Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 21:17

Israël

- Council to debate E1 plan amid int'l objection, Tovah Lazaroff (JP) - "If everything moves forward according to schedule, it could take up to two years before cranes begin clearing out foundations".
http://www.jpost.com/DiplomacyAndPolitics/Article.aspx?id=294645
   "Ignoring international pleas to halt E1 construction plans, the Higher Planning Council of Judea and Samaria is scheduled to debate the controversial project for 3,500 apartments in an un-built area of the Ma’aleh Adumim settlement. European countries, the US, Australia and Brazil have harshly criticized Israel’s announcement Friday that it would advance building plans for an area of the West Bank which Palestinians believe is essential for their state. [...]
    The council has to decide if it wants to deposit the plans, after which there is a 60-day period for objections. If everything moves forward according to schedule, it could take up to two years before cranes begin clearing out foundations on the sandy hilltop dotted with a few olive groves and a police station. It is located just outside of Jerusalem on the way to the Dead Sea. A master plan for the 12,000 dunam site was approved in 1999. But a more detailed building plan must now be authorized before construction can begin. There is, however, an already approved plan for a commercial center, which according to Peace Now and B’Tselem could be built now.
    Kashriel is hopeful that the bureaucratic process will move swiftly and allow construction to begin within a year. He has waited 18 years for that to happen, since former prime minister Yitzhak Rabin first promised him in 1994 that he could expand his city by building there. Since then, every prime minister has promised Kashriel they would authorize E1 construction plans, but have in the end broken their pledge and bowed to international pressure not to build. [...]"
- Civil Administration officially approves E1 building plan, Stuart Winer (Times of Israel)
http://www.timesofisrael.com/civil-administration-officially-approves-e1-building-plan/
   "The Civil Administration Planning Council on Wednesday approved plans for the construction of some 3,000 housing units in the E1 area between East Jerusalem and Ma’aleh Adumim. The hurriedly scheduled meeting of the council was a result of government pressure, apparently to demonstrate a determination to go ahead with the construction in an extremely sensitive area despite global condemnation. The public now has two months to file objections to the proposal before it goes to the District Planning Committee for final approval. [...]"

- Prochain feu vert à la construction de 900 logements à Guilo, malgré les pressions internationales (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Prochain-feu-vert-a-la-construction-de-900-logements-a-Guilo-malgre-les-pression_369753.html
   "Malgré les pressions de la communauté internationale, l'administration civile va discuter dès aujourd'hui du dépôt de 2 projets de construction de milliers d'unités de logement dans la zone E1 reliant Jérusalem à Maalé Adoumim, annonce ce mercredi la radio militaire Galei Tsahal. Des centaines de logements, 900, doivent également être construits dans le quartier de Guilo, au sud-est de Jérusalem. Le Comité de la planification et de la construction de Jérusalem doit évoquer ce dossier dans deux semaines, alors que des projets à Ramat Shlomo et Guivat Hamatos, quartiers contestés par la communauté internationale car au-delà de la ligne Verte, doivent également être validés dans les prochains jours."

- Our right to build, Hanoch Daum (Ynet) - "The E1 zone, where the new housing units will be built, was a part of Israel even on Olmert's map. The government did not approve a new Yitzhar; it approved construction deep within the large settlement blocs".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4315646,00.html
   "If I were one of the Israeli ambassadors who were summoned for a reprimand by their European host countries I would say: What do you want from me? I wasn't even in the country. But the truth is that we will withstand this minor diplomatic crisis, mainly because the other option is far more dangerous.
    The State of Israel has all sorts of assets, but the sympathy of the European countries is not among the important ones. It is certainly not as important as another asset we tend to overlook: Our independence. The world's empathy is important when rockets are fired at Israel from the south, but it is more important to take out those who are doing the firing. The same goes for the diplomatic arena: If attacked, we must return fire.
    There is a certain fact that the European countries have been repressing: The Palestinians have persistently rejected peace. Hillary Clinton mentioned this at the Saban Forum. She said Barak offered Arafat everything. Olmert also spoke of how he offered Abbas everything, including the holy sites in Jerusalem. In both cases the Israeli leaders returned empty handed. Moreover, the Palestinian response to the unilateral withdrawal from Gaza was terror. So the accusation that Israel refuses to negotiate is not only based on a lie, it is also foolish: Every time Israel negotiated it was rejected by the Palestinians.
    Abbas opted for a unilateral measure – a blatant violation of past agreements. Israel had to respond to this measure; otherwise it would have set a dangerous precedent. The decision to build an additional 3,000 housing units beyond the Green Line is not illogical. Those who feared that the plan calls for the establishment of thousands of new settlements can relax. The E1 zone, where the new housing units will be built, was a part of Israel even on Olmert's map. The government did not approve a new Yitzhar; it approved construction deep within the large settlement blocs.
    There is a clear consensus in Israel regarding the settlement blocs. There are very few Israelis who believe these blocs will not remain under Israeli sovereignty even if a miracle does happen and a peace agreement is reached. The decision to build in these blocs is first and foremost an Israeli right. The fact that it also punishes the Palestinians is of secondary importance."


Gaza & Hamas

- Gaza exporting beds to Tunisia - through Israel (Elder of Ziyon) - "Yes, Israel is cooperating with Gaza exporters and Egypt to send furniture to a hostile Islamist Arab country that doesn't recognize Israel. I'm sure that this proves Israel's racism somehow".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2012/12/gaza-exporting-beds-to-tunisia-through.html

- 45 countries have higher rates of poverty than Gaza (Elder of Ziyon)
http://elderofziyon.blogspot.fr/2012/12/45-countries-have-higher-rates-of.html
   "From IndexMundi [...]. The total number of areas ranked is 157, meaning that Gaza has a lower poverty rate than about 30% of all countries worldwide. But you already knew that from the amount of media coverage of poor people in those other 45 countries, of course. By the way, there are more poor Saudis than there are Gazans altogether."


"Processus de paix"

- Fatah Central Committee Member Jibril Rajoub: Fatah Will Not Lay Down Its Swords Until the Refugees Return, Resistance Is Its Strategic Choice (Palestinian Authority TV, 29 novembre, Vidéo 1mn25)
http://www.memritv.org/clip/en/3663.htm
    - Jibril Rajoub: "What brother Abu Mazen [Mahmoud Abbas] is doing is living proof of the independence of our decision making and our will. This is the sacred message borne by the greatest Palestinian since Jesus – Yasser Arafat. It runs in the genes of all the Palestinians. We are all Arafatists, and we are loyal to your blood, oh Abu Ammar, whose death we commemorate this month: We shall only return our swords to their sheaths when the [Palestinian] state is established, your hopes are realized, and the refugees return.
    Let me tell you that the refugees’ return is sacred to Fatah and to all Palestinians. Resistance in all its forms is the strategic choice of Fatah. Let us agree – and we are ready for that – that if there is shooting, we will shoot, and if there are demonstrations, we will demonstrate."


- PA radio song praises suicide bombings against Israelis (PMW)
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=8126
   "Voice of Palestine radio has broadcast a song glorifying suicide bombings targeting Israelis. The song on the official Palestinian Authority radio station was played two days after the PA was granted observer status at the UN, and included these words: "We are bombs... the enemies were beheaded... Grieve not, Mother, shed no tears over my torn flesh... heroic men who mock death... We praised the Lord, and set out for Martyrdom (Shahada). We strapped ourselves with explosives, and trusted in Allah... Onward men, on the roads to glory." Click to hear"

- Netanyahu veut toujours un accord de paix avec les Palestiniens, Michael Winfrey (Reuters)
http://fr.news.yahoo.com/netanyahu-veut-toujours-un-accord-paix-avec-les-141504747.html
   "Israël continue à souhaiter un accord négocié avec les Palestiniens, a déclaré mercredi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu après les inquiétudes suscitées chez ses alliés occidentaux par les nouveaux projets de [constructions au-delà de la Ligne verte]. "Nous réitérons notre engagement à un règlement négocié entre nous et nos voisins palestiniens", a déclaré Benjamin Netanyahu lors d'une visite à Prague. "Cette solution est une solution à deux Etats pour deux peuples, une paix dans laquelle un Etat palestinien démilitarisé reconnaît l'Etat juif d'Israël seul et unique". [...]"

- Mahmoud Abbas : l'extension de la construction israélienne, particulièrement en zone E1, est une "ligne rouge" (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Mahmoud-Abbas-l-extension-de-la-construction-israelienne-particulierement-en-zon_369786.html
   "Le président palestinien Mahmoud Abbas a déclaré mercredi que le "projet de constructions israéliennes, en particulier en zone E1, est une ligne rouge". "Il ne faut en aucun cas  que cette décision soit mise en oeuvre", a-t-il ajouté. Abbas a précisé que la direction palestinienne mène des discussions avec des responsables internationaux et en particulier avec le Conseil de sécurité de l'Onu pour "stopper les colonies israéliennes dans les territoires palestiniens et en particulier en zone E1"."

- Palestinians’ war crimes case against Israel would face long road, Josef Federman (AP)
http://www.timesofisrael.com/palestinians-war-crimes-case-against-israel-faces-long-road/
   "[...] Goran Sluiter, professor of international law at Amsterdam University, said that with their newfound status, it seems likely the Palestinians could join the ICC. But it is unclear whether the court would agree to investigate their complaints. He said the court would look at key issues, including the gravity of the alleged crimes and whether Israel’s own judicial system is capable of judging the case, before deciding whether to prosecute. If they were to launch a probe, prosecutors also would look at alleged crimes by Palestinians. “I think there is still a very, very, very, long way to go,” Sluitter said. In the conflict between the Palestinians and Israel, “there’s a broad range of conduct that could be a basis for further investigations because they would qualify as war crimes.”
    Robbie Sabel, a former legal adviser to the Israeli Foreign Ministry, said he thinks the Palestinians “will seriously hesitate” taking action against Israel. He said Israel, for instance, could try to hold the Palestinian Authority responsible for rocket attacks out of the Hamas-ruled Gaza Strip aimed at Israeli cities. Palestinian Authority President Mahmoud Abbas, who lost control of Gaza to Hamas five years ago, claims to represent both territories on the international stage. “Any Hamas person who launches a rocket could then be subject to ICC ruling. They have to expose their own people first,” said Sabel, who is now a law professor at the Hebrew University. [...]
    Foreign Ministry spokesman Yigal Palmor said Israel would fight any attempt by the Palestinians to use the ICC as a “politicized instrument” against Israel. “We are not worried about Israel’s case because we have a good solid case and we work strictly according to international law,” he said. [...]"

- Fallait-il exhumer l’Etat palestinien fantôme ?, Esther Benfredj (titulaire d'un master de sciences politiques (Université Jean Moulin, Lyon III) et d'un LL.M. en droit international (Université de Montréal)) - "L’unilatéralisme d’Abbas, partagé cette fois par le Hamas, ne contribuera guère à améliorer la situation sur le terrain".
http://www.causeur.fr/vers-exhumation-de-etat-palestinien-fantome,20241
   "Le 29 novembre dernier, l’Assemblée générale des Nations Unies, faute de majorité au Conseil de Sécurité, a été appelée à la demande de Mahmoud Abbas, chef de l’OLP et de l’Autorité palestinienne, à conférer à la Palestine un statut d’Etat observateur non membre. Nous ne commenterons pas ici le côté ubuesque de cette pseudo sacralisation d’un Etat dépourvu de frontières, de capitale reconnue, coupé en deux fractions ennemies sur deux territoires géographiquement séparés (Cisjordanie et Gaza) en état de belligérance permanent et représenté en Cisjordanie par une « Autorité » dotée d’un Président dont le mandat est expiré depuis plus de trois ans !
    Voyons où en sont rendus les Arabes de Palestine soixante-cinq ans après le vote des Nations Unies du 29 novembre 1947 qui avait permis l’adoption de la résolution 181 afin de partager la Palestine mandataire en deux Etats : un Etat arabe et un Etat juif. En ce jour anniversaire de la résolution 181 qu’ils avaient rejeté et qui leur conférait pourtant un véritable Etat palestinien en continuité territoriale et une reconnaissance pleine et entière de la communauté internationale, les dirigeants palestiniens se sont retrouvés devant cette même institution à mendier, pour deux territoires irréconciliables, un statut d’Etat observateur.
    Si la résolution 181 fut acceptée par les sionistes qui s’y référèrent lors de la proclamation d’indépendance de l’Etat d’Israël le 14 mai 1948, celle-ci fut aussitôt rejetée par les dirigeants arabes proche-orientaux. Sinistre présage des événements qui allaient sceller le destin de la région : le 29 novembre 1947, l’un des représentants arabes fit une déclaration sans équivoque devant l’Assemblée générale : « Toute ligne tracée par les Nations Unies ne sera rien d’autre qu’une ligne de sang et de feu. » (1) Repoussant ainsi toute idée de partage territorial avec les sionistes, les Etats arabes (Irak, Egypte, Syrie, Liban, Transjordanie) et les leaders de Palestine, dont le célèbre grand mufti de Jérusalem Hadj Amin el-Husseini (allié d’Hitler pendant la guerre) entrèrent en guerre contre Israël le 15 mai 1948, c’est-à-dire le lendemain de son établissement. Pour quelle raison l’appel pacifique lancé par David Ben Gourion lors de la déclaration d’indépendance de l’Etat hébreu fut-il ignoré par les dirigeants arabes ainsi que sa reconnaissance par les Etats-Unis et l’URSS ? (2)
    Le refus d’accepter la résolution 181 dès son adoption en 1947 et le déclenchement de la première guerre contre Israël en 1948 constituent les preuves irréfutables pour en déduire que la motivation profonde des chefs arabes n’était pas d’établir un Etat palestinien mais d’empêcher par tous moyens la fondation et l’existence de l’Etat hébreu, nation non musulmane créée au cœur d’une région islamisée. En atteste également la création de l’OLP en 1964 pour « libérer la Palestine », conformément à son appellation. De quelle Palestine s’agissait-il et s’agit-il toujours sinon d’une Palestine « libérée d’Israël » tel qu’établi dans les lignes de 1948, c’est-à-dire avant les conquêtes de 1967? Le refus arabe de reconnaître l’existence du nouvel Etat avait été à l’origine de la première guerre israélo-arabe de 1948-1949, constituant tant le commencement du conflit israélo-arabe que le point de départ du drame des réfugiés palestiniens.
    La première victoire israélienne en 1949 permit à cet Etat, avec l’aide des Nations Unies, d’agrandir le territoire qui lui avait été alloué en annexant la zone occidentale de Jérusalem, le Néguev et la Galilée. Pour sa part, la Judée-Samarie ou Cisjordanie fut annexée à la Transjordanie qui ne lui permit jamais d’espérer accéder à l’indépendance puisque l’émir Abdallah voulait établir un royaume hachémite palestinien. Depuis 1949, les guerres se sont succédé : 1956 (crise du canal de Suez), 1967 (guerre des Six Jours), 1973 (guerre du Kippour), 1982 (guerre du Liban). Puis ce furent les intifadas (1987 et 2000) et les opérations militaires israéliennes contre le Hezbollah (2006) et le Hamas (2008-2009 et 2012).
    En dépit de certaines offres généreuses proposées par les Israéliens que Yasser Arafat, ancien chef de l’OLP, et Mahmoud Abbas crurent bon de repousser, combien de victimes, combien de souffrances, combien de destructions sans espoir à terme d’une solution au conflit ? En juillet 2000 lors du Sommet de Camp David II et en septembre 2008 à la suite de la proposition d’Ehud Olmert, alors Premier ministre d’Israël, les dirigeants de l’Autorité palestinienne, Yasser Arafat (en 2000) et Mahmoud Abbas (en 2008), rejetèrent tout compromis. Considérée par la communauté internationale comme étant la solution du conflit, la proposition israélienne de 2008 garantissait pourtant l’établissement d’un Etat palestinien sur la quasi-totalité des territoires, l’internationalisation du Mont du Temple, le partage de Jérusalem et l’acceptation de réfugiés palestiniens en Israël sur la base de réunifications familiales. Mahmoud Abbas repoussa catégoriquement cette proposition [NB : plus précisément et selon Olmert, Abbas n'a pas explicitement rejeté sa proposition, mais n'a jamais répondu à son offre] et déclara en mai 2009 au journal américain Washington Post que « le fossé entre ce qu’a proposé Ehud Olmert et ce que les Palestiniens sont prêts à accepter est (…) énorme. » Ainsi, malgré les gestes de bonne volonté d’Israël et certains efforts diplomatiques, les actions armées comme les tirs de roquettes sur Israël continuent et aggravent la situation (crise économique, morcellement des territoires palestiniens, guerre civile…), enfonçant la population palestinienne dans une plus grande détresse.
    L’unilatéralisme d’Abbas, partagé cette fois par le Hamas, ne contribuera guère à améliorer la situation sur le terrain. Les Etats-Unis, Israël et d’autres nations non inféodées aux pays arabes (Canada, République Tchèque par exemple) estiment d’ailleurs qu’un véritable Etat palestinien ne pourra résulter que de négociations directes entre Palestiniens et Israéliens. Mais les dirigeants palestiniens sont-ils profondément animés par cette volonté ? Pour Abbas, l’objectif avéré de cette reconnaissance consistera, entre autres, à saisir les instances pénales internationales afin de poursuivre Israël contre l’occupation des territoires. Territoires conquis en 1967 par l’Etat hébreu et qui constituent une monnaie d’échange contre la paix.
    Pour la première fois dans l’histoire de l’ONU, un peuple, dont le but déclaré dans les chartes du Hamas et de l’OLP est d’anéantir un Etat, vient d’être reconnu en tant qu’Etat observateur. Au moment où la dépouille de Yasser Arafat est exhumée, le vote par la majorité automatique d’une résolution de l’Assemblée générale créant un Etat palestinien fantôme prend un sens macabre. Aussi qu’il soit permis de dire avec tristesse pour les victimes d’un conflit fratricide : tout ça pour ça !
Notes :
    (1) Abba Eban, Mon pays. L’épopée d’Israël moderne, Paris, Editions Buchet-Chastel, 1975.
    (2) La déclaration d’indépendance de l’Etat d’Israël se termine comme suit : « Nous tendons la main de l’amitié, de la paix et du bon voisinage à tous les Etats qui nous entourent et à leurs peuples. Nous les invitons à coopérer avec la nation juive indépendante pour le bien commun de tous. L’Etat d’Israël est prêt à contribuer au progrès de l’ensemble du Moyen Orient. »"


Turquie

- Turquie : 13 militants du PKK tués (AFP) - on ne saura jamais si des civils sont tués par ces frappes turques régulières, du fait d'une couverture médiatique totalement absente.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/12/05/97001-20121205FILWWW00513-turquie-13-militants-du-pkk-tues.php
   "L'armée turque appuyée par des hélicoptères a bombardé des positions des rebelles kurdes du PKK près de la frontière syrienne, tuant treize combattants et en capturant cinq autres, rapportent les services du gouverneur de la région d'Osmaniye. L'offensive a été lancée lundi dans la partie occidentale de la Turquie, loin de l'habituelle zone de combat entre les troupes turques et les insurgés kurdes le long des frontières avec l'Irak et l'Iran. [...]"


USA

- US Senate doesn't pass penalties for Palestinians (JTA) - "The National Defense Authorization Act, passed late Tuesday, did not include among its amendments one that would cut funding to the Palestinians should they use their status, gained last week, to seek charges against Israel in international courts."
http://www.jpost.com/International/Article.aspx?id=294713


Europe

- Netanyahu déplore l'abstention allemande à l'ONU (AFP)
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20121205.OBS1444/palestine-netanyahu-deplore-l-abstention-allemande-a-l-onu.html
   "Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu se dit déçu de l'abstention allemande lors du vote conférant à la Palestine un statut d'observateur à l'ONU, dans une interview au journal "Die Welt" rendu publique juste avant sa visite à Berlin à partir de mercredi 5 décembre soir. "Je manquerais de franchise si je ne disais pas que j'ai été déçu par le choix de vote allemand aux Nations Unies, comme beaucoup en Israël", affirme Benjamin Netanyahu.
   "Je pense que la chancelière Angela Merkel a considéré que ce choix servirait d'une manière ou d'une autre la paix mais en fait, c'est le contraire qui s'est passé", estime le chef du gouvernement israélien qui arrive dès mercredi soir à Berlin, après une visite en République tchèque, seul Etat de l'UE à avoir voté contre l'octroi du statut d'observateur à l'ONU. Cette résolution n'a fait qu'"encourager les Palestiniens à durcir leur position et à ne pas s'engager dans des négociations". "Donc, malgré les bonnes intentions de cette abstention, elle a provoqué le contraire [de ce qu'elle recherchait], elle a rejeté la paix et c'est la raison pour laquelle je me réjouis d'avoir l'occasion de discuter avec la chancelière Merkel pour voir comment nous pouvons avancer maintenant", souligne Benjamin Netanyahu.
    Lors d'un point de presse gouvernemental régulier, mercredi, un porte-parole du gouvernement allemand, Georg Streiter, déclare que "plus l'amitié est profonde, plus on peut librement parler de différences d'opinion, sans que cela porte atteinte à l'amitié". "Israël sait en tout cas qu'il peut compter sur l'Allemagne", ajoute-t-il. [...]"

- Un dîner entre Nétanyahou et Merkel pour s'expliquer, Patrick Saint-Paul (Le Figaro)
http://www.lefigaro.fr/international/2012/12/05/01003-20121205ARTFIG00413-un-diner-entre-netanyahou-et-merkel-pour-s-expliquer.php
   "Angela Merkel s'attend à une «discussion franche entre amis» pour son dîner avec le premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou. La terminologie utilisée par la chancellerie annonce généralement une explication de texte musclée de la chancelière allemande avec l'un de ses partenaires privilégiés. Le nouveau projet d'implantations israéliennes à Jérusalem Est et en Cisjordanie ainsi que l'abstention de l'Allemagne lors du vote de l'Assemblée générale de l'ONU accordant un statut d'État observateur à la Palestine aux Nations-Unies risquent de rendre le menu plutôt indigeste.
    Berlin est sorti de son indéfectible soutien à l'État hébreu, lundi, en se disant «très inquiet» du projet de construction de 3000 logements israéliens supplémentaires [au-delà de la Ligne verte]. La chancellerie a eu des mots d'une rare dureté à l'égard d'Israël, depuis l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays en 1965. Cette décision envoie «un mauvais signal», a dit Steffen Seibert, porte-parole de la chancelière en réclamant qu'Israël renonce à ce projet. Et d'ajouter qu'«Israël sape la confiance dans sa volonté de négociations».
    Le gouvernement allemand a pris soin de préciser qu'il ne prévoyait pas de convoquer l'ambassadeur d'Israël, contrairement à la France et au Royaume Uni… L'Allemagne reste l'allié le plus sûr de l'État hébreu en Europe. Cependant, elle n'est pas prête à s'isoler de ses partenaires européens dans la gestion du conflit au Proche-Orient. C'est pourquoi, après avoir longtemps hésité, Berlin s'est finalement refusé à voter «non» aux côtés de [Jérusalem] et de Washington, et s'est abstenu de voter le statut d'État observateur pour les Palestiniens à l'ONU la semaine passée. [...]"


Point de vue

- Pourquoi les morts syriens passionnent moins que le conflit israélo-palestinien, Etienne F. Augé (Senior lecturer en communication internationale à l’Université Erasmus de Rotterdam) - "Israël, pour certains tenants d’une idéologie très à gauche, c’est le traître".
http://www.slate.fr/story/65739/syrie-israel-palestine-bateille-histoire-moyen-orient
   "A l’heure où une trêve fragile s’est installée entre Israël et le Hamas, on peut s’interroger sur la différence de perception en Occident entre ce conflit d’une rare intensité et celui qui oppose le régime syrien de Bachar el-Assad aux rebelles. Alors que chacun ou presque, dans la presse et dans les réseaux sociaux, se positionne pour Israël ou le Hamas, la guerre «civile» qui continue pourtant à faire de nombreuses victimes en Syrie semble ne plus intéresser personne. D’où vient cette différence de traitement pour deux désastres humanitaires majeurs au Moyen-Orient ? Puisque ce n’est pas le nombre de morts qui déterminent l’intérêt de l’opinion publique occidentale, quels sont les éléments qui polarisent l’attention sur la guerre Israël-Hamas au détriment médiatique des victimes syriennes ? [...]
    Que le Moyen-Orient soit une région risquée à analyser, chacun peut en convenir. Mais il devient évident que les morts semblent ne pas y faire le même bruit médiatique quand ils tombent. Aux raisons invoquées plus haut pour expliquer la différence de traitement entre le conflit entre Israël et le Hamas et la répression syrienne, on peut avancer également un aspect idéologique.
    Israël, pour certains tenants d’une idéologie très à gauche, c’est le traître, celui qui est passé d’une doctrine d’inspiration socialiste, le sionisme, à un capitalisme forcené qui lui permette aujourd’hui d’être le deuxième pays comprenant le plus de sociétés cotées au NASDAQ.
    La Syrie, en revanche, reste l’alliée historique de l’Union soviétique et de son héritière la Russie. Si l’on connaît le soutien permanent des Etats-Unis à Israël, on perçoit moins l’appui acharné de la Russie à la Syrie qui a tout intérêt à éviter une intervention occidentale dans le dernier pays arabe où elle possède encore une influence. Détourner l’attention de l’opinion publique de la Syrie vers Israël est une technique de propagande éprouvée.
    Devant la puissance de ces histoires et la force de ces équilibres géostratégiques, les victimes syriennes de Bachar el-Assad feraient certainement bien d’engager une agence de relations publiques si elles veulent qu’on les entende un peu malgré le fracas de l’affrontement de dimension biblique qui opposent les voisins du sud."

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam - dans Décembre 2012
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages