Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 23:56
France

- Tariq Ramadan, "Gaza un an après", conférence du 19 décembre 2009 à l'initiative de Génération Palestine (Vidéo 13mn59) - Selon Tariq Ramadan : les Juifs ou "sionistes" instrumentalisent la Shoah pour cacher leur qualité d'oppresseur envers les Palestiniens ; Israël est illégitime en soi, car produit de la "colonisation", ce qui amène toujours à l'oppression ; ceux qui sont invités sur les plateaux de télévision ne l'avouent pas car ils préfèrent entretenir un "mensonge historique". Une brillante analyse !
http://www.dailymotion.com/video/xblus0_gaza-un-an-apres_news
    Animatrice : l'objectif est de "contrer la propagande sioniste à travers un discours universel".
    Tariq Ramadan : "Quel est le conflit aujourd'hui qui semble capitaliser, synthétiser, entretenir ensemble toutes les dimensions d'une vision Islam et Occident ? C'est le conflit israélo-palestinien. L'extermination des Juifs en terre européenne ne se discute même pas, elle se condamne, et il y a de notre côté la reconnaissance de la souffrance d'un peuple, la reconnaissance de la souffrance des Juifs d'Occident. Il n'y a jamais à discuter là-dessus. En l'occurrence ici, vous avez... ce qui est une opposition, c'est l'instrumentalisation de l'extermination pour se présenter comme victime de l'Histoire, et jamais assumer son rôle potentiel de bourreau quand on est au pouvoir, c'est cela que nous contestons, c'est cela que nous refusons. Jamais personne qui fut victime hier ne peut se prévaloir d'avoir demain de ne pas être accusé de devenir un bourreau potentiel. [...]
    Ce qui est le produit d'un acte de colonisation [Israël] est un acte de colonisation qui amène aujourd'hui un Etat à opprimer un peuple. Il y a un oppresseur et il y a des opprimés. [...] On ne peut pas historiquement, et aujourd'hui encore, mettre les deux peuples à égalité, en se disant : "Ben moi je suis neutre". La neutralité bienveillante de certains acteurs aujourd'hui est une façon d'être pro-israélien et de laisser tomber les Palestiniens. [...] Quel que soit le parti au pouvoir [en Israël], de gauche comme de droite, ils sont d'accord sur une chose : gagner du temps sur la paix pour une politique du fait accompli. [...]
    Certains aujourd'hui, qui sont tout le temps invités sur les plateaux de télévision, ils entretiennent le mensonge historique. En face du mensonge historique, il ne faut pas de l'émotionnel, il faut de la rigueur [...]. Vous n'aurez pas le prime time, vous ne serez pas invités au 20h, mais vous êtes par contre dans les rues de Lyon, dans les rues d'Europe, c'est là qu'il faut faire le travail. Ce que vous ne pouvez pas faire par le petit écran, il faut le faire au quotidien, dans l'information des gens. [...]
    Il faut avoir du courage. Il faut se lever. Il faut avoir même la possibilité de dire : "Ecoutez-moi bien [Ramadan commence à s'énerver et hausse le ton], d'abord oui, je suis Français. Ma conscience, elle vient d'Afrique. Et jamais, pour être un bon Français, vous me ferez oublier que je viens d'Afrique, d'Afrique du Nord ou d'Afrique noire. Que je viens du Sud, jamais vous ne me le ferez oublier. Et je suis musulman en plus, et jamais vous me ferez dire, et jamais vous m'imposerez que pour être un bon Français, il faudrait que je sois moins musulman. Moi je vais vous prouver qu'on est Français, qu'on est d'origine africaine, qu'on a une conscience du Sud, qu'on a des principes religieux, et qu'on sait respecter la loi commune de ce pays, mais qu'on se refusera à admettre tous ceux qui trahissent nos principes. Parce que ceux aujourd'hui qui veulent nous apprendre les valeurs de la France sont en haut du gouvernement ceux qui les trahissent quotidiennement, les valeurs de la France." Salam Aleikoum." [Applaudissements nourris]

******************************
******************************************************************************************
Israël

- Jérusalem-est : une école attaquée par un père et ses proches armés (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Jerusalem-est-une-ecole-attaquee-par-un-pere-et-ses-proches-armes_256999.html
   "Des enseignants et des élèves de l'école Kfar Akab à Jérusalem-est ont été terrorisés pendant 1 heure et demi par un père de famille en colère accompagné de proches. Ils étaient armés de revolvers et de couteaux. La police a tardé à intervenir car l'école est située derrière la barrière de sécurité."

- Maalé Adoumim, "inséparable de Jérusalem" (JP) - "le 24 novembre 1974, le gouvernement de l'ancien Premier ministre Itzhak Rabin aurait voté l'établissement d'une zone industrielle à Maalé Adoumim".
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1261364482131&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Révélations fracassantes. Selon le contenu récemment publié d'une partie des Archives nationales, Maalé Adoumim et la zone E1 sont officiellement rattachées à Jérusalem depuis 1974. Plus précisément, le 24 novembre 1974, le gouvernement de l'ancien Premier ministre Itzhak Rabin aurait voté l'établissement d'une zone industrielle à Maalé Adoumim ainsi que de plusieurs quartiers résidentiels destinés à accueillir les employés. L'Etat a alors attribué une superficie de 65 000 dunams à cette implantation, devenue, depuis lors, le foyer de plus de 10 000 Israéliens.
    Située à l'est de Jérusalem, Maalé Adoumim compte aujourd'hui une population de 33 800 âmes. Il s'agit de la troisième plus grande implantation de Judée-Samarie. Selon les groupes de défense des droits de l'Homme, Bimkom et B'Tselem, ces documents prouvent que le gouvernement a volontairement annexé 32 000 hectares de terres - plutôt que d'avoir délivré des ordres de réquisition intérimaire, conformément au protocole de l'époque. Ils estiment, par ailleurs, que ces archives contredisent les déclarations israéliennes selon lesquelles aucun Palestinien n'a souffert de cette expropriation : les documents révèlent le déplacement de centaines de Bédouins, selon B'Tselem et Bimkom. Les Etats-Unis et l'Autorité palestinienne se sont systématiquement opposés à toute forme de construction israélienne dans la zone E1, qui encercle la section orientale de Jérusalem."

- « Maalé Adoumim fait partie intégrante de Jérusalem », Claire Dana-Picard (Arouts 7) - "la zone E1, très controversée encore aujourd’hui, était incluse dans ce plan".
http://www.actu.co.il/2009/12/maale-adoumim-fait-partie-integrante-de-jerusalem/
   "[...] l’existence d’un document, datant de 1974, vient d’être révélée par la radio Galei Tsahal qui pourraient peut-être influer sur les décisions futures. Il s’agit d’un texte indiquant clairement que le gouvernement israélien a décidé que Maalé Adoumim ferait partie intégrante de Jérusalem et que la ville compterait plus de 100 000 habitants.
    D’après cette décision gouvernementale prise à l’époque, la ville, d’une superficie supérieure à toutes les localités juives de Judée-Samarie (48 000 dunams), devait devenir en fait la zone industrielle de Jérusalem. C’est ce qu’avaient conclu à l’époque, plus précisément en novembre 1974, les ministres d’Itshak Rabin. A une majorité de onze contre six, ils avaient également convenu qu’il fallait construire des habitations, destinées au départ aux employés travaillant sur place.
    Il faut encore préciser que la zone E1, très controversée encore aujourd’hui, était incluse dans ce plan. Rappelons que les Américains s’opposent depuis longtemps à toute construction dans ce secteur, sous prétexte que cela risque de faire une coupure entre les parties sud et nord d’un territoire où vivent des Palestiniens. A l’époque, il était question d’une localité s’étendant sur une superficie de 65 000 dunams avec plus de 10 000 habitants. Aujourd’hui, ils sont plus de 35 000 à vivre dans cette ville [...]."

- « Expulsion des terroristes: le moindre mal » (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/12/%C2%AB-expulsion-des-terroristes-le-moindre-mal%C2%BB/
   "L’ex haut fonctionnaire des services de la sécurité intérieure (Chabak), Menahem Landau, a accordé un entretien à la presse dans lequel il s’est prononcé au sujet de la problématique concernant la séquestration de Guilad Shalit par le mouvement terroriste du Hamas: « En cas de remise en liberté de criminels de grande envergure, et qui ont fait fonctionner les réseaux terroristes, ces mêmes criminels en ayant envoyé d’autres pour tuer des Israéliens, il est alors évident que leur éloignement le plus loin possible de notre territoire sera utile. Lors de la précédente Intifada, les criminels qui s’étaient enfermés dans l’église de Bethlehem et qui ont été éloignés des frontières du pays se sont volatilisés et ont disparu. »"

- Que dit la presse israélienne sur l’échange Shalit ? (JSS) - "En nous fondant sur notre histoire, nous pouvons affirmer que des Israéliens mourront si le gouvernement obtient la libération de Gilad Shalit de cette manière".
http://jssnews.com/2009/12/23/que-dit-la-presse-israelienne-sur-lechange-shalit/
   "La majorité des Israéliens est prête à payer “n’importe quel prix” pour récupérer le soldat Gilad Shalit détenu à Gaza depuis trois ans et demi, selon un sondage publié aujourd’hui par le quotidien Haaretz.  Pas moins de 52% des Israéliens affirment qu’il faut payer “n’importe quel prix” pour ramener chez eux leurs compatriotes tombés aux mains de l’ennemi, alors que 35% s’opposent à l’élargissement de détenus responsables de meurtres d’Israéliens dans le cadre d’échanges.  Toujours selon ce sondage, 58% des personnes interrogées estiment qu’Israël pourrait dans le cadre de tels échanges libérer certains de ses ressortissants arabes incarcérés pour activités hostiles à l’Etat. Le sondage a été réalisé par l’Institut Truman de l’Université hébraïque de Jérusalem, dans des conditions qui n’ont pas été précisées.
    Dans le même temps, voilà ce que dit plus précisément la presse locale. “Le Premier ministre Benyamin Nétanyahou a passé ces derniers jours à analyser les implications de la décision qu’il doit prendre : payer le prix terrible pour la libération de Gilad Shalit ou rejeter l’offre en justifiant ce refus par sa responsabilité de Premier ministre”, écrit le quotidien Yediot Arahonot. “La responsabilité qui repose à présent sur les épaules de Nétanyahou ne peut être comparée à aucun précédent historique. Quelle que soit la décision qu’il prendra, elle aura un impact sur les familles endeuillées, les Israéliens qui servent dans les forces de sécurité, et beaucoup d’autres.”
    “Nos cœurs nous disent de payer le prix du Hamas”, écrit le Jerusalem Post dans un éditorial. “Mais payer le prix du Hamas, c’est prendre le risque d’un second accord Jibril. En 1983, un accord avec le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) avait mené à l’échange de trois soldats israéliens contre 1 150 prisonniers arabes ; l’un d’entre eux était Ahmed Yacine, les autres allaient devenir ses lieutenants et ensemble ils allaient créer le Hamas. Il y a à n’en pas douter des hommes du calibre de Yacine parmi le millier d’hommes dont le Hamas demande la libération”, met en garde le quotidien israélien. “En nous fondant sur notre histoire, nous pouvons affirmer que des Israéliens mourront si le gouvernement obtient la libération de Gilad Shalit de cette manière. L’appel émouvant des parents de Gilad nous touche. Leur fils est devenu notre fils. Néanmoins, Nétanyahou doit stopper l’accord. Les assassins doivent rester en prison.”
    Pour Gideon Levy, commentateur du quotidien Ha’Aretz, “Gilad Shalit doit être libéré à n’importe quel prix”. “Nous sommes face à la libération de quelques centaines de Palestiniens, à peu près un dixième de ceux que nous détenons prisonniers. Certains d’entre eux sont des prisonniers politiques ; d’autres sont des femmes et des jeunes. Ceux qui, parmi eux, sont des meurtriers ont déjà purgé de longues peines. La grande majorité d’entre eux ne retournera pas à des activités terroristes”, estime le journaliste. “Que nous libérions ou pas ces prisonniers, il y aura de plus en plus de terroristes à l’avenir, tant que continueront l’occupation et les mauvais traitements infligés au  peuple palestinien. La vraie infrastructure du terrorisme se situe là. Que ces hommes soient libérés ou non, exilés ou non, le degré de dangerosité de nos voisins continuera de dépendre de la liberté de l’ensemble de la nation palestinienne, pas de celle d’un millier de personnes”."

******************************
**************************************************************************************
Gaza & Hamas

- Tensions entre le Hamas et l'Egypte à cause de la muraille d'acier (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Tensions-entre-le-Hamas-et-l-Egypte-a-cause-de-la-muraille-d-acier_257001.html
   "Des foreurs de tunnels ont réussi à percer la muraille d'acier installée par l'Egypte pour empêcher les trafics avec la Bande Gaza. Par ailleurs, ces derniers jours, des coups de feu ont été tiré de Gaza en direction des équipes de travailleurs égyptiens qui construisent la structure. Le Hamas a également organisé des manifestations à la frontière et menace de soulever les masses palestiniennes contre l'Egypte."

- Dossier Shalit : la réponse du Hamas à la proposition israélienne est pour bientôt (Abou-Marzouk) (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Dossier-Shalit-la-reponse-du-Hamas-a-la-proposition-israelienne-est-pour-bientot_257002.html
   "Moussa Abou-Marzouk, un des responsables du Hamas en exil à Damas, a indiqué que son organisation transmettra bientôt sa réponse à la proposition israélienne au sujet de Guilad Shalit."

- PMW Special Report on Palestinian kidnap-for-hostage tactic (PMW) - "Israel's release of prisoners in exchange for hostages is not seen by Palestinian society as merely the last stage of one kidnapping, but as the first stage of the next kidnapping."
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=1519
Introduction:
   "This PMW Special Report includes 50 Palestinian statements concerning the Palestinian kidnapping-for-hostage policy. The statements cover the period since the release of 1000 terrorists by Israel in exchange for a kidnapped Israeli in 2004, until the current negotiations for the release of Gilad Shalit in December 2009. These Palestinian statements document that the Palestinian motivation and justification today for continued kidnappings is the direct result of the earlier prisoner releases. Israel's release of prisoners in exchange for hostages is not seen by Palestinian society as merely the last stage of one kidnapping, but as the first stage of the next kidnapping."
Executive Summary:
   "- Background:
    More than 10,000 Palestinians are currently in Israeli prisons for terrorism of various degrees. The Palestinian Authority demands that Israel release them all, including murderers of civilians and masterminds of suicide terror who are serving multiple life sentences. Israel argues that they have been imprisoned following proper judicial process and must complete their sentences.
    - PMW Findings:
    Due to Israel's willingness to release Palestinian terrorists from jail in exchange for freeing kidnapped and imprisoned Israeli hostages, Palestinians have concluded that kidnapping-for-hostage is a valid strategy to achieve the release of additional Palestinian terrorists. This report documents that these opinions are found across the political spectrum and among the Palestinian leadership, both Fatah and Hamas."

- Gaza en quelques chiffres : un an après l’Opération Plomb Durci (The Israel Project) - chaque chiffre est sourcé sur le site.
http://www.theisraelproject.org/site/apps/nlnet/content2.aspx?c=hsJPK0PIJpH&b=3942073&content_id={C9EA0037-06DD-44AA-8DFE-119A5B77AB76}&notoc=1
   "Le 27 décembre 2008, l’Armée israélienne a lancé une opération défensive à Gaza (l’Opération Plomb Durci) en réponse aux attaques du Hamas et d’autres groupes terroristes soutenus par l’Iran, qui depuis des années ne cessent de tirer des roquettes, des mortiers et des missiles contre Israël. Lors de l’Opération Plomb Durci, il était prioritaire pour Israël de démanteler l’infrastructure terroriste du Hamas tout en évitant de toucher la population civile. L’opération, dont le cessez-le-feu a été proclamé le samedi 18 Janvier, a été rendue plus difficile et plus dangereuse par l’usage systématique de la population civile comme bouclier humain par le Hamas. Enfin, l’opération défensive a réduit de 90% le nombre de tirs de roquettes, de missiles et de mortiers depuis Gaza contre Israël.
Chiffres clés :
    - 1 million : Le nombre de civils israéliens sous la menace des tirs de roquettes du Hamas.
    - 15 secondes : Le temps dont les israéliens disposent pour se rendre dans un abri contre les bombardements une fois que la sirène d’alarme a été activée.
    - 2 millions : Le nombre de tracts lâchés par l’Armée israélienne à Gaza lors de l’Opération Plomb Durci, afin de demander à la population civile de s’éloigner des combattants du Hamas.
    - 200 000 : Le nombre d’appels téléphoniques passés par l’Armée israélienne à la population civile de Gaza avertissant contre une attaque imminente près de leurs maisons.
    - 8 : Le nombre d’années pendant lesquelles Israël a supporté les tirs de roquettes, de missiles et de mortiers depuis Gaza.
    - 1 : Soldat israélien prisonnier à Gaza – le Sergent-chef Gilad Shalit a été enlevé par le Hamas en Israël le 25 Juin 2006.
    - + 3 200 : Le nombre de roquettes et de mortiers lancés depuis Gaza en 2008.
    - + 6 500 : Le nombre de roquettes et de mortiers lancés depuis Gaza depuis le désengagement d’Israël en 2005.
    - 10 389 : Le nombre de roquettes et de mortiers lancés depuis Gaza entre 2001 et 2008.
    - + 1 000 : Le nombre de blessés israéliens victimes des tirs de roquettes et de mortiers depuis Gaza depuis 2001.
    - 27 : Le nombre de personnes mortes victimes des tirs de roquettes et de mortiers palestiniens depuis 2001.
    - 242 : Le nombre de roquettes, missiles et mortiers lancés contre Israël depuis Gaza depuis la fin de l’Opération Plomb Durci.
Le Hamas - terrorisme soutenu par l’Iran :
    - 727 : Le nombre de roquettes et de mortiers lancés depuis Gaza entre janvier et septembre 2009.
    - 17 : Le nombre d’attaques contre les points de passage des marchandises à Gaza par des groupes terroristes palestiniens en 2008.
    - 80 : Le pourcentage de mosquées contrôlées par le Hamas à Gaza. Quelques unes sont utilisées comme entrepôts d’armes et comme centres de commandement et de communication.
    - 37 miles (60km) : Distance que peuvent atteindre les roquettes du Hamas à Gaza après l’opération Plomb Durci.
    - 2,5 miles (4 km) : La portée des missiles antichar du Hamas qui ont été introduits à Gaza depuis la fin de l’opération Plomb durci.
    - 1 500 : Le nombre de tunnels de contrebande entre Gaza et l’Égypte (estimation).
    - 59 pieds (18 m) / 6,8 miles (11 km) : La profondeur et la longueur de la barrière métallique que l’Égypte est en train de construire sur la frontière Sinaï - Gaza pour lutter contre les tunnels de contrebande.
    - 22 miles (35 km) : Distance entre Gaza et Yavné, une ville israélienne touchée par les roquettes lancées depuis Gaza le 28 décembre 2008 – cela est la plus longue portée jamais observée.
    - 900 : Le nombre de combattants du Hamas entraînés par l’Iran.
    - $20 millions - $30 millions : Le montant de l’aide financière annuelle octroyée par l’Iran au Hamas. L’Iran a fourni au Hamas $50 millions supplémentaires après sa victoire aux élections palestiniennes de 2006.
Aide humanitaire israélienne à Gaza :
    - 900 : L’augmentation en pourcentage de l’aide humanitaire fournie à Gaza en 2009, comparée à 2008.
    - 630 253 : Le tonnage de l’aide humanitaire envoyée vers la Bande de Gaza entre le 19 janvier et le 13 décembre 2009.
    - 92,7 millions de litres : La quantité de diesel lourd envoyé à Gaza entre le 19 janvier et le 31 octobre 2009.
    - 10 346 : Le nombre de résidents de Gaza qui sont entrés en Israël pour des raisons médicales et humanitaires entre le 19 janvier et le 07 novembre 2009.
    - 57 295 tonnes : La moyenne mensuelle de l’aide humanitaire envoyée à Gaza depuis l’opération Plomb durci, entre le 19 janvier et le 5 décembre 2009.
    - 11 508 : Le tonnage moyen par mois de l’aide humanitaire envoyée à Gaza entre février et juin 2008, une période pendant laquelle l’intensité des tirs de roquettes était très importante.
    - 34 253 tonnes : La moyenne mensuelle de l’aide humanitaire envoyée à Gaza pendant une période calme, de juillet à décembre de 2008.
    - 18 500 : Le nombre d’autorisations délivrées par Israël à des résidents de Gaza pour entrer en Israël ou voyager à l’étranger en 2009.
    - 28 400 : Le nombre de fleurs produites à Gaza et qui seront exportées vers l’Europe le 10 décembre 2009.
    - 250 000 : Le nombre de fleurs produites à Gaza destinées à l’exportation à partir du 13 décembre 2009."

******************************
******************************************************************************
Monde arabe

- Progrès: pour les Arabes l'Iran est devenu leur pire ennemi et pas Israël (Philosémitisme)
http://philosemitismeblog.blogspot.com/2009/12/progres-pour-les-arabes-liran-est.html
   "Etonnant. Un sondage effectué par l'institut YouGov commandité par Qator Doha Debates indique qu'une nette majorité dans dix-huit pays arabes considère à présent que l'Iran est leur principal ennemi - détrônant ainsi Israël dont l'existence est considérée par eux comme une insulte. Enfin un peu de clairvoyance. [...]" (la suite est l'article en anglais)

- Du bon sens en Egypte et en Arabie saoudite, Daniel Pipes (JP) - "ces résultats de sondage soulignent une base petite mais non insignifiante d'opinions constructives dans des pays largement hostiles à l'Occident et à Israël".
http://www.danielpipes.org/7828/common-sense-egypt-saudi-arabia
Traduction :
http://fr.danielpipes.org/7830/bon-sens-egypte-arabie-saoudite
   "Invité récemment par l'institut de sondages récemment créé 'Pechter Middle East' afin de poser trois questions à 1.000 personnes représentatives en Egypte, et à 1.000 Saoudiens urbains, le 'Middle East Forum' (MEF) s'est concentré sur l'Iran et Israël, les pays qui divisent le plus la région. Les résultats sont éclairants. Certains Egyptiens et Saoudiens soutiennent l'idée d'une frappe israélienne sur les installations nucléaires iraniennes. (Note technique : les personnes interrogées répondaient en face à face, en Arabe, dans leur propre foyer, selon un questionnaire structuré pendant le mois de novembre, réalisé par une compagnie commerciale locale privée, crédible, disposant de solides références. Marge d'erreur de +/- 3 %).
    L'Iran : Dans la guerre froide d'aujourd'hui au Moyen-Orient, la République Islamique d'Iran dirige le bloc révolutionnaire, alors que les gouvernements d'Arabie saoudite et d'Egypte dirigent le bloc de statu quo opposé. Quel est le degré d'inquiétude des populations saoudiennes et égyptiennes face aux préparatifs d'armes nucléaires iraniens ? Pechter Polls a posé deux questions pour MEF : « Dans l'hypothèse où le gouvernement iranien poursuit son programme d'enrichissement nucléaire, soutiendriez-vous une frappe israélienne contre les installations nucléaires iraniennes ? » et « Qu'en serait-il d'une frappe américaine contre les installations nucléaires iraniennes ? »
    En Egypte, 17 % soutiennent une frappe israélienne et 25 % une américaine. En Arabie saoudite, les résultats sont respectivement de 25 % et 35 %. Soutenir une frappe israélienne est une forte surprise, alors que pour une frappe américaine, cela se situe en gros à ce à quoi je m'attendais. Ces résultats confirment une synthèse tout juste achevée de données de sondages par David Pollock, de l'Institut de Washington pour la Politique au Proche-Orient, qui a trouvé « des taux de soutien étonnamment élevés – en particulier parmi les Saoudiens – pour une action dure contre le programme nucléaire iranien ».
    Ces nombres suggèrent que entre un sixième et un tiers de la population des deux pays les plus importants du statu quo sont d'accord pour une attaque israélienne ou américaine sur l'infrastructure nucléaire iranienne. Bien que ce ne soit pas une minorité négligeable, c'est assez faible pour offrir une pause aux gouvernements égyptien ou saoudien avant de s'associer à une frappe sur l'Iran. En particulier, donner aux forces israéliennes la permission de traverser l'espace aérien saoudien semblerait hors de question.
    Israël : MEF a demandé « L'Islam définit les Etats d'Egypte et d'Arabie saoudite ; dans des circonstances légitimes, accepteriez-vous un Etat juif d'Israël ? » Dans ce cas, 26 % des Egyptiens et 9 % des Saoudiens répondaient par l'affirmative. Nous avons posé cette question pour quantifier le coeur du conflit arabo-israélien, un conflit qui ne concerne ni la taille d'Israël, ni ses ressources, son armement, sa souveraineté sur des lieux saints ou le nombre de citoyens vivant sur la Rive Occidentale. Plutôt, il concerne l'objectif fondamental du sionisme, la création d'un Etat défini par l'identité juive.
    Pour donner un contexte : environ 20 % des Palestiniens depuis les années 1920 ont voulu vivre en harmonie avec Israël dans un Etat. La réponse égyptienne excède légèrement ce niveau, la réponse saoudienne se situe substantiellement en dessous. Ces résultats sont en accord avec la nature plus religieuse de la vie politique en Arabie saoudite par rapport à l'Egypte. Ils confirment que la principale source de l'antisionisme aujourd'hui n'est plus le nationalisme mais l'Islam. [...]
    En résumé, ces résultats de sondage soulignent une base petite mais non insignifiante d'opinions constructives dans des pays largement hostiles à l'Occident et à Israël. Si cette base a peu de perspectives dans le cadre d'une politique directrice proche dans le temps, elle offre un fond de bon sens sur lequel, si on lui prête l'attention convenable, on peut construire pour encourager des améliorations à long terme."

******************************
*******************************************************************
Turquie

- Turquie : une exposition pour "éveiller les consciences au conflit palestinien" (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Turquie-une-exposition-pour-eveiller-les-consciences-au-conflit-palestinien-_256987.html
   "Une exposition intitulée "Watch Jérusalem" pour "éveiller les consciences au conflit palestinien" se tient actuellement dans une banlieue d'Istanbul en Turquie."

******************************
*******************************************************************
Iran

- Simulation stratégique : en cas de guerre avec l'Iran, Israël ne vaincra pas (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Simulation-strategique-en-cas-de-guerre-avec-l-Iran-Israel-ne-vaincra-pas_256952.html
   "Une simulation à base de jeu de rôles, qui a été effectuée à l'institut de recherche sur la sécurité nationale de l'université de Tel-Aviv, montre que si Israël attaque les sites nucléaires iraniens, il perdra la bataille et ne sera pas soutenu par les Etats-Unis."

******************************
********************************************************************
Europe

- Les Suédois déménagent une usine de Barkan, « zone controversée », Navit Zomer, Zvi Zinger et Ygal Rom (Yediot Aharonot) - "la plupart des employés de l’usine de Barkan sont des Palestiniens".
http://www.ambafrance-il.org/spip.php?article7439
   "La société Mul-T-Lock, qui appartient à un groupe suédois, déplace son usine de serrures de la zone industrielle de Barkan à un site à l’intérieur des frontières de 1967, suite aux pressions d’organisations des droits de l’homme et de l’Eglise suédoise. « Notre entreprise ne souhaite pas avoir une usine dans une zone dont la souveraineté fait l’objet d’une controverse politique », expliquait hier Ann Holmberg, porte-parole du groupe suédois Assa Abloy qui possède Mul-T-Lock. Elle a ajouté que cette décision est liée à un rapport rédigé par des organisations non-gouvernementales et qui accuse Assa Abloy de posséder une usine dans les territoires occupés.
    Suite à cela, la direction du groupe a annoncé sa décision de déménager l’usine de la zone industrielle de Barkan, en Cisjordanie, vers la ville de Modiin. Le président du conseil régional Samarie, Guershon Messika, a refusé hier de réagir à la décision d’Assa Abloy. Des membres du conseil régional ont cependant indiqué que la plupart des employés de l’usine de Barkan sont des Palestiniens et que ce seront donc eux, et non les habitants israéliens, les principales victimes du déménagement."

- Aftonbladet Silent on Jordan's Organ Trafficking, Andrea Levin (CAMERA) - "Is it possible Aftonbladet is only interested in Palestinians when Israel can be invoked, attacked and castigated, however absurd the charges?"
http://www.camera.org/index.asp?x_context=6&x_article=1774
   "Given the apparently intense interest of Sweden's Aftonbladet in the subject of organ trafficking and Palestinians when it allegedly involved Israel, editor Jan Helin and culture editor Asa Linderborg have been strangely silent about an October 21, 2009 AFP story recounting the arrest and extradition of 11 Jordanians from Egypt to Amman for illegal organ activity related to impoverished Palestinians.
    CAMERA sent a query to the editors on October 23, 2009 asking if the paper would be reporting the story, but received no answer. It's notable, indeed, that Aftonbladet seems unconcerned about a news story reporting a recent government study in Jordan found "of 130 cases in which kidneys were sold, nearly 80 percent of 'donors' were Palestinians from Baqaa in northwest Aman, the largest refugee camp in the country." Why no interest in the AFP account about lamentable treatment of vulnerable Palestinians?
    Can it be the editors are not intrinsically interested in the plight of Palestinians and eager to report on their circumstances whenever and wherever they're victimized by anyone, whether Jordanians and Egyptians — or any other group? Is it possible Aftonbladet is only interested in Palestinians when Israel can be invoked, attacked and castigated, however absurd the charges? [...]"

- Les Musulmans britanniques mécontents (Arouts 7)
http://www.actu.co.il/2009/12/les-musulmans-britanniques-mecontents/
   "L’association des Musulmans de Grande Bretagne a fustigé la décision du gouvernement britannique de reconsidérer la loi autorisant l’émission de mandats d’arrêt contre des dirigeants israéliens en visite en Angleterre. Les Musulmans se sont dits déçus de voir le gouvernement céder aux exigences d’Israël. Le ministre britannique des Affaires étrangères, David Miliband, a promis de revoir la loi sur les crimes de guerres, après le scandale provoqué par l’émission d’un mandat d’arrêt contre la cheffe de l’opposition israélienne Tsipi Livni."

- Usackas : "Arrêtez de tant parler du Proche-Orient", Haviv Rettig Gür (JP) - "seuls les Israéliens et les Palestiniens peuvent parvenir à la paix".
http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1261364484675&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull
   "Le ministre lituanien des Affaires étrangères Vygaudas Usackas [Parti conservateur] a exhorté, cette semaine, les diplomates européens à "arrêter de tant parler du Proche-Orient." Il a ajouté être convaincu que le Premier ministre Binyamin Netanyahou "veut la paix et désire véritablement la création d'un Etat palestinien." Pour sa première visite en Israël, Usackas a rencontré plusieurs hauts responsables israéliens et palestiniens et s'est rendu au Forum global pour combattre l'antisémitisme, organisé par le ministère des Affaires étrangères à Jérusalem.
    Dans une interview donnée à Tel-Aviv, le représentant lituanien a affirmé que l'Union européenne (UE) devait arrêter de faire subir des pressions aux deux parties dans les négociations pour la paix. Selon lui, il est plus important qu'elle se concentre sur la mise en place d'une aide financière et le développement des institutions palestiniennes. Cette position contredit celle de certains Etats membres qui tentent régulièrement d'utiliser les institutions européennes pour faire pression sur Israël - en tentant, par exemple, d'appeler à la division de Jérusalem.
    Après de nombreuses rencontres, notamment avec son homologue Avigdor Lieberman et la chef de l'opposition Tzipi Livni, Usackas a insisté sur les désirs pacifiques du gouvernement : "Netanyahou veut que les Israéliens vivent en paix et en sécurité avec leurs voisins. Il reviendra aux citoyens et aux électeurs d'Israël de juger de son programme et de ses actions, mais nous avons confiance en lui." Ecartant toute intervention étrangère pour résoudre le conflit, il a également estimé que "seuls les Israéliens et les Palestiniens peuvent parvenir à la paix"."

- Pie XII: le Vatican défend sa décision, assurant qu'il ne s'agit pas d'un "acte hostile" envers les Juifs (AP)
http://fr.news.yahoo.com/3/20091223/twl-vatican-pape-pie-xii-0ef7422.html
   "Le Vatican a défendu mercredi sa décision d'avoir fait franchir au controversé pape Pie XII une nouvelle étape vers la canonisation, affirmant qu'il ne s'agit pas d'un "acte hostile" envers les Juifs. [...] Dans un communiqué, le Vatican a assuré qu'il ne s'agissait pas d'un "acte hostile contre le peuple juif". Cette décision ne peut pas être considérée comme "un obstacle sur le chemin du dialogue entre le Judaïsme et l'Eglise catholique", ajoute-t-il. La prochaine visite du pape à la synagogue de Rome sera "l'occasion de réaffirmer (...) ces liens d'estime et d'amitié"."

- Moldavie : l'Eglise orthodoxe blâme les juifs pour un incident antisémite (Guysen)
http://www.guysen.com/news_Moldavie-l-Eglise-orthodoxe-blame-les-juifs-pour-un-incident-antisemite_256996.html
   "En Moldavie, l'Eglise orthodoxe blâme les juifs pour une manifestation publique à Chisinau au cours de laquelle une menorah (un des symboles du judaïsme) a été renversée et remplacée par une croix. Selon l'Eglise, les juifs n'ont pas à s'afficher."

Partager cet article

Repost 0
Published by Occam - dans Novembre 2009
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages