Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 10:55
Jeunes kidnappés/tués

- Les trois adolescents retrouvés morts (i24)
http://www.i24news.tv/fr/actu/international/moyen-orient/35956-140630-israel-operation-ciblee-a-5-km-de-hebron
   "Les corps des trois adolescents kidnappés le 12 juin 2014 en Cisjordanie ont été retrouvés à Halkhoul, à 5km au nord de Hébron, lundi en début de soirée, a-t-on appris de source militaire israélienne. Le vice-ministre israélien de la Défense, Danny Danon, a accusé le Hamas de les avoir assassinés. "Toute offensive d'Israël ouvrira les portes de l'enfer", a déclaré un porte-parole du Hamas à Gaza, Sami Abou Zouhri, mettant de nouveau en doute la version israélienne de l'enlèvement. "Le Hamas est responsable et il va payer", a répliqué lundi soir le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, lors de l'ouverture de la réunion spéciale de son cabinet à Jérusalem, convoqué en urgence suite à la découverte des corps. [...]
    Les corps ont été jetés dans un terrain, sans être enterrés. Ils sont en route vers un institut de médecine légale près de Tel-Aviv pour être autopsiés. Dans la voiture retrouvée carbonisée il y a deux semaines qui avait servi à l'enlèvement, au moins 8 balles ont été découvertes et "beaucoup de sang", ont révélé nos sources. Des responsables militaires se sont rendus auprès des familles des victimes pour les prévenir avant d'autoriser à la publication. [...]
    Les trois garçons, Elad Yifrah, 19 ans, Gilad Shaar, 16 ans, et Naftali Frankel, 16 ans, étudiaient à la Yeshiva Makor Haïm, un séminaire religieux en Cisjordanie. Ils ont été enlevés alors qu'ils rentraient chez eux pour le week-end. Les services de sécurité ont publié jeudi les noms des auteurs présumés de l'enlèvement, il s'agit de deux membres du Hamas à Hébron, Marwan al-Qawasme, 29 ans, et Amer Abu Aisha, 33 ans. Les deux ont déjà purgé une peine dans les prisons israéliennes. Le frère d'Abu Aisha, Zaid, était un membre du Hamas qui a été tué en 2005 lors d'affrontements avec les forces israéliennes. L'oncle d'Al-Qawasme, Abdullah, était le commandant du bras militaire du Hamas à Hébron. Il a été tué par les forces israéliennes en 2003. [...]"
- Les corps des trois jeunes Israéliens retrouvés près de Hébron (Reuters) - "Leurs corps ont été retrouvés dans un champ, "sous un tas de pierres", a déclaré un porte-parole de l'armée israélienne, le lieutenant-colonel Peter Lerner. Les jeunes ont apparemment été tués par balles peu après leur enlèvement. Selon les médias israéliens, les corps ont été localisés après l'interrogatoire des familles de deux suspects, tous deux membres du Hamas, arrêtés la semaine dernière".
https://fr.news.yahoo.com/les-corps-des-trois-jeunes-isra%C3%A9liens-retrouv%C3%A9s-pr%C3%A8s-174448130.html

- Enlevés et tués en quelques heures… Les premiers détails de l’enlèvements des enfants israéliens (JSS)
http://jssnews.com/2014/06/30/enleves-et-tues-en-quelques-heures-les-premiers-details-de-lenlevements-des-enfants-israeliens/
   "Les trois adolescents israéliens, Eyal Yifrach, Naftali Fraenkel, et Gil-ad Shaar, enlevés dont les corps ont été retrouvés lundi, ont très probablement été tués le jour de leur rapt, le 12 juin 2014. Ils faisaient alors de l’auto-stop au sud de Jérusalem, peu après 22 heures, et ont été pris par une Hyundai i35. A l’intérieur, deux terroristes du Hamas, Amer Abu Aysha et Marwan Kawasme.
    Reconnaissant, trop tard, que la voiture n’était pas un véhicule israélien, l’un des adolescents a appelé la police à 22h25 et murmura : « Nous avons été enlevés. » L’appel a été transféré immédiatement à un agent qui continué à poser des questions mais n’a reçu aucune réponse. L’appel a duré 2min09 et a ensuite été coupé. L’officier a appelé le numéro huit fois, mais personne n’a répondu. Les ravisseurs, prenant conscience que l’appel avait été fait vers la police, ont alors tiré 8 balles sur les otages, assis à l’arrière du véhicule.
    Les tueurs ont ensuite roulé encore 10 minutes, avant d’abandonner le véhicule et d’y mettre le feu. Ils ont transféré les corps dans un second véhicule, et conduit jusqu’à Halhul où les trois cadavres ont finalement été découverts, partiellement enterré, « pas en bon état » selon un témoin oculaire. Les corps ont été retrouvés sur un terrain appartenant à la famille Kawasme."
- On peut entendre les tueurs se réjouir et chanter dans l’enregistrement (Times of Israel)
http://fr.timesofisrael.com/on-peut-entendre-les-tueurs-se-rejouir-et-chanter-dans-lenregistrement/
   "L’enregistrement entier de l’appel passé par l’un des jeunes kidnappés à la police a été rendu public mercredi. On peut y entendre les ravisseurs chanter en arabe et hurler de joie après des bruits assourdissants – qui pourraient être des coups de feu. On peut aussi entendre les kidnappeurs crier avec enthousiasme « Trois ! ». L’enregistrement entier a été mis en ligne sur le site Ynet moins d’un jour après que la police a levé l’ordre de silence sur les 49 secondes de l’appel qui dure 2 minutes 09.
    Dans les 49 secondes autorisées à la publication lundi, un des adolescents, identifié par Bat-Galim et Ofir Shaar comme leur fils Gil-ad, est être entendu murmurant
« Ils m’ont enlevé » à l’opérateur avant que les kidnappeurs ne hurlent en hébreu avec un accent arabe « Gardez vos têtes baissées ». L’opérateur essaie de communiquer avec l’interlocuteur mais ne reçoit aucune réponse. Quelques secondes plus tard, on peut entendre des bruits assourdissants, qui sembleraient être des coups de feu. Quelqu’un dans la voiture gémit. [...] Des sources militaires ont déclaré plus tôt que les ravisseurs avaient tiré sur les trois adolescents pendant l’appel quand ils se sont rendu compte qu’ils essayaient d’alerter la police. [...]"

- Israël prépare sa riposte après la mort de trois jeunes, Cyrille Louis (Le Figaro)
http://www.lefigaro.fr/international/2014/07/01/01003-20140701ARTFIG00135-israel-prepare-sa-riposte-apres-la-mort-de-trois-jeunes.php
   "Les corps des trois disparus ont été retrouvés lundi dans le sud de la Cisjordanie, près de Hébron, par l'armée israélienne. Les responsables israéliens hésitent encore sur la riposte à adopter après cette découverte. Tandis que certains faucons de la majorité prônent une opération massive visant à «éradiquer» le Hamas en Cisjordanie comme dans la bande de Gaza, d'autres ministres et une partie de la hiérarchie militaire plaident pour une réplique mesurée. Le cabinet de sécurité, qui s'est séparé lundi soir sans avoir arrêté de plan de bataille, doit se réunir de nouveau ce mardi. [...]
    À ce stade de l'enquête, les services de renseignements ne semblent pas avoir identifié les «donneurs d'ordre» à l'origine du triple kidnapping et il n'est pas impossible que les deux suspects désignés par le Shin Bet, Marouane Kawasmeh et Amer Abou Eisheh, aient agi de leur propre initiative. Par ailleurs, les stratèges israéliens redoutent qu'une large campagne de bombardements contre Gaza ne suscitent une violente riposte du Hamas et du Djihad islamique, qui pourraient être tentés de tirer leurs roquettes vers la région de Tel Aviv. Sans parler des conséquences qu'entraînerait une improbable opération au sol…
    Dans l'expectative, une majorité de commentateurs israéliens appellent ce mardi matin le premier ministre à la mesure. «Des opérations punitives seraient susceptibles de pousser la population de Cisjordanie dans les bras du Hamas et de favoriser le développement du terrorisme au lieu de le juguler», met ainsi en garde Nahum Barnea dans le quotidien Yediot Ahronoth. Ben Caspit, éditorialiste pour Maariv, souligne pour sa part : «Nétanyahou est un premier ministre efficace en période de trouble parce qu'il se garde de prendre des risques superflus et s'efforce de préserver une certaine stabilité.»"
- Colère et incertitudes en Israël après la découverte des corps des jeunes enlevés, Piotr Smolar (Le Monde)
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2014/07/01/colere-et-incertitudes-en-israel-apres-la-decouverte-des-corps-des-jeunes-enleves_4448839_3218.html
   "Les corps avaient été dissimulés dans un champ, sous des pierres, à la va-vite, aux environs de la localité de Halhoul, à la sortie nord d'Hebron. Les services de sécurité israéliens, après dix-huit jours de mobilisation, ont fini par les retrouver. La découverte, lundi 30 juin, des cadavres des trois étudiants juifs enlevés en Cisjordanie a provoqué une onde de choc en Israël et entraîné un vif débat sur l'ampleur des représailles militaires à mener.
    Eyal Yifrach, 19 ans, Naftali Frenkel et Gilad Shaer, 16 ans, avaient été enlevés le 12 juin alors qu'ils faisaient de l'autostop. « Des terroristes du Hamas leur ont tendu un guet-apens alors qu'ils s'apprêtaient à rentrer dans leurs familles », a assuré, mardi, le ministre de la défense Moshe Yaalon, qui a promis la capture des coupables. Les visages de ces étudiants religieux dans des [localités] juives en Cisjordanie figuraient mardi en une de tous les quotidiens. Dès dimanche soir, la nouvelle de leur mort a provoqué l'interruption des émissions de télévision et a été relayée à grande vitesse par les réseaux sociaux.
    Des rassemblements spontanés ont eu lieu. A Jérusalem, près de deux cents jeunes ont ainsi formé un cercle autour d'un parterre de bougies, sur une petite place jouxtant l'artère touristique de Jaffa. Dans les bars voisins, les télévisions retransmettaient la Coupe du monde de football. Les jeunes Israéliens, eux, brandissaient des drapeaux de leur pays. Certains pleuraient, d'autres se tenaient par les épaules, tous chantaient. Par dizaines, les téléphones portables capturaient la scène sous tous les angles.
   La découverte des étudiants morts a offert un dénouement tragique à dix-jours jours d'intense mobilisation. Sur le plan militaire, avec l'interpellation de près de 400 sympathisants ou membres du Hamas en Cisjordanie. Sur le plan médiatique, l'affaire accaparant les journaux et les chaînes de télévision. Que va décider à présent le premier ministre, Benjamin Nétanyahou, au-delà des promesses de justice implacable ? Le principe des représailles est acquis ; leur degré et leur nature, encore incertains. Dès la nuit de lundi à mardi, une première réaction militaire israélienne a eu lieu à Gaza, avec une trentaine de raids aériens aux cibles officiellement liées au Hamas.
    Mais l'émotion, dont les responsables politiques et les médias ont été les relais actifs, est telle que le gouvernement pourrait, selon les commentateurs, adopter une réponse de plus vaste ampleur. La retenue, qu'appellent de leurs vœux les partenaires internationaux d'Israël, serait vue comme un indice de faiblesse ; mais une réponse militaire très dure, à Gaza, pourrait ouvrir un nouveau cycle de violences.
    Ce dilemme explique les divisions au sein du cabinet entre durs et modérés, selon la presse israélienne. Les premiers, tels le ministre des affaires étrangères Avigdor Liberman, voudraient exploiter ce triple meurtre pour lancer une vaste opération contre le Hamas dans la bande de Gaza. Les seconds aimeraient que la réponse demeure limitée dans l'espace et le temps. Après une première réunion d'urgence des responsables de la sécurité nationale lundi soir, de nouvelles consultations devaient avoir lieu mardi.
    Le premier ministre, qui devait assister mardi aux funérailles des trois victimes en présence du président Shimon Pérès, a promis de « faire payer le Hamas ». L'organisation, elle, a nié son implication dans l'enlèvement, tout en s'en félicitant. Selon elle, Israël « ouvrirait les portes de l'enfer » si elle choisissait l'escalade ou même la guerre. Une vingtaine de roquettes ont été tirées en provenance de Gaza vers Israël en quarante-huit heures. Une façon pour les militants islamistes, à l'affiliation politique inconnue, de contredire les informations sur leur affaiblissement opérationnel. [...]"

- Qu’il envahisse Gaza ou qu’il démolisse des maisons, Israël restera critiqué, Raphael Ahren (Times of Israel)
http://fr.timesofisrael.com/quil-envahisse-gaza-ou-quil-demolisse-des-maisons-israel-restera-critique/
   "[...] Les ministres ou les députés à travers tout le spectre politique du pays s’accordent à dire qu’Israël ne peut pas rester les bras croisés après ce triple meurtre. Certains ministres ont appelé à ce qu’Israël rentre à Gaza et renverse le Hamas, mais le ministre de la Défense Moshe Yaalon a déclaré mardi que le cabinet prendra des décisions « au niveau du cerveau et non au niveau des tripes », faisant allusion à une réponse beaucoup plus réservée.
    Netanyahu, aussi, donne l’impression de chercher à éviter une opération majeure qui pourrait dégénérer en une guerre à grande échelle. S’exprimant avant une réunion de son cabinet de sécurité, il a présenté trois objectifs pour les prochains jours : « D’abord, atteindre les assassins et tous ceux qui ont participé à l’enlèvement ». Le premier ministre a promis de punir les personnes impliquées dans l’enlèvement – en d’autres termes, un petit groupe basé à Hébron qui a planifié et exécuté l’enlèvement, plutôt que l’ensemble de l’organisation.
    L’armée israélienne continuera également de frapper des cibles terroristes du Hamas à Gaza, a promis Netanyahu, et de mener des mesures de rétorsion et de dissuasion contre les attaques de roquettes sur le sud d’Israël. En outre, « nous devons vigoureusement frapper les membres du Hamas et ses infrastructures en Judée-Samarie », a déclaré Netanyahu. « Nous avons déjà arrêté des centaines de militants du Hamas. Nous avons fermé des dizaines d’institutions. Nous avons détruit des habitations. Nous sommes encore très actifs ».
    En d’autres termes, plutôt que d’envahir la bande de Gaza ou de reprendre les assassinats ciblés de dirigeants du Hamas – étapes qui provoqueraient certainement une riposte par une pluie incessante de tirs de roquettes sur le sud et le centre d’Israël – l’Etat hébreu se contentera probablement de mesures moins sévères. Israël pourrait, par exemple, continuer l’arrestation des membres du Hamas en Cisjordanie et revenir à ses politiques d’expulsion des terroristes à Gaza ou de démolition de leurs maisons, étapes qui, tout en punissant le Hamas, ne provoqueront probablement pas de réponse massive.
    Mais Jérusalem ne peut pas s’auréoler de faire preuve de retenue malgré tout, et les démolitions de maisons et les expulsions sont considérées comme illégales en vertu du droit international. La Quatrième Convention de Genève, article 53, interdit « toute destruction par la puissance occupante de biens réels ou personnels appartenant individuellement ou collectivement à des personnes privées ». Les critiques de démolitions de maisons affirment qu’elle constitue une punition livrée sans procès, que cela revient à une punition collective – ce qui en soi est illégal en vertu du droit international – et que des recherches ont montré que, de toute façon elles ne sont pas efficaces pour dissuader les terroristes de mener leurs plans.
   « Il y a plusieurs années, Israël a utilisé largement les démolitions de maisons, mais avec le temps nous sommes allés remplir les maisons de briques et de mortier au lieu de les démolir », a déclaré Joel Singer, qui a été chef du département de droit international au sein de l’armée israélienne et plus tard conseiller juridique du ministère des Affaires étrangères. Remplir la maison du terroriste et donc la rendre inutile a été choisi comme une punition pour deux raisons, explique Singer : c’est quelque chose de réversible et, puisque ce n’est pas une destruction complète, on n’a pas vraiment violé l’interdiction de démolitions de maisons.
    De toute façon, la Haute Cour de justice israélienne a dans le passé rejeté la demande selon laquelle les démolitions sont illégales, arguant du fait qu’elles ne sont pas destinées à punir les habitants de l’immeuble, mais plutôt comme une mesure de dissuasion. Mardi, le tribunal a rejeté un appel interjeté par une ONG et a permis à l’armée israélienne de démolir la maison de Ziad Awad, qui a été inculpé pour le meurtre du policier Baruch Mizrahi le 14 avril. Lundi soir, l’armée a fait sauter une partie de la maison de Marouane Kawasmeh, l’un des deux terroristes du Hamas soupçonné d’avoir enlevé et abattu les adolescents israéliens. [...]
   « Finalement, quoi que vous fassiez, vous devez équilibrer la légalité et l’efficacité de la mesure », professe Singer, qui a conseillé l’armée et le ministère des Affaires étrangères. « Si c’est à la fois juridique et efficace – parfait. Mais parfois il y a des mesures qui sont efficaces mais pas juridiques. Alors, vous devez trouver des moyens d’atténuer vos actions d’une manière qui vous permette d’avoir le meilleur équilibre possible »."

- Obama condamne le meurtre « insensé » d’adolescents israéliens (AFP) - « Les Etats-Unis condamnent dans les termes les plus forts possibles cet acte terroriste insensé commis contre des jeunes innocents ».
http://fr.timesofisrael.com/obama-condamne-le-meurtre-insense-dadolescents-israeliens/
- Condamnation internationale de l’assassinat des trois adolescents (Times of Israel)
http://fr.timesofisrael.com/condamnation-internationale-de-lassassinat-des-trois-adolescents/

- Netanyahu regrette que les Arabes israéliens ne condamnent pas l’assassinat (Times of Israel) - « Je suis déçu que la direction constante de la population arabe [en Israël] ne condamne pas l’acte. Cela me préoccupe profondément, parce que ces dirigeants ne sont pas prêts à faire ce que même Abbas a fait. »
http://fr.timesofisrael.com/netanyahu-regrette-que-les-arabes-israeliens-ne-condamnent-pas-lassassinat/

- Fatah falsely depicts murdered teens as "soldiers" (PMW) - "Following its Facebook celebrations of the kidnapping of three Israeli teens, the Fatah movement, headed by Mahmoud Abbas, referred to the murdered kids as "soldiers" in its first reaction to the news of the discovery of the boys' dead bodies".
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=11895

- The murderous Qawasameh tribe (Elder of Ziyon) - "The Qawasameh family, which includes suspected kidnapper Marwan Qawasameh, has a long tradition of terror"; "the Qawasameh clan has a long tradition of ignoring Hamas leadership attempts at ceasefires with Israel, calling them a "rogue Hamas branch". [...] But Hamas refuses to distance itself from the clan. Indeed, Hamas tries to have it both ways. They might claim (privately) that the Qawasamehs are not part of the movement, but they are quick to take credit for actions by the family".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/07/the-murderous-qawasameh-tribe.html
- Why Hamas denies the kidnappings (Elder of Ziyon) - "Hamas is denying the murders because it was a botched operation. The goal was to kidnap a soldier or a "settler" to bargain for the release of prisoners. Hamas has made no secret of that desire, and even published handbooks on how to best accomplish a kidnapping. The appearance of two more teens, the panicking over the phone call, and the murders in the backseat (from where it would have been nearly impossible for them to escape or fight back) were not planned".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/06/why-hamas-denies-kidnappings.html

- Le Hamas plus isolé que jamais (AFP) - "il s'est tiré une balle dans le pied".
http://www.lepoint.fr/monde/le-hamas-plus-isole-que-jamais-01-07-2014-1842362_24.php
   "[...] Selon le correspondant militaire du quotidien israélien Yediot Aharonot, la responsabilité du Hamas est engagée, les ravisseurs ayant sans doute agi, sinon sur ordre, conformément à la ligne fixée par la direction du mouvement. Après son "annus horribilis" dû au renversement par l'armée en Égypte du président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013, "le Hamas fondait ses espoirs sur le gouvernement de réconciliation palestinien, sa proximité croissante avec l'Occident et sur le monde arabe, principalement l'Égypte", écrit Alex Fishman, mais avec l'enlèvement "il s'est tiré une balle dans le pied". À la suite de l'enlèvement, l'armée israélienne a arrêté 420 Palestiniens en Cisjordanie, dont 305 membres du Hamas, parmi lesquels de nombreux dirigeants et députés du mouvement.
    Depuis la découverte des corps lundi, "le Hamas ne veut pas seulement donner à Israël un prétexte pour attaquer, il l'invite même à attaquer pendant le ramadan", estime le commentateur israélien, afin de "détourner l'attention de ce ramadan morose sur l'ennemi qui a gâché la fête : Israël". Il souligne l'amertume soulevée par la perte d'emploi et de salaire des quelque 40 000 ex-fonctionnaires du Hamas depuis la formation, le 2 juin, d'un gouvernement de consensus composé de personnalités indépendantes, commun à Gaza et à la Cisjordanie. Signe de cette rancoeur, dans la nuit de lundi à mardi, des hommes masqués ont incendié des caméras de surveillance de banques et des distributeurs automatiques de billets à Gaza. [...]"
- « Le Hamas se trouve dans un moment de faiblesse historique », Piotr Smolar (Le Monde)
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2014/07/01/le-hamas-se-trouve-dans-un-moment-de-faiblesse-historique_4449008_3218.html
   "Le gouvernement israélien est confronté à un dilemme : celui de l'ampleur de la riposte à apporter après la découverte, lundi soir, des corps des trois adolescents vivant dans des colonies juives en Cisjordanie, 18 jours après leur enlèvement. Le Hamas est désigné comme le responsable exclusif de ce crime par le gouvernement, mais les membres de la coalition au pouvoir se divisent sur la stratégie à adopter. Chercheur à l'Institut pour les études sur la sécurité nationale (INSS), Shlomo Brom, brigadier général à la retraite, est un ancien chef du planning stratégique dans les forces armées israéliennes. Il explique au Monde les options qui se présentent à Benyamin Nétanyahou.
    - Le ministre des affaires étrangères, Avigdor Liberman, a établi un lien entre les roquettes tirées sur Israël en provenance de la bande de Gaza, ces derniers jours, et l'enlèvement des trois adolescents juifs. Partagez-vous cette analyse ?
    - Le lien entre ces deux événements, c'est le conflit qui existe entre nous et les Palestiniens. Ce que veut dire Liberman, c'est que la même organisation, le Hamas, et les mêmes personnalités sont impliquées dans les deux cas. Il semble que les enlèvements aient été organisés par deux activistes du Hamas. Mais pour l'instant, on ne sait pas si la direction de l'organisation était au courant ou l'avait commandité. Quant aux roquettes, l'escalade survenue récemment dans la bande de Gaza est le fait d'autres groupes que le Hamas. Depuis plus d'un an, ces groupes essaient d'exploiter la situation pour étendre leur pouvoir au détriment du Hamas, qui est partenaire d'Israël dans le cessez-le feu. Ces groupes – le Djihad islamique, les salafistes proches d'Al-Qaida, le Comité de résistance populaire – veulent apparaître comme les vrais résistants de Gaza.
    - Quelles sont les options du premier ministre, Benyamin Nétanyahou ?
    - Je crois qu'il ne souhaite pas d'opération militaire de grande ampleur. Il veut une désescalade. Les deux parties concernées n'ont pas d'intérêt à une escalade. Mais au sein de ce gouvernement de coalition, il existe différents points de vue. Dans ce débat, j'ai le sentiment que Nétanyahou se trouve du côté des modérés. Mais il s'agit de satisfaire l'opinion publique, et notamment la droite radicale. Il peut le faire en détruisant les maisons des terroristes, en en expulsant certains de Cisjordanie.
    - Dans quel état se trouve le Hamas, à ce moment de tension ?
    - Le Hamas se trouve dans un moment de faiblesse historique. C'est l'arrière-fond du processus de réconciliation [avec l'Autorité palestinienne et le Fatah]. Dans une certaine mesure, le Hamas n'avait plus le choix car il était en situation de banqueroute. Ils ne pouvaient plus payer les employés du secteur public à Gaza. Ils ont donc demandé à Ramallah de prendre cette dépense en charge. Nétanyahou, lui, veut profiter de la situation pour annuler ce processus de réconciliation.
    - Pourquoi le gouvernement israélien n'a-t-il pas préparé l'opinion publique à l'hypothèse, privilégiée par les enquêteurs depuis le début, d'une mort des adolescents enlevés ?
    - On a accumulé, hélas, beaucoup d'expérience dans ce domaine. Quand le gouvernement commence à dire que les espoirs de retrouver une ou des personnes kidnappées sont faibles, les familles attaquent très violemment le gouvernement pour son incompétence, avec le soutien de l'opinion publique. Je pense donc que le gouvernement a pris la bonne décision."

- Israël : «Quelle idéologie peut justifier ce type d’assassinat ?», Annette Lévy-Willard (Libération)
http://www.liberation.fr/monde/2014/07/01/israel-quelle-ideologie-peut-justifier-ce-type-d-assassinat_1054715
   "L’écrivain français Marek Halter, qui vient de publier Hadija sur l’épouse de Mahomet (éditions Robert Laffont) après une trilogie sur les femmes de la Bible (Tsippora, Sarah, Lilah), a fait beaucoup de bruit en publiant récemment dans Le Monde une Lettre à mes amis, mes frères juifs de France. Il réagit à la mort des trois jeunes Israéliens de 16 et 19 ans disparus le 12 juin et retrouvés sans vie hier aux environs de la localité de Halhoul, près de la route où ils ont été vus pour la dernière fois, faisant de l’auto-stop. Le gouvernement accuse le Hamas.
    - Quelle a été votre réaction à la nouvelle de la mort de ces trois jeunes israéliens ?
    - J’ai été horrifié. Comme dit Aliocha à son frère Ivan Karamazov, «ma chemise est plus proche de mon corps». C’est aussi ce que disait Camus : «Entre la justice et ma mère, je choisis ma mère…» Je suis donc plus bouleversé, c’est vrai, quand on tue des jeunes juifs que quand on tue, par exemple, de jeunes Indonésiens. Mais passée la réaction émotionnelle, il faut rappeler que dans la guerre que se livrent le Hamas et l’armée israélienne il y a des morts des deux côtés. La différence, ici, c’est que ce ne sont pas des jeunes gens qui meurent lors d’une bataille ou d’un affrontement armé, ces garçons ont été exécutés de sang-froid, d’une balle dans la tête. Il y a des affrontements depuis des dizaines d’années sur cette terre qui devait être pacifiée depuis bien longtemps, il y a des jeunes gens qui meurent des deux côtés, mais ce qui me bouleverse c’est la méthode qui a été employée pour liquider trois adolescents israéliens.
    - Vous rappelez la guerre entre le Hamas et Israël, mais il y a aussi le problème des colonies juives en territoire palestinien comme à Hebron, en Cisjordanie, où a eu lieu l’enlèvement des adolescents.
    - Si Israël n’occupait pas les territoires ce ne serait pas arrivé ? La résistance ne justifie pas cela. Même pendant l’Occupation en France quand les résistants posaient des bombes dans des cafés ils faisaient en sorte de ne pas tuer des femmes et des enfants : ils mettaient leurs bombes là où il n’y avait que des soldats allemands dans les cafés visés. C’est le grand débat entre Sartre et Camus sur la résistance : si on doit utiliser des méthodes qu’on dénonce pour arriver à la liberté ce sera une liberté entachée de sang. Qu’il y ait une résistance c’est naturel, il n’y a pas de bonne occupation comme l’avait tout de suite annoncé Ben Gourion. Mais même dans le Coran il est dit que si tu tues un individu c’est comme si tu tues l’humanité surtout s’il n’a rien fait. Or ces mômes qu’on a tués sont des innocents.
    - Une exécution qui ressemble à tant d’autres dans ce Moyen-Orient aujourd’hui ?
    - Cela fait penser évidemment aux exécutions, aux massacres, aux crimes terribles en Irak, en Syrie, et aussi en Afrique comme au Nigéria, et là est la véritable question: quelle idéologie peut justifier ce type d’assassinat ? La question n’est pas qu’au nom d’un Dieu on prenne le droit de liquider d’autres gens mais l’attitude de la majorité, du milliard de musulmans à travers le monde qui sont salis par des gens qui se réclament de cette religion. Tous ces musulmans qui, en privé, me disent leur horreur de ces crimes mais ne l’expriment pas en public. J’en appelle à tous ces imams qui sont allés en Israël et en Palestine, qu’ils mobilisent des dizaines de milliers de musulmans contre ceux qui les entraînent dans un enfer dans lequel ils ne se reconnaissent pas, qui tuent au nom de l’islam. Combien de gens derrière Hitler? Une minorité. Combien de gens derrière Staline ? Derrière Mao ? Une minorité mais des millions de morts et ils n’ont rien dit. Le problème ce n’est pas ceux qui tuent mais ceux qui ne disent rien."
- Where do we go from here?, Arsen Ostrovsky (freelance writer and international human rights lawyer)
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4536754,00.html
   "[...] Now, I can’t help but ask: Was the murder of these three boys also the death of peace, or whatever shreds of hope we still had?
    What does it say about a Palestinian society, where so many celebrated the kidnappings, including by handing out candy and creating a sadistic "three-finger salute," or where the mother of one of the Hamas abductors said how "proud" she was of him, while the father of the other was overjoyed that his son might become a "martyr"? I am reminded here of a quote by former Israeli Prime Minister Golda Meir, who once said that "there will only be peace in the Middle East when the Arabs learn to love their children more than they hate us." Granted, some brave Palestinians also spoke out against the kidnappings, but many, far too many, rejoiced and celebrated this vicious act.
    No doubt in the coming days, most likely before the bodies are even buried, Israelis will be told that it is now more imperative than ever that we "take risks for peace." But peace with whom I ask? Peace with the Hamas terrorists who feel no compunction in kidnapping and murdering young children and indiscriminately firing rockets at Israel, and whose very charter is predicated on the destruction of our State? Or the so-called moderate Mahmoud Abbas, who embraces such genocidal murderers into his government? [...]"

- Entretien avec Frédéric Encel (docteur en géopolitique, professeur à l’ESG management school)
http://www.20minutes.fr/monde/1413307-proche-orient-ces-assassinats-pourraient-etre-une-entrave-de-plus-a-la-reprise-des-negociations-de-paix
   "- L’assassinat des trois jeunes Israéliens enlevés le 12 juin risque-t-il de relancer les hostilités entre Israéliens et Palestiniens ?
    - Toute violence, toute montée de tension envenime les relations entre Israéliens et Palestiniens. En revanche, ces assassinats ne risquent pas d’envenimer les négociations de paix, puisque celles-ci sont inexistantes. Le processus de paix est en effet à l’arrêt depuis plusieurs semaines. Ces assassinats pourraient en revanche être une entrave de plus à la reprise des négociations.
    - Quelle est la meilleure riposte que peut choisir Benyamin Netanyahou ?
    - Comme dans toute guerre asymétrique, une intervention massive au sol, comme en 2008-2009, serait extrêmement coûteuse à Israël, et braquerait de nouveau l’attention internationale et médiatique - pour l’heure plutôt tournée sur la Syrie et l’Irak - sur lui. Je pense que le Premier ministre va choisir de frapper de manière ciblée des chefs militaires et politiques du Hamas, très isolé du fait du retour des nationalistes au pouvoir en Egypte au détriment des Frères musulmans dont il se réclame.
    - Les «Partisans de l’Etat islamique», groupe inconnu ayant prêté allégeance à l’EIIL, ont revendiqué les enlèvements et les meurtres. Est-ce une nouvelle menace crédible pour Israël ?
    - Cette revendication semble crédible, d’autant plus que le mouvement nationaliste palestinien est extrêmement scissipare. Il a tendance à se subdiviser en plusieurs partis, comme le Hamas, né d’une division de l’OLP en 1988. De plus, il semble y avoir actuellement une synergie autour de l’EIIL, avec notamment la récente allégeance du front Al Nosra.
    Quant à Israël, l’apparition d’un nouveau groupe islamiste radical va lui poser des difficultés sécuritaires supplémentaires, mais sera aussi paradoxalement un gain du côté politique, puisqu’il signifierait un affaiblissement du Hamas, donc du gouvernement de consensus palestinien et, par ricochet de Mahmoud Abbas. Ce dernier se retrouve entre le marteau et l’enclume : le Hamas peut lui demander officiellement de cesser toute négociation de paix avec Israël, alors que le gouvernement nationaliste israélien peut pointer du doigt sa non-représentativité et donc son inefficacité totale à la table des négociations."


Israël

- Un jeune Palestinien de 16 ans kidnappé et tué à Jérusalem (AFP)
http://www.lepoint.fr/monde/un-jeune-palestinien-de-16-ans-kidnappe-et-tue-a-jerusalem-02-07-2014-1842586_24.php
   "Un adolescent palestinien a été enlevé et tué mercredi. Cette attaque, qui s'apparente à des représailles après le meurtre de trois jeunes Israéliens en Cisjordanie, fait craindre un cycle d'actes de vengeance en Israël et dans les Territoires palestiniens. L'adolescent, Mohammad Abou Khdeir, âgé de 16 ans, a été kidnappé alors qu'il faisait du stop dans le quartier de Chouafat, à Jérusalem-Est [...]. Son corps a été découvert dans la partie ouest de la ville plusieurs heures après et il portait "des marques de violences", a indiqué la radio militaire israélienne. Il pourrait s'agir d'un acte de vengeance après le meurtre de trois jeunes Israéliens, enlevés le 12 juin alors qu'ils faisaient du stop en Cisjordanie et retrouvés morts lundi, estiment plusieurs médias, bien que la police ait déclaré explorer "toutes les pistes". [...]
    Le maire israélien de Jérusalem, Nir Barkat, a condamné "un acte horrible et barbare" et appelé "tout le monde à la retenue", selon un communiqué de la municipalité. En début de matinée, de violents heurts ont éclaté dans le camp de réfugiés de Chouafat où 200 Palestiniens ont jeté des pierres sur les forces de sécurité qui ont répliqué en tirant des balles caoutchoutées, blessant légèrement une journaliste de la télévision palestinienne, a indiqué celle-ci. [...]
    Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a qualifié mercredi de "crime abominable" l'enlèvement et le meurtre d'un jeune Palestinien à Jérusalem dans une apparente attaque de représailles après le meurtre de trois jeunes Israéliens en Cisjordanie. Le Premier ministre s'est entretenu avec le ministre de la Sécurité intérieure Yitzhak Aharonovitch et a demandé l'ouverture d'une enquête pour "retrouver dans les meilleurs délais les auteurs de ce crime abominable et en déterminer les circonstances", a indiqué un communiqué du bureau de Benyamin Netanyahou. [...]"
- Jeune palestinien tué : heurts à Jérusalem, le Hamas menace Israël (Le Parisien.fr)
http://www.leparisien.fr/international/jerusalem-un-adolescent-palestinien-tue-dans-un-acte-de-vengeance-presume-02-07-2014-3970481.php

- Body of Arab Boy Found in Jerusalem Forest (Jewish Press) - "There are unconfirmed reports that police have arrested a number of Arab suspects who were found driving in a car matching the description of the kidnapping vehicle, with suspicious items in the car. Hadas Shteif of Galei Tzahal reports there was a failed attempt last week to kidnap the boy’s 7 year old brother, and this appears to be a fight between clans, and related to family “honor”."
http://www.jewishpress.com/news/breaking-news/body-of-arab-boy-found-in-jerusalem-forest/2014/07/02/
- Motivation nationaliste du meurtre fort probable (Times of Israel) - "Un fonctionnaire impliqué dans l’enquête indique sur le site Web de nouvelles Walla : « L’évaluation est que l’attaque était nationaliste. » Des sources ont indiqué à la Dixième chaîne qu’aucun membre de la famille Abu Khdeir n’a de casier judiciaire, ce qui soulève des questions sur le scénario aussi suggéré dans les médias du motif de l’honneur. D’autres soutiennent des rumeurs sur l’homosexualité du jeune garçon, qui aurait été tué par des membres de sa famille. Ces rumeurs n’ont aucune valeur".
http://fr.timesofisrael.com/emeutes-a-jerusalem-est-apres-lassassinat-dun-adolescente-arabe/
- In teen's death, Palestinian public opinion does not wait for Israeli coroner, Amos Harel (Haaretz) - "Police think the Palestinian boy could have been killed by either Jewish nationalists or Palestinians; Palestinians have no doubt".
http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/.premium-1.602710

- Meurtre d'un Palestinien : les USA condamnent (AFP) - Kerry : "Il n'y a pas de mots pour transmettre avec suffisamment de force nos condoléances au peuple palestinien".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/07/02/97001-20140702FILWWW00306-meurtre-d-un-palestinien-les-usa-condamnent.php
- Hollande condamne fermement le meurtre du jeune palestinien (AFP) - Hollande « condamne de la manière la plus ferme cet odieux assassinat et présente ses sincères condoléances à sa famille ».
http://fr.timesofisrael.com/hollande-condamne-fermement-le-meurtre-du-jeune-palestinien/

- We don't know anything. But here's what we do know (Elder of Ziyon) - "There is plenty that we don't know. But we do know is that no Israeli openly celebrated the death of Mohammed Abu Khdeir. And no one will. [...] We do know that thousands of Israelis rallied against racism today, and we have never ever seen a similar Arab rally against racism".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/07/we-dont-know-anything-but-heres-what-we.html


Gaza & Hamas

- Un tir de roquettes occasionne une coupure de courant à Sderot (Times of Israel) - "Trois roquettes tirées depuis la bande de Gaza mercredi soir ont explosé à proximité de bâtiments résidentiels de la ville de Sderot au sud d’Israël, causant des dégâts sur des bâtiments ainsi que sur plusieurs véhicules. Ces roquettes ont occasionné une coupure de courant dans plusieurs rues de la ville".
http://fr.timesofisrael.com/un-tir-de-roquettes-occasionne-une-coupure-de-courant-a-sderot/
- Frappes sur Gaza et tirs de roquettes sur Israël (AFP)
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/frappes-sur-gaza-et-tirs-de-roquettes-sur-israel_1556453.html
   "Onze Palestiniens ont été blessés dans 15 frappes de l'aviation israélienne lancés sur la bande de Gaza dans la nuit de mercredi à jeudi après des tirs de projectiles vers Israël, selon des sources palestiniennes et l'armée israélienne. "Les raids de la nuit on fait onze blessés dont un grièvement", ont indiqué à l'AFP des sources des services de sécurité et de santé à Gaza.
    Ces raids ont fait suite aux tirs de 14 projectiles dans la nuit de mercredi à jeudi sur le sud d'Israël, dont "9 ont touché le territoire israélien et deux ont été interceptés par le système anti-missile, a annoncé un communiqué militaire jeudi matin. Une roquette tirée de la bande de Gaza a touché directement une maison à Sdérot provoquant une panne d'électricité générale dans cette ville du sud d'Israël, selon la police. [...]"

- Escalation scenario starting to fulfill itself, Ron Ben-Yishai (Ynet) - "With murderous terror attack in Judea and Samaria, rocket fire from Gaza and Jews seeking revenge, reality of past few weeks resembles scenario IDF has been preparing for".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4537417,00.html


"Processus de paix"

- Where's the Coverage? Palestinians Want to Eliminate Israel (CAMERA) - "A poll commissioned by The Washington Institute and conducted by a leading Palestinian pollster shows that a clear majority of Palestinians, 60.3%, believe that their main five-year national goal “should be to work toward reclaiming all of historic Palestine, from the river to the sea.” That means the elimination of Israel"; "Furthermore, only 31.6% of Palestinians agree that if a two-state solution were achieved, it “should be the end of the conflict” while 64% believe “resistance should continue until all of historic Palestine is liberated.” And were such a two-state solution reached, 65.2% of Palestinians believe it would be only part of a “‘program of stages’ to liberate all of historic Palestine later.” This hardly sounds “moderate.” And, since it doesn’t fit with the popular media narrative that the Palestinians are moderate while the Israelis are “hard-line,” it should come as no surprise that this survey has received zero coverage in the mainstream press".
http://blog.camera.org/archives/2014/07/wheres_the_coverage_palestinia_12.html


France

- Dieudonné, un pas de plus dans l'abjection, Nicolas Guégan & Olivier Pérou (Le Point.fr) - "Le Point.fr est allé voir "La Bête immonde", son nouveau spectacle. Devant un public conquis, le comédien a déversé sa haine sur les Juifs. Affligeant".
http://www.lepoint.fr/societe/dieudonne-un-pas-de-plus-dans-l-abjection-01-07-2014-1842223_23.php
   "Les fans de Dieudonné se pressent en nombre au théâtre de la Main d'Or, le fief parisien du comédien. La Bête immonde, son nouveau spectacle, affiche complet. Les vigiles peinent à refouler les malheureux venus sans réservation. Avant de pénétrer dans la salle, le spectateur est invité à se délecter d'un cocktail Chaud Ananas, la spécialité de la maison. Un hommage à Shoahnanas, une chanson que Dieudonné avait pour habitude d'entonner à la fin de son dernier one-man-show. "Valls va encore tout essayer pour le faire interdire", s'inquiète une jolie brune aux cheveux bouclés. D'autres enragent à l'idée que leur idole puisse être expulsée du théâtre qu'il occupe depuis quinze ans.
    Assis sur une même rangée, un petit groupe s'amuse à débusquer les "Juifs venus en espions". Les journalistes sont eux aussi au centre de toutes les attentions. "Une table de massage" leur a été spécialement réservée par les cerbères du comédien. "Pour leur casser la gueule", renchérissent les plus excités. Dieudonné a un talent. Celui de réunir toutes les couches de la population. Des jeunes de banlieue se mêlent à des jeunes des beaux quartiers. Des femmes voilées se mélangent à des femmes plus légèrement vêtues. Tous sont venus pour la même chose : rire de tout, mais surtout des Juifs.
    Sous un tonnerre d'applaudissements, Dieudonné apparaît sur scène. Il n'a pas encore ouvert la bouche que des rires gras résonnent déjà dans la salle. Des fers aux pieds, il est vêtu de la tenue des prisonniers de Guantánamo. Sauf que sur la sienne, le mot "quenelle" remplace le matricule. La bête immonde, c'est lui. Et il ne s'en cache pas. Le comédien renoue immédiatement avec son fond de commerce : la haine des Juifs. Dès les premières secondes, Dieudonné évoque Hitler et les chambres à gaz. De quoi régaler ses fans qui se gondolent avant même qu'il ne finisse ses phrases.
    Le défilé de propos haineux ne fait que commencer. Saisissant une réplique de fusil d'assaut, "le parfait instrument de la haine", il fait mine de tirer dans le public. Et de se prendre à imaginer : "Si par malheur, je dégomme un journaliste, de surcroît juif, ça serait grave. Là, on ré-ouvre le procès de Nuremberg. On va même déterrer Ilan Halimi. Et ils vont retrouver mon ADN dans son trou du cul." Les quelques cris de dégoût ne parviennent pas à masquer l'hilarité générale. S'ensuivent des piques adressées à François Hollande et à sa politique progressiste... Porté par son public, Dieudonné ne peut pas s'empêcher d'en revenir aux Juifs. Patrick Cohen, le journaliste de France Inter, est une nouvelle fois la cible de ses railleries. Mais Dieudonné ne regrette plus la disparition des chambres à gaz. Le Conseil d'État étant passé par là.
    Écoutez l'humour douteux de Dieudonné sur Ilan Halimi : [audio 1mn36, à écouter sur le site]
    Dieudonné s'attaque dans la foulée au commerce triangulaire. "Une spécialité juive" comme peut l'être le "dressage des otaries chez les Inuits". Se glissant dans la peau d'un esclave, un ancêtre de Nicolas Anelka, il ne cesse de souligner "le rôle des Juifs dans la traite négrière". L'agitateur n'a plus peur d'être accusé d'antisémitisme. Il confesse même "y prendre du plaisir". Les spectateurs approuvent bruyamment. "Contrairement à son homologue nazi, l'esclavagiste juif a très bien géré l'après génocide. Il s'en est très bien sorti. Pas de procès. Même pas une amende à 35 euros. La Légion d'honneur ! C'est le concept du génocide sans conséquences", affirme-t-il. Ses fans se marrent. L'un d'eux manquerait presque de s'étouffer. Dieudonné exulte. Consternant.
    En avocat du devoir de mémoire, Dieudonné déplore que les livres d'histoire ne consacrent pas une ligne au génocide indien. "Le mémorial de la Shoah chez les Indiens, c'est Disney Village", avance-t-il. Sûr de son effet de style, il compare le chapeau de cowboy au brassard nazi. "Au niveau mise en scène, les Américains, c'est autre chose que le tas de godasses à Birkenau", argue-t-il. Et toujours avec ce même sourire aux lèvres, il place Auschwitz et le parc Astérix dans le même panier. Pour le plus grand plaisir de son public.
    Quand Dieudonné compare la Shoah au parc Astérix : [audio 1mn49]
    La victoire à l'Eurovision de Conchita Wurst ne lui a pas fait plaisir. À l'entendre, c'est le signe que "l'hétérosexualité arrive à son terme". Pour les besoins de sa tribune de la haine, Dieudonné se projette en 2050. Devenu présentateur d'une émission subtilement intitulée "Fous lui tout ce que tu as dans le cul", il convoque ses invités fictifs : Marion, une étudiante québécoise, qui s'est mariée à un porc breton de 150 kilos ; et Cocorica, une transsexuelle qui s'est fait greffer des ovaires de poule. Mais n'allez pas dire à Dieudonné qu'il est homophobe. Comme il se plaît à le rappeler, il a assisté au premier mariage homosexuel organisé dans une prison. L'union de deux tueurs en série. Encore ces mêmes rires gras.
    Dans l'un de ses derniers sketches, Dieudonné rend un vibrant hommage à Claude Nougaro. En pastichant les plus grands tubes du chanteur toulousain, il fait preuve d'un certain talent. Ce qui ne semble pas être l'avis de son auditoire. Ce dernier est comme perdu. Les rires se font rares. "C'est qui Claude Nougaro ?" s'interroge une jeune femme. Heureusement pour elle, Dieudonné conclut son "spectacle" avec son nouveau tube : l'Hymne de la Quenelle. La voilà qui retrouve le sourire."
- Shoah, quenelle et sodomie... Dieudonné reprend ses classiques dans "La bête immonde" (FranceTV Info) - "Un peu moins de six mois après l'abandon du Mur, son œuvre interdite dans de nombreuses villes, Dieudonné revient sans véritablement changer ses habitudes, selon les journalistes qui ont pu assister au spectacle. Juifs, homosexuels... le polémiste a conservé ces cibles favorites".
http://www.francetvinfo.fr/societe/dieudonne/shoah-quenelle-et-sodomie-dieudonne-reprend-ses-classiques-dans-la-bete-immonde_636745.html

- Enquête sur "le réseau Dieudonné" (Extrait 4 minutes) (Canal Plus)
http://www.crif.org/fr/actualites/enqu%C3%AAte-sur-le-r%C3%A9seau-dieudonn%C3%A9-extrait-4-minutes/51384


Mondial 2014

- Les footballeurs algériens solidaires de la Palestine (vidéo) (Europalestine)
http://www.europalestine.com/spip.php?article9486
   "Les footballeurs algériens ont décidé de verser à la population martyr de Gaza les primes qu’ils ont touchées pour leur parcours à la coupe du monde, ont annoncé les médias algériens. Faisant retour au pays mercredi soir, après avoir « succombé » avec les honneurs face à l’Allemagne en 1/8èmes de finales, les « Fennecs » ont été chaleureusement accueillis. Ils ont tenus à associer la Palestine à l’événement, en affichant son drapeau côte à côte avec celui de l’Algérie. Selon des sources non officielles, l’enveloppe des primes concernées serait de 9 millions de dollars (7 millions d’euros environ)."

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam - dans Juillet 2014
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages