Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 10:14

France

- Antisémitisme sur scène à La Rochelle, Guy Konopnicki (Marianne) - "L’antisémitisme s’est exprimé avec une telle évidence qu’on ne le voit même plus".
http://www.marianne.net/Antisemitisme-sur-scene-a-La-Rochelle_a229359.html
   "« Hitler a déshonoré l’antisémitisme », écrivait Georges Bernanos après avoir rompu avec l’engagement maurrassien de sa jeunesse, pour s’opposer radicalement au fascisme. Or dans la très honorable Université de la Rochelle, des étudiants, encadrés par un honorable enseignant et par un atelier théâtre non moins honorable, ont écrit et joué une pièce dont l’objet était de décrire et de combattre la mondialisation. Projet honorable, décidément…
    Sans doute par un fâcheux hasard, la mondialisation s’incarne en une entreprise familiale, l’entreprise Goldberg, toute puissante et sans scrupule. L’argent mondialisé, c’est naturellement le juif. Ce premier stéréotype ne suffisant pas, la multinationale Goldberg and Co décide d’investir sur l’avenir, en spéculant sur les enfants mis au monde.
    Le juif, porteur de la souillure de l’argent, pousse l’esprit de lucre jusqu’à s’emparer du symbole même de l’innocence, l’enfant à naître. La plus ancienne des superstitions antisémites trouve ici une version moderne. Car cette spéculation sur l’enfant n’est rien d’autre que la résurgence du crime rituel. Dans l’Allemagne du Moyen-Age et dans les tréfonds de l’Ukraine des paysans illettrés et gorgés de vodka, on imaginait le juif immolant des enfants innocents. A l’Université de la Rochelle, au XXIe siècle, ce même juif investit sur les enfants nouveau-nés, pour les endetter à vie, transformer les génération à venir en biens hypothéqués à son profit.
    Sur scène, l’entreprise Goldberg est incarnée par une mégère, laide, cupide, autoritaire et sale. Marta Goldberg domine le monde, elle vocifère, commande, calcule, insulte et condamne. Et de s’écrier : « Je suis partout chez moi ! » C’est connu, les juifs sont partout, s’insinuent et pourrissent le monde pour mieux le dominer. On croirait relire le Céline des pamphlets s’il y avait le moindre soupçon de talent chez les auteurs de ce texte, pour tout dire aussi affligeant par la platitude du style que par l’immonde bêtise du propos.
    Comme il ne suffisait pas de cette entreprise Goldberg et de son immonde patronne, apparaissent sur scène deux personnages grimés en juifs religieux. Dieudonné n’est pas très loin… Ces deux « rabbins », sont nommés Cohen 1 et Cohen 2, ils sont chasseurs de nazis. Bien sûr, on leur demande, en appelant le gros rire du public, s’il est bien raisonnable de poursuivre encore les nazis et d’être obsédés par une si vieille histoire… Mais ce n’est pas tout. Les voici accusés de vivre du « shoah bisness », terme utilisé sur tous les sites antisémites et négationnistes et amplifié jusqu’à l’obscénité par Dieudonné.
    Ces Cohen 1 et 2 poursuivent un ancien nazi, doublé d’un mauvais cuistot planqué dans un restaurant. Un personnage leur demande de cesser de harceler ce vieillard. Les Cohen refusent… jusqu’au moment où il se voit proposer une grosse liasse de billets. Effet comique garanti, quand la main du juif, corrompue par l’argent, serre celle du nazi, pardonné au comptant. C’est au moins aussi drôle qu’un calembour de Le Pen sur les fours crématoires. Pour une bonne liasse de billets un juif peut tout pardonner, même le nazisme. Le texte, déjà sidérant de bêtise, atteint les sommets de l’abjection antisémite.
    Pourtant lorsqu’un enseignant alerte le président de l’Université de La Rochelle, tout le monde semble surpris de sa réaction. Les étudiants ont été aidé, pour l’écriture, par un enseignant canadien, Eric Noël et pour la mise en scène par l’Atelier théâtre de Claudie Landy, qui jusque-là, nous avait habitués à mieux. Ce serait du second degré ! La lecture de la pièce dément cette interprétation. Autant prétendre que l’on peut jouer « au second degré », les Protocoles des Sages de Sion !
    L’enseignant inquiet, Michel Goldberg, maître de conférence à l’Université de la Rochelle serait donc liberticide… Ne peut-on, innocemment, plaisanter sur le juif ? Le pire, c’est que les étudiants sont peut-être de bonne foi. Ils ont aligné, sans les comprendre, les pires stéréotypes antisémites. Leur méconnaissance de l’histoire, leur ignorance crasse du judaïsme, réduit à des clichés insanes, témoigne surtout du désastre scolaire et universitaire.
    On comprend que le président de l’Université de La Rochelle cherche à minimiser l’incident, en affirmant que le caractère antisémite de la pièce n’était pas certain… Michel Goldberg, de son côté, n’intervient pas en censeur. Il entend alerter la communauté universitaire sur la gravité de cette dérive. L’antisémitisme s’est exprimé avec une telle évidence qu’on ne le voit même plus."

- Le discret voyage en Israël des parlementaires écolos, Raphaëlle Besse Desmoulières (Le Monde.fr) - "Les participants ont fait peu de publicité autour de leur voyage. [...] Le déplacement ne devrait cependant pas manquer de faire grincer quelques dents dans un parti où certains restent très militants sur la question palestinienne".
http://gauche.blog.lemonde.fr/2013/06/06/le-discret-voyage-en-israel-des-parlementaires-ecolos/
   "Une dizaine de parlementaires écologistes et un membre de la direction d'Europe Ecologie-Les Verts s'envolent, jeudi 6 juin, pour un voyage de quatre jours en Israël et en Palestine. Parmi eux, Jean-Vincent Placé, président du groupe écologiste au Sénat, et son homologue de l'Assemblée nationale, François de Rugy. Presque une délégation officielle. Une première pour les parlementaires écolos.
    Le but : rencontrer des dirigeants politiques, des acteurs économiques, des chercheurs et des associatifs. Côté israélien, les élus devraient s'entretenir avec le président Shimon Pérès, le porte-parole du premier ministre Benyamin Néthanyahou, le ministre de l'environnement ou encore la maire-adjointe de Jérusalem. Côté palestinien, le ministre des affaires religieuses et peut-être celui du tourisme devraient les recevoir. [...]
    Même si les avis peuvent être divergents sur le sujet, les écologistes sont connus pour leurs positions pro-palestiniennes. Fin 2012, ils avaient salué comme un "jour historique" l’accession de la Palestine au rang d’Etat non membre de l'ONU et avaient dénoncé "le bilan accablant" du gouvernement Néthanyahou lors de sa visite en France fin octobre. [...]
    Pour le sénateur de l'Essonne [Jean-Vincent Placé], ce voyage ne constitue pas une inflexion de leur position. "Il est naturel de discuter avec des Etats avec lesquels la France entretient de bonnes relations", plaide-t-il. "Dans cette région-là, le fait d'y aller et de toucher du doigt la réalité, c'est important mais on n'est pas là pour prendre fait et cause pour l'un ou pour l'autre", ajoute M. de Rugy.
    Pour le sociologue Erwan Lecoeur, spécialiste des écologistes, il s'agit cependant d'une "évolution dans la façon dont se comportent les parlementaires écologistes". "Ayant un groupe, ils sont passés au champ de la représentation nationale et plus simplement à celle de leurs idées", analyse le chercheur. "Nous sommes un parti qui change d'échelle, confirme M. Cormand. Avant, la position des écologistes n'intéressait personne, aujourd'hui, ce n'est plus le cas."
    Les participants ont fait peu de publicité autour de leur voyage. "On l'assume", dit simplement M. de Rugy. Le déplacement ne devrait cependant pas manquer de faire grincer quelques dents dans un parti où certains restent très militants sur la question palestinienne. A commencer par le secrétaire national d'EELV, Pascal Durand, qui ne fait pas partie du voyage. "Je n'ai pas de commentaires à faire, répond le numéro un écologiste. La seule chose que je demande, c'est que les rencontres soient équilibrées." Et d'être informé des projets des parlementaires de son parti. Ce que ces derniers ont visiblement omis de faire."


Gaza & Hamas

- Remaining Christian schools in Gaza face closure by Hamas (Elder of Ziyon)
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/06/remaining-christian-schools-in-gaza.html

- Where's the Coverage? Gaza Youth Flee To Israel (CAMERA) - "young men from Gaza are fleeing TO Israel, seeking the opportunities available in the Jewish state".
http://blog.camera.org/archives/2013/06/wheres_the_coverage_gaza_youth_1.html


Judée-Samarie

- Autorité palestinienne : le nouveau gouvernement prête serment, Nasser Abu Bakr (AFP)
http://fr.news.yahoo.com/autorit%C3%A9-palestinienne-nouveau-gouvernement-pr%C3%AAt%C3%A9-serment-165010935.html
   "Le nouveau gouvernement de l'Autorité palestinienne, dirigé par l'universitaire Rami Hamdallah, et formé pour l'essentiel de ministres du gouvernement sortant, a prêté serment jeudi soir à Ramallah, en Cisjordanie. Les 24 membres du gouvernement, dont le Premier ministre qui a succédé le 2 juin à Salam Fayyad, démissionnaire, ont prêté serment sur le Coran en présence du président Mahmoud Abbas. [...]
   "Il aurait mieux valu que ce gouvernement soit un gouvernement d'union nationale, mais nous n'y sommes pas parvenus, faute d'accord du Hamas sur la tenue d'élections parce que le Hamas n'est pas d'accord jusqu'à présent pour tenir des élections", a déclaré Mahmoud Abbas lors de la première réunion du gouvernement. M. Hamdallah, un universitaire respecté mais peu connu à l'étranger, a assuré qu'il conduirait un "gouvernement pour une période transitoire" avant de céder la place à un exécutif d'union nationale, en vue de la réconciliation avec le Hamas islamiste. [...]"

- Territoires disputés : Israël démolit l’avant-poste juif illégal de Maoz Esther dans la région de Binyamin (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/territoires-disputes-israel-demolit-lavant-poste-juif-illegal-de-maoz-esther-dans-la-region-de-binyamin/
   "Les gardes-frontières israéliens et l’administration civile ont détruit jeudi matin 3 bâtiments de l’avant-poste juif illégal de Maoz Esther près de Kohav HaShahar dans la région de Binyamin dans les Territoires disputés. On ne déplore pas d’incident notable pour l’instant."

- Israël/Goush Etsion : un Palestinien arrêté pour tentative d’infiltration dans une localité juive (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/israelgoush-etsion-un-palestinien-arrete-pour-tentative-dinfiltration-dans-une-localite-juive/
   "Un Palestinien muni d’un couteau a été arrêté mercredi alors qu’il tentait de s’infiltrer à l’intérieur de la localité d’Efrat, dans le Goush Etsion. Il a été remis aux mains des services de sécurité pour interrogatoire."


"Processus de paix"

- Netanyahu n'exclut pas de discuter du plan de paix arabe de 2002, Jeffrey Heller (Reuters)
http://fr.news.yahoo.com/netanyahu-nexclut-pas-discuter-du-plan-paix-arabe-153713579.html
   "Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a indiqué mercredi qu'il était disposé à discuter du plan de paix présenté en 2002 par la Ligue arabe, dont les termes ont été récemment infléchis en vue d'éventuels échanges de territoires entre Palestiniens et Israéliens. [...] "Nous sommes à l'écoute de toutes les initiatives - l'initiative arabe a été mentionnée - et nous sommes disposés à les discuter, à condition que ce soient des propositions et non des diktats", a déclaré Benjamin Netanyahu lors d'un débat sur ce dossier à la Knesset, le Parlement israélien. [...]
    Dans son discours devant les députés, Benjamin Netanyahu a une nouvelle fois invité le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, à reprendre les discussions de paix, qui sont dans l'impasse depuis 2010 [...].  "Comme il (Abbas) ne parle pas hébreu et comme mon arabe n'est pas fameux, je m'adresse à lui dans une langue que nous connaissons tous les deux et je lui dis 'Give peace a chance'", a lancé le Premier ministre, invitant en anglais le dirigeant palestinien à "laisser une chance à la paix". "C'est une occasion à ne pas laisser passer", a-t-il ajouté, précisant qu'il était prêt à prendre "des décisions difficiles pour faire progresser les négociations", à condition de ne pas mettre en danger la sécurité d'Israël.
    Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, qui tente de relancer les discussions israélo-palestiniennes, a effectué quatre visites dans la région depuis son entrée en fonction en février. Il pourrait s'y rendre de nouveau la semaine prochaine."
- Netanyahu to Abbas, in English: ‘Give peace a chance’, Raphael Ahren (Times of Israel) - "I’m ready to make difficult decisions in order to advance peace, but not if this in any way hurts the security of Israel’s citizens. But we’re not the only ones who have to take tough decisions, the Palestinians too have to do this".
http://www.timesofisrael.com/netanyahu-to-abbas-in-english-give-peace-a-chance/
   "Prime Minister Benjamin Netanyahu on Wednesday called on Palestinian Authority President Mahmoud Abbas to agree to return to the negotiating table without preconditions. “Since he doesn’t speak Hebrew, and my Arabic isn’t great, I will turn to him in a language we both understand,” Netanyahu said at a special Knesset session dedicated to the Israeli-Arab conflict. “I say: Give peace a chance,” he said, alluding to the title of John Lennon’s 1969 classic. According to Knesset regulations, Israeli politicians are not allowed to speak any language other than Hebrew or Arabic from the podium.
    Appearing in the plenum because 40 MKs had signed a petition forcing him to address the topic of the Arab Peace Initiative, the prime minister said that he was ready to resume negotiations with the Palestinians at any time and was ready to make sacrifices to arrive at an agreement. “In my three terms as prime minister I took many difficult decisions: in the areas of the economy and foreign policy, and first and foremost in the realm of security. And now, too, I’m ready to make difficult decisions in order to advance peace, but not if this in any way hurts the security of Israel’s citizens. But we’re not the only ones who have to take tough decisions, the Palestinians too have to do this,” the prime minister said in his native tongue.
   “Don’t miss this opportunity,” he added, lamenting that during the last four years, he and Abbas had only spoken for a total of “a few hours.” Netanyahu reiterated that a successful outcome to peace talks would be possible if Israel’s security was guaranteed and if the Palestinians recognized Israel as the homeland of the Jewish people. [...]"

- Israël accuse Mahmoud Abbas de refuser de négocier (AFP)
http://nosnondits.wordpress.com/2013/06/05/israel-accuse-mahmoud-abbas-de-refuser-de-negocier/
   "Un responsable israélien a accusé mercredi le président palestinien Mahmoud Abbas de refuser de négocier directement avec Israël et de préférer le recours à des démarches "unilatérales". Mahmoud Abbas "n’est pas pressé de reprendre des négociations malgré les pressions exercées sur lui, car il pense que la voie unilatérale lui rapportera plus et qu’il n’aura pas ainsi à payer un prix politique", a affirmé le vice-ministre des Affaires étrangères Zeev Elkin, à la radio publique. [...] Le vice-ministre a également réaffirmé le refus d’Israël d’un retour aux lignes d’avant la guerre de juin 1967. "Le peuple israélien n’est pas prêt à se suicider et à rééditer la même erreur commise lors du retrait de la bande de Gaza (en 2005)".
    La radio publique ainsi que le quotidien Maariv ont également indiqué que Yoram Cohen, le chef du Shin Beth, le service de sécurité intérieure, a affirmé que Mahmoud Abbas "ne croit pas à un accord de paix avec Israël". "Le président Palestinien pense qu’il ne gagnera rien à négocier avec le gouvernement de Benjamin Netanyahu et qu’il obtiendra beaucoup moins que ne lui avait proposé Ehud Olmert", a déclaré Yoram Cohen, lors d’une réunion mardi de la commission de la Défense et des Affaires étrangères du Parlement.
    Selon les médias israéliens, M. Olmert au pouvoir entre 2006 et 2009 aurait proposé un retrait de plus de 90% de Cisjordanie ainsi qu’un échange de territoires que Mahmoud Abbbas aurait refusé. [...]"
- Shin Bet head quoted saying Abbas uninterested in talks, Gavriel Fiske (Times of Israel)
http://www.timesofisrael.com/abbas-uninterested-in-peace-deal-shin-bet-head-says/
   "Palestinian Authority President Mahmoud Abbas isn’t interested in signing a peace agreement with Israel, Shin Bet head Yoram Cohen testified in a Knesset committee hearing on Tuesday, according to the Maariv daily. Speaking before the Knesset Foreign Affairs and Security Committee, Cohen reportedly told MKs that Abbas is “not eager to resume negotiations,” because in Abbas’s view the starting point for new peace talks is “not even close” to promises he received from former prime minister Ehud Olmert, and therefore he can only be in a losing position.
    According to an MK present at the meeting quoted in the report, Cohen said Abbas “carries with him the former promises,” which fail to meet present realities, so in essence there was “no one to talk to” among the Palestinian leadership. The Shin Bet on Wednesday rejected the accuracy of the report and denied that Cohen made the statements about Abbas attributed to him in the paper. [...]"

- Abbas: No peace without Palestinian capital in J'lem, Khaled Abu Toameh (JP)
http://www.jpost.com/Middle-East/Abbas-No-peace-without-Palestinian-capital-in-Jlem-315574
   "Palestinian Authority President Mahmoud Abbas declared Wednesday that there would be no peace or a Palestinian state that exclude Jerusalem. "We won't accept any city other than Jerusalem as our capital," Abbas said during a speech at a conference on Jerusalem in Ramallah. "The responsibility for defending and restoring Jerusalem and purifying its holy sites is not that of the Palestinians alone, but the entire Arab, Islamic and Christian nation." Abbas urged Muslims and Christians to visit Jerusalem and its holy sites "to affirm the Arab and Islamic depth of the holy city." [...]"
- Abbas threatens to dismantle PA if talks don’t start, Khaled Abu Toameh (JP) - "Palestinian Authority minister for civilian affairs says Abbas giving Kerry until June 20 to revive the peace talks".
http://www.jpost.com/Middle-East/Abbas-threatens-to-dismantle-PA-if-peace-talks-dont-start-315467

- Fatah leader: Release 120 prisoners as gesture to PA (JP)
http://www.jpost.com/Diplomacy-and-Politics/Fatah-leader-Release-120-prisoners-as-gesture-to-PA-315627
   "The Palestinian Authority is urging Israel to release 120 Palestinian prisoners that have been jailed since prior to the Oslo Accords, Fatah Central Committee member Hussein al-Sheikh told Israel Radio on Thursday. The list of 120 names has been passed on to both Israel and to US Secretary of State John Kerry, and while the PA leadership is still awaiting answer, a few Israeli officials have expressed a "positive position" on the matter, according to al-Sheikh.
    Al-Sheikh said this gesture of good will on Israel's part will help advance the peace process. "Releasing 120 Palestinian prisoners, I am certain, will provide a good atmosphere, and will encourage the Palestinian leadership to consider its position on the negotiations carefully," he said. [...]"

- Les Israéliens contre le partage de Jérusalem (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/les-israeliens-contre-la-division-de-jerusalem/
   "Près des trois quarts des Israéliens sont opposés à l’idée que Jérusalem-est devienne la capitale d’un futur État palestinien, selon un sondage publié ce mercredi par le Jerusalem Post et réalisé en coopération avec l’institut de sondage Rafi Smith. 74% des personnes interrogées préfèrent que Jérusalem-est reste unifiée sous souveraineté israélienne. Seuls 15% des Israéliens affirment soutenir une division de la ville prévoyant qu’Israël renonce à exercer sa souveraineté sur une partie de Jérusalem. Mais parallèlement, 72% des Israéliens reconnaissent que sur le terrain la ville reste divisée entre juifs et Arabes.  Par ailleurs, 67% des Israéliens soutiennent l’idée de deux États pour deux peuples mais seuls 8% d’entre eux souhaitent une solution basée sur un retour aux lignes d’avant la guerre de juin 1967 comme le demandent les Palestiniens et la Ligue arabe."

- The window of opportunity for peace is closing, said the US Sec'y of State. In 1991. And 2003 (Elder of Ziyon) - "The funny thing is that things are better now for both the Israelis and Palestinian Arabs than they were ten years ago. All without the "peace process" moving forward an inch".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/06/the-window-of-opportunity-for-peace-is.html

- If the Six Day War hadn't happened... (Elder of Ziyon)
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/06/if-six-day-war-hadnt-happened.html
   "- Would there be a Palestinian Arab state today on the West Bank and Gaza?
    - Would Israel's Arab neighbors consider the 1949 armistice lines as "borders" today?
    - Would Jews would be allowed to visit their holy places in Jerusalem, Bethlehem, Hebron and elsewhere today?
    - Would Israelis in the Galilee be safe from fire coming from the Golan Heights today?
    - Would there have not have been another war of aggression mounted against Israel since then?
    - Would the Middle East would be a safer place today?
    - Would worldwide terror today be lessened?
    - Would the Palestinian Arab "refugee" problem have been solved by now?
    - Would Israel-haters hate Israel any less?
    If the answers to all of these are "no," and they almost certainly are, then why does anyone think that Israel turning the clock back to early 1967 would improve things - today?"


Liban, Syrie & Hezbollah

- Syrie : Israël doute de la volonté de Washington de franchir la ligne rouge d'une intervention militaire, Laurent Zecchini (Le Monde.fr) - "La question de la dissémination d'armes chimiques syriennes, en particulier au profit du Hezbollah libanais, les préoccupe, mais, à ce stade, moins que celle d'armes conventionnelles sophistiquées comme les missiles russes sol-air S-300".
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2013/06/05/syrie-israel-doute-de-la-volonte-de-washington-d-intervenir-militairement_3424447_3218.html
   ""Cela ne nous surprend pas, dans la mesure où cela va dans le sens de nos informations" : cette réaction, mercredi 5 juin, d'un haut diplomate israélien après la confirmation, par le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, de l'utilisation de gaz sarin en Syrie, ne signifie pas qu'Israël s'attende à des conséquences militaires immédiates, bien au contraire. "Nous avons été les premiers à révéler le pot aux roses, même si nous l'avons fait de façon maladroite", rappelle-t-il, en faisant référence aux déclarations du général Itai Brun, chef du service d'analyse du renseignement militaire israélien, qui avait assuré, le 23 avril, que le régime du président Bachar Al-Assad a utilisé "des armes chimiques meurtrières, probablement du gaz sarin, dans un certain nombre d'incidents".
    L'Etat juif avait alors été accusé d'avoir voulu forcer la main des Etats-Unis, mais le lendemain, le porte-parole de la Maison Blanche avait souligné que les Etats-Unis n'avaient pas abouti à la conclusion de l'utilisation d'armes chimiques en Syrie. "Israël a fait part de ses certitudes, ainsi que la France et la Grande-Bretagne. Maintenant, la question est de savoir que faire, et qui doit le faire ?", poursuit ce diplomate, dont la crainte de voir Washington demander d'autres "preuves irréfutables" s'est déjà confirmée.
    Si les Etats-Unis ne souhaitent manifestement pas être acculés à franchir les lignes rouges qu'ils se sont eux-mêmes fixées, remarque-t-il, c'est en particulier parce qu'une intervention militaire risquerait d'ouvrir la boîte de Pandore d'un conflit régional, impliquant inévitablement Israël. La décision d'annihiler les sites chimiques syriens, ajoute ce haut diplomate, est de la responsabilité de la communauté internationale, pas d'Israël.
   "Or, insiste-t-il, puisque la Russie et la Chine vont continuer à bloquer toute action, quand on parle de la 'communauté internationale', cela veut dire les Américains et les Européens." Si Israël était sollicité pour participer à une telle action, le gouvernement israélien "prendrait ses responsabilités", mais c'est une hypothèse peu vraisemblable, reconnaît-il.
    C'est à Washington d'agir, insiste encore le diplomate : "Une opération militaire sera inévitable à partir du moment où les Américains décréteront qu'elle est inévitable, sinon elle n'aura pas lieu : je ne vois pas les Français et les Britanniques agir seuls, sans les Américains." Les responsables israéliens, à la demande expresse du premier ministre, Benyamin Nétanyahou, font preuve d'une réserve inhabituelle dans leurs propos, sachant que toute prise de position publique d'Israël dans le conflit ne peut que jeter de l'huile sur le feu.
    La question de la dissémination d'armes chimiques syriennes, en particulier au profit du Hezbollah libanais, les préoccupe, mais, à ce stade, moins que celle d'armes conventionnelles sophistiquées comme les missiles russes sol-air S-300. Alors que le ministre israélien de la défense, Mosché Yaalon, a affirmé lundi que la Russie ne livrerait pas ces missiles à son allié de Damas avant 2014, d'autres responsables israéliens sont moins affirmatifs.
    Youval Steinitz, ministre des relations internationales et du renseignement, a souligné mardi qu'Israël ne "comprend pas" la position de Moscou de livrer de tels armements à la Syrie dans une période aussi critique. Les S-300 pourraient être utilisés pour menacer des avions israéliens – militaires et civils – volant au-dessus de Haïfa et Tel-Aviv, a-t-il insisté, et surtout être mis à la disposition de l'Iran. Cette perspective d'une extension régionale du conflit est prise très au sérieux par les responsables israéliens, jordaniens et américains. Israël accélère son programme de fabrication de batteries de missiles antimissiles balistiques Arrow, a confirmé lundi le colonel Aviram Hason, responsable de la défense antimissile au ministère de la défense.
    En Jordanie, les manœuvres militaires Eager Lion, associant dix-neuf pays, sous la direction des Etats-Unis, vont se dérouler du 9 au 20 juin. Il n'est pas exclu que les missiles antimissiles américains Patriot (comparables aux S-300 russes) qui vont être déployés au cours de cet exercice, restent sur le territoire du royaume hachémite à la fin de Eager Lion, ont indiqué mardi des responsables américains à l'agence Reuters."


Monde arabe

- Antisémitisme de printemps, Iannis Roder (professeur d’histoire-géographie) - "Cela se passe dans le pays arabe que l’on dit le plus épargné par la haine des juifs…"
http://www.causeur.fr/antisemitisme-maroc-livre,22840
   "« La culture des images et l’image de la culture » : c’était le thème du Salon international de l’édition et du livre (SIEL) de Casablanca, qui a eu lieu du 29 mars au 7 avril. Autant le dire, elle a une drôle de tête, la culture, vue à travers les ouvrages présentés par des éditeurs venus des principaux pays du monde arabe. Cent-cinquante stands marocains, 30 libanais, 20 syriens, 10 égyptiens, 5 saoudiens, 2 palestiniens et 1 libyen ont proposé de saines et abondantes lectures, que l’on pourrait classer en trois catégories : livres défendant les thèses complotistes les plus débiles (tout est la faute du sionisme, de l’américano-sionisme, du complot judéo-maçonnique ou judéo-américano-maçonnique, etc.), ouvrages classiquement antisémites et négationnistes, « travaux » réhabilitant Adolf Hitler.
    Personnellement, j’ai un faible pour La Malice des juifs, de Saïd Muhammad Sayd Al-Sanari et Les Règles des rabbins de Lucifer, de Majdi Kamel. Ça nous change un peu des éternels Protocoles des Sages de Sion et des titres du genre Le Grand Complot, d’Hasan Latsh, dont la couverture affiche une étoile de David sur une carte de l’Afghanistan. Sans parler des ouvrages savants comme Les Judéo-francs-maçons dans les révolutions et les constitutions, chez Madbuli Press, et L’Autre Visage de Hitler, tout cela côtoyant les classiques indispensables comme Mein Kampf.
    On le voit, la culture rapproche les hommes. De ce point de vue, le beau « Printemps arabe » a tenu certaines de ses promesses : les pires. Dans les libertés conquises par les peuples renversant leurs despotes, on dirait que celle d’être antisémite figure en bonne place. Pour la quatrième année consécutive, le Centre Simon Wiesenthal a étudié les incitations à l’antisémitisme au SIEL. Dans son rapport, qui dénonce l’appel à la haine, il précise que tous les textes ont été approuvés par les autorités du Salon. Cela se passe dans le pays arabe que l’on dit le plus épargné par la haine des juifs…"


Iran

- Iran : Khamenei réaffirme sa prééminence dans le dossier nucléaire, Siavosh Ghazi (AFP)
http://fr.news.yahoo.com/iran-khamenei-r%C3%A9affirme-pr%C3%A9%C3%A9minence-dossier-nucl%C3%A9aire-134852948.html
   "Le guide suprême iranien Ali Khamenei a rappelé mardi qu'il était seul maître du dossier nucléaire en rejetant toute "concession aux ennemis" de Téhéran, un message adressé aux candidats à la présidentielle du 14 juin et aux grandes puissances. L'ayatollah Khamenei a demandé aux candidats de promettre "de ne pas faire passer les intérêts des ennemis avant l'intérêt national", alors que les négociations entre les grandes puissances et l'Iran sont dans l'impasse et que le pays est sous le coup de sévères sanctions économiques. "Certains croient faussement que nous devons faire des concessions aux ennemis pour réduire leur colère. C'est une erreur", a-t-il lancé, lors d'un discours au mausolée de l'imam Khomeiny pour le 24e anniversaire de la mort du fondateur de la République islamique.
    Aucun des candidats de la présidentielle du 14 juin n'a évoqué un possible assouplissement de la position de Téhéran en matière nucléaire. Mais certains, comme le candidat modéré Hassan Rohani, ont évoqué la nécessité d'établir un dialogue direct avec les Etats-Unis, ennemi historique de la République islamique. Immédiatement après le discours, Ali Akbar Velayati, un des huit candidats et conseiller du guide pour les Affaires internationales, a affirmé qu'il allait "suivre les directives" du numéro un iranien. Agé de 73 ans, Ali Khamenei est le premier personnage du régime et a le dernier mot sur les grandes questions politiques et économiques du pays. [...]"

- Russie et Chine unis avec l'Occident sur le nucléaire iranien, Fredrik Dahl (Reuters)
http://fr.news.yahoo.com/russie-et-chine-unis-avec-loccident-sur-le-113147096.html
   "La Chine et la Russie ont joint leurs voix mercredi à celles des quatre puissances occidentales pour presser l'Iran de coopérer à l'enquête de l'AIEA sur les recherches nucléaires de Téhéran. Dans un communiqué commun destiné à manifester leur unité face au programme nucléaire iranien, les six puissances se déclarent "vivement préoccupées" par le programme atomique iranien. [...] "Nous sommes vivement préoccupés de voir l'Iran poursuivre certaines activités nucléaires contraires" aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies et du conseil des gouverneurs de l'AIEA (Agence internationale pour l'énergie atomique), déclarent les six pays dans un texte lu par l'ambassadeur d'Allemagne à une réunion du conseil des gouverneurs de l'AIEA à Vienne."


Europe

- 'Ireland leads opposition to blacklisting Hezbollah', Herb Keinon (JP) - "Ireland – which holds the EU’s rotating presidency – was supported in this position by Sweden and Finland".
http://www.jpost.com/International/Ireland-leads-opposition-to-blacklisting-Hezbollah-315613
   "Government officials in Jerusalem accused Ireland on Wednesday of leading opposition inside the EU to placing Hezbollah, or at least its “military wing,” on the European Union’s terrorist black list. According to the officials, Ireland – which holds the EU’s rotating presidency – was supported in this position by Sweden and Finland at a working group on Tuesday that debated the issue. A consensus of the EU’s 27 states will be needed to blacklist Hezbollah’s “military wing,” a move now even backed by Germany and France. [...] one Israeli government official who said Dublin was leading the opposition charged that this position was “unusual,” given that Germany, France and Spain – which all have large contingents in UNIFIL – now back the move. [...]"

- La montée de l’antisémitisme en Europe, David Harris (Directeur Exécutif d'American Jewish Committee) - "La montée de l’antisémitisme en Europe est alimentée par trois sources principales : l’extrême droite, en grande partie stimulée par l’inquiétude générée par la crise économique et par l’immigration croissante, l’extrême gauche, qui refuse d’accepter à Israël le droit d’exister, et par certains musulmans qui éprouvent de la haine pour les Juifs et Israël".
http://ajcfrance.com/2013/06/03/la-montee-de-lantisemitisme-en-europe/
   "Une récente étude de l’Université de Tel-Aviv a rapporté que le nombre d’incidents antisémites en Europe avait augmenté de 30% entre 2011 et 2012. Le rapport du S.P.C.J en France a, quant à lui, rapporté une augmentation de 58% des actes antisémites dans la même période et que la moitié des actes racistes en France étaient commis contre les Juifs alors qu’ils ne représentent seulement qu’ 1% de la population. L’événement le plus tragique étant celui de l’an dernier où quatre juifs, dont trois enfants en bas âge furent assassinés devant l’école Ozar Hatorah à Toulouse.
    Il y a également, à ce jour, deux partis politiques ostensiblement antisémites et  xénophobes représentés au sein des parlements des États membres de l’Union européenne : Jobbik en Hongrie et Aube dorée en Grèce. De plus, d’autres mouvements politiques extrémistes opérant sur le sol de l’U.E. ont eu un certain succès aux niveaux local et régional. Comme le journal britannique The Independent l’a souligné, le 5 mai dernier, dans un article sur Jobbik : « en quelques années seulement, des populistes hongrois sont venus de nulle part et ont attribué tous les maux de leur pays à l’ennemi venu de l’intérieur ; dans ce cas précis, un demi-million de Roms et 100.000 Juifs. » Quant à Aube Dorée, ce dernier se réfère à des images nazies pour diaboliser les Juifs et les immigrés dans le but de faire avancer son programme. Son succès relatif est d’autant plus choquant que la Grèce avait été brutalement occupée par le Troisième Reich.
    Par ailleurs, les sondages montrent également que les comportements antisémites sont de plus en plus nombreux dans certains pays de l’UE, notamment en Espagne et en Pologne. De plus, l’antisémitisme est en pleine expansion dans le cyberespace, ce qui a conduit à ce qu’au moins un gouvernement, la France, cherche des méthodes efficaces pour lutter contre ce phénomène.
    Et enfin, la campagne pour diaboliser et délégitimer Israël se renforce. Cela va au-delà de la critique « classique » de la politique israélienne, ce qui est normal dans la vie de toute nation démocratique. Bien au contraire, selon l’Agence des droits fondamentaux de l’UE qui travaille sur la définition de l’antisémitisme, il s’agit de « nier au peuple juif le droit à l’autodétermination », « faire preuve d’une double morale en exigeant d’Israël un comportement qui n’est attendu, ni requis dans aucun autre pays démocratique », « utiliser des symboles et des images associés à l’antisémitisme classique pour caractériser Israël et les Israéliens » ou « faire des comparaisons entre la politique actuelle israélienne et celle des nazis.»
    La montée de l’antisémitisme en Europe est alimentée par trois sources principales : l’extrême droite, en grande partie stimulée par l’inquiétude générée par la crise économique et par l’immigration croissante, l’extrême gauche, qui refuse d’accepter à Israël le droit d’exister, et par certains musulmans qui éprouvent de la haine pour les Juifs et Israël. A ce titre, une récente étude en Belgique a constaté que près de la moitié des étudiants adolescents musulmans avaient exprimé des opinions antisémites. [...]"

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam - dans Juin 2013
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages