Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 14:48

Repost 0
Published by Occam - dans Novembre 2009
commenter cet article
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 14:29
France

- Le bureau de Pétain vendu aux enchères à une "association de défense du maréchal" (AFP) - "Il appartenait à une famille juive de Strasbourg, qui possédait une résidence secondaire à Vichy."
http://lemonde.fr/societe/article/2009/10/18/le-bureau-de-petain-vendu-aux-encheres-a-une-association-de-defense-du-marechal_1255505_3224.html
   "Le cabinet de travail du maréchal Philippe Pétain, composé d'un bureau, d'un fauteuil et de deux bibliothèques, a été vendu, dimanche 18 octobre, à Saint-Dié (Vosges) aux enchères pour 23 000 euros, au président de l'Association de défense du maréchal Pétain. "C'est un mobilier que nous cherchions depuis longtemps: nous ne savions pas où il était, nous pensions qu'il avait disparu", a expliqué à l'AFP l'acquéreur Hubert Massol, président de l'association, à l'issue de la vente. "C'est quand même quelque chose d'un peu émotionnel", a-t-il ajouté.
    L'Association de défense du maréchal Pétain, "qui milite pour la réhabilitation du maréchal en tant qu'homme, homme d'Etat et militaire", selon son président, revendique "plusieurs milliers d'adhérents". Fondée en 1951, elle a rassemblé plusieurs collaborateurs de Pétain, des militaires de haut-rang ou des personnalités de la droite conservatrice, comme l'ancien joueur de tennis Jean Borotra. [...]
    Le bureau en acajou et placage acajou, au cuir vert, est orné de bronze sur ses pattes. Il est de style Empire, daté de 1880-1900, de même que le fauteuil et les deux bibliothèques qui constituaient le lot. "Il appartenait à une famille juive de Strasbourg, qui possédait une résidence secondaire à Vichy. Ils l'ont acheté en 1938 à un antiquaire de la ville, en lui demandant de le conserver jusqu'à l'année suivante. Or, la famille n'a jamais pu revenir à Vichy", a expliqué Me Anne Morel, commissaire-priseur. [...]"

- Reportage d'Envoyé spécial au sein de la communauté musulmane, Mohammed Sifaoui (Vidéo 4mn18) - le vrai titre sur Dailymotion n'est pas celui-là, vous comprendrez vite pourquoi ! La vidéo est intéressante, mais mauvaise nouvelle : les juifs et les chrétiens n'iront pas au paradis.
http://www.dailymotion.com/search/sioniste/video/xaua2m_salope-de-sifaoui-le-suceur-des-sio_news

- Dieudonne humoriste militant (Vidéo 1mn03) - Discours dans son "dieudobus" : il se compare à Rosa Parks (http://fr.wikipedia.org/wiki/Rosa_Parks).
http://www.dailymotion.com/search/sioniste/video/xau976_dieudonne-humoriste-militant_news

- Rapport Goldstone : la France aux abonnés absents, David Ruzié (professeur émérite des universités, spécialiste de droit international) - "Si pour Henri IV « Paris (valait) bien une messe », l’Union Pour la Méditerranée vaut bien pratiquement, pour le président Sarkozy, une condamnation d’Israël."
http://www.desinfos.com/spip.php?page=article&id_article=15515
   "[...] C’est en lisant Le Monde, daté des 18-19 octobre, que nous avons appris que parmi les 5 Etats, qui n’ont pas pris part au vote, figuraient la Grande-Bretagne et la France (en revanche, le quotidien parisien du soir passait sous silence le courage de la Hongrie, de la Slovaquie et de l’Ukraine, dont nous avions relevé le vote hostile). Mais – ce que nous n’osions envisager – c’est le fait que, sur le fond, Paris n’est pas hostile au rapport Goldstone.
    Pour expliquer la position, finalement, adoptée par la France,  Le Monde se réfère à un communiqué diffusé, vendredi, par le Quai d’Orsay, dans lequel notre pays estimait « la mise aux voix de ce projet prématurée », et qu’il « mêlait de manière inopportune le rapport de la mission d’établissement des faits et des questions sans lien direct avec le mandat du Conseil des droits de l’homme ».
    Autrement dit, la France aurait voté la condamnation d’Israël, si le Conseil des droits de l’homme, manipulé par sa majorité quasi-automatique anti-israélienne n’avait pas profité de l’occasion pour condamner, également, « fermement toutes les politiques et les mesures prises par Israël dans les territoires palestiniens occupés sur la base de la nationalité, de la religion, du sexe, de l’âge ou de toute autre raison discriminatoire, dont la restriction de l’accès des Palestiniens à leurs propriétés et à leurs lieux saints, en particulier à Jérusalem-Est ». Le projet de résolution prenait aussi position contre « les récentes violations israéliennes des droits de l’homme à Jérusalem-Est, en particulier la confiscation de terres et de propriétés, la démolition de maisons, la construction et l’expansion des colonies, la poursuite de la construction du mur de séparation, le changement du caractère démographique et géographique de Jérusalem-Est, les restrictions de la liberté de mouvement des citoyens palestiniens de Jérusalem-Est, ainsi que la poursuite des travaux d’excavation dans et autour de la mosquée Al-Aqsa ».
    Bref, la France a reproché au Conseil des droits de l’homme de détourner son action « de l’objectif qu’il s’était initialement assigné ». Mais, sur ce point, encore, pas de condamnation de la France de la prise en compte des chimères relatives aux « travaux d’excavation dans et autour de la Mosquée Al-Aqsa ». Et Paris aurait sans doute préféré, également, que la police israélienne permette à des hordes de provoquer de graves incidents à partir de l’esplanade des Mosquées, pour pouvoir accuser, par la suite, Jérusalem de manquer à son obligation de maintenir l’ordre dans la ville. Comment s’explique cette position, qui cadre mal avec les déclarations d’amitié du président Sarkozy à l’égard d’Israël ?
    Pour notre part, nous pensons qu’elle est liée au souci du président français de sortir de l’ornière, dans lequel il s’est enlisé, son grand projet d’Union pour la Méditerranée (UPM). Ce projet qui, certes, aurait permis de servir de lieu de rencontre entre Israël et les pays arabes du bassin méditerranéen s’est heurté, dès l’abord, aux réticences de ces derniers et ceux-ci n’ont pas manqué l’occasion de se saisir du prétexte des événements de Gaza pour demander la « suspension institutionnelle » de l’Union.
    Finalement, alors que les travaux avaient repris et qu’une réunion ministérielle devait se tenir, début novembre à Istanbul, l’Egypte avait annoncé son intention de la boycotter pour protester contre la participation du ministre israélien des affaires étrangères. Si pour Henri IV « Paris (valait) bien une messe », l’UPM vaut bien pratiquement, pour le président Sarkozy, une condamnation d’Israël."

- « Boycotter Israël ce n’est pas boycotter les Juifs », Victor Perez - "Ce programme [du MRAP] devant forcer le peuple israélien à accepter l’inacceptable, on est en droit de se demander légitimement dans quelle mesure le peuple juif ne se retrouverait pas lui-même en péril".
http://victor-perez.blogspot.com/2009/10/boycotter-israel-ce-nest-pas-boycotter.html
   "Qui, de nos jours, ne connaît pas le MRAP ? Ce Mouvement contre le Racisme, l’Antisémitisme et pour la Paix, crée - parmi d’autres - par des Juifs en 1949, converti depuis la main mise de Mouloud Aounit en Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples. Le fléau de l’Antisémitisme ayant probablement, au vu de cette nouvelle dénomination, disparu de la planète terre ! ‘’Disparition’’ qui prête singulièrement à interrogation dès la lecture du dernier tract publié par cette association intitulé « Israël : Boycottons les produits de l’oppression ». (http://www.mrap.fr/campagnes/international/urgence-palestine/Boycott-Tract.pdf)
    Les termes choisis de ce texte confirment, au moins et sinon plus, les soupçons que l’Amitié entre les peuples n’est plus la priorité de cette ligue ouvertement anti-israélienne. Dans les raisons du boycott données, plusieurs relèvent purement du mensonge et de la calomnie. Ainsi, il est fait part dans ce tract des « concessions faites par les Palestiniens, (…) nombreuses au moment du processus d’Oslo ». Quelles sont-elles ? Le MRAP ne sera pas plus disert à ce sujet faute, évidemment, de leur réalité.
    Autre raison assénée : « Les gouvernements israéliens n’ont eu de cesse d’attenter par tous les moyens à l’unité des Palestiniens et de trouver tous les prétextes pour refuser toute négociation sérieuse ». Là encore, aucune précision ! Le non dit fera office de vérité. On se souviendra pour autant des négociations d’Oslo, de Camp David II, d’Annapolis et même du retrait unilatéral de la bande de Gaza. Toutes choses qui démontrent une bonne volonté israélienne et qui rappelleront que les ‘’Palestiniens’’ n’ont toujours pas admis, à ce jour, le droit légitime d’un Etat juif à vivre en toute sûreté.
    Un besoin de sécurité israélien qui sert, aux yeux du MRAP, comme argument pour « masquer leur manque évident de volonté à répondre aux aspirations légitimes des Palestiniens à un Etat conforme aux résolutions de l’ONU ». Une sécurité recouvrée dès 2002 par la construction d’une clôture de sécurité baptisée, dans le programme de boycott, « mur d’annexion ».
    Autre ‘’démonstration’’ mrapiste de la culpabilité israélienne : « L’intervention contre Gaza démontre qu’Israël saisit toute occasion pour rendre la paix impossible. Aujourd’hui les conditions inacceptables mises par le gouvernement Netanyahou à la création d’un Etat palestinien ne peuvent que rendre quasiment impossible tout accord ». Cette thèse vire au burlesque, dès lors que le rappel des 90 « roquettes artisanales » tirées par jour en novembre et décembre 2008 sur les riverains israéliens de la bande de Gaza reviennent en mémoire. Comme vire au grotesque l’assertion condamnant le programme de Benjamin Netanyahou exigeant une ‘’Palestine’’ démilitarisée et la reconnaissance de son pays comme Etat du peuple juif !
    A lui seul, ce libellé prête à croire que seul un Israël pieds et poings liés conviendrait au MRAP. Un pays dont son économie, de surcroît, serait rendue exsangue par un boycott généralisé. Un ostracisme qui ne serait pas ‘’dirigé contre les Juifs’’, mais « contre un peuple pour le punir (… et) lui faire prendre conscience que la communauté internationale des citoyens ne peut tolérer les dénis de justice que commet son gouvernement en son nom ». Vient ensuite la liste des exigences, dont « la reconnaissance de la résolution 194 relative au retour des réfugiés ». Au sein de l’Etat d’Israël, cela va de soi !
    On ne peut douter, suite à l’analyse de ce tract, que le MRAP fait ici manifestement œuvre d’ONG anti-israélienne. Par ailleurs, une telle ONG - ouvertement antisioniste - n’aurait guère de mal à reprendre à son compte ce programme illégal et à la limite de l’antisémitisme. D’où le rappel du MRAP, comme pour s’en exempter d’avance, que « Boycotter Israël ce n’est pas boycotter les juifs ». Et donc mettre ces derniers en danger. Ce programme devant forcer le peuple israélien à accepter l’inacceptable, on est en droit de se demander légitimement dans quelle mesure le peuple juif ne se retrouverait pas lui-même en péril. Doutons sérieusement que le MRAP serait, alors, à ses côtés."

------------------------------
---------------------------------------------------------------------------
Israël

- Les camions de pompier ont droit aux pierres, même en Israël :
Des Arabes israéliens ont lancé des pierres contre un camion de pompiers circulant près de Nazareth. On ne déplore pas de blessés.
(Guysen.International.News / 2009-10-18 14:29:00 ISRAEL)

- Mauvaise nouvelle pour les boycotteurs qui iront en radiologie :
Une percée israélienne va permettre de remplacer les rayons X par des rayons laser non-cancérigènes. Les professeurs Léonid Schwartzman et Boris Leichtman de l'Université hébraïque de Jérusalem, ont développé un appareil permettant de fabriquer des rayons teraherz à forte puissance à partir d'une petite source de rayonnement.
Jusqu'à présent, un immense appareil était nécessaire à la fabrication de tels rayons, mais les 2 chercheurs israéliens ont réussi à en produire à partir d'un petit appareil bon marché.

(Guysen.International.News / 2009-10-18 19:27:00 ISRAEL)

----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Goldstone

- Remerciements du Hamas aux instances des « droits de l’homme » (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/10/remerciements-du-hamas-aux-instances-des-%C2%AB-droits-de-lhomme-%C2%BB/
   "L’un des dirigeants du Hamas, Mahmoud Al-Zahar, a exprimé publiquement la satisfaction ressentie par le mouvement terroriste en raison de la décision de l’instance onusienne de porter le rapport Goldstone devant le Conseil de sécurité de l’Onu. « Nous tenons à remercier vivement tous les organismes des droits de l’homme et les Etats qui (…) ont permis de faire passer cette décision. Nous pouvons transformer le domaine international en une grande prison et autant de cages pour les criminels de guerre sionistes », s’est-il flatté. [...]"

- Le colonel d'artillerie de Tsahal pendant Plomb fondu réplique au rapport :
Le Colonel Shai Malka, qui a dirigé les tirs d'artillerie de Tsahal durant l'opération ''Plomb durci'' a déclaré, ce samedi soir : ''je ne me sens en rien un criminel de guerre. Nous n'avons utilisé qu'un dixième de notre puissance de feu. Lorsque l'on utilise la population civile comme bouclier humain, le seul moyen d'éviter des pertes est d'éloigner les civils. Nous avons donné de nombreux avertissements aux civils, à travers les médias et des dépliants et par téléphone. Nous avons procédé à des tirs de dissuasion avant le tir sur les cibles où se trouvaient les terroristes et celui qui voulait sortir aurait pu le faire''.
(Guysen.International.News / 2009-10-18 01:25:00 ISRAEL)

- Steinitz accuse la communauté internationale d’antisémitisme (Arouts 7) - « Si l’AP continue à s’en prendre à Israël dans tout forum international, nous devrons nous demander si nous voulons continuer à apporter notre contribution à son développement. »
http://www.actu.co.il/2009/10/steinitz-accuse-la-communaute-internationale-dantisemitisme/
   "Le ministre des Finances Youval Steinitz, interrogé sur le rapport Goldstone, a accusé la communauté internationale d’antisémitisme. Rappelant que les conclusions de ce rapport ont été adoptées par le Conseil des droits de l’Homme de l’Onu à Genève, il a précisé: « Il s’agit d’une tentative antisémite établissant que ce qui est permis aux Etats-Unis en Afghanistan, aux Russes en Tchétchénie et aux Turcs dans le Nord de l’Irak est interdit à l’Etat d’Israël qui se défend des attaques de Gaza ».
   
Critiquant ensuite l’Autorité palestinienne, Steinitz a estimé: « Si l’AP continue à s’en prendre à Israël dans tout forum international, nous devrons nous demander si nous voulons continuer à apporter notre contribution à son développement. Nous ne pourrons pas continuer à tendre l’autre joue »."

- Jérusalem ne devrait pas trop en tenir rigueur à Moscou :
Israël ne va pas refroidir ses relations avec la Russie, malgré son soutien à l'adoption du rapport Goldstone à l'Onu. Le vice-ministre des Affaires étrangères Danny Ayalon a toutefois reconnu que le vote russe en faveur du rapport Goldstone au Conseil des droits de l'homme de l'Onu ne renforçait pas la candidature de Moscou pour jouer le rôle de médiateur dans le conflit au Proche-Orient.
(Guysen.International.News / 2009-10-18 07:44:00 ISRAEL)

- Rapport Goldstone : Des Israéliens approuvent, Serge Dumont (Le Temps) - Yossi Beilin et Yossi Sarid représentent la gauche de la gauche. NB : Le Temps (journal suisse) est, avec la Libre Belgique, un des journaux européens les plus anti-israéliens (Aftonbladet excepté).
http://www.letemps.ch/Page/Uuid/33bde62c-ba93-11de-861c-d14e3809d202/Des_Isra%C3%A9liens_approuvent
   "« Le rapport de la commission Goldstone ne devrait pas être rejeté a priori. » A l’instar de l’ex-ministre et ex-député Yossi Beilin, plusieurs personnalités israéliennes appellent les dirigeants de l’Etat hébreu à « faire preuve de plus de discernement » dans leur condamnation radicale de l’enquête menée au nom du Conseil des droits de l’homme.
    Certes, ces voix ne sont pas nombreuses. Pourtant, les ex-ministres Yossi Sarid et Shulamit Aloni, quelques professeurs d’université et intellectuels réussissent à faire entendre leur différence. A ce jeu-là, Shulamit Aloni se montre d’ailleurs la plus incisive. « En évoquant des crimes de guerre envers la population civile palestinienne, Richard Gold­stone a confirmé ce que beaucoup d’Israéliens savent de longue date sans oser se l’avouer », lance-t-elle.
    Outre les grandes organisations israéliennes de défense des droits humains, les dix députés arabes à la Knesset estiment que le rapport Goldstone « est un document de première importance ». « Il marque une étape cruciale pour l’affirmation des droits de l’homme », proclame le député Ahmed Tibi. [...]"

- Les certitudes de la culpabilité d’Israël à Gaza ont été émises bien avant la mission d’enquête, Zion Evrony (Ambassadeur d’Israël en Irlande) - la traduction du texte d'hier :
http://www.upjf.org/actualitees-upjf/article-17303-145-7-certitudes-culpabilite-disrael-gaza-ont-ete-emises-bien-avant-mission-denquete.html

- Le Verbatim abrégé des interventions lors du débat au Conseil des Droits de l'homme (je ne mets pas celles des dictatures, c'est très répétitif, mais seulement certaines qui sont marquantes, vert pour les gentils, rouge pour les méchants !) :
http://www.unhchr.ch/huricane/huricane.nsf/view01/256468C04BA76568C1257651004F7DA0?opendocument

    ALISON LECLAIRE CHRISTIE (Canada) said that her delegation had taken note of the request made by the Palestinian delegation, during the last session, to defer consideration of a resolution on the Goldstone Report until the next regular session in March 2010. The lead co-sponsors had believed that this would allow for more time for broad-based and comprehensive consideration of the report. Canada was very concerned that this Special Session had been called so soon after this assessment had been made. The Council's credibility depended on its preparedness to confront violations of human rights and Canada strongly supported the use of a Special Session to address grave violations of human rights wherever and whenever they occurred but was concerned at the continued and unbalanced attention given by the Council to Middle East issues. This Special Session was considered by Canada as a very poor precedent for the Council which undermined its integrity.

    MIRANDA BROWN (Australia) took note of the request made by the Palestinian delegation at the twelfth session of the Human Rights Council to defer consideration of a resolution on the Goldstone report until the thirteenth regular session of the Council in March 2010. Only two weeks ago, the lead co-sponsors of the resolution considered that that would allow "more time for broad-based and comprehensive consideration" of the report. Australia agreed. The earlier decision of the Council in March reflected the complexity and seriousness of the question. Australia did not consider this Special Session was warranted at this time.

    JURG LAUBER (Switzerland) said that Switzerland expressed serious concern over the situation in the Occupied Palestinian Territories. In Gaza, no noteworthy progress had been made to meet the needs of the population. The dependence of the population on external help was increasing. The building of settlements was continuing, in violation of international law. Restrictions of access to places of worship were making the situation explosive [Fab : la Suisse prend donc clairement partie pour l'interprétation palestinienne]. In the absence of any settlement to the conflict, Switzerland reminded the parties that they had to live up to their obligations under international law. The report of the international fact-finding mission gave an objective and global reading of the situation. Switzerland was pleased to see that the Mission had investigated violations by all parties. Very serious crimes had been committed by both parties. Switzerland could only underscore the importance of the report. Any follow-up needed a broad support. The resolution should be well-balanced. If the parties were unwilling to bring to justice the perpetrators of international law, it would be up to the international community to bring these perpetrators to justice.

    PATRIZIA SCANELLA, of Amnesty International, said that the Goldstone Report had addressed comprehensively and authoritatively alleged Israeli and Palestinian violations of international human rights and humanitarian law. Without effective action to address accountability and end impunity, there would be no long-term peace in the Middle East. A central recommendation of the report called on the Government of Israel and the relevant authorities in Gaza to launch appropriate investigations. To date, no such credible investigation had been conducted by either Israel or the Palestinian side.

    DOUGLAS M. GRIFFITHS (United States), in an explanation of the vote before the vote, said that they were disappointed at the outcome of this session. They believed that the Council could be a key forum for human rights. The United States had participated actively in the debate on the Goldstone report. They regretted that the Council had chosen to take precipitated action on the report. It was unfortunate that the Council had agreed to the Special Session without giving to everyone time to study the report in-depth. Regrettably, the resolution before them today was not balanced and went further than the content of the Goldstone report. The United States had voiced their serious concerns over several of the recommendations in the report. They had continued to stress the need of holding all parties to the conflict accountable before law. They had been prepared to support a resolution that would have done so. The United States was still working with the Palestinian Authority and Israel in the peace process. The proposed resolution could only exacerbate polarization. The United States would vote against the resolution, but this would in no way diminish their efforts to achieve a just and lasting peace in the Middle East. The United States thus called for a vote on the resolution for these reasons.

    HUGO BRAUWERS (Belgium), in an explanation of the vote after the vote, said that the fight against impunity was one of the priorities of Belgium and that they attached great importance to the respect of international humanitarian law and international human rights law. The principle of accountability required that all grave violations be the subject of in-depth investigations. People committing violations had to be brought to justice. Belgium had appreciated the efforts that had been made to arrive at a more balanced mandate of the Fact-Finding Mission. Both parties should conduct their national investigations in an appropriate manner. The Council should ensure appropriate follow-up.

    BOUDEWIJN J. VAN EENENNAAM (Netherlands) [gouvernement chrétien-démocrate], speaking in an explanation of the vote after the vote, said that the Netherlands remained convinced that the concerned parties should undertake their own investigations into allegations of human rights violations. Where relevant, the concerned parties had to bring to justice those concerned. While the situation in East Jerusalem was worrisome, it was not to the extent to merit consideration by the Human Rights Council in a Special Session. If the situation threatened international peace and security, it should be considered in the Security Council. If it threatened cultural sites, it should be considered by the United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization. The debate in this Special Session had not been helpful in the process of reinvigorating the peace process. That should be their goal. For that reason, the Netherlands had voted no.

    LAURA MIRACHIAN (Italy), in an explanation of the vote after the vote, said that they sincerely regretted that they had reached an outcome that was not consensual and that the attempt to rebalance the text by the European Union had failed. Italy had thus not been able to vote in favour of the text.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Gaza & Hamas

- Une roquette Kassam explose dans le Néguev (Arouts 7) - je ne comprends pas, Libération était pourtant formel : il n'y a plus de roquette sur Israël !
http://www.actu.co.il/2009/10/une-roquette-kassam-explose-dans-le-neguev/
   "Une roquette Kassam, tirée en direction de Sdérot par des terroristes du Nord de la bande de Gaza, a explosé près de la clôture de sécurité dans un secteur dépendant du conseil régional de Shaar Hanéguev. On ne déplore fort heureusement ni victimes ni dégâts matériels."

- Une roquette « kassam » s’abat sur le Néguev (Arouts 7) - une deuxième roquette "inexistante" :
http://www.actu.co.il/2009/10/une-roquette-%C2%AB-kassam-%C2%BB-sabat-sur-le-neguev-2/
   "Une roquette a été tirée du nord de la bande de Gaza en direction des localités de l’ouest du Néguev. L’alerte rouge a été déclenchée. Des habitants de la région ont entendu une détonation."

- English is the language of the enemy (PMW)
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=1395
   "Hamas children’s program, "Tomorrow’s Pioneers", last week included a part in which children learned that it is important to know English because it is “the language of their enemy.” (http://www.youtube.com/watch?v=1bndGwXtisU&feature=player_embedded) Following is the transcript:
    Child host: "What do you want to be in the future, Allah willing?"
    Child caller: "A teacher of the English language."
    Host: "Why do you want to be specifically an English teacher?"
    Child: "To teach children the language of their enemy." [Child host smiles.]
    Host: "Very nice. A great field. It is not enough for us to know our own language… We also want to study the language of our enemies, to know how to have contacts with them, and so that we can convey the message of Palestinian children..."
    Nassur: "Like me! Just like I know the Zionist enemy’s language."
    Host: "Really?"
    Nassur: "Hebrew."
    Host: "Okay, speak [in Hebrew]."
    Nassur: "I can't." [laughing]. [Al-Aqsa (Hamas) TV, Oct. 16, 2009]"

- Ouverture d'une nouvelle école pour former des policiers Hamas :
Le Hamas a annoncé, ce samedi soir, l'ouverture d'une nouvelle école de police. ''Nous avons pris la décision d'ouvrir cette école parce que les pays arabes refusent les élèves originaires de la bande de Gaza'', a déclaré le ministre des Affaires étrangères du Hamas, Fathi Hamed .
(Guysen.International.News / 2009-10-18 01:03:00 ISRAEL)

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Judée-Samarie & AP

- Un véhicule israélien frappé par des pierres (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/10/un-vehicule-israelien-frappe-par-des-pierres/
   "Des Arabes ont lancé des pierres sur un véhicule israélien près de Bet-Omar, au sud-ouest de Bethlehem. Il n’y a pas de blessés, mais on déplore des dégâts matériels. Depuis la levée des barrages, des automobilistes devant passer par ce secteur sont agressés d’une façon quasi quotidienne."

- Cocktails Molotov :
Des Palestiniens ont jeté des pierres et des cocktails Molotov sur plusieurs voitures israéliennes roulant dans la région de Binyamin. On ne signale ni blessé ni dégât. Des forces de Tsahal ratissent le secteur.
(Guysen.International.News / 2009-10-18 18:55:00 ISRAEL)

- Pour Yasser Abed Rabbo, un Juif qui construit une maison, même s'il possède le terrain, est un criminel contre l'humanité :
L'OLP appelle les USA à se positionner contre l'expansion des implantations. Yasser Abed Rabbo secrétaire général du comité exécutif de l'Organisation de libération de la Palestine, a demandé samedi à l'administration Obama d'''adopter une attitude sérieuse envers Israël sur la question de la colonisation''.
M. Rabbo n'a pas hésité à qualifier la construction en Judée-Samarie de M. Rabbo, ''crime de guerre, contre l'humanité et le droit international''.

(Guysen.International.News / 2009-10-18 09:56:00 ISRAEL)

- La popularité d'Abbas a baissé au point d'atteindre quasiment le niveau d'Haniyeh :
La popularité de Mahmoud Abbas s'affaiblit en raison de ses positions sur le rapport Goldstone. C'est ce que révèle une enquête menée par le Jerusalem Media and Communications Center (JMCC), qui montre que si les élections présidentielles se tenaient aujourd'hui, M. Abbas recevrait 16,8 % des votes, se positionnant coude à coude avec le chef de file du Hamas Ismaïl Haniyeh, crédité quant à lui de 16 % des votes.
(Guysen.International.News / 2009-10-18 13:28:00 ISRAEL)

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Réconciliation" palestinienne

- Accord de réconciliation interpalestinien: le Hamas diffère sa réponse (AFP)
http://www.lesechos.fr/depeches/monde/afp_00193119-accord-de-reconciliation-interpalestinien--le-hamas-differe-sa-reponse.htm
   "Le Hamas a différé dimanche le départ de sa délégation chargée remettre la réponse du mouvement islamiste aux médiateurs égyptiens sur l'accord de réconciliation interpalestinien, a annoncé dimanche un responsable du Hamas. "Le Hamas a différé l'envoi de sa délégation en Egypte car le général Omar Souleimane n'est pas au Caire", a expliqué Ayman Taha, l'un des hauts responsables du mouvement dans la bande de Gaza, en référence au chef des renseignements égyptiens, qui supervise les discussions interpalestiniennes. "La communication entre l'Egypte et le Hamas se poursuit", a néanmoins précisé M. Taha, tout en refusant à avancer une date pour le départ de cette délégation. [...]"

- Le Caire commence à s'irriter contre le Hamas :
Réconciliation interpalestinienne : l'Egypte fustige l'attitude du Hamas. Le torchon brûle entre le Caire et le Hamas, qui a demandé à reporter la signature de l'accord de réconciliation avec le Fatah, selon un site internet palestinien se basant sur des sources à Amman.
Le général Omar Souleimane, chef des Renseignements égyptiens, aurait ainsi exprimé son mécontentement au Hamas, l'accusant de vouloir torpiller les efforts égyptiens.

(Guysen.International.News / 2009-10-18 08:54:00 ISRAEL)
L'Egypte en a assez des ''tergiversations'' du Hamas face à la signature d'un accord de réconciliation avec le Fatah sous l'égide du Caire, a rapporté dimanche le journal gouvernemental al-Ahram, s'appuyant sur une source au sein du pouvoir.
"L'Egypte a été surprise par les tergiversations du gouvernement du Hamas qui a affirmé qu'il ne pouvait pas venir au Caire à la date prévue", a déclaré cette source officielle ayant requis l'anonymat.

(Guysen.International.News / 2009-10-18 13:42:00 ISRAEL)

- Le Hamas ne veut pas que les demandes du Quartet soient satisfaites dans l'accord :
Un porte-parole du Premier ministre du Hamas, Ismaïl Haniyeh a déclaré, ce samedi soir, que l'organisation n'était pas opposée à la proposition égyptienne de réconciliation avec le Fatah, mais le texte ne devait pas mentionner les exigences du Quartet, à savoir la reconnaissance d'Israël et l'acceptation des accords déjà signés par l'Autorité palestinienne.
(Guysen.International.News / 2009-10-18 00:45:00 ISRAEL)

- Une forte majorité de Palestiniens ne croit pas que l'accord sera signé ce mois-ci :
Selon un sondage en ligne proposé par l'agence palestinienne Maan, 68% des internautes pensent que le Hamas et le Fatah ne signeront pas d'accord de réconciliation en octobre.
(Guysen.International.News / 2009-10-18 02:37:00 ISRAEL)

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Egypte

- L'UE réagit contre le boycott d'Israël par l'Egypte :
L'UE doit protester dimanche officiellement auprès de l'Egypte contre l'interdit d'accès à son sol du président de la fédération israélienne des entrepreneurs, Yossi Gordon. Il était l'un des 3 représentants israéliens à devoir participer à la réunion du Comité économique et sociale européen (CESE) les 18 et 19 octobre à Alexandrie.
La délégation israélienne a finalement décidé d'annuler sa venue à cause des difficultés à obtenir des visas pour l'Egypte.

(Guysen.International.News / 2009-10-17 22:27:00 ISRAEL)

- Egypte: 20 membres des Frères musulmans arrêtés (AFP)
http://www.lesechos.fr/depeches/monde/afp_00193113-egypte--20-membres-des-freres-musulmans-arretes.htm
   "Vingt membres de la confrérie islamiste des Frères musulmans, la principale force d'opposition en Egypte, ont été arrêtés samedi, ont indiqué un responsable des services de sécurité et le groupe. Les vingt islamistes, dont fait partie un ancien candidat aux législatives de 2005, Mohammed Saada, ont été interpellés dans la ville de Mansoura (delta du Nil), a affirmé le responsable de la sécurité sous le couvert de l'anonymat. "Ils sont accusés d'avoir tenu une réunion politique au domicile de l'un d'entre eux", a-t-il ajouté. Fondés en 1928, les Frères musulmans ont été officiellement interdits en tant que parti politique en 1954 mais sont relativement tolérés dans les faits.
    Les 20 hommes ont pour leur part affirmé que leur réunion était un sit-in organisé pour protester contre les "exactions" israéliennes visant l'esplanade des Mosquées, à Jérusalem, selon la même source. La confrérie a confirmé les arrestations sur son site internet, ajoutant que la police avait fait irruption au domicile de neuf autres membres mais qu'ils étaient absents au moment de l'intervention. Les membres de la confrérie font régulièrement l'objet d'arrestations. La semaine dernière, 24 d'entre eux avaient été interpellés alors qu'ils participaient à des sit-in pour protester contre les "agissements" israéliens à Jérusalem.
    Depuis leur percée historique lors des législatives de 2005, les Frères détiennent un cinquième des sièges au Parlement. Leurs députés avaient alors été élus sous l'étiquette d'"indépendants". Les prochaines législatives sont prévues pour novembre 2010."

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Liban, Syrie & Hezbollah

- Liban: trois "engins d'espionnage israéliens" détruits dans le sud (AFP)
http://www.romandie.com/ats/news/091018143619.ebppz6b3.asp
   "Trois "engins d'espionnage israéliens" ont été détruits samedi et dimanche au Liban dans une zone frontalière avec Israël, dont deux par l'armée israélienne, a indiqué une source militaire libanaise. "Une explosion s'est produite avant minuit la nuit dernière dans une zone sauvage accidentée dans (le secteur) frontalier de Houla, puis une seconde explosion s'est produite (dimanche) matin au même endroit", a dit la source. Il "est apparu que les deux détonations avaient été provoquées par Israël qui a fait exploser deux engins d'espionnage qu'elle avait installés dans le secteur il y a visiblement longtemps", a indiqué la source militaire libanaise.
    Israël "craignait pour une raison ou une autre qu'ils ne soient découverts et a procédé à leur destruction en les faisant exploser à distance", a-t-elle souligné. Selon elle, l'armée libanaise, qui s'est déployée en force la nuit dernière dans la région, "a repéré un troisième engin et l'a fait exploser dimanche matin". Une source au sein des services de sécurité dans le sud du Liban a indiqué à l'AFP que les engins détruits servaient "aux écoutes et à la surveillance des communications de la résistance", faisant référence au Hezbollah.
    L'armée israélienne a de son côté estimé dans un communiqué que le Hezbollah tentait "une fois de plus de détourner l'attention de la communauté internationale de ses violations continuelles de la résolution 1701" de l'ONU. "Ces violations ont été prouvées par les événements récents (les explosions). Les incidents de ce jour prouvent la présence militaire du Hezbollah dans le sud du Liban, particulièrement dans les zones rurales chiites proches de la frontière avec Israël", a ajouté l'armée. [...]"

- Damas fait une démonstration de force en menaçant Israël :
La Syrie a effectué des manœuvres militaires destinées « à conserver un état d'alerte maximal qui permettra de récupérer les terrains conquis (le plateau du Golan, ndlr) », a indiqué dimanche l'agence de presse officielle. Ces manœuvres se sont déroulées en présence du ministre syrien de la Défense, le général Ali Habib et d'autres hauts responsables militaires.
(Guysen.International.News / 2009-10-18 18:47:00 ISRAEL)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Turquie

- A Jérusalem, on ne veut plus d'Ankara comme intermédiaire avec Damas :
A l'issu de sa rencontre avec le Premier ministre espagnol, Jose Luis Zapatero, le Premier ministre Binyamin Netanyahou a déclaré qu'il s'oppose à ce que la Turquie reprenne son rôle de médiateur avec la Syrie et ne voit pas comment ce pays pourrait être un ''honnête courtier'' entre les deux parties.
(Guysen.International.News / 2009-10-18 03:44:00 ISRAEL)
''La Turquie ne peut jouer le rôle de médiateur dans le processus de paix entre Israël et la Syrie ou un autre pays musulman'', estime le député Avi Dichter (Kadima). Il a indiqué sur les ondes de Kol Israël, que le leadership islamique prend le dessus depuis quelques années en Turquie sur l'échelon militaire.
(Guysen.International.News / 2009-10-18 09:47:00 ISRAEL)

- Obama aurait discuté de ces tensions avec son homologue turc :
Le président américain Barack Obama et le président turc Abdullah Gül, se sont entretenus par téléphone ce samedi soir. Selon le directeur de recherche à l'Institut turc de Washington, Soner Tagaptay, ''il n'y a aucune affaire pressante entre les USA et la Turquie aujourd'hui pour nécessiter un appel d'urgence le week-end et mon hypothèse est qu'ils ont parlé de la crise avec Israël''.
(Guysen.International.News / 2009-10-18 05:38:00 ISRAEL)

- Sus au café turc à Tel-Aviv !
Dans le contexte de crise diplomatique entre Israël et la Turquie, la chaîne israélienne de restaurant, Ilan, a décidé de ne plus vendre... de café turc ! Selon la société, tous les cafés de Tel Aviv ne devraient plus vendre de café turc pour protester contre la diffusion, en Turquie, de la série montrant des soldats israéliens tuant des enfants.
(Guysen.International.News / 2009-10-18 04:56:00 ISRAEL)

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Monde arabe

- Algérie: important responsable d'Al-Qaïda au Maghreb tué (AFP)
http://www.lesechos.fr/depeches/monde/afp_00193177-algerie--important-responsable-d-al-qaida-au-maghreb-tue.htm
   "Un islamiste armé tué par les forces de sécurité algériennes le 7 octobre à El Bayadh dans le Sud-ouest algérien et identifié comme étant Mourad Louzaï, était un haut responsable d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), a indiqué dimanche une source sécuritaire. Mourad Louzaï, 43 ans, alias Nouh Abou Qotada El Salafi, a été tué le 7 octobre avec un autre islamiste dans une opération des forces de sécurité dans la région d'El Kheither près d'El Bayadh, à environ 600 km au Sud-Ouest d'Alger. [...]
    Depuis début octobre, les services de sécurité algériens ont tué plusieurs dizaines d'islamistes armés dont Bilal Abou Adnane, numéro deux de la zone ouest de l'ex-GSPC, selon des informations officielles ou de presse. Vendredi, trois membres de ces groupes sont morts dans une opération d'envergure de l'armée contre les maquis islamistes dans la région de Tizi Ouzou, selon des sources locales."

- Les rebelles chiites du Yémen crient "mort à Israël" et "malédiction pour les Juifs" :
Yemen : Deux rebelles chiites ont été condamnés à mort, ce samedi soir, et neuf autres à 8 et 12 ans de prison pour avoir combattu avec les rebelles Houthis, dans le nord du pays. A la lecture de la sentence, les condamnés ont hurlé ''mort à l'Amérique, mort à Israël, la malédiction pour les juifs et la victoire à l'islam''.
(Guysen.International.News / 2009-10-18 04:48:00 ISRAEL)

- Ben Laden serait autoritaire, fan de bagnoles, fort en calcul mental, phobique envers l'électro-ménager :
La première femme et un fils d'Oussama Ben Laden dépeignent le chef d'Al-Qaïda, dans un livre à paraître. Dans ''Grandir comme un Ben Laden'' (''Growing Up Bin Laden''), Nawja, la première femme d'Oussama Ben Laden, et Omar son 4e fils brossent le portrait d'un père et mari autoritaire, fan des grosses mécaniques, génie du calcul mental et ayant horreur des appareils électro-ménagers...
(Guysen.International.News / 2009-10-18 09:21:00 ISRAEL)

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Iran

- Nucléaire iranien: Téhéran se rend à Vienne confiant et déterminé (AFP) - "Téhéran possède la technologie pour enrichir l'uranimum et "va s'asseoir à la table des négociations avec un moyen de pression", a souligné le porte-parole".
http://www.lesechos.fr/depeches/monde/afp_00193112-nucleaire-iranien--teheran-se-rend-a-vienne-confiant-et-determine.htm
   "L'Iran affiche sa confiance et estime se présenter en position de force, lundi à Vienne, pour de nouvelles discussions sur son programme nucléaire qui doivent déboucher sur un accord autour de la production par un pays tiers d'uranium enrichi à 20%. En cas d'échec, Téhéran a déjà laissé entendre qu'il jugerait l'autre partie responsable et qu'il serait en mesure de procéder lui-même à l'enrichissement. [...]
    A Vienne, "l'Iran cherchera à obtenir la garantie de la livraison d'uranium enrichi à 20% selon un calendrier serré", affirme à l'AFP un responsable du journal anglophone Iran Daily, Mohammad Reza Mohammad Karimi. Téhéran se rend en Autriche "dans la perspective d'obtenir un accord concret. Si aucun obstacle imprévu n'apparaît, la réunion devrait déboucher sur des résultats positifs", poursuit-il. "Il n'est pas difficile d'obtenir un accord", explique également un responsable du nucléaire iranien, sous couvert d'anonymat. "Notre priorité est d'avoir ce combustible", qui entre, a-t-il assuré, dans le cadre d'un programme civil. [...]
    Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hassan Ghashghavi, a averti, qu'en l'absence d'accord, que son pays procéderait à l'enrichissement de l'uranium par ses propres moyens. Téhéran possède la technologie pour enrichir l'uranimum et "va s'asseoir à la table des négociations avec un moyen de pression", a souligné le porte-parole de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Ali Shirzadian. Selon certains analystes iraniens, Téhéran pourrait exiger de pouvoir conserver 1.000 kilos d'uranium faiblement enrichi, sur les 1.500 en sa possession, d'après des chiffres de l'AIEA. [...]"

- ElBaradei ne craint pas Téhéran (JP) - son obsession reste Israël :
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1255694833743&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Selon Mohamed ElBaradei, chef sortant de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), l'unique solution au programme nucléaire iranien reste la négociation. "La menace du programme nucléaire iranien est exagérée. Je ne pense pas que nous allons nous réveiller demain et découvrir que l'Iran possède une arme nucléaire", a-t-il déclaré au journal autrichien Die Presse. "Le président [américain] Barack Obama a compris que le dialogue est la seule solution possible avec l'Iran (...). Téhéran peut jouer un rôle central au Proche-Orient, en Afghanistan ou même en Irak", estime le lauréat 2005 du prix Nobel de la paix.
    Le plus grand danger de la région, selon ElBaradei, serait une frappe israélienne sur les installations nucléaires de la République islamique. "Nous devrions nous demander pourquoi les pays développent l'arme nucléaire (…). Israël ne veut pas que l'Iran en dispose. Mais les dirigeants arabes ne supportent pas, non plus, que l'Etat hébreu soit une puissance nucléaire", poursuit ElBaradei. "La solution : assurer une paix durable dans la région et faire disparaître toute arme nucléaire du Moyen-Orient. Cela prendra du temps. Nous devons tenir compte d'un déséquilibre important : un pays, à savoir Israël, reste exclu des exigences de non-prolifération nucléaire, tandis que d'autres pays sont liés par ce contrat"."

- Iran: des hauts responsables des Gardiens de la révolution tués dans un attentat-suicide (AP) - au moins 42 morts :
http://fr.news.yahoo.com/3/20091018/twl-iran-attentat-ba66223.html
   "Au moins 42 personnes, dont cinq commandants des Gardiens de la révolution, ont été tuées dans un attentat-suicide attribué à la rébellion sunnite dans le sud-est de l'Iran dimanche, selon l'agence de presse officielle iranienne IRNA, qui fait aussi état de plus d'une vingtaine de blessés. L'attentat a été perpétré dans la province du Sistan-Baloutchistan, frontalière du Pakistan et de l'Afghanistan. IRNA a précisé que le général Noor Ali Shooshtari, commandant adjoint des forces terrestres des Gardiens de la révolution, et Rajab Ali Mohammadzadeh, commandant en chef du corps d'élite dans la province, comptaient au nombre des morts. D'autres membres des Gardiens de la révolution et des dirigeants tribaux locaux ont également été tués.
    Le procureur général de la province, Mohammad Marzieh, cité par IRNA, a affirmé que Jundallah, "les Soldats de Dieu", avait revendiqué l'attentat. Ce ne serait pas la première attaque du groupe contre des cibles chiites et les Gardiens de la révolution au Sistan-Baloutchistan. [...] Le groupe Jundallah est actif depuis plusieurs années dans le sud-est de l'Iran. En mai, il a revendiqué un attentat à la bombe dans une mosquée chiite qui a fait 25 morts à Zahedan, capitale du Sistan-Baloutchistan, alors que les autorités avaient renforcé la sécurité dans la province en avril. Treize membres du groupe ont été pendus en juillet. [...]
    Les autorités iraniennes accusent Jundallah d'être soutenu par Al-Qaïda et les talibans pakistanais mais pour Chris Zambelis, consultant risque à Washington, il est plus probable que le groupe se soit inspiré des techniques et ait peut-être reçu un soutien matériel de rebelles baloutches du Pakistan. [...]"

- Ahmadinejad accuse (AP) - c'est "l'œuvre de l'arrogance mondiale".
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1255694833903&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Le Président iranien Mahmoud Ahmadinejad a juré dimanche de porter un coup dur aux commanditaires de l'attentat suicide qui a tué dimanche cinq commandants des Gardiens de la Révolution ainsi que 26 autres personnes. "Ces criminels verront bientôt venir la réponse à leurs crimes inhumains", a reporté l'agence de presse officielle iranienne IRNA. Plus tôt Ahmadinejad avait également accusé les Etats-Unis et les Grande-Bretagne d'être derrière cet attentat suicide.
    Les chaînes de télévision officielles à Téhéran ont cité les propos tenus par un responsable de la sécurité affirmant que le gouvernement britannique était directement impliqué dans cet attentat, depuis l'organisation de l'explosion, jusqu'au recrutement des terroristes, en passant par l'approvisionnement des fournitures et de l'équipement nécessaires. L'Agence Press TV a déclaré que les Etats-Unis étaient pour leur part impliqués du fait de leur volonté de renverser le régime iranien. "Cet attentat avait été prévu il y a longtemps, par des personnes liées aux Etats-Unis et à d'autres pays qui souhaitent anéantir le gouvernement central iranien", a affirmé le réseau de télévision d'état.
    Les Gardiens de la Révolution ont pour leur part déclaré que "cet attentat était l'œuvre de l'arrogance mondiale et de la provocation de certains mercenaires locaux". Des Officiels iraniens se sont à plusieurs reprises interrogés sur la possibilité que Washington puisse inciter certaines minorités iraniennes à agir contre le gouvernement chiite. [...]
    L'attentat n'a pas été revendiqué dans l'immédiat, mais les soupçons se portent sur le groupe sunnite Jundallah (soldats de Dieu). Cette junte a déjà attaqué des cibles chiites et les Gardiens de la Révolution dans le sud-est de l'Iran. [...]"

- Téhéran veut lutter contre la porosité de sa frontière pakistanaise :
Attentat en Iran : un haut diplomate pakistanais a été convoqué au ministère iranien des Affaires étrangères. Les auteurs de l'attentat qui a coûté la vie à 35 personnes au sud-est du pays, seraient venus du Pakistan. Le diplomate a promis que son pays ferait tout pour sécuriser leur frontière commune.
(Guysen.International.News / 2009-10-18 20:21:00 ISRAEL)

- Collaboration Téhéran/Caracas pour la recherche d'uranium :
L'Iran aide le Venezuela à trouver de l'uranium, a indiqué Hugo Chavez. Le président vénézuélien, en visite en Bolivie, a précisé que son pays utiliserait la technologie nucléaire uniquement à des fins pacifiques.
(Guysen.International.News / 2009-10-17 22:45:00 ISRAEL)

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
USA

- Protestors shut down Ehud Olmert speech at University of Chicago (Vidéo 7mn32) - c'était le 15 octobre :
http://www.youtube.com/watch?v=wgN02ZTe5AU&feature=player_embedded

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Europe

- Une Equipe de basketball sioniste expulsée du terrain (Vidéo 3mn27) - le 5 février, match FC Barcelona / Maccabi Tel-Aviv, le public espagnol hurle sa haine contre l'équipe israélienne et tente d'envahir le terrain.
http://www.dailymotion.com/search/sioniste/video/xau86a_une-equipe-de-basketball-sioniste-e_news

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Histoire

- Aux sources de la révolte des Maccabées, entretien La Recherche (n°434) avec Dov Gera (professeur d'histoire juive à l'université Ben Gourion, et spécialiste des inscriptions grecques)
   "- Vous venez de déchiffrer une inscription du IIe siècle trouvée en Israël. Que nous apprend-elle sur cette période ?
    - C'est une grande stèle en calcaire, retrouvée en quatre fragments : l'un sur le marché des Antiquités, et trois lors de fouilles près du temple païen de Maresha, au sud-est de la Judée. Y sont gravées, en grec, les 53 premières lignes d'un édit du roi Séleucos IV, daté de mai 178 av. J.-C. Le roi y annonce des réformes des cultes de toute la région, en vue d'aligner leur gestion sur ceux du reste de l'Empire séleucide.
    - Pourquoi est-ce important pour l'histoire juive ?
    - C'est un document archéologique précieux, car il précède de quelques années seulement la révolte juive des Maccabées, motivée par des raisons religieuses, qui a abouti à l'indépendance de la Judée. Cette révolte n'est connue que par un texte juif, le deuxième livre des Maccabées, intégré ensuite par les chrétiens à l'Ancien Testament.
    - Quelles étaient les relations de ces rois avec les Juifs ?
    - Quand Antiochos III, prédécesseur de Séleucos IV, a pris la région à l'Egypte grecque en 200 av. J.-C., il a favorisé les Juifs sur un plan juridique et fiscal, car ceux-ci avaient pris parti pour lui. Séleucos IV a d'abord poursuivi cette politique. Mais ensuite, il a ordonné à son Premier ministre de faire main basse sur le trésor du Temple de Jérusalem. Cet incident est un signe avant-coureur de la profanation du Temple par son successeur Antiochos IV en 167 av. J.-C., et de la révolte dirigée par Judas Maccabée.
    - En quoi la stèle éclaire-t-elle les racines du conflit ?
    - Alors que le livre des Maccabées en faisait une affaire purement juive, cette inscription le replace dans un cadre plus large : elle présente une mesure qui ne vise pas que la Judée. Elle précise aussi que le roi nomme un certain Olympiodoros, dont la mission n'est pas détaillée. Etait-il un simple administrateur, chargé de spolier les temples ? Séleucos devait en effet verser un lourd tribut aux Romains, à la suite d'une défaite. Olympiodoros avait sans doute aussi une
fonction sacerdotale. Cela expliquerait mieux l'indignation des Juifs dont les convictions monothéistes ne pouvaient tolérer la suprématie d'un grand prêtre païen."

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Points de vue

- Kissinger et moi - Géopolitique au Ritz, Sylvain Attal (Causeur) - Sur l'Iran : "Ce qui le chagrine ce n’est pas qu’il y ait une carotte, mais qu’on ne voie pas le bâton" ; “Il ne faut jamais que votre interlocuteur sente que vous êtes disposé à accepter finalement ce que vous qualifiez dès le départ d’inacceptable”.
http://www.causeur.fr/kissinger-et-moi,3165
   "[...] je rencontre cet homme, digne continuateur de Bismarck dans la realpolitik moderne et oracle diplomatique. [...] C’est ainsi que tout anti-communiste viscéral qu’il fût, Kissinger devint un symbole de la détente et de la fameuse méthode des “petits pas” puis de la “shuttle diplomatie” qui fit beaucoup d’émules avec les progrès de l’aviation. Car Kissinger est tout sauf un néo-con. Il parle beaucoup par understatement, par litote. Mais tâchons de résumer sa pensée:
    Il pense qu’il faut parler avec tout le monde et approuve par exemple la main tendue d’Obama aux Iraniens. Ce qui le chagrine ce n’est pas qu’il y ait une carotte, mais qu’on ne voie pas le bâton. Autrement dit que les Américains ne paraissent pas crédibles dans leurs menaces de rétorsion au cas où les négociations avec Téhéran sur le nucléaire échouaient. Préoccupation qu’il résume ainsi: “Il ne faut jamais que votre interlocuteur sente que vous êtes disposé à accepter finalement ce que vous qualifiez dès le départ d’inacceptable”. Et prend ça M. le prix Nobel à crédit !
    Deuxième question : l’Afghanistan est-elle un nouveau Vietnam? Peut-être bien. D’une part, Kissinger pense qu’Obama n’a pas d’autre choix que d’écouter le commandant qu’il a lui-même nommé sur place, le général Mc Chrystal, et d’envoyer des renforts importants, à défaut de quoi les talibans interprèteront cette irrésolution comme un signe de faiblesse voire de défaitisme. D’autre part, il sait que la victoire militaire n’est rien sans l’appui de l’opinion publique. Au Vietnam nous avions presque gagné, dit-il, mais l’opinion ne soutenait plus l’effort réclamé. Le Watergate a fini de tout ficher par terre et a précipité la débâcle. Cette fois-ci les alliés des Américains ne se bousculent pas non plus pour les appuyer militairement (Sarkozy vient d’annoncer qu’il n’y aurait pas un soldat français de plus). Conclusion: Obama a toutes les chances de se planter.
    Mais Kissinger est aussi un grand conteur. Allez tonton Henry (86 ans) une anecdote pour finir sur la fin du mur de Berlin, il y a 20 ans déjà: “J’étais en Chine, ou je m’entretenais avec Deng Xiaoping. Tout semblait calme, mais Deng m’explique que le bloc communiste en Europe de l’Est est condamné parce que Gorbatchev a fait la glasnost (ouverture démocratique) avant la perestroïka (modernisation économique et sociale), et que les Chinois ne feront jamais la même erreur. Là-dessus je m’envole pour Hawaï, ou j’atterris quelques heures plus tard. Et j’apprends que le mur n’existe plus ! Il faut toujours faire très attention à ce que disent les Chinois”."

- « Goldstone » méprise la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, Bertrand Ramas-Muhlbach (avocat) - la litote permanente est amusante : "il faudra bien un jour que la Communauté Internationale admette que les tirs de roquettes qassam sur les israéliens en considération de leur seule origine juive, constituent un mode de fonctionnement social tout à fait discriminatoire interdit par le texte".
http://lessakele.over-blog.fr/article--goldstone-meprise-la-declaration-universelle-des-droits-de-l-homme-b-ramas-muhlbach-37771261.html
   "[...] Si le rapport « Goldstone » avait pris soin de reprendre les motivations à l’origine de l’opération « plomb durci », il aurait confirmé que l’opération s’inscrivait bien dans le respect scrupuleux des prérogatives de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH). [...]
    Rappelons tout d’abord que si l’article 1er DUDH rappelle que « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits.. .», il précise la nature des relations à entretenir entre les individus : les êtres humains « doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité ». Au cas particulier, les envois ininterrompus de roquettes qassam sur les populations juives ne participent pas spécialement d’un esprit fraternel. Il appartenait donc à Tsahal d’en provoquer l’arrêt dans la mesure où, selon l’article 2 DUDH, « chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration ».
    Parmi les Droits fondamentaux, l’article 3 DUDH cite : « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne », ce qu’interdisent fatalement les envois (a fortiori incessants) de roquettes qassam sur le territoire israélien. Notons également que selon l’article 7 DUDH, tous « ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration ». Sur ce point, il faudra bien un jour que la Communauté Internationale admette que les tirs de roquettes qassam sur les israéliens en considération de leur seule origine juive, constituent un mode de fonctionnement social tout à fait discriminatoire interdit par le texte.
    On peut également citer les dispositions de l’article 12 DUDH qui interdit « l'immixtion arbitraire dans la vie privée » ou les « atteintes à l’honneur et à la réputation ». En effet, les agressions physiques sur des personnes en considération de leur origine juive, sont de véritables immixtions arbitraires dans leur vie privée.
    L’article 13 DUDH, offre quant à lui, le « droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un Etat ». Les israéliens contraints par les palestiniens de vivre sous des abris sont privés de cette prérogative. De même, les envois de qassam violent l’article 17 DUDH qui protège « le droit à la propriété privé », mais aussi l’article 18 DUDH qui vise « la liberté de pensée, de conscience et de religion, ou encore l’article 19 DUDH qui concerne la liberté d'opinion et d'expression »...
    Inversement et signe de sa partialité, il est regrettable que le rapport « Goldstone » ne se soit pas attaché au mode éducatif palestinien (particulièrement à Gaza) qui construit la personnalité des jeunes dans la haine des juifs alors que l’article 26 DUDH : « l’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales, doit favoriser la compréhension, la tolérance et l'amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux »... Les jeunes palestiniens ne bénéficient pas d’une éducation conforme à ce texte sans que le rapport « Goldstone » ne s’en émeuve.
    Le rapport « Goldstone » a également fait fi de l’article 29 DUDH relatif aux obligations et devoirs envers les autres et occulté que les prérogatives des palestiniens sont limitées pour permettre d'assurer la reconnaissance et le respect des droits et libertés d'autrui, l'ordre public et le bien-être général dans une société démocratique (article 29 al 3). En effet, lorsque les palestiniens portent atteinte aux droits des juifs, ils violent l’article 30 DUDH  qui interdit à un Etat, un groupement ou un individu de se livrer à une activité ou d'accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés.
    En fait, c’est également le rapport « Goldstone » (lui-même) qui viole la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. En qualifiant les actes israéliens de « crimes de guerre » ou « contre l’humanité », le document méconnaît l’article 10 DUDH qui permet à chacun de faire entendre sa cause équitablement et publiquement par un Tribunal indépendant et impartial. Au cas particulier, Israël a déjà été condamné avant d’avoir été entendu et jugé par une instance juridictionnelle. [...]"
Repost 0
Published by Occam - dans Novembre 2009
commenter cet article
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 14:28
Shavoua Tov ! 

France

- Kassovitz élude les sources très embarrassantes de Loose Change (Conspiracy Watch) - la vidéo de 3mn14 est intéressante, Kassovitz admet qu'il avait un "parti pris" instinctif d'emblée bien avant d'avoir vu Loose Change : "c'est sûrement Bush qui est derrière tout ça".
http://www.conspiracywatch.info/Kassovitz-elude-les-sources-tres-embarrassantes-de-Loose-Change_a414.html
   "La distraction et le manque de moyens auraient conduit les jeunes réalisateurs inexpérimentés de Loose Change à reprendre des informations provenant de sites d’extrême droite. Voici, en substance, l’argument qu’opposent les conspirationnistes à ceux qui mettent en exergue les sources très douteuses sur lesquelles s’appuie le film de Dylan Avery.
    A entendre Mathieu Kassovitz sur RMC le 15 octobre dernier (http://www.rmc.fr/blogs/lesgrandesgueules.php?post/2009/10/15/Mathieu-Kassovitz-le-film-Lose-change-m-a-fait-prendre-conscience-sur-le-11-septembre), on pourrait bien croire, en effet, qu'Avery et ses amis ont exploité naïvement des sources dont ils ignoraient la véritable teneur : « Ces jeunes gens qui n’ont pas d’argent et sont donc obligés d’aller prendre des informations sur internet, n’ont pas fait attention et sont allés sur un site historique (sic), pour prendre des informations tout à fait banales, absolument pas négationnistes, mais ce site était tenu par un négationniste » (1).
    Lors de la même émission, Kassovitz a confessé que Loose Change était « le film qui [lui] a fait prendre conscience » des zones d’ombres pesant sur les attentats du 11-Septembre. Ce que ne dit pas – et ce que ne sait peut-être pas – Mathieu Kassovitz, c’est que la collusion des auteurs de Loose Change avec la frange la plus ouvertement fasciste de la presse américaine est parfaitement assumée.
    C’est un dénommé Eric Hufschmid qui est le premier à avoir formulé clairement l’hypothèse de la démolition contrôlée dans un film mis en ligne sur internet en 2003, Painful Deceptions. Hufschmid ne croit pas seulement à la théorie du complot sur le 11-Septembre. Il pense aussi que les chambres à gaz sont une « invention sioniste ». De même que… la mission Apollo XI ! « L’atterrissage d’Apollo sur la Lune, explique-t-il au journaliste Stéphane Malterre, c’est encore les Juifs sionistes. Ce sont les producteurs d’Hollywood qui ont tout mis en scène » (2)...
    Le 28 avril 2006, les réalisateurs de Loose Change, Dylan Avery, Korey Rowe et Jason Bermas, ont eu un entretien téléphonique très cordial avec Eric Hufschmid. Voici un extrait de ce que Dylan Avery a déclaré à cette occasion : « Nous avons parfaitement conscience des Illuminati et du Nouvel Ordre Mondial, et nous avons parfaitement conscience qu’il y a des gens qui veulent un Etat entièrement juif (sic). Nous savons que toutes ces choses existent, mais ce n’est pas notre propos. Votre vidéo [celle de Hufschmid - NDLR] et celle d’Alex Jones (http://www.conspiracywatch.info/Alex-Jones-le-show-conspirationniste-permanent_a431.html) traitent merveilleusement ces choses, et nous n’avons aucunement besoin de traiter les mêmes sujets » (3). [...]
    Outre la complaisance à l’égard d’Hufschmid, Loose Change s’appuie ouvertement et à plusieurs reprises sur les articles d’American Free Press, l’une des plus influentes publications d’extrême droite aux Etats-Unis – et partenaire de la conférence Axis for Peace, patronnée par Thierry Meyssan. Le propriétaire de ce journal, Willis Carto, est un négationniste patenté et un admirateur d’Adolf Hitler. Il est persuadé que les attentats du 11-Septembre sont « une opération des Israéliens et de la CIA ». Voici une courte transcription de son dialogue avec Stéphane Malterre (4) :
    Stéphane Malterre : Quel aurait été leur but et leur intérêt ?
    Willis Carto : Vous devriez poser cette question aux Israéliens. Pourquoi vous ne demandez pas à l’ambassadeur d’Israël en France ? Pourquoi vous ne demandez pas à Monsieur Sarkozy ?
    Stéphane Malterre : Vous pensez qu’il était au courant ?
    Willis Carto : Je ne sais pas. C’est un sioniste, un juif !
    Loose Change cite également plusieurs fois les articles de Christopher Bollyn. Que répond « Chris » Bollyn lorsqu’on l’interroge sur l’existence des chambres à gaz ? « Comme je l’ai dit, je n’ai vu dans ces trois anciens camps [Auschwitz, Dachau et Buchenwald - NDLR] aucune preuve d’un grand four dans lequel des centaines de gens auraient pu être gazés et brûlés. Je n’ai vu non plus aucune photographie ou preuve physique d’un tel four. Je ne vois pas comment cela pourrait faire de moi un négateur de quoi que ce soit. On ne nie que lorsqu’on refuse d’admettre une chose dont on a vu la preuve. J’ai cherché des preuves de ces immenses chambres à gaz et fours crématoires et je n’en ai pas trouvé à l’endroit où on dit qu’ils ont existé. Cela ne fait pas de moi un négationniste » (5).
    Et que répond maintenant Dylan Avery lorsqu’on lui demande pour quelle raison il a utilisé American Free Press comme source d’information pour Loose Change ? « Je ne vois pas pourquoi vous remettez en cause l’utilisation d’American Free Press. Parce que toutes les informations qu’ils donnent sont très pertinentes » (6).
Notes :
(1) RMC, émission "Les Grandes Gueules" du 15 octobre 2009.
(2) cf. « Rumeurs, intox : les nouvelles guerres de l’info », documentaire de Stéphane Malterre (TAC Presse), 55 min, diffusé sur Canal + dans l'émission "Jeudi investigation" le 24 avril 2008. (http://www.conspiracywatch.info/RUMEURS,-INTOX-LES-NOUVELLES-GUERRES-DE-L-INFO_a140.html)
(3) Entretien téléphonique de Dylan Avery, Korey Rowe et Jason Bermas avec Eric Hufschmid le 28 avril 2006. Interviewé à Union Square (New-York) le 9 septembre 2007, lors d’une manifestation aux côtés d’Alex Jones, Dylan Avery a confirmé que, bien que ces sujets ne soient pas présents dans son film, il leur accorde une certaine crédibilité : « Je ne m’intéresse pas aux francs-maçons, ni au Nouvel Ordre Mondial, ni aux Illuminatis. Cela ne veut pas dire que je ne crois pas qu’ils existent. C’est juste que ce n’est pas mon truc ». (http://www.erichufschmid.net/Avery-Rowe-Bermas-Hufschmid-phonecall.html)
(4) « Rumeurs, intox : les nouvelles guerres de l’info », déjà cité.
(5) Correspondance avec le professeur Steven Jones reproduite sur le forum de la James Randi Educational Foundation. (http://forums.randi.org/showpost.php?p=2514877&postcount=3)
(6) « Rumeurs, intox : les nouvelles guerres de l’info », déjà cité."

------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------
ONU & Goldstone

- Le rapport Goldstone ira devant le Conseil de sécurité (L'Express) - Goldstone lui-même commence à comprendre son statut d'idiot utile : "cette résolution m'attriste car elle ne fait part que d'allégations à l'encontre d'Israël. Il n'y a pas une phrase pour condamner le Hamas comme nous le faisons dans le rapport".
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient/le-rapport-goldstone-ira-devant-le-conseil-de-securite_795086.html#xtor=AL-447
   "L'adoption, votée à une faible majorité des 47 membres du Conseil des droits de l'homme, a provoqué un tollé du côté d'Israël tandis que l'Autorité palestinienne et le Hamas ne cachaient pas leur satisfaction. [...] A l'issue de deux jours mouvementés, la résolution palestinienne a finalement été adoptée vendredi par 25 voix (pays arabes, africains, Chine, Inde et Brésil) contre six votes négatifs (dont les Etats-Unis) et onze abstentions. Cinq Etats dont la France et le Royaume-Uni ont refusé de participer.
    Le texte contesté "apporte son soutien aux recommandations" du rapport Goldstone, approuvant la demande d'enquêtes indépendantes des deux protagonistes pour punir les responsables d'exactions. Il appelle également "toutes les parties concernées dont les organes de l'ONU à assurer" son application "en accord avec leurs mandats respectifs". Ce qui signifie en clair qu'il renvoie, comme le préconise le juge Goldstone, le rapport aux instances onusiennes de New York, l'Assemblée générale et surtout le Conseil de sécurité, censé, selon les recommandations, saisir le Procureur de la Cour pénale internationale (CPI) en cas d'échec des enquêtes.
    De nombreux pays, dont l'Union européenne et les Etats-Unis, sont montés au créneau pour empêcher une telle éventualité, craignant qu'elle ne complique les fragiles tentatives de paix entre Israéliens et Palestiniens. Cette résolution, qui dénonce également "des violations israéliennes des droits de l'homme à Jérusalem-est occupée", est éminemment "politique" et "a été motivée par des considérations interpalestiniennes et arabes", s'est inquiété un diplomate européen. Et "en transmettant le dossier à New York, elle le conduit à une impasse" en raison du veto attendu des Américains au Conseil de sécurité, ajoute-t-il.
    Richard Goldstone, lui, s'est inquiété du vote de la résolution qui ne reflète pas entièrement son propos. Il y accuse aussi le Hamas de "crimes de guerre" : l'organisation a selon lui délibérément visé des civils et tenté de semer la terreur dans le sud d'Israël avec des tirs de roquette. Interrogé par le journal Le Temps, il répond: "cette résolution m'attriste car elle ne fait part que d'allégations à l'encontre d'Israël. Il n'y a pas une phrase pour condamner le Hamas comme nous le faisons dans le rapport"."

- Aucun pays européen n'a voté en faveur du rapport Goldstone (Philosémitisme)
http://philosemitismeblog.blogspot.com/2009/10/aucun-pays-europeen-na-vote-en-faveur.html
   "La Commission des droits de l'homme des Nations unies, composée de 47 membres, a entériné hier le rapport Golstone sur les crimes de guerre commis à Gaza. Aucun pays européen n'a voté en faveur du rapport. Le détail du vote des pays européens membres de la Commission est le suivant :
    - Abstentions
La Belgique et la Norvège, traditionnellement hostiles à Israël, se sont, comme la Slovénie, abstenus.
    - Contre
La Hongrie, l'Italie, les Pays-Bas, la Slovaquie et l'Ukraine ont voté contre (de même que les Etats-Unis).
    - N'ont pas voté
La France et le Royaume-Uni ont refusé de voter.
    Parmi les pays qui ont voté en faveur on trouve des démocraties comme le Bengladesh, la Bolivie, Cuba, Djibouti, l'Egypte, l'Indonésie, la Jordanie, le Nigeria, le Pakistan et l'Arabie Saoudite. Il est intéressant de noter que plusieurs pays africains ont soutenu Israël : l'Angola, le Burkina Faso, le Cameroun, le Gabon et Madagascar."

- Benjamin Netanyahu promet de discréditer le rapport Goldstone (Reuters) - "Israël doit discréditer le discrédit".
http://fr.news.yahoo.com/4/20091017/twl-po-israel-goldstone-38cfb6d.html
   "Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a promis de mener une longue bataille diplomatique pour discréditer le rapport Goldstone sur la bataille de Gaza, l'hiver dernier, apprend-on appris samedi de source officielle. [...] "Israël doit discréditer le discrédit", a lancé le chef du gouvernement, selon un membre de son équipe. Cette campagne, a ajouté Benjamin Netanyahu, "ne prendra pas seulement quelques semaines, mais peut-être des années". [...]"

- Premiers effets diplomatiques après le vote onusien. Mais Lieberman sera-t-il capable de prendre la même mesure contre Moscou ?
Le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman a déclaré qu'il n'assisterait pas à un évènement organisé à l'ambassade chinoise en raison du vote positif de la Chine pour l'adoption du rapport Goldstone.
(Guysen.International.News / 2009-10-17 17:26:00 ISRAEL)

- Le Fatah aimerait que le Hamas ne se réjouisse pas trop !
L'Autorité palestinienne a affirmé samedi qu'elle ne s'opposera pas à la poursuite en justice de militants du Hamas accusés de crimes de guerre.
(Guysen.International.News / 2009-10-17 08:38:00 ISRAEL)

- Deux réactions du Monde.fr qui ne sentent pas la fleur :
palladio (16.10.09 | 23h42)
"Souhaitons que l'Etat d'Israël soit jugé pas seulement pour ses crimes de guerre à Gaza mais pour l'ensemble de ses crimes commis continuellement ces cent dernières années : colonisation, expulsion, destructions de villages et d'habitations, apartheid, blocus, Mur, répression, occupation, racisme d'Etat, bombardements, guerres, meurtres, etc., etc., etc. Il faut réserver à l'Etat d'Israël le traitement qui fut appliqué à l'apartheid sud-africain."
A Z. (17.10.09 | 10h33)
"Formidable ce vote qui montre la nouvelle donne mondiale. Chine et Inde facteurs importants pour l'avenir de l'humanité ont donné le ton. Le futur sera de plus en plus compliqué pour l'axe impérialiste Israélo-Américain et leurs supplétifs Européens. Les massacres des Palestiniens cesseront plus rapidement que prévu."
(http://lemonde.fr/proche-orient/reactions/2009/10/16/le-conseil-des-droits-de-l-homme-de-l-onu-approuve-le-rapport-goldstone_1254926_3218.html)

- Conclusions about Israel's guilt in Gaza were voiced well in advance of a 'fact-finding' mission, Zion Evrony (Israeli Ambassador to Ireland) - Une bonne synthèse sur le sujet. "Terrorists everywhere will rejoice that a UN-mandated body has effectively ruled that there are no legitimate means by which states may counter the complex and innovative terrorist techniques evolved by groups such as Hamas".
http://www.independent.ie/opinion/analysis/conclusions-about-israels-guilt-in-gaza-were-voiced-well-in-advance-of-a-factfinding-mission-1909917.html
   "Last January, speaking to the Joint Oireachtas Committee on Foreign Affairs, I asked the question 'What would you do?' if Ireland found itself in a situation comparable to that of Israel at the end of 2008, following eight years of rocket and mortar attacks on its southern communities from Hamas-ruled Gaza. In the months since, nobody in Ireland has come forward with an answer to my question.
    An implied answer has now come from an international source, in the shape of the report of the Goldstone "fact-finding" mission into the Gaza conflict at the start of this year. The answer is that, in practice, a democratic state confronted with terrorist attacks against its citizens must do nothing. Terrorists everywhere will rejoice that a UN-mandated body has effectively ruled that there are no legitimate means by which states may counter the complex and innovative terrorist techniques evolved by groups such as Hamas.
    The mission was mandated by the so-called Human Rights Council, a misnomer if ever there was one. This body, which has contained paragons of human rights values such as Saudi Arabia, Pakistan and Cuba, currently has nothing to say about, for example, the 400,000 deaths in Darfur for which Sudan is responsible, or the 1,000,000 displaced civilians in Somalia.
    It had absolutely nothing to say during the years when 12,000 Hamas rockets -- more than 7,000 since Israel's withdrawal from Gaza in 2005 -- landed on houses, streets, hospitals and schools, making a speciality of targeting the morning school-going period, and only an efficient system of shelters prevented heavy civilian casualties. Not a single UN resolution was passed condemning those criminal attacks. Instead, of the 25 resolutions passed by the Council in the three years since its foundation, 20 have singled out Israel for censure.
    The Goldstone mission contained members who had clearly voiced their conclusions about Israel's guilt well in advance of any "fact-finding" being carried out. This led several distinguished individuals, including former President of Ireland and former High Commissioner for Human Rights, Mary Robinson, to refuse invitations to chair the mission. Ms Robinson objected that the mission seemed to her to be "guided not by human rights but by politics".
    During its investigation, the mission did not ask its witnesses any questions relating to Hamas terrorist activity, the storage of weaponry in civilian areas or the launching of attacks from those areas. Except in one case, it failed to inquire into the widespread reports of the abuse of mosques to hide weapons and terrorist activity.
    The Goldstone report accuses Israel of targeting Gaza's hospitals, but admits that it did not investigate the well-corroborated reports that the Hamas command centre was located in Shifa Hospital. Why did it not ask such questions? A clue is provided by its admission that the witnesses appeared "reluctant to speak about the presence or conduct of hostilities by the Palestinian armed groups" -- a reluctance which it says "may have stemmed from a fear of [Hamas] reprisals".
    The report quotes the boast of a Hamas spokesman that it had created "a human shield of women, children, the elderly and the jihad fighters" but, incredibly, goes on to state that it does not consider this as evidence against Hamas.
    In the narrative of the report, there is no place for the extensive diplomatic and political efforts made by Israel to avoid an outbreak of hostilities. Neither is there any place for self-defence. Former Prime Minister Olmert's direct plea on Al-Arabiya TV to the people of Gaza, just before the conflict, to stop the Hamas rocket fire, and his statement "that we are not acting against [the residents of Gaza] and that we have no intention of punishing them for the actions of Hamas", are ignored.
    A recognised expert with insight into the dilemmas associated with combating the tactics of groups such as Hamas is Colonel Richard Kemp, former commander of British forces in Afghanistan. Yet the commission made no attempt to interview him. Judge Goldstone admitted: "There was no reliance on Colonel Kemp mainly because in our report we did not deal with the issues he raised regarding the problems of conducting military operations in civilian areas ... "
    The warning systems implemented by Israel to limit civilian casualties -- dropping one million flyers, sending tens of thousands of text messages and cellphone calls asking people to leave target areas -- measures which were, according to Colonel Kemp, unprecedented in the history of warfare, are mentioned in the report only to be criticised as "inadequate".
    In complex urban warfare, despite the best precautions, civilian casualties are tragically inevitable. There may also have been incidents in which a few soldiers did not always maintain the standards that Israel expected of them. The true test of a democracy is how it examines its own failings. Israel has opened more than 100 separate investigations into allegations of misconduct arising out of the Gaza conflict, and instituted criminal proceedings in 23 of these.
    In complex urban warfare, despite the best precautions, civilian casualties are tragically inevitable. There may also have been incidents in which a few soldiers did not always maintain the standards that Israel expected of them. The true test of a democracy is how it examines its own failings. Israel has opened more than 100 separate investigations into allegations of misconduct arising out of the Gaza conflict, and instituted criminal proceedings in 23 of these.
    Overall, the worst feature of the Goldstone report is the moral equation it makes between a democratic state seeking to put an end to attacks against its citizens, and the terrorist group responsible for those attacks. In the first case, the motives and intentions of Israel are treated as inherently suspect, and its own scrutiny and judicial mechanisms treated as flawed and inadequate. In the second case, Hamas, referred to as "the Gaza authorities", is allotted small space in the report. The history of its aggression is ignored, and its charter, calling for the killing of Jews and the destruction of Israel, similarly ignored. [...]"

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Réconciliation" palestinienne

- Elections palestiniennes: la date sera annoncée le 25 octobre (AFP)
http://www.lesechos.fr/depeches/monde/afp_00193038-elections-palestiniennes--la-date-sera-annoncee-le-25-octobre.htm
   "La date des prochaines élections générales palestiniennes sera annoncée le 25 octobre, a annoncé samedi le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. "Nous annoncerons le 25 de ce mois la date des prochaines élections présidentielle et législatives", a déclaré M. Abbas lors d'une réunion du Conseil révolutionnaire du Fatah, l'une des deux instances dirigeantes de son mouvement. En vertu de la Loi fondamentale palestinienne, le président Abbas doit proclamer la date des élections générales trois mois avant leur tenue, soit le 25 octobre au plus tard. Les prochaines élections doivent en effet se tenir le 25 janvier 2010 au plus tard, au terme de l'actuelle législature élue pour quatre ans en janvier 2006. Toutefois, elles pourraient être repoussées à juin 2010 si les factions palestiniennes s'entendent sur un accord de réconciliation proposé par l'Egypte. [...]"

- L'AP libère des détenus Hamas en geste de bonne volonté :
L'Autorité palestinienne libère 12 détenus du Hamas. Un geste de bonne volonté en vue de la réconciliation Fatah-Hamas qui doit être conclue prochainement.
(Guysen.International.News / 2009-10-17 21:33:00 ISRAEL)

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Gaza & Hamas

- Le Hamas à Gaza : «Nous sommes l’autorité légale», Christophe Ayad (Libération) - "Israël n’a aucun droit sur notre terre : c’est un principe idéologique non négociable".
http://www.liberation.fr/monde/0101597362-le-hamas-a-gaza-nous-sommes-l-autorite-legale
   "Mahmoud al-Zahar est le ministre des Affaires étrangères du gouvernement du Hamas, qui dirige la bande de Gaza. Membre du bureau politique et parmi les dirigeants les plus influents du parti islamiste, il est considéré comme un «faucon». [...]
    [...] - Cette controverse [à propos du rapport Goldstone] est-elle la seule raison de la demande par le Hamas de reporter la signature de l’accord de réconciliation interpalestinien, prévue le 25 octobre au Caire ?
    - Il n’y a pas de report. Le Hamas a donné son accord pour une signature le 25 octobre, il signera. Mais il faut faire la part des choses. Signer un document d’entente n’est pas difficile. Une vraie réconciliation, elle, nécessite une atmosphère appropriée. Et là, ce n’est pas le moment. Nous considérons que l’autre partie a participé à l’agression contre le peuple palestinien.
    - Vos relations avec l’Autorité palestinienne peuvent-elles s’améliorer ?
    - Qu’entendez-vous par l’Autorité palestinienne ? L’Autorité, c’est la présidence, le Conseil législatif et le gouvernement. Le terme du mandat d’Abou Mazen est passé depuis janvier : il n’est donc plus président d’après notre Loi fondamentale. Le Hamas détient la majorité au Conseil législatif et dirige le gouvernement. Nous sommes donc l’autorité légale.
    - Le blocus israélien se poursuit et pourtant le Hamas ne tire plus de roquettes vers Israël. Pourquoi ? [Fab : vive les questions de Libé ! 1) c'est faux, il y a toujours des roquettes 2) Shalit est toujours otage 3) Libé veut-il un réarmement rapide du Hamas, histoire de refaire une guerre dans 6 mois ? 4) le "blocus" est autant égyptien qu'israélien.]
    - Nous avons trouvé de nouvelles voies [les tunnels, ndlr] pour alléger nos souffrances et faire entrer des médicaments, de la nourriture, de l’essence. Ce n’est pas l’idéal, mais nous n’avons pas le choix. En outre, notre projet est de libérer la Palestine. Or il n’y a plus un seul Israélien à Gaza. Maintenant, c’est au tour de la Cisjordanie d’être libérée de l’occupation, mais qui nous en empêche ? Abou Mazen ! [...]
    - En juin, le chef du Hamas exilé en Syrie, Khaled Mechaal, se disait prêt à accepter un Etat palestinien dans les frontières de 1967 et une trêve de dix ans avec Israël. Aujourd’hui, il reparle de libérer la Palestine «de la mer [Méditerranée] au fleuve [Jourdain]». Pourquoi ce durcissement ?
    - Primo, Israël n’a aucun droit sur notre terre : c’est un principe idéologique non négociable. Secundo, si nous parvenons un jour à établir un Etat dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, nous pourrons proposer une trêve. Mais nous ne reconnaîtrons pas Israël et nous ne demanderons pas à Israël de nous reconnaître.
    - Dernièrement, plusieurs mesures ont été prises pour obliger les femmes et les collégiennes à porter le voile ou interdire aux hommes de se baigner torse nu. Pourquoi ?
    - C’est une question d’uniforme, c’est tout. Vos avocats, vos étudiants, vos députés doivent respecter des règles vestimentaires. Chez nous aussi. Quant aux plages, nous avons nos traditions, c’est tout. Mais nous ne forçons personne. [...]"

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Judée-Samarie & AP

- Un cocktail Molotov fait un blessé grave (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/10/un-cocktail-molotov-fait-un-blesse-grave/
   "Un Arabe israélien a été grièvement blessé près de la localité juive de Beth-Hagaï, au sud de Hébron. Il a été attaqué alors qu’il passait en voiture près d’un village arabe, non loin de là. Une équipe du Croissant rouge l’a recueilli et remis au Maguen david Adom. D’autres attaques ont été signalées dans la région de Beiyamin et de Goush Etzion. Samedi, vers midi, un arabe blessé a été secouru dans une base de Tsahal de la vallée du Jourdain, où il a pu se présenter. Il a été évacué en hélicoptère."

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Liban, Syrie & Hezbollah

- L’Arabie Saoudite expulse des Libanais (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/10/larabie-saoudite-expulse-des-libanais/
   "Environ deux-cents familles libanaises intégrées pour certaines depuis plusieurs années ont été expulsées sans préavis et sans explications d’Arabie Saoudite. Les seuls Libanais concernés sont des chiites, faction musulmane à laquelle est affilié l’organisation terroriste du Hezbollah."

- Disparition d'un opposant en Syrie :
La Syrie est priée par une ONG d'expliquer la disparition d'un de ses ressortissants. Human Rights Watch a demandé à Damas des informations sur la disparition soudaine de Haytam al-Maleh, 78 ans, qui a critiqué cette semaine la restriction de la liberté d'expression lors d'une interview à une chaîne tv de l'opposition.
Des policiers en civil sont venus à son domicile l'arrêter après cette interview, et depuis, plus aucune nouvelle de lui.

(Guysen.International.News / 2009-10-17 21:55:00 ISRAEL)

- Liban et Hezbollah - je t’aime, moi non plus, Nadim Hasbani (L'Orient le jour, quotidien libanais francophone) - "seule une intégration plus profonde de la communauté chiite dans le système politique libanais offrirait à la communauté le luxe de pouvoir se distancier de l’option militaire – qui lui a permis de sortir de sa marginalisation politique".
http://jssnews.com/2009/10/17/liban-et-hezbollah-je-taime-moi-non-plus/
   "[...] La question est donc de savoir comment convaincre le Hezbollah des avantages du processus de paix. Pour que le Liban puisse signer un quelconque traité de paix avec Israël, l’un des trois scénarios suivants devrait se réaliser.
    Le premier et improbable scénario prévoirait la chute du régime iranien actuel. Puisqu’il s’agit là du principal soutien extérieur du Hezbollah, l’organisation du parti s’en trouverait inévitablement affaiblie et verrait à ce moment une valeur ajoutée à la paix. Mais le régime iranien est remarquablement résilient.
    La deuxième possibilité serait de parvenir à changer l’état d’esprit de la communauté chiite, qui constitue la base électorale du parti islamiste, particulièrement au Liban-Sud. Les Libanais du Sud ont en effet été victimes d’invasions et bombardements israéliens pendant des décennies, et presque toutes les familles chiites de la région ont un proche engagé dans les rangs du Hezbollah, civils ou militaires. Par conséquent, il est encore inimaginable pour eux de se voir cohabiter en paix avec leur agresseur de toujours.
    Le troisième scénario – également le plus probable – serait l’apparition d’une fracture au sein même de la communauté chiite, qui affaiblirait la popularité du Hezbollah (cette dernière, ayant atteint un summum grâce à l’homogénéité du soutien indéfectible de la grande majorité des chiites, ne peut plus augmenter). Confronté à une possible perte de soutien, le Hezbollah en viendrait à considérer les bénéfices de la paix en termes de stabilité et de développement et qui lui permettraient de reconquérir l’opinion chiite.
    Certains dirigeants religieux chiites libanais – arabes, donc – ont depuis longtemps pris leur distance avec l’Iran perse, comme Mohammad Hussein Fadlallah. Ce dernier est loin d’embrasser l’idéologie sur laquelle repose la révolution iranienne, ayant pour concept-clé celui de wilâyat al-faqîh, dont le dirigeant suprême iranien, l’ayatollah Khamenei, puise son autorité religieuse et politique auprès des chiites tant iraniens qu’arabes, mais aussi auprès du Hezbollah. Les dirigeants du Hezbollah affichent de leur côté une forte réticence à débattre du wilâyat al-faqîh, de peur de faire ressurgir cette fracture au sein de la communauté chiite libanaise entre pro et anti, et donc, d’affaiblir leur position respective.
    Finalement, seule une intégration plus profonde de la communauté chiite dans le système politique libanais offrirait à la communauté le luxe de pouvoir se distancier de l’option militaire – qui lui a permis de sortir de sa marginalisation politique – et de considérer l’option de la paix. Au vu de l’absence d’une position commune libanaise au sujet de la participation à un processus de paix, la récente initiative de paix d’Obama pourrait bien avoir des effets déstabilisateurs. En plus d’être tragique, ce manque de coordination fait rater au Liban une occasion en or de pouvoir négocier avec Israël d’une position de force au vu des acquis militaires du Hezbollah postguerre de juillet 2006."

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Turquie

- Washington demande à Ankara de calmer son anti-israélisme :
Etats-Unis : plusieurs diplomates américains ont appelé la Turquie à améliorer ses relations avec Israël, a rapporté la radio de l'armée vendredi.
(Guysen.International.News / 2009-10-17 16:41:00 ISRAEL)

- Réponse d'Ankara : Israël est un oppresseur.
Turquie : évoquant les relations tendues entre son pays et Israël, le Premier ministre turc a affirmé samedi qu'Ankara soutiendra toujours le camp des oppressés.
(Guysen.International.News / 2009-10-17 20:50:00 ISRAEL)

- Les Israéliens moins chauds pour aller passer leurs vacances en Turquie :
Tensions Israël-Turquie : les grands comités d'entreprise israéliens annulent des congés en Turquie. Le ministre israélien du Tourisme, Stas Misezhnikov, s'est félicité de cette décision. Il les appelle à envoyer leurs employés en vacances en Israël.
Il voudrait même instaurer une loi accordant des ristournes fiscales aux salariés qui choisiront de passer des congés dans des sites israéliens plutôt qu'à l'étranger.

(Guysen.International.News / 2009-10-17 21:10:00 ISRAEL)

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Monde arabe

- L'UE aurait réussi à obtenir de la part de Bagdad une légère diminution de son boycott d'Israël :
L'Irak renonce à conditionner la participation d'exposants à sa foire commerciale annuelle à un boycott d'Israël. Le ministère irakien des Affaires étrangères a annoncé qu'il supprimait la clause attenante du règlement de participation à ladite foire.
Un diplomate européen a transmis à une grande agence de presse française que Bagdad pourrait avoir supprimé la clause sous la pression de l'UE.

(Guysen.International.News / 2009-10-17 21:39:00 ISRAEL)

- Incertitudes sur la prochaine réunion de l'Union pour la Méditerranée, Laurent Zecchini (Le Monde) - "L'Egypte a annoncé son intention de la boycotter en raison de la présence du ministre israélien des affaires étrangères, Avigdor Lieberman".
http://lemonde.fr/europe/article/2009/10/17/incertitudes-sur-la-prochaine-reunion-de-l-union-pour-la-mediterranee_1255219_3214.html#xtor=AL-32280184
   "L'Union pour la Méditerranée (UPM), après avoir été "institutionnellement suspendue" à la demande des pays arabes en signe de protestation contre la guerre de Gaza menée par Israël, avait repris ses travaux. Il est désormais probable que la prochaine réunion ministérielle, début novembre à Istanbul, n'aura pas lieu. L'Egypte a annoncé son intention de la boycotter en raison de la présence du ministre israélien des affaires étrangères, Avigdor Lieberman.
    L'UPM, d'autre part, n'a toujours pas de secrétaire général. Seul candidat en lice, le Jordanien Ahmad Massadeh, ne fait pas l'unanimité. La France souhaiterait que le secrétaire général soit francophone et une personnalité de réputation internationale."

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Iran

- Grandes manoeuvres autour de l'atome iranien, Natalie Nougayrède (Le Monde) - "Les responsables français ont le sentiment que l'administration Obama s'est aventurée sur un terrain glissant en élaborant un scénario qui valide potentiellement les activités iraniennes d'enrichissement d'uranium et ouvre la voie à de nouvelles manoeuvres dilatoires de Téhéran".
http://lemonde.fr/proche-orient/article/2009/10/17/grandes-manoeuvres-autour-de-l-atome-iranien_1255214_3218.html#ens_id=677013
   "Prémisses d'une négociation ou marché de dupes ? Les efforts diplomatiques autour du programme nucléaire iranien entrent dans une nouvelle phase. L'attention est désormais focalisée sur un scénario en apparence très ambitieux : l'éventuelle évacuation d'uranium enrichi iranien vers la Russie puis la France, où il serait progressivement transformé en combustible destiné à un réacteur nucléaire à Téhéran produisant des isotopes médicaux. [...]
    Le scénario se veut astucieux. Il permettrait de retirer d'Iran, du moins pendant un certain temps, le gros de cette matière sensible dont l'accumulation est au coeur des accusations concernant un programme visant à doter la République islamique d'une capacité nucléaire militaire. Le dispositif vise à empêcher l'Iran de détourner son uranium enrichi pour le transformer en matière fissile, destinée à une arme atomique. Le 1er octobre, à l'issue d'une rencontre à Genève entre l'Iran et les grandes puissances conçue comme la concrétisation de la politique de la main tendue de Barack Obama, un "accord de principe" avait été annoncé, créant la surprise. Cela intervenait peu après des révélations fracassantes sur l'existence d'un nouveau site nucléaire iranien tenu secret pendant des années, près de Qom.
    Mais l'expression "de principe" soulignait à quel point le dispositif très théorique de cette évacuation d'uranium est plein d'incertitudes. L'Iran n'a en effet pris aucun engagement formel sur la quantité exacte qu'il serait disposé à transférer à l'étranger. L'AIEA, placée au coeur du processus, a pour sa part proposé dans une lettre aux Iraniens que cela porte sur 1 200 kg (l'Iran détenant officiellement environ 1 500 kg de cette matière). De plus, aucun calendrier n'a été mentionné.
    Ces flous ont poussé la France, qui campe sur une position d'intransigeance face à Téhéran, à fixer ouvertement quelques lignes rouges. Paris souhaite un "accord rapide", considérant que la date butoir doit être en décembre, l'échéance donnée aussi à Téhéran par les Etats-Unis pour répondre à leurs ouvertures diplomatiques. Les Français entendent aussi insister pour que les 1 200 kg d'uranium enrichi soient sortis d'Iran en bloc, et non par étapes ou de façon parcellaire, comme Téhéran a commencé à le suggérer. Le Royaume-Uni est sur la même ligne.
    La diplomatie française estime en outre que les discussions sur le scénario d'évacuation d'uranium ne doivent en rien effacer, ni faire passer au second plan, les demandes faites à l'Iran dans le cadre des résolutions successives du Conseil de sécurité de l'ONU. Il s'agit de l'obligation qu'a Téhéran de "rétablir la confiance" sur les intentions prétendument pacifiques de son programme nucléaire, en suspendant les activités d'enrichissement d'uranium et en faisant toute la lumière sur ses travaux scientifiques.
    Les responsables français ont le sentiment que l'administration Obama s'est aventurée sur un terrain glissant en élaborant un scénario qui valide potentiellement les activités iraniennes d'enrichissement d'uranium et ouvre la voie à de nouvelles manoeuvres dilatoires de Téhéran. Jusqu'où les réticences françaises s'exprimeront-elles ? Officiellement, Paris joue le jeu et se dit prêt à fournir l'Iran en combustible pour le réacteur de Téhéran si un accord solide est trouvé. Mais l'implication des Français dans le circuit technologique leur fournit un verrou, dont ils pourraient faire usage s'ils jugent que les bonnes conditions ne sont pas réunies. [...]"

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
USA

- Barack Obama face à l'impasse israélo-palestinienne, Christophe Schmidt (AFP)
http://www.lesechos.fr/depeches/monde/afp_00193004-barack-obama-face-a-l-impasse-israelo-palestinienne.htm
   "[...] "Il n'a presque rien obtenu jusqu'à présent", reconnaît Nathan Brown, à l'unisson de nombreux autres experts qui invitent pourtant M. Obama à persévérer. [...] "Les Palestiniens pensent qu'Abbas a mis tous ses oeufs dans le panier américain et qu'il n'a rien obtenu", souligne M. Brown, un professeur de l'université George Washington, dans la capitale américaine. [...]
    Henri Barkey, de la fondation Carnegie, invite pour sa part le président à saisir l'occasion de la remise du prix Nobel, en décembre à Oslo, pour "prendre une initiative spectaculaire" et se rendre aussitôt dans la région. L'idée laisse Nathan Brown dubitatif. "Après quinze ans de processus de paix, les grands projets, les prix Nobel, tout cela ne veut plus rien dire au Proche-Orient".
    Quoi qu'il arrive, poursuit cet expert, l'administration ne devrait pas modifier prochainement sa politique. M. Obama, dit-il, va continuer à promouvoir publiquement un accord définitif, mais il doit intégrer dans sa tactique le fait que cela ne va pas se produire rapidement. Les Etats-Unis "vont changer de focale" pour se concentrer vers des objectifs intermédiaires, pronostique-t-il, et pourraient s'atteler à court terme à la réconciliation interpalestinienne, accompagnant les efforts de l'Egypte."

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Histoire

- Comment, à Berlin en avril 1942, on devisait sur la solution finale, Pascal Riché (Rue89) - "dès le printemps 1942, un simple sous-officier SS est au courant du projet de « solution finale »."
http://www.rue89.com/2009/10/17/comment-a-berlin-en-avril-1942-on-devisait-sur-la-solution-finale-122094
   "C'est un document très étonnant et dérangeant que publie CNRS Editions sous le titre « Berlin 1942, le voyage d'un collabo au coeur de la Gestapo », présenté par l'historien Laurent Joly. Un court récit, très détaillé, à mi-chemin entre le journal intime et le PV de police, d'un séjour forcé à Berlin, dans les salles d'interrogatoire de la Gestapo. [...]
    Il livre aussi des détails précis sur le travail des inspecteurs de la Gestapo : on apprend ainsi qu'ils commencent leur travail à 7h30, terminent à 16 heures (midi le samedi), prennent de « légères collations » ; que chaque inspecteur possède sa propre machine à écrire ; que leur traitement est de 350 marks, plus 100 de frais, sans parler des transports gratuits, etc. Après une courte grève de la faim et quelques interrogatoires, Sadosky gagne la confiance de ceux qui l'interrogent. Ils finissent par lui faire visiter différents quartiers de la capitale. C'est Eric Anders, inspecteur du service de contre-espionnage pour l'Europe de l'Ouest de la Gestapo, qui l'accompagne.
    Lors de sa première visite de Berlin, Anders, présenté par Sodosky comme un homme aimable, décide d'un claquement de doigt d'envoyer un jeune juif vers les camps : « A l'entrée de la porte de Brandebourg, nous croisons un jeune juif, porteur de l'insigne. L'avenue est interdite aux juifs. L'inspecteur l'interpelle, il n'a pas de papiers d'identité sur lui, alors le jeune juif est conduit à un Schupo qui stationne, à quelque distance de là. J'apprendrai que cet oubli de pièces d'identité vaudra au jeune juif son déportement dans l'Est. » [...]
    On verra que, dès le printemps 1942, un simple sous-officier SS est au courant du projet de « solution finale » et qu'il n'hésite pas à en faire part à son « visiteur » français. Sadosky apprend ce projet, ce qui ne l'empêchera pas, à son retour, de diriger le « rayon juif » des RG. Et donc, comme le remarque l'historien Laurent Joly, de traquer des centaines de juifs en sachant parfaitement quel sort les attendait « à l'est ».
    « [...] les juifs n'ont pas le droit d'emprunter aucun moyen de transport public, à moins que la distance entre leur lieu de travail et leur domicile soit supérieure à 7 kilomètres. Les juifs de Berlin n'ont accès dans aucune salle de spectacle, dans aucun établissement public, dans aucune grande ou principale artère. En somme, on ne rencontre à Berlin des juifs que dans les petites rues et encore faut-il qu'ils empruntent la chaussée. Ainsi, on les rencontre marchant rapidement, tête baissée, comme des personnes craintives et honteuses.
    Enfin, leur carte d'alimentation et leurs tickets de rationnement comportent la lettre J, et ils ne peuvent faire leurs achats qu'entre 15 heures et 17 heures, et dans les magasins qui leur sont désignés. Dans un restaurant juif, nous avons pu constater que le menu autorisé ce jour, qui était un samedi, jour du Sabbat, consistait en une sorte de soupe de choux et de betteraves, et, comme légumes, des carottes, des choux rouges et des betteraves rouges alors que ce jour-là, dans presque tous les restaurants berlinois, il y avait du poisson de la Baltique.
    - Il reste encore à Berlin, nous ont confié les inspecteurs, 63 000 juifs allemands, mais, ajoutèrent-ils, chaque jour des convois de juifs sont formés à destination de l'Est, et nous pensons, dirent-ils encore, qu'en 1943, il ne restera plus un seul juif à Berlin.
    - Mais où les conduit-on ?, demandais-je.
    - Dans le gouvernement général [territoire polonais occupé par l'Allemagne, ndlr], me répondit-on.
    - Alors, dis-je, le gouvernement allemand n'aurait-il pas l'intention de créer dans le gouvernement général un ghetto universel ?
    - Oh, non, me répondit-on, ce n'est pas l'intention du chancelier Hitler, mais au contraire celle de la destruction complète et à jamais de la race. Dans le Gouvernement général, les juifs ne vivent pas longtemps. »"
Repost 0
Published by Occam - dans Novembre 2009
commenter cet article
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 14:27
SHABBAT SHALOM - שבת שלום

Sondage israélo-palestinien

- Sondage One Voice 2009* : la question de Jérusalem & le statut final, Jacques Tarnov (L'Arche n°617) - Un sondage fondamental pour mieux comprendre le conflit.
    50% des Palestiniens trouvent qu'obtenir Jérusalem-Est est insuffisant et s'opposent donc à la partition ; de même, 61% des Palestiniens s'opposent à une division de la Ville sainte selon les quartiers palestiniens et israéliens ; Par contre, 95% des Palestiniens demandent "tout Jérusalem".
    Concernant le satut final, une écrasante majorité des Palestiniens soutient un Etat palestinien "de la mer au Jourdain", à condition que les Juifs n'y soient pas des citoyens égaux aux musulmans ; de façon étonnante, 42% des Palestiniens soutiennent un statu quo politique avec développement économique des territoires (la méthode bottom-up de Nétanyahou) ; une forte majorité palestinienne considère pouvoir "vivre avec" une solution de deux Etats, mais il reste à savoir s'il s'agit pour autant de renoncer au rêve du Waqf islamique sur toute la Palestine (ce serait alors plutôt une "solution à deux étapes" !).

Jerusalem :
   "Commençons par faire un sort à une proposition qui a été avancée par quelques éminentes personnalités : "Jérusalem devrait être une "Ville internationale de la paix", sous l'autorité des Nations Unies". Peut-être est-ce la fin de cette phrase qui a déplu. Quoi qu'il en soit, seuls 12% des Palestiniens adhèrent à la proposition (69% la rejettent), et 9% des Israéliens y adhèrent (78% la rejettent).
    Une proposition qui ressemble à la précédente n'a pas non plus suscité l'enthousiasme. Formulée ainsi : "Jérusalem devrait être une "Ville internationale de la paix", sous l'autorité d'un pacte municipal interreligieux", elle est endossée par 19% des Palestiniens (contre 50%) et par 9% des Israéliens (contre 61%).
    Chez les Palestiniens, la formulation qui a rassemblé le plus de suffrages s'énonce ainsi : "Tout Jérusalem doit demeurer en Palestine". Au total, 95% des Palestiniens y adhèrent (dont 91% qui la jugent "essentielle"). La question n'a pas été posée aux Israéliens, mais on leur a présenté une autre question (qui n'a pas été posée aux Palestiniens) : "Tout Jérusalem doit demeurer en Israël". Une majorité des Israéliens (56%) approuvent, et 25% s'y opposent.
    Autre solution proposée par les auteurs de l'enquête : "Jérusalem doit être divisée entre sa partie orientale et sa partie occidentale, selon la frontière de 1967". Seuls 5% des Israéliens sont d'accord, et 77% s'y opposent. De manière plus surprenante, les Palestiniens y sont eux aussi majoritairement hostiles : seuls 24% font leur ce projet, contre 50% qui le rejettent.
    Une formulation alternative du principe de la partition, "Diviser la ville selon les quartiers palestiniens et israéliens", n'a pas davantage de succès. Seuls 15% des Palestiniens et 15% des Israéliens y adhèrent, mais les taux de rejet sont respectivement de 61% et 55%.
    On peut mettre en cause le manque de sophistication - ou la frilosité - des auteurs de l'enquête dans leur rédaction des solutions proposées pour Jérusalem [...]. On ne peut cependant se défaire du sentiment qu'il est impossible, au stade actuel, de parvenir à une solution sur Jérusalem qui fasse l'accord des Israéliens et des Palestiniens. Plus tard, peut-être, si des progrès sont réalisés dans d'autres domaines..."

Satut final :
   "Une perspective, d'emblée, est plébiscitée par les Palestiniens : "La Palestine historique, du Jourdain à la mer". Elle a les faveurs de 82% des Palestiniens (71% la jugent "essentielle"), tandis que seuls 7% la jugent "inacceptable".
    Si cette formulation ne précise pas le régime politique d'une telle entité, une seconde formulation vient compléter le tableau : "La Palestine historique, du Jourdain à la mer, en tant que Waqf islamique", c'est-à-dire en tant que bien appartenant de manière exclusive et inaliénable à la collectivité des musulmans. Celle-ci est approuvée par 71% des Palestiniens (59% la jugent "essentielle"), et jugée "inacceptable" par seulement 12% d'entre eux. Il n'y a donc aucun doute sur le fait que, pour une écrasante majorité des Palestiniens, le pays dans sa totalité, y compris le territoire actuel de l'Etat d'Israël, doit leur appartenir et à eux seuls, les non-musulmans étant privés de tout droit.
    Ce dernier point est encore souligné par la réponse à une troisième formulation proposée par les auteurs de l'enquête : "Un Etat commun - un Etat où les Israéliens et les Palestiniens sont citoyens à égalité". C'est une résurgence du mot d'ordre de la "Palestine laïque", qui fut jadis au centre du discours politique palestinien et est encore revendiquée par une certaine mouvance antisioniste. Or seuls 31% des Palestiniens adhèrent à cette formulation (18% la jugent "essentielle"), et 43% la jugent "innaceptable". La comparaison avec les deux réponses précédentes indique clairement que ce qui est jugé "inacceptable" dans cette formulation est non pas la négation de l'Etat d'Israël qu'elle implique, mais au contraire l'égalité concédée aux Juifs dans une Palestine dominée par les musulmans.
    Les trois options ci-dessus n'ont pas été proposées aux Israéliens, dont on peut deviner qu'ils ne les auraient pas accueillies avec enthousiasme. En revanche, il est une option qui a été proposée aux Israéliens, et à eux seuls : "Le Grand Israël - un Etat juif de la frontière jordanienne jusqu'à la mer". On pourrait observer que la version anglaise fournie par les auteurs de l'enquête est inexacte, car l'expression hébraïque "Eretz Israël Hashléma" devrait plutôt se traduire : "L'intégralité de la Terre d'Israël". Quoi qu'il en soit, cette option n'est endossée que par 27% des Israéliens (seuls 17% la jugent "essentielle"), et 47% la rejettent. Les premiers choix des Israéliens sont donc bien plus "modérés" que ceux des Palestiniens.
    Passons maintenant aux options qui ont été proposées parallèlement aux Palestiniens et aux Israéliens. L'une reprend la formulation classique favorisée tant par la communauté internationale que par l'organisation One Voice, commanditaire du sondage : "Une solution à deux Etats - deux Etats pour deux peuples : Israël et la Palestine". Du côté israélien, elle est endossée par une majorité relative mais très nette : 45% l'acceptent, contre 21% qui s'y opposent (le rapport de force est inverse de celui enregistré, au paragraphe précédent, pour le "Grand Israël"). Du côté palestinien, 53% acceptent la formule, et 24% la rejettent.
    La "solution à deux Etats" présente donc cette caractéristique intéressante d'être acceptable, dans des proportions quasiment identiques, par les Israéliens et les Palestiniens. Si l'on additionne les divers modes de non-rejet, depuis "essentiel" jusqu'à "supportable", on constate que 78% des Israéliens et 74% des Palestiniens déclarent qu'ils peuvent "vivre avec" une telle solution. Les auteurs du sondage sont donc en droit d'affirmer que cette solution, préférée par les Israéliens, est la seule sur laquelle un accord semble possible.
    On pourrait croire qu'il y a là une contradiction : comment les Palestiniens peuvent-ils à la fois soutenir des thèses extrémistes excluant toute coexistence avec les Israéliens ("La Palestine historique, du Jourdain à la mer, en tant que Waqf islamique") et une solution à deux Etats ? Ce serait oublier que les questions sont posées séparément. Quand on leur propose un scénario maximaliste, les Palestiniens l'acceptent avec enthousiasme. Quand on leur propose une solution qui correspond moins à leurs désirs profonds mais à plus de chances de se réaliser, ils sont prêts à y adhérer également, bien que dans une moindre proportion.
    Nous avons écrit que la solution des deux Etats est la préférée des Israéliens. En fait, il en est une autre qui, au sein de la population israélienne, vient presque à égalité avec elle. Elle repose sur un "statu quo politique" allant de pair avec un "développement économique" des territoires palestiniens. Celle-ci est entérinée, comme la précédente, par 45% des Israéliens (mais seuls 27% la déclarent "essentielle", contre 32% dans le cas de la solution à deux Etats), et rejetée par 24% (contre 21% pour les deux Etats).
    Du côté palestinien, contrairement à ce qu'on aurait pu supposer, la formulation privilégiant l'économique au détriment du politique est entérinée par une proportion significative de la population : 42%, soit presque autant que chez les Israéliens. Le taux de rejet, en revanche, est de 40%, de sorte que la solution à deux Etats demeure la plus stable. On ne saurait exclure, cependant, qu'en cas de blocage politique une telle solution de pis-aller ait des chances d'être acceptée. [...]"

* L'enquête a été effectuée par l'institut palestinien Awrad (Ramallah) et l'institut israélien Dahaf (Tel-Aviv), en collaboration avec Colin Irwin, de l'Université de Liverpool. Des questions identiques - à quelques exceptions près - ont été posées en février 2009, après les élections législatives israéliennes, à deux échantillons représentatifs des populations d'Israël d'une part, de la Cisjordanie et de Gaza d'autre part. Pour chacune des actions ou des situations qui étaient proposées à leur jugement, les sondés ont dû se déterminer sur une échelle de cinq réponses : "essentiel", "souhaitable", "acceptable", "supportable", "inacceptable".

------------------------------
------------------------------------------------------------------------------
France

- Les territoires perdus de la république - Antisémitisme, racisme et sexisme en milieu scolaire, Collectif sous la direction d'Emmanuel Brenner (Ed. Mille et une nuits) - "avec d'autres enseignants d'histoire, nous remarquons de vives réactions lorsque nous devons aborder la Shoah ou encore l'histoire des religions. Beaucoup montrent une hostilité pleine de préjugés dès que nous parlons des juifs".
http://www.amazon.fr/territoires-perdus-R%C3%A9publique-scolaire-antis%C3%A9mitisme/dp/2842056957/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=books&qid=1255680794&sr=8-1
Extrait :
http://www.crif.org/?page=articles_display/detail&aid=393&artyd=7
   "- Question : Audrey Lasry, vous êtes professeur d'histoire et de lettres en lycée professionnel, dans le sud de la France. Vous enseigniez l'année dernière dans l'Académie de Créteil, et vous avez supporté tout au long de l'année des insultes antisémites d'une rare violence. Pourriez-vous nous raconter ce qui s'est passé ?
    - Réponse : De septembre 1999 à juin 2002, j'ai exercé dans un établissement de la région parisienne. J'ai débuté ma carrière en rencontrant beaucoup de problèmes. En effet, dès mon arrivée dans le lycée, mon nom a éveillé la curiosité des élèves. J'ai très vite été surnommée la "prof Feuj", la "Feujette".
    J'ai du faire face à diverses provocations au moment de la reprise des affrontements qui opposèrent Israël et Palestiniens : "Nous, on va tous aller se battre avec les Palestiniens, et, vous Madame ?" ; mais aussi au salut hitlérien proféré dans la classe. Mais je n'étais pas au bout de mes peines. L'année suivante, alors que je renvoyais de classe un élève, les autres, furieux, et par solidarité, m'agressèrent verbalement, jusqu'à ce qu'un élève cri "Sale Juive !". Je quittais la salle en pleurant, ne pouvant faire cours à de tels élèves. Pourtant je fus contrainte de retourner en classe avec eux. Les choses se passèrent à peu près "correctement", jusqu'au jour, où, en rapport à une autre décision disciplinaire, ils décidèrent de réitérer leur haine. Ils avaient bien remarqué que cela m'avait touché, alors ils en profitèrent. Ce fameux jour, je découvrais en faisant l'appel quotidien, le cahier d'appel entièrement rempli de croix gammées accompagnées d'insultes: "Audrey Lasry, sale juive, meure sale juif, vive Hitler, les nazis en forces..." J'ai tenté de garder mon sang froid, et je suis restée en classe, faisant cours dans un silence implacable. Ils pensaient que je repartirais en pleurant. Ce ne fut pas le cas. Ce fut très difficile de retourner en classe avec eux.
    - Question : Votre hiérarchie vous a-t-elle soutenue ? Quelles ont été les réactions des enseignants ?
    - Réponse : Ce fut une grande déception de voir que mes supérieurs ne m'apportaient aucun soutien. Dès le début, le proviseur de mon établissement me fit comprendre qu'il fallait minimiser les propos des élèves, les remettre dans un contexte... Mais surtout il me fit comprendre que j'étais débutante et que je faisais des erreurs. En bref, j'étais fautive, surtout que d'après lui j'ai "affirmé haut et fort, dés mon arrivée dans l'établissement, mes convictions religieuses". En bref, il me laissa complètement seule.
    Seul, le proviseur adjoint vint parler aux élèves et les reçut en entretien. Mais aucune sanction ne fut prise, nous n'avions pas l'identité du ou des fautifs. Il me fallait donc retourner en classe, face à eux, si je ne m'en sentais pas capable je n'avais qu'à me mettre en maladie. Voilà ce que l'on me proposa comme solution. Il était hors de question que je m'arrête. Il fallait que je leur prouve qu'ils n'avaient pas gagné. J'y suis donc retourné, mais en parallèle, j'ai cherché du soutien auprès de mon inspecteur pédagogique et du recteur de l'Académie. Tous mes appels restèrent sans suite. Aucune lettre de soutien, aucun coup de fil, aucune visite dans mon établissement... Mes collègues enseignants, par contre, observèrent une journée de grève et envoyèrent un courrier aux parents d'élèves; mais très vite chacun retourna à ses propres soucis, et, hélas, je me retrouvais absolument toute seule face à toutes mes appréhensions.
    - Question : Comment expliquez-vous que des adolescents puissent exprimer une telle violence et un tel rejet des Juifs ? D'ailleurs, quel était le profil des agresseurs ?
    - Réponse : Il s'agit de jeunes typiques d'un milieu urbain. Des jeunes des banlieues. Une population melting-pot. Des élèves en échec scolaire, qui manifestent une violence extrême face à toute forme d'autorité. Je suis prof, femme et de surcroît je suis juive. Autant de choses que des jeunes adolescents qui se cherchent ont du mal à supporter. D'autant plus, qu'ils affirment leur culture. Ils ne cessaient de me faire remarquer qu'ils étaient différents de moi. Je ne peux pas dire que ces jeunes étaient antisémites, je ne suis pas sûre qu'ils en mesurent la signification exacte. Cependant, ils se plaisent à se montrer agressifs envers ce qui leur est différent.
    - Question : Des enseignants de confession juive ou des élèves d'autres établissements de la région parisienne ou de province, rencontrent-ils les mêmes problèmes ?
    - Réponse : Je n'ai pas d'autres exemples de ce type. Cependant avec d'autres enseignants d'histoire, nous remarquons de vives réactions lorsque nous devons aborder la Shoah ou encore l'histoire des religions. Beaucoup montrent une hostilité pleine de préjugés dès que nous parlons des juifs. Souvent nous ne savons que répondre à cela. Les enseignants n'ont pas - je dirai même jamais - été préparés à faire cours dans un climat de violence.
    - Question : Cette année, vous enseignez en province, les choses se sont-elles arrangées ?
    - Réponse : Les choses sont beaucoup plus sereines. D'autant plus que j'exerce dans un milieu rural, loin de cette haine et de cette violence que nous retrouvons en milieu urbain (notamment en région parisienne). Quelques élèves cherchent toujours à savoir de quelles origines je suis, mais c'est la curiosité des adolescents... Cependant, j'avoue, et c'est malheureux, que je fais tout pour éviter de laisser paraître ma confession. J'ai trop peur – je l’avoue - de devoir revivre ce genre d'histoire, tant mon histoire fut traumatisante..."

- Israël : Halte à l’impunité ! (Communiqué des Verts du 15 octobre 2009) - cette fois c'est bien officiel, les Verts s'engagent dans le boycott d'Israël :
http://lesverts.fr/article.php3?id_article=4871
   "Les conclusions de la mission d’enquête mandatée par le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies, sur l’intervention militaire israélienne à Gaza, dit « rapport Goldstone » sont un grand pas en avant pour la recherche de la vérité sur l’offensive israélienne contre le territoire de Gaza, en janvier 2008. Le chemin reste encore long pour que la justice internationale mette fin aux crimes de guerre et à l’impunité d’Israël, ce qu’attendent depuis des décennies les palestiniens et tous les démocrates, y compris israéliens, qui se battent pour une paix juste et durable au Moyen-Orient. [...]
    Les Verts sont décidés à soutenir jusqu’au bout cette importante bataille juridique et appellent l’opinion publique à se battre pour que le gouvernement israélien soit enfin jugé pour sa politique et sa pratique permanente de non-respect des droits de l’homme en Palestine. Ce nouveau déni de justice conforte les Verts, membres du Collectif national pour une paix juste et durable au Moyen orient à s’engager dans la campagne BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions) jusqu’à ce qu’Israël se conforme au droit international."

- "La Frime à l'Alyah", par KhoutspaTV (Vidéo clip 3mn43) - une parodie israélienne de "l'hymne à l'Alyah" :
http://www.dailymotion.com/search/israel/video/xatb1s_la-frime-a-lalyah-par-khoutspatv_fun

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Israël

- Un atelier d’explosifs découvert près de Jérusalem (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/10/un-atelier-dexplosifs-decouvert-pres-de-jerusalem/
   "La police vient d’autoriser la publication de la nouvelle: il y a un mois, une unité de gardes-frontières a fait irruption dans un local situé à Abou Dis, quartier arabe jouxtant la Vieille Ville de Jérusalem, et y a découvert un atelier d’explosifs destinés à la fabrication de ceintures ou d’engins piégés. Les trois Arabes palestiniens qui se trouvaient sur place ont été arrêtés et emmenés pour interrogatoire. [...]"

- Deux ados Arabes israéliens agressent un vigile à Jérusalem :
Deux adolescents Arabes Israéliens ont attaqué un gardien de sécurité de maternelle dans le quartier de Gilo à Jérusalem. Le gardien a été légèrement blessé et transféré à l'hôpital Hadassah Ein Kerem.
(Guysen.International.News / 2009-10-16 10:47:00 ISRAEL)

- De retour au pays, Ilan Greilsammer (politologue, universitaire franco-israélien ; L'Arche n°617) - c'est toujours aussi agréable de lire Greilsammer. "Alors qu'à Paris il me fallait passer mon temps à défendre Israël et à justifier nos besoins de défense, à peine rentré je dois critiquer Nétanyahou et refroidir les ardeurs de mes voisins..."
   "Nous voici rentrés en Eretz Israël, le pays merveilleux où coulent le lait et le miel. Après une année passée dans le Xe arrondissement de Paris, entre le Centre communautaire et la Gare de l'Est, entre la rue La Fayette et la rue d'Hauteville, nous avons retrouvé les petites ruelles de Baka aux senteurs de jasmin, les cafés et les restos branchés d'Emek Refaïm, les marchands de fruits beaucoup trop chers de la rue de Bethléem, bref tout ce petit coin de paradis au coeur même de la Ville sainte. [...]
    Quand on lit dans le journal du matin que deux personnalités de premier plan, Hirschson (ex-ministre des finances) et Benizri (ex-ministre de la santé) passent leurs premiers jours en prison pour faits de corruption, on sait qu'on est rentré à la maison. Et quand on lit que des directeurs d'écoles religieuses privées de Petah-Tikva continuent à refuser d'accepter des élèves éthiopiens, on s'aperçoit, malheureusement, qu'Israël souffre des mêmes maux qu'à notre départ pour la France.
    L'ex-président Katzav est finalement jugé pour ses débordements sexuels, le Hamas a envoyé quelques Kassam sur Sdérot, on parle toujours d'un système sophistiqué qui interceptera un jour lesdits Kassam, l'Autorité Palestinienne louvoie et ne parle pas franchement, Avigdor Lieberman dit n'importe quoi, l'équipe de foot d'Israël a (encore) perdu contre Saint-Marin et la Micronésie, les ultra-orthodoxes manifestent contre un parc de stationnement, et l'immense show de Madonna au parc Hayarkon est le sujet de toutes les conversations (mais s'y connaît-elle vraiment en Kabbale, et a-t-elle vraiment lu et compris tout le Zohar ?). Ce qui est formidable en Israël, c'est qu'on peut quitter le pays aussi longtemps qu'on veut, on est sûr de le retrouver inchangé à son retour. Rien ne bouge ! [...]
    Un autre changement concerne l'environnement politique. A Paris, les collègues universitaires non-juifs me faisaient souvent des remarques peu amènes sur Israël et sa politique à l'égard des Palestiniens. Avec le temps, on s'y habitue. Combien d'amis français m'ont dit que nous affamions les habitants de Gaza, que nous écrasions les habitants de Cisjordanie, que nous violions les droits de l'homme, que nous faisions des fouilles archéologiques interdites par l'Unesco, que notre rampe des "Moughrabim" déstabilisait l'esplanade des Mosquées, etc.
    Or, à peine arrivé en Israël, l'environnement politique change du tout au tout. Mes voisins, des Américains religieux très excités, m'ont déjà dit que Nétanyahou n'était pas assez dur, que Liberman était trop modéré, qu'il ne fallait absolument pas céder à Obama, et qu'il fallait continuer à construire des milliers de nouvelles maisons dans les implantations. Alors qu'à Paris il me fallait passer mon temps à défendre Israël et à justifier nos besoins de défense, à peine rentré je dois critiquer Nétanyahou et refroidir les ardeurs de mes voisins... [...]"

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
ONU & Goldstone

- Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU approuve le rapport Goldstone (AFP, Reuters) - "Cinq Etats dont la France et le Royaume-Uni ont refusé de participer", quel courage... Autres pays européens qui ont refusé de voter contre : Norvège, Belgique (ces deux-là ont s'en doutait) et Slovénie.
http://lemonde.fr/proche-orient/article/2009/10/16/le-conseil-des-droits-de-l-homme-de-l-onu-approuve-le-rapport-goldstone_1254926_3218.html#ens_id=1228030
   "[...] Le vote a été approuvé par 25 voix pour, 6 contre et 11 abstentions. Les Etats-Unis, l'Italie, la Hollande, la Hongrie, la Slovaquie et l'Ukraine ont voté contre ; se sont abstenus la Bosnie, le Burkina-Faso, le Cameroun, le Gabon, le Japon, le Mexique, la Norvège, la Belgique, la Corée du Sud, la Slovénie et l'Uruguay. Cinq Etats dont la France et le Royaume-Uni ont refusé de participer.
    Le ministre de l'intérieur israélien et vice-premier ministre, Eli Yishai, a fustigé "une décision anti-israélienne qui couronne un rapport anti-israélien". Il a estimé, dans un communiqué, que "l'armée israélienne a agi avec des gants de velours envers les civils innocents. La décision du Conseil est une farce diplomatique". Le ministère des affaires étrangères israélien a, lui, affirmé que l'adoption de ce rapport était un obstacle au processus de paix au Proche-Orient.
    De leur côté, les mouvements palestiniens n'ont pas caché leur satisfaction. L'Autorité palestinienne "se félicite" de la décision du Conseil des droits de l'homme. "Nous espérons maintenant que le rapport [Goldstone] sera porté devant le Conseil de sécurité de l'ONU", a déclaré à l'AFP le négociateur palestinien Saëb Erakat. De son côté, le mouvement islamiste Hamas, rival de l'Autorité palestinienne et qui contrôle la bande de Gaza, s'est aussi réjoui de l'adoption du rapport Goldstone en "remerciant tous les pays qui ont voté en sa faveur". "Nous espérons que ce vote va conduire à un procès des chefs de l'occupation [israélienne]", a commenté un porte-parole du Hamas, Taher Al-Nounou. Le Hamas est également accusé de "crimes de guerre" par le rapport Goldstone. [...]"

- Londres de son côté soutient avoir voté contre le rapport Goldstone, comprend qui peut :
Grande-Bretagne : un représentant du gouvernement britannique a soutenu vendredi que le pays avait voté contre le rapport Goldstone, en accord avec la position du Premier ministre Binyamin Netanyahou.
(Guysen.International.News / 2009-10-16 15:42:00 ISRAEL)

- Le Conseil des droits de l'homme de l'Onu condamne Israël (Reuters) - prochaine étape : l'Assemblée générale.
http://fr.news.yahoo.com/4/20091016/twl-po-gaza-israel-onu-38cfb6d.html
   "[...] la résolution adoptée vendredi par le CDH, contre l'avis des Etats-Unis et cinq autres de ses membres, se borne à demander à l'Assemblée générale de l'ONU d'examiner le rapport et au secrétaire général de l'organisation, Ban Ki-moon, de lui rendre compte de la mise en oeuvre de ses recommandations. [...]"

- British Hero Tells U.N. Council: 'IDF Most Moral Army in History of Warfare' (UN Watch) - Col. Richard Kemp: "During Operation Cast Lead, the Israeli Defence Forces did more to safeguard the rights of civilians in a combat zone than any other army in the history of warfare." On peut écouter son discours en entier (c'est assez court) grâce à la vidéo. Qui est Richard Kemp : http://en.wikipedia.org/wiki/Richard_Kemp
   "Today's emergency UN Human Rights Council debate on the Goldstone Report predictably saw a line-up of the world's worst abusers condemn democratic Israel for human rights violations. In a heated lynch mob atmosphere, Kuwait slammed Israel for “intentional killing, intentional destruction of civilian objects, intentional scorched-earth policy,” saying Israel “embodied the Agatha Christie novel, 'Escaped with Murder'.” Pakistan said the “horrors of Israeli occupation continue to haunt the international community’s conscience.” The Arab League said, “We must condemn Israel and force Israel to accept international legitimacy." Ahmadinejad’s Iran said “the atrocities committed against Palestinians during the aggressions on Gaza should be taken seriously” and followed up by the international community “to put an end to absolute impunity and defiance of the law.”
    What the world's assembled representatives did not expect, however, was the speech that followed (see video and text below), organized by UN Watch. [...] Judge Goldstone, author of the biased report that prompted today's one-sided condemnation, had refused to hear Col. Kemp's testimony during his "fact-finding" hearings. But UN Watch made sure today that this hero's voice would be heard -- at the U.N., and around the world. Col. Richard Kemp : "During Operation Cast Lead, the Israeli Defence Forces did more to safeguard the rights of civilians in a combat zone than any other army in the history of warfare." (http://www.unwatch.org/site/apps/nlnet/content2.aspx?c=bdKKISNqEmG&b=1313923&ct=7536409)"

- Paris et Londres demandent à Israël sa propre enquête sur Gaza (Reuters) - Jérusalem devrait à son tour demander une enquête sur les dégâts de leur guerre en Afghanistan.
http://fr.news.yahoo.com/4/20091016/twl-po-france-gb-lettre-bd5ae06.html
   "La Grande-Bretagne et la France demandent à Israël, accusé par le rapport Goldstone de crimes de guerre lors de la bataille de Gaza, l'hiver dernier, de faire sa propre enquête "indépendante et transparente" sur ces événements. Le Premier ministre Gordon Brown et le président Nicolas Sarkozy ont envoyé une lettre en ce sens au chef du gouvernement israélien, Benjamin Netanyahu, dont la présidence française à rendu publics certains extraits. [...]
    "Nous sommes conscients que le rapport Goldstone est une question sensible pour Israël et pour les Palestiniens", écrivent Nicolas Sarkozy et Gordon Brown dans leur lettre au Premier ministre israélien. Pour surmonter ce blocage, qui menace d'enrayer toute reprise du processus de paix israélo-palestinien, ils souhaitent que les discussions internationales sur le rapport Goldstone soient organisées pour "encourager une amélioration de la situation sur le terrain". Ils demandent à Israël de faire mener de son côté une enquête "indépendante et transparente" sur les événements de Gaza, "dont les résultats seraient partagés avec nous".
    Parallèlement, ils souhaitent qu'Israël facilite un accès accru à Gaza, notamment par l'ouverture des points de passage aux convois humanitaires. Ils réitèrent leur demande d'un arrêt de la colonisation israélienne en territoire palestinien et appellent de leurs voeux une reprise des négociations de paix. [...]"

- Florilège nauséeux des commentaires du Monde.fr :
http://lemonde.fr/proche-orient/reactions/2009/10/16/le-conseil-des-droits-de-l-homme-de-l-onu-approuve-le-rapport-goldstone_1254926_3218.html
ML. (16.10.09 | 15h19)
"C'est le commencement de la fin pour Israël. Bientôt les criminels de guerre israéliens seront contraints de se terrer, ils ne pourront plus quitter leur pays sans risque d'être arrêtés, comme Pinochet, comme Milosevic, leurs compères en crimes de guerre."
Loukoum Amer (16.10.09 | 15h33)
"Quels sont les 6 pays ayant voté contre, afin que l'on connaisse les complices objectifs des crimes de guerre israéliens? Sans doute des donneurs de leçons aux autres peuples de la terre.... Combien de temps encore, les états européens, continueront-ils de croire que le martyre des palestiniens pourra payer la dette immense contractée à l'égard des juifs? C'est d'autant plus abject que les agissements d'Israël démontrent que cet état ne peut s'ériger en légataire des victimes de la Shoah."
JEAN PIERRE T. (16.10.09 | 17h52)
"Comme d'habitude la France a manquée de courage pour condamner Israël. Il faut dire que Kouchner avait reçu des ordres de Lewit de l'Elysée qui lui même avait reçu des ordre de Sarkozy. Même devant l'innommable la France soutient Israël par crainte des représailles. Devant Israël on est mort de trouille car on sait jamais ils peuvent envoyer leur aviation en représailles..."
Christian E. (16.10.09 | 18h32) - "c'est l'esprit de Munich", donc Israël = Hitler.
"Quelle farce, les pays qui avait là l'occasion de dire le droit on fait preuve de lâcheté, la France, les USA, la grande Bretagne se sont abstenu d'avoir du courage. C'est l'esprit de Munich"
Lili (16.10.09 | 20h37)
"J'ai honte,mais ce n'est pas la France réelle qui a voté.Un premier pas est tout de même franchi,pour en faire rabattre à Israël,au suivant maintenant!!!"

- D'un autre côté, grâce aux internautes israélophobes, on a la liste des pour. Elle comprend le Sénégal (pays musulman) et le Brésil :
madjid.org (16.10.09 | 17h37)
"les 18 états membres qui ont appuyé cette session et qui dont ont vraisemblablement voté pour sont : Bahreïn, Bangladesh, Bolivie, Chine, Cuba, Djibouti, Égypte, Gabon, Indonésie, Jordanie, Maurice, Nicaragua, Nigéria, Pakistan, Philippines, Qatar, Arabie saoudite et Sénégal. Vive la France lâche et complice d'Israël."
Antoine L. (16.10.09 | 18h00)
"China, Russia, Egypt, India, Jordan, Pakistan, South Africa, Argentina, Bahrain, Bangladesh, Bolivia, Ghana, Indonesia, Djibouti, Liberia, Qatar, Senegal, Brazil, Mauritius, Nicaragua and Nigeria ont voté pour. Selon Haaretz, journal israëlien, la France s'est joint à Netanyahu pour faire rejeter par les pays européens les révélations du rapport et cela jusuq'au dernier moment."

- Mechaal y va de son petit commentaire :
Le chef du bureau politique du Hamas Khaled Mechaal a soutenu ce vendredi que le rapport Goldstone dévoilait ''la face hideuse d'Israël'', rapporte Channel 10.
(Guysen.International.News / 2009-10-16 18:43:00 ISRAEL)

- Les députés arabes israéliens ne sont pas en reste :
Le député Mohammed Barakei a salué ce vendredi l'adoption du rapport Goldstone par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU.
"Il y a des criminels de guerre en Israël qui doivent être poursuivis en justice".

(Guysen.International.News / 2009-10-16 19:37:00 ISRAEL)

- Qui commet des "crimes de guerre" ?, Ari Shavit (Haaretz, 20 septembre ; cité in L'Arche n°617) - Shavit représente la gauche de la gauche, proche de Shalom Arshav ; cela ne l'empêche heureusement pas de s'en prendre à Goldstone, lequel "n'est pas une référence morale".
   "Il y a deux semaines environ, des avions américains ont tiré sur deux camions-citernes d'essence, dans le nord de l'Afghanistan. C'est un officier allemand qui a demandé à l'aviation américaine d'attaquer les camions-citernes au milieu de la nuit, dans une région habitée. L'attaque fut couronnée de succès. Les deux camions ont été touchés, ont pris feu et ont été détruits. Mais l'attaque aérienne massive a tué quelque 70 personnes. Certains de ceux qui ont été transportés dans des hôpitaux étaient gravement blessés, avec des visages mutilés, des mains brûlées et des corps carbonisés.
    On ne sait pas, à ce jour, si la plupart des personnes qui ont été brûlées à mort étaient des combattants talibans, ainsi que l'OTAN l'a d'abord affirmé, ou des civils innocents qui tentaient de prendre un peu d'essence pour la rapporter chez eux. Quoi qu'il en soit, il est clair que les Etats-Unis et l'Allemagne sont responsables d'une action extrêmement brutale. La Grande-Bretagne, la France, l'Espagne, les Pays-Bas, la Belgique et la Norvège portent également une part de responsabilité dans ce massacre, en tant que membres de l'OTAN.
    Si la communauté internationale est engagée à faire respecter le droit international et l'éthique universelle, qui ne font pas de différence entre les massacres, elle doit conduire une enquête sur cette action ignoble. Si les Etats-Unis, l'Allemagne et l'OTAN refusent de coopérer avec les enquêteurs, l'ONU doit envisager le transfert du dossier à la Cour internationale de justice de La Haye.
    Il est possible qu'au terme de ce processus il sera nécessaire de faire passer en jugement le président américain Barack Obama, la chancelière allemande Angela Merkel, et les dirigeants britannique, français, espagnol, néerlandais, belge et norvégien, pour leur participation à un grave crime de guerre où la distinction n'a pas été faite entre civils et combattants.
    Obama sera probablement le principal accusé dans cette affaire. C'est lui qui a cru dans la guerre en Afghanistan et qui l'a intensifiée. En tant que commandant suprême des forces américaines, il a une responsabilité directe non seulement dans la mort des victimes de l'attaque sur les camions-citernes, mais aussi dans la mort de centaines de civils innocents.
    Si la communauté internationale, le droit international et l'éthique universelle existent, on doit sérieusement envisager de traduire Obama devant un tribunal pour sa responsabilité dans de graves crimes de guerre.
    Absurde ? Oui, c'est absurde. Aucune personne sensée au monde ne croit que les Etats-Unis, la Russie et la Chine pourraient être soumis à la loi internationale dans toute sa force. Les Etats-Unis ont tué des milliers de civils innocents en Irak et en Afghanistan, et au cours des derniers mois ils ont encouragé le Pakistan à entreprendre des actions extrêmement brutales dans la vallée de Swat. Les Etats-Unis n'ont pas eu à en rendre compte, parce que tout le monde comprend que c'est le prix de la terrible guerre contre le terrorisme.
    La Russie a commis en Tchétchénie des crimes à vous glacer le sang ; la Chine a privé ses citoyens de leurs droits fondamentaux, et poursuit au Tibet une occupation criminelle. On ne leur demande pas d'en payer le prix, parce que tout le monde comprend qu'il ne faut pas s'en prendre aux superpuissances.
    Mais les superpuissances ne sont pas les seules à être épargnées. L'Arabie saoudite pratique une politique déclarée de discrimination contre les femmes, et la communauté internationale ne voit rien. Le Sri Lanka écrase le mouvement national tamoul, en causant un épouvantable désastre humanitaire, et la communauté internationale n'entend rien. La Turquie opprime brutalement la minorité kurde, et la communauté internationale ne dit rien.
    Ce n'est que lorsqu'il est question d'Israël que le droit international et la justice internationale découvrent subitement qu'ils disposent de moyens. Ce n'est que dans le cas d'Israël que le jugement est exercé sans tenir compte du contexte. Seul Israël doit respecter des règles morales qu'on n'exige d'aucune superpuissance ni d'aucun Etat moyen-oriental.
    Au cours de l'offensive militaire à Gaza, Israël a fait usage d'une force excessive, et cela ne doit pas se reproduire. De graves incidents ont eu lieu durant l'opération, et ils doivent faire l'objet d'enquêtes. Mais c'est nous qui devons mener ces enquêtes, en notre sein. Aussi longtemps que le juge Goldstone n'enquête pas sur les Etats-Unis, la Russie, la Chine, l'Arabie saoudite, le Sri Lanka ou la Turquie, de la même manière qu'il enquête sur Israël, il n'est pas une référence morale. Une loi est une loi si elle s'applique à tous, et si elle ne souffre pas le genre de discrimination que pratique Goldstone."

- Richard Landes (prof. université Boston), auteur du très bon site "http://www.goldstonereport.org", est interrogé par GuysenTV sur le contenu, les méthodes, la partialité du rapport Goldstone (de 11mn08 à 22mn)
http://www.guysen.com/tv/index_flash.php?vida=3860

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Réconciliation" palestinienne

- Accord de réconciliation: le Fatah a signé, le Hamas réclame plus de temps (AFP) - si les deux parties ne parvenaient pas à un accord, Abbas convoquera des élections pour le 24 janvier plutôt que le 28 juin.
http://www.lesechos.fr/depeches/monde/afp_00192400-accord-de-reconciliation--le-fatah-a-signe--le-hamas-reclame-plus-de-temps.htm
   "Le parti Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas a annoncé jeudi avoir remis aux médiateurs égyptiens l'accord de réconciliation interpalestinien signé, alors que les rivaux du mouvement islamiste Hamas réclament plus de temps pour examiner le texte. "J'ai remis l'accord signé, et dit ce que j'avais à dire", a indiqué à l'AFP Azzam al-Ahmad, le négociateur du Fatah. "Maintenant, nous attendons la réponse du Hamas. C'était aujourd'hui la date limite pour signer l'accord. Il y aura une autre réunion cette nuit pour étudier quelles doivent être les prochaines étapes", a-t-il déclaré, à l'issue de son entretien avec les médiateurs égyptiens. Il a en outre demandé au Hamas d'arrêter de servir "les intérêts de la droite israélienne et de l'administration américaine". "Israël et l'administration américaine ne veulent pas la fin des divisions", a-t-il dit à la presse.
    De son côté, le Hamas a demandé davantage de temps pour examiner l'accord et exigé l'inclusion d'une clause reconnaissant le "droit de résister" à Israël. "Le Hamas a officiellement demandé à l'Egypte de lui donner deux à trois jours pour achever ses consultations internes", a déclaré à Gaza Taher al-Nounou, porte-parole du gouvernement du Hamas à Gaza, sans autre détail.
    Auparavant, une coalition d'organisations palestiniennes basées à Damas, dont fait partie le Hamas, avait fait savoir dans un communiqué qu'elle refusait de signer l'accord en l'état. "Les factions palestiniennes ne signeront l'accord (proposé) par l'Egypte que si le texte inclut les principes et les droits palestiniens, notamment le droit à la lutte contre l'occupation sioniste", a indiqué leur porte-parole Khaled Abdel Majid. [...]
    [Mahmoud Abbas] a répété que si les deux parties ne parvenaient pas à un accord, il convoquerait des élections pour le 24 janvier plutôt que le 28 juin, une date proposée par l'Egypte. "La Loi fondamentale (qui fait office de Constitution) stipule que des élections doivent se tenir le 24 janvier 2010. S'il y a accord, ça peut-être reporté au 28 juin 2010. S'il y a accord, nous le respecterons. S'il n'y en a pas, nous nous conformerons à la Loi fondamentale"."

- L'accord de réconciliation entre Palestiniens reporté, annonce l'Egypte (AP)
http://fr.news.yahoo.com/3/20091016/twl-israel-palestiniens-egypte-reconcili-951b410.html
   "Les médiateurs égyptiens ont déclaré vendredi que l'accord de réconciliation entre le Hamas et le Fatah du président Abbas a été reporté en raison de nouvelles discordes entre les deux mouvements palestiniens, au sujet du rapport de l'ONU sur la guerre à Gaza. [...]"

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Judée-Samarie & AP

- Un membre du Fatah appelle à la reprise des attentats (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/10/un-membre-du-fatah-appelle-a-la-reprise-des-attentats/
   "[...] Sultan Abou Al-Aïnin, haut responsable au sein du Fatah d’Abou Mazen, a prononcé devant une foule nombreuse un discours sans ambiguïté à Ramallah, dans lequel il appelle les mouvements affiliés au Fatah « à reprendre les attentats en Israël en réponse à la poursuite de la construction juive, à la ‘judaïsation’ de Jérusalem et à l’échec des négociations »."

- Encore bien des pierres (un blessé) :
La radio de l'armée rapporte qu'un Israélien a été légèrement blessé par des pierres lancées sur son véhicule près de Harbata au nord de Ramallah. Il est arrivé par ses propres moyens au poste de l'armée, où il a reçu des soins. Dans un autre incident, des jets de pierres ont été signalés sur un véhicule israélien circulant au sud-est de Kalkilya. Il n'y a pas eu de victimes, mais la voiture a été endommagée.
(Guysen.International.News / 2009-10-15 23:54:00 ISRAEL)
Des Palestiniens ont jeté des pierres contre un véhicule israélien au nord-est de Ramallah. Il y a des dégâts mais pas de blessés.
(Guysen.International.News / 2009-10-16 09:09:00 ISRAEL)
Des Palestiniens ont lancé des pierres sur des véhicules israéliens circulant près de Sinjil, en Judée-Samarie. On ne déplore pas de blessés.
(Guysen.International.News / 2009-10-16 12:37:00 ISRAEL)

- Toujours la manifestation "pacifique" hebdomadaire de Na'alin :
Un garde-frontière a été légèrement blessé ce vendredi au cours d'une manifestation contre la barrière de sécurité à Naalin.
(Guysen.International.News / 2009-10-16 18:53:00 ISRAEL)

- Les policiers palestiniens remettent des explosifs à Tsahal :
Les forces de sécurité palestiniennes ont remis à Tsahal 20 bombes artisanales confisquées à Bethléhem.
(Guysen.International.News / 2009-10-15 22:57:00 ISRAEL)

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Egypte

- Le Caire boycotte toujours Lieberman :
« Je refuse d'être dans la même pièce que Lieberman ». Le Premier ministre égyptien, Ahmed Aboul Gheit a averti qu'il ne participerait pas à la réunion de l'« Union Méditerranéenne » si le ministre israélien des Affaires étrangères y assistait.
(Guysen.International.News / 2009-10-16 06:17:00 ISRAEL)

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Liban, Syrie & Hezbollah

- Liban : Nous protègerons les Arabes contre Israël (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/10/le-president-libanais-omar-sleimane-a-declare-mercredi-que-son-pays-defendrait-au-conseil-de-securite-de-lonu-ses-interets-et-ceux-des-autres-pays-arabes-le-liban-represente-un-reseau-securitaire/
   "Le président libanais Michel Sleimane a déclaré mercredi que son pays défendrait au Conseil de sécurité de l’ONU ses intérêts et ceux des autres pays arabes. « Le Liban représente un réseau sécuritaire contre les tentatives d’Israël de déstabiliser le secteur », a déclaré Sleimane."

- Hezbollah Removes Weaponry from Explosion Site on 12 Oct 2009 (Vidéo Tsahal 1mn42)
http://www.youtube.com/watch?v=4TRcgjU-JAA

- De nouveaux missiles pour l’armée syrienne (Arouts 7), grâce à Moscou :
http://www.actu.co.il/2009/10/de-nouveaux-missiles-pour-larmee-syrienne/
   "Les services de sécurité israéliens ne cachent pas leur inquiétude face au réarmement de la Syrie qui se serait tournée, depuis 2007, vers la Russie en vue de moderniser les équipements militaires de son armée de l’Air. Dernièrement, les autorités syriennes auraient obtenu l’accord des Russes qui ont accepté de leur vendre des nouveaux missiles mer-mer supersoniques, de fabrication russe et indienne. Cette nouvelle acquisition permet à la Syrie et à la Russie de resserrer leurs liens et a également justifié la construction d’un nouveau port sur les côtes syriennes."

- Veillée funèbre pour le Liban, Michaël Béhé à Beyrouth (Mena) - "les Iraniens confectionnent et achètent des armes et les transportent en Syrie, principalement par la mer ; et les Syriens les livrent au Hezbollah". "Par leur présence, les Casques Bleus dérangent les activités de surveillance entreprises par Tsahal. Et lorsque la guerre éclatera, les "soldats de la paix" serviront de boucliers humains aux terroristes". "La question n’est pas de savoir "si" les miliciens vont attaquer l’Etat hébreu mais "quand" vont-ils le faire. La réponse la plus plausible est "lorsque les avions frappés de l’étoile de David s’en prendront au nucléaire iranien"."
http://www.menapress.com/
   "Pour le moment, le Liban n’existe plus que virtuellement, mais cela ne va pas tarder à empirer. Virtuellement, car l’opposition armée, cristallisée autour du Hezbollah, qui contrôle le pays de fait, n’a aucun intérêt à permettre la formation d’un gouvernement. Ainsi, quatre mois après les élections, personne ne dirige le pays aux cèdres. Mais le plus inquiétant, c’est que le Liban peut désormais se passer d’un gouvernement, qui, de toute façon, ne possède plus la moindre autorité. Ceux qui le remplacent sont, le Président Suleiman et l’armée, dans une moindre mesure, et le Hezb, sa milice et les officiers en uniforme de leurs commanditaires, l’Iran et la Syrie.
    Côté de la présidence, au château de Baabda, on aimerait probablement un retour à la démocratie, mais on ne possède aucun argument sérieux pour le hâter. Idem en ce qui concerne l’armée nationale, dans sa portion non chiite s’entend, soit 80% des effectifs (les chiites y sont sous représentés, la milice du Hezb ayant un grand besoin d’effectifs), qui joue les inspecteurs de sinistres.
    Peut-on jeter la pierre à Michel Suleiman, à l’armée et aux gouvernements précédents ? Oui et non. Oui, en cela qu’ils s’accommodent sans broncher de ce que notre pays a été transformé en territoire occupé, et qu’ils feignent tous d’exercer encore quelque influence sur ses destinées. Non, parce qu’ils ne peuvent rien faire seuls face à la milice chiite, et surtout, face aux véritables ennemis du Liban, distillant leurs ordres loin au-delà des montagnes.
    Or, chaque fois que Suleiman, Hariri ou l’armée ont demandé aux Européens – en commençant toujours par nos "protecteurs" français -, et aux Américains s’ils étaient prêts à les soutenir dans une tentative de reprise en main, suivant en cela précisément la Résolution 1701 qu’ils ont adoptée au Conseil de Sécurité, ils ont reçu la même réponse : surtout pas, vous devez vous entendre avec les chiites, nous ne sommes pas prêts à intervenir. C’est cela qui sonne le glas de l’existence du Liban. Ses "alliés" sont encore plus lâches et irresponsables que ses dirigeants. Quant à ces derniers, même sans pouvoirs réels, on peut considérer que leur fidélité aux postes fictifs d’exercice du pouvoir représente le dernier rempart contre l’iranisation totale du pays. Vu sous cet angle, on pourrait même envisager que ces mangeurs de couleuvres à la tonne se "sacrifient" afin d’assurer un semblant de protection aux quelques 65% de nos compatriotes qui ne sont pas chiites et qui n’ont pas plus que vous envie de le devenir.
    Quant au rapport de force militaire, il ne cesse de se dégrader au bénéfice des séides de Khamenei et d’Al-Assad. La Force Intérimaire de l’ONU pour le Liban "(...) participe ces jours-ci à la cueillette des olives (...)", comme l’a écrit cette semaine mon valeureux confrère de l’Orient-le-Jour, Elie Fayad. Ce, en dépit de son unique mandat, la 1701, qui stipule qu’elle a l’obligation d’assister le gouvernement légitime pour faire respecter ses prérogatives, l’aider à contrôler efficacement ses frontières et à désarmer tous ceux qui portent une arme sans appartenir ni à la police ni à l’armée.
    Au Liban, c’est les paperasseries onusiennes d’un côté et la dramatique réalité de l’autre. Ainsi, les convois d’armes empruntent sans se cacher l’autoroute Damas-Beyrouth. Au début, c’était à raison d’un convoi par mois d’armes sorties de la casse, désormais, c’est une fois par semaine, avec des camions chargés de matériel de guerre sophistiqué. C’est que la stratégie de l’ennemi a changé : pourquoi faire risquer à la dictature syrienne une nouvelle déculottée sur le Golan ? Pourquoi amasser des surplus d’armes modernes dans les entrepôts de Damas, alors qu’elles n’y sont d’aucune utilité ?
    Forts de ces constatations, Perses et Alaouites ont décidé de fournir le nec plus ultra de leur arsenal à Nasrallah. Cela se passe ainsi : les Iraniens confectionnent et achètent des armes et les transportent en Syrie, principalement par la mer ; et les Syriens les livrent au Hezbollah. Un porte-parole de l’armée israélienne a résumé la situation par cette formule : "L’Iran prie, la Syrie s’adonne à la contrebande et le la Hezbollah reçoit les armes". [...]
    Au sud de mon pays coule un fleuve, le Litani. Dans la portion de 15 kilomètres en moyenne sur 70 se trouvant entre ce cours d’eau et la frontière israélienne, la FINUL a, très arbitrairement, décidé de faire respecter la Résolution 1701. Ces Casques Bleus, qui ne sont pas ici des observateur mais des militaires chargés du maintien de la paix, ont décidé, qu’au moins sur cette bande de terre poudrière, ils empêcheraient la milice d’entreposer des armes. Or, au sud du Litani, on ne compte pas moins de trois cents dépôts d’armes et de munitions, installés dans les 165 villages chiites de la région.
    Lorsqu’un peloton formé de quelques uns des 12 235 soldats que compte l’ONU au Liban avait tenté, il y a deux mois et demi, d’enquêter après l’explosion de l’un de ces dépôts, dans le village de Khirbet Salim, les soldats avaient pris des baffes de la part des militants et des miliciens. Ils avaient effectué un repli honteux, sans faire usage des leurs fusils ni de leurs dizaines de blindés. Depuis, ils se tiennent à l’écart des villages, se contentant de patrouiller sur les routes - sous les effigies de Nasrallah, Ahmadinejad, Khamenei et Khomeiny, signes de leur soumission - où ils ne servent strictement à rien.
    Lundi dernier, lorsqu’un autre de ces dépôts a explosé, dans un autre village chiite au sud du Litani, Tayr Filsay, tuant cinq miliciens et en blessant quatre, les combattants du Hezb, vêtus et cagoulés de noir, ont tenu l’armée à distance, qui elle a prévenu l’ONU de ne pas s’approcher. Les Casques Bleus ne se le sont pas fait dire deux fois. Toute la scène a été filmée par un drone israélien (http://dover.idf.il/NR/exeres/482EE249-D9EA-41CF-B357-4B0EDA8FB1DA.htm). On y voit les miliciens en train d’évacuer un missile de 4 mètres des décombres [probablement un Fajr iranien, d’une portée de 70km. Note de Jean Tsadik], de le placer sur un camion, le couvrir d’une bâche et de le transférer vers un autre dépôt.
    Le Hezbollah nie tout en bloc, ça n’est pas un entrepôt d’armes, l’explosion est celle d’un ancien obus israélien, et le missile est une porte de garage – de quatre mètres de haut ! Cerise sur le gâteau empoisonné, le député du Hezbollah Hussein Hajj-Hassan, s’exprimant sur la chaîne de télévision LBC (Lebanese Broadcasting Corporation) n’a pas hésité à "déplacer" Tayr Filsay sur la berge nord du Litani. Le nord du Litani, région que l’armée et la FINUL ont décidé d’exclure de la 1701, et dans laquelle elles autorisent (aussi) les concentrations de miliciens avec armes et bagages. Je rassure les habitants de Tayr Filsay, leur hameau se trouve toujours sur une colline baignée de soleil, située sur la rive nord du fleuve. Cet incident ne fait que démontrer le mépris que l’organisation terroriste chiite entretient à l’encontre du public et de la vérité. [...]
    Dire que l’ONU ne sert "à rien" n’est pas exact. Par leur présence, les Casques Bleus dérangent les activités de surveillance entreprises par Tsahal. Et lorsque la guerre éclatera, les "soldats de la paix" serviront de boucliers humains aux terroristes. [...] Ce qui se déroule ces mois autour du Litani entre dans la dramatique tradition des contingents des Nations Unies, qui n’ont jamais et en rien contribué à préserver la paix. [...]
    Des politiciens libanais, plaidaient encore, au lendemain de l’explosion à Tayr Filsay, pour un Liban neutre, maître de son territoire et se gardant de provoquer ses voisins. Ils comprennent que si l’arsenal du Hezbollah est passé de 12 à 40 000 roquettes et missiles, entre juin 2006 et maintenant, et si cette organisation a construit 300 bases rien que le long de la frontière avec Israël, ça n’est pas uniquement afin d’empêcher toute forme de coexistence avec nos voisins du Sud, c’est également pour préparer la guerre. Et un dicton de la région met en garde qui l’entend : "Celui qui cherche de l’or en trouve rarement, tandis que celui qui cherche la m... la trouve toujours".
    La question n’est pas de savoir "si" les miliciens vont attaquer l’Etat hébreu mais "quand" vont-ils le faire. La réponse la plus plausible est "lorsque les avions frappés de l’étoile de David s’en prendront au nucléaire iranien".
    Il est vrai que le Hezb n
’était pas intervenu lors de la Guerre de Gaza, mais le Hamas est sunnite, tout allié qu’il soit, et l’ouverture d’un second front, amenant inévitablement l’anéantissement de la milice chiite, était un prix trop cher à verser pour les parrains iraniens. Ca n’est pas pour cela qu’ils ont conçu et armé les Fous d’Allah, c’est pour s’emparer du Liban et protéger LEURS intérêts.
    Si Israël attaque les installations nucléaires perses, ce que tous les observateurs, au Liban aussi, sont persuadés qu’il devra faire, se posera pour le Hezb une toute autre équation que celle qu’il eut à gérer lors de Plomb Fondu. Même si cela ne changera rien à ce qui se passera sur les bords du Golfe, les patrons de Nasrallah lui intimeront de déverser tout ce qu’ils lui ont livré sur l’ennemi sioniste, ne serait-ce que pour le "punir"." (suite payante)

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Turquie

- L'amélioration des relations Turquie-Israël liée à la fin de la "tragédie" à Gaza (AFP) - selon Ankara, "pas un seul missile (palestinien) n'ait été tiré de Gaza sur Israël depuis huit mois". Ils devraient s'informer autrement que par Al Jazeera...
http://www.lesechos.fr/depeches/monde/afp_00192502-l-amelioration-des-relations-turquie-israel-liee-a-la-fin-de-la--tragedie--a-gaza.htm
   "L'amélioration des relations entre la Turquie et Israël est liée à la fin de la "tragédie humanitaire" à Gaza et à la relance des efforts de paix dans la région, a déclaré vendredi le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, en pleine crise entre les deux alliés. "Malheureusement, l'offensive sur Gaza a porté un grand coup aux efforts de paix", a déclaré le ministre à la presse. "Lorsqu'on retournera sur la voie de la paix, ces relations de confiance (avec Israël) seront rétablies au niveau où elles étaient auparavant", a-t-il ajouté. "Ce que nous voulons, c'est qu'on mette fin à la tragédie humanitaire à Gaza, qu'on relance les efforts de paix - aussi bien au niveau des Palestiniens que de la Syrie - et surtout, qu'on redonne la priorité à la paix dans la région", a-t-il ajouté. [...]
    "Bien que pas un seul missile (palestinien) n'ait été tiré de Gaza sur Israël depuis huit mois, les enfants de Gaza n'ont pas d'écoles, les gens n'ont pas de maisons pour s'abriter... Comment un pays tel que la Turquie resterait silencieux sur ce sujet ?", a-t-il dit. [...]"

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Iran

- L'Iran joue la montre face aux Six sur le nucléaire, Marc Heinrich (Reuters) - ""Le temps joue en notre faveur", souligne un responsable iranien".
http://fr.news.yahoo.com/4/20091016/twl-iran-nucleaire-bd5ae06.html
   "L'Iran paraît jouer la montre face aux six grandes puissances qui négocient avec lui sur son programme nucléaire, à quatre jours de leur nouvelle rencontre, lundi à Vienne, siège de l'Agence internationale de l'énergie atomique. Les Six - Etats-Unis, Russie, Grande-Bretagne, France, Chine et Allemagne - espéraient finaliser un accord de principe conclu au début du mois à Vienne sur un retraitement à l'étranger de l'uranium faiblement enrichi en Iran pour s'assurer qu'il ne servira pas à des fins militaires. Mais Téhéran a douché ces espoirs d'un arrangement rapide.
    "Le temps joue en notre faveur", souligne un responsable iranien. La République islamique n'enverra d'ailleurs pas à Vienne son principal négociateur, mais des représentants de moindre rang. [...] Téhéran a laissé entendre qu'il n'était pas prêt à arrêter de position définitive dès lundi et, contrairement à ce qu'il avait lui-même annoncé, le responsable de son programme nucléaire, Ali Saheli, ne viendra pas à Genève. "Nous avons des conditions et des propositions qui ont besoin d'être discutées", a souligné un responsable du programme nucléaire iranien."

- La Chine "fermement opposée" à une arme nucléaire iranienne, Yaakov Lappin (JP)
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1255547733922&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   ""La Chine est fermement opposée à un programme iranien d'armes nucléaires", a assuré au Jerusalem Post, l'ambassadeur de Pékin en Israël, Zhao Jun. "La position de la Chine sur la question nucléaire iranienne a été cohérente et claire: nous soutenons le maintien du régime de non-prolifération international. En ce sens, nous sommes résolument contre l'idée que les Iraniens développent des armes nucléaires", a affirmé l'ambassadeur. "Dans le même temps, nous pensons que chaque pays, selon le Traité de non-prolifération des armes nucléaires, a le droit d'utiliser l'énergie nucléaire dans un but pacifique", ajoute-t-il. "La diplomatie est le meilleur moyen de résoudre cette crise". [...] La Chine est le deuxième plus grand importateur de pétrole brut au monde, tandis que l'Iran possède la deuxième plus grande réserve de pétrole brut. [...]"

- Iran: le Congrès américain envoie à Obama un texte de sanctions (AFP) - "Cette mesure envoie un message aux compagnies qui mettent le profit au-dessus de la sécurité".
http://www.lesechos.fr/depeches/monde/afp_00192404-iran--le-congres-americain-envoie-a-obama-un-texte-de-sanctions.htm
   "Le Congrès américain va envoyer au président Barack Obama pour promulgation, après un vote au Sénat jeudi, un texte visant à sanctionner les compagnies étrangères qui vendent de l'essence à l'Iran, dans le cadre du projet de loi de budget de l'Energie pour 2010. [...] Selon le texte, aucune compagnie ne pourra bénéficier de contrats avec le département de l'Energie dans le cadre de l'approvisionnement de la réserve stratégique si elle vend des produits pétroliers à l'Iran pour plus d'un million de dollars. [...]
    La même disposition a été approuvée par la Chambre le 1er octobre dernier. Les sénateurs républicains Jon Kyl et Susan Collins, auteurs du texte, s'étaient alors félicités dans un communiqué du vote de la Chambre. "Il est opportun qu'aujourd'hui, alors que le président entame sa stratégie de discussion avec les Iraniens, un texte de loi lui soit destiné (...) pour interdire au gouvernement américain d'acheter du pétrole aux compagnies qui vendent ou expédient de l'essence en Iran", avaient-ils écrit. "Cette mesure envoie un message aux compagnies qui mettent le profit au-dessus de la sécurité", avaient-ils ajouté. [...]
    Toutefois, Howard Berman le président de la commission des Affaires étrangères, a indiqué jeudi dans un communiqué qu'il préférait, avant d'en venir aux sanctions, "résoudre la question nucléaire par des moyens diplomatiques". [...]"

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Europe

- Les syndicats chrétiens belges soutiennent une conférence pour le boycott d'Israël (Philosémitisme)
http://philosemitismeblog.blogspot.com/2009/10/les-syndicats-chretiens-belges.html
   "On nous signale cette conférence qui est malheureusement est soutenue (partner) par les syndicats chrétiens belges ACV-CSC (Confédération des syndicats chrétiens de Belgique). (http://2.bp.blogspot.com/_JgqUG3QeK8g/StdKOKNUlvI/AAAAAAAACr8/PJyW2cXeKCE/s1600-h/conference_boycott_israel.jpg) On relève la présence de l'Association Belgo-Palestinnienne (ABP), dirigée par... le président du Centre d'Action laïque Pierre Galand."

- Renaissance de synagogues en Pologne :
Pologne : pour la première fois depuis l'Holocauste, les services de shabbat, vendredi soir et samedi matin, seront tenus dans la synagogue de la ville de Kielce. La synagogue a été reconstruite après la deuxième guerre mondial et était utilisée comme archive régionale. Près de 20.000 juifs vivaient à Kielce avant la guerre.
(Guysen.International.News / 2009-10-15 23:24:00 ISRAEL)

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Monde

- La vie selon la charia en Somalie : le fouet contre le soutien-gorge.
Des islamistes somaliens ont fouetté en public plusieurs femmes pour avoir porté des soutiens-gorges, ont rapporté vendredi des habitants du nord de la capitale Mogadiscio.
"Les islamistes disent que la poitrine d'une femme doit être ferme naturellement, ou bien plate", a expliqué une habitante de Mogadiscio, Halima, dont les filles ont été fouettées jeudi.

(Guysen.International.News / 2009-10-16 13:25:00 ISRAEL)
Repost 0
Published by Occam - dans Novembre 2009
commenter cet article
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 14:26
France

- Archives inédites sur la Shoah, Cécilia Gabizon (Le Figaro) - "une légende colportée de fermes en villages : les juifs seraient morts en «confessant : nous avons le sang du Christ sur les mains»."
http://www.lefigaro.fr/international/2009/10/15/01003-20091015ARTFIG00006-archives-inedites-sur-la-shoah-.php
   "Le père Desbois ouvre jeudi, avec la Sorbonne, un centre de documentation pour rendre publics les témoignages recueillis en Ukraine et en Biélorussie sur le massacre par armes à feu d'un 1,5 million de juifs à l'Est pendant la Seconde Guerre mondiale. [...]
    Les rares témoins survivants n'ont jamais bougé. [...] Si Desbois laisse à d'autres le soin de les déclarer coupables ou de les exonérer, il assure : «sans eux, les Allemands n'auraient pas pu commettre ce crime de masse aussi rapidement». Car ces enrôlés ont creusé les fosses, participé à l'encerclement des familles envoyées à la mort, parfois directement à l'assassinat. Ils refermaient les fosses, convoyaient les vêtements que des femmes reprisaient, avant qu'ils ne soient vendus sur place. «Tristes le matin d'être réquisitionnés, contents le soir d'avoir des vêtements», énonce, comme un proverbe, l'un des témoins.
    «Je rentre dans l'histoire par la porte des tiers, ceux que l'on déteste d'avance, car ils nous représentent, dans nos ambiguïtés», dit encore Desbois. Ce parti pris dérange. Depuis Paris, beaucoup de témoins semblent coupables. De n'avoir rien dit lorsque cette juive a interrogé : «Tu creuses une fosse, c'est pour nous ?» ; d'avoir enfilé les habits de ceux que l'on venait de tuer sous leurs yeux. Leurs récits éclairent cependant le crime de masse. Car si les nazis ont veillé à faire disparaître les preuves, en brûlant parfois les corps, leurs crimes étaient publics.
    «Les exécutions n'avaient pas toujours lieu dans les forêts. Car les Allemands redoutaient les partisans. C'était plutôt à la sortie des villes», raconte Patrice Bensimon, étudiant en histoire polyglotte (ukrainien, russe, yiddish), devenu la cheville ouvrière des voyages. Parmi les témoins encore en vie, certains mentent. D'autres jouent l'amnésie. La plupart racontent froidement. Le ghetto, la longue file des juifs du village qui marchent vers la mort. Ils se déshabillent sans voir les fosses. Un fusil-mitrailleur interdit la fuite. Une fois dans la fosse, ils sont mitraillés ou tués d'une balle dans la nuque. Les suivants s'allongent sur les morts. «À ce moment-là, je ne demande pas au témoin pourquoi il n'a rien fait ou s'il est antisémite», reconnaît Desbois en haussant les épaules. Tout comme il ne cherche pas à contredire une légende colportée de fermes en villages : les juifs seraient morts en «confessant : nous avons le sang du Christ sur les mains». «J'écoute. J'en suis souvent malade. Mais je veux savoir qui était là», répète Desbois qui s'avoue «en analyse. La confession ne suffit pas pour tant d'horreur». [...]"

- Ce commentaire du Monde.fr est des plus éloquents. Quand un territoire devenu judenrein n'en devient que davantage "occupé", on se demande après comment croire en la paix.
Palestinos (15.10.09 | 13h01)
"Les roquettes ne sont rien comparés à l'occupation israélienne et à la répression qui dure depuis 45 ans. Même quand il n'y a pas de violences, la colonisation continue. L'évacuation grotesque de Gaza ne signifie pas la fin de l'occupation, au contraire, ça la renforce. C'est un immense leure. Israel est outrée par les roquettes ! les pauvres ! sa riposte est criminelle. Quand les israéliens cesseront de se regarder le nombril, peut-être comprendront-ils leurs crimes."
(http://lemonde.fr/proche-orient/reactions/2009/10/14/un-morts-et-quatre-blesses-dans-un-raid-contre-un-tunnel-de-rafah_1253657_3218.html)

- des juifs defend pedophil juif (Vidéo antisémite sur l'affaire Polanski, 54 secondes) - sous-titre : "un pédophile juif soutenu par sa communauté." Sarkozy est aussi rangé parmi les "Juifs".
http://www.dailymotion.com/search/sioniste/video/xat69e_des-juifs-defend-pedophil-juif_people

- Burqa : le CFCM critique mais ne condamne pas, Stéphanie Le Bars (Le Monde) - "C'est une pratique extrême qui ne permet pas de vivre une vie sociale normale et nous ne souhaitons pas qu'elle s'installe sur le territoire national".
http://lemonde.fr/societe/article/2009/10/15/burqa-le-cfcm-critique-mais-ne-condamne-pas_1254355_3224.html#ens_id=1245449
   "[...] Le président du CFCM, Mohammed Moussaoui, a certes déclaré : "Se basant sur l'avis de la grande majorité des théologiens musulmans, le CFCM considère que le port du voile intégral n'est pas une prescription religieuse." Mais il a immédiatement ajouté qu'il s'agissait bien "d'une pratique religieuse basée sur un avis minoritaire ". Une nuance destinée à ne pas disqualifier une partie, fût-elle marginale, des fidèles se réclamant de l'islam en France. Une manière aussi de dire que s'ils ne partagent pas cette lecture de l'islam et "oeuvrent à la faire régresser", il ne leur revient pas de la condamner. Cette position "inconfortable" s'explique notamment par l'attitude d'une partie de la communauté musulmane, qui, inquiète d'une nouvelle "stigmatisation", se solidarise avec les femmes portant le niqab.
    Certains députés ont mesuré l'embarras : "Il y a quelque chose de timoré dans votre attitude qui me gêne, leur a lancé le député (PS) Jean Glavany. Qu'est-ce qui vous empêche de qualifier ces dérives de fondamentalistes et intégristes ?" "Vous devez condamner ceux qui refusent le vivre ensemble, dire qu'il s'agit de dérives sectaires, d'intégrisme, sinon vous ne nous aidez pas", a aussi insisté Bérangère Poletti (UMP).
    En réponse, les membres du CFCM sont allés aussi loin qu'ils le pouvaient dans la critique du courant littéraliste incarné par les femmes en niqab. "C'est une pratique extrême qui ne permet pas de vivre une vie sociale normale et nous ne souhaitons pas qu'elle s'installe sur le territoire national", a indiqué M. Moussaoui, employant même le mot "intégriste" après deux heures de débat et face à l'insistance des députés. "Le voile intégral est incompatible avec le contexte français et le vivre ensemble", a aussi dit Anouar Kbibech, représentant le Rassemblement des musulmans de France au sein du CFCM. "Une fois qu'on aura dit qu'il s'agit d'une pratique intégriste, extrémiste, est-ce qu'on aura réglé le problème ? Peut-on trancher un débat sur la lecture de l'islam par une loi ?", s'est pour sa part interrogé Fouad Alaoui, représentant l'Union des organisations islamiques de France (UOIF). [...]
    Les responsables musulmans ont surtout profité de cette audition pour promouvoir la lutte contre l'islamophobie. Ils ont demandé au Parlement de "dresser un état des lieux sur la montée de l'islamophobie" et de proposer des solutions pour lutter contre ce phénomène. "S'il y a combat contre les pratiques radicales, il faut aussi en contrepartie un combat contre l'islamophobie", a indiqué M. Moussaoui. [...]"

- Tareq Oubrou (imam de Bordeaux) : "Les musulmans doivent adapter leurs pratiques à la société française" (Le Monde) - "Le foulard n'est pas un objet cultuel, encore moins un symbole de sacré".
http://lemonde.fr/archives/article/2009/10/15/tareq-oubrou-les-musulmans-doivent-adapter-leurs-pratiques-a-la-societe-francaise_1254356_0.html
   "[...] - Quelle est aujourd'hui votre position sur le port du foulard islamique ?
    - Si je voulais être provocateur, je pourrais dire aux femmes : mets ton foulard dans ta poche. Aujourd'hui, je dis que c'est une recommandation implicite qui correspond à une éthique de pudeur du moment coranique. Pour autant, une femme qui ne le met pas ne commet pas de faute. Mais, aujourd'hui, la communauté musulmane est fragile, et s'attache à des adjuvants et à des normes. C'est aberrant de réduire une femme musulmane à son foulard ; c'est de l'ignorance. Le foulard n'est pas un objet cultuel, encore moins un symbole de sacré. En outre, cette visibilité est néfaste car, à long terme, cette pratique pose des problèmes spirituels et psychologiques aux femmes qui veulent étudier ou travailler. Je n'ai pas le droit de tromper ces jeunes filles. Le problème, c'est que lorsqu'elles enlèvent le foulard, elles arrêtent aussi de prier. Cela dit, je crois que chacun est libre de s'habiller comme il veut, de choisir la lecture de l'islam qui lui convient, même si je ne la partage pas.
    - Les jeunes musulmans mettent en avant l'islamophobie dont les pratiquants seraient victimes, ce qui rendrait difficile leur vie en France. Qu'en pensez-vous ?
    - Le racisme n'est pas une nouveauté, mais l'islamophobie présentée comme un fléau de notre société, je ne la vois pas. Je n'accepte pas cette position victimaire et cette posture de consommation de droits. C'est vrai que les jeunes de la deuxième génération sont enclins à quitter la France, pour l'Angleterre ou un pays musulman. En attendant, certains vivent leur religiosité avec douleur, à cause du climat médiatique et sociétal français, dans lequel la visibilité religieuse devient vite suspecte. Mais je leur dis que le diable est partout ! En outre, l'islamophobie est parfois développée par des musulmans eux-mêmes qui, par leur comportement et leur visibilité, peuvent faire peur à nos concitoyens non musulmans."

- Les organisations du pouvoir planétaire - tout simplement génial ! Surfer un moment dans l'univers conspi est décidément un vrai plaisir :
http://www.syti.net/Organisations.html

------------------------------
-------------------------------------------------------------------------------------------
Israël

- Shimon Pérès croit en une «paix de nécessité», Adrien Jaulmes (Le Figaro) - "Ce sont plutôt les Arabes qui n'ont pas répondu à l'appel d'Obama. Il voulait que les Saoudiens reconnaissent partiellement Israël, ils ont refusé. Et les Palestiniens, qui négociaient jusqu'à présent sans préconditions, en ont subitement posé".
http://www.lefigaro.fr/international/2009/10/16/01003-20091016ARTFIG00002-shimon-peres-croit-en-une-paix-de-necessite-.php
   "LE FIGARO. - Le rapport Goldstone  sur le conflit de janvier à Gaza vient d'être examiné par la Commission des Nations unies pour les droits de l'homme. Pensez-vous qu'Israël aurait dû coopérer à cette enquête ?
    Shimon PÉRÈS. - Le droit de la guerre est basé sur des conflits conventionnels, mais il existe un vide en ce qui concerne le terrorisme. Le terrorisme est un défi à la loi. Quelles règles doit observer un pays respectueux de la loi, combattant un groupe terroriste hors-la-loi. Imaginez un policier vis-à-vis d'un meurtrier : sont-ils égaux ? Si les Nations unies prenaient la question au sérieux, elles auraient dû préparer un code pour ce genre de guerre, au lieu de se focaliser sur Israël. Je ne pense pas qu'Israël doit recevoir des leçons de droits de l'homme de la Libye ou du Pakistan. Nous n'avons pas commencé la guerre à Gaza. Si les terroristes ne respectent pas la vie des enfants et des civils, les leurs et les nôtres, s'ils ne respectent pas les mosquées et les ambulances, que peut faire la loi ?
    Étiez-vous contre le principe de cette commission ?
    Après chaque guerre, nous avons toujours eu nos propres commissions d'enquête. Des ministres de la Défense ont dû démissionner, des commandants ont été limogés. Nous le faisons sans que l'on nous y oblige. Mais, cette fois, il y a une eu une décision unilatérale d'examiner les crimes de guerre d'Israël. Parmi les 26 recommandations de la commission d'enquête du juge Goldstone, aucune ne dit comment combattre le terrorisme. C'est un rapport totalement partial. Nous savons très bien qu'il existe une majorité contre Israël à l'ONU. Ils ne se sont jamais préoccupés de violations des droits de l'homme par d'autres nations. Goldstone a commis une erreur en acceptant de diriger cette commission, qui était constituée par une majorité anti-israélienne.
    Pensez-vous que la décision d'Obama d'abandonner son appel au gel total des colonies soit une victoire pour Nétanyahou ?
    Je ne pense pas que nous ayons remporté une quelconque victoire diplomatique. Le gouvernement Nétanyahou, formé par la droite israélienne, a accepté pour la première fois une solution de deux États. Le premier ministre a eu du mal à le faire accepter à un parti qui était a priori et idéologiquement contre. Et, pour la première fois, Nétanyahou a accepté un gel de la colonisation, ce qui était sans précédent. Les États-Unis voulaient un gel de douze mois, le gouvernement israélien a accepté neuf mois. Mais il a accepté ce qu'aucun de ses prédécesseurs n'avait accepté. Et c'est une décision difficile : il nous faut aller contre la croissance naturelle. Les gens vivent, ils font des enfants, ils ont besoin de maisons et de garderies. Le seul désaccord avec Obama portait là-dessus. Ce sont plutôt les Arabes qui n'ont pas répondu à l'appel d'Obama. Il voulait que les Saoudiens reconnaissent partiellement Israël, ils ont refusé. Et les Palestiniens, qui négociaient jusqu'à présent sans préconditions, en ont subitement posé. Nous avons pris très au sérieux l'appel d'Obama. Nous pensons que ses intentions sont bonnes, et ne les critiquons pas. Nous essayons de nous y conformer. Je pense que les Palestiniens ont commis une petite erreur en pensant que les États-Unis avaient abandonné Israël, alors que c'est le contraire. Nous ne sommes pas abandonnés.
    Y a-t-il encore un espoir de parvenir à une paix avec les Palestiniens, alors que le processus semble aujourd'hui dans une impasse totale ?
    Il n'existe aucune chance pour qu'une histoire d'amour naisse entre nous et les Palestiniens ; ce ne sera pas une paix romantique. Ce sera une paix de nécessité. Même les paix que nous avons signées avec l'Égypte et la Jordanie ne sont pas non plus parfaites. Mais il n'y a plus de morts et c'est déjà ça. Nous essayons de trouver des solutions pragmatiques à des divisions émotionnelles. C'est difficile, mais je suis optimiste. Je ne promets pas une paix parfaite, mais une paix qui permette aux Palestiniens et à nous-mêmes de vivre sans la menace d'être tués. [...]"

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
ONU & Goldstone

- Aujourd’hui : la bataille à Genève, Itamar Eichner, Roni Shaked, Eldad Beck et Yaniv Halili (Yediot Aharonot)
http://www.ambafrance-il.org/spip.php?article7147
   "Malgré le combat diplomatique que mène Israël en collaboration avec les Etats-Unis, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève devrait adopter le rapport Goldstone et le renvoyer à l’assemblée générale de l’ONU. Israël essaie de convaincre un maximum de membres du Conseil, en particulier les pays de l’Union européenne, de voter contre le projet de résolution palestinien afin que, même si le rapport est adopté, cela se fasse avec les voix de pays ‘marginaux’. Parallèlement, les Américains essaient de faire en sorte qu’un texte plus modéré de résolution soit adopté.
    Le Hamas espère que le débat au Conseil des droits de l’homme mènera à la prise de mesures concrètes contre Israël au Conseil de sécurité et à l’engagement de procédures judiciaires contre Israël à la Cour internationale de la Haye. Toutefois, lors d’un débat préliminaire au Conseil de sécurité, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a appelé hier Israël et les Palestiniens à enquêter eux-mêmes sur les incidents lors desquels des civils ont pris pour cible, de part et d’autre. Il est possible que ces propos traduisent la volonté du secrétaire général d’éviter que l’on continue à débattre du rapport Goldstone dans des forums internationaux."

- Le monde partagé sur Goldstone, E.B. Solomont (JP) - "les nations européennes pourraient s'abstenir de soutenir cette résolution" palestinienne ; changement de ton côté britannique :
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1255547724587&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Les responsables israéliens et américains ont mis en garde le Conseil de sécurité de l'ONU mercredi : s'obstiner sur le rapport Goldstone pourrait faire dérailler le processus de paix. [...] "Ce rapport est un obstacle au processus de paix", a prévenu l'ambassadrice d'Israël à l'ONU, Gabriela Shalev. "Le rapport nous place au même plan que le Hamas et nous ne pouvons pas l'accepter." Shalev a réaffirmé, par ailleurs, le droit d'Israël à se défendre. "Nous ne pensons pas que le rapport Goldstone devrait être discuté au sein du Conseil de sécurité. Ce n'est pas le bon moment, ce n'est pas le bon endroit", a-t-elle déclaré. Dans son allocution, l'ambassadrice a précisé qu'Israël cherchait la paix. Elle a tenu à rappeler l'explosion d'un cache d'armes du Hezbollah, deux jours auparavant, dans le Sud-Liban et la menace iranienne. Autant de raisons, selon elle, pour que la communauté internationale soutienne Jérusalem.
    S'adressant aux journalistes, l'ambassadeur palestinien à l'ONU, Riyad Mansour, a rejeté la thèse israélienne selon laquelle l'application des recommandations Goldstone ferait capoter le processus de paix : "Il s'agit d'une hypothèse fallacieuse. Respecter le droit international, et en particulier le droit humanitaire, ferait au contraire avancer le processus de paix", a assuré Mansour. Selon lui, le rapport n'a jamais nié le droit d'Israël à l'auto-défense. "Il n'y a aucune justification, même sous le prétexte de légitime défense, pour punir massivement tout un peuple, soit les 1,5 million de personnes de la bande de Gaza", a-t-il dit. Enfin, les responsables palestiniens ont dit avoir rédigé une résolution - visant à appliquer les recommandations de Goldstone - qu'ils présenteraient au conseil des droits de l'Homme cette semaine.
    Selon certaines sources, les nations européennes pourraient s'abstenir de soutenir cette résolution. Le discours de l'ambassadeur britannique, John Sawyers, reflétait la nuance mercredi : "Nous pensons que le rapport Goldstone n'a pas suffisamment reconnu le droit d'Israël de protéger ses citoyens, pas plus qu'elle n'a accordé une attention suffisante aux actions du Hamas. Mais les problèmes soulevés dans le rapport ne peuvent être ignorés." [...]"

- Les Britanniques n'acceptent pas le brouillon palestinien :
Le Royaume Uni a déclaré clairement au Conseil des droits de l'homme de l'Onu qu'elle n'accepterait pas le rapport Goldstone ou le brouillon de résolution rédigé sur la base de ce rapport. Son représentant a ajouté qu'il ne considérait pas qu'il était nécessaire de tenir une session spéciale à ce sujet.
(Guysen.International.News / 2009-10-15 20:48:00 ISRAEL)

- Les USA favorables à une enquête sur le rapport Goldstone, Claire Dana-Picard (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/10/les-usa-favorables-a-une-enquete-sur-le-rapport-goldstone/
   "[...] Au cours des délibérations, le vice-ambassadeur américain aux Nations unies, Alejandro Wolff, a déclaré qu’Israël avait certainement des institutions habilitées à mener une enquête sérieuse sur les conclusions de ce document. Il a ajouté que les USA encourageraient une telle démarche. Quant au Hamas, il a rappelé qu’il s’agissait d’une organisation terroriste « incapable de discerner ce qu’étaient les violations des droits de l’homme ». Wolff a rappelé en outre les positions des USA, précisant que « le rapport et les accusations qu’il contenait ne concernaient pas le Conseil de Sécurité ». Il a toutefois estimé que le document n’était pas équitable et se concentrait sur Israël. [...]"

- De nombreuses ONG s'excitent à l'idée de condamner Israël :
Selon des sources palestiniennes, des organisations comme la Fédération internationale des droits de l'homme, le partenariat euro-méditerranéen des droits de l'homme, la Commission internationale des juristes et d'autres ONG pro palestiniennes vont manifester vendredi à Genève pour soutenir la présentation du rapport Goldstone devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU.
(Guysen.International.News / 2009-10-15 01:04:00 ISRAEL)

- Un député arabe israélien souhaite le prix Nobel de la paix pour Goldstone (NB, en arabe, guerre juridique se dit "paix") :
Le juge Goldstone devrait recevoir le Prix Nobel de la paix, estime le député arabe israélien Taleb A-Sana. Il a adressé une lettre au comité Nobel pour accorder l'ultime distinction au juge Goldstone ''qui a révélé le véritable visage d'Israël. Il mérite le prix plus que quiconque en hommage à ses efforts sincères pour traduire en justice les criminels de guerre israéliens''.
(Guysen.International.News / 2009-10-15 10:45:00 ISRAEL)

- Goldstone Backs Away from Report: The Two Faces of an International Poseur, Alan M. Dershowitz (Felix Frankfurter Professor of Law, Harvard Law School) - "Goldstone apparently lacked the courage to stand up to the other members and staffers of his commission and to insist that his clarifying language be included in the report itself".
http://lessakele.over-blog.fr/article-goldstone-prend-ses-distances-les-deux-faces-d-un-poseur-international-37565255.html
   "With so much (though not all) of the civilized world justly condemning (or ignoring) the Goldstone report for its distortion of the facts and its one-sided condemnation of Israel, Richard Goldstone himself now seems to be backing away from the report’s conclusions—at least when he speaks to his Jewish audiences.
    In an interview with Jewish Forward, Goldstone denied that his group had conducted “an investigation.”  Instead, it was what he called a “fact-finding mission” based largely on the limited “material we had.”  Since this “material” was cherry-picked by Hamas guides and spokesmen, Goldstone acknowledged that “if this was a court of law, there would have been nothing proven.” He emphasized to the Forward that the report was no more than “a road map” for real investigators and that it contained no actual “evidence,” of wrongdoing by Israel.
    “Nothing proven!”  No “evidence!”  Only “a road map!”  You wouldn’t know any of that, of course, by reading the report itself or its accompanying media release. [...] It is as if there were two entirely different “Goldstone Reports.”  The first submitted to the United Nations and the second to the Jewish community. In speaking so differently to different “audiences,” Goldstone is reminiscent of Yassir Arafat, who perfected the art of double-speak, by using bellicose language when addressing Arab audiences and more accommodating language when addressing western audiences.
    Goldstone apparently lacked the courage to stand up to the other members and staffers of his commission and to insist that his clarifying language be included in the report itself.  Nor did he have the courage to file a dissenting or concurring statement. Instead, he spoke out of both sides of his mouth, sending one message to those who read the actual report and a very different message to those who read his words in the Jewish Forward (and the New York Times for whom he wrote a more ameliorative op-ed on the day after the release of the Report). In doing so, he is trying to have it both ways.
    Goldstone went so far as to tell the Forward that he himself “wouldn’t consider it in any way embarrassing if many of the allegations turn out to be disproved.” This is total nonsense.  Goldstone has put his imprimatur—and his reputation—behind the reports’ conclusions. The only reason anyone is paying any attention to yet another of the serial condemnatory reports by the United Nations Human Rights Council is because Richard Goldstone—a “distinguished” Jew—allegedly wrote it and signed on to its conclusions.  If he really doesn’t stand by its conclusions—if he doesn’t care one way or another whether they are true or false, proven or unproven—then no extra weight should be given to its findings or conclusions because of the “distinguished” reputation of its Jewish chairman.
    But weight is being given by some to its “unproven” and uninvestigated allegations which Goldstone admits may be wrong. There have been calls for boycotts, divestments, war crime prosecutions and other forms of condemnation based on the conclusions reached (or not reached, depending on which side of Goldstone’s mouth one is listening to) by the Report.
    If Goldstone stands behind what he told the Forward, then he must come forward and condemn those who are treating his report as if the allegations were based on “evidence” and “proven.”  Don’t hold your breath, because such a statement would be heard by both of Goldstone’s audiences at the same time."

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Réconciliation" palestinienne

- Traduire Mahmoud Abbas en justice (Israël-Infos)
http://www.israel-infos.net/Traduire-Mahmoud-Abbas-en-justice-4716.html
   "Alors que le président palestinien, a signé, séparément, l'accord de "réconciliation" avec le Hamas, et que les médiateurs égyptiens tentent d'arracher cette même signature à la direction islamiste - qui envisage de conditionner son accord à la réussite de l'Autorité palestinienne à faire adopter le rapport Goldstone par l'ONU - un haut responsable du Hamas a menacé de traduire Mahmoud Abbas en justice.
    "Un jour viendra où Abou Mazen sera jugé par un tribunal spécial, sur ses mensonges contre nous, et sa conduite pendant le conflit", a déclaré Mahmoud A-Zahar, à propos des affirmations du président palestinien qui a accusé la direction du Hamas de s'être cachée pendant l'opération "Plomb durci" en laissant tuer le peuple palestinien. "Nous exigeons qu'Abou Mazen précise qui sont donc ces responsables qui ont fui et se sont cachés. Nos dirigeants Said Siam et Nizar Riam ont été tués par Israël (…) Que cet homme cesse donc ses mensonges qu'il diffuse après qu'a été dévoilée l'affaire Goldstone, et que les Israéliens ont eux-mêmes avoué qu'il leur a demandé de poursuivre la guerre à Gaza"."

- Le Hamas rejette le plan de réconciliation palestinienne proposé par l'Egypte, Albert Aji (AP) - "Ils ne pensent pas aux intérêts palestiniens, ou à l'indépendance palestinienne. Tout ce qu'ils veulent, c'est garder le pouvoir".
http://fr.news.yahoo.com/3/20091015/twl-israel-palestiniens-reconciliation-951b410.html
   "La direction du Hamas, basée en Syrie, a annoncé jeudi avoir rejeté en l'état le plan de réconciliation entre le Mouvement de la résistance islamique et le Fatah, proposé par la médiation égyptienne. Dans un communiqué, le Hamas et sept autre factions palestiniennes ont expliqué que le plan de réconciliation devait être revu pour inclure une référence au droit des Palestiniens à résister à l'occupation israélienne. "La formulation soumise aux factions par Le Caire ne fait aucune référence à la lutte (contre Israël, NDLR) et à l'agression contre notre peuple", indique ce communiqué, précisant que ses signataires n'approuveraient pas la proposition égyptienne si elle n'était pas amendée.
    Sami Khater, un responsable du Hamas en Syrie, a toutefois précisé que le texte n'était pas définitivement rejeté, et que le Mouvement de la résistance islamique pourrait le signer si les modifications souhaitées y étaient apportées. [...]
    Jeudi, un des responsables du mouvement, Mohammed Dahlan, a estimé que le rejet du Hamas signalait les divisions palestiniennes et que le Fatah envisagerait désormais ses propres options, comme convoquer unilatéralement des élections anticipées. "Ils ne pensent pas aux intérêts palestiniens, ou à l'indépendance palestinienne. Tout ce qu'ils veulent, c'est garder le pouvoir", a-t-il déclaré. [...]
    Le plan du Caire n'aborde pas plusieurs des principaux points de discorde entre le Fatah et le Hamas, notamment le renoncement à la lutte armée et la reconnaissance d'Israël par un éventuel gouvernement palestinien unifié."

- Haniyeh adore Goldstone, même s'il trouve que ce dernier ne soutient pas assez "le droit des peuples à résister" :
Le Premier ministre du Hamas, Ismaïl Haniyeh, a déclaré, mercredi, qu'''accuser le Hamas d'être contre le rapport Goldstone est une tentative désespérée pour masquer le crime de son retrait devant le Conseil des droits de l'homme''. En référence aux accusations de crimes de guerre contre le Hamas, contenues dans le rapport, il a précisé : ''nous sommes préoccupés sur la façon dont le rapport aura une incidence sur le droit des peuples à résister''.
(Guysen.International.News / 2009-10-15 01:17:00 ISRAEL)

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Gaza & Hamas

- Egypt returns body of Hamas official's brother who died in prison (Agence Ma'an)
http://www.maannews.net/eng/ViewDetails.aspx?ID=232094
Traduction :
http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=7471
   "Le Hamas a annoncé mardi que Yousef Abu Zuhri, le frère du porte-parole du Hamas Sami Abou Zouhri, était mort après avoir été torturé dans une prison égyptienne. Jaser Mashukhi, un employé du côté palestinien du point de passage frontalier de Rafah, a dit que le corps a été restitué mercredi matin. « Mercredi matin, une ambulance égyptienne venue d’Alexandrie est arrivée au poste frontière avec le corps de Youssef ... Les autorités égyptiennes viennent de livrer le corps du défunt au côté palestinien », dit encore Mashukhi. Le responsable a ajouté qu’un rapport médical délivré avec le corps disait que « Abu Zuhri a succombé suite à des problèmes de santé il a fait face pendant qu’il était incarcéré dans une prison égyptienne à Alexandrie. » [...]
    Les forces de sécurité égyptiennes ont arrêté Yousef Abu Zuhri, âgé de 38 ans, dans un appartement dans la ville d’Al-Arish après avoir reçu l’information qu’il était entré dans le pays grâce à l’un parmi les centaines de tunnels existant le long de la frontière avec Gaza. Au cours d’une conférence de presse à Gaza mardi, Sami Abou Zouhri a dit que son frère avait été torturé au cours des deux dernières semaines, provoquant une grave hémorragie interne qui a finalement causé sa mort."

- L’actrice Mia Farrow à Gaza (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/10/lactrice-mia-farrow-a-gaza/
   "L’actrice américaine Mia Farrow, servant d’ambassadeur à l’Unicef, s’est rendue à Gaza. Elle a déclaré sur place qu’elle était « choquée par la situation de la population locale soumise au blocus d’Israël et de l’Egypte ». Elle a en outre dénoncé les tirs de roquettes du Hamas et a estimé que si ces attaques cessaient, l’aide internationale pourrait être améliorée."

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Judée-Samarie & AP

- Jets de pierres sur un autobus israélien (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/10/jets-de-pierres-sur-un-autobus-israelien-2/
   "Des Palestiniens ont lancé des pierres, jeudi après-midi, sur un autobus israélien circulant sur une route de Samarie, non loin du village arabe d’Azoun, près de Qalqiliya. On ne déplore fort heureusement aucun blessé mais le véhicule a été endommagé."

- Jets de pierres sur un véhicule israélien (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/10/jets-de-pierres-sur-un-vehicule-israelien-6/
   "Des Arabes de la région de Ramallah ont jeté des pierres sur un véhicule israélien. On ne déplore pas de victimes mais il y a des dégâts matériels."

- Autres jets de pierres, une Israélienne blessée :
Une Israélienne a été légèrement blessée jeudi par des jets de pierre sur des voitures circulant près du village d'Azoun, dans la région de Binyamin. Elle a été évacuée à l'hôpital.
(Guysen.International.News / 2009-10-15 14:25:00 ISRAEL)
Des Palestiniens ont jeté des pierres sur un véhicule israélien circulant à Ramallah. On ne déplore pas de victimes mais le véhicule a subi des dégâts.
(Guysen.International.News / 2009-10-15 19:02:00 ISRAEL)

- Jets de pierres entre Yakir et Revava (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/10/jets-de-pierres-entre-yakir-et-revava/
   "Des Palestiniens ont jeté des pierres sur des véhicules israéliens circulant entre les localités Yakir et Revava en Samarie. On ne déplore fort heureusement aucun blessé."

- Arrestation de 15 terroristes palestiniens (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/10/arrestation-de-15-terroristes-palestiniens-2/
   "Dans la nuit de mercredi à jeudi, les forces de Tsahal ont appréhendé 15 terroristes palestiniens recherchés en Judée Samarie. Six d’entre eux ont été arrêtés à Hirbat A-Dawir, près de Bethlehem. Le porte-parole de Tsahal a indiqué que les suspects avaient été confiés aux forces de sécurité pour interrogatoire."

- Fayyad durcit le ton contre Israël :
Salam Fayyad craint qu'Israël n'instaure un Etat palestinien ''Mickey Mouse''. Le Premier ministre palestinien a accusé mercredi Israël de vouloir promouvoir un Etat palestinien dans des territoires restreints de Judée-Samarie. Lors d'une conférence de presse à Ramallah, il a ajouté qu'''il ne serait pas étonné si c'étaient réellement les projets israéliens''.
Le chef du gouvernement palestinien a dit redouter qu'Israël ait l'intention réelle d'occuper de manière permanente la vallée du Jourdain et de vastes portions de Judée-Samarie, à savoir les zones dites ''C'', où la liberté de circulation est strictement limitée pour les Palestiniens.

(Guysen.International.News / 2009-10-15 08:36:00 ISRAEL)

- Djénine : le tourisme remplace les explosifs, Ron Friedman (JP) - Selon les Palestiniens, "la ville palestinienne est ouverte à tous, sauf à ceux qui soutiennent l'"occupation"."
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1255547725689&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Relancer le tourisme des deux côtés de la Ligne verte. Un projet pilote a été lancé par le Conseil régional de Gilboa et les bureaux de l'Autorité palestinienne de Djénine. La ville n'a pas été choisie au hasard. Point d'orgue de la seconde Intifada, elle était surnommée la "capitale du suicide", une pépinière de terroristes prêts à se faire exploser. Sous supervision américaine, l'atmosphère a quelque peu changé même si des portraits de suicidaires et des graffitis anti-israéliens continuent d'orner les murs de la ville.
    Invité par le Conseil régional de Gilboa, un groupe de touristes allemandes a participé à cette visite. Première étape : une église vieille de 2 000 ans dans la banlieue ouest de Djénine où Jésus aurait guéri un groupe de lépreux. Puis le groupe s'est rendu dans une usine locale d'huile d'olive. Après un déjeuner dans un hôtel de luxe, les touristes allemandes ont clos leur visite par le marché local.
    Le projet touristique a reçu le soutien de deux figures du gouvernement israélien : le ministre de la Défense Ehoud Barak et celui de la Coopération régionale, Silvan Shalom. Néanmoins, cette coopération ne met pas fin au problème de fond. Au début de la visite, l'un des responsables de l'AP à Djénine Abdallah Baracat a énoncé les objectifs de ce renouveau touristique : la ville palestinienne est ouverte à tous, sauf à ceux qui soutiennent l'"occupation"."

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Jordanie

- Douze Jordaniens liés à Al-Qaida condamnés à de lourdes peines (AFP) - il s'agit de Jordaniens arabes coupables d'attentats anti-chrétiens :
http://lemonde.fr/proche-orient/article/2009/10/15/douze-jordaniens-lies-a-al-qaida-condamnes-a-de-lourdes-peines_1254562_3218.html#ens_id=1254563
   "Douze Jordaniens ont été condamnés, jeudi 15 octobre, à de lourdes peines allant de quinze à vingt ans de prison pour leurs liens avec le réseau Al-Qaida et leur implication dans des attaques, notamment contre une église située dans le royaume, selon une source judiciaire. Le tribunal de sûreté de l'Etat a condamné à mort cinq prévenus âgés de 19 à 28 ans avant de commuer la sentence en vingt ans de prison "parce qu'ils sont jeunes et doivent avoir une chance de se repentir", a jugé la cour. Les sept autres ont été condamnés à quinze ans de prison.
    Les prévenus, pour la plupart des Jordaniens d'origine palestinienne, ont été reconnus coupables, en juillet 2008, d'avoir mené des "attaques terroristes et de fabrication et détention d'explosifs". Ils ont été jugés pour des attaques contre une église et un cimetière chrétien situés à Erbid (dans le nord du pays) et un groupe de touristes dans le centre d'Amman."

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Liban & Hezbollah

- Selon le Hezbollah, la résolution 1701 ne s'applique là où il établit ses réserves de missiles :
Liban : le Hezbollah prétend que la résolution 1701 de l'Onu ne s'applique pas à la région où s'est produite l'explosion lundi. La milice chiite soutient que le village près de Tyr où un obus a explosé dans des circonstances assez obscures, se trouve au nord du fleuve Litani, donc en dehors de la circonscription à laquelle s'applique la résolution 1701.
Un député du Parti de dieu a indiqué que son mouvement attend les résultats de l'enquête. Selon certaines sources, un chef terroriste du Hezbollah, Abdel Nasser Issa, a été tué dans l'explosion. Information démentie par d'autres sources libanaises.

(Guysen.International.News / 2009-10-15 08:18:00 ISRAEL)

- Ah et d'ailleurs il n'y avait pas d'armes non plus (autant multiplier les excuses hein) :
Liban : le Hezbollah prétend que le hangar ayant explosé il y a 3 jours ne contenait pas d'armes. La milice chiite diffuse une séquence vidéo filmée par ses soins et montrant une porte coulissante en fer chargée sur le camion photographié par un drone israélien.
Israël affirme qu'on y voit une roquette extraite de l'entrepôt un jour après l'explosion. Le journal As Safir écrit quant à lui que pour le Liban, l'entrepôt ne contenait pas d'armes mais que l'explosion a été engendrée par un contact entre des cables électriques et des substances inflammables.

(Guysen.International.News / 2009-10-15 10:18:00 ISRAEL)
Liban : le site du Hezbollah El Manar affirmait jeudi que le missile filmé par un drone de Tsahal, après l'explosion survenue dans un dépôt au sud-Liban, n'était qu'une « porte de fer » qui a réussi à tromper « les moyens d'espionnage les plus sophistiqués de l'armée de l'air israélienne ».
(Guysen.International.News / 2009-10-15 14:08:00 ISRAEL)

- Plutôt que de faire appliquer les résolutions de l'ONU dans son pays, Beyrouth préfère se plaindre d'Israël, c'est plus simple :
Le Liban envisage de porter plainte à l'Onu contre Israël. Il estime que l'armée de l'air israélienne a violé la résolution onusienne 1701 en survolant l'entrepôt du Hezbollah qui a explosé il y a 3 jours au sud du pays.
(Guysen.International.News / 2009-10-15 11:28:00 ISRAEL)

- Le projet du Liban en tant qu'élu au Conseil de sécurité de l'ONU ? "Protéger les Arabes de l'influence israélienne" :
Le président libanais Michel Souleiman a déclaré jeudi que son pays, nouvellement élu au Conseil de Sécurité des Nations Unies comme membre non-permanent protégerait les Arabes de par le monde de l'influence israélienne.
(Guysen.International.News / 2009-10-15 21:44:00 ISRAEL)

- "Le Hezbollah possède un quart des missiles syriens" (JP)
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1255547724172&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "La Syrie a désormais transféré près d'un quart de ses missiles longue et moyenne portées au Hezbollah, selon le journal koweitien al Jarida. Information confirmée par plusieurs sources sécuritaires à Jérusalem, précise l'article, et selon lesquelles ces missiles pourraient frapper l'ensemble du territoire israélien. Par ailleurs, des officiers militaires iraniens et syriens seraient en train de former des membres du Hezbollah à l'utilisation de ces missiles, ainsi qu'au repérage d'avions israéliens. Le Jerusalem Post n'a pas pu confirmer ces informations. [...]"

- Une livraison française de matériel d'écoutes irrite Israël, Georges Malbrunot (Le Figaro) - "en coulisses, l’État hébreu a exprimé son courroux aux autorités françaises" ; la Russie de son côté aide le Hezbollah.
http://www.lefigaro.fr/international/2009/10/15/01003-20091015ARTFIG00007-une-livraison-francaise-de-materiel-d-ecoutes-irrite-israel-.php
   "La France a livré du matériel d’écoutes téléphoniques aux Forces de sécurité intérieure libanaises (FSI) pour les aider à découvrir la vérité sur l’assassinat, en février 2005, de l’ancien premier ministre Rafic Hariri, mais cet équipement sensible a servi ensuite à démanteler un vaste réseau d’espions pro-israéliens au Liban, ce qui a provoqué la colère de l’État hébreu. L’affaire, confirmée par une source diplomatique et une autre au ministère de l’Intérieur, pourrait s’avérer embarrassante, lorsque le tribunal spécial pour le Liban publiera son acte d’accusation.
    «L’opération s’est nouée au printemps 2006, lorsque les FSI, proches du camp Hariri, se sont plaintes de ne pas disposer d’un matériel de qualité identique à celui dont bénéficiait alors la commission d’enquête internationale», affirme une source française proche de la famille Hariri. À cette époque, les hommes du général Ashraf Rifi, patron des FSI, cherchaient à bâtir leur propre service de renseignements, pour ne pas se laisser déborder par les services existants, proches des factions rivales, notamment du Hezbollah pro-iranien.
    Du matériel d’interception et de localisation d’écoutes sera livré aux FSI, par des sociétés privées françaises, après accord de l’État. Aux côtés d’autres équipements fournis eux par la CIA (en particulier, un précieux logiciel d’exploitation de données), ces outils vont notamment permettre aux enquêteurs de mettre au jour un réseau d’individus impliqués dans la préparation de l’attentat contre Hariri. Mais l’efficacité des limiers libanais finira par inquiéter leurs ennemis. En janvier 2008, le capitaine Wissam Eid, responsable des écoutes au sein des FSI, est tué, lorsque son convoi explose sur une bombe à Beyrouth.
    Ces grandes oreilles devaient théoriquement traquer les communications des «ennemis syriens, iraniens et de leurs alliés locaux», mais, comme souvent en matière de fourniture de systèmes d’écoutes, ceux-ci auront d’autres applications. Au printemps dernier, ils permettront à la Sécurité intérieure de démanteler le plus important réseau d’espions pro-israéliens au Liban. En quelques semaines, soixante-dix Libanais seront inculpés d’espionnage au profit d’Israël ; et une quarantaine de suspects placés en détention. La vague surprend par son ampleur. Juste avant des élections législatives, cruciales pour l’avenir du Liban, la pêche tombe à pic pour le camp pro-occidental, conduit par Saad Hariri, le fils de l’ancien premier ministre, qui remportera le scrutin de juin. Le général Rifi le confiera ensuite à un diplomate français : «On avait les noms des collabos dans nos dossiers depuis quelque temps, mais on attendait le bon moment pour les sortir.»
    Inutile de dire que ces livraisons de matériel sensible ont vivement mécontenté Israël. Publiquement, rien n’a transpiré. Mais en coulisses, l’État hébreu a exprimé son courroux aux autorités françaises. Après son revers de l’été 2006 face au Hezbollah, Tsahal commit l’erreur de recruter hâtivement au Liban-Sud, pour rattraper un lourd déficit en renseignements humains dans cette région. «Mais quand on met le paquet trop vite, il y a toujours des fuites, note un expert militaire français. Le Hezbollah s’en est rendu compte, et il a renforcé les contre-mesures.» Dans cette chasse très populaire aux espions pro-israéliens, la milice chiite ne sera pas en reste pour se faire épauler. En début d’année, les services de renseignements russes (FSB) dépêchèrent auprès du Hezbollah une équipe d’experts avec du matériel, selon plusieurs sources concordantes.
    En coulisses, les Israéliens accuseront même les FSI d’avoir livré des systèmes d’écoutes au Hezbollah. Faux, répond l’expert militaire, fin connaisseur du Liban. «Mais c’est vrai que la Sécurité intérieure a livré des collabos pro-israéliens au Hezbollah», ajoute-t-il. «C’est notamment le cas du colonel, qui commandait l’école des commandos de l’armée, un ancien de la milice chrétienne des Forces libanaises pendant la guerre civile. Le Hezbollah n’en a pas fait des tonnes. Il préfère garder le dossier qu’il ressortira le moment venu.» Contre ses ennemis intérieurs. Classique en matière d’espionnage."

-----------------------------------------------------------------------------------------------------
Turquie

- La Turquie répond à Israël qu'elle n'a "pas d'instructions à recevoir" (AFP)
http://lemonde.fr/proche-orient/article/2009/10/15/la-turquie-repond-a-israel-qu-elle-n-a-pas-d-instructions-a-recevoir_1254116_3218.html#ens_id=1253870
   "Le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a répondu, jeudi 15 octobre, aux critiques israéliennes sur la récente décision d'Ankara d'exclure Israël de manœuvres aériennes prévues en Turquie. "Je veux qu'on sache que la Turquie est un pays puissant, qui prend ses décisions lui-même. La Turquie n'a pas d'instructions à recevoir pour prendre des décisions", a affirmé M. Erdogan, peu avant d'effectuer une visite officielle à Bagdad.
    M. Erdogan a indiqué que la Turquie avait proposé un report des manœuvres ou leur tenue sans Israël, une décision qu'il a motivée par des considérations de politique intérieure. "Chaque pouvoir politique est obligé de tenir compte des demandes et de l'opinion de son peuple. (...) Je ne peux pas mettre de côté les demandes de mon peuple, c'est une question de sincérité", a-t-il déclaré. [...]"

- Israël réagit au feuilleton télévisé turc (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/10/israel-reagit-au-feuilleton-televise-turc/
   "[...] Le directeur adjoint du département Europe du ministère des Affaires étrangères, Naor Guileon, a convoqué jeudi après-midi la suppléante de l’ambassadeur turc en Israël pour lui faire part de son indignation. Au cours de la rencontre, Guileon a notamment déclaré que si Israël accordait une grande importance à ses relations avec la Turquie, il ne tolérerait pas pour autant ces provocations contre l’Etat juif et contre ses soldats. Il a souligné que ce genre de « publicités » risquait d’entraîner des attaques physiques contre des Juifs et des Israéliens.
    Commentant les effets que pouvait avoir ce type de séries télévisées, il a précisé que « cet enseignement de la haine, distillé à travers des stéréotypes, devait inquiéter tous ceux qui aspiraient à la paix et à la coexistence entre les Etats et les religions dans la région et dans le monde ». Et de préciser encore: « Cela est d’autant plus regrettable lorsqu’on sait que ces soldats, décrits comme des êtres assoiffés de sang, sont venus au secours des citoyens turcs à des moments particulièrement difficiles, après le tremblement de terre qui a secoué le pays en 1999. » [...]"

- Turquie: les producteurs assurent aimer Israël (JP) - je me demande pourquoi je suis sceptique :
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1255547728001&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Dans d'une interview pleine de contradictions, le producteur turc Saljuk Trubanulad a affirmé jeudi à la radio Reshet Bet que les soldats de sa série n'étaient pas israéliens. [...] Dans l'interview de jeudi, Trubanulad affirme : "toute notre équipe adore les Israéliens, c'est-à-dire que cette série n'est pas sur les soldats israéliens mais sur un groupe spécifique responsable de tous les meurtres. Nous aimons les Israéliens." Il a ajouté que le scénario s'inspirait de faits historiques : "Nous l'avons envoyé en Israël, ils l'ont vérifié"."

- Ayrılık 14. Bölüm 1. Kısım (Vidéo 11mn) - la fameuse série turque anti-israélienne : la scène de l'affreux soldat de Tsahal qui tue une petite fille est à 1mn53.
http://www.youtube.com/watch?v=M596Ga8-rmU&feature=player_embedded

- Un attentat anti-israélien déjoué en Turquie (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/10/un-attentat-anti-israelien-dejoue-en-turquie/
   "[...] des forces de l’ordre turques auraient arrêté simultanément dans 8 cantons 32 suspects liés au mouvement terroriste Al-Qaïda. L’agence de presse turque a annoncé: « Ils avaient l’intention de s’attaquer à des représentants d’Israël, des Etats-Unis et de l’Onu. »"

- La Turquie pourra-t-elle demeurer un médiateur crédible au Proche-Orient ?
Les chances que la Turquie serve de médiateur dans le conflit israélo-palestinien, s'amenuisent. Lors d'un débat mercredi au ministère israélien des Affaires étrangères, on a estimé que le nouveau tournant pris par Ankara dans sa politique étrangère réduit considérablement les chances qu'elle joue le rôle d'intermédiaire entre Israël et les Palestiniens ou entre Israël et la Syrie.
''Par ses actes, Ankara suscite de grandes interrogations sur son éventuelle adhésion à l'UE et justifie l'opposition du président français Nicolas Sarkozy et de la chancelière allemande Angela Merkel'', a déclaré un haut diplomate.

(Guysen.International.News / 2009-10-15 07:38:00 ISRAEL)

- Netanyahou déçu par la Turquie (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/10/netanyahou-decu-par-la-turquie/
   "Le Premier ministre Binyamin Netanyahou a déclaré à l’issue de sa rencontre avec le Premier ministre espagnol José Louis Rodriguez Zapatero qu’il était « déçu par l’incitation à la haine véhiculée à la télévision turque. » Au cours d’une conférence de presse commune avec Zapatero, Netanyahou a ajouté : « Israël n’est pas à l’aise avec ce qui se passe en Turquie en ce moment. Nous espérons que la Turquie veut la paix et le renforcement de nos relations, car il s’agit d’un pays important et nos relations avec ce dernier sont également importantes pour la paix. »"

-----------------------------------------------------------------------------------------------------
Iran

- Le Canard Enchaîné sème la rumeur en Israël (JP)
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1255547722339&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Israël se prépare à mener une attaque militaire en Iran après le mois de décembre, a annoncé Le Canard Enchaîné, mercredi. Selon le journal français, dont les informations ont été reprises par Israël Radio, Jérusalem a d'ores et déjà passé commande auprès d'une entreprise française d'alimentation pour soldats et a demandé à ses réservistes à l'étranger de regagner Israël.
    Le journal affirme également que, lors de sa récente visite en France, le chef d'état-major Gabi Ashkenazi a confié à son homologue français, Jean-Louis Georgelin, les intentions israéliennes d'envoyer en Iran des troupes d'élite chargées de mener des missions de terrain. Cela pourrait impliquer, toujours selon Le Canard Enchaîné, le sabotage d'installations nucléaires et l'assassinat de scientifiques iraniens. [...]"

- Alliance Pékin-Téhéran (JP)
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1255547725099&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a assuré au premier vice-président iranien, Mohammad Reza Rahimi, en visite à Pékin jeudi, que la Chine et l'Iran maintiendraient des échanges de haut niveau. "Les relations sino-iraniennes ont connu un développement rapide, les dirigeants des deux pays ont eu des échanges fréquents et la coopération commerciale et énergétique s'est élargie et approfondie", a affirmé Jiabao d'après l'agence de presse officielle Xinhua. Par conséquent, Pékin et Téhéran accentueront leur entente mutuelle, une coopération bilatérale pragmatique et coordonneront de près les affaires internationales, a assuré Jiabao à Rahimi. La Chine continuera aussi de jouer un rôle constructif dans la recherche d'une solution pacifique à la question du nucléaire iranien, a poursuivi Jiabao. [...]"

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------
USA

- On contourne le gel, Shimon Shiffe
r (Yediot Aharonot), pour mieux attaquer les "questions fondamentales" :
http://www.ambafrance-il.org/spip.php?article7147
   "Suite à l’échec des tentatives pour redémarrer les négociations israélo-palestiniennes et parvenir à des ententes sur le gel de la colonisation et des gestes de la part des pays arabes, le gouvernement Obama envisage de passer directement aux négociations sur l’accord permanent. Selon des responsables israéliens et européens qui ont été informés de cette nouvelle initiative, l’idée est d’inviter les deux parties à une session de pourparlers à Washington qui portera sur toutes les questions fondamentales au cœur du conflit israélo-palestinien : les frontières, le statut de Jérusalem, les réfugiés et les dispositifs de sécurité.
    Un responsable diplomatique affirme que des officiels américains mènent actuellement des contacts afin de mettre en place un cadre pour la reprise des négociations. Selon lui, il serait encore trop tôt pour « imprimer les invitations ». Yitzhak Molkho, émissaire spécial du Premier ministre Binyamin Netanyahu, se trouve à Washington pour débattre de ce nouveau cadre avec des officiels américains.
    Le cadre dans lequel se dérouleront les négociations devrait être présenté lors d’une déclaration que le président Obama fera après réception du rapport de la secrétaire d’Etat, Hillary Clinton, sur les résultats de la mission de George Mitchell et ses propositions quant aux moyens de faire avancer le processus de paix. A Washington on estime que Mme Clinton reprochera aux deux parties, à Israël comme aux Palestiniens, le fait que les conditions pour la reprise des négociations ne sont toujours pas réunies. L’ambassade d’Israël à Washington essaie d’ores et déjà de mobiliser les « amis d’Israël » pour que ceux-ci influent sur le rapport Clinton."

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Europe

- Will EU Penalize Exports from Israeli Settlements?, Christoph Schult (Der Spiegel) - la justice européenne devra trancher sur le statut de Maale Adumim (plus de 30 000 habitants, un des "grands blocs" destinés à se situer du côté israélien de la frontière selon l'Initiative de Genève). Considérer qu'il ne s'agit pas d'une ville israélienne serait un engagement clair du côté du radicalisme palestinien, et contre les initiatives de paix même les plus à gauche de l'échiquier israélien. En Allemagne comme ailleurs, ce sont les Verts qui sont en pointe dans la politique anti-israélienne.
http://www.spiegel.de/international/world/0,1518,636019,00.html
Traduction :
http://www.europalestine.com/spip.php?article4435
   "[...] La vraie question est donc : Ma’ale Adumim [http://fr.wikipedia.org/wiki/Ma%27ale_Adummim] fait-elle partie d’Israël ? [...] Le tribunal de Hambourg a pris contact avec la Cour européenne de Justice pour obtenir une « décision préliminaire » qui réglerait la question d’une manière contraignante pour les 27 Etats membres de l’Union européenne. On s’attend à ce que la décision soit rendue dans les prochains mois. Si la Cour décide que des droits de douane peuvent être prélevés, cela équivaudra à une décision contre la politique coloniale d’Israël. La question délicate qui est posée : l’Allemagne et l’UE doivent-elles accepter la façon dont Israël traite les territoires occupés, ou doivent-elles utiliser leur arme la plus décisive : les sanctions économiques. Un dossier « fortement explosif ».
    Formellement, les juges sont appelés à rendre une décision sur une somme de 19 155,46 €. Brita GmbH, une société allemande, a importé des appareils à gazéifier l’eau et du sirop qui viennent de Ma’ale Adumim. La société a également classé ces marchandises comme des produits « fabriqués en Israël » et prétendu qu’ils devaient dès lors être exonérés de droits de douane.
    Mais le bureau principal des douanes sur le port de Hambourg n’a pas voulu poursuivre cette politique. Les agents douaniers allemands ont contacté leurs homologues israéliens pour savoir où exactement avaient été fabriqués ces produits. Quand la réponse est arrivée, elle disait qu’ils avaient été fabriqués dans une zone « sous administration des douanes israéliennes ». Quand les agents de Hambourg ont répondu en demandant si les produits avaient été fabriqués dans des colonies israéliennes, ils n’ont eu aucune réponse. Alors, les Allemands ont prélevé un droit sur les marchandises. Et Brita a déposé plainte contre cette décision.
    L’affaire est venue rapidement devant la Commission européenne qui a voulu se saisir de ce différend juridique avec Soda-Club pour faire un exemple à propos d’Israël. Dans une note interne, elle a sollicité le « soutien » des Etats membres de l’Union européenne. Le ministre allemand des Affaires étrangères suit ce « dossier hautement explosif » avec quelque intérêt, et même une certaine sympathie. [...]
    La situation a incité le gouvernement britannique à exhorter les 26 autres Etats de l’UE à s’entendre sur une procédure qui permettrait aux consommateurs de savoir d’où provenaient exactement les marchandises israéliennes. Cette proposition inquiète de nombreux Israéliens. Cela veut-il dire que bientôt, les gouvernements de l’Europe vont dire à leurs consommateurs : « N’achetez pas chez les juifs » ?
    Etant donné l’histoire du pays, on comprend que ce soit une question très sensible en Allemagne. Cela rend d’autant plus surprenant le fait que le gouvernement allemand ait été disposé à commenter publiquement le dossier Soda-Club. En réponse à une question d’un parlementaire de l’opposition, du parti des Verts, le gouvernement a déclaré qu’il ne pouvait y avoir aucune dispense des droits de douane pour des « marchandises venant de territoires occupés ». [...]"

- Zapatero: Il n’y a pas d’antisémitisme en Espagne, Claire Dana-Picard (Arouts 7) - "sa famille était d’origine juive, descendant sans doute des Marranes".
http://www.actu.co.il/2009/10/zapatero-il-ny-a-pas-dantisemitisme-en-espagne/
   "[...] Lors de son séjour dans la région [du Proche-Orient], José Luis Zapatero s’entretiendra avec les dirigeants israéliens et rencontrera également les responsables de l’Autorité palestinienne. Avant d’entreprendre ce voyage, Zapatero a accordé une interview au quotidien Maariv dans le Palais de la Moncloa, siège principal de la présidence du gouvernement espagnol. Au cours de l’entretien, il a assuré que « l’Espagne était l’alliée d’Israël » et que lorsqu’elle émettait des critiques, il fallait les considérer comme « amicales ».
    L’Espagne a fait dernièrement plusieurs gestes pour montrer sa volonté de renouer avec Israël. Elle a notamment renoncé à des poursuites judiciaires contre des personnalités israéliennes « impliquées dans l’élimination du terroriste Salah Shehadeh » et a dénoncé l’interview publiée par le journal El Mundo du négationniste notoire David Irving. Au cours de l’interview, Zapatero a estimé qu’il fallait « prendre en considération le rapport Goldstone » [...] mais il a ajouté que « la réponse à donner devait être sensée et réfléchie ». En outre, pour Zapatero, ce rapport ne doit en aucun cas faire obstacle aux négociations. Et de préciser: « Je sais que c’est un sujet très sensible en Israël et nous devons faire preuve d’une grande précaution lorsque nous l’abordons ».
    La Ligue anti-diffamation a indiqué dernièrement qu’on assistait en Espagne à une recrudescence de l’antisémitisme mais Zapatero dément formellement cette estimation: « Il n’y a pas d’antisémitisme dans ce pays, sous quelque forme que ce soit. La preuve en est qu’aucun acte antisémite n’est signalé en Espagne. L’antisémitisme régnait sous la dictature de Franco ». Zapatero a encore évoqué la crise économique mondiale et a même révélé que sa famille était d’origine juive, descendant sans doute des Marranes."

- Le Parlement espagnol limite la portée du principe de juridiction universelle (AP)
http://fr.news.yahoo.com/3/20091015/twl-espagne-parlement-justice-1be00ca.html
   "Le Parlement espagnol a définitivement approuvé jeudi une réduction du mandat du principe de juridiction universelle, qui permet aux magistrats espagnols d'engager des poursuites contre des personnes étrangères pour certains crimes particulièrement graves commis dans d'autres pays. Cette réforme de la loi avait été votée par la chambre basse du Parlement en juin, et ensuite par le Sénat après de légers amendements, qui ont été définitivement adoptés jeudi par la chambre basse par 317 voix pour, cinq contres et trois abstentions. Fait rare, les députés socialistes et les conservateurs (opposition) s'étaient alliés pour faire voter ce texte.
    En vertu de la nouvelle loi, les magistrats espagnols ne pourront plus engager de poursuites dans le cadre de la juridiction universelle que lorsque des Espagnols seront victimes dans les affaires concernées ou lorsque les auteurs présumés des faits se trouveront en Espagne. [...]"

- L’inquiétude des Juifs belges (CRIF) - « la communauté juive a été sacrifiée sur l’autel de l’électoralisme ».
http://www.crif.org/?page=articles_display/detail&aid=16828&returnto=accueil/main&artyd=2
   "Joël Rubinfeld, le président du « CRIF belge », accompagné de Henri Benkovski et de Isaac Franco, membres du comité directeur du CCOJB a décrit l’antisémitisme au quotidien : insultes, agressions… Il y a quelques années, le président du CCOJB avait défié un ancien ministre des affaires étrangères : « Essayez de vous promener à pied avec une kippa, rue Neuve », la grande rue piétonne et commerciale au centre de Bruxelles.
    Proche de la loi Gayssot, la loi Moureaux  votée en 1981 n’est (presque) jamais appliquée. A quoi bon aller porter plainte, puisque les poursuites sont rarement mises en œuvre ? Pire, l’ancien ministre Philippe Moureaux, aujourd’hui vice-président du Parti socialiste et bourgmestre de Molenbeek  a dérapé dans un entretien accordé le 2 octobre à l’hebdomadaire Le Vif/L’Express, à la suite d’émeutes dans sa commune : « A 20 ans, quand j’étais marxiste, je n’étais pas un grand partisan du droit à la différence. J’ai évolué. Et ce qui m’a fait basculer, ce sont précisément les conversations que j’ai eues avec des représentants de la communauté juive. Cela m’attriste, aujourd’hui, de les voir refuser ce droit à la différence pour les musulmans. »
    Joël Rubinfeld a réagi à ces propos : « J’avoue ne pas comprendre le sens des propos de Philippe Moureaux quand il parle de droit à la différence que les juifs refuseraient aux musulmans. Quel est donc ce droit dont les juifs auraient joui ? De quels privilèges auraient-ils bénéficié dont ils priveraient leurs concitoyens musulmans ? Et qui parmi les représentants  de la communauté juive auraient refusé ce prétendu droit à la différence à la communauté musulmane de notre pays ? »
    « Que retenir alors des allusions du bourgmestre de Molenbeek, sinon qu’elles semblent rejeter sur les juifs le bilan désastreux de la politique d’intégration qu’il a menée dans sa commune, et instiller dans l’esprit de nos compatriotes musulmans l’idée perfide que les juifs seraient leurs adversaires sur la voie d’une bonne intégration, dressant ainsi une communauté contre une autre. »
    Le président du CCOJB pointe également la manifestation pro-palestinienne organisée le 11 janvier 2009 à Bruxelles. 80 000 personnes ont défilé et on a entendu « Morts aux juifs ». Aucun des trois partis démocratiques qui avaient appelé à ce défilé n’a réagi ni présenté des excuses. Joël Rubinfeld constate que la « communauté juive a été sacrifiée sur l’autel de l’électoralisme »."

- Boycott dans un supermarché de Londres (vidéo CAPJPO 1mn29) - des antisionémites britanniques, ça nous change un peu :
http://www.europalestine.com/spip.php?article4432

- Le prix Nobel, on s'en fiche, Anne Applebaum (Slate.fr) - "Le problème est que les Norvégiens, se trouvant à l'écart des grandes affaires européennes, sont plus sujets à l'excentricité" ; "la dernière fois que je m'y suis rendue, j'ai eu une altercation avec un autochtone sur le fait de savoir qui était le plus maléfique des États-Unis ou de la Corée-du-Nord".
http://www.slate.fr/story/11651/obama-nobel-paix-2009-jury-opinion
   "Pourquoi lui? L'a-t-il mérité ? Aurait-il dû le refuser ? Qui y aurait eu plus droit ? Qu'en a-t-il dit ? Le Nobel de la paix décerné à Barack Obama a beaucoup suscité beaucoup d'interrogations. Il y a pourtant une question plus pertinente à se poser : finalement, qu'est-ce qu'on en a à faire ?
    Quand on y pense, le comité Nobel de la paix ne comprend que cinq Norvégiens, élus par le parlement de leur pays. Dans son testament, Alfred Nobel, roi suédois de la dynamite et inventeur de l'institution qui porte son nom, avait précisé qu'il tenait à ce que ce soit des Norvégiens qui désignent les lauréats car, se trouvant à l'écart des grandes affaires européennes, ils seraient moins soumis à la corruption politique.
    Le problème est que les Norvégiens, se trouvant à l'écart des grandes affaires européennes, sont plus sujets à l'excentricité. La Norvège est un pays magnifique, qui offre à ses habitants des conditions de vie parmi les meilleures du monde, grâce à une faible densité de population et à de confortables réserves de gaz et de pétrole. Mais la dernière fois que je m'y suis rendue, j'ai eu une altercation avec un autochtone sur le fait de savoir qui était le plus maléfique des États-Unis ou de la Corée-du-Nord. C'était il y a quelques années, quand la terreur bushienne atteignait son apogée, et je vous laisse deviner, avec cet indice, dans quel camp se situait mon contradicteur. [...]
    Je trouve très bien que l'on puisse accorder aléatoirement un petit magot à des écrivains, chimistes, physiciens, voire activistes de la paix besogneux, surtout s'ils ne sont pas déjà riches et célèbres. Pourquoi pas, du moment qu'on ne prend pas les décisions de cinq Scandinaves trop au sérieux."

------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Les morts dont le monde se fout

- Un massacre de civils imputé à l'armée congolaise (Reuters) - Plus de 1000 civils tués depuis le printemps dernier :
http://fr.news.yahoo.com/4/20091015/twl-rdc-massacre-bd5ae06.html
   "Des soldats congolais ont massacré au moins 50 réfugiés rwandais en marge d'opérations appuyées par les casques bleus de l'Onu contre des rebelles implantés dans l'est de la République démocratique du Congo, selon le rapport diffusé jeudi par un enquêteur des Nations unies. D'après Philip Alston, rapporteur spécial de l'Onu sur les exécutions extrajudiciaires, ce massacre s'est produit le 27 avril dernier près de Shalio, un village de la province du Sud-Kivu.
    Des soldats, pour la plupart d'anciens rebelles tutsis congolais intégrés dans les forces armées de RDC, sont entrés dans un camp qui, poursuit-il, "était largement occupé par des femmes, des enfants et des vieillards" et "ont mené une tentative délibérée d'en éliminer tous les occupants". Ce massacre s'est produit en marge de l'offensive lancée en janvier contre les rebelles rwandais établis dans l'est de l'ex-Zaïre. "Cinquante personnes au moins ont été tuées. Une quarantaine de femmes ont été enlevées et violées. Certaines d'entre elles ne sont pas réapparues depuis", a ajouté Alston. [...]
    Depuis le déclenchement de l'offensive, approuvée par le Conseil de sécurité de l'Onu comme un moyen d'en finir avec les causes profondes de l'instabilité dans l'Est, on estime que plus de 1.000 civils ont été tués et que plus de 7.000 femmes et enfants ont été violés. Les violences ont également déplacé 900.000 habitants de la région."
Repost 0
Published by Occam - dans Novembre 2009
commenter cet article

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages