Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 12:42
Israël

- Jérusalem : une majorité arabe dans 20 ans ?, Benjamin Joffe-Walt (JP)
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1256799049851&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Jérusalem à majorité arabe dans 20 ans : c'est le constat de plusieurs députés israéliens dans un nouveau rapport démographique. Le document a été publié par le Centre d'études macro-économiques et politiques. En 1967, les Palestiniens représentaient 25.5 % des habitants de la ville en 1967, contre 35 % aujourd'hui. Cette prédiction vient contredire tous les efforts de la municipalité pour assurer une majorité juive à Jérusalem : chantiers de constructions, annexion de nouveaux territoires…L'objectif : empêcher que la ville réunifiée en 1967 se retrouve à nouveau divisée.
    "Malgré toutes les mesures mises en place par la municipalité, la balance démographique n'a pas bougé. Le nombre de Palestiniens vivant à Jérusalem est en augmentation constante", explique le professeur Nathanson. Selon lui, un facteur explique ce constat : la construction de la barrière de sécurité a accru la présence arabe à Jérusalem. "Paradoxalement, Israël a été obligé d'inclure plusieurs quartiers de la partie est de la ville à l'intérieur des frontières municipales", évoque le chercheur."

- Escarmouche à Beit Tséfafa (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/10/escarmouche-a-beit-tsefafa/
   "La police a appréhendé vendredi matin quatre Juifs soupçonnés d’avoir blessé un Arabe au cours d’une dispute à Jérusalem Est. D’après la police, les Juifs se sont battus avec plusieurs Arabes dans le quartier Beit Tséfafa et au cours de l’escarmouche, ils auraient ouvert le feu et blessé légèrement au bras l’un des assaillants arabes. Les Juifs ont été arrêtés par la police. La bagarre semble avoir éclaté à cause d’une dispute au sujet de la propriété d’une maison du quartier."

- Satisfaction silencieuse, Khaled Abu Toameh (JP) - Le Waqf, lié à la Jordanie, apprécie l'arrestation des responsables des émeutes :
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1256799048912&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Un soutien inattendu pour les autorités israéliennes : le Waqf, l'Office des biens musulmans, qui gère la mosquée d'Al-Aksa a exprimé discrètement sa satisfaction après l'arrestation de Sheikh Raed Salah, le dirigeant de la branche nord du Mouvement islamique et du leader du Fatah, Hatem Abdel Qader. Les deux hommes ont été arrêtés pour leur implication dans les dernières émeutes sur le mont du Temple, le 25 octobre dernier. Ils ne peuvent désormais plus se rendre dans la Vieille Ville durant certaines périodes de l'année.
    Le ministère des Affaires intérieures a souligné le rôle "apaisant" joué par le Waqf lors des dernières émeutes. L'organisme de gestion de la mosquée d'Al-Aksa, qui dépend directement du gouvernement jordanien, a refusé de participer à la "campagne haineuse" contre Israël, ces dernières semaines. Le Waqf voyait en effet d'un très mauvais œil l'influence néfaste de Sheikh Raed Salah et d'Hatem Abdel Qader : "Les dirigeants désapprouvaient leur pouvoir grandissant sur le mont du Temple. Certains membres nous ont même conseillé de prendre des mesures afin d'éloigner les partisans des deux hommes", apprend-t-on au ministère des Affaires intérieures. Mais personne ne confirme d'éventuelles instructions de la part des autorités jordaniennes qui, elles aussi, ont pris leur distance avec Salah et Abdel Qader."

- Le journaliste suédois qui a accusé Tsahal de trafic d'organes arrive en Israël (Guysen.International.News / 2009-10-30 06:43)
   "Donald Bostrom, le journaliste suédois, qui en août a accusé l'armée d'Israël de procéder à un trafic d'organes palestiniens, arrivera samedi en Israël. Il sera l'invité de la conférence des médias de Dimona, qui aura lieu le lundi. Bien qu'aucune menace spécifique n'ait été reçue, Bostrom sera accompagné par un garde du corps tout au long de son séjour, et la Conférence prendra des dispositions particulières de sécurité pour se préparer à des protestations potentielles."

- Israël leader mondial de l'avocat vert - AGREXCO a fait état récemment d'une augmentation de plus de 50% de ses exportations d'avocats en provenance d'Israël (Israël Valley) - ah ah, l'invasion des avocats va terrifier les antisionémites boycotteurs !
http://www.israelvalley.com/news/2009/10/29/24961/
   "La société Agrexco a parlé récemment d’une augmentation de plus de 50% de ses exportations d’avocats en provenance d’Israël. L’avocat fait notamment partie des fruits les plus vendus en Europe. [...] Israël est le seul producteur d’avocats « écologiques », une variété spéciale d’avocats qui serait « respectueuse de l’environnement » (le processus de déparasitage est purement biologique et ne comprend pas la pulvérisation d’herbicide). Les trois quarts des agriculteurs d’avocat en Israël sont membres de l’Avocado Farmers’ Union, qui possède un partenariat stratégique avec Agrexco.
    Shlomo Tirosh, Directeur Général d’ Agrexco, a déclaré que 90% du commerce mondial d’avocat se concentrait sur l’espèce Haas, qui a une peau noire. Tirosh a ensuite ajouté qu’Israël était le leader mondial des avocats verts, les avocats qui restent verts même lorsqu’ils mûrissent. « Nous exportons sept ou huit variétés différentes d’avocats verts, comparé aux autres pays qui exportent seulement une ou deux variétés. En plus de cela, notre avocat est cultivé sans pesticide, et il est donc vert sur tous les plans !», conclut Tirosh. [...]"

***************************************************************************
Gaza & Hamas

- Bande de Gaza : manifestation pro Djihad Islamique (Guysen.International.News / 2009-10-30 18:57)
   "Des milliers de sympathisants du Djihad islamique ont manifesté ce vendredi à Gaza."

- Egypte : découverte d'une cache d'armes (Guysen.International.News / 2009-10-31 09:55)
   "Les forces de sécurité égyptienne ont découvert une cache d'armes près de la frontière avec Gaza, rapporte la radio de l'armée ce samedi."

- Plainte internationale contre l'Egypte (Israël-Infos)
http://www.israel-infos.net/Plainte-internationale-contre-l-Egypte-4805.html
   "Le porte parole officiel du Hamas, le Dr. Sami Abou Zouhri, a menacé le Caire de saisir les instances de justice internationales et les organisations des droits de l'Homme, concernant la mort dans une prison égyptienne de son frère, dont le corps mutilé a été rendu à la famille, à Gaza. Il y a environ deux semaines, les autorités pénitentiaires avaient annoncé la "mort naturelle" du milicien islamiste incarcéré, Yossef Abou Zouhri, suite à quoi la direction du Hamas avait vivement condamné ce "crime ignoble", et exigé des Egyptiens "d'enquêter sur ce meurtre gravissime, et de traduire en justice ceux qui en sont responsables".
    Sami Abou Zouhri a rejeté jeudi le rapport des services du procureur du Caire selon lequel une autopsie a été pratiquée sur le défunt pour déterminer la cause de sa mort, en demandant pourquoi celle-ci l'aurait-elle été sans l'accord ni la présence de la famille, pourquoi des membres de la dépouille mortelle sont-ils manquants, ou encore la raison pour laquelle, pendant 4 jours, personne n'a su que son frère était décédé. Il a aussi rappelé que celui-ci s'était plaint par téléphone des tortures que lui faisaient subir les gardiens de la prison."

**************************************************************************************
Judée-Samarie & AP

- Jets de pierres en Samarie – un pare-brise brisé (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/10/jets-de-pierres-en-samarie-un-pare-brise-brise/
   "Vendredi matin, des Palestiniens ont jeté des pierres sur la voiture d’un résident de Yitshar en Samarie. On ne déplore fort heureusement aucun blessé, mais le pare-brise du véhicule a été brisé. Des soldats ratissent le secteur à la recherche des responsables de l’attaque."

- Israël : heurts à Naalin (Guysen.International.News / 2009-10-30 14:12)
   "Quelque 100 Palestiniens, citoyens israéliens et activistes étrangers ont protesté vendredi contre la barrière de sécurité à côté de Naalin, à l'ouest de Ramallah. Ils brûlent des pneus et lancent des pierres sur les forces de sécurité, lesquelles ripostent par des méthodes de dispersion de foule."

- Abou Mazen perd espoir : « Je crains que Netanyahu n’ait pas changé depuis 1996 », Barak Ravid (Haaretz) - "les tensions récentes autour du mont du Temple seraient un des résultats de cette méfiance" ; "Saëb Erekat a même évoqué le risque qu’une troisième Intifada éclate".
http://www.ambafrance-il.org/spip.php?article7217
   "Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmud Abbas (Abou Mazen), a confié récemment à plusieurs responsables israéliens sa crainte que le Premier ministre Netanyahu ne soit resté « le même Netanyahu que l’on a connu en 1996 ». Il a également dit regretter l’ancien Premier ministre Ehud Olmert avec qui il aurait « presque finalisé un accord ». Des personnalités israéliennes ayant rencontré dernièrement Abou Mazen ont en effet eu l’impression que le dirigeant palestinien et ses conseillers Saëb Erekat et Yasser Abd-Rabo font preuve d’une méfiance profonde envers Netanyahu et que les tensions récentes autour du mont du Temple seraient un des résultats de cette méfiance. « Je sais que Netanyahu est pragmatique et tout le monde me dit qu’il a changé », a confié Abou Mazen à ces personnalités israéliennes, « mais moi je ne le vois pas. Je crains qu’il ne soit resté le même Netanyahu qu’en 1996. On me dit de patienter, mais combien de temps encore vais-je pouvoir lui accorder crédit ? »
    Le président de l’Autorité palestinienne estime qu’il ne reste que très peu de temps pour inverser la tendance négative que connaît le processus de paix. Il espère que la visite dans la région de Hillary Clinton et en particulier ses échanges avec Israël mèneront à une percée. « Je suis prêt à donner encore une chance à Netanyahu mais il ne nous reste que deux ou trois semaines au cours desquelles il faut vraiment que quelque chose survienne », a déclaré Abou Mazen. En effet, Abou Mazen et ses conseillers sont convaincus que tout ce qui se passe à Jérusalem en ce moment est dirigé par Netanyahu, et que c’est le Premier ministre israélien qui envoie les militants de droite sur le Mont du Temple afin d’essayer de modifier le statu quo qui prévaut dans la ville.
    Enfin, Abou Mazen a exprimé son crainte profonde que le calme et la stabilité qui règnent aujourd’hui ne dégénèrent en violences. Le chef de l’équipe palestinienne de négociation, Saëb Erekat, a même évoqué le risque qu’une troisième Intifada éclate."

*******************************************************************************************
Liban & Hezbollah

- Le Liban accuse Israël de préparer une attaque (Guysen.International.News / 2009-10-30 10:29)
   "L'ambassadeur du Liban auprès de l'Organisation des Nations Unies a accusé Israël de présenter des signes d'une attaque imminente sur son pays, a rapporté vendredi le journal libanais Al-Hayyat . L'ambassadeur Noaf Salaam a adressé un courrier au secrétaire général des Nations Unies et au Conseil de sécurité condamnant les récents tirs d'artillerie d'Israël contre le village de Houla, le site depuis lequel une roquette Katioucha avait été tirée sur la Haute Galilée la semaine dernière."

*******************************************************************************************
Iran

- L'Iran exige d'être d'abord livré en combustible nucléaire (Reuters)
http://fr.news.yahoo.com/4/20091030/twl-iran-nucleaire-combustible-bd5ae06.html
   "L'Iran a fait savoir à l'Agence internationale de l'Energie atomique qu'il souhaitait une livraison de combustible nucléaire pour un réacteur à Téhéran avant d'accepter d'envoyer en Russie et en France de la plus grande partie de son stock d'uranium enrichi, rapportent des diplomates. Des diplomates occidentaux ont indiqué sous le sceau de l'anonymat que les grandes puissances occidentales jugeaient inacceptable la demande iranienne. Les diplomates ont dit ne pas savoir si la proposition était sérieuse ou si les Iraniens cherchaient simplement à faire traîner les négociations en longueur. [...]"

- Refus iranien de l'accord nucléaire (Israël-Infos)
http://www.israel-infos.net/Refus-iranien-de-l-accord-nucleaire-4802.html
   "Selon la dernière édition du New York Times, l'Iran a répondu par la négative à l'essentiel des propositions formulées à Vienne par les six grandes puissances, sous l'égide de l'Agence Internationale pour l'Energie Atomique (AIEA), et notamment de transférer 75% de son uranium à la Russie et à la France. D'après un diplomate européen cité par le grand quotidien américain, la réponse iranienne est "à la base, négative", car Téhéran veut conserver tout son uranium, jusqu'à ce qu'ils puissent acheter du combustible nucléaire de l'occident, pour leur centrale de recherche proche de la capitale. Selon lui, "le fait que l'Iran n'accepte pas d'exporter son matériau fissile, n'est pas un détail marginal, mais l'essentiel de cet accord"."

- La France comme Israël suit une ligne stricte, au risque de frictions avec l'équipe Obama, Natalie Nougayrède (Le Monde) - "L'Elysée a considéré qu'à force de rechercher des succès diplomatiques, l'équipe Obama s'était placée en position de faiblesse face à Téhéran".
http://lemonde.fr/proche-orient/article/2009/10/30/la-france-comme-israel-suit-une-ligne-stricte-au-risque-de-frictions-avec-l-equipe-obama_1260577_3218.html#ens_id=677013
   "La réponse alambiquée de l'Iran à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), jeudi 29 octobre, pourrait placer la France devant un choix délicat : jusqu'où pousser la ligne d'intransigeance ? A partir de quand cela risque-t-il de mettre à mal l'unité des interlocuteurs de l'Iran, telle qu'elle s'est manifestée en tout cas le 21 octobre à Vienne lorsque des conditions strictes ont été posées à la République islamique pour qu'elle se dessaisisse de la plupart de son uranium enrichi ? Cette unité est aujourd'hui le principal souci des diplomates, conscients que toute faille sur ce plan constituerait une victoire pour Téhéran, qui sait savamment doser les avancées et les reculades dans toute négociation.
    [...] l'équipe de M. Sarkozy n'a guère été convaincue par de la pertinence du projet d'évacuation d'uranium iranien conçu par l'administration Obama. Faire de cette initiative un point central, a-t-on jugé à Paris, risquait de repousser à l'arrière-plan les éléments essentiels du dossier iranien : l'exigence de suspension de l'enrichissement, inscrite dans les résolutions de l'ONU, et l'enquête de l'AIEA sur les travaux iraniens en matière de militarisation. Selon les responsables français, britanniques et israéliens, ces travaux-là n'ont jamais cessé, contrairement à ce qu'avaient avancé en 2007 les agences de renseignement américaines. [...]
    Même si la politique française en matière de non-prolifération s'insère dans un contexte mondial, la France s'est positionnée de facto, ces derniers temps, comme l'avocat des préoccupations d'Israël au sein du groupe des six pays traitant le dossier iranien. "Nous ne pouvons rien demander de plus aux Français que ce qu'ils font déjà" sur l'Iran, déclarait récemment au Monde un officiel israélien de haut rang. La France a travaillé de concert avec le Royaume-Uni pour préserver le canevas de la négociation telle qu'elle est proposée aux Iraniens par les Six depuis au moins deux ans (le "double gel "). Paris a aussi fixé des lignes rouges pour le schéma du "circuit de l'uranium" présenté à Vienne le 21 octobre.
    [...] Des sources proches du dossier parlent d'une forme de répartition des rôles. Au sein de l'administration américaine, où différentes tendances cohabitent, la ligne dure des Français aurait ainsi une utilité bien comprise. Mais la relation bilatérale a connu des moments de frictions. L'Elysée a considéré qu'à force de rechercher des succès diplomatiques, l'équipe Obama s'était placée en position de faiblesse face à Téhéran. [...] Le ministre français des affaires étrangères, Bernard Kouchner, a récemment insisté devant des journalistes sur le risque d'une action militaire israélienne. Une façon de recréer un sentiment d'urgence et de gravité, au moment où les axes de discussions se multiplient avec l'Iran, et où certains pourraient conclure un peu vite que tout est en passe d'être résolu."

*****************************************************************************************
USA

- Deux blessés dans une attaque contre une synagogue d’Hollywood (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/10/deux-blesses-dans-une-attaque-contre-une-synagogue-dhollywood/
   "La police de Los Angeles a indiqué que deux hommes d’une trentaine d’années avaient été blessés jeudi matin dans une attaque à l’arme automatique contre une synagogue d’Hollywood. L’attaque a eu lieu à 6:20 (heure locale). Un homme afro-américain habillé en noir et armé d’un révolver a pénétré dans la synagogue sépharade « Edat Yéshouroun » du Nord d’Hollywood. L’homme a ouvert le feu sur deux Juifs, les blessant aux jambes, puis a pris la fuite. La police de Los Angeles, qui estime qu’il s’agit d’un acte antisémite, a ratissé le secteur à la recherche du tireur. [...]"

*****************************************************************************************
Europe

- Israël : Ehoud Barak annule sa visite en Espagne (Guysen.International.News / 2009-10-30 16:24:00 ISRAEL) - le soutien israélien aux Italiens agace les Espagnols :
   "Selon un rapport publié ce vendredi, le ministre israélien de la Défense Ehoud Barak a annulé sa visite prévue en Espagne en raison d'une controverse sur le commandement de la FINUL."

*****************************************************************************************
Amnesty & Lawfare

- Amnesty Water Report Waterboards the Truth, Alex Safian, PhD (CAMERA) - "it is the Palestinians who are using Israeli water" ; "Perhaps no other country in the world, facing the severe shortages that Israel does, has shared so much water with its neighbors". Et pour voir des images des piscines et parcs aquatiques palestiniens, cf. ici (http://www.camera.org/index.asp?x_context=7&x_issue=12&x_article=1486)
http://www.camera.org/index.asp?x_context=7&x_issue=12&x_article=1756
Quelques extraits :
   "[...] In fact, there is nothing “revealed” by the report except Amnesty’s continuing profound bias against Israel (http://www.ngo-monitor.org/article/amnesty_international), and there is nothing new about the charges. Before getting to the specifics of the water charges, Amnesty’s basic framing of the conflict is testament to their overwhelming anti-Israel bias and unreliability.
    Here, for example, from the report’s “Historical Background,” is Amnesty’s cartoon version of the birth of Israel: "Between the two world wars Britain ruled Palestine under a League of Nations mandate, which ended with a UN decision in November 1947 to partition the territory of Mandate Palestine into two states, Israel and Palestine – 53 and 47 percent of the territory, respectively. The State of Israel was established in May 1948 amid Arab protests and a war broke out between Arab and Israeli forces from which Israel emerged victorious." War just “broke out” amid “Arab protests”! It wasn’t that 5 Arab armies attacked Israel, with the head of the Arab League promising a genocide to rival the “Mongolian massacres” and other Arab leaders declaring a “Holy War.” [...] If Amnesty can’t even tell the truth about well-known historical facts, like how a war started, how can they be trusted about more controversial issues?
    Just like Amnesty’s faulty history, its water charges are both old and false. For example, more than 10 years ago National Public Radio reported similary false charges [...]. [...]
    Perhaps the best antidote to Amnesty’s false claims is an outline of the basic facts about water in the Middle East, starting with the reality that Israel does not take “Palestinian water.” Israel obtains roughly 50 percent of its water from the Sea of Galilee and the Coastal Aquifer, both of which are entirely within Israel’s pre-1967 borders. Another 30 percent comes from the Western and Northeastern Aquifers of the Mountain Aquifer system. These aquifers straddle the Green Line separating Israel from the West Bank, but most of the stored water is under pre-1967 Israel, making it easily accessible only in Israel. Thus, even in the 1950s Israel used 95 percent of the Western Aquifer’s water, and 82 percent of the Northeastern Aquifer’s water. Today, Israel’s share of these aquifers has declined to 83 percent and 80 percent, respectively. That is, under direct Israeli administration the Palestinian share of these aquifers has actually increased.
    In addition, every year over 40 MCM (million cubic meters) of water from sources within Israel is piped over the Green Line for Palestinian use in the West Bank. Ramallah, for example, receives over 5 MCM. And despite the virtural declaration of war against Israel by the Hamas rulers of Gaza, Israel still sends to Gaza another 4 MCM of Israeli water annualy. Thus, it is the Palestinians who are using Israeli water. And not just the Palestinians. Despite its own meager supply, Israel annually provided 600,000 CM of water to ten otherwise dry villages in South Lebanon, and provides more than 55 MCM annually to Jordan. Perhaps no other country in the world, facing the severe shortages that Israel does, has shared so much water with its neighbors. [...]"
"7. International Law and Shared Water Resources
    Many reports have uncritically accepted Palestinian charges that Israeli water policies violate international law. Thus, the July 27th, 1999 NPR report alleged that Israel is “violating international law ... [by] helping itself to most of the water that runs beneath Palestinian lands.” Such charges are groundless. The relevant legal norms are the Helsinki Rules (1966), as supplemented by the Seoul Rules (1986), which, according to a leading authority, may be summarized as:
    1 - Human conditions, i.e., the actual needs of the communities that depend on the waters, take precedence over the natural properties that exist in the basin.
    2 - Among the human conditions, priority is given to past and existing uses, at the expense of potential uses.(Eyal Benvenisti, International Law and the Mountain Aquifer, in Water and Peace in the Middle East, Jad Isaac and Hillel Shuval, eds., 1994, emphasis added)
    Thus Israel’s first and continuing use of these water resources is justified by generally accepted international legal guidelines. It is interesting to note that these same guidelines have been invoked by Egypt regarding the waters of the Nile (Egypt is downstream from Ethiopia, Sudan, Kenya, and a number of other African countries), by Iraq and Syria regarding the waters of the Tigris and the Euphrates (Iraq and Syria are downstream from Turkey), and by Jordan regarding the waters of the Yarmuk (Jordan is downstream from Syria). (Arnon Sofer, Rivers of Fire: The Conflict over Water in the Middle East, Rowman and Littlefield, 1999)
    It is also interesting to note that relevant United States law parallels these international legal guidelines. In Colorado v. New Mexico , 459 US 176 (1982) and Colorado v. New Mexico, 467 US 310 (1984), the Supreme Court held that Colorado could not use water from the Vermejo River, despite the fact that the river originates in Colorado before flowing into New Mexico. The prior use of the river’s water by farm and industrial users in New Mexico was held to entitle them to continued exclusive use of the resource."
"8. Water Under the Oslo Accords
    Under Oslo 2 (Interim Agreement, Sept. 1995), significant responsibility over water was transferred to the Palestinian Authority, including the right to drill wells at agreed sites. As part of the accords (Annex 3, Article 40), the two sides resolved that in the near term Palestinians would receive an additional 28.6 MCM per year, of which the PA was obligated to supply 67 percent. While Israel has supplied its share of additional water to the Palestinians, the PA has largely failed to do its part."

*************************************************************************************
Points de vue

- Only lack of unity will produce two states, Ron Pundak (director general of the Peres Center for Peace, one of the architects and negotiators of the Oslo Agreement) - "an agreement [between Fatah and Hamas] reached in accordance with the current known parameters and implemented to the letter would serve first and foremost the interests of Hamas" ; "On the other hand, if Abu Mazen signs a peace agreement with Israel and the public broadly supports it, Hamas would have no alternative but to adapt to a new reality".
http://www.bitterlemons.org/issue/isr2.php
   "[...] Supporters of reconciliation argue justifiably that if the desire for West Bank-Gazan unity exists then the current bipolar reality cannot continue. They add that without Palestinian unity, Abu Mazen does not enjoy the substantive, legal and moral authority to make decisions about an agreement with Israel. They also point to the absence of genuine parliamentary activity in view of the de facto split between two parliaments, neither of which actually functions. Then too, the Fateh leadership is in real danger in Gaza, as is the Hamas leadership in the West Bank.
    Yet a broader assessment appears to indicate that an agreement reached in accordance with the current known parameters and implemented to the letter would serve first and foremost the interests of Hamas. It would mean the immediate isolation of the Palestinian Authority, a potential Hamas takeover of the West Bank and a mortal blow to the possibility of an historic Israeli-Palestinian reconciliation. Accordingly, there must be a different way to achieve Palestinian unity.
    In order to appreciate the strategic picture, we must recall that Hamas sees itself as a branch of the Muslim Brotherhood that seeks to impose Islam on all of Palestine. The ideology of Hamas is Islam, hence Palestine for Hamas is primarily a religious issue. This explains its conclusion that Israel is not only a national but a religious enemy and that the success of Islam in Palestine must involve the disappearance of Israeli-Jewish sovereignty. Thus if Hamas is part of the Palestinian polity, a final-status agreement with Israel is impossible.
    Fateh, on the other hand, is a secular national movement, whose active ideology is to bring about an end of occupation and the establishment of an independent state by negotiating peace with Israel. Hamas also threatens Fateh and the secular national Palestinian camp beyond the Israeli context. If Hamas states in principle that Islam is all encompassing and there can be no liberation except by means of Islam, this leaves no room for a secular national movement and the current PLO leadership.
    There is no ideology that can bridge the two approaches to the long-term goal, and Hamas believes that the religious bloc will ultimately swallow the national bloc. This explains why Hamas demands that a unity agreement give it a 40 percent share of the PLO. Its representatives then become a Trojan horse that facilitates a takeover of the PLO without the need to establish a competing organization. Here it is worth recalling that it is the PLO that represents Palestinians in negotiations with Israel.
    The alternative way, regardless of the possibility of a symbolic signing in Cairo, is to leave the status quo in place while taking a number of steps: opening the Gaza passages as a consequence of a dialogue between Abu Mazen and Israel; continuing to isolate Hamas at the international level; strengthening the PA in the West Bank by releasing of prisoners, including Marwan Barghouti; preparations for elections, even if held only in the West Bank; maintaining the positive momentum of the Salam Fayyad policies regarding security, economy, infrastructure and constitutional issues; removing checkpoints and additional Israeli gestures in the West Bank; and last but not least, accelerating the peace process with close international backing and supervision based on the Olmert-Abu Mazen parameters.
    This course of action would of course be condemned by Hamas. Yet an examination of Hamas' ideology and behavior over the past two decades points to the likelihood that if Israel and the PLO reach agreement, Hamas would have no alternative but to accept it as a fait accompli. For Hamas, adjusting to reality reflects an ideology of flexibility and maneuverability that will eventually lead to the Islamic objective. This is what happened in the late 1980s when Hamas, unlike Islamic Jihad, did not invoke violence against Israel because the long-term goal permits postponement of confrontation. This also explains why Hamas has agreed (as a first step) to a state within the 1967 borders: in view of the popularity of the PLO's 1988 declaration of independence, Hamas once again adapted to a foreign idea and bent to the will of the majority. In principle Hamas would prefer, for lack of an alternative, to coexist with an Israeli-Palestinian deal and oppose it from within than to end up with "fitna"--civil war.
    Right now Hamas senses that time is working in its favor and that an agreement with Fateh will help it carry out a hostile takeover of the West Bank, as it did in Gaza two years ago. On the other hand, if Abu Mazen signs a peace agreement with Israel and the public broadly supports it, Hamas would have no alternative but to adapt to a new reality. Hamas listens to the public; even terrorist attacks that may seem uncoordinated are linked to public opinion, and Hamas feels at times obliged to reduce the violence. Accordingly, the relatively moderate current in Hamas could accept, even if ostensibly temporarily, the reality of an agreement that creates a Palestinian state within the 1967 borders and ultimately contains a realistically-sized Hamas (8-15 percent) within a Palestinian state living in peace and security next to Israel."

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam - dans Novembre 2009
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages