Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 14:52
France

- Divergences entre Paris et Washington sur le nucléaire iranien, Yves-Michel Riols (Le Monde) - "L’insistance avec laquelle le ministre français des affaires étrangères a plaidé à quatre reprises pour un accord « solide » signifiait clairement qu’à ses yeux le texte en discussion ne l’est pas assez". Fabius semble partager les inquiétudes israéliennes à l'égard de l'accord qui s'est dessiné : pas de réduction suffisante de l'infrastructure nucléaire (notamment le nombre de centrifugeuses) ; pas de limitation suffisante des capacités de recherche ; garanties insuffisantes sur la durée de l'accord (Obama ayant apparemment proposé : 10 ans et après les sanctions tombent).
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/03/09/divergences-entre-paris-et-washington-sur-le-nucleaire-iranien_4589766_3218.html
   "Une fois de plus, les laborieuses négociations sur le nucléaire iranien sont entrées dans une phase de grande tension à la veille d’une nouvelle échéance, fixée au 31 mars. A l’approche de cette date butoir, le président américain Barack Obama a clairement indiqué, dimanche 8 mars, que la balle est, selon lui, dans le camp iranien. « Nous arrivons à un point dans ces négociations où ce n’est plus une question de problèmes techniques mais de volonté politique », a-t-il affirmé à la chaîne de télévision CBS. « Au cours du prochain mois nous serons en mesure de déterminer si leur régime peut ou non accepter un accord extraordinairement raisonnable, s’ils sont, comme ils le disent, seulement intéressés par un programme nucléaire civil », a jugé M. Obama.
    Or, les principaux acteurs de ce dossier, le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, et son homologue iranien, Mohammad Javad Zarif, se sont de nouveau séparés sans résultat probant après trois jours de négociations à Montreux, en Suisse, la semaine dernière. A l’issue de ces entretiens, John Kerry a engagé une tournée d’explications, d’abord auprès des monarchies sunnites du Golfe, vent debout contre l’Iran, et, ensuite, à Paris, samedi 7 mars, où il a rencontré ses homologues français, allemand et britannique. A chaque étape, l’accueil fut mitigé.
    Face à un John Kery visiblement épuisé, Laurent Fabius n’a pas mâché ses mots, samedi, au Quai d’Orsay. L’insistance avec laquelle le ministre français des affaires étrangères a plaidé à quatre reprises pour un accord « solide » signifiait clairement qu’à ses yeux le texte en discussion ne l’est pas assez. Il a poussé le réquisitoire plus loin en dressant une liste de points qui bloquent, alors qu’il se contente généralement de commentaires plus diplomatiques.
    Premièrement, il faut, d’après M. Fabius, une plus grande « réduction » du nombre de centrifugeuses iraniennes, qui servent à enrichir l’uranium, indispensable à la fabrication d’une bombe atomique. Le chiffre évoqué, selon un diplomate, tournerait autour de 6 500, alors que l’Iran en possède près de 20 000, dont la moitié en activité. Deuxièmement, il faut une « limitation » de la capacité de « recherche et développement », pour éviter que l’Iran poursuive ses travaux sur des centrifugeuses plus performantes. Troisièmement, il est nécessaire d’obtenir des garanties sur la « durée » d’un accord final. Enfin, il faut des progrès sur les mécanismes de « contrôle » pour s’assurer que Téhéran respecte ses engagements.
    Cette charge de Laurent Fabius revient à dire que les pourparlers menés par John Kerry n’ont pas obtenu de résultats satisfaisants. Le soin que le chef de la diplomatie française a également pris de rappeler le caractère « multilatéral » de ces négociations visait clairement à faire comprendre que la France veillerait, comme elle l’avait fait en 2013, à la « fermeté » de tout accord américano-iranien. L’entourage de M. Fabius s’est toutefois efforcé de minimiser ces divergences franco-américaines en soulignant que ce message « robuste » était principalement destiné à l’Iran avant la reprise prévue des négociations le 15 mars.
    Le nouveau calendrier, entériné à Vienne après l’échec d’un an de négociations, en novembre 2014, prévoit un processus en deux étapes : l’adoption d’un accord politique avant la fin mars et la conclusion d’un accord technique, réglant les innombrables détails scientifiques d’ici au 30 juin. [...]"

- Today's Jewish/Zionist conspiracies in the Arab press (Elder of Ziyon) - "Egypt's Masr-Alyoum says that French philosopher Bernard Henri-Levy is behind all of the "Arab Spring" revolutions which he staged as a precursor to Israel taking over the Middle East from the Nile to the Euphrates. Apparently, the purpose of the revolutions is to break up Arab states so they will be weaker and easier for Israel to dominate".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/03/todays-jewishzionist-conspiracies-in.html

- Un meeting "contre l'islamophobie" fait salle comble à Saint-Denis (AFP) - "Signataire de l'appel à ce rassemblement, Europe-Ecologie Les Verts avait annoncé mercredi le retrait de sa signature, en raison, selon François de Rugy, député EELV, de la présence d'organisations "jugées polémiques et hostiles à la laïcité", comme Les Indigènes de la République ou l'UOIF, proche des Frères musulmans".
https://fr.news.yahoo.com/meeting-contre-lislamophobie-fait-salle-comble-%C3%A0-saint-224246092.html


Israël

- Des tombes juives profanées sur le mont des Oliviers (Times of Israel)
http://fr.timesofisrael.com/des-tombes-juives-profanees-sur-le-mont-des-oliviers/
   "Plusieurs pierres tombales du cimetière juif du mont des Oliviers ont été retrouvées profanées vendredi après-midi, quelques heures après qu’un homme palestinien originaire de Ras al-Amud à Jérusalem-Est, un quartier adjacent au cimetière, ait blessé cinq personnes dans un attentat à la voiture bélier. Il n’est pas clair si les deux incidents sont liés, mais la police a déclaré qu’elle appliquerait une politique de « tolérance zéro » pour toute tentative de troubles à l’ordre public. [...]"


Gaza & Hamas

- « Le Hamas opte pour les roquettes à courte portée » (Times of Israel) - "Selon un officier supérieur de Tsahal, le groupe a compris l’efficacité de Dôme de fer".
http://fr.timesofisrael.com/le-hamas-opte-pour-les-roquettes-a-courte-portee/
   "Face au taux élevé de succès du système de défense israélien Dôme de fer contre les roquettes de moyenne portée, le Hamas dans la bande de Gaza redoublerait d’efforts pour produire des projectiles de courte portée, qui se sont avérés mortels pendant la guerre l’été 2014 avec Israël.
    Selon un rapport publié dans le journal Makor Rishon ce week-end, la décision du Hamas de se concentrer sur la production et les tests, en tirant vers la mer des roquettes d’une portée allant jusqu’à 30 km, est également due à une pénurie d’explosifs. « Presque tous les tests visant la mer concernent les roquettes à courte portée, » a déclaré un officier supérieur de Tsahal cité dans l’article. « Ils réalisent récemment beaucoup d’efforts dans des roquettes de courte portée. »
    Le Hamas, selon l’officier anonyme, a probablement « tiré ses conclusions » de la guerre à Gaza, et compris que Dôme de fer avait limité sa capacité à infliger des pertes par l’utilisation de missiles de moyenne portée et de plus longue portée. Selon les chiffres officiels de Tsahal, Dôme de fer a intercepté environ 90 % des missiles, y compris ceux qui visaient Jérusalem et la région de Tel Aviv. [...]"
- Hamas video threatens Jewish civilians (Elder of Ziyon) - "Hamas released a new video yesterday, with the title "You will have no security, even in your dreams." It shows a stereotypical haredi Jew who has a nightmare about being run over by a Hamas terrorist and wakes up, terrified"; "Hamas is freely admitting to threatening and targeting Jews. Nah, nothing antisemitic about that".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/03/hamas-video-threatens-jewish-civilians.html

- A Gaza, le Fatah d’Abbas s’entraîne à attaquer Israël (Times of Israel)
http://fr.timesofisrael.com/a-gaza-le-fatah-dabbas-sentraine-a-attaquer-israel/
   "L’aile armée du Fatah dans Gaza a mené un exercice militaire vendredi simulant la prise et le bombardement de positions de l’armée israélienne, a annoncé dimanche la chaîne de télévision libanaise al-Mayadeen. Les Brigades des Martyres d’al-Aqsa ont fini l’entraînement, nommé en souvenir de l’officiel décédé du Fatah Ziad Abu Ein, avec une démonstration de force y compris une marche militaire sur un drapeau israélien et des tirs sur une affiche avec l’image d’Avichay Adraee, porte-parole arabophone de l’armée israélienne, comme cible.
    Lors de l’Opération Plomb durci, l’aile armée du Fatah avait revendiqué la responsabilité de tirs de roquettes sur les villes israéliennes d’Ashkelon et de Sderot, avec le Hamas et le Jihad islamique. [...]"

- Boys Rap at Hamas Rally in Gaza: We Will Capture Soldiers, Fight Jews (Al-Aqsa TV, 6 mars, Vidéo 1mn) - "We bombarded Jerusalem, Haifa, and Tel Aviv"; "Our Gaza is mighty and will fend off the Zionist aggression. We bombarded Ashkelon, and they hid in their shelters like mice"; "through the tunnels, we will capture soldiers and fight Jews".
http://www.memritv.org/clip/en/4822.htm

- EU diplomats tell PA: You're not doing enough to reconstruct Gaza, Barak Ravid (Haaretz) - "Envoys from Germany, France, Britain, Italy and Spain meet with senior Israeli diplomat, praise Israel's action to ease Gaza humanitarian crisis". Un diplomate européen : "There is positive movement on the Israeli side in everything regarding Gaza. While you always need more, the Israelis are removing hurdles and assisting reconstruction. At the same time, reconstruction is still stuck because of the internal fights on the Palestinian side, Egyptian behavior and failure to deliver funds pledged by the Arab states".
http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/.premium-1.645848
   "The five largest European Union members - Germany, France, Britain, Italy and Spain - protested to the Palestinian Authority last week that it was not doing enough to rebuild the Gaza Strip, according to European diplomats and senior Israeli Foreign Ministry officials.
    Envoys from the five nations met last Thursday with Alon Ushpiz, a senior diplomat in the Foreign Ministry, for talks focused mainly on the situation in Gaza. During the meeting, which took place at the Foreign Ministry office in Jerusalem, the European representatives surprisingly praised Israel's actions over the past few months to promote reconstruction in Gaza and ease the humanitarian crisis in the Strip.
    The Europeans complimented Israel's cooperation with the reconstruction apparatus that the United Nations is operating, Israel's doubling of the water supply to Gaza and the ease on export restrictions from the Gaza Strip to Israel, the West Bank and abroad. The European representatives also requested to increase the scale and pace of transferring goods from Israel to the Gaza Strip through the Kerem Shalom crossing in southern Gaza.
    The diplomats mentioned they had also met with the PA leadership in Ramallah, the Egyptian leadership in Cairo and a number of Arab governments. According to a senior official in the Foreign Ministry, the European diplomats remarked the consuls general of their nations held a meeting with senior PA officials several days earlier, in which they conveyed a sharp protest to the PA leadership over the lack of sufficient cooperation in everything regarding reconstruction in Gaza.
    A European diplomat familiar with the details of the meetings confirmed that such protest was conveyed. He spoke on condition of anonymity. "They conveyed an unequivocal message that the PA can do more to promote reconstruction in the Strip, and that continued internal political squabbling between Fatah and Hamas are adversely affecting the humanitarian situation in Gaza and the pace and scope of reconstruction," the European diplomat said.
    The European diplomat said that in a meeting between representatives of the five EU states and senior officials from the Egyptian foreign ministry in Cairo, the Europeans expressed concern that Egypt is not assisting the reconstruction process in Gaza and is continuing to close the Rafah crossing for extended periods of time. "They told the Egyptians that we need their cooperation to help bridge the gaps between Fatah and Hamas, and that they are delaying the reconstruction process," the EU diplomat said. At the same time, it is hard to see the Egyptians responding positively in light of the fact that just last week the state court ruled that Hamas is a terrorist organization.
    Likewise, diplomats from the five EU powers held talks with a number of Gulf states, including Saudi Arabia, the UAE, Kuwait and Qatar, to complain that those countries have yet to invest the hundreds of millions of dollars pledged for Gaza reconstruction, further delaying resolution to the crisis.
   "There is positive movement on the Israeli side in everything regarding Gaza," the EU diplomat said. "While you always need more, the Israelis are removing hurdles and assisting reconstruction. At the same time, reconstruction is still stuck because of the internal fights on the Palestinian side, Egyptian behavior and failure to deliver funds pledged by the Arab states. We fear that if nothing will move on Gaza reconstruction, we will find ourselves facing another round of violence in Gaza"."
- EU praises Israel, slams PA and Arabs on Gaza reconstruction (Elder of Ziyon) - "[what they said] is 100% accurate, but still unexpected".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/03/eu-praises-israel-slams-pa-and-arabs-on.html

- L'Egypte rouvre lundi son passage vers Gaza (AFP) - "pour deux jours".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/03/07/97001-20150307FILWWW00108-l-egypte-rouvre-lundi-son-passage-vers-gaza.php
   "L'Egypte va rouvrir lundi pour deux jours le point de passage de Rafah, seul accès à la bande de Gaza non contrôlé par Israël, pour la quatrième fois depuis sa fermeture fin octobre, ont annoncé samedi des responsables de sécurité. Le Caire avait décidé de fermer sa porte d'accès à l'enclave palestinienne après un attentat suicide qui avait tué 30 soldats dans le nord de la péninsule du Sinaï, frontalière de la bande de Gaza. La majorité des Palestiniens qui transitent par Rafah sont des étudiants se rendant à l'université en Egypte ou ailleurs, ou des personnes qui ont besoin de soins médicaux.
    Dès l'attaque d'octobre, l'Egypte avait fermé Rafah, imposé un état d'urgence et un couvre-feu dans certaines zones du Sinaï, et établi une zone tampon le long de la frontière avec Gaza. En dépit de ces mesures, 30 personnes, en grande majorité des soldats, ont été tuées le 29 janvier dans des attentats coordonnés à la voiture piégé et à la roquette contre une base militaire et des postes de sécurité dans le nord-Sinaï.
    Ces attaques, comme d'autres, ont été revendiquées par le groupe jihadiste égyptien Ansar Beït al-Maqdess, qui a fait allégeance à l'organisation Etat islamique (EI). Ansar Beït al-Maqdess affirme mener ces attentats contre les forces de l'ordre en réaction à la répression des partisans du président islamiste Mohamed Morsi, destitué et emprisonné par l'armée le 3 juillet 2013. L'armée égyptienne, qui a envoyé des renforts dans la péninsule, a récemment affirmé que 172 insurgés y avaient été tués en février dans des opérations conjointes des militaires et de la police."

- Israel opens Kerem Shalom to help give Gazans electric power (Elder of Ziyon) - "It is unclear on where the money for the fuel came from. The power plant was closed on Thursday for lack of fuel because the money from Qatar to cover expenses ran out".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/03/israel-opens-kerem-shalom-to-help-give.html

- Gaza, la région la plus densément peuplée au monde ?, Alan Dershowitz (Felix Frankfurter Professor of Law at Harvard Law School) - "Le fait que dans la bande de Gaza, ces régions peu peuplées existent, soulève plusieurs questions morales importantes".
http://frblogs.timesofisrael.com/gaza-la-region-la-plus-densement-peuplee-au-monde/
   "Combien de fois avez-vous entendu parler à la télévision ou lu dans les journaux que la bande de Gaza est « la région la plus densément peuplée au monde »? La répétition de cette affirmation ne la rend pas vraie pour autant. Il y a des zones denses à Gaza, en particulier la ville de Gaza, Beit Hanoun et Khan Younis. Mais, entre ces villes, il y a des zones beaucoup moins denses. Il suffit de regarder Google Earth, ou cette carte de la densité de la population. [Voir image sur le site]
    Le fait que dans la bande de Gaza, ces régions peu peuplées existent, soulève plusieurs questions morales importantes. Premièrement, pourquoi les médias ne montrent pas ces zones peu peuplées de la bande de Gaza ? Pourquoi ne montrent-ils que les villes densément peuplées ? Il y a plusieurs raisons possibles : dans les zones peu peuplées, il n’y a pas de combats en cours, les montrer ne serait pas intéressant. Mais il aurait été quand même pertinent de montrer les zones d’où le Hamas aurait pu tirer des roquettes et creuser des tunnels, sans mettre les civils en danger, mais qu’il leur a préféré les villes. Peut-être que le Hamas interdit aux médias de montrer ces zones, ce qui constituerait aussi une information intéressante.
    Deuxièmement, pourquoi le Hamas n’utilise pas les zones faiblement peuplées pour lancer ses roquettes et pour y creuser ses tunnels ? S’il les avait préférées, le nombre des victimes civiles palestiniennes aurait diminué de manière drastique, mais les pertes chez les terroristes du Hamas auraient considérablement augmenté. C’est justement la raison pour laquelle le Hamas a choisi les zones les plus densément peuplées pour ses tunnels, ses roquettes et comme zones de combats.
    La différence entre Israël et le Hamas c’est qu’Israël utilise les soldats pour protéger les civils, alors que le Hamas utilise les civils pour protéger les terroristes. Voilà pourquoi la plupart des victimes israéliennes ont été les soldats et que la plupart des victimes à Gaza ont été des civils. De plus Israël construit des abris pour les civils, alors que le Hamas ne construit des abris que pour ses terroristes, afin que la plupart des victimes soit parmi les boucliers humains.
    La loi est claire : utiliser des civils comme boucliers humains, ce qu’impose le manuel de guerre du Hamas – est un crime de de guerre absolu. ll n’y a aucune exception, ni aucune notion de degré, à fortiori s’il y a des alternatives. Par contre, Il est autorisé de tirer sur ​​des cibles militaires légitimes, tels que des roquettes et des tunnels terroristes, à moins que le nombre de victimes civiles prévisible soit disproportionné par rapport à l’importance militaire de la cible. C’est une question de degré et de jugement , souvent difficile à évaluer dans le feu de l’action. Selon la loi, Il est également clair, que si un criminel prend un otage et qu’il l’utilise comme bouclier pour tirer sur des civils ou des policiers et que les tirs en réplique de la police tuent l’otage, c’est le criminel et non le policier qui est coupable d’assassinat. Ainsi il en est du Hamas : quand il utilise des boucliers humains et que la réplique des militaires israéliens tue certains des boucliers, c’est le Hamas qui est responsable de leur mort.
    La troisième question morale est : pourquoi les Nations Unies tentent de procurer aux civils palestiniens des abris en plein milieu des zones dans lesquelles le Hamas tire les roquettes ? Le Hamas a décidé de ne pas utiliser les zones moins densément peuplées pour les tirs de roquettes et pour creuser des tunnels. Par conséquent, l’Organisation des Nations Unies devrait utiliser comme lieux de refuge, les zones peu peuplées. Puisque la bande de Gaza est relativement petite, il ne serait pas difficile de déplacer des civils dans ces lieux plus sûrs. l’ONU aurait dû déclarer des zones démilitarisées, y construire des abris temporaires-des tentes si nécessaire-pour servir de sanctuaires pour les habitants des villes surpeuplées. [...]"
- More information on Gaza casualties ignored by the BBC (BBC Watch) - Meir Amit Intelligence and Terrorism Information Center: "The findings of our investigation so far (based on an examination of approximately 61% of the names of the dead) suggest that fatalities affiliated with terrorist organizations constitute approximately 48.7% of the names that have been identified, and non-involved civilians constitute approximately 51.3%. This ratio may vary in the future".
http://bbcwatch.org/2015/03/03/more-information-on-gaza-casualties-ignored-by-the-bbc/


Judée-Samarie

- More than 100 Hamas members arrested by PA (Ynet) - "In massive sweep, Palestinian Authority forces round up dozens of suspects in punitive measure against Gazan terror group, after it arrested a senior Fatah official".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4635010,00.html


"Processus de paix"

- Is the PLO Threat to End Security Coordination with Israel an Empty Threat?, Yoni Ben Menachem (senior Middle East analyst for the Jerusalem Center and former Director General and Chief Editor of the Israel Broadcasting Authority) - "In reality, Abbas knows that ending security coordination with Israel will harm the Palestinians most of all".
http://jcpa.org/plo-threat-to-end-security-coordination/
   "[...] Although Palestinian and Arab media had a field day with the decision to halt security coordination with Israel, not a day passed before Abbas’ associates started explaining that this was merely a “recommendation” that would require a decision by the PLO Executive Committee and a presidential edict signed by Abbas. In any case, they explained, the decision will not be implemented in the days remaining before the March 17 Israeli elections. PLO sources said the PA would wait to see who wins the elections before deciding whether to carry out the decision. [...]
    It is now clear that Abbas’ threats are empty; they were an attempt to pressure Israel to free the frozen tax revenues. The PLO Central Committee’s decision was also aimed at containing popular rage over the freezing of the revenues and at showing that the PA is not prepared to submit passively to the Israeli sanction.
    In reality, Abbas knows that ending security coordination with Israel will harm the Palestinians most of all. Just a few months ago, Israel rescued Abbas’ rule when the Israel Security Agency (Shabak) apprehended an extensive Hamas network in Judea and Samaria that had planned to destabilize the PA with a series of attacks.
    The security coordination is an inseparable part of the Oslo agreement signed by Israel and the PLO in 1993. Although the PA has violated numerous clauses of the agreement, so far it is refraining from violating this particular clause.
    Fatah sources claim that the large-scale exercise conducted by the IDF in Judea and Samaria a few days before the PLO Central Committee met in Ramallah was meant to signal to the Palestinians that Israel will not hesitate to reconquer all of the West Bank if it needs to do so.
    An escalation of the conflict between Israel and the PA has been deferred for now. Nevertheless, the Palestinians have not withdrawn their application to join the International Criminal Court at The Hague."

- PA using "Women's Day" to support terrorists (Elder of Ziyon) - "Marking International Women's Day, the Palestinian Prisoner’s Society released a statement dedicated to 20 Palestinian women serving in Israel jails. The statement highlighted Lina al-Jarbouni who has been in Israeli custody since 2002"; "Al Jarbouni is an Israeli Arab who was a member of Islamic Jihad, where she helped senior members of the group carry out terror attacks against Israeli citizens. She provided Israeli identity cards for the other terrorists, rented an apartment for them, managed communications in planning an attack, gave covering fire to the murderers, and provided access to bank accounts".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/03/pa-using-womens-day-to-support.html

- Palestinian terrorists of the 60s - Palestinian heroes of today (PMW)
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=14242
   "A man who attacked an Israeli plane in 1968 and a woman who placed a bomb in a movie theater in Jerusalem in 1967 are today's Palestinian heroes according to the Palestinian Authority and Fatah.
    In 1968, PFLP terrorist Mahmoud Muhammad Issa Al-Naarani carried out an attack on an Israeli El-Al airplane at the airport in Athens with an accomplice. One passenger was killed and a stewardess seriously wounded. When terrorist Al-Naarani recently died, Fatah posted an obituary on its Facebook page, calling him a "hero": "The passing of Mahmoud Muhammad Issa Al-Naarani, Hero of the heroic Athens operation, Leader of the attack on an Israeli airplane in 1968, in which an Israeli officer was killed. He [Al-Naarani] was sentenced to 17 years in prison by a Greek court in 1970, but was released as part of a hostage exchange, and arrived in Canada in February 1987." [Facebook, "Fatah - The Main Page," Feb. 24, 2015]
    Similarly, official PA TV recently honored Fatima Barnawi as "a role model and example and a pioneer of sacrifice." Barnawi placed a bomb in a movie theater in Jerusalem in 1967 that failed to explode. She was sentenced to life imprisonment but was released in 1977 after serving 10 years. In February, she was honored in Egypt. PA TV broadcast from the event, referring to Barnawi as "an honor to the world's female fighters" and "an honor for the [Palestinian] cause... a positive symbol of the Palestinian woman." [...]"

- Cash strapped PA still prioritizes paying terrorists and their families (Elder of Ziyon) - "The Palestinian Authority Ministry of Finance announced on Saturday evening its intention to pay the families of martyrs and wounded 100% of their monthly stipends, despite the financial hardship experienced by the PA"; "This is the priority of the "peaceful" Palestinian Authority: paying the families of those who kill Jews is more important than paying their regular workers".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/03/cash-strapped-pa-still-prioritizes.html

- Bibi Was Ready for Peace, Abbas Wasn’t, Jonathan S. Tobin (Commentary) - "now a new document has surfaced detailing just how far Netanyahu was willing to go to make peace"; "For those who care to remember what actually happened in the spring of 2014, the facts aren’t in much dispute. After several months of Palestinian stonewalling in the peace talks, Palestinian Authority leader Mahmoud Abbas blew them up by signing a unity deal with Hamas. He then compounded that folly by ignoring his obligations under the Oslo Accords and heading to the United Nations in a vain attempt to gain recognition for Palestinian independence at the world body"; "even Livni, who despises Netanyahu and is working to defeat him in the Knesset Elections this month told the New York Times last year that it was the Palestinians who derailed any chance of peace by stonewalling the talks at crucial moments. Given that the same PA turned down offers of peace and independence in almost all the West Bank, Gaza and a share of Jerusalem in 2000, 2001 and 2008, this is a hardly a surprise. The political culture of the Palestinians makes it impossible for Abbas to recognize the legitimacy of a Jewish state no matter where its borders would be drawn".
https://www.commentarymagazine.com/2015/03/06/netanyahu-was-ready-for-peace-abbas-wasnt-israel-palestinians/


Egypte

- Sinaï : trois soldats égyptiens tués (Reuters) - "Le groupe armé Ansar Baït al Makdis, qui s'est renommé Province du Sinaï, a fait allégeance à l'Etat islamique".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/03/09/97001-20150309FILWWW00129-sinai-trois-soldats-egyptiens-tues.php


USA

- Washington nomme un critique d’Israël à une haute fonction diplomatique (JTA) - "Robert Malley va devenir le chef du Conseil National de Sécurité pour le Moyen-Orient".
http://fr.timesofisrael.com/washington-nomme-un-critique-disrael-a-une-haute-fonction-diplomatique/

- Netanyahu seizes opportunity in speech before Congress, Joan Vennochi (Boston Globe) - "The man knows how to give a speech. It was delivered with passion and purpose and filled with memorable lines". Le discours est toujours visible ici.
http://www.bostonglobe.com/opinion/2015/03/04/benjamin-netanyahu-seizes-opportunity-speech-before-congress/fbTbCmpYNAC1p35qNIoF1K/story.html
   "Maybe President Obama didn’t hear anything new when Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu addressed Congress. But I did. And I bet I’m not the only American who appreciated a leader who used simple, direct language to tell his audience exactly what he thinks about a complex subject.
    Americans heard Netanyahu make a powerful case for why a still unfinalized nuclear weapons agreement with Iran is a bad deal. Of course, he presented a strictly one-sided view — his own. But until Netanyahu forced Obama to rebut the Israeli leader’s perspective, it’s all Americans had.
    Netanyahu’s speech generated lots of attention, and for that Obama has no one to blame but himself. He and his administration made such a fuss over it and the insult it supposedly represented to an American president that they heightened interest in what Netanyahu had to say. One week, millions of Americans were debating whether an Internet-generated dress was white and gold or blue and black; the next week, a slice of the same population went out of its way to tune into a talk given in Washington by a foreign leader who spoke about “centrifuges.” That doesn’t happen very often in the land of Kim Kardashian.
    Instead of ignoring Netanyahu, Obama fanned the flames of curiosity. He dispatched National Security Adviser Susan Rice to tell the world that Netanyahu’s speech would be a “destructive” force in US-Israeli relations. Vice President Joe Biden and a contingent of Democrats boycotted this speech — the third Netanyahu has delivered to Congress. And with that, people who normally don’t spend a lot of time thinking about nuclear weapons and the best way to keep a country like Iran from building an arsenal of them suddenly wanted to hear what Netanyahu had to say.
    The man knows how to give a speech. It was delivered with passion and purpose and filled with memorable lines. Students of Netanyahu can dismiss his effort as manipulative theater, delivered to an audience predisposed to embrace every carefully designed sound bite, no matter how stale and recycled. But that criticism overlooked Netanyahu’s new, expanded audience, just tuning into the debate and less familiar with his past rhetoric.
    A New York Times editorial called Netanyahu’s speech “unconvincing.” For an exclusive circle of knowledgeable experts whose minds are already made up, that’s no doubt true. But for others, Netanyahu accomplished his mission. He seized opportunity and painted the picture of what the United States and its negotiating partners are trying to do. He was able to do it because the other side failed to paint that picture first.
    There may be good reason for that, such as the limitations imposed by the negotiating process. Yet, as Netanyahu said, “While the final deal has not yet been signed, certain elements of any potential deal are now a matter of public record. You don’t need intelligence agencies and secret information to know this. You can Google it.”
    If Netanyahu exploited the situation, as critics complain, whining about it accomplishes nothing. Obama needs to sell his own strategy for dealing with Iran. What’s missing, yet again, is any cohesive explanation to the American people of their government’s overall mission. That void is what Netanyahu artfully exploited. There are daily photos of Secretary of State John Kerry standing around in different countries. But what’s the big foreign policy picture? From a communications standpoint, it’s MIA. [Missing in action]
    From health care reform to the economic bailout, it’s an old problem for the Obama administration. Rather than set the terms of the debate, this president lets the other side define it. Then, he has to fight to take back control of the message. The process is backwards. With the Iran negotiations, Obama and Kerry wanted to present Americans with a deal, tell them how good it is and expect them to accept their word.
    Netanyahu got in the way of that strategy. Now for Obama, the best case scenario is for Netanyahu to lose in the upcoming Israeli election — and for this country’s attention to return to the superficial."

- Netanyahu espère que le monde attendra le « bon accord » avec l’Iran (Times of Israel) - "Les Etats-Unis ont assuré samedi partager avec la France la même analyse dans les négociations avec Téhéran sur son programme nucléaire controversé, même si Paris a laissé transparaître des réserves sur l’accord en cours de préparation".
http://fr.timesofisrael.com/netanyahu-espere-que-le-monde-attendra-le-bon-accord-avec-liran/
   "Benjamin Netanyahu a salué l’intervention de ce week-end du Secrétaire d’Etat américain John Kerry, qui a évoqué une éventuelle extension des négociations nucléaires iraniennes. John Kerry a déclaré que les puissances mondiales « ont quelques semaines critiques qui les attendent. Mais nous ne ressentons pas un sentiment d’urgence selon lequel nous devrions parvenir à un accord à tout prix. Nous devons obtenir le bon accord ».
    En réponse, le Premier ministre a déclaré au début de la réunion du cabinet hebdomadaire : « Après mon discours au Congrès, nous avons entendu, ce week-end, plusieurs ministres des Affaires étrangères des grandes puissances affirmer qu’ils ne voyaient pas la nécessité de parvenir à un accord immédiat, et qu’ils attendraient jusqu’à ce que le bon accord soit trouvé. J’espère que ces mots trouveront une expression tangible ». « Nous allons continuer à prendre toutes les mesures possible afin d’empêcher le plus grand État terroriste du monde de produire l’arme la plus dangereuse au monde, une arme qui vise, en premier lieu, notre pays, » a ajouté Netanyahu.
    Les Etats-Unis ont assuré samedi partager avec la France la même analyse dans les négociations avec Téhéran sur son programme nucléaire controversé, même si Paris a laissé transparaître des réserves sur l’accord en cours de préparation. « Nous avons exactement la même analyse » que la France, à savoir que « nous avons fait des progrès mais qu’il reste des différences » avec les Iraniens, a déclaré le chef de la diplomatie américaine, John Kerry, après un entretien avec son homologue français Laurent Fabius. « L’objectif des prochains jours » est de supprimer ces divergences, a-t-il ajouté, sans les préciser.
    S’exprimant devant la presse au côté de son homologue américain, Laurent Fabius, qui s’était montré sceptique la veille sur l’accord préparé principalement par Washington et Téhéran, a affirmé : « C’est une négociation multilatérale et nous faisons en sorte que nos positions soient connues, et qu’elles soient ajustées » au fil des négociations. « Il y a des progrès dans certains domaines mais il y a aussi des divergences », a-t-il dit sans préciser si ces dernières concernaient les Etats-Unis, ou s’il visait l’Iran. « Il y a encore du travail », selon lui. [...]
    Mais selon une source proche des négociations, Paris reproche à Washington de pousser parfois de manière précipitée pour un accord avec Téhéran. In fine, il y aura une « décision politique » mais ce ne sera « pas un bon accord, moins que ce que veut la France », juge cette source s’exprimant sous couvert d’anonymat. Fin 2013 déjà, Paris s’était opposé à la conclusion d’un accord négocié entre les seuls Américains et Iraniens, et avait obtenu de renforcer de manière substantielle un compromis sur la relance des négociations. [...]"

- Poll: 84% of Americans oppose terms of Iran nuclear deal (Times of Israel) - "Majority of US voters support using military action to stop Tehran from obtaining nuclear weapons, Fox News survey finds".
http://www.timesofisrael.com/poll-84-of-americans-oppose-terms-of-iran-nuclear-deal/

- 20 Times Obama Adminisration Said No Deal Was Better Than a Bad Deal (Vidéo 1mn)
https://www.youtube.com/watch?v=KqIMF-eOL1U


Europe

- Ukraine : à Donetsk, la paix n'est qu'une "douce illusion" (AFP) - un très grand nombre de maisons détruites ou même rasées, civils tués ou prostrés dans la terreur, pas d'électricité, manque de nourriture... Non seulement les médias en parlent très peu, mais quand ils en parlent enfin, ce n'est jamais pour accuser l'armée ukrainienne d'opérer des bombardements indiscriminés. La différence de traitement avec le conflit à Gaza (et plus généralement tous les conflits israélo-arabes) peut difficilement être plus manifeste. Et pour rappel, le conflit dans l'est de l'Ukraine a déjà tué 6000 personnes, soit au moins trois fois le bilan du dernier conflit à Gaza.
https://fr.news.yahoo.com/ukraine-%C3%A0-donetsk-paix-nest-quune-douce-illusion-115844406.html
   ""Je suis venue ici en août lorsque un obus est tombé dans ma cuisine. Puis ma maison s'est effondrée", raconte Tatiana Antolina, qui habite désormais dans un ancien abri antiaérien soviétique à Donetsk, bastion des séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine.
    Comme cette ancienne femme de ménage de 49 ans, qui en paraît dix de plus, une quarantaine d'habitants de Donetsk vivent depuis des mois sous terre dans le quartier Petrovski, après avoir tout perdu au plus fort des combats pendant l'été. Les larmes aux yeux, Tatiana se souvient des nombreuses fois où "les obus sont tombés juste à la surface". "On avait tous les murs qui tremblaient", raconte-t-elle, le bras en écharpe dans un tissu blanc. "On a tous peur de sortir dehors, même si, reconnaît-elle, c'est plus calme en ce moment" grâce à la trêve instaurée depuis la mi-février et qui semble globalement respectée.
    Partout dans l'abri, où vivent cinq enfants en bas âge, du linge et des vêtements sèchent, pendus à des cordes au milieu d'un fatras de matelas et de vieilles couvertures humides. Des bougies aux quatre coins de la pièce rappellent que l'électricité n'arrive plus depuis deux mois. "Tout le monde a fui dans le quartier. Ceux qui restent n'ont nulle part où aller", explique Elena, 76 ans, qui affirme que l'abri a accueilli jusqu'à 200 personnes au plus fort des combats. "On attend la paix depuis longtemps. Mais on entend que ça bombarde et ça tire... On ne sort quasiment jamais de l'abri", soupire-t-elle, racontant comment sa maison a perdu toit et fenêtres.
    Galina Lebeditch explique pour sa part ne retourner chez elle que pour nourrir son chien. Même si sa maison reste habitable, elle a encore à l'esprit ces nuits où les obus ont touché son logement. "J'ai peur de vivre à la maison. A n'importe quel moment, quelque chose peut arriver. On a déjà connu ça en décembre : rien pendant un mois, puis un jour tout a recommencé", raconte-t-elle l'air désabusé, au milieu de vieilles instructions soviétiques qui expliquent comment survivre à une attaque aérienne américaine.
    Dans le quartier de Kievski, l'un des plus touchés par les combats car situé non loin de l'aéroport de Donetsk, les destructions des derniers mois sont encore omniprésentes. La plupart des façades portent les stigmates des bombardements. "Comment peut-on croire à la trêve ? Les tirs continuent. On les entend tous les soirs", lance Vadim, 55 ans, devant sa maison au toit éventré et aux fenêtres brisées. Un missile Grad a rasé sa remise et blessé son chien il y a trois semaines. [...]"

- Economist cartoon contrasts peaceful Iran with belligerent Israel (UK Media Watch) - "The cartoon isn’t difficult to unpack. Whilst the Americans and Iranians are both trying to reach a peaceful solution, an adolescent, attention-seeking Netanyahu – led by Republican House Speaker John Boehner – is causing trouble by attempting to scuttle a diplomatic agreement".
http://ukmediawatch.org/2015/03/08/economist-cartoon-contrasts-peaceful-iran-with-belligerent-israel/

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages