Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 12:08

France

- L'Affaire Merah a révélé un antisémitisme de plus en plus décomplexé, Charlotte Plantive (AFP) - "La majorité des auteurs ne sont pas des islamistes radicaux, mais des gens qui sont dans une référence très confuse au Moyen-Orient, à la Palestine, en même temps qu'à des stéréotypes très anciens sur l'argent et le pouvoir supposé des juifs".
http://fr.news.yahoo.com/laffaire-merah-r%C3%A9v%C3%A9l%C3%A9-antis%C3%A9mitisme-d%C3%A9complex%C3%A9-063613964.html
   "Un samedi à Marseille, un jeune en kippa est agressé par un groupe qui vocifère : "Vive Mohamed Merah, nique les juifs..." La tuerie de Toulouse est devenue une référence pour des antisémites "de plus en plus décomplexés".
    Cette agression est relatée dans un rapport du service de protection de la communauté juive (SPCJ), qui fait état d'une hausse de 58% des actes et violences antisémites en 2012 avec un pic juste après le 19 mars, quand le tueur au scooter a assassiné à Toulouse un professeur et trois enfants juifs devant l'école Ozar Hatorah, rebaptisée depuis le drame Ohr Torah. Dans les dix jours qui ont suivi, 90 actes antisémites ont été recensés. Certains violents, d'autres apologétiques, un tag qualifiant Merah de "preux chevalier de l'Islam".
   "Il y a une sorte de désinhibition", déplore Alain Jakubowicz, président de la Ligue contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) : "les auteurs sont de plus en plus décomplexés, ils ne se cachent même plus derrière le faux-nez de l'antisionisme." L'année 2012 a également vécu une attaque à la grenade contre un supermarché casher de Sarcelles (Seine-Saint-Denis) en septembre. Au total, 614 actes antisémites ont été décomptés sur l'année. C'est plus qu'en 2011 (389), mais moins qu'en 2009 (832), ou que le pic historique de 2004 (974).
   "Ce qui est nouveau, c'est le caractère hyper violent des actes", souligne le politologue Jean-Yves Camus, spécialiste de l'extrême-droite et de l'antisémitisme, en soulignant qu'un quart des agressions sont désormais commises avec une arme. Cette situation est remontée jusqu'au secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, qui a déclaré en octobre être "profondément attristé par les incidents antisémites" commis en France. De son côté, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, déplorait en juillet l'émergence depuis quelques années d'un "nouvel antisémitisme", "né dans nos quartiers".
    Pour Jean-Yves Camus, ce "nouvel antisémitisme", qui émane "de jeunes de culture arabo-musulmane" et non plus de l'extrême-droite, remonte en fait à la seconde intifada, fin 2000. "La majorité des auteurs ne sont pas des islamistes radicaux, mais des gens qui sont dans une référence très confuse au Moyen-Orient, à la Palestine, en même temps qu'à des stéréotypes très anciens sur l'argent et le pouvoir supposé des juifs", souligne le chercheur, lui-même converti au judaïsme. [...]"

- Dieudonné : « le mariage pour tous est un projet sioniste » (Conspiracy Watch)
http://www.conspiracywatch.info/Dieudonne-le-mariage-pour-tous-est-un-projet-sioniste_a1007.html
   "On se rappelle que pendant les élections européennes de 2009, Yahia Gouasmi, président du Parti Anti-Sioniste et colistier de Dieudonné et Alain Soral, avait déclaré que derrière chaque divorce se cachait un sioniste (sic)... Pour Dieudonné, il semble que le sionisme se cache aussi derrière le projet de loi sur le "mariage pour tous".
    Selon lui, il s'agirait ni plus ni moins que d'un « projet sioniste qui vise à diviser les gens ». Propos que "l'humoriste" a tenu lors d'une conférence de presse le 14 février 2013, quelques heures avant de se produire sur la scène du Grand chapiteau de l’hôtel Hilton, à Alger, pour son dernier spectacle, Foxtrot (source : Reporters.dz ). Un spectacle dans lequel Dieudonné explique, entre autres choses, que Mohamed Merah, l'auteur des assassinats de Toulouse et de Montauban, a été la victime d'une conspiration.
    Au cours des dernières années, Dieudonné a multiplié les bouffées paranoïaques identifiant le "sionisme" à une sorte d'entité maléfique et anhistorique, quasi-métaphysique. Il n'est pas seulement convaincu que « la France est dirigée par le sionisme », il pense aussi que le "sionisme" est une « entité satanique qui est en train de mettre en risque l’espèce humaine » comme il l'affirmait en février 2012 dans une vidéo mise en ligne sur Dailymotion.
    Un an plus tôt, dans un entretien accordé à la chaîne de télévision iranienne Sahar TV, il n'hésitait pas à identifier le sionisme au "Malin". Et de poursuivre : « Le sionisme, c'est ce qu'il y a de plus mauvais qu'on a en nous, c'est à dire, c'est les instincts les plus bas. Le sionisme vous tire systématiquement vers la facilité. Il ne vous élève jamais, il vous écrase, il vous domine et fait de vous un esclave (...) Israël est la partie émergée de l’iceberg. En-dessous, c’est toute la planète qui est touchée et qui est infiltrée par cette maladie »."

- L'auteur d'"Indignez-vous !" victime d'une fabrication, Claude Moisy (Journaliste, ancien PDG de l'AFP)
http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/03/05/l-auteur-d-indignez-vous-victime-d-une-fabrication_1843012_3232.html
   "Nous n'avons pas de raison d'être fiers de la façon dont notre profession vient de célébrer la mémoire de Stéphane Hessel. Sa mort a malheureusement été l'occasion d'un nouvel accès de frénésie moutonnière des médias pour graver dans le marbre de l'Histoire une légende sans fondement trop facilement acceptée.
    Quasiment tous les médias ont aveuglément évoqué le rôle de coauteur de la Déclaration des droits de l'homme attaché à son nom. Le seul ennui est que ce rôle n'a pas existé. Il ne s'agit pas ici de ratiociner ou de jouer sur les mots. Peut-être pas auteur, concède-t-on parfois, mais au moins contributeur ou collaborateur des auteurs. Non. La réalité est que pendant son séjour aux Nations unies, de 1946 à 1948, Stéphane Hessel n'a pris aucune part à la rédaction de la Déclaration qui eut lieu à ce moment-là.
    L'affaire pourrait n'avoir qu'un intérêt anecdotique si le rôle de coauteur de la Déclaration attribué à tort à Hessel n'était devenu au fil des ans un des éléments constitutifs de sa célébrité et de la vénération qui a entouré la fin de sa vie. Au risque d'être taxé de mesquinerie, je crois nécessaire de dénoncer cette légende malgré l'affectueuse sympathie que, comme beaucoup, j'ai éprouvée pour l'homme chaque fois que je l'ai rencontré. Ce qui est en cause ici le dépasse.
    Nous avons une fois de plus la démonstration de l'inconséquence avec laquelle les médias imposent à l'opinion publique une vision illusoire de l'Histoire autour de héros populaires rendus plus séduisants encore qu'ils ne le sont en réalité.
    Pourtant, tout le monde peut aujourd'hui accéder par Internet à des centaines de documents officiels sur la genèse de la Déclaration universelle des droits de l'homme, sur son comité de rédaction, sur ses débats et les conditions de son adoption. Aucun document de l'époque ne mentionne le nom de Stéphane Hessel. Et pour cause : il est alors le modeste chef de cabinet de l'un des huit secrétaires généraux adjoints de l'ONU, le Français Henri Laugier, chargé des affaires économiques et sociales, qui ne faisait pas partie du comité chargé de rédiger la Déclaration.
    Faute de Laugier, d'innombrables articles de presse évoquent le rôle de Stéphane Hessel "au côté" de René Cassin qui fut réellement, lui, l'un des principaux auteurs de la Déclaration. D'autres le placent carrément "à la droite" d'Eleanor Roosevelt, l'épouse du président des Etats-Unis, qui présidait le comité de rédaction. Ces deux proximités sont aussi dénuées de fondement l'une que l'autre : Stéphane Hessel n'a jamais siégé aux côtés ni de l'un ni de l'autre aux réunions du comité. [...]
    Pour être tout à fait honnête, il faudrait sans doute évoquer aussi les centaines d'articles évoquant au cours de décennies la Déclaration des droits de l'homme et dans lesquels Stéphane Hessel manie des formules beaucoup plus ambiguës sur son rôle sans contester celui plus flatteur qu'on lui prêtait. Mais la sympathie me porte à penser qu'il est trop tôt pour un tel inventaire."


Israël

- Benjamin Netanyahou "n'est pas confronté à une crise politique" (France 24)
http://www.france24.com/fr/20130305-malgre-apparences-netanyahou-nest-pas-confronte-a-une-crise-politique
   "- FRANCE 24 : Le Premier ministre Benjamin Netanyahou peut-il échouer à former une coalition gouvernementale ?
    - Frédéric Encel : Non, un gouvernement conduit par lui verra bientôt le jour, et ce sans le moindre doute. Depuis 1949, les différents Premiers ministres israéliens ont utilisé l’intégralité du temps qui leur est imparti pour former leur cabinet. Benjamin Netanyahou n’est pas confronté à une crise politique, mais plutôt à un problème d’ordre arithmétique qu’il doit résoudre en favorisant telle ou telle force politique pour créer sa coalition. C’est le système électoral qui provoque l’émiettement de la Knesset qui veut cela. Or, la marge de manœuvre de Netanyahou est bien moins étroite qu’au terme des législatives de 2009, où il n’avait la possibilité que de s’allier à des partis ultra-orthodoxes et d’extrême droite.
Cette année, plusieurs combinaisons possibles s’offrent à lui. Et il semble que l’une d’entres elles, qui regrouperait des forces de droite, du centre et du courant nationaliste, est sur le point d’être scellée. Elle réunirait le parti centriste et laïc de Yesh Atid de Yaïr Lapid et le parti nationaliste religieux de Naftali Bennett. À ces derniers s’ajoutent les six députés du parti centriste HaTnouah de Tzipi Livni, qui a déjà donné son accord pour entrer au gouvernement. Quelques autres députés pourront venir s’ajouter à la liste. Ce qui veut dire que pour la première fois depuis une vingtaine d’années, le parti ultra-orthodoxe Shass ne fera pas partie du cabinet. [...]
    - Si une telle coalition voit le jour, quelles seraient les conséquences sur le dossier palestinien et sur la question du nucléaire iranien ?
    - F.E. : Sur le dossier iranien il ne faut s’attendre à aucun changement. Il s’agit d’une question vitale aux yeux de Benjamin Netanyahou, uniquement évoquée au sein du cabinet de sécurité israélien qui regroupe les principaux ministres et les chefs de l’armée et des services de renseignements. En revanche, sur le processus de paix israélo-palestinien, des propositions pourraient être faites pour le raviver. Même si rien ne garantit que le président Mahmoud Abbas les acceptera. La présence de Tzipi Livni, qui a fait campagne sur la relance d'un accord de paix avec les Palestiniens, indique une volonté en ce sens."


Gaza & Hamas

- L'unique terminal de Gaza reste fermé (AFP) - "Hamas a essayé de chasser l'Autorité palestinienne pour prendre en charge la gestion de Kerem Shalom afin de pouvoir collecter des recettes sur les marchandises entrant à Gaza".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/03/04/97001-20130304FILWWW00344-l-unique-terminal-de-gaza-reste-ferme.php
   "L'unique point de transit pour les marchandises avec la bande de Gaza est resté fermé aujourd'hui malgré la décision d'Israël de le rouvrir, en raison de divergences avec le Hamas au pouvoir à Gaza sur le montant des frais de passage, selon des sources concordantes.
   "Plus de 70 camions chargés de nourriture et d'autres marchandises attendent actuellement leurs homologues palestiniens du côté israélien du terminal de Kerem Shalom", a annoncé l'armée israélienne dans un communiqué. "L'entreprise responsable du côté palestinien a décidé de ne pas ouvrir le terminal aujourd'hui à la suite de tentatives du Hamas de la remplacer par une entreprise de son choix", selon le texte. Le "Hamas a essayé de chasser l'Autorité palestinienne pour prendre en charge la gestion de Kerem Shalom afin de pouvoir collecter des recettes sur les marchandises entrant à Gaza", a ajouté l'armée.
    Un responsable du ministère de l'Economie du Hamas a pour sa part affirmé que la fermeture était due au "refus de l'occupant d'une réduction des coûts de transit par le terminal", assurant que Kerem Shalom serait rouvert demain, dans un communiqué diffusé par l'agence de presse gouvernementale Al-Raï, lancée en février.
    Une source palestinienne au terminal a affirmé que "le gouvernement Hamas avait refusé l'accès à des centaines de camions chargés de marchandises et d'aide à Gaza via Kerem Shalom car il veut imposer de nouveaux frais à la société de transport de marchandises". [...]"
- Israel: Hamas halted flow of goods into Gaza, Tovah Lazaroff (JP) - "Hamas wants to make up for revenues it has lost now that Egypt is closing the tunnels for smuggled goods into Gaza".
http://www.jpost.com/DiplomacyAndPolitics/Article.aspx?id=305354
   "A dispute between Hamas and Fatah over a Palestinian trucking company halted the flow of goods at the Kerem Shalom crossing – Gaza’s main commercial artery – leaving 70 trucks stranded on the Israeli side on Monday, according to Israeli and Palestinian sources. It is hoped that the crossing will be open for the transport of goods on Tuesday. [...]
    According to Israeli security sources Hamas has unsuccessfully tried to exact a higher tax fee from the contractor, who to date has refused to cede to that demand. Israeli security sources added that Hamas is trying to replace the Palestinian contractor with one that will be under their control and pay a higher fee. The PA chose the trucking company that now operates at the crossing. Hamas wants to make up for revenues it has lost now that Egypt is closing the tunnels for smuggled goods into Gaza, Israeli security sources said. [...]"

- Gaza : le marathon international annulé (AFP) - Hamas : «Nous ne voulons pas que les femmes courent non voilées».
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/03/05/97001-20130305FILWWW00354-gaza-le-3e-marathon-international-annule.php
   "Le troisième marathon international de Gaza a été annulé après le refus du mouvement islamiste Hamas, au pouvoir à Gaza, de laisser des femmes y participer, annonce l'Agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), qui organise la course. «L'UNRWA a le regret d'annoncer qu'elle a dû annuler son troisième marathon qui devait se tenir le 10 avril. Cette décision décevante fait suite à des discussions avec les autorités à Gaza qui ont insisté pour qu'aucune femme ne participe», a déclaré l'UNRWA dans un communiqué.
    Selon des responsables de l'UNRWA, 807 participants s'étaient inscrits, dont près de la moitié de femmes - 385, dont 266 Palestiniennes de la bande de Gaza. «Le Hamas a refusé de laisser les femmes participer à ce marathon très important. Ils nous ont parlé de cette condition il y a quelques jours et nous avons longuement négocié avec eux mais nous avons échoué», a déclaré le porte-parole de l'UNRWA à Gaza, Adnane Abou Hasna. «Nous regrettons cette décision d'annuler le marathon, mais nous ne voulons pas que des hommes et des femmes courent ensemble», a déclaré Abdessalam Siyam, le secrétaire général du gouvernement du Hamas.
   «Nous n'avons pas dit à l'UNRWA d'annuler le marathon et nous ne l'avons pas empêché mais nous avons posé des conditions : nous ne voulons pas que les hommes et les femmes soient mélangés», a-t-il ajouté, invoquant la loi et les traditions islamiques. «Nous ne voulons pas que les femmes courent non voilées», a-t-il ajouté, précisant que l'interdiction s'appliquait à partir de 16 ans. Lors des précédentes éditions, quelques étrangères avaient concouru, portant des vêtements longs, aux côtés de centaines de Palestiniennes en tenue locale - tête couverte et vêtements amples."
- UNRWA cancels Gaza Marathon because Hamas refuses to allow women (Elder of Ziyon) - "And Gaza's slide into Islamist Hamastan continues, while the world pretends Hamas is "moderating"."
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/03/unrwa-cancels-gaza-marathon-because.html

- A Gaza, les illusions de la réconciliation et du rapprochement avec l'Egypte, Laurent Zecchini (Le Monde) - "Le Caire se fait l'allié objectif d'Israël en maintenant ses distances avec Gaza".
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2013/03/05/a-gaza-les-illusions-de-la-reconciliation-et-du-rapprochement-avec-l-egypte_1842935_3212.html
   "La portion de la route Salaheddine qui traverse Gaza City est un vaste chantier où s'activent les engins de terrassement. Cette effervescence inhabituelle semble indiquer que l'argent ne manque pas pour entreprendre la réhabilitation de l'axe central qui relie le nord et le sud de la bande de Gaza. Non loin de là, au centre-ville, les drapeaux jaunes du Fatah, le parti dominant de l'Autorité palestinienne que préside Mahmoud Abbas, flottent encore sur des places et des immeubles, côtoyant le vert des étendards du Mouvement de la résistance islamique.
    S'agit-il des signes tangibles d'une activité économique florissante et de la réconciliation palestinienne ? Double trompe-l'oeil : les grands travaux de Salaheddine sont le projet phare de la manne financière de 400 millions de dollars (307 millions d'euros) promise par l'émir du Qatar, le cheikh Hamad Ben Khalifa Al-Thani, lors de sa visite à Gaza, le 23 octobre 2012. Un peu plus loin, dans le centre-ville, le bâtiment du ministère de l'intérieur offre le même spectacle qu'au terme de la guerre de huit jours qui a opposé, en novembre, le Hamas à l'Etat juif : un gigantesque mille-feuille de béton écrasé par les bombardements israéliens.
    Les drapeaux jaunes du Fatah restent insolites et trompeurs : chacun garde en mémoire l'impressionnant rassemblement de plusieurs centaines de milliers de personnes qui s'est déroulé le 4 janvier, un spectacle qui se voulait symbolique d'une unité palestinienne retrouvée. En réalité, cette mobilisation du Fatah a été un coup de semonce pour le Hamas, dont le sursaut de popularité à la suite de sa "victoire" militaire sur Israël, s'est évanoui. Le 27 février, sur fond d'accusations réciproques, les dirigeants des deux partis ont décidé de repousser sine die leurs négociations.
    Officiellement, le différend porte sur la période pendant laquelle un gouvernement d'union transitoire dirigé par M. Abbas exercerait ses fonctions avant l'organisation d'élections législatives et présidentielle. Le Fatah veut limiter cette période à trois mois, alors que le Hamas réclame le double. Ce prétexte, le docteur Ahmed Youssef, conseiller politique d'Ismaïl Haniyeh, le premier ministre du gouvernement du Hamas, en convient, est dérisoire : "La vérité est que Mahmoud Abbas a besoin de rencontrer le président américain Barack Obama - attendu en Israël et dans les territoires palestiniens le 20 mars - et qu'il ne veut pas apparaître trop proche du Hamas avant cette rencontre." [...]
    Cet énième espoir déçu de la réunification palestinienne nourrit le mécontentement des Gazaouis envers le Hamas, déjà alimenté par le peu de dividendes économiques du rapprochement avec l'Egypte des Frères musulmans. Car en procédant à l'inondation systématique des tunnels de contrebande qui passent sous sa frontière avec l'étroite bande de terre, Le Caire affiche sans complexe ses priorités : l'enclave de Gaza représente toujours un risque de sécurité pour le gouvernement du président Mohamed Morsi. Le 26 février, un tribunal cairote a jugé que tous les tunnels devaient être détruits. Leur nombre a pourtant nettement diminué : quelque 220 tunnels seraient aujourd'hui en activité, contre plus d'un millier il y a six mois. Ils acheminent environ 30 % des marchandises disponibles dans la bande de Gaza, le reste provenant d'Israël. [...]
    Parallèlement, Le Caire se fait l'allié objectif d'Israël en maintenant ses distances avec Gaza : si le nombre des Gazaouis autorisés à franchir la frontière, par le passage de Rafah, s'est accru, la liste noire des personnes interdites d'entrée reste en vigueur et les hommes de moins de 40 ans doivent toujours disposer d'un permis spécial pour quitter l'enclave palestinienne.
    Leur liberté de mouvement et d'expression entravée, leur vie quotidienne toujours aussi précaire avec un chômage qui dépasse 25 % de la population active, les Gazaouis constatent que deux ans après la naissance du "printemps arabe", ils en sont toujours les laissés-pour-compte."


Judée-Samarie

- Shin Bet: Significant rise in Palestinian attacks, Yaakov Lappin (JP)
http://www.jpost.com/Defense/Article.aspx?id=305415
   "The Shin Bet (Israel Security Agency) released a report Tuesday documenting a significant rise in Palestinian attacks in the West Bank and east Jerusalem in February. A total of 139 attacks, including firebombings and improvised explosives, occurred in February, compared to 83 in January. [...]"

- Bus palestiniens : comment la vérité est sacrifiée sur l'autel de la haine (Cool Israel) - voir aussi ce petit reportage RFI.
http://coolisrael.fr/10099/bus-palestinien-comment-la-verite-est-sacrifiee-sur-lautel-de-la-haine-disrael

- Palestinians' Double-Standards Exposed Again, Khaled Abu Toameh (Gatestone Institute) - "What is surprising — and disturbing — is that the UN, the international media and human rights groups are willing to be complicit in this effort to prevent the outside world from learning about what is going on in Palestinian prisons in the West Bank. Once again it has been proven that a story that reflects negatively on the Palestinian Authority leadership has no chance of finding its way to the international media. But a story that reflects negatively on Israel will always be welcomed by the international media, human rights organizations and the UN."
http://www.gatestoneinstitute.org/3613/palestinians-double-standards


"Processus de paix"

- Barak: Peace deal with Palestinians currently impossible, Yitzhak Benhorin (Ynet)
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4351913,00.html
   "Defense Minister Ehud Barak made a surprising statement Sunday when he said that a "fully fledged" peace deal with the Palestinians was currently impossible. Speaking at the AIPAC conference in Washington Barak proposed signing an interim agreement which would guarantee Israel's security. He warned that if such an agreement cannot be reached, Israel would have to take unilateral steps to prevent a bi-national state. Israel may need to “consider unilateral steps that would include demarcating a line within which Israel would keep the settlement blocs and ensure a Jewish majority for generations to come," he said. He added that Israel would establish a “long term security presence on the Jordan River.”
    Barak stated that a "daring peace initiative for a two-state solution is the only viable long-term solution." “It’s not a favor to the Palestinians,” he stressed, ”it’s the only solution.” The defense minister noted that Prime Minister Benjamin Netanyahu had taken bold steps including a settlement construction freeze which did not prompt a proper response by the Palestinians. [...]"

- 'Abbas to Kerry: Push Israel for settlement freeze', Khaled Abu Toameh (JP) - "during the meeting, Abbas requested that the Obama administration exert pressure on the Israeli government to release scores of Palestinian prisoners and freeze construction in the settlements".
http://www.jpost.com/MiddleEast/Article.aspx?id=305288

- Netanyahu mulling minor ‘land transfer’ to Palestinians ahead of Obama visit, Ron Friedman (Times of Israel) - "the gestures were discussed in the past in talks with Quartet envoy Tony Blair".
http://www.timesofisrael.com/netanyahu-mulling-minor-land-transfer-to-palestinians-ahead-of-obama-visit/
   "Prime Minister Benjamin Netanyahu is reportedly mulling transferring responsibility for small areas of West Bank land to the Palestinian Authority as part of a package of major goodwill gestures drawn up by the defense establishment ahead of US President Barack Obama’s upcoming visit to the region.
    According to a report in Maariv on Tuesday, the gestures will include the transfer of authority over two access roads — one to the new Palestinian city Rawabi, and the other to the West Bank city of Tulkarem — to full Palestinian control, the approval of building plans for 10 Palestinian villages currently deemed illegal and under threat of being demolished, the release of many of the 123 Fatah prisoners arrested by Israel before the Oslo peace talks, and the transfer of small arms ammunition to the Palestinian security forces.
    The report states that the gestures were discussed in the past in talks with Quartet envoy Tony Blair, but Netanyahu rejected them. The defense establishment reportedly drew up the plans while explaining to Netanyahu that the moves would not be a major political liability for the prime minister, but could create a positive global public relations effect. [...]"

- Things you can't see from DC, Giora Eiland (retired IDF major-general and former head of the National Security Council) - "The Palestinians do not really want a small and divided state, and therefore are not willing to pay the price for it: A commitment to declare an end to the conflict, promising not to make any other demands in the future and recognizing Israel as a Jewish state".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4351868,00.html
   "US President Obama and Secretary of State Kerry are expected to visit the region together in late March to try and promote an Israeli-Palestinian peace agreement. It is amazing to see how American policy has not changed in 20 years. Each administration creates expectations regarding a solution to the conflict without reassessing it and asking the basic question: Why have the peace efforts failed so far?
    It seems that the American approach is: There is a problem (the conflict), so there must be a solution. What's the solution? Two states. Why hasn't the solution been implemented until now? Apparently because we haven't put enough effort into it. What's the conclusion? We have to try harder.
    This conclusion is obviously wrong. The solution has not been implemented yet because both sides don't really want it. For both sides the cost of adopting the solution is much greater than the benefit. From Israel's perspective, the solution has two main problems: One is the great security risk involved in withdrawing to the 1967 borders, along with the possibility that the other side will not keep its promises.
    Israel fears that after it withdraws Hamas, or an even worse regime, will rise to power in the West Bank and simply ignore the peace agreement. The other price is the evacuation of at least 120,000 Israelis. The political, social and economic cost would be huge. The direct compensation for the settlers alone would amount to 120 billion shekels (about $32 billion). Where would this money come from? And what about the Palestinian side?
    The American assumption may sound reasonable, but it is completely false. According to this assumption, the Palestinians want to free themselves of the "occupation" and establish a small independent state in the West Bank and Gaza. The first part is true, but the second part is not. The Palestinians were never willing to make do with a small state of their own. They want "justice," revenge, recognition as victims and above all - the "right of return."
    The Palestinians do not really want a small and divided state, and therefore are not willing to pay the price for it: A commitment to declare an end to the conflict, promising not to make any other demands in the future and recognizing Israel as a Jewish state. When the desire is not genuine, there will not be a willingness on the part of the Palestinians to make "painful compromises," which are necessary for achieving peace.
    So what should be done? The Americans must take a few steps back and reexamine their basic assumptions. Most importantly, they should try to determine what is really important for the various players: Israel, the Palestinian Authority, Hamas, Egypt, Jordan, Saudi Arabia, etc. They should also determine whether the "two states" solution is the only one. Many people believe it is a bad solution, as it has a "zero–sum game" element to it. Perhaps there are other solutions.
    Should the Americans insist on the old paradigm, Israel must continue to play the game: Agree to return to the negotiation table without preconditions and recognize that the peace process is a positive thing. Will the process bring peace? Probably not, but that is not the most important thing. The most important thing is that we will not be blamed for its failure."


Syrie

- Over 1000 Palestinian Arabs killed in Syria. Ho-hum (Elder of Ziyon) - "Good luck finding a negative word about Syria in website of the "pro-Palestinian" International Solidarity Movement. Or the "pro-Palestinian" BDS movement webpage. Or "Students for Justice in Palestine." Or the blog of the "Free Gaza" movement. It makes you wonder what exactly "pro-Palestinian" means, doesn't it?"
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/03/over-1000-palestinian-arabs-killed-in.html


Iran

- Nucléaire en Iran: le chef de l'AIEA veut des résultats, moins de discussions, Isabelle Le Page (AFP)
http://fr.news.yahoo.com/aiea-iran-r%C3%A9%C3%A9lection-yukiya-amano-au-menu-conseil-064626421.html
   "Après un an de discussions infructueuses, le chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), le Japonais Yukiya Amano, a appelé lundi l'Iran à faire un geste concret en ouvrant rapidement à ses experts le site militaire de Parchin. "Je demande de nouveau à l'Iran de fournir sans autre délai un accès au site de Parchin, qu'un accord soit trouvé ou non sur une approche structurée", a déclaré M. Amano, d'après le texte de son discours au conseil des gouverneurs, réuni à huis clos à Vienne.
    L'AIEA soupçonne l'Iran d'avoir procédé à Parchin à des tests d'explosion conventionnelle applicable au nucléaire, ce que l'Iran dément. Elle l'a accusé, images satellite à l'appui, de faire disparaître toute trace compromettante sur place. [...] Dans un rapport en novembre 2011, l'agence avait dressé une liste d'éléments, présentés comme crédibles, indiquant que l'Iran avait travaillé à la mise au point de l'arme atomique avant 2003 et peut-être ensuite, ce que ce pays dément. [...]"
- Nucléaire : l'Iran refuse l'accès à un site militaire (AFP)
http://www.lepoint.fr/monde/nucleaire-l-iran-refuse-l-acces-a-un-site-militaire-05-03-2013-1636110_24.php
   "L'Iran a rejeté mardi la demande de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) pour une visite rapide de son site militaire suspect de Parchin, répétant que cette question serait réglée dans le cadre d'un accord global avec l'agence nucléaire de l'ONU. [...]
    L'AIEA soupçonne l'Iran d'avoir procédé à Parchin à des tests d'explosion conventionnelle applicable au nucléaire, ce que l'Iran dément. Elle l'a accusé, images satellite à l'appui, de faire disparaître toute trace compromettante sur place. Téhéran exclut toute visite pour l'instant, estimant que cette base militaire, située à l'est de Téhéran, n'entre pas dans le cadre des enquêtes des inspecteurs de l'ONU. [...]"

- Israël : l'Iran proche de la "ligne rouge" (AFP)
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/03/04/97001-20130304FILWWW00433-israel-l-iran-proche-de-la-ligne-rouge.php
   "Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a estimé aujourd'hui que l'Iran n'avait pas encore franchi la "ligne rouge" dans le développement de l'arme nucléaire, mais que Téhéran s'en rapprochait. "L'Iran se rapproche de cette ligne rouge, et il se met en position pour la franchir", a-t-il déclaré par liaison satellite lors de la conférence annuelle du principal lobby pro-israélien des Etats-Unis, l'Aipac, à Washington."

- Most Mideast countries don’t want a nuclear Iran, poll finds, Michal Shmulovich (Times of Israel)
http://www.timesofisrael.com/most-mideast-countries-dont-want-a-nuclear-iran/
   "Iranian popularity is low in Arab and Muslim states, and most respondents to a regional poll published Tuesday said a nuclear-armed Iran would harm Middle East security. Most residents of the 20 countries surveyed agree that the Middle East would be more secure if it were a nuclear free zone. The poll, conducted by Washington, DC-based Zogby Research Service for the Arab American Institute, surveyed the opinions of residents of 20 Arab and Muslim countries. It found that more than three-quarters of respondents in Bahrain (78%), UAE (80%), Oman (80%), Saudi Arabia (89%), Qatar (92%), and Kuwait (97 percent)  agreed that “the Middle East would be more secure if it were a nuclear free zone.” [...]"


USA

- Poll: Large chunk of US voters want more pro-Israel Obama, Herb Keinon (JP) - "39% of likely US voters do not feel that Obama is supportive enough of Israel, while only 13% believe he is "too supportive"."
http://www.jpost.com/DiplomacyAndPolitics/Article.aspx?id=305350
   "US President Barack Obama's visit to Israel in two weeks will be an opportunity for him to shore up his pro-Israel credentials with a public that does not think he is supportive enough of the Jewish state: a large chunk of American voters. A poll Monday in The Hill, a Washington DC newspaper, found that 39% of likely US voters do not feel that Obama is supportive enough of Israel, while only 13% believe he is "too supportive." Another 34% said his support was "about right," and 14% said they were not sure. According to the poll, more people (30%) believe that Obama, who is scheduled to make his first visit to Israel as president on March 20, is generally anti-Israel, than those (28%) who believe he is pro-Israel.  Another 29% said neither, and 13% were not sure. [...]"


Venezuela

- Psychodrame au Venezuela : la mort de Chavez est un « complot américano-sioniste », Yossi Cohen (JSS) - "Ce fut donc un festival de paranoïa, Maduro accusant les « ennemis du régime » (Israël et les Etats-Unis, bien entendu) de vouloir déstabiliser le régime en lançant des rumeurs sur la santé de Chavez, mais surtout en affirmant que le cancer d’Hugo Chavez n’est pas naturel et qu’il aurait été victime d’empoisonnement".
http://jssnews.com/2013/03/06/psychodrame-au-venezuela-la-mort-de-chavez-est-un-complot-americano-sioniste/

- PA mourns death of 'loyal friend' (Ynet)
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4352969,00.html
   "The Palestinian Authority has extended its condolence to the Venezuelan people over the death of President Hugo Chavez. A Wednesday report carried by the Palestinian news agency Maan, quoted senior Fatah official Nabil Shaath as saying that "Palestine says goodbye to a loyal friend who passionately defended our right to freedom and self determination. His contribution to the cause of dignity had no borders and reached the hearts and minds of the Arab World,” Shaath said in an statement emailed to Maan. [...]"

- Ahmadinejad : Chávez, un défenseur des "valeurs révolutionnaires" (AFP) - "Mahmoud Ahmadinejad affirme que le président défunt Hugo Chávez a succombé à "une maladie suspecte", dans une lettre de condoléances publiée sur le site de la présidence iranienne".
http://www.lepoint.fr/monde/ahmadinejad-chavez-un-defenseur-des-valeurs-revolutionnaires-06-03-2013-1636573_24.php


Histoire

- Une étude revoit à la hausse le nombre de camps nazis, Sarah Pinard (Le Figaro) - "Pour Geoffroy Megargee, les chiffres sont d'une telle ampleur qu'il est impossible pour les citoyens allemands de ne pas avoir eu connaissance de ces camps, «ils étaient partout»."
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/03/05/01016-20130305ARTFIG00553-une-etude-revoit-a-la-hausse-le-nombre-de-camps-nazis.php

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam - dans Mars 2013
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages