Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 10:26
France

- Dieudonné : L'UEJF demande le retrait d'une nouvelle vidéo, Maud Pierron (20 minutes) - "Dans cette vidéo, Dieudonné  appelle "les non-juifs" à se "révolter" et à se "mobiliser" contre "l'occupation et la servitude" qui seraient imposées par "les Juifs de France"."
http://www.20minutes.fr/societe/1363761-dieudonne-l-uejf-demande-le-retrait-d-une-nouvelle-video
   "L'Union des étudiants juifs de France (UEJF) a assigné Dieudonné pour demander à la justice d'ordonner à l'humoriste controversé de retirer une vidéo vue près de deux millions de fois sur Youtube, a-t-on appris mardi auprès des parties. L'audience de référé (procédure d'urgence), initialement prévue mardi devant le tribunal de grande instance de Paris, a été renvoyée au 6 juin.
    L'UEJF estime que plusieurs passages de la vidéo «Manuel Valls aka +El Blancos+, premier ministre !!» sont susceptibles de constituer le délit de provocation à la discrimination, la haine ou la violence à l'égard des juifs. Dans cette vidéo, Dieudonné  appelle "les non-juifs" à se "révolter" et à se "mobiliser" contre "l'occupation et la servitude" qui seraient imposées par "les Juifs de France", souligne l'association dans un communiqué. Elle demande 50.000 euros de dommages et intérêts, qui seraient reversés au Mémorial de la Shoah. [...]"

- Affaire Halimi : la sortie d’Aymeric Caron que vous n’avez pas vue sur France 2, Elisabeth Lévy (Causeur) - "Caron n’est pas antisémite, il est juste l’un des meilleurs représentants de ce qu’Orwell appelait l’esprit de gramophone. Il pense ce qu’on lui a dit qu’il fallait penser pour avoir le chic radical".
http://www.causeur.fr/ilan-halimi-aymeric-caron,27292
   "Aymeric Caron est de gauche. La preuve, il n’aime pas qu’on tue des enfants. Surtout quand ce sont des enfants palestiniens tués par des soldats israéliens – ce qui, malheureusement arrive, comme dans toutes les guerres, même si on n’a jamais vu les Israéliens acclamer un tueur d’enfants comme l’ont fait les Libanais en accueillant en héros Samir Kuntar, dont le haut fait d’armes était d’avoir fracassé la tête d’une fillette israélienne sur des rochers. Passons, un enfant est un enfant et moi non plus, je n’aime pas que les enfants meurent. [...]
    Vendredi soir, pendant le tournage de « On n’est pas couchés ! », une altercation, assez violente paraît-il, a mis aux prises Aymeric Caron, chroniqueur gauche de Laurent Ruquier, et le metteur en scène Alexandre Arcady, venu défendre 24 jours, son film sur la séquestration et l’assassinat de Ilan Halimi. J’ai entendu parler de cet incident par quelqu’un, qui en avait entendu parler par quelqu’un…qui connaissait Arcady ou une de ses connaissances. Il n’est même pas scandaleux, juste révélateur d’un état d’esprit commun aux milieux islamistes et à une certaine gauche, plus active dans les médias que dans les partis – ce qui n’est pas nécessairement rassurant. Dans le paquetage idéologique de Caron et de ses multiples clones, il y a, entre autres certitudes rangées au carré, celle qu’Israël est l’un des noms du mal. Alain Finkielkraut aussi – logique, puisque Finkielkraut soutient Israël. [...]
    Revenons à notre Caron et à sa dispute avec Arcady. Il est dommage que cette édifiante scène de la vie parisienne ait été coupée au montage – chapeau au monteur car on ne voit rien. La productrice Catherine Barma en a d’ailleurs informé Alexandre Arcady à l’issue du tournage. C’est que les propos de Caron semblent avoir effaré pas mal de monde jusque dans l’équipe de l’émission, aussi a-t-elle dû penser qu’il était inutile de les infliger au téléspectateur. Cette décision est parfaitement légitime. S’agissant d’une conscience morale et d’un penseur de la stature de Caron, il est tout aussi légitime d’éclairer le public, qu’il s’emploie à rééduquer en l’insultant, sur son intéressante vision du monde.
    Faute de disposer des images, j’ai demandé à Alexandre Arcady de me relater l’accrochage. Par souci de loyauté envers ses employeurs, Natacha Polony a, pour sa part, préféré s’abstenir de tout commentaire, se contentant d’observer que mon récit était, dans l’esprit sinon dans la lettre, conforme à ses souvenirs. Quant à Aymeric Caron, il n’a pas dû avoir eu le temps de répondre à mes messages sollicitant sa version, mais il est le bienvenu s’il souhaite amender celle-ci. Du reste, il me remerciera certainement, car il doit être du genre à assumer ses opinions. Même pas peur. D’ailleurs, de quoi aurait-il peur : s’il était dangereux de dire des âneries, il le saurait.
    Polony ouvre le feu. Après quelques amabilités sur le film, elle regrette que le parti choisi par le cinéaste, raconter le drame du seul point de vue de la victime et de sa famille, l’empêche de montrer ce que cette terrible affaire dit de notre société. Il aurait fallu s’intéresser aussi aux motivations des membres du gang des Barbares, précise-t-elle. Elle veut parler de ce mélange de haine des Juifs et d’appât du gain qui a tué Ilan Halimi et qui fait des ravages dans la jeunesse des banlieues, bien au-delà de ces sinistres branquignols du crime. Le cinéaste ayant évoqué la souffrance de « la Communauté », elle ajoute que cette affaire ne doit pas être seulement celle des Juifs. Je l’avoue, l’insistance de certains milieux juifs à imputer ce crime odieux à la seule passion antisémite à l’exclusion de toute autre affect mauvais et, dans la foulée, à faire de Ilan Halimi le « mort des Juifs », m’a souvent mise mal à l’aise. En tout cas, Polony a raison : l’antisémitisme n’est pas le problème des Juifs.
    Passablement tendu, Arcady croit déceler dans les propos de la chroniqueuse la tentation de justifier l’injustifiable. Il s’énerve un peu. Aymeric Caron, lui aussi, a entendu de travers, mais par chance, il a entendu ce qu’il voulait entendre. Je suis en partie d’accord avec Natacha, il ne faut pas se focaliser sur l’antisémitisme, embraye-t-il ravi, au grand dam de l’intéressée. Puis, consultant ses fiches soigneusement préparées, il déplore, chiffres à l’appui, que le film passe sous silence les actes islamophobes qui ont bien plus augmenté que les actes antisémites, précise-t-il chiffres à l’appui. On ne voit pas bien le rapport. Veut-il dire qu’on en fait un peu trop pour une affaire certes terrible mais isolée, quand l’islamophobie est une réalité quotidienne ? On n’ose le penser, mais Arcady en est convaincu.
    Le ton monte. Le cinéaste remarque fort justement qu’il n’y a plus un seul élève juif dans les écoles publiques de Seine Saint Denis. À quoi notre Jean Moulin d’opérette répond qu’il est contre tous les racismes. Tant d’audace laisse coi. Polony reprend la parole, évoque Les Territoires perdus de la République, rappelant qu’il a fallu des années pour qu’on accepte de regarder en face la réalité du « nouvel antisémitisme », en clair l’antisémitisme arabo-musulman, devenu une opinion, et une opinion courante, dans une proportion inconnue de la jeunesse des banlieues.
    Arcady ne sait plus comment la discussion en arrive à Merah. Si on interrogeait Merah, déclare alors Caron, il dirait qu’il a tué des enfants juifs parce que l’armée israélienne tue des enfants palestiniens. Bien sûr, ça ne justifie rien, mais tout de même, c’est vrai que Tsahal tue des enfants. D’ailleurs, là encore, il a les chiffres. Sous le regard médusé des invités, il brandit ses notes, puisées dans le rapport d’une ONG. J’ai les chiffres ! Qu’est-ce que vous répondez à ça ?
    Arcady s’étrangle. Vous osez dire que l’armée israélienne tue des enfants !, hurle-t-il. Réponse un peu maladroite car la phrase de Caron est factuellement exacte, mais tout le monde a compris. En particulier Polony, qui demande à son partenaire s’il n’a pas perdu la tête. Tu viens à une émission sur Ilan Halimi avec des données sur les Palestiniens tués par l’armée israélienne, est-ce que tu te rends compte de ce que tu fais ?
    Attention, tout cela ne fait nullement de Caron un antisémite – et là, il ne s’agit pas d’une antiphrase. Espérons que nul n’aura la sottise de proférer cette accusation mensongère qui lui permettrait de jouer les offensés avec les trémolos d’usage. Caron n’est pas antisémite, il est juste l’un des meilleurs représentants de ce qu’Orwell appelait l’esprit de gramophone. Il pense ce qu’on lui a dit qu’il fallait penser pour avoir le chic radical.
    Laurent Ruquier, quant à lui, n’a rien vu venir. On ne saurait le lui reprocher, quand ça part en vrille, on n’y peut rien. Pour calmer le jeu, il passe la parole aux autres invités. À l’écran, on les verra rivaliser dans le bon sentiment et communier dans leur admiration pour 24 jours, un film qui devrait être obligatoire dans les écoles. Tous déclarent fermement être contre le racisme, l’antisémitisme et le nazisme, sans oublier l’homophobie qui tue, elle aussi. Tous le proclament solennellement, les heures les plus noires ne doivent pas revenir. Ouf, on peut enfin aller se coucher."

- "On n'est pas couché" : Un accrochage entre Aymeric Caron et Alexandre Arcady coupé au montage (OZAP)
http://www.ozap.com/actu/-on-n-est-pas-couche-un-accrochage-entre-aymeric-caron-et-alexandre-arcady-coupe-au-montage/452975
   "[...] Invité ce midi des "Grandes Gueules" de RMC, Alexandre Arcady a confirmé la version de Causeur. "Accroché, le mot est un petit peu faible. Je vais dire que j'ai été tellement estomaqué - et je n'étais pas le seul puisqu'on s'est rendu compte (qu'il) apportait comme ça des espèces de vérités épouvantables. On pouvait comprendre que, parce que des soldats israéliens tuaient les enfants palestiniens... Imaginons déjà comment cette phrase peut être terriblement provocatrice", a expliqué le réalisateur, pointant du doigt l'intervention "préparée" d'Aymeric Caron et ses chiffres.
    Puis, le discours a bel et bien dérivé sur l'affaire Mohammed Merah. "Je lui faisais remarquer quand même que le président de Palestine avait fait une déclaration très claire à destination des Français en leur disant 'Ecoutez, les affaires palestiniennes et israéliennes sont nos affaires et je vous demande de ne pas vous en occuper'. Parce qu'à la suite de cette tuerie à Toulouse, c'était insupportable. Et je lui ai fait remarquer qu'il n'avait pas beaucoup été repris dans les médias et que c'était quand même un appel au calme et de ne pas mêler les choses. Mais la chose la plus extravagante, c'est qu'on parle d'un crime antisémite en France, d'un jeune Français, et que ce monsieur vient avec des affirmations d'un antisionisme et d'un anti-Israël d'une façon tellement caricaturale", s'est offusqué Alexandre Arcady.
    "Je pense que ce sont des raccourcis qui font mal et qui peuvent perturber beaucoup les esprits. (...) C'est de la désinformation parce que ce sont des raccourcis absolument abjects", a-t-il jugé sur RMC. Et le réalisateur a par ailleurs confirmé avoir été mis au courant de la suppression de la séquence. "La production est venue me voir à l'issue de l'enregistrement, avec le réalisateur, et ils m'ont dit qu'ils allaient couper la séquence, qu'elle était insupportable. Ils ne se sont pas auto-censurés, ils ont considéré avec justesse qu'il ne fallait pas lancer ce type d'anathème qui n'avait rien à faire dans ce débat", a-t-il confié, jugeant que "ça ne méritait pas d'être diffusé". Malgré cette décision, Alexandre Arcady "ne croit pas" que la production ait voulu protéger Aymeric Caron mais plutôt le public."

- Aymeric Caron chez Ruquier: bonne conscience + rigolade + audimat = crétinisme télévisuel, Jacques Tarnero (Huffington Post) - "Antisémite, Aymeric ? Non, non, surement pas, je parie même qu'il il a des amis juifs progressistes, forcément progressistes. Non, il est juste dans l'air du temps des gens qui pensent bien, ceux du progressisme prépensé, en parfait accord avec les catégories intellectuelles que produit la télé".
http://www.huffingtonpost.fr/jacques-tarnero/aymeric-caron-chez-ruquier-france-2_b_5230770.html
   "Il y a quelques mois un samedi soir chez Ruquier un humoriste autoproclamé [Olivier de Benoist] faisait ses bons mots sur Hollande en pleine agitation conjugale "...il est allé tirer un coup en scooter... bon et alors, déjà Mohamed Merah était aller tirer un coup en scooter..." Hahaha! Applaudissements dans le public... On rigole du mot d'esprit...
    C'était peu de temps après qu'un autre humoriste ait connu un certain succès avec sa chanson à succès "shoahnana"... On connaît la suite. Mais à la télé il n'y a pas que de blagues potaches d'un goût douteux. A la télé on pense aussi. A la télé il y a aussi du débat d'idées. On passe du grivois au concept en un instant. Ça fait partie du jeu. Bien sur il faut changer de style, parfois de chaîne. Cravate dénouée ou col de chemise déboutonné (avec veste et brushing tout de même) pour faire libéré mais de bon ton.
    Natacha joue la conservatrice chic et Aymeric le progressiste à barbe de quinze jours, tandis que Laurent mène le jeu avec un talent à la fois enjoué et vif, juste ce qu'il faut pour être dans l'air du temps, moqueur et désabusé. On ne nous la fait plus, pas à nous! Samedi soir à la télé dans un talk show faut d'abord rigoler. De tout. C'est la raison pour laquelle Arcady a fait le rabat joie avec son film 24 jours qui raconte le kidnapping et l'assassinat de ce jeune juif en 2006, Ilan Halimi. Et brutalement on a moins rigolé.
    Arcady a fait un film qui rapporte le meurtre barbare d'Ilan Halimi. Arcady rapporte, montre, donne à voir un abîme de bêtise, de violence, de gestes ignobles. Il montre une famille ravagée, une souffrance indicible. Il montre une police dépassée par les faits et une justice qui refuse de voir le réel. Quel est-il ce réel? La sous culture des "quartiers" ou plutôt la culture née du ressentiment, de la frustration, de la bouillie intellectuelle des "jeunes en difficulté", des blacks-blancs-beurs débiles, racistes, nourris de clichés. Quels clichés? Juif = fric, Juif = pouvoir, juif = puissance, Juif = Israël.
    On n'a pas idée de programmer des histoires aussi affreuses dans une émission de divertissement. Bon, tout le monde a dit c'est un bon film, faut aller le voir, c'est une œuvre utile, éducative et tout et tout. A la télé on est contre le racisme, même contre l'antisémitisme, ça va de soi. Oui mais... On n'a pas tout vu qu'il paraît. On a raté le meilleur. La télé a coupé Caron, l'intello de gauche. La prod a trouvé qu'il avait dit des choses too much. Et elle a bien fait. Alors qu'est ce qu'il a dit de pas bien Aymeric?
    Le conversation a glissé sur Merah, les crimes de Toulouse commis "pour venger des enfants palestiniens". Ah ! Voilà, nous y sommes ! On avait manqué la Palestine ! Comment un progressiste qui se respecte pourrait-il ne pas évoquer la Palestine quand il est question des malheurs du monde même si en l'occurrence ce dont il est question c'est d'un crime antijuif commis en banlieue parisienne? Chiffres à l'appui, Caron dit que les soldats israéliens tuent des enfants palestiniens. En commentaire du meurtre d'Ilan Halimi ! Et toc ! Pan dans la gueule du sioniste Arcady. Il l'a pas volé le juif-pied-noir-sioniste qui a fait "Pour Sacha" ! (ça c'est moi qui le dit, pas Aymeric, mais c'est le suggéré qui est intéressant) Non mais ! Quand on est de gauche comme Aymeric on a ses préférences idéologiques, on a ses références historiques, on a les idées claires, on mélange pas tout !
    Antisémite, Aymeric ? Non, non, surement pas, je parie même qu'il il a des amis juifs progressistes, forcément progressistes. Non, il est juste dans l'air du temps des gens qui pensent bien, ceux du progressisme prépensé, en parfait accord avec les catégories intellectuelles que produit la télé. Le monde est partagé en deux :
    - les méchants (les réacs, la finance, l'impérialisme, le sionisme, Israël, Finkielkraut, Sarkozy, le racisme, l'antisémitisme etc. etc.)
    - les gentils (les victimes, les juifs victimes de la shoah- surtout les Juifs victimes de la shoah, les palestiniens victimes des israéliens, Edgard Morin, Stephane Hessel etc. etc.).
    On éprouve un infini sentiment de lassitude devant cette bêtise répétitive nourrie de bonne conscience et si sure de son fait. Samedi c'est Caron et vendredi c'est Taddéi. On met un juif face à un antijuif, un gaucho face à un facho, un islamiste et un laïc, c'est ça le débat Coco ! Et puis une obsession qui garantit l'audimat, un Israélien et un Palestinien ou bien Finkielkraut et Tariq Ramadan. Pour commenter Dieudo (le black rigolo) on appelle Nabe Marc-Edouard un autre poète maudit, écrivain bâillonné et antijuif oublié ! [...]"


Israël

- Journée de la Shoah : Israël se fige pendant deux minutes (AFP)
https://fr.news.yahoo.com/journ%C3%A9e-shoah-isra%C3%ABl-fige-pendant-deux-minutes-073930913.html
   "La vie s'est figée en Israël dans les rues, au travail, dans les écoles, pendant deux minutes lundi à 10H00 (07H00 GMT), au son lugubre des sirènes, en mémoire des six millions de victimes juives du nazisme lors de la journée de la Shoah. Les automobilistes, le tramway à Jérusalem, les autobus, les piétons se sont arrêtés dans les rues pour se recueillir. Toutes les chaînes de radio et de télévision israéliennes diffusaient depuis dimanche soir des témoignages, des documentaires et des films sur le génocide nazi. Cette année, les cérémonies sont principalement consacrées au souvenir de plus de 400.000 juifs de Hongrie massacrés en 1944. [...]"


Gaza & Hamas

- Egyptian army discovers Gaza tunnels in Rafah mosque (Elder of Ziyon) - "Egypt is attacking a mosque that was used to smuggle weapons for terrorists? I'm sure we will be seeing huge headlines about this in the mainstream media any minute now".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/04/egyptian-army-discovers-gaza-tunnels-in.html


"Processus de paix"

- Abbas says unity gov't recognizes Israel, Hamas disagrees (Elder of Ziyon) - "Both Hamas and the PLO are trying to have it both ways, playing Hamas as newly moderate to the West while insisting that Hamas has not changed at all to their own people".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/04/abbas-says-unity-govt-recognizes-israel.html
- Erekat says Israel, not Hamas, is terrorist (Elder of Ziyon) - "No doubt the Quartet just nodded their collective heads, thinking that Erekat has the right to his own narrative where terror is peace, right is wrong and black is white".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/04/erekat-says-israel-not-hamas-is.html
- Hamas official denies group could recognize Israel (Times of Israel) - "Islamic movement, previously mum on reconciliation, says it may sue Washington Post for reporting it will soften its stance".
http://www.timesofisrael.com/hamas-official-denies-group-could-recognize-israel/
- Zahar: Palestinian unity deal will not make Hamas recognize Israel's right to exist (Reuters) - "Mahmoud Al-Zahar, one of Hamas's most influential voices, says unity deal won't change Gaza status quo; dismisses vows from Abbas that Palestinian unity government will recognize Israel as a "hollow gesture"."
http://www.jpost.com/Diplomacy-and-Politics/Hamas-official-Palestinian-unity-deal-will-not-make-Hamas-change-350787
- L’Iran salue la « réconciliation » palestinienne « contre » Israël (AFP) - "L’Iran soutient traditionnellement les mouvements islamistes palestiniens contre Israël, dont il ne reconnaît pas l’existence".
http://fr.timesofisrael.com/liran-salue-la-reconciliation-palestinienne-contre-israel/
- White House prepared to cut aid to Palestinians in wake of Hamas-Fatah deal (JP) - "By law, Congress requires any power-sharing Palestinian government that includes Hamas to embrace renunciation of violence, recognition of Israel".
http://www.jpost.com/Diplomacy-and-Politics/White-House-prepared-to-cut-aid-to-Palestinians-in-wake-of-Hamas-Fatah-deal-350585

- L'Holocauste, le plus abominable des crimes, dit Mahmoud Abbas (Reuters) - Nétanyahou : "Le président Abbas ne peut pas jouer sur les deux tableaux. Il ne peut pas dire que l'Holocauste est effroyable tout en s'alliant avec ceux qui nient l'Holocauste et cherche à commettre une autre destruction du peuple juif".
https://fr.news.yahoo.com/lholocauste-le-plus-abominable-des-crimes-dit-mahmoud-140450056.html
   "Le président palestinien Mahmoud Abbas a déclaré que l'extermination des juifs dans les camps de concentration de l'Allemagne nazie était "le plus abominable" des crimes contre l'humanité de l'époque moderne. [...] Le peuple palestinien, a ajouté Abbas lors de cet entretien, est "le premier à réclamer que soient levés l'injustice et le racisme dont sont victimes d'autres peuples soumis à de tels crimes". La diffusion de ce message, en arabe et en anglais, coïncide avec la Journée annuelle du souvenir de la Shoah commémorée en Israël. [...]
     Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a réagi en estimant sur CNN que le président de l'Autorité palestinienne ne pouvait pas d'un côté faire cette déclaration sur l'Holocauste et négocier de l'autre avec le Hamas. "Le président Abbas ne peut pas jouer sur les deux tableaux. Il ne peut pas dire que l'Holocauste est effroyable tout en s'alliant avec ceux qui nient l'Holocauste et cherche à commettre une autre destruction du peuple juif", a-t-il dit. "Je pense que ce que tente le président Abbas, c'est de calmer l'opinion publique occidentale qui comprend qu'il a porté un coup terrible au processus de paix." [...]"
- Abbas compares Palestinians to Holocaust victims (Elder of Ziyon) - "Abbas is cynically using the Holocaust as a way to say that Jews are doing to Palestinian Arabs the same "injustice"  and "oppression" that Jews suffered under Nazis. Jews are merely other people who are subjected to "such crimes" that Palestinian Arabs suffer today. The Holocaust, in Abbas words, changes from an almost successful attempt to destroy an entire people into a mere "reflection of discrimination and racism"."
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/04/abbas-compares-palestinians-to.html
- Official PA daily: Israel "enthusiastically imitates everything the Nazis did to them" (PMW)
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=11315
   "This evening is Israel's annual Holocaust and Heroism Remembrance Day. Sadly, the Palestinian Authority continues to demonize Israel, libeling it as behaving like the Nazis in its treatment of Palestinians. In op-eds that appeared recently in the official PA daily, Israel was accused of "enthusiastically imitat[ing] everything the Nazis did to them" and Zionism was said to be based on "racism," "arrogance" and the "Masada Complex." One article also stated that Israel built its security fence not in response to Palestinian terror attacks, but because of Israel's "Jewish ghetto worldview."
    Palestinian Media Watch reported that senior PA official Jibril Rajoub recently referred to Israel as "this criminal, fascist, Nazi occupation" [Official PA TV Live, Feb. 26, 2014], and he subsequently stated that Hitler "could have learned" from Israel "about the concentration camps, the extermination camps." [Official PA TV, April 4, 2014] Click to view [...]"

- Israël et Palestiniens consomment la rupture des négociations (AFP)
https://fr.news.yahoo.com/isra%C3%ABl-palestiniens-consomment-rupture-n%C3%A9gociations-150432604.html
   "Israël et les Palestiniens apparaissaient lundi déterminés à consommer leur rupture, à la veille de la date butoir des négociations de paix parrainées par l'administration américaine, une échéance de toute façon jugée irréaliste depuis plusieurs mois. [...] Le député Tzahi Hanegbi, un proche de M. Netanyahu, a approuvé la volonté exprimée par le président américain Barack Obama de faire une "pause" dans les discussions. "Il faut attendre de comprendre la signification de l'accord de réconciliation palestinien", a déclaré M. Hanegbi. "Israël doit agir avec retenue, intelligemment et ne pas faire le jeu des Palestiniens en les aidant à sortir du piège dans lequel ils sont tombés", a-t-il ajouté. Il a ainsi rejeté l'idée d'une annexion des 60% de la Cisjordanie sous contrôle total israélien prônée par Naftali Bennett, ministre de l'Economie et chef du "Foyer juif", un parti pro-colonisation, ainsi que par celui des Communications, Gilad Erdan, autre proche de M. Netanyahu. [...]"
- Israéliens et Palestiniens d'accord sur le constat d'échec, Cyrille Louis (Le Figaro)
http://www.lefigaro.fr/international/2014/04/29/01003-20140429ARTFIG00365-israeliens-et-palestiniens-d-accord-sur-le-constat-d-echec.php
   "La période de neuf mois allouée aux négociateurs israéliens et palestiniens pour accoucher d'un accord de paix s'est achevée mardi dans un flottement, nul n'ayant jugé bon d'entériner l'échec du processus. Vendredi, Barack Obama avait renvoyé les deux parties dos à dos, indiquant que «l'heure était peut-être venue de marquer une pause». Une façon de laisser la porte ouverte à une hypothétique reprise des discussions et, sans doute, d'atténuer le camouflet infligé à son secrétaire d'État.
    John Kerry risque cependant de ne pas sortir indemne du «jeu du blâme» auquel les deux adversaires ont commencé à se livrer. Mardi, un haut responsable gouvernemental israélien a implicitement mis en cause sa méthode, laissant entendre qu'il a entretenu de faux espoirs côté palestinien. À plusieurs reprises, ceux-ci ont accusé l'État hébreu de torpiller le processus de paix en annonçant des créations de logements en Cisjordanie occupée. «Or, il n'a jamais été question de geler les constructions durant ces négociations, assure le haut responsable, et les Américains connaissaient dès le départ notre programme.» [...]
    Israël reproche aussi à John Kerry de ne pas avoir condamné plus fermement l'accord de réconciliation signé entre les factions palestiniennes, au terme duquel un cabinet de technocrates soutenu par le Hamas et l'OLP (Organisation de libération de la Palestine) doit être formé d'ici à cinq semaines sous la direction de Mahmoud Abbas. Washington n'exclut pas de traiter avec ce cabinet dès lors qu'il reconnaîtra Israël et condamnera l'usage de la violence. «Par le passé, nous avons pourtant reçu un engagement très clair de la secrétaire d'Etat Hillary Clinton que les États-Unis ne négocieraient avec un gouvernement issu d'un tel accord, à moins que le Hamas ne reconnaisse explicitement Israël», révèle le haut responsable, avant de trancher : «Je ne pense pas que Washington accepterait de négocier avec un gouvernement soutenu par al-Qaida.»
    La rupture semblant consommée, les dirigeants israéliens envisagent la suite. «Nous refusons le statu quo et allons examiner les options qui s'offrent à nous», fait savoir ce responsable. Plusieurs voix appellent Benyamin Nétanyahou à annexer unilatéralement la zone C sous contrôle israélien, soit 62 % de la Cisjordanie. D'autres proposent que l'État hébreu absorbe d'autorité les grands blocs de colonies situés le long de la frontière de 1967 et se retire du reliquat. «Toutes ces hypothèses sont sur la table, conclut le haut responsable, à moins que Mahmoud Abbas ne renonce à son alliance avec le Hamas pour reprendre les négociations.»"

- Fatah leader calls for future without Israel: Haifa, Jaffa, and Acre will all be part of Palestine (20 avril, Vidéo 1mn15)
https://www.youtube.com/watch?v=E27xejoptj8
- Fatah leader calls for Israel's destruction: Palestine from river to sea (2 avril, Vidéo 55 secondes) - "The two-state solution is over. We must return to the option of one Palestine from the [Jordan] River to the [Mediterranean] Sea".
https://www.youtube.com/watch?v=2pznF4HYhXA
- Child recites poem on PA TV: "Smash the oppression and destroy the Zionist's soul" (25 avril, Vidéo 1mn09) - "Saladin (Muslim conqueror of Jerusalem), calls to me from the depths of my heart. All my Arabness calls me to vengeance and liberation..."
https://www.youtube.com/watch?v=bPyeY9FNso4

- OLP Hamas : le vrai faux accord qui risque de poser plus de problèmes qu’il n’en règle, Frédéric Encel (professeur de relations internationales à l’ESG Management School et maître de conférences à Sciences-Po Paris)
http://www.atlantico.fr/decryptage/olp-hamas-vrai-faux-accord-qui-risque-poser-plus-problemes-qu-en-regle-frederic-encel-1054118.html
   "- Atlantico : L'OLP et le Hamas ont formé un accord dans la nuit du 23 avril pour former un gouvernement d'union "d'ici cinq semaines". Faut-il voir dans cette entente la fin des dissensions qui ont jusqu'ici animé les différents responsables politiques palestiniens ?
    - Frédéric Encel : Non, et cela pour deux raisons. D'abord, c'est le cinquième accord en sept ans ! A chaque fois, l'annonce est triomphale qui précède de peu la rupture. Je ne crois pas davantage à cet accord qu'aux précédents, du moins dans la durée. Ensuite, même si cet arrangement tient un certain temps, il correspond à une simple trève ; le Hamas a en effet non seulement des stratégies mais des objectifs très différents de ceux de l'Autorité palestinienne. En clair, il joue respectivement la tension constante avec Israël et la non reconnaissance des accords d'Oslo, et envisage in fine de supplanter carrément l'Autorité palestinienne pour contrôler l'ensemble des Palestiniens des Territoires et au-delà. On rappellera qu'il a déjà perpétré un véritable putsch contre l'Autorité palestinienne à Gaza, en juin 2007, et qu'il constitue la branche palestinienne dure des Frères musulmans...
    - Les divisions au sein du Hamas pourront-elles être atténuées par cette accord ?
    - Je ne crois pas que les radicaux poseront problème car ils perçoivent cet accord comme un moyen efficace d'être enfin reconnu comme interlocuteur des Occidentaux. Sempiternelle tactique du cheval de Troie ! Mais à terme, c'est l'ensemble des leaders du Hamas qui prônent la lutte armée...
    - Cet accord serait aussi le moyen pour Mahmoud Abbas de faire pression sur les Etats-Unis et Israël alors que le processus de paix semble patiner à nouveau. Quel pouvoir cette union offre t-elle concrètement aux Palestiniens ?
    - Mahmoud Abbas est pris entre enclume et marteau. A chaque blocage du processus de paix avec Israël, il menace de s'allier au Hamas. En réalité, il sait que ce mouvement demeure son ennemi mortel, mais il s'agit de sa seule carte face au gouvernement Netanyahou. Abbas s'évertue à tenter de convaincre ses interlocuteurs que sans une concession substantielle, il perdra pied dans l'opinion face aux islamistes de Gaza. Nous sommes dans un jeu à trois acteurs et non pas à deux comme beaucoup le croient. Concrètement, cet accord fait apparaître le vieux président palestinien comme un leader duplice, ce qu'il n'est pas à mon avis. Il a toutjours démontré depuis sa prise de pouvoir démocratique - suite à la mort naturelle d'Arafat en novembre 2004 - qu'il renonçait à la violence.
    - Israël a réagi dans la matinée du 23 avril en dénonçant cet accord, Benyamin Netanyahou allant jusqu'à dire que " Quiconque choisit le Hamas ne choisit pas la paix". Un regain des tensions est-il à craindre dans la région ?
    - Paradoxalement, je ne crois pas à un vrai regain de violence. L'Autorité palestinienne gère sérieusement à la fois le socio-économique et le sécuritaire. Mais il va de soi que l'interruption du processus de pourparlers, même si personne ne va en faire publiquement le deuil ainsi - et surtout pas John Kerry ! - pour ne pas désespérer les populations, est une mauvaise nouvelle. Au fond, le plus problématique pour l'Autorité palestinienne, c'est à la fois l'environnement immédiat en pleine ébullition - la situation en Egypte et en Syrie préoccupant bien davantage les puissances occidentales (ainsi que la Russie et la Chine) que la question de Jérusalem - et l'absence de vrai soutien extérieur.
    Sauf sur le plan financier de façon occasionnelle par l'Arabie saoudite, le pouvoir de Mahmoud Abbas ne peut guère compter sur une aide conséquente. Même la Ligue arabe, contrairement à ce qu'imaginent encore ses vieux amis gaullo-mitterrandiens, a fait la preuve de son inefficacité voire de son impéritie totale ! Et de ce point de vue-là, le Printemps arabe n'a rien arrangé. Enfin, pour les Etats-Unis et l'Union européenne, les crises ukrainienne, sino-japonaise et même indo-pakistanaise représentent des enjeux infiniment plus sérieux que le conflit (de plus en plus perçu dans les grandes chancelleries comme un contentieux secondaire) israélo-palestinien."

- Accord Fatah-Hamas : qui s'aligne sur l'autre ?, Brice Couturier (Chronique France Culture, Audio 3mn) - "La Charte du Hamas comporte des passages justifiant le meurtre des Juifs sur des bases religieuses. Comment les deux principaux bâilleurs de fonds de l’Autorité palestinienne pourraient-ils continuer à soutenir financièrement un gouvernement comprenant des ministres qui appartiennent à une organisation terroriste ?"
http://www.franceculture.fr/emission-la-chronique-de-brice-couturier-accord-fatah-hamas-qui-s-aligne-sur-l-autre-2014-04-28


Jordanie

- "Recognizing the Holocaust more dangerous than calling Israel a Jewish State" (Elder of Ziyon) - "This guy teaches at a Jordanian university".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/04/recognizing-holocaust-more-dangerous.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam - dans Avril 2014
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages