Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 22:27
France

- Les relations franco-israéliennes les plus mauvaises depuis 10 ans (JSS) - “placer un ambassadeur qui ne parle pas la langue revient à dire “merde” au pays qui vous accueille !”
http://jssnews.com/2009/11/03/les-relations-franco-israeliennes-les-plus-mauvaises-depuis-10-ans/
   "Malgré la “grande amitié” que Nicolas Sarkozy porte à Israël, les relations diplomatiques franco-israéliennes sont au plus bas depuis une dizaine d’année. C’est ce que rapporte au site JSSNews un diplomate de haut-rang sous couvert d’anonymat. La preuve en est qu’Israël prépare un grand ménage de printemps à l’ambassade de Paris.
    Selon Le Figaro (puis confirmé par l’interlocuteur de JSSNews), le Ministère des Affaires Etrangères israéliens pourrait placer Yossi Gal comme nouvel ambassadeur pour remplacer Daniel Shek. La principale différence ? Yossi Gal baragouine le français alors que Shek le parle parfaitement. Dans le monde de la diplomatie, une phrase revient régulièrement: “placer un ambassadeur qui ne parle pas la langue revient à dire “merde” au pays qui vous accueille !”
    Alors qu’Avigdor Lieberman déploie des efforts considérables pour étendre les relations diplomatiques israéliennes (et cela marche puisque de nouvelles ambassades ouvrent régulièrement en Israël), la France par la voix de Bernard Kouchner ne fait que décevoir Jérusalem en ne respectant pas l’Etat Hébreu. Pas la peine, ici, de revenir sur le nombre d’exemple qui prouvent que Kouchner n’est pas très aimable avec Israël mais une chose est sûre, Jérusalem n’entend pas se laisser faire. Après l’annulation de la visite du ministre français des affaires étrangères, Sarkozy n’a plus beaucoup de temps pour rattraper les bourdes de son Monsieur Catastrophe. [...]"

**********************************************************************************************
Processus de paix & Tournée Clinton

- Barak appelle à négocier (JP) - "non pas parce que les Etats-Unis nous y poussent, mais surtout pour l'avenir de l'Etat d'Israël".
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1256799077818&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Le ministre de la Défense, Ehoud Barak, s'est exprimé mardi sur la volonté du gouvernement de reprendre les pourparlers de paix avec les Palestiniens. "Le gouvernement israélien poursuit ses efforts. Je travaille au gouvernement essentiellement pour contribuer à cet objectif", déclare le ministre sur les ondes de Radio Israël. [...] "L'objectif des négociations est clair : parvenir à un accord qui mettrait fin au conflit et aux exigences mutuelles. Se tourner vers l'établissement d'un plan économique et territorial d'un Etat palestinien indépendant, aux portes d'Israël, de sorte que nous n'aurons plus à gérer un autre peuple", a déclaré le ministre de la Défense.
    "Je pense que ces objectifs sont essentiels pour Israël", a souligné Barak. "Les autres solutions me semblent bien pires (…). L'Etat d'Israël a intérêt à s'engager dans des pourparlers de paix, non pas à cause des Palestiniens, mais d'abord et avant tout pour notre propre bien, non pas parce que les Etats-Unis nous y poussent, mais surtout pour l'avenir de l'Etat d'Israël"."

- Mahmoud Abbas : ''le gel de la construction ne conditionne pas les pourparlers'' (Guysen.International.News / 2009-11-03 10:10) - Une parole en l'air ?
   "Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas s'est entretenu lundi en Jordanie avec l'émissaire américain au Proche-Orient, George Mitchell, et a affirmé que "l'arrêt de l'expansion des implantations n'est pas une condition préalable à la reprise du processus de paix''. Il a toutefois souligné qu'Israël s'était déjà engagé à geler les implantations dans le cadre de la Feuille de route."

- Transcript of Press Conference with Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu and U.S. Secretary of State Hillary Clinton, Oct. 31, 2009 (TIP) - Quand on regarde la transcription de la conférence de plus près, ce qu’a dit Clinton est moins clair. Nétanyahou dit qu’en 16 ans de négociations depuis Oslo, jamais il n’a été exigé un gel des constructions juives comme pré-conditions aux négociations. Clinton se contente ensuite de dire à son tour que Nétanyahou est historiquement dans le vrai, et qu’il n’y avait jamais eu de telle pré-conditions. Il n’est pas évident de savoir si ceci signifie que ce n’est pas une pré-condition actuelle nouvelle. Au passage, la réponse de Bibi est particulièrement croustillante : "This [la demande d'un gel total] is a new thing. Now it’s true that you can take a new thing and you can repeat it ad nauseam for a few weeks and a few months and it becomes something that is obvious and has been there all the time – it’s not been there all the time."
http://www.theisraelproject.org/site/apps/nlnet/content2.aspx?c=hsJPK0PIJpH&b=3587015&content_id={EEFFD833-1BC4-49AC-94DC-87071FAD9382}&notoc=1
   "Joe Klein, Time Magazine: For forty years, we’ve seen American Secretaries of State and Israeli Prime Ministers in a similar situation. Despite the Prime Minister’s optimism, the talks are stalling. While you’ve said ‘yes’ without pre-conditions to talks, you’ve said ‘no’ to a settlement freeze….. Is the Obama Administration in favor of a total freeze? I refer the same question to the Prime Minister.
    Netanyahu: Joe, the specific question you asked about the settlements also has to be put factually. The fact of the matter is that I said that we would not build new settlements, would not expropriate land for addition for the existing settlements and that we were prepared to adopt a policy of restraint on the existing settlements, but also one that would still enable normal life for the residents who are living there. Now there has not been, not in the last sixteen years, not forty years, but sixteen years since the beginning of the peace negotiations between Israel and the Palestinians any demand ever put, not on restraint, but on any limitation of settlement activity as a pre-condition for entering negotiations.
    This is a new thing. Now it’s true that you can take a new thing and you can repeat it ad nauseam for a few weeks and a few months and it becomes something that is obvious and has been there all the time – it’s not been there all the time. No, there’s not been a pre-condition for entering or continuing with the peace process between us and the Palestinians. There’s not been a demand coming from the Palestinians that said "We will not negotiate with you unless you freeze all activity, something that is problematic in so many ways – judicial and other ways – I won’t get into that." But this is a new demand, it’s a change of policy – of the Palestinian policy and it doesn’t do much for peace – it doesn’t work to advance negotiations. It actually is used as a pretext or at least as something, as an obstacle that prevents the re-establishment of negotiations.

    Now mind you, the issue of settlements and the issue of territories and the issue of borders, these will be engaged in the negotiations and they’ll have to be resolved for a peace agreement to be achieved, but you can’t resolve it in advance of the negotiations, and you certainly shouldn’t pile it on as a pre-condition.
    Clinton: Well, I would add just for context that what the Prime Minister is saying is historically accurate. There has never been a pre-condition, it’s always been an issue within the negotiations. What the Prime Minister has offered in specifics of a restraint on the policy of settlements which he has just described – no new starts for example - is unprecedented in the context of prior to negotiations. It’s also the fact that for forty years, presidents of both parties have questioned the legitimacy of settlements, but I think that where we are right now is to try to get into the negotiations. The Prime Minister will be able to present his government’s proposal about what they are doing regarding settlements which I think when fully explained will be seen as being not only unprecedented in response to many of the concerns that have been expressed. [...]"

- PA daily: Clinton is a corrupt liar (PMW) - avec en prime une caricature antisémite (cf. site pour la voir) :
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=1411
   "The official Palestinian Authority daily has accused US Secretary of State Hillary Clinton of taking bribes from Israel and wallowing in “a swamp of lies.” “Why, Mrs. Hillary? How much did the Zionists pay you as a bribe?” taunted an article in today’s edition of Al-Hayat Al-Jadida, which is controlled by the office of PA Chairman Mahmoud Abbas.
    Another article in the paper accused Clinton of lying: "Words that treat truth with cruelty and wallow in the swamp of lies, especially coming from a person of senior position, are improper… [such are] the words of US Secretary of State, Hillary Clinton." [Al-Hayat Al-Jadida, Nov. 2, 2009]
    Al-Hayat Al-Jadida also ran a cartoon reiterating a longstanding Palestinian claim that the US is controlled by Jews. It shows an Uncle Sam figure looking into a mirror held by a caricature of a hook-nosed religious Jew, wearing a hat with a Star of David. Instead of seeing his own reflection, the American sees the Jew in the mirror. The articles and cartoon come after Clinton praised Israel for making concessions on the issue of settlements, and blamed the Palestinians for not resuming peace talks without prior conditions."

- Etape de Hillary Clinton en Egypte (AP) - elle doit apaiser "la colère des pays arabes".
http://fr.news.yahoo.com/3/20091103/twl-israel-palestiniens-clinton-egypte-951b410.html
   "[...] Cette étape imprévue a été ajoutée au dernier moment dans la tournée de Mme Clinton consacrée au Proche-Orient. Après sa visite au Maroc, la secrétaire d'Etat devait initialement rentrer à Washington. Ce changement de dernière minute intervient alors que l'administration Obama tente d'apaiser la colère des pays arabes, qui accusent Washington de les avoir trahis en abandonnant son exigence d'un gel israélien des constructions dans les territoires palestiniens avant la reprise des pourparlers. Au Caire, Hillary Clinton a rejoint l'émissaire spécial des Etats-Unis pour le Proche-Orient, George Mitchell."

- Revirement américain au Proche-Orient, Pierre Rousselin (Le Figaro) - "Contrainte de revenir sur des engagements impossibles à tenir, la diplomatie américaine se révèle particulièrement maladroite".
http://blog.lefigaro.fr/geopolitique/2009/11/revirement-americain-au-proche.html
   "Hier, devant une assemblée de diplomates arabes, Hillary Clinton demandait à Israël des « gestes positifs » en direction des Palestiniens. La veille, à Jérusalem, la secrétaire d'État, flanquée d'un Benyamin Nétanyahou rayonnant, confirmait ce que Barack Obama avait laissé entendre en septembre : la Maison-Blanche n'exige plus d'Israël l'arrêt total de la colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Il y a dans ce pas de deux un réajustement notable de la diplomatie de la nouvelle Administration, qui s'était aventurée dans un affrontement un peu trop frontal avec l'allié israélien.
    George W. Bush avait appris à ses dépens que le Proche-Orient ne se prêtait guère aux approches simplistes. Son successeur est en train de faire l'apprentissage inverse. Au bout de la route, les États-Unis et leurs partenaires vont peut-être s'apercevoir que la politique américaine dans la région obéit à des forces qui transcendent l'idéologie en vogue à la Maison-Blanche.
    Au Maroc, Hillary Clinton a dû affronter la déception des pays arabes. Exiger du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, qu'il reprenne « sans conditions préalables » les négociations de paix avec Israël, après lui avoir fait miroiter un gel total de la colonisation, paraît effectivement difficile à avaler. Contrainte de revenir sur des engagements impossibles à tenir, la diplomatie américaine se révèle particulièrement maladroite. La secrétaire d'État a beau souligner que le gel partiel auquel consent le premier ministre israélien est « sans précédent », les pays arabes voient le verre à moitié vide, alors que ce même verre aurait pu être présenté comme étant à moitié plein.
    Le revirement américain à l'égard du conflit israélo-arabe s'explique, d'abord, par l'absence de perspectives de progrès, mais il est aussi lié à la confusion qui s'est emparée du dossier du nucléaire iranien. Le moment va bientôt arriver où il faudra prendre une décision : soit ne rien faire et accepter, de fait, l'accession de l'Iran au statut de puissance nucléaire ; soit enclencher une escalade. Les manœuvres dilatoires iraniennes ne font qu'exacerber l'impatience israélienne. En levant la pression exercée à propos de la colonisation, Washington espère peut-être plus de compréhension de la part d'Israël. Mais c'est au prix d'un blocage durable au Proche-Orient."

****************************************************************************************************
ONU & Goldstone

- Une proposition de résolution dure vis-à-vis d’Israël, Yaniv Halili (Yediot Aharonot) - "Si, comme les pays arabes le demandent, les débats passent au Conseil de sécurité, ce sera un coup dur pour Israël".
http://www.ambafrance-il.org/spip.php?article7225
   "L’assemblée générale de l’ONU devrait se réunir demain pour débattre du rapport Goldstone et voter une résolution très dure vis-à-vis d’Israël. Le Yediot Aharonot a appris que la Ligue arabe, qui est à l’initiative de la résolution, réclamera un débat au Conseil de sécurité, ce qui signifie une bataille diplomatique difficile pour Israël.
    Un membre de la délégation américaine auprès des Nations-Unies a déclaré hier que la proposition de résolution de la Ligue arabe est un coup dur pour Israël. Les Arabes comptent notamment réclamer que des hauts responsables de Tsahal soient jugés pour crimes de guerre. Ils réclament aussi que soit évoquée dans la résolution la Convention de Genève et qu’il soit dit qu’Israël a utilisé durant l’opération Plomb Durci des armes interdites par le droit international.
    Un autre article de la résolution appelle à créer une instance d’enquête internationale sur les crimes de guerre qu’aurait commis Israël. La Ligue arabe réclame qu’Israël s’engage à enquêter sur l’opération au cours des trois prochains mois.
    Si, comme les pays arabes le demandent, les débats passent au Conseil de sécurité, ce sera un coup dur pour Israël. Les Américains opposeront leur veto à des résolutions sévères et unilatérales, mais un membre de la délégation américaine estimait hier que les pays arabes seront prêts à faire des compromis et à adoucir la résolution proposée au Conseil de sécurité, ce qui obligera les Américains à lever leur veto."

- Israël appelle la communauté internationale à s'opposer au rapport Goldstone (AFP) - "Il y a un côté absurde dans le fait que les Palestiniens cherchent à obtenir des gestes de la part d'Israël tout en agissant en même temps contre Israël de toutes les manières possibles".
http://lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-40805419@7-60,0.html
   "Israël a appelé mardi la communauté internationale à s'opposer à l'adoption mercredi par l'Assemblée générale de l'ONU du rapport Goldstone qui accuse l'Etat hébreu de "crimes de guerre" dans la bande de Gaza l'hiver dernier. "Les Palestiniens manipulent les institutions internationales dans le but d'affaiblir et de critiquer Israël", a affirmé le vice-ministre des Affaires étrangères Danny Ayalon au cours d'une rencontre spéciale avec le corps diplomatique étranger à Jérusalem, selon un communiqué.
    M. Ayalon a exhorté les pays représentés lors de cette réunion à voter contre le rapport Goldstone qui "porte atteinte non seulement à Israël mais aussi à tout Etat démocratique et pacifique qui doit faire face au terrorisme". "Il y a un côté absurde dans le fait que les Palestiniens cherchent à obtenir des gestes (de bonne volonté) de la part d'Israël tout en agissant en même temps contre Israël de toutes les manières possibles, et cela doit cesser", a poursuivi M. Ayalon. [...]
    De son côté, le chef d'état major israélien, le général Gaby Ashkenazi, a prédit mardi que la "prochaine bataille aura lieu à nouveau dans la bande de Gaza", que contrôle le mouvement islamiste palestinien Hamas. "Nous serons une nouvelle fois confrontés aux lance-roquettes dissimulés dans des zones parmi les plus densément peuplées au monde. Nous combattrons dans les villages, les villes, les mosquées, les hôpitaux, les jardins d'enfants et les écoles car c'est une guerre que nos ennemis nous imposent", a averti le général dont les propos étaient rapportés par la radio. [...] "Lorsque vous serez sur le champ de bataille, vous serez confrontés aux mêmes dilemmes moraux" que ceux rencontrés par l'armée israélienne à Gaza, a ajouté le chef d'état-major à l'occasion d'une cérémonie marquant la fin de la formation d'officiers d'infanterie. [...]"

- Exclusif : Daniel Friedman (professeur de droit et ancien ministre israélien de la Justice) revient sur Goldstone (JP) - "Le rapport Goldstone semble finalement reprendre mot pour mot la propagande du Hamas". Un passage intéressant reprend l'accusation qu'affectionne Goldstone : Israël aurait tué des poulets pour le plaisir de nuire aux Gazaouites. Reste alors à comprendre pourquoi Tsahal n'a pas bombardé la centrale électrique !
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1256799079074&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
Extrait :
"[...] Les trois failles de l'homme de pierre
    Bien que le contenu du rapport nécessite une analyse beaucoup plus minutieuse, voici trois éléments sur lesquels il est indispensable de revenir.
    1 - Les pertes civiles :
    La mission a clairement ignoré la politique militaire israélienne consistant à protéger les populations civiles. Or, l'une des accusations les plus injustes portées par la commission Goldstone reproche à Tsahal d'avoir volontairement ciblé des innocents. Une erreur fondée sur le fait que l'armée israélienne est dotée de technologies particulièrement avancées et ses opérations sont soigneusement planifiées. Les Américains, les Anglais, l'OTAN, les Russes et même les Turcs possèdent eux aussi des armes très sophistiquées. Leurs opérations sont elles aussi très soigneusement préparées. Cela signifie-t-il que les civils qui ont été touchés l'ont forcément été de manière intentionnelle ?
    2 - Les boucliers humains du Hamas :
    Chacun sait que le Hamas a pour habitude de s'abriter derrière les civils. La commission ne pouvait absolument pas l'ignorer. D'ailleurs, un membre du groupe islamiste l'admet lui-même (p. 475) : "Le Hamas s'est abrité derrière des boucliers humains, constitués de femmes, d'enfants, de personnes âgées et de moudjahidin contre les bombardements sionistes." Pourtant, l'équipe Goldstone "n'a trouvé aucune preuve sur le fait que les combattants palestiniens se soient confondus avec la population civile, dans l'intention de se protéger des attaques" (p. 481).
    3 - La destruction d'infrastructures palestiniennes :
    Enfin, les enquêteurs évoquent aussi la destruction d'infrastructures palestiniennes à Gaza. Plus particulièrement, ils mentionnent une usine de farine ainsi que des poulaillers qui "approvisionnaient 10 % du marché des œufs de Gaza" (p. 51). Les termes employés par les membres de la commission sont loin d'être tendres. Ils vont même jusqu'à conclure que la destruction de l'usine de farine a été orchestrée "dans le seul but de réduire l'approvisionnement alimentaire de la population civile", ce qui est susceptible de "constituer un crime de guerre" (p. 50).
    Pourtant - aussi bien pendant l'opération qu'avant et après les affrontements - l'Etat hébreu a toujours veillé à ce que les produits de première nécessité soient régulièrement transférés dans l'enclave palestinienne. Le rapport Goldstone semble finalement reprendre mot pour mot la propagande du Hamas, selon laquelle l'armée israélienne visait à tout détruire sur son passage. Une pure invention. La preuve : la centrale électrique est restée indemne. Si Tsahal avait vraiment voulu l'anéantissement de Gaza, elle aurait certainement commencé par là."

***********************************************************************************************************
Israël

- Un soldat israélien poignardé à Raanana par des Palestiniens (Guysen.International.News / 2009-11-03 06:46)
   "Un soldat israélien a été poignardé, ce lundi, à Raanana. Il a été transféré à l'hôpital avec des blessures légères. La police israélienne a entouré la rue Hasharon, où le soldat aurait été poignardé à la recherche de deux suspects qui ont pris la fuite à moto. Des témoins oculaires ont indiqué que les assaillants étaient des Palestiniens."

- Jérusalem: une autre maison libérée, Yéochoua Sultan (Arouts 7) - "Les légitimes propriétaires pensaient récupérer naturellement leurs biens à l’issue de la Guerre des 6 Jours".
http://www.actu.co.il/2009/11/jerusalem-une-autre-maison-liberee/
   "Dans le quartier de Shimon Hatsadik [cheikh Jarah], des Juifs ont pu reprendre possession d’un bien immobilier dont la propriété est antérieure à la guerre de 48. Il a fallu que le tribunal soit mêlé à cette affaire et qu’il confirme que cette maison appartient en effet à des Juifs. Cette nouvelle, bien que réjouissante, ne doit pas faire oublier que 28 maisons n’ont à ce jour par été rendues à leurs propriétaires légitimes, représentée par la Communauté Sépharade.
    A la guerre d’Indépendance, les habitants ont été chassés de leurs demeures qui ont été spoliées par les Nations Unies et les pouvoirs jordaniens. Les familles arabes qui les occupent nient les droits des Juifs chassés de chez eux. Les légitimes propriétaires pensaient récupérer naturellement leurs biens à l’issue de la Guerre des 6 Jours. Mais ils ont dû se rendre à l’évidence et entamer une procédure judiciaire. En 74, le tribunal a reconnu les propriétaires et fait valoir leurs droits, mais, paradoxalement, elle a attribué aux habitants illégitimes le statut de « locataires indélogeables ».
    Ce compromis forcé n’a pas effacé l’injustice subie par la Communauté Sépharade qui continue à être séparée de ses biens, d’une part, et auxquels les « locataires » de fortune refusent de régler le loyer. Par conséquent, une nouvelle procédure a été entreprise, afin de faire expulser les occupants indésirables qui enfreignent la loi. Le tribunal a donc ordonné de rendre la maison occupée par les squatters qui retiennent par la force une partie de l’édifice.
    Les habitants juifs ont été harcelés par des Arabes et des militants d’extrême gauche, mais la police les a défendus en repoussant les assaillants. La police est présente et tente de faire respecter la loi sans recourir à la force."

- Réaction arabe : L'Egypte accuse Israël de mesures racistes (Guysen.International.News / 2009-11-03 18:16)
   "Le ministère égyptien des Affaires étrangères, Ahmed Aboul Gheit, a appelé la communauté internationale à protéger Jérusalem des « mesures racistes » prises par Israël pour modifier la démographie de la ville."

- Le journaliste d'Aftonbladet malmené (Israël-Infos)
http://www.israel-infos.net/Le-journaliste-d-Aftonbladet-malmene-4819.html
   "Le journaliste suédois Donald Bostrom, qui a publié au mois d'août dernier dans le quotidien Aftonbladet, un article accusant Tsahal de voler des organes à ses victimes palestiniennes, et qui participait à un congrès avec la presse, à Dimona, a vivement été pris à partie par les participants, qui l'ont notamment traité de menteur et d'antisémite. Tout en affirmant "comprendre la colère des Israéliens", Bostrom a jugé qu'il s'agissait d'un article "normal, qui ne dit qu'une seule chose, celle de la nécessité d'enquêter sur les accusations de plusieurs familles palestiniennes", et qu'il n'avait fait que son travail de journaliste en publiant ces témoignages et les photos du corps lui ayant été transmises par les Palestiniens.
    Le journaliste israélien Yair Lapid a pour sa part affirmé que ces accusations formulées sur Tsahal, sans la moindre preuve, selon lesquelles l'armée israélienne à kidnappé des Palestiniens, qu'elle a tués pour leur voler des organes, sont démentes et monstrueuses, et relèvent d'antisémitisme."

- La diffamation invitée à Dimona, Ron Friedman (JP) - "Bostrom s'est refusé à tout commentaire".
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1256799077249&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Le journaliste suédois, Donald Bostrom, a été froidement reçu à Dimona lundi : il assistait à la conférence internationale sur les communications que la ville organise chaque année. [...] Lors d'une interview avec le journaliste Yair Lapid, Bostrom a défendu son article : tout ce qu'il a écrit pourrait être prouvé. Il s'étonne de la colère des Israéliens à son encontre et estime que son papier a suscité des réactions disproportionnées. "L'article ne contient ni rumeurs, ni mensonges", assure-t-il.
    Tout au long de l'entrevue, Lapid s'est confronté à Bostrom. Il l'a repris sur la véracité de l'article et l'a matraqué de questions sans complaisance : pouvait-il fournir les noms de ses sources ou même le nom d'un seul Palestinien dont les organes auraient été volés ? Mais Bostrom s'est refusé à tout commentaire. Lorsqu'on lui demande de fournir des preuves à ses graves accusations, le Suédois répète les plaintes des familles palestiniennes, sans prouver leur fondement. Lapid accuse alors Bostrom de prendre part à la campagne de propagande du Hamas. Il conclue son entrevue en remerciant Bostrom d'être venu mais exprime toutefois l'espoir que, la prochaine fois, il se montrera plus prudent en écrivant sur Israël. [...]"

- « Je n'ai pas la preuve que Tsahal récolte des ‘organes’ palestiniens » (Juif.org) - "L’idée de cette histoire est venue d’officiels de l’ONU ayant porté les plaintes palestiniennes à son attention".
http://www.juif.org/societe-israel/112388,je-n-ai-pas-la-preuve-que-tsahal-recolte-des-organes-palestiniens.php
   "S’exprimant à une conférence des medias, où il a été fréquemment interrompu par des participants, Donald Bostrom a admis qu’il n’avait aucune preuve des allégations des familles des palestiniens tués par l’armée israélienne. [...] Son interviewer, le présentateur de la télévision israélienne Yair Lapid, a remis en question l’éthique journalistique de Bostrom et l’a accusé d’être antisémite « parce que vous êtes disposé à croire que le gouvernement israélien pourrait prendre part à ces atrocités. »
    Bostrom lui a répondu : « en Suède, tout comme moi, nous appuyons fermement le droit à Israël d’exister en paix. Si vous violez les règles… nous avons une tradition de critiquer. » « Le fait est que les familles ont dit ce qu’elles ont dit. C’est un article normal, » déclare Bostrom. « Si vous êtes journaliste, vous interviewez, vous posez des question, et vous recevez des réponses. Le trafic d’organes est un problème global, » dit-il.
    L’article, autour duquel il y a eu beaucoup de malentendus (…), ne fait que dire que les allégations des familles palestiniennes demandent une enquête approfondie, selon lui. Il dit qu’Israël avait étudié des cas précédents dans lesquels l’Institut de Médecine Légale d’Abou Kabir avait été accusé de mauvaise conduite et que son article était une tentative de pousser « plus loin l’enquête sur les allégations palestiniennes. » L’idée de cette histoire est venue d’officiels de l’ONU ayant porté les plaintes palestiniennes à son attention, dit-il. [...]"

- 1/4 des Israéliens sous le seuil de pauvreté (Israël-Infos)
http://www.israel-infos.net/1-4-des-Israeliens-sous-le-seuil-de-pauvrete-4821.html
   "Le rapport 2008 publié lundi par la sécurité sociale (Bituah Léoumi) fait état de 1.651.300 personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté en Israël - 23,7% de la population totale - dont 783.600 enfants. Malgré la crise économique, ces chiffres sont pratiquement équivalents à ceux de l'année 2007 (1.630.400 - 23,8%). Il ressort également de ce rapport que 57,8% des familles nombreuses (plus de 4 enfants) vivent en dessous du seuil de pauvreté, et que Jérusalem est la ville d'Israël la plus touchée par l'indigence. Par ailleurs, le secteur arabe de la population représente 49,4% des citoyens vivant sous le seuil de pauvreté, à comparer à 51,4% en 2007, et à 54% en 2006."

**********************************************************************************************
Gaza & Hamas

- Une roquette Kassam sur Shaar Hanéguev (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/11/une-roquette-kassam-sur-shaar-haneguev/
   "Une roquette Kassam, tirée depuis la bande de Gaza, a explosé lundi soir dans une zone inhabitée du conseil régional de Shaar Hanéguev. Fort heureusement, on ne déplore ni blessés ni dégâts matériels."

- Tel-Aviv à portée des roquettes (JP) - "Jusqu'à présent, les roquettes tirées depuis la bande de Gaza ne dépassaient pas une distance de 40km. Leur portée atteint désormais 60 km."
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1256799079038&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "D'après le Shin Bet (services de sécurité intérieure), les populations du centre d'Israël pourront être inquiétées des tirs de roquettes depuis la bande de Gaza. Selon une annonce ce mardi du commandant en chef des services de renseignements militaires, Amos Yadlin, des combattants du Hamas ont tiré avec succès une roquette iranienne capable d'atteindre Tel-Aviv. La capitale économique d'Israël est désormais menacée.
    Jusqu'à présent, les roquettes tirées depuis la bande de Gaza ne dépassaient pas une distance de 40km. Leur portée atteint désormais 60 km. Au cours de l'opération Plomb durci, les roquettes Kassam et les obus de mortiers pouvaient atteindre Beersheva. Bien que les attaques se soient considérablement réduites depuis cet hiver, des armes circulent toujours dans les tunnels de contrebande creusés sous le couloir de Philadelphie."

- Sirène d'alerte aérienne testée à Tel Aviv (Guysen.International.News / 2009-11-03 19:37)
   "Une sonnerie de 90 secondes retentira mercredi à Tel Aviv, Ramat Gan et Givatayim, ainsi que dans les villes environnantes, à 11 heures précises. Cet exercice fait suite à l'annonce faite mardi, selon laquelle Tel Aviv serait désormais à portée de tir de roquettes en provenance de Gaza."

- Hamas : les roquettes, c'est pas nous ! (Guysen.International.News / 2009-11-03 01:18)
   "Les dirigeants du Hamas ont récemment indiqué à la commission d'enquête Goldstone que leur organisation n'est pas derrière les attaques terroristes de roquettes sur Israël, et qu'elle n'accepte pas de telles attaques. Alors c'est qui ? La réponse vient du ministre de l'Intérieur du Hamas qui a déclaré cette semaine, lors d'une conférence : "Nous travaillons en coordination avec les factions de la résistance pour rendre plus facile leurs missions". On comprend mieux..."

- Le Hamas prétend recevoir l'aide de chrétiens européens (Philosémitisme)
http://philosemitismeblog.blogspot.com/2009/11/le-hamas-pretend-recevoir-laide-de.html
   "Source: Elder of Ziyon (http://elderofziyon.blogspot.com/2009/11/todays-palarab-news-113.html)
    Le dirigeant du Hamas Mahmoud Zahar a déclaré à un quotidien koweïtien (http://translate.google.com/translate?hl=en&ie=windows-1256&langpair=auto|en&u=http://www.paltoday.com/arabic/News-62175.html&tbb=1&rurl=translate.google.com) que les accusations de collusion du Hamas avec le régime iranien sont une tentative de mettre sur un même pied le Hamas et les ennemis de l'Amérique. Mahmoud Zahar a ajouté que le Hamas reçoit l'aide de chrétiens européens. (Le soutien des Iraniens est problématique pour le Hamas car le Fatah traite péjorativement les membres du Hamas de "chiites".)"

**********************************************************************************************
Judée-Samarie & AP

- PATV: Jews have no history in Land of Israel (PMW) - le révisionnisme reste une mauvaise habitude palestinienne :
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=1414
   "A Palestinian historian and a senior PLO official have denied that the Jewish nation has any historical connection to the Land of Israel, thus continuing the Palestinian Authority's ongoing historical revision. In an interview on official PA television [22 octobre, 43 secondes : http://www.youtube.com/watch?v=vmLm9cDxRzs&feature=player_embedded], historian Nabil Alqam first denied thousands of years of documented Jewish history in Israel, then replaced it with "4,000 to 5,000 years" of fictitious Palestinian history. Israel has publicized many archeological finds in recent years, including coins with Hebrew writing and even stamps [bullas] with names of biblical figures. It is possible that Alqam was responding to these numerous finds when he went on to accuse Israel of creating "artificial Israeli symbols."
    Nabil Alqam, PA historian: "Why does the occupation [Israel] concern itself with stealing, [cultural] theft, distorting and erasing the Palestinian heritage? Because it [Israel] seeks a history [in the land] while [Palestinian] heritage is a history that proves our connection to the land... [The Palestinian heritage] has historical depth of 4,000 to 5,000 years. And here [Israel] attempts to steal these symbols to create fake Israeli symbols and identity." [PA TV (Fatah), Oct. 22, 2009]
    Saleh Rafat, a member of the PLO Executive Committee, said earlier this month [15 octobre, 48 secondes : http://www.youtube.com/watch?v=zDsTOOHHoaE&feature=player_embedded] that Israel has even stolen "cuisine, clothing [and] architecture" that were Palestinian in origin and claimed they are part of Jewish history. He denies that the Jewish Temple ever existed, arguing that the tunnels near the Western Wall of the Temple ruins are merely the remains of old aqueducts.
    Saleh Rafat, PLO official: "We revive this [Palestinian] heritage and cling to it in order to counter all of the attempts by Israel, by the Israeli occupation, to steal the national heritage and to falsify it with the claim that it is their heritage - from cuisine to clothing, and architecture. Every part of our heritage in our land, they claim is their heritage - even the tunnels they are trying to dig beneath the Al-Aqsa Mosque and under Jerusalem. Many of these tunnels are ancient tunnels that carried water to Jerusalem, and they [Israelis] claim that they are seeking an alleged Temple." [Al-Filistiniya (Fatah) TV, Oct. 15, 2009]"

**************************************************************************************************
Egypte

- La journaliste égyptienne Hala Mustafa évoque la normalisation avec Israël (Memri) - "Vous ne pouvez pas utiliser le discours politique d´il y a trente ans."
http://lessakele.over-blog.fr/article-la-journaliste-egyptienne-hala-mustafa-evoque-la-normalisation-avec-israel-v-38692361.html
extraits vidéo sous-titrés en anglais sur MEMRI TV :
http://www.memritv.org/clip/en/2254.htm
   "Le 30 septembre 2009, la télévision Al-Mihwar a diffusé une interview de la journaliste égyptienne Hala Mustafa, directrice de la publication "Démocratie" du journal Al-Ahram. Extraits :
    Interviewer : Dr Hala Mustafa, s´agissant du terme "normalisation", considérez-vous votre entretien avec l´ambassadeur d´Israël dans votre bureau d´Al-Ahram comme un acte de normalisation ?
    Dr Hala Mustafa : Non.
    Interviewer : Non ?
    Dr Hala Mustafa : Non. Je trouve que c´est un mot lourd. J´espère que nous nous débarrasserons de ce mot, afin de pouvoir agir librement, au lieu de chercher les erreurs de l´autre et de nous juger mutuellement. (…) Tant que nous appartiendrons à la communauté internationale et que nous nous efforcerons de faire partie des pays développés, nous devrons parler leur langage. C´est le premier pas, à mon avis. Vous devez comprendre comment le monde fonctionne aujourd´hui, parce que vous ne pouvez pas lui parler dans le langage d´il y a trente ans. Vous ne pouvez pas utiliser le discours politique d´il y a trente ans. Le monde se développe et change. Peut-être que si Israël a su progresser outre-mer et que si la voie et la culture israélienne sont mieux reconnues que la culture arabe, c´est parce qu´Israël parle le langage de la communauté international e. Je ne parle pas de guerres. C´est un autre sujet. Mais en tant que système culturel, Israël fait partie du monde occidental.
    Interviewer : [Les Israéliens] sont mieux intégrés dans le système international ?
    Dr Hala Mustafa : Absolument. Ils parlent le même langage et savent comment les convaincre.
    Interviewer : Ils sont plus habiles pour obtenir un soutien matériel, politique ou moral.
    Dr Hala Mustafa : Assurément. Leur plus grande réussite est leur façon de décrire la partie adverse – les Arabes – comme des extrémistes armés qui crient et prennent des décisions hystériques. Cette image est devenue un stéréotype, à l´instar de l´après 11 septembre, quand l´image du musulman est devenue un cliché négatif.
    Interviewer : Mais certains disent que la normalisation, au sens traditionnel du terme – rencontrer des responsables [israéliens], aller à des spectacles [israéliens], à des festivals, visiter Jérusalem, sans reconnaissance des doits légitimes des Palestiniens, serait renoncer à une carte majeure.
    Dr Hala Mustafa : Cette carte n´est pas la même en tous temps. Il y avait autrefois consensus sur la nécessité de jouer la carte de la normalisation. Nous l´avons utilisée pendant les vingt à trente ans passés. Faut-il encore s´en servir aujourd´hui ? Et le fait qu´elle ait été utilisée pendant si longtemps a-t-il empêché les terribles guerres du Sud Liban et de Gaza, l´Intifada et les problèmes consécutifs avec le Hamas ? Cet embargo ou cette "carte" ont-ils vraiment changé quelque chose à la conduite ou la politique israélienne ? En quoi ? Ont-ils conduit les Etats-Unis à prendre partie pour le monde arabe, par exemple ?"

************************************************************************************************
Syrie

- Selon Der Spiegel, le Mossad aurait piraté un ordinateur pour obtenir des informations sur un site nucléaire syrien (Guysen.International.News / 2009-11-03 04:05)
   "Selon le magazine allemand Der Spiegel de ce lundi, le Mossad israélien aurait utilisé un virus "cheval de Troie" afin de recueillir des renseignements sur une installation nucléaire en Syrie, que les forces aériennes de Tsahal ont détruit en 2007. Selon le magazine, des agents israéliens auraient infecté l'ordinateur d'un responsable syrien qui se trouvait dans un hôtel à Londres. Le programme aurait ensuite copié tous les détails du site nucléaire syrien et aurait envoyé les informations directement vers les ordinateurs du Mossad."

**************************************************************************************************
Monde arabe

- Il ne fait pas bon être journaliste au Maghreb, Jean-François Julliard (RSF)
http://www.slate.fr/story/12479/liberte-maghreb-presse-rsf
   "La liberté des journalistes au Maghreb est tout sauf garantie. Les exemples abondent. En Tunisie, Taoufik Ben Brik vient d'être placé, le 30 octobre 2009, sous mandat de dépôt et risque trois ans de prison dans une affaire montée de toutes pièces. Son confrère Slim Boukhdhir avait été sauvagement agressé deux jours plus tôt. Et le correspondant du journal panarabe basé à Londres Al-Quds Al-Arabi, Mouldi Zouabi, a été victime d'une tentative d'effraction à son domicile.
    Au Maroc, Driss Chahtane, du journal Al-Michaal, a été condamné, le 15 octobre, à un an de prison pour un article sur la santé du roi. Le soir même, il a été arrêté et incarcéré. Nous pensions en avoir terminé avec les journalistes en prison au Maroc. Nous avions tort.
    Depuis le 18 octobre, le Journal Hebdomadaire, une référence au sein de la presse indépendante du royaume, doit payer 250 000 euros de dommages et intérêts à un centre de recherche belge pour «diffamation». S'il ne trouve pas d'issue, il devra mettre la clé sous la porte.
    Taoufiq Bouachrine, directeur de publication du journal Akhbar Al-Youm, et Khalid Gueddar, son caricaturiste, risquent la prison pour «atteinte à l'emblème du royaume» et «non-respect dû à un membre de la famille royale» suite à une plainte déposée par Moulay Ismaïl, cousin du Roi et sujet d'une caricature. Les bureaux de la rédaction à Casablanca ont été placés sous scellés et sont depuis gardés par la police.
    En Algérie, les journalistes profitent d'une certaine accalmie, mais pour combien de temps? Les tribunaux regorgent d'affaires de presse à juger et, tôt ou tard, les condamnations vont pleuvoir. [...]"

- Creationism, Minus a Young Earth, Emerges in the Islamic World, Kenneth Chang (New York Times) - "The debate over evolution is only now gaining prominence in many Islamic countries as education improves and more students are exposed to the ideas of modern biology".
http://www.nytimes.com/2009/11/03/science/03islam.html?_r=2&8dpc
   "Creationism is growing in the Muslim world, from Turkey to Pakistan to Indonesia, international academics said last month as they gathered here to discuss the topic. But, they said, young-Earth creationists, who believe God created the universe, Earth and life just a few thousand years ago, are rare, if not nonexistent. One reason is that although the Koran, the holy text of Islam, says the universe was created in six days, the next line adds that a day, in this instance, is metaphorical: “a thousand years of your reckoning.” [...]
    But that does not mean that all of evolution fits Islam or that all Muslims happily accept the findings of modern biology. More and more seem to be joining the ranks of the so-called old-Earth creationists. They do not quarrel with astronomers and geologists, just biologists, insisting that life is the creation of God, not the happenstance consequence of random occurrences. The debate over evolution is only now gaining prominence in many Islamic countries as education improves and more students are exposed to the ideas of modern biology. The degree of acceptance of evolution varies among Islamic countries. [...]"

- Mauritanie : l'esclavage continue (Guysen.International.News / 2009-11-03 20:14)
   "L'Onu a fait savoir que malgré son abolition officielle, l'esclavage reste largement pratiquée. "Il existe en Mauritanie toutes les formes d'esclavage: travail des enfants, travail domestique, mariages d'enfants et trafic d'être humains", a déclaré une spécialiste au terme d'un voyage de 10 jours dans le pays. Gulnara Shaninian a tenu mardi une conférence de presse sur les différentes formes d'esclavage."

********************************************************************************************
Iran

- Iran : l'ayatollah Kamenei qualifie les USA de ''puissance arrogante'' (Guysen.International.News / 2009-11-03 12:44)
   "Le guide suprême de la Révolution islamique, l'ayatollah Ali Khamenei a taxé les Etats-Unis de ''puissance arrogante avec laquelle nous ne pourrons nous réconcilier'', a indiqué la radio nationale iranienne."

- Yadlin : "Les intentions iraniennes sont purement militaires", Rebecca Anna Stoil (JP) - mais "les sanctions contre l'Iran ont plus de chances d'aboutir que dans le passé".
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1256799081992&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Le site nucléaire iranien de Qom, révélé récemment, ne peut avoir "aucune utilité civile", a déclaré le chef des renseignements militaires, Amos Yadlin. Il est ainsi venu directement contredire les propos du président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, de septembre dernier. A l'occasion d'une réunion de la commission parlementaire des affaires étrangères et de la défense, Yadlin a annoncé que le site de Qom est bel et bien prévu pour l'enrichissement d'uranium, à des fins militaires. Il peut, au total, abriter 3 000 centrifugeuses avancées.
    Yadlin souligne, par ailleurs, que Téhéran est avant tout intéressé par une "expansion horizontale" de ses capacités de production nucléaire. Et ce, pour qu'il puisse, au moment voulu, fabriquer des armes nucléaires le plus rapidement possible. "La République islamique est capable d'enrichir son uranium" et n'a toujours pas réagi aux pressions de la communauté internationale à ce sujet, poursuit-il.
    Bien que les délais des négociations avec l'Occident soient fixés à décembre 2009, les sanctions contre l'Iran ont plus de chances d'aboutir que dans le passé, précise cependant Yadlin. Notamment en raison des conditions économiques et politiques actuelles à Téhéran. L'objectif principal d'Israël reste, pour l'heure, d'empêcher l'installation des 3 000 centrifugeuses à Qom. Par crainte des activités iraniennes, beaucoup de pays arabes ont tendance à accélérer leurs propres programmes nucléaires civils, ajoute Yadlin."

***********************************************************************************************
USA

- New Poll Shows Americans Reject UN Report Accusing Israel of War Crimes (TIP) - "Les Américains comprennent pourquoi Israël a ressenti le besoin de s'introduire à Gaza et de protéger ses propres citoyens, et ils pensent que le rapport Goldstone n'a pas donné assez d'importance aux attaques conscientes du Hamas sur des civils et sur l'utilisation des civils à Gaza."
http://www.theisraelproject.org/site/apps/nlnet/content2.aspx?c=hsJPK0PIJpH&b=689705&ct=7630781
Traduction Aschkel :
http://aschkel.over-blog.com/article-sondage-38667521.html
   "Alors que l'Assemblée Générale de l'ONU se réunira (le mercredi 4 novembre) pour débattre d'un rapport de l'ONU accusant Israël et le Hamas de crimes de guerre dans le cadre du conflit en décembre 2008 - janvier 2009 à Gaza, un nouveau sondage bipartisan montre que les Américains pensent que l'action militaire d'Israël à Gaza était, en effet, une guerre défensive. Un grand nombre d’Américains rejette le rapport de l'ONU accusant Israël de crimes de guerre.
    Le sondage, réalisé en octobre par Greenberg Quinlan Rosner Research (GQRR) et commissionné parThe Israel Project (TIP), montre que les Américains ont des doutes considérables sur les conclusions du rapport commissionné par le Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU accusant Israël de crimes de guerre. [...] La majorité des Américains (88 %) n’est pas informée du rapport, dirigé par le juge sud-africain Richard Goldstone. Mais pour ceux qui sont familiers avec ce rapport, ils expriment un désaccord selon une marge de 50 à 29 %. Et pour la majorité de ceux qui ne connaissent pas ce rapport (entre 19 et 30 %), ils en arrivent à la même conclusion de désaccord lorsqu'ils sont informés que ce dernier accuse Israël et le Hamas de crimes de guerre avec des accusations beaucoup plus sérieuses à l’égard d'Israël. [...]
    La critique du rapport de Richard Goldstone est dirigée par le sentiment que l'opération d'Israël à Gaza a été en grande partie une guerre défensive. Avec une marge de 50 à 27 pour cent, les Américains pensent qu'Israël a combattu une guerre défensive et que le Hamas est essentiellement responsable de la mort de civils, et non l'usage de la force excessive d'Israël. [...]
    Le sondeur démocratique Stanley Greenberg, docteur en philosophie, de GQRR a déclaré: "Les Américains comprennent pourquoi Israël a ressenti le besoin de s'introduire à Gaza et de protéger ses propres citoyens, et ils pensent que le rapport Goldstone n'a pas donné assez d'importance aux attaques conscientes du Hamas sur des civils et sur l'utilisation des civils à Gaza." Le sondage a été réalisé conjointement par Public Opinion Strategies (POS) et GQRR, le 12 et le 14 octobre 2009, avec 807 électeurs inscrits (marge d'erreur de +/-3,45 pour cent). Les données concernant la tendance historique proviennent des sondages réalisés à la fois par POS et GQRR et incluent des interviews d'adultes, d'électeurs inscrits, probablement des électeurs et des élites d'opinion."

- Sondage: à peine 12% des Américains expriment des sentiments antisémites (Philosémitisme) - "Malgré une baisse signatificative, la communauté afro-américaine continue à être une source d'inquiétude".
http://philosemitismeblog.blogspot.com/2009/11/sondage-peine-12-des-americains.html
   "Les résultats d'un sondage publié le 29 octobre par la Ligue antidiffamation (Anti-Defamation League, ADL) révèlent que l'antisémitisme a atteint un niveau historiquement bas aux Etats-Unis (comparable à celui enregistré en 1998) [http://www.adl.org/PresRele/ASUS_12/5633_12.htm]. A peine 12% des Américains expriment des opinions antisémites, ce qui représente une baisse de 15% par rapport à 2007.
    Le niveau d'éducation reste le facteur déterminant de la présence du sentiment antisémite. Les Américains les plus instruits en sont largement exempts. Au sein de la population ayant le moins d'instruction, ce sentiment atteint 19.5%, contre 12% dans l'ensemble de la population (voir le graphique http://www.adl.org/Anti_semitism/poll_as_2009/13.asp).
    Chez les sondés qui ont exprimé des sentiments antisémites, prévaut l'idée que les Juifs détiennent un pouvoir disproportionné (voir le graphique http://www.adl.org/Anti_semitism/poll_as_2009/16.asp) [1]:
    - 79% estiment que les Juifs ont trop de pouvoir dans le monde des affaires, contre 18% dans l'ensemble de la population.
    - 68% estiment que les Juifs contrôlent Wall Street, contre 15% dans l'ensemble de la population.
    - 64% estiment que les Juifs détiennent trop de pouvoir aux Etats-Unis, contre 13% dans l'ensemble de la population.
    L'étude confirme qu'il y a une différence significative entre les hispaniques nés en dehors des Etats-Unis et ceux nés aux Etats-Unis. Parmi les hispaniques nés en dehors des Etats-Unis 35% expriment des opinions antisémites, alors qu'ils ne sont que 18% parmi ceux nés dans le pays (voir le graphique http://www.adl.org/Anti_semitism/poll_as_2009/22.asp). Malgré une baisse signatificative, la communauté afro-américaine continue à être une source d'inquiétude. 28% des membres de cette communauté ont des opinions antisémites. Il étaient 37% en 1992 et 32% en 2007 (voir le graphique http://www.adl.org/Anti_semitism/poll_as_2009/23.asp). [...]
    [1] Pour la France, voir Un tiers des Français associent les Juifs au pouvoir de l'argent (http://philosemitismeblog.blogspot.com/2009/04/un-tiers-des-francais-associent-les.html)"

- Devant le Congrès américain, Merkel rend hommage aux victimes de l'Holocauste (AFP)
http://lemonde.fr/ameriques/article/2009/11/03/devant-le-congres-americain-merkel-rend-hommage-aux-victimes-de-l-holocauste_1262357_3222.html
   "La chancelière allemande Angela Merkel a rendu hommage, mardi 3 novembre, aux victimes de l'Holocauste et des persécutions nazies lors d'un discours solennel devant les deux chambres du Congrès des Etats-Unis. Dénonçant "une rupture avec la civilisation", elle a évoqué les six millions de victimes, juives pour la plupart, assassinées par les nazis au pouvoir en Allemagne entre 1933 et 1945. [...]
    Mme Merkel a rappelé que le 9 novembre, qui marquera le 20e anniversaire de la chute du mur de Berlin, sera aussi l'anniversaire de la Nuit de cristal de 1938, lorsque les nazis s'en étaient pris aux propriétés juives dans l'ensemble de l'Allemagne. "Ce jour-là, les nazis ont pillé et détruit des synagogues, les ont incendiées et [ont] tué d'innombrables victimes." "Je ne peux pas me tenir devant vous aujourd'hui sans rendre hommage aux victimes de ce jour précis", a-t-elle dit. [...]"

*****************************************************************************************************
Europe

- Suède: un parti antisioniste inspiré par Dieudonné ? (Philosémitisme)
http://philosemitismeblog.blogspot.com/2009/11/suede-un-parti-antisioniste-inspire-de.html
   ""Nous allons fonder un parti, qui verra la jour vraisemblablement très bientôt. Ce ne sera pas un parti islamiste, ce sera un parti antisioniste." (Mohamed Omar) Bien qu'il soit entouré d'antisémites notoires et de négationnistes, Mohamed Omar se défend d'être antisémite. "Nous sommes tout simplement contre leurs idées [des sionistes]. Par exemple, ils ont un état qui pratique une politique raciste contre les Arabes et ils persécutent les Arabes, etc.", a-t-il déclaré à SR. Mais sur le site Internet de Mohamed Omar, le message est que le Holocauste est une escroquerie et que les Juifs sont des malades mentaux. Gene de Harry's Place ajoute : pour la radio publique suédoise le mouvement antisioniste d'Omar rappelle la campagne ratée du "co
mique" français Dieudonné à l'occasion des élections européennes de 2009. (http://www.hurryupharry.org/2009/11/03/a-red-green-brown-alliance-in-sweden/)"

********************************************************************************************************
Histoire

- 2 novembre 1917, la déclaration Balfour, Alain Gresh (Blog Monde Diplomatique) - quand Alain Gresh fait de l'Histoire une arme idéologique :
http://blog.mondediplo.net/2009-11-02-2-novembre-1917-la-declaration-Balfour
   "[...] Hussein obtient l’engagement britannique d’appuyer l’indépendance des Arabes. Mais les promesses n’engagent que ceux qui y croient... Comment, en effet, concilier l’indépendance arabe et la création d’un foyer national juif ? [...]"

- Le problème, c'est que jamais la déclaration Balfour n'a été vue comme inconciliable par le roi Hussein, contrairement à ce que Gresh veut laisser accroire :
La France, responsable de la naissance du grand Satan, Edwin Black (JP)
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1251804592999&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Le 1er janvier 1919, le prince Faiçal [ibn Hussein] soumettait au Conseil suprême de la Conférence pour la Paix un mémorandum décrivant sa vision du nationalisme arabe au Moyen-Orient. Une vision ni monolithique, ni panarabe. Faiçal ne convoitait qu'un seul territoire : la Syrie. Près d'un siècle plus tard, hommes politiques et commentateurs passent leur temps à déplorer l'impossibilité de parvenir à la paix au Proche-Orient. Immanquablement, les projecteurs sont orientés sur Israël et les Palestiniens, pierres angulaires d'une résolution globale à élaborer avec l'aide des Occidentaux. Pourtant, dans l'accord de paix original entre Juifs, Arabes et puissances occidentales, ni les implantations, ni Jérusalem ne posaient problème. Les Arabes ne trouvaient rien à redire à l'établissement d'un Etat juif et à l'immigration massive de populations juives. Pour eux, ce n'était pas la Palestine, mais la Syrie qui importait. [...]
    Tels sont les termes du contrat : un Etat sioniste en Palestine, sans restrictions, pour les Juifs ; l'Irak et ses fabuleuses nappes de pétrole encore inexploitées pour les Britanniques. Quant aux Arabes, ils ne réclament que la Syrie et les villes saintes de La Mecque et de Médine, dans la péninsule arabe. [...] Le document présente les spécificités des aspirations nationales mutuelles des deux peuples. Et à cette époque, la terre sur laquelle est censé s'ériger l'Etat national arabe n'est pas la Palestine, mais la Syrie. [...]"

- Autre problème : l’analyse "historique" de M. Gresh ne colle pas vraiment aux dires du premier intéressé, le roi Hussein lui-même.
http://en.wikipedia.org/wiki/Faisal_I_of_Iraq#Post_World_War_I
   "[...] On 3 January 1919, Faisal and Dr. Chaim Weizmann, President of the World Zionist Organization signed the Faisal–Weizmann Agreement for Arab-Jewish cooperation, in which Faisal conditionally accepted the Balfour Declaration based on the fulfillment of British wartime promises of development of a Jewish homeland in Palestine and on which subject he made the following statement :
    "We Arabs... look with the deepest sympathy on the Zionist movement. Our deputation here in Paris is fully acquainted with the proposals submitted yesterday by the Zionist Organisation to the Peace Conference, and we regard them as moderate and proper. We will do our best, in so far as we are concerned, to help them through ; we will wish the Jews a most hearty welcome home... I look forward, and my people with me look forward, to a future in which we will help you and you will help us, so that the countries in which we are mutually interested may once again take their places in the community of the civilised peoples of the world". [...]"

- En complément de la rubrique Histoire sur Alain Gresh : les dernières élucubrations assassines de "l'historien français" lors d'un colloque en Algérie. Hors du Monde Diplomatique, il se lâche carrément, et ce n'est pas très joli.
Table ronde «El Qods et la Palestine : situation et perspectives» animée par Alain Gresh, Wafia Sifouane (La Tribune, 3 novembre) - attention, les propos antisionémites peuvent heurter !
http://www.latribune-online.com/culture/24881.html
   "Bien que les paroles ne peuvent consoler le peuple palestinien éternel martyr d’Israël, du sionisme et de ses agents et lobbys à travers le monde, ni le soulager, les historiens ne peuvent se priver d’en parler, de débattre et d’essayer de comprendre pour relater le drame d’un peuple. [...] A ce propos, Alain Gresh s’efforcera de décrypter les visées des Israéliens. Veulent-ils un seul Etat et toléreront-ils un jour la présence des Palestiniens ?
    «Je profite de ma présence en Algérie pour réfléchir à la situation palestinienne puisque l’Algérie a décidé de célébrer El Qods, capitale éternelle de la culture arabe», dira-t-il d’emblée. «En observant l’Europe du XVIIIe siècle, j’ai déduit qu’il existait deux sortes de colonialismes. Le premier s’appelle le colonialisme de contrôle et le second, plus rare et plus destructeur, le colonialisme de peuplement tel que cela s’est passé en Algérie et se passe actuellement en Palestine. Là où les colons aspirent à exterminer la population et la répudier aux frontières. [...]» «Il existe un cas à part, celui du colonialisme qui sévit en Palestine, qui, non seulement assassine le peuple, mais a créé un nouvel Etat ; c’est là que la situation s’est compliquée avec une présence massive de colons», explique M. Gresh.
    S’agissant du drame palestinien et de sa médiatisation pour sensibiliser l’opinion mondiale, l’historien soulignera que les Israéliens font tout pour barrer le chemin aux médias et les empêcher de faire leur travail, s’il ne cadre pas avec leurs desseins évidemment. Il prendra pour exemple le génocide de Ghaza. «Personne n’a vu ce qui s’est réellement passé, seuls les journalistes présents peuvent en témoigner mais ils étaient sous l’emprise de l’Etat sioniste. Ce n’est qu’aujourd’hui que certains médias se sont détachés pour soutenir la cause, ils ne sont plus dominés comme avant», dira-t-il. [...]"

*******************************************************************************************************
Points de vue

- Les enjeux de la résolution 242, Dore Gold (Ancien ambassadeur d’Israël à l’ONU et Président du Centre de Jérusalem pour les affaires publiques)
http://jcpa-lecape.org/ViewArticle.aspx?ArticleId=245
   "La Résolution 242 des Nations-Unies adoptée au mois de novembre 1967 est, dans le contexte du conflit Israélo-arabe, la résolution la plus importante pour instaurer la paix au Proche-Orient. Bien qu'elle ait été adoptée il y déjà plus de quatre décennies, au lendemain de la guerre des Six jours de 1967, elle demeure une base solide pour tous les efforts de paix – depuis le traité de paix israélo-égyptien aux accords d'Oslo en passant par la conférence de paix de Madrid.
    Chaque débutant en sciences politiques qui étudie sur le Proche-Orient sait parfaitement que cette résolution n’a jamais établi l’étendue du retrait israélien des territoires conquis pendant la guerre des Six jours en échange de la paix avec ses voisins arabes. Néanmoins, au cours des dix dernières années, plusieurs observateurs ont faussement caractérisé les résolutions des Nations Unies comme exigeant d’Israël de se retirer totalement de la Cisjordanie et de la bande de Gaza.
    Depuis la présidence de Carter, les responsables américains ont pris soin de protéger les droits d’Israël et ont donné un vrai sens à la Résolution 242. L’exemple le plus récent est celui de la lettre du Président George W. Bush au Premier ministre Ariel Sharon du 14 avril 2004. Elle affirme que dans le cadre d’un règlement de paix définitif, Israël doit se doter de frontières sûres et reconnues, qui devraient émerger des négociations entre les parties, conformément aux Résolutions 242 et 338 et à la lumière de nouvelles réalités sur le terrain. Cela comprend les principaux centres d'agglomérations israéliens déjà existants. Selon cette missive, il ne serait pas réaliste que le statut final exige un retour complet aux lignes d’armistice de 1949.
    Nul n'en doute, la missive du président Bush a contribué à rectifier les interprétations erronées de la Résolution 242. De manière significative, cette lettre a été également approuvée en juin 2004 par le Sénat américain et par la Chambre des représentants. Néanmoins, la nécessité d’expliquer le sens de la Résolution 242 est une tache inachevée. Pour cette raison, les articles parus dans une brochure sont d’une importance capitale pour le monde universitaire, diplomatique et journalistique et pour tous ceux  qui suivent avec passion les enjeux au Proche-Orient." (Les deux points de vue de la brochure sont consultables sur le site, et seront dans les prochaines Boucles)

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam - dans Novembre 2009
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages