Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 10:59

Israël

- Ethiopian woman chosen as "Miss Israel" (Elder of Ziyon) - "There are many different communities of many different colors in Israel, and it's important to show that to the world."
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/02/ethiopian-woman-chosen-as-miss-israel.html

- Autopsy finds no signs of violence on Palestinian inmate’s body, Ilan Ben Zion (Times of Israel) - "the Palestinian Authority was quick to lay the blame at Israel’s feet".
http://www.timesofisrael.com/preliminary-autopsy-finds-no-signs-of-violence-on-palestinian-inmates-body/
   "The preliminary results of Arafat Jaradat’s autopsy reveal no signs of violence or poisoning, Israeli pathologists revealed Thursday, contradicting previous statements by a Palestinian doctor who attended the procedure. Jaradat died on Saturday of what Israeli officials said was a heart attack while imprisoned at Megiddo Prison, but the Palestinian Authority was quick to lay the blame at Israel’s feet, following the report of a Palestinian pathologist who attended the Sunday autopsy and determined Jaradat had been tortured to death and had not died of cardiac arrest.
    A team of Israeli doctors headed by Professor Yehuda Hiss of the Abu Kabir Forensic Institute, Professor Arnon Afek, the Health Ministry’s Director of Health Administration, and Professor Iris Barshack, chief pathologist at the Sheba Medical Center, reported based on an examination of microscopic remains from the late Jaradat’s body that “no evidence was found of poisoning and no evidence was found of physical violence.” According to a statement by the Health Ministry, Jaradat’s internal bleeding and fractured bones were characteristic of the 50 minutes of resuscitation attempts made by prison staff and emergency response staff to save his life. The forensic institute will continue to conduct examinations in order to determine Jaradat’s cause of death. [...]"


Gaza & Hamas

- Gaza gunmen fire at IDF soldiers across border (JP)
http://www.jpost.com/Defense/Article.aspx?id=305043
   "Palestinians in Gaza rioted near the border fence with Israel on Friday, firing guns in the direction of IDF soldiers, throwing stones and throwing Molotov cocktails, the IDF Spokesman's Office stated. No soldiers were injured in the incident, however light damage was caused to an IDF vehicle. Channel 2 reported that the vehicle which was damaged belonged to commander of the Southern Gaza Division, Maj. Gen. Ofer Vinter. Israeli military sources stated that three Palestinians were hit by IDF return fire. None of the three wounded in the incident in the northern Gaza Strip was seriously hurt, a Palestinian medical source said. [...]"
- Trois Gazaouis blessés par des tirs israéliens (Reuters) - "des Palestiniens ont lancé des pierres et des cocktails Molotov sur des patrouilles israéliennes à plusieurs endroits, par-dessus la clôture de séparation, et les tirs d'un activiste ont endommagé un véhicule militaire".
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2013/03/01/trois-gazaouis-blesses-par-des-tirs-israeliens_1841666_3218.html
   "Des soldats israéliens ont blessé par balle vendredi 1er mars trois Palestiniens dans le nord de la bande de Gaza, ont annoncé des médecins palestiniens et une source au sein de l'armée israélienne. L'incident intervient trois jours seulement après qu'un tir de roquette s'est abattu sur la bande de Gaza, pour la première fois depuis le cessez-le-feu de novembre.
    Selon une porte-parole de l'armée israélienne, des Palestiniens ont lancé des pierres et des cocktails Molotov sur des patrouilles israéliennes à plusieurs endroits, par-dessus la clôture de séparation, et les tirs d'un activiste ont endommagé un véhicule militaire. Une source militaire indique également que les soldats ont tiré à balles réelles sur les assaillants. Les trois blessés ne souffrent pas de blessures graves, a indiqué une source médicale palestinienne. [...]"

- Hamas seems to have gotten the message that rockets must be stopped (Elder of Ziyon) - "an apparent Hamas directive calling for the arrest and prosecution of people launching rockets in Gaza was leaked".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/03/hamas-seems-to-have-gotten-message-that.html

- Asmaa, dernière femme libre de Gaza, Laurent Zecchini (Le Monde) - "elle blogue, avec boulimie, sans tabou : l'islamisation forcée, les "crimes d'honneur", la corruption, les violations des droits de l'homme - et de la femme".
http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/03/02/asmaa-derniere-femme-libre-de-gaza_1841854_3232.html
   "[...] En 2007, peu après la guerre civile palestinienne, Asmaa, journaliste depuis 2001, est en Corée du Sud pour y suivre une formation littéraire. Pendant son séjour, elle écrit une lettre ouverte à son oncle, membre important du Hamas. Un article au vitriol sur les dérives extrémistes du Mouvement de la résistance islamique. Par la suite, l'oncle l'a menacée de mort. En octobre 2009, "avant le printemps arabe", précise-t-elle, elle fonde le mouvement Wake-Up ! ("Réveillez-vous !") avec une vingtaine d'amis. "Notre objectif était de combattre l'islamisation et le changement d'identité de Gaza à la suite de la politique du Hamas."
    L'année suivante, les jeunes militants promènent une urne géante dans les rues pour réclamer des élections palestiniennes (toujours attendues). Les arrestations se multiplient, les brimades aussi. Le 31 janvier 2010, Asmaa est arrêtée avec d'autres. "Nous étions coupables de manifester pour soutenir la révolution contre Moubarak !" Elle reste huit heures en prison, humiliée, battue par des policières qui l'accusent "de ne pas être musulmane". Le 30 novembre 2010, la police ferme les locaux gazaouis de Sharek, ce "forum des jeunes" présent dans toute la Palestine. Dix-huit militants sont arrêtés, sévèrement battus. Par la suite, les manifestations et les séjours en prison se sont enchaînés, notamment le 15 mars 2011, lorsque, jetée dans une geôle, elle est violemment battue par des policiers.
    C'est que Asmaa El-Ghoul est une récidiviste : journaliste free-lance âgée de 30 ans, écrivaine, elle écrit notamment pour le quotidien palestinien Al-Ayyam, et surtout elle blogue, avec boulimie, sans tabou : l'islamisation forcée, les "crimes d'honneur", la corruption, les violations des droits de l'homme - et de la femme. "Pour être honnête vis-à-vis des gens sur ces sujets, il faut aussi être dans la rue", dit-elle. Les convocations, les punitions pleuvent, les menaces de mort, par téléphone, par courriel et sur son blog, se multiplient : "On va te tuer, on va te briser les os, te brûler avec ton fils." [...]
    Début janvier 2013, le conseil d'administration de l'université Al-Aqsa a décidé que la pression sociale et familiale pour le port du hidjab ne suffisait plus : des affichettes ont été apposées sur les murs, des tracts distribués. Dorénavant, les étudiantes devront porter des vêtements "respectueux des habitudes et des traditions de la société palestinienne". Chacun a compris : le hidjab, ce vêtement qui, en Palestine, associe le foulard islamique à une robe informe (jilbab) qui descend jusqu'aux pieds, devenait de facto obligatoire. Asmaa, elle, n'est pas concernée : le foulard, elle l'a abandonné pour de bon en 2006. [...]"


Judée-Samarie

- L'annonce d'une troisième Intifada est prématurée, Amir Rappoport (Maariv)
http://www.ambafrance-il.org/IMG/pdf/130301.pdf
   "[...] Au Commandement de la région centre, on analyse la situation de cette manière : l’Autorité palestinienne et les autres responsables palestiniens veulent que le problème palestinien reste à l’ordre du jour jusqu’à la visite d’Obama. La protestation des détenus est authentique et étendue, de même que l’agitation que suscitent les arrestations des détenus libérés dans le cadre du marché Shalit (dans les Territoires, la population n’apprécie pas du tout ces arrestations). Et pourtant, les responsables milita ires israéliens estiment que l’annonce d’une troisième Intifada est prématurée. Tsahal se prépare depuis déjà de longs mois à l’éventualité d’une troisième Intifada, qui s’exprimera vraisemblablement par une vague d’émeutes populaires et des actions terroristes principalement en Judée-Samarie. La date-butoir de ces préparatifs est la fin mars, avant la Journée de la Terre, la journée des détenus et la Naqba, qui sera célébrée le 15 mai prochain.
    Ces dernières années, Tsahal a fait beaucoup de progrès et utilise des moyens considérés comme « moins meurtriers » pour disperser les manifestations. C’est une des leçons tirées du Marmara et une des conséquences des préparatifs de Tsahal en vue de la vague de violence qui n’a pas éclaté, en septembre 2011, lorsque les Palestiniens se sont adressés à l’ONU. Lors des derniers affrontements, Tsahal a su éviter les pertes humaines côté palestinien, et l’on sait que les enterrements auraient aggravé la situation. Mais les blessés se comptent pas dizaines, et même par centaines."

- Another Palestinian Arab dies in custody - but there will be no riots (Elder of Ziyon) - il n'y aura pas d'émeutes, car il est mort dans une prison de l'Autorité palestinienne.
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/03/another-palestinian-arab-dies-in.html


"Processus de paix"

- PA TV honors terrorists who killed 22 children for the second year in a row (PMW)
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=8605
   "Official Palestinian Authority TV broadcast a tribute this past week to the Democratic Front for the Liberation of Palestine (DFLP). As part of the tribute a poster honoring the three DFLP terrorists who committed the Ma'alot massacre was highlighted on TV. (See opposite). The Ma'alot massacre was done by the DFLP in 1974. Terrorists took school children as hostages. 22 of them were murdered along with four adults. The PA TV tribute also honored terrorists who were described as "the heroes of Beit Shean, the pride of the Palestinian revolution." These were three PFLP terrorists who killed four civilians in the Israeli city of Beit Shean. [...]"


Syrie

- Israël, victime collatérale de la guerre en Syrie (AFP)
http://www.lepoint.fr/monde/israel-victime-collaterale-de-la-guerre-en-syrie-02-03-2013-1635146_24.php
   "[...] "Plusieurs obus ont atterri et ont été retrouvés dans une zone inhabitée dans le sud du plateau du Golan, très probablement en raison des combats en Syrie", a indiqué un porte-parole de l'armée israélienne. Les responsables israéliens attribuent la chute récurrente d'obus syriens en territoire sous contrôle israélien à des "erreurs de tirs", lors d'affrontements entre l'armée syrienne et les rebelles à proximité de la frontière. Les chutes d'obus n'ont fait "aucune victime et aucun dégât. L'incident a été rapporté aux forces des Nations unies et les soldats des forces de défense israéliennes continuent de fouiller la zone", a-t-il ajouté.
    La situation s'est tendue sur le plateau du Golan depuis le début de la crise syrienne en mars 2011, mais les incidents - obus syriens tombant côté israélien et tirs de semonce israéliens - sont restés jusqu'à présent limités. Mercredi, un obus s'était déjà abattu sur le centre du plateau du Golan, sans faire ni victime ni dégât. [...]"


Turquie

- Turkey’s Erdogan Calls Zionism A “Crime Against Humanity” at UN Conference (UN Watch)
http://blog.unwatch.org/index.php/2013/02/28/turkeys-erdogan-calls-zionism-a-crime-against-humanity-at-un-conference/
   "UN Watch expressed shock over anti-Jewish remarks delivered by Turkish prime minister Tayyip Erdogan at a UN summit for tolerance, and urged UN chief Ban Ki-moon — who was present on the stage yet stayed silent — to speak out and condemn the speech. The Geneva-based human rights group also called on Erdogan to apologize, and hoped US President Obama would press him to do so.
    Speaking yesterday before a Vienna forum of the Alliance of Civilizations, a UN framework for West-Islam dialogue, Erodgan called Zionism, the movement founded in 1897 for Jewish self-determination, a “crime against humanity,” likening it with anti-Semitism, fascism, and Islamophobia. Click here for video (minute 8:00 to 8:30); click here for Turkish news report. “We remind secretary-general Ban Ki-moon that his predecessor Kofi Annan recognized that the UN’s 1975 Zionism-is-racism resolution was an expression of anti-Semitism, and he welcomed its repeal.” [...]"

- Vif échange Nétanyahou/Erdogan (AFP)
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/03/01/97001-20130301FILWWW00307-vif-echange-netanyahouerdogan.php
   "Benyamin Nétanyahou, chef du gouvernement israélien, a condamné hier les propos tenus la veille par son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, qui a assimilé le sioniste à un crime contre l'humanité. "Comme pour le sionisme, l'antisémitisme et le fascisme, il est devenu impossible de ne pas considérer l'islamophobie comme un crime contre l'humanité", a-t-il déclaré mercredi à Vienne lors d'une conférence de l'Alliance des civilisations parrainée par l'ONU, selon la presse turque. "Il s'agit d'une déclaration sombre et erronée, de celles qui, selon nous, appartiennent au passé", peut-on lire dans un communiqué diffusé par les services de Benyamin Nétanyahou, qui condamnent fermement.
    La Maison-Blanche s'est également indignée des propos de Recep Tayyip Erdogan. "Nous réfutons la qualification de crime contre l'humanité employée par le premier ministre Erdogan au sujet du sionisme, qui est offensante et fausse", écrit Tommy Vietor, porte-parole de Barack Obama, dans un communiqué. "Nous encourageons les peuples de toutes confessions, cultures et idées à dénoncer les actes haineux et à surmonter les divergences de notre époque", ajoute-t-il. [...]"

- En Turquie, Kerry dénonce les propos antisionistes de Erdogan, Nicolas Revise (AFP)
http://fr.news.yahoo.com/kerry-turquie-parle-syrie-d%C3%A9noncer-propos-antisionistes-erdogan-124945986.html
   "Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a dénoncé jeudi en public à Ankara les propos du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan assimilant sionisme et crime contre l'humanité et a promis de le faire auprès de l'intéressé, un couac entre les deux alliés. [...] "Non seulement nous ne sommes pas d'accord avec lui (ce discours), mais nous le trouvons contestable", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse avec son homologue turc, Ahmet Davutoglu. "J'ai parlé de ce discours très directement au ministre des Affaires étrangères et je le ferai avec le Premier ministre", a-t-il poursuivi avant de rencontrer M. Erdogan. [...]
    Un responsable du département d'Etat a déclaré que les propos de M. Erdogan "compliqu(aient)" la relation turco-américaine et avaient sur elle un "effet corrosif". Devant la presse, M. Kerry n'a pas caché non plus les dégâts que pourrait provoquer ce discours sur les relations déjà compliquées entre Israël et la Turquie. "Je crois qu'il y a toujours un moyen d'avancer mais, à l'évidence, cela devient plus compliqué à la suite du discours que nous avons entendu à Vienne" de la part de M. Erdogan. [...]"


Iran

- Evidence Iran is working on a plutonium bomb (Elder of Ziyon) - "The Telegraph can disclose details of activity at a heavily-guarded Iranian facility from which international inspectors have been barred for 18 months".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/02/evidence-iran-is-working-on-plutonium.html

**************************************************
USA

- New Poll: 31% of Americans Favor Israelis Over Palestinians (Algemeiner)
http://www.algemeiner.com/2013/03/01/new-poll-31-of-americans-favor-israelis-over-palestinians/
   "A recent joint poll by NBC and the Wall Street Journal posed several  questions to U.S. citizens on the Israeli-Palestinian conflict. The first question was whether the United States should support the Israelis more than the Palestinians, support the Palestinians more than the Israelis or should the U.S. treat both the same? To this question 55% of respondents answered that they should be treated both the same, while 31% said Israelis should be favored vs. just 4% in favor of the Palestinians.
    The following question asked which nation Americans sympathized with: 45% said Israel, 13% said the Palestinians and 19 percent said neither. Sympathy for Israel stood at 48% in 2002 and climbed to 61% in 2010, according to the survey.
    To the final question, whether they believe Palestinians and Israelis will or will not be able to form a lasting peace agreement that will work, the overwhelming majority of respondents, 69% in fact, believed that the two sides would not be able to live alongside one another in peace, while only 18% said that they would. This was up from 57% and 31% respectively in a similar 2005 poll."


Europe

- Beppe Grillo, le Dieudonné italien, aux portes du pouvoir, Yohann Taïeb (lemondejuif.info) - "Beppe Grillo a toujours et sans la moindre ambiguïté revendiqué son antisionisme".
http://www.crif.org/fr/tribune/beppe-grillo-le-dieudonn%C3%A9-italien-aux-portes-du-pouvoir/35479

- Oxford students reject Israel boycott call, Jonny Paul (JP) - "Students at the prestigious UK university vote against motion calling for a boycott of Israeli institutions, goods and produce".
http://www.jpost.com/International/Article.aspx?id=304776


Monde

- Au Sri Lanka, des milliers de victimes attendent toujours justice, Souhayr Bellhassen (directrice de la Fédération Internationale des Droits de l'Homme (FIDH)) & Jean-Marie Fardeau (directeur France de Human Rigths Watch (HRW)) - "Près de quatre ans après le bain de sang au Sri Lanka, qui s'est déroulé dans la quasi indifférence de la communauté internationale". Pour rappel, la communauté internationale pendant ce temps était obsédée par le conflit à Gaza (environ cent fois - oui, cent fois - moins de civils tués : 400 contre 40.000 au Sri Lanka en janvier 2009).
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/au-sri-lanka-des-milliers-de-victimes-attendent-toujours-justice_1225120.html
   "Près de quatre ans après le bain de sang au Sri Lanka, qui s'est déroulé dans la quasi indifférence de la communauté internationale, le gouvernement srilankais n'a toujours pas pris de mesures concrètes et crédibles afin que justice soit rendue aux victimes des crimes commis pendant la guerre, et notamment la phase finale du conflit en 2008 et 2009. Alors que s'est ouvert à Genève, le lundi 25 février, la 22e session du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, il en va désormais de la responsabilité de cette instance de demander que des comptes soient rendus. [...]
    Durant les derniers mois de la guerre, près de 360 000 civils sont restés prisonniers pendant plus de quatre mois des LTTE au nord-est de la région du Vanni, contrôlée par le groupe rebelle. Le gouvernement a mené de façon répétée des attaques à l'artillerie et des frappes aériennes contre les civils dans cette zone, pourtant déclarée zone de "cessez-le-feu", et a systématiquement bombardé les hôpitaux. De leur côté, les LTTE ont pris pour cible ceux qui tentaient de fuir la zone et se sont servis de civils comme boucliers humains. Les Nations Unies estiment que près de 40 000 civils auraient été tués durant cette dernière phase du conflit au Sri Lanka, portant le bilan humain de la guerre à environ 100 000 morts en près de 26 ans. [...]
    Force est de constater que, renforcé par l'immunité de facto dont il jouit au regard des crimes commis lors de la guerre, le gouvernement du président Mahinda Rajapakse n'a pas hésité à resserrer son étau sur les médias, l'appareil judiciaire et la société civile. Au moins cinq sites d'information en ligne ont été fermés au Sri Lanka en 2012, alors que les journalistes critiques à l'égard des autorités et les défenseurs des droits de l'homme, y compris ceux réclamant que justice soit faite pour les crimes commis pendant la guerre, continuent d'être menacés. D'autre part, les Tamouls accusés de complicité avec les LTTE continuent d'être soumis à des arrestations, des détentions arbitraires, et à la torture.
    Pendant ce temps, le gouvernement sri lankais continue de nier ces violations, notamment lors de "l'examen périodique universel" au Conseil des droits de l'homme de Genève (un débat sur le bilan des droits de l'Homme au Sri Lanka), en novembre 2012, en rejetant pas moins de 100 recommandations formulées par les États membres des Nations Unies. [...]"

- Deux enfants tués lors d'une bavure de l'Otan en Afghanistan, Dylan Welch (Reuters) - encore une méchante bavure occidentale dont vous n'entendrez parler nulle part... à l'inverse de ce qui se passerait si les responsables étaient israéliens.
http://fr.news.yahoo.com/deux-enfants-tués-lors-dune-bavure-lotan-en-143057975.html
   "Les forces de l'Otan ont tué accidentellement deux enfants qu'elles avaient pris pour des insurgés, dans le sud de l'Afghanistan, a fait savoir samedi l'Alliance atlantique. La fusillade s'est produite jeudi au cours d'une opération dans le nord-ouest de la province d'Uruzgan, a précisé le général américain Joseph Dunford, commandant de la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf). [...]
    Le 13 février, un raid aérien de l'Otan mené à la demande des forces afghanes s'était soldé par la mort de dix personnes, dont cinq enfants et quatre femmes, dans la province orientale de Kunar, ce qui avait conduit le président afghan, Hamid Karzaï, à interdire à ses troupes de réclamer des frappes aériennes étrangères."


Histoire

- L'ampleur des camps nazis est encore bien plus grande qu'on ne pensait (Slate & New York Times) - "Les chercheurs ont répertorié 42.500 ghettos et camps nazis à travers l’Europe, depuis les aires françaises contrôlées par les Nazis aux zones russes et à l’Allemagne elle-même, durant le règne brutal d’Hitler, de1933 à 1945".
http://www.slate.fr/lien/68969/holocaust-chiffres-europe-nazis


Point de vue

- C’est la béatification médiatique d’Hessel qui pose problème, Stéphane Juffa (Mena) - "consacrer plus de la moitié de trente-deux pages d’indignation universelle à Israël, c’était trop. Trop, en tout cas pour une personne intellectuellement équilibrée".
http://www.menapress.org/
   "[...]  Si je m’exprime aujourd’hui, c’est pour dire ce qu’ils n’ont pas dit et qui est cause, chez moi, d’une profonde inquiétude. Cela s’articule sur un constat principal : ce n’est pas Hessel et son discours qui sont préoccupants mais ceux qui l’encensent et ceux qui le propagent. Le problème ne se situe pas tant dans l’essai de 32 pages Indignez-vous !, paru en 2011, mais dans la couverture dramatique de Libération, présentant le portrait du vieillard défunt, accentué de ces deux mots : "Un juste".
    Je cite cette une, mais je pourrais mentionner la totalité de la presse tricolore, tombant en extase devant ce "grand homme" qu’elle avait d’ailleurs découvert sur le tard. Des pétitions poussent maintenant comme des champignons, exigeant que la dépouille d’Hessel soit inhumée au Panthéon. Les politiciens unanimes saluent le grand résistant et le défenseur des droits de l’homme qui les a quittés à l’âge avancé de 95 ans. Les seuls bémols que l’on entend se résument aux murmures de certains tribuns de l’opposition, sur le thème "je n’étais peut-être pas d’accord avec tout ce qu’il disait".
    Mais la seule critique devant ce requiem national vient des Juifs. Et c’est précisément cela qui me préoccupe. Car, lorsqu’il était sorti, j’avais lu Indignez-vous ! en une vingtaine de minutes. Cet opus imposait une conclusion qui me paraissait alors évidente : il est court. Il avait été produit par un auteur alignant les réflexions embryonnaires, les thèses sans défenses et les argumentaires, qu’un analyste au courant de la réalité pouvait exploser sans excès de sudation.
    Pour ne rien cacher, la focalisation d’Hessel sur la centralité universelle du différend israélo-palestinien m’avait instinctivement fait penser à l’écriture d’un homme déstabilisé ou blessé. Ce, tant la réduction des problèmes du monde à la Bande de Gaza est objectivement indéfendable pendant qu’on s’étripe en Syrie, et tant sa critique de l’Etat hébreu est outrageusement… disproportionnée.  Bis repetita de l’indigné sur la fable de Gaza, "prison à ciel ouvert" ; le vieil homme était de ceux qui ignorent que la porte de cette geôle ouvre sur quatorze kilomètres de frontière commune avec l’Egypte islamiste des Frères Musulmans, eux-mêmes les créateurs et les mentors idéologiques du Hamas qui gouverne Gaza. Or c’est un lieu commun de considérer qu’une prison dont la porte n’est pas fermée n’est pas une prison. Ou que si le Hamas connaît des problèmes avec Moubarak et Morsi, cela ne regarde pas Israël.
    Bien qu’il ait passé sa vie à faire oublier que son père était juif, j’avais l’impression, à le lire, que l’auteur était encore en train de se débattre avec son ascendance ; un peu à la manière d’un autre résistant israélite avec lequel nous avons eu maille à partir, Edgar Morin/Nahum, qui aboutit à la conclusion que les Juifs prennent – ce ne peut être qu’atavique - du plaisir à maltraiter leurs voisins. Mais consacrer plus de la moitié de trente-deux pages d’indignation universelle à Israël, c’était trop. Trop, en tout cas pour une personne intellectuellement équilibrée.
    Reste que si ce fascicule est faible et qu’il manque même d’originalité quant aux idées qu’il expose, il se place dans l’air du temps. [...]
    Et c’est à partir de là qu’Hessel se retrouve en position de hors-jeu ; quand, pour aller jusqu’au bout de sa haine de l’Etat hébreu, Hessel prend la liberté de normaliser le nazisme en affirmant que "l’occupation allemande (de la France) était, si on la compare par exemple avec l’occupation actuelle de la Palestine par les Israéliens, une occupation relativement inoffensive". A quoi Hessel trouvait naturel d’ajouter : "(…) abstraction faite d’éléments d’exception comme les incarcérations, les internements et les exécutions, ainsi que le vol d’œuvres d’art. Tout cela était terrible. Mais il s’agissait d’une politique d’occupation qui voulait agir positivement (…)". Au Panthéon, dites-vous ?
    Parce que cette "occupation positive" a tout de même coûté la vie, entre 39 et 45, à la bagatelle de 567 600 Français, soit à 1.35% de la population hexagonale de l’époque. Ce, tandis que toutes les guerres entre Israéliens et Arabes, depuis avant même la création de l’Etat hébreu, à partir de 1945, civils et combattants des deux bords confondus, n’ont pas tué plus de 60 000 êtres humains. Et que l’ "occupation" israélienne ne fait de victimes que fort occasionnellement. Mais comment, pour rester dans les chiffres, Hessel peut-il parler de la sorte d’un conflit mondial ayant anéanti entre 60 et 70 millions d’individus ? Et comparer favorablement les dégâts du nazisme à la politique de l’Etat démocratique d’Israël ?
    Des intellectuels décents ont également abondamment commenté ces affirmations déraisonnables et haineuses de l’indigné, nul besoin, dans ces conditions, d’analyser cette dérive. J’ai commencé ce papier en disant que ce n’est pas Hessel qui cause souci mais la réaction de ceux qui l’écoutent. Car, en situation régulière, un homme se permettant d’émettre de semblables non-sens serait mis au banc de la société en général, et, particulièrement, de celle de l’intelligentsia et de la politique. Lors, ce n’est pas le cas, et nous de nous poser la question de savoir comment un être sans relief particulier, capable d’élucubrations historiques afin d’attiser la détestation d’un peuple, normalisant l’inénarrable monstruosité hitlérienne, dont l’extermination industrielle de six millions d’Israélites, devient-il, à sa mort, le juste d’une nation.
    Nous en tirons un double enseignement. D’abord, il est à nouveau possible, dans la France du début de ce XXIème siècle, de stigmatiser Israël et les Juifs sans avoir besoin d’étayer ses propos. Fustiger l’Etat hébreu en le comparant, par exemple, défavorablement au IIIème Reich ne suffit plus à relativiser le jugement des journalistes, des intellos et des hommes politiques bleu-blanc-rouge sur l’auteur d’une telle comparaison. [...]"

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam - dans Mars 2013
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages