Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 11:07

- NGO map of Gaza reveals quite a bit (Elder of Ziyon)
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/04/ngo-map-of-gaza-reveals-quite-bit.html
   "An enterprising Gazan created an interesting interactive map of Gaza City. Here, in one section downtown, you can see how many NGOs that are listed by the site: 

 

gaza-ngos.png

 

    On the website, you can mouse-over the icons and see which NGOs each represents. There is certainly a lot of outside money being funneled into Gaza.
    On Friday, Ben Dror Yemini in Maariv linked to an old post of mine that showed graphically the top twenty recipients of humanitarian aid per capita from 2000-2009 - and the amount spent per Palestinian Arab was off the charts compared to everyone else: 

 

percap-aid.jpg

 

    Just today, I was sent this article from UNDP, talking about $11 million being spent in the West Bank and Gaza on HIV awareness and treatment. The article says that there are only 8 cases of HIV known in Gaza, and only several dozen in the WB. Last year I mentioned the same program, which organized a conference for 100 people to attend about the topic, just for Gaza - some twelve times more people attending the conference than known HIV patients!
    In a world with unlimited cash, spending millions to save the lives of a handful of people might make sense. But we don't live in that world, and it is pretty clear that the Palestinian Arab cause has managed to take away much needed humanitarian aid from, well, hundreds of millions of people who need aid more than they do. [...]"

Repost 0
Published by Occam - dans Avril 2013
commenter cet article
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 11:06

Démission de Fayyad

- Mahmoud Abbas accepte le départ du Premier ministre palestinien, Ali Sawafta (Reuters)
http://fr.news.yahoo.com/abbas-accepte-la-d%C3%A9mission-du-premier-ministre-palestinien-175831546--business.html
   "Le président palestinien Mahmoud Abbas a accepté samedi la démission de son Premier ministre Salam Fayyad, rapporte l'agence de presse officielle palestinienne Wafa. Il lui a demandé d'expédier les affaires courantes dans l'attente de la formation d'un nouveau gouvernement.
    Salam Fayyad, ancien responsable de la Banque mondiale, a présenté mercredi dernier sa démission au président de l'Autorité palestinienne après un désaccord entre les deux hommes sur la politique du gouvernement, sur fond de crise économique persistante. Les gouvernements occidentaux ont affiché un constant soutien à Fayyad depuis sa prise de fonction en 2007, le considérant comme le véritable artisan des efforts visant à créer un Etat palestinien. [...]
    Lors de sa visite en Cisjordanie le mois dernier, Barack Obama avait clairement décrit Abbas et Fayyad comme les "véritables partenaires" d'un processus de paix et avait espéré une relance du dialogue avec Israël dans les prochains mois. Cette semaine, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a eu un entretien privé avec le Premier ministre palestinien, un clair signe de soutien. [...]"

- Le premier ministre palestinien démissionne (AFP)
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/04/13/97001-20130413FILWWW00404-le-premier-ministre-palestinien-demissionne.php
   "[...] A Gaza, le Hamas, qui a chassé le Fatah de ce territoire en juin 2007, conduisant Mahmoud Abbas à limoger le gouvernement dominé par le mouvement islamiste pour nommer Salam Fayyad premier ministre de l'Autorité palestinienne rivale, a attribué cette démission à des "divergences internes au Fatah". "Fayyad quitte le gouvernement après avoir criblé notre peuple de dettes, et le Fatah doit en assumer la responsabilité parce que c'est lui qui l'a imposé depuis le début", a déclaré Sami Abou Zouhri, porte-parole du Hamas.
    Le différend entre Abbas et Fayyad portait officiellement sur la démission le 2 mars du ministre des Finances Nabil Qassis, acceptée par le premier ministre mais refusée par le président. La semaine dernière, le Conseil révolutionnaire du mouvement nationaliste Fatah avait fustigé "la politique du gouvernement palestinien (de M. Fayyad) empreinte d'improvisation et de confusion sur de nombreux sujets financiers et économiques". Avant la nomination de Nabil Qassis en mai 2012, le portefeuille des Finances était détenu par Salam Fayyad, un indépendant, parallèlement à ses fonctions de chef du gouvernement.
    Vendredi soir, le secrétaire d'Etat américain John Kerry avait contacté directement par téléphone Mahmoud Abbas pour l'enjoindre de régler la crise avec son Premier ministre, selon des sources officielles palestiniennes. Washington avait indiqué jeudi que Salam Fayyad, qui a la faveur des Etats-Unis, ne démissionnerait pas, une déclaration qui a été vivement dénoncée comme une "ingérence" par des dirigeants du Fatah. La démission de Salam Fayyad, crédité par la communauté internationale de l'édification d'institutions capables de porter un Etat, risque de compromettre l'entente avec les responsables israéliens et palestiniens annoncée cette semaine par John Kerry pour "promouvoir le développement économique en Cisjordanie" [...]"

- Israël déplore la démission de Salam Fayyad (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/israel-deplore-la-demission-de-salam-fayyad/
   "A Jérusalem, on déplore ce soir la démission du Premier ministre palestinien Salam Fayyad, considéré comme un « élément modéré conscient de l’importance de la coopération sécuritaire avec Israël ». « Il faut se souvenir qu’il a contribué à la construction de l’économie palestinienne et de l’Etat palestinien depuis zéro. Toutefois, le responsable du dossier diplomatique c’est Abou Mazen (ndlr- alias Mahmoud Abbas, le chef de l’AP) et la démission de Fayyad n’aura pas d’impact sur le processus de paix », ont indiqué des sources diplomatiques israéliennes. « Par contre, le départ de Fayyad peut frustrer les Américains. Ils comptaient sur lui et le considéraient comme leur interlocuteur et responsable »."

- Palestine : la démission de Salam Fayyad est un coup dur pour les États-Unis, Adrien Jaulmes (Le Figaro)
http://www.lefigaro.fr/international/2013/04/14/01003-20130414ARTFIG00061-palestine-la-demission-de-salam-fayyad-est-un-coup-dur-pour-les-etats-unis.php
   "[...] Poli, presque effacé, pragmatique et efficace, Fayyad avait réussi l'exploit de transformer l'Autorité palestinienne héritée d'Arafat, minée par la gabegie et la corruption, en un gouvernement relativement bien géré. Depuis sa nomination en 2007, il s'était consacré à la mise en place d'institutions viables pour le futur État palestinien. Il avait notamment introduit un budget, et le paiement des fonctionnaires par virements bancaires plutôt que de la main à la main. Un diplomate français l'avait même comparé à un Raymond Barre palestinien.
    Mais la popularité de Fayyad auprès des diplomates occidentaux et des institutions internationales lui a parallèlement valu une impopularité croissante du côté palestinien. La vieille garde du Fatah, les compagnons historiques de Yasser Arafat, rentrés d'exil avec lui après les Accords d'Oslo, n'ont jamais pardonné à ce nouveau venu, qui n'avait pas participé aux combats de l'OLP, d'avoir mis fin à leur système de prébendes en les écartant du centre du pouvoir.
    Le Hamas, le mouvement islamiste rival, qui réclamait la démission de Fayyad comme condition à la réconciliation avec le Fatah, dénonçait depuis longtemps cet économiste comme un «laquais des Américains», chargé de la «politique de collaboration» avec Israël. [...]"

- Pas de favori pour succéder au Premier ministre palestinien Fayyad, Nasser Abou Bakr (AFP)
http://fr.news.yahoo.com/palestiniens-favori-succ%C3%A9der-au-premier-ministre-fayyad-120012920.html
   "Aucun favori ne se détachait clairement dimanche pour succéder au Premier ministre palestinien Salam Fayyad qui a démissionné, en dépit du soutien appuyé de Washington, soldant des mois de conflit avec le Fatah du président Mahmoud Abbas. M. Fayyad, un économiste indépendant de 61 ans, a présenté sa démission samedi à M. Abbas, qui l'a aussitôt acceptée. [...] Parmi les successeurs possibles figurent Mohammad Moustapha, conseiller économique de Mahmoud Abbas et président du Fonds d'investissement de Palestine, ou l'homme d'affaires Mazen Sinokrot, un ancien ministre de l'Economie qui a de bons rapports avec le mouvement islamiste Hamas, au pouvoir à Gaza.
    Le président Abbas pourrait lui-même assurer les fonctions de Premier ministre dans le cadre d'un gouvernement de "consensus national" prévu par les accords de réconciliation entre le Fatah et le Hamas signés au Caire (avril 2011) et à Doha (février 2012), restés pour l'essentiel inappliqués. [...]
    La rue palestinienne était partagée entre ceux qui, comme Raed al-Khatib, un jeune de 23 ans de Ramallah, regrettaient le départ d'"un des meilleurs économistes" et les autres, tel Mohammed Amine, un quinquagénaire de Jérusalem, qui espèrent un changement de politique économique "parce que nous en avons assez de souffrir de la crise".
    Israël n'a fait aucun commentaire officiel sur la démission de M. Fayyad, considéré en privé comme un interlocuteur compétent et modéré. Le correspondant diplomatique du quotidien israélien Haaretz a cependant évoqué un "événement spectaculaire" qui aura des conséquences "sur Israël et les efforts de l'administration Obama pour relancer le processus de paix, de même que la politique de l'Union européenne envers les Palestiniens". [...]"

- Palestine : «l’Américain» Fayyad claque la porte, Serge Dumont (Libération)
http://www.liberation.fr/monde/2013/04/14/palestine-l-americain-fayyad-claque-la-porte_896136
   "[...] Paradoxalement, cette démission suscite peu d’échos en Israël. «C’est un problème interne à l’Autorité palestinienne, nous ne nous en mêlons pas», a affirmé le ministre des Questions stratégiques, Youval Steinitz. Quant à son homologue de l’Environnement, Amir Peretz, il a «espéré que le changement de gouvernement palestinien n’influera pas sur la reprise des pourparlers». A contrario, en Cisjordanie, les cadres du Fatah ne cachent pas leur joie de voir partir «l’Américain». «Les résultats économiques de son gouvernement sont catastrophiques, il était temps qu’il s’en aille», a déclaré samedi le secrétaire du Conseil révolutionnaire du Fatah, Amin Makboul."

- Fayyad's resignation: The beginning of the end of the PA?, Barak Ravid (Haaretz) - "In order to survive, Abbas imposed a semi-autocratic regime in the West Bank styled after that of former Egyptian President Hosni Mubarak".
http://www.haaretz.com/news/middle-east/fayyad-s-resignation-the-beginning-of-the-end-of-the-pa-1.515292
   "[...] For Israel's government and defense establishment, the U.S., and the EU, which both regularly provide economic aid to the Palestinian Authority, Fayyad was the go-to man. The former International Monetary Fund economist was educated in the U.S. and was a symbol of good governance and the war on corruption. His plan to build Palestinian state institutions from the bottom up received much international support.
    But it was this success that itself bore within it the seeds of his demise. Fayyad, who served as prime minister since 2007, resigned after his relations with PA President Mahmoud Abbas deteriorated, reaching an unprecedented low. The crisis of confidence between the two leaders was sharp and irreparable. Abbas and the Fatah party's old guard that surround him saw Fayyad as a political rival who needed to be eliminated.
    Fayyad's resignation is another sign of the PA's internal disintegration and the deep political crisis it is struggling with. In order to survive, Abbas imposed a semi-autocratic regime in the West Bank styled after that of former Egyptian President Hosni Mubarak. Journalists and bloggers are sent to prison, demonstrations and criticism are suppressed with an iron fist and the government doesn't function while the ruler travels the globe.
    The PA president looked on with jealously as Fayyad gained popularity not only in Washington and Brussels but also in the West Bank. Senior Fatah party members saw Fayyad as an obstacle toward their political and economic ambitions. The Palestinian prime minister refused to transfer funds to them or to appoint them as ministers. The financial crisis that struck the PA fell like ripe fruit into the hands of Abbas and the Fatah bigwigs. They decided to direct the public anger over the rising cost of living and high unemployment towards Fayyad and his government.
    The conflict between Abbas and Fayyad grew following the latter's objection to Abbas' decision to unilaterally declare Palestinian independence at the United National General Assembly. Fayyad thought it was merely a symbolic step without real benefit and warned of the damage it would cause the PA as a result of Israeli sanctions. Fayyad was right. [...]
    Fayyad's resignation will place a question mark on the prospect of continued international aid to the PA. Without Fayyad guarding the public coffers, it's not certain that the countries currently providing the PA with aid will continue to do so. Israel will also hesitate to promote economic measures in the West Bank with Fayyad away from the steering wheel. The economic crisis in the West Bank will deepen, which means that the road to the next bout of violence is a short one.
    Fayyad's resignation is also a harsh blow to the Obama administration, and its plan to promote the peace process. A senior Israeli official pointed out that Fayyad didn't handle negotiations with Israel, so that at a first glance his resignation shouldn't affect the American-led peace efforts. Nevertheless, the official added, Fayyad's departure will frustrate the administration, which relied on him and saw in him a responsible figure. [...]"


Israël

- Israel: 65 Years of Achievement (Vidéo 2mn09) - "Happy birthday to the State of Israel, which was born 65 years ago!"
http://www.youtube.com/watch?v=kB6AgwmJw5o&feature=player_embedded

- Yom Hazikaron : 25.578 morts tombés pour Israël (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/yom-hazikaron-25-578-morts-tombes-pour-israel/
   "Israël se recueillera à partir de dimanche soir 20h, heure à  laquelle la sonnerie retentira dans tout le pays pour commémorer le souvenir des 25.578 victimes tombées au combat ou cibles du terrorisme. Suivra par la suite la principale cérémonie sur le parvis du Kotel (Mur des lamentations), en présence du président Shimon Pérès. D’autres cérémonies sont prévues à travers tout le pays. Les forces de sécurité et la police seront déployées massivement pour éviter tout incident."
- Yom Hazikaron : la sirène retentit, figeant tout Israël (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/yom-hazikaron-la-sirene-retentit-figeant-tout-israel/
   "La sirène retentit actuellement [lundi] pour 2 minutes en Israël, figeant tout le pays qui se souvient des victimes des guerres et du terrorisme."

- Israël : la barre des 8 millions d’habitants est franchie (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/israel-la-barre-des-8-millions-dhabitants-est-franchie/
   "Selon les données du Bureau central de la statistique publiés à la veille de Yom Haatsmaout [Jour d'Indépendance], Israël compte 8, 018 millions d’habitants, dont 6 millions de juifs et 1.6 millions d’arabes."


Judée-Samarie

- Territoires disputés : un attentat avorté à un barrage (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/territoires-disputes-un-attentat-avorte-a-un-barrage/
   "Un Palestinien a été arrêté ce samedi matin au barrage d’Eliahou en Samarie (Territoires disputés) en possession d’une arme. Lors de son interrogatoire, il a avoué projeter un attentat sur place. Il avait d’autres munitions sur lui ainsi que des images du check-point. Il a été transféré aux services de sécurité pour complément d’enquête."


"Processus de paix"

- '57% support unilateral Israeli move to set borders' (JP) - "The majority of the Jewish Israeli public (61%) supports the two-state solution".
http://www.jpost.com/Diplomacy-and-Politics/57-percent-support-unilateral-Israeli-move-to-set-borders-309752
   "A majority of the public (57 percent) believes Israel should make a unilateral move to determine its borders with the Palestinian territories, using the path of the existing separation wall as a guide, a poll conducted by Rafi Smith for non-partisan political movement Blue White Future released on Friday found. The majority of the Jewish Israeli public (61%) supports the two-state solution, the poll found. Twenty-three percent of the public, however, support a bi-national state, without giving Palestinians full civic rights, while 7% think Israel should give Palestinians full civic rights. Thirteen percent think the situation should remain as it is. [...] The poll was conducted among a sample of 500 Jewish adults in Israel in April. [...]"

- Three observations about the Israeli-Palestinian issue, Hannes Stein (German journalist and author) - un point de vue rafraichissant et détonant par rapport au consensus habituel.
http://www.achgut.com/dadgdx/index.php/dadgd/article/three_observations_about_the_israeli_palestinian_issue
   "This blog is known for being pro-Israel. In a way this is a shame because here I would like to propose three simple observations on the Israeli-Palestinian conflict which, I believe, could be shared by everyone around: friends of Israel, critics of Israel, friends of the Palestinians, critics of the Palestinians, fans of Meretz, fans of Gush Emunim, followers of El Fatah (if there still are any), perhaps even some of those who sympathize with Hamas – as long as they agree that those annoying little thingies called facts are not completely irrelevant. My three propositions are the following: 1) This is not a very interesting conflict. 2) There is no easy resolution to this conflict. 3) Peace, if it ever comes, will not come through reconciliation. Let me explain each point in turn.
    1) This is not a very interesting conflict.
    The most basic fact about the low-intensity conflict between Israelis and Palestinians, it seems to me, is that it is overreported. One can easily point to the reasons why should be so—the Jews-are-news-factor; then, Israel is a reporter’s paradize where everybody from top officials down is extremely talkative—AND you can be back from the battlefield at your hotel bar in time for cocktails.
    But overreported it undoubtedly is. Neither can the the Israeli-Palestinian conflict be called extremely bloody—just compare the Gaza campaign of 2008, with perhaps 740 civilians killed by the highest estimate, and the Sri Lankan Army Northern Offensive of the same year, with 7000 civilians killed by the lowest estimate.
Nor is it likely that this unimportant brawl in some dusty corner of this globe will lead to nuclear war anytime soon. Whereas nobody knows what the Korean roulette that Baby Kim is playing will eventually lead to; and remember, there still is the Cashmere crisis between India and Pakistan – totally unresolved—and the Pakistanis are driving nuclear warheads around their country in unarmoured vans.
    So I stand by my word: this is essentially a boring conflict. Actually, one of the best things that could happen to both Israelis and Palestinians would be if the world lost interest. If TV cameras went dark. If both sides were left to their own devices for a year or so.
    2) There is no easy resolution to this conflict.
    If there were some way the Israelis could go: one, two three, and then the Palestinians went: a, b, c – or vice versa: first the Palestinians go a,b,c and then the Israelis implement one, two and three – then this conflict would have been resolved a long time ago. So all those of you who come from the outside carrying heavy bags full of good advice: hold your breaths for a second. It is not easy. And please, why should it be? Why should it be easier then, say, the ethnic strife between Romanians and Hungarians after World War I? Or the conflict in South Tyrol which lasted for generations? Or the Kurdish issue which has been burning at least since the Kurds were promised a state in the Treaty of Sevres (1920), a promise which was broken in the Treaty of Lausanne three years later?
    This conflict will not be resolved in a day or a year. Maybe it will still be around a century from now. Maybe it will be around forever. "Real problems do not have a solution; they have a history" (Nicolas Gomez Davila). Patience, please! And, my dear European friends, both sides in this conflict don’t appreciate it one bit when you wag accusing fingers in their faces like some Victorian governess.
    3) Peace, if it ever comes, will not come through reconciliation.
Here I can only quote Amos Oz, a wonderful writer (and a real mensh) with whom I do not always agree. But he is absolutely on the money when he insists, "Make peace not love". And when he says that peace is made between enemies and must in the case of Israelis and Palestininans result in partition. I also happen to agree with Amos when he warns of sentimentality.
For this reason I view all projects where Arabs and Jews are united, be it in kindergartens or symphony orchestras, with weary and cynical eyes. OK, you can do that kind of thing if you have no more pressing issues. But this is not the long and windy road which might eventually lead to peace or even a extended armistice.
    Let me not mince words here: it is abso-fucking-lutely unimportant whether Israelis and Palestinians view each other with empathy. Whether they develop an understanding or whether they enjoy each other’s cooking. They don’t have to like the other side, not particularly, and they don’t have to learn to live with each other. All this is sentimental crap. This conflict does not belong to the kind where a slightly dysfunctional couple has to overcome certain marital didfficulties. This whole thing is about DIVORCE: How can the competing parties best be seperated? Who will get access to what and when? In short, how can Palestinians and Israelis best avoid each other? And what will happen to the party that is found in breach of the contract?
I am not saying this is how the Israeli-Palestinian conflict will be resolved. Perhaps (see above) it will never be. I’m only saying: should there be peace it will not come through Israeli and Palestinian teenagers fiddling happily side by side while Daniel Barenboim stands at the helm with his baton.
    I have not said a word here about the conflict between Israel and Iran. This belongs to an entirely different class. It is very serious, possibly deadly serious. Maybe this enmity can only be resolved through war (I hope not, but one can’t know). And although the leadership in Teheran claims otherwise: the clash with Iran has nothing to do with the Palestinian issue; nothing at all."


Syrie

- Raid aérien syrien contre un village kurde, 11 civils tués, Khaled Yacoub Oweis (Reuters) - "Ce raid aérien, qui a coûté la vie essentiellement à des femmes et à des enfants, est l'attaque la plus meurtrière menée par l'armée syrienne contre des Kurdes depuis le début du soulèvement contre le régime de Bachar al Assad en mars 2011".
http://fr.news.yahoo.com/raid-a%C3%A9rien-syrien-contre-un-village-kurde-11-055932151.html

- Despite Netanyahu's weekly warnings on Iran, Syria is more imminent danger, Aluf Benn (Haaretz) - "The IDF views Iran as a problem for the 'international community,' but worries that the Syrian Golan could became a new version of the Gaza Strip".
http://www.haaretz.com/opinion/despite-netanyahu-s-weekly-warnings-on-iran-syria-is-more-imminent-danger.premium-1.515547


Point de vue

- Snapshots: Personal Experiences in the Real Middle East, Barry Rubin (director of the Global Research in International Affairs (GLORIA) Center, editor of the Middle East Review of International Affairs (MERIA), and professor at the Interdisciplinary Center (IDC) in Herzliya, Israel) - Un sympathique florilège.
http://rubinreports.blogspot.com.au/2013/04/snapshots-personal-experiences-of-real.html
   "These are all personal observations, selected from a much longer personal list:
    --The Palestinian Christian man is desperate. Can I help him get out of the country? He’s scared of the Islamists. Can I help him  get his son to university in America? The situation is intolerable. Something is worked out with a little help from me. [...]
    --The Israeli observer describes how he watched Egyptian soldiers beat the Sudanese refugees who try to get across the Sinai to Israel. He can hear the women screaming, perhaps they are being raped.
    --The United States and UN promises Israel to keep weapons from being smuggled to Hizballah into Lebanon and promises to keep Hizballah from returning to build military fortifications in southern Lebanon. They fail at both. Hizballah threatens them; mysterious gunmen attack or rob the soldiers. The UN forces commander praises Hizballah. Meanwhile, the promise to Israel is violated.
    --A young Israeli who has just left the army describes how his first job in the army was to register guns given to the Palestinian forces to maintain security and prevent terrorism. His last duty before leaving is capturing Palestinian terrorists and sometimes recognizing—by checking the serial numbers—the guns he helped issue to the Palestinian police a couple of years earlier. [...]
    --The American journalist is told by the Palestinian guide that some structures in Bethlehem are torture chambers put up for use by Israel’s army to question Palestinians.  On inspection, they turn out to be portable toilets.
    --The Lebanese leader tells a delegation that Israel should make concessions to the Palestinian Authority and then, off the record, he adds that he would never trust them himself.
    --The left-wing American peace activist lectures the Fatah man, who has told the American honestly that he wants to wipe out Israel and replace it with a Palestinian state, on how he must sound more moderate in order to gain Western support.
    --The Palestinian doctor tells a journalist that Yasir Arafat is in great health and after the journalist leaves admits to a colleague that Arafat is very ill. (This, of course, relates to the claims that Arafat suddenly died, thus trying to imply he was poisoned by Israel.) [...]
    --The future Palestinian Authority foreign minister who at dinner berates Yasir Arafat and Palestinian strategy as too radical, then the next day at the conference blames Israel exclusively for the failure to achieve peace. [...]
    --The Egyptian writers who (credibly) explain privately that they don’t have anything against Israel but must be militantly full of hate in public in order to protect themselves.
    --The top PLO leader who asserts that Israel has a secret map in its parliament claiming most of the Arab world. Then, when that claim is ridiculed, shrugs and smiles. Oh well, no harm in trying. [...]
    --The American college students who heckle a Palestinian moderate and tell him that he doesn’t really understand the Middle East and how evil Israel is.
    --The Western journalists covering Israel who privately admit to shocking anti-Jewish and anti-Israel prejudices in conversations or at parties.
    --The Western diplomats who do the same.
    --The editor of a major newspaper who changes the reporter's story because it said that Hanan Ashrawi voted not to change the PLO National Charter (which called for wiping Israel off the map). Since, the editor said, Ashrawi was a moderate she could not possibly have voted that way. How did the journalist know about the true story? The journalist was standing outside the hall in Gaza where the meeting was taking place and asked Ashrawi how she voted.
    --The Western activists who pretend to be moderate and supporters of a two-state solution who suddenly forget themselves and make it clear that only Israel’s total destruction would satisfy them. [...]
    These are all things that I’ve personally witnessed or known the person who did.  Unless one understands this reality one understands nothing. And having experienced these and many other things, I simply cannot go along with the clichés and falsehoods of the Western “expert” herd no matter how popular that would make me nor how profitable that may be."
Repost 0
Published by Occam - dans Avril 2013
commenter cet article
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 12:31

machola.png

 

- Gratuitous "Apartheid?" poster - Miss Israel Universe 2012 (Elder of Ziyon)
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/04/gratuitous-apartheid-poster-miss-israel.html
   "How could I resist? From here."

Repost 0
Published by Occam - dans Avril 2013
commenter cet article
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 12:30

France

- Les Juifs dans le monde arabe (Emission "Répliques" de France Culture, Audio 55mn)
http://www.franceculture.fr/emission-repliques-les-juifs-dans-le-monde-arabe-2013-04-13
   "Invité(s) : Georges Bensoussan, historien et responsable éditorial au Mémorial de la Shoah ; Henry Laurens, professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d'Histoire contemporaine du monde arabe."

- Pour Dieudonné, le mariage pour tous est un «projet sioniste qui vise à diviser» (Slate.fr)
http://www.slate.fr/france/68991/dieudonne-mariage-pour-tous-sioniste
   "Pour l’humoriste Dieudonné, le projet de loi sur le mariage pour tous est un «projet sioniste qui vise à diviser les gens». C’est ce qu’il a déclaré lors d’une conférence de presse en marge de son spectacle Foxtrot à l’hôtel Hilton d’Alger, jeudi 14 février, rapporte le site algérien Reporters.dz, cité par le site Conspiracy Watch, qui relève des propos «conspirationnistes» et autres théories du complot. Dieudonné a également déclaré au cours de la conférence de presse : «La société s’effondre. Il n’y a plus de travail et le moral est au plus bas. C’est encore pire maintenant que la France est dirigée par le sionisme.»
    Conspiracy Watch rappelle que «au cours des dernières années, Dieudonné a multiplié les bouffées paranoïaques identifiant le "sionisme" à une sorte d'entité maléfique et anhistorique, quasi-métaphysique.» Il a été condamné à plusieurs reprises pour propos antisémites et injure à caractère raciste."

- Pascal Boniface : faut-il refuser d'aller sur un plateau de télévision quand il est invité ?, Mohamed Sifaoui (Huffington Post) - "Il est évident que le courageux Boniface est plus prompt à descendre le "sioniste" Encel que l'antisémitionniste Dieudonné ("l'antisémisionniste" sert ici à qualifier cette nouvelle doctrine antisémite qui se drape derrière le concept douteux d'antisionisme). Plus aisé, pour lui, de diaboliser Sifaoui pour mieux se faire respecter par les frères Ramadan, plus rentable enfin de fustiger les chemises de BHL et d'admirer avec bienveillance les chèques distribués par l'émir du Qatar".
http://www.huffingtonpost.fr/mohamed-sifaoui/pascal-boniface-faut-il-refuser-daller-sur-un-plateau-de-television-quand-il-est-invite_b_2551147.html

- Pierre Birnbaum : "Comment ne pas être troublé par les mots et les références de Hollande ?" (Le Monde) - "comment ne pas penser aux années 1920-1930, à la dénonciation du "mur d'argent", des "ploutocrates" et des "200 familles" ?"
http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/04/13/comment-ne-pas-etre-trouble-par-les-mots-et-les-references-de-hollande_3159278_823448.html
   "Professeur émérite de sociologie politique à l'université Paris-I, Pierre Birnbaum est notamment l'auteur de Genèse du populisme. Le peuple et les gros (Fayard-Pluriel, 2010). Il vient de publier La République et le cochon (Seuil, 200 p., 18 euros)."
   "- Claude Bartolone, président socialiste de l'Assemblée nationale et ami du président de la République, s'est dit "réservé" quant à l'obligation de publier le patrimoine des élus : une initiative qui risque d'alimenter le populisme, a-t-il dit. Vous qui avez étudié l'histoire de cette notion, qu'en pensez-vous ?
    - J'ai écouté attentivement ce qu'a dit François Hollande, mercredi 10 avril, à la sortie du conseil des ministres. J'ai été étonné par les mots et les métaphores qu'il a employés. "Nécessité d'une lutte implacable contre les dérives de l'argent, de la cupidité et de la finance occulte" : comment ne pas penser aux années 1920-1930, à la dénonciation du "mur d'argent", des "ploutocrates" et des "200 familles" ? Comment ne pas être troublé par ces références qui constituent le vieux fond sémantique de l'extrême gauche et de l'extrême droite ? Surtout de la part de quelqu'un comme François Hollande, qui en tant qu'énarque de sensibilité sociale-démocrate, n'appartient ni sociologiquement ni idéologiquement à cet univers-là...
    - En même temps, M. Hollande a déjà utilisé de telles références. On se souvient du discours du Bourget, le 22 janvier 2012, avec la désignation de la "finance" comme "adversaire"...
    - Vous avez raison. Et d'ailleurs, on pourrait ajouter d'autres exemples plus anciens, comme son fameux "je n'aime pas les riches", lors de l'émission "A vous de juger", sur France 2, en 2006. En cela, François Hollande ne fait qu'entretenir une rhétorique qui demeure très présente au sein du Parti socialiste et qui a notamment, ces dernières années, été fortement réactivée par les "quadras" du NPS . On se souvient de Vincent Peillon dénonçant le "mur de l'argent", de Benoît Hamon critiquant "les cadeaux faits aux plus riches", d'Arnaud Montebourg évoquant "le système financier mondialisé". Les trois sont aujourd'hui au gouvernement. Comme Mitterrand qui dénonçait "l'argent qui corrompt pourrit jusqu'à la conscience des hommes", François Hollande sait très bien, quand il le faut, reprendre ce vocabulaire qui parle évidemment à une certaine gauche mais la dépasse largement : la haine des riches, de l'argent et des banques appartient aussi à l'imaginaire d'une droite antilibérale qui est très puissante en France.
    - Mercredi 10 avril, une chose était nouvelle, en revanche, dans la bouche du président : l'exigence de "transparence"...
    - Oui, c'était extrêmement frappant. Le mot transparence a été prononcé deux fois, il a également demandé que les banques ne puissent rien "dissimuler". Ce ne sont pas des mots anodins. Et bien qu'il ait précisé que son intention n'était pas d'"exhiber" les patrimoines, c'est bel et bien cela qu'il propose. On est ici entre le panoptique de Bentham et Robespierre, dans une tradition qui remonte à la fin du XVIIIe siècle et qui fait de la "transparence" une sorte d'idéal social. C'est une conception des choses qui est aux antipodes de ce qui constitue l'un des points centraux du libéralisme politique, la stricte séparation entre la sphère privée et la sphère publique.
    - Cela vous étonne ?
    - Oui, parce qu'on a quasiment l'impression, en l'écoutant, que la finance ou le grand capital ont aujourd'hui la mainmise sur l'Etat. Or ça n'est pas du tout le cas, au contraire. Regardez par exemple la composition du gouvernement : tous ou presque sont des énarques, des enseignants ou des professionnels de la politique. Jérôme Cahuzac, qui a fait fortune dans le privé, était précisément une exception. [...]
    - Face à la montée des discours populistes, notamment à gauche avec Jean-Luc Mélenchon, M. Hollande pouvait-il tenir d'autres propos ?
    - La radicalisation du discours de Jean-Luc Mélenchon est incontestable avec son "du balai" inspiré de Chavez – formule qui était déjà celle de Poujade dans les années 1950. Ces dernières semaines, il est monté d'un cran avec ses propos sur Pierre Moscovici qui, selon lui, "ne pense plus en français" mais "pense dans la langue de la finance internationale". Si nul ne peut accuser Mélenchon de préjugés antisémites, une telle phrase appartient toutefois à un registre qui ne peut que les évoquer.
    Aujourd'hui, avec l'affaire Cahuzac, on a l'impression que François Hollande "digère" le discours de Mélenchon. Mais ce faisant, est-ce qu'il l'éradique ou est-ce qu'il le légitime ? C'est pour moi la question fondamentale. A titre personnel, je préférerais un président qui remplisse un rôle pédagogique auprès des citoyens plutôt que de céder à un discours parfois démagogique, qui tente de réconcilier la logique de l'Etat républicain avec la reconnaissance du marché.
    L'histoire, de ce point de vue, montre que c'est possible : après tout, Blum pendant la crise des années 1930, Mendès France à l'époque de la montée du poujadisme dans les années 1950, ou encore de Gaulle ont prouvé qu'il était possible de résister, d'expliquer sans d'inutiles métaphores, la profondeur de la crise et la nécessité de reconstruire la solidarité."


Israël

- Yom Hazikaron : 2.500 civils ont péri dans des attentats depuis 1950 (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/yom-hazikaron-2-500-civils-ont-peri-dans-des-attentats-depuis-1950/
   "A l’approche du Yom Hazikaron (la journée annuelle de commémoration des soldats morts au combat et des civils morts dans des attentats, ndlr), le Bitouah Leoumi (Assurances nationales), a indiqué que depuis la fin de la guerre d’Indépendance, 2,493 civils ont été tués dans des attentats."


Gaza & Hamas

- Le Hamas revendique une victoire contre la "collaboration" avec Israël (AFP)
http://fr.news.yahoo.com/hamas-revendique-victoire-contre-collaboration-isra%C3%ABl-125934066.html
   "Le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, a proclamé le succès d'une campagne d'un mois pour inciter les "collaborateurs" d'Israël dans le territoire palestinien à se repentir, qui s'est achevée jeudi, sans toutefois fournir de chiffres. L'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW) a regretté à cette occasion que le "gouvernement de Gaza n'ait apparemment même pas commencé l'enquête promise, plus de quatre mois après que sept prisonniers palestiniens accusés de collaboration avec Israël on été abattus" dans la rue pendant l'offensive israélienne du 14-21 novembre. [...]"

- Comment le Hamas islamise Gaza, Armin Arefi (Le Point.fr) - "la vie quotidienne à Gaza porte déjà les marques de son islamisation rampante".
http://www.lepoint.fr/monde/comment-le-hamas-islamise-gaza-12-04-2013-1654299_24.php
   "La guerre aux "chevelures indécentes" est déclarée. Le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, se livre depuis la semaine dernière à une vague d'arrestations sans précédent. Sa cible : tout jeune homme aux cheveux longs ou hérissés, révèle le Centre palestinien pour les droits de l'homme. "Un officier de police m'a interpellé et m'a ordonné de pénétrer à l'intérieur d'une jeep [...] où figuraient douze autres jeunes hommes", raconte une victime à l'ONG, basée à Gaza. "Au commissariat, on nous a ordonné de nous placer debout, en rang [...], puis nous avons été insultés. Lorsqu'un détenu protestait, il était frappé. Les policiers ont alors commencé à couper les cheveux d'un jeune homme, puis ce fut mon tour."
   "Des dizaines d'adolescents de la bande de Gaza se sont plaints de pareils traitements par les forces de police, et nous recevons de nouveaux témoignages chaque jour", assure au Point.fr Hamdi Shaqqura, directeur adjoint du Centre palestinien pour les droits de l'homme. Pointé du doigt, le Hamas, qui dirige l'enclave palestinienne, apporte des explications pour le moins confuses. Sur Facebook, Ihab al-Ghussein, chef du bureau d'information du gouvernement, assure que les attaques ont été perpétrées par des partis islamistes. De son côté, le porte-parole de la police de Gaza, le commandant Aymane al-Batniji, admet dans un communiqué diffusé par l'Agence France-Presse que des jeunes se sont fait couper les cheveux, mais à la suite de "plaintes de directeurs d'écoles" visant des individus qui "harcelaient les filles". [...]
   "Le but du Hamas est d'islamiser la vie quotidienne", explique pour sa part Jean-François Legrain, chercheur au CNRS-Iremam (Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman). Or, ajoute-t-il, "il peut, pour ce faire, se réclamer de la loi fondamentale". Celle-ci, votée par le Conseil législatif palestinien et promulguée en 2002 par Yasser Arafat, institue l'islam comme religion officielle et en fait l'une des sources principales de la législation. [...]
    Désormais aux affaires, le mouvement gouverne l'enclave palestinienne et impose en sous-main sa mission religieuse. L'alcool disparaît bientôt des échoppes. Le Hamas s'occupe également des femmes. Si aucune loi n'est émise, le mouvement islamiste encourage le port du voile. Les Palestiniennes se voient interdire de fumer la chicha en public, de monter à l'arrière de motos ou encore de se faire coiffer par des hommes. En 2008, le Hamas vote une loi obligeant les fournisseurs d'accès à Internet (FAI) à filtrer les sites pornographiques, avant de faire finalement volte-face.
   "Cette loi a provoqué de farouches oppositions de la part des FAI et de la population, qui craignait qu'elle n'ouvre la voie à d'autres censures", explique Olivier Danino, chercheur à l'Institut français d'analyse stratégique (Ifas). "Ne pouvant envisager de s'aliéner son électorat, le Hamas n'a pas appliqué la loi." Le pragmatisme politique du Hamas lui cause pourtant du tort. Le mouvement islamiste est bientôt concurrencé sur sa droite par des partis salafistes.
   "Des groupes piétistes d'inspiration saoudienne se sont développés à Gaza dès les années 1930, et sont considérés comme légitimes par une grande partie de la population en tant que mouvements religieux", explique Jean-François Legrain. "La nouveauté est que certains de ces groupes se réclament maintenant d'al-Qaida et que certains ont pu être manipulés par le Fatah", ajoute le spécialiste du Proche-Orient. Parmi eux, l'un des plus influents est sans doute le Majlis al-Shura al-Mujahidin (le Conseil consultatif des combattants). "Ces groupes fondamentalistes reprochent au Hamas de ne pas faire son travail d'islamisation, en tant que formation se réclamant de l'islam", souligne Jean-François Legrain. [...]
    En septembre 2012, le Hamas promulgue une loi reprenant en substance la loi anti-sites pornographiques abandonnée en 2008. Début mars, il impose par décret la séparation des sexes dans les écoles dès l'âge de neuf ans. "Il n'était pas nécessaire d'apporter une dimension légale à un fait déjà en vigueur dans la majorité des écoles publiques", peste le militant des droits de l'homme Hamdi Shaqqura. Reste que si la promulgation de telles lois demeure - pour l'heure - encore limitée, la vie quotidienne à Gaza porte déjà les marques de son islamisation rampante. Témoin le voile qui, s'il n'est pas obligatoire, est porté par la majorité des femmes de Gaza. [...]"

- Sondage palestinien : baisse vertigineuse du soutien au Hamas à Gaza et dans les Territoires disputés depuis l’opération Pilier de défense (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/sondage-palestinien-baisse-vertigineuse-du-soutien-au-hamas-a-gaza-et-dans-les-territoires-disputes-depuis-loperation-pilier-de-defense/
   "Une baisse vertigineuse du soutien des habitants de Gaza et des Territoires disputés au Hamas et à la résistance armée aurait été constatée depuis l’opération israélienne « Pilier de défense » en novembre dernier, si l’on en croit les résultats d’un sondage effectué par l’institut de recherche palestinien JMCC (Jérusalem Media & Communication Center) basé à Jérusalem-Est. Selon cette étude, seuls 38% des personnes interrogées estiment que les tirs de roquettes depuis la bande de Gaza vers Israël servent les intérêts palestiniens alors qu’ils étaient 74% à être de cet avis en décembre 2012, soit immédiatement après l’opération « Pilier de défense »."
- Poll: Hamas continues to lose popularity among Palestinians, Khaled Abu Toameh (JP) - "Similarly, the poll found that less Palestinians seem to support the Oslo Accords".
http://www.jpost.com/Middle-East/Poll-Hamas-continues-to-lose-popularity-among-Palestinians-309372
   "Another public opinion poll published Wednesday showed that Hamas was continuing to lose its popularity among Palestinians. The poll, conducted by the Jerusalem Media and Communications Center, also indicated a drop in the number of Palestinians who support the Oslo Accords and violence. Last week, a poll published by the Palestinian Center for Policy and Survey in Ramallah also showed a decline in Palestinians' support for Hamas.
    Wednesday's poll, which covered 1,179 people over the age of 18 and has a margin error of three percent, found that more than 80% of Palestinians support non-violent means of "resistance" against Israel. About 60% said that military operations harm the Palestinians' national interests. The percentage of those who support military operations against Israel dropped from 50% in December 2012 to 31% in this poll. Moreover, support for firing rockets from the Gaza Strip towards Israel has dropped sharply; while it was 74% in December 2012, it now stands at 38%, the poll showed. With regard to overall support, the popularity of Hamas dropped sharply from 28% in December 2012 to 20% in this poll.
    Similarly, the poll found that less Palestinians seem to support the Oslo Accords. While 68% said back in 1997 that they supported the Oslo Accords, this poll showed that only 43% favor the agreements. The poll also found that 33% of the Palestinians believe that the Oslo accords have harmed their interests, while another 34% consider them to have made no difference. More than 55% of those surveyed were also very critical of the Palestinian Authority's security coordination with Israel. [...]"

- L’Egypte arrête quatre hommes pour contrebande d’armes vers Gaza (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/legypte-arrete-quatre-hommes-pour-contrebande-darmes-vers-gaza/
   "Un responsable de la sécurité égyptienne a déclaré à l’agence de nouvelles palestinienne Ma’an que quatre personnes ont été arrêtées en Egypte, soupçonnées de contrebande d’armes dans le Sinaï vers la bande de Gaza : armes automatiques, bombes, mines, obus d’artillerie, munitions anti-aériennes. Il a déclaré que le groupe avait l’intention de transférer les armes dans la bande de Gaza."

- Sinaï : nouvelle découverte d’un entrepôt d’explosifs à destination de Gaza (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/sinai-nouvelle-decouverte-dun-entrepot-dexplosifs-a-destination-de-gaza/
   "Les forces de sécurité égyptiennes ont découvert jeudi soir un entrepôt d’explosifs caché en plein désert au sud de la ville d’El-Arish (Nord-Sinaï), révèle l’agence palestinienne d’informations Maan. Trois caisses de TNT de 250 kilos, une mitrailleuse et huit mines antichars étaient dissimulées dans cette cache et devaient être acheminées vers la bande de Gaza par des tunnels de contrebande, indique une source sécuritaire égyptienne, citée par Maan. Plusieurs caches d’armes et de munitions ont été saisies ces derniers jours par les autorités égyptiennes."

- 436 455 tonnes de marchandises et de nourriture transférées en 2012 d’Israël vers Gaza (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/436-455-tonnes-de-marchandises-et-de-nourriture-transferees-en-2012-disrael-vers-gaza/
   "Depuis le début de l’année 2012, 436 455 tonnes de marchandises, nourriture et gaz ont été livrées à la population de Gaza via Israël. Fermé depuis lundi en raison d’un tir de roquette de Gaza sur Israël, le point de passage de Kerem Shalom fonctionnant normalement tous les jours a rouvert hier.
    Ces marchandises sont commandées et payées par les Palestiniens, puis contrôlées par les services de sécurité israéliens avant d’être livrées à la population de Gaza. Deux points de passage gérés par l’armée israélienne permettent ces échanges : celui de Kerem Shalom est utilisé pour les marchandises, celui d’Erez pour le passage de Gazaouis, de journalistes, de membres d’ONG, etc."

- Le Hamas : « la Shoah est une histoire inventée et sans fondement » (CRIF) - retour sur les dernières sorties négationnistes du "Parti de la résistance islamique".
http://www.crif.org/fr/tribune/le-hamas-%C2%AB-la-shoah-est-une-histoire-invent%C3%A9e-et-sans-fondement-%C2%BB/36234


Judée-Samarie

- Le Premier ministre palestinien présente sa démission à Abbas, Noah Browning (Reuters)
http://fr.news.yahoo.com/le-premier-ministre-palestinien-pr%C3%A9sente-sa-d%C3%A9mission-%C3%A0-061249867.html
   "Le Premier ministre palestinien Salam Fayyad a présenté sa démission au président Mahmoud Abbas mercredi après un différend entre les deux hommes sur la politique du gouvernement, indiquent deux sources à Reuters. [...] Les gouvernements occidentaux affichent un soutien constant à Fayyad depuis sa prise de fonction en 2007, le considérant comme le véritable artisan des efforts visant à créer un Etat palestinien. Son départ pourrait compliquer les relations entre les Occidentaux et Abbas. Les relations tendues qui opposent depuis longtemps Fayyad et Abbas se sont encore détériorées le mois dernier lorsque le chef du gouvernement a accepté la démission du ministre des Finances contre l'avis du président. [...]"
- Fayyad resignation underscores deep schisms with Fatah, Elhanan Miller (Times of Israel) - "opposition to Fayyad from within Fatah stems from the prime minister’s good governance in legislating and regulating financial transactions, which angered many Fatah officials who wanted more control over the PA’s finances to benefit their cronies".
http://www.timesofisrael.com/fayyad-resignation-underscores-deep-schisms-with-fatah/
   "[...] a source in Fayyad’s office told independent Palestinian daily Al-Quds on Thursday that while Fayyad did not yet resign, he intends to do so soon, following incessant attacks against him by members of the ruling Fatah party. “Fayyad feels that he is attacked every day by Fatah. Not a day goes by without leaks or public statements by party officials who target Fayyad personally,”  the source told Al-Quds. “Party officials led a wave of protests against him through strikes, refusal to work, and accusing him of the economic shortfall which in reality was the result of political developments.” [...]
    Hussam Khader, a Fatah official from Nablus, concurred that the main opposition to Fayyad came from the ranks of Fatah and not from Abbas. “There is pressure on the President to sack Fayyad,” Khader told The Times of Israel. “I think this decision is wrong, and stems from personal interests of Fatah people. Clearly there are many capable people [to replace him] but the excuses for fighting Fayyad are illogical.”
    Khader said that opposition to Fayyad from within Fatah stems from the prime minister’s good governance in legislating and regulating financial transactions, which angered many Fatah officials who wanted more control over the PA’s finances to benefit their cronies. Asked whether these men constituted a majority within Fatah, Khader answered in the affirmative. “This time these men are serious. They want to get rid of Fayyad,” he said."
- Fayyad offers resignation (Elder of Ziyon)
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/04/fayyad-offers-resignation.html
   "[...] For years Fayyad - who has no constituency of his own and was never elected - has been praised endlessly by the West for his relative transparency and financial expertise, getting rid of much of the cronyism and corruption from the Arafat days. Fatah, of course, hated him from the start because he was not a member of Fatah. Also, unlike every other Palestinian Arab political leader, Fayyad has no ties to terrorism - something that also ensures his unpopularity. [...]"

- Palestinians: Why Salam Fayyad Stands No Chance against Fatah, Khaled Abu Toameh (Gatestone Institute) - "The Fatah leaders are yearning for the days of Yasser Arafat, when they were able to steal international aid earmarked for helping Palestinians. The Palestinians' problem with Fayyad is that he did not sit even one day in an Israeli prison. For them, graduating from an Israeli prison is even more important that going to any university".
http://www.gatestoneinstitute.org/3670/fayyad-vs-fatah
   "In recent weeks, the US Administration has resumed its efforts to achieve peace not only between Israel and the Palestinians, but also between Palestinian Authority President Mahmoud Abbas and his prime minister, Salam Fayyad. These efforts, however, seem to have failed: Fayyad is apparently on his way out.
    Over the past few years, Abbas and his Fatah faction have been trying to get rid of Fayyad, but to no avail. Abbas and Fatah leaders see the US-educated Fayyad, who was appointed prime minister in 2007 at the request of the US and EU countries, as a threat to their control over the Palestinian Authority in general and its finances in particular. Some Fatah leaders, such as Tawfik Tirawi and Najat Abu Baker, are even convinced that Fayyad is plotting, together with the US and other Western countries, to replace Abbas as president of the Palestinian Authority.
    Were it not for US and EU intervention, Abbas and Fatah would have removed Fayyad from his job several years ago. Each time Abbas considered sacking Fayyad, US and EU government officials stepped in to warn that such a move would seriously affect foreign aid to the Palestinian Authority. President Barack Obama and Secretary of State John Kerry, who made separate visits to Ramallah recently, also found themselves devoting much of their time trying to persuade Abbas to keep Fayyad in his position. But US and EU efforts to keep Fayyad in power seem to have been counterproductive. These efforts further discredited Fayyad in the eyes of many Palestinians. Fayyad's enemies have cited these efforts as "proof" that he is a "foreign agent" who has been imposed on the Palestinian Authority by Americans and Europeans.
    Fatah's main problem with Fayyad is that he has almost exclusive control over the Palestinian Authority budget. In other words, Fatah does not like the idea that its leaders and members can no longer steal international aid because of Fayyad's presence in power. The Fatah leaders are yearning for the era of Yasser Arafat, when they and others were able to lay their hands on millions of dollars earmarked for helping Palestinians.
    In a bid to regain some form of control over the Palestinian Authority's finances, last year Abbas exerted heavy pressure on Fayyad to appoint [Abbas loyalist] Nabil Qassis as finance minister. Until then, Fayyad had held the position of finance minister in addition to the premiership. Earlier this year, Fayyad, in a surprise move, announced that he has accepted the resignation of Qassis without providing further details. Shortly afterwards, Abbas issued a statement announcing that he has "rejected" the resignation of the finance minister. Fayyad has since refused to comply with Abbas's demand and reinstate Qassis.
    But the dispute between Abbas and Fayyad is not only over financial matters. In fact, much of it has to do with the feeling among Fatah's top cadres that Fayyad is seeking to undermine the faction's influence and probably end its role in the Palestinian arena. They accuse him of cutting funds to Fatah's members in the West Bank and Gaza Strip and refusing to pay salaries to former Fatah militiamen.
    In this power struggle between Fatah and Fayyad, the prime minister is certain to emerge as the biggest loser. Fayyad has no grassroots support or political power bases among Palestinians. He does not have a strong political party that would be able to compete with Fatah. Nor does he have his own militia or political backing, especially in the villages and refugee camps of the West Bank. In the 2006 parliamentary election, Fayyad, who was graduated from the University of Texas at Austin, ran at the head of an independent list called Third Way. He won only two seats in the Palestinian Legislative Council.
    Most Palestinians did not vote for Fayyad because he had never played any active role in the fight against Israel. For Palestinians, graduating from an Israeli prison is more important than going to any university in the world. The Palestinians' problem with Fayyad is that he did not sit even one day in an Israeli prison. Had Fayyad killed a Jew or sent one of his sons to throw stones at an Israeli vehicle, he would have earned the respect and support of a large number of Palestinians. In short, Palestinians do not consider Fayyad a hero despite his hard efforts to build state institutions and a fine economy. The Palestinians' only heros are those who fight against Israel or are sitting in Israeli prison.
    Just last week, a public opinion poll showed that Marwan Barghouti, the Fatah leader who is serving five life terms in prison for his role in murdering Israelis, would be elected as president if he ran in the next elections. The poll showed that Barghouti was even more popular than the Hamas prime minister, Ismail Haniyeh, who was never convicted by an Israeli court of murdering Jews .
    If Fayyad wants to embark on a political career in the future, he will have to join Fatah's armed wing, Aqsa Martyrs Brigades, and start participating in terror attacks against Israelis. He will need to do something against Israel to show Palestinians that he has "credentials." Otherwise, Fayyad will have to start searching for a new job outside the West Bank."

- Israël : arrestation d’un Palestinien armé d’un couteau à Hébron (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/israel-arrestation-dun-palestinien-arme-dun-couteau-a-hebron/
   "Les forces de sécurité ont arrêté un un Palestinien armé d’un couteau à Hébron près du Caveau des patriarches. Selon les premiers éléments de l’enquête il s’apprêtait à perpétrer un attentat à l’arme blanche."

- Where's the Coverage? Toddler Victim of Stone-Throwers Struggles for Life (CAMERA) - la petite fille de 3 ans est toujours à l'hôpital, dans un cas sérieux.
http://blog.camera.org/archives/2013/04/wheres_the_coverage_toddler_vi_1.html

- I must have missed the riots when these prisoners died (Elder of Ziyon) - "there were no deadly riots against Hamas and the PA for allowing its prisoners to die. Funny, that".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/04/i-must-have-missed-riots-when-these.html


"Processus de paix"

- Israël salue la pression internationale sur les Palestiniens (RIA Novosti)
http://fr.ria.ru/world/20130411/198051547.html
   "La communauté internationale exerce ces derniers temps des pressions considérables, y compris économiques, sur les Palestiniens afin de les convaincre de retourner à la table des négociations avec Israël, a déclaré le vice-ministre israélien des Affaires étrangères Zeev Elkin sur les ondes de la REKA. "Nous aspirons à des négociations directes, mais sans aucun préalable. Et l'adoption de notre approche par les Américains, les Canadiens et par toute une série d'Etats européens constitue un triomphe de la diplomatie israélienne", a indiqué le vice-ministre dressant le bilan de la récente visite en Israël du secrétaire d'Etat américain John Kerry.
   "Nous ne pouvons pas renoncer à d'importants intérêts nationaux, dont la [construction au-delà de la Ligne Verte], uniquement pour que les Palestiniens daignent retourner à la table des négociations", a expliqué M.Elkin. Il a rappelé que le chef de la diplomatie norvégienne, Espen Barth Eide, avait récemment prévenu le chef de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas du fait que "les Palestiniens perdraient le soutien financier international s'ils ne se remettent pas à la table des négociations". "Si auparavant nous étions la cible de la plupart des pressions, aujourd'hui on exerce des pressions considérables sur M.Abbas", a souligné le haut diplomate israélienne. [...]"

- Source: Israel will freeze settlement construction, Attila Somfalvi (Ynet)
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4367188,00.html
   "US Secretary of State John Kerry's visit to the Mid-East may have ended without any obvious results, but official sources involved in the preliminary talks said Thursday night that "eventually the negotiations will resume. Israel is expected to quietly freeze construction outside of the major settlement blocs in order to resume bilateral talks." [...] a senior official told Ynet that "while there won't be a de jure freeze, but quietly, quietly – construction outside the major blocs will be halted in order to resume negotiations. Israel will not make an official declaration but the move will be carried out on the sly as part of understandings between Israel and the US."
    Jerusalem says that Kerry is determined to renew talks between the two sides and Netanyahu sees resumption of negotiations as a strategic move. "It will take a while, but eventually talks will resume. Now they are looking for a solution that will allow Abbas to save face. There is a great deal of American pressure and Netanyahu is very interested in resuming talks following Obama's visit." [...]"

- Israeli source: There will be no gestures towards Palestinians, Attila Somfalvi (Ynet) - "preliminary demands presented by the Palestinians attest to the fact that they are peace refusniks. We on the other hand are not presenting any pre-conditions".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4366677,00.html
   "Talks yes, gestures of goodwill no. Senior officials in Jerusalem who were present during talks between US Secretary of State John Kerry and Prime Minister Benjamin Netanyahu claimed Wednesday that Israel does not intend to present any confidence building measures towards the Palestinians. The sources claim that the "preliminary demands presented by the Palestinians attest to the fact that they are peace refusniks. We on the other hand are not presenting any pre-conditions, not even recognition of Israel as the national home of the Jewish nation."
    US Secretary of State John Kerry is attempting to renew talks between the two sides but it is not going to be simple. Possible gestures like releasing prisoners or withdrawal from Area C in order to enable the Palestinian Authority to carry out projects were rejected outright. "There will be no response to any demand where the purpose (of the demand) is to supply appease the Palestinians and make them come to the table," an Israeli source noted. "Ministers are unanimous over the decision of not giving in to any pre-condition. They present conditions in order to make the process of renewing direct talks difficult. There will be no gestures, especially not land withdrawals." [...]
   "We don't have any pre-conditions but the Palestinians prepared a list with (demands) like a building freeze, releasing prisoners, and border deliberations before everything (begins). We are ready to discuss everything, but only within the framework of direct talks where we will demand recognition of the Jewish State and declaration of the end of the conflict." The source speaks of Israeli inflexibility, while Netanyahu and Kerry have already discussed economic measures that Israel will offer to the Palestinian Authority, even in Area C.
   "You want cellular antennas? No problem. You want a sweage treatment facility? Can do. It's possible that in a month 10 prisoners might be released, but that's small change," the source added. "With regards to the Palestinian demands for gestures – that is n't going to happen unless it's around the negotiation table. The Palestinians will continue to pressure (us) for gestures and Israel will not accede to gestures as a pre-condition to negotiation"."

- Rare interview confirms PA pays salaries to terrorists and not social aid to families (PMW) - "In the interview, the prisoner's wife and mother of five children complains repeatedly that the prisoner, her husband, has not given her and their children control of his salary, but instead gave it to his brother".
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=8783

- Why “Progress” Toward Israel-Palestinian “Peace” Is More Likely to Bring Regional Instability, Barry Rubin (director of the Global Research in International Affairs (GLORIA) Center, editor of the Middle East Review of International Affairs (MERIA), and professor at the Interdisciplinary Center (IDC) in Herzliya, Israel) - "Such thinking is counter-intuitive but that's only because the intuition is wrong".
http://rubinreports.blogspot.com.au/2013/04/why-progress-toward-israel-palestinian.html
   "Secretary of State John Kerry has every what-should-be-discredited cliché about the Middle East firmly ensconced in his head. Of course, he is not alone. I just briefed a European diplomat who came up with the exact formulation I’m going to deal with in a moment. What is disconcerting—though long familiar—is that Western policymakers hold so many ideas that are totally out of touch with reality.
    They do not allow these assumptions to be questioned. On the contrary, it is astonishing to find how often individuals in elite positions have never heard counter-arguments to these beliefs. It is easy to prove that many of these ideas simply don’t make sense, but it is nearly impossible to get elite intellectuals, officials, and politicians to open their minds to these explanations. Yet we can't just believe what we want to believe, what we'd like to see happen, what we hope for. Reality must be faced or things will be worse. Having unexamined utopian ideas dominate this topic does not serve anyone's interests.
    Let me give a single example. Here are Kerry’s observations after touring the Middle East: "I am intensely focused on this issue and the region because it is vital really to American interests and regional interests to try and advance the peace process and because this festering absence of peace is used by groups everywhere to recruit and encourage extremism." Supposedly, then, the reason that the Israeli-Palestinian conflict is so important and urgent to solve is that otherwise it is a powerful force in encouraging extremism. Of course, steps toward easing Israel-Palestinian tensions and stabilizing the situation are good but have no positive effect on the region.
    Let’s stipulate that it would be a very good thing if this conflict would be resolved in a stable and compromise way. Let’s further stipulate that this isn’t going to happen. But there is another point which sounds counter-intuitive and yet makes perfect sense: Resolving the conflict in some way will encourage even more extremism and regional instability. How can I say that? Very simple.
    Islamist groups and governments, along with radical Arab nationalists, Iran, and others, are determined to prevent any resolution of the issue. Anything other than Israel’s extinction they hold to be treason. If—and this isn’t going to happen—Israel and the Palestinian Authority made a comprehensive peace treaty those forces would double and triple their efforts to subvert it.
    The government of Palestine would face determined domestic opposition, including assassination attempts on the “traitors” who made peace. Palestinian factions would claim to be more militant than their rivals and would seek to use the new state as a basis for attacking Israel in order to prove their credentials and advance their political fortunes. What would the government of Palestine do once cross-border attacks inevitably began against Israel? It is highly likely it would disclaim responsibility and say they cannot find those responsible or even proclaim that these people are heroes.
    Of course, the Hamas regime in the Gaza Strip would not accept the deal, thus ensuring that it could not be implemented. That last factor, which is a huge and impassable barrier is simply ignored by the "peacemakers." Israel would have to make major territorial concessions and take heightened risks in advance that would bring zero benefits from a Hamas government that would increase its attacks on Israel. Hamas forces on the West Bank, perhaps in partnership with Fatah radicals, would seek to overthrow Palestine’s government.
    There would be attempts to carry out atrocities against Israeli civilians to break the deal, just as happened by Hamas alone during the 1993-2000 “Oslo peace process” period. Hizballah from Lebanon would also increase attacks on Israel to prove that the treasonous peace could not hold. [...]
    While the parallels are inexact, some aspects of such a situation remind me of what happened at the end of World War One. Many people in Germany were convinced that their country was not defeated but merely suffered a “stab in the back” by its foreign enemies and the Jews at home. Out of this soil arose the Nazi movement, to avenge this betrayal and defeat. You can make of that parallel what you will.
    Remember, too, that the 1990s “peace process” effort came at a time when Arab regimes were weak, repeatedly defeated by Israel, having lost their Soviet superpower ally, been riven by the Iran-Iraq and Kuwait wars, and with a bankrupt PLO. Now we are in a new era when, for example, the most important single Arab pillar for peace—the Husni Mubarak regime in Egypt—has been driven out to the cheers of those Westerners who also claim to recognize the value of an Arab-Israel peace.
    Whether or not I’ve convinced you, I assume that you must understand that a serious case can be made for the argument stated above. Yet none of these points will appear in the mass media or the high-level debate. The assumption is, as Kerry stated, that Israel-Palestinian peace will make things better and no idea will be considered that contradicts this notion.
    Let me again emphasize that I am not making an “anti-peace” argument here. If it was possible to secure a lasting, stable compromise peace between Israel and the Palestinians, that would be a great achievement. That might be possible some day but, dangerous wishful thinking aside, that isn't true now. [...] And, as we have seen in the past, “diplomatic progress” would produce a regional political firestorm. Such thinking is counter-intuitive but that's only because the intuition is wrong."


Jordanie

- Jordanian parliament demands murderer of 7 Jewish schoolgirls be released (Elder of Ziyon) - "Yes, in "moderate" Jordan, a soldier who wantonly mows down schoolgirls is considered a "hero" by a large percentage of people".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/04/jordanian-parliament-demands-murderer.html


Egypte

- Report: Egyptian Army Tortured, Killed Civilians During Uprising, Elad Benari (Arutz 7) - "Egypt's armed forces participated in forced disappearances, torture and killings during the 2011 uprising, a leaked report finds". C'est l'occasion de rappeler ces mots inoubliables de Laurent Zecchini à cette époque précise : "il est peu probable que l'armée israélienne fasse preuve de la même retenue que les militaires égyptiens de la place Tahrir" (Le Monde daté 23 février 2011). Avec le recul, cette couverture se révèle clairement biaisée et bien indigne d'un "journal de référence", c'est le moins qu'on puisse dire.
http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/166999


Syrie

- Syrie : les raids aériens contre les civils ont fait des milliers de morts (AFP)
http://fr.news.yahoo.com/syrie-raids-a%C3%A9riens-contre-civils-fait-milliers-morts-220149333.html
   "Une organisation internationale de défense des droits de l'Homme a accusé l'aviation syrienne d'avoir bombardé des boulangeries, hôpitaux et autres cibles civiles, et cette ONG a appelé à l'arrêt de ces raids meurtriers contre les civils, qu'elle qualifie de crimes contre l'humanité. "Les raids ordonnés par le gouvernement, qui tuent délibérément et de manière indiscriminée des civils, semblent s'inscrire dans (une stratégie) d'attaques multiples et systématiques contre la population civile que nous jugeons être des crimes contre l'humanité", a assuré Human Rights Watch. [...]"


Iran

- L'Iran et la bombe : une négociation bloquée, Alain Frachon (Le Monde) - "L'Iran a répondu par une fin de non-recevoir. Il n'entre pas dans la discussion".
http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/04/11/l-iran-et-la-bombe-une-negociation-bloquee_3157619_3232.html
   "Depuis quatre ans, au risque d'une dépression nerveuse, les plus puissants pays du monde s'imposent une épreuve cauchemardesque : négocier avec l'Iran. Pour un résultat nul, ou presque. La République islamique ne cède pas. A coups de charmants petits proverbes persans destinés à apaiser ses interlocuteurs, elle poursuit sa course au nucléaire militaire. Le savoir-faire du bazar, pour arriver à la bombe.
    Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU – Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie – auxquels s'est ajoutée l'Allemagne n'intimident pas l'ayatollah Ali Khamenei. Le Guide de la République islamique tient tête à cette coalition de puissants, les 5 + 1, censée représenter les géants militaires et économiques de la planète. L'Iran teste le monde multipolaire de ce début de XXIe siècle : est-il capable d'enrayer la prolifération nucléaire ?
    D'ici un an environ, l'Iran, disent les Etats-Unis, devrait avoir la capacité de fabriquer une arme nucléaire. Léon Panetta, ex-chef de la CIA et ancien secrétaire à la défense de Barack Obama, expliquait cet hiver : "Les dirigeants iraniens n'ont pas encore pris la décision de procéder au développement d'armes nucléaires, mais tout indique qu'ils continuent à augmenter leur potentiel dans ce domaine." Bref, Téhéran approche de la bombe.
    Samedi 6 et dimanche 7 avril, dans le faste kitsch d'un palace local, l'Hôtel Rixos, les diplomates des 5 + 1 ont, une fois de plus, rencontré leur homologue iranien, Saeed Jalili, à Almaty, au Kazakhstan. Mandaté par le Conseil de sécurité de l'ONU, dont l'Iran viole les résolutions, le club des 5 + 1 a mis sur la table une proposition destinée à établir un climat de confiance. L'Iran déciderait quelques mesures allant dans le sens du contrôle de son programme nucléaire ; en contrepartie, les 5 + 1 assoupliraient le régime de sanctions économiques auquel le pays est soumis.
    L'Iran a répondu par une fin de non-recevoir. Il n'entre pas dans la discussion. Elégant et courtois, M. Jalili a répliqué en égrenant quelques dictons persans des plus fumeux : "Mieux vaut semer la graine de la paix que celle de la guerre" – n'est-ce pas ? Il s'en tient aux demandes iraniennes, posées comme un préalable à la négociation : les 5 + 1 doivent reconnaître le droit de Téhéran à l'enrichissement de l'uranium et lever toutes les sanctions. On tourne en rond. On s'est séparé sans même fixer une date pour une prochaine réunion. Le blocage est patent.
    A certaines conditions très strictes et sous contrôle tatillon, l'Iran pourrait être autorisé à enrichir de l'uranium. Mais ce ne peut être le point de départ de la négociation. Il s'agirait là de son aboutissement. Soupçons réciproques : Téhéran redoute que Washington ne veuille déstabiliser la République islamique à coups de sanctions toujours plus dures ; les Etats-Unis craignent que l'Iran ne prolonge la négociation dans le seul but de poursuivre ses activités d'enrichissement de l'uranium.
    Toutes les parties portent une part de responsabilité dans cette impasse. Le club des 5 + 1 est imposant sur le papier. Grâce à Cathy Ashton, la diplomate en chef de l'Union européenne, qui dirige les pourparlers, le club reste uni dans ses demandes : l'Iran doit obéir au Conseil de sécurité, accepter les inspections onusiennes, interrompre son programme d'enrichissement.
    Mais les 5 + 1 n'ont pas de quoi intimider l'Iran. Ils sont trop divisés pour exercer de vraies pressions sur Téhéran. Même si elles ont voté les sanctions, la Chine et la Russie, partenaires économiques importants de la République islamique, n'y sont pas vraiment favorables. Pékin et Moscou ont dit qu'ils n'en voteraient pas de nouvelles. En mars, le sommet des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) a réaffirmé son opposition "aux menaces militaires et aux sanctions unilatérales", et le groupe considère que les mesures commerciales les plus dures contre l'Iran, celles décidées par les Etats-Unis et l'Europe, sont "unilatérales". "Je pense que le niveau de cohérence et de consistance des 5 + 1 diminue", dit Javier Solana, l'ancien secrétaire général de l'OTAN. Il n'y a pas de raison pour que l'Iran ne pense pas comme M. Solana : le club des 5 + 1 est un "tigre de papier". [...]"


Europe

- Quinze ans après l'accord de paix, Belfast reste emmurée, Alexandre Pouchard (Le Monde.fr) - et pourtant, aucune mobilisation internationale contre ces "murs de la honte" ou "murs d'apartheid"... Etrange, non ?
http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/04/10/quinze-ans-apres-l-accord-de-paix-belfast-reste-emmuree_3157130_3214.html
   "Pour quiconque vient à Belfast, ils sont d'immanquables cicatrices qui tailladent les quartiers de la capitale nord-irlandaise. Qui toisent ses rues, hérissés de fils barbelés. Qui coupent des parcs par un grand amas de tôle. Les mal-nommés "murs de la paix" séparant les communautés catholiques et protestantes sont plus que jamais présents dans les rues de Belfast, avec leur lot de grillages, barrières, barreaux aux fenêtres, ici d'une école, là d'un centre social.
    Pourtant, il y a quinze ans, le 10 avril 1998, "l'accord du Vendredi saint", signé par le gouvernement britannique – accompagné des "unionistes" protestants – et les républicains catholiques, qui souhaitent le rattachement de l'Irlande du Nord à la République irlandaise, mettait un terme à trente ans d'une guerre civile qui a fait plus de 3 500 morts. Et ouvrait la voie à l'espoir d'une une cohabitation apaisée entre les communautés protestantes et catholiques dans cette province de 1,8 million d'habitants.
    Quinze ans après, les murs sont toujours là, au nombre de 99, selon un décompte récent de l'organisation Belfast Interface Project. Certains d'entre eux ont même été construits au cours de la dernière décennie, d'autres ont été rehaussés de quelques mètres. C'est le cas du mur qui assombrit la petite cour derrière la maison de Stuart Tould, dans l'enclave protestante du quartier catholique de Short Strand, dans l'est de Belfast. Le mur, déjà composé de briques et de tôles, a été "complété" par un grillage en 2003, pour atteindre une hauteur totale de neuf mètres. "On a régulièrement des pierres, des bouteilles ou des pétards qui nous tombent dessus, déplore le peintre en bâtiment en recherche d'emploi. Surtout pendant les parades de juillet." [...]
    Le cloisonnement des communautés – par quartiers, par écoles (5 % d'entre elles uniquement sont de confession mixte), par clubs de sport – ne favorise évidemment pas ces évolutions. [...] Les partis politiques, pressés d'agir prioritairement sur cette question – notamment par les habitants du reste de l'Irlande du Nord, qui abhorrent les "murs de la honte" entachant la réputation de la province –, restent mesurés. "Tout le monde aimerait voir les murs être abattus, bien sûr, assure Peter Weir, député du parti unioniste DUP dans l'Assemblée nord-irlandaise. Mais cela requiert le soutien des communautés, les habitants doivent se sentir à l'aise avec cette décision si elle est prise." [...]"
Repost 0
Published by Occam - dans Avril 2013
commenter cet article
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 10:46

barhoum-apart.png

 

- Another story of racist, apartheid Israel (Elder of Ziyon)
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/04/another-story-of-racist-apartheid-israel.html
   "Over a week ago there was a story in the major media about how Israel was giving medical treatment to Syrians injured in the uprising. What few seemed to notice, however, was this: "Hospital director Masad Barhoum, one of a team of doctors that treated the Syrians, said medical staff did their best to save the life of the man who died, but he had suffered a bullet wound through the head that caused massive bleeding."
    Masad Barhoum? That doesn't sound Jewish, does it? In fact, Barhoum made news back in 2007 by being the first Arab appointed to run a government hospital in Israel with impressive accomplishments. As the BBC reported in 2008:
   "He describes himself as "Israeli, Arab, Christian." Dr Barhoum says that, nonetheless, he is constantly challenged. "Every week, someone is saying: you're treating Arabs not Jews, and that's because you're an Arab." But he says that these accusations are less to do with racism, and more to do with the fact that there are always people who will want to test a hospital director. "Yes I am in a minority here. But if I were to wake up each day and look in the mirror and say, 'they're screwing you because you're an Arab', then sure, I'll be screwed and I'll get screwed"."
    Unfortunately, there is an entire industry of organizations and media outlets that subscribe to the idea that Arabs are forever victims and should be treated like helpless children who need the aid of white "progressives", instead of the fact that Israeli Arabs are citizens just like anyone else. While they may have to face some discrimination - like any minority in the world - they can overcome it and gain the respect of all.
    Well, almost all. Those same "progressives" aren't quite as happy that an Arab hospital director demolishes their characterization of Israel as an "apartheid state" and even scorns their point of view. They seethe at the idea that he identifies as an Israeli first. They can' stand that his existence shows that everything they say and believe about Arab citizens of Israel is wrong. They are the only ones who truly hate people like Dr. Masad Barhoum."

Repost 0
Published by Occam - dans Avril 2013
commenter cet article
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 10:45

France

- Morceaux choisis de "L’esprit de l’escalier" avec Elisabeth Lévy sur RCJ (Causeur) - avec Finkielkraut à propos de Stéphane Hessel.
http://www.causeur.fr/stephane-hessel-philip-roth-nicolas-sarkozy,22001
   "- Elisabeth Lévy : Stéphane Hessel s’est éteint à l’âge de 95 ans. Que vous inspire l’encensement quasi général auquel sa mort a donné lieu ?
    - Alain Finkielkraut : Paul Ricoeur avait un souhait : être vivant jusqu’à la mort. « Les dangers du grand âge, disait-il, sont la tristesse et l’ennui. La tristesse n’est pas maîtrisable, mais ce qui peut être maîtrisé, c’est le consentement à la tristesse. Ce que les Pères de l’Église appelaient l’acédie. Il ne faut pas céder là-dessus. La réplique contre l’ennui, c’est être attentif et ouvert à tout ce qui arrive de nouveau. » Stéphane Hessel n’a connu ni la tristesse ni l’ennui. Je l’ai vu, il y a quelques années, aux Rencontres de Pétrarque, à Montpellier : il récitait fougueusement  des vers d’Apollinaire car il était doué, et il est resté doué jusqu’à la fin, d’une mémoire phénoménale. L’ostentation de cette mémoire faisait de lui, si j’ose dire, un cabotin magnifique. J’en serais resté à cet hommage en demi-teinte et j’aurais respecté le délai de décence avant d’exercer mon droit d’inventaire sur Stéphane Hessel, sa vie, son oeuvre, s’il n’avait pas fait, dans la presse, l’objet d’un éloge délirant. C’est le « Santo subito ! » de Stéphane Hessel qui m’oblige à réagir. Et réagir,  c’est relire tranquillement Indignez-vous !, le petit livre beige du nouveau siècle. Stéphane Hessel dit : « Le motif de la résistance, c’est l’indignation. » En d’autres termes : « Indignez-vous et vous serez résistants ! » Mais la résistance, ce n’est pas cela. La résistance, c’est le courage. La résistance, c’est ce qu’écrit René Char dans Les Feuillets d’Hypnos : « Nous avons recensé toute la douleur qu’éventuellement le bourreau pouvait prélever sur chaque pouce de notre corps ; puis le coeur serré, nous sommes allés et avons fait face. » Toute ma génération s’est demandé si elle aurait eu ce courage. Elle l’a espéré, elle l’a mimé, jusque dans les analogies les plus folles comme « CRS-SS ! ».
    Stéphane Hessel dispense les jeunes de cette question. L’indignation suffit, dit-il. En même temps, différence essentielle avec le nazisme, il faut chercher pour trouver de quoi nourrir cette émotion fondamentale. « Regardez autour de vous », demande Stéphane Hessel. Il invente ainsi le tourisme de l’indignation. Aux jeunes qui, comme Primo Levi le dit dans Les Naufragés et les Rescapés, n’aiment pas l’ambiguïté car leur expérience du monde est pauvre, Stéphane Hessel parle le langage manichéen qu’ils ont envie d’entendre. Alors que la morale est faite de dilemmes et de conflits de devoirs, il leur enjoint de ne pas se casser la tête. Autrement dit, la phrase  de Ricoeur n’est pas vraiment adaptée à son cas. Il n’est pas resté vivant, il est resté adolescent jusqu’à sa mort et c’est ce qui explique son succès dans une France désemparée par la crise mais qui aime d’autant moins réfléchir que l’éducation y est devenue, depuis quarante ans, une arme de déculturation massive. Qu’est-ce, de surcroît, qu’un kamikaze sinon un homme (ou une femme) qui explose d’indignation ? Il faut être aveugle et sourd pour célébrer, en notre époque de fanatismes, l’indignation comme telle, l’indignation sans complément d’objet. C’est peut-être la raison pour laquelle Stéphane Hessel propose in fine un objet à l’indignation générale : Israël." (suite payante)


Israël

- Israël : la vie s'arrête deux minutes pour la journée de la Shoah (AFP)
http://fr.news.yahoo.com/journ%C3%A9e-shoah-vie-sarr%C3%AAte-deux-minutes-isra%C3%ABl-081019767.html
   "La vie s'est arrêtée dans les rues, au travail, dans les écoles, pendant deux minutes lundi à 10H00 (07H00 GMT), au son lugubre des sirènes, en mémoire des six millions de victimes juives du nazisme à l'occasion de la journée de la Shoah [Yom Hashoah]. Toutes les chaînes de radio et de télévision diffusaient depuis dimanche soir des émissions, documentaires et films sur le génocide nazi, présentant des témoignages de survivants. Au son des sirènes, les automobilistes, le tramway à Jérusalem, les autobus, les piétons se sont arrêtés. [...]"

- Israël : attaque informatique massive (AFP) - "Mais dimanche en fin de matinée, les dégâts étaient plus ou moins inexistants".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/04/07/97001-20130407FILWWW00051-israel-attaque-informatique-massive.php
   "Israël subit actuellement une attaque informatique massive mais a pour l'instant réussi à limiter les dégâts grâce à une meilleure préparation qu'il y a un an, a assuré ce matin l'un des experts informatiques les plus reconnus du pays. Le groupe de pirates informatiques Anonymous a annoncé samedi une grande attaque dimanche sur les sites internet israéliens, avec pour objectif d'"effacer Israël du cyber-espace", en solidarité avec le peuple palestinien.
    Mais dimanche en fin de matinée, les dégâts étaient "plus ou moins inexistants", a assuré à la radio militaire le professeur Yitzhak ben Israël, fondateur d'un centre national contre la cybercriminalité qui dépend du bureau du premier ministre Benjamin Netanyahu. L'attaque a touché en particulier les sites du premier ministre, des ministères de la Défense et de l'Education, ainsi que le Bureau central des statistiques, mais tous ces sites semblaient fonctionner normalement dimanche.
   "Anonymous n'a pas la capacité, ni l'objectif, de détruire les infrastructures essentielles du pays. Si cela avait été le cas, il ne l'aurait pas annoncé à l'avance", a expliqué Ben Israël, estimant que le groupe cherchait plutôt à relancer le débat sur le conflit israélo-palestinien. "Le pays était bien mieux préparé qu'il y a un an, lors d'une vague d'attaques contre la Bourse et (la compagnie aérienne) El Al et d'autres sites. Cette fois-ci l'attaque est plus massive et plus intense, mais nous sommes mieux préparés", a-t-il insisté, en référence à une attaque début 2012.
    Selon Guy Mizrahi, co-fondateur de Cyberia, une agence de consultants en protection de données, les sites internet israéliens subissent une "attaque importante" depuis plusieurs jours. "Hier (samedi), il y a eu une vraie tempête, pas mal de sites gouvernementaux piratés, avec des messages laissés sur certains et des données dérobées sur d'autres", a-t-il déclaré à la radio publique.
    En novembre, le groupe Anonymous avait déjà lancé une attaque contre de nombreux sites israéliens, et affirmé avoir bloqué ou vidé près de 700 sites, pour protester contre l'offensive militaire israélienne contre la bande de Gaza."

- Perpétuité pour un colon assassin de deux Palestiniens en 1997, Jeffrey Heller (Reuters)
http://fr.news.yahoo.com/perp%C3%A9tuit%C3%A9-pour-un-colon-assassin-deux-palestiniens-en-153034488.html
   "Un colon israélien, surnommé le "terroriste juif" par la presse israélienne, a été condamné mardi à la réclusion à perpétuité pour le meurtre de deux Palestiniens en 1997. Reconnu coupable en janvier dernier, Yaakov "Jack" Tytell, qui a émigré des Etats-Unis, avait reconnu le meurtre d'un chauffeur de taxi à Jérusalem et d'un berger à Hébron alors qu'il visitait Israël en tant que touriste. Yaakov Tytell a été condamné par un tribunal de Jérusalem a deux peines de prison à vie et à 30 années de prison supplémentaires déclarant qu'il "avait décidé de tuer un Arabe" en mai 1997 avant d'assassiner le chauffeur de taxi. [...]"

- Arab MK: No peace without end to Zionist regime, Ariel Ben Solomon (JP) - "Balad chairman Zahalka tells 'Post' Israel has no future in Middle East; says he's "quite sure" third intifada coming". Et il s'agit bien d'un membre de la Knesset.
http://www.jpost.com/Diplomacy-and-Politics/Arab-MK-No-peace-without-end-to-Zionist-regime-309035


Gaza & Hamas

- Une roquette explose à Shaar Hanéguev [dimanche] (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/missile-identifie-dans-le-negev/
   "Un missile a été repéré dans un terrain vague du conseil régional de Shaar Hanéguev, au sud d’Israël. Tiré un peu plus tôt, il a explosé sans faire de dommages corporels et matériels."
- Missiles fired from Gaza, marring Shoah remembrance ceremony, Asher Zeiger (Times of Israel)
http://www.timesofisrael.com/missiles-fired-from-gaza-strip/
   "Three missile were fired from the Gaza Strip into Israel Sunday night, minutes after Israelis began somberly marking the destruction of Europe’s Jews 70 years ago. Several explosions were heard in the Western Negev region and the remains of a rocket were found in the open area in the Shaar Hanegev region. No injuries or damage were reported. Two of the rockets landed inside Gaza. A video from a Holocaust remembrance ceremony in the area shows crowds scrambling cover as the alert siren sounds. [...]"

- Gaza : le Hamas sévit contre les chevelures masculines "indécentes" (AFP)
http://fr.news.yahoo.com/gaza-hamas-s%C3%A9vit-contre-chevelures-masculines-ind%C3%A9centes-170648817.html
   "Les services de sécurité du Hamas, au pouvoir à Gaza, ont interpellé des jeunes hommes à la chevelure jugée "indécente" pour leur couper les cheveux de force, a affirmé le Centre palestinien pour les droits de l'Homme (PCHR), basé à Gaza. Ces jeunes hommes ont été conduits ces derniers jours dans des postes de police au motif que leur chevelure était "indécente", a précisé le PCHR dans un communiqué dimanche.
   "Leurs cheveux ont été coupés en détention et certains ont été battus", selon l'ONG, ajoutant que les hommes interpellés ont "été forcés de signer une déclaration par laquelle ils s'engageaient à ne plus se laisser pousser les cheveux longs, ne plus adopter une coiffure étrange ou porter des pantalons taille basse". L'organisation appelle les autorités du Hamas à "faire cesser les violations des droits civiques et politiques par les officiers des forces de l'ordre", qu'elle exhorte à "respecter les droits fondamentaux de l'Homme". [...]"
- Gaza : la police du Hamas lutte contre la mode masculine trop provocante (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/gaza-la-police-du-hamas-lutte-contre-la-mode-masculine-trop-provocante/
   "Selon une information du site israélien Walla, les policiers du Hamas arrêtent les jeunes Gazaouis vêtus de pantalons taille basse « trop basse » qui « font passer un message sexuel flagrant », ainsi que des Palestiniens aux coupes de cheveux trop occidentales. L’information rapportée également par le journal Al-Qods publié à Jérusalem-est a été démentie par le Hamas."


Judée-Samarie

- Great video showing co-existence at Rami Levy (Elder of Ziyon & Missing Peace) - "Missing Peace made a great video on the same topic as my last video, the co-existence between Arabs and Jews at Rami Levy supermarkets in the territories".
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=HoQEFybrGj4


"Processus de paix"

- Abbas Wants Netanyahu to Present a Map of 'Palestine', Elad Benari (Arutz 7) - "New precondition: PA Chairman demands that Netanyahu present a map for a future Palestinian state before peace talks can resume".
http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/166801#.UWEe4cq8reI
   "Palestinian Authority Chairman Mahmoud Abbas has demanded that Prime Minister Binyamin Netanyahu present a map for a future Palestinian state before any peace talks can resume, an aide told AFP on Friday. Abbas "wants to know, through a map to be presented by Benjamin Netanyahu to (U.S. Secretary of State John) Kerry, what the prime minister's view of a two-state solution would be, especially the borders," political adviser Nimr Hammad told AFP. The remarks came just days ahead of a visit by Kerry, who will hold fortnightly meetings with Israeli and PA leaders as he tries to revive the stalled peace process.
   "Any return to negotiations requires Netanyahu to agree on 1967 borders," Hammad said, repeating one of Abbas’s usual preconditions for talks with Israel. Abbas has insisted that participation in new talks be conditioned on using the borders that existed before the 1967 Six Day War as the basis for negotiating future borders. Abbas also repeated to Barack Obama, on his first visit to the region as U.S. president in March, that a halt to Israeli construction in Judea, Samaria, and eastern Jerusalem was a precondition for any peace negotiations. [...]"
- Israël rejette les préconditions d’Abbas à une reprise du dialogue (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/israel-rejette-les-preconditions-dabbas-a-une-reprise-du-dialogue/
   "Alors que le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a exigé samedi une carte précise des frontières de la solution à deux Etats pour reprendre le dialogue avec Israël, à Jérusalem on a balayé cette requête. Un haut diplomate israélien a estimé qu’à ce stade l’Etat juif ne présenterait pas de carte. « Nous accepterons de mettre les frontières sur table quand nous saurons ce que nous recevrons des Palestiniens. (L’ex-Premier ministre israélien) Olmert avait présenté une carte généreuse et cela ne l’a mené nulle part », a-t-il ajouté sous couvert d’anonymat."

- Kerry appelle Abbas à reprendre les pourparlers de paix (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/kerry-appelle-abbas-a-reprendre-les-pourparlers-de-paix/
   "Le secrétaire d’Etat américain John Kerry s’est entretenu dimanche soir à Ramallah avec le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Selon l’agence de presse palestinienne Maan, M. Kerry a demandé à M. Abbas de revenir à la table des négociations en échange du transfert par Israël d’autres territoires sous contrôle palestinien, d’une possibilité de construire en zone dite C sous contrôle israélien, et d’un engagement d’Israël à ne plus bloquer les transferts de fonds destinés aux Palestiniens. M. Abbas avait affirmé avant l’entretien qu’il conditionnait un retour au dialogue par l’arrêt de la construction israélienne dans les Territoires disputés et la libération des détenus, en particulier ceux incarcérés avant les accords d’Oslo. M. Abbas a également reçu dans son bureau de la Mouqataa  l’émissaire du Quartette international pour la paix, Tony Blair, et l’a informé des derniers contacts pour reprendre le processus de paix."
- Abbas Continues to Impose Preconditions for Negotiating with Israel (CAMERA)
http://blog.camera.org/archives/2013/04/abbas_continues_to_impose_prec_1.html
   "According to Ma'an News Agency and the Jerusalem Post, during talks with US Secretary of State Kerry now, Palestinian Authority President Mahmoud Abbas is still demanding preconditions to joining Israel for negotiations. Despite US President Obama's urging Abbas to drop his preconditions to negotiations, the PA continues to make negotiations with Israel contingent on Israeli acquiescence to prior demands, including:
    a) to halt all construction and renovation within the West Bank and eastern Jerusalem
    b) to immediately release Palestinian prisoners held in Israel
    c) to submit a map of the final borders
    d) to turn over parts of Area C, currently under Israeli security and civil control, to Palestinians
    e) to promise never to withhold Palestinian tax revenues for any reason in the future
    According to Ma'an News Agency, the latter two conditions were "incentives" offered by US Secretary of State Kerry to the Palestinian leader so that he would agree "to return to direct negotiations with Israel."
    As President Obama's stated during his recent visit to the region in March, "If the expectation is that we can only have direct negotiations when everything is settled ahead of time, then there is no point for negotiations..." Indeed, with all the demands made of Israel prior to negotiating with Israel, what is left to negotiate? And will anyone in the mainstream take note?"
- Jerusalem won’t hand Kerry list of concessions, Aaron Kalman (Times of Israel)
http://www.timesofisrael.com/jerusalem-wont-hand-kerry-list-of-concessions/
   "Any gestures made by Israel before returning to negotiations with the Palestinian Authority would weaken its position, government officials said over the weekend, adding that Israel would not deliver to US Secretary of State John Kerry a list of concessions, as requested by the PA, before talks resumed. [...] Unnamed Israeli officials told the Hebrew daily Yedioth Ahronoth that the PA would simply use such a map as a new starting point for negotiations, having scored a victory without having to make a move. [...] The gaps between the sides are too big, sources close to Netanyahu were quoted as saying by the Hebrew daily. Any concession Israel makes now would only harm it in the future. [...]"

- PA refuses to change "a few words" for Kerry, Tzvi Ben-Gedalyahu (Jewish Press)
http://www.jewishpress.com/news/pa-refuses-to-change-a-few-words-for-kerry/2013/04/08/
   "The Palestinian Authority revealed Monday that it refused to agree with visiting U.S. Secretary of State John Kerry’s request to change a “few words” in the 2002 Saudi Peace Initiative. The Saudi peace plan promises “normalization” of relations with Israel – without express recognition of the country – in return for Israel’s retreating back to the 1949 Temporary Armistice Lines that existed until 1967 and accepting the immigration of several million foreign Arabs. [...]
    [John Kerry] dug up the Saudi Peace Plan in an effort win the support of the Arab League and, according to senior PA negotiator Saeb Erekat, asked Ramallah to make a small compromise in the wording. “Kerry asked us to change a few words in the Arab Peace Initiative but we refused,” Erekat told the Voice of Palestine radio station Sunday, according to the Washington Post. [...]"

- L’Autorité Palestinienne continue de payer les terroristes en prison (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/lautorite-palestinienne-continue-de-payer-les-terroristes-en-prison/
   "Les terroristes palestiniens détenus dans des prisons israéliennes reçoivent entre 10.000 et 12.000 shekels par mois (2.800 à 3.300 dollars), pour ceux ayant de lourdes peines pour assassinat. Chaque mois 17,5 millions de shekels sont ainsi transférés des caisses de l’Autorité Palestinienne vers les prisonniers."

- Fatah calls suicide bomber "Bride of Palestine" (PMW)
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=8762
   "17 year-old Ayyat Al-Akhras became the youngest female Palestinian suicide bomber, when she killed 3 and wounded 28 Israelis in a suicide bombing near a Jerusalem supermarket on March 29, 2002. On the 11th anniversary of the attack, Fatah chose to glorify her as a hero for Palestinians, calling her the "Bride of Palestine" on Fatah's Facebook page. Part of Fatah's praise read: "11th anniversary March 29, 2013. Ayyat, we are committed to your promise. We are committed to the promise of freedom, oh Bride of Palestine, Ayyat Al-Akhras."
    Fatah also chose to glorify Ahmed Masharqa, another suicide terrorist. In 2006, he dressed up as a religious Jew and hitchhiked to the Israeli town of Kedumim where he blew himself up inside the car that gave him a lift, killing 4 Israelis. Part of Fatah's praise read: "The Al-Aqsa Martyrs' Brigades - Fatah's military wing/ Southern region proudly announce the death of their hero Martyr Ahmed Mahmoud Ahmed Al-Masharqa." [...]"

- Settlements not main issue, Dan Calic (Ynet) - "Settlements are not, nor have they ever been the obstacle to peace. The real issue is the Arab refusal to accept the existence of a Jewish state, period".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4365630,00.html
   "Another round of Middle East diplomacy recently took place with President Obama being center stage. He met with Israeli Prime Minister Netanyahu, Palestinian President Mahmoud Abbas and King Abdullah of Jordan. [...]
    In his post-meeting remarks, Abbas once again made settlements the obstacle to peace, saying "peace shall not be made through….settlements." Abbas walked away from direct negotiations with Israel in 2009 over the building of settlements. Israel responded by freezing construction for 10 months, yet Abbas refused to re-engage. He has continued to abstain from direct talks and has demanded a freeze on construction before he returns to negotiations.
    While standing next to Abbas, President Obama, to his credit, said requiring demands be met ahead of negotiations is pointless. Having said that, he concurred with Abbas that settlement construction is one of two key issues which are necessary to resolve the conflict. He said the other is Israel's security. However, there are two reasons why this is a misrepresentation of the facts on the ground.
    First, while settlements are a matter which should be discussed during negotiations, their existence cannot be compared to the right of Israel to exist. Putting them on par is a fundamental breach of moral standards. Israel's right to exist is non-negotiable, and it must be addressed first and foremost. Aside from Israel’s security having no moral equivalent, calling settlements the number one issue is baseless. Why?
    There were no settlements during the wars of '48 and '67. Since they didn't exist, what was the main issue then? This is where the underbelly of the Palestinians gets exposed. Settlements are not, nor have they ever been the obstacle to peace. The real issue is the Arab refusal to accept the existence of a Jewish state, period. This was the #1 issue in '48, '67 and in every other conflict since. It remains the real issue to this day. Abbas has even stated publically he will never accept a Jewish state of Israel. Accepting a Jewish state on land the Arabs covet as theirs would put Abbas squarely at odds with Hamas and all Islamist fundamentalists. It could also put his life in danger.
    The second reason why settlements aren't the number one issue is because the Palestinians themselves say so. A recent study conducted by the Palestinian Center for Policy and Survey Research revealed two issues which are of greater concern. The first is poverty, and the second is the strife between the various political factions. This tends to suggest Abbas is fabricating the importance of settlements, which actually makes sense from his perspective. Why? Poverty and political strife are both internal issues which cannot be blamed on anyone else. They must be addressed among themselves. By making settlements the marquee issue, he deflects attention away from the Palestinians' own problems and points the finger of blame at Israel. Avoiding their own accountability and vilifying Israel is something the Arabs have repeatedly done since Israel’s rebirth in 1948.
    This should come as no surprise to anyone. However what is surprising, and disappointing, is Israel's best friend, the US has taken the bait. If President Obama wants to be a broker of peace he need not have a conversation with the leaders of Israel. Peace has always been their goal. He also needs to realize what the true obstacle to peace is, and it has nothing to do with settlement construction."


Liban

- Lebanese apartheid: More than half of Palestinians in Lebanon live in poverty (Elder of Ziyon) - "Yet this blatant discrimination against Palestinian Arabs in Lebanon is simply not mentioned by those who pretend to care about them. No calls for boycotts by rock stars, no campus demonstrations, no calls for aid. When their suffering cannot be blamed, even indirectly, on Israel, no one really gives a damn".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/04/lebanese-apartheid-more-than-half-of.html


Egypte

- Et les Juifs quittèrent l’Egypte…, Sophie Anmuth (Causeur) - "Peu d’égyptiens israélites choisirent alors Israël, beaucoup goûtant assez peu l’idée d’aller travailler dans un kibboutz".
http://www.causeur.fr/juifs-egypte-leila-mourad,21954
   "Le pays des pyramides sort de la première semaine d’exploitation commerciale du documentaire "Juifs d’Egypte". Il ne reste officiellement que quelques dizaines de juifs dans cette contrée où les tensions vont croissant entre Coptes et Musulmans. Les Juifs auraient été plus de 80 000 à vivre en Egypte dans les années 1940. Le sujet est sensible, aussi la sortie du film a a été d’abord empêchée tant la Sécurité d’Etat s’inquiétait du mot « juif ». « Pour la Sécurité, le mot juif renvoie immédiatement à toute une imagerie d’espionnage pour Israël, de guerre froide, de paranoïa », explique Amir Ramses, le réalisateur.
    Quand on dit « juif », en Egypte, on risque de susciter des réactions un brin surprenantes, comme l’illustre le micro-trottoir qui ouvre le documentaire. L’un des Cairotes interrogés répond ainsi qu’il aime beaucoup la célèbre chanteuse égyptienne Leïla Mourad, égérie de la révolution de 1952. Mais lorsque le cameraman lui apprend qu’elle était juive, le fan déçu répond qu’elle ne vaut plus rien.
    Dans ces conditions, on comprend mieux pourquoi Amir Ramses, issu d’une famille égyptienne chrétienne, veut « se battre contre les stéréotypes ». Dans son documentaire, il interroge des témoins, anciens Egyptiens juifs expatriés, membres de la police dans les années 1950 et narre les histoires les plus rocambolesques des juifs d’Egypte, principalement du Caire et d’Alexandrie, dans les années 1940 et 1950. [...]
    Remontons le cours du temps. Après l’attaque franco-israélo-britannique contre l’Egypte en 1956, les juifs locaux ont été massivement expulsés ou déchus de leur nationalité. La propagande et la paranoïa alimentées par les quelques affaires d’espionnage pour Israël ont fait le reste.
    Amir Ramses rapporte que « dans un journal culturel financé par le Ministère de la Culture, on lit que mon documentaire essaie d’embellir l’image des juifs d’Egypte. Ce même critique avait dit en 1999 des cinéastes qui s’attaquaient au problème de l’excision qu’ils étaient financés par l’étranger pour détruire les coutumes égyptiennes. »
    Pourtant, tous les témoins interrogés se souviennent avec nostalgie de cette époque d’avant la création de l’Etat d’Israël. Apparurent les premières agressions envers la communauté juive avant que l’arrivée au pouvoir des Officiers libres en 1952 ne pousse à l’exil nombre de riches propriétaires, banquiers et bourgeois, juifs ou non. Peu d’égyptiens israélites choisirent alors Israël, beaucoup goûtant assez peu l’idée d’aller travailler dans un kibboutz. D’une manière générale, toutes les confessions cohabitaient paisiblement et célébraient leurs fêtes conjointement.
    À la sortie de la projection, un Égyptien musulman m’a confié : « Je regrette que le documentaire n’ait pas davantage montré à quel point les juifs étaient partie intégrante de la société, à quel point leur départ a fait drôle à tous leurs voisins qui subitement se sont retrouvés avec leurs commerçants, leurs voisins de palier, chassés, partis. »
    C’est sous la pression des médias et du Syndicat des cinéastes que le film a finalement pu obtenir l’autorisation de diffusion et sortir dans trois salles en Egypte. Le Ministère de la Culture a tout de même demandé à ce que le documentaire soit précédé d’une présentation pince-sans-rire, précisant que le documentaire n’est qu’« une création de l’imagination du cinéaste ». Sic transit gloria mundi."


Iran

- Les discussions sur le nucléaire iranien dans l'impasse, Bertrand Boucey (Reuters)
http://fr.news.yahoo.com/fin-des-pourparlers-dalmaty-sur-le-nucl%C3%A9aire-iranien-134701825.html
   "Les pourparlers entre l'Iran et les grandes puissances sur le programme nucléaire controversé de Téhéran se sont une nouvelle fois terminés sans avancée notoire samedi au Kazakhstan au terme de deux jours de discussions intensives. Catherine Ashton, porte-parole de la diplomatie européenne habilitée à s'exprimer au nom du groupe P5+1 qui discute avec Téhéran (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu, plus l'Allemagne), a fait savoir que les positions restaient très éloignées. "En deux jours de discussions, nous avons eu des échanges longs et intensifs (...)", a déclaré Catherine Ashton lors d'une conférence de presse. "Il est apparu clairement que nos positions restaient très éloignées." Ce nouveau cycle de pourparlers était le deuxième de l'année 2013. Aucune date ne semble avoir été fixée pour un nouveau cycle. [...]"
- Nucléaire iranien : toujours pas d'accord en vue, Dmitry Zaks (AFP)
http://fr.news.yahoo.com/nucl%C3%A9aire-iranien-t%C3%A9h%C3%A9ran-grandes-puissances-n%C3%A9gocient-%C3%A0-almaty-073618400.html
   "[...] "L'Iran veut faire des concessions très limitées concernant son programme nucléaire et s'attend en échange à des résultats significatifs", a résumé un haut responsable américain sous couvert de l'anonymat. [...] "La qualité de la discussion a été différente. Nous avons parlé de tous les sujets d'une manière susceptible de rétablir la confiance", a souligné le diplomate américain. "Mais nous n'en sommes pas encore à des discussions substantielles", a-t-il ajouté. [...]"

- Nucléaire : Israël appelle à durcir le ton face à l’Iran (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/nucleaire-israel-demande-a-avertir-liran-que-le-jeu-du-dialogue-tire-a-sa-fin/
   "Suite à l’impasse du nouveau round de discussions sur le nucléaire iranien, le ministre des Renseignements et de la Stratégie, Youval Steinitz, chargé de coordonner la campagne internationale contre l’Iran, a estimé que cet échec était prévisible : « Il est temps que la communauté internationale adopte une position beaucoup plus ferme et signifie clairement et sans ambiguïté à l’Iran que les jeux du dialogue tirent à leur fin ». « Les Iraniens profitent des discussions pour gagner du temps et progresser dans l’enrichissement d’uranium. Sans menace concrète et significative, comprenant un agenda restreint, il sera impossible d’obtenir sa dénucléarisation », a-t-il ajouté."


Monde

- Onze enfants tués dans un raid aérien de l'Otan en Afghanistan (Reuters) - et pourtant, aucun scandale médiatique en vue, et c'est un euphémisme. Qu'on ne nous répète donc plus le sophisme selon lequel l'obsession à l'égard des frappes israéliennes s'expliquerait simplement par le fait qu'il s'agit d'une démocratie "proche de nous". Car l'OTAN, c'est encore plus "nous".
http://fr.news.yahoo.com/onze-enfants-tu%C3%A9s-dans-un-raid-a%C3%A9rien-lotan-140633226.html
   "Onze enfants ainsi qu'une femme ont été tués lors d'un raid aérien de l'Otan visant des chefs militaires taliban dans l'est de l'Afghanistan, ont annoncé les autorités de la province de Kunar. [...] Un porte-parole de la Force internationale d'assistance à la sécurité, placée sous commandement de l'Otan, a reconnu que l'Isaf avait fourni "un appui aérien" lors de l'opération, réclamée par les forces de la coalition et non par leur allié afghan. Un journaliste de Reuters a pu apercevoir à Shigal les corps de onze enfants mais pas celui de la femme tuée. La tradition afghane veut qu'on n'expose pas le corps sans vie d'une femme. [...]"

- Augmentation de 30 % des actes antisémites dans le monde (AFP) - "La France est le pays qui a connu le plus d'incidents antisémites (200), suivie par les Etats-Unis (99), la Grande-Bretagne (84) et le Canada (74)".
http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/04/08/augmentation-de-30-des-actes-antisemites-dans-le-monde_3155588_3224.html
   "Les actes de violence et de vandalisme antisémites ont augmenté de 30 % dans le monde et en particulier en France l'an dernier, selon un rapport annuel publié dimanche par l'Université de Tel-Aviv. "Une augmentation considérable du niveau de la violence et des actes de vandalisme contre des juifs a été enregistrée l'an dernier", souligne le rapport, qui a recensé 686 actes de ce genre dans le monde contre 526 en 2011, soit une hausse de 30 %. La France est le pays qui a connu le plus d'incidents antisémites (200), suivie par les Etats-Unis (99), la Grande-Bretagne (84) et le Canada (74), a ajouté le rapport publié peu avant le début des célébrations annuelles des victimes de la Shoah en Israël dimanche soir.
    Le rapport estime que la montée des actes antisémites en France est en partie liée à l'assassinat de trois enfants juifs et d'un enseignant en mars 2012 devant une école juive à Toulouse par Mohamed Merah, un jeune Français d'origine algérienne tué ensuite lors d'un assaut de la police. "Cet attentat a provoqué une vague d'incidents violents contre des objectifs juifs, surtout en France", poursuit le rapport. Le document souligne également que les formations d'extrême-droite ont exploité les difficultés économiques en Europe pour faire avancer leur programme "clairement antisémite". "En Hongrie, en Grèce de même qu'en Ukraine, des représentants véhéments de ces partis se sont livrés à des incitations au sein de leur Parlement contre les communautés juives locales", a également déploré le rapport. [...]"
Repost 0
Published by Occam - dans Avril 2013
commenter cet article
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 10:20

MDA2.jpg

 

- PHOTOS: Moderate Palestinians regularly stone Israeli ambulances (Elder of Ziyon) - "The thing is that this is so expected, so routine, that even the Israeli media ignores the story".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/04/photos-moderate-palestinians-regularly.html

 

MDA3.jpg

 

MDA4.jpg

Repost 0
Published by Occam - dans Avril 2013
commenter cet article
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 10:18

France

- A propos de Shlomo Sand sur France Inter, Gilles William Goldnadel (avocat pénaliste, président fondateur d'Avocats sans frontières)
http://www.atlantico.fr/decryptage/sans-culotte-et-sans-recul-cette-france-hors-sol-france-inter-qui-se-plaint-aujourd-hui-salopards-qu-elle-portes-au-pouvoir-gill-686983.html
   "[...] plutôt que de houspiller Frédéric Taddei pour avoir invité Dieudonné, M. Cohen serait mieux inspiré de tancer Daniel Mermet, hébergé, sans doute à vie, mais certainement pas à titre gratuit, dans les locaux de Radio France, chaque jour de la semaine, à partir de 16h.
    A ceux, qui s'insurgent contre le traitement réservé désormais à François Hollande, je rappellerai, histoire de tempérer leur indignation, que Daniel Mermet est cet animateur qui avait cru devoir diffuser cette rubrique nécrologique imaginaire d’un Nicolas Sarkozy judéo-nazifié dans laquelle celui-ci était censé avoir trouvé la mort "dans son bunker de Jérusalem"… Raison pourquoi, une fois n'est pas coutume, un redoutable avertissement lui avait été infligé.
    Cette semaine, était convié pour discourir sur son nouveau livre "Comment j'ai cessé d'être juif" l'antisioniste Israélien Shlomo Sand, concepteur du "peuple juif qui a été inventé", mais qui a apparemment décidé aujourd'hui de renoncer à cette improbable judéité.
    Encore que je remarque qu'il est moins dangereux de prendre cette singulière position, que de s'interroger sur l'historicité du "peuple palestinien", je n'ai plus grand-chose à redire sur les choix unilatéraux de M. Mermet, qui est lui aussi en grand progrès, ayant coutume d’inviter Michel Warshawski, proche du FPLP. Mais pour l'édification de Patrick Cohen, qui n'écoutait peut-être pas "là-bas si j'y suis" le 26 mars dernier, je signale que l'invité de M. Mermet, s'en prenant au film "Shoah" et à son auteur Claude Lanzmann, a reproché à celui-ci d'opérer "un tri ethnique" entre les victimes juives et non juives et, ce faisant, de "continuer le travail d'Hitler"... Rien de moins.
    La lecture du dernier pamphlet de M. Sand dans lequel celui-ci accuse les Juifs et Israël de se livrer à une "industrie de la Shoah" dans un but à la fois "économique" et "hégémonique" dispensera sans doute M. Mermet d'inviter M. Dieudonné M’bala M’bala. [...]"


Gaza & Hamas

- Israël/Front sud : un obus de mortier tiré [mardi] depuis Gaza, pas de blessé (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/front-sud-un-obus-de-mortier-tire-depuis-gaza-pas-de-blesse/
   "Un obus de mortier a été tiré, il y a quelques instants, en direction du territoire israélien par les terroristes palestiniens de Gaza. L’impact n’a pas encore pu être localisé et il est possible que le projectile soit retombé en territoire palestinien. On ne déplore aucun blessé du côté israélien."
- Israël : une roquette lancée sur le Conseil local d’Eshkol (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/israel-une-roquette-lancee-sur-le-conseil-local-deshkol-sud/
   "Une roquette tirée depuis la Bande de Gaza est tombée le Conseil local d’Eshkol dans le Sud du pays ce [mardi] soir. Il n’y a ni blessés, ni dégâts. Par ailleurs, une autre roquette en provenance de la Syrie a touché le plateau du Golan, également sans faire ni blessés ni dégâts."
- Trois roquettes explosent [mercredi] près de Sdérot, pas de blessé (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/trois-roquettes-explosent-pres-de-sderot-pas-de-blesse/
   "Les engins ont atterri dans des terrains vagues près de Sdérot, sans faire de blessés. L’alerte s’était déclenchée au préalable."
- 2 rockets pound Sderot area as tensions rise on Gaza front, Yaakov Lappin (JP)
http://www.jpost.com/Defense/2-rockets-pound-Sderot-area-as-tensions-rise-on-Gaza-front-308509
   "Two rockets fired from the Gaza Strip into southern Israel landed in open areas near Sderot on Wednesday morning, raising fears that violence could escalate in the area after months of relative quiet. No injuries or damage were reported in the attacks. The rockets struck just as parents were dropping off children at schools and kindergartens. The attacks triggered sirens and sent families fleeing for cover. [...]"
- Israël/front sud : une roquette tirée [jeudi] sur Eshkol pas de blessés, deux autres retombent en territoire palestinien (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/israelfront-sud-une-roquette-tiree-sur-eshkol-pas-de-blesses-deux-autres-retombent-en-territoire-palestinien/
   "Trois roquettes Qassam ont été tirées [jeudi] à l’aube par les terroristes de Gaza en direction du conseil régional Eshkol. L’une d’entre elles a explosé sur un terrain vague, ne causant ni victime ni dégâts, les deux autres sont retombées en territoire palestinien."
- Israël : une roquette tirée sur Sdérot lors de la visite d’Obama découverte dans un jardin d’enfants (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/israel-une-roquette-tiree-sur-sderot-lors-de-la-visite-dobama-decouverte-dans-un-jardin-denfants/
   "Une roquette Qassam, tirée par les terroristes palestiniens depuis Gaza lors de la récente visite du président américain Obama en Israël, a été retrouvée mardi dans un jardin d’enfants de Sdérot. Les responsables du jardin d’enfants n’ont découvert qu’aujourd’hui le projectile qui n’avait que partiellement explosé, car l’établissement était fermé pour les vacances de Pessah. Les sapeurs des forces de sécurité déminent actuellement la roquette."

- Gaza : tir de roquette contre Israël et raids israéliens de représailles (AFP)
http://fr.news.yahoo.com/frappes-isra%C3%A9liennes-gaza-premi%C3%A8res-depuis-tr%C3%AAve-novembre-220643793.html
   "L'armée de l'air israélienne a effectué trois frappes mardi soir sur la bande de Gaza, les premières depuis la trêve conclue fin novembre avec le Hamas, au pouvoir à Gaza, après un tir de roquette contre Israël, selon des sources palestiniennes. Ces raids aériens, qui ont apparemment visé délibérément des champs déserts en guise d'avertissement, n'ont pas fait de blessé, ont indiqué des sources sécuritaires locales. L'armée israélienne s'est refusée à tout commentaire dans l'immédiat. Les frappes ont touché deux endroits proches de la métropole de Gaza et un troisième site plus au nord du territoire, près de la frontière avec Israël, ont précisé les sources de la sécurité. Elles surviennent peu après au moins un tir de roquette de Gaza contre le sud d'Israël [...]
    Le dernier tir de projectiles de Gaza sur Israël remontait au mois dernier, pendant la visite du président américain Barack Obama en Israël et dans les Territoires palestiniens. Il avait été revendiqué par le Majlis Choura al-Moujahidine. Les groupes salafistes de Gaza, forts de plusieurs centaines de membres, selon leurs dirigeants, défient l'autorité du Hamas, issu des Frères musulmans, accusé de faiblesse face à Israël et dans l'imposition de la loi islamique. Un temps compagnons de route du Hamas, ils s'en sont progressivement éloignés après sa victoire aux élections législatives de 2006 et sa prise de contrôle de Gaza l'année suivante."
- Israël lance un avertissement après les tirs en provenance de Gaza et du Golan (AFP)
http://fr.news.yahoo.com/isra%C3%ABl-lance-avertissement-apr%C3%A8s-tirs-provenance-gaza-golan-055754507.html
   "Le ministre israélien de la Défense Moshé Yaalon a averti mercredi qu'Israël répondrait à toutes les attaques contre son territoire après des tirs de roquettes en provenance de la bande de Gaza et des échanges de tirs israélo-syriens sur les hauteurs du Golan. "L'armée israélienne a attaqué Gaza cette nuit parce que nous considérons le Hamas comme responsable de tout ce qui est tiré depuis Gaza sur Israël. Nous ne permettrons en aucune façon l'installation d'une routine de tirs sporadiques vers nos civils et nos forces", a déclaré le ministre dans un communiqué. "Sur le plateau du Golan aussi, notre politique est que nous n'avons pas l'intention d'ignorer les tirs depuis la Syrie contre Israël, que ces tirs soient accidentels ou non, et nous répondrons fermement", a-t-il ajouté. [...]"
- Reports: Egypt Slams Hamas Over Rocket Attacks on Israel (Arutz 7) - "Egypt has demanded explanations from Hamas as to how it is allowing terror groups to fire rockets into southern Israel, months after the truce that ended Operation Pillar of Defense last November".
http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/166755
- Tirs de roquettes sur Israël: les salafistes affirment qu’un de leur militant a été arrêté par le Hamas (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/tirs-de-roquettes-sur-israel-les-salafistes-affirment-quun-de-leur-militant-a-ete-arrete-par-le-hamas/
   "Le mouvement islamiste Hamas au pouvoir à Gaza a arrêté un militant salafiste à la suite de tirs de roquettes vers Israël en début de semaine, ont indiqué jeudi des sources proches des milieux salafistes locaux. Il s’agit « d’une campagne visant à pourchasser des salafistes après les tirs de roquettes contre Israël », ont précisé ces sources. De son côté, le ministère de l’Intérieur du Hamas a démenti cette information, affirmant que les services de sécurité du Hamas « font partie de la résistance et n’arrêtent aucune personne qui résiste à l’occupant »."

- L'ONU interrompt son aide dans la bande de Gaza (AFP)
http://www.liberation.fr/monde/2013/04/05/l-onu-interrompt-son-aide-dans-la-bande-de-gaza_893888
   "L’ONU a indiqué qu’elle suspendait sa distribution de nourriture à quelque 25 000 réfugiés palestiniens dans la bande de Gaza après une attaque de manifestants en colère contre un centre de l’organisation. Jeudi, des dizaines de personnes ont pénétré de force dans un bureau de l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), réclamant le rétablissement d’une allocation mensuelle versée en liquide aux familles pauvres, qui avait pris fin lundi en raison de coupes dans le budget de l’UNRWA.
   «Nous comprenons parfaitement les conséquences que peut avoir la décision de suspendre cette allocation (...) sur certains bénéficiaires», a indiqué l’ONU dans un communiqué jeudi soir. «Des manifestations la semaine dernière ont déjà forcé l’UNRWA à fermer plusieurs de ses centres», ajoute le texte. «La situation s’étant aggravée avec les actions d’aujourd’hui (jeudi), tous les centres d’aide et de distribution seront par conséquent fermés jusqu’à ce que des garanties soient fournies par les groupes concernés pour que les opérations de l’UNRWA se poursuivent sans entraves», indique l’ONU. [...]
    Le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, a appelé vendredi l’ONU à reprendre la distribution de nourriture à des milliers de Palestiniens, après une suspension de l’aide en réaction à une attaque de manifestants contre un centre de l’organisation. «Il s’agit d’une décision injustifiée de l’UNRWA», l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens, a estimé Sami Abou Zouhri, porte-parole du mouvement islamiste. «Les réfugiés palestiniens ont le droit de manifester pacifiquement», a-t-il estimé, ajoutant : «nous appelons l’UNRWA à revoir sa position et à ne pas réagir avec excès aux protestations des habitants».
    Abou Zouhri a assuré que le personnel de l’UNRWA ne courait aucun danger, des forces de sécurité du Hamas ayant été déployées pour assurer leur sécurité et le bon déroulement de leurs opérations. «Nous (...) empêchons l’entrée (de manifestants) au siège de l’UNRWA à Gaza», a-t-il souligné."
- UNRWA shuts down in Gaza because of riots. The irony is lost on them (Elder of Ziyon)
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/04/unrwa-shuts-down-in-gaza-because-of.html
   "[...] For years, UNRWA condemned Israel for closing the crossings to Gaza in response to deadly rocket fire and other attacks. The idea that Israeli citizens have the right to safety and security did not cross their minds - to them, Israel providing services to Gazans was more important than the mere lives of Israelis. But when their own facilities get violently attacked - and not with anything approaching deadly force, from what we can see - UNRWA immediately shuts down their own services to the very people they are tasked with helping, forever. Just a little more UNRWA hypocrisy."

- Gaza : le Hamas interdit la mixité dans les écoles à partir de l’âge de 9 ans (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/gaza-le-hamas-interdit-la-mixite-dans-les-ecoles-a-partir-de-lage-de9-ans/
   "Le gouvernement du Hamas à Gaza a annoncé lundi que la mixité dans les écoles sera interdite à partir de l’âge de 9 ans dès la prochaine rentrée des classes. En outre, les hommes n’auront plus le droit d’enseigner dans les écoles pour filles."
- Hamas law bans mixed sex schools in Gaza Strip (Reuters)
http://www.jpost.com/Middle-East/Hamas-law-bans-mixed-sex-schools-in-Gaza-Strip-308315
   "New rules from the Education Ministry of the Islamist Hamas movement ruling the Gaza Strip will bar men from teaching at girls' schools and mandate separate classes for boys and girls from the age of nine. The law, published on Monday, would go into effect next school year and applies throughout the coastal enclave, including in private, Christian-led and United Nations schools. Critics of the new measures say the Islamist movement is trying to force its ideology on society, but proponents say they merely want to codify conservative Palestinian values into law. [...]"
- Where Is the Feminist Outrage Over Discrimination in Gaza?, Mitch Wolfe (Huffington Post) - "I will buy a free dinner at the vegan, slow food, locavore restaurant of your choice, in the city of your choice, if you can find one article in either publication by a feminist writer that explicitly and substantially criticizes Hamas and the Palestinians for their terrible and discriminatory mistreatment of women in Gaza".
http://www.huffingtonpost.com/mitch-wolfe/women-in-gaza-neglected-b_b_2972269.html

- Le Hamas s'apprête à reconduire Khaled Mechaal à sa tête (AFP)
http://fr.news.yahoo.com/hamas-sappr%C3%AAte-%C3%A0-reconduire-khaled-mechaal-%C3%A0-t%C3%AAte-133956338.html
   "La direction du mouvement islamiste palestinien Hamas était réunie au Caire pour désigner son chef, selon toute vraisemblance Khaled Mechaal qui devrait se succéder à lui-même, ont indiqué lundi des sources concordantes au sein du Hamas. Les instances dirigeantes du Hamas pour la bande de Gaza, la Cisjordanie et pour la branche du mouvement en exil, devaient se retrouver lundi au Caire pour décider du choix du président et des membres du comité exécutif du bureau politique du mouvement, ont précisé ces sources. [...]
    A la tête du Hamas depuis 2004, Khaled Mechaal avait fait part l'an dernier de son intention de passer la main mais le mouvement islamiste a préféré lui demander de rester en place dans une période d'incertitudes et de changements régionaux. La situation au Moyen-Orient, à la suite des révolutions arabes, "a poussé le Hamas à choisir Mechaal qui a donné un visage international au mouvement et qui entretient de bonnes relations avec le monde arabe", a expliqué à l'AFP un responsable du Hamas. [...]"
- Khaled Mechaal réélu sans surprise à la tête du Hamas au Caire,  Adel Zaanoun (AFP)
http://fr.news.yahoo.com/territoires-palestiniens-khaled-mechaal-r%C3%A9%C3%A9lu-%C3%A0-t%C3%AAte-hamas-195451043.html
   "[...] Selon des sources internes, M. Mechaal doit être assisté de deux adjoints : le Premier ministre du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, et le numéro deux du mouvement, Moussa Abou Marzouk. Le premier sera chargé du Hamas dit de "l'intérieur", installé à Gaza, territoire qu'il contrôle depuis 2007, et le second de la branche en exil. La direction du Hamas, réunie depuis le week-end au Caire, a également procédé à la désignation de son comité exécutif, émanation du bureau politique et instance dirigeante de l'organisation, a précisé la source. [...]"


Judée-Samarie

- West Bank: 2 Palestinians killed by IDF fire (Ynet)
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4363770,00.html
   "Two Palestinians ages 17 and 18 were killed Wednesday by IDF fire and another was wounded near the Einav settlement in the West Bank. The IDF said the two hurled Molotov cocktails at an IDF post prompting soldiers from the haredi Netzah Yehuda Battalion to fire back. The circumstances behind the incident are being investigated. [...] The two men are Amar Nasar, 17, and Najo Bilbisi, 18, from the village of Anbata. Bilbisi's body was found Thursday morning. Palestinian sources reported that a wounded man was admitted to a hospital in Tulkarem with injuries to his hand.
    The IDF Spokesperson's Unit stated that several Palestinians approached an IDF post near the Einav settlement in the West Bank and lobbed Molotov cocktails at it. The soldiers returned fire and killed two of the assailants. According to the rules of engagement, a shoot-to-kill order can only be issued if the attackers were identified beyond a doubt. The IDF will examine how the Palestinians managed to come so close to the post and whether the soldiers could have controlled the incident without opening fire. [...]"
- IDF confirm death of Palestinian youths in West Bank riots, Tovah Lazaroff (JP)
http://www.jpost.com/Diplomacy-and-Politics/BTselem-IDF-kill-two-Palestinian-teens-in-West-Bank-riots-308621
   "Two Palestinian teens were killed in clashes with the IDF near Tulkarm in the West Bank late Wednesday night and another was arrested, the IDF confirmed. Security forces were already on high alert for violence that was expected to break out in the West Bank on Thursday following the Hebron funeral for Palestinian prisoner Maissara Abu Hamdiyeh, 63, who died of esophageal cancer in Soroka University Medical Center on Tuesday.
    Two separate autopsies by both Israel and the Palestinian Authority found that Hamdiyeh's death was caused by cancer, but that did not quell Palestinian anger at Israel. PA President Mahmoud Abbas has accused Israel of medical negligence in his death. Hamdiyeh was jailed in 2002 and given a life sentence for his role in attempting to bomb the Caffit restaurant in Jerusalem’s German Colony. Hamdiyeh was hailed as a martyr and a hero, and violence immediately broke out in the West Bank Tuesday and continued Wednesday.
    According to the IDF, Palestinians attacked a guard station near Tulkarm in the West Bank village of Anabda late Wednesday night and threw Molotov cocktails at it. Soldiers responded with live fire. The IDF confirmed both deaths. The soldiers targeted by the firebombing felt their lives to be at risk before using live fire, a senior defense source told The Jerusalem Post. The remains of seven Molotov cocktails were found at the scene. [...]"

- Les Palestiniens enterrent trois morts dans un climat de vive tension, Samih Chahine (AFP)
http://fr.news.yahoo.com/cisjordanie-2e-jeune-palestinien-tu%C3%A9-lors-tirs-isra%C3%A9liens-053508751.html
   "Les Palestiniens enterraient jeudi trois morts, un détenu sexagénaire décédé en Israël et deux jeunes tués par l'armée israélienne, dans un climat de vive tension et de colère à travers les Territoires palestiniens. Les funérailles de Maïsara Abou Hamdiyeh, un prisonnier dont le décès controversé mardi en Israël a soulevé une vague de manifestations, se déroulaient à la mi-journée à Hébron (sud de la Cisjordanie). Des milliers d'habitants se pressaient pour accompagner le cortège funèbre, beaucoup arborant le drapeau jaune du parti Fatah (nationaliste) ou le vert du Hamas (islamiste).
    Au même moment, Amer Nasser, 17 ans, et son cousin Naji Balbisi, 19 ans, mortellement blessés par balles mercredi soir par des soldats israéliens à un barrage militaire dans le nord de la Cisjordanie, étaient portés en terre, enveloppés dans le drapeau palestinien, en présence de foules compactes à Anabta, un village proche de Tulkarem. [...] Ce regain de violence survient dans une atmosphère volatile dans les Territoires palestiniens, de plus en plus tendue, rappelant les intifadas. [...]"

- Territoires disputés : profanation de livres saints juifs à Mitspé Jéricho (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/territoires-disputes-profanation-de-livres-saints-juifs-a-mitspe-jericho/
   "Des inconnus ont pénétré cette nuit dans la yeshiva Netivot Yosef de Mitspé Jéricho dans les Territoires disputés. Les inconnus ont saccagé les locaux de l’école talmudique, profanant livres saints et rouleaux de la Torah. La police israélienne a ouvert une enquête."
- Des Palestiniens vandalisent et profanent une synagogue, Amos Lerah (JSS)
http://jssnews.com/2013/04/04/des-palestiniens-vandalisent-et-profanent-une-synagogue/
   "Une synagogue de la ville de Mitzpeh Yéricho a été vandalisée dans la nuit de mercredi à jeudi. Les vandales ont enfoncé des portes et des meubles, détruit plusieurs livres et objets, et ont dégradé une Torah. Un porte parole de la communauté, sise dans le voisinage de Maale Adumim, a déclaré qu’il semblerait que deux Palestiniens aient franchi la clôture de sécurité protégeant la ville mercredi soir. « Les terroristes sont passés par la yeshiva locale, ils ont causé beaucoup de dommages, détruisant des livres et jetant un rouleau de la Torah au sol. Ils ont également détruit de choses dans la yeshiva. Miraculeusement, personne n’a été blessé ou pire. » En effet, la synagogue profanée était localisé dans un complexe qui abritait, entre autres, une école religieuse et les habitants considèrent, à juste titre, l’évènement comme étant très graves. Les forces de Tsahal et les policiers, après avoir relevés diverses preuves sur les lieux, sont actuellement à la recherche de suspects dans les villages arabes voisins."

- Palestiniens : le président Abbas pourrait limoger le Premier ministre Fayyad (AFP)
http://fr.news.yahoo.com/palestiniens-pr%C3%A9sident-abbas-pourrait-limoger-premier-ministre-fayyad-074245112.html
   "Le président palestinien Mahmoud Abbas pourrait limoger son Premier ministre, a indiqué un membre du Fatah, la formation que dirige M. Abbas et qui a pour la première fois ouvertement critiqué Salam Fayyad. M. Abbas "penche pour un limogeage de M. Fayyad (...) et la formation d'un nouveau gouvernement", a indiqué vendredi soir à l'AFP ce membre du Conseil révolutionnaire du Fatah qui a requis l'anonymat. [...]
    Le Conseil révolutionnaire du Fatah a par ailleurs ouvertement critiqué pour la première fois le gouvernement de M. Fayyad. "La politique du gouvernement palestinien est empreinte d'improvisation et de confusion sur de nombreux sujets financiers et économiques", a-t-il dit dans un communiqué."


Israël

- Assad, Hamas et la dissuasion vacillante d'Israël, Amos Harel (Haaretz)
http://www.ambafrance-il.org/IMG/pdf/130405.pdf
   "Les évènements des deux derniers jours sur le plate au du Golan et dans la Bande de Gaza reflètent la nature du défi sécuritaire que doit au jourd’hui affronter Israël. Il n’y a pas de risque d’une nouvelle guerre, au moins par pour le moment. Mais sur le front syrien comme sur le front avec le Hamas à Gaza, l’instabilité se manifeste par des tirs sporadiques sur Israël. Le gouvernement Netanyahou essaie de faire en sorte que ces conflits demeurent contenus et ne dégénèrent pas en violences généralisées.
    Sur le front syrien, Israël doit faire face à un gouvernement central affaibli dont le contrôle sur les évènements le long de la frontière a été grandement diminué ; il n’est pas toujours clair de déterminer qui tire et si ces actions ont été approuvées par les plus hautes autorités du gouvernement.
    Le gouvernement de Gaza est plus fort que son homologue de Damas. Jusqu’au renouvellement des tensions ces dernières semaines, le Hamas s’est montré capable de contrôler la frontière avec Israël durant les mois ayant suivi l’Opération Pilier de Défense. Mais ces deux derniers jours, des roquettes et des obus de mortier ont été tirés dans le Negev à deux occasions. Les factions affiliées au mouvement du jihad international qui ont revendiqué la responsabilité des incidents de mardi ont les mêmes fondements idéologiques que les celles ayant lancés les roquettes sur Sderot il y a deux semaines, durant la visite du Président Barack Obama en Israël.
    Israël a répondu d’une façon similaire aux coups de feux transfrontaliers provenant de la Syrie et de la Bande de Gaza : à chaque incident de tir ou d’explosion d’une arme à feu sur le Plateau du Golan, l’armée israélienne a répondu par un tir de missile ou de tank visant directement les positions syriennes desquelles elles provenaient [...].
    La position officielle israélienne, comme l’a exprimé cette semaine le ministre de la Défense Moshe Yaalon, est qu’il y aura une réponse immédiate d’Israël à chaque tir visant le territoire israélien. En pratique, Israël essaie de préserver sa dissuasion sur ces deux fronts en rappelant aux autres parties qu’Israël détient un avantage militaire et qu’il n’est pas de leur intérêt de s’engager dans un conflit plus global.
    Mais dans les deux cas, cet objectif est de plus en plus difficile à atteindre. La tourmente en Syrie est telle [...] qu’il n’est pas certain que Damas soit en mesure de contrôler ses forces militaires combattant les insurgés près de la frontière israélienne. En outre, il n’est pas toujours possible de déterminer si les soldats syriens visent délibérément notre territoire ou si ils ratent simplement leurs cibles réelles, soit les rebelles ayant occupés les villages le long de la frontière.
    Gaza est dans un cas différent. Pendant quatre mois, soit jusqu’à la fin du mois de mars, le Hamas a imposé une discipline de fer sur les factions plus petites, et complètement empêché les tirs contre Israël. Il semble maintenant que le cessez-le-feu s’effrite. Est-ce intentionnel ? Les gains de l’opération militaire israélienne de novembre commencent à s’éroder. Les factions à Gaza utilisent maintenant des prétextes de façade (le dernier en date étant la mort des suites d’un cancer d’un prisonnier palestinien détenu dans une prison israélienne) pour ouvrir le feu.
    La réponse d’Israël a jusqu’à maintenant été retenue, surtout parce qu’il n’y a pas eu de dommage de notre côté. Mais une augmentation du nombre de roquettes tirées sur le Néguev pourrait entraîner Israël à lancer d’autres attaques dans la Bande de Gaza et serait susceptible de réduire l’intervalle entre deux opérations dans un futur proche, et ce même si ni Israël ni le Hamas ne souhaitent vraiment une nouvelle guerre."


"Processus de paix"

- Child on PA TV: Jews "murdered children, raped women in city squares, defiled the Quran" (PMW) - "Allah's enemies, the sons of pigs (i.e., Jews, in Islamic tradition)".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/04/child-on-pa-tv-jews-murdered-children.html

- The Jewish “Occupation” of Judea?, Andreas Fagerbakke (Blog Times of Israel) - "Jews returned to Judea and Samaria after the area was liberated by Israel in 1967, but strangely enough they were referred to as illegal settlers by the international community and they still are to this day".
http://blogs.timesofisrael.com/the-jewish-occupation-of-judea/
   "Judea and Samaria is a term you don’t often hear on the news, at least not outside of Israel. We usually hear about “the West Bank”. But where does this term come from? The name of the area was Judea and Samaria from biblical times until 1950, when Jordan occupied the area, renaming it “the West Bank”. So the name was changed during Jordan’s illegal occupation of Judea and Samaria during a period of nineteen years (1948–1967).
    One has to wonder why the international community decided to use the term West Bank even after the area was liberated. And the fact that all Jews were forced out of Judea and Samaria during Jordan’s illegal occupation is something you rarely hear in the media or anywhere else. I guess people want to maintain the false image of Jews in Judea and Samaria as “foreign occupiers”? Well, they are not foreign occupiers. Jews lived in the so called “West Bank” for ages…. That’s until all of them were either killed or forced out of the area after Jordan’s occupation started in 1948.
    Jews returned to Judea and Samaria after the area was liberated by Israel in 1967, but strangely enough they were referred to as illegal settlers by the international community and they still are to this day. So let me get this straight… A Jew can live in London, Paris, Moscow or New York, but not in Judea? To say that a Jew living in Judea (Judea is actually the origin of the term “Jew”) is an illegal settler is beyond absurd. Judea and Samaria is the cradle of Jewish history, religion and culture.
    Then some would say that Judea and Samaria is “Palestinian land” and therefore Israel shouldn’t build Jewish settlements there. When did this area officially become “Palestinian”? In fact, let’s not only focus on the so called West Bank, but the entire geographical area once known as Palestine. One of the biggest lies out there is that this land belonged to the “Palestinian people” before 1948, and that Israel “stole” large parts of Palestine from the Palestinians through its re-establishment. First of all there has never been a Palestinian state, and “Palestine” did not belong to the Palestinians before 1948. It was ruled by Britain from 1917 to 1948, and before this the area was part of the Ottoman Empire for 400 years.
   "But aren’t Jewish settlements a threat to peace?" Jewish presence in Judea and Samaria is not an obstacle to peace, but what does constitute an obstacle to peace is the racism from the Palestinian Authority. If you’re Palestinian you risk getting the death penalty if you sell your house to a Jew, and the PA doesn’t seem willing to have a state unless it is Jew-free.
    I would like to end this blog post with a simple question. This is for those who say the 350,000 Jews living in Judea and Samaria constitute a threat to peace: Do you also believe that the 1.5 million Arabs living in Israel constitute a threat to peace?"


Egypte

- Egyptian Minister of Religious Endowments Ali Afifi Cites Antisemitic Hadith: The Muslims Will Kill the Jews on Judgment Day (Sada Al-Balad, 14 mars, Vidéo 1mn01) - "we hope that the words of the Prophet Muhammad will be fulfilled: "Judgment Day will not come before the Muslims fight the Jews, and the Jews will hide behind the rocks and the trees, but the rocks and the trees will say: Oh Muslim , oh servant of Allah, there is a Jew behind me, come and kill him – except for the gharqad tree, which is one of the trees of the Jews"."
http://www.memritv.org/clip/en/3786.htm

- Egyptian Actress Lubna Abd Al-Aziz: The Jews Control the American Economy and Media (Al-Tahrir TV, 15 mars, Vidéo 2mn06) - "they slowly worked, built, and made purchases, and they spread throughout the country until they just about own it. Today, the Congress, the Senate, and every administration, whether Republican or Democrat, must stand to attention for them. If they are not happy with someone – that's it, he's gone".
http://www.memritv.org/clip/en/3788.htm


Turquie

- Man injured in Mavi Marmara to donate compensation to terror groups (Elder of Ziyon)
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/04/man-injured-in-mavi-marmara-to-donate.html
   "From Hurriyet Daily News: "One of the victims of the Israeli raid on the Mavi Marmara aid flotilla has announced that he will donate the compensation to Hamas and Islamic Jihad Activist Mehmet Tunç said he would donate the compensation to Hamas and Islamic Jihad in Palestine himself, adding that he would not touch even “one Turkish Lira” of it at a press conference today." Isn't that special?"


USA

- The New York Times Disproportionate Focus on the Israeli-Palestinian Conflict (CAMERA) - "While acknowledging that The Times is not ignoring the Syrian conflict, considering the disproportionate toll in the two conflicts, 6000 to 1, it is striking that the number of articles is of a similar magnitude. However, even more significant than the number of articles is the disparity in the depth of coverage. Here the The Times continues to provide much greater amplification of the Palestinians plight in comparison to that of the Syrians".
http://blog.camera.org/archives/2013/04/post_112.html


Europe

- Le syndicat des enseignants irlandais vote l'exclusion d'Israéliens des universités irlandaises (Philosémitisme)
http://philosemitismeblog.blogspot.fr/2013/04/le-syndicat-des-enseignants-irlandais.html
   "Le syndicat des enseignants irlandais (Teachers Union of Ireland - qui représente 14.500 membres) a voté à l'unanimité en faveur de la cessation de toute collaboration académique avec Israël, y compris les échanges de scientifiques les programmes de recherche. Le syndicat appelle également le Congrès des Syndicats irlandais (Irish Congress of Trade Unions) d'intensifier la campagne de boycott, désinvestissement et de sanctions contre "l'état d'apartheid d'Israël jusqu'à ce qu'il lève le siège illégal de Gaza et mette un terme à l'occupation illégale de la Cisjordanie". La motion invite tous ses membres à "cesser toute collaboration culturelle et académique avec Israël, y compris les échanges entre scientifiques, étudiants et personnalités académiques, ainsi que toute collaboration dans les programmes de recherches".
    Comme le souligne le Professeur David Hirsh de Engage, la motion ne se donne même pas la peine de s'abriter derrière l'habituel "boycott institutionnel". Il s'agit d'un boycott de personnalités du monde académique et d'étudiants en vertu de leur nationalité. Il s'agit d'un boycott majeur de personnalités académiques et d'étudiants juifs du monde entier pour des raison qui n'ont rien à voir avec ce qu'ils ont dit ou fait. Personne d'autre ne sera boycotté à part les Israéliens."


Monde

- Victimes de tirs de l'Otan en Afghanistan (AFP) - "Quatre policiers et deux civils ont été tués". Mais les médias ne couvrent pas du tout cette dernière "bavure" de l'OTAN... étant plutôt obnubilés par les troubles dans les Territoires.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/04/04/97001-20130404FILWWW00395-afghanistan-l-otan-bombardee.php
   "Un bombardement aérien de l'Otan a tué quatre policiers et deux civils aujourd'hui en Afghanistan, ont annoncé les autorités locales. "L'avion de l'Otan devait porter assistance à la police, mais leur base a été bombardée. Quatre policiers et deux civils ont été tués", a dit Fazul Ahmad Tolwak, chef du district de Deh Yak, dans la province de Ghazni, théâtre de ce bombardement à propos duquel l'Otan a ouvert une enquête.
    Les morts de civils dans des bombardements ou tirs de l'Otan, notamment celles d'enfants, ont provoqué à maintes reprises l'ire du président Karzaï, dont les propos sont toujours plus hostiles à la présence dans son pays des forces internationales. Le Comité sur le droit des enfants de l'ONU s'était dit en février dernier "alarmé par les rapports faisant état de centaines d'enfants tués lors d'attaques et de bombardement des forces armées américaines". [...]"
Repost 0
Published by Occam - dans Avril 2013
commenter cet article
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 10:14

makhoul.png

 

- Latest "Apartheid?" poster - winner of "The Voice" (Elder of Ziyon)
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/03/latest-apartheid-poster-winner-of-voice.html
   "A Christian Arab from Acre on Saturday became the first Arab contestant to win the popular television talent show “The Voice.” Lina Mahoul, 19, beat out Ophir Ben Shitrit, an Orthodox girl from Ashdod, to win the second season of the series. Mahoul sang Leonard Cohen’s “Hallelujah” in the final episode of the program to clinch the win."

Repost 0
Published by Occam - dans Avril 2013
commenter cet article
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 10:12

France

- Israeli director assaulted by Arab youths in France, Asher Zeiger (Times of Israel) - "Yariv Horowitz, whose ‘Rock the Casbah’ won an award at the Aubagne Film Festival, was attacked just before winning the prize".
http://www.timesofisrael.com/israeli-movie-director-assaulted-by-arab-youths/


Israël

- Jets de pierres sur des Israéliens [au Mont du Temple] (AFP)
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/03/31/97001-20130331FILWWW00049-jets-de-pierres-sur-des-israeliens.php
   "Des Israéliens qui se rendaient sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem ont été victimes de jets de pierres pour lesquels six Palestiniens ont été arrêtés, a annoncé un porte-parole de la police israélienne. "Il y avait une visite régulière prévue sur le Mont du Temple", a déclaré M. Rosenfeld en employant le terme juif pour désigner l'esplanade que les musulmans appellent le "Noble sanctuaire" (Haram al-Charif), lieu sacré pour les deux religions et source de tensions entre les deux communautés.
   "Des Palestiniens ont jeté des pierres aux visiteurs. Il n'y a pas eu de blessé. Six Palestiniens ont été arrêtés sur les lieux par les policiers" qui escortaient les Israéliens, a-t-il ajouté sans préciser qui étaient ces visiteurs. A l'occasion de la Pâque juive, Jérusalem accueille actuellement de nombreux juifs pratiquants venus célébrer cette fête qui commémore la sortie des hébreux d'Egypte selon la tradition biblique et s'achève lundi soir."


Gaza & Hamas

- L’armée égyptienne déjoue une série d’attentats dans le Sinaï et empêche des transferts d’armes vers Gaza (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/larmee-egyptienne-dejoue-une-serie-dattentats-dans-le-sinai-et-empeche-des-transferts-darmes-vers-gaza/
   "Des sources égyptiennes ont indiqué aujourd’hui que l’armée égyptienne a déjoué ces derniers jours une dizaine de tentatives d’attentats et a empêché plusieurs transferts d’armes et de munitions vers la bande de Gaza depuis la péninsule du Sinaï vers Gaza. L’armée égyptienne a également confirmé la destruction de plusieurs tunnels de contrebande creusés en-dessous de la frontière entre Gaza et l’Egypte."

- PA: We don't want Turkish PM to visit Gaza, Khaled Abu Toameh (JP) - "The PA fears that such visits would legitimize Hamas’s rule of the Gaza Strip and affect the PLO’s claim to be the sole and legitimate representative of the Palestinians".
http://www.jpost.com/Middle-East/PA-We-dont-want-Turkish-PM-to-visit-Gaza-307877
   "The Palestinian Authority opposes Turkish Prime Minister Recep Tayyip Erdogan’s intention to visit the Gaza Strip, a senior PA official in Ramallah said Wednesday. Erdogan announced earlier this week that he would visit the Gaza Strip in the near future. The announcement came shortly after Israel apologized for the 2010 IDF raid on a Turkish aid flotilla, paving the way for normalizing Turkish- Israeli relations. Erdogan told officials from the ruling Justice and Development Party that he would travel to the Gaza Strip to check whether Israel has kept its promise to ease its blockade on the Hamas-controlled territory.
   “The Palestinian Authority leadership has informed the Turkish government that we are opposed to such a visit because it would deepen divisions among the Palestinians,” the PA official said. “The Gaza Strip is not an independent Palestinian state and Hamas is not the legitimate representative of the Palestinians.”
    The PA leadership has in the past opposed visits to the Gaza Strip by the emir of Qatar and the Malaysian prime minister, who nevertheless chose to ignore the PA’s stance. More recently, the Tunisian president called off a planned visit to the Gaza Strip following strong protests from the PA leadership. The PA fears that such visits would legitimize Hamas’s rule of the Gaza Strip and affect the PLO’s claim to be the sole and legitimate representative of the Palestinians.
    Israel Radio reported that late Wednesday evening, a White House representative said the US sees Erdogan’s intentions to visit Gaza as counterproductive to efforts to restore ties between Ankara and Jerusalem. [...]"

- L’Egypte maintient le blocus de Gaza (Europalestine)
http://www.europalestine.com/spip.php?article8193
   "Notre ami Ayman qui vient de retourner chez lui à Gaza, nous signale qu’il a dû passer 5 checkpoints en Egypte avant d’arriver à la frontière de Rafah et que seuls les Gazaouis sont habilités à rentrer chez eux. "Je ne peux même pas recevoir mes amis", se désole-t-il. [...]"


Judée-Samarie

- Un journaliste palestinien jeté en prison pour s’être amusé de Mahmoud Abbas (JSS) - "Hamamreh est en fait inculpé pour avoir posté sur Facebook une photo comparant le Président à un personnage de série B. En l’occurrence, « un méchant »."
http://jssnews.com/2013/03/28/un-journaliste-palestinien-jete-en-prison-pour-setre-amuse-de-mahmoud-abbas/
- Palestinian journalist jailed for 'insulting' Abbas, Khaled Abu Toameh (JP) - "He is the second Palestinian to be sentenced to one year in prison for this offense since the beginning of the year".
http://www.jpost.com/National-News/Palestinian-journalist-jailed-for-insulting-Abbas-308014
- Report: Abbas pardons jailed Palestinian journalist, Khaled Abu Toameh (JP)
http://www.jpost.com/National-News/Abbas-pardons-jailed-Palestinian-journalist-308178

- Palestinian jailed for ‘liking’ anti-PA web post, Khaled Abu Toameh (JP)
http://www.jpost.com/Middle-East/Palestinian-sentenced-for-liking-anti-PA-FB-status-308221
   "A Palestinian man who clicked “Like” on a Facebook status criticizing a Palestinian Authority official has been sentenced to six months in prison. Anas Ismail, 29, of Salfit, near Nablus, was found guilty of “libel and slander.” Ismail is the second Palestinian to be imprisoned for Facebook activities in the past few days. He was sentenced to prison on the same day another PA court in Bethlehem sentenced Palestinian journalist to one year in prison for sharing a photo on Facebook that compared PA President Mahmoud Abbas to a villain and the spy of French colonial authorities in a Syrian drama.
    Ismail said that the PA’s Preventive Security force detained him for 17 days before he was sentenced to six months in prison. He said he was accused of clicking “Like” on a status that called for sacking former PA Communications minister Mashhour Abu Daka. Ismail told the West Bank-based Wattan TV station that he had been summoned for interrogation 10 times in the past six months because of the “Like” on Facebook. [...]"

- Palestinian Arabs describe torture - in PA prisons (Elder of Ziyon) - "From a lengthy article in The Daily Mail".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/03/palestinian-arabs-describe-torture-in.html

- Une voiture israélienne caillassée en Judée-Samarie, un blessé (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/une-voiture-israelienne-caillassee-en-judee-samarie-un-blesse/
   "Une voiture israélienne a été caillassée par un groupe de Palestiniens ce matin près du village de Teqoa en Judée-Samarie. Le conducteur, blessé à la tête, a été transporté vers l’hôpital le plus proche."
- Efrat, Judée-Samarie : Un enfant de 4 ans blessé par des jets de pierre (Guysen)
http://www.guysen.com/fil-infos/efrat-judee-samarie-un-enfant-de-4-ans-blesse-par-des-jets-de-pierre/
   "Un enfant de 4 ans a été blessé par des jets de pierre palestiniens près d’Efrat en Judée-Samarie (bloc de Goush Etzion)."
- At least 7 Palestinian kids injured from stone-throwing, Michal Shmulovich (Times of Israel)
http://www.timesofisrael.com/palestinian-kids-reportedly-injured-from-stone-throwing/
   "At least seven Palestinian children were injured Sunday south of Nablus after settlers threw stones at them, according to Palestinian sources. Eight Palestinian girls were lightly injured by settlers from Yitzhar who whisked rocks in their direction and then drove away, AFP reported, quoting an unnamed Palestinian Authority official. [...] The IDF confirmed the occurrence and stated it was investigating the details of the incident."


"Processus de paix"

- Obama to Palestinians: Accept the Jewish state, Daniel Pipes (president of the Middle East Forum) - "That sentence breaks important new ground and cannot readily be undone".
http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=3847
   "One key shift in U.S. policy was overlooked in the barrage of news about U.S. President Barack Obama's eventful fifty-hour visit to Israel last week. That would be the demand that Palestinians recognize Israel as the Jewish state, called by Hamas leader Salah Bardawil "the most dangerous statement by an American president regarding the Palestinian issue."
    First, some background: Israel's founding documents aimed to make the country a Jewish state. Modern Zionism effectively began with the publication in 1896 of Theodor Herzl's book, Der Judenstaat ("The Jewish State"). The Balfour Declaration of 1917 favors "a national home for the Jewish people." U.N. General Assembly resolution 181 of 1947, partitioning Palestine into two, mentions the term "Jewish state" 30 times. Israel's Declaration of Independence of 1948 mentions "Jewish state" five times, as in "we … hereby declare the establishment of a Jewish state in Eretz Israel, to be known as the State of Israel."
    Because of this tight connection, when Arab-Israeli diplomacy began in earnest in the 1970s, the Jewish state formulation largely disappeared from view; everyone simply assumed that diplomatic recognition of Israel meant accepting it as the Jewish state. Only in recent years did Israelis realize otherwise, as Israeli Arabs came to accept Israel but reject its Jewish nature. For example, an important 2006 publication from the Mossawa Center in Haifa, "The Future Vision of Palestinian Arabs in Israel," proposes that the country become a religiously neutral state and joint homeland. In brief, Israeli Arabs have come to see Israel as a variant of Palestine.
    Awakened to this linguistic shift, winning Arab acceptance of Israel no longer sufficed; Israelis and their friends realized that they had to insist on explicit Arab acceptance of Israel as the Jewish state. In 2007, then-Prime Minister Ehud Olmert announced that unless Palestinians did so, diplomacy would be aborted: "I do not intend to compromise in any way over the issue of the Jewish state," he emphasized. The Palestinian Authority immediately and unanimously rejected this demand. Its head, Mahmoud Abbas, responded: "In Israel, there are Jews and others living there. This we are willing to recognize, nothing else."
    When Benjamin Netanyahu succeeded Olmert as prime minister in 2009, he reiterated this demand as a precondition to serious negotiations: "Israel expects the Palestinians to first recognize Israel as a Jewish state before talking about two states for two peoples." The Palestinians not only refused to budge but ridiculed the very idea. Again, Abbas: "What is a 'Jewish state?' We call it the 'State of Israel.' You can call yourselves whatever you want. But I will not accept it. ... It's not my job to … provide a definition for the state and what it contains. You can call yourselves the Zionist Republic, the Hebrew, the National, the Socialist [Republic] call it whatever you like, I don't care."
    Only six weeks ago, Abbas again blasted the Jewish state concept. The Palestinian rejection of Jewish statehood could not be more emphatic. (For a compilation of their assertions, see "Recognizing Israel as the Jewish State: Statements" at DanielPipes.org.)
    American politicians, including both former President George W. Bush and Obama, have since 2008 occasionally referred to Israel as the Jewish state, even as they studiously avoided requiring Palestinians to do likewise. In a typical declaration, Obama in 2011 sketched the ultimate diplomatic goal as "two states for two people: Israel as a Jewish state and the homeland for the Jewish people and the State of Palestine as the homeland for the Palestinian people."
    Then, in his Jerusalem speech last week, Obama suddenly and unexpectedly adopted in full the Israeli demand: "Palestinians must recognize that Israel will be a Jewish state." That sentence breaks important new ground and cannot readily be undone. It also makes for excellent policy, for without such recognition, Palestinian acceptance of Israel is hollow, indicating only a willingness to call the future state they dominate "Israel" rather than "Palestine."
    While not the only shift in policy announced during Obama's trip (another: telling the Palestinians not to set preconditions for negotiations), this one looms largest because it starkly contravenes the Palestinian consensus. Bardawil may hyperbolically assert that it "shows that Obama has turned his back to all Arabs" but those ten words in fact establish a readiness to deal with the conflict's central issue. They likely will be his most important, most lasting, and most constructive contribution to Arab-Israeli diplomacy."

- Palestinians Should be Engaged Honestly, Eric R. Mandel (MD, co-chair of Stand With Us) - "The premise that the conflict can be resolved if only Israel pushes harder for peace and offers more land neglects to assign responsibility to the Palestinians. This line of reasoning completely ignores the historical record of Arab rejectionism of a two-state solution in 1949, 1967, 2000 and 2007".
http://www.algemeiner.com/2013/03/31/palestinians-should-be-engaged-honestly/
   "There is a narrative that has been gaining adherents in America, that it is within Israel’s control to make peace with the Palestinians. If only it were so. The story says that the issue is territorial, and the “occupation” and/or settlements are the root cause of the conflict. Unfortunately it is the Palestinians who need to be confronted with a reality check. The same people, who feel that Israel can magically create peace by itself, also feel that Palestinian Authority President Mahmoud Abbas is a man Israel can trust and is a partner for peace.
    Yet of great concern to Israeli and American leaders who are paying attention is that Abbas has been heard to say things that represent the antithesis to peace. In August 2011 he said, “Don’t order us to recognize a Jewish state… we won’t accept it.” And on Dream 2 TV (Egypt), Oct. 23, 2011, he said, “I’ve said it before and I will say it again: I will never recognize the Jewishness of the state or a Jewish state.” Or in reference to the terrorist organization Hamas, he said in March 2013, “I don’t see much difference between their (Hamas) policy and ours. In this case, there is no need to label them as a terrorist organization.”
    In January 2013, Abbas mentioned a full rogues gallery of terrorists and anti-Semites when he said, “We pledge to continue on the path of the martyr brother Abu Ammar (Yasser Arafat)… [and] remember the pioneers—the Grand Mufti of Jerusalem, Hajj Amin Al-Husseini.” The Mufti of Jerusalem is the same Palestinian leader who tried to work closely with Hitler because he wanted to bring the Holocaust to the Middle East.
    With attitudes and speeches from Palestinian leaders like this, it is no wonder that Israel remains skeptical about peace. In a 2012 poll jointly conducted by the Palestinian Center for Public Opinion and American Pollster Stanley Greenberg, 61 percent of Arab-Palestinians do not accept two states for two peoples and 72 percent of Arab-Palestinians reject any Jewish connection to Israel and to Jerusalem.
    Now in his 9th year of a four-year term, it is also of great concern that Abbas is mistrusted and despised by many of his own people because of the endemic corruption and siphoning off of millions in funds targeted for the Palestinian people, just like Arafat did. He would lose an election today, and if Israel withdrew from Area A, many are concerned that Hamas would likely take over, just as they did in Gaza in January of 2006.
    What is needed now is an honest talk with the Palestinians. The premise that the conflict can be resolved if only Israel pushes harder for peace and offers more land neglects to assign responsibility to the Palestinians. This line of reasoning completely ignores the historical record of Arab rejectionism of a two-state solution in 1949, 1967, 2000 and 2007. It ignores Israel’s two unilateral withdrawals from Arab land, in 2000 from Lebanon and 2005 from Gaza, leading to tens of thousands of missiles aimed at Israeli civilians during the Second Lebanon War, Operation Cast Lead, and Operation Pillar of Defense just this past November.
    When Secretary of State John Kerry next speaks to the Palestinians, he should ideally be honest with them about their role and responsibility for the conflict and for a future of peace, if there is to be any. If peace is the goal, then keeping facts in context is essential. Israeli settlements comprise less than 1.7 percent of West Bank land. With the security fence, approximately 7 percent of the land is built on by Israel. We also must remember that the West Bank, or Judea and Samaria, is ancient Israel. Yet Israel has shown a complete willingness, time and again, to give almost all of the West Bank away to the Palestinians for a true, secure peace.
    The U.S., as the world’s leading power, should go to Ramallah and say, “Commit to peace by recognizing Israel as a Jewish State, acknowledge that there will be no right of return, and stop launching rockets into Israel.” That is the way to set the stage for real progress and a realistic peace. Some tough love is in order, as platitudes and moral equivalence only beget false illusions and more violence. I wish this were only up to Israel to change the relationship and the future with the Palestinians, and its Arab neighbors. It is now time to speak honestly with the Palestinians if peace has any chance of taking root."

- The truth behind the news photograph, Anav Silverman (JP) - "How the photographer helps shape the Arab-Israeli conflict".
http://www.jpost.com/Opinion/Columnists/The-truth-behind-the-news-photograph-308103


Syrie

- Palestinian Arabs keep getting killed in Syria, and no one cares (Elder of Ziyon) - "We must have missed the stories about these in Mondoweiss and Electronic Intifada, who pretend to care so much about Palestinian Arabs".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2013/03/palestinian-arabs-keep-getting-killed.html


Monde

- Forum social mondial : plus de 15.000 personnes marchent pour les Palestiniens (AFP) - "Canadiens, Français, Américains marchaient à côté de responsables du Hezbollah libanais".
http://fr.news.yahoo.com/forum-social-mondial-15-000-personnes-marchent-palestiniens-171509252.html
   "Plus de quinze mille personnes, selon la police, ont participé samedi à une marche festive clôturant à Tunis le 12e Forum social mondial (FSM), rassemblement annuel d'altermondialistes, placé sous le signe de la Palestine et du printemps arabe, selon une journaliste de l'AFP. "Terre, liberté, dignité", "libérez Gaza", "Non à l'occupation", ont scandé les manifestants [...]
    Canadiens, Français, Américains marchaient à côté de responsables du Hezbollah libanais, d'opposants tchadiens, de Syriens manifestant "pour la révolution syrienne et la résistance en Palestine". "Nous avons tenu à participer au Forum social mondial qui s'est concentré sur une question fondamentale, en l'occurrence la cause palestinienne", a dit Ali Fayadh, député et chef de la délégation du Hezbollah chiite.
    Portraits de dirigeants palestiniens assassinés, étendards noirs des salafistes tunisiens ou rouges de l'extrême gauche, les manifestants ont crié leur hostilité à la normalisation des relations entre Israël et les Etats arabes, revendication émanant également d'une "assemblée générale commune de Palestine" au FSM. [...]
    Un syndicat étudiant de gauche a indiqué qu'il "boycottait" le forum en raison de la présence de participants venus d'Israël et des Syriens pro-Assad se sont opposés à des partisans de la rébellion. Mais aucun incident majeur n'a été enregistré durant l'édition qui a rassemblé pendant cinq jours quelque 30.000 personnes autour de 1.000 ateliers sur une multitude de thèmes. [...]"

- Canada’s largest student association endorses BDS (JTA) - "York University student association latest to join trend of Canadian student federations supporting anti-Israel platforms".
http://www.jpost.com/Jewish-World/Jewish-Features/Canadas-largest-student-association-endorses-BDS-308254
- Le boycott progresse à pas de géant sur les campus canadiens (Europalestine)
http://www.europalestine.com/spip.php?article8206
   "A l’université de York, au Canada, la Fédération étudiante qui représente 52.000 étudiants, vient de voter à une majorité écrasante une motion adoptant la campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions à l’encontre d’Israël. Elle rejoint ainsi celles des deux plus grosses universités canadiennes qui s’étaient précédemment prononcées dans le même sens. La troisième organisation étudiante du Canada en taille rejoint ce faisant les deux plus importantes, celles de Toronto et de l’université de Concordia, qui ont déjà passé une telle résolution.
    Cette résolution, proposée par l’association des Etudiants contre l’apartheid israélien, a été votée à 18 voix contre 2 par le Conseil d’administration des étudiants d’Excalibur de York. Elle appelle à cesser d’investir, à retirer les avoirs de l’université d’York dans des firmes qui font des affaires avec Israël, et à rompre les liens institutionnels avec les universités israéliennes. [...]"

- Neuf taliban et deux enfants afghans tués dans un raid de l'Otan, Mustafa Andalib (Reuters) - "Un journaliste de l'agence Reuters a pu voir les corps de deux enfants"... et pourtant aucune image macabre ne semble intéresser les rédactions européennes, qui laissent d'ailleurs cette dépêche tomber dans le silence médiatique. Qu'en aurait-il été si ces enfants avaient été tués par des frappes israéliennes ?
http://fr.news.yahoo.com/neuf-taliban-et-deux-enfants-afghans-tu%C3%A9s-dans-111629861.html
   "Un hélicoptère de l'Otan a tué deux enfants et neuf taliban présumés samedi en Afghanistan en intervenant pour aider une patrouille de la police afghane dans la ville de Ghazni (sud-est), a-t-on appris auprès de la police et des habitants. Cet incident pourrait rouvrir le débat sur les victimes civiles des frappes de l'Otan qui secoue régulièrement le pays et oppose le gouvernement de Kaboul aux forces de l'Alliance. [...] Un journaliste de l'agence Reuters a pu voir les corps de deux enfants qui, d'après les habitants, ont péri lors de la frappe."

Repost 0
Published by Occam - dans Avril 2013
commenter cet article

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages