hamas a fait savoir qu'il pourrait participer à des élections l'été prochain. Un diplomate proche des discussions du Caire a néanmoins estimé que Abbas n'aurait d'autre choix que de procéder aux élections en janvier si aucun accord n'intervenait dans les deux prochains mois.
    Un juriste palestinien a observé qu'Abbas ne peut reporter le scrutin, maintenant qu'il a promulgué un décret présidentiel, à moins que le Parlement y consente. Mais le fonctionnement du Parlement est actuellement bloqué par les divisions entre le Hamas et le Fatah. Certains dirigeants du Hamas ont dit que le mouvement islamiste pourrait décider d'organiser des élections distinctes en janvier dans la bande de Gaza, ce qui perpétuerait les divisions et ferait de Gaza et de la Cisjordanie des entités géographiques et politiques distinctes."

- Fashion police à Gaza, Aimée Joubert (Causeur)
http://www.causeur.fr/fashion-police-a-gaza,3218
   "On a trop souvent prétendu, et parfois ici même, que les forces de sécurité gazaouites servaient de couverture légale à des activités terroristes. Ce n’est pas vrai, ou plutôt ce n’est qu’une partie de la vérité, puisque, comme vient de nous l’apprendre le Guardian, elles ont bien d’autres activités. Son envoyé spécial sur place a pu observer la multiplication des contrôles de police sur les plages locales. Des officiels en armes dispersent les couples non mariés, renvoient chez elles les jeunes filles non chaperonnées par un individu mâle de leur famille et, faut-il le dire, font passer un mauvais quart d’heure aux femmes de 0 à 99 ans en tenue jugée indécente. Mais n’allez surtout pas voir là un quelconque sexisme : d’après le reporter du Guardian les messieurs qui auraient le mauvais goût de bronzer vêtus de leur seul maillot de bain sont eux aussi rhabillés pour l’hiver…"

********************************************************************************************************
Judée-Samarie & AP

- Mahmoud Abbas "tend" la main au Hamas pour une reconciliation (AFP)
http://www.lesechos.fr/depeches/monde/afp_00196369-mahmoud-abbas--tend--la-main-au-hamas-pour-une-reconciliation.htm
   "Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas s'est dit mercredi à Rabat prêt à "tendre la main" au mouvement islamiste palestinien Hamas, qui contrôle la bande de Gaza. "Nos mains sont tendues (vers le Hamas) pour mettre fin à la division et au différend car l'intérêt de la patrie est plus important", a déclaré M. Abbas lors d'un forum international sur Al Qods (Jérusalem) qui se tient mercredi et jeudi à Rabat. "Le Hamas est appelé à faire un pas en notre direction", a-t-il souligné avant de l'accuser d'avoir "fait échouer le récent dialogue" de réconciliation au Caire."

- L'Autorité palestinienne arrête 2 membres du Hamas en Judée-Samarie (Guysen.International.News / 2009-10-28 10:18:00 ISRAEL)
   "La police palestinienne a mis en garde à vue ces 2 derniers jours 2 terroristes du Hamas en Judée-Samarie. La Sécurité préventive palestinienne a appréhendé Montasser Shadid, un haut responsable du Hamas à Hébron qui a déjà purgé 15 ans de prison en Israël, ainsi que Kamel Sabah, autre gros poisson du Hamas à Djénine déjà derrière les barreaux durant 13 ans en Israël."

- L'Autorité palestinienne met à jour un dépôt d'armes souterrain à Kalkiliya (Guysen.International.News / 2009-10-28 15:21:00 ISRAEL)
   "La Sécurité préventive palestinienne a découvert un important arsenal d'armes sous terre à Kalkilya. Elle a notamment mis la main sur des dizaines de fusils automatiques et ouvert l'enquête pour déterminer qui a bien pu dissimuler ce ''trésor''."

- Pressions arabes sur Mahmoud Abbas pour négocier avec Israël (Guysen.International.News / 2009-10-28 12:13:00 ISRAEL)
   "Des pays arabes font pressions sur le Premier ministre palestinien pour qu'il reprenne les négociations avec Israël afin de prouver que le refus de faire la paix vient du côté israélien. C'est ce qu'ont révélé des officiels palestiniens à Yediot Aharonot."

- Autorité palestinienne : ceux qui commercent avec les implantations sont des traitres (Guysen.International.News / 2009-10-29 02:15:00 ISRAEL) - le commerce avec les Juifs est vu comme une trahison, et ils prétendent vouloir la paix des peuples ?
   "Le nouveau ministre de l'Economie de l'Autorité palestinienne, Hassan Abu Libdeh a promis, ce mercredi, de traduire en justice tout palestinien qui fera du commerce avec des produits importés des implantations juives de Judée-Samarie. "Ceux qui font le commerce de ces produits porteront le stigmate de la trahison", a t dit depuis Ramallah."

*******************************************************************************************************************
Liban & Hezbollah

- Notre région touchée par un tir de Katiouchas (Mena) - "Nous rappelons que c’est à la FINUL (Force Intérimaire de l’Onu au Liban) et à l’armée libanaise qu’incombe, entre autre, le contrôle de la zone où se situe Houla, que la FINUL a pour fonction d’empêcher l’installation des terroristes et de leurs armes dans ce secteur".
http://www.menapress.com/
   "Il était 18h 48, heure locale, lorsqu’une salve de roquettes tirée du Liban a atteint le territoire israélien, dans l’Ongle de la Galilée, à proximité de notre rédaction. De source officielle israélienne, on annonce qu’une Katioucha a explosé dans un terrain inhabité, à une dizaine de kilomètres de Métoula, en direction de Kiriat-Shmona. Le centre hospitalier d’urgence de cette ville nous a confirmé qu’aucune personne n’avait été blessée. De nos bureaux, il nous semble cependant avoir entendu plusieurs impacts, probablement deux ou trois. Il arrive assez fréquemment que les projectiles, dans notre environnement accidenté, ne soient pas retrouvés par les sapeurs.
    L’origine des tirs se situe dans le village sud-libanais de Houla, à moins d’un kilomètre de nos fenêtres, au sud de Kfar-Kileh. L’armée libanaise a confirmé le fait. L’artillerie israélienne a lancé deux obus à la lisière de Houla, prenant toutes les précautions pour ne pas y faire de victimes. Houla est un village peuplé exclusivement de chiites, placé sous contrôle à peine dissimulé du Hezbollah. Ses habitants le surnomment "La porte de la liberté", prétendant qu’il aurait été la première agglomération "libérée", en 2006, par les miliciens islamistes aux ordres d’Hassan Nasrallah et de Téhéran. En fait, Houla a été abandonné par Tsahal lors de sa retraite volontaire, alors qu’aucun milicien vivant ne s’y trouvait plus.
    Lors de la seconde Guerre du Liban, Houla avait payé un lourd tribut, suite à la réaction israélienne à l’agression meurtrière perpétrée par le Hezbollah contre l’une de ses patrouilles de routine, en territoire israélien. Lors d’un bombardement aérien, le village qui cachait des terroristes (individus armés s’attaquant intentionnellement à des civils) occupés à lancer des roquettes sur les villes israéliennes, a relevé 67 morts, des terroristes, mais également des villageois qui leur servaient volontairement de boucliers humains.
    Suite à la nouvelle agression spontanée de ce mardi en provenance du Liban, le porte-parole de l’armée a déclaré considérer l’incident "avec la plus extrême sévérité", tenant l’Etat libanais responsable de cette attaque. Quelques heures avant elle, le ministre de la Défense Ehoud Barak, en visite sur la frontière nord, était l’hôte de Métoula, exprimant son souhait de "préserver le calme relatif qui régnait dans la région". Ce tir fait suite à celui de deux Katiouchas, le mois dernier, en Galilée occidentale, cette fois, à 65 km de l’endroit où nous vivons. [...]
    Nous rappelons que c’est à la FINUL (Force Intérimaire de l’Onu au Liban) et à l’armée libanaise qu’incombe, entre autre, le contrôle de la zone où se situe Houla, que la FINUL a pour fonction d’empêcher l’installation des terroristes et de leurs armes dans ce secteur. A la Ména, nous ignorons comment faire respecter ce mandat du Conseil de Sécurité tout en s’abstenant de pénétrer sur le lieu de lancement d’une salve de roquettes.
    La tension est encore très vive : de la rédaction aux fenêtres ouvertes, il fait 23 degrés, nous entendons les instructions lancées dans la base de l’armée située dans notre dos (Sud). La Ména se situe en fait entre le Liban – Kfar Kileh et Houla – et la première base de Tsahal. Dans l’Ongle et le Doigt de la Galilée la population n’a pas été appelée à gagner les abris et les activités civiles n’ont pas été interrompues. Nous suivons évidemment la situation de près et interviendrons immédiatement en cas de nouveaux événements, qui nous paraissent peu probables."

- Une Katioucha tirée à partir du sud-Liban s’est abattue sur une zone inhabitée en Galilée, Anshel Pfeffer, Amos Harel et Eli Ashkenazi (Haaretz) - le Hezbollah laisse-t-il délibérément agir les djihadistes palestiniens ?
http://www.ambafrance-il.org/spip.php?article7213
   "[...] La roquette aurait été tirée par une organisation palestinienne inspirée des réseaux du « Jihad mondial » affiliés à Al-Qaïda. [...] la multiplication relative des incidents depuis le début de l’année pourrait être révélatrice de deux tendances : Le Hezbollah fermerait délibérément les yeux sur les activités des petites organisations radicales, tandis que la FINUL et l’armée libanaise perdraient graduellement leur contrôle, déjà limité, du sud du pays. En effet, on constate ces derniers mois une montée d’un cran de la tension entre Israël et le Hezbollah alors que deux explosions ont révélé l’existence d’arsenaux du Hezbollah au sud-Liban, et qu’un dispositif d’écoute israélien aurait été découvert."

- Le chef de l’armée libanaise accuse son gouvernement de crimes contre les libanais (JSS) - « L’Etat est notre autorité non pas le Hezbollah. »
http://jssnews.com/2009/10/28/le-chef-de-larmee-libanaise-accuse-so-gouvernement-de-cr/
   "Le président du conseil exécutif des Forces Libanaises Samir Geagea a tenu le gouvernement libanais responsable du tir de roquette, hier, contre Israël. Dans un entretien accordé, mardi soir, à la chaine MTV, Geagea a affirmé que « le tir de roquette contre Israël constitue un crime contre les Libanais en cette période régionale assez difficile ». « Il est inacceptable que la partie responsable de ce tir demeure inconnue en présence de 15000 soldats libanais déployés au Liban sud, outre les troupes de la FINUL », a-t-il souligné. Geagea a soutenu que toutes les parties déploient des efforts sérieux pour établir un Etat des institutions puissants.
    « Nous condamnons ces actions. L’Etat est notre autorité non pas le Hezbollah. Le Chef de l’Etat, l’Armée Libanaise et les forces de sécurité sont responsables de la sécurité du Liban sud », a-t-il accentué. « Pourquoi ne dévoilent-ils pas l’identité de la partie qui a exécuté le tir ? » s’est interrogé Geagea. Le chef des FL a conclu que l’Etat est en train de remplir normalement ses fonctions et qu’il est capable d’assumer ses responsabilités en matière de sécurité. Il a ainsi exhorté tous les dirigeants libanais à réveiller leur conscience, tenir compte de la sécurité du Liban et assumer leurs responsabilités auprès des Libanais.
    Par ailleurs, l’armée libanaise a découvert mercredi quatre nouvelles roquettes prêtes à être lancées à partir du sud du Liban, au lendemain d’un tir d’un de ces engins sur le nord d’Israël."

- Yossi Peled : le gouvernement libanais, responsable du tir de Katioucha (Guysen.International.News / 2009-10-29 04:16:00 ISRAEL)
   "Le ministre sans portefeuille, Yossi Peled, a déclaré ce mercredi soir que le gouvernement libanais est responsable de l'attaque à la katioucha sur le nord d'Israël. "Il est très difficile de savoir ce qui se passe dans le nord, car pour l'instant, il n'y a pas de contrôle central au Liban", a t-il dit. "Mais nous devons être très clair avec eux, nous ne revenons pas à la même stratégie d'avant la seconde guerre du Liban où nous ne ripostions pas", a t il ajouté."

- Liban : le président accuse Israël d'avoir orchestré le tir de roquette de mardi (Guysen.International.News / 2009-10-29 08:55:00 ISRAEL)
   "Le président libanais Michel Sleimane a déclaré au journal libanais Al Akhbar, apparenté au Hezbollah, que le tir de roquette Katioucha mardi soir sur Kiryat Shmona ''sert de prétexte à Israël pour continuer à violer la souveraineté du Liban et poursuivre ses activités d'espionnage au Liban, à cause de la présence du Hezbollah''."

- A Beyrouth, le fief du Hezbollah en pleine renaissance (AP) - "A Dahiyah, il n'y a ni bar, ni magasin vendant de l'alcool et encore moins de boîtes de nuit. Les tenues féminines sont sobres et le voile est de rigueur" ; "C'est le Hezbollah qui assure la sécurité à Dahiyah".
http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/international/proche_moyenorient/20091028.FAP0532/a_beyrouth_le_fief_du_hezbollah_en_pleine_renaissance.html
   "Trois ans après avoir essuyé les bombes israéliennes, le quartier chiite de Dahiyah, dans la banlieue sud de Beyrouth, est en plein boom immobilier. Cet essor illustre sur le terrain les ambitions politiques du Hezbollah, qui tente d'obtenir davantage de poids dans le futur gouvernement libanais. [...] A présent, des dizaines d'immeubles neufs ou rénovés s'élèvent dans cette banlieue sud de Beyrouth, grâce à un programme de reconstruction géré par le Hezbollah, qui reçoit des millions de dollars par an de son allié iranien. [...]
    La renaissance de Dahiyah intervient alors que le Hezbollah négocie depuis des mois sa place au sein d'un gouvernement d'union nationale. Les discussions sont dans l'impasse, faute d'accord sur la distribution des portefeuilles ministériels. Sunnites et chrétiens craignent que le Hezbollah ne tente d'imposer au Liban des décisions prises à Damas ou à Téhéran.
    Cependant, Dahiyah ne porte aucun signe de l'"iranisation" que redoutent tant les adversaires du Hezbollah. Des femmes en jean moulant font du shopping dans des boutiques qui exposent en vitrine bikinis et minijupes. "Ici à Dahiyah, nous avons réussi à avoir la résistance, la liberté et la mode au même endroit", se félicite Hussein al-Zein, 40 ans, qui tient une boutique de vêtements féminins.
    Cependant, on est loin des quartiers du centre de Beyrouth où l'on peut voir des jeunes femmes très maquillées se promener de bar en bar en robe ultracourte au décolleté plongeant. A Dahiyah, il n'y a ni bar, ni magasin vendant de l'alcool et encore moins de boîtes de nuit. Les tenues féminines sont sobres et le voile est de rigueur, même s'il n'est pas imposé. "Je ne me couvrirai (les cheveux) qu'après mon mariage", confie une étudiante de 18 ans qui travaille en jean et T-shirt moulant à Dahiyah, où elle est née. [...]
    C'est le Hezbollah qui assure la sécurité à Dahiyah. Ses hommes en uniforme font la circulation mais s'occupent aussi d'affaires de police comme de trafics de drogue. La milice chiite explique qu'elle y est contrainte, à cause de l'inaction des autorités centrales. "Nous n'essayons pas de remplacer l'Etat mais nous essayons de trouver des solutions", explique Ghassan Darwish, un responsable du Hezbollah. "Nous ne pourrions pas remplacer le gouvernement, même si nous essayions"."

************************************************************************************************************
Syrie

- Assad prêt à faire la paix (Israël-Infos)
http://www.israel-infos.net/Assad-pret-a-faire-la-paix-4794.html
   ""De notre coté, nous avons le soutien du peuple pour poursuivre les négociations avec Israël. La condition en est que les Israéliens eux-mêmes désirent également poursuivre ce dialogue", a déclaré le président syrien Bachar el Assad lors d'une conférence de presse donnée en Croatie où il s'est rendu en visite officielle. Appelant la communauté européenne à s'impliquer d'avantage dans le processus de paix, Assad a estimé que la médiation d'une tierce partie serait nécessaire pour permettre la reprise de ces pourparlers israélo-syriens. [...]"

- Vilnaï: la Syrie arme toujours le Hezbollah (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/10/vilnai-la-syrie-arme-toujours-le-hezbollah/
   "Le vice-ministre de la Défense Matan Vilnaï a déclaré que la Syrie continuait à livrer des armes au Hezbollah. Il a ajouté qu’il était difficile, dans ce contexte, de prendre au sérieux les appels de Damas en faveur de pourparlers avec Israël."

**************************************************************************************************************
Monde arabe

- L'Irak veut relancer un programme nucléaire (Slate.fr)
http://www.slate.fr/story/12265/irak-nucleaire-programme-france-onu-aiea
   "L'Irak a commencé à faire du lobbying, notamment auprès de l'ONU, afin d'obtenir l'autorisation de relancer un programme nucléaire dix neuf ans après la destruction en 1991, lors de la première guerre du Golfe, par les aviations américaines et anglaises des deux derniers réacteurs construits par Saddam Hussein. Le gouvernement irakien a pris des contacts, selon le Guardian (http://www.guardian.co.uk/world/2009/oct/27/iraq-nuclear-reactor-programme), à la fois avec des représentants de l'industrie nucléaire française, de l'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA) et de l'ONU afin d'obtenir des premiers une aide technique et des autres le feu vert pour relancer un programme nucléaire. [...]
    La volonté irakienne de renouer avec des technologies pouvant construire à la fabrication d'armes de destruction massive intervient au moment même où son voisin et ennemi historique l'Iran est engagé dans un bras de fer avec les pays occidentaux sur son programme nucléaire présenté comme civil mais considéré par la quasi-totalité des experts comme militaire. Si des doutes existent sur la nature seulement civile de l'éventuel programme nucléaire irakien, le souci immédiat serait celui de la sécurité des installations. [...]"

****************************************************************************************************************
Iran

- Israël s’aligne, Shimon Shiffer (Yediot Aharonot) - "Le gouvernement américain avait accueilli avec colère le fait que les dirigeants israéliens, qui connaissent les détails du dossier [nucléaire iranien], aient mis en doute leur manière d’agir".
http://www.ambafrance-il.org/spip.php?article7213
   "La liaison vidéo codée entre Washington et Jérusalem a fonctionné cette semaine plus qu’à l’accoutumée et le contenu de ces conversations n’était pas agréable à entendre pour les Israéliens. En effet, c’est peu de dire que les Américains n’ont pas apprécié les propos de responsables politiques et militaires israéliens contre l’accord proposé à l’Iran par les Etats-Unis, la Russie et la France, concernant le programme nucléaire de Téhéran. En réaction à ces remontrances, Israël s’est empressé de s’aligner sur la position américaine, les critiques contre l’accord se sont tues et hier un responsable israélien déclarait : « L’accord qui est en train de s’élaborer est un pas positif dans la bonne direction, pour empêcher l’Iran d’obtenir l’arme nucléaire ».
    Le gouvernement américain avait accueilli avec colère le fait que les dirigeants israéliens, qui connaissent les détails du dossier, aient mis en doute leur manière d’agir. « Nous ne sommes pas aussi stupides ou naïfs que vous le laissez entendre quand vous vous exprimez publiquement ou anonymement », a lancé un haut responsable américain lors d’une vidéoconférence cette semaine. [...]"

******************************************************************************************************************
Europe

- Pourquoi la presse allemande ignore Ashkenazi ?, Benjamin Weinthal (JP) - "Les Juifs musclés prêts à se défendre ne constituent pas un sujet terriblement attirant pour la majorité des Allemands qui nourrissent une grande aversion à la guerre". Les Allemands préfèrent aussi minimiser la menace iranienne.
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1256557984122&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Le désintérêt des médias allemands pour la visite du chef d'état-major, Gabi Ashkenazi, prouve que quelques contradictions internes hantent la "relation spéciale" qui lie les deux pays. Le docteur Alexander Brenner, ancien directeur de la communauté juive de Berlin (forte de 12 000 membres) et ancien diplomate en Israël et en ex-URSS, a exprimé mardi son incrédulité concernant cette médiocre couverture médiatique qu'il qualifie même d'"extrêmement étrange".
    Alors qu'il défendait l'armée israélienne, dans un robuste discours tenu au Mémorial de la Shoah, la faible présence médiatique a pointé le manque de réception pour le message central d'Ashkenazi : "Tsahal, protectrice de la nation juive, n'est pas une armée belliqueuse mais une armée défensive". Et même si la chancelière allemande, Angela Merkel, ne cesse de qualifier les appels iraniens à l'anéantissement d'Israël de "menace directe à l'existence de l'Etat juif", il n'est pas rare de lire dans la presse que les déclarations de Téhéran ne sont qu'une rhétorique politique vide ou même le résultat de traductions erronées. Par ailleurs, un sondage du Forsa Institute, réalisé il y a quelques mois, a révélé que, durant l'opération Plomb durci, 75 % de la population allemande considérait Israël comme un "Etat agressif".
    Après la chute de l'Allemagne nazie, la culture radicalement pacifiste - aussi favorisée par la remontée d'un sentiment antisémite et anti-israélien contemporain - joue son rôle dans l'incompréhension des besoins sécuritaires de l'Etat hébreu. La plupart des quotidiens de gauche montrent ainsi difficilement de l'intérêt dans l'incontestable nécessité d'Israël de disposer d'une armée. Et, à l'exemple du quotidien Die Tageszeitung - qui avait consacré deux pages d'interview à un jeune Israélien ayant refusé de faire son service miliaire - ce sont les initiatives pacifistes du pays qui sont privilégiées. Les Juifs musclés prêts à se défendre ne constituent pas un sujet terriblement attirant pour la majorité des Allemands qui nourrissent une grande aversion à la guerre. En plus de s'attacher à une vision déformée des Juifs comme de rats de bibliothèque. Dès lors, on comprend mieux pourquoi Ashkenazi a reçu un si piètre accueil.
    Mais les diplomates israéliens reviennent sur le point, selon eux, le plus inquiétant : ce ricanement constant autour de la menace iranienne. A titre d'exemple, les publications fréquentes de Katajun Amirpur, écrivain germano-iranien, dans le journal Süddeutsche Zeitung (très fort lectorat de gauche), où il explique que Mahmoud Ahmadinejad n'a jamais dit vouloir "effacer Israël de la carte". Certains critiques du régime iranien en Allemagne, comme Nasrin Amirsedghi, expliqueront qu'Amirpur ou Bahman Nirumand, spécialiste à la Böll Foundation Iran - structure qui investit son argent dans l'influence de l'opinion publique à propos de l'Iran - minimisent volontairement la menace iranienne vers Israël et l'Occident. Nirumand écrit pour Die Tageszeitung et travaille pour le parti écologique allemand. [...]"

- La Grande-Bretagne estime que les frontières israéliennes n'incluent ni le Golan ni la Judée-Samarie (Guysen.International.News / 2009-10-28 10:54:00 ISRAEL) - et la Norvège s'oppose à l'entrée d'Israël à l'OCDE :
   "La Grande-Bretagne persiste à exiger qu'Israël ne transfère à l'OCDE que des données statistiques sur les territoires à l'intérieur de la ligne Verte, et ne tienne pas compte des zones situées à l'extérieur des frontières de 67, à savoir - le Golan et la Judée-Samarie. Israël craint que les positions britanniques, associées à l'opposition de la Nouvelle-Zélande et de la Norvège ne fassent échouer son adhésion à l'Organisation de coopération et de développement économiques."

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam - dans Novembre 2009
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages