Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 octobre 2015 6 03 /10 /octobre /2015 11:22
Images du 3 octobre

- This @UNRWA worker loves shooting rockets at Israeli civilians (Elder of Ziyon) - "Here are some of the wonderful, peaceful things he has posted on Facebook". La première image est titrée "Briser le silence", signifiant que les roquettes sont plus efficaces que les mots.
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/10/this-unrwa-worker-loves-shooting.html

Images du 3 octobre
Images du 3 octobre
Images du 3 octobre
Repost 0
Published by Occam
commenter cet article
3 octobre 2015 6 03 /10 /octobre /2015 11:22

Attentat terroriste


- Cisjordanie : un couple de parents israéliens tués par des tirs palestiniens (i24)
http://www.i24news.tv/fr/actu/israel/diplomatie-defense/87612-151001-cisjordanie-2-israeliens-tues-par-des-tirs-palestiniens-pres-d-itamar
"Deux Israéliens ont été tués jeudi soir par des tirs palestiniens contre leur véhicule près de la ville de Naplouse, sur la route qui mène de l'implantation d'Itamar à celle d'Elon Moreh, en Cisjordanie , a indiqué une source de sécurité israélienne. Les deux victimes ont été touchées à plusieurs reprises dans le haut du corps, selon les ambulanciers.
Quatre enfants, âgés de 4 mois, 4, 7 et 9, étaient dans le véhicule, mais n'ont pas été atteints par les coups de feu, rapporte les services médicaux du Magen David Adom. Les enfants ont toutefois été évacués vers un hôpital. Les deux victimes sont les parents des quatre enfants.
Après la fusillade, la voiture des assaillants s'est dirigée vers un village palestinien voisin, selon des témoins. La route a été fermée à la circulation, avec les forces de Tsahal ratissent la région pour retrouver les auteurs. Des barrages routiers ont été mis en place dans toute la zone. Les équipes de secours qui sont arrivés sur les lieux ont également essuyé des tirs, selon les premiers rapports.
Le chef de l'opposition Yitzhak Herzog a été parmi les premières personnalités publiques à réagir. "L'assassinat en Samarie est répréhensible et très douloureux. Je partage la douleur de la famille et le deuil de la communauté", a-t-il déclaré sur Twitter."
- Deux Israéliens tués par des tirs palestiniens (AFP) - "Les parents "ont été massacrés devant les yeux de leurs quatre enfants" a déclaré un porte-parole de l'armée israélienne Peter Lerner dans un communiqué. Présents dans la voiture, les enfants ont été blessés légèrement dans l'attaque" ; "Le mouvement islamiste palestinien Hamas a de son côté salué "les auteurs de cette opération". "Cette opération est la réponse aux crimes sionistes", affirme le Hamas dans un communiqué".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/10/01/97001-20151001FILWWW00347-cisjordanie-deux-israeliens-tues-par-des-tirs-palestiniens.php
- Attentat/Cisjordanie : une des branches armées du Fatah revendique l'attaque (i24) - "L'attentat a été revendiqué par une des branches des brigades des martyrs d'Al Aqsa, le bras armé du Fatah. Un responsable du Fatah, Azam al-Ahmad, a déclaré à la télévision du Hamas "al-Quds" que cet attentat est la "réaction naturelle aux crimes des colons, tout acte méritant une réponse". Le Front populaire de Libération de la Palestine s'est félicité de l'attaque et a appelé à "renforcer la lutte"."
http://www.i24news.tv/fr/actu/israel/diplomatie-defense/87612-151001-cisjordanie-2-israeliens-tues-par-des-tirs-palestiniens-pres-d-itamar
- Une branche armée du Fatah revendique l’attentat terroriste (JTA) - "Les Brigades Abdel Qader al-Husseini affirment que l’assassinat d’Eitam et Naama Henkin était « une action nécessaire »".
http://fr.timesofisrael.com/une-branche-armee-du-fatah-revendique-lattentat-terroriste/
- Mahmoud Abbas' Fatah group takes credit for murder of Eitam and Naama Henkin (Elder of Ziyon) - "The Husseini Brigades also shot many rockets from Gaza last year, a fact that practically no media noted, as they want to pretend that Mahmoud Abbas' Fatah is a "moderate" group. And the Al Aqsa Brigades of Fatah are not a rogue group. Their Abu Nidal Brigades has an article from yesterday about how the Fatah leadership thanked them for their work in general, reproducing the letter on Fatah stationery. These Fatah groups are paid for and supported by Fatah, and Fatah is led by Mahmoud Abbas, who has never dissociated himself from their actions".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/10/mahmoud-abbas-fatah-group-takes-credit.html

- Abbas fails to condemn murder of Israelis in Ramallah speech (Ynet)
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4706443,00.html
"Mahmoud Abbas failed to condemn the murder of an Israeli couple, Eitam and Na'ama Henkinin, a terror attack during a speech at his Ramallah headquarters on Friday night. Abbas was speaking within the framework of a ceremony held to welcome the Palestinian leader upon his return from the UN General Assembly. [...]
Netanyahu reacted to Thursday's attack saying “The killers knew that they were murdering a mother and father, the children were there. It has been proven again that the wild Palestinian incitement leads to acts of terrorism and murder such as we have seen this evening.”
The Prime Minister singled out Abbas, saying that when Israelis perpetrated the attack in Duma, every official in Israel strongly condemned the act, while he himself visited the family in the hospital. Yet Abbas had not issued a single condemnation of the couple's murder, and that his utter silence in the face of the despicable attack was telling. “Compare this to the silence of the Palestinian leadership now, I have not heard their condemnation,” Netanyahu said. [...]"

- Grandnephew of ‘father of human rights law’ killed for being Jewish, Eugene Kontorovich (professor at Northwestern University School of Law) - "Eitam himself was a graduate fellow at the Kohelet Policy Forum, a Jerusalem think tank I am also associated with. My colleagues there describe Eitam as “an extremely impressive scholar and human being.”" Ceci pour se rappeler qu'il existe de réels êtres humains derrière le qualificatif ignominieux de "colons", abondamment utilisé par l'AFP.
https://www.washingtonpost.com/news/volokh-conspiracy/wp/2015/10/02/grandnephew-of-father-of-human-rights-law-killed-for-being-jewish/
"Eitam and Naama Henkin, two Israeli civilians, were gunned down in a drive-by shooting on a road in the West Bank yesterday. Four of their children were in the backseat of their car at the time.
The name Henkin will be immediately familiar to those interested in international law, because of Louis Henkin. Prof. Henkin was one of the defining figures in post-World War II international law. In a five-decade career at Columbia University School of Law, he pioneered the modern field of international law and has been called “the father of human rights law.”
Eitam’s grandfather was Louis Henkin’s brother; his parents are prominent Orthodox figures, associated with liberal approaches to Judaism. Eitam himself was a graduate fellow at the Kohelet Policy Forum, a Jerusalem think tank I am also associated with. My colleagues there describe Eitam as “an extremely impressive scholar and human being.” The Fatah movement of Palestinian President Mahmoud Abbas has apparently admitted organizing the attack. I assume Eitam was a U.S. citizen (his parents both are)."

- Nétanyahou et Kerry comparent la tuerie aux USA et en Cisjordanie (Reuters) - ""Aujourd'hui, Israël et l'Amérique sont unis dans la douleur. Des terroristes palestiniens ont tué hier de jeunes mère et père laissant quatre petits orphelins. Un homme armé a tué avec brutalité neuf Américains innocents", a déclaré M. Netanyahu, l'air grave, au côté de John Kerry".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/10/02/97001-20151002FILWWW00347-netanyahu-et-kerry-comparent-la-tuerie-aux-usa-et-en-cisjordanie.php

*******************************************************

ONU

- Bibi's UN speech (video, transcript) - voir la vidéo ici. C'est un bon orateur, elle vaut l'écoute.
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/10/bibis-un-speech-video.html
- Discours de Benjamin Netanyahu à la 70e Assemblée générale de l’ONU (Times of Israel) - Un résumé en français de son discours.
http://fr.timesofisrael.com/discours-de-benjamin-netanyahu-a-la-70e-assemblee-generale-de-lonu/
- Le "silence" de Nétanyahou pour dénoncer l'Iran (Agences) - "Un long silence de 45 secondes, visage fermé, avant de dénoncer en des termes tranchants l'Iran et l'inertie de la communauté internationale : le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a joué la dramatisation jeudi pour faire passer son message à l'ONU". Voir ici la vidéo de ce désormais fameux moment du discours.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/10/01/97001-20151001FILWWW00376-le-silence-de-netanyahu-pour-denoncer-l-iran.php
- A l’ONU, Nétanyahou se dit prêt à reprendre immédiatement les négociations avec les Palestiniens (AFP)
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/10/01/a-l-onu-netanyahou-se-dit-pret-a-reprendre-immediatement-les-negociations-avec-les-palestiniens_4780470_3218.html
"Invité à son tour à la tribune de l’Assemblée générale de l’ONU, le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a affirmé jeudi 1er octobre que son pays était prêt à « reprendre immédiatement » les négociations de paix avec les Palestiniens « sans aucune condition préalable ».
« Malheureusement, le président [palestinien Mahmoud] Abbas n’est pas disposé à le faire, j’espère qu’il ne va changer d’avis », a ajouté M. Nétanyahou. « Je reste attaché à la vision de deux Etats pour deux peuples », a affirmé le premier ministre, évoquant « un Etat palestinien démilitarisé [qui] reconnaîtrait un Etat juif ». [...]
« Comment Israël peut-il faire la paix avec un partenaire palestinien qui refuse même de s’asseoir à la même table de négociation ? », s’est interrogé jeudi M. Nétanyahou en souhaitant que « l’Autorité palestinienne respecte ses engagements (…) et que les Palestiniens ne s’éloignent pas de la paix » : « Président Abbas, je sais que ce n’est pas facile, que c’est dur, mais nous devons à nos peuples de continuer à essayer. »
Il a aussi demandé à M. Abbas d’« arrêter de répandre des mensonges sur les intentions d’Israël » à propos de l’esplanade des Mosquées à Jérusalem, théâtre d’affrontements récents : « Israël s’est pleinement engagé à respecter le statu quo. (…) Israël respectera toujours les lieux saints de tous. » Le premier ministre israélien a exigé de M. Abbas qu’il « dénonce les actions des militants islamistes qui introduisent des explosifs dans la mosquée Al-Aqsa et veulent empêcher juifs et chrétiens de visiter les lieux saints. (…) C’est là qu’est la vraie menace contre les lieux saints ».
Des échauffourées sporadiques avaient éclaté mardi aux abords de l’esplanade des Mosquées, des Palestiniens tentant de perturber les visites de juifs, nombreux dans la vieille ville de Jérusalem en raison des célébrations de la fête de Soukkot. [...]"

- Jordan's king ignored Palestinian issue in UN speech (Elder of Ziyon) - "Remember how upset Saeb Erekat was that President Obama didn't mention Palestinians even once during his UN speech? It turns out that the king of Jordan placed exactly the same priority on "Palestine" that Obama did".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/10/jordans-king-ignored-palestinian-issue.html

*******************************************************

USA

- Obama a refusé de bloquer une éventuelle résolution de l’ONU sur la Palestine (Times of Israel) - "Le geste était apparemment un compromis pour obtenir des élus démocrates leur soutien sur l’accord nucléaire avec l’Iran, mais le président a refusé la proposition par deux fois".
http://fr.timesofisrael.com/obama-a-refuse-de-bloquer-une-eventuelle-resolution-de-lonu-sur-la-palestine/
- Exclusive: Obama brushed off Reid's plea on Palestinian state (Politico) - "The Senate leader wanted the president to side with Israel by disavowing a U.N. resolution calling for a Palestinian state. It didn't happen".
http://www.politico.com/story/2015/10/reid-obama-israel-palestinians-netanyahu-united-nations-214011

*******************************************************

Yémen

- Yémen : plus de 500 enfants tués depuis le début du conflit (AFP) - "au moins 505 enfants ont été tués, 702 blessés, a indiqué un porte-parole de l'Unicef".
https://fr.news.yahoo.com/y%C3%A9men-500-enfants-tu%C3%A9s-depuis-d%C3%A9but-conflit-112035139.html

- Pourquoi la destruction du patrimoine yéménite passe inaperçue, Fanny Arlandis (Slate) - "c'est la coalition dirigée par l'Arabie saoudite qui est à l'origine de la majeure partie des destructions. Selon elle, les rebelles utilisent les sites archéologiques pour se cacher et entreposer des armes" ; "Une large partie de la population civile se retrouve privée d’eau potable, de médicaments et de nourriture. Pourtant cette guerre demeure absente de nos écrans et la communauté internationale s'enfonce dans son mutisme". Le double standard avec tout ce qui touche à des opérations israéliennes n'est même pas flagrant. Il devient carrément éblouissant.
http://www.slate.fr/story/107111/yemen-destruction-patrimoine-inapercue
"Le monde entier s’est indigné de la disparition de Palmyre, en Syrie, ou des sites de Hatra ou Nimroud en Irak. Et au Yémen ? Qui s'émeut de la destruction de son patrimoine extraordinaire depuis six mois ? [...]
Ce sont déjà plus de trente sites qui ont été en partie détruits ou réduits en poussière dans ce conflit : le temple de Nakrah dans la ville antique de Baraqish, la forteresse médiévale d’al-Qahira... La capitale, Sana'a, n'a pas non plus été épargnée : 5.000 des 9.000 maisons traditionnelles ont été touchées par des frappes aériennes. Le 23 mai, le musée de Dhamar est réduit en poussière. Plus de 12.500 objets datant de 3.500 ans avant J.-C. disparaissent.
Si le tourisme ne s'est jamais développé à grande échelle en raison de l'insécurité tribale qui a souvent régné dans certaines régions, ce pays à l'histoire millénaire a toujours affiché la volonté de préserver son patrimoine.
[...] c'est la coalition dirigée par l'Arabie saoudite qui est à l'origine de la majeure partie des destructions. Selon elle, les rebelles utilisent les sites archéologiques pour se cacher et entreposer des armes. Elle avance donc ce prétexte pour justifier ses bombardements, comme celui du barrage de Marib, ancienne capitale du royaume de la reine de Saba. Construit au VIIIe siècle avant J.-C., il irriguait les champs de la région sur 10.000 hectares. Or, selon les spécialistes, ce site complétement isolé ne possède aucune valeur stratégique. Certains émettent donc l'hypothèse de frappes intentionnelles.
Franck Mermier évoque «une volonté de vengeance et de punition collective qui relève du droit de tuer et de détruire un ennemi que l’on a décidé de faire plier jusqu’à ce qu’il se rende». Exemple frappant : «Saada, le berceau du zaydisme et le fief des Houthis, a été dévastée avec un acharnement spécifique», commente l'anthropologue. Un archéologue qui souhaite rester anonyme pointe la volonté de l'Arabie saoudite de s'en prendre à ce qui est antéislamique. La doctrine wahhabite adoptée par cette monarchie condamne la visite de ces sites, qu'elle considère comme de l'idolâtrie. [...]
Ce conflit n'est pas seulement un désastre culturel, il est aussi humain. Selon les Nations unies, on dénombre déjà plus de 5.000 morts, 25.000 blessés et 1,4 million de déplacés. L’Arabie saoudite et ses alliés bloquent le ravitaillement des zones rebelles. Une large partie de la population civile se retrouve donc privée d’eau potable, de médicaments et de nourriture. Pourtant cette guerre demeure absente de nos écrans et la communauté internationale s'enfonce dans son mutisme.
[...] la différence de médiatisation des cas syrien et yéménite est aussi une question d'acteurs. «En Syrie, on souligne les faits de barbarie pratiqués sur les humains ou le patrimoine pour diaboliser l’État islamique. On insiste donc sur le manque de culture, d’humanisme et d’ouverture d’esprit de cette organisation», explique Jérémie Schiettecatte. Sauf que, dans la guerre au Yémen, la France est du mauvais côté :
«Les destructions, poursuit la source anonyme, sont principalement opérées par une coalition dirigée par l’Arabie saoudite donc il s’agit d’un gouvernement et d’une armée dites légitimes qui agissent avec le consentement international, et notamment le soutien de la France et des États-Unis. L’Occident n’est donc pas très intéressé à mettre le doigt sur les failles et les bavures de cette intervention.» [...]"

Repost 0
Published by Occam
commenter cet article
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 14:54
Image du 1er octobre

- Another UNRWA teacher posts antisemitic cartoon (Elder of Ziyon) - "This peaceful UNRWA teacher has lots of photos of guns, too. He also likes cartoons that portray Jews as frightened, sidelocked Haredim fearful of rockets. No doubt this is all consistent with the vaunted human rights curriculum that UNRWA is so proud of".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/09/another-unrwa-teacher-posts-antisemitic.html

Repost 0
Published by Occam
commenter cet article
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 14:54

France


- Claude Lanzman reste "inquiet" pour l'existence de l'Etat hébreu (L'Express) - "Je suis inquiet pour Israël. Si l'Iran se dote de l'arme nucléaire, quoi qu'on en dise aujourd'hui ce serait un vrai changement, un saut qualitatif. Je suis plutôt d'un tempérament pessimiste et je pense qu'Israël n'en a pas fini avec les guerres".
http://www.lexpress.fr/actualites/1/culture/claude-lanzman-reste-inquiet-pour-l-existence-de-l-etat-hebreu_1720676.html

- Syrie : 30 jihadistes tués dans le premier raid français contre l'EI (AFP) - "dont 12 enfants soldats". Ce qu'on appelle plus couramment "civils" quand il s'agit de frappes israéliennes dans la Bande de Gaza...
https://fr.news.yahoo.com/syrie-30-jihadistes-tu%C3%A9s-premier-raid-fran%C3%A7ais-contre-081654718.html

*************************************************

Gaza & Hamas

- Une roquette tirée du centre de Gaza interceptée par le Dôme de fer (Times of Israel) - "L’attaque est survenue au cours de la fête de Souccot, lorsque les écoles juives sont fermées et durant lesquelles beaucoup de gens voyagent à travers le pays".
http://fr.timesofisrael.com/une-roquette-tiree-du-centre-de-gaza-interceptee-par-le-dome-de-fer/
- Israël frappe Gaza en réponse au tir de roquette (Times of Israel) - "Tsahal a déclaré que l’armée de l’Air israélienne avait frappé quatre « cibles terroristes » à l’intérieur de Gaza. Au moins deux des cibles appartiennent au Hamas".
http://fr.timesofisrael.com/israel-frappe-gaza-en-reponse-aux-tirs-de-roquette/


*************************************************

Israël

- Quelque 100 000 Israéliens dans les parcs depuis le début de Souccot (Times of Israel) - "Les rivières en Galilée ainsi que les réserves naturelles de Banyas et Tel Dan remporteront la palme cette année".
http://fr.timesofisrael.com/quelque-100-000-israeliens-dans-les-parcs-depuis-le-debut-de-souccot/

- Did Muslims set fire to Al Aqsa on Sunday? (Elder of Ziyon) - "as we have seen, the rioters inside the "third holiest place in Islam" routinely shoot firebombs and fireworks. In this video you can see some of them launching fireworks from outside the mosque before they barricaded themselves on that same day".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/09/did-muslims-set-fire-to-al-aqsa-on.html

- WATCH: Palestinian Kicks Jewish Baby In Stroller (Israellycool) - "Following the disturbing scenes of palestinians screaming in hatred at the Jewish man and his young, petrified son in the old city of Jerusalem comes this even more disturbing scene".
http://www.israellycool.com/2015/09/29/watch-palestinians-kick-jewish-baby-in-stroller/


*************************************************

ONU

- Le drapeau palestinien à l'ONU, une première à forte charge symbolique (AFP)
https://fr.news.yahoo.com/drapeau-palestinien-%C3%A0-lonu-premi%C3%A8re-%C3%A0-forte-charge-052428383.html
"[...] le symbole du lever du drapeau palestinien constituera un événement à forte charge symbolique, tout comme l'a été en 2015 le débat et les votes parlementaires en faveur de la reconnaissance de l'Etat palestinien dans plusieurs pays européens. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et des dizaines de responsables étrangers devraient assister à la cérémonie.
Tous ne seront cependant pas représentés, puisque la résolution autorisant le drapeau palestinien, votée le 10 septembre, a recueilli huit refus et 45 abstentions. Les Etats-Unis et Israël ont voté contre, de même que le Canada et l'Australie. La France a voté pour, ainsi que la Russie et la Chine. Le Royaume-Uni et l'Allemagne se sont abstenus.
Cette résolution a constitué une nouvelle étape après le vote historique de novembre 2012 à l'Assemblée générale, qui a vu la Palestine devenir un "Etat observateur non membre" de l'ONU. Fort de ce nouveau statut, l'Etat de Palestine a intégré des agences internationales et a rejoint la Cour pénale internationale. Mais il n'est pas encore devenu membre à part entière des Nations unies bien qu'il soit reconnu par plus de 130 pays."

- A l’ONU, Rouhani critique les Etats-Unis qui soutiennent un Israël inhumain (Times of Israel)
http://fr.timesofisrael.com/a-lonu-rouhani-critique-les-etats-unis-qui-soutiennent-un-israel-inhumain/
"[...] Rouhani a évoqué Israël à deux reprises, en se référant à lui comme « le régime sioniste ». Dans un premier point important, il a appelé les puissances mondiales avec lesquelles l’Iran a négocié son accord nucléaire en juillet à dépouiller Israël de son arsenal d’armes nucléaires déclarées. Exigeant un « désarmement nucléaire complet » au Moyen-Orient, il a déclaré que les grandes puissances ne doivent « pas laisser le régime sioniste rester le seul obstacle dans la voie de la réalisation de cette importante initiative ».
Et en second lieu, il a affirmé que le traitement « inhumain » d’Israël des Palestiniens a été utilisé par des groupes terroristes pour justifier leurs crimes, et que le soutien américain envers Israël a faussé la politique américaine. Si ce n’était pas en raison du « soutien injustifié [des Américains] envers les actions inhumaines du régime sioniste contre la nation opprimée de la Palestine aujourd’hui, les terroristes n’auraient pas d’excuse pour justifier leurs crimes », a déclaré Rouhani. Washington, a-t-il poursuivi, « jette des accusations sans fondement et poursuit d’autres politiques dangereuses », dans sa défense des « alliés régionaux » qui ne font que cultiver la division. [...]"

- A l’ONU, Mahmoud Abbas veut réanimer l’intérêt international pour la question palestinienne, Piotr Smolar (Le Monde)
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/09/30/a-l-onu-mahmoud-abbas-veut-reanimer-l-interet-international-pour-la-question-palestinienne_4778005_3218.html
"Pas une phrase, pas un mot. Dans son discours prononcé lundi 28 septembre à la tribune des Nations unies, Barack Obama n’a pas cité le conflit israélo-palestinien. Un choix qui témoigne à la fois des priorités du moment – la Syrie, l’organisation Etat islamique (EI) – et d’une lassitude générale devant une situation locale de plus en plus inextricable. [...]
Agé de 80 ans, Mahmoud Abbas dispose d’une marge de manœuvre très faible. Confronté à une grande impopularité, même si aucun leader alternatif ne s’impose réellement dans l’opinion palestinienne, le successeur de Yasser Arafat a promis de lâcher « une bombe » dans son discours à l’ONU. Depuis, au cours de plusieurs rencontres avec des diplomates occidentaux, notamment lors de son passage à Paris le 21 septembre 2015, il a tenu à rassurer ses interlocuteurs.
Que va dire Mahmoud Abbas ? Les experts et les membres de la direction palestinienne ont évalué plusieurs hypothèses au cours des dernières semaines, en cherchant ainsi à faire monter les attentes. Certains ont évoqué un sabordage de l’AP, pour rendre les clés de la Cisjordanie à Israël et lui faire porter tout le poids de l’occupation. D’autres ont avancé, sans trop y croire, la fin de la coordination sécuritaire entre les services israéliens et palestiniens, clé du calme relatif qui règne dans les territoires. Outre ces idées, la direction palestinienne s’est déjà engagée sur la voie judiciaire, en adhérant à la Cour pénale internationale (CPI), dont les procédures sont longues. Elle a aussi recueilli des reconnaissances bilatérales par dizaines [...]
Benyamin Nétanyahou, de son côté, dénonce les « incitations à la violence » de l’AP, sur l’esplanade des Mosquées comme ailleurs. Le premier ministre israélien se dit prêt à discuter sans délai ni conditions avec Mahmoud Abbas. [...]"
- Palestinians upset that world no longer considers them important - so they threaten World War III (Elder of Ziyon) - "They are so used to being coddled by the UN with their own agencies and permanent topics on the calendar and an entire Human Rights Council that spends more than half its time on them that when they fall from the top stories they are frightened by the idea that they might actually have to compromise for peace"; "Abbas promises a "bombshell" in his UN speech today. And one of his officials yesterday threatened World War III over the Israeli restrictions of rioters on the Temple Mount. Really. Former Religious Affairs minister for the PA, Mahmoud Habash said that what is happening in Jerusalem at the Temple Mount will ignite World War III while speaking to official Voice of Palestine radio".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/09/palestinians-upset-that-world-no-longer.html

- Pour Mahmoud Abbas, la Palestine n’est plus tenue par les accords d’Oslo, Piotr Smolar (Le Monde)
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/09/30/abbas-a-l-onu-la-palestine-merite-d-etre-reconnue-en-tant-qu-etat-a-part-entiere_4778613_3218.html
"Mahmoud Abbas avait promis une « bombe » dans son discours annuel devant l’Assemblée générale de l’ONU, à New York. Mercredi 30 septembre, il s’est contenté de délivrer un message crypté, ambigu, annonçant que l’Autorité palestinienne ne se sentait plus liée par les accords passés signés avec Israël. Mais le président de l’Autorité palestinienne s’est bien gardé de détailler les conséquences pratiques de cette annonce, en particulier sur un point fondamental : la coordination sécuritaire avec les services israéliens, qui assure une tranquillité relative en Cisjordanie. [...]
« Nous déclarons dès lors que nous ne pouvons continuer à être engagés par ces accords et qu’Israël doit assumer toutes ses responsabilités comme puissance occupante, parce que le statu quo ne peut continuer. »
Pourtant, l’alternative au statu quo n’apparaît pas très clairement dans le discours de Mahmoud Abbas, qui n’assume pas une rupture. Un renoncement radical à Oslo signifierait la fin de l’Autorité palestinienne, pouvoir intérimaire selon sa définition d’origine. Or M. Abbas emploie des formules suffisamment floues pour ne pas s’enfermer dans cette logique. Il affirme qu’il œuvrera en faveur de nouvelles reconnaissances bilatérales de la Palestine. Il souhaite que l’Etat « continue à se renforcer » et se félicite de l’idée d’un groupe de soutien international en faveur de la paix avec Israël, que porte notamment la France.
La question de la coordination sécuritaire, elle, demeure en suspens. Si les services israéliens disposent d’une amplitude d’action et de renseignement totale en Cisjordanie, assistés par leurs homologues palestiniens, il n’en va pas de même dans la bande de Gaza, administrée par le Hamas depuis 2007. Cette coordination apparaît dans l’annexe n° 1 de l’accord intérimaire, signé le 28 septembre 1995. Les deux parties « s’engagent à assurer la prise en charge immédiate, efficace et réelle de tout incident impliquant une menace ou un acte de terrorisme, de violence ou d’incitation, qu’il soit commis par des Palestiniens ou par des Israéliens. A cette fin, ils coopéreront dans l’échange d’informations et coordonneront les politiques et les activités. » Le sabordage de cette coordination ne servirait les intérêts d’aucune des deux parties, estiment les experts.
Le cabinet du premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, qui s’exprimera devant l’Assemblée générale de l’ONU jeudi, a publié un communiqué dans lequel il qualifie le discours de M. Abbas de « trompeur » . Il l’appelle à « agir de façon responsable et à accepter l’offre du premier ministre israélien à tenir des négociations directes sans préconditions »."

- Translating Abbas' UN speech into plain English (Elder of Ziyon) - une traduction "commentée" du discours d'Abbas à l'ONU.
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/10/translating-abbas-un-speech-into-plain.html
- Netanyahu: Abbas’s speech was deceitful, direct talks best way forward (JP) - “Abu Mazen's speech was deceitful and encourages incitement and lawlessness in the Middle East.”
http://www.jpost.com/Arab-Israeli-Conflict/Netanyahu-Abbass-speech-filled-with-lies-direct-talks-best-way-forward-419532

*************************************************

"Processus de paix"

- Thousands of Jews at Kotel "desecrating Buraq square" according to Palestinians (Elder of Ziyon) - "Today, thousands of Jews are flocking to the Kotel (Western Wall) in Jerusalem to participate in the semi-annual Birkat Kohanim ceremony as well as a "Hakhel" ceremony that occurs once every seven years"; "This is the kind of antisemitic incitement that is blared daily in Arab media, but the Western media doesn't want to cover the issue".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/09/thousands-of-jews-at-kotel-desecrating.html

- Analyst: Palestinian Leadership Faces “Dangerous” Generational Crisis (CAMERA) - "Abbas “appears set to deflect domestic criticisms by attacking Israel at the U.N. General Assembly meeting on September 30,” Rumley said".
http://blog.camera.org/archives/2015/09/analyst_palestinian_leadership.html
"Palestinian Authority (PA) leadership faces a “dangerous generational crisis” according to Grant Rumley, a specialist on Palestinian and Jordanian politics at the Washington D.C.-based think tank, Foundation for Defense of Democracies. Writing in Business Insider, Rumley argues there is growing and visible discontent within the PA over the rule of President and Fatah movement head Mahmoud Abbas (“The Palestinians are facing a dangerous generational crisis,” Sept. 29, 2015).
Abbas—currently in the tenth-year of a four-year term—lacks a “clear successor or a national strategy.” This is apparent, Rumley argues, as Palestinian dissent and dissatisfaction increase. Footage of PA security forces “violently clubbing” West Bank Arabs spurred protests in refugee camps and street demonstrations against both the authority and Abbas. Abbas—similar to his predecessor Yasser Arafat—increasingly has consolidated his control over the PA, Fatah and the Palestine Liberation Organization (PLO). But the PA resident now faces growing discontent with his essentially one-man rule.
As CAMERA observed recently, a Palestinian Center for Policy and Survey poll shows a majority of West Bank (Judea and Samaria) Arabs feel the PA “has become a burden on the Palestinian people and for the first time…a majority now demands the dissolution of that authority”(“Poll: Majority of Palestinians Support Another Intifada,” Sept. 25, 2015).
The 80-year-old Abbas also faces internal criticism over what his critics allege to be a manipulation of PLO bylaws following his announcement that he and other members of the PLO’s executive committee would resign to procedurally force a meeting of the PLO’s legislative body, the Palestinian National Council (PNC). Members of Fatah’s legislative body, the Revolutionary Council, have been demanding that Abbas name a successor. The council, Rumley states, “is split on both a generational and an ideological level.” These divisions have been exacerbated by internal arguments over Abbas’ unilateral decision to exile a potential rival, Mohammed Dahlan, the PA’s former head in the Gaza Strip before Hamas seized power there. Dahlan, aged 54, is representative of a younger generation seeking power in Palestinian politics.
According to FDD’s Rumley: “The debate over Dahlan and the contest over who gets nominated for the PLO executive committee will extend into Fatah’s conference in November. According to Fatah’s bylaws, the group is supposed to have a conference every five years in order to hold internal elections. However, the last conference was in 2009, and since the party’s founding in 1965 it has only managed five other conferences. With questions surrounding Abbas’s lack of a successor, his overall strategy, and the future of the party, the upcoming conference is potentially explosive.”
The PA president’s seeming solution to this turmoil inside and outside his ranks? Abbas “appears set to deflect domestic criticisms by attacking Israel at the U.N. General Assembly meeting on September 30,” Rumley said. There, some observers expected him to call for annulling the Oslo accords—the very agreement with Israel responsible for establishing the Palestinian Authority (“Want to Really Help Refugees?” Tablet, Sept. 24, 2015). In his speech, Abbas did just that ("Abbas: Palestine a state under occupation, no longer bound by Oslo accords," Times of Israel, Sept. 30, 2015).
Grant Rumley’s article in Business Insider can be found here. His recent FDD report (“The Race to Replace Mahmoud Abbas,” Sept. 3, 2015) examining possible successors to Abbas can be found here."


*************************************************

Syrie

- Syrie : 27 morts lors de frappes aériennes (Reuters) - "Au moins 27 personnes, dont six enfants, ont été tuées lors du bombardement de certains secteurs de la province de Homs par l'armée de l'air syrienne".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/09/30/97001-20150930FILWWW00168-syrie-27-morts-lors-de-frappes-aeriennes.php

*************************************************

Yémen

- Yémen : interception d'un bateau iranien chargé d'armes pour des rebelles (AFP) - "Le gouvernement yéménite et la coalition arabe accusent régulièrement l'Iran de soutenir les Houthis qui se sont emparés de vastes pans du territoire yéménite depuis un an et contrôlent toujours la capitale Sanaa. Pour justifier leur intervention, les monarchies sunnites du Golfe, Arabie saoudite en tête, ont affirmé vouloir empêcher Téhéran de rééditer au Yémen l'expérience du mouvement chiite libanais Hezbollah".
https://fr.news.yahoo.com/y%C3%A9men-interception-dun-bateau-iranien-charg%C3%A9-darmes-rebelles-084355604.html

- Yémen : 2 volontaires du Croissant rouge tués (AFP) - "Deux volontaires du Croissant Rouge yéménite ont été tués avec d'autres civils lors d'une frappe aérienne de la coalition arabe qui combat des rebelles chiites au Yémen".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/09/30/97001-20150930FILWWW00249-yemen-2-volontaires-du-croissant-rouge-tues.php

- Au Yémen, un carnage lors d’une fête nuptiale attribué au camp saoudien, Benjamin Barthe (Le Monde) - "près de 5 000 Yéménites dont 2 355 civils ont été tués dans les combats". C'est plus du double du bilan du conflit à Gaza l'année dernière. Et le bilan yéménite est vraisemblablement sous-estimé, que ce soit en valeur absolue et dans le ratio civils/combattants (surtout quand on sait que les Saoudiens prennent bien moins de mesure que les Israéliens ou les Américains pour éviter de tuer des civils).
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/09/30/au-yemen-un-carnage-lors-d-une-fete-nuptiale-attribue-au-camp-saoudien_4778097_3218.html
"C’est le bombardement le plus meurtrier depuis le début, en mars, de la guerre au Yémen, menée par une coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite. Lundi 28 septembre, 131 villageois des environs de Moka, un port sur le détroit de Bab Al-Mandeb, à la pointe sud-ouest du pays, ont péri dans l’attaque d’une fête de mariage. Au moins 80 femmes figurent dans les victimes de l’explosion que des sources médicales locales ont attribué à un raid aérien de la coalition anti-houthistes.
Selon Hassan Boucenine, de l’ONG Médecins sans frontières, qui parle d’une erreur de tir du camp saoudien, de nombreux blessés sont décédés pendant leur transport vers l’hôpital de Hodeïda, 190 km plus au nord. Cet établissement était le seul capable de traiter les victimes du bombardement, car l’hôpital le plus proche, celui de Moka, est hors service, en raison des coupures d’électricité et celui de Taëz, le chef-lieu de la province, est rendu inaccessible par les combats.
Le porte-parole de la coalition, le général saoudien Ahmed Al-Assiri, a nié toute responsabilité dans ce massacre de civils. Au mois de juillet, dans la même ville de Moka, 65 employés d’une centrale électrique avaient déjà été tués dans un bombardement imputé, là aussi, à la coalition. Dimanche, des hélicoptères de cette même alliance ont causé la mort d’une trentaine de personnes, en majorité des civils, dans un village du nord du Yémen.
Depuis le début de l’intervention saoudienne, en mars, qui vise à contrer l’offensive des rebelles houthistes pro-iraniens et à ramener au pouvoir le président élu Abd Rabo Mansour Hadi, renversé par ces rebelles au début de l’année, près de 5 000 Yéménites dont 2 355 civils ont été tués dans les combats. « Pour être honnête, c’est de pire en pire, c’est au-delà du désespoir », a confié Hassan Boucenine, de MSF, à l’agence Associated Press."

*************************************************

Monde arabe

- Pro-Palestinian or anti-Israel? Saudi Arabia refuses to play soccer in West Bank (Elder of Ziyon) - "the Saudis successfully convinced FIFA that their hate for Israel is more important than their love for "Palestine" and their respect for the normal protocols of international sports".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/09/pro-palestinian-or-anti-israel-saudi.html

*************************************************

Histoire

- Juifs : pourquoi tant de haine ?, Michael Walzer (New York Review of Books, traduction Arnaud Gancel) - "une certaine vision du judaïsme est profondément enracinée dans la structure de la civilisation occidentale, et ses intellectuels et polémistes s’en sont servi pour comprendre les hérésies chrétiennes, les tyrannies politiques, les épidémies médiévales, les crises du capitalisme et les mouvements révolutionnaires. L’antijudaïsme fut longtemps, et reste, l’un des plus puissants systèmes théoriques «permettant de rendre le monde intelligible»." Un article long mais passionnant sur l'histoire de l'anti-judaïsme occidental.
http://bibliobs.nouvelobs.com/en-partenariat-avec-books/20150925.OBS6559/juifs-pourquoi-tant-de-haine.html
"En 1844 paraissait l’article de Karl Marx intitulé «Sur la question juive». Ce texte ne traitait ni du judaïsme ni de l’histoire de ce peuple, ni même de la sociologie des Juifs allemands. Prenant prétexte du débat alors en cours sur l’émancipation des Juifs, il avait pour véritable objet d’appeler au renversement de l’ordre capitaliste. Le langage dans lequel cet appel était formulé ne surprendra sans doute pas le lecteur d’aujourd’hui, et il était assurément familier à celui du XIXe siècle. Il n’en est pas moins étrange. Le capitalisme est identifié au judaïsme, ce qui amène Marx à écrire que l’abolition du premier consistera à «émanciper l’humanité du judaïsme». L’argument mérite d’être cité, ne serait-ce que brièvement :
"Le Juif s’est émancipé d’une manière juive, non seulement en se rendant maître du marché financier, mais parce que, à travers lui et sans lui, l’argent est devenu une puissance mondiale, et l’esprit pratique juif, l’esprit pratique des peuples chrétiens. Les Juifs se sont émancipés dans la mesure même où les chrétiens sont devenus juifs."
« À travers lui et sans lui » – en fait, principalement sans lui : comme Marx le savait sans doute, les Juifs ne représentaient qu’une minuscule partie de l’élite fortunée d’Angleterre, le pays capitaliste le plus avancé, et une fraction plus infime encore de la bourgeoisie allemande «montante». Son propre père s’était converti au protestantisme pour faciliter son intégration dans la bonne société, où les Juifs n’étaient pas les bienvenus au début du XIXe siècle.
Pour David Nirenberg, qui l’explique dans un livre ["Anti-Judaism : the Western Tradition"] à la fois brillant, fascinant et profondément déprimant, Marx ne fait ici que perpétuer la démarche adoptée par une foule d’auteurs au cours de la longue histoire de l’Occident. Avec ce texte, il «s’approprie de manière stratégique le langage le plus terriblement infamant dont dispose un critique des pouvoirs et institutions de ce monde.»
Cette phrase est tirée d’un développement de Nirenberg sur Martin Luther, mais elle s’applique tout aussi bien à Marx. Ce langage devrait néanmoins, chez lui, nous surprendre davantage que chez Luther, non seulement en raison de ses origines juives, mais aussi parce qu’il prétendait contester radicalement l’idéologie dominante de son temps. Il aurait pu, explique Nirenberg, remettre en cause l’assimilation du judaïsme au capitalisme, et écrire une histoire critique afin d’éveiller l’esprit de ses lecteurs sur cet amalgame. Il préféra exploiter «les vieilles idées et les vieilles peurs concernant les Juifs».
Considérons une autre utilisation célèbre de ce langage de l’opprobre, mobilisé cette fois non pas pour soutenir le mouvement révolutionnaire, mais pour le combattre farouchement. Dans ses Réflexions sur la Révolution française, ouvrage publié en 1790, Edmund Burke oppose ce qui se passait en France aux révolutions antérieures (comme la révolte anglaise de 1688), conduites par des aristocrates «de grands talents civil et militaire». Le gouvernement révolutionnaire parisien, écrit-il, est dirigé par des «courtiers juifs disputant ensemble à qui guérira le mieux, par la circulation frauduleuse d’un papier déprécié, la misère et la ruine déchaînées sur leur pays par leurs absurdes conseils.»
Dans le cas de Burke, le choix de ce type de discours n’était probablement pas «stratégique», mais structurel. L’antijudaïsme participait de la vision du monde grâce à laquelle Burke pouvait identifier ce que les marxistes allaient plus tard qualifier de révolution «bourgeoise». «Étant donné l’absence de Juifs parmi les leaders de la Révolution française, tant politiques que financiers ou philosophiques», écrit Nirenberg, cette tirade sur les «courtiers juifs» (ainsi que la proposition de Burke d’aider les révolutionnaires en expédiant en France les Juifs anglais «pour plaire à [leurs] nouveaux frères hébraïques») peut de nouveau paraître fort étrange. En réalité, rien n’est plus banal ; seule l’éloquence féroce de Burke sort ici de l’ordinaire.
Des auteurs bienveillants se sont efforcés de défendre le philosophe contre l’accusation d’antisémitisme. Nirenberg note simplement qu’ils sont passés à côté du vrai problème. Burke savait pertinemment que Danton, Robespierre, Saint-Just, tout comme leurs amis et ennemis révolutionnaires, étaient des catholiques ou d’anciens catholiques (auxquels s’ajoutaient quelques protestants). Ils n’étaient juifs qu’au sens figuré, des Juifs imaginaires, surgissant dans l’esprit de Burke et de tant d’autres «parce que la Révolution l’obligeait à faire face […] à des questions fondamentales sur la manière dont se nouent les relations au sein d’une société. Or, ces questions, une pédagogie vieille de deux mille ans avait appris à l’Europe à les poser dans des termes relatifs au “judaïsme” – et Burke avait bien retenu sa leçon.»
Le livre de Nirenberg porte précisément sur ces deux millénaires et sur cette pédagogie. Ce n’est pas un ouvrage sur l’antisémitisme, ni une histoire des discriminations, des persécutions puis du génocide subis par les Juifs. Ce n’est pas non plus, pour reprendre l’expression de l’historien Salo Baron, un récit «lacrymal» sur la vie des Juifs de la diaspora. Pas plus qu’il ne s’agit d’une condamnation de l’antisionisme contemporain ou d’un plaidoyer pour l’État d’Israël. Ce livre ne parle pas des Juifs, ou du moins pas des Juifs de chair et d’os ; c’est au Juif imaginaire qu’il se consacre presque exclusivement, et de manière approfondie.
Nirenberg a écrit une histoire intellectuelle de la civilisation européenne en l’abordant sous un angle restreint mais terriblement révélateur : la place de l’antijudaïsme comme idée fondamentale et principe explicatif dans la pensée chrétienne et postchrétienne. Et cela même si l’ouvrage s’ouvre sur un examen des critiques adressées aux Juifs par les Égyptiens et intègre une analyse des premiers savants de l’islam, qui font écho à la polémique chrétienne et s’en sont apparemment nourris. [...]
Une certaine conception du judaïsme (principalement négative) s’est forgée très tôt, surtout dans la polémique chrétienne. Elle s’imposera ensuite comme un outil d’appréhension du monde et de contestation des théories rivales – un outil qu’on trouve employé dans diverses entreprises intellectuelles. En proclamant que le «Dieu profane» des Juifs était «l’argent», Marx croyait peut-être faire une observation originale. Mais l’assimilation du judaïsme au matérialisme et aux biens de ce monde a précédé d’au moins mille cinq cents ans l’apparition du capitalisme en Europe. [...]
Il s’agit de donner du sens au monde social, en s’appuyant sur certains traits supposés du judaïsme. Et les ennemis sont pour la plupart des non-Juifs, mais réputés «judaïsants» parce qu’ils présentent ces traits, et dénoncés pour cette raison même. Je n’évoquerai qu’un petit nombre de ces caractéristiques négatives : l’hyperintellectualisme ; le goût de la tyrannie ; la prédilection opposée, et aussi forte, pour le radicalisme subversif ; enfin, le matérialisme exaltant les biens de ce monde, invoqué comme nous l’avons vu tant par Burke que par Marx.
Aucun de ces traits n’a de vraie valeur descriptive : il existe sans doute des Juifs hyperintellectuels, tyranniques, subversifs et matérialistes (et des Juifs stupides, sans pouvoir, conformistes et idéalistes), mais Nirenberg insiste justement sur le fait que les individus réels ont étonnamment peu de rapport avec l’antijudaïsme.
« L’ère de l’intellectualisme juif rampant touche à présent à sa fin», annonçait Joseph Goebbels dans un discours aux étudiants allemands en mai 1933, quelques mois après la prise du pouvoir par les nazis. Goebbels était un intellectuel allemand de troisième zone (intellectuel quand même, puisqu’il était titulaire d’un doctorat et écrivait des articles) que Nirenberg propose de voir comme un intellectuel déchu.
Mais il utilisait un argument développé avant lui par de nombreux personnages plus respectables. Lequel prend sa source dans les Évangiles, où l’on trouve les premières attaques contre le judaïsme des pharisiens. La théologie chrétienne de la substitution (théorie qui met en avant les aspects du judaïsme que le christianisme aurait supplantés) s’est appuyée sur une série d’oppositions : la loi remplacée par l’amour, la lettre par l’esprit, la chair (le monde matériel, les commandements de la Torah, le texte littéral) par l’âme. «Je te bénis, Père […], écrit Luc, d’avoir caché cela aux savants et aux intelligents et de l’avoir révélé aux tout-petits.» (Luc 10, 21).
Or les pharisiens étaient assurément savants et intelligents, comme les rabbins qui vinrent après eux. Les discussions et débats contradictoires rassemblés dans le Talmud sont une démonstration particulièrement éloquente de culture et de subtilité. Par comparaison, les premiers chrétiens étaient de leur propre aveu des enfants naïfs et innocents à qui Dieu s’adressait directement, leur promettant une foi porteuse de salut. Ce que ni la loi ni l’étude ne pouvaient offrir.
Le problème, c’est que les chrétiens eurent bientôt eux aussi des théologiens extrêmement savants, intelligents et raisonneurs, qui furent alors accusés (et s’accusèrent réciproquement) de «judaïser», de penser ou d’agir comme des Juifs. Les plus anciens auteurs chrétiens, au premier rang desquels saint Paul, frayaient avec des Juifs réels. Leurs relations mêlaient coexistence et compétition, dans des proportions que les spécialistes s’efforcent encore de mesurer. Nirenberg se montre subtil dans son traitement de Paul et lui témoigne même une certaine sympathie, bien qu’il ait posé les bases d’une bonne part de l’antijudaïsme ultérieur.
À l’époque d’Eusèbe de Césarée, d’Ambroise et d’Augustin [aux IVe et Ve siècles], les Juifs avaient déjà subi, comme l’écrit Nirenberg, une «double défaite» : la première, militaire, face aux Romains; la seconde, religieuse, avec la consécration impériale du christianisme. Pourtant, la menace judaïque ne faisait que grandir à mesure que les Juifs s’affaiblissaient. À en croire leurs adversaires triomphants, ceux-ci n’avaient rien perdu de leur hostilité envers Jésus et ses disciples (de fait, ils ne s’étaient pas convertis). Leur ruse était infinie : hypocrites et trompeurs infatigables, ils mêlaient le vrai et le faux pour séduire les chrétiens innocents, à la manière d’empoisonneurs «enduisant de miel les bords d’une coupe pour faciliter l’absorption de la mixture mortelle».
Ce dernier réquisitoire est signé saint Jean Chrysostome. Cet auteur s’élevait avec tant de violence contre «les Juifs» que des historiens sérieux en ont conclu que le judaïsme représentait à l’époque une menace claire et immédiate pour le christianisme. Il n’en était rien, explique Nirenberg. Les «empoisonneurs» dans le collimateur de Jean étaient les chrétiens hérétiques. Si ce père de l’Église redoutait les Juifs, «c’est parce que sa théologie lui avait appris à analyser les autres dangers en termes de menace judaïque».
La mise en accusation de l’astuce juive est à peu près une constante de l’histoire, mais elle acquiert une force particulière chez les philosophes idéalistes allemands des XVIIIe et XIXe siècles, qui empruntèrent aux premiers chrétiens une multitude d’arguments de la théologie de la substitution. Kant s’appuyait ainsi sur l’exemple juif pour définir l’hétéronomie qu’il entendait dépasser (chez Kant, une action est dite «hétéronome» quand la loi morale à laquelle elle se conforme est imposée de l’extérieur, et non acceptée librement par l’agent), mais il fut à son tour accusé d’être trop juif par des philosophes ultérieurs, en particulier Hegel.
Pour ce dernier, la philosophie kantienne n’était qu’une nouvelle version du «principe juif de l’opposition de l’idée à la réalité, du rationnel au sensible, [un] déchirement de la vie [qui] restera toujours une cohésion morte de Dieu et du monde.» Selon Hegel, Abraham avait pris une décision fatidique : en rejetant le monde pour lui préférer un Dieu sublime, il avait rendu les Juifs à jamais étrangers à la beauté de la nature, prisonniers de la loi et incapables d’amour. (Inutile de préciser que Schopenhauer, à la génération suivante, considéra à son tour les universitaires hégéliens de son temps comme des «Juifs» et des disciples du «Dieu juif».)
Nirenberg ne taxe aucun de ces philosophes d’antisémitisme. De fait, Hegel défendit les droits des Juifs dans les universités et dit du nationalisme allemand antisémite qu’il ne relevait pas de la «germanité» mais de la «stupidité germanique». L’historien ne verse pas non plus dans le moindre déterminisme intellectuel. Il ne présente pas l’assaut de Goebbels contre l’intellectualisme juif comme le résultat mécanique de l’identification du judaïsme à une rationalité sans vie par certains philosophes allemands. Pas plus que l’idéalisme germanique ne découlait nécessairement de la prétention des chrétiens à remplacer le judaïsme des pharisiens, ou de celle des luthériens à supplanter les catholiques judaïsants. Mais des penseurs comme Hegel utilisèrent le langage de l’antijudaïsme pour résoudre ce qu’ils appelaient «la tension ancienne entre l’idée et la réalité», et leurs solutions eurent une influence considérable. L’idée que le judaïsme était hostile à la «vie» était promise à un bel avenir.
Les clichés assimilant le judaïsme tantôt au pouvoir temporel, tantôt à la rébellion et à la subversion sont étroitement liés : qu’est-ce en effet qu’une rébellion, sinon une tentative de s’emparer du pouvoir ? Les banquiers juifs peuvent donc régner sur le monde tandis que les Juifs bolcheviques peuvent rêver de les renverser et les remplacer. Dans certains replis de l’imagination occidentale, ces deux groupes apparaissent même presque comme complices.
L’antisémitisme populiste des XIXe et XXe siècles (ce que le socialiste allemand August Bebel appelait le «socialisme des imbéciles») a une longue histoire. Un témoignage très précoce est la réaction de saint Ambroise à une décision de l’empereur Maxime [fin du IVe siècle]. Celui-ci avait puni les chefs d’une bande de chrétiens coupables d’avoir incendié une synagogue dans la cité mésopotamienne de Callinicum : «Ce prince est devenu un Juif», écrivit Ambroise. Ce ne fut pas sa défense des Juifs de Callinicum qui valut à l’empereur Maxime d’être ainsi qualifié, mais le fait d’avoir placé l’application de la loi au-dessus des exigences de l’esprit (et de l’enthousiasme religieux des incendiaires).
Tout au long du Moyen Âge, des rebelles populistes accusèrent les princes chrétiens de «judaïser». Cette accusation présentait une étrange dualité. La tyrannie était, d’abord, conçue comme une caractéristique du judaïsme, aussi bien quand des Juifs étaient présents à la cour (ils y exerçaient les fonctions de médecin, de conseiller, de collecteur d’impôts, de prêteur sur gages) que lorsqu’ils en étaient absents. La «séduction» du prince par les Juifs était une manière courante d’expliquer le despotisme.
Bien entendu, ladite séduction cachait souvent une exploitation du souverain : le roi autorisait les Juifs à percevoir des intérêts sur les sommes prêtées à ses sujets chrétiens, pour ensuite «leur soutirer une part considérable de la recette». C’était une forme de taxation indirecte, à une époque où la capacité du pouvoir royal à lever l’impôt était extrêmement limitée. Les particuliers soumis à cet impôt indirect concevaient de la haine pour les prêteurs juifs. Un ressentiment souvent exploité politiquement, comme le souligne Nirenberg, alors même que les Juifs ne conduisirent que rarement les affaires financières des royaumes, «et alors seulement pour une brève période».
L’antijudaïsme avait également une seconde utilité politique, sensiblement différente. On se représentait les Juifs non seulement comme des tyrans ou alliés des tyrans, mais aussi (ce qui était plus proche de la réalité) comme une caste opprimée et impuissante. Étant donné leur rejet du Christ et leur rôle dans son exécution, cette persécution paraissait justifiée. Mais, quand un prince tyrannique écrasait ses sujets chrétiens, on l’accusait parfois d’«en faire des Juifs» – ce que, bien sûr, rien ne justifiait. «Plutôt mourir que d’être traités à l’égal des Juifs», lit-on par exemple dans une pétition du conseil municipal de Valence, en Espagne, et adressée au roi Pierre IV d’Aragon en 1378. La tyrannie était ainsi doublement définie en des termes relatifs aux Juifs : le propre d’un prince judaïsant était de traiter ses sujets comme des Juifs.
Les rebelles populistes ne se pensaient évidemment pas comme juifs. Ce fut – et cela reste – l’œuvre d’auteurs conservateurs et réactionnaires que de définir la subversion et la révolte comme des activités typiquement «juives». Parmi les révolutionnaires modernes, les puritains anglais font toutefois figure d’authentiques «judaïsants» (ils mettaient bien plus l’accent sur l’Ancien que sur le Nouveau Testament), tout en ayant leur propre théologie de la substitution. L’utilisation des poncifs du philojudaïsme et de l’antijudaïsme durant la Guerre civile anglaise répondait donc à une certaine logique, même s’il n’y avait pas de Juifs en Angleterre dans les années 1640.
Les révolutionnaires français n’étaient ni juifs ni judaïsants, même si Burke et d’autres les appréhendaient par le biais des «vieilles idées et des vieilles peurs». Mais ce sont les bolcheviks qui, plus que tout autre groupe de rebelles, furent catalogués comme «juifs». Certes, bon nombre d’entre eux l’étaient, mais plutôt du genre de ceux qu’Isaac Deutscher appelait les «Juifs non juifs». Le judaïsme n’avait aucun rapport avec l’idéologie bolchevique, et pourtant, à en croire Nirenberg, les révolutionnaires russes auraient été pensés dans le langage de l’antijudaïsme même sans Trotski, Kamenev ou Radek dans leurs rangs.
L’identification des Juifs aux marchands, aux prêteurs sur gages, aux responsables des finances royales et aux capitalistes voraces traverse l’histoire racontée par l’auteur. Un moment particulier de ce développement, l’Angleterre de Shakespeare, me permettra d’illustrer en quoi l’antijudaïsme du dramaturge se distingue de l’antisémitisme proprement dit.
Dans «Les épreuves de la diaspora», Anthony Julius propose une analyse longue et très pertinente du «Marchand de Venise». Selon lui, il s’agit à la fois d’une pièce antisémite et d’une mise en scène de l’antisémitisme, marquant le début de l’exploration littéraire de ce thème. Comme toujours, Shakespeare écrit en adoptant des points de vue opposés, mais il penche clairement du côté des ennemis de l’usurier Shylock. Ce dernier incarne le stéréotype du Juif : il déteste les chrétiens et rêve de les tyranniser ; l’argent lui est plus précieux que sa propre fille ; c’est une créature de la loi plutôt que de l’amour. Il ne s’agit certes pas d’un Juif rusé : dans ses efforts pour utiliser la loi contre ses adversaires chrétiens, il se montre borné et maladroit. À cela près, il correspond en tout point au cliché, et mérite donc la défaite et l’humiliation qu’il subit, censées réjouir le public élisabéthain.
Mais Nirenberg pose une question qu’Anthony Julius ne pose pas: pourquoi y avait-il autant de Juifs (tels Shylock ou le Juif de Malte de Marlowe) sur la scène du nouveau théâtre de Londres, «une ville qui avait sans doute accueilli moins de “vrais Juifs” que toute autre métropole européenne» ? Il répond, en substance, que la capitale se muait à l’époque en une cité de marchands, devenant de ce fait une ville «juive» ; la pièce de Shakespeare était une réaction artistique à cette évolution. Le dramaturge avait tenté d’évoquer les aspects prétendument judaïsants des relations commerciales, tout en exonérant les marchands chrétiens en les distinguant du type extrême incarné par le Juif.
Mais cette distinction est ouverte à la discussion, et le sens de la pièce est parfaitement résumé quand Portia demande : «Quel est ici le marchand, et quel est le Juif ?» L’œuvre nous parle de loi, de propriété, de contrats, de serments, d’engagements et de promesses. Shylock incarne le Juif des Évangiles quand il s’écrie : «J’attends ici justice.» Mais il doit s’incliner devant un avocat plus habile et une interprétation du droit encore plus littérale : Portia bat le Juif sur son propre terrain – ce qui est certainement une forme ironique de la théorie chrétienne de la substitution.
Shakespeare appréhende ainsi l’essor du commerce moderne à l’aide du judaïsme, alors qu’il ne connaissait aucun Juif et n’avait jamais lu une page du Talmud. Il était en revanche familier de la Bible, comme l’indique clairement le discours de Shylock sur l’épisode où Jacob multiplie les moutons de Laban. Les épîtres de Paul et les Évangiles occupaient une place centrale dans sa formation intellectuelle. Shylock sort tout droit de ces textes, comme les «courtiers juifs» de Burke ou les «Juifs émancipés» de Marx, bien que la généalogie soit dans ces deux cas plus complexe. La lignée est ininterrompue.
Cette continuité a pourtant été mise en cause par une intellectuelle de premier plan, que Nirenberg mentionne dans son épilogue. Dans le premier chapitre des "Origines du totalitarisme", Hannah Arendt se moque de ce qu’elle appelle la doctrine de l’«éternel antisémitisme» (formule qui, note Nirenberg, pourrait «servir de titre ironique à mon propre livre») et souligne que les «fonctions occupées par les Juifs» (la banque et la finance) dans l’économie capitaliste les ont rendus partiellement «responsables» (c’est son mot) de la haine dont ils faisaient l’objet.
Cela ressemble fort à Marx écrivant que «les Juifs ont contribué avec ardeur» au triomphe de leur «culte profane», le «trafic», et de leur «Dieu profane», l’«argent».
Arendt s’appuyait sur les travaux statistiques de Walter Frank (un historien nazi, qui présida l’Institut du Reich pour l’histoire de la nouvelle Allemagne) pour étayer son explication du rôle que jouaient les Juifs au sein de la bourgeoisie allemande. Les nazis, soutient-elle, qui devaient «persuader et […] mobiliser les gens», n’auraient pu en aucun cas choisir arbitrairement leurs victimes. Il doit exister une réponse concrète, une réponse locale de nature socioéconomique à la question : pourquoi les Juif ?
Nirenberg pense lui aussi que le choix n’était pas arbitraire ; il ne trouve pas non plus l’argument d’Arendt surprenant, même s’il rejette toutes les explications hostiles habituelles : le milieu assimilationniste dans lequel elle a grandi, sa longue relation avec Heidegger, etc. Il juge en revanche très étonnant qu’Arendt se soit «accrochée» à sa thèse «même après que l’antisémitisme nazi eut révélé toute son étendue et sa gigantesque force de frappe (y compris dans son exagération considérable de l’influence économique des Juifs)». Mais son livre nous permet de comprendre comment cette auteure s’est si facilement laissée entraîner à assimiler les Juifs et la finance : ce lien était l’un des «principes idéologiques a priori qui structuraient sa sélection et son interprétation des “faits” relatifs aux Juifs.» [Lire «La fausse banalité d’Eichmann», BoOks, janvier 2015].
Ce désaccord avec Arendt résume bien l’ouvrage de Nirenberg. Selon lui, une certaine vision du judaïsme est profondément enracinée dans la structure de la civilisation occidentale, et ses intellectuels et polémistes s’en sont servi pour comprendre les hérésies chrétiennes, les tyrannies politiques, les épidémies médiévales, les crises du capitalisme et les mouvements révolutionnaires. L’antijudaïsme fut longtemps, et reste, l’un des plus puissants systèmes théoriques «permettant de rendre le monde intelligible». Certes, il arrive que les Juifs remplissent les rôles que cette idéologie leur assigne – mais c’est aussi le cas de tous les autres groupes nationaux et religieux, beaucoup plus nombreux. La théorie ne reflète en rien le comportement des Juifs «réels».
L’histoire de l’antijudaïsme retracée par Nirenberg est à la fois puissante et convaincante, mais elle est aussi inachevée. Il n’évoque jamais le cas des États-Unis, où l’antijudaïsme semble avoir été beaucoup moins répandu et moins utile (comme clé d’interprétation des phénomènes sociaux et économiques) qu’il ne l’avait été dans l’Ancien Monde, et où le philojudaïsme semble avoir été bien plus fort. L’État d’Israël moderne n’est lui non plus jamais mentionné, si ce n’est au détour d’une phrase de l’avant-dernière page :
«Nous vivons à une époque où des millions de personnes sont exposées quotidiennement à l’une ou l’autre forme de l’argument selon lequel les problèmes du monde dans lequel elles vivent s’expliquent par “Israël”.»"

Repost 0
Published by Occam
commenter cet article
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 17:37
Image du 29 septembre

- Another UNRWA teacher with "kill the Jew" cartoon on Facebook (Elder of Ziyon) - "He's not the only UNRWA employee who likes this cartoon".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/09/another-unrwa-teacher-with-kill-jew.html

Repost 0
Published by Occam
commenter cet article
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 17:36

France


- La justice ordonne l'expulsion de Dieudonné du théâtre parisien de la Main d'Or (AFP) - "Les propriétaires du théâtre, la SCI Passage d'Or, estimaient que Dieudonné sous-louait illégalement le théâtre, la société ayant signé le bail initial, Bonnie Productions, ayant été radiée du registre du commerce en septembre 2013" ; "Toutefois, le tribunal n'a pas exigé "l'exécution provisoire" du jugement, c'est-à-dire l'expulsion immédiate".
https://fr.news.yahoo.com/dieudonn%C3%A9-expuls%C3%A9-th%C3%A9%C3%A2tre-parisien-main-dor-130228930.html

- Un businessman de l’antisémitisme, Olivier Faye (Le Monde) - "L’éditeur du livre [sur Alain Soral], Marc Grynsztajn, a été agressé, le 12 septembre, au pied de son domicile, à Paris, par un homme aux cris de « sale juif »."
http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/09/28/ldj-un-businessman-de-l-antisemitisme_4774874_3232.html
"En quelques années, Alain Soral a construit autour de sa personne un mythe, des réseaux et une petite affaire qui tournent bien. C’est à ces trois facettes du phénomène que se sont intéressés les journalistes Robin D’Angelo et Mathieu Molard dans Le Système Soral, enquête sur un facho business. Phénomène, car dans un mélange confus de complotisme, d’antisémitisme et d’anticapitalisme revendiqué, l’homme est parvenu avec son compère Dieudonné à bâtir une communauté sur YouTube, où ses vidéos/prédications ont été regardées des millions de fois. Communauté dont la face émergente est son association Egalité et réconciliation, qui draine entre 5 000 et 10 000 « militants » dont l’activité principale consiste avant tout à investir Internet.
L’ancien chroniqueur du magazine féminin 20 ans, qui, à 56 ans, n’a jamais réellement travaillé de sa vie, se veut un défenseur des marges, mais il vit à proximité de Saint-Germain-des-Prés. Le maître supposé de la boxe se présente en homme fort, mais il préfère rester à l’abri des gros bras dans les manifestations, lors de ses rares incursions sur le terrain. Le frère de l’actrice Agnès Soral dit avoir été adhérent du Parti communiste, mais personne ne se souvient de son passage place du Colonel-Fabien.
Le livre revient sur le parcours de ce militant sur le tard, formé quelques années à l’école du Front national. En 2007, il intègre le comité central du parti grâce à Jean-Marie Le Pen, séduit par son discours à destination des banlieues. Alain Soral a un temps l’oreille de Marine Le Pen mais quitte avec fracas la formation d’extrême droite deux ans plus tard, faute d’avoir pu obtenir une investiture aux élections européennes. Ce départ ne l’empêche pas de garder un lien avec la galaxie frontiste par l’intermédiaire d’anciens militants du GUD proches du FN, comme Frédéric Chatillon. Aujourd’hui, les ramifications des réseaux d’Alain Soral s’étendent à de nombreuses chapelles de l’extrême droite, en particulier chez les négationnistes.
Avec Egalité et réconciliation, sa maison d’édition Kontre Kulture (qui a notamment réédité La France juive d’Edouard Drumont) ou encore sa boutique de produits bio "Au bon sens", l’homme est à la tête d’une entreprise florissante qui engrange des dizaines de milliers d’euros de chiffre d’affaires. « C’est le génie du capitalisme que de tout transformer en marché, même sa contestation », dit-il. Et d’avouer dans une de ses vidéos, dont le visionnage est désormais payant : « J’ai conscience d’être un parasite. »
De son propre aveu, Alain Soral rêvait, enfant, de « rentrer dans l’histoire », tel Spartacus. Le presque sexagénaire se contente de faire commerce de sa personne et d’un mal séculaire, l’antisémitisme, sous couvert d’« antisionisme ». L’éditeur du livre, Marc Grynsztajn, a été agressé, le 12 septembre, au pied de son domicile, à Paris, par un homme aux cris de « sale juif »."

- Polémique : des agendas parisiens rayent Israël de la carte (Times of Israel) - "des parents d’élèves se sont rendus compte que le planisphère, présent dans l’agenda, omettait l’existence d’Israël au profit de la Palestine".
http://fr.timesofisrael.com/polemique-des-agendas-parisiens-rayent-israel-de-la-carte/

***************************************************

Israël

- Intenses affrontements entre Palestiniens et policiers sur l'esplanade des Mosquées (AFP) - "une demi-heure avant l'ouverture de l'esplanade aux visiteurs non-musulmans (touristes et juifs), une dizaine de jeunes Palestiniens masqués a commencé à faire voler les pierres auxquelles les policiers ont répliqué par des grenades lacrymogènes et assourdissantes" ; "Les jeunes jeteurs de pierres ont reflué pour trouver refuge dans l'emblématique mosquée Al-Aqsa où quelques dizaines d'autres étaient déjà retranchés depuis la veille, dans l'attente des visites du lendemain matin selon un scénario désormais habituel" ; "Les Palestiniens barricadés dans Al-Aqsa ont jeté de l'intérieur cocktails Molotov et pierres sur les policiers postés par dizaines devant les portes de la mosquée, sur son toit et partout ailleurs sur l'esplanade".
https://fr.news.yahoo.com/j%C3%A9rusalem-affrontements-entre-policiers-isra%C3%A9liens-musulmans-lesplanade-mosqu%C3%A9es-042417886.html
- Mont du Temple : des images montrent le stockage de tas de pierres à Al-Aqsa (Times of Israel) - "Des photographies obtenues par la police montrent des stocks de pierres à l’intérieur de la mosquée Al-Aqsa à la suite des violences de dimanche".
http://fr.timesofisrael.com/mont-du-temple-des-images-montrent-le-stockage-de-tas-de-pierres-a-al-aqsa/
- Clashes continue at Temple Mount on Sukkot (Ynet) - "Rioters barricade themselves inside al-Aqsa Mosque, throw Molotov cocktails on Sukkot; police enter compound following negotiations".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4704646,00.html

- Chute sur le Golan de roquettes venant de Syrie, Israël riposte (Times of Israel) - "Israël a répliqué à plusieurs reprises ces derniers mois en lançant des attaques contre l’armée syrienne à la suite de tirs de roquettes et d’obus de mortier".
http://fr.timesofisrael.com/chute-sur-le-golan-de-roquettes-venant-de-syrie-israel-riposte/

***************************************************

"Processus de paix"

- At UN, Netanyahu to demand end to Palestinian ‘incitement’ (Times of Israel) - "Palestinian rioters who bring weapons to the Temple Mount and into the al-Aqsa Mosque desecrate their holy places and are those who violate the status quo there, he says".
http://www.timesofisrael.com/september-29-2015-liveblog/

- Today's UNRWA teacher advocating hate and violence (Elder of Ziyon) - "This series could go on forever..."
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/09/todays-unrwa-teacher-advocating-hate.html

***************************************************

Syrie

- Syrie : au moins 23 civils tués sur un marché (AFP) - "Les avions militaires du régime ont tiré au moins deux missiles contre un marché à Mayadine, provoquant la mort d'au moins 23 civils, dont huit enfants et cinq femmes".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/09/28/97001-20150928FILWWW00410-syrie-au-moins-23-civils-tues-sur-un-marche.php

***************************************************

Yémen

- Des raids de la coalition tuent 25 civils au Yémen (Reuters) - "La majeure partie des victimes sont des femmes et des enfants".
https://fr.news.yahoo.com/des-raids-la-coalition-tuent-25-civils-au-135931690.html
- Yémen-Des raids de la coalition tuent 30 civils-médecins (Reuters) - "Les hélicoptères sont ensuite revenus alors que les équipes de secours étaient sur place et deux autres civils et trois secouristes ont été tués".
https://fr.news.yahoo.com/y%C3%A9men-des-raids-la-coalition-tuent-30-civils-051152954.html

- Bombardement d'une fête de mariage au Yémen, 131 morts (Reuters) - "deux missiles avaient atteint des tentes dans le village d'Al Wahidja, près du port d'Al Mokha au bord de la mer Rouge, où un homme de la région, affilié aux houthis, fêtait son mariage". On parle très peu de ce carnage dans nos médias. Imaginez une minute ce qu'il en serait si Israël avait bombardé un mariage palestinien, tuant plus d'une centaine de civils.
https://fr.news.yahoo.com/bombardement-dune-f%C3%AAte-mariage-au-y%C3%A9men-131-morts-090030173.html
- Yémen : 131 morts lors d'un mariage, la coalition nie toute responsabilité (AFP) - ""C'est une affaire montée par les Houthis", a indiqué à l'AFP une source de la coalition laissant entendre que le drame avait été provoqué par un bombardement rebelle" ; "La coalition a été accusée d'avoir commis des "bavures" lors de ses raids au Yémen, notamment sur une usine d'embouteillage d'eau en août dans la province septentrionale de Hajja (17 civils tués) et sur des résidences d'employés d'une centrale électrique en juillet à Mokha (65 civils tués)".
https://fr.news.yahoo.com/y%C3%A9men-131-morts-raid-salle-mariage-111223961.html

***************************************************

Point de vue

- BDS: The lies and the truth, Ben-Dror Yemini (Ynet) - "Many of the supporters wish for a just peace settlement, based on two States for two peoples, so the points presented here are not meant to support any one political stance. They are meant to present basic facts. They are intended to refute the propaganda of lies and enable a dialogue that is fair, even if it is critical, which is a fundamental condition to solving the Israeli-Arab conflict". Une réfutation en règle de chaque hoax propagé régulièrement par la campagne BDS.
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4704703,00.html

Repost 0
Published by Occam
commenter cet article
26 septembre 2015 6 26 /09 /septembre /2015 10:31
Image du 26 septembre

- Fatah: Israel is decapitating the Dome of the Rock (PMW) - "In a cartoon published on the website of Fatah's Information and Culture Commission, Israel is portrayed as an Islamic State executioner dressed in black with a Star of David on his hood and the text “Judaization” across his robe. The executioner is swinging an axe, about to decapitate a Palestinian whose head is the Dome of the Rock. The Palestinian is resting his head on a sleeping chopping block labelled “the international disregard.” [Website of Fatah's Information and Culture Commission, Sept. 19, 2015]"
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=15755

Repost 0
Published by Occam
commenter cet article
26 septembre 2015 6 26 /09 /septembre /2015 10:30

France


- Bataille judiciaire entre Dieudonné et le propriétaire de la salle dont il a été expulsé (AFP) - "Depuis cette affaire, le propriétaire de la salle, Alain Madar, est victime de commentaires antisémites sur les réseaux sociaux, et a annoncé qu'il allait notamment porter plainte pour diffamation contre l'essayiste d'extrême droite Alain Soral".
https://fr.news.yahoo.com/bataille-judiciaire-entre-dieudonn%C3%A9-propri%C3%A9taire-salle-dont-%C3%A9t%C3%A9-143002427.html

- Dieudonné ne connaît absolument pas la crise, bien au contraire (Les Inrocks)
http://www.lesinrocks.com/2015/09/news/dieudonne-ne-connait-absolument-pas-la-crise-bien-au-contraire/
"Décidément, le sort s’acharne sur Dieudonné : alors qu’il était menacé d’être viré du Théâtre de la Main-d’Or, qu’il loue depuis plus de quinze ans, celui-ci avait signé un bail de trois ans pour louer un atelier en Seine-Saint-Denis. Mais le propriétaire s’est finalement rétracté quand il s’est rendu compte qu’il allait servir aux spectacles du polémiste. Depuis une guerre judiciaire est en cours.
Mais l’essentiel est ailleurs. Le Canard enchaîné révèle dans son édition du 23 septembre que la société Les Productions de la plume, dirigée par sa compagne, Noémie Montagne, ne connaît pas – mais alors pas du tout – la crise.
Le palmipède, qui a pu consulter le bail, affirme que Dieudonné et sa compagne s’apprêtaient à débourser 150 000 euros par an pendant trois ans. Un montant qui laisse pantois, quand on sait que Dieudonné demandait il y a encore peu de l’argent à ses fans sur internet pour renflouer ses caisses – qu’il disait vides. Sa compagne s’était portée caution d’un chèque de 187 500 euros.
Ces sommes mirobolantes ne sont pas étonnantes au regard du chiffre d’affaire des Productions de la plume, dont les derniers comptes se sont arrêtés en septembre 2014 : 4 millions d’euros… Une belle victime du système."

- Hazanavicius répond à Lioret suite à ses propos sur Israël (Les Inrocks) - "Après les propos de son confrère Philippe Lioret sur la responsabilité d’Israël dans la montée de l’islamisme au Moyen-Orient, le réalisateur Michel Hazanavicius a publié une lettre ouverte, dans laquelle il ne cache pas sa consternation".
http://www.lesinrocks.com/2015/09/23/cinema/hazanavicius-repond-a-lioret-suite-a-ses-propos-sur-les-migrants-11776693/

- Action BDS (AFPS) - "Ce samedi 19 septembre, nous étions une dizaine de militants présents devant le magasin carrefour de Sartrouville. Nous avons rencontré nombre de clients, pu sensibiliser, informer ceux-ci de la situation des palestiniens, de la colonisation tentaculaire et illégale de la Palestine par l’état d’Israël"...
http://www.france-palestine.org/Action-BDS-27067

*************************************************

Israël

- Le mont du Temple fermé aux visiteurs juifs et aux touristes pendant la fête musulmane (Times of Israel) - "Le ministre de la Défense a allégé les restrictions à l’accès des Palestiniens au site pendant l’Aid al-Adha, la fête du sacrifice".
http://fr.timesofisrael.com/le-mont-du-temple-ferme-aux-visiteurs-juifs-et-aux-touristes-pendant-la-fete-musulmane/

*************************************************

Gaza & Hamas

- 15 tons of TNT ingredient sulfuric acid caught on way to Gaza (Elder of Ziyon) - "Sulfuric acid is banned as an ingredient in the manufacture of explosives. The amount seized is enough to help manufacture 3 tons of explosives. The acid was apparently discovered at Israel's Nitzana border crossing with Egypt, where goods from Egypt to Gaza go before going through the Kerem Shalom crossing".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/09/15-tons-of-tnt-ingredient-sulfuric-acid.html

- Haniyeh accuse l’Egypte d’assiéger Gaza en inondant la frontière (AFP) - "Selon les Gazaouis, Le Caire mène depuis quelques semaines avec des engins de chantier d’importants travaux de terrassement dans la zone".
http://fr.timesofisrael.com/haniyeh-accuse-legypte-dassieger-gaza-en-inondant-la-frontiere/

*************************************************

"Processus de paix"

- Poll: Majority of Palestinians Support Another Intifada (CAMERA) - 26% des Palestiniens soutiennent que l'objectif à long terme doit être de "conquérir Israël ou conquérir Israël en tuant la plupart des Juifs" ; 58% refusent la reconnaissance d'un Etat juif aux côtés d'un Etat palestinien.
http://blog.camera.org/archives/2015/09/poll_majority_of_palestinians.html

- .@UNRWA teacher calls Jews "trash" that should be burned (Elder of Ziyon) - "Well, well, well, UNRWA has another antisemitic teacher. If they would actually get rid of them all, who would be left? (I have not once seen an UNRWA teacher say anything positive about Jews in the scores of Facebook pages I have examined.)"
elderofziyon.blogspot.fr/2015/09/unrwa-teacher-calls-jews-trash-that.html

*************************************************

Egypte

- Amazing video from an Egyptian: "Why do you hate Israel?" (Elder of Ziyon) - Effectivement c'est vraiment bluffant (et rafraichissant). La vidéo est à voir ici, il suffit de mettre les sous-titres anglais.
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/09/amazing-video-from-egyptian-why-do-you.html

Repost 0
Published by Occam
commenter cet article
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 14:55
Image du 23 septembre

- Victims of Palestinian Arab "non-violent resistance" (poster) - "See here for recent, official Palestinian Authority support for rock throwing".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/09/victims-of-palestinian-arab-non-violent.html

Repost 0
Published by Occam
commenter cet article
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 14:55

France


- Mahmoud Abbas décoré par la Ville de Paris (AFP) - "La maire socialiste de la capitale a salué "un homme d'État exceptionnel"."
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/09/21/97001-20150921FILWWW00336-mahmoud-abbas-decore-par-la-ville-de-paris.php
"Le président palestinien Mahmoud Abbas a été décoré aujourd'hui à l'Hôtel de Ville de la médaille Grand Vermeil par la maire de Paris Anne Hidalgo (PS), en hommage à son action pour la paix. "Parce que vous êtes un homme de paix, je suis heureuse de vous remettre cette médaille de la Ville de Paris" a déclaré Anne Hidalgo, lors de la cérémonie à l'Hôtel de Ville.
La maire socialiste de la capitale a salué "un homme d'État exceptionnel". "Vous n'avez jamais eu d'autre fin que le paix, et vous n'avez jamais employé d'autre moyen que la légalité internationale", a-t-elle dit. "Paris est votre alliée", a déclaré Anne Hidalgo, "Paris soutient la création d'un État palestinien vivant en paix et en sérénité auprès d'Israël".
Mahmoud Abbas, qui avait participé le 11 janvier dans la capitale à la marche contre le terrorisme, a salué "les relations d'amitiés très fortes qui lient (les Palestiniens) à la France". "Nous en sommes fiers et nous souhaitons qu'elles progressent afin de servir l'intérêt des deux États", a-t-il ajouté."

- La France revoit ses ambitions à la baisse sur le conflit israélo-palestinien, Piotr Smolar (Le Monde)
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/09/21/la-france-revoit-ses-ambitions-a-la-baisse-sur-le-conflit-israelo-palestinien_4765452_3218.html
"L’ouverture était étroite. Voilà la porte refermée. Pendant plusieurs mois, la France a tenté de promouvoir un projet de résolution, destiné à être soumis au Conseil de sécurité des Nations unies, sur le conflit israélo-palestinien. La particularité de cette initiative était son caractère contraignant. Il s’agissait de fixer dans le marbre les paramètres des négociations entre les parties, mais surtout une date butoir, dans dix-huit mois.
Si, au terme de cette période, Israéliens et Palestiniens n’étaient pas parvenus à un accord, la France aurait reconnu l’Etat de Palestine. Depuis cet été, cette initiative est remisée, alors qu’approche l’ouverture des débats de l’Assemblée générale de l’ONU, lundi 28 septembre, et que Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne, doit rencontrer François Hollande à l’Elysée mardi 22 septembre.
« C’est une reculade liée au principe de réalité, soupire un diplomate français. Mais, au moins, on aura été les seuls à tenter de faire quelque chose de positif. » Paris s’est replié sur une proposition moins ambitieuse mais pragmatique, dans un contexte international dominé par la menace djihadiste : la création d’un groupe de contact pour soutenir les efforts des deux parties concernées. Ce groupe rassemblerait les membres du Quartet (ONU, Etats-Unis, Union européenne et Russie), des pays européens comme la Grande-Bretagne et l’Allemagne et les piliers de la Ligue arabe. [...]"

- Succès de la conférence de Shlomo Sand (AFPS) - les antisionistes se félicient du soutien des "associations dont évidemment "Les Amis de la Liberté" et la LDH, les partis de la vraie gauche (le Front de Gauche)".
http://www.france-palestine.org/Succes-de-la-conference-de-Shlomo-Sand

**************************************

Israël

- La sécurité renforcée à Jérusalem et en Cisjordanie pour les fêtes juives (i24) - "La police israélienne va déployer des milliers d'hommes à Jérusalem pour parer d'éventuelles nouvelles violences à l'occasion de la fête juive de Kippour, à partir de mardi soir, et de la fête musulmane de l'Aïd al-Adha le lendemain" ; "Les autorités israéliennes redoutent un nouvel accès de fièvre après les violences de la semaine passée sur et autour de l'ultrasensible Mont du Temple (esplanade des Mosquées pour les Musulmans), dans la Vieille ville de Jérusalem".
http://www.i24news.tv/fr/actu/israel/diplomatie-defense/86614-150922-la-securite-renforcee-a-jerusalem-et-en-cisjordanie-pour-les-fetes-juives

- Une vidéo pour expliquer l'Aïd al-Adha aux juifs et Kippour aux musulmans (Courrier international, Vidéo 1mn09) - ce genre d'initiative pour la réconciliation, malheureusement, vient toujours uniquement du côté israélien.
http://www.courrierinternational.com/video/israel-une-video-pour-expliquer-laid-al-adha-aux-juifs-et-kippour-aux-musulmans

- Jerusalem church leaders demand Judenrein Temple Mount - and maybe no Jews in Old City altogether (Elder of Ziyon) - "By invoking Jordanian custody of all holy sites in Jerusalem, these Palestinian church leaders are including the Kotel! They make clear what their status quo is - to turn the clock back to 1966 when Jordan controlled the Old City and no Jews were allowed to visit - even as tourists".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/09/jerusalem-church-leaders-demand.html


**************************************

Gaza & Hamas

- Une roquette de Gaza tombée dans un terrain vague (Times of Israel) - "Il était le dernier d’une série d’attaques de roquettes sur le sud d’Israël qui n’ont fait aucun blessé".
http://fr.timesofisrael.com/une-roquette-de-gaza-tombee-dans-un-terrain-vague-pas-de-blesse/

- HRW accuse l’Egypte d’avoir détruit des milliers d’habitations dans le Sinaï (AFP) - "L’objectif de cette zone-tampon est de détruire les centaines de tunnels creusés depuis Gaza".
http://fr.timesofisrael.com/hrw-accuse-legypte-davoir-detruit-des-milliers-dhabitations-dans-le-sinai/

- The number of trucks into Gaza keeps increasing (Elder of Ziyon) - "this indicates that the amount of goods entering Gaza keeps on increasing week after week"; "Last week UN officials said reconstruction has "visibly accelerated" over the past two months in Gaza".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/09/the-number-of-trucks-into-gaza-keeps.html

**************************************

Judée-Samarie

- Un activiste palestinien et une femme tués près de Hébron (Reuters) - le premier s'est tué avec l'explosif qu'il comptait lancer, et la seconde en tentant de poignarder un soldat.
https://fr.news.yahoo.com/un-activiste-palestinien-et-une-femme-tu%C3%A9s-pr%C3%A8s-153433557.html
"Un activiste palestinien a été tué dans la nuit de lundi à mardi près de Hébron, en Cisjordanie, par la bombe qu'il tentait de jeter sur des soldats israéliens, rapportent les deux camps.
Une Palestinienne blessée par balle quelques heures plus tard dans le même secteur par des soldats, après avoir essayé de poignarder un militaire, a succombé dans l'après-midi dans un hôpital israélien. Hadil al Hachlamoune était une étudiante âgée de 19 ans.
Les forces de sécurité israéliennes sont en alerte à Jérusalem et en Cisjordanie en raison de la fête juive de Yom Kippour. Les autorités de l'Etat hébreu ont annoncé que les déplacements entre Israël et les territoires palestiniens seraient limités jusqu'à mercredi minuit. [...]"
- Un jeune Palestinien tué dans une explosion en Cisjordanie (Times of Israel) - "une patrouille de Tsahal a été dépêchée sur une route au sud des collines de Hébron pour enquêter sur un rapport indiquant que des rochers avaient été placés sur la route, la bloquant. Les soldats ont alors entendu une explosion à proximité puis ont découvert le corps de l’adolescent. Les autorités ont déclaré au site Walla News qu’ils vérifiaient si l’adolescent avait tenté de lancer une grenade ou un autre explosif vers les soldats quand l’engin a explosé dans ses mains".
http://fr.timesofisrael.com/un-jeune-palestinien-tue-dans-une-explosion-en-cisjordanie/

**************************************

"Processus de paix"

- Les Palestiniens ne croient plus à une solution à deux Etats, Ali Sawafta (Reuters) - "51% des personnes interrogées se disent désormais opposées à la solution privilégiée depuis quatre décennies par la diplomatie internationale".
https://fr.news.yahoo.com/les-palestiniens-ne-croient-plus-%C3%A0-une-solution-135957564.html
"[...] Selon cette enquête du Centre palestinien pour la recherche politique et les études stratégiques, 51% des personnes interrogées se disent désormais opposées à la solution privilégiée depuis quatre décennies par la diplomatie internationale, contre 48% qui la soutiennent. Presque les deux-tiers des Palestiniens (65%) estiment même que la création d'un Etat palestinien au côté de celui d'Israël n'est dans les faits plus possible, compte tenu de la fragmentation de la Cisjordanie.
L'auteur du sondage, Khalil Shikaki, relève cependant que cette enquête a été réalisée dans un contexte particulièrement tendu, avec des heurts entre Palestiniens et forces de sécurité israéliennes sur l'esplanade des Mosquées, à Jérusalem, et avec des désaccords persistants entre le Hamas au pouvoir dans la bande de Gaza et le Fatah du président Mahmoud Abbas, dont 65% des Palestiniens disent souhaiter la démission."
- Latest Palestinian poll shows little desire for peace and lots of believing anti-Israel propaganda (Elder of Ziyon) - "50% believe that Israel intends to destroy al Aqsa Mosque and the Dome of the Rock and replace them with a Jewish temple"; "Even though a majority now opposes a two-state solution, 69% oppose a one-state solution in which Arabs and Jews enjoy equal rights. Which means that the solution a plurality or majority support is one where Jews are second class citizens, or expelled".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2015/09/latest-palestinian-poll-shows-little.html
"The Palestine Center for Policy and Survey Research released the results of a new survey, and it shows that Palestinian Arabs have very little desire to live in peace with Israel. The finding that received some press attention is that 48% support and 51% oppose a two-state solution. But there are more interesting results that explain why.
The constant barrage of insane anti-Israel propaganda in the media and schools is part of the reason. For example, an overwhelming majority of 85% believe that "Israel’s long term aspiration is to annex the lands occupied in 1967 and expel their population or deny them their rights" while only 15% believe that Israel’s long term aspiration is to insure its security and withdraw from all or most of the territories.
Another overwhelming majority believe that "al Haram al Sharif is in grave danger:" 50% believe that Israel intends to destroy al Aqsa Mosque and the Dome of the Rock and replace them with a Jewish temple; 21% believe that it intends to divide the plateau on which the two mosques sit so that Jews would have a synagogue alongside the Muslim holy places; and 10% believe that Israel intends to simply allow Jews to pray there. 81% say they are worried that Israel would demolish or confiscate their homes even though, another reflection of how their media coverage is out of whack with a reality where some 97% live under PA rule. Even more bizarrely, 59% believe that Hamas won the Gaza war last year.
When a population is fed nothing but incitement and lies, how can anyone expect them to act rationally? So we then see that a large plurality support terror against Israel. 42% think that armed terrorism is the most effective to get a state, 29% think negotiations is the most effective way, and 24% think "non-violent resistance" (which includes stone throwing and firebombs, in their worldview) is the most effective way.
Even though a majority now opposes a two-state solution, 69% oppose a one-state solution in which Arabs and Jews enjoy equal rights. Which means that the solution a plurality or majority support is one where Jews are second class citizens, or expelled. Then there was this curious result: "When asked about the long term aspiration of the PA and the PLO, 64% said that it is to recover all or parts of the land occupied in 1967 while 26% said it was to conquer the state of Israel or conquer the state of Israel and kill most of the Jews." Isn't it interesting so many Palestinians don't think of the PA as wanting a peaceful two-state solution?"
- Poll: Majority of Palestinians want Abbas to resign, no longer support two-state solution (JP) - "In contrast to Abbas’s drop in the poll, the popularity of Hamas leader Ismail Haniyeh has increased significantly in the West Bank and declined slightly in the Gaza Strip".
http://www.jpost.com/Arab-Israeli-Conflict/Poll-Majority-of-Palestinians-want-Abbas-to-resign-no-longer-support-two-state-solution-417792

**************************************

Syrie

- Syrie : au moins 18 civils tués à Alep par un nouveau bombardement de l'armée (AFP) - "un missile sol-sol s'est abattu sur un quartier résidentiel de Chaar dans l'est de la ville. Les gens se sont alors attroupés (...) et l'armée a tiré des obus sur le même secteur".
https://fr.news.yahoo.com/syrie-au-moins-18-civils-tu%C3%A9s-%C3%A0-alep-113154489.html

**************************************

Yémen

- Yémen : 21 rebelles et civils tués dans un raid aérien à Sanaa (AFP) - "Des avions de la coalition ont bombardé dans la matinée [de mardi] une permanence des rebelles chiites dans le quartier Al-Sabiine de Sanaa, touchant aussi des habitations proches".
https://fr.news.yahoo.com/y%C3%A9men-21-rebelles-civils-tu%C3%A9s-raid-a%C3%A9rien-%C3%A0-123919713.html

- Yemen Strikes, Israel, and Double Standards in the Middle East, Aaron David Miller (vice president of the Woodrow Wilson Center, a former U.S. Middle East negotiator) - "When it comes to politically irrelevant Yemen, there have been no efforts to take Saudi Arabia to the International Criminal Court, no calls for boycotts or divestment, and no U.N. Security Council or General Assembly resolutions"; "The Saudis confront in Yemen the same challenge Israel has faced in Gaza: how to deal with combatants who fire from urban areas using civilians for cover. But Riyadh seems to have less regard for civilian casualties and hasn’t been held accountable the way Israel is for such injuries and death, whether the issue is errant airstrikes, incompetence, or willful targeting of homes, markets, hospitals, and refugee camps".
http://blogs.wsj.com/washwire/2015/09/21/yemen-strikes-israel-and-double-standards-in-the-middle-east/
"The Saudi-led Arab coalition conducted airstrikes this weekend against Houthi rebel-controlled government buildings and residential neighborhoods in Yemen’s capital that killed dozens. But in contrast to reactions to Israeli actions in Gaza, the international community–including the U.S.–has largely ignored civilian casualties in the Saudi-led campaign in Yemen, including when it involves bombing urban areas.
It’s impossible to draw strict analogies between the two situations, not merely because the Palestinian-Israeli conflict is decades older than the Houthi-Saudi fight. But there’s still a double standard here.
During the Hamas-Israel conflict in Gaza last summer, Israel killed an estimated 2,100 Palestinians. The Israeli government says that 750 to 1,000 of those were Hamas fighters. Since March of this year, the United Nations estimates that the Saudi-led airstrikes and artillery strikes in Yemen have killed more than 2,000 civilians and wounded 4,000 others, the New York Times reported last week. There have been several humanitarian cease-fires, but the military campaign has continued. The coalition has retaken the port city of Aden and made other gains, but this has come with the destruction of entire neighborhoods and historic sites and deaths of innocents within that wreckage. The Saudi campaign has created a humanitarian crisis in the region’s poorest Arab state: An estimated 21 million people (roughly 80% of Yemen’s population) need assistance, the Times reported.
In contrast to Gaza, where the Israelis were able to accomplish their limited objectives in 50 days, the Saudi-led coalition hasn’t defeated the Houthis in six months and seems in no rush to stop trying. A Saudi spokesman for the Arab coalition said in June that “We shouldn’t be in a hurry” and noted that it took the U.S. and NATO more than a decade to try to establish a stable government in Afghanistan. The Saudi campaign is orchestrated by Deputy Crown Prince Muhammed bin Salman, and it has become a litmus test of his credibility–and perhaps key to his ascent to succeed his father, King Salman. And with their Shiite regional rival Iran supporting the Houthi rebels, the Saudis are likely to be in this for the long haul.
Last week, the chief of the U.N. human rights council, a Jordanian, called for an independent investigation of both Saudi and Houthi attacks on civilians. But that’s small potatoes compared with the intense U.N. and international criticism of Israeli-Hamas wars in Gaza–including Israel being charged with war crimes and willful targeting of civilians. When it comes to politically irrelevant Yemen, there have been no efforts to take Saudi Arabia to the International Criminal Court, no calls for boycotts or divestment, and no U.N. Security Council or General Assembly resolutions.
The Saudis confront in Yemen the same challenge Israel has faced in Gaza: how to deal with combatants who fire from urban areas using civilians for cover. But Riyadh seems to have less regard for civilian casualties and hasn’t been held accountable the way Israel is for such injuries and death, whether the issue is errant airstrikes, incompetence, or willful targeting of homes, markets, hospitals, and refugee camps. Last week, UNICEF reported that a coalition airstrike had targeted a warehouse used for water distribution, jeopardizing 11,000 Yemenis.
All of this puts the Obama administration in an untenable position. Yes, Washington is Israel’s key supporter and has defended Israel at the United Nations over Gaza. But when it comes to Yemen, the U.S. is supporting the Saudi coalition airstrikes with targeting information, logistics, and other intelligence. Washington has advised the Saudis to set limits on their targets, and U.S. officials expressed concerns as early as April about the campaign’s open-ended nature. Still, the Obama administration has avoided public criticism.
The issue is less defending Israel than recognizing this double standard in the Middle East.
The Saudis escape consequences for their actions in Yemen in part because the Arab coalition is nine countries deep and rich too. The Arab League–of which Yemen is a member–supports the coalition campaign. And a majority of U.N. members appear to be happy to ignore distant, poor Yemen while they support the Palestinian cause and fault Israeli human rights abuses. And unlike the Israelis, the Saudi military doesn’t investigate the accusations against it.
The next time Israel–or the U.S., for that matter–is accused of killing civilians while operating in urban areas against legitimate military targets, it would be nice if critics, the Saudis in particular, held their fire. But I’m not holding my breath."

**************************************

Iran

- Encouragé par l’accord, l’Iran accroît son financement au Hezbollah et au Hamas, Avi Issacharoff (Times of Israel) - "Se fondant sur l’hypothèse que les sanctions seront levées, Téhéran a accru son soutien à ses alliés, tout en laissant sur la touche Khaled Meshaal".
http://fr.timesofisrael.com/encourage-par-laccord-liran-accroit-son-financement-au-hezbollah-et-au-hamas/

- Iran's Khamenei Slams Israel Over Al-Aqsa Unrest (Haaretz) - "Iran's supreme leader described Israeli behavior towards Palestinians as the 'ultimate degree of ruthlessness and evil'."
http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/1.677178

**************************************

Europe

- Alexis Tsipras veut rassurer l’Europe et ses fidèles, Adéa Guillot (Le Monde) - "M. Kammenos [ministre délégué aux infrastructures et au transport] est ouvertement antisémite, même s’il prend soin de toujours rester à la limite de ce que les lois punissent en Grèce".
http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/09/23/alexis-tsipras-veut-rassurer-l-europe-et-ses-fideles_4768220_3214.html
"[...] La surprise est venue du côté du partenaire de la coalition, le parti souverainiste des Grecs indépendants (ANEL), où un Kammenos peut en cacher un autre. Si le président du parti, Panos Kammenos, conserve le fauteuil de la défense, une nomination fait déjà scandale : celle du député ANEL Dimitris Kammenos, ministre délégué aux infrastructures et au transport.
M. Kammenos – qui n’a aucun lien familial avec Panos Kammenos – est ouvertement antisémite, même s’il prend soin de toujours rester à la limite de ce que les lois punissent en Grèce. Il a poussé l’outrage en juin jusqu’à utiliser une photo d’Auschwitz pour comparer la zone euro à ce camp nazi d’extermination de juifs durant la seconde guerre mondiale. Connu pour ses positions homophobes, il s’est notamment opposé très vulgairement, par le biais de Twitter, au mariage gay. Difficile de comprendre à quel souci d’équilibre répond cette nomination qui choque en Grèce, surtout à gauche. [...]"

**************************************

ONU

- Le rôle de l’Arabie saoudite au Conseil des droits de l’homme fait débat, Marie Maurisse (Le Monde) - "L’institution onusienne est sous le feu des critiques après avoir nommé l’Arabie saoudite à la tête d’une de ses commissions consultatives" ; "L’opacité de ce fonctionnement n’est pas non plus pour servir la réputation d’un organe de plus en plus décrié".
http://www.lemonde.fr/international/article/2015/09/22/le-role-de-l-arabie-saoudite-au-conseil-des-droits-de-l-homme-fait-debat_4767286_3210.html

**************************************

Points de vue

- The Hypocrisy of Boycott, Yair Lapid (chairman of the Yesh Atid Party, served as the Israeli Minister of Finance between 2013 and 2014) - "Does the boycott include products made by Israel’s Arab minority which is 20% of the population? Does the boycott include the 14 Arab Israeli parliamentarians who sit beside me in Israel’s parliament?"
http://mideasttruth.com/forum/viewtopic.php?t=11934
"As you know by now, the Reykjavik City Council decided this week to boycott products from Israel. All products. From all of Israel.
I have a few questions:
Does the boycott include products made by Israel’s Arab minority which is 20% of the population?
Does the boycott include the 14 Arab Israeli parliamentarians who sit beside me in Israel’s parliament?
Does the boycott include Israeli factories which employ tens of thousands of Palestinians for whom this is the only opportunity to provide for their children?
Does the boycott include Israeli hospitals at which tens of thousands of Palestinians are treated every year?
Does the boycott include produce made by the 71% of Israeli’s who, according to the latest survey, support a two state solution and the creation of a Palestinian state alongside Israel?
Wait, don’t go yet, I’ve got a few more:
Among the products being boycotted is Copaxone, for MS sufferers, included?
Does the boycott include “Tulip” wine which is made by people with special needs and those who suffer from autism?
And what about the books of Israeli Nobel Prize Laureate in literature, Shai Agnon?
Does the boycott include Microsoft Office, cellphone cameras, Google – all of which contain elements invented or produced in Israel?
If the answer to all these questions is “yes” then I’ll move aside and wish you all an enjoyable life until the sadly unavoidable heart attack (sorry but pacemakers are also an Israeli invention). The other option is that someone at Reykjavik City Council didn’t think the issue through.
If they had then why stop at Israel? One of the best kept secrets about the Israeli-Palestinian conflict is that it is one of the smallest conflicts in the Middle East. In fact, there is no correlation between its actual size and the media coverage it receives.
Since the end of Israel’s War of Independence, 67 years ago, around 12,000 Palestinians have lost their lives in this conflict. A large proportion of those were terrorists, suicide bombers, terror tunnel diggers from various global jihadist organizations.
With that we can’t ignore the fact that in those years there were a few thousand innocents who lost their lives. I believe that’s terrible. It keeps me awake at night, like most Israelis. With that the simple fact is – and it’s easy to check – that in 67 years less innocent Palestinians were killed than in one week (!) in Syria. In fact, in that same period around 12 million people were killed in the Arab world. A simple calculation shows that the Israeli-Palestinian conflict caused 0.01% of the numbers killed in conflicts in the Islamic world.
An interesting question then is what is the position of Reykjavik City Council about the Islamic world? Do they boycott it also? All of it?
But of course this isn’t a discussion about statistics, it is about morals. Israel is a vibrant democracy fighting for its existence in tough circumstances. Our major sin, in the eyes of the world and the Reykjavik City Council, is that we are winning that war.
Yes, in this conflict more Palestinians are killed than Israelis. Why? Because we have a better army and we have the Iron Dome system which protects our cities from rockets. If our military lays down its weapons and we disarm Iron Dome, we’d be murdered within 24 hours.
So Israel will continue to defend itself, and will continue doing all it can to avoid civilian casualties.
At the same time, we will continue to search for the path to peace with the Palestinians. Twice, in the year 2000 and in the year 2008, Israel offered them over 90% of the land so they could build a state for themselves. Both times they refused. [...]"

- L’intelligentsia française sous-estime l’antisémitisme, Pierre-André Taguieff (auteur notamment d’« Une France antijuive ? », CNRS Editions) - "L’engagement en faveur de la cause palestinienne apparaît comme le principal moteur de la nouvelle judéophobie qui, des lendemains de la guerre des Six-Jours (juin 1967) à ceux de la deuxième Intifada (commencée fin septembre 2000), s’est lentement constituée sur la base d’une islamisation croissante de la guerre contre Israël et le sionisme".
http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/09/21/l-intelligentsia-francaise-doit-cesser-de-sous-estimer-l-antisemitisme_4766103_3232.html
"De nombreux intellectuels français, le regard fixé autant sur l’islamophobie que sur les nouvelles mobilisations nationalistes dites d’extrême droite ou populistes, en France comme ailleurs en Europe, ont largement ignoré, négligé ou sous-estimé l’islamisme radical, en même temps qu’ils détournaient le regard de la vague antijuive portée principalement par la propagande islamiste et ses relais politico-culturels, dont l’orientation commune est un propalestinisme sans réserve, assorti d’une diabolisation du sionisme et d’Israël, au nom d’un antiracisme, qui est dévoyé. Ce qui fait écran, c’est l’idée fausse selon laquelle la haine des juifs serait exclusivement fixée à l’extrême droite (néofasciste, néonazie, etc.) ou localisée dans les milieux réactionnaires (par exemple, chez les catholiques traditionalistes).
Une grande partie de la classe intellectuelle s’est longtemps refusée à reconnaître que la récente vague antijuive était le produit des interférences de trois types de mobilisations : l’antisionisme radical, le propalestinisme mystique et l’islamisme, et que ses principaux acteurs étaient issus d’une immigration de culture musulmane, s’identifiant aux Palestiniens en lutte contre les sionistes. Le nouvel opium des intellectuels dérive d’un petit nombre de mythologies contemporaines, fabriquées sur la base d’idées fausses ou douteuses, voire délirantes, où l’on peut voir les composantes de la vulgate antisioniste et pseudo-antiraciste d’aujourd’hui.
En premier lieu, la thèse de la substitution : l’islamophobie aurait historiquement remplacé l’antisémitisme en Europe. L’antisémitisme ne serait donc plus qu’un phénomène résiduel, un ensemble de survivances. D’où l’appel de certains antiracistes autoproclamés à lutter prioritairement contre l’islamophobie.
Ce lieu commun, pièce maîtresse de la propagande antisioniste, rend aveugle aux évolutions historiques réelles. Car ce qu’on appelle l’antisémitisme s’est transformé. Le noyau dur de la nouvelle configuration antijuive est constitué par l’antisionisme radical et démonologique. Les juifs ne sont plus diabolisés en tant que sémites, mais en tant que sionistes. L’objectif des nouveaux antijuifs est l’élimination de l’Etat juif, au terme d’un processus de délégitimation et de criminalisation de ce dernier, diabolisé en tant que « raciste », voire « nazi ».
En deuxième lieu, la confusion, entretenue par les islamistes et leurs alliés gauchistes, entre le rejet de l’islamisme, même sous ses formes djihadistes, et l’islamophobie en tant que racisme antimusulman. C’est là considérer abusivement l’islamisme, mal connu et mal compris par nombre d’intellectuels, sous l’angle de l’antiracisme et de la défense de la liberté religieuse.
En troisième lieu, la pseudo-explication sociologique : l’islamophobie serait la cause principale de l’islamisme radical. Les djihadistes seraient des révoltés qui se seraient simplement trompés de combat. Dès lors, l’islam n’aurait rien à voir avec le djihadisme, et les djihadistes seraient des victimes de sociétés islamophobes qui, en les excluant ou en les discriminant, les auraient poussés à la délinquance et à l’engagement dans les rangs de Daech [acronyme arabe de l’Etat islamique].
En dernier lieu, la diabolisation d’Israël et des sionistes, accusés de massacrer les Palestiniens innocents, mais aussi d’être à l’origine de la désintégration des Etats au Proche-Orient et de la montée en puissance de Daech. Corrélativement s’est diffusée la vision victimaire et compassionnelle des Palestiniens, lesquels monopolisent la capacité d’indignation de nombreux intellectuels. L’engagement en faveur de la cause palestinienne apparaît comme le principal moteur de la nouvelle judéophobie qui, des lendemains de la guerre des Six-Jours (juin 1967) à ceux de la deuxième Intifada (commencée fin septembre 2000), s’est lentement constituée sur la base d’une islamisation croissante de la guerre contre Israël et le sionisme.
Cette configuration mythopolitique a eu pour conséquence la méconnaissance et la sous-estimation de la puissance de séduction et de mobilisation du djihadisme ainsi que de la force de la vague antijuive. Car, à travers l’islamisation de la cause palestinienne, la lutte contre les juifs redevient la voie de la rédemption. [...]"

Repost 0
Published by Occam
commenter cet article

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages