Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 18:00

L-Europe-et-le-vote-a-l-ONU.jpg

 

- Palestine à l'ONU : comment voteront les Européens ?, Nicolas Falez (Journaliste à RFI) - "Voteront NON : L'Allemagne, les Pays-Bas, la République Tchèque".
http://jerusalem.blogs.rfi.fr/article/2012/11/27/palestine-lonu-comment-voteront-les-europeens
   "La France votera "oui" ce jeudi à New York, au moment où sera posée la question de la reconnaissance de la Palestine comme état observateur, non-membre de l'ONU. Il ne fait aucun doute que les Palestiniens obtiendront une large majorité de voix parmi les 193 membres de l'Assemblée Générale des Nations-Unies. Reste à savoir qui votera pour ou contre et qui s'abstiendra, notamment au sein de l'Union Européenne. Selon un pointage effectué ce mardi soir auprès de diplomates européens, voici comment devraient se répartir les pays de l'UE :
    - Voteront OUI : La France, l'Autriche, l'Irlande, Malte, le Portugal, le Luxembourg [et la Suisse]
    - Pourraient voter OUI mais hésitent encore : L'Espagne [elle a depuis déclaré qu'elle voterait OUI], la Grèce, la Finlande, le Danemark, la Slovénie
    - Voteront NON : L'Allemagne, les Pays-Bas, la République Tchèque
    - S'abstiendront : La Slovaquie, la Lituanie, la Lettonie, l'Estonie, la Roumanie, la Bulgarie
    - Hésitent encore : Le Royaume-Uni, l'Italie, la Suède, Chypre, la Hongrie, la Pologne. la Belgique."

Repost 0
Published by Occam - dans Novembre 2012
commenter cet article
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 17:59

France

- Laurent Fabius : la France votera "oui" à un nouveau statut de la Palestine (AFP, Vidéo 52 secondes) - on peut ensuite entendre Fabius appeler clairement à des négociations "immédiates et sans conditions".
http://www.dailymotion.com/video/xvf25q_onu-la-france-votera-oui-a-un-nouveau-statut-de-la-palestine

- Palestine/ONU : les USA pas d'accord avec la France (AFP)
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/11/27/97001-20121127FILWWW00746-palestineonu-les-usa-pas-d-accord.php
   "Washington a indiqué aujourd'hui être "en désaccord" avec la position de la France, prête à voter en faveur de l'octroi du statut d'"Etat observateur non-membre" à l'ONU pour les Palestiniens. "Nous sommes évidemment en désaccord avec notre plus vieil allié sur ce sujet", a déclaré à des journalistes la porte-parole du département d'Etat, Victoria Nuland. "Nous sommes opposés à toute prise de position à l'Assemblée générale qui de notre point de vue rendrait la situation encore plus compliquée", a-t-elle ajouté. [...]"

- La France soutient les Palestiniens à l'ONU, Alain Barluet (Le Figaro) - "L'opinion publique a pu jouer également, sur cette thématique proche-orientale ultrasensible".
http://www.lefigaro.fr/international/2012/11/27/01003-20121127ARTFIG00753-la-france-soutient-les-palestiniens-a-l-onu.php
   "[...] Pour Paris, une telle option n'allait pas de soi. À l'Élysée, on ne cachait pas que le moment choisi par les Palestiniens était «inopportun», à l'approche des élections israéliennes du 22 janvier prochain. La France, comme d'autres pays européens, a multiplié les démarches auprès de Mahmoud Abbas, en vain, pour différer ce vote.
    Côté français, on mettait surtout en garde contre les conséquences d'une telle initiative. Ainsi, côté français, Paris s'est attaché à ce que le projet de résolution, en circulation à New York depuis le début de novembre, souligne expressément «le besoin urgent d'une reprise et d'une accélération du processus de paix». Autre impératif, éviter que les Palestiniens n'uti­lisent leur statut renforcé pour actionner divers mécanismes, tel un recours à la Cour pénale internationale, pour incriminer Israël. Des discussions ont eu lieu autour de la mention du «système des Nations unies», c'est-à-dire la possibilité pour les Palestiniens d'intégrer les diverses agences de l'Organisation et surtout de bénéficier de ses leviers juridiques. Toutefois, ainsi que le souligne un expert, «il était difficilement envisageable pour les Palestiniens de restreindre des préroga­tives qui étaient précisément l'objectif de leur démarche».
    D'autres conséquences ont également été mises en avant, comme les représailles américaines. Washington est tenu par le Congrès de ne pas financer des organismes où siègent les Palestiniens. Les États-Unis ont ainsi privé l'Unesco de 22 % de son budget après l'admission de la Palestine comme État membre (approuvée par la France), l'an dernier.
    [...] il aurait été difficile de ne pas accorder un message de soutien à Abbas, plus affaibli que jamais, et aux Palestiniens modérés, au moment où le Hamas, fort de sa dernière confrontation avec Israël, tient le haut du pavé à Gaza. L'opinion publique a pu jouer également, sur cette thématique proche-orientale ultrasensible. Selon un récent sondage de l'ONG Avaaz, 78 % des Français estiment que les Palestiniens ont droit à leur État. Plusieurs pétitions de parlementaires et de personnalités de gauche sont parvenues ces jours-ci à l'Élysée. En revanche, pour un représentant de la communauté juive, «ce vote ne changera rien, sinon créer des attentes palestiniennes qui vont forcément être déçues»."

- Trois questions à Jean-Marie Le Guen, député socialiste (CRIF) - "compte tenu des événements récents à Gaza et des échéances électorales à venir, [voter "oui" à la démarche palestinienne unilatérale] n’est pas le bon signal à envoyer à Israël. Ce pays se sent déjà suffisamment isolé sur la scène internationale, ce n’était pas la peine d’en rajouter".
http://www.crif.org/fr/actualites/trois-questions-%C3%A0-jean-marie-le-guen-d%C3%A9put%C3%A9-socialiste/33712
   "Jean-Marie Le Guen, député socialiste du XIIIè arrondissement, avait été en septembre 2011, un des premiers signataires d'une lettre adressée au précédant Président de la République pour le prévenir des risques que représenterait un soutien de la France à la demande de reconnaissance d’un statut d’Etat membre à l’ONU pour la Palestine. A l’approche d’un nouveau vote à l’ONU, il explique pourquoi la résolution du conflit israélo-palestinien ne pourra que passer par une négociation entre les représentants légitimes des deux peuples."
   "- Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a annoncé qu'il demanderait le 29 novembre aux Nations unies d'accorder un statut d'État non membre à l'ONU pour la Palestine. Le Ministre des affaires étrangères Laurent Fabius a annoncé que la France voterait en faveur de ce statut. Etes-vous surpris ? Quelle est votre réaction ? Pensez-vous que la France aurait du s'abstenir de soutenir cette initiative unilatérale ?
    - JMLG : Je suis convaincu que la paix passe par la création d’un Etat palestinien à côté d’Israël mais je ne suis pas certain que cette démarche unilatérale permette une reprise rapide des négociations entre Israéliens et Palestiniens. Or, comment parvenir à la paix sans négocier ? Je trouve donc qu’un vote en faveur de l’admission de la Palestine en tant qu’Etat non membre observateur de l’ONU ne s’imposait pas. Je dirais même que compte tenu des événements récents à Gaza et des échéances électorales à venir, ce n’est pas le bon signal à envoyer à Israël. Ce pays se sent déjà suffisamment isolé sur la scène internationale, ce n’était pas la peine d’en rajouter. Pour que la population israélienne prenne à nouveau le « risque » d’essayer de faire la paix, c'est-à-dire d’envisager des compromis qui seront forcément douloureux, il faut la rassurer et lui montrer que ses amis et alliés, dont la France, la soutiennent dans ses aspirations légitimes. [...]"

- Palestine : voter "oui" à l'ONU (Le Monde éditorial) - Considérant qu'il est parfaitement inutile de négocier avec Israël et que la "colonisation" juive infâme "ronge" les terres arabes, le "journal de référence" français soutient totalement la démarche unilatérale palestinienne.
http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/11/28/palestine-voter-oui-a-l-onu_1797035_3232.html
   "[...] confronté à un Etat israélien dont la droitisation, encore illustrée par les dernières primaires du Likoud, le parti au pouvoir, ne cesse de s'accentuer, le mouvement [Fatah] né dans les camps de réfugiés après la défaite de 1948 sait son temps désormais compté. Chaque jour, la colonisation israélienne ronge un peu plus les territoires palestiniens occupés, réduisant l'espace, menaçant la viabilité du projet des deux Etats vivant côte à côte. [...] il n'y a que trop peu à négocier avec la direction israélienne actuelle, qui a de bonnes chances d'être reconduite aux élections de janvier [...]
    Le vote ne fera pas reculer d'un mètre les colonies, ni l'emprise que les radicaux du Hamas exercent sur la partie la plus tourmentée de ce qui pourrait constituer un jour ce pays, Gaza. Le statut de non-membre permanent ne convertira pas une société israélienne échaudée par la violence de la seconde Intifada et abusée par un trompeur statu quo à la nécessité de la paix et de ses compromis.
    Mais ce vote, et la France s'honore d'y souscrire, permet de réaffirmer qu'il ne faut pas désespérer de la paix. Il s'agit d'un message adressé à un peuple en profond désarroi. De montrer qu'il n'est pas oublié : le chemin reste celui de la Palestine. Geste symbolique, mais dont l'urgence s'impose - à tous."


Israël

- Israël : l'ex-ministre Tzipi Livni revient en politique avec un nouveau parti (AFP)
http://fr.news.yahoo.com/isra%C3%ABl-lex-ministre-tzipi-livni-revient-politique-nouveau-103731950.html
   "L'ex-ministre israélienne des Affaires étrangères et ex-chef du parti centriste Kadima, Tzipi Livni, a annoncé mardi son retour en politique et la création d'un nouveau parti centriste après quasiment sept mois d'absence. "J'ai décidé de revenir en politique (...) et de créer un parti politique que j'ai nommé 'le Mouvement'", a déclaré Mme Livni lors d'une conférence de presse, à moins de deux mois des élections législatives du 22 janvier 2013. [...]
    Mme Livni a réaffirmé son attachement à un "Etat juif et démocratique", un mantra pour cette ancienne de la diplomatie israélienne, pendant le gouvernement d'Ehud Olmert, convaincue de la nécessité d'un partage territorial avec les Palestiniens pour préserver la démocratie israélienne. Selon les médias israéliens, sa liste comportera essentiellement ses partisans au sein de son ancien parti de centre-droit Kadima ainsi que des personnalités comme le général à la retraite Yitzhak Ben Israël et l'ancien ambassadeur d'Israël en France Danny Shek. [...]
    Le retour de Mme Livni intervient au lendemain de l'annonce surprise du retrait de la vie politique du ministre de la Défense Ehud Barak, ancien chef du parti travailliste rallié au chef de gouvernement de droite Benjamin Netanyahu. [...]"

- L'auteur de l'attentat de Tel-Aviv, issu d'une lignée familiale terroriste (Guysen)
http://www.guysen.com/news_L-auteur-de-l-attentat-de-Tel-Aviv-issu-d-une-lignee-familiale-terroriste_368986.html
   "Une semaine après l'attentat de Tel-Aviv, le site israélien Ynet du quotidien Yediot Aharonot a découvert que le jeune de Taybeh soupçonné d'avoir déposé la bombe dans l'autobus 142, boulevard Shaoul Hamélekh, fait partie de la famille élargie de la terroriste Dalal Moughrabi. Cette dernière, devenue une icône de la rue palestinienne, avait commandité l'attentat contre l'autobus du bord de mer en 1978, tuant 35 Israéliens avant d'être elle-même abattu dans la fusillade qui s'était ensuivie. Dans le village palestinien de Beit Lakiya, où 3 autres suspects ont été interpellés, on ne regrette rien. La mère de l'un d'entre eux a affirmé ''être fière de leurs actes''."


Gaza & Hamas

- So, you think you know a lot about HAMAS? (Vidéo 1mn57)
http://www.youtube.com/watch?v=F5o1XqUb_6c&feature=player_embedded

- Hamas bears legal responsibility for EVERY civilian death in Gaza (Elder of Ziyon) - "I just came upon a quick review of the Laws of Armed Conflict written at the beginning of Operation Pillar of Cloud, written by David French, an expert in that topic. It should be required reading for every single reporter, pundit, politician and critic who opines on Israel's actions".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2012/11/hamas-bears-legal-responsibility-for.html

- Gaza, la nouvelle donne arabe, Isabelle Mandraud (Le Monde) - "les manifestations de soutien à la cause palestinienne rassemblent désormais des gouvernants et des gouvernés en phase, du moins sur ce plan".
http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/11/28/gaza-la-nouvelle-donne-arabe_1797071_3232.html
   "L'empathie pour le peuple palestinien est toujours aussi vive, les manifestations de solidarité, dans la rue arabe, peut-être un peu moins visibles. Pour une raison simple : le relais a été pris par les nouveaux régimes. Premier conflit israélo-palestinien depuis les révoltes arabes, l'opération "Pilier de défense" lancée le 14 novembre par l'armée israélienne contre la bande de Gaza, s'est traduite par une présence politique - et physique - des gouvernements arabes inédite jusqu'alors. [...]
   "Les révolutions arabes n'ont pas épuisé le sentiment de solidarité, relativise [le très pro-palestinien] Jean-Pierre Filiu, professeur à Sciences Po Paris, auteur d'une Histoire de Gaza (Fayard, 24 €, 460 p.), mais on a vu avec ce conflit le grand retour du politique." Israël, poursuit-il, "en était resté au statu quo, il n'a pas compris la nouvelle donne, et il a été surpris par la posture égyptienne. Or, les révolutions arabes ont été faites au nom de la justice, et dans le monde arabe, le symbole de la justice absolue, c'est la Palestine".
    Hier instrumentalisées par les pouvoirs en place, voire réprimées quand elles étaient impulsées par l'opposition, les manifestations de soutien à la cause palestinienne rassemblent désormais des gouvernants et des gouvernés en phase, du moins sur ce plan. "Il n'y a plus cette distorsion entre les populations et leurs représentants", souligne Jean-Paul Chagnollaud, professeur de sciences politiques à l'université de Cergy-Pontoise. [...]
    Membre de la coalition au pouvoir en Tunisie à travers son parti, le Congrès pour la République, le président Moncef Marzouki n'est pas en reste. Le Palais de Carthage vient d'annoncer qu'il se rendrait bientôt à Gaza, sur "les ruines de l'école tunisienne détruite par les bombardements", sans toutefois préciser la date. De leur côté, des députés de plusieurs partis ont relancé l'idée d'inscrire dans la future Constitution tunisienne "la criminalisation de la normalisation" des relations avec Israël.
    Les liens entre les nouveaux gouvernements arabes et le mouvement islamiste palestinien de Gaza, tissés souvent de longue date, ont été renforcés ces derniers mois. Le président égyptien Mohamed Morsi, chef de file des Frères musulmans, entretient des relations privilégiées avec le Hamas, tout comme le Tunisien Rached Ghannouchi, président d'Ennahda. C'est donc vers l'Egypte et la Tunisie, après la Turquie, qu'Ismaïl Haniyeh, chef du gouvernement du Hamas, s'est rendu au début de cette année, pour ses premiers déplacements hors de la bande de Gaza depuis 2007.
    Puis, en juillet, ce sera au tour de Khaled Mechaal, chef du bureau politique du Hamas, d'être l'invité vedette du congrès d'Ennahda à Tunis. "Jusque-là, nous étions absents à cause de régimes corrompus", se félicitait alors le dirigeant palestinien. "Nous ne sommes pas égoïstes, avait-il poursuivi. Prenez votre temps pour reconstruire votre pays, (...) mais la question palestinienne reste au coeur des 'printemps arabes'"."


Judée-Samarie

- Tsahal neutralise une bombe près de Naplouse (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Tsahal-neutralise-une-bombe-pres-de-Naplouse_369000.html
   "Tsahal a découvert une bombe déposée au bord d'une route menant au village palestinien d'Assira al-Kabaliya, au sud-ouest de Shehem (Naplouse), dans les Territoires disputés. Les artificiers l'ont neutralisée sans dommage de façon contrôlée."

- Mort d’Arafat : les Experts Ramallah, Gil Mihaely (historien et directeur de la publication de Causeur) - "Pour l’opinion publique palestinienne et arabe, le rôle des enquêteurs n’est pas de chercher la vérité mais de valider leur thèse".
http://www.causeur.fr/mort-arafat-les-experts-ramallah,20156
   "De quoi Yasser Arafat est-il mort ? Et si sa mort n’a pas été naturelle, qui l’a tué ? Voilà les deux questions qui dominent la couverture médiatique de l’enquête pour assassinat conduite depuis août par trois juges d’instruction de Nanterre. Dans le cadre de cette procédure judiciaire, le corps d’Arafat a été exhumé hier, des échantillons ont été prélevés et confiés à des équipes de médecins légistes français, suisses ainsi – à la demande des Palestiniens- qu’à des experts russes. Lors du précédent épisode de ce feuilleton à rebondissements, l’Institut de radiophysique de Lausanne avait détecté une quantité anormalement élevée de polonium sur les effets personnels du Raïs confiés à sa veuve Souha Arafat.
    Clin d’œil de l’histoire ou signe des temps, l’exhumation de la dépouille de l’ancien président turc Turgut Özal vient également de révéler une dose anormale de polonium, alimentant les rumeurs d’empoisonnement. L’ex allié turc d’Israël aurait-il eu recours aux mêmes méthodes que le FSB russe, qui avait employé des doses phénoménales de polonium pour empoisonner mortellement son espion rebelle Litvinenko à Londres ? La paranoïa gagne vite une opinion gavée de séries comme Les Experts ou NCIS et séduite par la théorie du complot. Pourtant, comparaison n’est pas raison. L’empoisonnement de Litvinenko, une authentique opération au polonium, avait rapidement laissé des traces flagrantes sur le physique de sa victime avant son agonie. Rien de tel n’est arrivé à Arafat, ce qui n’empêchera bien évidemment pas les spéculations de fleurir.
    Pour l’opinion publique palestinienne et arabe, le rôle des enquêteurs n’est pas de chercher la vérité mais de valider leur thèse. Pour s’en rendre compte, il suffit de se poser la question suivante : et si les enquêteurs concluaient que Yasser Arafat était mort de cause naturelle, les Palestiniens accepteraient-ils ce constat ? La réponse est évidemment non.
L’exhumation d’hier répond avant tout à des impératifs politiques, loin des démarches scientifiques et juridiques dans laquelle on la drape. Contrairement à ce que certains font croire, la vérité n’est pas à portée de microscope. De toute façon, la plupart de ceux qui conjecturent autour de la responsabilité du Mossad dans la mort d’Arafat estiment que l’affaire est entendue : soit l’empoisonnement sera prouvé, soit l’absence d’éléments compromettants attestera le fait qu’« on nous cache tout, on nous dit rien ». Les enquêteurs n’ont plus qu’à valider leur hypothèse ; encore que dans le cas contraire, les conspirationnistes auraient bien entendu raison…
    Il y a pourtant fort à parier que les résultats des analyses des échantillons et les conclusions des enquêteurs ne désigneront pas de coupable ou d’assassin. Même si la présence de poison était détectée, il faudrait en outre démontrer qui l’a administré, quand et comment, ce que l’enquête n’est évidemment pas en mesure de faire. Toute cette agitation n’est donc rien d’autre que le produit d’une cascade de chantages : politiquement il est impossible pour la France de classer sans suite la plainte de Madame Arafat et pour les dirigeants palestiniens de faire autre chose que coopérer pleinement avec l’enquête. Tout le monde craint d’attirer les soupçons sur lui et de donner du grain à moudre aux complotistes.
    Il faudra sans doute plusieurs décennies pour élucider l’énigme de la mort d’Arafat. Après la mort des principaux protagonistes, la question sera peut-être dépassionnée, et la réponse davantage à chercher dans des cartons archivés que dans la dépouille du leader palestinien."


"Processus de paix"

- Former Palestinian Negotiator Nabil Shaath Praises "Hero" Ahmad Jaabari and Armed Resistance at Hamas Rally in Gaza (Al-Quds TV, 22 novembre, Vidéo 1mn51) - "When you shout out that you are marching toward Jerusalem – well, this is exactly what your victory is doing. It is defending Jerusalem and Palestine in its entirety, by all means of resistance".
http://www.memritv.org/clip/en/3651.htm

- La Palestine sur le point de devenir Etat observateur à l'ONU, Selim Saheb Ettaba (AFP) - "Nous aurons une vaste majorité, de plus des deux tiers" des 193 membres de l'Assemblée générale.
http://fr.news.yahoo.com/palestine-point-devenir-etat-observateur-%C3%A0-lonu-152906196.html
   "Le président palestinien Mahmoud Abbas va faire voter jeudi par l'Assemblée générale une résolution faisant de la Palestine un Etat observateur à l'ONU, victoire diplomatique qui l'expose néanmoins à des risques de sanctions. Le projet de résolution, assuré de recueillir la majorité simple requise, demande à l'Assemblée générale d'accorder à la Palestine le statut "d'Etat observateur non membre" des Nations unies et "exprime l'espoir que le Conseil de sécurité considérera de manière favorable" sa candidature comme membre à part entière, déposée en septembre 2011 par Mahmoud Abbas. Il appelle à une reprise des négociations pour parvenir à "un règlement pacifique", avec l'établissement d'un Etat de Palestine "vivant aux côtés d'Israël en paix et en sécurité, sur la base des frontières d'avant 1967".
   "Nous aurons une vaste majorité, de plus des deux tiers" des 193 membres de l'Assemblée générale, a déclaré mercredi Hanane Achraoui, membre du Comité exécutif de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP). Le statut d'Etat observateur permettra à la Palestine d'adhérer à de nombreuses organisations ou traités internationaux, tels que la Cour pénale internationale (CPI) ou la Quatrième Convention de Genève sur la protection des civils, ou d'en devenir membre à part entière lorsqu'elle y siège déjà comme observateur.
   "Nous savons qu'Israël, bien sûr, tentait par l'intermédiaire des Etats-Unis et du Royaume-Uni, d'obtenir des engagements qu'il ne serait pas traduit devant la CPI", a précisé Mme Achraoui. "Nous nous réservons ce droit comme nous l'entendons et au moment approprié. Si Israël s'abstient d'activités de colonisation, il n'y a pas de raison immédiate et pressante d'y recourir", a-t-elle ajouté. [...]
    Israël et les Etats-Unis, qui s'opposent catégoriquement au projet, arguant qu'un Etat palestinien ne peut résulter que d'un accord de paix, ont menacé de sanctions. Le département d'Etat américain a indiqué lundi que si la résolution passait, il ne faudrait pas "compter sur une réponse favorable du Congrès" sur le déblocage de 200 millions de dollars d'aide promis par Washington. [...] La Ligue arabe a promis un "filet de sécurité" de 100 millions de dollars (79 millions d'euros) par mois en cas de sanctions financières israéliennes et américaines, avait-il rappelé. [...]"

- Israël transfère 200 millions de shekels (40 millions d'euros) à l'AP pour le paiement des salaires des hauts fonctionnaires palestiniens (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Israel-transfere-200-millions-de-shekels-40-millions-d-euros-a-l-AP-pour-le-paie_369036.html
   "En dépit de la menace d'interrompre les transferts de fonds vers l'Autorité palestinienne en raison de l'initiative unilatérale des Palestiniens à l'Onu, Israël a transféré mardi 200 millions de shekels (40 millions d'euros) pour le paiement des traitements des hauts-fonctionnaires palestiniens. Cette somme provient des taxes perçues par Israël pour le compte de l'Autorité palestinienne."

- Vote à l'ONU : Israël n'adoptera pas de sanctions immédiates contre l'Autorité palestinienne, Laurent Zecchini (Le Monde) - "Si les Palestiniens se contentent de faire la fête à Ramallah pour célébrer leur victoire symbolique et qu'ils reviennent effectivement à la table des négociations, tout va bien".
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/11/28/vote-a-l-onu-israel-n-adoptera-pas-de-sanctions-immediates-contre-l-autorite-palestinienne_1796919_3218.html
   "Israël a décidé de faire, autant que faire se peut, de la reconnaissance de la Palestine comme Etat non membre des Nations unies un non-événement. Du moins à ce stade. Contrairement aux menaces réitérées ces dernières semaines par plusieurs responsables israéliens, il n'y aura pas de sanctions immédiates [...]
    Cette réponse modérée, qui constitue un spectaculaire aggiornamento diplomatique, dû à la fois aux pressions américaines et au constat que des représailles risqueraient d'être contre-productives pour Israël, a ses limites : si l'Autorité palestinienne se sert de sa victoire attendue à l'ONU, jeudi 29 novembre, comme d'une "plate-forme internationale de confrontation" vis-à-vis d'Israël, le recours aux sanctions sera rapide.
   "Nous n'aurons pas de réponse automatique après ce vote ; nous réagirons au coup par coup, avec une réponse très ferme si les Palestiniens en font un cheval de bataille contre Israël, mais sans punitions immédiates", nous a indiqué, mardi, Yigal Palmor, porte-parole du ministère israélien des affaires étrangères.
    Les dirigeants israéliens ne veulent pas brouiller ce qu'ils estiment être la force de leur argumentation – la démarche des Palestiniens à l'ONU constitue une violation des accords d'Oslo (1993) – en se plaçant sous le feu des inévitables critiques de la communauté internationale en cas de mesures punitives.
    "Si les Palestiniens se contentent de faire la fête à Ramallah pour célébrer leur victoire symbolique et qu'ils reviennent effectivement à la table des négociations, tout va bien", ajoute M. Palmor. Ainsi, l'adhésion de la Palestine aux différentes agences de l'ONU auxquelles son nouveau statut lui donnera accès ne devrait pas être considérée comme un casus belli diplomatique par Israël, à condition toutefois que les Palestiniens ne l'utilisent pas "pour faire voter des résolutions anti-israéliennes, comme à l'Unesco".
    Les diplomates israéliens ont mené d'intenses consultations avec l'administration américaine ces derniers jours, dans l'espoir que Washington parviendrait à convaincre les Palestiniens d'atténuer leur projet de résolution, ou d'adjoindre à celui-ci une déclaration politique comportant plusieurs clauses, considérées comme des "lignes rouges" par Israël. La plus significative concerne l'adhésion à la Cour pénale internationale (CPI), devant laquelle les Palestiniens pourraient demander le jugement de responsables israéliens.
    La deuxième reviendrait à stipuler que la résolution de l'ONU ne pourra pas être interprétée comme conférant une souveraineté palestinienne sur la Cisjordanie, la bande de Gaza et Jérusalem-Est. Enfin, Israël veut que l'Autorité palestinienne s'engage à reprendre immédiatement des négociations "sans conditions" en vue d'aboutir à un règlement de paix, ce qui signifierait que les Palestiniens renoncent à réclamer au préalable un gel de la [construction juive au-delà de la Ligne verte].
    Les deux premières exigences apparaissent à ce stade largement irréalistes, mais Israël continue de croire qu'il reste une marge de négociation s'agissant du caractère rétroactif ou non des recours devant la CPI. [...]
    "Abou Mazen s'est laissé enfermer dans un coin d'où il va lui être difficile de s'extraire", estime un haut diplomate israélien, qui ne cache pas son pessimisme. La réaction modérée d'Israël souligne en creux son souci de ne pas déstabiliser une Autorité palestinienne mise au bord de la faillite par des sanctions financières, lesquelles auraient un impact sur les salaires des fonctionnaires, en particulier ceux des forces de sécurité.
    Mais l'Etat juif veut une application stricte des accords d'Oslo, en particulier du "protocole de Paris", qui régit les arrangements financiers entre les deux parties. Il va donc demander à terme à l'Autorité palestinienne de rembourser ses dettes, notamment ses factures à la compagnie nationale israélienne d'électricité, lesquelles s'élèveraient à plus de 700 millions de shekels (140 millions d'euros), ce qui représente... une indéniable sanction déguisée."
- Israël devra faire avec : la Palestine va obtenir le statut d'Etat non-membre à l'Onu (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Israel-devra-faire-avec-la-Palestine-va-obtenir-le-statut-d-Etat-non-membre-a-l-_368984.html
   "Israël a déjà intégré l'échec auquel il devra faire face demain, jeudi 29 novembre, lorsque l'Assemblée générale de l'Onu approuvera à une large majorité l'octroi du statut d'Etat non-membre à l'Autorité palestinienne. Sur les 193 pays à se prononcer, seuls les Etats-Unis, le Canada, la Micronésie et le Guatemala soutiennent la position d'Israël. Un haut responsable israélien a indiqué que l'Etat juif réagira ''modérément au moment opportun. Nous ne resterons ni passifs ni les bras croisés''. Il a toutefois appelé à ''ne pas exagérer" la portée de cette démarche palestinienne à l'Onu. ''Bien entendu, il y aura des feux d'artifice à Ramallah, mais les implantations resteront exactement où elles sont et Tsahal continuera d'agir là où il opère'', a-t-il ajouté."

- Palestine/ONU : Londres menace de s'abstenir (AFP)
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/11/28/97001-20121128FILWWW00544-palestineonu-londres-menace-de-s-abstenir.php
   "Londres s'abstiendra lors du vote sur le statut d'Etat observateur à l'ONU pour la Palestine à moins que ses conditions ne soient remplies, notamment le retour immédiat des Palestiniens à la table des négociations, a annoncé aujourd'hui le chef de la diplomatie britannique. "Nous sommes ouverts à l'idée de voter en faveur de la résolution si nous voyons que les Palestiniens fournissent publiquement des garanties" sur plusieurs points, notamment leur retour immédiat et sans conditions à la table des négociations, a dit William Hague devant les députés britanniques. "En l'absence de ces assurances, le Royaume-Uni s'abstiendra lors du vote", a-t-il ajouté."

- Palestine à l'ONU : la France veut entraîner l'Europe, Benjamin Barthe & Natalie Nougayrède (Le Monde) - "Les regards sont désormais tournés vers le Royaume-Uni, qui n'a toujours pas rendu publique sa position".
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/11/28/palestine-a-l-onu-la-france-veut-entrainer-l-europe_1796918_3218.html
   "L'annonce par la France, mardi 27 novembre, qu'elle votera en faveur de l'admission de la Palestine à l'ONU va-t-elle persuader les autres grandes capitales européennes de se rallier elles aussi à la démarche du président palestinien Mahmoud Abbas ? Mercredi matin, le gouvernement espagnol a officialisé à son tour sa décision de soutenir le rehaussement du statut de la Palestine à l'ONU.
   "L'Espagne votera demain "oui" en cohérence avec notre histoire et parce que nous croyons que c'est la solution la plus adéquate pour nous rapprocher de la paix", a déclaré le ministre des affaires étrangères, José Manuel Garcia-Margallo. Le Parti populaire (PP, droite) du premier ministre Mariano Rajoy paraissait très divisé sur la question. Mais l'initiative française semble avoir agi comme un levier, incitant Madrid à sauter le pas.
    Les regards sont désormais tournés vers le Royaume-Uni, qui n'a toujours pas rendu publique sa position. Le gouvernement de David Cameron a fait savoir qu'il était disposé à appuyer l'initiative de M. Abbas à trois conditions : que celui-ci s'engage à reprendre les négociations avec Israël sans conditions, qu'il s'engage à ne pas demander un statut d'Etat membre à part entière auprès du Conseil de sécurité de l'ONU et qu'il renonce à saisir la Cour pénale internationale (CPI), comme l'y autorise le statut d'Etat observateur.
    Des exigences repoussées par la direction palestinienne, même si son représentant à l'ONU, Riyad Mansour, a fait savoir que les Palestiniens ne se précipiteraient pas, au lendemain du vote, pour rejoindre les agences de l'ONU et la CPI. Londres doit néanmoins composer avec une opinion publique largement acquise à la cause palestinienne. Selon un récent sondage, 59 % des Britanniques soutiennent les aspirations palestiniennes à l'ONU. [...]
   "Nous espérons que la France aura un effet d'entraînement, confiait, mardi soir, Elias Sanbar, ambassadeur de la Palestine à l'Unesco. La France n'a qu'une voix, comme tous les pays de l'Assemblée générale de l'ONU, mais c'est une voix qui porte. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour obtenir une majorité des deux tiers."
    Le rehaussement du statut de la Palestine, présente à l'ONU depuis 1974 comme "entité observatrice", est une affaire gagnée d'avance pour les Palestiniens, qui disposent d'une majorité automatique à l'Assemblée générale, composée principalement de pays du Sud. L'enjeu, pour M. Abbas, consiste à rallier à son projet le plus grand nombre de capitales occidentales, de façon à contrebalancer l'opposition des Etats-Unis et d'Israël. [...]
    Ces dernières semaines cependant, la diplomatie française a semblé hésiter, voire pencher en faveur de l'abstention. A en croire des députés PS et des spécialistes du dossier palestinien en contact avec le Quai d'Orsay et la présidence, la crainte d'une saisine de la CPI et le souci de ne pas contrecarrer une éventuelle relance des négociations par l'administration Obama ne semblaient pas loin de l'emporter sur la fidélité aux engagements passés. "Il y a eu une convergence d'articles de presse, de tribunes et d'interventions discrètes qui ont remis la diplomatie française sur les bons rails", dit [le très pro-palestinien] Yves Aubin de la Messuzière, un ancien du Quai d'Orsay, très actif en coulisses.
    De source proche de l'Elysée, on réfute cette version des faits. Paris, de concert avec Londres, aurait tenté une manœuvre de haute voltige : convaincre l'administration américaine de faire un geste de réengagement sur le dossier israélo-palestinien, comme, par exemple, le parrainage d'une résolution au Conseil de sécurité qui aurait fixé les paramètres de résolution du conflit ; en échange de quoi, espéraient les concepteurs de cette idée, Mahmoud Abbas aurait pu renoncer à sa démarche. C'est en comprenant, la semaine dernière, que la Maison Blanche n'en ferait rien, du moins pas avant les législatives israéliennes de janvier 2013, que les responsables français ont décidé de lever l'ambiguïté sur leur positionnement."


Egypte

- Egyptian Cleric Abd Al-Fattah Abu Zayd: The Jews Use Internet Porn to Corrupt the Muslims (Al-Tahrir TV, 23 novembre, Vidéo 2mn04) - "It was said in The Protocols of the abominable elders of Zion that alcohol and prostitutes would be capable of destroying Muslim youths more than a thousand cannons. They will drown them in urges and desires. That is their plan."
http://www.memritv.org/clip/en/3653.htm

- ElBaradei creates uproar by slamming Holocaust denier, Roi Kais (Ynet) - "ElBaradei is under attack both in the media and on social network". Sa faute ? Avoir critiqué la négation de la Shoah.
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4312767,00.html
   "The battle over Egypt's Islamic rule and the new constitution recently took an unexpected turn when opposition figure and Noble Prize laureate Mohamed ElBaradei criticized the Constituent Assembly claiming that one of its members was a Holocaust denier. The unusual comment stirred uproar in Egypt in the backdrop of widespread protests against President Mohammed Morsi's decree grating him near-absolute power.
    Earlier this month, nearly all of the assembly's Christian and Liberals members resigned in protest. Asked to explain this move ElBaradei told Der Spiegel, "We all fear that the Muslim Brotherhood will draft an Islamist-leaning constitution that hurts the rights of women and religious minorities." Those who remained, he said, "include one who wants to ban music...another who denies the Holocaust and another who openly condemns democracy."
    The statement set off a firestorm of criticism. According to Egyptian news reports, ElBaradei is under attack both in the media and on social network. [...] Egyptian State Minister in charge of the parliament Muhammad Mahsub challenged ElBaradei to "tell all Egyptians if he said those words or not, because Egypt has laws regarding the Holocaust. We will not allow ElBaradei to force us to believe or not believe in the Holocaust." An Egyptian newswoman said, "One of the most remarkable things is that ElBaradei has no problem denying the existence of Allah while considering Holocaust denial a serious problem"."


Iran

- L'Iran réaffirme qu'il va poursuivre l'enrichissement d'uranium "avec force" (AFP)
http://fr.news.yahoo.com/liran-r%C3%A9affirme-quil-va-poursuivre-lenrichissement-duranium-force-125920604.html
   "L'Iran va poursuivre "avec force" l'enrichissement d'uranium qui est au centre de son conflit avec la communauté internationale sur son programme nucléaire controversé, a réaffirmé mercredi la chef de ce programme Fereydoun Abbassi Davani. Cette déclaration intervient alors que l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) doit se réunir jeudi pour évoquer l'absence de progrès dans ses efforts visant à lever les doutes sur les activités nucléaires de Téhéran. [...]"


Monde

- Artists, Nobel laureates call for military boycott of Israel (Ynet) - "Mike Leigh, Ken Loach, Alice Walker, Noam Chomsky and Roger Waters among those who signed letter saying Operation Pillar of Defense 'new chapter in Israel's decades-old violations of international law, Palestinian rights'."
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4312929,00.html
Repost 0
Published by Occam - dans Novembre 2012
commenter cet article
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 17:57

hamaswarcrime3.png

- Hamas war crimes poster (3) (Elder of Ziyon)
http://elderofziyon.blogspot.fr/2012/11/hamas-war-crimes-poster-3.html

 

hamas-war-crimes-4.png

- Hamas war crimes poster (4) (Elder of Ziyon)
http://elderofziyon.blogspot.fr/2012/11/hamas-war-crimes-poster-4.html

Repost 0
Published by Occam - dans Novembre 2012
commenter cet article
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 17:56

France

- Palestine à l'ONU : la France votera oui (AFP)
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient/palestine-a-l-onu-la-france-votera-oui_1192291.html
   "La France votera cette semaine en faveur de l'octroi d'un nouveau statut rehaussé de la Palestine à l'ONU, celui d'Etat observateur, a annoncé mardi le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius. Evoquant "la position constante" de Paris en faveur de la reconnaissance d'un Etat palestinien depuis un discours de François Mitterrand en 1982, le ministre a déclaré devant l'Assemblée nationale que la France votera "oui". Les Palestiniens ne sont actuellement à l'ONU qu'une simple "entité observatrice" et vont réclamer devant l'Assemblée générale des Nations unies un statut d'Etat non-membre. [...] Le président palestinien Mahmoud Abbas est attendu le 29 novembre à l'ONU pour assister au vote de l'Assemblée générale."
- La France pour un statut d'observateur de la Palestine à l'Onu, Chine Labbé (Reuters) - Paris précise toutefois à l'intention des Palestiniens : "C'est seulement par la négociation, que nous demandons sans condition et immédiate entre les deux parties, qu'on pourra aboutir à la concrétisation d'un Etat palestinien".
http://fr.news.yahoo.com/paris-pour-un-statut-d%C3%A9tat-non-membre-pour-142118342.html
   "[...] "Jeudi ou vendredi prochains, quand la question sera posée, la France répondra oui par souci de cohérence", a déclaré Laurent Fabius à l'Assemblée nationale, lors de la séance des questions au gouvernement. "Le moment où cette question va être posée est un moment très délicat, à la fois parce que le cessez-le-feu est extrêmement fragile, parce qu'il y a les élections israéliennes, parce qu'il y a un changement dans la composition de l'administration américaine", a-t-il toutefois ajouté. "C'est seulement par la négociation, que nous demandons sans condition et immédiate entre les deux parties, qu'on pourra aboutir à la concrétisation d'un Etat palestinien", a-t-il encore dit. [...]"

- Chanson de Zebda sur Gaza : «un phénomène inquiétant», G.-R. Souillés (La Dépêche)
http://www.ladepeche.fr/article/2012/11/25/1497740-chanson-de-zebda-sur-gaza-un-phenomene-inquietant.html
   "«Une vie de moins», la chanson du groupe toulousain Zebda sur la Palestine, dont le clip tourne sur internet, suscite toujours le débat. Nicole Yardeni, la présidente régionale [à Toulouse] du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), met en garde contre «les fantasmes que ce petit film d'animation peut nourrir», entre réalité, fiction et identité. «C'est un phénomène inquiétant pour l'ensemble de la société française, regrette-t-elle. Il existe un certain nombre de jeunes gens, certains issus de l'immigration, d'autres non, qui ont du mal à construire une identité ici, en France. Ils semblent se projeter dans une identité palestinienne idéalisée, vivant par procuration un conflit dans lequel ils veulent peut-être voir des résonances avec leur situation». Une impasse pour Nicole Yardeni, qui n'hésite pas à faire le parallèle avec l'affaire Merah.
   «Un homme de 23 ans, né et grandi à Toulouse, qui a assassiné sept personnes, deux musulmans, un chrétien et quatre juifs, au nom d'une idéologie extrémiste que l'on rencontre, entre autres lieux, à Gaza, note-t-elle. Au lieu de courir le risque d'entraîner des manifestations de haine, ici, en France, il serait sans doute préférable qu'en prenant en compte l'ensemble de la région proche orientale, si explosive bien au-delà du conflit israélo-palestinien, nous puissions réfléchir ensemble à ce qui constitue les valeurs sur lesquelles repose une société démocratique, telle que celle dans laquelle nous avons la chance de vivre, ici»."

- Dieudonné condamné pour antisémitisme (AFP)
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/11/27/97001-20121127FILWWW00612-dieudonne-condamne-pour-antisemitisme.php
   "L'humoriste français controversé Dieudonné M'Bala M'Bala a été condamné mardi par la justice française à 20.000 euros d'amende pour provocation à la haine dans une chanson et dans des propos diffusés sur internet. Dans l'une des vidéos, il transformait une chanson de la chanteuse de variétés Annie Cordy, "Chaud cacao", en "Shoah nanas". Egalement poursuivi pour diffamation, injure et provocation à la discrimination, il avait affirmé que "les gros escrocs de la planète, ce sont des juifs" dans une interview sur un site qui se présente comme ayant pour mission "d'éveiller la conscience des musulmans".
    Présente lors du délibéré, la présidente de SOS Racisme Cindy Léoni a dit espérer que cette condamnation vienne marquer un coup d'arrêt à "la diffusion de la haine raciale et la propagation de l'antisémitisme" et aux "provocations" d'un Dieudonné "qui ne fait plus rire personne". L'avocat de Dieudonné, Me Jacques Verdier, a indiqué à l'AFP qu'il ferait appel. Selon lui, son client a été condamné pour la vidéo de la chanson litigieuse alors qu'elle a été publiée sur internet "à son insu". Dieudonné a déjà été condamné à plusieurs amendes pour des propos antisémites.
    Français d'origine camerounaise, il s'était fait connaître comme humoriste dans les années 1990, avant de se rapprocher de l'extrême droite française. Jean-Marie Le Pen, le chef historique de cette famille politique, est le parrain d'une de ses filles. Il a aussi entretenu des relations avec le régime iranien et effectué des déplacements à Téhéran ces dernières années. [...]"

- Réflexions sur les questions que la guerre à Gaza pose aux bien-pensants, Jacques Tarnero (Huffington Post) - "Il faut bien dire que depuis Louis Massignon, l'Etat juif n'est pas en odeur de sainteté au Quai d'Orsay".
http://www.huffingtonpost.fr/jacques-tarnero/guerre-gaza-reflexions-sur-les-questions-bien-pensantes_b_2190009.html
   "Les bons esprits de la diplomatie recommandent de toutes parts que la riposte d'Israël à l'agression dont il est l'objet ne soit pas «disproportionnée» tant ce conflit serait «asymétrique» pour ses protagonistes. Asymétrique cet affrontement l'est certainement, mais pas dans les termes qui nous sont imposés par la doxa médiatique : d'une part une super armée et de l'autre des Gavroches aux pieds nus. Ces clichés ont la vie dure pour ceux dont la condamnation a priori d'Israël sert de prêt-à-penser.
    Il y a bien dans le moment présent un agresseur et un agressé. Il y a bien deux types de méthodes de guerre inspirées par considérations morales très différentes: d'un côté des frappes indistinctes visant aveuglément des villes et des populations civiles et utilisant leurs armes à l'abri des boucliers humains de leurs propres population et de l'autre un code de la guerre qui prévient de ses attaques pour épargner la population civile.
    - Asymétrique ce conflit l'est par les cibles respectives: Israël continue à fournir de l'eau, de la nourriture et de l'électricité à Gaza tout en faisant la guerre à son ennemi.
    - Asymétrique ce conflit l'est aussi par ce qui inspire chaque belligérant : peut-on mettre sur le même plan le projet d'extermination des juifs énoncée dans sa charte par le Hamas et celle qui a inspiré la construction d'Israël et sa réalisation depuis soixante ans?
    - Asymétrique cet épisode l'est aussi par les jugements portés à son égard : quarante mille morts en Syrie n'émeuvent guère les indignés pas plus qu'aucun autre massacre arabo-arabe ou islamo-islamique tandis que les morts arabes tués par Israël constitueraient chacun autant de crimes contre l'humanité commis par l'Etat juif.
    A-t-on seulement conscience de l'implicite raciste de ces jugements ? À croire que les massacres arabo-arabes seraient normaux, dans l'ordre culturel des choses. Considéreraient-ils ces indignés qu'il y aurait une nature traditionnellement barbare de ces populations ou de ces peuples ? Quel hommage implicite en revanche pour ce que fait et ce qu'est Israël ! Tel n'est pas le point de vue du Quai d'Orsay [et de Laurent Fabius] qui a évoqué une «responsabilité partagée» dans l'origine du présent conflit mettant sur un même plan la responsabilité d'Israël et celle du Hamas. [...]
    Pour avoir qualifié en 2010 à Ramallah le Hezbollah de «mouvement terroriste» Lionel Jospin devait recevoir en retour une pluie de cailloux sur la tête selon les rites bien connus de l'hospitalité locale. Etait-ce le dernier moment de courage politique d'une gauche inspirée par Jaurès, Blum et Mendès-France? Le président Chirac ne tarda pas à rectifier le tir de son trop pro-sioniste Premier ministre. La politique-arabe-de-la-France digéra l'incartade tandis que le visionnaire Galouzeau de Villepin prédisait pour Israël une durée de vie identique à celle du royaume franc de Palestine. Le docteur Chirac fit sonner la Marseillaise devant le cercueil d'Arafat et fut le seul chef d'Etat occidental à aller saluer la dépouille d'Hafez el Assad, le père de l'actuel humaniste qui dirige la Syrie. Il faut bien dire que depuis Louis Massignon, l'Etat juif n'est pas en odeur de sainteté au Quai d'Orsay. Laurent Fabius nous pardonnera d'estimer qu'en matière de politique étrangère le changement sera pour plus tard, tant il paraît s'être installé dans la trace déjà inspirée par le Général de Gaulle, Couve de Murville ou Alain Juppé.
    On est donc en droit de se demander pourquoi le Parti Socialiste n'effectue pas une rupture épistémologique avec ces constantes aberrantes unissant la gauche de la gauche avec la droite de droite contre Israël. Où se situe l'idée de progrès au Proche Orient ? Qui la porte ? Qui l'incarne ? Qui menace et qui est menacé ? Qui fait de l'éducation un gage pour l'avenir et qui éduque pour être un martyr ? Ont-ils regardé une carte de géographie tous ces indignés au grand cœur, mais à la vue basse, pour voir que la surface d'Israël n'équivaut qu'à quatre départements français et que sa plus étroite largeur n'est que de quatorze kilomètres entre Tulkarem en Cisjordanie et la mer Méditerranée car ici la géographie conditionne l'histoire. [...]"


Gaza & Hamas

- Gaza : Tsahal tire en l'air pour éloigner des Palestiniens qui se rapprochent de la clôture de sécurité (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Gaza-Tsahal-tire-en-l-air-pour-eloigner-des-Palestiniens-qui-se-rapprochent-de-l_368904.html
   "Pour le 4ème jour de suite, des militaires de Tsahal tirent actuellement en l'air pour tenter d'éloigner des Palestiniens qui s'approchent de la clôture de sécurité à la frontière avec Gaza. On ne signale pas de victimes pour l'instant."

- Hamas : pas de reconnaissance d'Israël dans le passé, au présent et dans le futur (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Hamas-pas-de-reconnaissance-d-Israel-dans-le-passe-au-present-et-dans-le-futur_368818.html
   "Une délégation israélienne serait arrivée lundi soir au Caire pour finaliser les dispositions d'un accord de cessez-le-feu avec le Hamas, selon des sources palestiniennes. Un porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a déclaré ce soir : "nous ne sommes pas intéressés à reconnaître Israël en tant qu'Etat, nous ne sommes pas intéressés à dialoguer avec les Israéliens, ni dans le passé ni au présent ni dans le futur"."

- Hamas: Killing Jews is worship of Allah (PMW)
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=8091
   "During the eight-day military conflict between Hamas and Israel, Hamas broadcast various ideological messages on its official Al-Aqsa TV station. One recurring message called for the killing of Jews, which Hamas defined as a religious Islamic act in worship of Allah. During one music video, these words were shown on the screen: "Killing Jews is worship that draws us close to Allah".
    The following are additional lyrics from the video which boasted of "terrifying the Jews" and glorified Hamas' military wing, the Al-Qassam Brigades: "[Oh] lovers of the trigger: Killing the occupiers [Israelis] is worship that Allah made into law... Arabic text on sign: 'Killing Jews is worship that draws us close to Allah' Arise, oh determined men. The color of [the Martyr's] blood protects the land. Oh masked one wearing a keffiyeh (i.e., Arab head scarf), terrifying the Jews... call out in Zionism's face: 'Muhammad's army has begun to return.'" Click to view [...]"

- Egypte : poursuite des pourparlers Israël-Hamas sur le cessez-le-feu (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Egypte-poursuite-des-pourparlers-Israel-Hamas-sur-le-cessez-le-feu_368863.html
   "Des pourparlers indirects entre Israël et le Hamas entamés lundi au Caire sous la médiation de l'Egypte doivent se poursuivre aujourd'hui pour finaliser les modalités de l'accord de cessez-le-feu du 21 novembre dans la bande de Gaza, rapporte le Washington Post. Le Hamas menace de reprendre les combats si des ententes ne sont pas conclues avec Israël sur l'accès aux frontières, le libre déplacement des Gazaouis et le transfert des biens et équipements. Le Hamas devrait exiger la levée totale du blocus de Gaza."

- Guerre de Gaza : la main de Téhéran, Armin Arefi (Le Point.fr) - "l'Iran a besoin du Hamas, car c'est l'organisation la plus forte politiquement, et la plus ancrée socialement sur la scène palestinienne."
http://www.lepoint.fr/monde/guerre-de-gaza-la-main-de-teheran-26-11-2012-1533926_24.php
   "L'Iran possède une "responsabilité extrêmement lourde" dans les conflits du Proche-Orient, notamment à Gaza. Le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, n'a pas mâché ses mots pour souligner le rôle néfaste de la République islamique dans le conflit sanglant opposant le Hamas à Israël, à quelques heures de la signature d'un cessez-le-feu, mercredi dernier. "L'orientation du gouvernement iranien est extrêmement dangereuse pour la paix dans plusieurs régions du monde", a-t-il ajouté.
    [...] le même jour, le chef du Parlement iranien confirme que l'Iran apporte une aide militaire au Hamas. "Nous sommes fiers de défendre le peuple de Palestine et le Hamas, (...) nous sommes fiers que notre aide ait été de nature à la fois financière et militaire", a insisté Ali Larijani.
    Une annonce étonnante, la République islamique demeurant en froid avec le Hamas depuis que le mouvement islamiste s'est rangé du côté des opposants syriens à Bachar el-Assad. "Il est vrai que le Hamas sunnite s'est rapproché du Qatar et autres puissances du Golfe au détriment de l'Iran", explique au Point.fr Bernard Hourcade, directeur de recherche au CNRS. "Il n'en demeure pas moins que l'organisation s'inscrit toujours dans le front du refus, au même titre que l'Iran. Et Téhéran continue d'aider, à des degrés divers, toutes les organisations qui critiquent Israël", ajoute le spécialiste de l'Iran.
   "Le refroidissement des relations Hamas-Iran tient aussi bien des positions anti-Bachar du Hamas que des difficultés internes de l'Iran, qui rendent difficile le versement d'argent à l'organisation", affirme pour sa part Olivier Danino, chercheur à l'Institut français d'analyse stratégique (Ifas). "Mais l'Iran a besoin du Hamas, car c'est l'organisation la plus forte politiquement, et la plus ancrée socialement sur la scène palestinienne." [...]
   "L'histoire récente de l'Iran fait que ce pays possède depuis quinze ans une très bonne industrie de missiles", explique Bernard Hourcade. "Durant la guerre Iran-Irak, Saddam Hussein a envoyé sur la ville de Téhéran 825 missiles scuds", rappelle le spécialiste. "Cette expérience a convaincu les Iraniens de l'importance de cet outil, et priorité a été donnée à son développement."
    Au cours des deux dernières années, l'Iran a envoyé à Gaza ses roquettes Fajr-5 d'une portée de 75 kilomètres via le Soudan, l'Égypte et les tunnels de contrebande, affirme le quotidien israélien Haaretz. Mais ce n'est pas tout. L'hebdomadaire britannique Sunday Times assure que l'Iran tenterait de reconstituer l'arsenal balistique du Hamas. D'après le journal anglais, qui cite des responsables israéliens, la République islamique aurait dernièrement chargé des missiles de type Fajr-5 à bord de navires à destination de Gaza, via le Soudan, alors que le cessez-le-feu était sur le point d'être conclu au Caire.
    Les déclarations de Mahmoud al Zahar, un haut responsable du Hamas, trois jours après la conclusion de la trêve, vont dans le même sens. "Nous n'avons pas d'autre choix que de continuer à apporter des armes par tous les moyens possibles", a-t-il indiqué à des journalistes, ajoutant s'attendre à ce que Téhéran "augmente son soutien financier et militaire au Hamas. (...) Nous avons le droit de prendre de l'argent et des armes de l'Iran. Il nous les donne pour le bien de Dieu, sans conditions, et je peux en témoigner", a ajouté le responsable.
    Déjà, en octobre dernier, le Sunday Times révélait que Tsahal avait bombardé une usine d'armes à Khartoum, soupçonnée d'abriter des missiles iraniens à destination de l'enclave palestinienne. "Il est fort crédible que l'Iran livre des armements au Hamas via le Soudan", estime Olivier Danino. "Toutefois, il reste très difficile d'estimer le nombre exact de missiles Fajr-5 que Téhéran envoie. La stratégie iranienne d'aide militaire au Hamas concerne la livraison de missiles, mais surtout la mise à disposition des connaissances et d'équipements militaires de l'Iran", précise le spécialiste du mouvement islamiste.
    Parallèlement, le journal Haaretz indique que le Hamas et le Jihad islamique ont fabriqué des roquettes de 200 mm dont la portée approche les 80 kilomètres, "avec le savoir-faire fourni par l'Iran". De son côté, le commandant des Gardiens de la révolution iraniens, le général Mohammad Ali Jafari, a assuré que les roquettes Fajr-5 n'avaient pas été livrées par son pays : "C'est leur technologie qui l'a été. Ces missiles peuvent être produits rapidement" à Gaza, a-t-il prévenu. [...]"

- Today's fake PCHR "civilian" (Elder of Ziyon) - "This is the first obituary on the Al Qassam website from Pillar of Defense. Hamas does not want the world to know how many of the "civilians" were terrorists, and (as with Cast Lead) they will only reveal them in a trickle over the next few months. Their assumption is that by the time the numbers are added up and we can prove that the majority of those killed were terrorists, the damage from the lies by PCHR, the Gaza health minister and others will have already been done."
http://elderofziyon.blogspot.fr/2012/11/todays-fake-pchr-civilian.html

- Different standard applied, Dan Calic (writer, historian and speaker) - "when it comes to Israel, it seems a different standard is applied. Unreasonable becomes reasonable, and unacceptable becomes acceptable" ; "My question is why only after Israel takes out legitimate military targets do we hear outcries from the international community to stop the violence? What's wrong with this picture?"
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4311573,00.html
   "With a ceasefire in place, it seems appropriate to provide a perspective on the events. From January until mid-November Gaza terrorists fired over 1,100 rockets at Israel. In Sderot when sirens sound residents have a mere 15 seconds to reach a bomb shelter. Schools have been closed, as have businesses. Up to one million Israelis have been forced to spend nights in bomb shelters. Parents cannot afford to deal with their own fears, as they must comfort their traumatized children. This is how daily life has been for the past decade in Ashdod, Beersheva, Ashkelon, Sderot and other cities. Altogether during this period approximately 12,000 rockets (an average of three per day) have been fired at Israel from Gaza.
    With all these rockets fired at Israel, while no 'official conflict' was taking place, why didn't the international community take action? Why didn't the United States pressure Egypt, since the smuggling tunnels originate there? Where was Europe, or the UN? If this was happening anywhere else in the civilized world I submit efforts would have been made to reign in the perpetrators before all out hostilities erupted. However, when it comes to Israel, it seems a different standard is applied. Unreasonable becomes reasonable, and unacceptable becomes acceptable.
    After informing the terrorists numerous times there would be consequences if they didn't stop the attacks, Israel finally acted on November 14. Instead of intentionally firing rockets at civilians, Israel took out two legitimate military targets - Hamas Military Chief Ahmed Jabari and his son. They were killed when their car was destroyed in a surgical strike. No one else died. Jabari's record included being commander of the attack which resulted in the kidnapping of Israeli soldier Gilad Shalit.
    In contrast to their enemy, the IDF takes extraordinary measures to avoid hurting civilians, such as making thousands of phone calls and dropping scores of leaflets letting them know in advance to avoid being near rocket launching sites. Hamas intentionally places them in civilian neighborhoods to maximize the possibility of civilian deaths so they can vilify Israel. Has Hamas ever provided advance warnings of impending rocket fire? Never, because it is their goal to murder civilians. No other army in history has taken such measures as the IDF. In spite of these unprecedented efforts, this has done little to endear Israel in the international community.
    During Operation Pillar of Defense approximately 1,500 rockets and mortars were fired on Israel. Tel Aviv and Jerusalem also came under fire. A Tel Aviv bus was bombed, injuring 27 people, bringing back painful memories of when such terror attacks happened frequently. My question is why only after Israel takes out legitimate military targets do we hear outcries from the international community to stop the violence? What's wrong with this picture? Never has such a tiny country, with so few people been the focus of such worldwide attention. Why is this? [...]
    One might ask: Why is there a distinct absence of common sense regarding this morally abhorrent dilemma? I can still hear the wise words of a family member many years ago who said "the problem with common sense is - it's too uncommon"."


Judée-Samarie

- Arafat exhumé huit ans après sa mort pour élucider les causes du décès, Cécile Feuillatre (AFP) - "même si des traces de polonium, substance radioactive hautement toxique, sont découvertes, il ne sera pas facile de prouver que la substance a été administrée par voie humaine".
http://fr.news.yahoo.com/palestiniens-arafat-exhum%C3%A9-%C3%A0-ramallah-8-ans-apr%C3%A8s-053721913.html
   "Le dirigeant historique palestinien Yasser Arafat décédé en 2004, a été exhumé mardi en Cisjordanie et des experts internationaux ont commencé à effectuer des prélèvements afin de déterminer s'il a été empoisonné au polonium. L'opération a commencé à 05H00 locales (0H300 GMT) en présence d'experts français, suisses et russes, ont indiqué des sources palestiniennes sous couvert de l'anonymat à l'AFP. [...]
    Selon une source palestinienne, seul un médecin palestinien est autorisé à toucher la dépouille et effectuer les prélèvements, qui seront ensuite remis aux experts russes, suisses et français pour analyses. Trois juges français, saisis d'une enquête pour assassinat après une plainte de la veuve d'Arafat, Souha, sont présents. Le mufti de Jérusalem, Mohamad Hussein, était mardi matin à la Mouqataa. "Je me devais d'être présent lors de l'ouverture de la tombe", a-t-il déclaré à l'AFP. [...]
    Les experts internationaux doivent tenter de déterminer si le dirigeant palestinien a été empoisonné au polonium, hypothèse relancée par la diffusion en juillet d'un documentaire d'Al-Jazeera révélant des traces de cette substance radioactive sur des effets personnels d'Arafat. [...]
   "En tant que patriotes palestiniens, nous sommes convaincus que les Israéliens ont assassiné le président Arafat", a encore affirmé récemment Taoufiq Tiraoui, le président de la commission d'enquête palestinienne sur la mort d'Arafat. "Yasser Arafat est décédé dans un hôpital français, tous les éléments se trouvent dans son dossier médical. Il suffit de le consulter", a rétorqué dimanche le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères Yigal Palmor, en se demandant "à quoi rime cette mascarade, ce feuilleton interminable".
    L'exhumation se déroule également sur fond de tensions familiales, le neveu de Yasser Arafat, Nasser al-Qidwa, s'y étant opposé. Convaincu que son oncle est mort empoisonné par Israël, il s'interroge sur la "logique" de l'exhumation et critique une "profanation". "Il ne sortira rien de bon de tout ça, cela ne fera aucun bien aux Palestiniens", a-t-il déclaré récemment à l'AFP. La veuve d'Arafat, Souha, à l'origine de la plainte pour assassinat, estime quant à elle qu'il s'agit d'une "épreuve douloureuse mais nécessaire".
    Selon des experts, les analyses prendront plusieurs semaines. Mais même si des traces de polonium, substance radioactive hautement toxique, sont découvertes, il ne sera pas facile de prouver que la substance a été administrée par voie humaine, selon un responsable de l'Institut français pour la protection radiologique et la sûreté nucléaire (IRSN)."

- Territoires disputés : jets d'engins incendiaires sur des gardes-frontières à Abou Dis, pas de blessés (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Territoires-disputes-jets-d-engins-incendiaires-sur-des-gardes-frontieres-a-Abou_368812.html
   "Des gardes-frontières israéliens ont été la cible, ce soir, d'engins incendiaires lancés par des émeutiers palestiniens dans le secteur d'Abou Dis, eu nord-est de Bethléhem, dans les Territoires disputés. On ne signale pas de victimes."
- Territoires disputés : 2 engins incendiaires lancés contre un poste de Tsahal dans les collines de Hébron, pas de victimes (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Territoires-disputes-2-engins-incendiaires-lances-contre-un-poste-de-Tsahal-dans_368828.html
   "Deux engins incendiaires ont été lancés, ce soir, en direction d'un poste de Tsahal par des émeutiers arabes près de Negouhot, dans les collines de Hébron. On ne signale pas de victimes."
- Territoires disputés : séries d'attaques contre des cibles israéliennes, pas de blessés (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Territoires-disputes-series-d-attaques-contre-des-cibles-israeliennes-pas-de-ble_368910.html
   "Une série d'incidents anti-israéliens émaillent cet après-midi les Territoires disputés. Des véhicules israéliens sont actuellement la cible de jets de pierres palestiniens dans le secteur de Beit Oumar dans le Goush Etsion. Le même type d'incident est signalé dans le secteur de Maaleï Shomron. Un peu plus tôt dans l'après-midi, des voitures israéliennes avaient été caillassées près d'Ariel et de Hébron. On ne déplore pas de victimes."


"Processus de paix"

- Palestinians refuse clause in UN draft barring criminal charges against Israel, Barak Ravid (Haaretz) - "Washington had sought to soften wording of draft resolution, but Palestinians submitted final proposal earlier Tuesday and have refused to discuss changes."
http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/palestinians-refuse-clause-in-un-draft-barring-criminal-charges-against-israel.premium-1.480931

- Palestine/Onu : une initiative unilatérale qui va détériorer un peu plus les relations avec Israël, selon un haut responsables israélien (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Palestine-Onu-une-initiative-unilaterale-qui-va-deteriorer-un-peu-plus-les-relat_368903.html
   "Un haut responsable israélien a commenté mardi la requête programmée pour jeudi par l'Autorité palestinienne devant l'Onu pour devenir un Etat observateur. "Cette initiative palestinienne unilatérale éloigne la solution de 2 Etats pour 2 peuples et détériore encore un peu plus les relations avec Israël", a déclaré le haut responsable israélien qui a ajouté : "Israël réagira en temps opportun par des actions appropriées à cette initiative palestinienne à l'Onu, mais ne prendra pas des mesures unilatérales qui pourraient faire l'objet de critiques par la communauté internationale, comme par exemple la construction de milliers de logements dans les Territoires disputés"."

- Palestine/Onu : Londres n'a toujours pas pris de décision (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Palestine-Onu-Londres-n-a-toujours-pas-pris-de-decision_368916.html
   "Le Royaume-Uni n'a pas encore pris de décision sur la demande de la Palestine d'obtenir le statut d'Etat observateur à l'ONU et continue de discuter avec le président palestinien Mahmoud Abbas, a indiqué mardi l'ambassadeur britannique Mark Lyall Grant. La France, par la voix du ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, a de son côté annoncé mardi qu'elle voterait jeudi à l'Assemblée générale de l'ONU en faveur de l'octroi de ce nouveau statut."

- A Dinner For Peace: An Open Invitation to Palestinian President Abbas (Ministère israélien des Affaires étrangères, Vidéo 43 secondes)
http://www.youtube.com/watch?v=OPD1EwbPc1s&list=UUDJN3cSbOlM_Br9_ICxMa_A&feature=player_embedded
- President Abbas' Palestinian Bus: Heading in the Wrong Direction (Ministère israélien des Affaires étrangères, Vidéo 1mn15)
http://www.youtube.com/watch?v=rKxcz5m4OZ4&feature=player_embedded


Europe

- Un leader d'extrême droite hongrois propose de créer une liste des juifs (Slate.fr)
http://www.slate.fr/lien/65447/hongrie-liste-juifs-jobbik
   "Marton Gyongyosi, le leader du groupe parlementaire du parti d’extrême droite hongrois Jobbik, troisième force politique du pays, a demandé au gouvernement de créer une liste des juifs qui présentent un «risque pour la sécurité nationale», incluant notamment des membres du parlement, en réponse aux tensions qui ont suivi le conflit à Gaza, rapporte Reuters. [...] «Je sais combien de personnes avec des ascendances hongroises vivent en Israël, et combien de juifs israéliens vivent en Hongrie. Je pense qu’un tel conflit est l’occasion de recenser les personnes qui ont des ancêtres juifs qui vivent ici, particulièrement au parlement hongrois et dans le gouvernement hongrois, et qui posent un risque de sécurité nationale à la Hongrie.» [...]"
Repost 0
Published by Occam - dans Novembre 2012
commenter cet article
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 19:00

aeroport-tunis-2.jpg

 

- Tunisie : abjection et déjections (Primo)
http://www.primo-info.eu/selection.php?numdoc=Ac-279049964
   "A l'aéroport de Tunis on sort des toilettes, les pieds dans les étoiles. La "World Toilet Day" est célébrée chaque année le 19 novembre... Cette journée existe depuis 2001 et il y a même une organisation mondiale des toilettes qui s'en occupe. L’OMS est partie prenante de cette action qualifiée d’enjeu de santé publique. Et il y a des lignes de crédits pour cela à l'ONU. Cet événement a été injustement passé sous silence par la presse française, laquelle a pris prétexte de quelques problèmes d’organisation électorale au sein de l’UMP pour monopoliser l’attention.
    Primo est heureux de participer à cette journée en proposant une photo prise dans l’aéroport de Tunis. À leur manière, les autorités aéroportuaires de ce pays ont joint l’utile à l’agréable. Leurs toilettes ont été agrémentées d’un accessoire tout à fait opportun, en ce temps d’antisémitisme patent. Le bruit court que le Parti des Travailleurs Tunisiens, partenaire des manifestations anti-Israël de ces derniers jours, a décidé de se fournir en drapeaux israéliens pour leur réserver le même usage.
    On ne dira jamais assez les bienfaits de la lutte syndicale concernant la santé publique. Quant à la santé mentale, nous ne pouvons être aussi affirmatifs. Car, à analyser un peu plus profondément ce phénomène, il faut imaginer ce que cela suppose comme logistique. Même si le coût de la main d’œuvre est meilleur marché en Tunisie, il a fallu trouver une entreprise pour confectionner ces serpillières aux couleurs israéliennes, un transporteur, un grossiste, des détaillants, et peut-être un appel d’offres. Mais les autorités tunisiennes n’ont peut-être pas eu le temps, depuis le renversement de Ben Ali, de mettre en place un code des marchés publics.
    Primo souhaite un bon séjour aux touristes français, notamment aux politiques et aux journalistes. Profitez bien du soleil et des hôtels à prix cassés. L’essentiel est de savoir que vos toilettes seront désinfectées régulièrement. Pendant ce temps, les droits de l'Homme et, plus particulièrement, ceux de la Femme sont foulés au pied dans cette "démocratie" naissante. Et pas besoin de serpillières pour cela."

Repost 0
Published by Occam - dans Novembre 2012
commenter cet article
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 18:59

France

- French consulate hosts terrorist who planned to kill top Israeli rabbi, Stuart Winer (Times of Israel)
http://www.timesofisrael.com/french-consulate-hosts-terrorist-who-planned-to-kill-top-israeli-rabbi/
   "The French Consulate in Jerusalem recently hosted as a guest of honor a Palestinian terrorist, Salah Hamouri, who was convicted of plotting to kill Ovadia Yosef, a former chief rabbi of Israel and the spiritual leader of the ultra-Orthodox Shas party, an Israeli newspaper reported Monday.
    The event was held at the consulate building to celebrate the signing of terms of cooperation between the Île-de-France and the Jerusalem branch of the Palestinian Authority, the Maariv daily said. The agreement was to focus on the areas of vocational training, health, social, cultural and institutional support. The Île-de-France is one of the administrative regions of France and is composed mostly of the Paris metropolitan area.
    Hamouri, an Israeli-Arab and member of the Popular Front for the Liberation of Palestine, was arrested in 2005 and sentenced to prison for his part in a plan to attack Yosef, a leading Sephardic rabbinic authority and the spiritual leader of the Shas political party. Hamouri, who has French nationality through his mother, was released from prison after seven years as part of last year’s prisoner exchange for the release of captured Israeli soldier Gilad Shalit. The ceremony was attended by French Consul General Frédéric Desagneaux, the Paris region’s vice president for International Affairs Roberto Romero, Palestinian Authority Jerusalem Governor Adnan al-Husayni, and Hamouri.
    Foreign Ministry Spokeman Yigal Palmor told Maariv that Hamouri’s welcome “raised question marks about the moral world of those who see him as a hero and about their motives.” Days after his release at the end of 2011, Ynet reported that Hamouri was unrepentant and had described Yosef as a “symbol of racism and bigotry in Israel.” [...]"

- Fin du deuxième round Israël-Hamas, Gilles William Goldnadel (avocat pénaliste, président fondateur d'Avocats sans frontières) - "France 2 est demeurée égale à elle-même".
http://www.atlantico.fr/decryptage/immobilisme-ou-synthese-quoi-peut-bien-mener-mariage-permanent-yin-et-yang-pratique-francois-hollande-gilles-william-goldnadel-557033.html?page=0,2
   "[...] Fin du deuxième round Israël-Hamas. Les deux camps peuvent y trouver matière à claironner. Israël a démontré son expertise militaire avec des frappes aériennes de plus en plus chirurgicales, l'organisation terroriste, sa résilience et son aptitude à capitaliser diplomatiquement les bouleversements intervenus dans le monde arabe sunnite sans avoir à renoncer pour le moment à son alliance avec l'Iran chiite.
    Au plan médiatique, rien ne change en dépit de la responsabilité avérée du Hamas dans le déclenchement de l'agression. Ainsi que j'en avais expliqué les raisons idéologiques dans ma précédente chronique, l'audiovisuel français de service public continue d'adopter largement le récitatif palestinien. C'est ainsi qu'au lendemain du cessez-le-feu, Arte s'est contentée de filmer les destructions à Gaza. Les téléspectateurs des deux côtés du Rhin pourront imaginer le sud Israélien intact.
    France 2 est demeurée égale à elle-même : dans le cadre d'un reportage intitulé sobrement "l'héritage de la haine", rencontre avec une famille palestinienne, pour expliquer sociologiquement la sédimentation du ressentiment sur plusieurs générations qui, chacune, a connu son lot de deuils. Les familles israéliennes, n'ont évidemment eu aucun parent à pleurer durant les guerres de 48, 56, 67, 73, 82 ou durant les vagues d'attentats terroristes. Raison pourquoi, toute rancœur leur est interdite.
    Dans un ordre d'idées assez voisin, la presse française ne s'est pas attardée (contrairement au Daily Mail de cette semaine) sur les manifestations du Hamas exhibant des enfants de cinq ans en tenue de kamikaze, sur les manifestations de joie après chaque tir de missiles sur Tel-Aviv ou sur l'exécution sommaire de prétendus collaborateurs d'Israël dont les cadavres étaient traînés dans les rues de Gaza. La haine à des raisons, que la déraison médiatique ne veut pas faire connaître.
    Enfin, au début de cette semaine, une nouvelle fois, Bernard Guetta, sur France Inter a cru devoir, pour des raisons qui échappent à mon entendement, utiliser le succès de la diplomatie égyptienne dans le conflit Hamas-Israël, pour enrichir sa thèse d'un islamisme soluble dans la démocratie. A voir le nouveau raïs égyptien issu des Frères Musulmans confisquer progressivement tous les pouvoirs au grand dam de nombreux Égyptiens, un esprit moins délié pourrait prédire sans grand mérite, que c’est la démocratie qui va définitivement se dissoudre dans l'islamisme."


Israël

- Le ministre israélien de la Défense Barak quitte la vie politique (ats)
http://www.romandie.com/news/n/Le_ministre_israen_de_la_Dnse_Barak_quitte_la_vie_politique_RP_261120121135-13-284551.asp
   "L'actuel ministre israélien de la Défense et ancien premier ministre Ehud Barak, militaire le plus décoré du pays, a annoncé lundi son retrait de la vie politique. Une décision surprise qui intervient en pleine campagne électorale. "J'annonce ma décision de quitter la vie politique et de ne pas me présenter aux élections" législatives du 22 janvier, a déclaré M. Barak lors d'une conférence de presse à Tel Aviv, expliquant vouloir se "consacrer à sa famille". "J'achèverai mes fonctions de ministre de la Défense avec la formation du prochain gouvernement dans trois mois", a précisé M. Barak, âgé de 70 ans et considéré comme le numéro 2 du gouvernement.
    Cette annonce intervient cinq jours après la fin de l'opération israélienne "Pilier de Défense" contre les groupes armés palestiniens de Gaza, dont M. Barak a tiré un bilan positif "pour le moment", lors de sa conférence de presse. Considéré comme un des meilleurs experts militaires du pays, ayant suivi un parcours prestigieux, M. Barak est entré en politique au milieu des années 90 après son départ de l'armée. Premier ministre entre 1999 et 2001, il a quitté le parti travailliste en janvier 2011, pour conserver son poste de la Défense au sein d'un gouvernement de Benjamin Netanyahu [...]"


Gaza & Hamas

- Alerte rouge sur le conseil régional Hof Ashkélon : la roquette serait retombée en territoire palestinien (Guysen)
http://www.guysen.com/news_-Alerte-rouge-sur-le-conseil-regional-Hof-Ashkelon-la-roquette-serait-retombee-e_368806.html
   "L'alerte rouge annonçant le tir d'une roquette depuis Gaza s'est déclenchée, il y a quelques instants, sur le conseil régional Hof Ashkelon. Selon des témoins locaux, le projectile aurait explosé en territoire palestinien. Tsahal n'a pas encore confirmé ce tir qui, s'il était avéré, serait le premier viol de la trêve."

- Pourparlers séparés sur Gaza au Caire entre Israël et le Hamas (Reuters)
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/11/26/pourparlers-separes-sur-gaza-au-caire-entre-israel-et-le-hamas_1796153_3218.html
   "Des pourparlers séparés entre Israël et le Hamas palestinien ont débuté, lundi 26 novembre, au Caire, sous la médiation de l'Egypte pour finaliser les dispositions de l'accord de cessez-le-feu du 21 novembre dans la bande de Gaza. [...] Un responsable égyptien a précisé que ces discussions porteraient sur les exigences palestiniennes visant à ouvrir de nouveaux points de passage entre Israël et l'enclave côtière [...]"

- Le Hamas gère l'avantage obtenu face à Israël, Laurent Zecchini (Le Monde) - "Outre que le premier ministre du gouvernement du Hamas, Ismaïl Haniyeh, a renforcé sa stature politique, il a reçu d'inhabituelles félicitations de Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, anxieux d'atténuer sa marginalisation politique".
http://www.lemonde.fr/international/article/2012/11/26/le-hamas-gere-l-avantage-obtenu-face-a-israel_1795821_3210.html
   "[...] les autorités israéliennes ont annoncé un doublement de la limite de pêche qui est imposée depuis 2009 aux pêcheurs gazaouis, celle-ci passant de 3 milles marins à 6 milles (de 5,5 kilomètres en mer à 11,1 kilomètres). Parallèlement, le ministre de la défense, Ehoud Barak, a indiqué que, si le calme persiste, "il n'y a pas de raison de ne pas permettre aux agriculteurs palestiniens de venir cultiver leurs terres jusqu'à la clôture".
    Ces gestes réciproques sont des pas positifs pour enraciner un cessez-le-feu fragile, dont nombre de clauses sont floues. Le Hamas souligne en particulier qu'il ne s'est nullement engagé à mettre un terme à la contrebande d'armes, via les tunnels sous la frontière égyptienne, laquelle va lui être d'autant plus nécessaire que son arsenal a été sérieusement entamé au cours des affrontements. L'armée israélienne affirme avoir touché 1 500 cibles, dont dix-neuf centres de commandement, vingt-six sites de fabrication et de stockage d'armements, et détruit quelque 980 lance-roquettes. [...]
    Une large partie de l'opinion israélienne a le sentiment que l'occasion d'infliger une leçon cuisante au Hamas n'a pas été saisie. Les intentions de vote attestent cette déception : la coalition Likoud-Israel Beitenou (la formation de M. Nétanyahou et le parti ultranationaliste de son ministre des affaires étrangères, Avigdor Lieberman) est en recul selon les sondages.
    Le premier ministre israélien peut certes se féliciter d'avoir rétabli une relation de confiance avec Washington, mais celle-ci confirme qu'Israël peut difficilement se passer du parrainage américain, tant sur le plan militaire que diplomatique. Quant au Hamas, la modération dont il a fait preuve ces derniers jours s'explique par son double souci de disposer de temps pour compenser ses pertes militaires et de ne pas dilapider les gains politiques que sa détermination face à Israël lui a permis d'engranger.
    Si l'Egypte et Israël ont établi un dialogue de sécurité qui est à l'avantage des deux pays, le Hamas a renforcé son alliance politique avec le gouvernement du président Mohamed Morsi, et peut espérer un accroissement de ses liens économiques avec l'Egypte. Un tel développement aurait cependant pour effet de creuser encore la séparation entre la Cisjordanie et Gaza, entre le Hamas et l'Autorité palestinienne, et il n'est pas sûr que Le Caire ait intérêt à encourager cette évolution.
    Outre que le premier ministre du gouvernement du Hamas, Ismaïl Haniyeh, a renforcé sa stature politique, il a reçu d'inhabituelles félicitations de Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, anxieux d'atténuer sa marginalisation politique. Le président de l'Autorité palestinienne va tenter de restaurer son prestige et son autorité, jeudi 29 novembre, en se rendant aux Nations unies, où l'Assemblée générale devrait accorder sans coup férir à la Palestine un statut d'Etat non membre.
    Pour une fois, le responsable palestinien a tenu bon, faisant fi des pressions américaines et européennes pour l'en dissuader. Washington semble avoir admis que cette bataille-là était perdue, et cherche à en limiter les conséquences : la secrétaire d'Etat Hillary Clinton s'est efforcée de convaincre M. Nétanyahou de ne pas sanctionner une Autorité palestinienne dont la chute aurait de profondes conséquences sur la situation sécuritaire en Cisjordanie et en Israël. Les Palestiniens vont tenter jusqu'au bout de rallier les Européens à leur cause en avertissant que leur vote négatif signifierait que, face à Israël, seule la lutte armée est efficace. [...]"

- Gaza : les prénoms Fajr et Ahmed Jaabari, les plus donnés en ce moment (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Gaza-les-prenoms-Fajr-et-Ahmed-Jaabari-les-plus-donnes-en-ce-moment_368771.html
   "Les enfants nés à Gaza durant l'opération Pilier de défense ont été nommés d'après le missile lancé contre Tel-Aviv, le Fajr 5, et d'après le chef de l'aile militaire du Hamas Ahmed Jaabari. La maman d'un de ces petits Fajr, a affirmé que son bébé ''aurait un avenir radieux au sein de la résistance''. Le ministère des Cultes du Hamas a émis un décret religieux interdisant la violation de la trêve."

- Operation Pillar of Defense: mission not accomplished, Moshe Arens (Haaretz) - "No need to topple Hamas rule, if that is at all possible - it is their rocket arsenal that has to be dismantled. Such an operation would, no doubt, involve losses. But it is high time that soldiers replace the civilians in the front line. The civilians have been at the front for too long".
http://www.haaretz.com/print-edition/opinion/operation-pillar-of-defense-mission-not-accomplished-1.480523
   "If the mission of Operation Pillar of Defense was to free the civilian population of southern Israel from the recurrent threat of rocket attacks by terrorists from the Gaza Strip, this mission was not accomplished. They are today, after the cease-fire, as exposed to this threat as they were before.
    Moreover, during the operation it became clear that the terrorist rocket threat reached all the way to Tel Aviv, and that more than half of Israel can now be reached by rockets launched from the Gaza Strip. You would have to be an incurable optimist to believe that the blows the Israel Air Force rained down on the terrorists of Hamas, the Islamic Jihad and all the others had now brought them to the conclusion that they should not launch rockets against Israel from now on.
    However, it is correctly claimed that the government did not define this as the aim of the operation. The government was quite modest in defining the operation's goal and received compliments from many quarters for this sober behavior. No goal that might be beyond reach was announced. Presumably the lessons of the past had been learned - a modest goal was set that could be matched by modest achievements. To "change the security situation," the government announced was the aim of Operation Pillar of Defense. As modest as the announced aim was, the result of the eight-day long operation was even more modest. Has the security situation really changed substantially in the wake of the operation?
    The arsenal of rockets in the Gaza Strip is today substantially diminished. So is the Israeli arsenal of "Iron Dome" missiles. Both will, no doubt, be replenished in short order. The active manpower of terrorist organizations has been hit by air strikes, but there will be no shortage of replacements for those who are gone. The terrorist command infrastructure has been hurt, but will be rebuilt. In terms of the physical balance, it will not be long before it will be difficult to observe a substantial change in the security situation as compared to what existed before the operation.
    That leaves the deterrent effect. Is it likely that the Gaza terrorists will conclude after eight days in which they rocketed Israel day by day and were in turn pummeled day and night by the Israel Air Force that they better not try again? Will Mohammed Morsi, the Egyptian president, force them to abandon their rocket terror against Israel's civilian population? Will Israel's civilian population be able to enjoy a few years of well-deserved quiet as a result of the operation? Hard to believe. If not, then the security situation has not changed substantially despite the operation.
    Was there really no alternative at this time to a cease-fire brokered by Morsi, an ideological ally of Hamas? To bring about a real change in the security situation in the south the rocket arsenal of the Gaza terrorists and their rocket manufacturing facilities would have to be destroyed, and the renewal of supplies through the Sinai would have to be blocked. Considering the small size of the Gaza Strip this is not an impossible mission for the IDF. However, it could not be accomplished solely from the air. It would require an incursion into the Gaza Strip by IDF ground troops.
    It did not have to be a lengthy operation, nor would the IDF have to continue to stay in the Gaza Strip for a long time. No need to topple Hamas rule, if that is at all possible - it is their rocket arsenal that has to be dismantled. Such an operation would, no doubt, involve losses. But it is high time that soldiers replace the civilians in the front line. The civilians have been at the front for too long. This should have been done during the first few days of the operation. Thereafter, the international pressure for a cease-fire agreement became difficult to resist."


Judée-Samarie

- Très fragile économie palestinienne, Jacques Bendelac (chercheur en sciences sociales à Jérusalem) - "la paix économique a bénéficié à plusieurs secteurs de l'économie palestinienne, comme : l'emploi des Palestiniens en Israël, le développement de zones industrielles en Cisjordanie, l'ouverture du commerce extérieur, l'amélioration des infrastructures et le tourisme" ; "Dorénavant, près de 300 start-up palestiniennes ont pignon sur rue à Ramallah et ses environs : de plus en plus d'entreprises israéliennes sont liées par des accords de partenariat avec ces petites firmes palestiniennes de high-tech, via des contrats de sous-traitance ou de vente". ; "Seule une étroite coopération avec l'Etat juif permettra au nouvel Etat de Palestine d'effectuer un démarrage plus effectif de son économie sur un territoire viable".
http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/11/26/tres-fragile-economie-palestinienne_1796004_3232.html
   "[...] Le processus qui a permis à l'Autorité palestinienne siégeant à Ramallah de se préparer aux fonctions d'Etat a véritablement démarré en 2007, avec la nomination au poste de premier ministre de Salam Fayyad : deux ans plus tard, son gouvernement adoptait un plan visant à poser les fondations de l'Etat palestinien. Côté israélien, c'est aussi en 2009 que le gouvernement israélien commença à prendre d'importantes mesures pour atténuer les restrictions dans la liberté de circulation à l'intérieur de la Cisjordanie. [...]
    Dans les faits, la paix économique a bénéficié à plusieurs secteurs de l'économie palestinienne, comme : l'emploi des Palestiniens en Israël, le développement de zones industrielles en Cisjordanie, l'ouverture du commerce extérieur, l'amélioration des infrastructures et le tourisme. Mais en l'absence de solution politique en direction de l'établissement d'un Etat indépendant, la plupart de ces progrès restent éphémères et ils risquent même d'être réduits à néant, faute de pouvoir être accompagnés par une structure étatique locale.
    Côté palestinien, la paix par l'économie a pris une autre signification à partir de 2009 : le premier ministre Salam Fayyad a alors proposé de jeter les bases de l'Etat palestinien en se fondant largement sur le développement économique qui garantira la viabilité d'un Etat indépendant. Adopté en août 2009, son programme supposait que la viabilité d'un Etat repose sur des institutions publiques capables de gérer les finances publiques de façon transparente et de fournir des services efficaces à la population. [...]
    Le fayyadisme a-t-il atteint ses objectifs ? Il semble que oui, même s'il reste encore un long chemin à faire pour accéder à l'indépendance économique. Si l'Autorité palestinienne a franchi, en 2011, le seuil qui lui permet d'être prête à fonctionner comme un Etat, il n'en reste pas moins que la viabilité de l'économie palestinienne et la soutenabilité de sa croissance dépendront de trois facteurs principaux : la stabilité des recettes fiscales, l'essor du secteur privé et l'augmentation du commerce extérieur.
    Car si l'économie palestinienne a connu des taux de croissance exceptionnellement forts au cours des trois dernières années, il ne faut pas se tromper : cette croissance est attribuable, en grande partie, aux dons des bailleurs de fonds étrangers qui, en 2011, finançaient 40 % du budget palestinien. Quant à la situation fiscale de l'Autorité palestinienne, elle demeure précaire ; les droits de douane prélevés par Israël représentent 37 % des recettes publiques, alors que la fiscalité locale ne fournit que 19 % des revenus de l'Etat. [...]
    En attendant la levée totale des barrières physiques à la libre circulation, les Palestiniens ont aussi mis à profit leur main-d'oeuvre qualifiée pour lancer une activité qui n'exige pas de contact physique et direct entre les partenaires : les services informatiques, virtuels par excellence, qui sont en pleine croissance en Cisjordanie. Les flux immatériels remplacent les transactions matérielles et les nouveaux services de télécommunications surmontent les distances physiques.
    Dorénavant, près de 300 start-up palestiniennes ont pignon sur rue à Ramallah et ses environs : de plus en plus d'entreprises israéliennes sont liées par des accords de partenariat avec ces petites firmes palestiniennes de high-tech, via des contrats de sous-traitance ou de vente. Pour Israël, l'ingénieur palestinien a l'avantage d'être compétent, innovant et meilleur marché, tout en étant tout proche de la Silicon Valley israélienne.
    Aujourd'hui, l'industrie de la haute technologie est un domaine privilégié de coopération israélo-palestinienne : des activités de pointe comme la production de logiciels informatiques, les techniques d'Internet ou l'électronique voient déjà se multiplier les projets de coopération. Avec l'aide de partenaires internationaux, de nombreuses entreprises israéliennes assurent, en Israël, la formation professionnelle de techniciens et ingénieurs palestiniens qui, de retour dans leur entreprise, contribuent au développement de partenariats, joint-ventures et autres accords de coopération industrielle.
    Si la Palestine est prête pour accéder à son indépendance politique, elle est encore loin de son indépendance économique. Or après avoir jeté les infrastructures d'un Etat, les Palestiniens ont besoin d'une indépendance politique pour asseoir leur économie et enclencher un processus de croissance durable.
    A défaut de parvenir à un accord de paix avec Israël, les dirigeants palestiniens ont opté pour une reconnaissance unilatérale auprès des organisations internationales, hier l'Unesco, demain l'ONU. Ce choix ne doit pas leur faire oublier qu'Israël maîtrise encore l'intégralité des frontières extérieures et de l'espace aérien, ainsi que la majeure partie du réseau routier, de l'approvisionnement en eau et en électricité des territoires palestiniens. Seule une étroite coopération avec l'Etat juif permettra au nouvel Etat de Palestine d'effectuer un démarrage plus effectif de son économie sur un territoire viable."


"Processus de paix"

- Abbas heads to New York ahead of UN statehood bid, Khaled Abu Toameh (JP)
http://www.jpost.com/MiddleEast/Article.aspx?id=293438
   "Palestinian Authority President Mahmoud Abbas is set to head to New York on Monday to seek the UN’s approval for upgrading the PA’s status to non-member observer. PA officials, meanwhile, said they were not taking seriously Israeli and American threats to punish the PA leadership for going to the UN, noting that Arab countries have expressed readiness to compensate the Palestinians financially. On the eve of his departure, the PA organized a rally outside Abbas’s office in Ramallah in support of the statehood bid.
    Ignoring demands from the US and some EU countries, Abbas is planning to present the request to the UN this coming Thursday. Addressing his supporters, Abbas said that after obtaining the status of non-member observer, he will work toward ending the dispute between his Fatah faction and Hamas. Abbas said that “all Palestinian factions” supported the statehood bid. Last week, however, Hamas denied that it was in favor of the statehood bid at the UN.
   “I’m going to the UN to demand a just peace based on international legitimacy to achieve an independent Palestinian state with Jerusalem as its capital,” Abbas declared. He also pledged to work toward seeking the release of Palestinian “heroes” from Israeli prisons. Abbas said he was going to the UN after having won the support of all “peace-lovers and countries that believe in the Palestinians’ right to self-determination.” A large number of countries supported the statehood bid, he added. [...]
    Meanwhile, Jamal Muhaissen, a member of the Fatah Central Committee, warned that his group would not hesitate to resort to “armed struggle” in light of Israeli threats to take punitive measures against the PA because of the statehood bid. “The armed struggle is a guaranteed right for the Palestinian people to defend themselves against the Israeli threats,” Muhaissen said. “The Israeli threats are part of a policy aimed at deterring the Palestinian leadership from going to the UN.” [...]"

- Désaccords entre les formations palestiniennes sur le statut d'Etat observateur à l'ONU (AFP) - le Hamas a "salué la démarche à l'ONU pour obtenir un statut d'Etat observateur, sans concéder ni sacrifier un pouce de la terre palestinienne, de la mer (Méditerranée) au fleuve (Jourdain)"...
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/11/26/desaccords-entre-les-formations-palestiniennes-sur-le-statut-d-etat-observateur-a-l-onu_1795972_3218.html
   "Le chef en exil du Hamas, Khaled Mechaal, a apporté, lundi 26 novembre, son soutien à la démarche du président palestinien, Mahmoud Abbas, pour obtenir le statut d'Etat observateur pour la Palestine à l'ONU, a annoncé le mouvement islamiste dans un communiqué. Un autre membre de la direction en exil, Ezzat Al-Rishq, a "salué la démarche à l'ONU pour obtenir un statut d'Etat observateur, sans concéder ni sacrifier un pouce de la terre palestinienne, de la mer (Méditerranée) au fleuve (Jourdain)", en référence au territoire de la Palestine mandataire d'avant 1948, soit Israël et les Territoires palestiniens.
    Contrairement au bureau politique en exil, des dirigeants du Hamas dans la bande de Gaza, gouvernée depuis 2007 par le mouvement islamiste, ont critiqué l'initiative de M. Abbas à l'ONU, dénonçant une absence de concertation avec l'ensemble des formations palestiniennes. Le porte-parole du chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, a ainsi démenti le 22 novembre avoir approuvé la démarche de M. Abbas lors d'une conversation téléphonique, comme l'avait annoncé l'agence d'information officielle palestinienne Wafa. Un important dirigeant du Hamas à Gaza, Mahmoud Zahar, a qualifié samedi la démarche à l'ONU de "reconnaissance de renonciation officielle aux frontières de 1948". [...]"

- Conflit israélo-palestinien : où va-t-on ?, Yossi Gal (ambassadeur d’Israël en France)
http://www.lefigaro.fr/mon-figaro/2012/11/25/10001-20121125ARTFIG00144-conflit-israelo-palestien-o-va-t-on.php
   "Un cessez-le-feu vient d’être déclaré. Même  si les tirs de missiles sur Israël depuis Gaza n’ont pas immédiatement cessé, le calme semble revenu, heureusement. Mais ce n’est pas le moment de se relâcher. Nous constatons ces derniers jours que la moitié des Territoires palestiniens sont sous le contrôle du Hamas et d’un régime de terreur, et l’autre moitié est sous celui d’un leader qui persiste à éviter les négociations directes avec Israël. Deux défis majeurs et immédiats pèsent sur le conflit israélo-palestinien.
    L’initiative palestinienne à l’ONU en est le premier. Depuis quatre ans, les Palestiniens ont choisi le chemin de l’ONU plutôt que celui d’Israël. Le chemin de la confrontation plutôt que celui de la négociation. Malgré de multiples gestes de bonne volonté de la part d’Israël, les Palestiniens préfèrent toujours une action unilatérale aux négociations. C’est un jeu dangereux. À l’ONU, les dirigeants palestiniens semblent jouer avec le feu dans un contexte régional violent, incertain et instable. La question  à laquelle nous faisons face aujourd’hui est de savoir comment nous allons parvenir à la paix. Par quel chemin ? La voie choisie par le leader actuel  de l’Autorité palestinienne va dans  la mauvaise direction. C’est l’avis d’Israël mais aussi de la communauté internationale. Le défi aujourd’hui  est de convaincre Abou Mazen de revenir à la table des négociations.
    Le second défi est de tout faire pour que ne puissent se reproduire les événements que nous venons de vivre. Pour éviter cela, il nous faut d’abord nous assurer que la contrebande d’armes de terreur cesse à Gaza. Il nous faut agir pour désarmer les organisations terroristes et en terminer avec l’incitation à la haine d’Israël. Depuis sa création, l’État d’Israël fait face à de nombreux défis. Mais aujourd’hui Israël n’est plus seul à faire face aux défis qui le menacent.
    Trois observations sur la situation : la France a soutenu le droit d’Israël  à se défendre et a très clairement  dénoncé la responsabilité iranienne, «extrêmement lourde», dans  la possession par le Hamas d’armes  de longue portée. Le ministre français  des Affaires étrangères, M. Laurent Fabius, fut aussi le premier à se rendre en Israël, la semaine dernière. Cette visite en Israël a été appréciée par le premier ministre israélien et par d’autres ministres du gouvernement qui se sont entretenus avec lui.
    Observons l’Égypte. Le rôle de l’Égypte dans le règlement des derniers événements a été très important… Et enfin, les États-Unis. Une fois encore, le président Obama a montré son soutien résolu en faveur des actions d’Israël, pour cette opération et pour le droit d’Israël à se défendre. C’est la preuve que les relations étroites et amicales entre Israël et les États-Unis sont plus fortes que jamais.
    Une fois de plus le Proche-Orient  a connu une flambée de violence imposée par le Hamas depuis la bande de Gaza. Grâce à la retenue d’Israël, au calme et la détermination de ses citoyens mais aussi grâce à l’action diplomatique de pays comme la France et les États-Unis et à la médiation efficace  de l’Égypte, nous avons pu imposer un arrêt des tirs incessants de roquettes et de missiles en provenance la bande de Gaza. Agissons donc ensemble  pour transformer ces événements  tragiques en nouvelles opportunités pour la région."


Syrie

- For Syria’s new opposition head, Zionism is ‘a cancerous movement’, Elhanan Miller (Times of Israel) - "and praised Saddam Hussein for “terrifying the Jews”."
http://www.timesofisrael.com/syrian-opposition-leader-calls-zionism-a-cancerous-movement/
   "The new leader of Syria’s opposition coalition, presented by international media as a moderate Islamic cleric, has called Zionism a “cancerous movement” and praised Saddam Hussein for “terrifying the Jews.”
    Mouaz al-Khatib made the “cancerous” reference in an essay published last year titled “The role of international politics in inciting sectarian strife,” in which enumerated the possibility of coexistence between Syria’s Sunni majority and the country’s religious minorities. In it, Khatib includes a chapter titled “Jews in the eyes of the Islamic civilization society.” “The Islamic civilization clearly draws a clear distinction between Zionism as a cancerous movement and the Jews as the followers of a religion greatly respected in Islam,” Khatib wrote, but then, contradicting that statement, acknowledged ”the historic enmity between Muslims and Jews since the early days of the call to Islam.”
    Khatib has been described by international media as a moderate religious figure, capable of counterbalancing the growing influence of Islamic extremists within the ranks of the Syrian opposition. “My brothers, we lived all our lives, Sunnis, Shiites, Alawites and Druse as a one-hearted community, and with us lived our dear brothers who follow Jesus, peace be upon him,” he told a crowd of supporters in a Damascus suburb in April 2011, only one month into the uprising. But it would seem that Khatib holds a different opinion concerning the Jews.
    In an essay published in January 2007 in which he criticizes the regime of Saddam Hussein, Khatib nevertheless mentions a few of Hussein’s achievements, including “building a massive army; terrifying the Jews; and [creating] an excellent educational system.” A former Imam at the Ummayad mosque in Damascus, Khatib has repeatedly called for unity among Syria’s religious groups. Arrested four times since the outbreak of the revolution in March 2011, Khatib finally fled Syrian in the summer of 2011."
Repost 0
Published by Occam - dans Novembre 2012
commenter cet article
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 22:57

hamas-war-crime1a.png

- Hamas war crimes poster (Elder of Ziyon)
http://elderofziyon.blogspot.fr/2012/11/hamas-war-crimes-poster-1.html
   "I'm thinking of making this a series of posters. And it would be a pretty long series."

 

hamas-war-crimes-2.png

- Hamas war crimes poster (2) (Elder of Ziyon)
http://elderofziyon.blogspot.fr/2012/11/hamas-war-crimes-poster-2.html

Repost 0
Published by Occam - dans Novembre 2012
commenter cet article
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 22:56

Opération Pilier de Défense

- Le Hamas, combien de roquettes ? (AFP) - un général palestinien à la retraite, représentant les "modérés" : "Parvenir à faire souffrir l'ennemi, les Israéliens, obligés à chercher les abris, c'est un goût de victoire pour les Palestiniens."
http://www.lepoint.fr/monde/le-hamas-combien-de-roquettes-25-11-2012-1533303_24.php
   "Un bruit évoquant du papier froissé assourdit Gaza : "Tir de M75, roquette du Hamas", commente un habitué. Peu après, les sirènes hurlent à Jérusalem. Le Hamas a tenu le choc contre Israël, au prix de capacités militaires longues à reconstituer. Dès les premières heures de l'opération, Israël a annoncé la destruction de l'essentiel des roquettes de portée supérieure à 40 kilomètres, mais le Hamas et le Jihad islamique sont parvenus à en tirer plusieurs vers Tel-Aviv et Jérusalem, à une distance inédite pour les groupes armés palestiniens.
   "La décision de la résistance de frapper Tel-Aviv était la plus difficile et la plus dangereuse", explique Khader Abbas, général à la retraite de la Sécurité préventive de l'Autorité palestinienne à Gaza. "Elle a inversé les termes de l'équation" avec Israël, qui prévoyait une "opération limitée", ajoute-t-il. Selon Moukhaïmer Abou Saada, professeur de science politique à l'université Al-Azhar de Gaza, "depuis que Saddam Hussein a tiré 39 missiles sur Tel-Aviv en 1991, les Palestiniens attendaient que quelqu'un envoie le 40e".
    Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, "a dit en 2006 : 'Nous frapperons bien au-delà de Haïfa', il voulait sûrement dire Tel-Aviv, mais il n'a même pas osé le mentionner", rappelle-t-il. "Parvenir à faire souffrir l'ennemi, les Israéliens, obligés à chercher les abris, c'est un goût de victoire pour les Palestiniens." La grande inconnue, selon les experts, réside dans le nombre de roquettes restant à Gaza, sur une estimation de quelque 10 000 avant l'opération, et la capacité du Hamas à se réapprovisionner. L'armée israélienne a affirmé avoir touché 1 500 cibles, dont 19 centres de commandement, 26 sites de fabrication et de stockage d'armes et 980 lance-roquettes enterrés. [...]
    Depuis deux ans, "l'Iran a fait passer à Gaza des roquettes Fajr-5 d'une portée de 75 km via le Soudan, l'Égypte et les tunnels de contrebande. Parallèlement, le Hamas et le Jihad islamique ont fabriqué des roquettes de 200 mm dont la portée approche les 80 km, avec le savoir-faire fourni par l'Iran", écrivait mercredi le quotidien israélien Haaretz. "Une dizaine ont été tirées vers la zone de Tel-Aviv et la région de Jérusalem, la plupart étant les roquettes improvisées de 200 mm produites localement à Gaza. Le renseignement israélien considère qu'il n'en reste qu'un petit nombre", précise-t-il. [...]
    La branche armée du Hamas, les Brigades Ezzedine al-Qassam, a revendiqué le tir de 1 573 roquettes vers Israël en huit jours, dont les M75 "de fabrication locale, d'une portée de 80 km". Tous ces projectiles "ne sont pas entrés en contrebande à Gaza. Ceux qui sont tombés sur les colonies du Goush Etzion, près de Jérusalem, les M75, n'étaient pas des roquettes iraniennes, mais de fabrication Hamas", remarque Moukhaïmer Abou Saada. "Même si l'Égypte parvient à fermer les tunnels, le Hamas pourra produire ses propres roquettes" à plus longue portée. "Avant qu'Israël n'évacue Gaza en 2005, il y avait beaucoup de tunnels utilisés par le Hamas pour faire passer des armes", rappelle-t-il, "il ne sera pas facile à l'Égypte de les fermer"."

- Après 10 jours de vacances forcées, les cours reprennent ce dimanche en bordure de Gaza (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Apres-10-jours-de-vacances-forcees-les-cours-reprennent-ce-dimanche-en-bordure-d_368638.html
   "Les cours reprennent ce dimanche dans les localités israéliennes en bordure de Gaza, après une dizaines de jours de congés forcés dus aux tirs de roquettes incessants des terroristes de Gaza dans le cadre de l'opération Pilier de défense. Les écoles et jardins d'enfants rouvriront leurs portes dans les conseils régionaux d'Eshkol, Sdot Néguev, Hof Ashkelon et Shaar Hanéguev, ainsi que dans les villes d'Ofakim et de Sdérot."

- Demande pour que B. Netanyahou arrête les transferts d'argent liquide vers la Bande de Gaza (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Demande-pour-que-B_368649.html
   "Plusieurs avocats membres d'une aqssociation israélienne "Chourat Hadin" ont envoyé une lettre au Premier ministre lui demandant d'arrêter les transferts d'argent liquide vers la Bande de Gaza. En effet aujourd'hui, Binyamin Netanyahou et le ministre des Finances Youval Steinitz autoriseront le transfert par camion blindé de 13.5 millions de dollars à la Bande de Gaza."

- Fatah: We also fought against Israel in Pillar of Defense, Khaled Abu Toameh (JP) - "The Fatah groups also "welcomed" last week's terror attack against a civilian bus in Tel Aviv, in which 21 people were injured".
http://www.jpost.com/MiddleEast/Article.aspx?id=293297
   "Several armed groups belonging to Fatah in the Gaza Strip claimed Saturday that they had also fired various types of rockets and missiles at Israel during Operation Pillar of Defense. A spokesman for the groups, which are affiliated with Fatah's armed wing, Aqsa Martyrs Brigades, told reporters that his men fired 516 rockets and missiles at Israel during the conflict.
    The spokesman warned that the Fatah groups would "continue to defend the heroic Palestinian people against Israeli crimes and massacres." According to the spokesman, Fatah gunmen fought alongside members of other groups in the Gaza Strip during the IDF offensive. He urged Palestinian Authority President Mahmoud Abbas and Hamas leader Khaled Mashaal to "head immediately to the Gaza Strip to put an end to the state of despicable state of division [between Hamas and Fatah]."
    The Fatah groups also "welcomed" last week's terror attack against a civilian bus in Tel Aviv, in which 21 people were injured. The masked Fatah spokesman revealed that a member of his group, Mohamed al-Zaini, who was responsible for launching rockets and missiles at Israel, was killed in an IDF air strike. Abbas Zaki, member of the Fatah Central Committee, was quoted over the weekend as praising Hamas and Islamic Jihad for "deciding to die for the sake of the Gaza Strip." [...]"
- Une délégation du Fatah en visite à Gaza (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Une-delegation-du-Fatah-en-visite-a-Gaza_368632.html
   "Une délégation du Fatah est attendue ce dimanche à Gaza, à la demande du chef de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Selon l'agence Maan, les 11 membres de la délégation se rendront dans les hôpitaux de la région pour visiter les blessés de l'opération Pilier de défense. Ils présenteront leurs condoléances aux familles des victimes. Ils n'ont pas l'intention de rencontrer les dirigeants du Hamas ou d'entamer des contacts pour la réconciliation interpalestinienne."

- New baby names in Gaza: 'Fajr' and 'Ahmed Jabari', Elior Levy (Ynet)
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4311608,00.html
   "Less than a week after the declaration of a ceasefire between Israel and Hamas, Operation Pillar of Defense has already left its mark on the people of Gaza, in a rather unexpected way. Some parents from the Strip have decided to name their newborn babies after operation-affiliated icons – from assassinated Hamas commanders to long-range missiles fired at Israel. Muhammad al-Shafi'i Abu Nassat named his son, who was born Friday, after the Fajr missile. Naming his baby Fajr, Abu Nassat told Gaza media, was his way of expressing his gratitude to Iran, which was responsible for supplying Gaza with rockets that, according to Abu Nassat "struck the enemy for eight days."
    Amira Abu Assus, from the northern Gaza Strip, also named her child Fajr, Arabic for 'dawn', and says she picked out the name even before she went into labor last week. She said she knew that the unborn baby would have "a bright future within Palestinian resistance. He would carry the rockets whose names he bears so as to free Palestine from Israeli occupation."
    Adham Murtaja of Gaza City decided to name his son, born on Friday, after Ahmed Jabari, the Hamas military chief who was assassinated by the IDF at the onset of Operation Pillar of Defense. Murtaja said he decided to name his child Ahmed Jabari to prove to Israel that the Jabari assassination did not mean that the Palestinian nation stopped producing heroes. [...]"

- Israël allège les restrictions pesant sur les pêcheurs gazaouis, Allyn Fisher-Ilan (Reuters)
http://fr.news.yahoo.com/isra%C3%ABl-all%C3%A8ge-les-restrictions-pesant-sur-les-p%C3%AAcheurs-141549934.html
   "Le Hamas au pouvoir dans la bande de Gaza a annoncé qu'Israël a allégé samedi les restrictions imposées sur le travail des pêcheurs opérant au large des côtes de l'enclave palestinienne. Selon un communiqué d'Ismail Haniyeh, Premier ministre du gouvernement du Hamas, l'Egypte lui a notifié que l'Etat juif "autorise les pêcheurs palestiniens à opérer dans les eaux gazaouies jusqu'à 6,9 km des côtes, contre 4,8 km (jusqu'ici)". Les autorités israéliennes n'ont fait aucun commentaire sur cette annonce mais d'après le texte de l'accord de cessez-le-feu conclu mercredi sous l'égide du Caire, l'Etat juif est invité à alléger les restrictions pesant sur la bande de Gaza. [...]"
- Israël confirme des allègements pour les pêcheurs gazaouis (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Israel-confirme-des-allegements-pour-les-pecheurs-gazaouis_368592.html
   "Des responsables israéliens ont confirmé qu'en vertu des ententes sur le cessez-le-feu avec le Hamas, Israël a commencé ce samedi à octroyer certains allègements à la population civile gazaouie. Les pêcheurs palestiniens disposent désormais d'une zone de pêche doublée : ils peuvent aller jusqu'à 6 milles des côtes gazaouies pour trouver du poisson (soit 11,1 km) au lieu des 3 milles auxquels ils avaient droit jusqu'à présent."

- Photo Fraud in Gaza (Vidéo 2mn47)
http://www.youtube.com/watch?v=4HBlAf9g6dc
   "Hamas is using the media to incite public opinion against Israel. News agencies are complicit in this fraud."


France

- France : Delanoë soutient le statut d'Etat non-membre de la Palestine à l'Onu (Guysen) - il choisit apparemment Fabius contre Hollande.
http://www.guysen.com/news_France-Delanoe-soutient-le-statut-d-Etat-non-membre-de-la-Palestine-a-l-Onu_368611.html
   "Le maire PS de Paris, Bertrand Delanoë, s'est prononcé samedi en faveur de l'adhésion de la Palestine au statut d'Etat observateur de l'ONU, "souhaitant" que la France "soutienne activement" la démarche des Palestiniens. "Après l'admission de la Palestine comme membre de l'UNESCO en octobre 2011, ce statut constituerait en effet une étape importante sur le chemin de la reconnaissance d'un Etat palestinien à part entière qui permettrait au peuple palestinien, qui aspire depuis longtemps à un Etat libre et démocratique, de se constituer en tant que nation. (... ) Cette reconnaissance, ajoute Bertrand Delanoë, faciliterait la mise en place des conditions de la sécurité au Proche Orient, en premier lieu celle d'Israël, et constituerait ainsi un pas de plus vers la paix", a-t-il écrit."


Syrie, Liban & Hezbollah

- Le Hezbollah menace Israël de "milliers" de roquettes s'il attaque le Liban (AFP)
http://fr.news.yahoo.com/hezbollah-menace-isra%C3%ABl-milliers-roquettes-sil-attaque-liban-114712113.html
   "Des "milliers" de roquettes s'abattront sur Israël si ce pays attaque le Liban, a menacé dimanche le chef du puissant mouvement libanais chiite Hezbollah en répétant son soutien à l'Iran, ennemi juré de l'Etat hébreu, et aux groupes armés palestiniens. Hassan Nasrallah s'exprimait via des écrans géants devant des dizaines de milliers de ses partisans réunis dans la banlieue sud de Beyrouth pour commémorer le deuil de l'Achoura marquant le martyre de l'imam Hussein, petit-fils du prophète Mahomet et 3e imam du chiisme, mort en 680 en Irak. [...]
   "Comment Israël, qui a tremblé face à des roquettes Fajr 5 dont le nombre ne dépassait pas celui des doigts d'une main, va-t-il supporter les milliers de roquettes qui vont frapper Tel-Aviv et ailleurs que Tel-Aviv en cas d'attaque du Liban ?" a lancé le chef du mouvement armé, bête noire d'Israël. [...] Selon des responsables du Pentagone, le Hezbollah dispose de 50.000 engins balistiques, dont 40 à 50 missiles Fateh-110 capables d'atteindre Tel-Aviv et la plupart des autres régions du territoire israélien, ainsi que 10 missiles Scud-D. Pendant la guerre de juillet-août 2006 entre Israël et le Hezbollah, ce dernier avait tiré plus de 4.000 roquettes sur le nord d'Israël. [...]"

- 10 enfants tués en Syrie (Reuters)
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/11/25/97001-20121125FILWWW00219-10-enfants-tues-en-syrie.php
   "Une frappe aérienne des forces syriennes fidèles au président Bachar el-Assad, sur un village détenu par les rebelles, a tué 10 enfants dimanche, selon des militants de l'opposition, une vidéo montrant des habitants ramassant de jeunes corps. Des enfants se trouvaient dehors alors que les combats s'étaient atténués lorsque des avions de chasse ont frappé la petite ville, selon des membres de l'opposition et des habitants.
    Une séquence vidéo prise par des insurgés montre les corps inanimés de deux jeunes filles ayant été touchées à la tête et dans la nuque.  Deux autres corps, deux jeunes garçons cette fois, apparaissent également à l'arrière d'une voiture. "Aucun des tués n'avait plus de 15 ans. Parmi les 15 blessés se trouvent deux femmes", témoigne Abou Kassem, un rebelle. [...]"


Iran

- Ahmadinejad again calls to "wipe Israel off the map" (Elder of Ziyon)
http://elderofziyon.blogspot.fr/2012/11/ahmadinejad-again-calls-to-wipe-israel.html
   "From the official Iranian Mehrnews Arabic site: "Iranian President Mahmoud Ahmadinejad said that resolving the Palestinian issue does not need war, but requires a unified Islamic decision to remove the Zionist entity off the map." Again, this is the official translation from Iran, and it has been copied by many Arabic newspapers."


Monde

- Le mea culpa de l'ONU sur le Sri Lanka, Jacques Follorou (Le Monde Géo&Politique) - "en Palestine, [les victimes civiles] sont l'objet d'une surexposition médiatique à l'origine d'une mobilisation d'organisations transnationales. Certains conflits, hasard de l'histoire et de la géographie, restent en revanche oubliés du monde". Or le conflit sri-lankais "aurait fait près de 100 000 victimes, dont près de 40 000 auraient été tuées au cours des derniers mois d'affrontement" en janvier 2009 (oui, pendant que les médias se focalisaient obsessionnellement sur Plomb fondu, au bilan 40 fois moindre).
http://www.lemonde.fr/international/article/2012/11/23/le-mea-culpa-de-l-onu-sur-le-sri-lanka_1795289_3210.html
   "Les victimes des guerres civiles ne sont pas toutes égales devant l'horreur de leur sort. Certaines peuvent au moins se targuer d'être au coeur de mouvements d'indignation et de protestation internationales qui conduisent, comme en Libye, à des interventions militaires. D'autres, comme en Palestine, sont l'objet d'une surexposition médiatique à l'origine d'une mobilisation d'organisations transnationales. Certains conflits, hasard de l'histoire et de la géographie, restent en revanche oubliés du monde.
    Véritable trou noir du droit d'ingérence et exemple de non-assistance à population en danger, la guerre qui a opposé, au Sri Lanka, entre 2006 et 2009, le gouvernement à la rébellion séparatiste des Tigres de libération de l'Eelam tamoul (LTTE) a été marquée d'un silence assourdissant de la communauté internationale qui pèse encore. Chose rare, les Nations unies, dont l'une des missions principales est de protéger les civils, ont publié, mercredi 14 novembre, un rapport provisoire aux allures de mea maxima culpa sur leur propre indifférence. [...]
    Selon ce document, accessible sur le site Internet des Nations unies, "de nombreux employés de l'ONU n'ont pas estimé qu'il était de leur responsabilité d'éviter la mort de civils", en dépit d'une situation "catastrophique" sur le terrain. [...] Ce conflit, selon des estimations fournies par l'ONU, aurait fait près de 100 000 victimes, dont près de 40 000 auraient été tuées au cours des derniers mois d'affrontement entre forces gouvernementales et rebelles tamouls. Les bombardements de l'armée sri-lankaise seraient à l'origine d'une grande partie des pertes humaines. Colombo et ses alliés sont également mis en cause dans plusieurs milliers de "disparitions" entre janvier 2006 et le premier semestre 2008. Les rebelles tamouls ont, pour leur part, été accusés d'exactions et d'avoir utilisé des civils comme boucliers humains. [...]
    Selon le rapport des Nations unies, "lors des derniers mois, l'ONU a publié de nombreux communiqués accusant les LTTE de graves violations des droits de l'homme, en omettant presque tout le temps de mentionner la responsabilité du gouvernement sri-lankais. Les responsables interrogés ont indiqué qu'ils ne voulaient pas critiquer les autorités afin d'être autorisés à poursuivre leur activité humanitaire (...). L'ONU n'a jamais, pour autant, eu accès à la zone de Wanni". La commission mandatée par le secrétaire général de l'ONU conclut "à l'échec grave des Nations unies dans sa capacité de répondre aux premières alertes comme aux instants les plus critiques, et ce au détriment de centaines de milliers de civils, en contradiction avec les principes fondamentaux et les responsabilités de l'organisation". [...]"


Histoire

- Les Juifs d’Algérie (émission "La marche de l'Histoire" de France Inter, Audio 30mn) - avec Raphaël Draï comme invité.
http://www.franceinter.fr/emission-la-marche-de-l-histoire-les-juifs-d-algerie
   "Quand commence la guerre d'Algérie, ils sont quelque 130000, présents dans tout le pays. Leur origine remonte à la plus haute antiquité : ils sont arrivés avant les arabes, bien avant les français. Après 1870 et le décret Crémieux, les gouvernements à Paris leur ont proposé un pacte : la citoyenneté et la promotion sociale en échange de la francisation.
    Le prix à payer a été un éloignement progressif des arabes. Sans que la France, de son côté, garantisse toujours ses assurances. En 1940, Vichy dénaturalise les juifs et il faut une année d'atermoiements après le débarquement de novembre 1942 pour qu'ils retrouvent leurs droits. Quand commence la guerre d'Algérie, ils ont préféré oublier cet épisode. Sollicités des deux côtés, ils sont devant un choix impossible. 130000 personnes en 1954. 1962 : c'est le départ contraint pour la plupart. Retour sur ce monde englouti."
Repost 0
Published by Occam - dans Novembre 2012
commenter cet article
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 10:28

Shlomo-Cohen---Reality-TV-show.png

Shlomo-Cohen---Copy-and-Paste.png

Repost 0
Published by Occam - dans Novembre 2012
commenter cet article
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 10:27

Opération Pilier de Défense

- Les troupes israéliennes se retirent de la frontière avec Gaza (Reuters) - "À Kerem Shalom, à la frontière avec l'Égypte et Gaza, des camions transportant de l'aide alimentaire internationale ont de nouveau circulé".
http://www.lepoint.fr/monde/les-troupes-israeliennes-se-retirent-de-la-frontiere-avec-gaza-23-11-2012-1532386_24.php
   "Israël a entamé jeudi le retrait de ses troupes qui avaient été massées près de la frontière avec la bande de Gaza en vue d'une éventuelle intervention terrestre dans l'enclave palestinienne. Ce retrait survient au lendemain de la trêve conclue entre l'État hébreu et le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, à l'issue de huit jours de violences qui ont coûté la vie à 163 Palestiniens et à six Israéliens. "Du fond de la fosse aux lions, nous crions victoire !" a déclaré Abou Oubaïda, porte-parole de la branche armée du Hamas, les brigades Ezzedine Al Kassam. [...]
    Selon l'armée israélienne, les militants islamistes ont tiré en huit jours 1 500 roquettes sur Israël, faisant six morts, dont deux militaires. À titre de comparaison, 1 500 frappes israéliennes ont coûté la vie à trente hauts responsables de groupes armés palestiniens et ont neutralisé de nombreux lance-roquettes et dépôts d'armes. [...]
    À Kerem Shalom, à la frontière avec l'Égypte et Gaza, des camions transportant de l'aide alimentaire internationale ont de nouveau circulé jeudi vers un terminal où les cargaisons ont été transférées dans des camions palestiniens à l'intention des 1,2 million d'habitants de Gaza qui dépendent de cette aide.
    Le cessez-le-feu, négocié par l'Égypte, "peut durer neuf jours. Il peut durer neuf semaines. Et s'il ne tient pas, nous saurons quoi faire", a prévenu le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak. Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a accepté le cessez-le-feu quelques heures après un attentat à la bombe perpétré dans un bus à Tel-Aviv. "Je ne rêve pas de revenir à Gaza. Je suis convaincu que le Hamas ne rêve pas de revivre ce qui s'est passé cette dernière semaine, et c'est la même chose pour le Jihad islamique", a-t-il déclaré."

- Khaled Meshaal : "Le dernier conflit ouvre la voie à la guerre de libération de la Palestine" (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Khaled-Meshaal-Le-dernier-conflit-ouvre-la-voie-a-la-guerre-de-liberation-de-la-_368512.html
   "Le directeur du Bureau politique du Hamas a accordé une interview à l'agence de presse turque Anatolya dans laquelle il affirme que "le dernier conflit ouvre la voie à la guerre de libération de la Palestine". Selon lui, "la trêve actuelle n'est qu'une étape permettant la levée du blocus de Gaza". Meshaal a répété que c'est Binyamin Netanyahou qui a souhaité la trêve. "Nous ne récupérerons pas Jérusalem et le reste des territoires occupés uniquement par la négociation, mais aussi par la résistance", a-t-il ajouté, saluant les efforts de l'Egypte, du Qatar et de la Turquie pour le retour au calme."
- Gaza leader Haniyeh thanks Iran for helping make Israel ‘scream with pain’, Aaron Kalman (Times of Israel)
http://www.timesofisrael.com/gaza-leader-haniyeh-thanks-iran-for-helping-make-israel-scream-with-pain/
   "Emerging after eight days of conflict with Israel, Hamas leader Ismail Haniyeh thanked Egypt and Iran on Thursday for their support in helping make “Israel scream with pain.” [...] The strength of the Palestinians was the basis for the latest victory, and now “it’s a sign of pride to the whole world,” Hamas’s leader said. We “did not raise a white flag. Israel screamed with pain from what the resistance did to it. I thank everyone who provided us with arms and money, especially Iran.” [...]"
- Hamas: Truce agreement says nothing about stopping the flow of weapons into Gaza, Yoel Goldman (Times of Israel)
http://www.timesofisrael.com/hamas-truce-agreement-says-nothing-about-stopping-the-flow-of-weapons-into-gaza/
   "The ceasefire agreement between Israel and Hamas which ended Operation Pillar of Defense does not include Egyptian guarantees to prevent the smuggling of weapons to Gaza, said a senior Hamas official on Saturday. Izzat al-Rishq, a member of the terrorist organization’s political bureau, wrote on his Facebook page that Israel was attempting to protect its image following defeat. “It is not true what some people are saying that the ceasefire agreement included the approval of Egypt to prevent the smuggling of weapons to Gaza in conjunction with US special units … These leaks are an Israeli attempt to mitigate the impact of defeat,” he posted. [...]"

- Cessez-le-feu à Gaza : Tsahal a procédé à des tirs de semonce sur Gaza à cause d'émeutes à proximité de la frontière (Guysen)
http://www.guysen.com/news_-Cessez-le-feu-a-Gaza-Tsahal-a-procede-a-des-tirs-de-semonce-sur-Gaza-a-cause-d-_368507.html
   "Tsahal a procédé vendredi à des tirs de semonce contre des émeutiers palestiniens qui s'approchaient de la clôture de sécurité le long de la frontière sud de la bande de Gaza, selon des responsables sécuritaires israéliens. Des sources palestiniennes font état d'un mort et 7 blessés palestiniens, une information non confirmée par les responsables israéliens."
- Gaza : un Palestinien tué, le Hamas dénonce une "violation de la trêve" (AFP)
http://fr.news.yahoo.com/gaza-palestinien-tu%C3%A9-tirs-isra%C3%A9liens-103829401.html
   "[...] Interrogée par l'AFP, une porte-parole de l'armée a fait état de "désordres du côté palestinien dans le sud de la bande de Gaza près de la clôture de sécurité". "Quelque 300 Palestiniens qui tentaient de se rapprocher de la clôture de sécurité se sont livrés à quelques violences et ont endommagé la clôture. Les soldats ont procédé à des tirs de sommation en l'air, mais les Palestiniens ont continué à se rapprocher et les militaires ont alors tiré en direction des jambes", a-t-elle expliqué. Un Palestinien a réussi à entrer en Israël avant d'être renvoyé dans la bande de Gaza, a précisé la porte-parole. [...]"
- Un homme tué par un tir israélien en bordure de Gaza, Nidal al-Mughrabi (Reuters)
http://fr.news.yahoo.com/un-homme-tu%C3%A9-par-un-tir-isra%C3%A9lien-en-101033879.html
   "[...] Selon une porte-parole militaire israélienne, des dizaines de Palestiniens se trouvaient vendredi matin "près de la barrière, côté Gaza". "Ils lancent des pierres alors qu'ils tentent d'ouvrir une brèche dans la barrière", ajoute Avital Leibovich sur son compte Twitter. De source médicale palestinienne, on précise que les coups de feu ont éclaté alors que Palestiniens s'approchaient du mur de sécurité qui court le long de la frontière de Gaza, une zone déclarée interdite par les autorités israéliennes.
    Anouar Qdeih, qui était âgé de 23 ans, a été touché à la tête. Un de ses proches a déclaré à Reuters qu'il avait tenté de hisser un drapeau du Hamas sur la barrière de sécurité. Un soldat israélien a tiré en l'air à trois reprises avant que le jeune Palestinien ne soit touché à la tête. [...]"
- Cessez-le-feu à Gaza : le Jihad islamique dénonce les tirs de semonce israéliens contre les émeutiers, les Egyptiens enquêtent (Guysen)
http://www.guysen.com/news_-Cessez-le-feu-a-Gaza-le-Jihad-islamique-denonce-les-tirs-de-semonce-israeliens-_368513.html
   "Un haut responsable du Jihad islamique de Gaza, Nafaz Azam, a dénoncé vendredi les tirs de semonce de Tsahal qui auraient fait un mort et 23 blessés (selon l'agence palestinienne Ma'an) parmi les émeutiers de Khan Younis qui s'approchaient de la frontière, les qualifiant de "viol de l'accord de cessez-le-feu", précisant que "les Egyptiens ont été informés de ces évènements et ont ouvert une enquête"."
- Hamas : "Nous respecterons la trêve, malgré son viol par Israël" (Guysen)
http://www.guysen.com/news_-Cessez-le-feu-a-Gaza-Nous-respecterons-la-treve-malgre-son-viol-par-Israel-Hama_368526.html
   "Le ministre-adjoint des Affaires étrangères du hamas à Gaza, Razi Hamad, a déclaré vendredi à l'agence palestinienne Ma'an : "Israël a violé la trêve, mais nous nous engageons à respecter le cessez-le-feu". Un Palestinien a été tué vendredi et 19 autres blessés en bordure de la frontière entre Gaza et le sud d'Israël. Tsahal a tiré en l'air à l'approche des manifestants du Hamas et du Jihad islamique qui s'approchait de la barrière de sécurité, puis a tiré dans les jambes lorsque ceux-ci ont tenté de démonter la clôture, selon le porte-parole de Tsahal."
- Hamas polices border after IDF kills man (Reuters) - "In rare move, Islamists enforce fragile two-day-old truce by evacuating Gazans from 'no-go' border zone."
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4310940,00.html

- Gaza : Israël divisé sur le cessez-le-feu (AFP) - "31% se déclarent favorables au cessez-le-feu", contre 49% qui le désapprouvent.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/11/23/97001-20121123FILWWW00379-gaza-israeliens-divises-sur-le-cessez-le-feu.php
   "Les Israéliens sont divisés à propos du cessez-le-feu intervenu mercredi qui a mis fin à huit jours d'hostilités dans la bande de Gaza, selon un sondage publié aujourd'hui par le quotidien Maariv. A la question : "est-ce qu'Israël devait accepter un cessez-le-feu ou poursuivre son opération militaire ?", 49% des personnes interrogées répondent que l'armée aurait du continuer l'opération "Pilier de sécurité" tandis que 31% se déclarent favorables au cessez-le-feu et que 20% sont sans opinion. [...]"
- Only 1 in 5 think Israel ‘won’ the eight-day battle against Hamas (Times of Israel) - "The findings reflect disappointment among many Israelis that Operation Pillar of Defense ended with Hamas hailing victory and a sense that the Gaza-ruling terror group may not have been deterred for long from resuming its rocket fire on southern Israel."

- Israël : le quotidien reprend ses droits avec le cessez-le-feu (AFP, Vidéo 1mn51)
http://www.dailymotion.com/video/xvayi1_israel-le-quotidien-reprend-ses-droits-avec-le-cessez-le-feu
- Gaza vicinity farmers suffer millions in damages, Ilana Curiel (Ynet) - "Fields filled with rocket remnants await farmers returning from eight days in bomb shelters. Real challenge is not restoring their fields, they say, but receiving compensation from State".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4310937,00.html

- Israël célèbre l'efficacité de ses batteries antiroquettes, Marc Henry (Le Figaro) - "Ce matériel coûte très cher à l'usage, chaque salve de projectiles antiroquettes revenant à environ 40.000 euros alors que le coût de production de la plupart des engins tirés par les Palestiniens n'est que de quelques centaines d'euros".
http://www.lefigaro.fr/international/2012/11/23/01003-20121123ARTFIG00360-israel-celebre-l-efficacite-de-ses-batteries-antiroquettes.php
   "[...] Un consensus général entoure en revanche «Dôme de fer», le véritable «héros» de la guerre. Les cinq batteries de cette arme ultrasophistiquée qui repère puis détruit en vol les roquettes ont fait des miracles, affichant un score record de 420 roquettes interceptées et un taux de réussite de 84 %, sauvant sans doute de très nombreuses vies dans les villes du sud d'Israël telles que Beersheba, Ashdod ou Ashkelon. «Pour un coût d'environ 100 millions de shekels (20 millions d'euros), nous avons eu un retour sur investissement extraordinaire. Si “Dôme de fer” était coté en Bourse, son cours aurait été multiplié par dix en quelques jours», explique, euphorique, Avi Dichter, le ministre chargé de la défense des civils.
    La popularité de cet équipement est telle que les sites où sont déployées les batteries sont devenus des attractions très courues pour les Israéliens. Seul bémol, trois des cinq victimes des tirs de roquettes ont été tuées dans la localité de Kiryat Malachi, après le dysfonctionnement d'une des batteries. Résultat : l'opinion publique presse le gouvernement d'accélérer le déploiement d'autres «Dômes de fer». Une première enveloppe de 150 millions d'euros a été débloquée. Les États-Unis, qui ont financé partiellement le projet, ont promis une aide supplémentaire. Selon Ehoud Barak, le ministre de la Défense, treize de ces batteries sont nécessaires pour protéger l'ensemble du territoire israélien contre des roquettes d'une portée pouvant aller jusqu'à 70 km.
    Le système a l'avantage de pouvoir être transporté rapidement sur un camion vers les points les plus chauds. Il a été mis au point très rapidement après le tir d'environ 4000 roquettes vers le nord d'Israël, à l'initiative du Hezbollah, durant la guerre au Liban de l'été 2006. Dans un premier temps, de nombreux militaires se sont opposés à ce projet jugé trop «défensif» en affirmant que l'offensive constituait la meilleure dissuasion contre les roquettes. Mais le gouvernement, pressé par une population traumatisée, a tenu bon et la première batterie opérationnelle a été déployée en mars 2011.
    «Dôme de fer» a toutefois ses limites. Ce matériel coûte très cher à l'usage, chaque salve de projectiles antiroquettes revenant à environ 40.000 euros alors que le coût de production de la plupart des engins tirés par les Palestiniens n'est que de quelques centaines d'euros. De plus, «Dôme de fer» ne devient efficace qu'à plus de 7 km, si bien que les localités israéliennes limitrophes de la bande de Gaza ne peuvent pas être protégées."

- Two more of the fake PCHR "civilians" (Elder of Ziyon) - "It looks like they were not innocent civilians just standing around, but specific targets because of their terror ties."
http://elderofziyon.blogspot.fr/2012/11/two-more-of-fake-pchr-civilians.html



Analyses

- Israël n'a pas mis K.-O. le Hamas (L'Expression) - «Nous n'avons jamais dit que nous allions gagner la guerre contre le Hamas. Nous voulions les pousser à se demander si (leur combat) en valait la peine».
http://www.lexpressiondz.com/internationale/164319-israel-n-a-pas-mis-k-o-le-hamas.html
   "Israël et le Hamas affirment tous deux être sortis vainqueurs de leur dernier round de violence à Ghaza. Mais les experts doutent qu'Israël puisse emporter une victoire décisive sans une réoccupation de Ghaza, dont il ne veut pas. «Il n'est pas impossible pour un Etat de vaincre une telle organisation (de guérilla), mais pour cela, il faut que la bataille soit livrée sur son propre territoire», estime Shlomo Brom, ancien patron des affaires stratégiques de l'armée israélienne, aujourd'hui professeur à l'Université de Tel-Aviv. «Je ne pense pas qu'il y ait de précédent d'une victoire sur une organisation qui opère à partir d'un territoire qui n'est pas le vôtre», souligne M. Brom. [...]
    «Peut-on reprendre Ghaza au Hamas ? Oui, sans aucun doute, si nous voulons le faire, nous le pouvons», a répondu Dan Meridor, vice-Premier ministre israélien chargé des services de renseignements, à un journaliste de l'AFP. «Après il faudrait se demander ce que nous ferions une fois là-bas. Cette fois-ci, nous avons décidé que cela n'était pas notre objectif et nous espérons ne pas avoir à en arriver là», a-t-il souligné. «Nous n'avons jamais dit que nous allions gagner la guerre contre le Hamas. Nous voulions les pousser à se demander si (leur combat) en valait la peine», a expliqué M. Meridor. «C'est un objectif limité, et je pense qu'il a été rempli», a insisté le ministre.
    Au moment du lancement de l'agression dite «Pilier de défense» le 14 novembre, le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, a fixé quatre objectifs principaux : rétablir la capacité de dissuasion d'Israël, affaiblir les capacités des groupes armés de Ghaza à tirer des roquettes, infliger «un coup cinglant au Hamas et aux autres organisations terroristes» et protéger la population du sud d'Israël. [...]"

- Le moins pire, Alex Fishman (Yediot Aharonoth) - "L’Iran est certainement aujourd’hui le seul pays à déplorer qu’Israël n’ait pas lancé une opération terrestre à Gaza".
http://www.ambafrance-il.org/REVUE-DE-LA-PRESSE-ISRAELIENNE,10459.html
   "L’amertume ressentie par les Israéliens au lendemain du cessez-le-feu n’est pas justifiée car l’issue aurait été identique si une opération terrestre avait été lancée, voire même si la bande de Gaza avait été littéralement rasée. L’objectif de destruction des roquettes de longue portée que s’était fixé Israël a été pleinement atteint. Evidemment, nul ne se fait d’illusion et nous connaîtrons un nouveau cycle de violences. Toutefois, si l’opération « Pilier de Défense » a réussi à la retarder au maximum, c’est déjà ça.
    Le grand gagnant est le président Morsi, à qui les Américains ont promis  non seulement une aide économique très importante mais également des garanties bancaires généreuses pour des emprunts à la Banque mondiale et à l’Union européenne. Le Hamas s’est clairement positionné dans le camp égyptien face au camp iranien. Le Caire a joué le rôle central qu’il n’avait plus joué depuis longtemps dans le monde arabe. Les Israéliens ont également été surpris de découvrir un président égyptien qui, même s’il a du mal à prononcer le mot « Israël », demeure un interlocuteur fiable.
    Les grands perdants sont les Iraniens et son allié du Jihad islamique dans la bande de Gaza. Une coalition de pays arabes et occidentaux  a réussi à déjouer les tentatives de Téhéran de faire oublier la Syrie et le projet nucléaire iranien en mettant le feu à la bande de Gaza. L’Iran est certainement aujourd’hui le seul pays à déplorer qu’Israël n’ait pas lancé une opération terrestre à Gaza."

- Défaillance 2012, Ben-Dror Yemini (Maariv)
http://www.ambafrance-il.org/REVUE-DE-LA-PRESSE-ISRAELIENNE,10459.html
   "Les conditions dans lesquelles Israël a lancé l’opération étaient optimales. D’excellents renseignements, une première frappe impressionnante, un soutien international. Mais ce qui ressort avec évidence du tableau final – qui est, lui, tout à fait provisoire – c’est que l’équipe dirigeante de ce pays, Nétanyahou en tête, a encore enregistré un triste record.
    Ce n’est pas un problème de fierté nationale, ni pour la droite, ni pour la gauche ; c’est une démonstration d’imbécillité. Certes, le Hamas a essuyé de sérieux coups. Mais le Hamas n’est pas une armée. Il ressemble plutôt à une pieuvre. Sa capacité à recevoir des coups est incommensurable, et malgré toutes les frappes qui lui ont été assenées, il est parvenu à paralyser la moitié d’Israël avec des missiles et des roquettes d’une portée toujours plus longue.
    La force de dissuasion israélienne a été érodée. Le soutien international n’est venu, dès le départ, que de l’échelon politique. Dans les médias, y compris en Occident, le Hamas a à nouveau donné une belle leçon à Israël. Et, pour couronner le tout, nous sommes également témoins du retour du terrorisme dans nos rues."

- Il n'y aura pas d'accalmie, Dr. Yehouda Balanga (chercheur au Centre de recherche Begin-Sadate)
http://www.ambafrance-il.org/REVUE-DE-LA-PRESSE-ISRAELIENNE,10459.html
   "Depuis son retrait unilatéral de la bande de Gaza, Israël a lancé trois opérations d’envergure dont l’objectif déclaré était d’asséner un coup  fatal aux organisations terroristes  et de mettre un terme aux tirs de roquettes contre les localités du sud. Force est de constater qu’aucune des trois opérations n’a  obtenu l’effet escompté. Lors de l’opération « Plomb durci », qui a duré 22 jours, 700 roquettes se sont abattues sur le territoire israélien. 1300 projectiles ont été tirés pendant l’opération « Pilier de défense » ! Alors qu’à l’hiver 2009, les organisations terroristes avaient réussi à atteindre Beersheva et Ashdod, elles parviennent à l’hiver 2012 à tirer sur Tel Aviv et Jérusalem.
    L’Iran et le Jihad mondial sont aujourd’hui au Hamas ce qu’était l’Union soviétique  à l’Egypte et à la Syrie. Aussi longtemps que le Hamas restera aux commandes dans la bande de Gaza, il n’y aura pas d’accalmie et la contrebande d’armes se multipliera. Les missiles qui atteignent aujourd’hui Tel Aviv atteindront demain des villes plus au nord. Et si, sous l’ère Moubarak, l’armée égyptienne et ses 470 000 soldats n’ont pas réussi  à mettre un terme à la contrebande d’armes, pourquoi le régime islamiste des « Frères » y parviendrait-il alors qu’il est aux prises à de graves difficultés économiques ?"

- Israël-Palestine : vers un retour en 1967 ?, par Alexandre Adler (Europe 1, Vidéo 2mn55)
http://www.dailymotion.com/video/xvbjd4_israel-palestine-vers-un-retour-en-1967


Israël

- Arrestations de suspects après l'attentat de Tel Aviv, Ari Rabinovitch (Reuters)
http://fr.news.yahoo.com/arrestations-suspects-apr%C3%A8s-lattentat-tel-aviv-063905824.html
   "Les autorités israéliennes ont annoncé jeudi l'arrestation d'un Arabe israélien soupçonné d'être l'auteur de l'attentat à la bombe qui a fait 15 blessés dans un bus la veille à Tel Aviv. L'homme a été interpellé dès mercredi soir. Plusieurs Palestiniens de Cisjordanie, affiliés au Hamas et au Djihad islamique, ont également été arrêtés, soupçonnés d'avoir recruté le poseur de bombe.
    Le porte-parole de la police israélienne, Micky Rosenfeld, n'a pas donné le nombre exact de personnes arrêtées, pas plus que leurs identités. Il a simplement précisé que le suspect, après avoir laissé la bombe dans le bus, avait informé ses commanditaires qui ont déclenché l'explosion à distance avec un téléphone portable. "L'enquête se poursuit et nous nous attendons à d'autres arrestations", a dit le Shin Bet, le service de renseignement intérieur, dans un communiqué."
- Attentat de Tel-Aviv : un Arabe israélien de Taybeh a placé la bombe dans le bus (Guysen)
http://www.guysen.com/news_-Attentat-de-Tel-Aviv-un-Arabe-israelien-de-Taybeh-a-place-la-bombe-dans-le-bus_368455.html
   "D'après l'enquête du Shin Bet (Services de sécurité intérieure) sur l'attentat de Tel-Aviv, un Arabe israélien originaire de Taybeh a transporté les auteurs de l'attentat dans le véhicule de son employeur, un habitant de Jérusalem-est, qui n'était pas au courant de l'attaque en préparation. C'est grâce à ce véhicule que la bombe a été introduite à Tel-Aviv. Une fois sur place, cet habitant de Taybeh a placé la charge dans le bus, qui a été actionnée par l'un des membres de la cellule terroriste."
- Israeli Arab, formerly from West Bank, confesses to Wednesday’s Tel Aviv bus bombing, Yifa Yaakov (Times of Israel) - "Taybeh resident — who gained Israeli citizenship on family reunification grounds — was recruited by Islamist terror cell, members of which have also been arrested".
http://www.timesofisrael.com/israeli-citizen-arrested-in-connection-with-tel-aviv-blast/

- Benjamin Netanyahu en recul dans les intentions de vote, Maayan Lubell (Reuters)
http://fr.news.yahoo.com/benjamin-netanyahu-en-recul-dans-les-intentions-vote-131910306.html
   "Le mécontentement suscité par le cessez-le-feu avec le Hamas à Gaza coûte quelques points à Benjamin Netanyahu dans les intentions de vote aux élections législatives du 22 janvier mais le Premier ministre israélien est toujours donné vainqueur, selon un sondage publié vendredi par le quotidien Maariv.
    La coalition Likoud Beitenou, née de la fusion du Likoud de Netanyahu et du parti ultranationaliste de son ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, obtiendrait 37 des 120 sièges de la Knesset lors de ce scrutin anticipé. Un précédent sondage, réalisé avant les huit jours de l'opération "Pilier de défense" lancée par l'armée israélienne contre le territoire palestinien, la créditait de 43 sièges. Actuellement, les deux partis comptent 42 députés à la Knesset. [...]
     Contrairement au chef du gouvernement, le ministre de la Défense Ehud Barak, un centriste, semble sortir renforcé de l'opération contre Gaza. Son petit parti Hatzmaout (Indépendance) peut espérer obtenir quatre sièges, alors que les précédents sondages ne lui en accordaient aucun. Selon le sondage de Maariv, le centre gauche obtiendrait 50 sièges, la Parti travailliste à lui seul passant de huit à 22 sièges.
    Le parti centriste Kadima, actuellement le plus important à la Knesset, semble en pleine déconfiture et passerait de 28 à deux sièges. L'ancienne ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni, qui a dû abandonner en mars dernier la direction de Kadima, devrait annoncer la semaine prochaine qu'elle se présentera à la tête d'une nouvelle formation centriste qui peut espérer gagner huit sièges de députés."
http://www.timesofisrael.com/only-1-in-5-think-israel-won-the-eight-day-battle-against-hamas/
- Ceasefire puts Netanyahu on the defensive, but he likely won’t have to worry come January, Raphael Ahren (Times of Israel) - "Indeed, the first poll released after the end of the offensive shows the united Likud-Beytenu list, headed by Netanyahu and Foreign Minister Avigdor Liberman, taking a serious hit, while second-placed Labor remains strong."
http://www.timesofisrael.com/ceasefire-puts-netanyahu-on-the-defensive-but-he-likely-wont-have-to-worry-come-january/

- Cocktail Molotov sur le tram à Jérusalem (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Cocktail-Molotov-sur-le-tram-a-Jerusalem_368448.html
   "Un cocktail Molotov a a été lancé sur le tram à Jérusalem, alors qu'il se trouvait dans le quartier arabe de Beit Hanina. L'engin incendiaire a explosé mais sans prendre feu. On ne déplore aucun blessé. La police a ouvert l'enquête."


Judée-Samarie

- Hamas supporters celebrate in the West Bank (Reuters, Vidéo 1mn22)
http://www.dailymotion.com/video/xvbsyu_hamas-supporters-celebrate-in-the-west-bank
- Territoires disputés : manifestation du Hamas à Ramallah, Hébron et Tulkarm aux cris de "la prochaine fois nous bombarderons Haïfa" (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Territoires-disputes-manifestation-du-Hamas-a-Ramallah-Hebron-et-Tulkarm-aux-cri_368523.html
   "Les partisans du Hamas manifestent actuellement à Ramallah, siège de l'Autorité palestinienne sous le slogan : "Unité et victoire". Les manifestants rendent hommage à Ahmed Jaabari, le commandant militaire du mouvement terroriste éliminé le 14 novembre dernier par Tsahal et promettent de bombarder "la prochaine fois Haïfa". Des manifestations se déroulent également à Hébron et Tulkarm."
- Hamas ‘victory’ sparks fighting spirit in the West Bank, Elhanan Miller (Times of Israel) - "Activism inspired by ‘steadfast’ rocket-firing Islamists in Gaza seems to be rising across the territories and East Jerusalem, with Palestinians increasingly dismissive of negotiations".
http://www.timesofisrael.com/hamas-victory-gives-west-bank-a-fighting-spirit/

- 300 oliviers palestiniens dégradés près d'Hébron (Guysen)
http://www.guysen.com/news_300-oliviers-palestiniens-degrades-pres-d-Hebron_368447.html
   "Quelque 300 oliviers ont été détériorés près du village palestinien de Hirbat al-Karmel, au sud d'Hébron. Les inscriptions ''Prix à payer'' et ''le bonjour de Tel-Aviv et de Béersheva'' ont été taguées à proximité. La police a ouvert l'enquête."


"Processus de paix"

- After Gaza, focus turns to Palestinian bid at UN, Herb Keinon (JP) - “If the Palestinians go to the UN and get recognition, next time there is a rocket attack from Gaza, why can’t we attack Ramallah, and why can’t we take them to the ICC and accuse them of war crimes?”
http://www.jpost.com/DiplomacyAndPolitics/Article.aspx?id=293166
   "Washington is urging Israel not to allow construction in the area known as E-1 between Jerusalem and Ma’aleh Adumim as a possible response to the Palestinian bid for statehood recognition next week at the UN, The Jerusalem Post has learned. Building in E-1, which would create contiguity between Jerusalem and Ma’aleh Adumim to the northeast beyond the Green Line, is something various Israeli governments have long wanted to do, but which US opposition has prevented. Building there is one of a number of measures Jerusalem has discussed as a possible retaliation for a Palestinian statehood bid.
    Palestinian Authority President Mahmoud Abbas and other PA spokespeople have made clear in recent days that they intend to bring a resolution to the UN General Assembly, possibly as early as Thursday, November 29, which is the anniversary of the 1947 UN partition vote. Diplomatic officials said the recent fighting in the Gaza Strip would likely serve as an even greater impetus for Abbas to bring the measure to the UN, in an attempt to make himself – and the PA – relevant after being sidelined throughout the eight-day crisis.
    EU foreign policy chief Catherine Ashton has come out publicly against the move, as have a number of key EU countries, such as Britain, Germany and France. [...]
    Even during the height of the Gaza crisis, Netanyahu, during numerous talks he held with various world leaders, raised this issue. According to government sources, Netanyahu asked his interlocutors why they were not calling on Abbas to stop the rockets from Gaza. “They would tell him to ‘get serious,’ and that Abbas has no control, to which Netanyahu would reply, ‘So what is all the talk about statehood recognition at the UN,’” one source said. The idea, he added, was to demonstrate how divorced from reality the whole UN proposal was, and how Abbas needed to be convinced not to go through with the plan.
    Further, the source asked, “If the Palestinians go to the UN and get recognition, next time there is a rocket attack from Gaza, why can’t we attack Ramallah, and why can’t we take them to the ICC and accuse them of war crimes?” Reuters contributed to this report."


Iran

- L'Iran estime que la trêve à Gaza atteste de l'affaiblissement d'Israël (Guysen)
http://www.guysen.com/news_L-Iran-estime-que-la-treve-a-Gaza-atteste-de-l-affaiblissement-d-Israel_368449.html
   "La trêve entrée en vigueur à Gaza révèle "l'affaiblissement grandissant" d'Israël, a affirmé jeudi le secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale iranien, Saïd Jalili, en réaffirmant le soutien de son pays aux groupes armés palestiniens. "Accepter la défaite (seulement) après huit jours, révèle l'affaiblissement grandissant du régime sioniste", a affirmé M. Jalili."
- Iran : le président iranien et le chef du Hamas se congratulent (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Iran-le-president-iranien-et-le-chef-du-Hamas-se-congratulent_368555.html
   "Le présdient Ahmadinejad et le leader du Hamas Ismael Haniyeh se sont téléphonés hier pour se congratuler mutuellement. Les violences de ces 10 derniers jours représentent une grande victoire selon eux, dans leur lutte contre Israël."


France

- Des inscriptions hostiles à Israël à Neuilly (AFP)
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/11/23/97001-20121123FILWWW00460-des-inscriptions-hostiles-a-israel-a-neuilly.php
   "Des inscriptions hostiles à Israël et à la police ont été découvertes dans la nuit sur la façade du théâtre municipal de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine). Vers 02H00, le gardien du théâtre a alerté la police après que des tags anti-police et anti-Israël ont été retrouvés sur la façade du bâtiment communal, selon une source policière. [...]"

- Agence France-Presse perpetuates a Hamas lie, Tamar Sternthal (director of the Israel Office of CAMERA) - "AFP alone did not respond to direct calls to correct or otherwise address the egregious misinformation. AFP Jerusalem bureau chief Philippe Agret and photo editor Marco Longari did not lift a finger to correct the record even when they were informed that the Telegraph reported that “experts from the Palestinian Centre for Human Rights who visited the site on Saturday said they believed that the explosion was caused by a Palestinian rocket.” This is the second time this year that AFP has refused to clarify a photo caption which falsely blamed Israel for a Palestinian casualty despite an abundance of contradictory information."
http://blogs.timesofisrael.com/afp-is-once-again-a-willing-accomplice-in-a-hamas-lie/


Europe

- Gaza : 2.000 manifestants à Sarajevo (AFP) - "Sionistes, terroristes !"
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/11/23/97001-20121123FILWWW00738-gaza-2000-manifestants-a-sarajevo.php
   "Environ 2.000 musulmans ont manifesté aujourd'hui à Sarajevo contre la récente opération israélienne contre les groupes armés dans la bande de Gaza, qualifiée d'"agression contre les Palestiniens", a constaté un journaliste de l'AFP. "Israël, terroristes !" ou "Sionistes, terroristes !", scandait la foule, composée essentiellement de musulmans de Bosnie et de jeunes d'origine arabe ou turque étudiant dans ce pays des Balkans peuplé majoritairement de musulmans.
    Portant des drapeaux palestiniens et des pancartes condamnant notamment l'"agression sanguinaire contre Gaza", les manifestants ont défilé pendant une heure environ dans les rues du centre de Sarajevo. La foule a également scandé "Allah akbar !" ("Dieu est le plus grand !") et "La Palestine libre, à bas Israël". "On voit que beaucoup d'enfants sont victimes, ce qui rend ce crime encore pire contre le peuple palestinien", a déclaré Danijel Senkic, président de l'ONG Front, un des organisateurs de la manifestation. [...]"
Repost 0
Published by Occam - dans Novembre 2012
commenter cet article

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages