Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 11:13

Dry-Bones---Another-Blood-Libel.gif

 - Another Blood Libel (2004) (Dry Bones)

http://drybonesblog.blogspot.fr/2012/12/another-blood-libel-2004.html
   "Today's cartoon is from 2004, eight years ago at the time of this writing. Now they're digging up the body."

Repost 0
Published by Occam - dans Octobre 2013
commenter cet article
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 11:12
France

- Hollande assure Netanyahou de "toute sa fermeté" à l'égard de l'Iran (AFP)
http://www.lepoint.fr/monde/hollande-assure-netanyahou-de-toute-sa-fermete-a-l-egard-de-l-iran-11-10-2013-1743146_24.php
   "François Hollande a assuré vendredi le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou "de toute sa fermeté" à l'égard de l'Iran, concernant notamment le programme nucléaire de ce pays, a indiqué l'Élysée. Lors d'un entretien téléphonique avec Benyamin Netanyahou, le président de la République a souligné que la France attendait que la ligne modérée du nouveau président Hassan Rohani se traduise "dans les actes", a-t-on ajouté de même source. [...]"


Israël

- Tiny Israel a Nobel heavyweight, especially in chemistry, Haviv Rettig Gur (Times of Israel) - "Latest Israeli laureates, Arieh Warshel and Michael Levitt, are the fifth and sixth winners of the chemistry prize in under a decade".
http://www.timesofisrael.com/tiny-israel-a-nobel-heavyweight-especially-in-chemistry/


Gaza & Hamas

- Two rockets shot from Gaza last [tuesday] night (Elder of Ziyon) - "Even though there is a "cease fire," rocket attacks like this are barely reported even in Israeli media, and certainly not noticed by the international media".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/10/two-rockets-shot-from-gaza-last-night.html

- In Gaza, Hamas feels the squeeze, Avi Issacharoff (Times of Israel) - "Although Israel has boosted supplies, Egypt’s crackdown on smuggling tunnels has raised prices in the Strip, angered residents, and cost the Islamist government a fortune. It’s still training terrorists, though".
http://www.timesofisrael.com/in-gaza-hamas-feels-the-squeeze/


Judée-Samarie

- Cisjordanie : un Israélien tué et sa femme blessée dans une attaque (AFP) - "le couple était seul chez lui, aux environs de 01H00 locales (22H00 GMT) lorsqu'il a entendu un bruit à l'extérieur, ainsi des aboiements. L'homme, un colonel de l'armée à la retraite, est alors sorti pour voir ce qui se passait et a été attaqué avec des barres de fer. Sa femme a également été frappée, mais a pu s'échapper et donner l'alarme".
http://fr.news.yahoo.com/cisjordanie-isra%C3%A9lien-tu%C3%A9-femme-bless%C3%A9e-attaque-070813374.html
   "[...] "C'était un crime violent", a déclaré à la radio publique un élu local, David Elheini, venu sur place peu après l'attaque. "Pour l'instant, la théorie admise est qu'il s'agit d'une attaque nationaliste (palestinienne), dont le but était le meurtre", a-t-il dit, ajoutant que les assaillants "ont pourchassé la femme en criant 'où est-elle' en arabe".
    Il y a moins d'une semaine, une fillette de neuf ans a été légèrement blessée alors qu'elle jouait dans son jardin [légèrement blessée ?? Comme d'habitude, la version de Reuters est nettement plus proche des faits : "Une fillette israélienne âgée de neuf ans a été grièvement blessée par balle la semaine dernière lors d'une attaque attribuée par la police à des militants palestiniens"] [...] Le 22 septembre, un soldat israélien a été tué à Hébron, dans le sud de la Cisjordanie, dans ce que l'armée a présenté comme une attaque de snipers palestiniens. Un jour auparavant, le corps d'un soldat a été retrouvé près de la ville de Qalqiliya, en Cisjordanie. Un Palestinien aurait reconnu les faits, mais ses motifs et les circonstances du meurtre restent flous.
    Le vice-ministre de la Défense, Danny Danon, a estimé que ces actes résultaient de qu'il considère comme des "incitations" des responsables palestiniens à la violence contre les Israéliens. Il a remis en question la poursuite des négociations de paix en cours entre Israéliens et Palestiniens, et la libération de prisonniers palestiniens, dans le cadre de ces pourparlers. "Je crois qu'on peut s'interroger sur la poursuite des négociations, et la poursuite des libérations de prisonniers", a-t-il déclaré à la radio. "S"il faut les suspendre pour quelques mois, pour combattre le terrorisme et arrêter les incitations, alors c'est ce que nous devons faire", a-t-il ajouté."
- Terror in the West Bank: Israeli reserves colonel murdered outside his Jordan Valley home, Chaim Levinson (Haaretz) - "The woman said they were woken by strange noises from outside. Upon leaving the house to investigate, they were attacked by Palestinians wielding iron rods and an ax. [...] The IDF, Police and Magen David Adom scrambled to the scene and pronounced the man, in his fifties, dead. [...] Preliminary investigation indicates that the crime was a terror attack".
http://www.haaretz.com/news/middle-east/1.551845
- Security forces arrest 5 Palestinians in murder of Israeli in West Bank (JP)
http://www.jpost.com/Defense/Security-forces-arrest-5-Palestinians-in-murder-of-Israeli-in-West-Bank-328492
- Minister Ariel calls for halt of peace talks after West Bank attack (JP) - "Ariel reportedly viewed the killing of Sariya Ofer as a terrorist attack, saying "This murder requires a diplomatic response that includes the suspension of talks [with the Palestinians], halting the release of terrorists and [changing] attitudes toward settlements". In light of Ofer's murder, the minister vowed to "populate the area and turn it into a flourishing settlement in the Jordan Valley"."
http://www.jpost.com/Diplomacy-and-Politics/Housing-minister-Ariel-vows-Jordan-Valley-settlement-will-flourish-after-murder-of-Israeli-328498

- A new kind of terrorism, Avi Issacharoff (Times of Israel) - "The killing of Seraiah Ofer marks the fourth time in a month that Israelis have been targeted by alleged Palestinian terrorists in apparent sporadic, improvised attacks".
http://www.timesofisrael.com/a-new-kind-of-terrorism/
- Dangerous slope in West Bank, Ron Ben-Yishai (Ynet) - "Terrorist attacks, murder prove that conditions on ground can lead to major eruption of popular terrorism, yet this is not a ‘lite intifada’."
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4439443,00.html
- Attacks in the West Bank: Signs of a brewing intifada?, Amos Harel (Haaretz) - "The deadly incidents of the past month may not share the same characteristics that defined past violent flare-ups, but Israel and the Palestinian Authority have to make parallel efforts to contain the unrest or risk a broader conflagration".
http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/.premium-1.551954

- Palestinian cars torched, mosque vandalized in West Bank, Adiv Sterman (Times of Israel) - "Police suspect Jewish extremists may have carried out ‘price tag’ attack in response to outpost evacuation".
http://www.timesofisrael.com/palestinian-cars-torched-mosque-vandalized-in-west-bank/


"Processus de paix"

- PLO official: Palestinians 'seriously considering' declaring failure of peace talks, Khaled Abu Toameh (JP)
http://www.jpost.com/Middle-East/PLO-official-Palestinians-seriously-considering-to-declare-failure-of-peace-talks-328273
   "The Palestinians are seriously considering declaring the failure of the peace talks with Israel, a senior PLO official said Wednesday. Hanna Amireh, a member of the PLO Executive Committee, said that this was one of the scenarios that were discussed during the last meeting of the Palestinian leadership. Amireh accused Israel of seeking to “win time” and blame the Palestinians for the failure of the US-sponsored talks. Israel, he said, is benefiting from the prolonged negotiations in order to “impose more facts on the ground and dictate the outcome of the talks.” [...]"

- Fatah Spokesman Reiterates Refusal to Recognize Israel as Jewish State, Zach Pontz (Algemeiner) - "“This is the language of acquiescence and we won’t recognize Israel as a Jewish state,” Fatah spokesman Ahmed Assaf was quoted as saying".
http://www.algemeiner.com/2013/10/09/fatah-spokesman-reiterates-refusal-to-recognize-israel-as-jewish-state/

- Fatah Official: Israel Should be ‘Removed’ From Region if Peace Agreement Not Reached, Zach Pontz (Algemeiner)
http://www.algemeiner.com/2013/10/10/fatah-official-israel-should-be-removed-from-region-if-peace-agreement-not-reached/
   "In an interview with i24 News, Fatah official Jibril Rajoub said that if Israel doesn’t reach a  peace agreement with the Palestinians it should be “removed” from the region. “Peace is not a Palestinian interest, it’s an international interest, and the interest of the world is to put an end to this struggle. I think it’s also an Israeli interest – Israelis should decide whether they are part of the Middle East or an alien body. If Israel is an alien body it should be removed,” he said. [...]"

- Abbas says "No peace without Jerusalem as capital of Palestine" (Elder of Ziyon) - "I have yet to see a single journalist, columnist or politician ask him the simple question, "Why?""
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/10/abbas-says-no-peace-without-jerusalem.html
   "The PA's official WAFA news agency writes that Mahmoud Abbas has stated "I will not compromise on the 1967 borders as the border for our Palestinian state, there is no peace without Jerusalem as its capital."
    I have yet to see a single journalist, columnist or politician ask him the simple question, "Why?" Why is this a pre-requisite for peace? Why is a city that was ignored by Arabs for centuries suddenly so critical that peace is held hostage to it? Why, practically, can Ramallah not serve as a capital of a state, which it is effectively doing now?
    The Jews accepted, reluctantly, the 1947 partition plan where Jerusalem was to be an international city. They didn't want to lose Jerusalem, but it was more important to have a land that Jews could flee to when they are persecuted, and it was promised (ha!) that Jerusalem would still have open access to all. They were people who were desperate to achieve their national aspirations and were willing to sacrifice, very dearly, their very souls for the chance.
    Palestinian Arabs, on the other hand, don't seem to be very desperate. There is no sense of urgency for their supposed aspirations for a state. Instead of reluctantly accepting compromises that would lead to a state, they pile on ultimatum after ultimatum, threat after threat, if their maximal demands aren't met. [...]"

- Palestinians mull appeal to UNSC over 'serious Israeli violations in Temple Mount', Jack Khoury (Haaretz) - "President Mahmoud Abbas claimed Netanyahu's insistence that Palestinians recognize Israel as a Jewish state indicated that the Israeli PM wasn't interested in reaching a peace treaty".
http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/.premium-1.551935


Egypte

- Egyptian TV Host: Our Enemy Is Israel for All Eternity (Channel 1, 5 octobre, Vidéo 1mn23) - "This is what I teach my son and what he will teach his son".
http://www.memritv.org/clip/en/4006.htm
    - Khaled Al-Abraq: "[In the 1973 war], the Israeli Jews slashed open our soldiers' bellies, chopped them to pieces, and ran them over with tanks. Gentlemen, our external enemy will forever be Israel, and our internal enemy will be ignorance. They may try to invent other enemies for us, but the real enemy will remain [Israel]. Never will they approve of you…
    They always taught us at school that our enemy is Israel. I don't know who they say is our enemy in today's schools. They pick a different enemy every couple of days. I am astonished to hear people say that we will not allow anyone to attack Egypt… I thought that they were talking about Israel, but they were talking about Hamas!
    Gentlemen, your enemy is Israel. Your enemy is Israel. Your enemy is Israel for all eternity. That's what it is. [Israel] is an enemy. This is what I teach my son and what he will teach his son."


- Israël s'inquiète de la suspension de l'aide militaire américaine à l'Egypte (Le Monde.fr) - "le ministre de la défense intérieure du territoire, Gilad Erdan, a indiqué qu'Israël était "troublé" par cette décision et espéré qu'elle n'aurait pas d'incidence sur l'accord de paix et les relations entre les deux pays".
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2013/10/10/israel-s-inquiete-de-la-suspension-de-l-aide-militaire-americaine-a-l-egypte_3493466_3212.html
   "La menace d'une suspension de l'aide américaine à l'Egypte était agitée par Washington depuis le 3 juillet. L'éviction par l'armée de Mohamed Morsi, premier président démocratiquement élu et issu des Frères musulmans, avait mis les Etats-Unis face à un dilemme. Pressée depuis plusieurs mois par certains membres du Congrès, l'administration Obama a finalement annoncé, jeudi 10 octobre, un "recalibrage" de son aide. Jouant l'apaisement, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a toutefois nié toute rupture avec Le Caire, promettant que les Etats-Unis reprendront leur aide lorsque les droits de l'homme et les règles démocratiques seraient mieux respectés. Cette mesure de rétorsion intervient au lendemain de l'annonce de l'ouverture, le 4 novembre, du procès de Mohamed Morsi et de plusieurs autres responsables de la confrérie.
    Jusqu'à présent, l'administration Obama s'était bien gardée de mesures d'envergure contre l'un de ses alliés stratégiques au Moyen-Orient. Elle n'a ainsi jamais qualifié le renversement de M. Morsi de "coup d'Etat" — ce qui les aurait légalement contraint à mettre fin à leur aide—, et s'en était tenue à condamner une répression "lamentable", à réclamer la levée de l'état d'urgence et des élections démocratiques en 2014. A la mi-août, Washington avait toutefois annulé des exercices militaires conjoints avec l'Egypte et reporté la livraison de quatre avions de combat F-16 à l'armée égyptienne.
    Depuis la signature du traité de paix entre l'Egypte et Israël en mars 1979, les Etats-Unis versent aux deux pays une aide militaire conséquente pour soutenir la stabilité régionale. L'Egypte est ainsi le deuxième bénéficiaire de l'aide américaine après Israël. Depuis 1985, l'aide versée au Caire s'établit aux environs de 1,3 milliard de dollars (974 millions d'euros) par an, auxquels s'ajoutent une aide économique. L'enveloppe américaine couvre près de 80 % des dépenses d'équipement de l'armée égyptienne, selon le Service de recherche du Congrès américain (CRS). L'aide économique s'établit désormais à 250 millions de dollars.
    Washington a ainsi décidé de geler sa fourniture de gros matériels "militaires et son assistance financière au gouvernement en attendant des progrès crédibles vers un gouvernement civil démocratiquement élu", a indiqué la porte-parole du département d'Etat, Jennifer Psaki, dans un communiqué. Ce gel se traduira par la suspension de la livraison d'hélicoptères Apache, de missiles Harpoon et de pièces pour des chars d'assaut A1/M1, ont précisé des responsables américains. Ce gel n'a pas vocation a être permanent, ont-ils ajouté, sans donner de chiffres précis sur le montant de l'aide gelée, se contentant de souligner que ces armements valaient "des centaines de millions de dollars". "Cela fait des mois que rien n'a été livré", a précisé un responsable.
    Le soutien aux activités antiterroristes du Caire est en revanche maintenu, tout comme l'aide à la lutte contre la prolifération des armes non conventionnelles et à la sécurité du Sinaï. La formation d'officiers égyptiens aux Etats-Unis se poursuivra également.
    Au Caire, l'annonce a été pointée comme une "mauvaise décision" par Badr Abdelatty, le porte-parole du ministère des affaires étrangères. "L'Egypte ne cédera pas à la pression américaine, et continuera son chemin vers la démocratie, tel qu'il est prévu par la feuille de route", a-t-il assuré. Dans un autre communiqué, il ajoute que l'attitude des Etats-Unis "pose de graves questions sur (leur) volonté d'apporter une aide stratégique stable à la sécurité de l'Egypte".
    L'inquiétude est tout aussi grande chez le voisin israélien. S'exprimant sur la radio de l'armée israélienne, le ministre de la défense intérieure du territoire, Gilad Erdan, a indiqué qu'Israël était "troublé" par cette décision et espéré qu'elle n'aurait pas d'incidence sur l'accord de paix et les relations entre les deux pays. "J'espère que cette décision des Etats-Unis sera sans effet et ne sera pas interprétée comme quelque chose qui devrait avoir un effet", a-t-il déclaré. Cette aide est considérée par Israël comme une partie intégrante de l'accord de paix de 1979.
    La coopération militaire et politique bilatérale est au beau fixe, a assuré le ministre, affirmant qu'"un contact constant" était maintenu. Depuis la chute du président Hosni Moubarak, en février 2011 et avec la détérioration de la situation sécuritaire en Egypte, cette coopération militaire entre Israël et le Caire s'est renforcée. Ce, notamment, dans la lutte que mènent les deux pays contre les groupes djihadistes actifs dans la péninsule du Sinaï, près de la frontière israélienne."


Syrie

- IDF destroys Syrian cannon that fired mortars on Golan, Yoav Zitun (Ynet) - "Tamuz missile hits cannon which fired two mortars at Golan Heights earlier in the day".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4438774,00.html

- Where Is the Flotilla for Syria?, Ron Prosor (Israel's ambassador to the United Nations) - "Assad's war has claimed four times as many victims in 20 months as have been killed in the Israel-Palestine conflict in the last 20 years".
http://online.wsj.com/article/SB10000872396390443759504577631070927821022.html
   "Last month, a group of Scandinavians pulled up anchor from a Swedish port and set off toward the Middle East under the pretense of delivering humanitarian aid. The Nordic fog may have clouded their choice of destination. The moral compass of these self-proclaimed human-rights activists steered them to the Gaza Strip, not Syria.
    The fleets of flotillas, ferries, yachts, sailboats, canoes and catamarans and that have set sail for Gaza in recent years rival the size of the Spanish Armada. Yet one might argue that humanitarian flotillas are needed just a bit more urgently in Syria, where more civilians have been murdered by the Assad regime than those killed during Japan's 2011 earthquake and tsunami, Hurricane Katrina, and 9/11 combined.
    The conflict in Syria has also claimed roughly four times as many victims in the past 20 months as were killed in the Israeli-Palestinian conflict over the past 20 years. The residents of Gaza continue to enjoy more international assistance than virtually any other population on the planet, but almost no aid is reaching the two million people displaced within Syria—roughly 10% of the country's population.
    The flotilla crowd has different priorities. They prefer to work around the clock to protest Israel's legitimate defense against the terrorists who target its citizens and fire thousands of rockets into its cities. Perhaps we shouldn't be surprised: It's much easier to face news cameras in Tel Aviv than bullets in Damascus.
    Indeed, Israel is the luxury destination of choice for this type of "human-rights activist." In Israel, these weekend revolutionaries are free from the dangers of arbitrary arrest, imprisonment and execution that abound in the totalitarian states that make up the rest of the region. Instead of trying to dig into the dark abyss of abuses in neighboring states, they prefer to lounge in the comfort of Israel's democratic institutions, civil society and independent media, which offer a wealth of easily accessible information that they use to attack Israel.
    The burden of democracy is always heavy, and Israel is proud to carry it. With more reporters and human-rights activists per capita than anywhere else on the planet, we understand deeply the invaluable role of civil society, even though its institutions can sometimes be used and abused by those with the most radical of agendas.
    Today much of the international human-rights arena resembles a masquerade ball, where the most extreme views can be easily masked beneath the empty utterance of words like "democracy" and "human rights." Norwegian scholar Johan Galtung, the leader of the Scandinavian ship to Gaza, was recently suspended from the Swiss World Peace Academy for a series of anti-Semitic rants. He recommended that all university students read "The Protocols of the Elders of Zion," the infamous piece of 19th-century propaganda used in Nazi classrooms.
    Far from criticizing the tyrants of the Middle East, the flotilla crowd often joins hands with them. Just this May, the British activist group Viva Palestina enjoyed the hospitality of Bashar Assad, making a pit stop in Syria on its way to trying to enter Gaza. Around the same time that Assad's thugs were gearing up for their massacre of children in Houla, members of Viva Palestina were proudly tweeting their whereabouts and posting photos on Facebook of themselves next to the regime's representatives.
    Instead of dancing with dictators and tangoing with tyrants, what if the flotilla crowd actually set sail in the direction where aid is so desperately needed?"


Iran

- Despite Rouhani's diplomacy, chants of 'Death to America' continue in Iran (Reuters) - "conservative hardliners in the Islamic Republic's complex political establishment have picked up on reservations expressed by Khamenei and begun a rearguard campaign to put the brakes on Rouhani's diplomatic opening".
http://www.jpost.com/Iranian-Threat/News/Despite-Rouhanis-diplomacy-chants-of-Death-to-America-continue-in-Iran-328510
- 'Death to America' chants challenge Iran president's diplomacy (Reuters) - "Rohani calls for dialogue with West face staunch opposition from hardliners back home. 'America is the great Satan,' insists Tehran Friday prayer leader".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4439471,00.html

- Entretien avec Benyamin Nétanyahou, par Laurent Zecchini (Le Monde) - "L'Iran est le pays qui arme le Hezbollah et le Hamas, lesquels ont lancé des milliers de roquettes contre Israël. C'est l'Iran qui doit changer ses relations avec Israël. Nous en serions ravis, parce que, historiquement, les peuples perse et juif ont eu d'excellentes relations".
http://www.lemonde.fr/international/article/2013/10/11/l-iran-veut-developper-200-bombes-nucleaires_3493982_3210.html
   "- Laurent Zecchini : Alors qu'Américains et Européens semblent prêts à des concessions, Israël veut le démantèlement complet du programme nucléaire iranien. Êtes-vous préoccupé par un accroissement des divergences sur cette question ?
    - Benyamin Nétanyahou : J'espère que les Américains et les Européens vont s'en tenir aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, qu'ils ont eux-mêmes approuvées, lesquelles disent "pas de capacité d'enrichissement pour l'Iran". Pourquoi l'Iran aurait-il besoin d'enrichir de l'uranium ? Les Iraniens disent qu'ils veulent un programme nucléaire civil. En soi, c'est déjà une demande bizarre, parce qu'ils ont suffisamment de gaz et de pétrole pour plusieurs générations, mais admettons : pourquoi veulent-ils ajouter à cette demande d'un programme civil, une capacité d'enrichissement ? Il y a 17 pays à travers le monde qui ont un programme nucléaire civil, dont la Suisse, la Suède, l'Espagne, la Hongrie et la République tchèque, et aucun n'a de capacité d'enrichissement. La seule raison pour laquelle l'Iran insiste pour avoir cette capacité, ainsi qu'un réacteur au plutonium, c'est pour produire des armes nucléaires. Donc je crois que la position de départ du groupe P5 + 1 qui est de dire que l'Iran ne doit plus avoir cette capacité d'enrichissement, est exacte : sans celle-ci, Téhéran n'aura plus la capacité de produire des armes nucléaires.
    - Vous craignez qu'Israël soit la cible de telles armes ?
    - Nous sommes la première cible, mais pas la seule. Ils n'essaient pas de développer une ou deux bombes nucléaires dont ils pensent que ce serait suffisant pour Israël, leur programme et leurs infrastructures sont conçus pour développer 200 bombes nucléaires en une décennie ! Sans compter qu'ils n'ont pas seulement des missiles pour atteindre Israël, mais pour vous atteindre vous, les Européens ! Aujourd'hui, l'Iran développe des missiles balistiques intercontinentaux qui peuvent atteindre toute l'Europe et les Etats-Unis, et dont l'objectif est de transporter des charges nucléaires. Si on laisse aux Iraniens la capacité d'enrichir à un faible degré , ils seront capables d'enrichir rapidement l'uranium à haute dose, c'est une question de semaines.
    L'Iran possède un millier de nouvelles centrifugeuses avec lesquelles il peut réduire considérablement le temps nécessaire pour passer d'un enrichissement à 3,5 % à un enrichissement à 90 %, de qualité militaire. Si vous réduisez les sanctions, il sera bien plus difficile de les remettre en place. Or aujourd'hui, l'Iran est pris à la gorge, vous l'avez eu ! Les sanctions ont presque atteint leur but.
    Aujourd'hui, on est très proche d'assister à l'effondrement de l'économie iranienne : donc au moment où ces sanctions commencent à avoir de l'effet, les Iraniens veulent changer de tactique par rapport à celle d'Ahmadinejad. Maintenant nous avons les sourires de Rohani ! En échange de ces sourires, ils demandent à poursuivre et achever leur programme nucléaire...
    - Mais vous n'êtes pas contre le principe de négociations avec l'Iran ?
    - Je n'ai jamais été contre les négociations, mais tout dépend de leur résultat. Un mauvais accord, qui serait un accord partiel permettant à l'Iran de conserver l'essentiel de sa capacité d'enrichissement et son réacteur au plutonium, serait pire que pas d'accord du tout.
    - Qu'est-ce qu'Israël a à offrir à l'Iran ?
    - Nous n'avons pas déclaré que notre objectif était de détruire l'Iran, comme l'Iran a déclaré que le sien était de détruire Israël ! Nous n'avons pas lancé des attaques terroristes contre l'Iran. L'Iran est le pays qui arme le Hezbollah et le Hamas, lesquels ont lancé des milliers de roquettes contre Israël. C'est l'Iran qui doit changer ses relations avec Israël. Nous en serions ravis, parce que, historiquement, les peuples perse et juif ont eu d'excellentes relations. Nous n'avons rien contre le peuple iranien, mais tout contre le régime iranien, qui appelle à notre liquidation et veut se doter pour cela d'armes nucléaires. Nous, en Israël, ne sommes que la première cible, au-delà, il y a les Etats-Unis, qui représentent la civilisation occidentale, et l'Europe. Toute la question est de savoir si les Occidentaux comprennent cela.
    Vous avez été dupés, dans le passé, par la Corée du Nord. Nous ne pouvons pas nous permettre que ceci se répète avec l'Iran. Une fois doté d'armes nucléaires, l'Iran provoquerait une terrible course aux armements au Proche-Orient, une terrible prolifération d'armes nucléaires, avec au moins trois ou quatre pays voulant se doter très vite d'armes nucléaires.
    - Vous dites souvent que "toutes les options sont sur la table" , mais tant que dureront les négociations entre les Américains et les Iraniens, il sera très difficile à Israël d'attaquer l'Iran, n'est-ce pas ?
    - Tout ce que je dis, c'est qu'Israël ne permettra pas à l'Iran d'obtenir une capacité nucléaire militaire, point. [...]"

- Nucléaire iranien : Netanyahu préfère pas d'accord à un mauvais accord (AFP) - "L'Iran est dans les cordes économiquement en raison des sanctions. Nous sommes maintenant au douzième round de ce combat de boxe et nous pouvons mettre le programme nucléaire iranien KO par un moyen pacifique, en conservant les sanctions et en les renforçant encore".
http://fr.news.yahoo.com/nucl%C3%A9aire-iranien-netanyahu-pr%C3%A9f%C3%A8re-daccord-%C3%A0-mauvais-accord-171826714.html
   "Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a affirmé qu'une absence d'accord serait préférable à un mauvais accord lors des prochaines négociations entre Téhéran et les grandes puissances sur le programme nucléaire iranien, dans le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung de vendredi. "Un mauvais accord serait pire que pas d'accord du tout", a déclaré M. Netanyahu, dans une interview au journal allemand, selon des extraits diffusés jeudi soir. Selon lui, les négociateurs iraniens, qui rencontreront ceux du groupe dit "5+1" (États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne), les 15 et 16 octobre à Genève, ne proposeront que "des concessions cosmétiques" au programme nucléaire de leur pays, soupçonné d'avoir des visées militaires et de permettre à l'Iran de se doter de l'arme nucléaire.
    M. Netanyahu a réitéré sa demande que les sanctions contre Téhéran soient maintenues et même renforcées. "L'Iran est dans les cordes économiquement en raison des sanctions. Nous sommes maintenant au douzième round de ce combat de boxe et nous pouvons mettre le programme nucléaire iranien KO par un moyen pacifique, en conservant les sanctions et en les renforçant encore", a-t-il estimé.
    Le responsable israélien a rappelé la façon dont un accord sur le même sujet avec la Corée du nord n'avait finalement servi à rien. "A l'époque, tout le monde disait que cet accord était le début d'une nouvelle ère. Un an plus tard, la Corée du nord faisait son premier essai nucléaire", a-t-il précisé, ajoutant que ce genre de déconvenue ne devait pas se répéter avec l'Iran. "L'Iran, c'est comme 50 fois la Corée du nord. Un régime agressif, qui répand la terreur dans le monde entier", a-t-il poursuivi. [...]"

- Tout ou rien, Ari Shavit (Haaretz, 2 octobre) - "Pour Netanyahu, c’est tout ou rien. Soit un véritable accord avec les Iraniens, soit une action de la part d’Israël. Il n’y aura pas d’accord partiel, a précisé le Premier ministre d’Israël. Soit la communauté internationale met l’Iran au pied du mur, soit Israël frappera".
http://www.ambafrance-il.org/IMG/pdf/131004.pdf
   "Le discours du Premier Ministre Benjamin Netanyahu hier soir [mardi 1er octobre] à l’Assemblée Générale des Nations Unies a été très différent des discours précédents. Il manquait de sens critique, de stratégie et d’élan. L’argumentation était pertinente et factuelle. Toute passion a été tenue à l’écart. Il était clair que le chef d’état israélien s’adressant à une assemblée éparse, et à une opinion américaine déchue, était un homme triste. Une fois de plus, Bibi disait la vérité. Une fois de plus, Bibi analysait la situation stratégique de façon précise. Mais cette fois il n’avait même pas l’espoir qu’on l’écoutait. Il n’a même pas tenté d’émouvoir l’audience ni de la conquérir. D’un ton presque sombre il a dit ce qu’il avait à dire à un monde qui refusait de l’entendre.
    Netanyahu est arrivé très tard aux Nations Unies – après que le Président Iranien Hassan Rohani a pris ses marques, après que la communauté internationale ait choisi de le croire, après que les Etats-Unis ont plongé dans une crise nationale. Et c’est ainsi que Netanyahu apparut sous un jour si différent du Netanyahu d’avant.
    Alors que la polémique du « attaquera-t-il/n’attaquera-t-il pas » semble s’être dissipée, il n’est désormais plus pris au sérieux. Alors que le sourire de Rohani lui a volé la vedette, Netanyahu est devenu la nouvelle cible de l’Assemblée. Même ses amis républicains sont préoccupés par des questions décidément non-Churchilliennes. C’est sans parler de ses adversaires démocrates. Et sans parler des Européens, des Russes et des Chinois. Seuls les Arabes sunnites restent du côté du Premier Ministre Israélien. Seuls ses voisins pro-Américains consternés par les Etats-Unis comprennent l’angoisse existentielle de Bibi causée par l’Iran.
    Ne vous y perdez pas : le discours sans surprise de Netanyahu cache de grandes tensions. L’intrigue ne faiblit pas, elle se complique. Pour Netanyahu, c’est tout ou rien. Soit un véritable accord avec les Iraniens, soit une action de la part d’Israël. Il n’y aura pas d’accord partiel, a précisé le Premier ministre d’Israël. Soit la communauté internationale met l’Iran au pied du mur, soit Israël frappera. Crédible ou pas, la menace de l’armée israélienne a fait son retour à New York hier. La saga iranienne recommence.
    Un des moments forts du discours de Netanyahu fut une citation du prophète Amos qui vivait jadis à Zion : « Et je les implanterai sur leurs terres afin qu’ils n’en soient plus jamais déracinés ». Le peuple d’Israël est rentré chez lui pour ne jamais en ressortir, répéta Netanyahu et il pesait bien chaque mot. Tout ou rien, dit-il. Tout ou rien."


Europe

- Quand l'Europe des bons sentiments fait fausse route, Roger-Pol Droit (Les Echos) - "Interdire la circoncision reviendrait, en fin de compte, à déclarer le judaïsme hors la loi. Décidément, l'Europe n'apprend rien de son histoire".
http://www.lesechos.fr/opinions/chroniques/0203059421199-quand-l-europe-des-bons-sentiments-fait-fausse-route-616238.php
   "Marasme politico-économique aux Etats-Unis, ras-le-bol fiscal dans l'Hexagone, envolée du Front national… A côté de ces sujets qui accaparent l'attention, on a trop peu remarqué la récente résolution adoptée par le Conseil de l'Europe sur « le droit des enfants à l'intégrité physique » (« Children's right to physical integrity », rapport de Mme Marlene Rupprecht, Document 13297). Il s'agit pourtant d'une bombe à retardement : en mettant en cause la circoncision, elle prépare en effet une discrimination européenne envers juifs et musulmans… au nom des droits humains ! Les uns et les autres ont déjà protesté, mais le problème mérite qu'on s'y arrête, car il est exemplaire des mauvais effets qu'engendrent de bons principes.
    A l'évidence, les meilleures intentions du monde animent cette résolution : préserver les droits de l'enfant, veiller à son « intérêt supérieur », protéger son intégrité corporelle, défendre son libre choix, donc son consentement éclairé. On voit mal qui serait opposé à ces règles de base. Les résultats de leur application se révèlent pourtant aberrants : l'excision et les mutilations rituelles des femmes sont rapprochées de la circoncision, la singularité de celle-ci n'est pas comprise, ni dans le judaïsme, où elle est essentielle, ni dans la tradition musulmane, où elle est seulement recommandée. Refusant toute légitimité religieuse et symbolique à cette pratique, le rapport mélange des considérations médicales, hygiénistes, psychologiques, juridiques, morales - au lieu de distinguer ces différents registres.
    En fin de compte, si l'on suivait vraiment la démarche proposée jusqu'à son terme, il faudrait brusquement déclarer hors la loi, au nom des droits de l'homme, une pratique religieuse multimillénaire, dont personne ne se plaint parmi les 660 millions d'hommes circoncis, soit 30 % de la population masculine, selon les chiffres de l'OMS pour 2008. Les femmes se battent, à juste titre, contre les ravages de l'excision et ses terribles répercussions sur leur vie sexuelle, mais on ne recense aucun mouvement masculin luttant contre la circoncision. Considérer l'ablation de la peau du prépuce comme une mutilation contraire à l'intégrité physique ressemble fort à un préjugé.
    Il en va de même de l'argument du « libre choix » des enfants, qui se trouverait bafoué puisque leurs parents décident à leur place. Mais aucun être humain fut-il jamais consulté pour venir au monde ? A qui a-t-on demandé dans quel pays, quelle langue ou quelle communauté il souhaitait naître ? Les parents décident toujours, inéluctablement, du sort de leur progéniture. En ce cas, au nom de quoi peut-on leur imposer un « intérêt supérieur de l'enfant » qui soit radicalement contraire à leurs propres convictions ? On entre évidemment ici dans un conflit entre des droits fondamentaux : d'un côté, le droit de l'individu à décider de ce qui le concerne ; de l'autre côté, le droit de chacun de pratiquer sa religion. Dans pareil dilemme, appartient-il à la Commission européenne de trancher, en se parant de sa bonne conscience ?
    Force est de constater qu'en lisant attentivement le rapport de Marlene Rupprecht, membre du Parti socialiste allemand, on doit aussi s'interroger sur les ressorts cachés de ce curieux débat, si politiquement correct en apparence. Comment comprendre que la question de la circoncision, qui ne préoccupait personne depuis des siècles, déboule soudain dans notre actualité ?
    Il se pourrait qu'elle entre curieusement en résonance avec les populismes qui gangrènent à présent l'Europe. De fait, ceux que vise cette résolution, ce sont bien avant tout les musulmans et les juifs. Et plus radicalement les juifs, car on peut être musulman sans être circoncis, mais en aucun cas juif sans l'être - et cela n'a pas cessé depuis Abraham. Interdire la circoncision reviendrait, en fin de compte, à déclarer le judaïsme hors la loi. Décidément, l'Europe n'apprend rien de son histoire."
Repost 0
Published by Occam - dans Octobre 2013
commenter cet article
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 17:23

- 155,312 Tons of Goods Transferred from Israel to Gaza in September (Tsahal) - "5,549 trucks carrying 155,312 tons of goods entered Gaza through the Kerem Shalom Crossing in September. Among the goods were construction materials, medical equipment, food and livestock".
http://www.idfblog.com/2013/10/06/155312-tons-goods-transferred-israel-gaza-september/

monthly1eng-1.jpg

Repost 0
Published by Occam - dans Octobre 2013
commenter cet article
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 17:22
France

- Encel bien en selle sur France Inter, Luc Rosenzweig (Causeur) - "Alors que Guetta cherche à formater ses auditeurs à l’aune de ses convictions, Encel, pédagogue né, parvient en moins de trois minutes à nous fournir les deux ou trois clés permettant de bricoler soi-même son opinion sur des questions souvent complexes".
http://www.causeur.fr/encel-bien-en-selle-sur-france-inter,24499
   "Depuis le départ en retraite de l’excellent Dominique Bromberger, France Inter, le vaisseau amiral de la radio publique, avait laissé le monopole de l’analyse et du commentaire géopolitique à Bernard Guetta, fidèle au poste tous les matins de la semaine à 8h17. Lire le monde avec les lunettes de Guetta, c’est vivre chaque jour l’expérience du Candide de Voltaire soumis aux vaticinations du docteur Pangloss, l’incorrigible optimiste. Cet ancien trotskiste converti aux charmes discrets de la social-démocratie réussit presque à nous persuader, profitant de l’état comateux de notre réveil, que l’Union européenne est en marche vers un avenir radieux, que le monde arabe vogue hardiment vers la démocratie et la prospérité, et que Recep Tayyip Erdogan est un grand humaniste. Rien ne le fait dévier d’une ligne où sa déférence envers le Quai d’Orsay le dispute à un aveuglement volontaire devant tout événement ne cadrant pas avec sa vision du monde.
    Fort heureusement, mais hélas à une heure de moindre écoute (18h15), il est maintenant possible de se faire une idée plus réaliste des événements mondiaux en écoutant la « chronique internationale » de Frédéric Encel. Alors que Guetta cherche à formater ses auditeurs à l’aune de ses convictions, Encel, pédagogue né, parvient en moins de trois minutes à nous fournir les deux ou trois clés permettant de bricoler soi-même son opinion sur des questions souvent complexes.
    Des convictions, Encel n’en manque pourtant pas, sur l’Europe, le Proche Orient, la mondialisation. Mais il a l’honnêteté de ne pas utiliser son temps d’antenne pour les imposer à son public, et à les réserver à ceux qui voudront bien acheter ses livres. Le dernier paru, De quelques idées reçues sur le monde contemporain. Précis de géopolitique à l’usage de tous (éditions Autrement) pourra utilement soulager des auditeurs victimes d’une surdose de Guetta.
    Dernière précision : l’arrivée d’Encel sur le service public de radiodiffusion fait écumer de rage Pascal Boniface, qui manie l’insulte avec la hargne du jaloux. Minable."


Israël

- Israël : décès d'Ovadia Yossef, le plus influent rabbin du pays (AFP) - "Considéré comme le rabbin le plus influent d'Israël, Ovadia Yossef, 93 ans, chef spirituel du parti ultra-orthodoxe sépharade Shass, est décédé lundi".
http://fr.news.yahoo.com/isra%C3%ABl-d%C3%A9c%C3%A8s-dovadia-yossef-influent-rabbin-pays-104418284.html
- Mort du rabbin Ovadia Yossef, figure séfarade en Israël, Jeffrey Heller (Reuters) - "son enterrement, dans la journée de lundi, devrait être l'un des plus importants de l'histoire du pays et réunir des centaines de milliers de personnes".
http://fr.news.yahoo.com/mort-du-rabbin-ovadia-yossef-figure-des-s%C3%A9farades-113011335.html

- À Jérusalem, la poudrière du mont du Temple, Cyrille Louis (Le Figaro) - "Comme les musulmans nous interdisent de prier, je suis obligée de le faire sans bouger les lèvres ni fermer les yeux".
http://www.lefigaro.fr/international/2013/10/08/01003-20131008ARTFIG00594--jerusalem-la-poudriere-du-mont-du-temple.php
   " Comme par accident, Chava Docks a laissé tomber son chandail vert. Sans un regard pour le garde palestinien posté quelques mètres plus loin, elle s'est alors penchée pour le ramasser et, en silence, s'est mise à prier. En se redressant, elle a esquissé un sourire et jeté un ultime coup d'œil à la façade somptueuse du Dôme du rocher. Puis, rejoignant le petit groupe de juifs religieux emmené ce matin-là, sous escorte policière israélienne, par le rabbin Chaïm Richman, elle a quitté l'esplanade des Mosquées pour regagner les ruelles de la vieille ville.
   «Il s'agit de ma septième visite en deux mois», détaille cette enseignante de 45 ans arrivée cet été des États-Unis, qui se décrit comme «très religieuse». «Je ne viens pas ici pour faire du mal mais pour sentir la présence de Dieu, explique-t-elle. Comme les musulmans nous interdisent de prier, je suis obligée de le faire sans bouger les lèvres ni fermer les yeux. Évidemment, c'est énervant de devoir se cacher alors que nous vivons dans un État juif. Mais je suis certaine qu'avec le temps, les choses finiront par changer.»
    Longtemps limité à quelques centaines d'irréductibles, le nombre de juifs messianiques qui entreprennent l'ascension du mont du Temple - appelé Haram al-Charif, ou Noble sanctuaire, par les musulmans - augmente constamment depuis le milieu des années 2000. Malgré l'opposition du grand rabbinat et les restrictions qui leur sont régulièrement imposées pour des motifs sécuritaires, 7724 visites ont été dénombrées en 2012 et plus de 6000 depuis le début 2013, dont plusieurs centaines par jour lors des récentes fêtes de Rosh ha-Shana et de Soukkot. Une affluence qui a brusquement fait monter la tension dans la vieille ville, fournissant le prétexte à des heurts répétés entre fidèles musulmans et policiers israéliens. [...]
    Devant une telle poudrière, Benyamin Nétanyahou semble s'appliquer à éviter tout dérapage malgré la pression constante exercée par le courant sioniste religieux. Mais il ne parvient pas toujours à canaliser le petit groupe d'élus qui, à l'aile droite du Likoud, fait de cette dispute un fonds de commerce électoral. En septembre, le député Moshe Feiglin a annoncé son intention de contester l'autorité du Waqf devant les juridictions israéliennes, tandis que sa collègue Miri Regev appelait à la mise en place d'horaires séparés pour les juifs et les musulmans. Un tel partage des lieux de culte, font valoir ses partisans, fut longtemps la règle au tombeau des Patriarches d'Hébron. «Il est inenvisageable de l'appliquer à un lieu aussi saint que le Haram al-Charif», rétorque Bassam Jamal [un proche collaborateur du fonctionnaire jordanien chargé de l'administration de l'esplanade], qui voit dans cette initiative «une véritable déclaration de guerre»."


Gaza & Hamas

- Isolated Hamas faces money crisis in Gaza Strip (Reuters) - "Thousands of civil servants in Gaza may not receive salaries after tax money from smuggling tunnels runs dry".
http://www.jpost.com/Middle-East/Isolated-Hamas-faces-money-crisis-in-Gaza-Strip-328226

- The hypocrisy of the ICRC and the definition of "occupation" (Elder of Ziyon) - "there is near-total consensus view among international legal scholars surveyed in this ICRC [Croix Rouge] document that Gaza cannot possibly be considered occupied by Israel in a legal sense".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/10/the-hypocrisy-of-icrc-and-definition-of.html


Judée-Samarie

- Terror victim's father says two centimeters saved his daughter's life, Tovah Lazaroff (JP) - "The life of Noam, 9, was saved because the bullet that hit her on Saturday night didn't move two centimeters to the left or the right, her father Yisrael Glick told reporters as he described the terror attack in his Psagot settlement home".
http://www.jpost.com/National-News/Terror-victims-father-says-two-centimeters-saved-his-daughters-life-328041
- IDF arrests two Palestinian men suspected in Psagot attack, Yaakov Lappin (JP) - "The two men are residents of al-Birah, which borders Psagot".
http://www.jpost.com/Defense/IDF-arrests-two-Palestinian-men-suspected-in-Psagot-attack-328131
- Terror Attack Leaves Psagot Residents Doubting Peace Process, Anav Silverman (Tazpit News Agency) - “We are counting the days until the next attack happens – we are fortunate that this incident ended in a miracle. We can see our neighbors don’t want peace.”
http://www.algemeiner.com/2013/10/07/terror-attack-leaves-psagot-residents-doubting-peace-process/

- Netanyahu: Palestinian incitement responsible for Psagot incident (JP) - "PM condemns "heinous attack" that left girl, 9, wounded; points accusatory finger at PA for recent upsurge of violent incidents".
http://www.jpost.com/Diplomacy-and-Politics/Netanyahu-PA-incitement-responsible-for-Psagot-shooting-327982
   "[...] "This past year has been the quietest in over a decade, but lately we have noticed an increase in the number of terrorist attacks," Netanyahu said, pointing an accusatory finger at the Palestinian Authority. "I must say that the Palestinian Authority cannot shirk its responsibility for these kinds of incidents as long as incitement there continues," the premier said. "The murderers must understand that this won't help them." Despite a long period of relative calm, Israeli officials and military observers are concerned that tensions on the ground could escalate. [...]"

- Abbas mentions - but doesn't condemn - Psagot shooting, Lahav Harkov (JP) - "All violence on both sides should be condemned, Palestinian Authority President Mahmoud Abbas told MKs visiting the Muqata Monday, though he would not specifically speak out against the shooting of a nine-year-old girl in Psagot this week".
http://www.jpost.com/Diplomacy-and-Politics/Abbas-mentions-but-doesnt-condemn-Psagot-shooting-328082

- Fatah Official: Israel is to Blame for Psagot Attack, Elad Benari (Arutz 7)
http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/172584
   "A top member of Fatah said on Sunday that he condemns the terror attack in the Binyamin region community of Psagot, but placed the blame for the attack on the Israeli government. Speaking to Kol Yisrael radio, Jibril Rajoub was asked if he condemns the attack, to which he responded, “Listen, listen, I condemn everything that causes damage.  I condemn it and I condemn those responsible for it. And those responsible for it are the Government of Israel and the prime minister of Israel.” Rajoub went on to say that the Israeli government was responsible for the attack, in which nine-year-old girl Noam Glick was wounded, because it “incites and provokes by building settlements.” He said that no decent person would agree with hurting a child, even if the child is in the wrong place like the “settlers” are, as he put it. [...]"
- Fatah praises terrorist shooter of 9 year-old (PMW)
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=9827
   "After a nine-year-old girl was shot in the Israeli town of Psagot in the West Bank yesterday, the administrator of an official Fatah Facebook page praised the terrorist shooter. He related the attack to a sniper attack that killed an Israeli soldier in Hebron two weeks ago. Writing on behalf of Fatah, the page administrator praised "the sniper of Palestine" who began his work in Hebron (the shooting of the soldier), passed through El-Bireh (the shooting of the girl), and - according to the Fatah Facebook page administrator - will continue in more places in the future:
   "The sniper of Palestine was here. He saluted Hebron, and rested in El-Bireh. He left the signature of [real] men in different parts of the homeland. He saluted and left, and moved on to a different place, with a new signature, as he tells the stories of those who love the homeland." [Facebook, "Fatah - The Main Page," Oct. 6, 2013] [...]"

- Netanyahu rejects Palestinian, American call for early prisoner release (Times of Israel) - "Netanyahu has faced pressure from hawkish ministers to delay or cancel the prisoner release in the wake of a series of violent incidents in the West Bank in recent weeks, including the killing of two IDF soldiers and the attack that wounded a nine-year-old girl".
http://www.timesofisrael.com/israel-rejects-palestinian-call-for-early-prisoner-release/
   "Prime Minister Benjamin Netanyahu rejected a Palestinian and American request to move up the expected release of Palestinian terrorists serving extended sentences in Israeli prisons, according to Haaretz.
    Israel agreed in July to a four-stage release of 104 prisoners serving sentences for acts of terror committed before the signing of the Oslo Accords in 1993. The release is intended as a sign of good faith ahead of the renewed American-brokered peace talks between Israel and the Palestinians. The first group of prisoners was released in August, just after talks between the two sides restarted. The second group of some 25 prisoners was slated to be released on October 29, but the Palestinian Authority asked Israel to release the prisoners in time for the Muslim holiday of Eid al-Adha next week.
    Netanyahu has faced pressure from hawkish ministers to delay or cancel the prisoner release in the wake of a series of violent incidents in the West Bank in recent weeks, including the killing of two IDF soldiers and the attack that wounded a nine-year-old girl in the settlement of Psagot last Saturday. Netanyahu has resisted the pressure from the right and plans to release the prisoners on schedule, the prime minister’s representative in the peace talks, attorney Yitzhak Molcho, assured Palestinian and American officials in recent days."
- Make Barghouti your deputy, Fatah leaders urge Abbas, Avi Issacharoff (Times of Israel) - "PA chief is pressed to appoint convicted murderer as vice president in bid to expedite his release from Israeli jail".
http://www.timesofisrael.com/make-barghouti-your-deputy-fatah-leaders-urge-abbas/


"Processus de paix"

- Bibi's Bar Ilan speech (video) (Elder of Ziyon) - "It starts at about 51:00 of this video".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/10/bibis-bar-ilan-speech-video.html
- Netanyahu demande aux Palestiniens de reconnaître Israël comme un Etat juif (AFP) - "La racine du conflit c'est l'Etat juif".
http://fr.news.yahoo.com/netanyahu-demande-palestiniens-reconna%C3%AEtre-isra%C3%ABl-etat-juif-190226257.html
   "Les Palestiniens doivent "reconnaître Israël comme Etat du peuple juif" pour parvenir à une paix réelle, a déclaré dimanche soir le Premier ministre Benjamin Netanyahu. "Les Palestiniens doivent renoncer à leur refus de reconnaître le droit du peuple juif à son Etat national", a affirmé M. Netanyahu dans un discours sans concession à l'Université de Bar Ilan, près de Tel-Aviv, diffusé en direct sur le site officiel de l'établissement. Cette reconnaissance "constitue une condition nécessaire pour parvenir à un accord à la fin des négociations mais pas pour les lancer", a souligné le chef du gouvernement israélien. [...]
   "La racine du conflit c'est l'Etat juif", a insisté M. Netanyahu, en réfutant à nouveau l'argument selon lequel l'occupation et la colonisation israéliennes seraient à l'origine de la confrontation avec les Palestiniens. "Etes-vous prêts à reconnaître enfin l'Etat juif, l'Etat national du peuple juif", a-t-il lancé à l'adresse des dirigeants palestiniens, en déplorant que leur réponse jusqu'à présent ait été "non". "Tant que les Palestiniens n'auront pas reconnu ce droit, il n'y aura pas de paix réelle", a averti le Premier ministre devant l'auditoire de Bar Ilan. [...] il a également pressé les Palestiniens de "renoncer au droit de retour" --pour les réfugiés-- et a réitéré la nécessité d'"arrangements de sécurité solides qui répondent aux besoins véritables de la sécurité d'Israël"."
- Netanyahu: For peace, Palestinians must recognize Jewish homeland, Herb Keinon (JP) - "In Bar-Ilan speech, PM refutes Rouhani claim that Zionists "used" the Holocaust to oppress Palestinians".
http://www.jpost.com/Diplomacy-and-Politics/Netanyahu-Palestinian-recognition-of-Israel-as-a-Jewish-state-is-crucial-condition-for-peace-328038
   "There will be no peace with the Palestinians until they recognize the Jewish right to a homeland in Israel, Prime Minister Binyamin Netanyahu said Sunday night at Bar-Ilan University. “A necessary condition to getting a true solution [to the Israeli-Palestinian] conflict was and remains clear as the sun: ending the refusal to recognize the right of the Jews to a homeland of their own in the land of their fathers,” he said. “That is the most important key to solving the conflict.”
    Netanyahu’s words came at the start of a conference marking 20 years since the founding of the Begin-Sadat Center for Strategic Studies, the site of Netanyahu’s famous “Bar-Ilan speech” from four years ago where he stated his willingness for a two-state solution.
    Those who anticipated that he might use the same venue to again break new ground on the Palestinian issue were disappointed. Rather then present a “vision” speech of where he thought the negotiations with the Palestinians were headed, Netanyahu used the opportunity to emphasize that a Palestinian recognition of Israel as the homeland of the Jewish people was a necessary condition to any agreement. Since the first Arab attack on a home housing Jewish immigrants in Jaffa in 1921, the root of the conflict has not been the “occupation,” the “territories” or the settlements, but rather an Arab refusal to recognize the Jews’ right to a sovereign state in their historic homeland, he said.
    Netanyahu said that the Arab revolutions of the past two years – which he called the most significant events in the region in 20 years – have laid to rest the “sacred cow” that the Israeli-Palestinian conflict was the heart of the instability in the Middle East. Today, he said, it is “tough to say this without sounding absurd.” It is now also the time, he said, to kill the “sacred cow” that the “occupation” was the heart of the Israeli-Palestinian conflict.
    Netanyahu spent a number of minutes during his address, which lasted some 30 minutes, discussing the links of the head of the Palestinian national movement in the pre-state days – Mufti Haj Amin al-Husseini – with the Nazis. He reminded his listeners that the mufti visited Adolf Hitler in 1941 and promised his aid in getting Muslims to enlist in the SS in the Balkan states, and in the Nazi propaganda efforts. Husseini, he said, is still an admired figure among Palestinians. “That is what needs to be uprooted,” he said.
    Netanyahu brought up the mufti, however, more to refute comments Iranian President Hassan Rouhani made in New York two weeks ago than to slam the current Palestinian leadership. During a television interview, Rouhani acknowledged Nazi crimes against Jews, though he would not use the word “Holocaust.” Netanyahu pointed out that Rouhani then quickly pointed out that it was forbidden to let the Zionists exploit the Nazi crimes to oppress the Palestinians.
   “Despite what Iranian representatives and others say,” the prime minister said, “Zionist leaders did not use the Holocaust to destroy the Palestinian national movement. The opposite is true. The leader of the Palestinian movement at that time, Mufti Haj Amin al-Husseini, is the one who preached and worked to carry out the Holocaust to destroy the Zionist movement.” “And it almost worked,” Netanyahu said. “European Jewry was destroyed, with the help of the mufti, but Zionism was not destroyed; Israel was established.” [...]"

- Netanyahu lowers expectations for Israeli-Palestinian peace in 2014 at Bar Ilan U. speech, Lahav Harkov (JP) - "Speaking at venue where he recognized the two state solution in 2009, in 2013 Netanyahu takes a different angle and emphasizes the root of the conflict: The Palestinians don't want Jews to live in Israel".
http://www.jpost.com/Diplomacy-and-Politics/Netanyahu-puts-a-damper-on-Israeli-Palestinian-peace-process-at-2013-Bar-Ilan-speech-328052
- The nature of peacemaking according to Netanyahu, Haviv Rettig Gur (Times of Israel) - "It is a mistake to view Netanyahu’s Bar-Ilan 2 speech as indicating he is withdrawing, even in tone, from the peace talks".
http://www.timesofisrael.com/the-nature-of-peacemaking-a-la-netanyahu/
   "[...] Whether Netanyahu, deep in his heart, wants a peace deal with the Palestinians is a question beyond the ken of any commentator – and is perhaps unknown to Netanyahu himself. But his demand for Palestinian recognition of the Jewishness of Israel is no cheap tactic. It is the key to understanding his theory of the conflict, his view as to why the Oslo process 20 years ago failed, and his distrust of Palestinian Authority President Mahmoud Abbas in the new round of talks. [...]
    Netanyahu’s demand for recognition has its roots in this Israeli experience. The Palestinians cannot bring themselves to end the conflict, Netanyahu believes, because they cannot bring themselves to compromise with an enemy they view as completely evil. They have not yet shifted from perceiving their enemy as absolutely evil to perceiving him as possessing some justice on his side, however limited. Israel remains a categorical foe, and see Israelis as interlopers robbing another people of their national home.
    Even Palestinian moderates share this basic view of Israel: it is an evil, but an evil too well entrenched to remove. Israel does not have even a modicum of justice on its side, only brute force, they believe. Thus, any Palestinian leader who seeks peace with Israel falls into the “Chamberlain trap,” finding himself undermined by the perception among his own people that he is accommodating evil rather than pursuing justice.
    This analysis has become a key plank of Netanyahu’s policy toward the Palestinians, and has led to some of his most misunderstood speeches and demands. It is the reason he never fails to discuss the millennia-old Jewish attachment to the land of Israel in his speeches before a United Nations General Assembly that could care less. The Palestinians don’t need to become Zionists, Netanyahu believes, but they need to perceive that Jewish demands, too, are rooted in justice. Only then will their domestic constituencies and political systems be capable of engaging in peacemaking.
    It is a mistake to view Netanyahu’s Bar-Ilan 2 speech as indicating he is withdrawing, even in tone, from the peace talks. In fact, the renewed urgency of his demand for recognition — which he believes to be critical to peacemaking — might suggest that the talks are, at long last, getting serious."

- Top PLO official dubs Netanyahu ‘number one extremist’, Elhanan Miller (Times of Israel) - "Yasser Abed Rabbo says Palestinian leadership refuses to recognize ‘historic Palestine’ as ‘the homeland of the Jewish people’".
http://www.timesofisrael.com/top-plo-official-dubs-netanyahu-number-one-extremist/
   "A senior Palestinian official dubbed Benjamin Netanyahu “a racist” and “the number one extremist in Israel,” in light of the prime minister’s demand that Palestinians recognize Israel as the state of Jewish people. Speaking to Palestinian radio on Monday, Yasser Abed Rabbo, secretary of the PLO and one of only two Palestinian officials authorized to comment on negotiations with Israel, predicted that the recently revived talks would collapse due to Netanyahu’s entrenched positions.
   “Netanyahu is the number one extremist in Israel. He hides behind [Economics Minister Naftali] Bennett and [former foreign minister Avigdor] Liberman. He is the symbol of extremism and resorts to a policy that seeks no solution,” Abed Rabbo said, adding that the Palestinian leadership refuses to recognize “historic Palestine” as the “homeland of the Jewish people.” Abed Rabbo’s comments came in response to Netanyahu’s speech at Bar-Ilan University Sunday, in which he claimed that the core issue blocking a peaceful resolution to the conflict was the Palestinians’ refusal to recognize Israel as the nation state of the Jewish people. [...] His comments were delivered the same day he met with a delegation of 11 Israeli MKs from the parliamentary caucus for the resolution of the Arab-Israeli conflict.
    In the course of that meeting, during which Abed Rabbo sat alongside Palestinian Authority President Mahmoud Abbas, the PA leadership ignored several requests from the visiting Labor MKs to respond to Netanyahu’s demand that Abbas recognize “Jewish Israel.” Abbas told them to “leave the specific issues to the negotiations.” A leaflet distributed to the MKs, “The Palestinian Position on Some Political Issues,” did include a section on the Israeli demand for Palestinian recognition of a Jewish state. “Prime Minister Netanyahu introduced this demand only two years ago, in order to obstruct the peace process,” it stated.
    The Israelis, Abed Rabbo claimed in remarks Monday, “always invent excuses — sometimes religious, sometimes historic and sometimes security-related — to avoid the main issue, which is the occupation of Palestinian land and how to end it.” He said that Netanyahu strives to “cancel the historic presence of Palestinians on this land.” [...]"

- Missing from Abbas meeting with MKs: Israeli flag, Palestinian journalists, David Horovitz (Times of Israel) - "PA president talks peace and condemns violence, dodges Netanyahu’s call to recognize Jewish Israel, does not reciprocate Knesset’s recent display of Palestinian flag".
http://www.timesofisrael.com/missing-from-abbas-meeting-with-mks-israeli-flag-palestinian-journalists/

- Fatah: Suicide bombers are “Palestine’s illustrious women” (PMW)
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=9838
   "Two female suicide bombers who together killed 3 and wounded more than 130 are being presented by Fatah as great role models worthy of admiration. Recently, the administrator of one of Fatah's official Facebook pages posted a picture of terrorist Wafa Idris with the words, "Palestine's illustrious women." A few days later, the same Fatah page glorified female suicide bomber Zainab Abu Salem as "the 18 year-old heroic female Martyrdom-seeker." [...]"

- PA award to writer of poem that includes words "Zion is Satan" (PMW)
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=9797
   "Palestinian Media Watch has reported that on three different occasions, Palestinian Authority TV has broadcast children reciting a poem that includes the words "my enemy, Zion, is Satan with a tail." Last week during a performance given in the PA, the Egyptian writer of the poem, Hesham El-Gakh, recited this and other poems, after which the PA Minister of Culture Anwar Abu Eisheh and PA District Governor of Ramallah Laila Ghannam venerated him with a plaque of honor. The event was broadcast on official Palestinian Authority TV Live. [...]"


Syrie

- Golan : un soldat israélien légèrement blessé (AFP) - "Le militaire de Tsahal, situé sur un poste dans le nord du Golan, aurait été visé par erreur par des tirs en provenance de Syrie".
http://www.lepoint.fr/monde/golan-deux-soldats-israeliens-legerement-blesses-09-10-2013-1740843_24.php
- For first time, two IDF soldiers hurt by mortar fire from Syria (Times of Israel) - "The two suffer light injuries and are treated on site; IDF assesses shells were result of fighting between Assad army, rebels".
http://www.timesofisrael.com/for-first-time-two-idf-soldiers-hurt-in-mortar-fire-from-syria/


Egypte

- Egyptian media celebrating 1973 "victory" over "the Jews." Not Israel - "the Jews." (Elder of Ziyon) - "Today is the 40th anniversary of Egypt's surprise attack on Yom Kippur, 1973, and Egypt is celebrating. But if you look at Egyptian media in Arabic, very often it says that this "victory" was over "the Jews" - not over Israel, or over Zionists".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/10/egyptian-media-celebrating-1973-victory.html


Iran

- Obama Insulted the Iranian People, Says Iran's Foreign Minister (Arutz 7) - "President Obama shouldn't have told PM Netanyahu that the military option was still on the table regarding Iran, says Mohammad Javad Zarif".
http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/172536


Europe

- Peres appeals European threat to circumcision, Stuart Winer (Times of Israel) - "President sends letter to the secretary general of the Council of Europe asking for change in recent ruling against ritual".
http://www.timesofisrael.com/peres-appeals-european-threat-to-circumcision/

- Czech president floats idea of moving embassy to Jerusalem, Arabs freak (Elder of Ziyon) - "Assuming that the embassy would be in the undisputed part of Jerusalem, why does this freak out the "moderate" Erekat? (as well as Hamas and the OIC) I guess Israel's "peace partners" regard all of Jerusalem as Arab and that the Green Line is not quite as much of a "border" as they pretend it is to Western media".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/10/czech-president-floats-idea-of-moving.html
Repost 0
Published by Occam - dans Octobre 2013
commenter cet article
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 09:50

US_Israel_digging_Arab_grave.jpg

 

- Fatah Facebook page demonizes Israel and the US (PMW)
http://www.palwatch.org/site/modules/cartoons/cartoons.aspx
   "Writing on the tomb: “The Arab conscience.” American devil: “Why are you digging? He died loooooong ago.” Jewish devil: “I know, but every so often I make it [the grave] deeper”."

Repost 0
Published by Occam - dans Octobre 2013
commenter cet article
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 09:49
Israël

- Israël candidat au Conseil de sécurité pour 2019-2020, Dan Williams (Reuters) - "La plupart des 120 pays membres du bloc non-aligné à l'Assemblée sont peu enclins à soutenir Israël voire ouvertement hostiles à l'Etat juif, relèvent cependant les diplomates".
http://fr.news.yahoo.com/isra%C3%ABl-candidat-au-conseil-s%C3%A9curit%C3%A9-pour-2019-2020-054159824.html
   "Israël a annoncé jeudi son intention de briguer un siège de membre du Conseil de sécurité pour la période 2019-2020, même si des diplomates aux Nations unies prédisent que la tâche sera rude pour l'Etat juif.  L'obtention d'un siège de membre non permanent du Conseil nécessite une majorité des deux tiers à l'Assemblée générale des Nations unies, qui compte 193 pays membres. Les candidatures sont proposées par les cinq groupes régionaux de l'Assemblée mais l'élection se déroule en assemblée plénière.
    Le représentant d'Israël à l'Onu, Ron Prosor, a déclaré que son pays serait en compétition avec l'Allemagne et la Belgique pour les deux sièges attribués au groupe "Europe occidentale et autres groupes" que l'Etat juif a rejoint provisoirement en 2000, puis définitivement en 2004. Géographiquement, l'Etat juif devrait appartenir au groupe Asie-Pacifique mais les pays musulmans ont bloqué son admission.
    La plupart des 120 pays membres du bloc non-aligné à l'Assemblée sont peu enclins à soutenir Israël voire ouvertement hostiles à l'Etat juif, relèvent cependant les diplomates. [...] "Nous donnerons tout pour gagner. C'est une question de temps", a déclaré Ron Prosor à Reuters. Le Conseil de sécurité de l'Onu compte, outre ses cinq membres permanents (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni), dix membres non permanents siégeant pour deux ans."


"Processus de paix"


- Netanyahu talks Israeli settlements and peace with Palestinians (World News, Vidéo 3mn35) - un intéressant entretien avec Charlie Rose.
http://www.youtube.com/watch?v=PK9Z_VAU-AI

- Netanyahu: The Peace Talks Are Going Nowhere, Elad Benari (Arutz 7) - "the problem was, and still is, their refusal to recognize Israel as a Jewish state.”
http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/172521
   "Prime Minister Binyamin Netanyahu said, during his visit to the United States this past week, that the peace talks with the Palestinian Authority are going nowhere. According to a report on Friday in the Maariv daily newspaper, Netanyahu made the comments in closed meetings with the heads of American Jewish organizations.
    Netanyahu reportedly repeated his position and that he is ready for a historic compromise with the Palestinian Authority, but added that "the problem was, and still is, their refusal to recognize Israel as a Jewish state.” The Prime Minister, according to Maariv, also said that the Palestinian Authority’s ongoing incitement against Israel was another significant obstacle to the possibility of reaching an agreement. The comments indicated that the parties have so far only discussed the possibility of reaching a permanent settlement to the conflict, while the possibility of an interim agreement is not on the agenda. [...]"

- The Big Hamas Elephant, Elhanan Miller (The Tower) - "The truth is that, so long as the Hamas regime continues to rule Gaza, there is virtually no chance of a viable and comprehensive final-status agreement, at least anything that extends past the West Bank".
http://www.thetower.org/article/the-big-hamas-elephant/
   "On September 16, 2013, Hamas official Mahmoud Al-Zahar dropped a bombshell. Following a meeting with the even more radical Islamic Jihad movement, Hamas—which has ruled the Gaza Strip since 2007—had decided to form a joint leadership with its Islamist counterpart. Each movement would nominate four officials to maintain “ongoing contact” between Hamas and Islamic Jihad, and devise a “political plan” for the future. According to the Hamas daily Al-Resalah, seven meetings had taken place prior to the announcement. “We weren’t just writing theoretical research,” Al-Zahar stated knowingly.
    He also probably knew that the deal with the Iranian-sponsored terror group would signal another step away from reconciliation with Hamas’ secular rival, and the force that holds sway in the West Bank, Fatah.
    Observers of the tumultuous developments in the Gaza Strip were probably not surprised by the announcement. The past few years have seen Gaza go from a rogue territory subjected to Israeli and international sanctions to a victorious political entity celebrating the ascent of political Islam—and back again. Now ostracized by Egypt’s new military regime, Hamas is in a tailspin, and in desperate need of new allies. The partnership with Islamic Jihad appeared to give Hamas precisely that, as well as a much-needed boost to its legitimacy and a sideways wink to Iran, its long-time patron. It showed, in short, that Hamas is still determined to seize leadership of the Palestinian national movement from the Fatah regime in the West Bank.
    Yet Western politicians and diplomats appear not to have noticed. They are still romancing the peace process between Israel and the Fatah-dominated Palestinian Authority, shepherding Israeli and Palestinian officials through negotiations, and pushing economic and political incentives for the two sides to reach an agreement as if Hamas’ intransigence doesn’t exist. Indeed, as recently as September 25, U.S. President Barack Obama announced before the assembled delegates of the United Nations General Assembly that alongside the Iranian nuclear threat, advancing the peace process would be one of America’s two top diplomatic priorities in the near term. “The time is now ripe,” he declared, “for the entire international community to get behind the pursuit of peace.”
    But Al-Zahar’s announcement underlines the basic futility of these efforts. The truth is that, so long as the Hamas regime continues to rule Gaza, there is virtually no chance of a viable and comprehensive final-status agreement, at least anything that extends past the West Bank. Western leaders’ indifference to this fact and its origins is not only a grave mistake, but a distraction from an outcome that might actually bring peace between Israel and the Palestinians. [...]
    In fact, it is fair to say that Hamas and Fatah have never been further apart. The territories they rule are quickly becoming wholly separate and autonomous entities, and their mutual enmity shows no signs of abating. Yet decision-makers in the West consistently disregard this fact, and appear unwilling to understand what it means in terms of the success or failure of the traditional Israeli-Palestinian peace process.
    This failure is all the more striking because of how profoundly the split between Fatah and Hamas has changed the reality on the ground. In particular, the Hamas regime in Gaza has now become what is essentially an independent state in all but name. Since it took over the Strip in June 2007, Hamas has been exercising de facto sovereignty over Gaza. It has a fully functioning government parallel to, and more independent than, the PA in the West Bank. It maintains its own security forces, entirely separate from their Western-trained and -funded PA counterparts. Before Egypt cracked down on the extensive network of smuggling tunnels connected to the Strip, Hamas levied taxes on incoming commodities. It has its own foreign policy, once bolstered by the Arab Spring and the resulting rise of similar Islamic movements to power and now buffeted by their setbacks. During the brief renaissance of Islamism preceding the recent move by the Egyptian people to reject Morsi’s Islamist authoritarianism, Hamas Prime Minister Ismail Haniyeh seemingly succeeded in overcoming Hamas’ isolation and made official visits to Egypt, Iran, Tunisia, Turkey, and Sudan. [...]
    It is difficult to see this attitude on the part of world leaders as anything other than willful, since there has been no lack of attention paid to the issue by journalists and academics. As far back as 2010, for example, Arab constitutional expert Nathan Brown wrote, “Hamas has abandoned most pretenses of living within the PA’s constitutional framework.” He continues: "International attention to the Israeli–Palestinian conflict tends to highlight major diplomatic initiatives and dramatic events while neglecting concrete developments, subtle trends, and grinding practical realities. Emphasis on the “peace process” has created an illusion that the two identifiable antagonists could come to a clear agreement on a two–state solution. But the widening division in the Palestinian ranks—between Hamas and Fatah, and between the West Bank and Gaza—remains unaddressed."
    In a 2011 BBC article titled “Is Palestinian Unity an Illusion?” Gaza-based political analyst Omar Shaban declared that Fatah-Hamas unity was all but impossible. “The division between Hamas and Fatah is not about the prime minister or who gets how many cabinet seats here and there,” he said. “It’s much deeper than that. It is about their ideology, their agendas, the history, the desire for revenge between the two. Political unity is an illusion.”
    Why then, are world leaders so wary of addressing the problem? The reasons appear to be both psychological and political. Psychologically, acknowledging the Palestinian rift as a significant—perhaps the most significant—obstacle to peace between Israel and the Palestinians would involve jettisoning one of the foundations of the Oslo Accords, which recognized Gaza and the West Bank as integral parts of the same political entity. In effect, this would redefine the entire peace process by changing the debate from what the two sides can do to what the Palestinian side essentially is. In many ways, it would amount to admitting that a single, unified Palestinian state cannot be established in the near future. Politically, of course, this would undermine the rationale behind holding peace talks in the first place.
    Experts on the region believe this final concern may well be justified. At a hearing before the U.S. Congressional Subcommittee on the Middle East and North Africa in February 2013, Matthew Levitt of the Washington Institute for Near East Policy testified: "Reconciliation between Fatah and Hamas is a prerequisite for advancing peace between Israelis and Palestinians. The idea is that Palestinians cannot negotiate with Israel in any serious way when divided between the West Bank under the rule of the Fatah-dominated Palestinian Authority (PA) and the Gaza Strip under the rule of Hamas. To be sure, PA officials in the West Bank can make neither demands nor concessions when it comes to the Gaza Strip, which they do not control."
    Put simply, ignoring the rift between Fatah and Hamas or, at most, pretending it is transient, allows leaders to perpetuate the Oslo paradigm and continue with business as usual. They can keep funding the Fatah-led PA and pursuing the standard method of pressuring Israel and the Palestinians to make reciprocal concessions as if nothing has changed in two decades.
    This “head in the sand” approach to the conflict, however, is an extremely risky one. In particular, it makes the international community seem completely detached from political reality in the eyes of both the Israeli and Palestinian people, who will ultimately have final approval over any eventual peace agreement.
    For its part, Israel has few illusions on the subject. Israelis are well aware of the fact that the PA is drastically different from the Hamas government, particularly in regard to the security situation. While Fatah has gradually brought West Bank terrorism to an unprecedented low, Hamas happily allows rockets to fall on Israeli civilians when the political climate is right. Nonetheless, Israelis are unlikely to approve any significant concessions to a Palestinian leader who controls only two-thirds of his population and 85 percent of his territory. For any Israeli prime minister, hawk or dove, half a peace is difficult to sell to the public.
    On the Palestinian side, “reconciliation,” or musalaha, has become an empty cliché on both sides of the political divide. For the most part, Palestinians have lost faith in their leaders’ ability to pay the price of reconciliation, which would involve giving up the political and economic power both sides have consolidated since Hamas took over Gaza.
    So long as the international community continues to ignore the reality of the split between Hamas and Fatah and, in particular, the existence of a de facto Hamas-ruled statelet in Gaza, peace between Israel and the Palestinians is likely to remain elusive. In effect, the unwillingness of Western diplomats to face up to these realities has rendered the peace process almost meaningless. Put simply, the West is pursuing old solutions to a new problem. Needless to say, these old solutions, such as economic incentives, diplomatic pressure on both sides to return to the negotiating table, and attempts to persuade them to accept the same parameters as previous talks, are unlikely to yield positive results.
    Unfortunately, willful blindness, political correctness, and wishful thinking have made a paradigm shift on the part of the West extremely difficult. But such a shift must occur before any peace agreement can be reached. The West, and especially the United States, must acknowledge that the primary obstacle to peace is not settlements or an unwillingness to negotiate, but the Hamas government itself.
    Should it do so, it will be forced to make some bold and difficult decisions. But these decisions are absolutely necessary for the West to accomplish its professed goals. If the Obama administration and other Western leaders do indeed believe that a final status agreement ending all mutual claims is the solution to the Israeli-Palestinian conflict, then they have only two policies to choose from: Pressure Hamas to recognize Israel, or remove it from power. Whichever path they choose, clarity and honesty about the realities of the Israeli-Palestinian conflict would be infinitely preferable to the West’s current policy of self-deception."


Judée-Samarie

- PA forces arrest Islamic Jihad members in raid on Jenin refugee camp (JP) - "Hundreds of Palestinian security forces enter camp overnight".
http://www.jpost.com/Middle-East/Report-PA-forces-arrest-Islamic-Jihad-members-in-raid-on-Jenin-refugee-camp-327935
- PA forces raid Jenin refugee camp, arrest Islamic Jihad members (Times of Israel) - "Abbas’s security forces carry out one of their biggest operations in recent years, highly unusual in terms of scale and area".
http://www.timesofisrael.com/pa-forces-raid-jenin-refugee-camp-arrest-islamic-jihad-members/

- Terror attack: 9-year-old injured in Psagot, Itamar Fleishman (Ynet)
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4436860,00.html
   "A nine-year-old girl was lightly injured Saturday night while she was playing in the yard of her home in Psagot, a Jewish settlement located north of Ramallah in the West Bank. No one else was hurt in the incident.  Paramedics who were alerted to the scene evacuated the girl, who was fully conscious, to Jerusalem's Shaare Zedek Medical Center. She suffered injuries to her upper torso, and the doctor who was treating her said it was unclear whether she had been shot or stabbed.
    IDF forces suspect that a terrorist from the nearby Palestinian town of al-Bireh had infiltrated Psagot and then fled the scene. Footprints found near Psagot's security fence, as well as a hole in the fence, reinforce this assumption. Psagot's residents were instructed to remain indoors until further notice, while soldiers were going from house to house to make certain the terrorist had not remained in the community. [...]"
- IDF locate escape route and weapon used by terrorist in Psagot attack (JP) - "Right-leaning Knesset Members urge peace-talks halt in light of "hypocritical" West Bank violence; father of the attack victim describes the harrowing event in his own words".
http://www.jpost.com/National-News/Nine-year-old-Israel-girl-shot-in-West-Bank-327944


Iran

- Iranian espionage plot uncovered by Shin Bet shows a new level of sophistication, Lior Akerman (JP)
http://www.jpost.com/Defense/In-Depth-Iranian-espionage-plot-uncovered-by-Shin-Bet-shows-a-new-level-of-sophistication-327912
   "The incident cleared for publication this week, in which the Shin Bet (Israel Security Agency) arrested alleged Iranian intelligence agent Ali Mansouri in Israel differs from previous cases which have occured in the last decade. This time, it appears that the recruitment and running of the agent was carried out by the Iranian Revolutionary Guard's special operations unit (Quds Force), rather than by the Iranian intelligence agency. Among other things, the role of the Quds Force is to execute terror attacks against Israel and additional targets in the West and in the Middle East. The signifigance of this is that Mansouri was not sent to Israel to spy and collect intelligence like his predecessors, but rather to establish an infrastructure to carry out terror attacks within Israel. [...]"

- Khamenei critique "une partie" de la visite de Rohani à New York (AFP) - "Nous sommes pessimistes envers les Américains, et nous ne leur faisons pas confiance. Le gouvernement américain n'est pas fiable, dédaigneux, irraisonnable, et il ne tient pas ses promesses".
http://fr.news.yahoo.com/iran-khamenei-critique-partie-visite-rohani-%C3%A0-new-091945526.html
   "Le guide suprême iranien, Ali Khamenei, a critiqué une partie du voyage du président Hassan Rohani à New York pour l'Assemblée générale de l'ONU lors duquel il a parlé à son homologue américain Barack Obama, et jugé les Etats-Unis "pas fiables". "Nous soutenons l'initiative diplomatique du gouvernement, et attachons de l'importance à ses activités durant ce voyage", a déclaré Ali Khamenei, selon des déclarations publiées sur son site internet. Mais "une partie de ce qui s'est passé lors du voyage à New York était déplacée". "Nous sommes pessimistes envers les Américains, et nous ne leur faisons pas confiance. Le gouvernement américain n'est pas fiable, dédaigneux, irraisonnable, et il ne tient pas ses promesses", a-t-il ajouté."
- Tout n'était pas approprié dans la visite de Rohani, dit Khamenei, Yeganeh Torbati (Reuters) - "de notre point de vue, certaines choses qui se sont passées à New York n'étaient pas appropriées".
http://fr.news.yahoo.com/tout-n%C3%A9tait-pas-appropri%C3%A9-dans-la-visite-rohani-100012731.html
- Slamming US and Israel, Khamenei raps aspects of Rouhani’s NY visit (AP) - "10 days before new nuke talks, Iran’s supreme leader calls Americans arrogant and untrustworthy, says US government ‘seized by Zionist network’."
http://www.timesofisrael.com/khamenei-some-of-rouhanis-un-trip-inappropriate/

- Rouhani translator: "No, he did not use the word 'Holocaust.'" (CAMERA) - "Amanpour, who has repeatedly stood by CNN's translation, would know enough Farsi to realize that Rouhani did not use the word "Holocaust." The corollary would be that she has been intentionally deceiving her audience".
http://blog.camera.org/archives/2013/10/rouhani_translator_no_he_did_n_1.html

- Obama: Iran a 'year or more' away from nuclear bomb (Reuters) - "US president says American assessment on timetable for nuclear Iran is "probably more conservative" than Israeli intelligence estimates; states Iranian president Rouhani believes he can improve global relations".
http://www.jpost.com/Iranian-Threat/News/Obama-Iran-a-year-or-more-away-from-nuclear-bomb-327933
- Obama: Iran still at least a year from a bomb (AP) - "US president acknowledges Israel thinks US estimate is wrong, says world must ‘test’ whether Rouhani is serious about diplomatic solution to nuclear dispute".
http://www.timesofisrael.com/obama-says-iran-a-year-or-more-away-from-a-bomb/


Europe

- Circoncision : une résolution européenne fâche Israël (AFP)
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/10/04/97001-20131004FILWWW00338-circoncision-une-resolution-fache-israel.php
   "Israël a condamné aujourd'hui une résolution du Conseil de l'Europe définissant la circoncision des garçons pour motifs religieux, pratiquée dans le judaïsme et l'islam, comme une «violation de l'intégrité physique». «Israël appelle le Conseil à revenir immédiatement sur cette résolution», a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.
    L'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe a adopté mardi (par 78 voix pour, 13, contre, 15 absentions) une résolution invitant les Etats membres à prendre des mesures contre les «violations de l'intégrité physique des enfants». Elle appelle à «condamner publiquement les pratiques les plus préjudiciables, comme les mutilations génitales féminines (excision, NDLR) et adopter la législation les interdisant».
    Rappelant que la circoncision est une tradition ancienne dans le judaïsme, l'islam et une partie de la chrétienté, le ministère israélien des Affaires étrangères affirme que cette résolution «alimente les tendances racistes et haineuses en Europe». «Toute comparaison de cette tradition avec la pratique barbare et condamnable de la mutilation génitale féminine relève au mieux d'une ignorance profonde et au pire de la diffamation et de la haine anti-religieuse», estime-t-il, soulignant les bénéfices médicaux scientifiquement reconnus à la circoncision. [...]"
- Circoncision : Israël dénonce le «racisme» du Conseil de l'Europe, Cyrille Louis (Le Figaro)
http://www.lefigaro.fr/international/2013/10/04/01003-20131004ARTFIG00432-circoncision-israel-denonce-le-racisme-du-conseil-de-l-europe.php
   "[...] Cette controverse intervient un an environ après celle suscitée, en Allemagne, par la décision d'un tribunal de Cologne qui avait mis la circoncision hors la loi, suscitant une levée de boucliers parmi les rabbins orthodoxes ainsi qu'au sein de la classe politique. Le rabbi Goldschmidt avait à l'époque dénoncé «l'une des plus sévères atteintes à la vie juive en Europe depuis l'Holocauste», tandis qu'Angela Merkel avait déclaré : «Je ne veux pas que l'Allemagne soit le seul pays au monde dans lequel les juifs ne peuvent pas pratiquer leurs rites». [...]"


Monde

- UNESCO votes in favor of 6 resolutions condemning Israel (Times of Israel) - "UN cultural body slams Jerusalem for canceling mission to inspect Old City; Israeli envoy says preoccupation with Jewish state ‘obsessive’".
http://www.timesofisrael.com/unesco-votes-in-favor-of-6-resolutions-condemning-israel/

- Afghanistan : cinq civils tués par une frappe de l'Otan dans l'est (AFP) - "Cinq civils afghans, dont trois enfants"... Vous n'entendrez guère parler de cette information, perdue dans le flot des dépêches. Et si le contexte avait été celui de frappes israéliennes à Gaza ?
http://fr.news.yahoo.com/afghanistan-cinq-civils-tu%C3%A9s-frappe-lotan-lest-074850980.html
   "Cinq civils afghans, dont trois enfants, ont été tués dans la nuit de vendredi à samedi par une frappe aérienne de l'Otan dans la province de Nangarhar, dans l'est de l'Afghanistan, ont affirmé à l'AFP des responsables locaux. "La nuit dernière, vers 23H00, cinq civils âgés de 12 à 20 ans étaient en train de chasser des oiseaux avec des fusils à plomb, à environ huit kilomètres de Jalalabad (la capitale provinciale, ndlr) quand ils ont été visés par une frappe aérienne des forces étrangères", a déclaré à l'AFP le porte-parole de la police provinciale, Hazrat Hussain Mashreqiwal. [...]
    Les victimes ont été enterrées samedi matin dans la banlieue de Jalalabad et une foule de plusieurs dizaines de personnes, aux visages crispés par la colère et la tristesse, a assisté à une prière en leur hommage, a constaté un photographe de l'AFP. "A mort les États-Unis, à mort Karzaï ! (le président afghan, ndlr)", ont crié plusieurs d'entre eux. Les victimes civiles causées par les frappes aériennes de l'Otan sont un motif de colère récurrent du président Hamid Karzaï à l'égard de la Force internationale de l'Otan dans le pays (Isaf). Le 7 septembre, seize civils avaient été tués par une frappe aérienne dans la province de Kunar (est), selon la présidence afghane, qui avait "fermement condamné" l'incident. [...]"
Repost 0
Published by Occam - dans Octobre 2013
commenter cet article
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 18:41

moonbat1.png

moonbat2.png

 

- BDS explained (ElderToons) - "This is not a real conversation; it is however a real representation of how not only BDSers but also how EU diplomats of the world view things".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/10/bds-explained-eldertoons.html

Repost 0
Published by Occam - dans Octobre 2013
commenter cet article
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 18:40
France

- Le Quai d'Orsay aux prises avec ses vieux démons, Richard Rossin (Ecrivain, ancien Secrétaire Général de Médecins Sans Frontières) - "Le Quai ne s'intéresse aux Palestiniens, semble-t-il, que lorsque, par n'importe quel moyen, cela peut impliquer Israël".
http://www.huffingtonpost.fr/richard-rossin/le-quai-dorsay-syrie-aux-prises-vieux-demons_b_4025343.html


Israël

- Text and video of Bibi's UN speech (Elder of Ziyon)
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/10/text-and-video-of-bibis-un-speech.html
- Extraits du discours du PM NETANYAHU à l’Assemblée Générale de l’ONU (1er octobre 2013)
http://nosnondits.wordpress.com/2013/10/03/extraits-du-discours-du-pm-netanyahu-a-lassemblee-generale-de-lonu-1er-octobre-2013/

- Le discours de Nétanyahou à l'ONU, David Banoun (Responsable de l’Analyse des Médias)
http://nosnondits.wordpress.com/2013/10/02/israel-et-moyen-orient-revue-des-medias-francais-et-israeliens-2-octobre-2013/
   "Le discours du Premier ministre Netanyahou prononcé mardi à l’ONU est à la Une des médias israéliens comme le sont aussi les commentaires cinglants du New York Times à son égard. Les  commentaires sont partagés en Israël et bien qu’il existe un consensus réel au sein de la société israélienne, convaincue du danger réel de la volonté hégémonique et nucléaire du régime actuel en Iran, la perception du discours onusien du Premier ministre varie nettement en fonction des tendances politiques de chacun.
    Contrairement aux médias français, qui n’ont retenu pour l’instant qu’une seule phrase sortie de son contexte, de nombreux médias israéliens relèvent aussi la vision d’un nouveau monde arabe en paix avec Israël, portée par le discours de Benyamin Netanyahou. "Les dangers d’une arme nucléaire iranienne et l’émergence d’autres menaces dans notre région ont conduit beaucoup de nos voisins arabes, à reconnaître enfin qu’Israël n’est pas leur ennemi. Cela nous permet de surmonter des animosités historiques et de bâtir de nouvelles relations, de nouvelles amitiés, de nouveaux espoirs. Israël se félicite de l’engagement du monde arabe. Nous espérons que nos intérêts et défis communs nous aideront à forger un avenir plus pacifique."
    Le Premier ministre Netanyahou est resté ferme et déterminé à empêcher l’Iran d’accéder à la bombe atomique : "Israël ne laissera jamais des armes nucléaires entre les mains d’un régime voyou qui a promis à plusieurs reprises de nous rayer de la carte. Contre une telle menace, Israël n’aura d’autre choix que de se défendre lui-même. Je veux qu’il y n’ait aucune confusion sur ce point : Israël ne permettra pas à l’Iran de se doter  d’armes nucléaires. Si Israël est obligé d’agir seul, Israël agira seul. Pour l’instant nous sommes seuls, mais en défendant Israël, nous savons que nous défendons beaucoup, beaucoup d’autres pays." [...]
    Le premier Ministre a aussi rappelé l’engagement d’Israël à parvenir à un compromis historique et une paix définitive entre Israéliens et Palestiniens. "Israël continue de rechercher une paix historique avec ses voisins palestiniens, qui mette fin au conflit, une fois pour toutes." "Nous voulons une paix fondée sur la sécurité et la reconnaissance mutuelle dans laquelle un Etat palestinien démilitarisé reconnaisse  l’Etat juif d’Israël." "Je reste déterminé à parvenir à une conciliation historique et bâtir un meilleur avenir pour les Israéliens et les Palestiniens. Maintenant, je n’ai aucune illusion, ce sera difficile à atteindre."
   "Le processus de paix entre Israël et les Palestiniens a débuté il y a vingt ans. Six premiers ministres israéliens, y compris moi-même,  n’ont guère  réussi à réaliser la paix avec les Palestiniens. Mes prédécesseurs ont été prêts à faire des concessions douloureuses. Moi aussi." "Mais jusqu’à présent, les dirigeants palestiniens eux,  n’ont pas été prêts aux concessions douloureuses qu’ils doivent aussi faire pour mettre fin au conflit. Pour parvenir à la paix, les Palestiniens doivent reconnaître l’Etat juif, et les besoins de sécurité d’Israël doivent être respectés." "Je suis prêt à faire un compromis historique pour une paix réelle et durable. Mais je ne cèderai jamais sur la sécurité de mon peuple et de mon pays, qui est le seul et unique Etat juif"."


Gaza & Hamas

- IDF fires on Palestinians at Gaza border fence (Times of Israel) - "One man reportedly dies from his wounds, Hamas says second suspect captured; IDF says men likely planned to carry out attack".
http://www.timesofisrael.com/idf-fires-on-palestinians-near-gaza-border/
- IDF shoots at 2 Palestinians suspected of sabotaging Gaza border fence, 1 dies (JP)
http://www.jpost.com/Middle-East/IDF-shoots-2-Palestinians-suspected-of-sabotaging-Gaza-border-fence-1-dies-327532
   "A Palestinian was shot and killed by the IDF on Monday after he was seen sabotaging the Gaza security fence, an IDF spokesperson said Tuesday. According to the IDF, soldiers opened fire on two Palestinian suspects who were seen sabotaging the Gaza security fence in the northern part of the Strip. Both of the suspects were hit by the gunfire and the surviving suspect was taken into custody for further investigation, the army said.
    Earlier in September, soldiers opened fire on a group of Palestinians who breached the security zone approaching Gaza’s border with Israel, and damaged the fence and threw stones at troops, military sources said. Two Palestinians were wounded in that incident, the army said."

- La mauvaise passe du Hamas à Gaza, Cyrille Louis (Le Figaro) - "Face à cette contestation encore balbutiante, le Hamas affiche, selon nombre d’observateurs, une fébrilité inhabituelle".
http://nosnondits.wordpress.com/2013/09/30/la-mauvaise-passe-du-hamas-a-gaza/
   "[...] Au cœur de l’été, l’armée égyptienne a provoqué une pénurie d’essence bon marché dans la bande de Gaza en détruisant la plupart des tunnels de contrebande qui la reliaient au monde extérieur. «Nos bateaux sont depuis lors à l’arrêt, se désole le président du syndicat local, Mahmoud al-Aassi, et seuls une dizaine de pêcheurs se démènent encore pour tenter d’attraper quelques sardines.» Salah Abou Rialah est de ceux-ci qui, dimanche 23 septembre, a modestement chargé deux litres d’essence dans sa barque pour se faufiler jusqu’au milieu de la rade et débusquer un gros mulet au goût de fuel. «Dans mon malheur, j’ai pu en tirer 120 shekels (environ 25 euros, NDLR), sourit-il. Mais quand je pense à l’époque où je pouvais croiser au large et ramener en une seule journée cent fois plus d’argent, j’éprouve un sentiment étrange…» [...]
    Ces dernières semaines, les médias égyptiens ont accusé, sans fournir de preuve, le mouvement islamiste d’armer les djihadistes du Sinaï. Et le ministre égyptien des Affaires étrangères promet «une riposte violente si des parties au sein du Hamas s’en prennent à la sécurité nationale».
    À Rafah, pendant ce temps, la noria incessante des camions-citernes et des bennes surchargées de gravier a fait place au silence et à la poussière. Aux abords du corridor qui marque la frontière avec l’Égypte, de larges bâches dissimulent toujours l’entrée des tunnels, mais les milliers d’ouvriers qui y travaillaient, au péril de leur santé et parfois de leur vie, ont depuis plusieurs semaines quitté la ruche. «On ne gagne pas un rond depuis trois mois», râle Walid, 18 ans, assis sur un trottoir en compagnie de ses «collègues» Ali et Mahmoud. Ces quatre dernières années, les trois jeunes gens ont passé douze heures par jour à transporter du gravier d’un côté à l’autre de la frontière. «Grâce au Tramadol (un médicament antidouleur détourné de son usage, NDLR), on aurait même pu travailler vingt-quatre heures d’affilée», se vante l’un d’eux avant de confier : «Cette période de chômage ne va pas durer toujours. De nouveaux tunnels, plus longs et plus profonds, sont en train d’être creusés pour déjouer la surveillance des militaires égyptiens. D’ici quelques semaines, deux mois tout au plus, on pourra se remettre au travail.»
    Pour le Hamas comme pour les propriétaires de tunnels, qui ont fait fortune sur la contrebande d’essence, de matériaux de construction et de cigarettes, la fermeture imposée par l’Égypte représente un manque à gagner considérable. «Le gouvernement, qui emploie 42.000 personnes, contre seulement 5000 en 2007, dépend énormément des taxes prélevées sur les produits de contrebande pour payer les salaires – notamment depuis que l’Iran a interrompu ses financements parce que le Hamas refusait de soutenir Bachar el-Assad», observe Mkhaimar Abu Sada, professeur associé de science politique à l’université al-Azhar de Gaza. «Depuis le 15 juin, nous perdons chaque mois 150 millions de dollars de taxes non collectées, soit plus de la moitié de nos recettes, confirme le ministre des Finances de la bande de Gaza, Ziad al-Zaza. En attendant un retour à la situation normale, nous avons donc décidé de ne payer que la moitié des salaires dans la fonction publique.» [...]
    Dans cette enclave que le Hamas contrôle d’une main de fer depuis sa victoire militaire contre le mouvement rival du Fatah, le 14 juin 2007, pourtant, des signes de mauvaise humeur commencent à s’exprimer. En début de semaine, plusieurs dizaines d’étudiants inscrits dans des universités égyptiennes, saoudiennes, européennes ou américaines ont manifesté contre la fermeture du poste-frontière de Rafah, décidée unilatéralement par les autorités égyptiennes. «Voilà plus d’un mois que je suis piégé ici alors que l’année universitaire a déjà commencé, s’agace Djamel Fahad, inscrit en troisième année de médecine à l’université du Caire. Comme plus de 700 étudiants de Gaza, je risque de perdre tout le bénéfice de mes études. Or notre gouvernement ne fait rien pour nous aider.» «En soi, cette mobilisation est un événement nouveau, analyse Atef Abou Seif, écrivain et ancien responsable du Fatah à Gaza. Il y a un an, ces protestataires auraient immédiatement été jetés en prison, mais le Hamas ne peut plus se permettre une telle brutalité. Tant que l’économie des tunnels leur garantissait une vie convenable, les gens acceptaient que le gouvernement leur confisque leurs libertés. Avec la crise qui nous frappe maintenant, ils commencent à devenir plus critiques de la situation.»
    Face à cette contestation encore balbutiante, le Hamas affiche, selon nombre d’observateurs, une fébrilité inhabituelle. «Ils sont sous pression, nerveux, soutient le politologue Mkhaimar Abou Sada : la direction du mouvement semble convaincue que les militaires égyptiens conspirent avec le Fatah pour organiser un soulèvement contre le gouvernement de Gaza.» Fin août, de mystérieux contestataires prétendant s’inspirer du mouvement égyptien Tamarod, à l’origine de la chute du président Morsi, ont lancé sur la Toile un appel à se révolter, le 11 novembre prochain, date anniversaire de la mort de Yasser Arafat. À en croire les organisations de défense des droits de l’homme, l’appareil sécuritaire du Hamas multiplie depuis lors les arrestations d’intellectuels, d’activistes en tous genres et de sympathisants du Fatah. La semaine dernière, le mouvement islamiste a en outre fait défiler dans les rues de Gaza plusieurs centaines de miliciens cagoulés et équipés de lance-roquettes, de fusils d’assaut et de mitrailleuses lourdes, en présence du premier ministre Ismaïl Haniyeh. «Officiellement, l’objectif est de mettre en garde Israël, mais l’explication ne trompe personne, commente Atef Abou Seif. Tout le monde sait bien qu’il s’agit d’un message destiné à ceux qui pourraient être tentés de contester l’autorité du Hamas.»
    Ancien conseiller du premier ministre Haniyeh, Ahmed Youssef conteste toute volonté d’intimidation mais admet que le Hamas traverse une passe difficile. «L’idée de menacer la population ne nous est jamais venue à l’esprit, assure-t-il, et il ne faut pas voir dans ces marches militaires autre chose qu’une sorte de mise en jambes organisée pour éviter que nos combattants ne se rouillent. Évidemment, nul ne peut nier que Gaza affronte une situation très délicate qui pourrait à terme conduire à une explosion sociale. Mais une grande partie de la population comprend que ses souffrances font partie du combat contre l’occupation de notre terre par Israël…»
    Assis au bord de l’eau, non loin de leurs barques immobiles, le pêcheur Salah Abou Rialah et ses collègues ne croient pas davantage à un prochain soulèvement populaire. «Les gens ont trop peur et ne savent plus à qui se fier, sourit l’un d’eux. Nos frères égyptiens nous asphyxient et le Hamas, qui devrait nous protéger, ne pense qu’à préserver sa position.» Un autre renchérit : «Si seulement on pouvait partir, tout redeviendrait possible. Mais nous sommes à Gaza, et ce n’est pas la peine d’y penser…»"

- Egypt drafts plans to launch strikes on Gaza terror targets, Avi Issacharoff (Times of Israel) - "Drones reportedly gathering intel on targets in Hamas-run enclave; Egyptian general says military losing patience with jihadists in Strip".
http://www.timesofisrael.com/egypt-threatens-military-action-against-gaza/

- Iran resumes support to Hamas; Hamas says US gave EU green light to talk to it (Elder of Ziyon) - "Hamas spokesman Ahmad Yusuf admitted Iranian support - presumably monetary and military - is not at the levels it reached previously. He stressed that both Iran and Hamas understand each others' positions on Syria but they have a common enemy in Israel".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/10/iran-resumes-support-to-hamas-hamas.html


"Processus de paix"

- What Abbas Missed in His UN Speech, Khaled Abu Toameh (Gatestone Institute) - "As his speech has shown, he is more concerned about Jews visiting the Temple Mount than thousands of Palestinians who are being butchered and expelled from their homes in Arab countries. That hundreds of mosques and churches have been destroyed in Syria and Egypt is of no concern to Abbas, who sees evil only in the actions of Israel and Jewish settlers".
http://www.gatestoneinstitute.org/4001/abbas-un-speech

- Terrorist Dalal Mughrabi glorified in ping pong tournament (PMW) - "Dalal Mughrabi led the most lethal terror attack in Israel's history in 1978, when she and other terrorists hijacked a bus and killed 37 civilians, 12 of them children".
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=9809
   "On the same day that Palestinian Authority Chairman Abbas spoke about the Palestinians' desire to live in peace with Israel and their "rejection of terrorism in all its forms," Fatah Central Committee member Jibril Rajoub, who also heads the Palestinian Olympic Committee, glorified terrorist Dalal Mughrabi. Dalal Mughrabi led the most lethal terror attack in Israel's history in 1978, when she and other terrorists hijacked a bus and killed 37 civilians, 12 of them children.
    Rajoub chose to sponsor "The Martyr Dalal Mughrabi Table Tennis Tournament." At the closing ceremony, Vice President of the Palestinian Table Tennis Association, Radwan Al-Sharif, honored terrorist Dalal Mughrabi, when he "mentioned the glorious deeds of hero Martyr Dalal Mughrabi." He also "conveyed greetings of Chairman of the Olympic Committee Jibril Rajoub" and "noted that the Table Tennis Association acts in accordance with the Olympic Committee's agenda."
    Reporting on the preparations for the tournament, Ma'an, a private Palestinian news agency, posted a picture of terrorist Mughrabi, apparently as part of an advertisement of the tournament: [voir sur le site] [...]"

- Terrorist Abu Sukkar memorialized in speech given in Abbas' name (PMW) - "Ahmad Jabara Abu Sukkar planned a bombing attack, using a refrigerator filled with explosives, that killed 15 Israelis and wounded over 60 in Jerusalem in 1975".
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=9813
   "During the current peace talks, and on the same day Palestinian Authority Chairman Abbas asserted at the UN the Palestinians' goal of achieving peace, an Abbas representative and other PA and Fatah officials were busy honoring terrorist Abu Sukkar.
    The PA and Fatah held a well-attended memorial in Ramallah for Ahmad Jabara Abu Sukkar who planned a bombing attack, using a refrigerator filled with explosives, that killed 15 Israelis and wounded over 60 in Jerusalem in 1975. At the ceremony, Abbas' speech, which was delivered by Fatah official Jibril Rajoub, referred to Abu Sukkar as "a hero" and "the legend" who "outlined a path for us." Abbas' speech stressed that Abu Sukkar is a role model and that "Fatah lost a beacon" [...]"


Egypte

- Egyptian paper compares Islamists, unfavorably, with Jews (Elder of Ziyon) - "he discusses how Israel exists, in his mind, by using religious justification and a feeling of superiority to justify its creation. He then says that the Islamists, like the Muslim Broitherhood, have the exact same mindset of being always right and relying on their interpretation of religion to justify the creation of Islamist states".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/10/egyptian-paper-compares-islamists.html


Syrie

- "Jewish UN wants to destroy Syria to fulfill Isaiah prophecy, take over world" (Elder of Ziyon) - "Here's a new twist on the usual Arab antisemitic conspiracy theories. The official Syrian RTV agency says that Syria is the last obstacle for Jews to finally take over the world. All you need to do is read the Bible, the Talmud, and (of course) the Protocols of the elders of Zion, and it all makes perfect sense".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/10/jewish-un-wants-to-destroy-syria-to.html


Iran

- Iran : Le chef des Gardiens de la révolution critique le contact Rohani-Obama (AFP)
http://www.20minutes.fr/article/1229801/ynews1229801?xtor=RSS-176
   "Le chef des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du régime iranien, a critiqué lundi l'entretien téléphonique historique entre les présidents iranien Hassan Rohani et américain Barack Obama. «Le président a eu une position ferme et appropriée lors de son séjour mais tout comme il a refusé de rencontrer Obama, il aurait dû aussi refuser de lui parler au téléphone et attendre des actes concrets du gouvernement américain», a déclaré le général Mohammad Ali Jafari au site d'information Tasnimnews.com, dans une première critique publique de ce contact, le premier du genre entre les deux pays depuis plus de 30 ans."
- Iran : les conservateurs critiquent le bilan de Rohani à New York (Le Monde.fr) - et notamment son manque de "négationnisme" explicite lors de son interview sur CNN.
http://keyhani.blog.lemonde.fr/2013/09/30/iran-les-conservateurs-critiquent-le-bilan-de-rohani-a-new-york/
   "[...] Bien que Hassan Rohani ait été accueilli, à son retour, par Ali-Akbar Velayati, proche conseiller du Guide suprême, Ali Khamenei, dans les affaires diplomatiques, ainsi qu'Ali Shamkhani, fraîchement nommé par le Guide à la tête du Conseil de la sécurité nationale, les quotidiens et les sites conservateurs continuent à fustiger les contacts entrepris entre Washington et Téhéran.
   "Nous avons donné des avantages concrets mais n'avons obtenu que des promesses", peut-on lire sur la "une" du quotidien ultra-conservateur Kayhan du dimanche 29 septembre. Selon Kayhan, la conversation entre les présidents Obama et Rohani constitue un geste "désolant" et le plus grand "avantage" donné par le président iranien à son adversaire.
    Le rédacteur en chef de ce quotidien, Hossein Shariatmadari, nommé directement par le Guide suprême, s'en est également pris dans son éditorial, publié le même jour, à certaines des positions de Hassan Rohani à New York. M. Shariatmadari se désole notamment du fait que le président iranien n'ait pas bien réagi lors que la célèbre journaliste d'origine iranienne, Christine Amanpour, lui a posé une question sur l'Holocauste. "M. Rohani aurait dû saisir l'occasion et demander pourquoi aucun historien ne peut enquêter dans ce domaine", a déploré M. Shariatmadari. [...]"

- Bill Clinton on Rowhani: Interesting That Acknowledging Holocaust Makes Him A Moderate (Vidéo 1mn36)
http://www.youtube.com/watch?v=L1odXNfkTqQ

- Netanyahu aux Etats-Unis veut contrer l'offensive de charme iranienne (AFP) - Uzi Arad : "Les fissures apparues dans la position du président Obama m'inquiètent, il faut l'amener à être cohérent par rapport à ce qu'il disait dans le passé sur l'Iran".
http://fr.news.yahoo.com/netanyahu-etats-unis-veut-contrer-loffensive-charme-iranienne-063516023.html
   "Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu va tenter aux Etats-Unis de persuader le monde que la menace nucléaire iranienne n'a pas diminué malgré "l'offensive de charme" du président iranien Hassan Rohani. De l'avis de la plupart des commentateurs israéliens, cette mission s'annonce "très difficile" pour M. Netanyahu, qui doit rencontrer lundi le président américain Barack Obama et prononcer mardi un discours devant l'ONU. [...]
    Uzi Arad, ancien directeur du conseil de la sécurité nationale et proche de M. Netanyahu, a regretté à la radio militaire "un adoucissement des positions américaines face à l'Iran". "Les fissures apparues dans la position du président Obama m'inquiètent, il faut l'amener à être cohérent par rapport à ce qu'il disait dans le passé sur l'Iran", a ajouté M. Arad.
    Dans un de ses éditoriaux, le quotidien gratuit Israël Hayom, qui soutient M. Netanyahu, a même été jusqu'à affirmer qu'un "vent munichois souffle en Occident" en allusion à l'abandon par la France et la Grande-Bretagne de la Tchécoslovaquie à l'Allemagne nazie lors de la conférence de Munich en 1938. [...]"
- Netanyahu invite Obama à maintenir les sanctions contre l'Iran, Matt Spetalnick (Reuters)
http://fr.news.yahoo.com/netanyahu-invite-obama-%C3%A0-maintenir-les-sanctions-contre-190235085.html
   "[...] "En fait, Israël croit fermement que si l'Iran poursuit son programme nucléaire pendant les négociations, il faudrait durcir les sanctions", a déclaré "Bibi" Netanyahu, assis au côté de son hôte américain, en faisant l'éloge de la réponse apportée jusqu'ici par les Etats-Unis aux ouvertures du nouveau président iranien. Barack Obama s'est dit, pour sa part, prêt à tester les ouvertures diplomatiques d'Hassan Rohani tout en insistant sur la nécessité "du plus haut degré de vérification" sur une réduction du programme nucléaire iranien avant de décider de ce qu'il a appelé "un soulagement en matière de sanctions".
    Alors que le chef du gouvernement israélien a plaidé pour "une menace militaire crédible" pour faire pression sur l'Iran et l'amener à mettre en oeuvre ses engagements, le chef de l'administration américaine a fait clairement savoir que son pays restait ouvert à l'option militaire en cas d'échec de la diplomatie. [...]
   "Benjamin Netanyahu se moque d'être le seul à gâcher la fête", avait prévenu un responsable israélien avant la rencontre avec Barack Obama. "Il dira au président : 'mieux vaut pas d'accord qu'un mauvais accord'", a dit le deuxième responsable israélien. [...]"

- Nucléaire iranien : Obama promet à Netanyahu d'être vigilant, Tangi Quemener (AFP)
http://fr.news.yahoo.com/nucl%C3%A9aire-iranien-obama-promet-%C3%A0-netanyahu-d%C3%AAtre-vigilant-181443131.html
   "Barack Obama a promis lundi de faire preuve de vigilance dans les discussions à venir avec l'Iran, tandis que son hôte Benjamin Netanyahu a réclamé le démantèlement du programme nucléaire "militaire" de Téhéran. "Il est impératif que l'Iran ne possède pas d'arme nucléaire, le Premier ministre et moi-même sommes d'accord là dessus depuis que j'ai pris mes fonctions", a déclaré M. Obama après s'être entretenu dans le Bureau ovale avec le dirigeant israélien. En réponse implicite à ce dernier, qui a pressé ces derniers jours les Etats-Unis de ne pas se laisser abuser par la récente "offensive de charme" diplomatique des Iraniens, M. Obama a assuré que son pays entamait ces négociations "avec une grande vigilance". [...]
    Comme à l'ONU mardi dernier, M. Obama a appelé à "donner une chance à la diplomatie". "Il nous faut voir s'ils sont vraiment sérieux lorsqu'ils promettent de respecter les règles internationales", a-t-il ajouté à propos des Iraniens. "Il va nous falloir des actes qui donneront confiance à la communauté internationale sur le fait qu'ils remplissent pleinement leurs obligations internationales et ne peuvent pas obtenir une arme nucléaire", a assuré M. Obama face aux journalistes. [...]
    M. Netanyahu a exigé que "l'Iran démantèle complètement son programme nucléaire militaire", en réclamant aussi le maintien des sanctions actuelles pendant les négociations. "Il faut maintenir cette pression", a-t-il martelé. En outre, "si l'Iran continue à faire progresser son programme nucléaire pendant les négociations, les sanctions devraient être renforcées", a ajouté le dirigeant israélien. De son côté, M. Obama a fait valoir que "c'est grâce aux sanctions sans précédent que nous avons réussi à mettre en place ces dernières années que les Iraniens semblent désormais prêts à négocier". [...]"
- L'Iran sera jugé sur ses actions, promet Kerry à Israël (AFP)
http://fr.news.yahoo.com/liran-sera-jug%C3%A9-actions-promet-kerry-%C3%A0-netanyahu-081541760.html
   "L'Iran sera jugé sur ses actions, pas sur des mots, a promis jeudi à Tokyo le secrétaire d'Etat américain John Kerry, qui "assure au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu" que les Etats-Unis ne prenaient pas les ouvertures iraniennes pour argent comptant.
   "Le président (Barack Obama) et moi-même avons dit que ce ne sont pas des mots qui feront la différence, ce sont des actes", a affirmé le chef de la diplomatie américaine après le scepticisme manifesté par M. Netanyahu face aux signes d'ouverture envoyés par le nouveau président iranien Hassan Rohani. "J'assure le Premier ministre Netanyahu et le peuple israélien que rien de ce que nous faisons n'est basé sur la confiance" avec Téhéran, a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à laquelle il participait avec le chef du Pentagone Chuck Hagel et leurs homologues japonais. [...]
    Pour John Kerry, "le test" au cours des prochaines semaines et des prochains mois, "pas une longue période de temps", sera de déterminer si les bonnes intentions manifestées par le président iranien sont suivies d'actions concrètes pour rassurer les Occidentaux sur la nature de son programme nucléaire. [...] "Nous allons regarder cela très, très attentivement", a ajouté M. Kerry pour qui "la question est de savoir s'il y a la volonté chez toutes les parties" de trouver un terrain d'entente. Le chef de la diplomatie américaine a cependant salué les initiatives du président Hassan Rohani "auquel il faut donner crédit d'avoir tendu la main", tout en se disant conscient que l'attitude du nouveau dirigeant iranien ne faisait pas l'unanimité dans son pays. [...]"

- Nucléaire : Israël prêt à faire cavalier seul contre l'Iran, Cyrille Louis (Le Figaro)
http://www.lefigaro.fr/international/2013/10/02/01003-20131002ARTFIG00557-nucleaire-israel-pret-a-faire-cavalier-seul-contre-l-iran.php
   "[...] «Si Israël doit agir seul, alors Israël agira seul», a lancé le premier ministre, martelant que son pays «n'acceptera jamais de voir des armes nucléaires entre les mains d'un régime voyou qui, plusieurs fois, a promis de nous rayer de la carte». [...]
    «Le drame de Nétanyahou, c'est qu'il menace l'Iran avec un revolver vide», décrypte Yossi Melman, spécialiste des questions de défense pour l'hebdomadaire Sof HaShavua. Le site d'enrichissement de Fordow, dont l'existence a longtemps été tenue secrète, est enterré à 70 mètres de profondeur, hors d'atteinte des armes israéliennes. Seuls les États-Unis disposent de bombes assez lourdes pour frapper ces installations, ainsi que de bombardiers capables de les transporter. «Israël peut tout au plus retarder d'un an ou deux le programme iranien et ce, au prix d'un isolement diplomatique qui promet d'être durable», estime Yossi Melman.
    Amir Rapaport, chercheur au Centre Begin-Sadate pour les études stratégiques, complète : «Contrairement à l'Irak et à la Syrie, dont les programmes nucléaires furent stoppés en 1981 et 2007 par des frappes israéliennes, l'Iran a eu tout le loisir de se préparer.»
    Quel que soit son pouvoir d'intimidation, le ton de Nétanyahou montre qu'il n'a pas perdu espoir de peser sur les négociations qui vont s'engager entre Washington et Téhéran. En laissant entendre qu'il ne se satisfera pas d'un «mauvais accord», il espère convaincre Obama de ne pas lever les sanctions trop vite. «S'il y arrive, juge Yossi Melman, il peut encore faire reculer un régime iranien au bord de l'effondrement économique.»"
- No shticks or tricks: Speech to Obama and Putin, Ron Ben-Yishai (Ynet) - "PM Netanyahu's masterful UN address added credibility to Israel's threat of solo strike on Iran".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4435684,00.html
- Netanyahu relays a simple message on Iran at UN, Herb Keinon (JP) - "PM's remarks at the UNGA are intended less for Iranian leadership, more for countries set to engage with smiling Rouhani; Netanyahu wants to instill idea of possible Israeli strike as world begins to speak with Iran".
http://www.jpost.com/Diplomacy-and-Politics/Netanyahu-relays-a-simple-message-on-Iran-at-UN-327621

- Peres: Rouhani's rhetoric contradicts Iran's reality (Reuters) - "Ahead of PM's meeting with Obama, president says Iran's intentions can only be tested by actions, not words".
http://www.jpost.com/Middle-East/Peres-Rouhanis-rhetoric-contradicts-Irans-reality-327469
- Peres: All options open on Iran (AP) - "At The Hague's Peace Palace, Peres speaks of Iran, says: 'I hope facts will justify hopes' regarding new regime, but in end 'we can judge only by acts and by deeds.' Nonetheless, stresses 'all options' are being kept open".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4434843,00.html
- Peres: Rouhani’s ‘impressive’ speech doesn’t reflect what’s really happening in Iran (AP)
http://www.timesofisrael.com/peres-says-sanctions-not-working-all-options-open-on-iran/

- Rapprochement USA/Iran : analyse de Gerald Steinberg (professeur de sciences politiques à l’université Bar-Ilan de Tel-Aviv)
http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Israel-s-oppose-au-rapprochement-entre-Etats-Unis-et-Iran-2013-10-02-1031370
   "Israël, les États-Unis et les Européens sont étroitement liés par des intérêts communs en matière sécuritaire et luttent de concert contre la non-dissémination des armes nucléaires. Il y a certes des divergences de vue sur la tactique à employer et sur les tâches qu’ils sont respectivement appelés à assumer, mais leurs objectifs sont fondamentalement les mêmes. On a pu le constater après les derniers entretiens de Benyamin Netanyahou à la Maison-Blanche, quand Barack Obama s’est à nouveau formellement engagé à empêcher l’Iran d’obtenir l’arme atomique en rappelant que toutes les options restaient ouvertes, y compris le recours à la force.
    Il reste qu’Israël est en mesure d’agir tout seul, s’il y est contraint. le premier ministre l’a très clairement indiqué le 1er octobre à l’Assemblée générale de l’ONU. Et Obama peut utiliser ce fait pour dissuader les Iraniens de tout atermoiement. Cela fait partie du partage des rôles dans le règlement du dossier iranien.
    L’ère de la méfiance entre Netanyahou et Obama est révolue. Le premier ministre (israélien) n’a aucune raison d’agir dans le dos de son grand allié. Il n’a rien à gagner à se servir, par exemple, de ses appuis notoires parmi les républicains au Congrès. D’autant qu’une bonne partie de ces derniers est isolationniste et hostile à l’implication des États-Unis au Proche-Orient, ce qui est loin de servir les intérêts d’Israël.
    Il faut s’attendre dans les prochains mois à une recrudescence des efforts de coordination sécuritaire entre Israéliens et Américains. Obama a reçu un soutien très marqué de Netanyahou pour son action en vue du démantèlement de l’arsenal chimique de Bachar Al Assad, et Israël fera tout son possible pour aider à accentuer les pressions sur Téhéran. Si les négociations piétinent, la menace de frappes américaines sera très vite brandie."
Repost 0
Published by Occam - dans Octobre 2013
commenter cet article
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 21:55
Repost 0
Published by Occam - dans Septembre 2013
commenter cet article
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 21:54
France

- Paris rappelle une diplomate qui a giflé un soldat israélien, Noah Browning (Reuters) - "L'incident risquait de se transformer en crise diplomatique, l'Etat hébreu envisageant d'expulser la diplomate".
http://fr.news.yahoo.com/paris-rappelle-une-diplomate-qui-gifl%C3%A9-un-soldat-171855826.html

- Frédéric Encel : entre fausses idées reçues et vraie désinformation, Pascal Boniface (Directeur de l'IRIS) - Pascal Boniface a vu se réveiller brutalement son antisionite chronique aiguë en lisant Frédéric Encel (qu'il déteste cordialement depuis longtemps). Il en a beaucoup souffert, et veut le faire savoir. Amusant.
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/943754-frederic-encel-entre-fausses-idees-recues-et-vraie-desinformation.html
   "[...] Dans le livre [de Frédéric Encel, "De quelques idées reçues sur le monde contemporain"], le chapitre consacré au conflit israélo-palestinien est un monument de propagande. Il est inclus dans une partie intitulée "Obsession proche-orientale". [...] Il s’étonne qu’il y avait au cours de la première Intifada, déclenchée en 1987, davantage de correspondants étrangers en Cisjordanie et à Gaza (soit l’équivalent d’un département français moyen de 2 millions d’âmes) que sur tout le continent africain où il y a 1 milliard d’habitants touchés par des guerres endémiques. Mais Frédéric Encel a "des éléments de réponse" : il recommande tout simplement à "certains obsédés du conflit de consulter les mannes de la psychanalyse". C’est clair et net. Si vous vous inquiétez de la répression de l’armée israélienne c’est que vous êtes bon pour l’asile.
    Il nous explique que pendant la Guerre froide, on pouvait légitimement parler de menace sur la paix du monde à propos des conflits armés de haute intensité entre Israël et ses voisins de 1948 à 1978. Mais, nous dit-il, après les Accords de Camp David, "la rivalité Jérusalem-Ramallah n’a jamais débordé de son cadre spatial fort réduit." Une simple rivalité ! Donc rien de grave docteur. "La cause palestinienne est instrumentalisée par les dictatures nationalistes aux abois et les terroristes islamistes", poursuit-il.
    C’est l’argument classique de la propagande likoudnik. On est bien sûr pour la paix (hélas les Palestiniens ne savent pas saisir l’occasion), mais si elle ne survenait pas, pas d’inquiétude. Le conflit est mineur et simplement surdimensionné médiatiquement. Mais mis à part les responsables de la droite et de l’extrême-droite israélienne, et leur relais d’opinion, tout le monde reconnait le caractère central du conflit en termes stratégiques. Nicolas Sarkozy, pourtant considéré comme un ami d’Israël, l’a affirmé à chaque fois qu’il évoquait le conflit. [...]
    Reste "le problème délicat de l’importation du conflit dans les villes d’Europe", nous alerte notre sémillant universitaire. Elle n’est pas créée par les appels réguliers du CRIF à la solidarité inconditionnelle avec Israël. Non, la responsabilité repose sur "des militants d’extrême-gauche ou islamistes, la stigmatisation haineuse et parfois délictueuse d’Israël, ainsi de certaines campagnes de boycott à l’égard de produits israéliens et de ses prétendus soutiens (juifs) [...] Une manœuvre irresponsable qui accroît la tentation du communautarisme et aggrave l’antisémitisme dans certaines banlieues défavorisées."
    Au fond, le conflit israélo-palestinien, c’est "un conflit, en définitive, ni plus original, complexe ou dangereux qu’un autre au regard de l’histoire et la géographie actuelle des relations internationales." [...]
    [Ce livre] est donc un magnifique exemple de désinformation que l’on pourra enseigner dans toutes les universités et écoles de guerre. [...]"


Israël

- Israël arrête un "espion" iranien (AFP)
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/09/29/97001-20130929FILWWW00034-israel-arrete-un-espion-iranien.php
   "Le service de contre-espionnage israélien, le Shin Beth, a annoncé aujourd'hui l'arrestation le 11 septembre d'un homme présenté comme un "espion" iranien qui transportait sur lui des photos de l'ambassade des Etats-Unis à Tel-Aviv. Cet "espion" détenteur d'un passeport belge a été envoyé en Israël pour le compte des Gardiens de la révolution iraniens, assure le Shin Beth dans un communiqué, précisant qu'il a été arrêté à l'aéroport Ben Gourion à Tel-Aviv."
- Iranian arrested in Israel on suspicion of espionage, Gavriel Fiske (Times of Israel) - "Man, believed to be member of Revolutionary Forces, says he was to be paid $1 million to spy on Israel; Jerusalem says arrest proof Iran engaged in ‘doublespeak’."
http://www.timesofisrael.com/iranian-arrested-on-suspicion-of-spying-on-israel/


Gaza & Hamas

- Rocket fired from Gaza lands in Ashkelon Coast Council area (JP) - "No injuries reported as Palestinians fire rocket at Israel that lands in open area".
http://www.jpost.com/Defense/Code-Red-siren-sounds-after-apparent-rocket-fire-from-Gaza-327297

- Thousands mark Second Intifada anniversary in Gaza (Ynet) - "Masses chant 'we are all the resistance' in Hamas rally in central Gaza, burn Netanyahu, Peres effigies. IDF use tear gas on crowd who approach border".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4433864,00.html
- Hamas, Islamic Jihad call for a third intifada, Khaled Abu Toameh (JP) - "Calls issued in protest against visits by Jews to the Temple Mount; Hamas says it has not abandoned option of suicide bombings".
http://www.jpost.com/Middle-East/Hamas-Islamic-Jihad-call-for-a-third-intifada-327202

- PA official rejects partial control of Gaza-Egypt border crossing, Khaled Abu Toameh (JP) - "Hamas accuses PA of inciting Egypt to keep Rafah crossing closed, creating new stress between the two factions".
http://www.jpost.com/Middle-East/PA-official-rejects-partial-control-of-Gaza-Egypt-border-crossing-327319
   "The Palestinian Authority does not want to return to the Rafah border crossing as part of a partial solution, Jibril Rajoub, a senior member of the Fatah Central Committee, said on Saturday. Rajoub’s announcement came as Egyptian authorities reopened the Sinai-Gaza border crossing after a one-week closure. “The Palestinian leadership rejects partial appearances, such as the presence of the Presidential Guard at the sovereign border crossings, including Rafah,” Rajoub said. Any solution to the crisis at the border crossings with the Gaza Strip should be part of a comprehensive deal, he said.
    Hamas officials have accused the PA leadership in the West Bank of inciting the Egyptian authorities to keep the Rafah terminal closed in order to undermine their control over the Gaza Strip.
    Despite Hamas’s public opposition to the return of PA President Mahmoud Abbas’s forces to the terminal, some of its leaders have not ruled out joint control over the border crossing. “The time has come for Hamas to review its policies and place Palestinian national reconciliation and unity above other considerations,” Rajoub, a former security commander, said. [...]"

- Palestinian students riot at Gaza border crossing (Times of Israel) - "the students, who contended that Hamas officials were issuing passage rights to other individuals at their expense, were blocked by guards at the site". Pour rappel, le Hamas empêche les étudiants de quitter Gaza depuis déjà plusieurs jours.
http://www.timesofisrael.com/palestinian-students-riot-at-gaza-border-crossing/


Judée-Samarie

- Palestinians mark Intifada anniversary with stones, Adiv Sterman (Times of Israel) - "Six Israelis injured in clashes throughout Jerusalem and the West Bank, hours after terror groups call for third uprising".
http://www.timesofisrael.com/palestinians-mark-intifada-anniversary-with-stones/


"Processus de paix"

- Fatah Facebook: "Blood of Martyrs draws the borders of the homeland" (PMW)
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=9750
   "During the current peace talks between the Palestinian Authority and Israel, Fatah chose to glorify violence and Martyrdom death as the way to determine "the borders of the homeland": "My homeland taught me that it is the blood of Martyrs (Shahids) that draws the borders of the homeland." That text, together with a picture of a man holding a rifle, was posted by the administrator of one of Fatah's official Facebook pages, "Fatah - The Main Page," on Aug. 26, 2013. [...]"

- Muslims claiming that Mount of Olives is not a historic Jewish cemetery (Elder of Ziyon) - "In reality, the Mount of Olives has been a Jewish graveyard since First Temple times. Some 150,000 Jews are estimated to be buried there. Tens of thousands of gravestones were desecrated by Jordan during the 19 years that the world considers a "status quo"."
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/09/muslims-claiming-that-mount-of-olives.html


Egypte

- Un soldat égyptien tué par un tireur embusqué dans le Sinaï (Reuters)
http://fr.news.yahoo.com/un-soldat-%C3%A9gyptien-tu%C3%A9-par-un-tireur-embusqu%C3%A9-083732190.html
   "Un soldat égyptien a été tué par un sniper dans le Sinaï, a-t-on appris dimanche auprès des services de sécurité. L'attaque s'est produite tard samedi soir. Le soldat était de faction à un poste de sécurité à Kousaïma, une ville de la péninsule où les violences islamistes sont en nette hausse depuis l'éviction par l'armée du président Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, le 3 juillet dernier."


Iran

- Accueil tendu de Rohani à Téhéran (AFP) - "une soixantaine de jeunes islamistes criaient "mort à l'Amérique" et "mort à Israël"."
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/09/28/97001-20130928FILWWW00253-accueil-mouvemente-de-rohani-a-teheran.php
   "Le président iranien Hassan Rohani a été accueilli ce matin à l'aéroport de Téhéran (Iran) par des centaines de partisans et un groupe d'adversaires, qui criaient "mort à l'Amérique". Entre 200 et 300 partisans d'Hassan Rohani se sont rassemblés à l'extérieur de l'aéroport. Lorsque la voiture du président est passée, ils ont crié : "Rohani nous te remercions". De l'autre côté, une soixantaine de jeunes islamistes criaient "mort à l'Amérique" et "mort à Israël". Un des jeunes a lancé une chaussure contre la voiture du président sans l'atteindre. Hassan Rohani se tenait debout et saluait de la main les gens rassemblés.
    Le président iranien est rentré à Téhéran après cinq jours de visite à New York, achevés par un entretien téléphonique historique avec le président américain Barack Obama."

- Pourquoi l'ouverture iranienne irrite Israël, Armin Arefi (Le Point.fr) - "Israël craint qu'un accord Téhéran-Washington sur le nucléaire n'ouvre à l'Iran la porte à un développement de la bombe dès que la pression sera retombée".
http://www.lepoint.fr/monde/pourquoi-l-ouverture-iranienne-irrite-israel-26-09-2013-1735477_24.php
   "[...] "Israël est très inquiet de ce qu'il considère comme un jeu iranien", explique Ely Karmon, chercheur en problématique stratégique et en contre-terrorisme au centre interdisciplinaire de Herzliya (Israël). "Ce changement de position est le résultat des sanctions économiques occidentales et du mécontentement populaire en Iran", ajoute l'expert.
    Une crainte que l'ambassade d'Israël à Washington a illustrée d'une bien curieuse manière. Sur son compte Twitter, la représentation israélienne s'est moqué du nouvel atout charme de Téhéran, en publiant une page LinkedIn imaginaire consacrée à Hassan Rohani : "Depuis mon élection, grâce à une série de déclarations, de tweets, d'opérations de communication et de sourires, j'ai réussi à transformer le régime des ayatollahs, ennemi des droits de l'homme, en régime modéré, source d'espoir au sein de la communauté internationale", écrit le président iranien dans ce CV fictif.
    "Il est clair que le changement de discours de Téhéran met Israël dans une situation moins confortable qu'il y a un an", souligne Frédéric Encel, professeur de relations internationales à l'ESG Management School et maître de conférences à Sciences Po Paris. [...] "Il ne faut pas voir ce réchauffement comme l'abandon des sanctions occidentales contre l'Iran, souligne toutefois Frédéric Encel. Rien ne changera sur le fond tant qu'il n'y aura pas de geste concret de la part de Téhéran." [...]
    D'après Ely Karmon, "Israël craint qu'un accord Téhéran-Washington sur le nucléaire n'ouvre à l'Iran la porte à un développement de la bombe dès que la pression sera retombée". L'inquiétude israélienne n'est pas dénuée de sens. L'impressionnant rétropédalage de Barack Obama sur la Syrie, le président américain ayant préféré signer un accord avec Moscou sur le démantèlement de l'arsenal chimique de Damas plutôt que d'intervenir, montre que le pensionnaire de la Maison-Blanche n'a aucune envie de s'engager dans un nouveau conflit au Moyen-Orient. Pis, il aura même besoin de la République islamique pour désamorcer la crise syrienne. "Les Iraniens ont très bien su lire dans l'accord russo-américain la position de faiblesse de Barack Obama sur ce dossier", note Ely Karmon.
    De là à imaginer l'État hébreu assumer seul des frappes contre la République islamique ? Un scénario qu'écarte Frédéric Encel, pour qui le discours de Netanyahou est avant tout une "posture" visant à faire monter les enchères dans le cadre des prochaines négociations. "Israël est désormais prêt à attendre et donc à accepter l'idée d'un Iran au seuil nucléaire", estime le chercheur. "Depuis l'avènement de la République islamique, la politique étrangère de l'Iran a toujours été marquée par le pragmatisme", rappelle Frédéric Encel. "En accédant au seuil nucléaire, l'Iran pourrait devenir le co-gendarme de la région, mais il ne se risquera pas à aller plus loin, car aucun pays au monde ne veut de la bombe iranienne"."

- Nétanyahou veut mettre en garde Obama contre Rohani, Marc Henry (Le Figaro) - "Mais Benyamin Nétanyahou doit aussi éviter de donner l'impression de faire la leçon au président américain avec lequel les relations n'ont jamais été très cordiales".
http://www.lefigaro.fr/international/2013/09/29/01003-20130929ARTFIG00149-netanyahou-veut-mettre-en-garde-obama-contre-rohani.php
   "Benyamin Nétanyahou va se livrer lundi à un périlleux exercice d'équilibre diplomatique. Lors de sa rencontre avec Barack 0bama à la Maison-Blanche, son double objectif sera de convaincre le président américain de ne pas se laisser séduire par l'«offensive de charme» menée avec succès par le président iranien Hassan Rohani, la semaine dernière aux États-Unis, et de maintenir la pression sur Téhéran, y compris par des menaces d'attaques militaires contre les installations nucléaires iraniennes. Mais Benyamin Nétanyahou doit aussi éviter de donner l'impression de faire la leçon au président américain avec lequel les relations n'ont jamais été très cordiales. [...]
    Histoire d'éviter un incident diplomatique, le chef du gouvernement israélien a toutefois ordonné à ses ministres de garder le silence pour ne pas jeter de l'huile sur le feu avec des critiques publiques contre l'opportunité du coup de téléphone «historique», vendredi, entre Barack Obama et le président iranien. Mais, selon la radio militaire, Benyamin Nétanyahou, très amer, accuse en privé les dirigeants occidentaux, y compris américains, de «faire semblant de croire aux belles paroles» de Hassan Rohani. Le quotidien d'Israël HaYom, très proche du premier ministre, a même été jusqu'à dénoncer hier dans un éditorial «l'esprit munichois de concession à tout prix qui souffle dans les pays occidentaux».
    Cette approche n'est toutefois pas du goût de tout le monde. Le chef de l'État hébreu, Shimon Pérès, bien que tenu par le devoir de réserve, a critiqué publiquement le «ton méprisant» adopté en Israël vis-à-vis de la diplomatie américaine. «Nous ne sommes pas les seuls à avoir une cervelle» pour comprendre les intentions réelles de Téhéran, a insisté Shimon Pérès. Sur la même longueur d'onde, Alon Pinkas, ancien consul général d'Israël à New York, estime lui aussi que Benyamin Nétanyahou aurait dû s'abstenir de crier constamment aux loups et jouer les «prophètes de malheur» face à une communauté internationale qui demande à tester la bonne volonté apparente de l'Iran. «Même si le premier ministre a raison, mieux aurait fallu agir de façon intelligente. L'an dernier, ajoute Alon Pinkas, le problème pour le monde c'étaient les Iraniens, désormais c'est Israël.»"

- Que Rohani reconnaisse l'Holocauste ou pas n'a aucune importance, Anshel Pfeffer (Haaretz) - "Nous n'avons plus affaire aujourd'hui à un déni de l'Holocauste, mais bien à une tentative de divers adversaires d'Israël de minimiser et de marginaliser le souvenir du génocide juif, en partant du principe que c'était là "le talon d'Achille des sionistes"."
http://www.courrierinternational.com/article/2013/09/28/que-rohani-reconnaisse-l-holocauste-ou-pas-n-a-aucune-importance
   "[...] A chaque fois, on l'interroge sur l'Holocauste et il répond d'une façon ou d'une autre. Je ne suis pas vraiment sûr de ce qu'il a dit car je ne parle pas le persan et il semble que la traduction de certaines de ses déclarations ait suscité la controverse (même dans le cas de Christiane Amanpour de CNN qui, pourtant, parle persan). Les uns ont le sentiment qu'il prend ses distances vis-à-vis de son prédécesseur, Mahmoud Ahmadinejad, qui était considéré comme un négationniste, tandis que d'autres assurent qu'il s'est contenté de noyer le poisson. Je n'en sais rien et je m'en moque. [...]
    Je doute qu'il y ait dans l'Histoire de l'humanité un événement ayant fait l'objet de recherches plus poussées que l'Holocauste. Certes, je peux me passer des historiens, car je peux encore interroger des milliers de survivants, qui sont autant de témoins vivants. Mais le négationnisme n'a rien à voir avec la recherche historique ; le procès de [l'écrivain britannique négationniste] David Irving l'a clairement établi il y a 13 ans. Il ne viendrait à l'idée d'aucun historien digne de ce nom de remettre en cause les faits avérés.
    Quelques illuminés peuvent encore soutenir que seuls quelques juifs sont morts du typhus pendant la Deuxième Guerre mondiale et qu'il n'y a pas eu de chambres à gaz, ils n'intéressent personne. Nous n'avons plus affaire aujourd'hui à un déni de l'Holocauste, mais bien à une tentative de divers adversaires d'Israël de minimiser et de marginaliser le souvenir du génocide juif, en partant du principe, comme l'a écrit un écrivain iranien, que c'était là "le talon d'Achille des sionistes". Pour les tenants de cette thèse, Israël ne doit d'avoir survécu depuis 60 ans qu'à l'emprise qu'il exerce sur les pays occidentaux en raison de la Shoah. Dans cette optique, l'existence de l'Holocauste ou le nombre de juifs tués n'entrent plus en ligne de compte. Les dirigeants iraniens estiment que s'ils peuvent faire croire au monde que la Shoah n'a pas été une pire injustice que d'autres crimes de guerre, ou qu'elle est comparable à la tragédie palestinienne de 1948, Israël ne s'en relèvera pas.
    Et les dirigeants et journalistes israéliens et juifs qui font tant d'histoires sur ce que Rohani a dit ou pas les encouragent. Obsédés par l'obsession iranienne de la Shoah, ils ne font que renforcer cette idée fausse selon laquelle c'est la mort de 6 millions de juifs qui a entraîné la création d'Israël. Rappelons que depuis deux mille ans les juifs prient pour le retour à la terre promise et que le sionisme politique a été fondé cinquante ans avant le début de la Deuxième Guerre mondiale. Et ce génocide a beau avoir souligné l'urgence de la création d'un Etat juif, il n'a jamais été la pierre angulaire de la naissance d'Israël.
    Et si demain un mémorial de Yad Vashem devait ouvrir dans chaque ville d'Iran, cela ne changerait pas grand-chose à la politique de Téhéran. Il y a trente ans, l'Iran était l'un des plus proches alliés d'Israël dans la région ; les Iraniens fêtaient-ils pour autant le jour de la libération d'Auschwitz ? Je ne crois pas. Dans cette région du monde, les alliances ne sont fondées ni sur l'amitié ni sur les valeurs mais sur les intérêts communs. Certains de nos anciens alliés turcs, égyptiens, palestiniens et saoudiens ont également versé à un moment ou un autre dans le révisionnisme, mais ils sont des partenaires commerciaux de première importance.
    En quoi l'Iran est-il un danger pour Israël ? Les armes nucléaires qu'il met au point pourraient déclencher une course aux armements dans la région. Il soutient un régime criminel en Syrie, qui a déjà fait plus de morts et de réfugiés en deux ans et demi de guerre civile que 66 ans de conflit israélo-palestinien. L'Iran finance le Hezbollah, responsable d'attentats terroristes contre des cibles israéliennes et juives à travers le monde. La non reconnaissance de la Shoah est depuis toujours la caractéristique des pires dictatures : l'Union soviétique n'a accepté de commémorer que les "victimes du fascisme", tout en persécutant les écrivains juifs qui ont tenté de revenir en détail sur le génocide juif. L'attitude de l'Iran envers l'Holocauste est symptomatique du caractère répressif du régime. Mais ce problème ne concerne que le peuple iranien durement éprouvé, et non Israël."

- Susan Rice on Iran: Every reason to be skeptical, Yitzhak Benhorin (Ynet) - "Obama's national security adviser tells CNN sanctions to remain in place until Tehran lives up to commitments regarding nuclear program. 'Any agreement must be fully verifiable and enforceable,' she says".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4434492,00.html


Europe

- How the EU directly funds settlements in occupied territory, Eugene Kontorovich (professor of international law at Northwestern University School of Law, in Chicago) - "There are real differences between the EU’s funding policies toward Turkey’s occupied territories and Israel’s territories: the former is a much starker contradiction of the principles the Europeans proclaim to uphold" ; "The EU does not treat Israel like it treats other countries with settlements it considers illegitimate. This suggests that if Israel abandoned the settlement, Europe would not treat it like other countries without settlements".
http://www.jpost.com/Opinion/Op-Ed-Contributors/How-the-EU-directly-funds-settlements-in-occupied-territory-327329
   "A delegation of European Union officials arrived in Israel weeks ago to discuss the European Commission’s proposed regulations for discretionary funding to Israeli entities. Under guidelines prepared earlier this summer, euros would not be allowed to go to Israeli entities located cross the Green Line – or to those that have any operations there. All Israeli entities applying for funding would have to submit a declaration that they do not have such operations.
    Europe claims that such a move – unparalleled in its dealings with any other country – is mandated by international law. The EU does not recognize Israel’s sovereignty over the territories, and thus has an obligation to keep its money from going there. Those who celebrated the move said that Israel is finally paying the international price for its occupation.
    Yet it turns out that despite the guidelines, the EU still knowingly and purposefully provides substantial direct financial assistance to settlements in occupied territory – in Turkish-occupied Northern Cyprus, that is. So the EU funds the occupation of an EU member state. Turkey’s invasion and occupation of Cyprus in 1974 was condemned the UN Security Council, and the EU’s official policy is that the Turkish occupation is illegitimate, and Turkey must completely withdraw. The EU does not recognize the Turkish government in Northern Cyprus.
    Nonetheless, the EU maintains an entire separate program to direct funds to Northern Cyprus. They even put out a nice, colorful brochure last year. The grants are pursuant to a 2006 regulation adopted by the EU to “end the isolation of the Turkish Cypriot community,” and allocated 259 million euros over five years, and now operates on an annual 28 million euro allocation (a sum that amounts to roughly 0.8 percent of Northern Cyprus[‘s GDP).
    Projects include study abroad scholarships for students at the numerous Northern Cyprus universities (imagine such funding for students at Ariel University!); developing and diversifying the private sector through grants to small and medium- sized businesses; various kinds of infrastructure improvements (telecom upgrades, traffic safety, waste disposal); community development grants, funding to upgrade “cultural heritage” sites, and so forth. They even put on a concert.
    The program basically gives grants to the Turkish business and private entities, and builds the infrastructure of the occupying government. The EU is doing exactly what its claims, in the settlement guidelines, international law prohibits. The relevant EU resolutions and reports make no mention of any international legal question about such funding.
    There are real differences between the EU’s funding policies toward Turkey’s occupied territories and Israel’s territories: the former is a much starker contradiction of the principles the Europeans proclaim to uphold. The settlement guidelines aim to regulate groups based in Israel proper, and goes out of its way to make sure no money might be incidentally spent in the West Bank (or Golan or, oddly, Gaza). Yet the Northern Cyprus project is not simply an outgrowth of standing arrangements with Turkey or Cyprus, but rather a particular funding program that by definition funds 100% occupation activities.
    Indeed, the EU maintains an office in Northern Cyprus to oversee its over “1000 grant contracts...to NGOs, SMEs, farmers, rural communities, schools and students,” according to an EU report. This office liaises directly with the Turkish occupation regime in the territory. It is as if the EU had a direct funding and infrastructure development program for the benefit of, and run in conjunction with, the Shomron Regional Council.
    The Northern Cyprus program is more flagrant in another way. The settlement guidelines make an exception for activities “aimed” at helping “protected persons,” an international law phrase meant to refer to the Palestinians. The Northern Cyprus funding cannot (and does not attempt) to claim this excuse because the majority of the territory’s population is mainland Turkish settlers. So the primary and intended beneficiaries are Turkish settlers.
    The Northern Cyprus program is only the most glaring example of the broad EU funding for settlement activity. Agreements just inked this summer with Morocco would continue to fund its occupation of Western Sahara, for example. And of course, many European businesses and universities openly operate in occupied territories, from French oil companies in Western Sahara to British universities in Northern Cyprus. Yet these companies are not disbarred from EU funding, while similarly situated Israeli ones would be.
    These EU activities have not generated an international legal outcry because in fact, the standard legal view is that such funding does not violate any rules or principles. The EU’s novel position regarding Israel is neither the legal or logical consequence of Israeli activities. The EU does not treat Israel like it treats other countries with settlements it considers illegitimate. This suggests that if Israel abandoned the settlement, Europe would not treat it like other countries without settlements."


Point de vue

- Obama’s misguided linkage (Jerusalem Post editorial) - "The Arab Spring that began in Tunisia, spread to Egypt and sparked sectarian violence in Syria had absolutely nothing to do with Israel’s “occupation” of the West Bank".
http://www.jpost.com/Opinion/Editorials/Obamas-misguided-linkage-327200
   "In his speech this week before the UN General Assembly, US President Barack Obama gave special attention to the Israeli-Palestinian conflict. According to Obama this conflict – along with Iran’s pursuit of nuclear weapons – is central to peace and stability in the region. Several times during his speech he repeated this mantra.
    In the opening to the central, major section of his speech, for instance, Obama declared, “While these issues [Iran and the Israeli-Palestinian conflict] are not the cause of all the region’s problems, they have been a major source of instability for far too long, and resolving them can help serve as a foundation for a broader peace.” Later he returned to this “linkage” theme: “Real breakthroughs on these two issues – Iran’s nuclear program, and Israeli-Palestinian peace – would have a profound and positive impact on the entire Middle East and North Africa.”
    Obama is correct about Iran. It is undisputable that an Islamic Republic ruled by mullahs with nuclear weapon capability would be exceedingly destabilizing. The Islamic Republic, either directly or through its proxies, is involved in numerous conflicts in the region from Syria and various Gulf states to Iraq and Afghanistan. Tehran arms, trains and supports Hezbollah on Israel’s northern border. And according to a recent report by the pro- Hezbollah Lebanese newspaper As-Safir, it has resumed its support for Hamas terrorists in the Gaza Strip.
    Obama is wrong, however, about the Israeli-Palestinian conflict. The Arab Spring that began in Tunisia, spread to Egypt and sparked sectarian violence in Syria had absolutely nothing to do with Israel’s “occupation” of the West Bank. In each of these countries, and elsewhere, popular uprisings unfolded on the backdrop of socioeconomic inequalities and a rejection of old and corrupt autocratic regimes. If Israel and the Palestinians settled all their disputes today, the civil war tearing Syria apart would continue to rage, the violent standoff between the Muslim Brotherhood and Egypt’s military junta, and other conflicts and terrorist activity from Iraq and Afghanistan and Pakistan to Mali and Kenya, to name just a few, would continue.
    Even if Israel managed, somehow, to reach a peace agreement with the PLO, led by Palestinian Authority President Mahmoud Abbas, over the West Bank, Jerusalem and refugees, Israel’s conflict with the Hamas controlled Gaza Strip, with Hezbollah forces in south Lebanon and with additional Islamist groups in Jordan, Egypt, Syria and elsewhere would continue. That is because it is Islamist extremism is its various forms – not the Israeli-Palestinian conflict or even just Iran – that is the driving force behind the terrorism, violence and bloodshed throughout the region. And the Israeli-Palestinian conflict itself has been perpetuated by this same Islamist extremism more than any other factor.
    As Israeli and Palestinian teams negotiate peace, in official PA schools and news media, in TV shows and political caricatures, Israel’s right to exist is denied, Israeli cities are given Arabic names and Jews have no history in Israel. Abbas demands the release of the most ruthless, murderous terrorists as a precondition for peace talks and proceeds to treat these despicable terrorists as Palestinian heroes. Just this week in a meeting in New York with Jewish leaders, Abbas condemned the killings of two Israeli soldiers, Gavriel Kobi and Tomer Hazan, while asking that Israel condemn the killings of Palestinians. But even this half-hearted condemnation, which was issued in response to a pointed question from the crowd, was not published by WAFA, the official PA news agency, as The Jerusalem Post’s Khaled Abu Toameh reported this week. Unfortunately, Obama – a true friend of Israel – failed to note in his speech the PA’s ongoing incitement against Israel.
    Despite Obama’s claims to the contrary, solving the Israeli-Palestinian conflict is not a solution to the region’s instability. And even the Israeli-Palestinian conflict will not be solved until Obama and other world leaders realize that it is Islamic extremism that is perpetuating the conflict and fueling violence throughout the Middle East and elsewhere."
Repost 0
Published by Occam - dans Septembre 2013
commenter cet article

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages