Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 10:12

Gaza & Hamas

- Exiled leader returns for Hamas celebration (Reuters, Vidéo 1mn16) - on peut voir la roquette géante à la fin de la vidéo.
http://www.dailymotion.com/video/xvpebu_exiled-leader-returns-for-hamas-celebration
- Gaza : près de 100.000 Palestiniens rassemblés pour les 25 ans du Hamas (AFP)
http://fr.news.yahoo.com/gaza-rassemblement-milliers-palestiniens-25-ans-hamas-092144634.html
   "Près de 100.000 Palestiniens étaient rassemblés samedi sur la place de la Katiba, dans la ville de Gaza, pour assister aux célébrations du 25ème anniversaire de la création du Hamas, en présence du chef en exil du mouvement islamiste, Khaled Mechaal. [...] De part et d'autre étaient disposés les portraits géants du fondateur du Hamas, cheikh Ahmad Yassine, assassiné par l'armée israélienne en 2004 et du chef militaire du Hamas, Ahmad Jaabari, tué par la première frappe de l'opération israélienne "Pilier de défense" du 14 au 21 novembre. [...]
    Aux alentours régnait une ambiance de kermesse, avec de nombreux étals de nourriture et des vendeurs de boisson ambulants qui parcouraient la foule. Un père de famille portait une sculpture en bois peinte en vert avec le nombre 25 surmonté d'une roquette. Le Hamas célèbre cette année avec quelques jours d'avance son 25ème anniversaire, pour coïncider avec celui de la première Intifada palestinienne, qui avait éclaté le 8 décembre 1987 dans la bande de Gaza."

- Gaza : le chef du Hamas appelle à "libérer toute la Palestine" (AFP, Vidéo 1mn04)
http://www.dailymotion.com/video/xvpp8f_gaza-le-chef-du-hamas-appelle-a-liberer-toute-la-palestine
- Israël/Palestine : le chef de Hamas exclut tout concession (AFP) - Mechaal appelle à conquérir "la Palestine de la mer au fleuve, du nord au sud". Difficile de faire plus clair.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/12/08/97001-20121208FILWWW00431-israelpalestine-le-chef-de-hamas-exclut-tout-concession.php
   "Le chef en exil du mouvement islamiste palestinien Hamas, Khaled Mechaal, a exclu aujourd'hui à Gaza toute renonciation à la revendication de l'ensemble de la Palestine mandataire ainsi que toute reconnaissance d'Israël. "La Palestine de la mer au fleuve, du nord au sud, est notre terre et notre nation, dont on ne peut céder ni un pouce ni une partie. Nous ne pouvons pas reconnaître de légitimité à l'occupation de la Palestine ni à Israël", a-t-il affirmé lors d'un discours à l'occasion du 25e anniversaire de la création du Hamas, à Gaza, où il effectue sa première visite."
- Le Hamas ne reconnaîtra jamais Israël, affirme Khaled Méchaal (Reuters) - "Israël n'a aucune légitimité et n'en aura jamais".
http://www.20minutes.fr/ledirect/1060467/hamas-reconnaitra-jamais-israel-affirme-khaled-mechaal
   "Le Hamas ne reconnaîtra jamais Israël et revendiquera toujours la terre de Palestine dans sa totalité, a affirmé ce samedi à Gaza le chef du mouvement islamiste palestinien. «La Palestine est à nous, de la rivière (Jourdain) à la mer (Méditerranée) et du sud au nord. Nous ne ferons aucune concession, nous n'abandonnerons pas un pouce de notre terre», a-t-il dit lors d'un grand rassemblement marquant le 25e anniversaire de la fondation du Hamas. «Nous ne reconnaîtrons jamais la légitimité de l'occupation israélienne (...) Israël n'a aucune légitimité et n'en aura jamais», a-t-il ajouté.
    Devant une foule enthousiaste, il s'est engagé à faire libérer les prisonniers palestiniens détenus en Israël, laissant présager de nouvelles tentatives d'enlèvement de soldats de l'armée israélienne utilisés ensuite comme monnaie d'échange. L'an dernier, Israël a libéré 1.027 détenus palestiniens en échange du sergent Gilad Shalit, qui avait été enlevé en 2006 par un groupe armé de la bande de Gaza. «Nous n'aurons pas un instant de repos tant que nous n'aurons pas libéré tous les détenus palestiniens. Et nous utiliserons les mêmes moyens que par le passé», a lancé Khaled Méchaal. [...]"
- Hamas' "moderate" leader promises to violently destroy Israel. "Experts" silent (Elder of Ziyon)
http://elderofziyon.blogspot.fr/2012/12/hamas-moderate-leader-promises-to.html

- Depuis Gaza, le chef du Hamas défie Israël, Pierre Prier (Le Figaro) - «Jérusalem appartient aux chrétiens et aux musulmans, il n'y a pas de place pour les Israéliens».
http://www.lefigaro.fr/international/2012/12/08/01003-20121208ARTFIG00486-depuis-gaza-le-chef-du-hamas-defie-israel.php
   "Une énorme ovation salue l'entrée de Khaled Mechaal sur le podium planté au milieu de la place Katiba, à Gaza-ville. «Mechaal, notre aimé, ton armée a frappé Tel-Aviv !» scandent des dizaines de milliers d'hommes et femmes, séparés par un cordon de militants en gilets fluo jaunes. La plupart portent une casquette ou un foulard vert, couleur du Hamas. «Levez l'index !» s'écrie Mechaal, quinquagénaire poivre et sel en costume sombre et col ouvert, une écharpe de soie verte autour du cou. Une forêt de doigts pointe les cieux gris. C'est le symbole du Hamas, dont on répète les slogans : «Notre voie, le Djihad ! Notre constitution, le Coran !»
    Le décor installé par le parti, qui gouverne Gaza, est sans ambiguïté. Derrière la scène, une fusée géante de carton-pâte portant le numéro 75 symbolise les centaines de missiles envoyés sur Israël, dont certains ont touché Tel-Aviv et Jérusalem. Le Hamas s'est bien gardé de figurer un modèle iranien, pourtant largement employé lui aussi. Le fond de scène est occupé par une reproduction de quinze mètres de haut du mur de Saint-Jean d'Acre, au nord d'Israël, et du Dôme du Rocher, à Jérusalem. Signe que le Hamas revendique aussi bien Jérusalem, annexée par l'Etat hébreu, mais aussi la totalité d'Israël. Une énorme carte est dépliée au pied de la tribune, correspondant à la totalité de la Palestine du mandat britannique avant 1948.
    Deux portraits gigantesques et souriants complètent le dispositif, celui d'Ahmad al-Jabari, numéro 2 de la branche militaire du Hamas, tué par un drone israélien au début de novembre. Et celui de Cheikh Yassine, avec son voile de tête blanc, le chef spirituel tétraplégique du Hamas, mort dans un bombardement ciblé en 2004. Le discours de Khaled Mechaal est en phase avec la mise en scène. Après les hommages aux dirigeants disparus, il décline la stratégie du parti après la «victoire» contre Israël. C'est un discours de combat. Le dirigeant en exil rappelle des «principes» intangibles : «Numéro un, la Palestine tout entière est à nous. Nous ne pouvons en céder un centimètre à quiconque.» Le Hamas «ne reconnaîtra pas Israël ni la légitimité de l'occupation» poursuit-il. Il ajoutera plus loin : «Jérusalem est notre histoire et notre futur, nous la libérerons mètre par mètre, pierre par pierre.» Et de préciser : «Jérusalem appartient aux chrétiens et aux musulmans, il n'y a pas de place pour les Israéliens».
    C'est sur ce programme que doit se faire l'unité palestinienne, lance Khaled Mechaal. Entamant le volet de politique intérieure de son discours, il tend la main à Mahmoud Abbas, président à Ramallah de la moitié cisjordanienne d'une Palestine quasiment coupée en deux. «Cette division est une catastrophe nationale.» Mais l'unité doit se faire aux termes du Hamas, qui se pose désormais en leader de la cause palestinienne. «Nous n'accepterons aucun programme commun qui comporterait la reconnaissance d'Israël» prévient Mechaal. Qui brocarde la récente admission de la Palestine comme Etat observateur à l'ONU. «L'État doit être crée avant la libération, pas avant.»
    Le chef du Hamas en profite pour relancer l'idée d'intégrer l'OLP et ses institutions, dont le mouvement islamiste ne fait pas partie. Mais là encore, il s'agirait d'une OLP «rebâtie sur des principes démocratiques.» Traduction : qui donnerait un nombre important de postes et de sièges au Hamas. Ce que Mahmoud Abbas n'a jamais envisagé. [...]"

- Mashaal: First Gaza, then Ramallah, then Jerusalem (Reuters)
http://www.jpost.com/MiddleEast/Article.aspx?id=295084
   "Hamas leader Khaled Mashaal set his sites on "liberating Palestine" upon his Friday arrival in the Gaza Strip, his first-ever visit to the Palestinian enclave. Laying out his hopes for future triumphant visits, Mashaal told cheering crowds, "Today is Gaza. Tomorrow will be Ramallah and after that Jerusalem, then Haifa and Jaffa," Ma'an News Agency reported. [...]
   "Mashaal's speech will outline the priorities of the Hamas movement in the coming future, and especially the implementation of reconciliation (with Fatah)," Hamas spokesman Sami Abu Zuhri told Reuters. Clearly aware of the yearning amongst ordinary Palestinians for an end to the divisions that have weakened their cause on the world stage, Mashaal repeatedly returned to the subject during his many stops around Gaza on Friday. [...]"
- ‘Zionists, prepare your passports,’ says spokesman for Hamas’s military wing, Yoel Goldman (Times of Israel)
http://www.timesofisrael.com/thousands-gather-in-gaza-for-hamas-anniversary/
   "[...] A spokesmen for Hamas’s military wing, Izz ad-Din al-Qassam, warned Israelis to prepare their passports. “We fought the Zionist entity with limited power,” he said. “What will happen when we fight with all our might? “Zionists, you should prepare your passports and get ready to disappear,” the spokesman added.
    In a special message released in honor of the anniversary, Hamas leaders vowed to continue the path of resistance and jihad “to liberate Palestine.” “The great crimes perpetrated against us by the Zionist occupation only fuel our desire to resist and fight,” read the message. [...]"

- Proche-Orient : les ambitions de Khaled Mechaal, Benjamin Barthe (Le Monde) - "Il vient démontrer qu'il est le chef du mouvement islamiste, à l'extérieur comme à l'intérieur".
http://www.lemonde.fr/international/article/2012/12/08/proche-orient-les-ambitions-de-khaled-mechaal_1801877_3210.html
   "[...] Officiellement, Khaled Méchaal ne vient que participer à la célébration du vingt-cinquième anniversaire de son mouvement, fondé en décembre 1987, peu après le démarrage de la première Intifada. Les festivités, prévues samedi, devaient prendre la forme d'un immense rassemblement à la gloire de la branche militaire du Hamas, sortie gagnante, dit-on sur place, de la dernière guerre avec Israël, à la mi-novembre. Une réplique géante d'une des roquettes qui sont tombées sur Jérusalem et Tel Aviv trône depuis quelques jours déjà sur la grand place de Gaza.
    Dès dimanche, M. Mechaal repartira en direction de Doha, au Qatar, son nouveau port d'attache depuis qu'il a rompu en début d'année avec le régime du président syrien Bachar Al-Assad, désormais infréquentable. Mais sur place, la signification politique de cette brève visite ne fait aucun mystère. Auréolé du soutien du richissime Qatar, qui a promis des centaines de millions de dollars à Gaza et surtout de l'appui de l'Egypte, dont la médiation auprès d'Israël lui a permis d'annoncer un cessez-le-feu inespéré [...]
   "C'est le moment Mechaal, dit Omar Chaaban, directeur d'un think tank à Gaza. Il vient démontrer qu'il est le chef du mouvement islamiste, à l'extérieur comme à l'intérieur, et qu'il a les atouts nécessaires pour guider la cause palestinienne." A grands renforts de bains de foule et d'embrassades avec tout ce que la bande de Gaza compte de responsables politiques et de notables, le natif de Silouad – un village de Cisjordanie qu'il a quitté à 11 ans avec ses parents, en 1967, pour s'installer au Koweït – espère faire progresser sa ligne [...]
    Dans un contexte aussi porteur, l'homme aux discours enflammés pourra-t-il refuser un nouveau mandat comme chef du Hamas ? Ces derniers temps, il avait exprimé son intention de céder la direction du bureau politique, l'organe suprême du mouvement islamiste, qu'il assure depuis 1996. Le scrutin, qui a été repoussé à maintes reprises, pourrait se dérouler d'ici à la fin de l'année, dans le plus grand secret comme il est de coutume au Hamas.
   "Quoi qu'il arrive, Khaled Mechaal ne disparaîtra pas du paysage politique palestinien, dit l'analyste Azmi Kichaoui, basé à Gaza. Car le Hamas a le vent en poupe. Il est appelé à moyen terme, à prendre le relais du Fatah. C'est le sens de l'Histoire. Le jour où Mahmoud Abbas quittera le pouvoir, tous les regards se tourneront vers Khaled Mechaal"."

- The Hamas Theme Song (Vidéo 2mn56)
http://www.youtube.com/watch?v=kF2fcaSPB6M


Israël

- Israël : droite et gauche s'accusent réciproquement du renforcement du Hamas (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Israel-droite-et-gauche-s-accusent-reciproquement-du-renforcement-du-Hamas_370123.html
   "Le ministre israélien de l'Education Guideon Saar du Likoud, a dénoncé le désengagement de la bande de Gaza en 2005 et affirmé que "tous les partis qui prônent de nouveaux retraits en Judée-Samarie (Territoires disputés-ndlr) vont amener le Hamas au pouvoir" dans cette région. "Seul un gouvernement ferme dirigé par Binyamin Netanyahou peut faire face à l'Iran et son émissaire le Hamas", a ajouté M. Saar. De son côté, Tsipi Livni, chef du nouveau parti de centre-gauche le Mouvement, a estimé qu'avec la visite de Khaled Mechaal, le Hamas a "fêté samedi une défaite du gouvernement israélien. Chaque jour qui passe sous ce gouvernement, le Hamas se renforce et Israël s'affaiblit". "Ce gouvernement a négocié avec le Hamas et, pire encore, lui a permis d'obtenir une légitimé internationale", a ajouté Mme Livni dans un communiqué."


Judée-Samarie

- PA forces in the West Bank reportedly cease activity against Hamas, Gabe Fisher (Times of Israel) - "IDF prepares for ‘new era’ of violence".
http://www.timesofisrael.com/pa-forces-in-the-west-bank-reportedly-cease-activity-against-hamas/
   "Palestinian Authority security forces in the West Bank have quietly stopped operations against Hamas in recent weeks, an Israeli newspaper reported on Sunday, as a top Fatah figure in the West Bank said prospects for Fatah-Hamas unity were “better than ever.” The unofficial move to halt PA West Bank security operations against Hamas, which is expected to have a wide impact on the security situation in the area, is reportedly part of a reconciliation effort between Palestinian organizations in the wake of Operation Pillar of Defense and the UN vote to grant “Palestine” nonmember observer state status.
    Palestinian Authority security forces are widely credited as playing a major role in maintaining the relative calm in the West Bank over recent years. The agreement to lay off Hamas, as reported by Maariv, coupled with an increase in security incidents in the West Bank since the Israeli-Hamas ceasefire of nearly three weeks ago and the political changes in the region, has reportedly caused the IDF and Shin Bet to plan for a “new era” in the West Bank, and for the possibility of growing violence and intifada-like activity. [...]"

- 100 millions de shekels investis dans les routes des Territoires disputés (Guysen)
http://www.guysen.com/news_100-millions-de-shekels-investis-dans-les-routes-des-Territoires-disputes_370130.html
   "Le ministère des Transports a donné son feu vert au projet de développement de 2 tunnels souterrains pour alléger le trafic routier aux principaux carrefours empruntés à la fois par les Israéliens et Palestiniens dans les Territoires disputés. Quelque 100 millions de shekels vont être investis dans ce projet qui traversera par ailleurs des terres palestiniennes privées."


"Processus de paix"

- Palestiniens, Arabes et Israéliens réunis par des arts martiaux (AFP, Vidéo 1mn38) - comme d'habitude, cette nouvelle initative provient d'une organisation israélienne.
http://www.dailymotion.com/video/xvne2z_palestiniens-arabes-et-israeliens-reunis-par-des-arts-martiaux

- Partage la souffrance de ton ennemi, Laurent Zecchini (Le Monde) - "Il faut beaucoup de courage aux Palestiniens pour effectuer cette démarche, parce qu'ils sont vite accusés de "normalisation", de vouloir pactiser avec l'ennemi."
http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/12/08/partage-la-souffrance-de-ton-ennemi_1802010_3232.html
   "C'est comme si chacun avait changé d'identité, de blessure et de colère, dans un processus de cicatrisation : ils sont quinze Palestiniens, autant d'Israéliens, hommes et femmes endeuillés par la sanglante histoire commune de leurs deux peuples, à avoir accepté une confrontation, dans un improbable huis clos. Pire : on va leur demander de se mettre dans la peau de l'Autre, leur ennemi, de raconter avec ses mots à lui sa souffrance, son désir de vengeance, pour faire un pas vers la compréhension, stade précurseur de l'empathie. [...]
    Trente histoires, autant de vies brisées, et puis, peu à peu, à force d'écoute mutuelle, de découvertes aussi s'agissant d'un quotidien insoupçonné, une étrange alchimie a pris corps, comme si la haine refluait lentement. Peut-être grâce à cette insolite recette d'humanité, la "marche des aveugles" : un Palestinien conduit, pour une promenade, une Israélienne aux yeux bandés, et vice versa. S'appuyer sur l'adversaire, lui confier son sort, comme une allégorie optimiste du destin commun d'Israël et de la Palestine... [...]
    Aujourd'hui, plus de 600 familles israéliennes et palestiniennes restent en lien, poursuivant des activités communes. Dans quel but ? "Créer le cadre d'un processus de réconciliation qui sera incorporé dans tout futur accord politique pour la paix", explique Robi Damelin. C'est un projet à long terme, bien sûr, mais dont les effets bénéfiques irradient, du moins faut-il le croire, les deux communautés. "Il faut beaucoup de courage aux Palestiniens pour effectuer cette démarche, souligne Tor Ben-Mayor, parce qu'ils sont vite accusés de "normalisation", de vouloir pactiser avec l'ennemi." [...]"

- West's pet conflict, Guy Bechor (Ynet) - "western scholars explained why resolving this conflict was so crucial, and countless authors have made a living from the conflict with Israel".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4316772,00.html
   "For more than 70 years the Israeli-Arab (or Jewish-Arab) conflict has been viewed as the focal point of the Mideast crisis, so much so that the term "peace process" is mentioned only in relation to Israel. Western governments and states have invested a lot of attention in this conflict, out of the naïve assumption that when it ends and a Palestinian state is established, a cosmic calm will settle over the entire region.
    Many believed in this concept, which placed Israel at the center. Pan-Arabist ideologists claimed this was the "problem" of the Arab world, and western scholars explained why resolving this conflict was so crucial. Countless authors have made a living from the conflict with Israel. Organizations were founded and funds were transferred from hand to hand – and all this out of the understanding that resolving the conflict would give the entire region a boost.
    And now, finally, a Palestinian state has been established in the UN (if only on paper), but alas, nothing has changed in the turbulent Middle East, and the manner in which the Arab regimes and media reacted to the Palestinians' success in the UN is a testament to this.
    Syria is being torn apart by an awful civil war and the death toll is quickly approaching 50,000; the ethnic war has already taken control over north Lebanon, and the Shiite Hezbollah is on high alert for fear of a Sunni move; Egypt may also be dragged into a civil war; Tunisia, the hope of the "Arab Spring," has become an Islamist country that is descending into an abyss of darkness and violence; Libya is no longer a country, but a collection of militias and tribes that battle each other; Iraq is disintegrating, Kurds from four different countries are getting organized and Turkey is on the brink of a possible war with Syria and Iran.
    Wait, but the Palestinian state has been recognized by the UN! Where is that calm that we were promised? The only stable places in the entire Middle East are Israel and the Palestinian Authority, despite the tensions. Operation Pillar of Defense has turned out to be a passing episode launched as part of Israel's attempt to stabilize the south. It was not necessarily related to the overall collapse in the region.
    So why did so many countries vote in favor of a Palestinian state on paper? To turn back time, to the good old days when everyone was dealing with Israel and not with the real problems. But these days have passed and they shall never return. The Middle East has fallen apart [...] and obsessing over Israel won't change this reality."


France

- On va tous y passer - Guillaume Meurice : "Israël-Palestine je te hais moi non plus" (France Inter, 5 décembre, Vidéo 3mn40) - une très bonne illustration de la perception française totalement biaisée du conflit : les Palestiniens ne désirent qu'un Etat que des Israéliens violents, barbares (ils tuent des enfants et "pètent la gueule à tout ce qui bouge") et intransigeants leur refusent, apparemment par méchanceté gratuite.
http://www.dailymotion.com/video/xvmtny_on-va-tous-y-passer-guillaume-meurice-israel-palestine-je-te-hais-moi-non-plus

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam - dans Décembre 2012
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages