Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 20:45

Dry-Bones---Looking-for-cheeses.gif

 

http://drybonesblog.blogspot.com/2011/06/happy-holidays.html

 

"Il est de coutume, dans l’ensemble des communautés juives (à l’exception des yéménites), de consommer à Chavouot laitages et fromages. Parmi les raisons avancées : la Torah est comparée au lait ; l’appellation du mont Sinaï dans le 68e psaume (Gavnounim) évoque le fromage (gvina) ; les enfants d’Israël, après avoir reçu les lois de la cacherout sur le Sinaï, ne consommèrent plus que des plats lactés jusqu’à ce qu’ils aient fini de cachériser leurs ustensiles par ébouillantage."

http://fr.wikipedia.org/wiki/Chavouot

Repost 0
Published by Occam - dans Juin 2011
commenter cet article
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 20:43

France

- Le Figaro : Tsahal tue des enfants palestiniens (Philosémitisme)
http://philosemitismeblog.blogspot.com/2011/06/le-figaro-tsahal-tue-des-enfants.html
   "Le Figaro a publié un article d'Anthony Palou sur le reportage de Mélissa Theuriau (envoyée spéciale de M6) ayant comme thème "Gaza lambeau de terre asphyxié", "sous la menace permanente des bombardements". Comme d'habitude on oublie de dire qu'il suffirait que les autorités de Gaza reconnaissent le droit d'existence d'Israël et renoncent au terrorisme et aux bombes humaines pour que la vie de ses habitants se transforme radicalement. Mais non, ni le mot terrorisme ni le mot antisémitisme ne font partie du narratif anti-israélien qui est la norme dans les médias européens. Extraits :
   "Chaque jour, il descend dans ce trou de 30 mètres de profondeur au péril de sa vie qui a déjà touché le fond. Sa vie? Celle d'une taupe. Il rampe dans un boyau d'à peine un mètre de haut. Température moyenne? 40°. Pour survivre, on se drogue au tramadol, un antidouleur, analgésique proche de la morphine qui n'a pas que des vertus: baisse de l'acuité visuelle, perte de la mémoire, problèmes d'élocution. Saqer a neuf frères et soeurs. Son salaire de 6 à 10 eur par jour lui permet de "soigner" son petit frère de 6 mois, qui a de l'eau dans le cerveau et est atteint d'une insuffisance respiratoire sévère. Ici, on se marie entre cousins, frère et soeur. À cause des frontières fermées [1].
    Les maladies congénitales sont la première cause de mortalité infantile. Deux adolescents de 14 ans partent travailler aux champs dans l'une des zones les plus fertiles de la région. La plus dangereuse. Ce que l'on appelle les "zones tampons", frontalières, âprement surveillées par l'armée israélienne. Les mitrailleuses automatiques veillent, feu sourd. Quarante-huit Palestiniens dont huit enfants y ont été abattus depuis un an et demi."

    Nous ne sommes pas loin de l'accusation de crime rituel dont furent victimes les Juifs européens [...]
[1] Au Royaume-Uni (qui n'est pas Gaza et dont les frontières ne sont pas fermées) le phénomène est connu au sein de la communauté musulmane (Voir cet article de 2008 "Minister: Muslim 'inbreeding' in Britain is causing massive surge in birth defects" et celui-ci publié le 3 juin : "Deformed babies and a shameful conspiracy of silence")"

- Caroline Fourest répond aux attaques de Pascal Boniface qui la traite de "menteuse" (RMC, Vidéo 1mn53) - "Ce que je n'accepte pas de la part de Pascal Boniface, c'est de laisser planer le soupçon que toute personne qui a travaillé sur l'intégrisme, et notamment sur l'intégrisme musulman, est vendu au "lobby sioniste". Parce que c'est son grand problème et sa grande obsession."
http://www.dailymotion.com/video/xj5ze6_quand-caroline-fourest-delire-sur-pascal-boniface-rmc-gg_news

- Commentaire haineux du jour sur Le Monde.fr :
http://www.lemonde.fr/idees/reactions/2011/06/07/1967-2011-les-palestiniens-n-attendront-pas-quarante-annees-de-plus_1532685_3232.html
- Joker (06h40)
   "Les chose sont claires :Israël s'est construit par un processus de spoliation qui en 1948 abouti à une épuration ethnique :750 000 Palestiniens chassés de chez eux . [...] Le problème est l'impunité constante d'Israël."


Israël

- 200.000 Israéliens dans les parcs naturels pendant Chavouot (Guysen)
http://www.guysen.com/news_200_315979.html
   "Quelque 200,000 Israéliens ont visité les parcs naturels du pays ce mercredi où l'on célèbre Chavouot. Beaucoup de personnes se sont notamment rendues dans la région de Gilboa, au Mont Tabor et dans les forêts de Galilée occidentale."


Gaza & Hamas

- Palestinians: Egypt and Hamas reopen Rafah crossing with Gaza (AP)
http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/palestinians-egypt-and-hamas-reopen-rafah-crossing-with-gaza-1.366617
   "A Palestinian official said Wednesday the Gaza Strip's militant rulers have reopened the territory's chief gateway to the world after reaching an agreement with neighboring Egypt. Egypt had closed the passage without notice on Saturday and angry Palestinians stormed the gates in protest. An Egyptian security source said the terminal at Rafah, Gaza's only gateway not controlled by Israel, had been shut for maintenance. Officials in Gaza said they had not been notified beforehand. Hamas abruptly shut down the terminal a day later, citing repeated delays at the crossing.
    [...] tensions over conditions at the Rafah terminal have been building since Hamas accused Egypt this week of placing limits on the number of people allowed through. On Wednesday, terminal director Ayoub Abu Shaer said the crossing was reopened after Hamas reached an unspecified agreement with Egypt. Abu Shaer said priority for passage will be given to medical cases and to people who were unable to leave Gaza late last week."

- Gaza : le ministre de la Santé met en garde contre un manque de médicaments (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Gaza-le-ministre-de-la-Sante-met-en-garde-contre-un-manque-de-medicaments_315977.html
   "Le ministre de la Santé de la Bande de Gaza a informé ce mercredi d'un manque de médicaments et accuse l'Autorité palestinienne d'en être responsable."


"Processus de paix"

- Barack Obama redécouvre l'Europe, Corine Lesnes (Le Monde) - "La Maison Blanche craint d'être isolée lorsque viendra le moment de se prononcer - si les Palestiniens confirment leur projet - sur la reconnaissance de l'Etat palestinien, en septembre à l'ONU".
http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2011/06/08/barack-obama-redecouvre-l-europe_1533417_3222.html
   "Jamais les Européens n'ont vu pareil tapis rouge. Deux ans et demi après son arrivée à la Maison Blanche, Barack Obama leur offre les égards qu'ils attendaient en 2009. A l'époque, le jeune président avait d'autres priorités : l'Asie, le monde arabe. Et il méprisait ostensiblement les querelles de préséance qui font l'ordinaire de l'Union. Mardi, en recevant Angela Merkel pour une visite d'Etat qui n'en porte pas le nom parce que la chancelière n'est "que" chef de gouvernement, c'est lui-même qui s'est trouvé à justifier la complexité du processus de décision à vingt-sept.
    De l'avis des experts, aussi bien que des diplomates de l'Union, la visite de la chancelière allemande, après la tournée en Europe de M. Obama, fin mai, et sa participation au G8 de Deauville, traduit une inflexion de la politique étrangère américaine. "Sans aller jusqu'à se détourner de l'Europe, l'administration manifestait une impatience face aux Européens, une frustration. Elle a fait son apprentissage", dit le professeur Charles Kupchan, du think-tank Council on Foreign Relations. [...] Pourquoi maintenant ? Pourquoi ces égards tout à coup ? "Il s'est révélé difficile de travailler avec la Chine, avec le Brésil. Difficile d'obtenir quelque chose des Turcs. Obama a redécouvert qu'iln'y apas de meilleur partenaire que l'Europe", explique Charles Kupchan. [...]
    M. Obama courtise aussi les Européens sur la question israélo-palestinienne. La Maison Blanche craint d'être isolée lorsque viendra le moment de se prononcer - si les Palestiniens confirment leur projet - sur la reconnaissance de l'Etat palestinien, en septembre à l'ONU. Le président voudrait éviter l'image d'un seul vote américain aux côtés des Israéliens, ce qui serait "difficile à présenter comme un succès de la diplomatie américaine", selon la formule du ministre français Alain Juppé. Clairement, Mme Merkel a fait comprendre qu'elle serait de son côté et qu'elle était hostile à toute action palestinienne "unilatérale".
    Pour les Européens, la reconnaissance s'annonce comme un facteur puissant de division. Les Néerlandais, comme les Allemands, devraient se ranger du côté américain. Le Britannique David Cameron a répété devant M. Obama que le Royaume-Uni "prendrait ses responsabilités", formule qui est celle qu'emploient aussi les Français, dans l'hypothèse où leur idée de conférence de paix, avant ce rendez-vous, n'aboutirait pas. Nicolas Sarkozy pourrait être tenté de ravir le manteau de défenseur du monde arabe qu'avait arboré Barack Obama en début de mandat."

- Obama: Palestinians should avoid seeking UN recognition for statehood (Reuters) - "Obama has repeatedly called on the Palestinians to enter negotiations with Israel and not appeal to the UN for statehood, calling the move a mistake".
http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/obama-palestinians-should-avoid-seeking-un-recognition-for-statehood-1.366569
   "U.S. President Barack Obama said on Tuesday he and German Chancellor Angela Merkel agreed that any Palestinian effort to seek UN recognition for statehood should be avoided. Obama, who was reiterating his own position on the issue, was speaking at a news conference after White House talks with Merkel. Obama has said in the past that a unilateral UN recognition of an independent Palestinian state would be a meaningless empty gesture.
    During Tuesday's news conference, Merkel stressed that "unilateral measures are not helping at all" to bring about a two-state solution. Obama has repeatedly called on the Palestinians to enter negotiations with Israel and not appeal to the UN for statehood, calling the move a mistake. "The United Nations can achieve a lot of important work, what it is not going to be able to do is deliver a Palestinian state," Obama said last week in a joint conference with British Prime Minister David Cameron. "The only way to see a Palestinian state is if Palestinians and Israelis agree on a just peace"."

- PA: 1967 lines or statehood declaration (Ynet)
http://www.ynet.co.il/english/articles/0,7340,L-4079641,00.html
   "The Palestinians demanded Tuesday that Prime Minister Benjamin Netanyahu accept a US initiative to return to the 1967 lines, the Washington Post reported. Chief Palestinian negotiator Saeb Erekat announced in Washington Tuesday that his government was willing to suspend a UN bid for statehood declaration and renew peace talks if Israel accepts the plan for withdrawal to the '67 lines, laid out in a Mideast policy speech by US President Barack Obama. Erekat met with US Secretary of State Hillary Clinton as well as other White House officials. The Post quoted him as saying that peace talks must be based on return to the aforementioned borders with exchanges of territory, as enumerated by Obama.
    The main difference to former Palestinian demands was that Erekat did not demand Israel freeze West Bank settlement activity as a precondition to talks. The negotiator says that unless Netanyahu declares he is willing to return to the 1967 lines with mutual exchanges of land, the peace talks will remain at an impasse and the Palestinian Authority will go ahead with its declaration of statehood at the UN General Assembly in September. The bid will begin to take form on July 15, Erekat said during his speech, given at a conference on the Middle East held by the Saban Center for Middle East Policy."

- Remembering Six Days in 1967, Michael Oren (Israel's ambassador to the United States and author of Six Days of War: June 1967 and the Making of the Modern Middle East) - "Israel's insistence on defensible borders is a prerequisite for peace and a safeguard against a return to the Arab illusions and Israeli fears of June 1967".
http://www.foreignpolicy.com/articles/2011/06/06/remembering_six_days_in_1967?sms_ss=twitter&at_xt=4ded08491a6b2be4,0
   ""We shall destroy Israel and its inhabitants," declared Palestine Liberation Organization leader Ahmad al-Shuqayri. "As for the survivors -- if there are any -- the boats are ready to deport them." A half-million Arab soldiers and more than 5,000 tanks converged on Israel from every direction, including the West Bank, then part of Jordan. Their plans called for obliterating Israel's army, conquering the country, and killing large numbers of civilians. Iraqi President Abdul Rahman Arif said the Arab goal was to wipe Israel off the map: "We shall, God willing, meet in Tel Aviv and Haifa."
    This was the fate awaiting Israel on June 4, 1967. Many Israelis feverishly dug trenches and filled sandbags, while others secretly dug 10,000 graves for the presumed victims. Some 14,000 hospital beds were arranged and gas masks distributed to the civilian population. The Israel Defense Forces (IDF) prepared to launch a pre-emptive strike to neutralize Egypt, the most powerful Arab state, but the threat of invasion by other Arab armies remained.
    Israel's borders at the time were demarcated by the armistice lines established at the end of Israel's war of independence 18 years earlier. These lines left Israel a mere 9 miles wide at its most populous area. Israelis faced mountains to the east and the sea to their backs and, in West Jerusalem, were virtually surrounded by hostile forces. In 1948, Arab troops nearly cut the country in half at its narrow waist and laid siege to Jerusalem, depriving 100,000 Jews of food and water.
    The Arabs readied to strike -- but Israel did not wait. "We will suffer many losses, but we have no other choice," explained IDF Chief of Staff Yitzhak Rabin. The next morning, on June 5, Israeli jets and tanks launched a surprise attack against Egypt, destroying 204 of its planes in the first half-hour. By the end of the first morning of fighting, the Israeli Air Force had destroyed 286 of Egypt's 420 combat aircraft, 13 air bases, and 23 radar stations and anti-aircraft sites. It was the most successful single operation in aerial military history.
    But, as feared, other Arab forces attacked. Enemy planes struck Israeli cities along the narrow waist, including Hadera, Netanya, Kfar Saba, and the northern suburbs of Tel Aviv; and thousands of artillery shells fired from the West Bank pummeled greater Tel Aviv and West Jerusalem. Ground forces, meanwhile, moved to encircle Jerusalem's Jewish neighborhoods as they did in 1948.
    In six days, Israel repelled these incursions and established secure boundaries. It drove the Egyptians from the Gaza Strip and the Sinai Peninsula, and the Syrians, who had also opened fire, from the Golan Heights. Most significantly, Israel replaced the indefensible armistice lines by reuniting Jerusalem and capturing the West Bank from Jordan.
    The Six-Day War furnished Israel with the territory and permanence necessary for achieving peace with Egypt and Jordan. It transformed Jerusalem from a divided backwater into a thriving capital, free for the first time to adherents of all faiths. It reconnected the Jewish people to our ancestral homeland in Judea and Samaria, inspiring many thousands to move there. But it also made us aware that another people -- the Palestinians -- inhabited that land and that we would have to share it.
    As early as the summer of 1967, Israel proposed autonomy for the Palestinians in the West Bank and later, in 2000 and 2008, full statehood. Unfortunately, Palestinian leaders rejected these offers. In 2005, Israel uprooted all 8,000 of its citizens living in Gaza, giving the Palestinians the opportunity for self-determination. Instead, they turned Gaza into a Hamas-run terrorist state that has launched thousands of rockets into Israel. Now, the Palestinian Authority in the West Bank intends to unilaterally declare statehood at the United Nations without making peace. It has also united with Gaza's Hamas regime, which demands Israel's destruction.
    In spite of the Palestinians' record of rejection and violence, Israel remains committed to the vision of two states living side by side in peace. But peace is predicated on security and on our ability to defend ourselves if the peace breaks down. Such provisions are crucial in the Middle East, where the governments of Israel's neighbors might change tomorrow. As such, we seek the demilitarization of the Palestinian state as well as a long-term IDF presence along the Jordan River to prevent rocket smuggling, as has occurred in Gaza. Moreover, we need defensible borders to ensure that Israel will never again pose an attractive target for attack.
    For this reason, Israel appreciates U.S. President Barack Obama's opposition to unilaterally declared Palestinian statehood and negotiations with Hamas, which refuses to recognize Israel, uphold previous peace agreements, and disavow terrorism. Similarly, we support the president's call for the nonmilitarization of any future Palestinian state that must be capable of assuming "security responsibility." In his recent address to a joint meeting of the U.S. Congress, Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu affirmed the president's statement that the negotiated border will be "different than the one that existed on June 4, 1967."
    Forty-four years after Arab forces sought to exploit the vulnerable armistice lines, it remains clear that Israel cannot return to those lines. And 44 years after the United Nations, through Resolution 242, indicated that Israel would not have to forfeit all of the captured territories and must achieve "secure and recognized boundaries," the unsecure and unrecognized armistice lines must not be revived. Israel's insistence on defensible borders is a prerequisite for peace and a safeguard against a return to the Arab illusions and Israeli fears of June 1967."


Egypte

- À quoi joue l’armée égyptienne ?, Jean-Noël Ferrié (Directeur de recherche CNRS) - "l’alliance de deux conservatismes – celui des militaires et celui des Frères – a permis de stabiliser la situation au profit des élites gouvernantes et de conserver l’essentiel des rouages du régime qui a largement survécu au départ de son chef".
http://www.telos-eu.com/fr/article/a-quoi-joue-l-armee-egyptienne
   "La mise en avant des crimes attribués à la famille Moubarak peut occuper l’opinion publique un certain temps. C’est probablement le calcul des militaires et de leurs alliés. Mais cette gestion tactique de la révolution égyptienne cache de plus en plus mal l’immobilisme des élites. Que souhaitent les militaires et quelles sont leurs stratégies ?
    Rappelons les faits : l’afflux de manifestants place Tahrir entraîne le départ de Hosni Moubarak, parce que les militaires lui ont fait défaut. Il est difficile d’entrer dans l’esprit d’acteurs que l’on ne connaît que fort peu, mais il semble clair que l’intervention de l’armée, à l’encontre de celui qui était constitutionnellement et symboliquement son chef, fut motivée par le désir d’en finir avec un scénario de succession – Gamal Moubarak succédant à son père – dont elle ne voulait pas et d’éviter que le pays ne sombre dans le désordre. C’était d’autant plus facile que les demandes des manifestants se focalisaient sur Moubarak, en faisant la source de tous les maux du pays. C’est dans cette logique que l’armée a géré l’après-Moubarak.
    Mais plutôt que de s’entendre avec les libéraux de la place Tahrir et de favoriser une prise en compte des revendications multiples émergeant derrière leur détestation du chef de l’Etat, elle s’est attachée à clore la crise politique, notamment en adoptant un calendrier constitutionnel serré (réforme constitutionnelle limité aux conditions d’élection du Président, élections législative à l’automne, présidentielle à suivre), qui leur était défavorable, et en se rapprochant des Frères musulmans. Ces derniers, qui n’avaient rejoint le mouvement protestataire que tardivement, en devinrent alors les premiers bénéficiaires parmi les opposants. Les Frères musulmans ont ainsi participé à la première réforme constitutionnelle et soutenu le référendum pour son adoption que refusaient les révolutionnaires de la place Tahrir et leurs soutiens, notamment Mohammed El Baradai.
    En résumé, l’alliance de deux conservatismes – celui des militaires et celui des Frères – a permis de stabiliser la situation au profit des élites gouvernantes et de conserver l’essentiel des rouages du régime qui a largement survécu au départ de son chef. Il n’est pas douteux que la plupart des membres de l’ancien parti présidentiel, le PND, eux-mêmes parfaitement conservateurs (notamment du point de vue religieux) et qui sont avant tout des notables, se sont recasés ou se recaseront aisément dans ce paysage faiblement modifié. Il reste, toutefois, à consolider cet état de choses.
    La réussite de cette opération implique de faire peser la responsabilité de tout ce qui ne va pas, non sur l’armature institutionnelle et l’ordre social du pays, mais sur un « clan » d’accapareurs. Depuis plusieurs semaines, l’appareil judiciaire s’en prend à d’anciens ministres et à la famille Moubarak, documentant l’accusation de prédation par des listes de biens et de comptes bancaires. L’ancien chef de l’État et ses fils ont été déférés devant un tribunal pénal pour la répression des manifestations et pour détournement de fonds. Il ne fait pas de doute qu’il s’agisse d’un procès politique. Dans la forme tout d’abord, puisqu’on ne peut qu’être dubitatif sur le sérieux d’une instruction si courte à propos de faits aussi complexes à établir.
    Dans le fond ensuite, en entendant « politique » dans le sens de « stratégique ». La mise en procès des Moubarak c’est, si l’on peut ainsi dire, l’arbre d’une justice « révolutionnaire », c’est-à-dire rapide et exemplaire – en fait, sommaire –, destiné à cacher la forêt de la normalisation. Il s’agit d’attester publiquement que la faute de tout revient aux Moubarak et à leurs proches ; et, en même temps, de couper l’herbe sous les pieds des libéraux de la place Tahrir qui, en ayant fait du départ puis de la mise en jugement de l’ancien chef de l’État le mot d’ordre de leur mouvement, auront du mal à rebondir sur d’autres revendications. Il est infiniment plus simple de créer des solidarités contre un homme que de rassembler sur un programme. Bref, le procès est censé donner l’illusion d’une révolution qui continue, là où aucune révolution n’a eu lieu.
    Cette opération peut-elle réussir ? Il est clair (ou il devrait l’être) que les problèmes économiques et les considérables déséquilibres sociaux de l’Égypte ne sont pas la conséquence de la prédation attribuée au « clan » Moubarak. Le socialisme nassérien, l’affairisme effréné inauguré par Sadate, le libéralisme colbertiste de la période Moubarak, sorte de chat-chien produisant de l’immobilisme au prétexte de produire de la stabilité, sont les vraies raisons de la situation actuelle. Que l’autoritarisme et, surtout, l’indécente longévité politique de l’ancien chef de l’État portent une importante part de responsabilité dans celle-ci est une évidence ; mais cette responsabilité est celle d’avoir conduit de mauvaises politiques publiques et, souvent, pour de mauvaises raisons ou de n’être pas allé au bout des bonnes politiques publiques et, toujours, pour de mauvaises raisons.
    De manière générale, ont été écartées toutes les politiques qui pouvaient entraîner des troubles sociaux et ont été négligés tous les domaines d’activités de l’Etat qui ne risquaient pas d’en provoquer. Ce fut, notamment, le cas de la santé ou de la protection sociale. Le régime autoritaire s’est donné les moyens de se maintenir au lieu de se donner les moyens de conduire les réformes nécessaires, sa force se mâtinant de beaucoup de faiblesse. Or, c’est l’appareil de ce régime, admirablement rompu à l’immobilisme, qui demeure aux commandes, comme demeure la situation structurelle – économique et sociale – de l’Égypte.
    La mise en avant des crimes attribués à la famille Moubarak pourra peut-être occuper un certain temps l’opinion publique. C’est probablement le calcul des militaires et de leurs alliés. Ceci devrait permettre de poursuivre l’application du calendrier constitutionnel rapide et d’élire le Parlement puis le président sans trop de remous, dotant le régime d’une légitimité nouvelle et difficilement contestable. Ainsi s’achèverait l’épisode dit « révolutionnaire ».
    Il aurait amené deux changements majeurs. En premier, rattacher les gouvernants aux gouvernés en explicitant leurs dépendances vis-à-vis d’eux, un mouvement de protestation tenace mais loin d’être immense ayant réussi à faire partir un président installé depuis trente ans aux commandes du pays. Ce rappel de la fragilité des positions ne peut être que salutaire. En second, redistribuer les cartes de la vie politique en y insérant un ensemble d’acteurs qui, jusqu’alors, en étaient exclus, notamment les Frères musulmans – que ce soit un bien plutôt qu’un mal est, pour l’instant, indécidable. Quant à la question sociale, elle n’a tout simplement pas avancé d’un pas."


USA

- Le président candidat accusé de s'inspirer des "capitales européennes", Corine Lesnes (Le Monde) - Obama "traite Israël comme le font tant de pays européens : avec suspicion, méfiance et le présupposé qu'Israël est en faute".
http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2011/06/08/le-president-candidat-accuse-de-s-inspirer-des-capitales-europeennes_1533418_3222.html
   "Le rapprochement entrepris par Barack Obama avec l'Europe n'est pas sans périls domestiques. En déclarant sa candidature à l'investiture républicaine pour l'élection présidentielle de 2012, le 2 juin, Mitt Romney, l'ancien missionnaire mormon, a violemment attaqué les idées "européennes" du président. [...] Le président "traite Israël comme le font tant de pays européens : avec suspicion, méfiance et le présupposé qu'Israël est en faute", a-t-il dit. [...] Certains républicains soupçonnent M. Obama d'avoir prononcé son discours le 19 mai [mentionnant les "lignes de 1967"], à la veille de sa tournée européenne, pour satisfaire ses alliés... [...]"


Europe

- Boycott anti-israélien en Ecosse : des Juifs britanniques contre-attaquent (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Boycott-anti-israelien-en-Ecosse-des-Juifs-britanniques-contre-attaquent_316006.html
   "Des Juifs britanniques ont décidé de combattre une campagne de boycott contre Israël menée en Ecosse, via des lettres de protestation et la création d’une page Facebook. Nigel Laurent, un responsable de la communauté juive anglo-saxonne a confirmé que des instances écossaises ont lancé une campagne de boycott à l’encontre de tous les produits de fabrication israélienne, y compris les livres."


Monde

- Deux frappes américaines font 23 morts au Pakistan (AP) - "les Etats-Unis n'ont aucune intention de renoncer à cette stratégie malgré l'opposition de l'opinion publique pakistanaise". Le plus frappant est surtout l'indifférence totale de l'opinion publique mondiale, pourtant si prompte à s'indigner et à exiger "justice", "enquête indépendante" et "intervention de l'ONU" dans d'autres contextes...
http://fr.news.yahoo.com/deux-frappes-am%C3%A9ricaines-font-23-morts-au-pakistan-081512561.html
   "Deux tirs de missiles américains ont fait un total de 23 morts parmi des djihadistes présumés mercredi au Pakistan, dans la région tribale frontalière de l'Afghanistan, selon des responsables pakistanais du renseignement. C'étaient les quatrième et cinquième frappes similaires de la semaine, signe de ce que les Etats-Unis n'ont aucune intention de renoncer à cette stratégie malgré l'opposition de l'opinion publique pakistanaise et le regain de tension entre Islamabad et Washington provoqué par le raid américain au Pakistan ayant abouti à la mort d'Oussama ben Laden le 2 mai dernier. Les frappes de mercredi se sont succédées à quelques minutes d'intervalle, selon les quatre responsables du renseignement pakistanais ayant requis l'anonymat. [...]"


Histoire

- Une lettre antisémite écrite par Adolf Hitler en 1919 dévoilée (Le Monde.fr) - "Adolf Hitler met en garde contre un antisémitisme "fondé sur une base purement émotionnelle", qui ne conduirait qu'à des pogroms d'ampleur limitée".
http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2011/06/08/une-lettre-antisemite-ecrite-par-adolf-hitler-en-1919-devoilee/
   "Pour le rabbin Marvin Hier, du Centre Simon-Wiesenthal, il s'agit d'"un des documents les plus importants de l'histoire du IIIe Reich" : une lettre, écrite par Adolf Hitler en 1919 et qui constitue le premier document connu dans lequel il exprime ses vues antisémites et un avant-goût de ce que sera la Solution finale. Le Centre Simon-Wiesenthal, spécialisé dans la recherche des anciens nazis, l'a achetée à un collectionneur privé pour 100 000 euros et compte désormais l'exposer dans un musée de Los Angeles.
    Le document a été rédigé sur une machine à écrire de l'armée allemande et signé par un Adolf Hitler alors âgé de 30 ans, vétéran de la première guerre mondiale et encore employé de l'armée, indique le blog sur les religions de CNN. C'est un officier supérieur qui a chargé Hitler de coucher sur papier ses idées sur les juifs. La lettre est adressée à Adolf Gemlich, un autre militaire. Son existence est connue depuis 1988, date à laquelle elle a été identifiée. Elle avait d'abord été retrouvée près de Nuremberg en 1945 par un soldat américain. Elle était ensuite passée de main en main sans être rendue publique.
    Sur le fond, le document décrit la "race juive" comme exclusivement tournée vers "la recherche de l'argent et du pouvoir". Hitler déplore qu'"une race non-allemande vit parmi nous avec sa propre sensibilité, sa façon de penser et ses aspirations, le tout en ayant les mêmes droits que nous". Plus intéressant, Adolf Hitler met en garde contre un antisémitisme "fondé sur une base purement émotionnelle", qui ne conduirait qu'à des pogroms d'ampleur limitée. Pour lui l'objectif d'un "gouvernement fort" doit être plus ambitieux : "Le but final est l'éloignement [Entfernung] des juifs." Pour Marvin Hier, la portée historique de cette lettre est d'autant plus forte qu'il n'existe aucun document signé de la main du Führer ordonnant la mise en œuvre de la Shoah."
- Première trace écrite prouvant l'antisémitisme d'Hitler (Slate.fr) - «Le but sera de faire disparaître de notre société les Juifs, et ce sans compromis.»
http://www.slate.fr/lien/39205/adolf-hitler-antisemite-lettre
   "[...] Certains passages suggèrent que Hitler croyait déjà que les Juifs n'avaient pas leur place dans la société allemande, vingt ans avant l'Holocauste. Voici ce qu'Hitler aurait écrit : «Pour commencer, le judaïsme est définitivement quelque chose de racial, et pas un groupe religieux. Le résultat, c'est qu'une race non allemande vit avec nous, une race avec ses propres sentiments, sa propre religion et ses propres désirs, tout en ayant les mêmes droits que nous.» Ou, plus loin dans la lettre : «Le but sera, toutefois, de faire disparaître de notre société les Juifs, et ce sans compromis.» [...]"


Point de vue

- The Golan Hights - Historical Rights and Legitimacy (Middle East and Terrorism, juin 2008) - "Jews settled in the Golan as early as 1886 (long before the Syrian Arab Republic existed) but they were expelled, massacred, or fled because of malaria".
http://israelagainstterror.blogspot.com/2008/06/golan-hights-historical-rights-and.html
   "The Golan is where the tribes of Dan and Menashe settled, and Israeli kings ranging from Saul to Herod ruled there. The Golan saw consecutive Jewish settlement for 800 years; 300 Jewish communities from the time of the Mishna and Talmud were discovered there, along with the remnants of 27 synagogues. Later, 1,000 years of desolation followed, until the Jews returned. In the 16th century, the Ottoman Turks came in control of the area and remained so until the end of World War I.
    The Golan belongs to Israel because it is the estate of the Jews forefathers and not only by the power of occupation in a defensive war against an aggressor, like America in Texas and Poland and former German territories. Syria controlled the Golan for only 21 years, half the period it has been under Israeli rule. Almost half of its territory has been purchased by Rothschild and later robbed by the Syrian government. Jews settled in the Golan as early as 1886 (long before the Syrian Arab Republic existed) but they were expelled, massacred, or fled because of malaria.
    In 1886, the Jewish B'nei Yehuda society of Safed purchased a plot of land four kilometers north of the present-day religious moshav of Keshet, but the community, named Ramataniya, failed one year later. In 1887, the society purchased lands between the modern-day Bene Yehuda and Kibbutz Ein Gev. This community survived until 1920, when two of its last members were murdered in the anti-Jewish riots which erupted in the spring of that year. In 1891, Baron Rothschild purchased approximately 18,000 acres (73 km²) of land in the Hauran, about 15 km east of modern Ramat Hamagshimim. Immigrants of the First Aliyah (1881–1903) established five small communities on this land, but were forced to leave by the Ottomans in 1898. The lands were farmed until 1947 by the Palestine Jewish Colonization Association (PICA) and the Jewish Colonization Association, when they were seized by the Syrian army.
    According to the Agreement of San Remo (April 1920), the mandate for Palestine comprises an area incorporating what is now the entire state of Israel, including the Gaza Strip, the West Bank and the Golan Heights. The mandate specifically states that a national homeland for the Jewish people should be established in Palestine, but that the rights of non-Jews should be protected. In 1923, Britain ceded the Golan Heights (1,176 square kilometers of the Palestine Mandate) to the French Mandate of Syria, in spite of the specifications of the San Remo agreements and the  Mandate for Palestine which was conferred on Britain in 1922 by The League of Nations. Jews were also barred from living there. Jewish settlers on the Golan Heights were forced to abandon their homes and relocate inside the westerb area of the British Mandate. [...]"
Repost 0
Published by Occam - dans Juin 2011
commenter cet article
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 18:19

mavi1.jpg

 

mavi2.jpg

 

mavi3.jpg

 

- Photos of weapons on Mavi Marmara - a year late (Elder of Ziyon)
http://elderofziyon.blogspot.com/2011/06/photos-of-weapons-on-mavi-marmara-year.html
   "Last week it was reported that the Israeli Navy had photos of IHH terrorists on the Mavi Marmara wielding weapons.
   "Photos recently obtained by the Navy show a weapon hanging off the shoulder of one of the IHH members. Another photo shows a gun. It is as yet unclear who took the photos. One of the images allegedly shows MK Hanin Zoabi, who took part in the flotilla, standing next to an armed activist. Navy commandos who took part in the raid later testified that the IHH men had at least two firearms and at least one of them was used to fire at the soldiers immediately after they descended on the ship. One of the commandos was hurt by a 9 mm bullet not used by the IDF. Navy sources could not explain why the photos have only recently been received."
    Today, the photos have finally been published - only in the print edition of Yediot. Here they are, courtesy of IMRA."

Repost 0
Published by Occam - dans Juin 2011
commenter cet article
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 18:17

France

- Proche-Orient : Clinton refroidit l'espoir français (AFP) - et Juppé quant à lui renoue avec sa morgue légendaire (ou très Quai d'Orsay), en se moquant de la "fuite en avant sécuritaire" de l'Etat juif, "très bon à très court terme pour les prochaines élections israéliennes mais je ne suis pas sûr que ce soit bon pour l'avenir de ce pays".
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient-clinton-refroidit-l-espoir-francais_999971.html#xtor=AL-447
   "[...] Juppé a souligné que faute d'avancée avant l'Assemblée générale des Nations unies en septembre à New York, le processus de paix se trouverait dans une situation encore plus désespérée. Il faisait référence à l'intention des Palestiniens de demander l'adhésion de leur Etat à l'ONU sur les lignes de 1967 (Cisjordanie, Jérusalem-Est et Gaza). Il a en outre exprimé des doutes sur la stratégie "de fuite en avant sécuritaire" d'Israël. "Je ne suis pas sûr qu'il y ait un avenir à long terme pour Israël dans cette espèce de fuite en avant sécuritaire. C'est peut-être très bon à très court terme pour les prochaines élections israéliennes mais je ne suis pas sûr que ce soit bon pour l'avenir de ce pays", a-t-il estimé lors d'un point presse à l'ambassade de France. [...]"

- Commentaires haineux du jour sur Le Monde.fr - dont la perle immonde suivante : "Le monde occidental ne se retournera jamais contre le monstre qu'ils ont créé".
http://www.lemonde.fr/proche-orient/reactions/2011/06/06/clinton-craint-que-la-conference-francaise-sur-le-proche-orient-ne-soit-pas-productive_1532735_3218.html
- Barigot (06/06/11 22h04)
   "Les recentes declarations de Natanyahou devant le congres Us ne laissent aucune possibilité à une paix par des negociations. [...]"
- palladio (08h54)
   "Ni la méthode américaine ni la française ne sont productives car toutes deux reposent sur le bla-bla et l'impunité de l'occupant-colonisateur israélien. On ne négocie pas avec l'occupant, on le combat et on le sanctionne. La solution : Boycott-Désinvestissement-Sanctions (BDS) contre l'Etat israélien occupant, colonial et colonisateur. [...]"
- roland Munier (12h34)
   "Israel est une etoile de plus sur le drapeau Americain. [...] Ce conflit qui empoisonne la planete depuis six decennies, doit se regler par les Arabes, et eux seuls.Le monde occidental ne se retournera jamais contre le monstre quils ont creer, et qui leur echappe.Israel na jamais voulu la paix, le seul qui aurait pu atteidre ce reve, a ete tue: Ishaak Rabin.Cette droite est suicidaire."
http://www.lemonde.fr/proche-orient/reactions/2011/06/06/tension-sur-le-golan-syrien-occupe-par-israel_1532430_3218.html
- Menfin!!! (06/06/11 21h24)
   "Rien de neuf : Israël peut voler des terres, massacrer quand ça lui chante en toute impunité depuis 63 ans. [...]"
http://www.lemonde.fr/proche-orient/reactions/2011/06/06/golan-la-communaute-internationale-craint-une-escalade-de-la-violence_1532613_3218.html
- EMILIO ALBA (13h41)
   "Cela fait 63 ans que des Palestiniens se font tuer, par ce que leurs dirigeants de mèche avec l'Occident, font en sorte que rien ne bouge. Mais là, il semble bien l'escroquerie internationale soit usée jusqu'à la corde. L'Etat juif à du souci pour aujourd'hui et des lamentations pour demain."
Commentaires discordants :
http://www.lemonde.fr/proche-orient/reactions/2011/06/06/golan-la-communaute-internationale-craint-une-escalade-de-la-violence_1532613_3218.html
- Anonyme (06/06/11 21h23)
   "Dès qu'il s'agit d'Israël, la parole d'une des dictatures les plus sanglantes, en pleine action de mort silencieuse sur ses propres citoyens depuis bientôt trois mois, est d'or. Extraordinaire! Quant au Golan, la Syrie n'avait qu'a rester chez elle en 67 et à l'heure qu'il est, elle l'aurait toujours! [...]"
- serge K. (06/06/11 23h40)
   "23 morts d'apres la télvision syrienne?!! depuis quand la télévision syrienne est elle une référence en matière d'information. depuis qu'elle est à la solde du clan Assad? et le Monde reprend ces informations sans barguigner? félicitations. [...]"


Violences Naksa

- « La Syrie encourage les manifestants », Yossi Yehoshua, Orly Azoulay, Goël Beno, Eitan Glickman & Itamar Eichner (Yediot Aharonot) - "Selon les premiers éléments de l’enquête effectuée par Tsahal, les tirs à balles réelles ont été peu nombreux".
http://www.ambafrance-il.org/REVUE-DE-PRESSE-Mardi-7-juin-2011.html
   "Le gouvernement américain a accusé hier la Syrie d’être responsable des événements de la journée de la naksa. « Il est évident que la Syrie encourage les manifestants. Damas essaie de détourner l’attention de ses problèmes intérieurs », a déclaré le porte-parole du Département d’Etat, Mark Toner. Selon les premiers éléments de l’enquête effectuée par Tsahal, les tirs à balles réelles ont été peu nombreux. L’armée affirme que certaines des victimes ont été tuées près de Quneitra par l’explosion de mines.
    Hier la situation était calme le long de la frontière. Plusieurs dizaines de Syriens se sont rendus sur la « colline des cris », face à Majdal Shams, mais ne se sont pas approchés de la frontière. Tsahal reste toutefois en état d’alerte dans la région, par crainte que des manifestants tentent à nouveau de franchir la clôture frontalière. La police a elle aussi déployé des renforts en prévision de la fête de Chavouot au cours de laquelle des milliers de promeneurs se rendent habituellement dans le Golan."

- Syrie : les évènements à Majdal Shams ne sont qu'un prélude (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Syrie-les-evenements-a-Majdal-Shams-ne-sont-qu-un-prelude-journal-_315884.html
   "Le journal syrien Tishreen affirme que les évènements de la Naksa dimanche et ceux de la Nakba il y a quelques semaines à Majdal Shams, ''ne sont qu'un prélude à l'afflux massif de réfugiés syriens et palestiniens de retour sur le Golan''. ''Israël ne devrait pas s'étonner si le moment venu, 600.000 réfugiés syriens affluent à sa frontière pour revenir dans les villages et champs du Golan dont ils ont été éloignés, ainsi que les réfugiés palestiniens dans leurs maisons en Palestine. Israël ne pourra s'y opposer d'aucune façon, quels que soient les moyens mortels et terroristes à sa disposition'', lit-on ce matin."

- Ruée sanglante dans le Golan, Aude Marcovitch (Libération) - "Galvanisés par leur nombre, aux cris de «Allah akbar» (Dieu est grand) et de «Palestine», les jeunes Palestiniens se sont lancés par vagues à l’assaut des barbelés, certains d’entre eux réussissant à se précipiter dans la tranchée" ; "les jeunes Palestiniens qui dévalent la colline syrienne «sont venus pour mourir, que ce soit sur les champs de mines ou sous les balles»."
http://www.liberation.fr/monde/01012341609-ruee-sanglante-dans-le-golan
   "Les habitants de Majdal Chams les attendaient depuis l’aube hier matin. Debout face à la «colline des cris», où les familles séparées depuis la guerre de 1967 ont pris l’habitude de se parler par porte-voix, d’un côté et de l’autre de la frontière syro-israélienne, les druzes du Golan étaient impatients de voir si les jeunes Palestiniens allaient réitérer leur exploit d’il y a quinze jours et traverser les lignes israéliennes. Pour commémorer la Nakba, l’exode des Palestiniens lors de la guerre de 1948, des jeunes Palestiniens installés en Syrie avaient franchi en masse la frontière israélienne le 15 mai, courant à travers les champs de mines réputés infranchissables et se retrouvant de l’autre côté, presque étonnés de leur exploit. Pour quelques heures, ils avaient été reçus à Majdal Chams, une bourgade druze dont les habitants, bien que disposant de la carte d’identité israélienne, continuent de faire allégeance au pouvoir de Damas.
    Hier, c’est la Naksa, la défaite des armées arabes lors de la guerre des Six Jours en 1967, que les Palestiniens avaient décidé de marquer par une nouvelle bravade. Cette fois, les Israéliens étaient bien décidés à ne pas se laisser prendre au dépourvu et avaient renforcé leurs lignes de défense. [...] En début de journée, seules quelques grappes de jeunes, brandissant des drapeaux palestiniens et syriens, étaient pourtant visibles sur les hauts du territoire syrien. Quand soudain, autour de 11 heures, des autobus arrivés au sommet de la «colline des cris» ont déversé des centaines de manifestants, les plus jeunes dévalant aussitôt la butte en direction de la frontière israélienne.
    Pour la protéger, Tsahal s’attelait depuis quinze jours à creuser une tranchée de quelques centaines de mètres de long et à disposer des rouleaux de barbelés des deux côtés du fossé. Des mines ont été disposées entre la tranchée et l’ultime barrière marquant la frontière. Galvanisés par leur nombre, aux cris de «Allah akbar» (Dieu est grand) et de «Palestine», les jeunes Palestiniens se sont lancés par vagues à l’assaut des barbelés, certains d’entre eux réussissant à se précipiter dans la tranchée. Après des coups de semonce et un message diffusé en arabe par haut-parleurs, les premiers coups de feu tirés par les soldats israéliens ont crépité. Rapidement, côté syrien, les jeunes ont relevé leurs blessés, puis les premiers morts, provoquant la colère des druzes du Golan israélien, qui les observaient de loin descendre des brancards au bas de la colline.
    «S’ils commencent à tirer sur nos frères arabes, on va s’y mettre nous aussi», s’énerve Hassan, un habitant de Majdal Chams. Toute la ville et tous les villages des environs se sont massés sur les toits, et les plus âgés ont apporté des petites chaises ou des matelas pour observer la scène de manière plus confortable. Un cheikh druze (chef traditionnel) est passé pour sermonner les spectateurs et leur intimer de rentrer chez eux, par crainte que certains soient blessés par les tirs qui se sont faits plus nourris à mesure que les manifestants se rassemblaient toujours plus nombreux. Mais la foule avait visiblement choisi son camp et des sifflements s’élevaient à chaque salve tirée par les soldats israéliens.
    Comme beaucoup d’habitants de Majdal Chams, Nabih Madah a posé un congé, autant par curiosité pour les événements que pour protéger sa famille en cas de grabuge du côté israélien de la frontière. «Ma fille a passé la nuit sur Facebook à suivre l’organisation des manifestations», explique-t-il. Troublé par les événements qui se sont déroulés sous ses yeux, il relève que pour lui les jeunes Palestiniens qui dévalent la colline syrienne «sont venus pour mourir, que ce soit sur les champs de mines ou sous les balles». [...]
    Si Naed, un autre druze du Golan israélien, dénonce «des tirs contre des jeunes désarmés», Wallid relève, lui, que «pour rien au monde [il] n’aimerait vivre dans un pays sous autorité arabe. Vous n’avez qu’à regarder ce qu’ils font aux gens dans les révolutions aujourd’hui». Petit à petit, en fin de journée, les jeunes manifestants réussissaient à gagner du terrain en direction de la frontière, le jeu du chat et de la souris avec les soldats israéliens se poursuivant jusque tard dans la soirée."

- IDF on high alert in Golan Heights in anticipation of further protests, Amos Harel (Haaretz) - "on Monday the [syrian] regime showed that it can prevent the protests if it wants to" ; "If the situation continues, the IDF will need to redeploy and possibly even create new Border Police units" ; "An initial inquiry found the IDF only fired several dozen sniper bullets at the protesters".
http://www.haaretz.com/blogs/mess-report/idf-on-high-alert-in-golan-heights-in-anticipation-of-further-protests-1.366373
   "[...] Quiet reigned on Monday on the southern outskirts of the Druze town of Majdal Shams, which overlooks the Syrian border and was the scene of Sunday's shootings and protests. The Chief of Staff, Lieutenant General Benny Gantz, visited the scene in the morning; Nahal soldiers were watching the Syrian side of the border. Later, media reported that Syrian security forces blocked the access road to the fence, and stopped buses with demonstrators from Palestinian refugee camps near Damascus from reaching the border.
    There, in a nutshell, is the difference between Sunday and Monday. While it remains unclear to what degree the Syrian regime was involved in organizing the protests and urging participants to try to cross the border, on Monday the regime showed that it can prevent the protests if it wants to. Just two roadblocks were all that was needed to prevent any clashes near Majdal Shams.
    Security sources tell Haaretz the combination of the internal strife in Syria and the run-up to the Palestinian declaration of independence in September have created a new situation in the Golan Heights. This puts the IDF in an uncomfortable position. Four battalions are now spending their energy preparing for future border incidents. The 36th Division is meant to be trained for war, rather than border patrols - on what was until recently Israel's quietest border. If the situation continues, the IDF will need to redeploy and possibly even create new Border Police units.
    An initial inquiry found the IDF only fired several dozen sniper bullets at the protesters. A senior officer told Haaretz that only those who actively tried to uproot or cut the fence were targeted. The army also said that the IDF had nothing to do with the deaths of at least eight protesters who were killed when demonstrators rolled burning tires and threw Molotov cocktails onto a minefield on the Syrian side of the border, setting off several mines.
    But these explanations defending the Israeli troops' activities, offered by the prime minister and defense minister, will have limited impact. Patience in the West for such incidents is beginning to wear thin. The only reason such incidents don't have greater ramifications is because they occur against the backdrop of the Syrian regime relentlessly butchering its opponents. But Israel will find it very difficult to come out looking good from further clashes between unarmed civilians and soldiers, if the number of casualties increases."

- Les effectifs de la police renforcés pour Chavouot (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Les-effectifs-de-la-police-renforces-pour-Chavouot_315933.html
   "De nombreuses forces de police ont été déployées à l’occasion de la fête de Chavouot durant laquelle des milliers de personnes se rendent dans le Golan. Par ailleurs, l’armée reste en état d’alerte près de Majdal Shams pour éviter que des manifestants ne tentent encore de franchir la clôture frontalière entre la Syrie et Israël."

- Report: 14 "Naksa" mourners in Syria killed - by Palestinian terrorists! (Elder of Ziyon) - Le FPLP tire sur la foule en colère, à mon avis sans sommation et certainement pas en visant les jambes...
http://elderofziyon.blogspot.com/2011/06/report-14-naksa-mourners-in-syria.html
   "From Ma'an:
   "Fourteen Palestinian refugees were reported killed and another 43 injured on Monday, a report from the Palestinian government's WAFA news said. The victims were part of a massive group in Al-Yarmok, an unofficial Palestinian refugee camp in the Syrian capital of Damascus, mourning the death of between 10-23 Palestinians by Israeli fire on the Golan Heights ceasefire line the day before.
    Angered over the failure of camp leaders to organize demonstrations marking the Naksa, the anniversary of Israel's occupation of the West Bank, Gaza, and Golan Heights, an estimated 100,000 mourners were said to have attacked the headquarters of the Popular Front for the Liberation of Palestine - General Command. Militants with the PRFL-GC reportedly opened fire on the group, who were taken to a local camp hospital for treatment. The report cited hospital staff saying 14 were pronounced dead. During the clash, mourners reportedly set fire into the PFLP-GC headquarters, and condemned the group for its use of weapons against the crowd."

    Palestine Press Agency adds that the PFLP-GC is a close partner with the Syrian leadership. Which would explain why a recognized terrorist group runs the Yarmouk camp. "Sources said that the demonstrators chanted against [PFLP-GC leader] Ahmad Jibril, Khaled Mashaal and other political leaders based in Damascus, accusing them of being agents of the Syrian regime." [...]"


Israël

- Les vestiges du 1er et du 2nd Temple sont toujours enfouis sous terre (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Les-vestiges-du-1er-et-du-2nd-Temple-sont-toujours-enfouis-sous-terre_315895.html
   "Selon un reportage du site World Net Daily publié à l'occasion de Shavouot, des vestiges du Premier et du Second Temple Juif de Jérusalem se trouvent toujours sous la surface du Mont du Temple. Ces restes attendent d’être étudiés mais les responsables musulmans refusent catégoriquement de pareilles fouilles. Le site cite Mazar, un archéologue spécialiste du Proche-Orient à Jérusalem depuis 30 ans, pour étayer ses affirmations."


Gaza & Hamas

- Third day in a row: Rafah crossing still closed - by Hamas (Elder of Ziyon) - "one major reason Hamas is unhappy is that Egypt maintains a list of thousands of Gazans who are not allowed to enter Egypt".
http://elderofziyon.blogspot.com/2011/06/third-day-in-row-rafah-crossing-still.html
   "Hamas' siege on Gaza continues. For the third consecutive day, Hamas has not opened the Rafah crossings because of a disagreement with Egypt on logistics. Egypt closed the crossings on Saturday morning for "administrative and technical" reasons, causing anger from the Gazans waiting to go to Egypt. But since Sunday, Hamas has closed the crossing.
    It appears that one major reason Hamas is unhappy is that Egypt maintains a list of thousands of Gazans who are not allowed to enter Egypt. Hamas wants this list, which no doubt includes many of its members, to be discarded. Notably, the crossing is open from the Egyptian side, and Gazans returning home from Egypt are being allowed through."

- L'Armée de l'Islam, ravisseurs méconnus de Gilad Shalit, Julie Brafman (L'Express) - "Née en 2005, l'organisation est une excroissance du Hamas, alors jugé trop modéré par certains islamistes".
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/l-armee-de-l-islam-ravisseurs-meconnus-de-gilad-shalit_999864.html
   "[...] Alors qu'aucun signe de vie du jeune homme n'a été donné depuis deux ans, les interrogations se multiplient sur l'identité précise de ses ravisseurs. Ceux-ci semblent être issus de groupes armés palestiniens, dont le Hamas à travers sa branche armée, les Brigades Ezzedine Al-Qassam. Ces dernières auraient été appuyées par les Comités de Résistance Populaire (CRP) et "l'Armée de l'islam" (Jaish-al-Islam).
    Depuis le début de l'année, ce dernier nom est apparu à plusieurs reprises dans la presse française, notamment au sujet d'attentats - non revendiqués - commis en Egypte avant la révolution. Ce groupuscule, implanté à Gaza, avait été tenu pour responsable, en janvier dernier, par le ministre de l'intérieur égyptien, de l'explosion devant une église copte d'Alexandrie pendant la nuit de la Saint-Sylvestre (23 morts, une centaine de blessés). Le groupe avait répondu par la voix d'un porte-parole, n'avoir "aucune relation, de près ou de loin" avec cet attentat et avait accusé les services de renseignement israéliens d'en être l'auteur.
    Un mois plus tard, le 21 février 2011, "l'Armée de l'Islam" trouve un nouvel écho, dans les colonnes du Figaro cette fois : selon ce journal, certains de ses membres auraient fomenté un attentat commis au Caire en février 2009 (un mort, 24 blessés).
    Les autorités égyptiennes désignent volontiers le groupe comme la branche d'Al-Qaïda à Gaza. Pourtant, d'après certains experts du terrorisme islamiste, ce raccourci serait abusif : la filiation ne serait qu'idéologique car Ben Laden n'aurait jamais adoubé ce groupuscule. Celui-ci ne bénéficierait donc ni de l'expertise, ni des financements d'Al-Qaïda. Mais cela n'empêche pas l'Armée de l'Islam, de son côté, de vouer allégeance au message de Ben Laden, ni de prôner la lutte armée contre les étrangers chez eux. Le crédo de ses membres ? S'attaquer à tous ceux qui, à leurs yeux, soutiennent Israël contre la cause palestinienne.
    Née en 2005, l'organisation est une excroissance du Hamas, alors jugé trop modéré par certains islamistes. L'Armée de l'Islam, formation ultra-rigoriste contestant la légitimité de l'Autorité palestinienne, aurait vu le jour sous le parrainage de Mumtaz Dogmosh, l'un des chefs de clan les plus puissants de Gaza.
    Ses effectifs sont difficiles à évaluer. Pour certains experts, ils avoisineraient les 500 hommes. Pour d'autres, ils ne s'élèveraient qu'à une cinquantaine de combattants. Mais si elle ne semble pas disposer de grands moyens, l'Armée de l'Islam adopte les méthodes du djihad mondial : enlèvements de correspondants de presse occidentaux, attaque de lieux de divertissement "occidentaux" à Gaza. Elle cible aussi les Israéliens et des étrangers dans la Péninsule du Sinaï.
    Le 25 juin 2006, le groupuscule accède à la notoriété avec l'enlèvement de Gilad Shalit. A l'époque, le Hamas soutient le kidnapping et y participe avec sa branche armée, les Brigades Ezzedine Al-Qassam. Mais les rapports entre les deux groupes se dégradent en 2007, après la capture d'un journaliste de la BBC, Alan Jonhston. S'inspirant des méthodes djihadistes, les ravisseurs de l'"Armée de l'Islam" menacent, en juin de la même année, "d'égorger Johnston comme un mouton" et l'exhibe dans une vidéo, entouré d'une ceinture d'explosifs. Ils demandent en échange la libération l'imam Abou Qatada, le chef spirituel d'Al-Qaïda en Europe.
    Le Hamas, en quête de respectabilité et soucieux de garder le contrôle dans la bande de Gaza, réclame, et obtient, à force de tractations, la libération du journaliste. "Nous sommes contre les groupes liés à Al-Qaida, affirme Youssef Zahar, chef de la Force exécutive du Hamas. Nous ne voulons pas d'eux ici et nous ferons tout pour les empêcher de s'enraciner." Le Hamas considère que l'Armée de l'Islam est devenue takfiriste, une idéologie extrémiste prônant l'excommunication des personnes n'appliquant pas strictement les préceptes de l'islam. Depuis, les deux groupes s'affrontent, que ce soit par des enlèvements de leurs membres respectifs ou lors de combats violents.
    Aujourd'hui, l'Armée de l'Islam soulève donc de nombreuses questions, tant sur ses moyens et ses membres que sur son rôle à Gaza. En l'absence de revendication d'actes terroristes depuis l'enlèvement du reporter britannique, certains experts se demandent même si elle le groupuscule sévit toujours."

- Israeli towns' new line of defense from Gaza rockets: Trees, Ora Coren (Haaretz) - "the trees will prevent precise mortar fire on Israeli targets and camouflage Israeli troops".
http://english.themarker.com/israeli-towns-new-line-of-defense-from-gaza-rockets-trees-1.366450
   "Israel has spent no less than NIS 1.6 billion on defenses for the townships around the Gaza Strip in the last five years, Udi Shani, Defense Ministry director general, said yesterday. “We view the present state of quiet as transient,” said Shani, speaking during a tour of the boundary between Israel and the Strip. “We are working as fast as possible to complete protective projects and defenses,” he said, noting that Israel has already spent NIS 1.6 billion in the last five years on these projects. One is afforestation − planting rows of trees by the towns located along the Gaza Strip. The idea is that the trees will prevent precise mortar fire on Israeli targets and camouflage Israeli troops. According to the Israel Defense Forces spokesman, about NIS 7 million has been earmarked for the project."

- 'Flotilla running into rough waters', Ronen Medzini (Ynet) - "They want to breach the blockade and think that the more ships they have, the higher their chances of succeeding".
http://www.ynet.co.il/english/articles/0,7340,L-4079403,00.html
   "Jerusalem was unfazed Tuesday by Turkish Foreign Minister Ahmet Davutoglu's call on the organizers of the second Gaza flotilla to reconsider the sail, saying Israel was "gearing for any scenario." Ynet's sources said that the frequent reports suggesting changes in the flotilla's itinerary stem from more than just logistic reasons.
    Israel is bracing for the arrival of 15 vessels carrying an estimated 1,500 activists, and Jerusalem believes more changes in the sail's plans are to be expected. The flotilla's organizers, it is believed, are finding it hard to meet their goal in regards to the number of ships partaking in the sail. "They want to breach the blockade and think that the more ships they have, the higher their chances of succeeding," a source told Ynet. The IHH, which organized the first Gaza flotilla, is heavily involved in the second sail, alongside the "Free Gaza" Movement" and the "European Campaign." These three are joined by several smaller groups, which are trying to stage a united international front. [...]"

- Derrière la réconciliation Hamas-Fatah : Damas et Ankara (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Derriere-la-reconciliation-Hamas-Fatah-Damas-et-Ankara_315887.html
   "''L'histoire non dite sur les dessous de l'accord qui a stupéfié le Proche-Orient'', titre ce matin le journal britannique Independent, qui raconte les coulisses de l'accord de réconciliation interpalestinien signé au mois de mai au Caire. Si l'auteur, spécialiste du Proche-Orient ne révèle pas de grands secrets, il décrit les contacts intensifs qui ont précédé la signature et ont impliqué les dirigeants syriens et turcs. Le milliardaire palestinien Mounib al-Masri, y évoque les efforts de médiation secrets et continus, couronnés par l'accord qui a même surpris Israël. Al Masri faisait partie d'un groupe de 14 militants politiques de premier plan, d'intellectuels et d'hommes d'affaires de Judée-Samarie et de Gaza qui ont donné un coup d'accélérateur à la réconciliation, principalement via le pouvoir égyptien, après la chute de Hosni Moubarak."


Judée-Samarie

- Une mosquée de Ramallah endommagée, Yaakov Lappin (JP)
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1302257341157&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "La police et l'armée ont lancé une enquête dans le cadre de l'incendie volontaire d'une mosquée de Judée-Samarie mardi. Des Palestiniens du village d'al-Muayar, près de Ramallah, ont indiqué qu'un tapis de la mosquée a été brûlé très tôt le matin. "Nous pensons que les suspects ont mis le feu à un pneu dans la mosquée", selon le porte-parole de la police, Micky Rosenfeld. Les assaillants ont écrit sur les murs "Tag mehir" (le Prix à payer), indique Rosenfeld. Une expression que certains des habitants des implantations ont adoptée pour signaler tout mouvement israélien contre les avant-postes construits sans l'autorisation du gouvernement.
    Cependant, "aucun dommage dû au feu n'a été constaté sur les murs", a-t-il ajouté. Une équipe de la police scientifique est arrivée sur les lieux et commencé à récolter des indices. Le mot "El Ain", le nom d'un avant-poste évacué par les forces de sécurité la semaine dernière, a aussi été inscrit sur les murs. L'évacuation d'El Ain avait fait plusieurs blessés parmi les activistes et la police. Cette dernière estime que l'incendie volontaire de mardi matin pourrait être lié à cette évacuation."
- Netanayahu condemns West Bank mosque attack as 'criminal act', Barak Ravid & Chaim Levinson (Haaretz)
http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/netanayahu-condemns-west-bank-mosque-attack-as-criminal-act-1.366525
   "Prime Minister Benjamin Netanyahu on Tuesday condemned the suspected 'price tag' attack by settlers of a mosque in Maghayer village near Ramallah, calling it a "criminal act". [...] "I hope the arsonists will be located as soon as possible and will be punished accordingly," Netanyahu said, adding "this is a criminal act that is meant to provoke." The prime minister emphasized Israel's commitment to freedom of expression, saying "Freedom of religion is a core tenet of the State of Israel, and we will take action against anyone who attempts to go against this principle."
    Defense Minister Ehud Barak echoed the prime minister's condemnations, instructing the Israel Defense Forces and other security forces to take whatever steps necessary to catch the perpetrators of the attack. "This deplorable act is detrimental to peace," Barak said. The defense minister expressed confidence that security forces would bring the arsonists to justice. The village in which the attack took place is located near the Alei Ayin outpost, where the Israeli security forces demolished illegal structures last week. The police is investigating whether the two events are linked. [...]"
- Mosquée vandalisée : les rabbins dénoncent (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Mosquee-vandalisee-les-rabbins-denoncent_315879.html
   "Les rabbins pour les droits de l'homme ont dénoncé l'attaque de vandales contre une mosquée près de Ramallah. ''Les vandales sont des pyromanes de la haine et de la violence'', ont-ils affirmé, condamnant ''cet acte abject contraire aux valeurs morales humaines et juives en vertu desquelles il est interdit de porter atteinte aux autres religions''."


"Processus de paix"

- La Maison Blanche tente de relancer les pourparlers sur la base du discours du président Obama, Barak Ravid (Haaretz) - "Face à l’initiative française en faveur de la reprise des pourparlers, le gouvernement américain souhaite continuer à mener la danse et essaie par conséquent de promouvoir sa propre initiative".
http://www.ambafrance-il.org/REVUE-DE-PRESSE-Mardi-7-juin-2011.html
   "Des représentants israéliens et palestiniens se sont entretenus hier, séparément et discrètement, avec des hauts responsables de la Maison Blanche et du Département d’Etat dans le cadre des efforts américains destinés à freiner la démarche palestinienne à l’ONU en septembre et à relancer les pourparlers sur la base du discours du président Obama. Du côté israélien participait à ces entretiens Yitzhak Molho, l’émissaire du Premier ministre Netanyahu, tandis que du côté palestinien étaient présents l’ancien chef de l’équipe de négociation, Saëb Erekat, et le porte-parole de Mahmoud Abbas, Nabil Abou-Roudeina. Les représentants israéliens et palestiniens ne dialoguent pas directement mais rencontrent séparément des officiels américains.
    Selon un responsable du bureau du Premier ministre, ce sont les Américains qui ont convié ces représentants à Washington. Face à l’initiative française en faveur de la reprise des pourparlers, le gouvernement américain souhaite continuer à mener la danse et essaie par conséquent de promouvoir sa propre initiative.
    Dimanche soir dernier, avant le départ de Yitzhak Molho pour Washington, les ministres du « Forum des huit » se sont réunis pour débattre du dossier palestinien. Selon un responsable israélien de retour de Washington, plusieurs responsables américains proposent au président Obama d’inviter le Premier ministre Netanyahu et le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, à reprendre les pourparlers à Washington, sur la base du discours qu’il a prononcé le mois dernier et dans lequel il a affirmé que les pourparlers devraient porter tout d’abord sur les frontières et les dispositifs de sécurité et que les négociations sur les frontières se baseraient sur les frontières de 1967 avec des échanges de territoires. A Washington on estime cependant qu’à ce stade, il est très peu probable que les pourparlers reprennent.
    Cette démarche américaine fait suite à l’initiative française en faveur de la reprise du processus de paix. Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, a rencontré hier à Washington la secrétaire d’Etat, Hillary Clinton, à qui il a présenté l’initiative. Lors d’une conférence de presse conjointe au terme de la rencontre, Mme Clinton a indiqué que « rien ne sert de tenir en France une conférence consacrée au processus de paix au Proche-Orient si les deux camps ne sont pas d’accord de reprendre les négociations. Ce ne serait pas productif. Nous avons adopté une attitude d’attente et nous sommes très préoccupés par le rôle que risque de jouer le Hamas dans les pourparlers. Il ne fait aucun doute que nous somme d’accord avec la France quant à la nécessité pour les parties de reprendre les pourparlers ». [...]"

- Conférence sur le Proche-Orient : déclarations d'Alain Juppé et Hillary Clinton (Vidéo AFP 1mn04)
http://www.dailymotion.com/video/xj5m85_conference-sur-le-proche-orient-alain-juppe-optimiste_news

- 77 % des Israéliens opposés à un retour à 1967, Gil Hoffman (JP) - "les Israéliens sont de moins en moins convaincus que les Palestiniens reconnaîtront le droit d'Israël à l'existence et abandonneront le droit au retour dans les frontières israéliennes".
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1302257341271&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "77 % d'Israéliens sont opposés à un retour aux frontières d'avant 1967 même si cela conduisait à un accord de paix et des déclarations des Etats arabes pour mettre fin au conflit avec Israël, selon un sondage révélé lundi. Ce sondage de l'Institut Dahaf sur 500 Israéliens réalisé la semaine dernière a été commandé par le Centre de Jérusalem pour les Affaires publiques (JCPA).
    Selon les résultats, 85 % des sondés reconnaissent l'importance de maintenir une Jérusalem unifiée sous souveraineté israélienne quel que soit l'accord de paix ; et 75 % sont opposés à un transfert du contrôle du Mont du Temple aux Palestiniens même si le Kotel reste entre les mains de l'Etat hébreu. Concernant la vallée du Jourdain, 84 % pensent qu'Israël doit garder le contrôle de la frontière stratégique avec la Jordanie dans le cadre d'un accord de paix.
    Toujours selon le sondage, 60 % des Israéliens interrogés pensent que des frontières défendables assureraient la sécurité plus qu'un accord de paix, et 82 % estiment que la sécurité est plus importante qu'un accord de paix. En comparaison avec d'autres sondages commandés par le JCPA en 2005, les Israéliens sont de moins en moins convaincus que les Palestiniens reconnaîtront le droit d'Israël à l'existence et abandonneront le droit au retour dans les frontières israéliennes."


Egypte

- Le parti des Frères musulmans légalisé en Egypte (AP)
http://fr.news.yahoo.com/parti-fr%C3%A8res-musulmans-l%C3%A9galis%C3%A9-egypte-090255471.html
   "Les Frères musulmans, longtemps interdits en Egypte, sont désormais reconnus sous le nom de Parti de la liberté et de la justice, rapporte mardi l'agence de presse officielle Mena. Cette annonce va permettre au mouvement de présenter des candidats pour les élections prévues en septembre.
    Les Frères musulmans ont été fondés en 1928, mais étaient interdits depuis 1954. Ils ont toutefois été tolérés sous le régime de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak. Lors du scrutin de 2005, les candidats de la confrérie islamiste, qui se présentaient en tant qu'indépendants, avaient remporté 20% des suffrages. Le Parti de la liberté et de la justice souhaite présenter des candidats dans une circonscription sur deux environ."


Turquie

- Elections turques : Israël ‘invité’ malgré lui, Shraga Blum (Arouts 7)
http://www.israel7.com/2011/06/elections-turques-israel-%E2%80%98invite%E2%80%99-malgre-lui/
   "Israël est bien malgré lui l’invité de la campagne électorale qui bat son plein en Turquie. Lors de plusieurs meetings devant des centaines de milliers de partisans, le Premier ministre et candidat Recep Tayyip Erdogan s’est attaqué à son rival, le chef de l’opposition Kemal Kiliçdaroglu, en l’accusant de « courtiser Israël » et de se montrer amical envers l’Etat hébreu. [...] Le Premier ministre reproche notamment à Kiliçdaroglu d’avoir accordé une interview à la 2e chaîne israélienne de TV, et de « se taire face aux crimes commis par Israël ».
    Le chef de l’opposition n’est pas en reste en demande à Erdogan « où il était pendant que les Américains envahissaient l’Irak ». Il reproche également à Erdogan « d’avoir encouragé l’expédition du ‘Marmara’, et sachant les intentions belliqueuses de ses passagers, il a demandé à ses proches de ne pas monter à bord ». « Si nous n’avions pas envoyé le ‘Marmara’ là-bas, nos relations avec Israël n’en seraient pas là », accuse-t-il.
    Erdogan lui a répondu lors d’un meeting suivant en se moquant de Kiliçdaroglu « qui dès qu’il le peut envoie ses salutations à Israël pour se rapprocher de certaines personnalités au lieu de condamner les pirates des mers (Israël) ». Lors de l’un de ses grands rassemblements, [il] a rappelé à ses partisans [...] « comment il avait fait la morale à Israël en lui rappelant en hébreu le commandement ‘Tu ne tueras point’ »."

- Erdogan : les médias internationaux nous sont hostiles sous la pression d'Israël (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Erdogan-les-medias-internationaux-nous-sont-hostiles-sous-la-pression-d-Israel_315843.html
   "Un article de la rédaction du magazine "The Economist" appelant les Turcs à voter contre le parti du Premier ministre Erdogan, a suscité la colère de celui-ci. Il a accusé Israël d'être à l'origine de pressions qui expliqueraient l'hostilité des médias internationaux à l'égard de lui-même et de son parti."


Iran

- Ahmadinejad : Le "régime sioniste" a été établi pour servir les intérêts de l'Occident au Moyen-Orient (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Le-regime-sioniste-a-ete-etabli-pour-servir-les-interets-de-l-Occident-au-Moyen-_315913.html
   "Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a déclaré ce mardi que le "régime sioniste" avait été établi afin de servir les intérêts de l'Occident au Moyen-Orient. "Les personnes que nous appelons les "occupants de la Palestine" n'ont aucun pouvoir, elles sont juste des marionnettes", a-t-il ajouté."
- Ahmadinejad : L'Iran favorable à un "gouvernement palestinien sur toute la terre de Palestine" (Guysen)
http://www.guysen.com/news_L-Iran-favorable-a-un-gouvernement-palestinien-sur-toute-la-terre-de-Palestine-A_315915.html
   "Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a affirmé ce mardi que l'Iran était favorable à un "gouvernement palestinien sur toute la terre de Palestine". Ce dernier estime également que tous les réfugiés palestiniens doivent pouvoir "rentrer dans leur terre"."

- Des sous-marins iraniens en mer Rouge (Reuters)
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1302257341373&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "L'Iran a envoyé des sous-marins en mer Rouge, selon l'agence de presse semi-officielle Fars, citant une source non-identifiée. Une initiative qui pourrait faire réagir Israël. "Des sous-marins militaires iraniens sont entrés en mer Rouge dans le but de collecter des informations et d'identifier les vaisseaux de combats d'autres pays", a indiqué Fars. Le nombre et le type de navires impliqués n'a pas été spécifié, mais ils étaient aux côtés des vaisseaux de combat de la 14e flotte de la Marine. [...]"

- « L’Iran a un programme nucléaire militaire », Ben Caspit (Maariv) - "c’est la première fois que l’AIEA soupçonne officiellement l’Iran de posséder un programme nucléaire militaire".
http://www.ambafrance-il.org/REVUE-DE-PRESSE-Mardi-7-juin-2011.html
   "Trente ans exactement après la destruction de la centrale nucléaire irakienne par l’armée de l’air israélienne, l’Agence internationale de l’énergie atomique est sur le point d’établir que l’Iran dispose d’un programme nucléaire militaire. C’est ce qui ressort des déclarations faites hier par le directeur général de l’AIEA, Yukiya Amano. Celui-ci a d’ailleurs rencontré jeudi dernier à Vienne le ministre israélien chargé des services de renseignement, Dan Meridor.
    De nouveaux éléments d’information sont parvenus dernièrement à l’AIEA qui apportent un nouvel éclairage sur les activités nucléaires iraniennes. Ces éléments, qui proviennent entre autres de services de renseignement occidentaux, s’inscrivent dans les efforts qui sont faits, notamment aux Etats-Unis et en Israël, pour focaliser à nouveau l’attention du monde sur le programme nucléaire iranien. Yukiya Amano a récemment adressé deux lettres très fermes aux responsables du programme nucléaire iranien dans lesquelles il affirme que l’AIEA possède des éléments indiquant l’existence d’activités nucléaires militaires et réclame l’accès des inspecteurs de l’agence à tous les sites nucléaires iraniens.
    Il s’agit d’un développement significatif car c’est la première fois que l’AIEA soupçonne officiellement l’Iran de posséder un programme nucléaire militaire. Jusqu’à présent, l’agence s’était focalisée sur l’enrichissement d’uranium et la fabrication de missiles balistiques de longue portée par l’Iran. Le troisième élément qui s’ajoute à présent est le plus préoccupant car il montre que les Iraniens ont l’intention de fabriquer des têtes nucléaires pour ces missiles, ce qui leur permettrait d’atteindre des cibles éloignées telles qu’Israël, l’Europe ou la Russie."


USA

- USA : le Congrès pourrait reconsidérer son aide à l'Onu si elle reconnaît la Palestine (Guysen)
http://www.guysen.com/news_USA-le-Congres-pourrait-reconsiderer-son-aide-a-l-Onu-si-elle-reconnait-la-Pales_315890.html
   "Le député républicain Steve Chabot a déposé un projet de résolution au Congrès, proposant d'annuler le financement de l'Assemblée générale de l'Onu si cette dernière vote pour la reconnaissance de la Palestine en septembre prochain."


Monde

- Mille cinq cents morts au Sud-Soudan depuis le début de l'année, Jeremy Clarke (Reuters) - C'est plus que Plomb fondu, et pourtant personne n'en entend vraiment parler.
http://fr.news.yahoo.com/mille-cinq-cents-morts-au-sud-soudan-depuis-121013772.html
   "Plus de 1.500 personnes ont été tuées cette année dans les violences à travers le Sud-Soudan, a-t-on appris mardi de source proche de l'Onu. [...] Près de 100.000 sudistes ont fui cette région lorsque les troupes et blindés nordistes l'ont envahie le mois dernier, compliquant la tâche des autorités du Sud et des organisations humanitaires qui les aident. Le chiffre de 1.556 tués dans le Sud cette année, avancé par l'Onu, ne tient pas compte de cet exode d'Abyei, qui n'aurait fait en lui-même qu'une centaine de morts, mais se fonde sur les 260 incidents violents, principalement tribaux, qui ont affecté neuf des dix Etats sudistes, où sept milices rebelles sont en conflit avec le gouvernement de Djouba."


Histoire

- Remembering the ‘Farhud’, Zvi Gabay (former ambassador and deputy director general of the Foreign Ministry) - "Les Juifs n’ont pas eu d'autre choix que de fuir des pays arabes qu'ils avaient aidés à fonder et à moderniser grâce à leurs contributions aux gouvernements, à l'économie, la médecine, l'éducation, la littérature, la poésie et la musique".
http://www.jpost.com/Opinion/Op-EdContributors/Article.aspx?ID=223771&R=R1&utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter
Traduction CRIF :
http://www.crif.org/?page=articles_display/detail&aid=25134&returnto=accueil/main&artyd=108
   "Le 1er juin, les Juifs d’Irak ont commémoré le 70ème anniversaire du « farhud », les émeutes anti-juives qui ont eu lieu à Shavuot, en 1941. Lors de ces émeutes, qui rappellent tristement la « nuit de cristal » en Allemagne, au moins 137 Juifs – hommes, femmes et enfants – furent assassinés, plusieurs centaines furent agressés et blessés, et la majeure partie de leurs biens fut spoliée. La mémoire de ce massacre demeure vivante pour les juifs d’Irak.
    L’agression n’avait fait suite à aucune provocation. Les Juifs, qui vivaient sur cette terre arabe depuis des milliers d’années, n’avaient pas déclaré la guerre à leurs hôtes. Ils ne s’étaient jamais battus entre eux comme les Arabes de la Palestine sous mandat britannique se sont battus contre les Juifs venus s’installer en Terre Sainte, et par la suite contre l’Etat juif naissant.
    Le monde a beaucoup entendu parler de l’ « injustice » que subissent les Palestiniens, sous le nom de code « Nakba », mais ne sait presque rien du mal fait aux Juifs sur les terres arabes. Ce qui s’est passé dans ces pays était en réalité un nettoyage ethnique. Alors que la « Nakba » palestiniennes est commémorée chaque année à grands frais de manifestations et de couvertures médiatiques, la « Nakba juive » n’a jamais mérité d’attention. Et cela, en dépit du fait que les dommages humains et physiques ont été plus importants : le nombre de Juifs forcés d’abandonner leurs maisons avec seulement leurs vêtements sur leur dos s’élève à 856.000.
    L'ONU, dans sa Résolution 302 adoptée en décembre 1949, a créé l'UNRWA - un organisme chargé de secours et d'éducation et non pas de réhabilitation. Cette politique n'a pas diminué le nombre de réfugiés palestiniens, 4,8 millions (dont deux millions qui sont devenus citoyens jordaniens). Israël, pour des raisons obscures, n'a pas encore mis la tragédie des juifs dans les pays arabes à l’ordre du jour de son calendrier politique et publique. Le 22 Février 2010, la question a simplement été traitée avec la promulgation de la «loi pour la préservation des droits à l'indemnisation des réfugiés juifs des pays arabes et de l'Iran», qui stipule que toute négociation en vue de la réalisation de la paix au Moyen-Orient doit inclure une indemnisation pour ceux-ci.
    Les attaques contre les Juifs des terres arabes se sont produites avant même la création de l’Etat d'Israël. En Irak, elles ont commencé par la discrimination dans l'économie, l'éducation et la vie publique. Puis le nationalisme arabe a allumé les feux de la haine anti-juive, qui a vécu son apogée dans le « farhud » de 1941. Des tragédies similaires ont frappé les Juifs de Libye et d'Aden. Dans une vague de pogroms en Libye en novembre 1945, 133 Juifs furent tués et 400 autres blessés ; leurs synagogues, leurs entreprises et leurs maisons furent pillées et détruites. À Aden, alors même qu’elle était sous domination britannique, 100 Juifs furent assassinés en novembre 1947, nombreux furent blessés, et des centaines de maisons furent rasées. Des pogroms similaires ont eu lieu en Egypte, en Syrie et dans le reste des pays arabes, chaque fois qu’ils ont obtenu l'indépendance au cours du 20e siècle.
    La combinaison du nationalisme xénophobe sunnite - intolérant de tous les autres, y compris des chiites, des chrétiens et des Kurdes – et de l'antisémitisme a produit une haine puissante contre les Juifs. Cette haine a été encouragée par les nazis, tels l’émissaire allemand à Bagdad, le Dr Fritz Grobba, et par les dirigeants pseudo-religieux, tels Haj Amin al-Husseini (qui avait fui la Palestine sous mandat britannique et trouvé en Irak un lieu commode pour ses activités anti-juives). Les Juifs n’ont pas eu d'autre choix que de fuir des pays arabes qu'ils avaient aidés à fonder et à moderniser grâce à leurs contributions aux gouvernements, à l'économie, la médecine, l'éducation, la littérature, la poésie et la musique.
    Le climat de menace anti-juive qui a prévalu dans tous les pays arabes a été accompagné par une escalade de déclarations anti-juives, même depuis la tribune de l'Organisation des Nations Unies. Eliyahu Nawi, un commentateur de la station de radio israélienne en langue arabe, a témoigné qu'à la suite du partage de 1947, les stations de radio arabes diffusaient constamment la chanson «Halu a-Saif Ygul» - «Que l'épée parle ... et élague les cousins (les Juifs)». Ce harcèlement et ces attaques ont conduit les Juifs du monde arabe à émigrer en masse, (principalement en Israël, où ils ont reçu la citoyenneté et été intégrés avec succès dans la société). En Egypte, une expulsion de masse a eu lieu au milieu de la nuit, les Juifs ayant été forcés d’abandonner leurs propriétés personnelles et communautaires - y compris les écoles, les anciennes synagogues et les cimetières, les tombes des prophètes et les hôpitaux. Les autorités arabes ont confisqué ces biens et les ont ensuite utilisés pour leurs propres besoins.
    Il y avait certainement dans ces pays arabes des musulmans qui n'ont pas soutenu ces attaques, mais leur voix n'a pas été entendue. Les Juifs ont fait office de boucs émissaires… Ces dernières années, un processus d'éveil a lieu dans le monde arabe, surtout parmi les intellectuels, qui reconnaissent que ce ne sont pas seulement les Arabes palestiniens qui ont vécu une Nakba et que les Juifs du monde arabe ont aussi subi une catastrophe.
    Les dirigeants arabes - les Palestiniens et les autres - feraient bien d'arrêter de répéter le slogan du «droit au retour» et d’illusionner leurs peuples, parce que nous n’avons pas les moyens de revenir en arrière. Alors que de plus en plus d’Arabes reconnaissent qu’ils ne sont pas les seules victimes du conflit au Proche-Orient, le dialogue avec Israël peut avoir lieu sur des bases plus authentiques et plus justes."
Repost 0
Published by Occam - dans Juin 2011
commenter cet article
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 22:13

Iranian-Missile-Threat-Map.jpg

 

- Researcher: Iran can produce nuke within 2 months, Yitzhak Benhorin (Ynet) - "The reality is that the US and Israel have failed to keep Iran from developing a nuclear warhead whenever it wants".
http://www.ynet.co.il/english/articles/0,7340,L-4078778,00.html

Repost 0
Published by Occam - dans Juin 2011
commenter cet article
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 22:12

Violences journée Naksa

- Israeli troops fire on Syrian protesters (Vidéo AFP 51 secondes) - A voir en se souvenant que France Info a parlé de Palestiniens "soumis à la mitraille israélienne"...
http://www.dailymotion.com/video/xj4nnn_israeli-troops-fire-on-syrian-protesters-in-golan-heights_news
- Border protests turn deadly (Reportage CNN, Vidéo 2mn16)
http://www.dailymotion.com/video/xj4lta_border-protests-turn-deadly_news

- La foule s’est ruée sur la frontière dans le Golan ; en Syrie on affirme : 22 manifestants ont été tués par les tirs de Tsahal, Anshel Pfeffer, Jacky Huri & Eli Ashkenazi (Haaretz) - "Vers 17 heures, un incendie s’est déclaré dans un champ de ronces situé dans le no man’s land face au poste-frontière de Quneitra à cause, semble-t-il, de cocktails Molotov lancés par les manifestants. Le feu a provoqué l’explosion de plusieurs mines antichars ce qui aurait fait plusieurs morts et plusieurs dizaines de blessés".
http://www.ambafrance-il.org/REVUE-DE-PRESSE-Lundi-6-juin-2011.html
   "Plusieurs centaines de manifestants ont tenté hier [dimanche] de franchir la frontière entre la Syrie et Israël. Tsahal qui, contrairement à ce qui s’était passé lors de la journée de la nakba, a déployé hier des renforts, a ouvert le feu en direction des jambes des manifestants. Selon la télévision syrienne, vingt-deux personnes ont été tuées et trois cent cinquante ont été blessées par ces tirs.
    De hauts responsables militaires estimaient hier que le véritable bilan est moins lourd et que les chiffres ont été grossis par les autorités syriennes. Plusieurs dizaines de manifestants ont passé la nuit à proximité de la frontière et le commandement militaire de la région nord se prépare à la possibilité que les émeutes et les tentatives de franchir la clôture se poursuivent dans les jours à venir, ce qui obligerait Tsahal à mobiliser plusieurs bataillons le long de la frontière.
    Au sein de l’armée on estime que les émeutes d’hier comportaient un élément spontané mais que le régime syrien les a encouragées ou, tout au moins, n’a rien fait pour les empêcher. Ici et là on a pu voir quelques tentatives timides de la part de soldats et de policiers syriens d’éloigner les manifestants, des efforts qui ont pris fin très rapidement. Selon les hauts responsables militaires, les événements d’hier témoignent d’un « effondrement progressif du régime d’Assad et de l’affaiblissement de son contrôle ».
    Ces hauts responsables ont accusé la Syrie d’être responsable de la situation le long de la frontière et des victimes, les autorités n’ayant pas empêché les manifestants d’approcher la clôture. Ils mettent en avant le fait que l’attitude du gouvernement libanais a été radicalement différente et que le fait d’avoir empêché hier les manifestations le long de la frontière libanaise a permis d’éviter la mort de civils. Tsahal souligne que les victimes d’hier ont été touchées par « des tirs précis et mesurés » en direction de la partie inférieure du corps. D’autres ont été blessés par l’explosion de mines à cause, semble-t-il, d’un incendie provoqué par des cocktails Molotov.
    Les affrontements entre Tsahal et les manifestants ont duré toute la journée d’hier, surtout à proximité de Majdal Shams, dans le nord du Golan. D’autres affrontements ont eu lieu dans le secteur de Quneitra. Dans la soirée, des habitants de Majdal Shams ont jeté des pierres vers les soldats. Contrairement à ce qui s’est passé il y a trois semaines lors de la journée de la nakba, aucun manifestant n’a réussi hier à franchir la frontière et à s’introduire en Israël. Au-delà des renforts déployés hier et de l’ajout de dispositifs d’observation et de renseignement, Tsahal avait réparé les clôtures qui avaient été forcées il y a trois semaines, avait renforcé les deux clôtures et approfondi la tranchée entre les deux clôtures.
    Pendant toute la journée, les manifestants ont tenté de parvenir à la clôture. Les soldats de Tsahal ont tiré en l’air puis en direction des jambes des meneurs. A un moment, un groupe d’enfants a tenté lui aussi de s’approcher de la clôture et certains d’entre eux ont également été touchés par les tirs. Vers 17 heures, un incendie s’est déclaré dans un champ de ronces situé dans le no man’s land face au poste-frontière de Quneitra à cause, semble-t-il, de cocktails Molotov lancés par les manifestants. Le feu a provoqué l’explosion de plusieurs mines antichars ce qui aurait fait plusieurs morts et plusieurs dizaines de blessés.
    Le commandement militaire de la région nord a justifié hier le tir à balles réelles car, comme l’a déclaré un officier supérieur : « Il s’agit d’une frontière internationale, pas d’émeutes en Cisjordanie. La souveraineté doit être préservée à tout prix ».
    Face à la localité libanaise de Maroun a-Ras, l’autre endroit où, il y a trois semaines, Tsahal avait ouvert le feu, il n’y a pas eu hier de manifestation, l’armée libanaise ayant déclaré le secteur zone interdite. En Cisjordanie il y a eu hier plusieurs manifestations dont la plus importante, à Qalandia au nord de Jérusalem, a réuni près de trois cents personnes qui ont jeté des pierres sur les forces de l’ordre. Plusieurs dizaines de manifestants et un garde-frontière ont été très légèrement blessés. Dans le nord de la bande de Gaza, une centaine de Palestiniens ont manifesté près de Beit Hanun mais les autorités du Hamas les ont empêchés de s’approcher de la clôture."

- La crainte d’un « effet Bilin » à la frontière syrienne, Ahikam Moshé David (Maariv)
http://www.ambafrance-il.org/REVUE-DE-PRESSE-Lundi-6-juin-2011.html
   "Des responsables des services de sécurité ont exprimé hier la crainte que les forces de Tsahal soient désormais obligées de manifester une présence permanente le long de la frontière syrienne qui pourrait devenir le lieu de manifestations et d’affrontements réguliers, comme à Bilin.
    Pas moins de trois bataillons, auxquels se sont joints la brigade cynophile de Tsahal et de nombreux policiers, ont lutté hier pour empêcher les manifestants de s’introduire en Israël. C’est là un prix lourd à payer en termes de déploiement de forces. Des responsables du commandement militaire de la région nord estiment que le secteur, devenu un symbole pour les Syriens, continuera à être le lieu de manifestations.
    Selon un responsable militaire, Israël tente d’adresser, par l’intermédiaire de la force des Nations-Unies, des messages à la Syrie afin qu’elle empêche les manifestants de se rendre dans le secteur. « Ces messages ont été adressés avant les événements. Soit les Syriens ont perdu le contrôle de la situation le long de la frontière, soit, ce qui semble être le cas, il s’agit d’une provocation délibérée dont le but est de détourner l’attention des événements internes en Syrie », a déclaré ce responsable."

- Les émissaires d’Assad, Alex Fishman (Yediot Aharonot)
http://www.ambafrance-il.org/REVUE-DE-PRESSE-Lundi-6-juin-2011.html
   "Le plateau du Golan a cessé d’être le front le plus calme d’Israël. En Israël on estime que tant que le président Assad se battra pour la survie de son régime, la Golan continuera à faire les gros titres de l’actualité. Les Syriens pousseront les Palestiniens à affronter Tsahal le long de la frontière afin de détourner l’attention de la crise en Syrie. Le round actuel durera au moins jusqu’à mardi, mais après cela non plus on ne retrouvera pas la frontière paisible qu’on a connue ces quarante dernières années, celle qui n’était franchie que par des bergers ou des espions.
    L’autre leçon d’hier est que ces manifestations populaires ne s’organisent pas grâce aux réseaux sociaux sur internet : c’est une légende. Facebook joue peut-être un rôle important en Egypte, en Libye ou en Tunisie, mais sur le front palestinien, rien de nouveau. Les Palestiniens continuent à être utilisés par les régimes en Syrie, au Liban, en Jordanie, en Egypte et par l’Autorité palestinienne. En Cisjordanie par exemple, l’Autorité a contrôlé la situation en coordination avec Israël."

- Affrontements au Nord : retour au calme ?, Yaakov Lappin & Herb Keinon (JP) - "Les autorités israéliennes n'ont pas confirmé les chiffres avancés par Damas suite aux affrontements. "La Syrie a l'habitude des imprécisions", a affirmé un haut-responsable".
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1302257339538&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "20 morts et 225 blessés. Tel est le bilan annoncé par les autorités syriennes suite aux affrontements avec les forces de sécurité israéliennes à la frontière, dimanche. Des centaines de manifestants palestiniens avaient tenté de forcer la frontière israélienne, dimanche, à l'occasion de la Journée de la "Naqsa", marquant l'anniversaire de la guerre des Six Jours. Ils ont toutefois été repoussés par l'armée israélienne, qui voulait éviter de rencontrer le même genre de débordements qui ceux d'il y a environ deux semaines, lors de la Journée de la Naqba. [...]
    Les autorités israéliennes n'ont pas confirmé les chiffres avancés par Damas suite aux affrontements. "La Syrie a l'habitude des imprécisions", a affirmé un haut-responsable. Jérusalem estime, par ailleurs, que le gouvernement syrien a clairement donné le feu vert aux manifestants pour se diriger vers la frontière. "On peut seulement supposer que le décision a été prise en Syrie d'exploiter la situation pour détourner l'attention de ce qu'il se passe à l'intérieur du pays", ajoute le même responsable. La frontière israélo-libanaise est restée, elle, totalement calme, dimanche. Une fois la nuit tombée, un groupe de manifestants a campé près de Kuneitra, faisant présager une reprise des protestations lundi.
    Tôt dimanche matin, des Palestiniens des banlieues de Damas s'étaient rendus en bus dans une zone située face au village druze de Majdal Shams et dans le ville frontalière (abandonnée) de Kuneitra. Ils se sont rassemblés à la frontière sans aucune intervention de l'armée syrienne. Peu de temps après, quelque 150 activistes ont avancé vers la frontière israélienne. Les soldats israéliens ont immédiatement averti les manifestants, en arabe, de rebrousser chemin et qu'ils risquaient leurs vies s'ils tentaient de franchir la frontière. Les Palestiniens ont toutefois ignoré les avertissements, contraignant l'armée israélienne à ouvrir le feu. "Nous savons que 12 personnes ont été blessées", a seulement précisé une porte-parole militaire vers midi.
    Plus au sud, à Kuneitra, une seconde infiltration a été orchestrée. Entre 200 et 300 des manifestants se sont réunis sur place, d'où ils ont jeté des pierres en direction des soldats israéliens. Quatre mines ont, par ailleurs, explosé du côté syrien de la frontière. A Majdal Shams, la situation est restée relativement calme, selon le porte-parole de la police Micky Rosenfeld, jusqu'au soir, lorsqu'une centaine de manifestants locaux ont commencé à jeter des pierres en direction des policiers. La foule a rapidement été dispersée par les forces de l'ordre."
http://www.lesechos.fr/economie-politique/infos-generales/monde/afp_00349652-golan-l-armee-israelienne-en-alerte-apres-une-journee-sanglante-172629.php
   "[...] L'armée israélienne a par ailleurs contesté le bilan de 23 morts et 350 blessés annoncé par Damas, affirmant n'avoir connaissance que de "10 tués et blessés provoqués par des bombes incendiaires lancées par les émeutiers à Kuneitra", selon une porte-parole militaire israélienne. [...]"
- Quneitra : des manifestants sont morts hier après avoir incendié un champ de mines (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Quneitra-des-manifestants-sont-morts-hier-apres-avoir-incendie-un-champ-de-mines_315754.html
   "Selon les premiers éléments de l'enquête menée par Tsahal, au moins 8 manifestants syriens ont été tués dimanche à Quneitra en mettant le feu à un champ de ronces, y actionnant des mines. Les responsables militaires ont souligné qu'en se rendant sur place sans matériel anti-incendie et en agissant de façon improvisée, les manifestants ont eux-mêmes provoqué ce grave incident."

- Netanyahou condamne Damas, Gil Hoffman (JP) - "Le petit Israël a intégré ses réfugiés, et le grand monde arabe ne l'a pas fait".
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1302257340809&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Les événements de la "Journée de la Naqsa" étaient destinés à déstabiliser la frontière israélo-syrienne et ne concernaient en aucun cas la guerre des Six Jours. C'est ce qu'a déclaré le Premier ministre Binyamin Netanyahou, lundi, lors d'une réunion du groupe parlementaire du Likoud. L'armée "a agi contre ses propres règles" afin de limiter le nombre de victimes et Israël "agira conformément à son droit de protéger ses frontières", a-t-il ajouté. Netanyahou accuse, par ailleurs, le gouvernement syrien de ne pas avoir tenté d'empêcher ces événements. [...]
    Au sujet des réfugiés palestiniens - au centre des journées de la Naqba et de la Naqsa - Netanyahou a abordé les différentes manières dont Israël et les pays arabes avaient déjà géré cette question en 1948. "En 1948, deux problèmes de réfugiés - à peu près de la même taille - ont été créés", a-t-il déclaré. "Le petit Israël a intégré ses réfugiés, et le grand monde arabe ne l'a pas fait", a-t-il ajouté, faisant référence aux Juifs fuyant les pays arabes."
- Naksa : Israël va porter plainte auprès des Nations-Unies (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Naksa-Israel-va-porter-plainte-aupres-des-Nations-Unies_315773.html
   "Israël va déposer plainte auprès des Nations-Unies après les débordements qui ont eu lieu hier à sa frontière avec la Syrie. Selon l'opposition syrienne, Damas aurait payé des manifestants pour qu'ils se fassent tuer par Israël."
- Naksa : Damas dénonce "l’agression israélienne flagrante" (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Naksa-Damas-denonce-l-agression-israelienne-flagrante-_315794.html
   "La Syrie a dénoncé lundi « l'agression israélienne flagrante contre des civils sans armes », au lendemain des affrontements qui ont opposé Tsahal et des manifestants syriens et palestiniens qui ont tenté de pénétrer de force sur le plateau du Golan. Selon Damas, les heurts ont fait 23 morts et 350 blessés, un bilan contesté par l'armée israélienne qui affirme qui dix personnes ont été tuées par l'explosion de mines syriennes."
- Washington : la Syrie porte la responsabilité des incidents à la frontière avec Israël (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Washington-la-Syrie-porte-la-responsabilite-des-incidents-a-la-frontiere-avec-Is_315823.html
   "Le porte-parole du département d'Etat, Mark Toner a accusé Damas d'avoir fomenté les manifestations anti israéliennes de dimanche à la frontière israélo-syrienne. "De toute évidence, il s'agit d'une tentative syrienne pour inciter ce genre de manifestation. Israël a le droit, comme tout pays, de défendre ses frontières", a précisé le porte-parole."

- IDF: Protesters caused their own deaths, Hanan Greenberg (Ynet) - "many protesters were hurt or killed as a result of the Red Cross's inability to reach them, due to protesters' refusal to cease violence in order to allow for medical evacuations".
http://www.ynet.co.il/english/articles/0,7340,L-4078816,00.html
   "The IDF said Monday morning that many of the Syrian protesters who stormed the border fence and Quneitra crossing in honor of 'Naksa Day' were responsible for their own deaths by igniting mine fields on the border. Meanwhile the army also announced at around 11:30 am that although the border demonstration had ended by late Sunday night, many were gathering once again in an area nearby. No violence was reported. The Associated Press reported that Syrian police are preventing pro-Palestinian marchers from approaching the border. The report says police have set up a pair of checkpoints near the border and security forces have been telling people not to cross and sending them away.
    Responding to Sunday's violence, IDF sources said the protesters who ignited minefields on 'Naksa Day' did not bring fire extinguishers with them and thus posed a danger to themselves and others by behaving irresponsibly. Others threw firebombs near Quneitra crossing to the same effect, they said.
    The sources are also assuming that many protesters were hurt or killed as a result of the Red Cross's inability to reach them, due to protesters' refusal to cease violence in order to allow for medical evacuations. IDF officials say commanders ordered three ceasefires, each of which were taken advantage of by the protesters in order to gain ground. [...]"

- Syrian opposition: Anti-Israel rioters paid $1,000, Hanan Greenberg (Ynet) - "army officials fear that the border with Syria will turn into a regular protest and riot site".
http://www.ynet.co.il/english/articles/0,7340,L-4078698,00.html
   "Protestors for hire? Demonstrators along the Syria-Israel border were paid thousands of dollars by President Bashar Assad's regime to take part in Sunday's riots, Syrian opposition activists charge. Israeli officials later reinforced the claims, accusing the Syrian regime of encouraging protests along the northern border. Sunday’s riots were an attempt "to divert attention away from the massacre in Syria,” one official charged. "The Syrians will be held accountable for these events.”
    Late Sunday, Syrian officials claimed that 23 people were killed and 350 were wounded after the IDF fired at protestors aiming to rush the border fence earlier in the day. However, the army dismissed the figures, claiming that they were inflated.
    Washington-based members of the Reform Party of Syria said intelligence sources close to the Syrian government in Lebanon informed them that the protesters on the Syrian side of the Druze community of Majdal Shams were in fact poverty-stricken farmers paid by the Assad regime. According to the sources, the farmers migrated over the last few years from drought-stricken northeast Syria to the south. They reached the Israel-Syria border on Sunday in the aims of reenact "Nakba Day" events, the sources said.
    The Syrian opposition group claimed that each farmer was promised $1,000 for showing up at the rally and $10,000 to their families if they are killed by IDF fire. According to the report, the average salary of a Syrian citizen is about $200 per month, meaning that participation in Sunday's demonstration could provide a protester and his family with five months worth of financial relief. [...]
    IDF officials said that forces along the Syrian border showed restraint Sunday during clashes with rioters aiming to breach the border fence. “We could have taken the easier route of uncontrolled fire, but we decided to operate in a very limited manner,” one army official said.
    Meanwhile, army officials fear that the border with Syria will turn into a regular protest and riot site, similar to weekly Palestinian and leftist demonstrations at West Bank villages. Military officials say that should riots continue in the area on a regular basis, the IDF will have to change its deployment in the region. “At this time already we have several regiments that are here instead of following their regular plans,” a military source said. Notably, the border area with Syria also offers greater operational challenges in containing riots compared to similar events in Judea and Samaria. For example, the firing of tear gas across the border is limited by law and cannot be used as a collective means of crowd control."

- Violence on Syria border leaves Israel in a no-win situation, Amos Harel & Avi Issacharoff (Haaretz) - "Apparently at least some of the fatalities in the Golan Heights yesterday were injured by a fire in the Golan town of Quneitra a few hundred meters from the border and were not directly related to the IDF".
http://www.haaretz.com/print-edition/news/violence-on-syria-border-leaves-israel-in-a-no-win-situation-1.366176
   "[...] The IDF has no real way to estimate, in real time, the number of fatalities on the other side. But the Syrian government - through its media - has a clear interest in exaggerating the number of casualties to have the border incidents overshadow Syrian President Bashar Assad's ongoing massacre of anti-government protesters. Just yesterday, according to opposition forces, at least 35 Syrians were killed by their own security forces during protests in the north. Over the weekend, more than 70 were killed across the country.
    It was difficult to take seriously the accusations on Syrian television of an Israeli massacre while, day after day, the deaths caused by the Syrian government are ignored. Apparently at least some of the fatalities in the Golan Heights yesterday were injured by a fire in the Golan town of Quneitra a few hundred meters from the border and were not directly related to the IDF.
    All the same, the Israeli approach seemed designed to be self-defeating. The IDF is trapped between two contradictory goals: preventing the border from being breached and Israeli sovereignty from being impinged upon (though that is controversial in itself, as the rest of the world doesn't recognize the Golan as Israeli land), and keeping enemy casualties to a minimum when civilians are involved. To the extent that yesterday's clashes can be judged, the Northern Command by and large retained control over events. Snipers fired at the legs of those who attempted to breach the border fence or were identified as "primary inciters" in the rally.
    Unlike on Nakba Day, the Palestinians were saving their energy for future clashes. At least for now, the population of the West Bank doesn't seem particularly enthused about the possibility of a third intifada. However, if Israeli security forces take a hard line in the territories, that's likely to change significantly. [...]"

- Anatomy of Arab failure, Ron Ben-Yishai (Ynet) - "The combination of barbed wire and trenches made progress almost impossible. Those who nonetheless attempted to move towards the border fence and ignored warnings in Arabic on the loud speaker, as well as warning shots in the air, were shot in the legs by snipers deployed at predetermined positions".
http://www.ynet.co.il/english/articles/0,7340,L-4078697,00.html
   "The minor coverage by Arab media and the relatively low number of participants at Sunday’s protests attest to the failure of “Naksa Day.” The Syrian regime also failed in its efforts to divert local and global public opinion away from the Syria uprising to the Palestinian “marches of return” towards the Golan border fence. At this time, “Naksa Day” on the Syrian border and in the territories was a weak imitation of “Nakba Day” events some three weeks ago. There are three main reasons for this.
    The first reason is the lack of motivation and enthusiasm on the Palestinian side, which was noticeable several days ago on social networks. The calls urging people to protest were sporadic and unfocused, and did not show a significant effort by the large organizations and their leaders to excite the masses. To begin with, “Naksa Day” was meant to imitate the events of “Nakba Day,” which also wasn’t such great success, with the exception of the Majdal Shams border breach.
    The Palestinians aren’t stupid. They know that this time around the IDF was better prepared. They also realized that “Naksa Day” was merely the promo meant to maintain the momentum ahead of the major events planned for September. Besides, imitation is always a weak duplicate of the original, especially when dealing with masses who must be excited again a short while after the original event and brought in from their homes to the area of confrontation with the IDF.
    One of the characteristics of Arab world uprisings is that protests are spontaneous outbursts of fury that take place right at home, and the casualties are relatives or neighbors, rather than unknown persons from a distant refugee camp who arrived by bus.
    The second reason is the deterrence produced by IDF reaction during “Nakba Day.” Israel’s decisive response that day and the warnings issued by senior political and military leaders in recent days minimized the hopes for another significant achievement like the Majdal Shams border breach. It also made it clear to potential protestors that they may pay a terrible price for a brief TV appearance, the first and possibly last of their lives.
    The third reason is that authorities in Lebanon, Gaza, the Palestinian Authority and apparently Syria as well did everything they could to prevent mass events that could spin out of control and mix them up in a major, direct confrontation with Israel. Even Hezbollah enlisted to the cause of restraint for fear that Shiite residents of Southern Lebanon may be hurt and for fear that events may prompt a major flare-up.
    On this front, we should also credit the diplomatic effort undertaken by Israel in advance, with the active assistance of the US Administration, the Europeans and the UN. The clarification that Israel is entitled to prevent harm to its sovereignty and citizens, and that any state or government element that allows such harm will be held legally accountable for the fatal results of such incidents, was clearly understood in neighboring states and in Damascus as well.
    Yet while this was known in Damascus, Syrian officials, for considerations pertaining to regime survivability, could not pass on the opportunity to undertake a provocation on the Golan that may moderate and divert the attention of the masses at home. As they usually do in their conduct vis-à-vis Israel, the Syrians chose to use emissaries – that is, the Palestinians. Syria’s fingerprints were evident in every detail: Starting with driving the protestors to the site, through Syrian TV, which set up several broadcast points and covered the events live, and including the ambulances and medical teams deployed in advance at points of friction.
    However, this time around the IDF and Israel’s other security forces were thoroughly prepared on the operational, planning, legal and intelligence fronts. The difference was mostly evident on the Syrian and Lebanese borders. IDF Northern Command officials conducted deep analysis of “Nakba Day” events and embarked on thorough preparation work weeks ago.
    The major insight was that the most important means for containing rioting masses is an obstacle that would hinder them. All obstacles can be breached, yet the minutes, hours or days it takes to do so usually make all the difference between the success and failure of the defenders. The obstacle allows defenders to break the momentum of the initial assault wave, whether we are dealing with excited masses, infiltrators, or even suicide bombers.
    The obstacle also allows the IDF to channel infiltrators into what army officials refer to as the “playing field,” where forces are deployed to “contain” the incident and cope with the oncoming rush using crowd dispersal means, arms that are less lethal, or sniper fire aimed at the legs in line with predetermined rules. An obstacle also grants defenders precious time to dispatch reserve forces to points of friction that were not predicted in advance.
    Near Majdal Shams, the obstacle set up in recent days proved its efficiency. The protestors failed to reach the border fence as they did on “Nakba Day.” The combination of barbed wire and trenches made progress almost impossible. Those who nonetheless attempted to move towards the border fence and ignored warnings in Arabic on the loud speaker, as well as warning shots in the air, were shot in the legs by snipers deployed at predetermined positions.
    Everything was done in a controlled, level-headed manner with minimal use of live fire. Most of those shot were wounded, and those killed were apparently moving fast, thus making it difficult for snipers to hit accurately. Alternately, they may have died as result of blood loss during the lengthy evacuation process. The IDF prepared a large quantity of crowd dispersal means on the Golan which were mostly unused. Large reserve forces were also prepared but were not used.
    At the time of writing this, “Naksa Day” events have not ended yet. However, even when they wind down, likely overnight, we must keep in mind that what we saw today was merely the promo ahead of what’s in store; in the future, Israel’s security forces will have to prepare for and contend with situations that are much more complicated."

- Israel needs northern wall, Yosef Argaman (Ynet) - "we must present only two arguments. First, the great success of the existing wall in stopping terror attacks and infiltrations, and the simple fact that building the wall will be the only way to prevent images of massacres that Israel cannot withstand".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4079282,00.html
   "Israel’s current borders are long and tortuous. Their length is some 220 kilometers (roughly 140 miles) in our northern theater alone. They are not built to stop a mass wave of Palestinian “martyrs” determined to commit suicide. Fences of the type that was already breached won’t stop the despair of future refugees from Syria, Egypt or Jordan, states that are already facing a shaky situation.
    From now on, every mass invasion may result in a massacre, with all this entails, including a deep moral rift here. Hence, in the face of the new Arab strategy – thought up by Gaddafi – Israel has no choice but to erect an actual wall. Not transparent fences that can be cut, not a series of new outposts, and not a system of fortifications that can be circumvented. We need a contiguous, high and deterring cement wall like the security fence in Judea and Samaria or the Great Wall of China.
    Such proposal is clearly very expensive and requires a long time to implement. It will also draw public criticism, first by our own enlightened, progressive forces. Their arguments will be logical, learned, sensitive and educated, just like the arguments used by objectors to the Judea and Samaria wall. They will even mention Genghis Khan, who breached the Great Wall of China. However, all these arguments shall melt away in face of the proven success of the maligned Judea and Samaria wall, which has stopped terror from the territories despite being only partly completed.
    The hesitation to build a wall is understood. It reconstructs the walls of the Jewish Ghetto and is reminiscent of the much-maligned Berlin Wall. It contradicts the IDF’s basic doctrine, which hinges on shifting the war to enemy territory. It also doesn’t look good in photographs and makes Israel appear to be withdrawing from its neighbors and from the world, seemingly attesting to lack of desire to find a peaceful solution. The wall will also look like the marking of a forced border line that is no agreed upon, and cost huge amounts of money.
    Yet in the face of the above, we must present only two arguments. First, the great success of the existing wall in stopping terror attacks and infiltrations, and the simple fact that building the wall will be the only way to prevent images of massacres that Israel cannot withstand. Indeed, we shall see much activity on the other side of the wall: Graffiti and protests that will look good on al-Jazeera, as well as riots and attempts to scale the wall. Yet the defenders of the wall will have control over all of the above, as is the case today in Judea and Samaria.
    There are many obstacles on the way, yet using monetary aid from Diaspora Jews and taking advantage of the expertise secured through the wall in Judea and Samaria, this project shall prove itself as one of the best, most dramatic decisions in the State of Israel’s history."

- The Naksa does not belong to the Palestinians, Zvi Bar'el (Haaretz) - "It will only lift the burden of commemoration from those who are truly responsible for the disaster".
http://www.haaretz.com/print-edition/news/the-naksa-does-not-belong-to-the-palestinians-1.366182
   "[...] If the Nakba "belongs" to the Palestinians, the Naksa belongs to the Arab countries, especially those against whom Israel fought - Egypt, Jordan and Syria. [...] Why then, are Syrian, Jordanian, Lebanese or Egyptian citizens not marching toward the border with Israel?
    Apparently, it is a matter of historical convenience. Summing up the struggle between Israel and the Arabs in a local conflict between Israel and the Palestinians is the last drawing card. After Egypt got back all of its conquered territory, Jordan gave up the West Bank and Syria cannot get the Golan back by itself, what remains is to revamp the memory of the defeat. And there is nothing like Palestinians to represent victims. The Arab Naksa will neither add nor detract from the burden of the Palestinian Nakba. It will only lift the burden of commemoration from those who are truly responsible for the disaster.
    Then comes a Syrian killjoy and turns this claim upside down. "We must freely admit, there is no such thing as the Naksa. It is, very simply, a battle we lost during a long war... June 5 was the logical defeat for the opinions and policies that were cut off from reality," wrote Ahmed Hassan in the Syrian government newspaper, Al Baath. True, he can write this because according to the Syrian narrative, it was not Hafez Assad who was responsible for the defeat, but rather Syria's president at the time, Nureddin Atassi, and strongman Salah Jadid. Both were imprisoned after the war by Assad.
    These remarks are not new; acknowledgment of the defeat began during the war itself, and it became leverage to increase the magnitude of the victory in the Yom Kippur War. What is new is the writer's unwillingness to let others, that is, the Palestinians, co-opt this memory. "This is not the 'Middle East conflict;' it is the Israeli-Arab conflict. It is not a border conflict... it is a struggle for survival... Neither we nor the entire region has a natural future in the shadow of Israeli existence, and there is no place for Israel in our natural future or that of the region."
    Thus, there is no place for the Palestinians in this Naksa; it's an Arab matter, particularly Syrian, the last country to wave the banner of Arabism. And how is this vision to be realized? "Under the current circumstances the balance of power is not in our favor, and therefore our job now is to maintain the flame of the torch of the conflict." So what are the Palestinians doing once again on the fence?"

- Couverture médiatique française (principalement France Info, France Inter et France Culture) très partiale des événements sur le Golan :
    - On parle de tirs pour "disperser des manifestants", sans préciser qu'il s'agissait d'empêcher des infiltrations et des violations de frontière de la part d'un Etat ennemi officiellement en guerre, et sans préciser non plus les lancers de pierres et de cocktails Molotov ;
    - On mentionne le bilan de "vingt deux morts" sans préciser (sauf très rares exceptions) qu'il s'agit d'une affirmation syrienne, pas forcément plus crédible que les déclarations de Kadhafi sur les massacres de civils par les avions français en Libye ;
    - On ne mentionne jamais les avertissements sonores de Tsahal, les tirs de sommation, puis le fait de viser principalement les jambes ;
    - On ne mentionne pas l'explosion de mines antitanks à la frontière, causée par les cocktails Molotov des Syriens, et qui aurait pu effectivement provoquer des morts.
    - Aucune mention (mais bon là ce serait vraiment surprenant) de l'argent reçu par les "manifestants" pour jouer les martyrs ;
    - Conclusion : un bel exemple de la manière dont la réputation israélienne de mitrailleur cynique, fébrile et paranoïaque est entretenue dans l'Hexagone.

- Golan : la communauté internationale craint une escalade de la violence (Le Monde.fr) - Sur le site internet du "journal de référence", on qualifie la réaction israélienne de "répression sanglante". La messe est donc dite, en France, avant toute vérification.
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/06/06/golan-la-communaute-internationale-craint-une-escalade-de-la-violence_1532613_3218.html#xtor=AL-32280184
   "Les réactions internationales se multiplient après la répression sanglante par l'armée israélienne d'une manifestation sur la plateau du Golan – zone de séparation entre Israël et la Syrie – qui a fait 23 morts et plus de 350 blessés, selon la télévision publique syrienne. Si l'ONU n'a pas confirmé ce bilan, son secrétaire général, Ban Ki-moon, a appelé lundi toutes les parties impliquées dans le conflit israélo-palestinien à un "maximum de retenue", exprimant sa "profonde inquiétude".
    De son côté, Israël conteste le bilan "exagéré" de 23 morts annoncé par Damas, affirmant n'avoir connaissance que de "10 tués par l'explosion de mines syriennes". Le porte-parole de l'armée a par ailleurs refusé de se prononcer sur les victimes éventuelles de tirs israéliens, soulignant que "les tirs à balles réelles visaient des gens qui avaient l'intention d'abattre la clôture ou de la franchir". [...]"

- Naksa - Commentaires sur Le Monde.fr, avec un beau déchaînement de haine : "envoyons des casques bleus, organisons la destruction du mur de la honte, et restreignons les Juifs dans leurs frontières de 1948" ; "Si l'on appliquait la loi du talion vis-à-vis de l'état Juif, existerait-il encore ? J'en doute fort" ; "Cet état d'Israël est né dans la terreur et de la terreur"...
http://www.lemonde.fr/proche-orient/reactions/2011/06/05/trois-manifestants-tues-par-des-tirs-israeliens-a-la-frontiere-du-golan_1532185_3218_2.html
- Zlareu (05/06/11 12h09)
   "Israël ou le gouvernement syrien ? Deux mêmes faces de régimes criminels, habitués à assassiner les peuples, l'un en colon fanatisé et dominateur, l’autre en laquais servile et corrompu. Les peuples de la région finiront bien par se débarrasser de ces prédateurs."
- palladio (05/06/11 12h17)
   "Le projet sioniste est colonial. [...] L'Occident est complice en cautionnant un projet aussi criminel. La solution n'est pas dans le bla-bla (une conférence internationale !) mais dans l'application de sanctions contre l'Etat d'Israël comme jadis contre l'apartheid sud-africain."
- Joker (05/06/11 12h26)
   "Au lieu de tirer sur son peuple Bachar le Boucher ferait mieux de tout faire pour récupérer le Golan occupé et illégalement annexé par Israël !"
- ONU (05/06/11 12h31)
   "combien de temps les peuples occidentaux et les peuples arabes laisseront faire Israël en toute impunité, coloniser des terres, contraindre des peuples, et même tirer sur âme qui vive. Israël toujours soutenue par l'Europe et les USA, alors que ce pays est un état terroriste,qui ne respecte pas les résolutions de l'ONU,qui est dans l'illégalité. Alors, envoyons des casques bleus, organisons la destruction du mur de la honte, et restreignons les Juifs dans leurs frontières de 1948."
- FB (05/06/11 12h31)
   "Le Golan est une terre syrienne occupée dont l'annexion unilatérale par Israël n'est reconnue par aucun état. Ces morts ne sont donc en aucun cas des morts pour légitime défense, puisque les soldats israéliens ne sont pas légitimes à cet endroit. [...]"
- Moutardoné (05/06/11 15h13)
   ""L'armée la plus morale du monde" tire sur des manifestants et tue quatre personnes, dont un enfant."
- Les assassins sont parmi nous (05/06/11 15h43)
   "On tue mais Abbas fait des ronds de jambes et des bisous aux pires ennemis des Palestiniens,nous n'avons pas la vérité quant aux nombre de Palestiniens tués dans cette action,il semble que tués et blessés soient bien plus nombreux que ceux annoncés par la presse béni oui-oui..."
- Phil67 (05/06/11 18h32)
   "A entendre les officiels d'Israël qui n'ont rien vu, l'action de tsahal était "mesurée, ciblées et appropriée" alors qu'à chaque fois la réalité montre le contraire, avec une disproportion voulue et recherchée dans la violence de l'affrontement. Ceci bien-sûr avec le silence coupable des occidentaux. Si l'on appliquait la loi du talion vis-à-vis de l'état Juif, existerait-il encore ? J'en doute fort."
- revolutions (01h36)
   "l'Etat israélien ne vaut pas mieux que la Syrie de Bachar el Assad. Vivement qu'un grand vent de jasmin nous balaye tout ça."
- Dubonsens (07h15)
   "Le premier ministre de l'Etat juif a bénéficié de 28 standing ovations devant le Congrès de Washington. Cela vous donne une certaine assurance face à des manants de Palestiniens qui osent contrevenir aux décisions/ordres du Peuple élu. (Même Obama peut aller se rhabiller)"
- TueTue (11h21)
   "Et pas la moindre pensée pour ces pauvres diables,désarmés et massacrés comme dans un tir de foire [...]"
- Regis E. (12h18)
   "[...] la réaction israélienne -disproportionnée, comme trop souvent- est proprement scandaleuse et injustifiable : face à une foule dont personne ne conteste qu'elle était désarmée, il existe des moyens de réaction autres que les tirs à balle réelle si l'on considère qu'en face on à des être humains"
http://www.lemonde.fr/proche-orient/reactions/2011/06/06/golan-la-communaute-internationale-craint-une-escalade-de-la-violence_1532613_3218.html
- Joker (14h30)
   "Je suis sidéré de voir comment on minimise ce qui est un crime de guerre, comment on oublie de noter que le Golan n'est pas Israélien mais un territoire Syrien illégalement annexé. Israël à l'égard des Palestiniens ou autres Syriens se comporte comme n'importe quelle dictature sanglante lambda avec en spécificité l'impunité, la complaisance dont on fait preuve à son égard [...]"
- Junius (15h04)
   "A en croire la porte-parole de l'armée israélienne, les Palestiniens ne doivent pas être des humains constitués comme les autres puisqu'elle assure que les tirs n'ont visé que les pieds des manifestants! Le Palestinien a-t-il un organe vital à hauteur de pied. Il serait temps que l'ONU, l'Otan interviennent pour obtenir qu'Israel exécute les résolutions du Conseil de Sécurité. Deux poids deux mesures quand il s'agit d'Israel et des autres. Le viol des résolutions dure depuis trop longtemps"
- rastafarien (15h47)
   "Quand va t on traduire un représentant du gouvernement israélien devant le tpi ?"
- claude mawas (16h41)
   "Israël est pris à son propre piège! en utilisant les même méthodes que Bachar El Assad contre des manifestants pacifiques [...] Israël démontre son vrai visage face aux peuples arabes en révolte!Quelle tristesse pour ce qui fut l'idéal sioniste!! [...]"
- A.Z (16h51)
   "23 humains tués et 350 tirés comme des lapins par une démocratie dite exemplaire. La colonisation est le mal absolu (crime contre l'humanité)et mène après l'apartheid de fait aux crimes de guerre. [...]"
- Miranda (17h48)
   "Israël est au dessus de toutes les lois,règlements,résolutions internationales.Les gouvernements occidentaux sont à sa botte et obéissent au doigt et à l'oeil... le temps du changement va venir là aussi,nous n'en sommes peut-être plus très loin,patience,le monde politique craque de partout."
- Jules48 (18h01)
   "Cet état d'Israël est né dans la terreur et de la terreur. Ses dirigeants de droite ou de gauche entretiennent la dite terreur depuis bien avant la fondation de l'état. Ils emploient maintenant à leurs frontières les mêmes méthodes que les ex-dictatures d'Allemagne de l'est ou d'URSS, qui relèvent de l'assassinat pur et simple. [...]"
- Citizen Of Europe (18h41)
   "Il n'y a pas de bons ou de mauvais massacres !Sur le plan de la violation du droit entre le régime oppressif Syrien qui massacre son peuple ou le régime oppressif Israélien qui massacre quand ça lui chante Palestiniens ,Libanais ou Syriens il ne faut pas choisir. Il est fondamental que le droit et la condamnation s'appliquent de la MEME manière quelque soit le massacreur en question. A la différence de la Syrie nous avons un accord d'association avec Israel qu'il faut suspendre de immédiatement"
Un commentaire discordant tout de même :
http://www.lemonde.fr/proche-orient/reactions/2011/06/05/trois-manifestants-tues-par-des-tirs-israeliens-a-la-frontiere-du-golan_1532185_3218_2.html
- Sirocco (11h26)
   "Après le quasi-silence des internautes sur la répression en Syrie, enfin un évènement mettant en cause Israël: d'où avalanche de réactions indignées. Ouf! on revient à la normale... Quant au bilan, il est aussi faux que celui de la répression en Syrie selon le pouvoir ! Notons aussi que 8 manifestants ont été tués par l'explosion de mines qui ont sauté parce que les manifestants ont lancé des cocktails Molotov sur les soldats, déclanchant un feu de broussailles qui a fait exploser les mines..."


France

- Les parents du soldat Shalit saisissent la justice française, Thomas Vampouille (Le Figaro) - "Cette procédure rend quasi certaine la désignation d'un (ou plusieurs) juge d'instruction, qui sera chargé d'enquêter".
http://www.lefigaro.fr/international/2011/06/06/01003-20110606ARTFIG00658-les-parents-du-soldat-shalit-saisissent-la-justice-francaise.php
   "Après cinq années d'échec pour faire libérer leur fils par la négociation, les parents de Gilad Shalit passent à l'offensive judiciaire. Le père du soldat franco-irsaélien, capturé le 25 juin 2006 à la lisière de la bande de Gaza, a annoncé lundi matin le dépôt d'une plainte à Paris pour enlèvement et séquestration.
    «Nous sommes contraints de saisir la justice française car les ravisseurs de mon fils ont ignoré les appels répétés de la communauté internationale en faveur de sa libération», a déclaré Noam Shalit. Ce dernier étant Français, son fils Gilad Shalit a également la nationalité française et c'est à ce titre qu'une procédure peut être lancée en France. Formellement, il s'agit d'une plainte pour «enlèvement et séquestration», avec comme circonstances aggravantes le fait que le soldat soit «retenu en otage» et qu'il ait pu «subir des actes de tortures ou de barbarie».
    S'agissant d'un crime, la famille Shalit a pu s'adresser directement au doyen des juges d'instruction, sans passer par un procureur. Cette procédure rend quasi certaine la désignation d'un (ou plusieurs) juge d'instruction, qui sera chargé d'enquêter. Concrètement, la plainte a été déposée contre X mais elle vise explicitement le mouvement islamiste Hamas, identifé comme le ravisseur du jeune soldat. Gilad Shalit a en effet été capturé par un commando de trois groupes armés palestiniens de Gaza, dont l'un relevant du Hamas, qui contrôle depuis 2007 la bande de Gaza.
    Puisque les faits se sont déroulés en Israël, pourquoi faire appel à la justice française et non israélienne ? «La justice française est la seule qui puisse opérer au Moyen-Orient», estime l'un des avocats des parents de Gilad Shalit, Me Patrick Klugman. «Ce n'est pas un juge israélien ou un procureur israélien qui a la moindre chance de succès d'avoir une coopération dans le monde arabe», explique-t-il.
    Reste à savoir quelle réelle latitude aura un juge français pour enquêter sur le terrain. En principe, le magistrat a la possibilité de s'y rendre, pour mener notamment des interrogatoires. C'est le cas par exemple du juge Patrick Ramaël, qui enquête en Côte d'Ivoire sur la disparition en 2004 du journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer. Mais à Gaza, territoire sous blocus et théâtre d'un conflit entre Israël et le Hamas, les choses seront plus compliquées. L'autre avocat de la famille Shalit, Me Pierre-François Veil, reconnaît ainsi que l'on ne pourra pas «intervenir sur le champ de bataille».
    Dans ces conditions, le dépôt de plainte participe surtout d'une volonté de la famille d'utiliser tous les leviers possibles pour faire évoluer une situation qui reste bloquée depuis cinq ans. Les proches de Gilad Shalit estiment néanmoins que la voie diplomatique «n'a pas dit son dernier mot». Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, avait à ce sujet déclaré jeudi, lors d'un déplacement à Jérusalem, que Paris était «mobilisé» pour le soldat Shalit et «déterminé à faire tout son possible pour œuvrer» à sa libération."
Commentaires sur Le Monde.fr - perle immonde : "Israël est un pays dont le comportement n'est plus digne des raisons qui ont abouti à sa création".
http://www.lemonde.fr/proche-orient/reactions/2011/06/06/les-parents-de-gilad-shalit-vont-porter-plainte-pour-enlevement-et-sequestration_1532276_3218.html
- esternome (10h06)
   "Qu'allait-il faire dans cette galère? Il porte un uniforme, est armé, est donc prêt à tuer des gens, dans un conflit sur fond de résolutions de l'ONU copieusement bafouées depuis des décennies et l'Etat français intervient??!!??"
- Véronique Pillet (10h46)
   "Pas trop de sympathie pour cette famille, car justement s'il avait clairement adhéré aux valeurs françaises, il ne serait pas allé servir un pays aussi violent qu'Israël engagé dans un conflit visant à nier à un peuple le droit à disposer de son territoire."
- Allah Ouakbar (11h08)
   "Les parents des Palestiniens,enlevés et détenus par dizaines de milliers en Israël, portent plaintes auprès des habitants de la planète terre entière contre cet Etat dont il n'existe aucun qualificatif applicable à ses agissements.S'associent,tout les citoyens du monde,épris de la liberté,ou plus simplement respectueux de la vie humaine...Justice sera exigée et rendue tôt ou tard!Hier encore Israël a beaucoup tué et blessé des gens qui réclament leurs terres,BHL et Kouchner sont totalement muets"
- lm06 (11h35)
   "[...] Intentons une action pour que les Français servant dans l'armée israélienne soient déchus de leur nationalité française, ils en sont indignes."
- LIBERTAD (11h52)
   "Les parents et amis des Palestiniens du monde entier,déposent plainte contre Israël pour détention et séquestration,et blocus de dizaines de milliers de Palestiniens..."
- michael cook (13h32)
   "Quelles conneries. Il est soldat dans l'armée d'occupation Israélien, et donc prisonnier de guerre. Israël ne respecte pas la convention de Genève applicable au civils et combattants Palestinien, donc il n'est pas surprenant que les Palestiniens ne veut pas le relâcher."
- Hardimoussaillon (14h23)
   "Les massacres commis par l'armée à laquelle appartient Shalit étaient peut-être légaux ???? Quelle idée d'aller servir dans une armée qui commet régulièrement des crimes de guerres ! Que le soldat Shalit assume comme un grand son mauvais choix !"
- tscurieux (17h07)
   "Israël est un pays dont le comportement n'est plus digne des raisons qui ont abouti à sa création et pourtant j'ai été pendant longtemps l'un de ses ardents défenseurs.Si tous les palestiniens qui ont été les victimes de ses exactions portent plainte...la Justice ne fera plus face. [...]"
- Hellzapopin (21h11)
   "Qui portera plainte contre Israel pour enlèvement de territoires, séquestration de populations et torture infligée à tout un peuple sur ordre des autorités constituées?"


Israël

- Des députés arabes israéliens marquent la "Naqsa", Lahav Harkov (JP)
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1302257339642&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Plusieurs députés arabes israéliens ont activement participé aux manifestations de la "Naqsa", dimanche. Ahmed Tibi (Liste arabe unie - Taal) dit avoir rejoint les défilés pour la création d'un Etat palestinien, organisés à Tel-Aviv samedi soir, ainsi qu'une autre manifestation à "la porte Naplouse d'Al-Quds" dimanche, jour anniversaire de la "Naqsa" ou du "revers" en 1967 de la guerre des Six Jours.
    "Pendant 44 ans, nous n'avons jamais oublié le désir et l'aspiration du peuple palestinien à être libéré de l'occupation", a déclaré Tibi. "Ces événements expriment la volonté du peuple et ils se renforceront tant qu'aucun accord ne sera conclu. Ceux qui refusent de négocier à partir des frontières de 1967 devront revenir aux frontières de 1948. Vous ne pouvez pas dire que vous voulez deux Etats et n'en vouloir qu'un en réalité." D'autres parlementaires arabes israéliens, dont Jamal Zahalka et Haneen Zoabi (Balad), ont participé à des manifestations, dimanche.
    Pour Arieh Eldad (Union nationale), la participation de députés arabes aux défilés de la Naqsa constitue "une preuve supplémentaire qu'ils s'identifient, dans leurs coeurs, aux ennemis d'Israël"."

- Deux Palestiniens condamnés pour le meurtre des Fogel, Yaakov Lappin (JP) - "Je ne regrette rien et je le referai s'il le fallait".
http://fr.jpost.com/

servlet/Satellite?cid=1302257339760&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Deux adolescents palestiniens, originaires du village d'Awarta et arrêtés en avril, ont été condamnés dimanche pour le meurtre de cinq membres de la famille Fogel à Itamar en avril dernier. Hakim Awad, 17 ans, et Amjad Awad, 18 ans, ont avoué avoir poignardé et tiré sur deux jeunes garçons, leurs parents et un nourrisson de trois mois. "Je ne regrette rien et je le referai s'il le fallait", a déclaré Amjad. "Je suis fier de ce que j'ai fait et j'accepterai la sentence, même la mort, parce que j'ai agi au nom de toute la Palestine."
    Les deux accusés ont décrit la nuit du meurtre : d'abord, ils ont vu, à travers une fenêtre, deux enfants endormis dans leurs lits - Elad, 4 ans, et Yoav, 11 ans. Ils se sont introduits dans la maison et ont poignardé les deux garçons. Ils sont alors entrés dans la chambre des parents et tué Ehoud et Ruth Fogel. Le couple a tenté de se défendre, mais Ehoud a rapidement succombé à ses blessures et Ruth a été abattue à l'aide d'un fusil M-16 volé. Les deux Palestiniens avaient alors l'intention de quitter les lieux lorsqu'ils ont entendu les pleurs de la petite Hadas, âgée de trois mois. Ils ont alors décidé de retourner dans la maison et de tuer le nourrisson."


Gaza & Hamas

- Zahar: Fatah is stalling on "unity government" until September (Elder of Ziyon) - "Mahmoud Al Zahar the top Hamas leader in the Gaza strip admitted that there is internal dispute between him and the head of the polit-bureau in Damascus, Khalid Machal".
http://elderofziyon.blogspot.com/2011/06/zahar-fatah-is-stalling-on-unity.html
   "From Palestine News Network:
   "Mahmoud Al Zahar the top Hamas leader in the Gaza strip admitted that there is internal dispute between him and the head of the polit-bureau in Damascus, Khalid Machal. Al-Zahar hinted during his interview with the BBC of the possibility of pressure being implemented to delay forming the new Palestinian government. Al-zahar added that Fatah officials have asked to postpone the formation of the new government, until after September to avoid obstacles in front of the negotiations and the French initiative."
    Which is exactly what I have been saying since this "unity" deal was announced. This so called "agreement" was always a sham meant to put out a face of a united front for the PA's September diplomatic push, with no intent of following through and actually creating a true unity government - which is nearly impossible given the differing positions of Fatah and Hamas, and Hamas' desire to stay in power in Gaza. (I couldn't find the interview on the BBC site.)"


"Processus de paix"

- Clinton craint que la conférence française sur le Proche-Orient ne soit pas "productive" (AFP)
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/06/06/clinton-craint-que-la-conference-francaise-sur-le-proche-orient-ne-soit-pas-productive_1532735_3218.html#xtor=AL-32280184
   "Hillary Clinton, la chef de la diplomatie américaine, a réservé, lundi 6 juin, un accueil mitigé à l'idée française d'une conférence sur la paix au Proche-Orient, évoquant la nécessité d'un important "travail préparatoire" et concluant que les Etats-Unis allaient "attendre et voir". "L'idée d'une réunion quelle qu'elle soit ou d'une conférence doit être associée à une volonté des parties de reprendre la négociation", a-t-elle observé lors d'un point de presse avec son homologue français, Alain Juppé. "Nous soutenons fermement un retour aux négociations, mais nous ne pensons pas qu'une conférence sur le retour aux négociations serait productive", a-t-elle développé : "Il faut un retour aux négociations qui demandera beaucoup de persuasion et de travail préparatoire, de manière à organiser une rencontre productive entre Israéliens et Palestiniens". En conclusion pour la secrétaire d'Etat, "notre attitude actuelle est d'attendre et de voir, parce que nous n'avons encore aucune assurance des parties" concernant leur volonté de reprendre le dialogue [Clinton mentionnait ici explicitement le Hamas, ce que l'AFP ne rapporte pas, laissant entendre que l'impasse viendrait aussi d'Israël...].
    Commentant sa tournée dans la région ces derniers jours, ainsi que son entretien avec Mme Clinton, Alain Juppé s'est voulu optimiste. "Je suis assez agréablement surpris, a-t-il dit, parce que les Palestiniens ont réagi positivement, les Israéliens n'ont pas dit non, et la secrétaire d'Etat a dit 'wait and see'". [...] Hillary Clinton a réitéré par ailleurs les doutes américains sur la réconciliation entre le Fatah du président palestinien, Mahmoud Abbas, et le Hamas au pouvoir à Gaza. Elle a exhorté le Hamas à reconnaître le droit d'Israël à exister et a souligné qu'à défaut, "l'objectif général" d'une négociation entre Israël et les Palestiniens serait remis en cause. [...]"
- Israelis, Palestinians holding separate covert talks with Washington, Barak Ravid & Natasha Mozgovaya (Haaretz) - Washington s'oppose à Paris sur l'opportunité d'une "conférence de paix" suite à la réconciliation Hamas/Fatah. Clinton : "It won't be productive to have a conference about returning to negotiations. We are in a wait-and-see attitude, and we have a serious concern about the role Hamas will play in the negotiations".
http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/israelis-palestinians-holding-separate-covert-talks-with-washington-1.366341
   "Israeli and Palestinian delegates are separately holding covert talks with White House officials in Washington in an effort to reignite peace talks. The U.S. hopes the talks will hamper the Palestinian effort to gain United Nations recognition in a vote in September. [...] In response to a U.S. initiative, Prime Minister Benjamin Netanyahu sent Attorney Yitzhak Molcho as the Israeli representative, while the Palestinians have sent negotiator Saeb Erekat and Palestinian President Mahmoud Abbas' spokesperson Nabil Abu Rodina. [...]
    In a joint press conference, U.S. Secretary of State Hillary Clinton and the French foreign minister on Monday agreed that peace talks must resume between the two parties. "Right now there is no agreement that the parties will resume negotiations and any gathering has to be linked to willingness of parties to negotiate. It won't be productive to have a conference about returning to negotiations. We are in a wait-and-see attitude, and we have a serious concern about the role Hamas will play in the negotiations," Clinton said after her meeting with French counterpart Juppe in Washington. "There is no doubt we agree with France that we want the parties to return to negotiations," she added.
    Juppe strengthened Clinton's statements, saying that "there is an agreement between us that we have to convince the parties its not a good idea to go to the UN. I didn’t expect during my recent Mideast visit an enthusiastic response from the parties." [...]"

- Vives tensions sur le plateau du Golan (AP) - pour le Fatah, les Palestiniens syriens sont justifiés à s'attaquer aux frontières israéliennes car ils ont "le droit de retourner dans leur maison et sur leur terre".
http://fr.news.yahoo.com/vives-tensions-plateau-golan-073057264.html
   "[...] Pour un conseiller du président palestinien Mahmoud Abbas, Azzam Ahmed, Israël a "brutalement" attaqué des "Palestiniens pacifiques", qui ont "le droit de retourner dans leur maison et sur leur terre". Quant au gouvernement du Hamas à Gaza, il a décrété trois jours de deuil pour les "martyrs de Palestine"."

- UN’s 193rd member: Palestine?, Ronen Medzini (Ynet) - "officials in Jerusalem are preparing for a new, grimmer reality the day after UN recognition of Palestine, and fear an international wave of upgrading Palestinian missions as well as harm to Israel’s global status, which is shaky as it is."
http://www.ynet.co.il/english/articles/0,7340,L-4078464,00.html
   "The United Nations has 192 member states at this time. For Israel, the most pessimistic scenario is to discover one morning that the Palestinians got the 193rd seat, via a unilateral move that circumvents negotiations. However the Ramallah leadership’s path to the sought-after seat at the General Assembly in Manhattan is not an easy one at all. First and foremost, the Palestinians are facing the American obstacle. US President Barack Obama declared last week on no less than three separate occasions his objection to the Palestinian intention to seek UN recognition of statehood.
    On top of the negative response from Washington, Ramallah is facing an admittance process that requires more than just one vote at the UN General Assembly. Over the past weekend, current GA President Joseph Deiss made it clear that the Palestinian Authority will not be able to join as a member state without a Security Council endorsement. Deiss did not intend to adopt a political position or hint to the intentions of General Assembly members, but rather, to merely provide a simple procedural explanation – the GA has no authority to accept a new member state. If the Palestinian Authority indeed wishes to join as a member, it must undergo three stages: Declare statehood, receive the Security Council’s approval, and then receive the recognition of more than two thirds of GA members.
    The 1933 Montevideo Convention set four international law criteria for establishing the status of a state: Permanent population, territory defined by permanent borders, effective government and ability to manage both domestic and external affairs. Despite the dispute over the future state’s borders, it appears that the Palestinians meet the requirements, especially in light of the Fatah-Hamas reconciliation agreement, which boosted the effective government element. “In fact, the only thing missing for a Palestinian state today is their declaration,” says Dr. Robbie Sabel, an international law lecturer at Hebrew University and formerly the Foreign Ministry’s legal advisor.
    Despite the long road they must take in order to receive the status of a UN member state, should the Palestinians declare statehood, the direct implications in the international theater will be dramatic, as many states are expected to recognize “Palestine” immediately after such declaration. “It will be a similar situation to what we are seeing today in Taiwan or in Kosovo; many states recognized their statehood and some did not, such as Israel. Kosovo is not a UN member, but many countries recognize it as an independent state,” Dr. Sabel said.
    In 1988, PLO Chairman Yasser Arafat took the stage at the General Assembly and declared the establishment of a Palestinian state. Yet the establishment process did not take shape, mostly because of the absence of territory where the Palestinians could realize their sovereignty. Ever since then, they referred from declaring statehood. “There are several estimations as to why they didn’t do it,” said Dr. Sabel. “They may fear Israeli retribution, as they depend on us in terms of handing over funds, electricity, and water supply. This would also constitute violation of the Oslo Accords, which may enable Israel to act unilaterally as well. In addition, if they declare statehood within the 1967 borders, this would constitute renunciation of the ‘Greater Palestine,’ and that would be a historic compromise.”
    Yet declaring statehood is only the beginning of the road for UN members. “Not every state is a UN member,” Dr. Sabel said. “Israel, for example, was established in 1948 but was only admitted into the UN in 1949. Switzerland was not a UN member for almost 50 years.” “Admittance into the UN constitutes recognition of a formal state, yet if they wish to be admitted as a member they first need the Security Council’s approval, and here we see the power held by the US and permanent Western members,” he said. The Palestinians will likely not turn to the Security Council before September, because an American veto is expected to thwart their statehood bid. However, Ramallah may put the US Administration in an embarrassing situation.
    As opposed to the Security Council, the Palestinian situation in the General Assembly is much better. At this time, 118 states of all UN members belong to the non-aligned movement. They usually vote as a bloc and advance joint interests. For the time being, Abbas can count on these states to recognize Palestine. “Through the non-aligned states, the Palestinians can pass a decision whereby the General Assembly recognizes a Palestinian state with Haifa as its capital,” officials in Jerusalem familiar with the issue said.
    The exact text of the recognition request had not been published. Foreign Ministry officials estimate that a “maximalist” text that includes recognition of a state in line with the 1967 borders will elicit the support of some 140 states. However, a “softer” text may prompt the support of some 170 states.
    Despite the guaranteed approval of any text brought forth by the Palestinians, General Assembly recognition of statehood is merely a declaratory act. Yet the GA also holds operative powers, such as the ability to establish committees or bodies. The Assembly can indirectly assist the Palestinians by setting up commissions of inquiry, issuing legal opinions, creating bodies that would advice in the process of establishing a state, and so on.
    According to estimates, the Ramallah leadership will not be able to elicit recognition of statehood of US members by September, and will therefore likely ask the GA to approve a status upgrade. At this time, the Palestinian Authority serves as a UN observer, a status that allows it to take part in sessions, without voting rights or the ability to submit proposals (other states, such as Egypt, do it on the Palestinians’ behalf). The Palestinians also cannot field candidates for UN bodies.
    The GA can approve a status upgrade with a two-thirds majority. In fact, with the exception of the formal standing of a UN member, the GA can grant the Palestinians all the rights they are currently deprived of. “The GA sets its own procedures, and it can change them,” an official in Jerusalem said, but added: “Granting the Palestinians full powers, with the exception of formal membership, may be a problem for the UN because that would blur the line between observer and member. Other states may object.”
    Nonetheless, officials in Jerusalem are preparing for a new, grimmer reality the day after UN recognition of Palestine. Officials fear an international wave of upgrading Palestinian missions as well as harm to Israel’s global status, which is shaky as it is. Another possibility is that the Palestinian Authority will exploit its power at the UN to bend current procedures and be admitted to UN bodies. That way, Ramallah would be able to advance anti-Israel decisions. “The rules of the game around here are about to change,” an official in Jerusalem summed up the issue."


Liban, Syrie & Hezbollah

- Clash interpalestinien en Syrie, ce soir : 14 tués et 43 blessés (Guysen) - Quelque chose me dit que ces morts-là ne passionneront pas les médias !
http://www.guysen.com/news_Clash-interpalestinien-en-Syrie-ce-soir-14-tues-et-43-blesses_315835.html
   "Quatorze Palestiniens auraient été tués et quarante-trois autres blessés lundi lors d'un clash entre deux factions dans le camp d'Al Yarmouk à Damas. Les incidents seraient déclarés lors de l'enterrement de plusieurs des manifestants qui avaient tenté de franchir dimanche la frontière israélienne à l'occasion de la Naksa. Des membres du Front populaire de Libération de la Palestine (FPLP) auraient ouvert le feu contre les leaders du camp, accusés d'être à l'origine de l'échec des manifestations contre Israël sur le plateau du Golan. Le quartier général du FPLP aurait été attaqué et des échanges de tirs s'en seraient suivis qui auraient donc fait 14 morts et 43 blessés, selon l'agence palestinienne WAFA."

- The Guardian : le Hezbollah a payé les manifestants de la Nakba (Guysen)
http://www.guysen.com/news_The-Guardian-le-Hezbollah-a-paye-les-manifestants-de-la-Nakba_315774.html
   "Un des manifestants blessés dans le village de Maroun al-Ras durant la journée de la 'Nakba' (terme arabe signifiant "la catastrophe" et qui désigne la naissance de l'Etat d'Israël) a affirmé au journal britannique The Guardian avoir été payé 50 dollars par le Hezbollah pour aller manifester à la frontière israélienne et 900 dollars en cas de blessures soignées par des médecins."
- Lebanese protester admits Hezbollah paid him to get shot by the IDF (Elder of Ziyon) - "One demonstrator who was wounded that day told the Guardian the Lebanese militia Hezbollah had given him $50 to turn up at the border and $900 to have his gunshot wounds treated by physicians".
http://elderofziyon.blogspot.com/2011/06/lebanese-protester-admits-hezbollah.html
   "How did The Guardian allow this nugget of truth to pass through their eagle-eyed editors? Agreed, it is published four weeks too late, but still...
   "The village of Maroun al-Ras was the scene of widespread violence on 15 May when up to 10 demonstrators were shot dead as they rallied near the fence that separates Lebanon and Israel. Up to 1,000 demonstrators arrived at the area in buses to mark "Nakba day", the Palestinian name for the day Israel was formed in 1948.
    One demonstrator who was wounded that day told the Guardian the Lebanese militia Hezbollah had given him $50 to turn up at the border and $900 to have his gunshot wounds treated by physicians. He said he had been planning to return to Maroun al-Ras yesterday until the rally was cancelled."

    Why has the media been so reluctant to report on the theatre behind these demonstrations, and the incentive given by Arab leaders to injure or kill demonstrators that they hand-picked? Today's Syrian border demonstration was broadcast, live, on multiple Israeli TV channels, and the inflated and fake casualties were obvious to all - except, apparently, every single non-Israeli reporter in the area."

- Liban : une délégation iranienne a brandi un drapeau palestinien à la frontière d'Israël (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Liban-une-delegation-iranienne-a-brandi-un-drapeau-palestinien-a-la-frontiere-d-_315764.html
   "Une délégation officielle iranienne a manifesté son soutien au droit des Palestiniens au retour, dimanche, lors d'une visite à la frontière israélo-libanaise destinée à marque les 44 ans de la défaite arabe lors de la Guerre des Six jour, affirme le Daily Star libanais. La délégation conduite par le président de la commission iranienne de la Culture, a souligné que ''grâce à la résistance les Palestiniens pourraient un jour revenir à leurs domiciles en territoire israélien''. Le groupe a brandi un drapeau palestinien dans le ''Jardin d'Iran'' à Kfar Kila."

- Vice President of the University of Tripoli, Lebanon, Rafat Muhammad Rashid Al-Miqati: 9/11 Was "One Big American Farcical Show" Produced by the Jews (Iqra TV, 12 mai, Vidéo 1mn46) - il faut lire la retranscription, c'est vraiment très drôle !
http://www.memri.org/clip/en/0/0/0/0/0/0/2962.htm
    - Rafat Muhammad Rashid Al-Miqati: "When we realized that Islam carries compassion to the world, and that people convert to Islam more than to any other religion, and that the 9/11 attack, which took place in New York, was one big American farcical show, which mocked the Islamic world… When we realized all that, when we read what the truthers in the West have written, when we read the book written by a French journalist, titled "No Plane Crashed into the Pentagon", in which he exposes the Jews who made this long American "movie," in order to turn Iraq, Afghanistan, and the entire Islamic world into fair game... After having read all this, we can no longer accuse the prevalent discourse in the Islamic world of being inflammatory or unobjective."


Turquie

- Le ministre turc des AE exhorte les organisateurs de la "flottille pour Gaza" à reconsidérer leur action (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Le-ministre-turc-des-AE-exhorte-les-organisateurs-de-la-flottille-pour-Gaza-a-re_315814.html
   "Le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu a exhorté les organisateurs de "la flottille pour Gaza" prévue pour le 20 juin prochain à reconsidérer une nouvelle fois leur opération. Il s'agit de la première déclaration de la sorte par un haut responsable turc demandant d'envisager d'attendre et de réfléchir avant de se lancer dans cette action."
- Turkey foreign minister urges organizers to reconsider Gaza flotilla, Barak Ravid (Haaretz)
http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/turkey-foreign-minister-urges-organizers-to-reconsider-gaza-flotilla-1.366327
   "Turkish Foreign Minister Ahmet Davutoglu on Monday advised the organizers of a Gaza aid flotilla planning to set sail later this month, to "wait" and reconsider their plan in light of the changes in the Gaza Strip. This is the first time Davutoglu suggested flotilla organizers should reconsider their plans. The Turkish minister told reporters that he urged the flotilla's organizers to see how the Egyptian opening of the Rafah border crossing with Gaza has affected the situation in the coastal strip before heading toward the area, Turkish daily Zaman reported. [...]"

- Elections en Turquie : la condamnation d’Israël, outil de campagne privilégié (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Elections-en-Turquie-la-condamnation-d-Israel-outil-de-campagne-privilegie_315714.html
   "Israël est devenu un thème de campagne incontournable dans la campagne électorale en vue des prochaines élections générales. Les deux candidats principaux en lice qui s’affrontent, l’actuel Premier ministre Recep Tayyip Erdogan et le chef de l'opposition Kamal Kilicdaroglu, instrumentalisent tous deux les tensions entre Israël et la Turquie et focalisent leur campagne sur la flottille Free Gaza. Ils n’hésitent pas à faire de la surenchère et l’encontre de l’Etat juif blâmé à coup de joutes verbales pour l’affaire du Mavi Marmara."

- Où va la démocratie turque ?, Dorothée Schmid (docteur en science politique, responsable du programme "Turquie contemporaine" à l'Institut français des relations internationales (IFRI)) - "la pratique du pouvoir de l'AKP a beaucoup évolué : la dynamique s'est crispée et la tentation hégémonique se précise" ; "En jouant avec les références islamiques, l'AKP a réintroduit le religieux dans le champ politique turc ; il lui a également redonné une visibilité sociale, en l'instaurant comme critère de respectabilité" ; "la société turque est encore largement imprégnée de religion et ce retour de l'islam satisfait également une pulsion d'affirmation identitaire".
http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/06/06/ou-va-la-democratie-turque_1532489_3232.html
   "[...] Issu d'une généalogie islamiste, l'AKP défie d'emblée les référents idéologiques classiques. Prenant à contre-pied les observateurs, il commence par inscrire son action dans la perspective européenne et combat les blocages qui freinent l'entrée de la Turquie dans la communauté des grandes nations occidentales. Pour conforter son électorat, l'AKP doit se rendre utile à tous, et ce pragmatisme calculé permet des avancées démocratiques majeures : fin des interférences de l'armée dans la vie politique, ouverture du dossier kurde, début de prise de conscience sur la question arménienne.
    Ces audaces accumulées ont largement désorienté l'opposition, poussant le vieux parti kémaliste CHP (Cumhuriyet Halk Partisi) dans ses retranchements conservateurs, reléguant les partis kurdes dans une marginalité provincialiste et les ultranationalistes du MHP (Milliyetçi Hareket Partisi - Parti d'action nationaliste) à leur archaïsme. Face à ces partis vieillissants, l'AKP s'est imposé dans un premier temps comme une incarnation de la modernité, alliant professionnalisme et efficacité. Il affronte encore aujourd'hui ces mêmes forces politiques, dont il a réussi pendant près de dix ans à capter l'électorat. Mais sa pratique du pouvoir a beaucoup évolué : la dynamique s'est crispée et la tentation hégémonique se précise.
    Le seuil de représentativité de 10 % fixé par la loi électorale turque est impitoyable et risque encore une fois de caricaturer la représentation au Parlement. Le MHP pourrait notamment en faire les frais : victime d'une sombre campagne de dénonciation d'affaires de moeurs, la plupart de ses cadres ont dû démissionner face à l'opprobre public. La diffusion d'enregistrement des ébats sexuels des leaders des partis d'opposition semble d'ailleurs devenue en Turquie un sport national, depuis que la méthode a fait ses preuves pour se débarrasser de Deniz Baykal, le précédent leader du CHP.
    Une telle "méthode" de campagne trahit au passage un retour diffus de l'ordre moral en Turquie. La démonétisation rapide du kémalisme, idéologie dont le progressisme peut être en soi discuté dans le contexte du XXIe siècle, laisse finalement un vide. En jouant avec les références islamiques, l'AKP a réintroduit le religieux dans le champ politique turc ; il lui a également redonné une visibilité sociale, en l'instaurant comme critère de respectabilité. Bigoterie et conscience communautaire progressent : la reconnaissance des minorités, présentée comme une avancée démocratique vers un mieux-vivre ensemble, paraît plutôt renvoyer à un imaginaire néo-ottoman, où l'ordonnancement hiérarchique des millets (les nations sous l'Empire, définies par la religion) consacre encore la domination du musulman.
    La vieille garde séculariste recule aujourd'hui devant l'évidence majoritaire : la société turque est encore largement imprégnée de religion et ce retour de l'islam satisfait également une pulsion d'affirmation identitaire, notamment face à une Europe qui snobe désormais les Turcs. Le ciment de l'identité islamique, déjà utilisé par Atatürk lui-même, gomme à nouveau la diversité religieuse, ethnique, culturelle du pays : si les Kurdes n'existaient pas dans le système kémaliste (tous turcs), ils sont encore aujourd'hui appréhendés par l'AKP via un élément réducteur de leur identité (tous musulmans). [...]
    Aujourd'hui la domestication de l'armée, la réforme du pouvoir judiciaire vont tous dans le sens d'un renforcement de l'exécutif. L'AKP a longtemps gouverné avec une culture d'opposition, se sentant menacé alors même qu'il exerçait le pouvoir, dans un pays où il n'est pas si difficile de faire disparaître des partis politiques "gênants" : il n'est pas passé loin de la dissolution, en 2008, et un parti kurde a encore été interdit en 2009. Mais l'équipe au pouvoir assume désormais son statut de maître du jeu. L'AKP a su s'approprier les institutions au point d'avoir les moyens de verrouiller le champ politique.
    Aujourd'hui, certains indicateurs pourraient annoncer un resserrement du régime. Le modèle du parti dominant revient en force : les faiblesses chroniques du CHP, tant sur le plan de l'organisation que des idées, éloignent toute perspective d'alternance.
    Dans ces conditions, le premier ministre semble travaillé par une tentation hégémonique. Il a plusieurs fois annoncé son intention de réformer le régime dans un sens présidentiel pour asseoir définitivement son autorité. Impitoyable à l'égard des critiques, il affirme un style de plus en plus autoritaire : après quelques arrestations spectaculaires de journalistes d'opposition, accusés de comploter contre l'Etat, un climat d'autocensure s'installe dans le pays.
    Tout questionnement sur la nature du régime turc doit prendre en compte des déterminants externes lourds. Vus de Turquie, les succès diplomatiques du ministre des affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, figurent à l'actif du bilan. Le redéploiement régional opéré sous sa conduite a permis d'autonomiser une diplomatie turque alignée sur l'Occident depuis la guerre froide. La Turquie s'impose dans son voisinage - Balkans, Moyen-Orient, Caucase - comme soft power (pouvoir discret) bienveillant, capable d'assurer un leadership sur des dossiers difficiles : les Turcs défendent la voie diplomatique sur le dossier iranien et s'opposent à Israël sur la question palestinienne. [...]"


Iran

- L'Iran peut fabriquer une bombe atomique en 2 mois (Guysen)
http://www.guysen.com/news_L-Iran-peut-fabriquer-une-bombe-atomique-en-2-mois_315766.html
   "Selon le chercheur Gregory Jones de l'institut américain RAND, le régime iranien est plus proche que jamais de la bombe atomique. Dans un rapport publié cette semaine, il affirme qu'au rythme actuel de l'enrichissement d'uranium iranien, Téhéran aura assez d'uranium d'ici 8 semaines pour fabriquer une bombe nucléaire. "Malheureusement, les Etats-Unis et Israël ne peuvent pas faire grand chose pour empêcher cela, à part une occupation militaire'', a-t-il encore estimé."
- Researcher: Iran can produce nuke within 2 months, Yitzhak Benhorin (Ynet) - "The reality is that the US and Israel have failed to keep Iran from developing a nuclear warhead whenever it wants".
http://www.ynet.co.il/english/articles/0,7340,L-4078778,00.html
   "The Iranian regime is closer than ever before to creating a nuclear bomb, according to RAND Corporation researcher Gregory S. Jones. At its current rate of uranium enrichment, Tehran could have enough for its first bomb within eight weeks, Jones said in a report published this week. He added that despite reports of setbacks in its nuclear program, the Iranian regime is steadily progressing towards a bomb. Unfortunately, Jones says, there is nothing the US can do to stop Tehran, short of military occupation.
    The researcher based his report on recent findings by the International Atomic Energy Agency (IAEA), published two weeks ago. Making the bomb will take around two months, he says, because constructing a nuclear warhead is a complicated step in the process. Jones stresses that stopping Iran will require deploying forces on the ground, because airstrikes are no longer sufficient. The reality is that the US and Israel have failed to keep Iran from developing a nuclear warhead whenever it wants, Jones says. It's time to recognize that this policy has failed and decide on the following steps, based on realistic assessment of Iranian uranium-enrichment efforts, he adds.
    According to Jones, Tehran has produced 38.3 kg of uranium enriched at 19.7%. If its centrifuges continue to work at the current capacity, it will take around two months for the Iranian regime to produce the 20 kg of uranium enriched to 90% required for the production of a nuclear warhead."


Europe

- Echec des anti-israéliens au Parlement européen (Philosémitisme)
http://philosemitismeblog.blogspot.com/2011/06/echec-des-anti-israeliens-au-parlement.html
   "Source : Jewish Chronicle
    Une tentative visant à bloquer au Parlement européen un accord commercial concernant des produits pharmaceutiques entre l'Union européenne et Israël a échoué. Des eurodéputés ont fait campagne contre des "actions politiques" menées par la Commission de commerce international [1] qui voulait empêcher que l'accord soit voté. C'est la baronne Sarah Ludford, vice-présidente des Lib Dem Friends of Israel, qui a mené la campagne. Elle a affirmé que le blocage était "totalement non-démocratique" et qu'il était le fait de quelques eurodéputés qui veulent prendre en otage tout le processus.
    "J'ai eu du mal à croire quand j'en ai pris connaissance. Cet accord est simplement la mise en application du l'accord [original] d'association entre l'Union européenne et Israël, le bloquer est un geste politique et est totalement inapproprié." "Les fabricants israéliens ainsi que les exportateurs en bénéficieront, mais le point crucial est que la sécurité sociale et les patients en bénéficieront car les médicaments deviendront moins chers. Ce serait de la pure folie si l'Union européenne venait à saboter le développement économique des pays avoisiants."
[1] La Commission Commerce international est présidée par le Portugais Vital Moreira (Groupe de l'Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen), et on trouve les Français suivants : Yannick Jadot (Ecolo), Kader Arif (Socialiste), Marielle de Sarnez (Mouvement Démocrate), Harlem Désir (Socialiste), Tokia Saïfi (Union pour un Mouvement Populaire - Parti Radical), José Bové (Ecolo), Jacky Hénin (Front de gauche pour changer d’Europe) et Marine Le Pen (Front National) [...]"

- Italie : des groupes palestiniens menacent la ''semaine d'Israël'' (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Italie-des-groupes-palestiniens-menacent-la-semaine-d-Israel-_315767.html
   "La police italienne refuse d'assurer la sécurité d'une exposition israélienne prévue la semaine prochaine au centre de Milan, à cause de menaces de violences de groupes pro-palestiniens, indique le Yediot Aharonot. L'exposition devait prendre place Piazza Duomo en honneur de la ''semaine israélienne'' organisée dans la ville. Cette exposition doit être composée de 15 tours présentant la culture, la technologie, l'agriculture, l'économie et l'art israéliens sous un autre jour."


Monde

- Pakistan : 18 insurgés tués par des drones américains (AFP) - "Lancée en 2004, cette campagne de tirs de missiles de drones dans le nord-ouest du Pakistan s'est considérablement accélérée depuis fin 2008" - mais sans susciter pour autant plus de couverture médiatique qu'auparavant...
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/pakistan-18-insurges-tues-par-des-drones-americains_999624.html#xtor=AL-447
   "Au moins 18 insurgés islamistes ont été tués ce lundi par les missiles de trois drones américains dans le nord-ouest du Pakistan. Ces trois nouvelles frappes surviennent un peu plus de deux jours après qu'un drone américain eut probablement tué dans la même région le Pakistanais Ilyas Kashmiri, l'un des principaux chefs militaires d'Al-Qaïda, même si les autorités ne peuvent pour l'heure confirmer sa mort, en l'absence de cadavre. [...]
    Les drones de la CIA attaquent quasi-quotidiennement dans ces zones tribales frontalières avec l'Afghanistan, bastion des talibans pakistanais, principal sanctuaire dans le monde d'Al-Qaïda et base arrière des talibans afghans. Ces frappes ne se sont pas taries depuis qu'un commando américain héliporté clandestinement a tué Oussama ben Laden dans le nord du Pakistan le 2 mai. Lancée en 2004, cette campagne de tirs de missiles de drones dans le nord-ouest du Pakistan s'est considérablement accélérée depuis fin 2008. [...]"
- L'armée américaine tue plusieurs taliban au Pakistan, Hafiz Wazir (Reuters) - ces frappes ont aussi touché "une école islamique voisine", et "certaines des victimes sont mortes alors qu'elles récupéraient les cadavres des personnes tuées par la première frappe". Or l'existence éventuelle de victimes civiles n'est même pas suggérée, malgré sa grande vraisemblance.
http://fr.news.yahoo.com/larm%C3%A9e-am%C3%A9ricaine-tue-plusieurs-taliban-au-pakistan-075600963.html
   "Des missiles tirés par des drones américains ont tué au moins 17 extrémistes islamistes lundi dans la région pakistanaise du Sud-Waziristan, près de la frontière avec l'Afghanistan, a-t-on appris auprès des services de renseignement. [...] D'après des responsables des services de renseignement, deux bombardements successifs effectués par des drones auraient permis lundi de toucher un repaire d'activistes et une école islamique voisine, faisant au total 14 morts, dont sept étrangers. Certaines des victimes sont mortes alors qu'elles récupéraient les cadavres des personnes tuées par la première frappe. [...]"

Repost 0
Published by Occam - dans Juin 2011
commenter cet article
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 21:17

key-eraser.jpg

 

- Cartoon shows the purpose of "right of return" (Elder of Ziyon)
http://elderofziyon.blogspot.com/2011/06/cartoon-shows-purpose-of-right-of.html
   "Sometimes, a picture really is worth a thousand words. From Palestine Times."

Repost 0
Published by Occam - dans Juin 2011
commenter cet article
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 21:16

Journée Naksa au Golan

- Les Syriens tentent de s’infiltrer en Israël, Elinor Cohen-Aouat (JSS) - "quelque 500 personnes au total sont rassemblées sur la “Colline Aux Cris” près du village israélien de Majdal Shams".
http://jssnews.com/2011/06/05/les-syriens-tentent-de-sinfiltrer-en-israel-par-la-technique-du-mouton-idiot/
   "C’est en direct sur la chaine 10. Des centaines de syriens, drapeaux palestiniens à la main, prient derrière une butte de terre du côté syrien du Golan. Après avoir embrassé le sol, sous surveillance lointaine des soldats de Tsahal, les syriens se dispersent par petits groupes de trente personne. Chacun trouve une petite colline ou se cacher. Ils se croient invisible mais la télévision israélienne les film parfaitement. Les soldats israéliens, eux, le long de la frontière observe et se prépare : si les manifestants veulent briser la ligne entre les deux nations en état de guerre, Israël n’aura pas le choix que de se défendre.
    En dépit des rapports suggérant que les rassemblements prévue en Syrie et au Liban à l’occasion de “Naksa Day” ont été annulés, quelque 500 personnes au total sont rassemblées sur la “Colline Aux Cris” près du village israélien de Majdal Shams. Environ 100 manifestants ont déjà essayé de traverser la frontière vers Israël avant de se faire repousser par Tsahal. Les soldats ont commencé par tirer des coups de semonce en l’air puis, devant l’acharnement et la bêtise, ils ont du tirer sur les leaders. Selon les informations syriennes, il y aurait 3 morts et 10 blessés. Pour l’instant en tout cas car les manifestants sont toujours là. Les caméras israéliennes filment l’incident en direct. [...]
    Tsahal, en plus de donner des coups de semonce, diffuse par enceintes ultra-puissante, des messages en arabes demandant à rester loin de la frontière et des barbelés. L’armée syrienne, elle, n’est pas sur place. Bachar el Assad ne cherche même plus à faire semblant. Derrière les soldats israéliens, on voit 400 autres personnes. Principalement des druzes et des journalistes. Mais on compte également nombre de policiers. [...]
    L’establishment de la défense a émis des avertissements catégorique en disant qu’il ne permettra pas l’entrée illégale en Israël par des manifestants. Les forces déployées à travers les frontières du Nord ont reçues des consignes très strictes : ne tirez que si le reste échoue. [...]"
- Naksa : les soldats syriens ne font rien (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Naksa-les-soldats-syriens-ne-font-rien-porte-parole-de-Tsahal-_315661.html
   "Selon le porte-parole de Tsahal, Yoav Mordékhaï, des soldats syriens sont stationnés près de la frontière israélo-syrienne mais ne font rien pour empêcher leurs concitoyens de traverser la barrière séparant les deux pays."

- Naksa : cessez-le-feu à la frontière syrienne pour permettre l’évacuation des blessés (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Naksa-cessez-le-feu-a-la-frontiere-syrienne-pour-permettre-l-evacuation-des-bles_315667.html
   "A la demande des Syriens et avec la médiation de la Croix-Rouge internationale, Tsahal cessera de tirer dans les environs de Madj-el-Shams, pour permettre l’évacuation des blessés du côté syrien."
- Majd al-Shams : des Palestiniens profitent du cessez-le-feu pour forcer la barrière (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Majd-al-Shams-des-Palestiniens-profitent-du-cessez-le-feu-pour-forcer-la-barrier_315673.html
   "Le cessez-le-feu qui devait durer une heure pour permettre l’évacuation des blessés syriens, a été interrompu au bout de quelques minutes après que des dizaines de Palestiniens ont tenté une nouvelle fois de forcer la barrière séparant Israël de la Syrie."
- Naksa : un nouveau bilan syrien fait état de 6 morts (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Naksa-un-nouveau-bilan-syrien-fait-etat-de-6-morts_315674.html
   "Les affrontements entre Tsahal et les manifestants syriens et palestiniens qui tentaient de franchir la frontière sur le plateau du Golan ont fait six morts et plus de 100 blessés, indiquait dimanche l’agence de presse syrienne Sanaa."

- IDF Forces Warn Violent Syrian Rioters Near Quneitra On Israel-Syria Border (Vidéo Tsahal 23 secondes)
http://www.youtube.com/watch?v=yyAO2BMgtLk&feature=player_embedded
   "On June 5, 2011 hundreds of Syrians marked "Naksa Day" by hurling rocks at IDF forces near the border areas opposite Quneitra. IDF forces warned the violent Syrian rioters against illegally trespassing the Israel-Syria border, which is an infringement of Israeli sovereignty and security."
- Warning Issued by the IDF to Rioters Near Majdal Shams (Vidéo Tsahal 27 secondes)
http://www.youtube.com/watch?v=12L8hN28GUY&feature=player_embedded
   "The following video is a warning issued by an IDF soldier to rioters approaching the Syrian-Israeli border near Majdal Shams. Translation to English: "Stop! You are breaching an international border. We warn you not to damage security infrastructure. Whosoever attempts to violate Israel's sovereignty or security infrastructure puts himself in jeopardy. Please return to Syria"."

- Naksa : quatre mines ont explosé sur la frontière syrienne (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Naksa-quatre-mines-ont-explose-sur-la-frontiere-syrienne_315686.html
   "Des responsables de Tsahal indiquaient dimanche soir que quatre mines ont explosé sur la frontière israélo-syrienne, près de Kuneitra, lors d’une réaction en chaîne après que des manifestants syriens ont jeté des cocktails Molotov, qui ont provoqué un incendie, qui a lui-même provoqué l’explosion de ces mines posées à la frontière pour empêcher les infiltrations."

- L'armée israélienne ouvre le feu sur des manifestants sur le plateau du Golan (AFP)
http://www.liberation.fr/monde/01012341543-nouveaux-heurts-sur-le-plateau-du-golan
   "[...] Des centaines de protestataires, agitant des drapeaux palestiniens et syriens, ont tenté de déchirer une première barrière de barbelés tout près de la ville de Majdal Chams, selon des photographes de l'AFP.
    «En dépit de nombreux avertissements, à la fois verbaux puis avec des coups de semonce, des dizaines de Syriens ont continué à s'approcher de la frontière et les forces armées israéliennes n'ont eu d'autre choix que d'ouvrir le feu vers les pieds des manifestants afin de les dissuader», a indiqué un porte-parole de l'armée. Aucun manifestant n'a réussi à franchir la ligne de cessez-le-feu et le porte-parole de l'armée, Yoav Mordechai, a estimé que la situation était «sous contrôle en début d'après-midi».
    Un photographe de l'AFP à Majdal Chams a vu une vingtaine de manifestants blessés, certains ensanglantés, évacués du côté syrien. L'armée israélienne a fait état de 12 blessés. A une vingtaine de kilomètres, plus au sud, une centaine de manifestants ont également tenté de franchir la ligne de cessez-le-feu à Kouneitra, selon des sources militaires. [...]"

- Tirs de l'armée israélienne sur le plateau du Golan, trois morts selon la Syrie (AP) - "des dizaines de protestataires continuaient d'avancer en criant "shahid"."
http://fr.news.yahoo.com/tirs-larm%C3%A9e-isra%C3%A9lienne-plateau-golan-trois-morts-selon-082557854.html
   "[...] Dimanche matin, plusieurs centaines de manifestants arborant des drapeaux palestiniens ont franchi le poste-frontière côté syrien et se sont dirigés vers le territoire israélien. Après les violences du mois dernier, l'armée israélienne a creusé une tranchée protégée par une ligne de barbelés.
    "Toute personne qui s'approche de la clôture met en danger sa vie", ont averti les soldats israéliens. Ils ont ensuite ouvert le feu, provoquant un mouvement de panique. Plusieurs blessés ont été emmenés par des manifestants, tandis que des dizaines de protestataires continuaient d'avancer en criant "shahid" ("martyr").
    La télévision publique syrienne a fait état de trois morts et neuf blessés, bilan non confirmé par d'autres sources. L'armée israélienne a déclaré que ses soldats ont procédé à des tirs d'avertissements en l'air et demandé aux manifestants de se tenir à l'écart. Les soldats ont fait feu quand des manifestants ont atteint la clôture, visant les jambes, selon l'armée. [...]"

- Tirs de l'armée israélienne sur le plateau du Golan, six morts selon la Syrie, Daniella Cheslow (Reuters) - Reuters et Associated Press précisent bien que le bilan des morts est exclusivement celui des autorités syriennes, donc sujet à caution. Par contre, les médias français (comme France Info) s'expriment ainsi : "on parle de six morts", sans autre précision, attribuant une véritable objectivité à la télévision syrienne. Autre exemple : 20 minutes qui titre abruptement "Dix-huit Palestiniens tués par Tsahal sur le Golan" sans même préciser "selon la Syrie" comme les agences internationales autres que l'AFP. C'est d'autant plus contraire à tout professionnalisme que les médias français prennent bien plus de précaution lorsqu'il s'agit des frappes de l'OTAN et que la télévision libyenne parle de victimes civiles (dans ce cas, France Info & Cie ne manquent jamais de préciser : "selon les autorités libyennes")...
http://fr.news.yahoo.com/tirs-larm%C3%A9e-isra%C3%A9lienne-plateau-golan-six-morts-selon-123355522.html
   "Les forces israéliennes ont ouvert le feu dimanche pour disperser plusieurs centaines de manifestants pro-palestiniens le long de la ligne de cessez-le-feu entre l'Etat hébreu et la Syrie sur le plateau du Golan. La télévision d'Etat syrienne a fait état de six morts et 15 blessés. Israël a accusé Damas d'orchestrer les violences pour détourner l'attention de la sanglante répression menée contre les opposants au régime du président Bachar el-Assad. Venus de Syrie, les manifestants marquaient le 44e anniversaire de la défaite des forces arabes face à Israël lors de la guerre des Six-Jours en 1967. [...]
    La télévision publique syrienne a fait état de six morts et 15 blessés, bilan non confirmé par d'autres sources. L'armée israélienne a déclaré que ses soldats ont procédé à des tirs de semonce en l'air et demandé aux manifestants de se tenir à l'écart. Les soldats ont fait feu quand des manifestants ont atteint la clôture, visant les jambes, selon l'armée. [...]
    Une porte-parole de l'armée israélienne, le lieutenant-colonel Avital Leibovitch, a accusé Damas de fomenter de nouveau des troubles pour "détourner l'attention" de la répression de la contestation contre le régime de Bachar el-Assad. "Nous gardons notre frontière", a-t-elle fait valoir. "J'aurais souhaité qu'ils (les manifestants) obéissent à nos avertissements, mais ils ont préféré l'affrontement avec les soldats", a-t-elle ajouté."
- Tsahal a tué dix-huit Palestiniens sur le Golan, selon la Syrie, Allyn Fisher-Ilan (Reuters) - "un grand nombre de Palestiniens ont été victimes d'une mine antichar dont l'explosion a été déclenchée par un feu de broussaille à Kouneïtra".
http://fr.news.yahoo.com/six-palestiniens-tu%C3%A9s-par-tsahal-sur-le-golan-141221123.html
   "[...] Selon la radio israélienne, un grand nombre de Palestiniens ont été victimes d'une mine antichar dont l'explosion a été déclenchée par un feu de broussaille à Kouneïtra, la principale ville du Golan, un des lieux de rassemblement des protestataires. [...]"

- Unconfirmed reports of Syrians killed in state-sponsored "Naksa" protests (Elder of Ziyon) - "IDF forces called on the demonstrators to cease their progress, before firing warning shots in mid-air. Once those were ignored as well, the troops fired at the lower extremities of several major dissidents inflaming the crowds".
http://elderofziyon.blogspot.com/2011/06/unconfirmed-reports-of-syrians-killed.html
   "From YNet:

   "Despite reports suggesting the mass rallies planned in Syria and Lebanon to mark "Naksa Day" – the 44th anniversary of the Arab "downfall" in the Six Day War – were cancelled, some 500 people gathered Sunday on the Syrian side of the northern border. According to reports, around 12pm, about 150 protesters made their way to the international border fence, began stoning IDF troops and attempted to cut through the fence.
    IDF forces called on the demonstrators to cease their progress, before firing warning shots in mid-air. Once those were ignored as well, the troops fired at the lower extremities of several major dissidents inflaming the crowds. Unconfirmed reports by Syrian media suggest three people were killed and 10 others injured, allegedly from IDF sniper fire. Red Cross Ambulances evacuated the injured. The IDF has not confirmed any information about casualties."

    Reuters confirms that the Syrians stoned soldiers and that the IDF warned them against approaching. Syrian TV is now saying 4 were killed, a number not confirmed by any independent observers.
    Even though there were reports on Saturday that Syria would stop any protesters from approaching the border, the Syrian SANA news agency reported yesterday of one group that was preparing to go - and from the article, it is obvious that this was a Syrian-sponsored incursion:

   "Popular Commission for the Liberation of Golan on Saturday stressed determination to return and continue the liberation process. In a statement marking the 44th anniversary of "al-Naksa Day", the Commission added "the conspiracy against Syria targets undermining its stability and security in an attempt to separate Syria from the Arab resistance through preoccupying with an internal affair." The statement indicated to the Zionist entity and its inhuman practices of forcing the people of Golan to leave their lands and destroying towns and farms which stress Israel's racism and inhumanity.
    The Commission stressed the Golan people's support to the reform program under the leadership of President Bahar al-Assad, expressing faith in Syria's resistant policy and the certainty of victory. The statement pointed out that the Naksa Day anniversary should be a motive for exerting more effort to continue the struggle to end the Zionist project and return to Golan. The Commission saluted people in the Occupied Golan and the captives in the occupation jails."

    Notice that this group is not calling for "return" of Palestinian Arabs to Israel, but of Syria re-occupying the Golan. In fact, this press release is exactly congruent with Syrian government propaganda, which shows that this group that approached the border was only acting under the orders - and assistance - of the Syrian government itself. I am not believing any reports of fatalities, since the Syrian regime has so much to gain by lying, and no one will be able to verify or contradict any Syria reports of deaths."

- Syrian "news" agency now claiming 14 killed (Elder of Ziyon) - "the regime has paid hundreds of these farmers $1,000 each to show-up and $10,000 to their families should any of them succumb to Israeli fire. In Syria, an average salary is about $200 a month".
http://elderofziyon.blogspot.com/2011/06/syrian-news-agency-now-claiming-14.html
   "SANA is now reporting that 14 "youths" were killed at 225 injured at the Syrian border today. They claim that all of them were shot. They also claim that the IDF fired directly at ambulances. Furthermore, they are claiming that the IDF fired "phosphorus bombs." Needless to say, the story does not show a single picture of a "martyr", of bullet holes in an ambulance, or of any life-threatening injuries. All of this is highly suspect, but watch to see Western news agencies starting to quote it as if it is true, without qualifications. Or, more likely, the wire services will quote the "death toll" without mentioning the more outrageous claims that make the death count look suspect.
    YNet adds: "IDF sources said that some four landmines exploded inside Syrian territory, several hundred meters from the border. The blasts near the Quneitra crossing were caused after protestors hurled Molotov cocktails which started a fire. The fire detonated the landmines and left some protestors wounded."
    From the Reform Party of Syria:
   "The Reform Party of Syria has learned today, from intelligence sources close to the Assad regime in Lebanon, that Syrians storming through the Golan Height next to the Quneitra crossing are Syrian farmers who have migrated in recent years from the drought-stricken northeast Syria to the south. Estimates put the number at 250,000 impoverished migrants.
    Information received cite the regime has paid hundreds of these farmers $1,000 each to show-up and $10,000 to their families should any of them succumb to Israeli fire. In Syria, an average salary is about $200 a month and to these impoverished farmers, such a one-time sum can keep them economically afloat for six months. Such tactic was used in the past by another defunct Ba'ath Party in Iraq, under Saddam Hussein, to pay Intifada-driven Palestinians the sum of $25,000 to their next-of-kin should they die throwing stones. That measure had a worldwide impact and it seems the Assad regime is using the same play from a twin playbook.
    It is obvious, with this action, Assad wants to divert the attention of the world away from his own massacres and brutality that resulted in some 70 deaths yesterday and about 30 today in Jisr al-Shoghour. RPS expects, on the basis of today's success, for these operations of incursions to multiply in scope in the near future for two reasons: 1) Divert the attention away from Assad's barbarism and savageries, and 2) Stand tall again in the eyes of the regime's supporters whose morale has taken quite a beating the last 3 months because of the violence perpetrated by Assad against unarmed civilians.
    On this day of Naksa, RPS strongly believes in ownership and title of its Golan Heights. But unlike a regime bred on the use of violence, the Syrian people, demonstrating how peaceful they are as they endure one massacre after another, believe in peaceful negotiations to repatriate our lands. If Assad really wanted the Golan Heights, he would walk the same peaceful path Anwar Sadat walked long before him. But then, if he does, how can he justify his own existence as the "Commandant de la Résistance". For Assad, winning through peace means also losing the war against his own people."

    Need I note that there are squads of reporters at that spot, on both sides, and none have yet corroborated a single death?"

- Naksa/Golan : les USA "inquiets" mais soutiennent le droit d’Israël à se défendre (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Naksa-Golan-les-USA-inquiets-mais-soutiennent-le-droit-d-Israel-a-se-defendre_315704.html
   "Les Etats-Unis se sont dits "profondément inquiets" dimanche après les tirs israéliens sur des manifestants palestiniens et syriens qui on tenté de s’infiltrer dans le Golan. "Nous sommes profondément inquiets des événements qui ont eu lieu aujourd'hui sur le plateau du Golan et qui se sont traduits par des morts et des blessés", indique le département d'Etat dans un communiqué. "Nous appelons toutes les parties à la retenue. Des actes de provocation comme ceux-ci doivent être évités", ajoute le texte, qui souligne qu'"Israël, comme tous les Etats souverains, a le droit de se défendre"."

- Après la Naksa, manifestations mardi pour marquer ''l'occupation de Jérusalem'' (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Apres-la-Naksa-manifestations-mardi-pour-marquer-l-occupation-de-Jerusalem-_315622.html
   "Sur internet, de nouveaux projets ont été publiés ce matin pour la tenue de nouvelles manifestations, dans deux jours, le mardi 7 juin, afin de marquer le ''jour de l'occupation de Jérusalem''. L'annonce publiée sur la page Facebook du groupe intitulé ''la 3e intifada'', invite à marquer mardi ''le jour de serment à Jérusalem''. ''Comme nous avons célébré la Nakba, de même nous marquerons la Naksa, et nous provoquerons la Naksa de l'entité sioniste'', peut-on lire."


France

- Israël se replie derrière un bouclier antimissile, Laurent Checola & Edouard Pflimlin (Le Monde Diplomatique) - le Monde Diplomatique nous explique carrément que pour parer aux roquettes du Hamas et du Hezbollah Israël ne devrait pas s'en remettre à la "technologie militaire", mais plutôt mettre fin à "la poursuite de la colonisation". Ces "journalistes" devraient manier l'humour avec précaution, car en France les lecteurs sont capables de les prendre au sérieux...
http://www.monde-diplomatique.fr/2011/06/CHECOLA/20716
   "Développé par la société nationale Rafael Advanced Defence Systems, « Dôme de fer », le projet de bouclier antimissile israélien, recourt à de petits missiles guidés par radar, capables d’anéantir en plein vol non seulement des roquettes de portée très courte, de quatre à soixante-dix kilomètres, mais aussi des obus d’artillerie et de mortier. Il a déjà été testé avec succès contre des Katioucha et des roquettes de 122 mm de type Grad, de portée inférieure à 30 km, prises au Hezbollah. [...]
    Quelles sont les conséquences politiques « locales » et internationales de ce projet ? « Fondamentalement et à quelques nuances près, les pays arabes voisins perçoivent le développement de ce type de capacités comme moins dangereux car d’ordre défensif », indique M. Henrotin. Pourtant, il ne dissuadera pas les adversaires d’Israël d’envoyer des roquettes sur les villes du nord comme Haïfa ou du sud comme Sderot. Il faut souligner que la paix ne se fonde pas sur une technologie militaire, même aussi sophistiquée que le « Dôme de fer ». Elle résulte de décisions et d’accords politiques. Avec la poursuite de la colonisation, Israël ne semble pas s’engager dans cette voie."

- Le monde bouge, pas Israël, Denis Sieffert (Politis) - le journal altermondialiste qualifie Israël de "défi à la paix du monde", rien de moins, et condamne aussi au passage le "lobby juif américain" dont "l'aile la plus extrémiste paralyse Barack Obama". Et ils s'y connaissent en matière d'extrémisme.
http://www.politis.fr/Le-monde-bouge-pas-Israel,14371.html
   "[...] Dirigé par un gouvernement d’extrême droite qui ferait honte à toute nation se prétendant démocratique, Israël, plus que jamais, pense guerre, mur, enfermement, appropriation violente, et expansion coloniale. L’attitude de ce pays est un défi à la paix du monde, comme au droit international. [...]
    Pas étonnant dans ces conditions que le Premier ministre, Benyamin Netanyahou, ait prononcé la semaine dernière le pire discours qui fût jamais prononcé par un dirigeant israélien. Et cela, devant le Congrès américain ! Comme un défi au président des États-Unis, Barack Obama. [...] Plus grave encore que les mots : chaque refus, chaque rejet a été salué par une standing ovation par les congressistes américains. [...] C’est ici l’autre mâchoire du pouvoir de la droite israélienne : l’aile la plus inconditionnelle et la plus extrémiste du lobby juif américain paralyse Barack Obama, quelles que soient les convictions de celui-ci. [...]"


Israël

- Massacre d'Itamar : l’assassin ne regrette pas, Meir Ben-Hayoun (Arouts 7) - « je suis fier de ce que j’ai fait et je me ferai à toute peine qui me sera infligée parce que j’ai fait cela pour la Palestine ».
http://www.israel7.com/2011/06/l%E2%80%99assassin-ne-regrette-pas/
   "Les deux jeunes résidents arabes d’Awarta arrêtés pour avoir assassiné la famille Fogel d’Itamar ont été amenés au Tribunal pour la lecture des chefs d’inculpation. Ces deux inculpés, Hakim Awad, 18 ans, et Amjad Awad, 19 ans, du village d’Awarta ont été accusés de cinq assassinats avec prmédiation et également du vol d’armes. Le chef d’inculpation mentionne que Hakim et Amjad se sont procurés des couteaux, se sont introduits par effraction dans la maison des Fogel, ont poignardé et égorgé le père et les trois enfants, puis, ont tiré sur la mère, Ruth Fogel.
    Après la lecture du chef d’inculpation, Amjad Awad a réagi : « je suis fier de ce que j’ai fait et je me ferai à toute peine qui me sera infligée parce que j’ai fait cela pour la Palestine ». Au Parquet militaire, la décision n’a pas encore prise quant à quelle peine requérir. [...]"

- Ahmed Tibi à Tel-Aviv : ''les blocs d'implantations sont une tumeur cancéreuse'' (Guysen) - Difficile de ne pas faire le lien entre ce genre d'incitation à la haine et le passage à l'acte du massacre d'Itamar.
http://www.guysen.com/news_Ahmed-Tibi-a-Tel-Aviv-les-blocs-d-implantations-sont-une-tumeur-cancereuse-_315580.html
   "Le député Ahmed Tibi a affirmé lors de la manifestation de la gauche à Tel-Aviv que ''l'occupation la plus longue de l'histoire moderne doit prendre fin.'' Et de qualifier les blocs d'implantations de ''métastases'' et de ''tumeurs cancéreuses à éliminer pour une paix possible et la vision de deux Etats''."


Gaza & Hamas

- Désaccords Egypte / Hamas : le terminal de Rafah restera fermé (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Desaccords-Egypte-Hamas-le-terminal-de-Rafah-restera-ferme_315691.html
   "Le terminal de Rafah entre la bande de Gaza et l'Egypte restera fermé, au lendemain de la fermeture du poste-frontière par l'Egypte. Le Hamas a décidé de la fermeture après trois jours de confusion et d'absence de coordination avec les autorités égyptiennes. "Nous avons transmis nos demandes à la partie égyptienne hier (samedi) mais nous n'avons pas encore reçu de réponse", a déclaré un haut responsable du Hamas sous le couvert de l'anonymat. "Les opérations ont été suspendues jusqu'à ce que la partie égyptienne réponde à nos demandes d'application de l'ouverture du terminal, d'augmentation du nombre de voyageurs, d'accélération des procédures, de réduction de l'attente et d'un accord sur les heures d'ouverture", a-t-il précisé.
    Pourtant, dimanche, un haut responsable égyptien du terminal a affirmé : "Les passages de l'Egypte vers la bande de Gaza se passent normalement, alors qu'aucun Palestinien n'est arrivé en Egypte parce que le Hamas a fermé le terminal sous prétexte d'examiner le mécanisme de fonctionnement (de Rafah) avec les Egyptiens", a-t-il ajouté."

- The Gaza Flotillas to Come: Some Ground Rules before Setting Out, Alan Baker (former Legal Adviser to Israel's Foreign Ministry and former Ambassador of Israel to Canada) - "It is internationally accepted that any attempt to breach such a blockade may be prevented by Israeli naval patrols. Such a process may take place outside the area of the blockade if the declared intention of the flotilla is to violate the blockade".
http://www.jcpa.org/JCPA/Templates/ShowPage.asp?DRIT=1&DBID=1&LNGID=1&TMID=111&FID=442&PID=0&IID=7368&TTL=The_Gaza_Flotillas_to_Come:_Some_Ground_Rules_before_Setting_Out
Abstract :
   "- An ostensibly civilian, humanitarian flotilla was employed in May 2010 to demonstratively breach the Israeli naval blockade of the Gaza coast. This flotilla was organized by the Turkish IHH, which has extensive links to extreme Islamic terror groups. Provoking a confrontation with Israel continues to be the primary aim.
    - Since May 2010, the Israeli government has altered the manner in which it administers the limitations on the transfer of goods to Gaza. It now specifically prohibits only those materials that might be taken and directed by Hamas and other terror groups in furtherance of their hostile purposes.
    - There is no humanitarian emergency among the civilian population in Gaza, and hence there can be no justification for conveying emergency shipments intended to alleviate an emergency that clearly does not exist. Any genuine wish to provide materials to the Gaza population can be directed through Israeli ports and the relevant authorities.
    - Hamas routinely fires missiles randomly at Israeli civilian targets. Thus a situation of ongoing armed conflict exists between Hamas and Israel, which has the prerogative to institute a naval and land blockade to prevent the introduction of weapons and materials that could serve belligerent purposes. Such a blockade is well established in international law and practice.
    - It is internationally accepted that any attempt to breach such a blockade may be prevented by Israeli naval patrols. Such a process may take place outside the area of the blockade if the declared intention of the flotilla is to violate the blockade. Furthermore, any vessel refusing to respond to the demands of the naval forces may be stopped forcefully."


Judée-Samarie

- Affrontements au passage de Kalandia (JP) - "Alors que la situation commençait à s'aggraver, les forces de sécurité ont commencé à tirer avec des balles en caoutchouc pour tenter de disperser la foule".
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1302257339019&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Au moins 250 manifestants palestiniens se sont affrontés avec la police des frontières, au poste de contrôle de Kalandia, entre Jérusalem et Ramallah, dimanche après-midi. Dans le cadre du "Jour de la Naqsa" qui commémore le 44e anniversaire de la Guerre des Six Jours de 1967, que les Palestiniens considèrent comme un "revers" (naqsa) en raison de leur défaite. Selon la chaîne 10, les manifestants ont jeté des pierres et des cocktails Molotov sur les autorités, et ont brûlé des pneus en direction des forces de police. Ces derniers ont répondu par l'utilisation de gaz lacrymogène et de grenades.
    Alors que la situation commençait à s'aggraver, les forces de sécurité ont commencé à tirer avec des balles en caoutchouc pour tenter de disperser la foule. Au regard des évènements, Tsahal a fermé le passage de Kalandia, indique le porte-parole de l'armée. Et d'ajouter que l'un des officiers de police présent sur les lieux avait été légèrement blessé par un jet de pierre. Quarante Palestiniens ont été blessés au cours de la manifestation, a rapporté Radio Israël.
    À Hébron, les manifestants ont jeté des pierres et des bouteilles sur un jardin d'enfants, à Beit Hadassah. Aucun blessé n'a été signalé. Dans d'autres régions de Judée-Samarie, des dizaines de Palestiniens et de militants de gauche ont défilé vers l'implantation Elon Moré, tentant de forcer les portes du village. À Ramallah, un rassemblement de 200 personnes a été signalé, tandis que dans la bande de Gaza, des centaines de Palestiniens ont organisé une manifestation."


"Processus de paix"

- PA Chairman Mahmoud Abbas: "We Refuse to Recognize a Jewish State" (Palestinian Authority TV, 2 juin, Vidéo 1mn25) - "No, we refuse."
http://www.memri.org/clip/en/0/0/0/0/0/0/2959.htm

- Netanyahou : "Nous considérons la proposition de la France", Herb Keinon (JP) - "Nous apprécions ce geste de la part de nos amis français et je leur répondrai une fois avoir pris en compte tous les éléments".
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1302257338660&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Lors de la réunion hebdomadaire du cabinet, le Premier ministre Benyamin Netanyahou affirme qu'il refuserait de négocier avec une Autorité palestinienne qui comprendrait un Hamas resté inchangé. "Si le Hamas veut prouver sa bonne foi, qu'il relâche Guilad Schalit." Le Premier ministre Netanyahou a affirmé être en train de réfléchir à la proposition de la France, d'organiser une conférence de paix en juillet prochain à Paris. En revanche, aucune négociation n'aurait lieu si le Hamas est à la table. "J'ai entendu la proposition de la France par le ministre des Affaires Etrangères Alain Juppé", a dit Netanyahou à la suite de son entrevue avec ce dernier.
    "Nous apprécions ce geste de la part de nos amis français et je leur répondrai une fois avoir pris en compte tous les éléments. Nous en discuterons aussi avec nos amis aux Etats-Unis. Les Etats-Unis ont aussi envie de promouvoir des initiatives et nous avons nos propres idées aussi à défendre", rappelle le Premier ministre. Selon lui, il est très important de rappeler qu'Israel refusera de négocier avec un gouvernement palestinien, « dont la moitié est composée du Hamas, autrement dit, une organisation terroriste qui cherche à détruire Israel ».
    Netanyahou a été clair avec le ministre français Juppé. Ainsi, un gouvernement palestinien unifié devra accepter les trois conditions posées par le Quartette, à savoir renoncer au terrorisme, reconnaître Israel et accepter les accords antérieurs. "Si le Hamas a adopté un nouvel esprit, comme certains l'affirment, alors l'organisation terroriste devrait en fournir la preuve avec la libération du soldat capturé, Guilad Schalit", a déclaré Netanyahou. Avant d'ajouter : "Et si Mahmoud Abbas a une si bonne relation, comme il le prétend, avec le Hamas, alors il devrait être en mesure de les convaincre de libérer Guilad Schalit"."
- Proche-Orient : Israël veut discuter de la proposition française avec Washington (AP)
http://fr.news.yahoo.com/proche-orient-isra%C3%ABl-veut-discuter-proposition-fran%C3%A7aise-washington-135312334.html
   "Le Premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou a fait savoir dimanche qu'il consulterait les Etats-Unis avant d'accepter l'invitation de la France à participer à une conférence à Paris pour relancer le processus de paix au Proche-Orient. [...] Lors du Conseil des ministres, Benjamin Nétanyahou a déclaré dimanche qu'il discuterait de la proposition française avec ses "amis américains" avant de donner une réponse. [...]"

- Israël embarrassé par l’initiative française, Shraga Blum (Arouts 7)
http://www.israel7.com/2011/06/israel-embarrasse-par-linitiative-francaise/
   "[...] Lors de la réunion du Likoud qui précédait le Conseil des ministres, le ministre de l’Education, Guidon Saar a exprimé ses réticences par rapport à cette nouvelle initiative supervisée par Nicolas Sarkozy : « Ce plan est problématique car il reprend deux éléments que Binyamin Netanyahou avait repoussés à Washington, notamment celui qui voudrait qu’Israël accepte de prime abord un Etat palestinien sur la base des frontières d’avant 1967, avant de négocier sur le reste des questions ». « Ainsi, indique Saar, Israël serait sommé de faire des concessions territoriales considérables avant même d’avoir entamé les pourparlers sur les autres questions cruciales telles que les ‘réfugiés’, la démilitarisation, le caractère juif de l’Etat d’Israël ou la fin définitive des revendications palestiniennes »."

- Shehadeh : « pas de paix sans droit au retour des Palestiniens », Pierre Haski (Rue89) - "Le droit au retour est au coeur de notre situation. Il n'y aura pas de paix tant qu'Israël ne reconnaîtra pas le droit au retour des Palestiniens". Comme ça, c'est clair : la perspective d'un Etat palestinien est tout à fait secondaire à côté de la volonté d'en finir avec l'Etat juif (d'ailleurs l'auteur déclare explicitement qu'il souhaite surtout un "Etat unique", et que la possibilité d'un enfoncement syrien de la frontière israélienne est quelque chose de "magnifique"). Le plus drôle est peut-être que tout cela n'a pas l'air de déranger le moins du monde Rue89.
http://www.rue89.com/entretien/2011/06/05/raja-shehadeh-pas-de-paix-sans-droit-au-retour-des-palestiniens-207900
   "Raja Shehadeh est un avocat palestinien, né à Ramallah d'une famille qui avait fui en Cisjordanie en 1948. [...] Interview à l'occasion d'un passage de l'auteur à Paris."
   "- Rue89 : Pourquoi avoir imaginé le Proche Orient de 2037 ?
    - Raja Shehadeh : Je pense que la situation dans laquelle nous nous trouvons n'est pas tenable. La fragmentation, politique ou autre, de la région ne peut pas durer éternellement. Et si on regarde d'un point de vue historique, cette situation n'existe que depuis cent ans : avant, la région ne faisait qu'une. Le découpage a été le produit des colonialismes français et britannique, il n'est pas économiquement tenable, il ne tient que par l'aide extérieure. [...] le 15 mai, le jour de la Nakba, la frontière entre la Syrie et Israël sur le plateau du Golan ont été enfoncées. Une frontière qu'on pensait là aussi impossible à bouger. Tout cela signifie que l'impossible peut devenir possible, c'est magnifique.
    - Quel regard portez-vous sur la société israélienne aujourd'hui ?
    - Je suis assez réaliste pour réaliser qu'il n'y a pas de précédent dans l'histoire où un peuple colonisant un autre peuple, ou lui imposant sa domination, aura changé de cap juste parce qu'il a pris conscience. Il doit y être contraint, par la situation économique, ou par la peur de ne pas survivre. Or aujourd'hui, l'occupation profite à Israël économiquement, ils ont également la protection totale, sur tous les plans, de la part des Etats-Unis, il n'ont donc pas de raisons de changer. [...] La manière dont évoluent les choses pousse la société israélienne vers la droite, vers le fascisme, vers une plus grande impopularité dans le monde. [...]
    - Que faites-vous du droit au retour (des Palestiniens dans les territoires aujourd'hui Israël) ?
    - Le droit au retour est au coeur de notre situation. Mon livre est en fait un essai sur le droit au retour. Il n'y aura pas de paix tant qu'Israël ne reconnaîtra pas le droit au retour des Palestiniens. Ce qui se passe une fois qu'Israël a reconnu le droit au retour et sa responsabilité dans le sort des Palestiniens est une question importante, à laquelle je n'ai pas de réponse. Je sais qu'il n'y aura pas de retour de tous les Palestiniens, c'est l'affaire des négociations. Je suis absolument convaincu qu'il y a un droit au retour, et qu'il doit être reconnu avant toute chose. Il n'y aura pas de paix sans ça. [...]"


Liban & Hezbollah

- Le Hezbollah se finance par le trafic de drogue (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Le-Hezbollah-se-finance-par-le-trafic-de-drogue-think-tank-francais-_315629.html
   "Selon Alain Rodier du Centre français de Recherche sur le Renseignement, le Hezbollah s'autofinance par le trafic de drogue. Le mouvement terroriste profite de l'importante diaspora libanaise établie de par le monde pour monter des réseaux. Il se fournit en cocaïne en Amérique latine, assure son transport via l'Afrique de l'Ouest avant de livrer la marchandise en Europe. L'argent sale serait blanchi dans des organismes financiers établis dans les Emirats arabes unis et au Liban même."


Monde arabe

- Amr Moussa : nous sommes tous unis pour soutenir l'Etat palestinien (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Amr-Moussa-nous-sommes-tous-unis-pour-soutenir-l-Etat-palestinien_315683.html
   "Lors d’un discours prononcé à l’occasion de la Naksa, la journée marquant la défaite de la Guerre des Six jours en 1967, le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa a assuré que la « Naksa ne se reproduira plus ». Nous sommes tous unis pour soutenir la création d’un Etat palestinien indépendant qui aura Jérusalem comme capitale, a-t-il ajouté."


Iran

- Iran's supreme leader calls for ethnically cleansing Jews from "Palestine" (Elder of Ziyon)
http://elderofziyon.blogspot.com/2011/06/irans-supreme-leader-calls-for.html
   "From AFP: "Supreme leader Ayatollah Ali Khamenei said Saturday that Iran backs "the undivided country of Palestine which belongs to the Palestinians," adding that "Palestine will return to the arms of Islam, without any doubt." "We believe that the country of Palestine belongs in its entirety to the Palestinians"."
    As usual, it loses something in the translation. From Palestine Today: "Ayatollah Khamenei reiterated that the only solution to settle the Palestinian issue is "to allow Palestinians to decide for themselves their next government through a referendum" and "to allow this government to decide what to do Zionists who came from abroad"." This of course means any Israeli Jew whose ancestors lived anywhere else before 1917, or 1880, would be force to leave their homes.
    Why does the Western media downplay the racist statements of Iranian leaders?"


USA

- L'AP salue la décision d'Obama de ne pas transférer l'ambassade américaine à Jérusalem (Guysen)
http://www.guysen.com/news_L-AP-salue-la-decision-d-Obama-de-ne-pas-transferer-l-ambassade-americaine-a-Jer_315570.html
   "L'Autorité palestinienne a salué samedi la décision prise par le président américain Barack Obama de ne pas déménager l'ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem."
- Les Palestiniens saluent la décision des USA de maintenir leur ambassade à Tel-Aviv (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Les-Palestiniens-saluent-la-decision-des-USA-de-maintenir-leur-ambassade-a-Tel-A_315619.html
   "Les Palestiniens ont jugé samedi ''encourageante'' la décision des Etats-Unis de ne pas déménager leur ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem, dans la lignée des précédentes administrations à Washington. Pour Nabil Abou Roudeineh, porte-parole de l'AP, ''cette mesure signifie que le monde et les USA ne reconnaissent pas Jérusalem comme capitale d'Israël''. Et d'extrapoler : ''Cette décision signifie que le monde reconnaît que Jérusalem-est est occupé depuis 1967 et que la la ville sera la capitale de la Palestine dans le contexte d'une solution à deux Etats''."


Europe

- Italie : lancer de chaussures contre une statue de Shimon Pérès (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Italie-lance-de-chaussures-contre-une-statue-de-Shimon-Peres_315633.html
   "Au cours d'un festival à Turin, en Italie, les organisateurs ont mis en place une statue de carton du président israélien Shimon Pérès, ornée d'une étoile de David et d'un enfant mort pour servir de jeu de massacre. Moyennant un euro, les participants pouvaient lancer une chaussure sur S. Pérès, la somme récoltée allant à une organisation pro-palestinienne."

- L'UE accorde 6 millions d'euros aux Palestiniens pour les habitants de Jérusalem (Guysen)
http://www.guysen.com/news_L-UE-accorde-6-millions-d-euros-aux-Palestiniens-pour-les-habitants-de-Jerusalem_315591.html
   "L’Union européenne a accordé mardi 6 millions d’euros à l’Autorité Palestinienne pour ''soutenir le développement culturel, sanitaire et humanitaire des habitants de Jérusalem'', selon les termes officiels. Côté palestinien, le signataire du pacte avec l'UE, Hussein al-Araj, s'est félicité de ce nouveau don qui servira à ''déjudaïser Jérusalem'', a indiqué l'agence palestinienne Wafa."

Repost 0
Published by Occam - dans Juin 2011
commenter cet article
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 18:48

0106_01_0009.jpg

 

- Terrorists in Your Backyard: How Small Israel Really Is (The Israel Project)
http://www.theisraelproject.org/site/c.hsJPK0PIJpH/b.7502327/k.EF48/Terrorists_in_Your_Backyard_How_Small_Israel_Really_Is.htm

Repost 0
Published by Occam - dans Juin 2011
commenter cet article
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 18:47

France

- Le siècle de Sartre, Michel Onfray (Le Monde) - "il soutient les attentats terroristes des Palestiniens en 1972".
http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/06/04/le-siecle-de-sartre_1531903_3232.html
   "Les éditions Grasset ont la bonne idée de publier les entretiens donnés par Jean-Paul Sartre à John Gerassi entre 1970 et 1974. Ces dizaines d'heures d'échanges constituent un document implacable sur le philosophe de Saint-Germain-des-Prés. Ces cinq cents pages se suffisent, en voici quelques pépites. [...]
    Il légitime et justifie l'usage de la peine de mort pour des raisons politiques ; il soutient les attentats terroristes des Palestiniens en 1972 : "Les Palestiniens n'ont pas d'autre choix, faute d'armes, de défenseurs, que le recours au terrorisme. (...) L'acte de terreur commis à Munich, ai-je dit, se justifiait à deux niveaux : d'abord, parce que tous les athlètes israéliens aux Jeux olympiques étaient des soldats, et ensuite, parce qu'il s'agissait d'une action destinée à un échange de prisonniers."
    Il défend la "bande à Baader" : "D'un point de vue moral et révolutionnaire, les enlèvements et les meurtres d'industriels allemands commis par le groupe sont absolument justifiés", et ceci : "Le groupe Baader-Meinhof se conduisait tout à fait bien. Ils n'ont jamais tué un seul innocent. Ils traquaient les porcs vicieux à l'intérieur de leur société, et les colonels américains qui rampaient devant eux" ; il fait de Claude Lanzmann "un bon bourgeois" qui "chante les louanges d'Israël" sans voir "ce qui arrive aux pauvres Palestiniens, chassés de leur terre, leurs maisons saisies sans indemnisation, leurs enfants chassés des écoles, harcelés du matin jusqu'au soir, battus par des étrangers armés jusqu'aux dents. Lanzmann voit les Israéliens comme des victimes de l'Holocauste. Et pour lui quiconque critique la politique israélienne est antisémite. Point". [...]
    La conclusion de Gerassi à ce livre d'entretiens est la suivante : "Sartre n'est pas seulement le plus grand moraliste de ce siècle. C'est également son plus grand prophète." Sans commentaire..."


Gaza & Hamas

- Le terminal de Rafah fermé selon des témoins, Nidal al Moughrabi (Reuters) - Bien sûr, aucun média ne dénoncera ce "blocus égyptien" et aucune flottille ne tentera jamais de le "briser".
http://fr.news.yahoo.com/le-terminal-rafah-ferm%C3%A9-selon-des-t%C3%A9moins-101911444.html
   "Des dizaines de manifestants palestiniens de la bande de Gaza ont forcé samedi l'entrée du point de passage entre l'Egypte et l'enclave palestinienne, fermé pour la première fois depuis sa réouverture fin mai, rapportent des gardes-frontières du Hamas et des témoins. [...] Selon des gardes-frontières du Hamas qui contrôle la bande de Gaza, trois bus avec 180 passagers à bord ont attendu pendant plusieurs heures de pouvoir franchir la frontière à Rafah et certains d'entre eux ont forcé l'ouverture des grilles du terminal.
    "Nous n'avons pas été informés de la raison de la fermeture, les passagers sont en colère", a indiqué à Reuters l'un des gardes-frontières. Selon des témoins, les soldats égyptiens ont tenté de convaincre les Palestiniens d'évacuer le passage mais aucun acte de violence n'a été observé. Cet incident survient alors que les Palestiniens ont prévu de manifester aux frontières avec Israël pour la commémoration le 5 juin de la Naksa, la défaite des forces arabes face à Israël lors de la guerre des Six-Jours en 1967."
- Gazans storm Rafah after Egypt closes border crossing (Haaretz)
http://www.haaretz.com/news/international/gazans-storm-rafah-after-egypt-closes-border-crossing-1.365874
   "Egypt shut its border crossing with Gaza on Saturday for the first time since opening it on a routine basis last month, and angry Palestinians stormed the gates in protest, Hamas officials and witnesses said. Egyptian authorities later reopened the Rafah border crossing following the temporary closure that had triggered the protests at the site, witnesses said. [...] But tensions over conditions at the Rafah terminal have been building since Hamas accused Egypt this week of placing limits on the number of people allowed through. [...]"


Liban, Syrie & Hezbollah

- Hezbollah: Solving Mideast problems is predicated on destroying Israel (Elder of Ziyon) - “We are convinced that unless we resolve the problem of Israel’s existence in the region, there cannot be any solutions.”
http://elderofziyon.blogspot.com/2011/06/hezbollah-solving-mideast-problems-is.html
   "From Now Lebanon:
   "Hezbollah Deputy Secretary General Sheikh Naim Qassem said on Friday that “there cannot be any solutions [in the Middle East] before resolving the problem of Israel’s existence.” “We are convinced that unless we resolve the problem of Israel’s existence in the region, there cannot be any solutions,” Qassem said according to a statement issued by Hezbollah. He said that “the Resistance cannot back down,” adding that “those who are calling to abolish it are calling for abolishing Lebanon.” He also said that Israel “is the enemy of the Arabs and the Muslims…and is the source of every crisis in the region and in our country.” Qassem added that the “oppressive rulers” in the Middle East “are the creation of Israel”."
    Doesn't Hezbollah sound a lot like those Arab dictators everyone is now against who blame all their problems on Israel?"

- Au moins 70 manifestants tués vendredi par les forces syriennes, Mariam Karouni (Reuters) - "Hama et Idlib, où les plus grosses manifestations ont eu lieu, sont deux anciens bastions des frères musulmans".
http://fr.news.yahoo.com/au-moins-70-manifestants-tu%C3%A9s-vendredi-par-les-151111411.html
   "Au moins 70 manifestants hostiles au régime du président Bachar al Assad ont été tués par les forces de sécurité syriennes vendredi, ce qui en fait une des journées les plus sanglantes en onze semaines de révolte. Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté à la sortie de la grande prière hebdomadaire, défiant les forces de sécurité présentes en masse, qui ont ouvert le feu sur la foule. Selon des opposants, le bilan de cette journée pourrait dépasser la centaine de victimes. Une soixantaine de personnes ont été tuées à Hama, ville du centre du pays où Hafez al Assad, le père de l'actuel président, avait réprimé sans pitié il y 29 ans un soulèvement islamiste, faisant jusqu'à 30.000 morts, affirme Rami Abderrahman, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme.
    Samedi, des dizaines de milliers de personnes sont à nouveau descendues dans les rues de la ville, célèbre pour ses grandes norias, pour assister aux funérailles des victimes des violences de la veille qui ont suivi l'incendie du siège local du parti Baas au pouvoir. "La colère gronde en ville. Le peuple ne veut plus vivre dans le silence et la peur. Toute la ville est fermée aujourd'hui et les gens appellent à une grève générale de trois jours", a déclaré par téléphone Omar, un opposant qui n'a accepté de donner que son prénom. Il a précisé qu'il s'attendait à de nouvelles manifestations après la prière du soir. [...]
    "Cela vaut le coup de noter que Hama et Idlib, où les plus grosses manifestations ont eu lieu, sont deux anciens bastions des frères musulmans", fait valoir un opposant souhaitant rester anonyme. "Le nombre de gens descendus dans les rues équivaut à un message de la confrérie au régime lui signifiant : 'Désormais nous prenons toute notre part dans la révolution'," a-t-il ajouté. [...]"


Turquie

- Israelis banned from Turkish race, Oren Aharoni (Ynet) - "in light of the warm relations between Turkey and Syria and Iraq, he was ordered by the Foreign Ministry to solve the problem in favor of the Turkish interest".
http://www.ynet.co.il/english/articles/0,7340,L-4077918,00.html
   "A group of Israeli cyclists was banned last weekend from the 2011 Cycling Tour of Isparta in Turkey, after the Syrian and Iraqi teams threatened to withdraw from the competition. The Turkish cycling association is organizing this year a series of international tours to promote its cyclists in Europe and win a ticket to the Olympic Games. Israel participated in the first tour, the Cycling Tour of Turkey, but the Syrian team avoided facing the Israelis and the Iraqi team withdrew after the first stage, after learning of the Israeli participation.
    "I introduced myself to the heads of the Syrian and Iraqi teams and wished them luck, and they returned the gesture, although at the first stage of the tour we discovered that the Syrians would not be competing in the race," recounted the team's coach, Nimrod Dubinski. "The Iraqis did compete, and several minutes earlier we even posed for pictures with them and disclosed the origin of Roy Kapach and Eliad Daniel. The atmosphere was pleasant and informal."
    Ahead of the second tour, which began on May 24, the race's manager and deputy chairman of the Turkish association informed Dubinski that the Israeli cyclists would not be able to take part in the competition as the Syrian and Iraqi teams refused to participate alongside the Israeli club. "He told us that he considered the Syrian and Iraqi conditions unacceptable and that he would not mix politics with sports," Dubinski added. "Nonetheless, he said there was a problem with our participation in the second tour. As the Syrians and Iraqis won't compete against us, there is an insufficient number of international teams for the tour to be recognized by the International Cycling Union (UCI)."
    "In addition, in light of the warm relations between Turkey and Syria and Iraq, he was ordered by the Foreign Ministry to solve the problem in favor of the Turkish interest." Despite attempts to reach a compromise, no change was made in the following 24 hours and the Israeli team was forced to return to Israel. The Israel Cycling Federation plans to file a complaint with the UCI."

- US: Peace summit instead of flotilla (Ynet)
http://www.ynet.co.il/english/articles/0,7340,L-4077939,00.html
   "The American administration is considering offering the Turkish government a deal, which would see Ankara hosting a peace conference attended by Israel and the Palestinian Authority in exchange for restoring its relations with Jerusalem and stopping the Gaza-bound flotilla planned for late June, Turkish newspaper Zaman reported Friday. [...] According to the offer, the summit will continue previous gathering held in the past, including the 1991 Madrid Conference and the secret Oslo negotiations in 1993. [...]"


Iran

- Ahmadinejad : Pas de calme au Moyen-Orient tant qu'Israël existera (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Ahmadinejad-Pas-de-calme-au-Moyen-Orient-tant-qu-Israel-existera_315525.html
   "Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a soutenu hier que le Moyen-Orient ne connaîtrait pas le calme tant qu'Israël existera."
- Ahmadinejad says Israel, U.S. will 'collapse' in near future (DPA)
http://www.haaretz.com/news/international/ahmadinejad-says-israel-u-s-will-collapse-in-near-future-1.365843
   "Iranian President Mahmoud Ahmadinejad on Friday predicted the disappearance of Israel and the United States in the near future, saying he was certain the nations would soon collapse. "I am certain that the region will soon witness the collapse of Israel and the U.S.," Ahmadinejad said in a speech at the shrine of Ayatollah Ruhollah Khomeini, the late supreme leader of the 1979 Islamic revolution. [...] Ahmadinejad accused Israel of being the main factor in regional and global insecurity and blamed the administration of U.S. President Barack Obama for supporting the Jewish state. [...]"

- Khamenei : l'Iran soutient "l'Etat indivisible de la Palestine qui appartient aux Palestiniens" (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Khamenei-l-Iran-soutient-l-Etat-indivisible-de-la-Palestine-qui-appartient-aux-P_315537.html
   "Le leader suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, a déclaré samedi que l'Iran soutenait "l'Etat indivisible de la Palestine qui appartient aux Palestiniens", ajoutant que "la Palestine va retourner entre les mains de l'Islam, sans aucun doute"."
- L'Iran soutient la révolte arabe, mais pas les pro-Américains, Ramin Mostafavi (Reuters) - Khamenei : "Si quelque part un mouvement est suscité par l'Amérique et les sionistes, nous ne le soutenons pas. A chaque fois que l'Amérique et les sionistes entrent en scène pour renverser un régime et occuper un pays, nous sommes dans le camp opposé."
http://fr.news.yahoo.com/liran-soutient-la-r%C3%A9volte-arabe-mais-pas-les-125031945.html
   "L'Iran soutient les soulèvements dans les pays musulmans sauf ceux qui sont inspirés par les Américains, a déclaré samedi le guide suprême de la Révolution iranienne, l'ayatollah Ali Khamenei, lors des cérémonies marquant le 22e anniversaire de la mort de l'ayatollah Ruhollah Khomeini. Cette position explique l'absence de soutien apporté par Téhéran aux manifestations anti-gouvernementales en Syrie. Prenant la parole devant des milliers de personnes rassemblées au mausolée de l'imam Khomeini dans la banlieue de Téhéran, l'ayatollah Khamenei a affirmé que le père de la République islamique avait prédit les événements qui ont secoué ces derniers mois le Proche-Orient et l'Afrique du Nord et la révolte des populations arabes contre des régimes autocratiques.
    L'Iran s'était réjoui en février de la chute du président égyptien Hosni Moubarak, un allié des Etats-Unis dont le pays a été le premier Etat arabe à signer la paix avec Israël. Téhéran a également apporté son soutien aux mouvements pro-démocratie dans la région, notamment à Bahreïn, où la monarchie sunnite a reçu l'appui de l'Arabie saoudite et des Emirats arabes unis pour faire face aux manifestations de la majorité chiite du pays. Mais les autorités iraniennes, qui ont elles mêmes écrasé les manifestations de l'opposition après l'élection présidentielle contestée de juin 2009, n'ont pas appuyé les manifestants syriens qui contestent le pouvoir du président Bachar el Assad qui a succédé il y a onze ans à son père à la tête du pays.
    "Notre position est claire : là où il y a un mouvement islamique, populaire et anti-américain, nous le soutenons", a dit Khamenei devant une foule qui scandait "Mort à l'Amérique !" Sans mentionner directement la Syrie, il a poursuivi : "Si quelque part un mouvement est suscité par l'Amérique et les sionistes, nous ne le soutenons pas. A chaque fois que l'Amérique et les sionistes entrent en scène pour renverser un régime et occuper un pays, nous sommes dans le camp opposé."
    Washington accuse Téhéran d'aider la Syrie a réprimer le mouvement insurrectionnel contre le gouvernement de Damas, qui aurait fait plus de mille morts depuis onze semaines. Les adversaires de l'Iran craignent que les troubles qui secouent la région depuis cet hiver ne renforcent l'influence des chiites iraniens au Proche-Orient. Les Etats-Unis et Israël soupçonnent l'Iran de se servir de la Syrie pour fournir des armes aux groupes islamistes au Liban et dans la bande de Gaza.
    Evoquant la situation intérieure iranienne, l'ayatollah Khamenei a déclaré que des voix discordantes pouvaient très bien se faire entendre dans le pays à condition qu'elles ne remettent pas en cause le système islamique."


USA

- Obama delays relocation of US Embassy to Jerusalem (AP) - "While Clinton and Bush had indicated a commitment to moving the embassy at some point, Obama's notification does not contain that language".
http://www.ynet.co.il/english/articles/0,7340,L-4078017,00.html
   "Following the practice of his predecessors, President Barack Obama has invoked US national security interests to notify Congress he will not move the US Embassy in Israel from Tel Aviv to Jerusalem. The notification is necessary under a 1995 law that authorized the embassy's relocation but left the decision to presidents. Bill Clinton and George Bush submitted similar notifications to Congress. Under the law, such declarations must be made every six months. Obama also issued them during the first two years of his administration.
    The location of the embassy is sensitive in Mideast peace negotiations because both Israel and Palestinians claim it as their capital. While Clinton and Bush had indicated a commitment to moving the embassy at some point, Obama's notification does not contain that language. In his Mideast policy speech two weeks ago, Obama acknowledged that the issues of Jerusalem and refugees remain emotional stumbling blocks to achieving peace, but said that in order to achieve progress both sides must move forward with talks about territory and security."


Monde

- Pakistan : un drone américain vise le groupe d'un commandant d'Al-Qaïda (AFP) - 5 morts, et alors que les corps ne sont même pas encore identifiés, vous noterez que l'AFP ne suggère même pas l'éventualité de victimes civiles. Une sobriété et une distance auxquelles l'agence ne nous habitue guère lorsqu'elle couvre les frappes israéliennes.
http://www.lesechos.fr/economie-politique/infos-generales/monde/afp_00349395-pakistan-un-drone-americain-vise-le-groupe-d-un-commandant-d-al-qaida-172195.php
   "Un drone américain qui a tué vendredi soir cinq insurgés islamistes dans le nord-ouest du Pakistan visait le groupe d'un important cadre pakistanais d'Al-Qaïda, Ilyas Kashmiri, ont indiqué à l'AFP des responsables locaux sans pouvoir dire s'il était ou non présent. [...] Vendredi soir, l'une des innombrables salves de missiles que tirent régulièrement les drones de la CIA dans les zones tribales du nord-ouest a tué au moins cinq insurgés islamistes dans le district tribal du Waziristan du Sud, le bastion des talibans alliés à Al-Qaïda, selon de hauts responsables militaires pakistanais. "Cette attaque visait le groupe d'Ilyas Kashmiri, mais nous ne savons pas encore s'il était présent ou non sur les lieux au moment de la frappe", a déclaré à l'AFP par téléphone un haut responsable de l'administration locale, sous couvert d'anonymat. [...]"


Point de vue

- Jerusalem is our home, Eddie Yair Fraiman (Ynet) - "We live in a modern, liberal world where people are driven to underestimate the important values of the past".
http://www.ynet.co.il/english/articles/0,7340,L-4077858,00.html
   "Ten measures of beauty descended on the world - nine were taken by Jerusalem, one by the rest of the world. There is no beauty greater than Jerusalem. (Talmud: Kiddushin 49B).
    I remember myself standing in front of Jerusalem’s ancient walls, looking up in excitement and awe. I was a boy on a school field trip wandering into another world. Back then, I couldn't truly grasp the great meaning of those shining Jerusalem stones. The deep importance and weight of millennia of Jewish existence in the holy city was particularly poignant for us, citizens of a sovereign Jewish state visiting our capital city. This poignancy wasn't yet clear to me as a young boy. But I felt I was home.
    This feeling brought me back to live in Jerusalem for my university studies. I couldn't imagine any other option, and I recognized how fortunate my generation is. Jews haven’t always been able to make this simple decision - Aliya, going up to Jerusalem!
    For generations my ancestors dreamt of Jerusalem, mentioning her in their prayers from morning till evening and on all of Israel's holy days. The destruction of the Second Temple was and still is remembered at every Jewish wedding- "If I forget thee, O Jerusalem, may my right hand forget itself"- demonstrating with these sacred words that even during their greatest joys, the people of Israel remember their beloved homeland, and deep in her heart, Jerusalem. Reciting these lines, spoken by generation upon generation of Jewish grooms before me, was one of the most exciting and meaningful moments of my own wedding.
    In addition to those Jews in the Diaspora, throughout the past 2,000 years there was also a small but continually enduring Jewish presence in the holy city. The Jews of Jerusalem lived as a small minority under the shadow of the city’s heavy walls, which protected them from outside dangers. The walls of Montefiore built for the Mishkenot Shaananim neighborhood testify to both the symbolism of the Old City’s battlements, and the Zionist pioneers’ movement to move and build a modern, shining city beyond them.
    After the establishment of the State of Israel, Jerusalem suffered from foreign Jordanian rule and occupation. The Jewish neighborhoods opposite the ancient city walls were subjected to constant Jordanian attack and heavy fire. Only after the Six Day War, when Jerusalem was finally liberated from foreign, unjust occupation, was the Shofar again heard on Temple Mount. Only with the regaining of their sovereignty could the Jews go back and live in their eternal capital city, as could people of every nation and religion.
    However, along with this justified reverence, Jerusalem’s unique position in the world also brings her difficulties. We live in a modern, liberal world where people are driven to underestimate the important values of the past. Too many of us have forgotten the history and Jewish nationality which unite the people of Israel. [...]
    At least I can be proud of the fact that after thousands of years of my family living in the Diaspora, after thousands of years of killings, persecution, pogroms and Jewish destruction that my family endured – my first child was born in the Jewish people’s eternal capital. On her birth certificate it says: BORN IN JERUSALEM!"

Repost 0
Published by Occam - dans Juin 2011
commenter cet article

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages